• Les #Pygmées_Baka du Cameroun sont certainement l’un des plus anciens peuples des forêts de la planète. Leur mode de vie, semi-nomade, est toujours basé sur la chasse et la cueillette.
    Problème, au #Cameroun, comme dans les autres pays du bassin du #Congo, les #forêts sont devenues des marchés bien trop juteux pour les laisser à ces minorités.

    Exploitées par des #sociétés_forestières, elles sont aussi devenues le terrain de jeu exclusif d’ ONG comme le #WWF, qui préfèrent défendre les grands fauves que les peuples autochtones. Le WWF a ainsi contribué à la formation d’éco-gardes armés , accusés d’exactions par les Pygmées. En attendant que leurs plaintes soient instruites, ceux-ci sont relégués aux bords des routes, interdits de #chasse et condamnés à disparaître à plus ou moins brève échéance…

    De Marie David, François Cauwel, Mathias Lavergne – ARTE GEIE / Hikari Films 2018
    https://info.arte.tv/fr/cameroun-la-terreur-verte
    https://seenthis.net/messages/676014

  • RDC : le lobbying européen de Jean-François Mombia Atuku, le défenseur des droits des Pygmées – JeuneAfrique.com
    http://www.jeuneafrique.com/501472/societe/rdc-le-lobbying-europeen-de-jean-francois-mombia-atuku-le-defenseur-de

    En #Belgique, en #Allemagne et en #France, il se compare volontiers à un autre célèbre militant des droits de l’homme, Floribert Chebeya, retrouvé mort dans sa voiture en 2010. Du 21 novembre au 2 décembre dernier, Jean-François Mombia Atuku était aux sièges européens de plusieurs banques de développement, pour plaider la cause dont il s’est fait le héraut depuis une décennie : le sort des populations de #Pygmées #autochtones.

    Parfois appelés les plus vieux nomades du monde, les Pygmées sont entre 250 000 et 600 000 en RDC. Régulièrement discriminés et violentés par les autres ethnies du pays, notamment les Bantous, leur pauvreté et leur isolement ont fait l’objet d’alertes récurrentes de la part des Nations unies.
    Feronia, le groupe canadien dans sa ligne de mire

    De leur sort, Jean-François Mombia Atuku en a fait son cheval de bataille. Et plus spécifiquement des 100 000 personnes – dont un grand nombre sont des Pygmées – qui dépendent directement (9 000 salariés permanents ou journaliers) et indirectement (leurs familles) du groupe canadien #Feronia, actif dans la production d’#huile_de_palme au nord de la #RDC.

  • Why Pygmies Are Dealing Weed to Survive in the Congo
    http://news.nationalgeographic.com/2017/03/democratic-republic-congo-pygmy-grow-deal-weed

    What they don’t sell is dried for medicinal purposes. When someone falls ill, a traditional healer is dispatched with marijuana. Ground seeds mixed with water cures stomachaches. Kneaded into a starchy tuber called cassava, they improve appetites. A tea of boiled leaves treats coughs, parasites, fainting, flu, and fever. Mubawa ponders a comparison for the all-purpose treatments. “Like in America,” he says, “you take coffee—it makes you strong.”

    There’s new scientific backing for marijuana’s medical benefits. In a 2015 study researchers found that cannabis use among Pygmies in the neighboring Central African Republic actually decreased their body’s parasite loads.

    But the medicine and extra francs come at a high cost. There’s a small wooden shack behind the perimeter of their huts. Mubawa says that villagers are often arrested by the Congolese army for selling marijuana and held in that hut. Soldiers patrol the village nearly every day—three or four wander the area during our two-hour conversation—but it’s never clear whether they are there as customers or law enforcers. Villagers say that if the soldiers have recently been paid, they will buy the marijuana. If they haven’t, then they confiscate it and demand the growers pay a fine.

