• #Lubrizol : le préfet a donné son feu vert à des augmentations de capacités sans évaluation environnementale
    https://www.actu-environnement.com/ae/news/lubrizol-rouen-stockage-produits-dangereux-autorisation-prefet-e

    En juin 2018, le gouvernement a publié un décret qui réduit le périmètre des projets soumis à évaluation environnementale. Parmi les installations concernées figurent les installations Seveso, qui constituent les installations les plus dangereuses au sein de l’Union européenne, du fait de la quantité de produits dangereux qu’elles mettent en œuvre. Malgré cela, l’exécutif a décidé de soustraire les modifications de ces établissements à une évaluation environnementale systématique pour les soumettre à une procédure d’examen au cas par cas.

    Jusqu’à la loi Essoc d’août 2018, cet examen relevait dans tous les cas d’une autorité environnementale indépendante. Mais cette loi de simplification a donné cette compétence au préfet lorsque le projet consiste en une modification des installations, et non une création. Une compétence que le gouvernement aimerait étendre, via la loi énergie-climat en attente de promulgation, à l’ensemble des examens au cas par cas.

    Deux demandes successives d’augmentation

    L’établissement Lubrizol de Rouen a bénéficié de ces assouplissements. L’exploitant a présenté deux demandes successives d’augmentation des quantités de substances dangereuses le 15 janvier et le 19 juin 2019. Conformément à la loi Essoc, c’est donc le préfet qui s’est prononcé sur les demandes et non l’autorité environnementale indépendante. Dans les deux cas, il a considéré qu’il n’y avait pas lieu à évaluation environnementale.

  • The U.S. Is Purging Chinese Americans From Top Cancer Research - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/features/2019-06-13/the-u-s-is-purging-chinese-americans-from-top-cancer-research

    In January, Wu, an award-winning epidemiologist and naturalized American citizen , quietly stepped down as director of the Center for Public Health and Translational Genomics at the University of Texas MD Anderson Cancer Center after a three-month investigation into her professional ties in China. Her resignation, and the departures in recent months of three other top Chinese American scientists from Houston-based MD Anderson, stem from a Trump administration drive to counter Chinese influence at U.S. research institutions.

    #Chine #Etats-unis #air_du_temps #régression

  • Le gouvernement veut sucrer les allocations d’au moins 11% des chômeurs indemnisés
    https://www.marianne.net/societe/le-gouvernement-veut-sucrer-les-allocations-d-au-moins-11-des-chomeurs-ind

    Au boulot les fainéants ! Selon Les Echos, le gouvernement envisage de durcir les conditions d’accès aux allocations chômage. Ce vendredi 7 juin, le quotidien économique dévoile une partie du contenu de la réforme de l’assurance chômage, que l’exécutif présentera la 17 juin prochain. Objectif du texte : réduire la voilure sur les dépenses sociales d’1 à 1,3 milliard d’euros, et donc tailler dans la masse des 3 millions de chômeurs indemnisés.

    Pour toucher une allocation aujourd’hui, la règle est d’avoir travaillé l’équivalent de 4 mois dans les 28 mois précédant la fin de son contrat - et 36 mois au-delà de 53 ans. La piste envisagée serait de passer ce seuil à 6 mois sur 24. Un coup de fouet aux plus précaires, puisqu’il faudra donc avoir travaillé plus longtemps sur une période plus courte pour avoir droit au chômage. Toutefois, un jour travaillé donnera toujours lieu à un jour indemnisé. Ce qui signifie que la durée d’indemnisation sera de 6 mois minimum.

    Combien de chômeurs seront concernés par ce coup de canif dans la protection sociale ? A la demande des syndicats, l’Unédic avait évalué plusieurs hypothèses de réformes. La plus proche de celle envisagée par le gouvernement, qui envisageait un passage à l’équivalent de 4 mois travaillés sur une période de 2 ans (donc 2 mois de moins que le projet gouvernemental sur une période équivalente), aboutissait déjà selon l’Unédic à une diminution de 11% du nombre de chômeurs indemnisés – 236.000 personnes -, pour une économie de 160 millions d’euros. Une économie insignifiante comparativement aux 4,5 milliards d’euros annuels de recettes auquel le gouvernement a renoncé en réformant l’ISF.
    Les précaires en première ligne

    Il y a de quoi se faire des cheveux blancs pour les travailleurs intermittents des services, de la construction, des transports ou de l’industrie : selon une étude de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) du ministère du Travail, en 2017, neuf embauches sur 10 ont été signées en CDD et en intérim dans ces secteurs « en surchauffe ». 80 % de ces CDD et de ces missions s’étendent sur moins d’un mois, leur durée médiane avoisinant… cinq jours. Les salariés de ces secteurs, sujets d’une extrême « flexibilité », pourraient donc être les premiers à trinquer en cas de durcissement des conditions d’accès aux allocations chômage.
    Lire aussi
    Contre le chômage, le retour des journaliers corvéables à merci

    Parmi les autres pistes envisagées figure notamment une dégressivité des allocations au bout de six mois pour les très hauts revenus (seniors exclus). Le seuil à partir duquel cette mesure s’appliquera n’est toutefois pas encore connu. Les négociations entre partenaires sociaux ont en outre achoppé sur l’une des mesures phares soutenues par le gouvernement : l’instauration d’un mécanisme de « bonus-malus » pour les employeurs qui abusent des contrats court. Sans surprise, les représentants patronaux sont vent debout contre ce dispositif.

    #guerre_aux_pauvre #régression #chômage #sexisme #domination_masculine (car les pauvres et précaires sont des femmes et non des hommes).

