• L’étrange

    Récit polyphonique brillant et captivant, L’étrange nous fait percevoir le destin dramatique d’un étranger clandestin, en même temps qu’il met en lumière une douloureuse question d’actualité. Avec des animaux pour personnages, dans un pays qui n’est jamais cité, cette histoire revêt une dimension universelle et se lit comme une fable. La fable d’une épopée moderne dont personne n’est étranger.


    http://lagrume.org/collections/litterature/letrange

    #BD #bande_dessinée #sans-papiers #migrations #jungle #détention_administrative #rétention #campement #livre #Jérôme_Ruillier #langue #sans-abri #logement #hébergement #SDF #exploitation #travail #régularisation

    Je pense que c’est une très bonne #ressources_pédagogiques...


  • Migration: the riddle of Europe’s shadow population
    Lennys — not her real name — is part of a shadow population living in Europe that predates the arrival of several million people on the continent in the past few years, amid war and chaos in regions of the Middle East and Africa. That influx, which has fuelled Eurosceptic nativism, has if anything complicated the fate of Lennys and other irregular migrants.

    Now she is using a service set up by the Barcelona local administration to help naturalise irregular migrants and bring them in from the margins of society. She is baffled by the anti-immigrant rhetoric of politicians who suggest people like her prefer living in the legal twilight, without access to many services — or official protection.❞

    The fate of Lennys and other irregulars is likely to take an ever more central role in Europe’s deepening disputes on migration. They are a diverse group: many arrived legally, as Lennys did, on holiday, work or family visas that have since expired or become invalid because of changes in personal circumstances. Others came clandestinely and have never had any legal right to stay.

    The most scrutinised, and frequently demonised, cohort consists of asylum seekers whose claims have failed. Their numbers are growing as the cases from the surge in migrant arrivals in the EU in 2015 and 2016 — when more than 2.5m people applied for asylum in the bloc — work their way through the process of decisions and appeals. Almost half of first instance claims failed between 2015 and 2017, but many of those who are rejected cannot be returned to their home countries easily — or even at all.

    The question of what to do about rejected asylum applicants and the rest of Europe’s shadow population is one that many governments avoid. Bouts of hostile rhetoric and unrealistic targets — such as the Italian government’s pledge this year to expel half a million irregular migrants — mask a structural failure to deal with the practicalities.

    Many governments have sought to deny irregular migrants services and expel them — policies that can create their own steep human costs. But authorities in a growing number of cities from Barcelona to Brussels have concluded that the combination of hostile attitudes and bureaucratic neglect is destructive.

    These cities are at the frontline of dealing with irregular status residents from Africa, the Middle East and elsewhere. Local authorities have, to varying degrees, brought these populations into the system by offering them services such as healthcare, language courses and even legal help.

    The argument is part humanitarian but also pragmatic. It could help prevent public health threats, crime, exploitative employment practices — and the kind of ghettoisation that can tear communities apart.

    “If we provide ways for people to find their path in our city . . . afterwards probably they will get regularisation and will get their papers correct,” says Ramon Sanahuja, director of immigration at the city council in Barcelona. “It’s better for everybody.”

    The size of Europe’s shadow population is unknown — but generally reckoned by experts to be significant and growing. The most comprehensive effort to measure it was through an EU funded project called Clandestino, which estimated the number of irregular migrants at between 1.9m and 3.8m in 2008 — a figure notable for both its wide margin of error and the lack of updates to it since, despite the influx after 2015.

    A more contemporaneous, though also imprecise, metric comes from comparing the numbers of people ordered to leave the EU each year with the numbers who actually went. Between 2008 and 2017, more than 5m non-EU citizens were instructed to leave the bloc. About 2m returned to countries outside it, according to official data.

    While the two sets of numbers do not map exactly — people don’t necessarily leave in the same year they are ordered to do so — the figures do suggest several million people may have joined Europe’s shadow population in the past decade or so. The cohort is likely to swell further as a glut of final appeals from asylum cases lodged since 2015 comes through.

    “The volume of people who are in limbo in the EU will only grow, so it’s really problematic,” says Hanne Beirens, associate director at Migration Policy Institute Europe, a think-tank. “While the rhetoric at a national level will be ‘These people cannot stay’, at a local community level these people need to survive.”

    Barcelona: cities seek practical solutions to ease migrant lives

    Barcelona’s pragmatic approach to irregular migration echoes its history as a hub for trade and movement of people across the Mediterranean Sea.

    It is one of 11 cities from 10 European countries involved in a two-year project on the best ways to provide services to irregular status migrants. Other participants in the initiative — set up last year by Oxford university’s Centre on Migration, Policy, and Society — include Athens, Frankfurt, Ghent, Gothenburg, Lisbon, Oslo, Stockholm and Utrecht.

    A report for the group, published last year, highlights the restrictions faced by undocumented migrants in accessing services across the EU. They were able to receive only emergency healthcare in six countries, while in a further 12 they were generally excluded from primary and secondary care services.

    Some cities have made special efforts to offer help in ways that they argue also benefit the community, the report said. Rotterdam asked midwives, doctors, and schools to refer children for vaccinations, in case their parents were afraid to reveal their immigration status.

    The impact of some of these policies has still to be demonstrated. Ramon Sanahuja, director of immigration at the city council in Barcelona, says authorities there had an “intuition” their approach brought benefits, but he admits they need to do a cost-benefit analysis. As to the potential for the scheme to be exploited by anti-immigrant groups, he says Europe needs “brave politicians who explain how the world works and that the system is complicated”.