    “If you have money, you pay, if not, they beat you until they get tired,” Mubawa says. “He has a gun; I have an arrow.”

    et sinon qui n’a rien à voir avec le #cannabis

    “There nobody could break our traditions,” Mubawa, the 36-year-old chief of the village, says of the forest. Worldwide, it is estimated that 20 million indigenous people have been displaced in the name of conservation. Today, the land’s new guardians, heavily armed rangers, interfere with those traditions. Survival International, an advocacy group for indigenous populations, says that across the Congo Basin Pygmies “face harassment, arrest, beatings, torture and even death at the hands of anti-poaching squads.” On these foraging journeys, Mubawa says members of his community have been arrested or killed by rangers of Virunga National Park.

    In a region where the environment is threatened by armed groups, oil companies, and poachers, Virunga is hailed as an example of successful and sustainable conservation. Rangers are extensively trained, and a community development program called the Virunga Alliance has become one of the area’s biggest employers. But tensions remain between those protecting the park’s two million acres—one-third of the world’s mountain gorillas call Virunga home—and communities that have relied on its ecosystem for centuries.

    il y a eu ce reportage sur arte

    A la reconquête des forêts
    Congo, un nouveau pacte avec la forêt
    http://www.arte.tv/guide/fr/059538-003-A/a-la-reconquete-des-forets
    #RDC #pygmées #peuples_autochtones #forêt

  • Le double visage du Panda Le Courrier - Vendredi 17 février 2017 Nathalie Gerber Mccrae
    http://www.lecourrier.ch/146944/le_wwf_multinationale_contre_son_gre

    Début 2015. Sous la pression de Survival International, qui lui demande depuis 1991 de remédier aux violations dont sont victimes les indigènes bakas, le bureau du WWF au Cameroun charge une organisation autochtone pygmée d’un pays voisin de mener une enquête indépendante dans les trois parcs nationaux de Boumba Bek, Nki et Lobéké. Le rapport qui en est issu n’a jamais été rendu public par le WWF. Le Courrier s’en est procuré une copie.

    Le travail effectué sur le terrain se révèle considérable : 493 personnes sont interrogées (Bakas, Bantous, personnel du WWF, organisations de la société civile, représentants du gouvernement) et des dispositions légales en matière de conservation et de droits humains ont été passées au peigne fin.

    Exactions commises
    Le constat est aussi implacable qu’embarrassant : le WWF n’applique pas sa Déclaration de principe sur les peuples autochtones et la conservation, établie en 2008. Les Bakas confirment aux enquêteurs que leurs terres ancestrales ont été transformées en aires protégées sans leur consentement et que des exactions étaient régulièrement commises par les gardes-faune.
    Sur le terrain, les enquêteurs constatent tout d’abord que la confusion règne autour et dans les parcs nationaux : les communautés bakas et bantoues ne sont pas en mesure de faire la différence entre le personnel du WWF et celui du Ministère des forêts et de la faune (MINFOF). Le rapport confirme que ce dernier bénéficie d’un appui technique et financier considérable de la part de l’organisation de conservation de la nature.

    Le WWF s’affiche également dans des opérations de lutte antibraconnage menées conjointement avec le MINFOF et qui conduisent parfois à des raids violents sur des communautés bakas. Les indigènes confient aux enquêteurs qu’ils ne savent pas vers qui se tourner pour dénoncer les maltraitances dont ils ont été victimes car ils ne font pas confiance aux policiers, qui participent eux aussi à ces opérations.

    Relation de « maître à esclave »
    Au niveau de la gestion des trois parcs, le rapport révèle encore que le WWF privilégie une collaboration avec les populations bantoues, dont certains individus font preuve de racisme envers les Bakas et qui ont développé une relation de « maître à esclave » avec ces derniers. Des braconniers bantous embrigadent certains Bakas dans leurs chasses illégales, dont celle des éléphants.

    Pour les enquêteurs, il est clair que le WWF met davantage l’accent sur la lutte antibraconnage que sur la promotion des droits des indigènes bakas. Ces derniers ne reçoivent pas d’informations sur la politique, le mandat et la mission du WWF. Les formations dispensées aux gardes-faune mettent elles aussi l’accent sur la conservation de la faune et de la flore et donnent peu de place à la question des droits humains.

    Au final, les auteurs du rapport plaident pour que les Baka du sud-est du Cameroun puissent contribuer aux efforts de conservation en utilisant leurs savoirs traditionnels et les liens étroits qu’ils ont développé avec leur environnement. A ce jour, la coopération avec les indigènes pour la gestion des aires protégées reste très faible et les quelques gardes-faune Baka n’ont que des postes subalternes. « Les Baka sont les yeux et les oreilles de la forêt, mais leurs capacités sont grandement sous-estimées ».

