• Police et paysages
    https://aris.papatheodorou.net/police-et-paysages

    Police et paysages se veut un voyage photographique singulier traversant « les mondes du maintien de l’ordre et des résistances ». Un livre en devenir du photographe nantais Yves Monteil qui « explore et interroge la militarisation croissante de notre société et de nos vies » au travers d’une centaine de photographies prises entre 2012 et 2018 dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes et les rues de Nantes.

    Yves Monteil et Claire Leleu ont besoin pour mener à terme ce projet de soutien : un minimum de 250 personnes qui achètent l’ouvrage en prévente de façon à en financer la fabrication (livraison prévue en avril 2019).

    Acheter le livre en pré-vente sur KissKiss BankBank
    https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/police-et-paysages

    #photographie #publication #police #Notre-Dame-des-Landes #Nantes


  • Les données que récolte #Google, #Document complet
    https://framablog.org/2019/01/12/les-donnees-que-recolte-google-document-complet

    Ces dernières semaines nous avons publié par #chapitres successifs notre #Traduction de Google Data Collection, l’étude élaborée par l’équipe du professeur Douglas C. Schmidt, spécialiste des systèmes logiciels, chercheur et enseignant à l’Université Vanderbilt. Vous trouverez ci-dessous en un seul … Lire la suite­­

    #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #Annexes #collecte #étude #Framalang #Publication


  • « Ce site est hébergé par Write.as. Certains et certaines l’auront peut-être remarqué. L’occasion pour moi de dire quelques mots de ce service de publication sur le Web atypique au concept plutôt original qui combine minimalisme éditorial, respect de l’anonymat (et même droit aux identités multiples), développement open source, et intégration à la fédiverse. »

    https://aris.papatheodorou.net/write-as-cest-comme-ca (par @aris )

    #WriteFreely #publication #Markdown


  • ’We are transforming our university into a place where talent once again feels valued and nurtured’

    Our university should once again belong to the academics, rather than the bureaucracy, writes the rector of #Ghent_University, Rik Van de Walle.

    Ghent University is deliberately choosing to step out of the rat race between individuals, departments and universities. We no longer wish to participate in the #ranking of people.

    It is a common complaint among academic staff that the mountain of paperwork, the cumbersome procedures and the administrative burden have grown to proportions that are barely controllable. Furthermore, the academic staff is increasingly put under pressure to count publications, citations and doctorates, on the basis of which funds are being allocated. The intense competition for funding often prevails over any possible collaboration across the boundaries of research groups, faculties and - why not - universities. With a new evaluation policy, Ghent University wants to address these concerns and at the same time breathe new life into its career guidance policy. Thus, the university can again become a place where talent feels valued and nurtured.

    We are transforming our university into a place where talent once again feels valued and nurtured.

    With the new career and evaluation model for professorial staff, Ghent University is opening new horizons for Flanders. The main idea is that the academy will once again belong to the academics rather than the bureaucracy. No more procedures and processes with always the same templates, metrics and criteria which lump everyone together.
    We opt for a radically new model: those who perform well will be promoted, with a minimum of accountability and administrative effort and a maximum of freedom and responsibility. The quality of the individual human capital is given priority: talent must be nurtured and feel valued.
    This marks the end of the personalized objectives, the annual job descriptions and the high number of evaluation documents and activity reports. Instead, the new approach is based on collaboration, collegiality and teamwork. All staff members will make commitments about how they can contribute to the objectives of the department, the education programmes, the faculty and the university.
    The evaluations will be greatly simplified and from now on only take place every five years instead of every two or four years. This should create an ’evaluation break’.

    We opt for a radically new model: those who perform well will be promoted, with a minimum of accountability and administrative effort and a maximum of freedom and responsibility. At the same time, we want to pay more attention to well-being at work: the evaluations of the supervisors will explicitly take into account the way in which they manage and coach their staff. The model must provide a response to the complaint of many young professors that quantitative parameters are predominant in the evaluation process. The well-known and overwhelming ’publication pressure’ is the most prominent exponent of this. Ghent University is deliberately choosing to step out of the rat race between individuals, departments and universities. We no longer wish to participate in the ranking of people.
    Through this model, we are expressly taking up our responsibility. In the political debate on the funding of universities and research applications, a constant argument is that we want to move away from purely competitive thinking that leaves too little room for disruptive ideas. The reply of the policy makers is of course that we must first do this within the university itself. This is a clear step in that direction, and it also shows our efforts to put our own house in order.
    With this cultural shift, Ghent University is taking the lead in Flanders, and we are proud of it. It is an initiative that is clearly in accordance with our motto: ’#Dare_to_Think'. Even more so, we dare to do it as well.
    A university is above all a place where everything can be questioned. Where opinions, procedures and habits are challenged. Where there is no place for rigidity.

    I am absolutely convinced that in a few years’ time we will see that this new approach has benefited the overall quality of our university and its people.


    https://www.ugent.be/en/news-events/ghent-university-talent-rat-race-transformation-career-evaluation-model.htm
    #université #alternative #résistance #Ghent #Belgique #bureaucratie #bureaucratisation #compétition #collaboration #carrière #évaluation #liberté #responsabilité #performance #publish_or_perish #publication #pression_à_publier #travail

    Je rêve que mon université fasse aussi un grand pas en cette direction, mais je crains que ça restera un rêve...

