• Compétitivité, retraites, Etat : Emmanuel Macron choisit le risque , Cécile Cornudet, Les Echos
    https://www.lesechos.fr/politique-societe/emmanuel-macron-president/exclusif-competitivite-retraites-etat-emmanuel-macron-choisit-le-risque-120

    La crise sanitaire s’éloignant, le chef de l’Etat prépare une nouvelle étape pour le pays, qu’il présentera début juillet. Il n’y aura pas de tournant social, commence-t-il à diffuser.

    La première pierre de l’édifice est à peine posée. Emmanuel Macron veut consulter, associer, et trouver grâce aux présidents des Assemblées deux ou trois mesures qui feront consensus dans le pays. Il veut prendre le temps de réfléchir avant de dévoiler, début juillet, les contours d’une nouvelle étape pour le pays et la définition d’un nouvel « en même temps », entre « reconstruction » et « vivre ensemble ».

    Mais une chose est sûre : il veut prendre des risques, du moins sur le volet « reconstruction ». S’exposer et oser, puisque tel est sa marque de fabrique.  » Je ne suis pas du genre à regarder la Seine », dit-il souvent. Et tant pis s’il y a un vrai « paradoxe à prendre plus de risques encore pour parachever ce qui a été fait », alors que les crises se sont enchaînées et que ses marges de manoeuvre se sont réduites.

    De virage social, il ne saurait être question (ce n’est pas à la hauteur, estime-t-il), de reprendre le fil du quinquennat comme si rien ne s’était passé non plus (le confinement et le choc économique ont créé des traumatismes). Emmanuel Macron veut bâtir du nouveau sur ce qui a été fait, sans renier ses réformes, y compris celle des retraites qu’il voudrait reprendre en partie, et sans renoncer à ses priorités économiques que sont l’amélioration de la compétitivité et la politique de l’offre.

    La France a tenu le choc dans la crise du Covid parce qu’elle était forte d’avoir maintenu le cap après les « gilets jaunes », analyse-t-il. Les Français ont mesuré leur attachement à l’indépendance du pays sur les secteurs stratégiques. Or ce n’est pas une réorientation de la mondialisation qui permettrait au pays d’être souverain, défend-il, mais sa puissance. Souveraineté et compétitivité sont dans son esprit intimement liés.

    Priorité à l’emploi, soutien aux entreprises et baisses d’impôts plus que hausse générale des salaires, poursuite de la modernisation du pays : le chef de l’Etat repense sa méthode (« Une réforme n’a pas besoin d’être brutale » ), mais pas son orientation. Sa « réinvention » prend la forme d’une accélération, comme après les « gilets jaunes ». [#réforme_des_retraites, ndc]

    Le mandat dans le mandat

    De l’observation attentive du pays pendant la crise, il retient notamment deux choses : la résilience des Français, mais aussi la défiance qui les anime. Paris contre province, peuple contre élites, et même élus contre Etat puisque les partis traditionnels ont fait cette « faute lourde » , analyse-t-il, de confondre combat politique et remise en cause de « l’Etat qui fait Nation ». Les fractures sont multiples et pour les contrer, il commence à voir le chemin : il faut que les citoyens adhèrent aux décisions, « faire circuler les énergies » [Qi gong, CAC 40 et cocaïne, ndc] et rééquilibrer les pouvoirs.

    A deux ans de l’élection présidentielle, il serait ainsi prêt à rouvrir le chantier éruptif de la réforme de l’Etat. [...]

    #politique_de_l'offre #réforme_de_l'État

    • Gouverner c’est prévoir

      L’Elysée revoit tous ses procédures de sécurité en perspective d’un automne marqué par des manifestations, en particulier des Gilets jaunes, a-t-on appris auprès d’une source militaire. « Le confinement avait permis de commencer cet review des procédures ».