    #Panda #Baka #Cameroun #droits_humains #harcèlements #peuples_autochtones #Pygmées #violations #WWF #Survival_International #Bantous #maltraitance

  • Le WWF, multinationale contre son gré Le Courrier - Vendredi 17 février 2017 Nathalie Gerber Mccrae

    L’OCDE a jugé recevable une plainte accusant le WWF de violer les droits d’autochtones du Cameroun. L’institution estime que les activités de cette ONG sont assimilables à celles d’une multinationale.
    La nouvelle est tombée le 20 décembre dernier comme un cadeau de Noël pour Survival International. Sa plainte à l’encontre du Fonds mondial pour la nature (WWF) pour violation des droits humains des indigènes bakas dans le sud-est du Cameroun a été jugée recevable par le point de contact suisse de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

    Le dossier déposé par Survival en février 2016 avait tout d’abord plongé les experts suisses dans l’embarras (lire notre édition du 11 novembre 2016). Pas tant sur le fond – le WWF est accusé de former et de financer des gardes-faune coupables de maltraitance envers les Bakas vivant en marge de plusieurs parcs nationaux dont ils ont été expulsés, et d’avoir défini les limites de ces aires protégées sans avoir procédé à une réelle consultation des Bakas – que sur la forme.
    En effet, une ONG attaquant une autre ONG dans le cadre de ses principes directeurs à l’attention des multinationales, l’OCDE n’avait jamais vu ça ! Mais après plusieurs mois de réflexion, le point de contact suisse a estimé que les opérations du WWF International, directement responsable de ses activités au Cameroun, pouvaient être assimilées à celles d’une multinationale. Son approche en matière de conservation a une dimension économique car l’organisation perçoit des royalties et vend des produits ainsi que son image.

    Décision sans précédent
    Pour Survival International, c’est une décision sans précédent ainsi qu’un énorme pas en avant : « Certaines ONG ont l’envergure d’une entreprise multinationale. Il est donc normal qu’elles soient tenues pour responsables si elles violent des droits humains. C’est le cas du WWF, qui récolte plus de 2 millions de dollars par jour », explique Mike Hurran, directeur de campagne.

    La procédure peut donc aller de l’avant. Il faut savoir que le mécanisme de plainte de l’OCDE n’est pas un tribunal, mais une plateforme de négociations conduites avec l’assistance d’experts, suisses dans le cas présent. Son mandat : trouver un accord mutuel acceptable pour les deux parties et proposer des recommandations, non contraignantes, au WWF pour remédier aux violations des droits des Bakas. De son côté, Survival attend de l’ONG un soutien financier aux Bakas pour qu’ils puissent faire valoir leurs droits à la terre et aux ressources ainsi qu’un monitoring sérieux du travail des gardes-faune.

    Indigènes pas consultés
    Le WWF International a accepté à reculons de s’engager dans ce processus de médiation. L’organisation de protection de la faune a tout d’abord tenté de trouver un arrangement avec Survival hors du cadre de l’OCDE, ce qui a ralenti le processus d’examen de la plainte. Elle a ensuite répondu que la situation décrite par Survival ne prenait pas en considération les défis posés par l’instabilité et la militarisation de la région, conséquence des conflits en République centrafricaine toute proche. L’organisation au panda a également affirmé avoir une influence limitée sur le gouvernement camerounais et son ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), qui gèrent les trois parcs nationaux.

    C’est pourtant tout le contraire que révèle un rapport interne que le WWF avait commissionné à des experts autochtones indépendants en 2015 (lire ci-dessous). Un rapport que l’ONG avait refusé de rendre public, mais que Survival a pu se procurer – et faire « fuiter » – fin janvier dernier. Le rapport ne fait pas état de l’impact des conflits voisins sur les aires protégées et met en évidence le partenariat étroit, notamment financier, du WWF avec le ministère des Forêts, notamment lors de campagnes de lutte anti-braconnage aux conséquences désastreuses pour les Bakas.