    • THE developing ranking based on #Sustainable_Development_Goals

      New league table will be first to measure global universities’ success in delivering on UN targets

      Times Higher Education is developing a new global university ranking that aims to measure institutions’ success in delivering the United Nations’ Sustainable Development Goals.

      The 17 goals – which include providing inclusive and equitable quality education, achieving gender equality and fostering innovation – were adopted by the UN in 2016 and provide a framework for developing the world in a sustainable way.

      The first edition of the ranking will include metrics based on 11 SDGs, but the long-term goal is to measure performance against all 17 goals.

      Data will be collected from universities and Elsevier to produce an overall ranking of universities based on the best four or five SDGs per university. Individual rankings of the universities that are best achieving the 11 SDGs will also be published.

      The ranking will be open to all accredited universities that teach undergraduates, and the first edition will be launched at THE’s Innovation and Impact Summit in South Korea in April 2019. Data collection will begin this autumn.

      Metrics currently being explored include the number of graduates in health professions, the proportion of women in senior academic positions, and policies and practices regarding employment security.

      An initial draft of the metrics will be developed in partnership with Vertigo Ventures, an organisation that works with leading research institutions globally to help them identify, capture and report the impact of their work, and there will be a workshop on the first iteration of the methodology at THE’s World Academic Summit in Singapore later this month.

      Phil Baty, THE’s editorial director of global rankings, said that THE originally planned to launch an impact ranking based primarily on universities’ economic impact – examining their interactions with business and their development of commercially exploitable ideas – but has decided to expand its approach to cover a much wider definition of impact, based on feedback from the sector.

      While some national systems were trying to gather evidence on universities’ role in achieving the SDGs, the new ranking will be the first global attempt at measuring this activity and “moves well beyond established ranking parameters of research and reputation”, he added.

      Mr Baty said that the new table will also provide an opportunity for institutions that do not usually appear in the THE World University Rankings to feature.

      “We are working to develop metrics that enable universities across the world to evidence their impact – not just those that are located in more developed nations,” he said.

      https://www.timeshighereducation.com/news/developing-ranking-based-sustainable-development-goals

      #SDGs



  • Peer Review: The Worst Way to Judge Research, Except for All the Others - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/11/05/upshot/peer-review-the-worst-way-to-judge-research-except-for-all-the-others.html

    A 1982 paper describes a study in which two researchers selected 12 articles already accepted by highly regarded journals, swapped the real names and academic affiliations for false ones, and resubmitted the identical material to the same journals that had already accepted them in the previous 18 to 32 months. Only 8 percent of editors or reviewers noticed the duplication, and three papers were detected and pulled. Of the nine papers that continued through the review process, eight were turned down, with 89 percent of reviewers recommending rejection.

    #publications


  • Crainte et vanité ? La soumission des universitaires à la gestion néolibérale

    En 2014, Yves Dupont, socioanthropologue spécialiste du monde rural, a publié un essai qui mérite à nos yeux d’être présenté sous forme de tribune. Son questionnement essentiel est le suivant : comment se fait-il que les universitaires, disposant pourtant des outils intellectuels et de la protection statutaire pour résister aux sirènes néolibérales, acceptent presque silencieusement de se soumettre au processus de #gestionnarisation de l’Université française, c’est-à-dire à une logique basée sur la #productivité et la #rentabilité contrôlées par des procédures normées et des indicateurs chiffrés de #performance.

    Autrement dit, comment se fait-il que les chercheurs consacrent de moins en moins de temps à des questions proprement scientifiques et de plus en plus à la rédaction de « #projets » dont beaucoup n’aboutissent jamais ? Comment se fait-il que les assemblées générales de laboratoire s’éternisent souvent en brainstormings d’agence de communication à la recherche de la meilleure rhétorique pour s’inscrire dans des réseaux, des structures, des axes, des appels ? Comment se fait-il que ceux qui hier étaient voués à critiquer, au sens noble, les innovations rutilantes de la modernité se présentent aujourd’hui comme de simples accompagnateurs du changement social ?

    On l’aura compris, L’Université en miettes est un essai qui prend pour point de départ le constat négatif de la #libéralisation et de la gestionnarisation du modèle universitaire français : diminution des fonds fixes et développement du #financement_par_projets, multiplication des instances de décision et d’#évaluation, dissociation et opposition de l’enseignement et de la recherche, soumission à des impératifs chiffrables d’inscription pour les uns et de publications pour les autres… Ces restructurations sont en effet peu compatibles avec la poursuite des manières d’enseigner et de « faire de la science » telles qu’elles pouvaient exister jusqu’ici. Le recul critique ou les temporalités longues nécessaires à l’#éducation ou à la #recherche fondamentale sont, par exemple, directement opposés aux impératifs de rentabilité et d’#utilité immédiates.

    Si tout ceci est bien connu et documenté, l’originalité de l’ouvrage d’Yves Dupont repose plus particulièrement sur le parallèle entre ce processus de disparition d’une « #université_humaniste » au profit d’une « #université_néolibérale » et la destruction de la paysannerie par le modèle productiviste et l’économie capitaliste.