    • (relevé sur twitter)

      le chômage shorter : c’est les chaises musicales. tu sais ce jeu où le gagnant est celui qui s’est le plus épuisé pendant que le premier perdant avait le cul posé au calme dès la première manche.
      ^^
      bin là moi jsuis sur mon cul et toi tu cours. je me relèverai que quand y’aura un autre tour de jeu avec de nouveau assez de chaises tu seras épuisé de ta course et j’aurai même pas à forcer. c’est la vie cuicui.
      la seule solution c’était de tous aller s’asseoir par terre en gueulant que c’est quoi ce jeu des chaises pas suffisantes pour le nombre de culs mais bon. ça demandait d’avoir des principes, toussa.
      dans les chaises musicales l’inconfort change de place. au début les éliminés ont quasi toute la pièce pour eux pendant que les autres tournent autour des chaises, à la fin ya plus d’éliminés que de joueurs faut se serrer sur le parquet. bah c’est pareil au chômage.
      on va juste relancer une partie et l’inconfort va re changer de place. à ceci près que ya de plus en plus de joueurs alors on va prendre de plus petites chaises voire des tabourets pour que ça rentre quand même, quoi. variable d’ajustement : les salaires.
      ceux qui souffriront le moins c’est ceux qui sont déjà habitués à vivre avec quasi rien. les autres ont des engagements à crédit eux ils vont devoir courir plus et taper deux chaises pour faire la jointure ma foi c’est le jeu. puisque vous voulez y jouer.

  • La France fragmentée par la tribu arabo-musulmane, délit de fuite à l’hôpital de la Pitié - Télévision - Télérama.fr

    https://www.telerama.fr/television/la-france-fragmentee-par-la-tribu-arabo-musulmane,-delit-de-fuite-a-lhopita

    Le naufrage.

    « Christophe Castaner a dit une bêtise, convient Roselyne Bachelot, mais la mousse qui a été faite autour de ça est hors de proportion. » « Exact, réplique son adversaire, #Daniel_Cohn-Bendit. Il faut raisonner. La raison est simple, les manifestants qui veulent la violence, je connais ça de ma jeunesse, c’est : action, provocation, répression, mobilisation. On provoque la répression, on dit “Ouh la la, on nous tape dessus” et on essaie d’avoir une plus grande mobilisation. » Je comprends mieux : les manifestants se sont réfugiés à la Pitié-Salpêtrière exprès pour provoquer leur répression par les forces de l’ordre et ainsi stimuler la mobilisation. « Il y a des violents qui veulent la violence. » Et qui attaquent les hôpitaux pour ensuite se poser en victimes.

  • « Naissance d’une nation, naissance d’une contestation », aux origines d’une conscience politique
    https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/04/30/naissance-d-une-nation-naissance-d-une-contestation-aux-origines-d-une-consc

    Qui a vu [...] Naissance d’une nation, œuvre profondément #raciste mais fondatrice du #cinéma hollywoodien ?

    [...]

    Le documentaire pointe à ce titre une curieuse concomitance entre l’essor du cinéma aux #Etats-Unis et l’une des plus grandes #régressions qu’aient jamais connues les Etats-Unis, l’instauration des « lois #Jim_Crow », qui séparent la population américaine en deux catégories : les Blancs et les « colorés », alors que l’#esclavage a été aboli en 1865.

    #Hollywood #racisme

  • Placements : les Français désertent leurs actions et jugent qu’une « grave crise » est imminente
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/placements-les-francais-desertent-leurs-actions-et-jugent-qu-une-grave-cris

    Une étude BPCE montre que, concernant leur épargne, les Français se sont désintéressés des titres financiers en 2018, malgré une fiscalité avantageuse. Les dépôts à vue continuent de gonfler, la méfiance envers la Bourse reste palpable et les Français pensent même qu’une grave crise sociale ou politique est « imminente ».

    Visiblement, les Français n’écoutent pas vraiment les recommandations de leur président en matière d’investissement et d’épargne personnelle. Selon une étude de la banque BPCE (Banque populaire et Caisse d’Épargne), le patrimoine financier des Français déserte massivement les actions et autres titres, pour se recentrer sur les dépôts à vue. Le groupe bancaire parle même d’une « décollecte historique sur les titres ». Un phénomène qui s’explique notamment par un pessimisme global sur l’économie française.

    Du point de vue patrimonial, la France « attend »
    Le niveau global des sommes épargnés ne varie pas beaucoup depuis 2016, mais leur affectation est très nouvelle. En 2018, les actions (en direct), obligations et fonds ont en effet été bien plus cédés qu’achetés (35 milliards d’euros de « décollecte »). L’effort net de placement des ménages se montant à 40 milliards d’euros, quels sont les placements qui ont eu les faveurs des épargnants ? Les livrets, l’assurance-vie et surtout les dépôts à vue, c’est-à-dire les comptes dans lesquels on peut piocher à tout moment. D’après la BPCE l’étude, « plus de 80% de l’effort net de placement des ménages en 2018 est allé dans le dépôt à vue », soit 33,4 milliards d’euros... Un signe que les Français, du point de vue économique, se situent très largement dans l’expectative.

    Les principales raisons de ce choix ? D’abord, les résultats peu encourageants des actions et obligations. Les ménages n’identifient que peu d’opportunités à détenir des titres par rapport à des encaisses non rémunérées, dans un contexte de taux bas.

    Les Français pensent qu’une « grave crise » sociale ou politique peut survenir dans les douze mois
    Mais surtout, comme le pointe l’étude, le manque de confiance semble patent. Les risques d’une « crise européenne » sont présents depuis plusieurs mois dans l’esprits des investisseurs. Si les ménages trentenaires restent majoritairement optimistes, les autres générations versent largement dans l’alarmisme. L’étude pointe même que « le sentiment qu’une grave crise est imminente » en France. Selon le sondage, 84% des Français pensent probable ou très probable une « grave crise sociale », et 80% d’entre eux envisagent également une « grave crise politique » dans les douze prochains mois.

    La perception générale de l’avenir est en fait sur une pente globalement descendante depuis le début des années 2000. La crise de confiance se traduit chez les Français par un pessimisme sur l’économie nationale, mais également, selon les rédacteurs de l’étude, au niveau personnel, par « l’anticipation d’une régression générale touchant leur propre avenir (retraites...) et celui de leurs enfants ».