    Qu’en dit le WWF International ? Son siège en Suisse (à Gland/VD) ne communique pas et transmet toute demande de contact à Frederick Kwame Kumah, son directeur régional pour l’Afrique à Nairobi, au Kenya. Ce dernier insiste sur le fait que le WWF rapporte toute allégation d’abus aux représentants du gouvernement camerounais. « Nous sommes prêts à nous engager pour trouver une solution, pour protéger la forêt et les Bakas. Mais c’est un processus sur le long terme que nous ne pouvons mener seuls. Il faut inclure les Bakas, le gouvernement et les organisations de la société civile dans le processus de médiation. Nous allons donc demander à l’OCDE que la discussion ait lieu sur place au Cameroun. »

    En attendant, que fait concrètement le WWF pour les Bakas ? Frederick Kwame Kumah explique que six gardes-faune bakas ont été engagés dans les trois parcs nationaux concernés par la plainte. « Et nous allons faire pression sur le gouvernement pour que davantage de Bakas soient impliqués dans la gestion des aires protégées. »

    Le WWF forme le personnel
    Pour remédier aux problèmes de racisme et de communication entre les Bakas et les gardes-faune bantous, le WWF a organisé en 2016 une formation sur la question des droits humains avec nonante employés des parcs, lesquels ont pu s’entretenir directement avec des Bakas.

    Pour Nigel Crawhall, directeur du secrétariat du Comité de coordination des peuples autochtones d’Afrique (IPACC), l’amélioration de la situation des Baka passe d’abord par le renforcement de leurs capacités : « Nous menons un programme de formation et de sensibilisation des peuples indigènes à Dzanga-Sangha, une forêt pluviale au sud de la République centrafricaine en partenariat avec le WWF Centrafrique et le WWF Allemagne. Vu le succès rencontré, ce dernier nous propose faire de même au Cameroun ».

    Reste qu’à ce jour, la situation n’a guère évolué aux alentours des parcs nationaux, selon deux spécialistes autochtones de la région contactés par Le Courrier. En s’aventurant dans les parcs nationaux pour se nourrir ou procéder à des rituels, les indigènes courraient toujours le risque de tomber sur des patrouilles antibraconnage – encore financées par le WWF – qui n’hésiteraient pas à les menacer ou à les emmener dans les véhicules de l’ONG pour les maltraiter loin des regards. « Le WWF refuse de dialoguer avec les Bakas et de faire la lumière sur le fonctionnement réel de son partenariat avec le gouvernement. L’acceptation de la plainte par l’OCDE est donc une bonne nouvelle. Le temps de la protection policière de l’environnement est peut-être révolu », espère l’un d’eux.

    C’est la suite de la publication de @kassem
    https://seenthis.net/messages/542360
    et du rappel d’ @odilon

    https://seenthis.net/messages/565777

    #Baka #Cameroun #droits_humains #harcèlements #peuples_autochtones #Pygmées #violations #WWF #Survival_International #Bantous #maltraitance
    #ONG #Soros #Rockfeller #Rotschild #Prince Philip d’Angleterre

  • Exclusif : L’OCDE ouvre une enquête sur le WWF — une première mondiale - Survival International
    http://www.survivalfrance.org/actu/11555

    Il s’agit d’une première mondiale : un membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a accepté d’examiner une plainte au sujet du Fonds mondial pour la nature (WWF). Ce dernier est accusé d’avoir financé des #violations des droits de l’homme au #Cameroun. Jusqu’à présent, cette procédure avait été réservée aux entreprises multinationales.

    Survival a soumis une plainte en février 2016, citant de nombreux exemples d’abus et de #harcèlements violents à l’encontre des « #Pygmées » baka par des brigades anti-braconnage au Cameroun. Ces brigades sont financées par le #WWF. Survival affirme également que le WWF n’a pas cherché à obtenir le consentement libre, préalable et éclairé des communautés concernant les projets de protection de la nature sur leurs territoires ancestraux.