    De cette comparaison que nous allons développer émerge une réflexion qui ne serait qu’une boutade si elle n’avait pas, dans le quotidien de l’université, une puissance explicative troublante : c’est la peur de la mort qui pousse les universitaires à une #servitude volontaire face à l’idéologie néolibérale. Nous parlons bien sûr ici d’une peur de la #mort_symbolique, d’une #insécurité névrotique qui se transforme en pulsion de puissance : désir de reconnaissance, désir de jouissance, narcissisme, admiration immature de figures mythiques (grandes revues, pontes, et aujourd’hui critères d’évaluation des publications ou labels d’excellence), et tous les avatars de l’hubris, cette ambition démesurée par laquelle les humains cherchent vainement à s’éloigner de leur propre finitude.

    https://sms.hypotheses.org/8471
    #université #fac #néolibéralisme #gestion_néolibérale #restructuration #science

    • Sciences humaines : les jeunes chercheurs à l’épreuve du néolibéralisme académique

      La recherche en #sciences_sociales n’échappe pas à la logique de marché, où la compétition accroît les #inégalités et encourage le #conformisme. Un danger pour les doctorants, de plus en plus précaires, et pour l’université elle-même, en tant qu’institution.

      Les sciences humaines et sociales sont essentielles à une société. Elles permettent de trouver des réponses aux questions qui surviennent sans cesse, de régénérer les savoirs, d’assurer leur transmission, d’en garder la mémoire. Cependant, nous assistons à une dévalorisation progressive de ce champ du savoir, avec des conséquences néfastes à long terme. L’effectif des #doctorants est en baisse continue depuis dix ans, avec -21% de doctorants en sciences de la société et -13% en sciences humaines et humanités. Il se trouve que ce sont également les disciplines les moins financées. Une majorité écrasante de doctorants (70%) ne bénéficie pas d’un contrat doctoral les reliant à l’institution à laquelle ils appartiennent.

      Ces jeunes chercheurs doivent acheter le temps consacré à leurs thèses par le biais d’un autre travail. Ils ne travaillent plus pour s’assurer une existence, mais pour pouvoir travailler. Ils sont, en dehors des laboratoires, des amphithéâtres et des colloques, serveurs, surveillants de lycée, bibliothécaires, baby-sitters, enseignants à domicile, guides touristiques. Plus tragique encore, 10% des doctorants, toute disciplines confondues, n’ont aucune activité rémunérée. Il s’agit de presque 7 500 jeunes chercheurs en France.

      Les doctorants et le #travail_gratuit

      Ce que les statistiques ignorent c’est l’immensité de chaque monde individuel. Ce type de travail « à côté » empêche toute projection vers le futur, car il est sans lien avec la recherche. Les études sociologiques lui opposent le #travail_d’anticipation. Mais les jeunes chercheurs s’inscrivant dans cette dernière catégorie n’ont pas un meilleur sort. A titre d’exemple, ceux qui assurent une charge de cours à l’université en tant que #vacataires sont payés à l’heure, pour un salaire annuel qui équivaut, dans le meilleur des cas, à deux ou trois mois de smic. Même dans ce dernier cas, il arrive trop souvent qu’on ne leur fasse pas signer de contrat. Ils se voient ainsi dans l’impossibilité de fournir une preuve formelle quant à la réalité de leur travail. Ils ne peuvent enseigner qu’à titre secondaire et sont obligés d’avoir un emploi « principal ». Ils cumulent ainsi trois activités professionnelles : le travail de recherche (gratuit), l’enseignement (deux ou trois mois de smic par an) et un emploi principal (précaire).

      Cette situation est permise par le flou dans les textes de loi concernant le #doctorat. D’un côté, les jeunes chercheurs sont considérés comme des étudiants, de l’autre le doctorat est reconnu comme étant une expérience professionnelle. C’est le détail qui ouvre la voie royale vers la précarité. Ce qui est particulier à la situation des doctorants c’est que l’écart entre l’âge social et l’âge biologique est très important. Non seulement ils ne bénéficient plus d’aucun avantage « jeune » (bourses sur critères sociaux, logements, réductions), mais ce statut les exclut également de la plupart des #droits_sociaux. Si les #contractuels sont considérés comme des salariés, par rapport à un même type de travail de recherche les non-contractuels sont des étudiants. Autrement dit, leur travail est gratuit et bénévole.

      Le travail d’un doctorant n’est pas uniquement un investissement de forces et ressources personnelles dans une activité par le biais de laquelle il ou elle se réalise individuellement, il est également une réalisation collective. C’est l’université elle-même, en tant qu’institution, qui se réalise à travers son travail. Un exemple concret concerne ce que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation appelle la « #production_scientifique ». Quand on évalue la #performance d’une université, on regarde le nombre de #publications. Combien d’articles ont été écrits par des jeunes chercheurs-étudiants et combien le seront encore ?

      La reproduction des inégalités

      La recherche est aujourd’hui évaluée en termes de production et de #performance. Dans cette logique de #capitalisme_académique, le doctorant doit terminer sa thèse le plus rapidement possible et être productif. Plus il s’attarde sur son doctorat, moins il publie, plus il se dirige vers les marges du système. Mais sa production et sa performance sont conditionnées par les ressources disponibles, ce qui trace un premier cercle vicieux. Indifféremment du contenu de la thèse, des arguments défendus dans le travail de recherche ou de la qualité de ce travail, dans ce type de système il n’y a « pas de vérité sans argent », comme le notait déjà Lyotard dans la Condition postmoderne. Ceux qui ont eu des ressources auront raison de leur vérité car elle pèsera plus sur le marché du travail et sur le marché des biens symboliques, tandis que le précariat verra ses vérités diminuées par ce même marché.