    “A lot of people in Barcelona are part of the system — they have [for example] a cleaning lady from Honduras who they pay €10 per hour under the counter,” he says. “Someone has to explain this, that everything is related.” Michael Peel

    https://www.ft.com/content/58f2f7f8-c7c1-11e8-ba8f-ee390057b8c9?segmentid=acee4131-99c2-09d3-a635-873e61754
    #naturalisation #villes-refuge #ville-refuge #citoyenneté #sans-papiers #migrerrance #régularisation #statistiques #chiffres #Europe #Etat-nation #limbe #pragmatisme #Barcelone

    cc @isskein

    –----

    Au niveau de la #terminologie (#mots, #vocabulaire), pour @sinehebdo:

    Belgian policy towards irregular migrants and undocumented workers has stiffened under the current government, which includes the hardline Flemish nationalist NVA party. It has prioritised the expulsion of “transmigrants”— the term used for people that have travelled to Europe, often via north Africa and the Mediterranean and that are seeking to move on from Belgium to other countries, notably the UK. Several hundred live rough in and around Brussels’ Gare du Nord.

    –-> #transmigrants


  • Migrants : Le long chemin pour l’accès aux droits

    Des obstacles continuent à être constatés devant l’accès effectif aux droits des personnes migrantes. Tour d’horizon d’une nouvelle configuration sociale au Maroc.
    Boubacar Diallou est arrivé au Maroc en 2013, et comme beaucoup de jeunes Africains, ce Sénégalais rêvait d’Europe. « Je vivais dans un campement non loin de la forêt proche de Nador. Mon objectif était d’atteindre Melilia », confie-t-il. Après quelques tentatives infructueuses et des arrestations musclées des forces auxiliaires et de la Guardia civil espagnole, Boubacar change d’objectif. « J’ai décidé de quitter la forêt et prendre le risque de descendre en ville rencontrer les Marocains », continue-t-il. Depuis, il a signé son premier contrat professionnel avec l’association locale Asticude. Il travaille comme médiateur social avec les migrants de passage et en résidence à Nador. « J’ai fait le pari de vivre avec les Marocains, les comprendre et échanger avec eux. Au jour le jour, ce n’est pas facile mais il faut surmonter les frustrations de chacune des deux parties », recommande-t-il avec le ton du connaisseur. Le parcours de Boubacar n’est pas une exception. De dizaines de milliers de jeunes Subsahariens se trouvent séduits par l’offre marocaine d’accueil et d’installation à l’égard des migrants, lancée en 2013 avec la #Stratégie_nationale_d’intégration_et_d’asile (#SNIA). Depuis le lancement de cette politique publique, un large réseau associatif à la qualité et l’engagement, et aux intentions très variables accompagne l’installation de ces migrants en termes d’offres de services (santé, éducation, etc.). Le tout en attendant leur #intégration effective dans les politiques publiques. La #Plateforme_nationale_de_protection_des_migrants (#PNPM) fait partie de ce réseau associatif, il compte des ONG internationales avec une expertise dans la thématique (Caritas, Médecins du monde, CEFA, etc.) et des associations marocaines qui démarrent leur engagement sur ce thème (OMDH, ALCS, droits, justice, etc.). Ce collectif comptant 13 associatifs a tenu ses assises le 25 juin dernier à Rabat. Ce moment annuel d’échange a permis de débattre « de l’état des lieux de l’accès aux services publics pour les personnes migrantes au Maroc ».

    Santé : des droits en sursis
    « 55 associations ont pris part aux assises. Ces ONG travaillent dans les régions du Nord, de Casa-Settat et du Sahara », détaille Younous Arbaoui, responsable plaidoyer et coordination à la PNPM. L’accès à la santé continue d’être un chemin de croix pour les migrants, spécialement ceux en situation irrégulière se trouvant près des zones frontalières avec l’Espagne. Bassal Likong, travailleur social à l’association Mains solidaires de Tétouan revient sur cette situation. « Les personnes migrantes rencontrent une panoplie de difficultés une fois qu’ils arrivent en ville. Dans le volet sanitaire et nonobstant le soutien du ministère délégué dans l’#accès_aux_soins de ces personnes. Ceci passe aussi par des interventions de l’association et notre partenariat avec la délégation de la #santé. Cap sur le sud du pays, à Lâayoune, l’association Sakia Lhamra arrive à assurer un accès aux soins, « par le biais de la bonne coopération de la délégation régionale de la santé », se satisfait Abdelkabi Taghia, président de cette ONG sahraoui mais c’est à Nador que la situation demeure la plus problématique où des refus d’offrir des soins continuent d’être recensés, selon plusieurs rapports associatifs sur place. Pour cette raison, le PNPM recommande qu’un « effort d’information des professionnels de santé soit réalisé, y compris dans les régions confrontées plus récemment au phénomène migratoire. Celui-ci passe notamment par une explication des circulaires régulant l’accès des patients étrangers de manière généralisée au système de santé ». L’accès au #RAMED des migrants régularisés demeure un autre sujet épineux, d’autant plus que ce dossier connaît un retard d’une année.