    #confiance #espoir #crise #finance #bourse #france #crise #économie #gouvernement_macron #emmanuel_macron #manu #macron #EnMarche #en_marche #régression

  • An Introduction to Ridge, Lasso, and Elastic Net #regression
    https://hackernoon.com/an-introduction-to-ridge-lasso-and-elastic-net-regression-cca60b4b934f?s

    A guide to Ridge, Lasso, and Elastic Net Regression and applying it in RRegression analysis is a statistical technique that models and approximates the relationship between a dependent and one or more independent variables. This article will quickly introduce three commonly used regression models using #r and the Boston housing data-set: Ridge, Lasso, and Elastic Net.First we need to understand the basics of regression and what parameters of the equation are changed when using a specific model. Simple linear regression, also known as ordinary least squares (OLS) attempts to minimize the sum of error squared. The error in this case is the difference between the actual data point and its predicted value.Visualization of the squared error (from Setosa.io)The equation for this model is (...)

    #programming #machine-learning #computer-science

  • Entre ruptures et continuités, la stratégie des #Etats-Unis depuis l’entrée de Trump à la Maison Blanche
    https://www.diploweb.com/La-strategie-des-Etats-Unis-depuis-l-entree-de-Donald-Trump-a-la-Maison-Bl

    Des facteurs qui déterminent la stratégie des États-Unis, l’état du rapport de force entre puissances est sans doute celui qui pèse le plus lourd. En ce sens, l’inflexion opérée sous Donald Trump commençait à se repérer avant lui. Et la stratégie pour un monde qui ne serait plus américain pourrait donc lui survivre, sous une forme certes moins inconvenante : un réalisme plus policé et plus méthodique, bien conscient des opportunités qu’offre la coopération comme des avantages que procure la réciprocité, un réalisme en somme soucieux de mesure sur le fond et moins abrupt sur la forme. En ce sens, si le sauvetage du #multilatéralisme n’est pas encore une mission impossible, l’optimisme de l’#internationalisme libéral s’est probablement éteint pour un temps. Attribuer toute la responsabilité d’un état accru du désordre mondial à l’Amérique de Donald Trump serait bien sûr une simplification erronée. Mais voir les États-Unis – qui ont soutenu pendant des décennies le développement d’un véritable réseau d’institutions internationales – prendre leur parti du #chaos et privilégier les relations bilatérales, c’est-à-dire la forme la plus ancienne des relations entre États, permet de mesurer l’ampleur de la #régression.

  • Les #cigarettiers de retour en #F1 par la petite porte - Sciences et Avenir
    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-cigarettiers-de-retour-en-f1-par-la-petite-porte_131540

    A défaut de publicité pour le #tabac, interdite dans de nombreux pays au milieu des années 2000, les cigarettiers font désormais en F1 la promotion de projets parallèles à leur activité principale et de produits moins controversés.

    « Mission Winnow a pour but d’illustrer notre engagement à nous améliorer constamment. Cette initiative ouvre une fenêtre sur le nouveau Philip Morris et sur nos partenaires, ainsi que sur notre engagement et notre motivation communs à évoluer pour le mieux », plaide Tommaso di Giovanni, directeur de la communication du groupe.

    Rechercher « Mission Winnow » sur Google renvoie toutefois très rapidement à Philip Morris et la « foire aux questions » du site missionwinnow.com répond à des interrogations du type : « La #publicité pour le tabac n’est-elle pas interdite dans le sport ? » ou encore « Si ça n’est pas de publicité, qu’est-ce ? Dans quel but ? »

    #santé #régression

  • Presa Diretta ha smascherato il #ddl Pillon

    Una grande prova di servizio pubblico quello della puntata intitolata Dio, Patria e Famiglia, che ha mostrato chiaramente l’intenzione del governo di ristabilire un nuovo Medioevo per donne e bambini.
    No divorzio, no aborto, no diritti civili alle persone omosessuali. Questo il disegno che si cela dietro il #ddl_Pillon, attualmente in discussione al Senato, presentato astutamente come un provvedimento volto a equilibrare l’affido condiviso in caso di separazioni ma che nasconde invece, riga dopo riga, molto altro.

    In questi mesi abbiamo visto in tivù e in pubbliche occasioni il senatore Pillon esporre il suo disegno millantando interesse per il bene dei minori, parlando di diritto alla bigenitorialità, concetto su cui chiunque è d’accordo e che è già possibile con le leggi che abbiamo per i padri che responsabilmente vivono il loro ruolo con amore e impegno anche dopo la separazione. Ma la giornalista Giulia Bosetti durante la puntata del 28 gennaio di Presa Diretta (Rai Tre) ci ha dato la possibilità di spogliare il disegno del vestito della festa, raccontandoci come è nato, da chi è stato scritto, quali intenti nasconde, contro le donne e la loro libertà. Ci ha svelato la sua grande ipocrisia. Nelle sue interviste ha raccolto i valori e gli intenti di dei vari co-autori e sostenitori del disegno di legge Pillon che di fronte a domande semplici hanno dovuto dare risposte chiare, riassumibili in pochi punti:

    –Il femminicidio non esiste;

    –La violenza domestica ha le chiavi di casa e porta i tacchi a spillo;

    –L’eutanasia va vietata;

    –La famiglia è solo quella con mamma e papà;

    –L’aborto è più grave dello stupro;

    –L’aborto va vietato per la salvaguardia della specie;

    –La famiglia ha finalità procreativi e ci stiamo riempendo di musulmani, rischiamo l’estinzione;

    –Da quando le donne hanno acquisito il diritto di divorziare non sono più realizzate e felici di prima;

    –Le donne stanno meglio a casa ad accudire i figli. Bisogna alzare gli stipendi agli uomini così che le donne possano smettere di andare al lavoro;

    –Le donne valide anche nel mondo della politica sono poche, la maggior parte sono carrieriste;

    –Il matrimonio non è basato sull’amore;

    –Se uno si vuole separare non sono fatti suoi;

    –Il divorzio va vietato perché la famiglia non è una questione privata ma un fatto sociale;

    –Oggi siamo più forti perché al governo abbiamo il ministro Fontana e abbiamo la Lega;

    (Se tutto questo vi sembra impossibile andate su Raiplay a rivedere la puntata: https://www.raiplay.it/video/2019/01/Presa-diretta-Dio-Patria-Famiglia-dac69806-544d-4729-893c-92f3b6faf437.html).