    #droits_humains #Baka #peuples_autochtones

  • In the Democratic Republic of Congo, one of Africa’s oldest indigenous peoples is facing a land crisis | The Independent
    http://www.independent.co.uk/news/world/africa/congo-pygmies-land-rights-africa-indigenous-peoples-a7524326.html

    But for its indigenous inhabitants, the advance of another culture has proved nearly as devastating. Like their ethnic kin across central Africa, Idjwi’s Pygmies, widely known as Bambuti, have been pushed out of a native land to which they could assert no legal title – in this case, to make way for an exploding ethnic Bantu population who now make up more than 95 per cent of Idjwi’s 280,000 inhabitants.

    #RDC #peuples_autochtones #pygmées #Bantou #foncier #terres #territoires

  • Les safaris-chasse de Benjamin de Rothschild impliqués dans des abus contre les « Pygmées » - Survival International
    http://www.survivalfrance.org/actu/11491

    Survival International a découvert qu’une opération de #safaris de #chasse_à_l’éléphant, conjointement détenue par le milliardaire français Benjamin de #Rothschild, a été impliquée dans la #violation des droits de « #Pygmées » #baka locaux et de leurs voisins. Parmi ces violations figurent des #expulsions illégales et des #tortures.

    L’opération est basée au #Cameroun, dans deux « aires protégées » louées par Benjamin de Rothschild. Elle offre aux touristes la possibilité d’abattre, contre la somme de 55.000 euros, un éléphant de forêt.

    Afin de créer cette opération de #chasse aux #trophées, les Baka ont été expulsés de leur #territoire ancestral — ce qui est contraire au droit international. Des #soldats, #policiers et #gardes_armés patrouillent le territoire ; les Baka ont maintenant été informés que les patrouilleurs tireraient à vue si les Baka pénétraient sur le territoire pour chasser afin de nourrir leurs familles, ramasser des plantes ou se rendre sur des sites sacrés.

    ...

    Le Fonds mondial pour la nature (WWF) est très actif au Cameroun où les « aires protégées » permettant la chasse aux trophées font partie de l’un de ses « paysages écologiques » clefs. Le WWF doit encore commenter ces allégations ou annoncer s’il compte prendre des mesures.

    #monde_civilisé #terres #lamentable

  • Promenons-nous dans les bois (3/4) : Déforestation, discrimination, élimination : l’avenir incertain des hommes en forêt
    http://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/culturesmonde-mercredi-18-mai-2016

    C’est maintenant... (raté les autres émissions, j’y reviendrai)

    La #déforestation en pose pas que des problèmes écologiques. En effet, de nombreux peuples vivant en forêt voient leurs traditions et leurs modes de vie menacés. Quelles sont leurs stratégies pour s’adapter - voire résister - à ces changements ?

    #peuples_autochtones #pygmées #chasseurs_cueilleurs #forêt

  • Life for the Baka Pygmies of Central African Republic | Global development | The Guardian
    http://www.theguardian.com/global-development/2016/may/04/life-for-the-baka-pygmies-of-central-african-republic?CMP=twt_gu

    Guns and poaching are greatly accelerating the depletion of the forest. Everyone recognises these poachers as having been part of the (largely Christian) anti-balaka militia. Local NGOs have been unable to protect the forest from poaching.

    ‘If things continue as they are now,’ says Sarno, ‘Baka won’t be going into the forest. They will become like serfs to the Bilo again. They will lose their humanity.’

    Poaching is not the Baka’s only problem.

    Central African Republic (CAR) ranks 187 out of 188 in the 2015 human development index. The average life expectancy is 49 years of age. Unicef says that CAR has the eighth highest under-five mortality in the world. Figures are even worse among the Baka.

    Tuberculosis is approaching crisis level; hepatitis B and malaria are endemic. Almost all of the children test positive for malaria.

    Sarno estimates that half of Baka children don’t make it to the age of five. It doesn’t help that there is no doctor at the local health clinic.

    #peuples_autochtones #pygmées #forêt #braconnage #santé #esclavage

  • Pygmées, opération mango | CNRS Le journal
    https://lejournal.cnrs.fr/diaporamas/pygmees-operation-mango

    Dans la #forêt_équatoriale africaine, les #pygmées #Baka du #Cameroun vivent en symbiose avec leur environnement. Laurent Maget, anthropologue, les a accompagnés pendant la récolte des #mangues. La chasse, la pêche et la cueillette sont des activités que les pygmées pratiquent au gré des saisons et de leurs besoins.