    Éducation : des #discriminations signalées
    L’accès à l’éducation aux migrants en âge de scolarité est garanti par une circulaire du ministère de l’Éducation nationale datant 2013. Pourtant, les choses sont nettement plus compliquées à en croire les retours de terrain des associatifs. « Nous sommes condamnés à faire des aller-retour entre l’école et l’administration pour inscrire un enfant », regrette Imane Benbouzid, responsable de l’éducation de la Fondation Orient Occident (FOO) qui travaille avec les familles migrants installées dans le quartier de Yacoub Mansour de Rabat. Pour combler le vide laissé par le département de l’Éducation, le secteur associatif assure la scolarité des enfants migrants de différentes catégories surtout les mineurs non accompagnés. « Des dispositifs pilotes ont été démarrés pour assurer la scolarité. Le rythme d’appropriation de la part de l’Éducation nationale n’est pas la même que celui des associations. Un travail est nécessaire pour capitaliser sur ces nouveaux outils », souligne Fanny Curet, responsable de ce dossier chez Caritas. L’arrivée d’enfants étrangers au sein de l’école publique marocaine s’accompagne par l’émergence de discours discriminatoires. « Certains membres de la communauté congolaise ont dû retirer leurs enfants des écoles car des élèves ou même des instituteurs tenaient des discours discriminants à l’égard de leurs enfants », alerte Stephan Mboma Ngulutu, SG de l’association de la diaspora congolaise au Maroc. Si aujourd’hui les effectifs sont faibles, environ 6.100 lors de l’année 2015-16, l’école marocaine doit se préparer à une transformation vers une école de la diversité multiculturelle. Pour cette raison, le PNPM émet plusieurs recommandations. En premier lieu que « des moyens soient consacrés à des projets permettant une véritable expérimentation pédagogique en matière d’apprentissage de l’arabe comme langue seconde ; évitant d’inscrire les enfants étrangers dans des filières parallèles et visant une intégration immédiate ou dans un délai court de l’élève en école formelle dans une classe d’âge proche du sien ». Enfin, le PNPM recommande que les « enfants des personnes migrantes et des familles d’origine non musulmane soient dispensées d’enseignement islamique sans pour autant être pénalisés dans les examens ». Ces difficultés constatées pour assurer l’accès aux droits des migrants installés au Maroc montre le long chemin encore à parcourir dans ce domaine pour le royaume. Une construction marquée par des hésitations de l’administration (voir encadré) et quelques crispations de la société. Il demeure que dans cette voie, le Maroc peut se prévaloir d’avoir fait le choix de l’ouverture migratoire, à contre-courant d’une Europe en repli et d’une Amérique honteuse…


    http://www.leseco.ma/maroc/67776-migrants-le-long-chemin-pour-l-acces-aux-droits.html
    #Maroc #accès_aux_droits #migrations #asile #réfugiés #régularisation
    #éducation #école #sans-papiers


  • Kader Salmi, cet autre héros pas reconnu
    Nadir Dendoune, Le Courrier de l’Atlas, le 29 mai 2018
    https://www.lecourrierdelatlas.com/societe-kader-salmi-cet-autre-heros-pas-reconnu--19884

    Il y a les héros reconnus et les autres, ceux dont l’acte reste confidentiel. Kader Salmi est un Algérien de 28 ans. Il est arrivé en France il y a quatre ans. Comme nous vous le rapportions dans nos colonnes, il aurait sauvé en février dernier 19 personnes à Montreuil (93), alors que leur immeuble prenait feu. Huit familles, 19 personnes, dont sept enfants. Il les aurait sorties une par une, comme ont témoigné plusieurs voisins.

    #titres_de_séjour #immigration #préfecture #régularisation #sans_papiers #incendie #hypocrisie #migrants #Mamoudou_Gassama #Kader_Salmi

    #Mohssen_Oukassi :

    Comme Mamoudou Gassama, Mohssen Oukassi, "héros" de l’incendie d’Aubervilliers, avait été régularisé après avoir sauvé des vies. Nous l’avons retrouvé
    Yann Thompson, France Info, le 30 mai 2018
    https://seenthis.net/messages/698280

    #Aymen :

    Après l’histoire de Mamoudou Gassama, un sans-papiers de 25 ans menacé d’expulsion questionne « la hiérarchie des actes de bravoure »
    Le Monde, le 3 juin 2018
    https://seenthis.net/messages/699454

    Plus sur Mamoudou Gassama :
    https://seenthis.net/messages/697497


  • Après l’histoire de Mamoudou Gassama, un sans-papiers de 25 ans menacé d’expulsion questionne « la hiérarchie des actes de bravoure »
    https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2018/06/03/apres-l-histoire-de-mamoudou-gassama-un-sans-papiers-de-25-ans-menace-d-expu

    Parfois – souvent, même – l’actualité semble bégayer. Il y a comme de l’écho, mais la petite musique est un peu différente. Et le décalage souligne plus âprement encore le cynisme d’une société.

    D’un côté, il y a la lumière. La machine médiatique qui s’emballe à l’idée d’avoir trouvé un héros. Parce que c’était un jour de morne actualité, parce que des témoins étaient là pour filmer, Mamoudou Gassama, en sauvant spectaculairement un enfant de 4 ans suspendu dans le vide, s’est fait remarquer jusqu’au plus haut sommet de l’Etat. Reçu par Emmanuel Macron à l’Elysée, lundi 28 mai, le jeune migrant malien de 22 ans, va accéder à la naturalisation française et intégrer le service civique des sapeurs-pompiers de Paris.

    De l’autre, il y a celui resté dans l’ombre. L’histoire d’Aymen, sans-papiers de 25 ans arrivé en France en 2013, racontée dimanche 3 juin par Le Parisien. Le 10 avril 2015 à Fosses (Val-d’Oise), ce Tunisien a sauvé, en compagnie de deux amis, deux enfants enfermés dans la chambre d’un appartement en proie aux flammes. C’est la mère des deux garçons, âgés de dix-neuf mois et cinq ans, qui avaient appelé à l’aide.

    « Nous sommes montés tout de suite pour chercher les enfants. Nous les avons trouvés tout de suite, dans la chambre. Ils étaient restés ensemble », témoigne Aymen au quotidien. Les trois sauveurs repartent aussitôt, et ne referont surface qu’après un appel à témoins lancé par la mère pour les retrouver. Trois semaines après leur acte, le maire de Fosses leur remet une médaille de la ville pour « acte de bravoure ».

    Mais deux ans plus tard, le jeune homme, diplômé d’informatique, est sous le coup d’un refus de séjour assorti d’une obligation de quitter le territoire français. Une décision prise et confirmée par le préfet du Val-d’Oise, malgré la demande du maire de Fosses d’obtenir une dérogation auprès des services de l’Etat, rappelant le geste héroïque d’Aymen.

    Comment ne pas établir de liens entre ces destins ? Ne pas voir l’ironie d’une société qui choisit une poignée de héros pour mieux rejeter la masse des autres ? L’avocate d’Aymen, Philippine Parastatis, demande l’annulation de la décision du préfet. « Je lance un appel au président de la République afin d’être reçue et pour qu’il m’explique comment hiérarchiser les actes de bravoure », ajoute-t-elle dans les colonnes du Parisien.