    #it_has_begun #femmes #Italie #régression #droits_des_femmes #droits #lois (futures lois... propositions) #disegno_di_legge #divorce #avortement #IVG #homophobie #LGBT #homosexualité #famille #viol
    ping @isskein @albertocampiphoto

    • Il medioevo prossimo venturo (se non facciamo qualcosa)

      Il disegno di legge “Pillon” sulle “norme in materia di affido condiviso, mantenimento diretto e garanzia di bigenitorialità” porta il nome del senatore Simone Pillon, eletto il 4 marzo 2018 e membro in parlamento della Lega. Avvocato e mediatore familiare, è anche membro fondatore del Comitato “Family Day”. Il ddl Pillon è stato presentato il 1° agosto ed è in corso di esame in Commissione giustizia al Senato.

      Ieri sera la trasmissione di Riccardo Iacona, #PresaDiretta , ha trasmesso un’eccellente inchiesta di Giulia Bosetti dal titolo “Dio, Patria e Famiglia”. Quello che segue è un breve campionario delle affermazioni deliranti e misogine fatte da esponenti di primo piano dell’arcipelago neo-oscurantista di varie associazioni che premono per l’approvazione del #ddlPillon(inclusi i fascisti di Forza Nuova):

      1. ” Il feticcio più evocato dall’estremismo femminista è la violenza in famiglia. Ma solo quella declinata al maschile. Ma nel contesto separativo quasi sempre la violenza ha le chiavi di casa e porta i tacchi a spillo “ , Vincenzo Spavone, presidente di GESEF (Genitori Separati dai Figli);

      2. “[ …] Non trovate strano che in Italia le donne siano soggette a una violenza che non esiste negli altri paesi?” , Vittorio Vezzetti, pediatra, fondatore dell’associazione “Figli per sempre”;

      3. ” L’interesse dei minori sarebbe che i genitori non si separassero. La famiglia non è un affare privatistico, ma un fatto sociale. Da quando le donne hanno acquisito il diritto di separarsi sono diventate più libere e più felici? No. Bisogna fornire delle questioni oggettive per separarsi. Il matrimonio non è basato sull’amore, anzi, è qualcosa di diverso da una semplice consacrazione dell’amore. ” , Massimiliano Fiorin, avvocato e saggista, già candidato con Il Popolo della Famiglia;

      4. “L’aborto è più grave dello stupro perché è la soppressione del concepito e lo stato non lo tutela semplicemente perché il concepito non può votare.”, Pietro Guerini, Fondatore comitato referendario ” No194″;

      5. “Bisogna convincere la donna a non abortire. Informare la donna e farle capire che la vita è un grande valore. Perché non lo sa. Le donne hanno tutto il diritto di emergere nella società ma una donna non deve far carriera per forza. In politica quelle brave si contano sulle dita di una mano, la maggior parte sono carrieriste “, Alberto Zelgher, Consigliere Comunale di Verona (Lega);

      6. ““Il suo ambito [della donna n.d.r] è quello domestico, familiare e degli affetti privati da cui non è bene che venga strappata. Secondo me sarebbe meglio se si favorisse, attraverso lo stipendio del marito o del padre, la possibilità di un mantenimento più dignitoso della famiglia.” , Maurizio Ruggero Presidente del” Sacrum Romanum Imperium”;

      7- ” Le femministe vogliono sovvertire il diritto naturale. La donna è prima di tutto moglie e madre. “ , Matteo Castagna fondatore del circolo” Cristus Rex “;

      8. “Facciamo entrare i musulmani. Che stiano a casa loro. Vogliono riempirci idi musulmani e uccidere i bambini italiani. Le nostre preghiere hanno fatto arrivare Fontana e Pillon, questa è la grazia le preghiere”, Sostenitore pro-life, membro del comitato referendario No194-

      A pagina 24 del “Contratto per il governo del #cambiamento“ firmato dal M5S e Lega, sotto il titolo “Diritto di famiglia” c’è questa roba qui: “Nell’ambito di una rivisitazione dell’istituto dell’affidamento condiviso dei figli, l’interesse materiale e morale del figlio minorenne non può essere perseguito se non si realizza un autentico equilibrio tra entrambe le figure genitoriali, nel rapporto con la prole. Pertanto sarà necessario assicurare la permanenza del figlio con tempi paritari tra i genitori, rivalutando anche il mantenimento in forma diretta senza alcun automatismo circa la corresponsione di un assegno di sostentamento e valutando l’introduzione di norme volte al contrasto del grave fenomeno dell’alienazione parentale. È necessario riorganizzare e semplificare il sistema delle adozioni nazionali e internazionali. “. Unire i puntini e trovare la relazione, ovvero, il medioevo prossimo venturo, se non facciamo qualcosa prima.

      Solo ad una lettura superficiale può sfuggire il fatto che il punto caduta di tutto il ragionamento contenuto nella parte citata del “contatto di governo” di M5S e Lega dedicata al “diritto di famiglia” è il riferimento che si fa alla fine del paragrafo alla d nozione di “alienazione parentale” che coincide esattamente con quella di “Sindrome da alienazione genitoriale” teorizzata da un certo Richard Gardner. Ma cos’è la “Sindrome da alienazione genitoriale”? Meglio conosciuta meglio con l’acronimo inglese PAS (Parental Alienation Syndrome), la sindrome da alienazione parentale è una presunta malattia psichiatrica di cui soffrirebbero i figli delle coppie separate.

      Secondo l’Organizzazione Mondiale della Sanità(OMS) ed il Ministero della Sanità, la PAS non esiste. Invece, secondo i suoi teorici, la PAS è quella sindrome che durante le cause di divorzio e di separazione, viene causata generalmente dalla madre al/la figlio/a per motivi di vendetta, di gelosia o per altro, al fine di estraniarlo dall’altra figura genitoriale. La sindrome si manifesterebbe ogni volta che il/la figlio/a minore manifesti rifiuto, alienazione o estraniazione con riguardo ad uno dei due genitori.

      Una sentenza della Cassazione del 2013 ha stabilito che la “sindrome di alienazione parentale” non esiste dal punto di vista scientifico e quindi non può essere usata dal CTU [1] . Va detto, tuttavia, che il fatto che la PAS non sia considerata scientificamente una malattia non significa che non esistano genitori che spingono i figli ad odiare l’ex partner. Nelle separazioni conflittuali spesso i figli vengono usati come un’ “arma” per ferire l’ex coniuge. Nel 2016 la stessa Cassazione ha poi affermato che non è compito della medesima stabilire o meno la validità scientifica di qualsiasi teoria. Ma a queste giravolte siamo abituati.