      De nombreuses études indiquent que l’accès aux ressources dépend des éléments comme l’origine sociale, la nationalité ou le sexe. En France, presque la moitié des doctorants (41%) est de nationalité étrangère. Une diversité qui pourrait entraîner une immense effervescence intellectuelle. Mais ils sont encore plus touchés par la précarité et ont bien moins de chances de se voir attribuer un contrat. Les raisons sont multiples : absence de capital social, manque de familiarité au régime des concours, rareté des ressources. En ce qui concerne la parité dans la recherche, en 2015, les femmes représentaient 27% des chercheurs. Quand les ressources sont rares, on favorise les acteurs qui savent se plier au mieux au savoir et à l’ordre dominant. Dans une logique de marché, la compétition accroît les inégalités et encourage le conformisme. L’université, au lieu de se régénérer en permanence en permettant l’invention, le renouveau et les divergences critiques, se pétrifie.

      Les sciences humaines et sociales ont un rôle primordial dans une société démocratique. Elles pensent le progrès et empêchent les dérives. Elles sont les garants d’un équilibre sain entre des forces critiques contraires. Elles sont l’expression même de la démocratie et le révélateur de l’état de santé d’une société. La précarité dans les sciences humaines et sociales atteint gravement à cet équilibre présent et futur. La contractualisation à terme de tous les jeunes chercheurs est l’unique mesure capable de diminuer les inégalités causées et perpétuées par le sous-financement dans ces disciplines. Quand l’université repose sur un travail gratuit, invisible, aliéné, ce sont ses propres forces qu’elle s’aliène.

      https://www.liberation.fr/debats/2018/11/02/sciences-humaines-les-jeunes-chercheurs-a-l-epreuve-du-neoliberalisme-aca

      #précarité #précarisation



  • Vers un système modulaire de publication : éditer avec le numérique – Antoine Fauchié

    Le domaine du livre, et plus particulièrement l’édition, connaît des mutations profondes au contact du numérique. Après des phases successives d’informatisation, l’une des manifestations les plus visibles de ces bouleversements est probablement l’ebook. Si le livre numérique est une approche inédite de l’écrit tant dans sa diffusion que dans sa réception, il y a en filigrane des transformations plus essentielles dans la manière de faire des livres. Des structures d’édition imaginent des nouvelles chaînes de publication originales et non conventionnelles pour générer des versions imprimée et numériques d’ouvrages et de documents, remplaçant les traditionnels traitements de texte et logiciels de publication par des méthodes et des technologies issues du développement web. Ainsi un système modulaire de publication peut se substituer à des chaînes linéaires, repositionnant l’humain au cœur des machines ou des programmes. À travers des commentaires de textes et des analyses de cas nous étudions les évolutions du livre avec un regard plus global sur notre rapport à la technique, et nous exposons les principes fondateurs d’un nouveau modèle.

    Mémoire d’Antoine Fauchié dans le cadre du Master Sciences de l’information et des bibliothèques, spécialité Publication numérique, de l’Enssib, sous la direction d’Anthony Masure, maître de conférences en design à l’université Toulouse – Jean-Jaurès et de Marcello Vitali-Rosati, professeur au département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les écritures numériques.

    #publications_hybrides #prepostprint #web2print #digital-first_publishing #système_modulaire_de_publication


  • Offensive contre les géants de l’édition scientifique en Europe Marco Fortier - 13 Septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/education/536595/offensive-europeenne-contre-les-geants-de-l-edition-scientifique

    Les conseils de recherche de onze pays européens, dont la France et le Royaume-Uni, prennent les grands moyens pour endiguer la soif de profits des géants de l’édition scientifique, qui siphonnent les budgets des bibliothèques universitaires.

    Ces onze États viennent de dévoiler un plan qui obligera d’ici deux ans leurs chercheurs subventionnés à publier le fruit de leurs travaux sur des plateformes en libre accès. Le but : mettre fin à la domination commerciale des cinq plus grands éditeurs scientifiques, qui font des profits considérables en publiant des articles fournis par les universitaires.

    « Il ne faut pas enfermer la science derrière des murs payants », indique le manifeste du nom de « Plan S » dévoilé la semaine dernière par Science Europe, un regroupement d’organisations européennes vouées à la promotion et au financement de la recherche.

    « Aucune raison ne justifie un modèle d’affaires établi sur des abonnements à des publications scientifiques. À l’ère numérique, le libre accès augmente la portée et la visibilité de la recherche universitaire », précise le document signé par Marc Schiltz, président de Science Europe.


    Outre Paris et Londres, cette offensive est appuyée par les organismes subventionnaires des pays suivants : Suède, Norvège, Pays-Bas, Autriche, Irlande, Luxembourg, Italie, Pologne et Slovénie. Ces États, comme bien d’autres (dont le Québec et le Canada), en ont assez des coûts astronomiques des abonnements aux publications scientifiques comme Nature ou Science.

    Comme Le Devoir l’a rapporté au cours de l’été, les frais d’abonnement aux magazines scientifiques accaparent désormais 73 % des budgets d’acquisition des bibliothèques universitaires. Les cinq grands éditeurs publient à eux seuls plus de la moitié des articles savants dans le monde. Les abonnements à ces magazines coûtent tellement cher que certaines bibliothèques n’ont plus les moyens d’acheter des livres.

