• Drôme : des graines OGM détruites par des faucheurs volontaires
    https://ricochets.cc/Drome-des-Graines-OGM-detruites-par-des-faucheurs-volontaires.html

    🟩 FAUCHEURS VOLONTAIRES D’OGM Grosse action ce matin (14 juin) dans la #Drome avec les Faucheurs Volontaires d’OGM chez l’ogre TOP SEMENCE. Les activistes lanceurs d’alerte ont rendu impropre à la vente et a la consommation des dizaines de sacs de graines destinées à la culture de tournesol génétiquement modifiés, interdit par la cour de justice de l’Union européenne et par le conseil d’État. Malgré les avertissements et le danger scientifiquement indéniable,, ces produits arrivent dans notre (...) #Les_Articles

    / #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, #Drôme, #Agriculture

    https://www.bastamag.net/Faucheurs-volontaires-Nouveaux-OGM-VrTH-mauvaises-herbes-mutagenese

  • #Zoocities. Des #animaux_sauvages dans la #ville

    Des renards dans les jardins de Londres, des sangliers dans les rues de Marseille, des léopards dans les artères étroites de Bombay, des coyotes dans les parkings de New York, des kangourous dans les rues de Canberra : repoussés par une campagne chaque jour plus hostile – polluée, rognée par l’urbanisation ou déréglée par le changement climatique – les animaux sauvages s’installent dans les villes. Ils s’y adaptent. Ce phénomène s’accentue. Et si, demain, nous devions les côtoyer au quotidien ?
    La ville telle que nous la connaissons a été historiquement pensée contre les animaux sauvages et, plus généralement, contre la nature. Accueillir ces animaux parmi nous paraît impensable. Les rejeter, impossible. Les exterminer, cruel et dangereux pour les équilibres écologiques.
    Ce livre propose une expérience de pensée. À quoi ressemblerait une ville dans laquelle les distances et les espaces rendraient possible la coexistence avec les bêtes sauvages ? Une ville qui ne serait plus pensée contre les animaux, ni d’ailleurs pour eux, mais avec eux ? Comment, en somme, à l’heure des grands bouleversements écologiques, construire une nouvelle arche de Noé ?
    Après Quand la forêt brûle, prix Pétrarque 2020, Joëlle Zask poursuit son travail d’enquête philosophique sur les relations entre les hommes et leur environnement.

    http://www.premierparallele.fr/livre/zoocities
    #livre #animaux #urban_matter #géographie #urbanisme #ressources_pédagogiques

  • #Bamako. De la ville à l’agglomération

    Longtemps perçue comme un gros village, réceptacle des migrations rurales, la capitale du Mali est devenue une métropole illustrant remarquablement la #croissance_démographique et l’#étalement spatial des grandes agglomérations ouest-africaines. Avec trois décennies de recul, ce livre-atlas met en lumière ces enjeux et les processus de renouvellement de la population bamakoise : le poids désormais décisif des #jeunes ; l’impact de #flux_résidentiels redistribuant familles et demandes de #logement au-delà du district urbain ; le déplacement des fortes #inégalités d’accès au #sol vers les #périphéries de l’agglomération.

    S’appuyant sur une combinaison de données censitaires, d’enquêtes quantitatives et d’observations recueillies jusqu’à la fin des années 2010, l’ouvrage montre comment les pratiques des habitants en matière de #logement, de migration et de #mobilité_urbaine impriment des #discriminations croissantes dans ce cadre expansif. La trajectoire de la ville se lit au fil de plusieurs générations qui ont marqué l’histoire des quartiers, densifié les lignées de propriétaires, forgé de nouveaux besoins dans les plus récents fronts de peuplement.