    Ici on balance les noyaux #rien_compris

  • First estimate of Congo Basin’s pygmy population comes with warning about increasing threat of deforestation
    http://news.mongabay.com/2016/01/first-estimate-of-congo-basins-pygmy-population-comes-with-warnings-a

    As many as 920,000 pygmies live in the forests of the Congo Basin, and deforestation of Central Africa’s rainforests is not only intensifying the threats to their lives but the survival of their very culture, a new study suggests.

    Pygmy communities occupy a large amount of territory in central Africa, from the Congo Basin to Lake Victoria. It has been virtually impossible to determine their population numbers and geographic distribution until now due to a number of factors, primarily the fact that they live in remote forest areas and, as hunter-gatherers, tend to move around a lot.

    #pygmées #peuples_autochtones #forêt #déforestation

  • Distribution and Numbers of Pygmies in Central African Forests | Center for International Forestry Research
    http://www.cifor.org/library/5931/distribution-and-numbers-of-pygmies-in-central-african-forests

    Pygmy populations occupy a vast territory extending west-to-east along the central African belt from the Congo Basin to Lake Victoria. However, their numbers and actual distribution is not known precisely. Here, we undertake this task by using locational data and population sizes for an unprecedented number of known Pygmy camps and settlements (n = 654) in five of the nine countries where currently distributed. With these data we develop spatial distribution models based on the favourability function, which distinguish areas with favourable environmental conditions from those less suitable for Pygmy presence. Highly favourable areas were significantly explained by presence of tropical forests, and by lower human pressure variables. For documented Pygmy settlements, we use the relationship between observed population sizes and predicted favourability values to estimate the total Pygmy population throughout Central Africa. We estimate that around 920,000 Pygmies (over 60% in DRC) is possible within favourable forest areas in Central Africa. We argue that fragmentation of the existing Pygmy populations, alongside pressure from extractive industries and sometimes conflict with conservation areas, endanger their future. There is an urgent need to inform policies that can mitigate against future external threats to these indigenous peoples’ culture and lifestyles.

    #peuples_premiers #pygmées #Afrique #forêt #déforestation

  • Un an après : le #WWF n’a toujours pas mis fin aux exactions commises à l’encontre des ’Pygmées’ - Survival International
    http://www.survivalfrance.org/actu/10711

    Le WWF n’a toujours pas pris de mesures pour mettre fin aux #exactions commises par les brigades anti-braconnage à l’encontre des #Pygmées #baka et de leurs voisins au sud-est du #Cameroun, tout juste un an après avoir reçu des rapports sur les harcèlements et les mauvais traitements dont ils sont victimes et treize ans après qu’il en a été informé pour la première fois.

    Ces brigades, qui sont formées de gardes forestiers – et parfois de soldats et de policiers –, sont financées par le WWF et ne pourraient agir sans son soutien.

    Près de 9 000 personnes ont écrit au WWF pour l’appeler à veiller à ce que son financement ne soit pas utilisé pour violer les droits des Baka et de leurs voisins. L’an dernier, des villageois avaient demandé au WWF de suspendre son aide.

    #complaisance #complicité

  • Les #Pygmées chassés de la forêt | Le Devoir
    http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/340771/les-pygmees-chasses-de-la-foret

    Non, leurs problèmes viennent du fait que leurs ancêtres ont été chassés de leurs forêts en 1925 par les autorités coloniales belges soucieuses de « protéger » les gorilles et de promouvoir le tourisme.

    Depuis ce temps, les Pygmées squattent des terres publiques ou privées à la lisière du parc des Virungas, où ils sont soumis à diverses formes de discrimination et vivotent en exerçant toutes sortes de petits métiers.

    Ni les Belges ni les gouvernements qui se sont succédé dans le Congo indépendant ne les ont consultés (encore moins indemnisés), du moins jusqu’à tout récemment. L’indépendance n’a en rien amélioré leur situation, la surveillance policière se trouvant plutôt renforcée et les tracasseries à leur endroit tendant à s’accroître.

    #inégalités #discriminations