    L’offensive des pays européens contre ces tarifs jugés déraisonnables risque de faire mal aux géants de l’édition — notamment les groupes Elsevier, #Springer #Nature, #John_Wiley_Sons, #Taylor_Francis et #SAGE_Publications — qui dominent le marché mondial.

    « Ce ne sera pas la mort demain de ces grands ensembles-là, mais cette campagne s’ajoute aux désabonnements [aux périodiques scientifiques] de beaucoup d’universités en réaction à la hausse des coûts d’abonnement », dit Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal (UdeM). Il dirige la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante.

    Crise mondiale
    Les grandes revues comme Nature sont attrayantes pour les chercheurs. Ces magazines sont prestigieux. Ils sont lus, donc beaucoup cités. Et pour réussir en tant que professeur — être embauché, obtenir une promotion —, il faut être cité par ses pairs. C’est pour ça que les magazines scientifiques peuvent se permettre de facturer une fortune en abonnements aux bibliothèques universitaires.

    Les éditeurs scientifiques obtiennent pourtant leurs articles tout à fait gratuitement : les chercheurs ne sont pas payés par les magazines pour publier leurs travaux. Ça fait partie de leur tâche de professeur. Et les articles sont révisés bénévolement par des pairs. Plus troublant encore, un nombre croissant de revues scientifiques imposent des frais de 3000 $ ou 5000 $, par exemple, aux professeurs qui veulent que leurs articles soient en libre accès.

    Ce modèle d’affaires des revues savantes soulève un tollé partout dans le monde, rappelle Vincent Larivière. Le biologiste Randy Schekman, de l’Université de Californie, a même appelé au boycottage des magazines ayant publié ses travaux qui lui ont valu le prix Nobel. Il a fondé en 2012 son propre journal, eLife, qui publie ses articles en libre accès.

    Aux États-Unis, de puissants organismes comme la Fondation Bill Melinda Gates et les Instituts nationaux de santé (National Institutes of Health) exigent aussi que les recherches scientifiques qu’ils financent soient publiées en libre accès.

     #édition_scientifique #open_access #publications_scientifiques #elsevier #publications #sciences #science #recherche #université


  • #Notre-Dame-des-Landes : de la cabane sur l’eau, contre Nicole Klein et son monde… Résistances et sabotages !
    https://fr.squat.net/2018/08/24/notre-dame-des-landes-de-la-cabane-sur-leau-contre-nicole-klein-et-son-mon

    Communiqué du mercredi 22 août 2018. (En PDF ici, 9 pages A4, avec plus de photos…) Vous connaissiez probablement « Ker Stank », la cabane sur l’eau, appelée aussi « la cabane flottante ». Elle fut construite à proximité du Port, sur l’étang des Noues Pourries pendant l’hiver 2012-2013 par des camarades bretons, à partir d’une structure composée de […]

    #publication #réoccupation


  • #Notre-Dame-des-Landes : Les Radis-Co
    https://fr.squat.net/2018/08/10/notre-dame-des-landes-les-radis-co

    Nous pourrions vous expliquer en détail notre point de vue sur ce qui s’est passé à la Zad ces derniers mois, cette dernière année, et même plus loin encore. Nous pourrions vous raconter nos déceptions, nos blessures, nos sentiments de trahison, et le fait que plein de nos compagnon.ne.s de luttes aient fini par partir, […]

    #actions_directes #publication


  • #Notre-Dame-des-Landes : la fin de la ZAD, le début de quoi ?
    https://fr.squat.net/2018/07/29/notre-dame-des-landes-la-fin-de-la-zad-le-debut-de-quoi

    De ce que c’était la ZAD, quelque chose est fini, ou au moins se transforme. On a besoin de faire le point sur où on en est, et où on va. « On », c’est quelques personnes d’un même groupe qui se sont retrouvées pour écrire ce texte. Des habitant.e.s de la ZAD ont signé des COPs […]

    #publication


  • A New Publishing Tool | Getty Publications
    http://www.getty.edu/publications/digital/platforms-tools.html

    We are developing Quire, a new publishing tool—optimized for publication discoverability and longevity—that uses a static-site generator, Hugo, to create and output titles in multiple formats from plain text files. E-book files are distribution-ready for Amazon, Apple, and other vendors; PDF files are print-on-demand ready. And the online edition can be hosted on any web server, with no special configurations or installations necessary and no backend databases or content management system to update and support over the long term.

    In traditional website publishing, a content management system (CMS) is connected to collections and image databases (1) and set up on a server (2). The CMS is used to create the website, and once the website is published, the CMS rebuilds the site pages each time they are loaded by a user (3). Thus, the CMS must be kept running for the lifetime of the publication.

    In static-site publishing, the CMS is just software and a folder of files on your, the publisher’s, computer (1) that are used to build the site. The site files are then uploaded to the server (2), and users (3) access them directly. You only need to run the site software and upload new files if you want to make updates to the publication.