      Il principale sostenitore dell’esistenza della PAS è stato il dottor Richard A. Gardner[2] che la “inventò” nel 1985 e che definiva la PAS come un “disturbo” che nasce quando, durante le separazioni uno dei genitori, inizia un’opera sistematica di denigrazione nei confronti dell’altro genitore e come una forma di indottrinamento e/o lavaggio del cervello del figlio. Ma perché vi sia “PAS” anche il figlio deve contribuire attivamente all’attività di “alienazione”. In ogni caso la PAS, in questi 30 anni, non è stata mai dimostrata. Gardner, che si presentava come professore di psichiatria infantile presso la Columbia University, pur essendo solo un “volontario non retribuito”, nel suo libro L’isteria collettiva dell’abuso sessuale[3] sostiene che le donne provano piacere ad essere picchiate e violentate e che “ la pedofilia può aumentare la sopravvivenza della specie umana avendo finalità procreative” arrivando, addirittura, a giustificarla perché si “fa così in molte culture”.

      In un altro testo scritto da Gardner dal titolo inquietante True and False Accusations of Child Sex Abuse”[4] questi scrive che “bisogna dire ai bambini che in fondo gli abusi sessuali sono una cosa normale perché normalmente praticate in altre società e culture”. Da consulente tecnico di parte nei tribunali; Richard A. Gardner ha lavorato assai di frequente alla difesa di genitori accusati di pedofilia e di abusi sui figli.

      Il trucco è che nel ddl Pillon non si parla di PAS ma di “ Alienazioni “ e di “ estraneazioni”. Poi, però, vai a leggere e ritrovi pari pari le teorie di Richard Gardner. Quelle teorie tradiscono posizioni apertamente misogine ed il Disegno di Legge Pillon è certamente ispirato ed orientato decisamente da una volontà punitiva nei confronti delle donne dal momento che non tiene conto, in alcun modo, né dei dati, quantitativi e qualitativi, che le vedono enormemente svantaggiate sia sul piano sociale che su quello reddituale, né di quelli relativi alle violenze domestiche da parte dei padri e di cui sono vittime sia le donne che i figli, presumibilmente “alienati”, i quali, secondo quanto previsto dal ddl Pillon, per “guarire dall’alienazione”, devono essere presi con la forza e rinchiusi in una casa famiglia per essere sottoposti ad un “recupero comportamentale” che gli faccia “accettare” il genitore “alienato”.

      Nell’ottobre del 2012, davanti alla scuola elementare di Cittadella, nel padovano, un bambino di dieci anni venne prelevato con la forza dagli agenti di polizia, tra le urla dei presenti che chiedevano di lasciare stare il bimbo e di ascoltarlo. Le forze dell’ordine stava dando così esecuzione ad un’Ordinanza della sezione Minori della Corte d’Appello di Venezia che aveva accolto, per l’appunto, la tesi dell’ “alienazione parentale”. La madre riprese il tutto con il proprio smartphone, mentre urlava di lasciare stare il figlio. Tre minuti in cui il piccolo venne strattonato, infilato nell’auto di servizio, piegato e tenuto con la forza. Il tutto mentre urlava disperato : “Non respiro, zia, aiutami!”. Tre minuti in cui il bambino tentò di divincolarsi dalla stretta di un uomo che lo teneva per le spalle e di un altro che gli stringeva le caviglie. Alla fine di questo strazio, la zia del bambino rivolse alcune domande ad una donna che aveva partecipato al prelevamento e che le rispose di essere un ispettore e di non essere tenuta a darle spiegazioni: “Sono un ispettore di polizia. Lei non è nessuno”.

      1] Consulente Tecnico d’Ufficio e si riferisce a quella figura di perito che lavora al fianco del Giudice (art.61 del Codice di Procedura Civile) e presta la sua opera di consulenza sulla base di precise competenze stabilite dal Codice di Procedura Civile..

      [2] Richard Alan Gardner ( New York , 28 aprile 1931 – Tenafly , 25 maggio 2003 ) è stato uno psichiatra forense statunitense , ideatore della controversia Sindrome da alienazione genitoriale

      [3] Richard Alan Gardner, Hysteria sugli abusi sessuali: Revisioni di Streghe di Salem rivisitate , Cresskill (NJ), Terapeutici creativi, 1990

      [4] Richard Alan Gardner, Vere e false accuse di abusi sessuali su minori: valutazione e causa , Cresskill (NJ), terapie creative, 1992.

      http://contropiano.org/interventi/2019/01/30/il-medioevo-prossimo-venturose-non-facciamo-qualcosa-0111896

  • Baisse de l’espérance de vie au Royaume-Uni et aux Etats-unis : quand la redistribution ne fonctionne plus (Pascal Hérard, TV5 Monde, 28.09.2018)
    https://information.tv5monde.com/info/baisse-de-l-esperance-de-vie-au-royaume-uni-et-aux-etats-unis-

    Depuis deux ans l’#espérance_de_vie diminue aux Etats-Unis et pour la première fois cette année également au Royaume-Uni. Les causes multiples de cette #régression ne sont pas exactement les mêmes entre ces deux pays, mais les #inégalités et l’accès au #système_de_santé restent des facteurs communs qui soulignent les limites des politiques pratiquées outre-Manche et outre Atlantique.

  • Pourquoi la nouvelle réforme des retraites pourrait encore aggraver les #Inégalités femmes-hommes
    https://www.bastamag.net/Pourquoi-la-nouvelle-reforme-des-retraites-pourrait-aggraver-les-inegalite

    La réforme des retraites annoncée par le gouvernement pour 2019 pourrait bien exacerber les fortes inégalités qui persistent dans le montant des pensions entre hommes et femmes. En cause : une possible généralisation du système par points au lieu du système par répartition, qui assurait jusqu’ici une solidarité entre carrières complètes et incomplètes, mais aussi entre hauts #Revenus et bas salaires. Les femmes seront les premières touchées, de même que les travailleurs intérimaires ou à temps partiels, (...)