    Prendre le pouls de la #transition_urbaine oblige à déconstruire les visions simplistes, opposant émigration et immigration, #croissance_spontanée et #urbanisme_réglementaire, une ville « prédatrice » et une campagne « spoliée », sans pour autant négliger leurs échos dans les représentations locales et les modèles globalisés de #gouvernance_urbaine. Véritable manuel d’investigation, ce livre rappelle donc la nécessité d’une connaissance précise des cycles d’expansion urbaine et des acteurs de cette double fabrique, sociale et territoriale. Il donne à voir l’agglomération de Bamako à la fois dans sa dimension régionale et dans l’intimité de ses #quartiers.

    https://www.editions.ird.fr/produit/632/9782709928908/bamako
    #ville #géographie_urbaine #TRUST #master_TRUST #urban_matter #livre #villes #Mali #ressources_pédagogiques

  • HCR - Le HCR, l’OIM et les partenaires humanitaires appellent à aider d’urgence les réfugiés et migrants du Venezuela et leurs hôtes
    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2021/6/60c8c250a/hcr-loim-partenaires-humanitaires-appellent-aider-durgence-refugies-migrants.

    Le HCR, l’OIM et les partenaires humanitaires appellent à aider d’urgence les réfugiés et migrants du Venezuela et leurs hôtes. Plus de 5,6 millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays, la plupart pour des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.
    En prévision d’une Conférence internationale des donateurs qui se tiendra le 17 juin, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) appellent à un soutien international renouvelé pour répondre aux besoins urgents des réfugiés et migrants originaires du Venezuela et apporter un appui aux pays qui les accueillent. « Comme l’exode des Vénézuéliens se prolonge, le risque est de voir cette crise sombrer dans l’oubli », a déclaré le Représentant spécial conjoint du HCR et de l’OIM pour les réfugiés et migrants vénézuéliens, Eduardo Stein. « La pandémie de Covid-19 poursuit ses ravages dans la région et l’avenir de millions de réfugiés et migrants et de membres des communautés hôtes est en péril. La solidarité et l’engagement sont plus nécessaires que jamais pour assurer la fourniture continue de l’aide. » Les confinements prolongés, la perte des moyens d’existence et l’augmentation de la pauvreté forcent de nombreux réfugiés et migrants vénézuéliens à compter sur l’aide humanitaire d’urgence pour survivre. Les besoins sont immenses dans les domaines de la santé, la sécurité alimentaire, l’approvisionnement en eau et l’hygiène de base ainsi que pour l’accès à l’éducation et aux activités rémunératrices. La pandémie a également provoqué une hausse des cas d’expulsion et du nombre de sans-abri, ainsi qu’un dramatique accroissement des signalements de violences sexistes et des besoins en matière de santé mentale.
    Le flux continu de réfugiés et migrants qui quittent le Venezuela est l’une des plus importantes crises de déplacement externe dans le monde. À ce jour, plus de 5,6 millions de personnes ont déjà quitté leur pays. Dans ce contexte, le Plan régional 2021 d’aide pour les réfugiés et les migrants réunit 159 organisations dans le but de répondre aux besoins urgents et de mettre en place des solutions à plus long terme pour la résilience et l’intégration de près de 3,3 millions de Vénézuéliens et de membres des communautés hôtes. Ce plan d’un montant de 1,44 milliard de dollars demeure toutefois largement sous-financé. Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes accueillent 80% des réfugiés et migrants vénézuéliens. Ils ont continué de faire preuve de solidarité à leur égard durant la crise sanitaire mondiale, notamment en instaurant de vastes programmes de régularisation. Toutefois, les capacités de ces pays ont été gravement mises à mal par la pandémie.
    « La charge ne devrait pas reposer uniquement sur les pays de la région. La communauté internationale se doit d’appuyer ces efforts qui favorisent la stabilité régionale », a ajouté Eduardo Stein. « Un déficit de financement priverait de protection des centaines de milliers de personnes qui se retrouveraient avec des options limitées pour reconstruire leur existence dans la dignité. »

    #Covid-19#migrant#migration#venezuela#sante#refugie#economie#vulnerabilite#crise#resilence#integration

  • 5 September 2007 PAUL HARRIS - Their names could hardly sound more British - Harry, Geoffrey and Sid; Ernest, Willy and Eric.
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-479882/Reunited-The-German-refugees-fled-Nazis-fight-Britain.html

    In their uniforms they looked just like any of their chums, united in wartime against the common enemy of Hitler’s Germany.