    And yet, despite the name, static sites can be as dynamic and interactive as you want them to be, thanks to the full support of the complete web platform (HTML5, CSS3, and JavaScript). Zoomable and rotating images, interactive maps, and embedded glossaries are just a few of the features that can be included.

    https://www.youtube.com/watch?v=VVYe0qR5DnM

    https://github.com/gettypubs/quire
    http://blogs.getty.edu/iris/an-editors-view-of-digital-publishing

    #publications_hybrides #prepostprint #web2print #digital-first_publishing #Hugo #static_site_publishing


  • Book production with CSS Paged Media at Fire and Lion
    https://www.pagedmedia.org/book-production-with-css-paged-media-at-fire-and-lion

    I love the many small, technical puzzles that designing books with CSS presents. There are also some much bigger challenges that we’re tackling, and where community effort might go a long way.

    First, multiformat thinking is hard. The whole point of our digital-first approach is to store content only once, and produce multiple formats automatically. This puts tremendous pressure on project managers, developers, authors, editors, designers and proofreaders to think in multiple formats at once.

    For instance, on the web, hyperlinks are cheap: you can add them anywhere, attach them to any text, and the design can keep them out of the reader’s way. In print, hyperlinks vanish or, if presented as page numbers, take up space and attention. Another example I mentioned above is interactivity: the text in the filmstrip figures in The Economy has to be sensitive to the fact that readers might be looking at clickable slides or at a static, printed page. And when controlling the flow of text, editors have to be aware of things like what happens when an element is floated: it appears beside the text it precedes in HTML, which can be counterintuitive for things like sidenotes beside paragraphs.

    Like many publishers, we’ve had to invest a lot in training our team in multi-format thinking.

    Second, manual page refinement is time-consuming. Automated layout with CSS gets us far, taking care of perhaps 90 per cent of a traditional typesetter’s role. But after that a human still has to check every page and refine many of them. On The Economy, I spent three or four hours on each chapter making small tweaks to get figures and sidenotes to fall in just the right place for maximum readability. On most novels, we spend at least three or four hours manually adjusting letter-spacing and soft hyphenation to avoid bad breaks, widows, orphans, and short lines.

    If there is one thing we need better automation for, it’s proper, typographically sensitive widow-and-orphan control.

    Third, technical skills are expensive. Extraordinary demand for developers worldwide means that dedicated technical team members are completely unaffordable for most publishers. If you’re going to create books with HTML and CSS, you need technical skills on the team, either in-house or in partnership with an outsourced team you can really trust.

    In our team, we dedicate a significant piece of everyone’s time to technical skills development – both editors and designers – to reduce dependency on developers. And, as our technical lead, I have to spend at least half my time learning or training others. A commitment to digital-first publishing is a commitment to a serious learning curve.

    https://fireandlion.com
    https://electricbookworks.com
    http://electricbook.works
    https://github.com/electricbookworks/electric-book

    #publications_hybrides #prepostprint #web2print #digital-first_publishing #Jekyll #static_site_publishing


  • Editoria — Building a Book in a Browser
    https://www.pagedmedia.org/editoria-building-a-book-in-a-browser

    Paginated outputs remain important to scholarly communications, and are still critical for books like monographs. Even in today’s increasingly digital discovery landscape, many readers of long-form content continue to prefer print, and the ability to cite page numbers continues to be critical to creating good old-fashioned tools like a book index. But producing paginated books from HTML source files that could also be used for generating other types of digital files has always been a challenge, as Nellie McKesson notes in her recent blog post on Hederis.

    So, a couple of years ago, the University of California Press and the California Digital Library partnered with Coko to begin an ambitious project to develop a workflow application that would allow books to be built in a browser using entirely open source technologies. Editoria is not the first open source, browser-based book production system that has ever been attempted, but it’s (at least to our knowledge) the first that has attempted to replicate the rigorous production editing process and workflow, which includes styling, copyediting, author review, and proofreading, in a browser-based application.

    We borrowed the idea of single-source publishing using HTML source from predecessor applications like Adam Hyde’s Booktype, O’Reilly’s Atlas, and Hugh McGuire’s Pressbooks, all of which use some form of PDF rendering engine (often proprietary) to output beautiful, paginated books in addition to EPUBs and other HTML or XML-based files. Then, we’ve tried to stand on the shoulders of those applications by building in a greater degree of workflow support. It’s an ambitious project, and supporting paginated outputs from a single HTML-based source file, has been a non-trivial aspect of the system’s development.

    https://editoria.pub
    https://coko.foundation

    #publications_hybrides #prepostprint #web2print #digital-first_publishing


  • design research x Hybrid publications
    http://www.design-research.be/hybrid/publications.html

    Bienvenue dans un monde où les frontières entre les genres et les formats de publications s’entremêlent.

    Plus qu’une série de catégories distinctes et successives, l’histoire des publications est une histoire d’évolutions, d’hybridations et de mélanges. Chaque nouvelle forme et technologie développée coexiste avec les formes qui la précèdent et change leur écosystème commun, en même temps que les pratiques qui les activent.

    Si dans le passé certaines formes ont gagné un statut et une légitimité particulière, le récent développement de multiples formes et platformes de publications a permis à certains modes de transmission de refaire surface. Aujourd’hui, les différents formats de publications digitaux et hybrides permettent l’inclusion de formes longtemps déconsidérées et rejetées de l’écriture de l’histoire « officielle », comme l’ont été les formes de transmission orales. Bien que ces rapports de hiérarchie soient encore opérants dans beaucoup de domaines, l’intégration d’images en mouvement et de sons, rendent présentes des formes orales, des mouvements et des corps aux côtés de textes et d’images.