    #Décrypter

    / #Syndicalisme, Inégalités, Revenus, #Protections_sociales, A la une, Quel avenir pour nos protections sociales (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

  • Visual regression #testing for #drupal using Gemini
    https://hackernoon.com/visual-regression-testing-for-drupal-using-gemini-b9fafe025f7?source=rss

    Common practice: testing a lot of pages after small changes in CSS files. Gemini gets you rid of this waste of time. Let’s see howBy ADCI SoutionsRegression testing allows to find bugs caused by the previous changes. This is especially noticeable in the front end. It is common practice — when developers have to test a lot of pages after small changes in CSS files.I believe that is just a waste of time. We should automate such processes. Although computer vision and AI may be able to solve this problem, nowadays it is difficult to use such technologies. Therefore we will just compare images. For this, you need screenshots of the original and modified pages. There are a lot of tools which allow you to do this not manually. But I prefer to use Gemini.Gemini is a tool for visual regression (...)

    #visual-regression-testing #drupal-using-gemini #regression-testing

  • Opinion | The Lesson of the Château de Calberte - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/07/19/opinion/chateau-de-calberte-france-history.html

    When lunch was finished, Mr. Darnas insisted that I had to see something. He took me for a tour along the exterior wall. The Château de Calberte is jammed onto a steep, rocky outcrop and the wall in some places is at least 20 feet high.

    He explained that when he and Ms. Darnas had first seen the place the walls had long since caved in on themselves. The couple pulled the stones out and eventually solved the jigsaw puzzle of how they had originally been assembled. He pointed to the different layers of stone just above our heads. The first layers were flat and had been cut by masons in such a way that they fit together effortlessly with very little mortar. He asked me to look a little higher. The stones were smaller and more haphazardly arranged.

    His theory was the workmen who initially built the chateau had very advanced masonry skills. But over the centuries, as the region suffered war, plague and economic collapse, those skills had been lost. The last workmen who expanded the chateau simply didn’t know the advanced stonecutting techniques. The upper layer of the walls with the tinier stones was weak, more easily breached, and the walls were broken down again and again by brigands until the place was abandoned.

    Do you understand why I’m telling you this story? he asked in a schoolmasterly way.

    Yes, I said. Human progress isn’t a one-way process. We can forget how to build things. We can go backward as well as forward. He nodded.

    And, of course, it isn’t just technological #innovation that can go backward. Societies can forget the social and political innovations that allowed them to flourish.

    #régression #progrés

    Via naked capitalism

    • Je suis subjugué de lire dans le New York Times un discours dont je fais régulièrement la démonstration aux amis et amies qui me rendent visite dans les Cévennes (où se trouve donc ce fameux château de Calberte et d’autres du même tonneau, comme le château de Brésis ou celui d’Aujac), les Cévennes où ce genre de pertes de savoirs, de compétences, et tout simplement de force et d’endurance, sont considérables. Très peu de maçons cévenols savent encore construire un toit en lauzes ou même en réparer un. De telles compétences sont à la fois rares et trop demandées.

      Et de fait dans mes explications sur les raisons de telles disparitions, je manque rarement un petit tour par exemple devant le monument aux morts du village d’Aujac, d’où 45 jeunes gens ont été sacrifiées pendant 14-18, dans un village dans lequel ne doivent pas vivre plus de vingt personens à l’année en 2018.

      Oui, il y avait de la vie et de la compétence dans cette région.

    • En arrondissant les nombres : environ 70 000 habitants en Lozère en 1990 : le double, un siècle auparavant. Le déclin commence un peu avant la guerre de 14 mais s’accélère après. Une partie de la réponse est effectivement sur les monuments aux morts...

  • Quand le chanoine Emmanuel met en cause la laïcité...
    http://reformeraujourdhui.blogspot.com/2018/06/quand-le-chanoine-emmanuel-sattaque-la.html

    Emmanuel Macron, le nouveau « chanoine de #Latran » est revenu à Paris tout auréolé de son onction pontificale à la basilique Saint-Jean de Latran. En allant voir le pape François pour recevoir son titre honorifique de « premier et unique chanoine honoraire », le président de la République a suivi son penchant « naturel », celui de son éducation familiale et de ses études secondaires chez les jésuites de La Providence, à Amiens… Lire la suite...

    #catholique #Emmanuel_Macron #président_république

    • Et aussi sur ce site : L’étonnant silence médiatique autour de l’accord de libre-échange UE-Japon...
      https://reformeraujourdhui.blogspot.com/2018/07/letonnant-silence-mediatique-autour-de.html

      https://seenthis.net/messages/709845

      Un an après que l’Union européenne et le Japon soient parvenus à un accord de principe sur un accord de libre-échange, les dirigeants européens et japonais ont signé à la mi-juillet un accord présenté comme historique.
       
      Mais à l’image des autres accords internationaux, c’est une nouvelle fuite en avant qui ne tire aucune leçon des risques pour les droits des citoyens, la santé, l’alimentation, l’agriculture, l’environnement et qui met à mal la démocratie en Europe…

      Le JEFTA (Japan-EU Free Trade Agreement) est l’accord le plus important jamais négocié par l’UE. Il porte sur une zone de libre-échange couvrant près du tiers du produit intérieur brut (PIB) mondial et plus de 600 millions d’habitants.

      Opacité des négociations, commerce de bois illégal, chasse à la baleine, etc., la filière néerlandaise de Greenpeace avait déjà fait fuiter récemment 205 pages de documents confidentiels qui permettaient de se faire une idée du contenu de cet accord. 

      Abolir les droits de douane et les entraves à la libre circulation des marchandises à l’échelle globale sans vraiment se soucier de la crise écologique, le processus peut également être mis en cause d’un point de vue démocratique. Alors que la population se détourne de ses représentants, ces derniers continuent de faire fi des craintes exprimées par les citoyens et balaient de la main les oppositions déjà exprimées dans la rue contre de tels accords.

      « Cette forme de libre-échange forcené et négocié sans débat démocratique fait le lit des populismes en Europe et nous avons besoin plus que jamais d’une Europe démocratique et d’une politique commerciale qui n’écrase pas du pied les droits des citoyens et la protection de la planète » s’insurge notamment Karine Jacquemart, directrice générale de l’ONG Foodwatch France, association qui défend les consommateurs face aux lobbies agroalimentaires. 