    « Faut-il considérer que sauver un bébé en escaladant un immeuble est plus héroïque que braver les flammes pour sauver deux enfants ? Quelle malchance de ne pas avoir été filmé. »


  • Comme Mamoudou Gassama, Mohssen Oukassi, « héros » de l’incendie d’Aubervilliers, avait été régularisé après avoir sauvé des vies. Nous l’avons retrouvé
    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/enfant-sauve-par-mamoudou-gassama/comme-mamoudou-gassama-mohssen-oukassi-heros-de-l-incendie-d-aubervilli

    En 2014, au péril de sa vie, Mohssen Oukassi avait évacué des habitants de son immeuble ravagé par les flammes, à Aubervilliers. Depuis, la vie de ce jeune Tunisien est une course d’obstacles.

    Après les belles paroles…

    Après l’incendie, il m’avait promis des cartes de séjour d’un an pendant trois ans, puis une carte valable dix ans la quatrième année, puis un coup de pouce pour être naturalisé la cinquième année, rappelle-t-il. Je n’ai toujours qu’une carte d’un an. Mon dossier administratif s’est perdu entre la Seine-Saint-Denis et Paris."

    Sans même parler des problèmes de santé suite à son intervention.
    #titres_de_séjour #immigration #préfecture #régularisation #mensonge #sans_papier #incendie



  • La droite assaille Collomb : « Oui ou non, y a-t-il un plan de #régularisations caché ? »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190418/la-droite-assaille-collomb-oui-ou-non-y-t-il-un-plan-de-regularisations-ca

    Le député des Alpes-Maritimes Éric Ciotti, à l’Assemblée nationale. © Reuters Alors que l’Assemblée nationale débattait des droits des réfugiés, les députés LR ont monopolisé la séance, mercredi 18 avril, avec des questions en rafale à l’adresse de #Gérard_Collomb : « Oui ou non, y a-t-il un plan de régularisations caché ? »

    #France #asile #droit_d'asile #Eric_Ciotti #immigration #Manuel_Valls #Sans_papiers


  • Une centaine de travailleurs sans papiers en grève en Ile-de-France, Maryline Baumard, LE MONDE | 12.02.2018
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2018/02/12/une-centaine-de-travailleurs-sans-papiers-en-greve-en-ile-de-france_5255455_

    Ils s’opposent au projet de loi migration qui veut pénaliser le travail sous une autre identité, et réclament d’être régularisés.

    Abdoulaye sort le reçu des 624 euros qu’il vient d’envoyer à sa famille au Sénégal. « Je ne sais pas du tout quand je pourrai faire le prochain envoi », commente-t-il, après avoir précisé qu’« au pays la famille est d’accord pour la grève ». La décision n’a pas été facile à prendre pour ce travailleur immigré de 31 ans qui fait vivre épouse, enfants et parents en Afrique. Mais, après cinq ans de vie sans papiers en France, il refuse d’être davantage exploité, évoquant « les mois à 700 ou 800 euros alors que je travaille tous les jours, qu’on ne me paie qu’une partie des heures et que je dois me taire, parce que le patron sait que je travaille sous une autre identité ».

    L’histoire d’Abdoulaye ressemble à celle de la centaine de Subsahariens présents dimanche 11 février au soir au siège de la CGT. Là, les grévistes de six entreprises d’Ile-de-France préparaient les piquets de grève qui se sont mis en place lundi au matin, remplissaient les caisses de solidarité avec l’argent collecté, euro après euro. « On part en grève pour être régularisés, puisqu’on travaille depuis des années ici, et qu’on gagne moins que ceux qui ont des papiers, en faisant des travaux plus durs. Mais on arrête aussi le travail à cause du projet de loi qui va rendre encore plus difficile de signer un contrat sous une autre identité, ce qu’on fait tous ici », explique ­Robert,salarié de GLS à Roissy.

    « On est cassé au bout de quelques mois »

    Les sans-papiers se font souvent prêter un passeport et un numéro de Sécurité sociale pour signer un contrat. Pour éviter les ennuis, les entreprises les font en général embaucher par des sociétés d’intérim, qui servent d’écran. Mais le projet de loi asile et immigration, qui sera présenté en conseil des ministres le 21 février, annonce dans son article 16-II que le salarié risquera cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende, puisqu’il tombera sous le coup de l’article 441-8 du code pénal.

    Le texte qui est à l’étude au ­Conseil d’Etat espère ainsi « renforcer l’effectivité et la crédibilité de la lutte contre l’immigration irrégulière ». « En fait, on veut se débarrasser de nous, commente Abdoulaye, mais c’est illusoire et aucune personne qui a des papiers ne tiendrait deux mois à porter des frigos, des roues de tracteurs… On est cassé au bout de quelques mois de manutention, mais on reste », insiste-t-il à l’unisson avec Lossemy, un camarade de travail ivoirien.

    Alors qu’Abdoulaye et Lossemy devaient rejoindre le piquet de grève à 5 heures à Roissy, cinq autres entreprises devaient elles aussi être concernées, à Paris, dans le Val-de-Marne et dans l’Essonne. « Ce mouvement concerne pour l’heure une centaine de salariés de six entreprises très représentatives des secteurs dans lesquels travaillent les plus précaires : le bâtiment, avec Défi Technology ; la cuisine avec Event Thaï ; les déchets avec STLG et Sepur, la logistique et le transport avec Chronopost et GLS », observe Marilyne Poulain, du collectif migrants de la CGT.

    Cesystème de régularisation (par le travail) qui ne dit pas son nom permet de donner des titres de séjour à quelque 6 000 personnes tous les ans. Ilfonctionne plus ou moins selon les départements et les entreprises. " Les patrons peuvent signer une demande d’admission exceptionnelle au séjour. Et même un certificat de concordance qui reconnaît la véritable identité de la personne travaillant sous un nom d’emprunt ", rappelleRaymond Chauveau, qui a mené la grève des sans-papiers de 2008.