    But they shared a fascinating secret. For this was an unsung army of refugees who fled the Nazis to fight for Britain during the Second World War.

    And only their real names - among them Horst, Helmut, and Ernst - betrayed the story of their German links.

    Yesterday - most of them still proudly bearing the home-grown names they acquired to blend in all those years ago - they came together for the first time in a unique tribute to the part they played in Britain’s victory over Germany.

    Their service was recognised by the Imperial War Museum in a ceremony to mark the courage of more than 100 surviving men and women who joined British forces in the liberation of Europe.

    The event coincides with the publication of a book, The King’s Most Loyal Enemy Aliens, that tells their stories for the first time.

    These were not merely evacuees seeking safe haven in England, but a generation of Germans and Austrians determined to do their bit for the war.

    Some saw frontline service as commandos, marines or tank crew.

    Others fought in the D-Day landings, or played vital roles in communications and code-breaking, using their native German in aid of the Allied cause.

    Scroll down for more...

    Ernest Goodman

    One of them even has the distinction of being the man who shot and arrested “Lord Haw Haw”, the traitorous propagandist William Joyce.

    But being an “alien” in Britain during wartime - not to mention having a German accent - meant that this particular band of brothers sometimes faced danger from both sides.

    Harry Rossney was among them. He was born Helmut Rosettenstein in the Baltic port of Koenigsberg, and partly raised in a Berlin orphanage.

    Even now, nearly 88 years later, he still speaks with a heavy German accent.

    Six decades ago on a moonless Devon beach, it nearly cost him his life.

    Mr Rossney joined the Pioneer Corps after coming to England in 1939. He was dispatched to the North Devon coast one evening, armed only with a pick-axe handle, and ordered to keep watch for an enemy invasion.

    Unfortunately, a squad of soldiers was also patrolling the beach. “Halt! Who goes there?” was the cry that rang out in the dark.

    Harry identified himself - and immediately heard a rifle being cocked in front of him.

    “He heard my accent and thought he’d found the enemy,” Mr Rossney said. "I thought that was it - this was how my war was going to end. But a sergeant’s voice shouted ’Hold your fire!’, which allowed me to explain who I was.

    “I don’t think they understood, but that split second saved my life.”

    Mr Rossney, a craftsman and signwriter, was drafted to Normandy after D-Day, where his skills were employed to hand-write the names of fallen Allied soldiers on the temporary crosses that eventually became Commonwealth War Graves.

    There were so many, he said, he could barely keep up.

    “I loved my country but it rejected me,” said Mr Rossney, who married 53 years ago and still lives in North-West London.

    "Now, I’m as English as I can possibly be. But it was different back then. My christian name couldn’t really be more German, and everyone at that time was suspicious.

    "I suppose it was pointless to have an English name with an accent like mine, but that’s the name I took. I just looked through the telephone book and picked one out.

    "I’m proud of what I did, although there were so many others like me who did so much more, and exposed themselves to great danger.

    “But I’m very grateful someone has acknowledged that we existed.”

    Some 75,000 German and Austrian refugees arrived in Britain during the 1930s, many of them Jews fleeing Nazi persecution.

    Most were interned when war broke out - the Government failed to distinguish between those who had fled and those who might pose a threat.

    But many were determined to fight for Britain.

    So in 1940, more than 4,000 were allowed to enlist in the non-combatant Pioneer Corps, with many later drafted into fighting units in the Army, Royal Navy and RAF.

    All signed a loyal oath to the King, and mischievously nicknamed themselves The King’s Own Enemy Aliens.

    Geoffrey Perry, now 85, was born Horst Pinschewer and grew up in Berlin, before coming to Britain as a Jewish schoolboy evacuee.

    He was educated at Buxton College in Derbyshire, where, he said, “the headmaster made it his duty to turn us into little Brits”.

    It was Mr Perry - who became a Press photographer and broadcaster - who captured William Joyce.