      Une régression des normes sociales et environnementales 
      À l’heure où la plupart des experts évoquent la relocalisation de l’économie afin de lutter contre le changement climatique (parmi d’autres problématiques), il est étonnant de constater que les dirigeants européens s’obstinent à vouloir abolir les entraves à la libre circulation des marchandises.

      La mise en concurrence totale de producteurs et industriels de pays différents et éloignés est d’autant plus discutable qu’elle risque d’accroître la pression sur les modèles économiques les plus vertueux qui tentent de tirer vers le haut les normes sociales et environnementales sans forcément faire du profit à court terme. 
      Le JEFTA, en raison de son contenu, fait passer les intérêts économiques devant ceux de la population et met les questions environnementales au second plan. Le contenu de l’accord fait craindre un nivellement par le bas des normes environnementales dans un contexte économique déjà peu propice à la protection de la nature. Si l’idée de pouvoir échanger globalement des biens et des services sans limite semble honorable sur le papier, les réalités physiques du monde sont telles qu’il y a un besoin urgent de relocaliser et assainir certaines productions.
      Il a été notamment estimé que le nouveau traité permettrait au Japon de s’asseoir sur les réglementations en vigueur en matière de trafic de bois. Des médias allemands ont également révélé l’absence presque totale de référence au principe de précaution, craignant ainsi que l’importation d’un produit ne puisse être interdite que si un danger est prouvé scientifiquement.

      Outre-Rhin, la polémique à propos du JEFTA est d’ailleurs repartie de plus belle depuis le succès d’une pétition signée par un demi-million de personnes et qui met en garde contre les privatisations massives qui pourraient être la conséquence du nouveau traité, notamment dans le domaine de l’eau. Le droit en vigueur n’est pas en effet le même dans l’UE et au Japon et à ce jeu là les conditions dans lesquelles les marchandises pourront traverser les frontières auront un impact sur les droits environnementaux et sociaux qui seront les grands perdants. 

      En dépit de ces craintes légitimes, un nouveau pas a donc été franchi avec la signature officielle de ce traité qui aura des conséquences immédiates pour le quotidien de la population en Europe, signature intervenant en pleine période estivale pour que le sujet reste quasi-inaperçu... 

      #UE #union_européenne #japon #bois #foret #démocratie #jefta #ceta #tafta #libre-échange #régression #principe_de_précaution . . . . 

  • US education secretary attacks separation of church and state - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2018/05/21/devo-m21.html

    US education secretary attacks separation of church and state
    By Nancy Hanover
    21 May 2018
    US Education Secretary billionaire Betsy DeVos. Credit: Gage Skidmore

    On Tuesday and Wednesday last week, US Secretary of Education Betsy DeVos made her first official visit to New York City. She declined to visit the nation’s largest public school district and instead toured two Orthodox Jewish schools, the elite Manhattan School for Girls and the Yeshiva Darchei Torah for boys. She also spoke at the Albert E. Smith Foundation, meeting with Cardinal Timothy Dolan and other Catholic dignitaries.

    #états-unis #éducation #régression #église #état

  • Dimitri Casali, historien : « Nous sommes en pleine #régression intellectuelle »

    http://www.midilibre.fr/2017/12/31/dimitri-casali-historien-nous-sommes-en-pleine-regression-intellectuelle,1
    http://images.midilibre.fr/images/2017/12/31/1608805_177_data-art-104937844_667x333.JPG?v=1

    Ce qui est intéressant, c’est de constater qu’à mesure que le progrès scientifique s’accumule vers un savoir de plus en plus exact, on peut mesurer à travers le monde une lente montée de l’ignorance. En France, par exemple, les chiffres sont là : nous comptons 6 % d’illettrés, c’est-à-dire environ 3 millions de personnes. Si on additionne les personnes analphabètes qui ont des difficultés à lire et à écrire le français, on arrive à près de 10 % de la population.

    #décadence #it_has_begun

  • https://www.monde-diplomatique.fr/2004/02/REHFELDT/11031
    février 2004 @mdiplo

    La défaite programmée des syndicats allemands
    Signe des scandales financiers à répétition et de la crise de la cogestion à l’allemande : l’actuel procès de l’ancien état-major du groupe Mannesmann (dont deux syndicalistes), accusé d’avoir reçu quelque 57 millions d’euros du géant britannique des télécommunications Vodafone, au moment du rachat par ce dernier du fleuron de l’industrie allemande, aujourd’hui démantelé. Autre symbole : l’accord du gouvernement Schröder avec la droite parlementaire sur un plan de régression sociale sans précédent. Avec l’approbation d’une partie des syndicats et le silence des autres.

    source : lettre info Suwedi : https://suwedi.com
    #régression_sociale

  • Comment le #chômage déclasse – Centre d’observation de la société
    http://www.observationsociete.fr/travail/comment-le-chomage-declasse.html
    La véritable finalité du chômage : démolir les conditions de #travail de tous.

    Ces données minimisent de beaucoup l’impact final : dans son étude, l’Insee prend en compte tous les chômeurs de 2016 et observe la situation de ceux qui ont retrouvé un emploi au bout d’un trimestre. Mais seul un cinquième des chômeurs est dans ce cas. Plus le temps passe, plus le prix à payer est grand pour les chômeurs qui doivent faire des concessions de plus en plus grandes et de plus en plus nombreuses : sur le salaire, les conditions de travail, l’éloignement du domicile, etc. Du coup, le taux de chômage pris à un moment donne une image faussée de l’impact du chômage dans la société : la proportion de personnes passées par la case chômage et déclassées ne cesse de s’accroître quand le manque d’emploi dure comme c’est le cas depuis 30 ans. Pour les plus jeunes, l’espoir de retrouver un emploi de meilleure qualité existe. L’impact du déclassement par le chômage est particulièrement fort pour les plus âgés qui ont adopté des modes de vie correspondant à leur ancien emploi (logement, équipements, loisirs, etc.) et, une fois au chômage, qui doivent revenir en arrière en réduisant la toile : déménager, ne plus prendre de congés, dépenser moins, etc. La logique de la loi du marché entre en collision avec celle de la vie en société où les individus ne s’attendent pas à devoir revenir en arrière.