    Les nouvelles formes de publications hybrides, apparues ces dernières années ont fait exploser la notion de publication telle qu’elle existait aux périodes d’exclusivité du format livre papier.

    #publications_hybrides #prepostprint #web2print #digital-first_publishing


  • La science française va être plus accessible
    https://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2018/07/04/la-science-francaise-va-etre-plus-accessible_5325793_3234.html

    Un plan ministériel « pour la science ouverte » oblige les chercheurs financés sur fonds publics à publier leurs travaux dans des revues ou des archives en accès libre.

    Sans que le plan n’y fasse explicitement référence, ce qui est visé est bien l’hégémonie des entreprises de l’édition scientifique, un marché mondial estimé à une trentaine de milliards d’euros pour plus de 2 millions d’articles publiés chaque année. Le plus important éditeur, Elsevier, a encore dégagé, en 2017, une marge de plus de 36 % et 1 milliard d’euros de bénéfices.

    Le futur plan national, à hauteur de 5,4 millions d’euros la première année, puis 3,4 millions ensuite, va beaucoup plus loin. Il rendra « obligatoire la publication en accès ouvert des articles et livres issus de recherches financées par appels d’offres sur fonds publics. » Idem pour les « données de recherche ». « Nous pouvons, à terme, atteindre 100 % de publications scientifiques françaises en accès ouvert », espère la ministre.

    Jusqu’à présent, cette obligation était rare. Les Pays-Bas, des universités (Harvard aux Etats-Unis), des organismes de recherche (Institut national de recherche en informatique et en automatique sur les sciences du numérique en France), ou des communautés comme celle de la physique des particules ou de l’astronomie avaient adopté ce principe de l’accès ouvert. D’autres avaient rusé. En Belgique, l’université de Liège a convaincu ses chercheurs de déposer dans l’archive locale, en décidant que seuls ces articles serviraient à l’évaluation des carrières. L’université d’Aix-Marseille accorde 25 % de moyens supplémentaires pour les équipes ayant mis toute leur production dans l’archive HAL, qui, d’ailleurs, recevra une aide technique avec le plan ministériel. Désormais, 68 % de la production de l’université est accessible gratuitement.

    #Open_access #Publications_scientifiques


  • Le Plan national pour la science ouverte : les résultats de la recherche scientifique ouverts à tous, sans entrave, sans délai, sans paiement - ESR : enseignementsup-recherche.gouv.fr
    http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid132529/le-plan-national-pour-la-science-ouverte-les-resultat

    « La science est un bien commun que nous devons partager le plus largement possible. Le rôle des pouvoirs publics est de rétablir la fonction initiale de la science, comme facteur d’enrichissement collectif. »

    Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation
    Qu’est-ce que la science ouverte ?

    La science ouverte, c’est la diffusion sans entrave des publications et des données de la recherche. Elle s’appuie sur l’opportunité que représente la mutation numérique pour développer l’accès ouvert aux publications et – autant que possible – aux données de la recherche.
    Son objectif : faire sortir la recherche financée sur fonds publics du cadre confiné des bases de données fermées. Elle réduit les efforts dupliqués dans la collecte, la création, le transfert et la réutilisation du matériel scientifique. Elle augmente ainsi l’efficacité de la recherche.
    La science ouverte vise à construire un écosystème dans lequel la science est plus cumulative, plus fortement étayée par des données, plus transparente, plus rapide et d’accès plus universel. Elle induit une démocratisation de l’accès aux savoirs, utile à la recherche, à la formation, à l’économie, à la société.
    Elle favorise les avancées scientifiques ainsi que l’innovation, les progrès économiques et sociaux, en France, dans les pays développés et dans les pays en développement.
    Elle constitue un levier pour l’intégrité scientifique et favorise la confiance des citoyens dans la science. Elle constitue un progrès scientifique et un progrès de société.

    #Open_access #Publications_scientifiques


  • Clay Shirky – How We Will Read | Genius
    https://genius.com/Clay-shirky-how-we-will-read-annotated

    Un article ancien, mais toujours de référence par Clay Shirky

    Publishing is not evolving. Publishing is going away. Because the word “publishing” means a cadre of professionals who are taking on the incredible difficulty and complexity and expense of making something public. That’s not a job anymore. That’s a button. There’s a button that says “publish,” and when you press it, it’s done.

    In ye olden times of 1997, it was difficult and expensive to make things public, and it was easy and cheap to keep things private. Privacy was the default setting. We had a class of people called publishers because it took special professional skill to make words and images visible to the public. Now it doesn’t take professional skills. It doesn’t take any skills. It takes a Wordpress install.

    The question isn’t what happens to publishing — the entire category has been evacuated. The question is, what are the parent professions needed around writing? Publishing isn’t one of them. Editing, we need, desperately. Fact-checking, we need. For some kinds of long-form texts, we need designers. Will we have a movie-studio kind of setup, where you have one class of cinematographers over here and another class of art directors over there, and you hire them and put them together for different projects, or is all of that stuff going to be bundled under one roof? We don’t know yet. But the publishing apparatus is gone. Even if people want a physical artifact — pipe the PDF to a printing machine.

    But a book is a “momentary stay against confusion.” This is something quoted approvingly by Nick Carr, the great scholar of digital confusion.

    “Social reading,” the way I’ve always interpreted the phrase, is reading that recognizes that you’re not just a consumer, you’re a user. You’re going to do something with this, and that something is going to involve a group of other people. Read a book. The very next thing you’re going to do, if it was at all interesting, is talk to someone about it.