    Reste que les salariés en grève travaillent dans des entreprises qui acceptent peu ou pas du tout de régularisation. De plus, le système s’est enrayé dans certains départements depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les préfets étant davantage incités à renvoyer qu’à régulariser. " En Seine-Saint-Denis, par exemple, la préfecture a mis en place un système de prise de rendez-vous qui dissuade de déposer des demandes de régularisation ", regrette Jean-Albert Guidou, du collectif migrants de la CGT. Face à cette situation disparate, le syndicat demande l’ouverture de négociations avec le ministère de l’intérieur, pour la centaine de grévistes, et non avec les préfectures, et demande la suppression de l’article 16 de la loi migration.

    Dans la salle dimanche soir, la centaine de visages jeunes, à la peau foncée, restaient graves face aux explications des syndicalistes. Bonnets, vêtements sombres, tous écoutaient les explications, applaudissant à l’idée de faire partie d’un collectif pour ne plus galérer seul. Le plus applaudi aura été l’Adama de la grève de 2008 qui milite à la CGT et était venu raconter que " la lutte paye si on la mène à terme ". Mardi 13 février, le secrétaire général, Philippe Martinez, tiendra une conférence de presse afin de montrer que la Confédération porte haut ce sujet.

    #sans_papiers #grève #régularisation #loi_asile_et_immigration

    • DES TRAVAILLEURS SANS-PAPIERS OCCUPENT LES LOCAUX DE SIX ENTREPRISES D’ÎLE-DE-FRANCE
      https://www.streetpress.com/sujet/1518430204-travailleurs-sans-papiers-occupation-greve-roissy

      À Roissy, ils sont arrivés à 5h30 pétantes, avant le lever du soleil. Une quinzaine de travailleurs sans-papiers et leurs collègues de la CGT occupent depuis ce matin les locaux de la société GLS, une entreprise d’acheminement de colis basée à quelques encablures de l’aéroport Charles-de-Gaulle. Ils ne sont pas les seuls. Six entreprises d’Île-de-France sont actuellement squattées par des travailleurs sans-papiers. Le tout pour une durée indéterminée. « C’est une grève que l’on prépare depuis six mois », précise Jules, militant de la CGT Logistique. Pour le jeune homme, le piquet de grève pourrait durer de longues semaines :
      « On veut mettre la pression sur les entreprises pour qu’elles mettent à leur tour la pression à l’Etat. »


  • Ce que fait la politique de contrôle de l’immigration. De l’étranger menotté au clandestin

    Chaque année en France, des milliers d’étrangers en situation irrégulière sont arrêtés sans que l’administration soit en mesure de procéder à leur éloignement. Ils sont libérés après un enfermement en rétention durant lequel ils font l’expérience du rapport policier et de la coercition qui l’accompagne. A travers une enquête ethnographique au sein d’un local de rétention et le suivi au quotidien des étrangers qui n’ont pas été expulsés, il s’agit ici de montrer comment ce dispositif transforme l’image que les étrangers se font d’eux-mêmes (de l’étranger qui se pense légitime à l’étranger qui se sait illégal), mais les confine également à l’usage de l’illicite pour garantir leur présence en France. Eloignés de toutes possibilités de #régularisation, ces étrangers en situation irrégulière se voient réduits au statut de #clandestin.

    http://champpenal.revues.org/7889
    #renvois #expulsions #asile #migrations #réfugiés #détention_administrative #rétention #images #représentations #sans-papiers #clandestinité #après_la_détention_administrative #menottes


  • Le Mai 68 des immigrés en France. Entretien avec Daniel A. Gordon

    A quoi ressemblait #1968 depuis le bidonville ? De la même façon : à quoi ressemblait le #bidonville pour les révoltés de 1968 ?

    Le #Mouvement_des_Travailleurs_Arabes joua

    un rôle déterminant en lançant la première grève de la faim des #sans-papiers en 1972-1973, qui amena à la #régularisation de 35 000 personnes. Étant donné la récurrence des mouvements de sans-papiers dans les périodes plus récentes, c’est là un exemple de la manière dont le MTA commença quelque chose qui dure toujours, même si l’organisation n’exista qu’entre 1972 et 1976.

    Le #MTA fut aussi

    fermement condamné par le #PCF et la #CGT pour ce que ces dernières organisations voyaient comme une « division de la classe ouvrière »...

    http://www.contretemps.eu/mai-68-immigres-france-gordon


  • Oho... je me rends compte que je n’ai rien mis sur seenthis concernant l’#opération_papyrus qui a cours à #Genève...
    Voici un article récent sur cette opération de #régularisation des #sans-papiers. Je mettrai en commentaire les photos d’@albertocampiphoto, qui a couvert l’événement pour @lacite ...

    A Genève, les effets inattendus de l’opération Papyrus

    Une ressortissante brésilienne invoquait les critères du projet de régularisation des clandestins pour obtenir la prolongation de son séjour légal en Suisse. La Chambre administrative de la Cour de justice lui donne raison

    https://www.letemps.ch/suisse/2017/09/11/geneve-effets-inattendus-loperation-papyrus
    #suisse


  • Le HCR se félicite de l’#enregistrement d’un million d’Afghans sans-papiers au Pakistan

    Dans le cadre de ce projet, des milliers d’Afghans recevront une carte de citoyen afghan, ou AC, leur assurant une protection légale contre l’arrestation, la détention ou l’expulsion arbitraire en vertu du #Foreigner’s_Act du Pakistan. L’initiative apportera un grand soulagement à de nombreuses familles afghanes où certains étaient des réfugiés enregistrés, tandis que d’autres n’avaient aucun statut juridique.

    http://www.unhcr.org/fr/news/briefing/2017/7/59720dfb133/hcr-felicite-lenregistrement-dun-million-dafghans-sans-papiers-pakistan.html

    #sans-papiers #régularisation #migrations #Pakistan #réfugiés #Afghanistan #réfugiés_afghans #asile


  • Plus de cent #travailleurs_sans_papiers occupent #rungis pour « bosser et vivre ici »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160317/plus-de-cent-travailleurs-sans-papiers-occupent-rungis-pour-bosser-et-vivr

    En pleine nuit, plus d’une centaine de travailleurs sans papiers ont investi le siège de l’entreprise qui gère l’immense marché national de Rungis, en Île-de-France. Ils réclament leur #Régularisation, soutenus par la CGT.