    #régression #déclassement

  • La lutte d’ensemble du monde du travail est une nécessité | #éditorial de #LO
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/la-lutte-densemble-du-monde-du-travail-est-une-necessite-97639.html #lutte_de_classe #ordonnances #regression_sociale #macron

    Extrait :

    Depuis le mois de septembre, il y a eu des journées d’action où le monde du travail a été appelé à faire entendre sa protestation. À chaque fois, il y a eu des grèves et des manifestations. En plus de ces journées, plusieurs catégories de travailleurs se sont mobilisées contre cette politique gouvernementale : ceux de la Fonction publique, les routiers, les dockers et d’autres encore. Le gouvernement a dû concéder aux routiers puis aux dockers que ses ordonnances ne s’appliqueront pas à eux. Leurs conventions collectives resteront la base de leurs contrats de travail.

    Cela n’empêche pas le grand #patronat, le gouvernement et les médias qui relaient leur point de vue de ricaner sur le fait qu’il n’y a pas eu de #mobilisation_ouvrière d’ampleur capable de leur faire vraiment peur. Ils peuvent rire, mais tôt ou tard, une de leurs provocations, une des plus marginales peut-être, allumera la mèche de l’explosion sociale.

    Leur « ouf » de soulagement après chaque journée d’action syndicale montre qu’ils craignent la réaction ouvrière. C’est cette crainte qui est la cause, dans toutes les entreprises, des mesures répressives et vexatoires qui visent à intimider les travailleurs. Le patronat voudrait casser ceux qui relèvent la tête car il sait que l’aggravation de l’#exploitation peut provoquer des révoltes sociales.

    Le grand patronat et le gouvernement voudraient que la classe ouvrière soit à leurs pieds, obéissante, matée. Car ils savent que collectivement elle représente une force immense qui peut mettre en échec tous leurs projets. Pour l’instant, notre force collective ne s’est pas réellement manifestée et nos adversaires le savent. Il ne s’agit pas d’être optimiste ou pessimiste en se demandant quand viendra une réaction générale du camp des travailleurs. Ce genre de mouvement surprend tout le monde quand il surgit, à commencer par ceux qui se révoltent.

    La moindre réaction collective à l’échelle d’une entreprise, les petits débrayages ou les journées d’action, toutes ces mobilisations font partie d’un combat général entre le camp des travailleurs et celui de la bourgeoisie. Quand la nécessité d’unir nos forces s’imposera, nous ferons reculer nos ennemis bien au-delà de ce qui peut apparaître possible aujourd’hui.

  • UK banks to check 70m bank accounts in search for illegal immigrants

    Exclusive: From January banks will be enrolled in Theresa May’s plans to create ‘hostile environment’ for illegal migrants

    Exclusive: From January banks will be enrolled in Theresa May’s plans to create ‘#hostile_environment’ for illegal migrants

    https://amp.theguardian.com/uk-news/2017/sep/21/uk-banks-to-check-70m-bank-accounts-in-search-for-illegal-immigrant
    #it_has_begun #régression #migrations #sans-papiers #UK #surveillance #Angleterre #collaboration #police #frontières #contrôles_frontaliers #politique_migratoire #environnement_hostile #persécution #harcèlement

    #frontières_mobiles? #mobile_borders

    Si d’autres personnes veulent bien m’aider avec des tags...

    cc @reka

  • France : La loi de la jungle au travail * Le Courrier - Laura Drompt - 1 er Septembre 2017
    https://www.lecourrier.ch/152205/la_loi_de_la_jungle_au_travail

    Le gouvernement français a choisi son camp. Le but de sa nouvelle réforme de la loi Travail est annoncé : « résoudre les problèmes qui se posent aux entreprises ». Pour « résoudre les problèmes qu’affrontent les plus précaires », on repassera.

    Les populations les plus fragiles semblent n’avoir aucun intérêt pour Emmanuel Macron, sauf pour ratiboiser leurs maigres soutiens, comme on l’a vu dans la réduction de l’aide personnalisée au logement (APL). Dans la même veine, celui qui affirme vouloir réduire les inégalités ne s’est pas privé de diminuer l’impôt sur les sociétés de 11 milliards d’euros d’ici à 2022. Son premier ministre Edouard Philippe a annoncé une diminution de la taxe d’habitation (3 milliards d’euros), et le remplacement du fameux ISF (impôt de solidarité sur la fortune) en un impôt sur la fortune immobilière (4 milliards d’euros).

    Mais diminuer les taxes pour les plus riches et les aides pour les plus pauvres ne suffisait pas. Encore fallait-il mettre sa patte dans le démantèlement du droit du travail – œuvre bien avancée par les gouvernements précédents et à laquelle Emmanuel Macron a déjà activement pris part sous François Hollande – et poursuivre la fameuse « flexibilisation du marché ». Licencier plus facilement, plafonner les indemnités aux Prud’hommes, ne plus prendre en compte la santé d’une multinationale dans son ensemble mais seulement sa partie française lors de plans sociaux... Cette nouvelle mouture comporte des régressions que rien ne suffira à pallier.

    Hier soir, après que ces mesures ont enfin été dévoilées, l’appel à la mobilisation le 12 septembre a résonné. Attac France dénonçait la « généralisation des salarié-e-s jetables ». « Grand recul social » pour le Parti communiste, « agression caractérisée sortie de la cuisse de Jupiter » côté France insoumise...

    A droite, on jubile. Le patron du Medef Pierre Gattaz a même prié le président de « ne rien lâcher ». Tout ce petit monde rêve d’une patrie à l’allemande, où la dérégulation du marché du travail tourne à plein régime depuis des années. Un article du Monde Diplomatique nous rappelle toutefois ces jours qu’entre 2003 et 2005, la coalition Parti social-démocrate (SPD) - Verts de Gerhard Schröder a « transformé le filet de sécurité des acquis sociaux en un tremplin vers la responsabilité individuelle ». Avec pour résultat l’explosion du nombre de précaires.

    #emmanuel_macron #françois_hollande #medef #pierre_gattaz #France #emploi #chômage #capitalisme #loi_travail #inégalités #précaires #régressions #allemagne #union_européenne