      Un salarié du Figaro
      https://twitter.com/Malbrunot/status/1269191757029310465

      Je sais pas quel gendarme de la sécu du Palais s’est épanché au comptoir, mais ressortir là les Gilets jaunes (et pas les Sans culottes ?) quand tout le « social » est à risque, c’est tout au plus donner un exemple pour motiver la sécu du Palais, mi-dire que que ce qui inquiète leur chef relève de compositions éventuelles aussi logiques et imprévisibles que le furent les GJ.

      Casse-tête : ne pas surligner la fragilité, façon bunkérisation élyséenne de l’automne hiver 2018/2019 ; ne pas redoubler la coupure (pas mur de grilles de 3 kms comme Trump en a fait ériger un autour de la Maison Blanche) ; faire classique en abandonnant la position (la sortie dérobée ou souterraine, à la Retailleau) est coûteux et à n’utiliser qu’en derrière extrémité ; ne pas se réfugier à Versailles ou Baden Baden.
      Un casse-tête qui demande pas mal de « procédures à roder » et que l’emploi sur la zone des gaz incapacitants (blindés de la gendarmerie) peut contribuer à résoudre.

    • Le nombre de retraités ne baisse pas assez : Retraites : un déficit de près de 30 milliards d’euros attendu en 2020
      https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/12/retraites-un-deficit-de-pres-de-30-milliards-d-euros-attendu-en-2020_6042590

      Une « estimation provisoire » du Conseil d’orientation des retraites anticipe une aggravation du déficit, déjà actuellement de 25,2 milliards d’euros. Par Bertrand Bissuel et Raphaëlle Besse Desmoulières

      Les comptes du système de retraite sont sévèrement affectés par la crise liée au Covid-19. En 2020, ils pourraient afficher un déficit de 29,4 milliards d’euros, soit 1,5 % du produit intérieur brut (PIB), selon des données diffusées, jeudi 11 juin, par le Conseil d’orientation des retraites (#COR).

      Il s’agit d’une « estimation provisoire » , susceptible d’être revue ultérieurement, car elle repose sur des hypothèses incertaines. Mais ce chiffrage s’avère, quoi qu’il en soit, plus élevé que les précédentes projections réalisées en novembre 2019 : celles-ci tablaient alors sur un solde négatif de 4,2 milliards pour 2020. En sept mois, les différents régimes de pension, pris dans leur globalité, auraient donc vu leurs perspectives financières se dégrader de 25,2 milliards d’euros.

      Pour éloquentes qu’elles soient, ces données n’ont rien d’étonnant, car elles convergent avec les tendances relevées dans d’autres champs de notre Etat-providence – l’assurance-chômage, par exemple. Il y a toutefois une singularité, s’agissant des caisses de retraite : les dépenses n’augmentent pas, contrairement au dispositif d’indemnisation des demandeurs d’emploi. Elles sont même très légèrement orientées à la baisse (environ – 500 millions d’euros, par rapport aux calculs effectués en novembre 2019). Une évolution imputable à l’ « excès de mortalité » que l’on observe surtout chez les personnes de plus de 65 ans : l’épidémie pourrait, in fine , se traduire par une baisse de 0,15 % du nombre de retraités, avec, comme corollaire, l’arrêt des pensions octroyées aux individus décédés, et donc des dépenses en moins.

      C’est sur les recettes que l’incidence de la récession est la plus marquée. Comme le rappelle le COR, des « pans entiers de l’économie » ont été mis à l’arrêt, durant la période de confinement, et plusieurs centaines de milliers de personnes, très majoritairement en CDD et en intérim, dans un premier temps, ont perdu leur emploi. Une flambée du chômage qui risque de se poursuivre durant les mois à venir. La « masse des rémunérations totales » versées en 2020 pourrait, par voie de conséquence, baisser de 8,5 % : or, c’est principalement sur elle que sont assises les ressources du système de retraite. Cette contraction des rentrées d’argent est accentuée par les reports et les exonérations de cotisations aux entreprises, afin de soulager leur trésorerie.