    #France #circulaire_Valls #droit_des_étrangers #loi_Cazeneuve


  • Bocconi: legalizzare i migranti riduce il tasso di criminalità

    Il riconoscimento del permesso di soggiorno ai migranti può dimezzare il loro tasso di criminalità, grazie al crollo di reati economici compiuti nel mercato del lavoro nero. Lo ha rilevato Paolo Pinotti, professore al dipartimento di analisi delle politiche e management pubblico della Bocconi, in un paper sul tema («Clicking on Heaven’s Door: The Effect of Immigrant Legalization on Crime») pubblicato dalla American economic review. L’indagine ha evidenziato che la legalizzazione riduce dello 0,6% il tasso di criminalità dei migranti regolari, a fronte di un tasso di criminalità complessivo dell’1,1%.

    http://www.ilsole24ore.com/art/notizie/2017-02-24/bocconi-legalizzare-migranti-dimezza-loro-tasso-criminalita-141109.shtm

    #régularisation #sans-papiers #criminalité #permis_de_séjour


  • State’s Discretion and the Challenge of Irregular Migration – the Example of Permanent Regularization Practices in Spain and Switzerland

    In the heated debate around irregular migration, the so-called regularization measures represent one of the main bones of contention – presented by some as the only possible solution to irregular presences and contested by others as rewards for illicit behaviour. Despite their many differences, such measures have a common core – discretion. They are, in fact, gracious concessions of the State to those who, by entering and staying within its borders in breach of its laws, have challenged its sovereignty. The present paper will use an operational definition of discretion to analyse two European regularization mechanisms that, because of their manifest similarities as well as their different empirical outcomes, lend themselves particularly well to comparison: the Swiss “cas de rigueur” procedure and the Spanish “#arraigo”. The juxtaposition between the two schemes will be used to investigate how the powers of the State decline, through discretion, different answers to the challenge posed to national immigration models by irregular entries and stays.

    http://nccr-onthemove.ch/publications/states-discretion-and-the-challenge-of-irregular-migration-the-exampl
    #régularisation #cas_de_rigueur #sans-papiers #Suisse #Espagne



  • Rassemblement de soutien à l’Attiéké le #25_juin à 11h, Saint-Denis
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2016/06/24/rassemblement-de-soutien-a-lattieke-le-25-juin-a-11h-sai

    Aujourd’hui, l’Attiéké est menacé d’expulsion. Nous sommes convoqué.e.s le 7 juillet au tribunal, face au propriétaire, la Fédération française de triathlon. Derrière, c’est l’expulsion qui s’annonce, avec 40 personnes qui vont se retrouver à la rue. Hier mal-logé-es aujourd’hui menacé-es … Continue reading →

    #MANIFESTATIONS #SQUATS #expulsion #habitantes #habitants #l'Attiéké #manifestation #régularisation #résistance #relogement #saint_denis #squat


  • Quelle régularisation foncière pour les villes brésiliennes ? Défis et obstacles

    À travers l’analyse des politiques de #régularisation_foncière dans les villes brésiliennes, Rafael Soares Gonçalves souligne la difficulté de réhabiliter les #quartiers_informels et plus encore d’attribuer des titres de #propriété. L’exemple de la régularisation foncière des #favelas de #Rio_de_Janeiro ne cesse de reposer la question de l’informel en ville.


    http://www.metropolitiques.eu/Quelle-regularisation-fonciere.html
    #Brésil #aménagement_du_territoire #villes #urban_matter
    via @ville_en

    • Favela: Four Decades of Living on the Edge in #Rio_de_Janeiro

      Janice Perlman wrote the first in-depth account of life in the favelas, a book hailed as one of the most important works in global urban studies in the last 30 years. Now, in Favela, Perlman carries that story forward to the present. Re-interviewing many longtime favela residents whom she had first met in 1969—as well as their children and grandchildren—Perlman offers the only long-term perspective available on the favelados as they struggle for a better life. Perlman discovers that while educational levels have risen, democracy has replaced dictatorship, and material conditions have improved, many residents feel more marginalized than ever. The greatest change is the explosion of drug and arms trade and the high incidence of fatal violence that has resulted. Yet the greatest challenge of all is job creation—decent work for decent pay. If unemployment and under-paid employment are not addressed, she argues, all other efforts will fail to resolve the fundamental issues. Foreign Affairs praised Perlman for writing “with compassion, artistry, and intelligence, using stirring personal stories to illustrate larger points substantiated with statistical analysis.”


      http://abahlali.org/files/favela.pdf
      #livre


  • Premiers guichets de l’accès au droit, les associations militantes se bureaucratisent| AlterEco+ Alterecoplus
    http://www.alterecoplus.fr/en-direct-de-la-recherche/quand-les-associations-militantes-tombent-dans-la-bureaucratie-20150528

    plusieurs facteurs sont mis en avant par les deux chercheurs : #externalisation croissante de l’action publique, #juridicisation et #individualisation de la vie sociale, complexification du #droit, présence accru des spécialistes du droit parmi les #militants, diffusion d’une « #culture_du_résultat » au sein des associations... Selon Pette, « la position offensive des années 1970 s’est effacée au profit d’une position plus défensive. La défense des acquis sociaux, des emplois ou des individus occupe aujourd’hui la plus grande partie du temps et du travail militant. Par conséquent, les répertoires ont eux aussi changé (...) et la négociation semble privilégiée par les militants. » Cet enrôlement des associations semble en tout cas être garant d’une certaine efficacité : Weil montre, statistiques à l’appui, que « les requérants soutenus par une association ont environ deux fois plus de chances de valider leur recours que ceux qui ont fait l’objet d’un simple suivi par un #travailleur_social ». (...)
    ... En intégrant les attentes de l’Etat
    Mais cette efficacité a un prix : celui d’une #sélection drastique des #candidats défendus, pour ne retenir que les « bons », autrement dit ceux qui ont la plus grande chance d’obtenir une réponse positive de l’administration.