    Really? So then, why annotate?

    You annotate because that’s the part you want to keep. There’s the experiential value and there’s the extractive value from books. The experiential value of reading Bruno LaTour’s Reassembling the Social was the character of LaTour’s thought at the particular point in his career. Having had that, because I don’t teach classes on the sociology of science, what I now need from that book is the extractive bit, so if I ever teach that topic, or write about it, I can start where I left off rather than having to take the book down from the shelf.

    Lastly — I know that you’re very invested in collective action. How can social reading connect to activism?

    Books are historically lousy calls to action because they tend not only to be produced slowly but consumed slowly. The role of longform writing in collective action is much more about synchronization than coordination. Whenever you read the book and whenever I read the book can be years apart, but when we both show up to the same place, we have that shared background.

    #Livres #Edition #Publication #Clay_Shirky


  • Safety First: Navigating Through the #crypto Hacks
    https://hackernoon.com/safety-first-navigating-through-the-crypto-anarchy-a560cea9a791?source=r

    canva.comWith the recent Bithumb hack, the question on many investors’ minds is: how safe is my crypto? Although hacking is an issue for all cryptocurrencies, for this note, we decided to use #bitcoin as a proxy for hacking probability. Buying cryptocurrency is becoming less of a wild west experience. Yet, investors still face plenty of instability and risk around every turn. These risks are not only associated with the theoretical argument over whether cryptocurrency is here to stay, but also whether some hacker will steal your precious coins. Remember, cryptocurrency exchanges are not insured by the Federal Deposit Insurance Corporation so, unlike equities or bonds, there are no assurances for those investors who lose their money. In addition, the Securities and Exchange Commission (...)

    #cryptocurrency-investment #publication #crypto-hack


  • Impunité des sociétés transnationales -
    https://www.cetim.ch/product/impunite-des-societes-transnationales

    Des #multinationales au pouvoir économique et politique important violent les #droits_humains, bien souvent, dans une #impunité quasi totale. Les coupables échappent à toute poursuite judiciaire. Cette publication met en lumière l’urgence d’avoir un instrument international contraignant qui permette de sanctionner les multinationales impliquées dans ces #violations. La publication du CETIM souligne également l’importance pour les victimes d’obtenir réparation. Une démarche qui ne sera possible que par la mise en œuvre de normes contraignantes au niveau mondial.

    #publication


  • The false equivalence of academic freedom and free speech. Defending academic integrity in the age of white supremacy, colonial nostalgia, and anti-intellectualism

    While much attention has been paid to controversies over free speech and academic freedom related to university campus debates, events, and activities, I demonstrate that higher education is also under threat by the undermining of academic publishing ethics, integrity and standards, as well as what counts as scholarly rigor. The rise of problematic rhetoric and overtures as well as the circumvention of academic publishing standards pose threats to academia writ large, whereby academia is threatened from not just from outside but also from within the academy when some academics themselves participate in the erosion of academic integrity. These new threats have arisen because there are increasing attempts to provide a ‘scholarly’ veneer to what are otherwise hateful ideologies. At a time when there are concerted efforts to decolonize academia, there is concurrent rise of colonial nostalgia and white supremacy among some academics, who are supported by and end up lending support to the escalating far-right movements globally who misuse notions of free speech and academic freedom to further their agendas and attack higher education. Critical scholars thus need to hold accountable fellow academics, academic publishers, and universities in order to protect academic integrity and scholarship in an era when free speech is misused to silence the pursuit of scholarly rigor and ethical engagement. The stakes are high at the current conjuncture and require greater introspection and intervention within academia to counter the dangerous trends of anti-intellectualism, corporatized academia, and colonial violence.

    https://www.acme-journal.org/index.php/acme/article/view/1715
    #liberté_académique #liberté_d'expression #université #édition_scientifique #publications_scientifiques #suprématie_blanche #colonialisme #décolonialisme #nostalgie_coloniale #extrême_droite #anti-intellectualisme #violence
    cc @tchaala_la @isskein


  • Parution d’un guide pratique d’autodéfense à destination des personnes menacées d’expulsion de leurs lieux de vie
    https://fr.squat.net/2018/05/27/guide-pratique-d-autodefense-expulsion

    Après plusieurs mois de rencontres, d’échanges, de recherches et d’ateliers entre des personnes directement concernées par les mesures de délogement, le Collectif Anti-expulsions #Lille présente sa brochure d’autodéfense et d’actions collective face aux expulsions, quelle que soit sa manière d’habiter : occupations de terrains, locations, squats, résidences étudiantes… L’objectif est de partager des savoirs et des […]

    #expulsion #publication


  • Les ravages de la fétichisation des p-valeurs et du biais de publication, en une diapo :


    (via http://audimath.math.cnrs.fr/paradoxes-aleatoires.html )

    Dans le contexte de la vidéo, ’truquée’ = hypothèse réellement fausse, ’Équilibrée’ = hypothèse réellement vraie.

    Je l’ai trouvée particulièrement claire, c’est facile de s’emmêler les pinceaux quand on veut expliquer les tests d’hypothèses. Le papier de Ioannidis va plus loin en terme de modélisation mais cette approximation est suffisante pour une exposition rapide.

    #pvalue #publicationBias #statistics #NHST