      Progression de la pension moyenne nette

      Sans surprise, l’impact de la crise est très puissant pour les régimes du secteur privé : leurs recettes vont s’affaisser en raison de l’attrition du volume des salaires versés. Le trou dans la caisse en 2020 pourrait atteindre 27,2 milliards d’euros, soit presque 11,5 fois plus que dans les projections présentées en novembre 2019 par le COR. En revanche, les comptes des régimes spéciaux (RATP, SNCF…) et ceux de la fonction publique ne devraient quasiment pas être touchés par la crise.

      Enfin, les retraités semblent relativement épargnés par les turbulences actuelles, puisque la « pension moyenne nette » progresserait de 1,2 % entre 2019 et 2020 ; à l’inverse, la masse des rémunérations allouées aux personnes en activité fléchirait (– 5,3 %). Du coup, le niveau de vie des retraités, déjà supérieur « à celui de l’ensemble de la population » , s’élèverait encore, passant de 105 % à 110 % en 2020. Le prochain rapport annuel du COR, initialement prévu pour juin, sera peut-être publié en novembre, « si la situation le permet » – c’est-à-dire à condition qu’il y ait moins d’inconnues sur le contexte sanitaire et économique.

      #retraites #retraités #vieux

  • Dans son Havre de gauche, Edouard Philippe a un problème avec sa droite – LE POULPE
    https://www.lepoulpe.info/dans-son-havre-de-gauche-edouard-philippe-a-un-probleme-avec-sa-droite

    Un bruit sourd retentit au milieu du brouhaha. « Casse pas la vitre ! », crient plusieurs personnes à l’homme qui est en train de donner des coups de coude à la devanture déjà brisée de la permanence d’Édouard Philippe. « Casse pas la vitre ! Elle est taguée ! »

    Sur le local de campagne du premier ministre, candidat à sa réélection à la mairie du Havre, le message des manifestants s’affiche en toutes lettres : « 49°3 Philippe prend la fièvre », « Mettons-le en quarantaine ! »

    Samedi 29 février, en fin d’après-midi, à quelque 200 kilomètres de là, le chef du gouvernement vient d’annoncer devant l’Assemblée nationale sa décision de recourir au #49-3 pour adopter la #réforme_des_retraites sans vote. La colère des opposants au projet de l’exécutif éclate dans les rues de la cité Océane. « Le 49-3, c’est un coup d’État. La vraie démocratie, elle est ici » , scande la petite foule. Il y a là des militants de la CGT, des « gilets jaunes », des avocats, des représentants du Snesup-FSU, première organisation chez les enseignants-chercheurs, de simples citoyens…

    Malgré la surdité du pouvoir, tous entendent poursuivre la mobilisation jusqu’au retrait du texte. Et profiter de l’éclairage offert par l’élection municipale des 15 et 22 mars pour montrer qu’« ils sont lààà, ils sont là, même si Macron n’en veut pas, eux ils sont là ». Car au Havre sans doute plus qu’ailleurs, le scrutin revêt cette année un caractère particulier.

    En pleine crise sociale, #Édouard_Philippe, qui a dirigé la ville pendant sept ans (2010-2017), a décidé d’y mener campagne comme tête de liste, tout en restant à Matignon et en disant même que cela pourrait durer.

    https://seenthis.net/messages/828268
    https://www.mediapart.fr/journal/france/010220/candidat-au-havre-edouard-philippe-anticipe-une-campagne-difficile
    Celui-ci est en accès libre sur le site de @mediapart c’était les élections municipales précédentes, en 2014.

    Face au maire UMP Édouard Philippe (44 ans), la gauche présente deux candidats aux profils inédits : une communiste de 45 ans, Nathalie Nail, qui entend renouer avec l’histoire rouge de la ville, et un ancien président d’université noir de 49 ans, Camille Galap, vainqueur inattendu d’une primaire ouverte socialiste.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/160314/municipales-l-air-frais-venu-du-havre
    https://www.mediapart.fr/journal/france/050320/dans-son-havre-de-gauche-edouard-philippe-un-probleme-avec-sa-droite
    #Le_Poulpe reprend l’article de Ellen Salvi publié le 5 mars sur Mediapart.