    #séjour #régularisation #logement #DALO


  • Une quatrième agence d’intérim, à Paris cette fois, occupée par des #sans-papiers - France 3 Paris Ile-de-France
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2015/06/22/une-quatrieme-agence-d-interim-paris-cette-fois-occupee

    ... le collectif demande l’ouverture de négociations avec Adecco, (premier opérateur français et mondial de l’intérim) et plus généralement tous les employeurs de l’#intérim, pour qu’ils délivrent les #documents nécessaires à la #régularisation de ces #travailleurs, notamment les certificats de concordance attestant qu’une personne a travaillé sous différentes identités pour un employeur.

    Jusqu’à présent, les employeurs de l’intérim refusent d’entamer des discussions et demandent l’évacuation des agences. "S’ils ne veulent pas négocier, on occupera d’autres agences. On ira jusqu’au bout", promet le porte-parole du collectif. « Adecco, Manpower, Randstad... toutes les agences sont concernées », a-t-il ajouté en précisant que son collectif recensait, rien que chez Adecco, environ 65 sans-papiers en Ile-de-France.

    L’#occupation lancée lundi est la quatrième engagée par le collectif en douze jours. Depuis le 10 juin, environ 120 travailleurs -le double la nuit- campent aux abords et dans les locaux des agences Randstad à Poissy et Adecco à Montigny-le-Bretonneux. L’agence Manpower aux Mureaux est elle occupée depuis le 19 juin.

    #campement


  • Yvelines : des travailleurs sans-papiers occupent deux agences d’intérim - L’Express L’Entreprise
    http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/yvelines-des-travailleurs-sans-papiers-occupent-deux-agences-d-

    Versailles, 10 juin 2015 - Plus de 250 travailleurs #sans-papiers ont occupé mercredi les locaux de deux agences d’#intérim dans les Yvelines, pour réclamer « les documents indispensables » à la constitution de leur dossier de #régularisation et plus d’une centaine d’entre eux s’apprêtaient à y passer la nuit, a-t-on appris par la police et la CGT.

    Ces travailleurs précaires originaires pour la plupart d’Afrique subsaharienne occupent les locaux et les abords d’une agence Randstad à Poissy et d’une agence Adecco à Montigny-le-Bretonneux avec qui ils sont pour certains en contrat intérimaire, a indiqué à l’AFP Sonia Porot, secrétaire départementale de la CGT dans les Yvelines. 

    Selon la police, 200 sans-papiers se sont rassemblés dès le matin à Poissy et une soixantaine à Montigny. Ils étaient environ 300 répartis sur les deux sites, soutenus par plusieurs dizaines de délégués syndicaux, selon la CGT. 

    A l’origine de cette action, la CGT demande l’ouverture de négociations avec les employeurs pour qu’ils délivrent « sans tergiverser » les « documents indispensables pour la régularisation des travailleurs », selon son communiqué : attestations et contrats de travail et certificats de concordance qui attestent qu’une personne a travaillé sous différentes identités pour un employeur.

    #occupation


  • Pour la régularisation de #Joël et sa maman !

    Les parents et les élèves de l’école J.J Michel à Saint Gilles se mobilisent pour obtenir la régularisation de Joël et de sa maman qui sont menacés d’expulsion depuis le 9 avril. Atteint d’une maladie rare et grave, les médecins de Joël estiment que s’il retourne au #Rwanda, il risque un décès précoce. Organisés en comité de soutien, les parents et élèves ont manifesté devant le siège de l’Office des étrangers afin de remettre une pétition exigeant leur #régularisation.


    http://www.collectif-krasnyi.be/pour-la-regularisation-de-joel-et-sa-maman
    #mobilisation #école #solidarité #expulsion #renvoi


  • Parution en ligne : Frontières affirmées, frontières contestées (_Polis e Psique, revue brésilienne)
    http://seer.ufrgs.br/PolisePsique
    http://frontieres.hypotheses.org/1424

    SOMMAIRE :
    – Les construits sociaux et les construits sociologiques : race et racisme
    – Tensions et stratégies identitaires des enfants de couples mixtes
    – De la stigmatisation raciale à l’identité ethnique : le cas du métissage Russo-Africain
    – Love and Sexual Relationships in a Globalized World
    – Du travail aux papiers et des papiers au travail. L’expérience du travail et de la régularisation des sans-papiers
    – Binationalité en acte : une nouvelle condition politique
    – Entre affirmation et contestation, la citoyenneté des sourds en question
    – Faire et défaire les frontières indigènes : Terres et Corumbiara
    – Dynamiques identitaires dans le cinéma cubain Le « Nous cubain » entre construction idéologique et appartenance culturelle
    – Le tour des frontières. Identités bretonne et française