  • « 🔎 Depuis janvier, le monde de la recherche est en ébullition 🌡 Réforme des retraites, loi de programmation... Pour mieux comprendre les raisons de la colère, c’est par ici ⬇️ »

    Les enseignants-chercheurs se mobilisent contre la réforme des retraites
    https://www.la-croix.com/Famille/Education/enseignants-chercheurs-mobilisent-contre-reforme-retraites-2020-02-07-1201

    Inquiets, les enseignants-chercheurs craignent que la réforme des retraites, puis la future loi de programmation de la recherche ne mettent à mal leur statut et instaurent une logique de productivité.

    Depuis janvier, la colère a gagné les enseignants-chercheurs – et ceux qui souhaitent le devenir. La coordination nationale des facs et labos en lutte estime que 57 universités, 171 laboratoires et 110 revues sont « mobilisés ».

    Ces scientifiques, chercheurs en mathématiques, médecine, sociologie, histoire…, qui tiennent en parallèle une activité d’enseignement, ont le statut de fonctionnaire et s’estiment perdants dans la future réforme des retraites. Le nouveau calcul prendra en effet en compte toutes les années de carrière – primes comprises – et non plus les six derniers mois. Or, les salaires des chercheurs en début de carrière sont bas et leurs primes, faibles. Pour compenser les pertes, le gouvernement a annoncé en janvier une revalorisation de ces primes.

    Risque de titularisation retardée avec les nouveaux contrats

    Pour compenser les pertes, le gouvernement a annoncé en janvier une revalorisation de ces primes. Pas de quoi calmer la colère. D’autant que la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) annoncée par Edouard Philippe dès février 2019 et qui devrait être présentée au printemps suscite aussi de nouvelles oppositions...

    #réforme_des_retraites #enseignant.e.s_chercheurs

  • #Espérance_de_vie et #retraites : le #décrochage | #Alternatives_Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr/esperance-de-vie-retraites-decrochage/00091484

    Parmi les arguments employés pour justifier la #réforme_des_retraites, les évolutions de l’espérance de vie, et en particulier de l’espérance de vie en bonne santé, sont régulièrement mis en avant, souvent sans précaution. Une fois de plus, un examen des travaux du Conseil d’Orientation des Retraites (COR), permet d’y voir un peu plus clair.

    Premier enseignement : l’espérance de vie a augmenté régulièrement (même si les dernières données montrent un ralentissement, dont il est trop tôt pour savoir s’il s’agit d’un changement de tendance ou d’un phénomène temporaire). Une personne née en 1920 et ayant atteint 60 ans, vivait en moyenne jusqu’à 82 ans ; une personne née en 1960 et âgée de 60 ans devrait vivre en moyenne jusqu’à 88 ans. Pas de problème à repousser l’âge de la retraite donc ? Pas si sûr.

  • A propos de novlangue, j’ai trouvé un article dans la Tageszeitung de ce mois de janvier :

    Do you speak Macron?
    Die Gelbwesten-Proteste in Frankreich haben ihre Ursache auch im Sprachgebrauch des Präsidenten. Er belehrt, ermahnt, spottet und frotzelt.
    Stellen wir uns vor, Angela Merkel würde uns als störrische Landsleute bezeichnen, unfähig zum Wandel. Sie würde behaupten, einige von uns seien Faulenzer, viele Frauen ­Analphabeten. Sie würde Menschen, denen sie in einer Bahnhofshalle begegnet, einteilen in jene, die ihr Leben meistern, und jene, die schlichtweg nichts sind. Schließlich würde sie damit prahlen, selbst schon beim Überqueren der Straße einen Job finden zu können, uns aber dazu auffordern, es doch mal mit Arbeiten zu probieren, wenn wir uns einen Anzug kaufen wollen.
    [...]

    https://taz.de/Essay-Sprache-der-franzoesischen-Macht/!5565182

    L’article a été repris par le Courrier International, pour celles et ceux qui l’ont abonné :
    Vu d’Allemagne. La novlangue d’Emmanuel Macron
    Le président français multiplie les petites phrases jugées méprisantes, avec un vocabulaire du monde de l’entreprise. Cette rhétorique a creusé le fossé entre Emmanuel Macron et une partie des Français, notamment les “gilets jaunes”, estime une éditorialiste allemande.
    Imaginons qu’Angela Merkel parle de nous comme de compatriotes réfractaires au changement. Qu’elle trouve chez nous un certain nombre de fainéants et beaucoup de femmes illettrées. Qu’elle range les gens qu’elle croise dans un hall de gare dans des cases, d’un côté ceux qui réussissent, de l’autre ceux qui ne sont rien. Pour couronner le tout, qu’elle se gausse de pouvoir trouver du travail en traversant la rue, tout en clamant que la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler. [...]
    https://www.courrierinternational.com/article/vu-dallemagne-la-novlangue-demmanuel-macron
    #novlangue #Macron

  • Retraites : les éditorialistes sur le pied de guerre depuis trois mois | Maxime Friot et Pauline Perrenot
    https://www.acrimed.org/Retraites-les-editorialistes-sur-le-pied-de

    Depuis l’annonce du projet de réforme des retraites par le gouvernement, et celle de la grève du 5 décembre en réponse, les éditorialistes sont sur le pied de guerre. « Prise en otage » des usagers par les grévistes, versus réforme « bonne et nécessaire » : voyage en terrain médiatique connu, morgue et mépris garantis. Source : Acrimed

  • Retraites : préparer la riposte du monde du travail | Le Journal Lutte Ouvrière
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2019/09/04/retraites-preparer-la-riposte-du-monde-du-travail_134157.htm


    #retraites

    Alors qu’il affichait au début de l’été sa détermination à engager rapidement une #réforme_des_retraites, le gouvernement a changé d’attitude. « On va prendre un an, un petit peu moins d’un an », a déclaré en fin de semaine le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin. Le même jour, tout en expliquant que le futur projet de loi serait « présenté au Parlement lors des mois qui viennent », le Premier ministre #Édouard_Philippe a insisté à son tour sur le fait qu’il fallait
    « prendre le temps d’en parler ».

    Le ton et la méthode tranchent avec l’attitude provocante qui était celle de #Macron et de ses ministres il y a un an. Entre temps, le mouvement des gilets jaunes et le large soutien dont il a bénéficié ont montré que le mécontentement des classes populaires est général et profond. Le gouvernement redoute qu’il ne se manifeste à nouveau à l’occasion de la réforme des retraites. C’est pourquoi il préfère la repousser au-delà des élections municipales de mars 2020.

    Le ballet des rencontres entre représentants du patronat et des organisations syndicales va commencer les 5 et 6 septembre et un calendrier va être annoncé. À ces réunions dans les ministères, le gouvernement parle d’ajouter une « consultation citoyenne », peut-être à la façon du grand débat organisé pour servir d’étouffoir à la colère exprimée par les gilets jaunes.

    Mais la concertation dont Macron et ses ministres nous rebattent les oreilles ces temps-ci se résume simplement : « Cause toujours, et à la fin je décide ! » Le gouvernement n’a pas renoncé à s’attaquer aux retraites. En se livrant à cette mascarade, il cherche à obtenir la caution des confédérations syndicales et tente de faire croire que son projet bénéficie de l’assentiment de la population.

    En juillet, le politicien de droite #Jean_Paul_Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites et désormais membre du gouvernement, a rendu publiques les pistes envisagées : suppression des #régimes_spéciaux dont bénéficient encore certaines catégories, notamment dans la fonction publique ; la pension ne serait plus calculée sur les 25 meilleures années ou les six derniers mois mais sur toute la carrière, ce qui entraînerait forcément une diminution, et ce calcul reposerait sur un système de points dont le gouvernement se réserverait le droit de fixer la valeur ; instauration d’un âge pivot à 64 ans pour obtenir une retraite pleine.