  • #revue
    #Populations et territoires du #Brésil

    La population brésilienne se trouve actuellement à un stade avancé de la transition démographique, suivant en cela, mais avec un rythme accéléré le processus qu’ont connu les pays développés. La transition démographique au Brésil a commencé dans les années 1930 avec la baisse du taux de mortalité infantile et elle s’est traduite par une multiplication par six de la population entre 1930 et 2010. La baisse de la mortalité a été suivie, au milieu de la décennie 1960, par une réduction rapide des taux de fécondité combinée elle-même à un ralentissement de la croissance du nombre de femmes en âge de procréer, ce qui a eu pour effet une diminution progressive du taux de natalité. Petit à petit, la baisse du taux de natalité a compensé celle du taux de mortalité, amenuisant ainsi le taux de croissance de la population. Avec ce processus la population brésilienne devrait cesser de croître dans les années 2040, elle compterait alors environ 220 millions de personnes. La croissance plus faible du nombre de naissances à chaque nouvelle génération a aussi entrainé des changements dans la structure par âge, d’abord en réduisant la part relative des classes d’âge les plus jeunes et en augmentant celle des adultes, puis plus récemment, en augmentant rapidement les effectifs et la part des classes d’âge avancé. L’allongement de la vie a aussi accentué ces transformations de la structure par âge, les plus de 60 ans devraient ainsi, dès 2030, devenir plus nombreux que les moins de 15 ans. Les conséquences de ces changements démographiques ne se limitent pas à des variations d’effectifs et de poids des classes d’âge. La baisse du taux de fécondité et de mortalité a aussi eu des effets sur les familles et les ménages, avec une réduction du ratio de dépendance des jeunes des ménages (rapport entre le nombre des enfants et celui des adultes), une diminution de la taille moyenne de ces ménages et une augmentation du nombre des familles multigénérationnelles.

    http://eps.revues.org/5724

    Sommaire :
    Hervé Théry
    Les populations du Brésil, disparités et dynamiques [Texte intégral]
    Populations in Brazil, Disparities and Dynamics
    Sébastien Rozeaux
    Les horizons troubles de la politique de « #colonisation » au Brésil : réflexions sur l’#identité de la #nation brésilienne à travers le prisme de la question migratoire (1850-1889) [Texte intégral]
    The cloudy horizons of the colonization policy in Brazil in the nineteenth century – Reflections on the identity of the Brazilian nation through the prism of the migration issue (1850-1889)
    Bernard Bret
    Territoires de #servitude et territoires de #liberté au Brésil [Texte intégral]
    Territories of servitude and territories of freedom in Brazil
    Dominique Vidal
    #Urbanisation, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil [Texte intégral]
    Urbanization, spatial constraints and democratic challenge in Brazil
    Alan P. Marcus
    Convenient Liaisons : Brazilian Immigration/Emigration and the Spatial-relationships of Religious Networks [Texte intégral]
    Des liaisons opportunes : migrations Brésil-#USA et contacts de #réseaux_religieux
    Jonas Simões das Neves Anderson et Sergio Schneider
    Brazilian Demographic Transition and the Strategic Role of Youth [Texte intégral]
    #Transition_démographique brésilienne et le rôle stratégique de la #jeunesse
    Yannick Sencébé et Ademir A Cazella
    Le paradoxe d’un pays rural qui s’ignore : urbanisation et place de l’#agriculture_familiale au Brésil [Texte intégral]
    The paradox of a rural country which ignores : urbanization and part of the family farming in Brazil
    Stéphanie Nasuti, Isabelle Tritsch et Ludivine Eloy
    #Régularisation_foncière et #mobilités rurales-urbaines en #Amazonie brésilienne [Texte intégral]
    Quels effets sur les dynamiques résidentielles et démographiques des populations forestières ?
    Land tenure regularization and rural-urban mobility in the Brazilian Amazon. What impacts on residential and population dynamics of forest people ?
    Alexandre Magno Alves Diniz et Elisângela Gonçalves Lacerda
    The colonization of Roraima State, Brazil : an analysis of its major migration flows (1970 to 2010) [Texte intégral]
    La colonisation du #Roraima au Brésil : analyse des principaux flux migratoires (de 1970 à 2010)
    Alberto Augusto Eichman Jakob
    International migration and segregation in the Brazilian Legal Amazonia [Texte intégral]
    #Migrations internationales et #ségrégation dans l’Amazonie Légale Brésilienne
    Michaël Chetry et Jean Legroux
    Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la #ségrégation_urbaine [Texte intégral]
    Rio de Janeiro in a mega-event hosting context : the role of the public authorities on urban segregation
    Paul Cary, Armelle Giglio-Jacquemot, Tadeu Giglio et Ana Melo
    Vivre avec la pénurie d’#eau à #Recife [Texte intégral]
    Déni public et alternatives privées
    Facing water shortage in Recife. Between public denial and private alternatives
    Pamela Quiroga
    Quelles #mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ? [Texte intégral]
    Daily mobilities of poor and aging populations in Recife
    Octavie Paris
    Les populations des cortiços [Texte intégral]
    Le cas de Recife et São Paulo
    Cortiço’s populations : the case of Recife and São Paulo.
    Rivaldo Mauro de Faria et Paula Santana
    Regional inequalities in infant mortality and Primary Health Care in the State of Minas Gerais, Brazil [Texte intégral]
    Les #inégalités régionales de la #mortalité_infantile et des Soins de #Santé Primaires dans l’État du #Minas_Gerais, au Brésil
    François-Michel Le Tourneau
    En #marge ou à la marge ? [Texte intégral]
    Les populations amérindiennes du Brésil
    Marginalized or at the margin ? Indigenous peoples in today’s Brazil
    Luna Gámez
    Les « gardiens de la #forêt » : l’#extractivisme de #ressources_naturelles et la dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne [Texte intégral]
    “Rain-forest guardians” : natural resources extractivism and dependence on public policies in Brazilian Amazon
    Brunna Crespi, Pauline Laval et Catherine Sabinot
    La communauté de pêcheurs de #Taperebá (Amapá- Brésil) face à la création du Parc national du Cabo Orange [Texte intégral]
    Fishing community of Taperebá (Amapá, Brazil) facing to the creation of the National park of Cabo Orange

    #démographie #peuples_autochtones #pêche #énergie #foncier

    via @ville_en
    cc @odilon