    Macron a déclaré récemment que rien n’était décidé et qu’il préférait « qu’on trouve un accord sur la #durée_de_cotisation plutôt que sur l’âge ». Mais augmenter la durée de cotisation revient à retarder l’âge du départ ! Quel que soit le moyen utilisé, le résultat reste le même : faire travailler les salariés plus longtemps, ou les maintenir plus longtemps au chômage, puisque c’est la situation de près de la moitié des plus de 55 ans ; et de toute façon, amputer les retraites de tous.

    Le gouvernement prétend mettre en place un système plus juste mais c’est une justice à la sauce patronale, qui consiste à imposer une régression à toutes les catégories de salariés ! La réforme que prépare Macron est un nouvel épisode dans la guerre menée au monde du travail par la classe capitaliste et les gouvernements à son service.

    Pour accroître leurs profits dans un contexte de crise et de concurrence exacerbée, les capitalistes font reculer le niveau de vie des travailleurs par tous les moyens, en aggravant l’exploitation, la #précarité et en imposant les bas salaires. De leur côté, quelle que soit leur couleur politique, tous les gouvernements n’ont cessé depuis des années de consacrer une part croissante des finances publiques à satisfaire les exigences du grand patronat et des banques. L’éducation, le système de santé, la retraite, tout ce qui est le plus essentiel pour les travailleurs est sacrifié pour favoriser les profits d’une minorité de riches bourgeois !

    Des journées de #mobilisation sont organisées contre cette réforme des retraites, dont celle proposée par la #CGT le 24 septembre. Ce sont des occasions à saisir pour commencer la mobilisation contre l’ensemble des attaques.

    #Emplois, #salaires, retraites : les capitalistes mènent la guerre sur tous les fronts. C’est collectivement, en tant que classe sociale aux intérêts communs, que les travailleurs pourront mettre un coup d’arrêt à cette offensive contre leurs droits et leurs conditions de vie. Nous sommes le nombre, nous faisons fonctionner la société, nous en avons la force si nous en avons conscience.

    Montrons au gouvernement qu’il a raison de craindre les réactions de colère des travailleurs !

    Bulletins d’entreprise du 2 septembre

  • Réforme des #RETRAITES : les vrais chiffres
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/040919/reforme-des-retraites-les-vrais-chiffres

    Un collectif citoyen a épluché les données publiques disponibles pour établir les conséquences de la future réforme, en comparant les situations de salariés qui partiront prochainement à la retraite avec ceux qui partiront 30 ans plus tard. Pour des carrières identiques, le niveau des pensions chutera de 15 à 23%. Pour conserver le même niveau, il faudra travailler trois ans de plus. À partir de ce jeudi 5 septembre, Édouard Philippe reçoit les syndicats et le patronat.

    #collectif,_taux_de_remplacement,_réforme,_retraités

  • Grève #10_septembre #2013 : Y aura-t-il un impact sur la SNCF et la RATP ?
    http://www.transports-en-commun.info/greve-10-septembre-2013-impact-sncf-et-ratp

    Au cours de cette grève 10 septembre 2013, ces quatre syndicats dénonceront la #réforme_des_retraites annoncées par le gouvernementCet article Grève 10 septembre 2013 : Y aura-t-il un impact sur la SNCF et la RATP ? est apparu en premier sur Point Info Transports.

    #Grève_RATP #Grève_SNCF #CGT #droit_social #FO #FSU #greve #réglementation #secteur_TRV #Solidaires

  • #Allemagne : papi et mamie bossent dur
    http://fr.myeurop.info/2013/06/11/allemagne-papi-et-mamie-bossent-dur-9958

    Quentin Bisson

    Chiffre du jour : 36,4% c’est le pourcentage de l’augmentation des seniors allemands exerçant un #mini-job entre 2003 et 2012, selon l’agence fédérale du travail. Un moyen de faire face à la précarité.

    Selon l’étude datant d’octobre dernier, le nombre de seniors de plus de 65 ans (...)

    #Société #Social #précarité #Réforme_des_retraites #retraites