    In May 1945, he and a British officer with the unlikely name of Bertie Lickorish encountered an odd-looking figure in a forest near the German border with Denmark.

    Mr Perry had been drafted in to broadcast from Radio Hamburg when the Allies liberated Germany, and did so from the same microphone that Joyce used to transmit his sneering, English-accented propaganda to Britain.

    “I shot him in the bum,” Mr Perry recalled gleefully. "It was one shot but four holes - in one cheek and out the other side; then through the other cheek and out again.

    “I’d asked him if he was by any chance Lord Haw Haw. His hand went to his pocket as if to pull out a gun - so I fired.”

    Mr Perry, who is widowed with two sons and four grandchildren, and also lives in North-West London, is modest about his role in the war, even though he fought in the wake of the D-Day landings and was among those who witnessed the horrors of Belsen concentration camp after it was liberated.

    “I had a personal and national motivation for joining the Army, and I’m proud that I did, but I don’t regard it as a big deal,” he said. “I’m sure that the next generation would do precisely the same thing if the need arose.”

    • The King’s Most Loyal Enemy Aliens: Germans Who Fought For Britain in the Second World War, by Helen Fry (Sutton Publishing)

    THE KING’S OWN ENEMY ALIENS

    Ernest Goodman


    • Ernest Goodman, now 82, was born Ernst Guttmann in Breslau (now Wroclaw in Poland) and evacuated to England in 1939. He served with the Coldstream Guards, and was on the front line through France, Belgium and Holland. He was wounded during the assault on the Rhine.

    Eric Sanders


    • Eric Sanders, now 88, was born Ignaz Schwarz in Vienna and arrived in England in 1938. Joined Pioneer Corps and later volunteered for “hazardous duty”. Trained for the Special Operations Executive to be dropped behind enemy lines, he was one of 30 “refugee” SOE men. At end of the war, returned to Vienna in British uniform as a translator with a unit reconstructing Austria.

    Geoffrey Perry


    • Geoffrey Perry, now 85, was born Horst Pinschewer and grew up in Berlin before being evacuated to England. Took part in D-Day landings and carried out prisoner of war interrogations. On May 28, 1945, he arrested Lord Haw-Haw. “Historically, I think I’m more excited by the fact that I broadcast from his actual microphone when we took over Radio Hamburg.”

    Harry Rossney


    • Harry Rossney, now 87, was born Helmut Rosettenstein in Koenigsberg. Partly brought up in Berlin before coming to England in March 1939. Joined Pioneer Corps before serving with the Graves Restoration Unit in post D-Day Normandy. “I was not a hero,” he said. “I would rather see this in the wider context as a history lesson for the younger generation.”

    Sidney Graham


    • Sidney Graham, now 83, was born Szaja Gumpricht in Danzig, West Prussia, (now Gdansk in Poland). Evacuated to England in February 1939 and was one of only two known “aliens” to serve in the Royal Navy, decoding enemy transmissions. All his family, except for his sister, were murdered in the Holocaust. He said: “My life belongs to England - they saved me from certain death.”

    Willy Field


    • Willy Field, now 87 and a keen Arsenal fan, was born William Hirschfeld in Bonn. Sent to Dachau concentration camp in 1938, allowed to emigrate to England in 1939 - but arrested as an enemy alien and sent to Australia. Volunteered to fight for Britain, and trained as a tank driver with the Royal Armoured Corps 8th Hussars. Fought in Normandy. He said: “I’m very British.”

    #guerre #histoire #espionnage #pinschewer #shoa #résistance #Royaume_Uni #Allemagne

  • #SurfPark de Saint Père en Retz : Le projet officiellement abandonné ! Une victoire qui se fête ! – Collectif Terres Communes – Pays de Retz (44)
    https://terres-communes.zici.fr/surfpark-de-saint-pere-en-retz-le-projet-officiellement-abandon

    En décembre 2018 démarrait notre lutte contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz avec la perturbation du conseil intercommunautaire votant la dérogation d’urbanisme pour ce projet absurde et destructeur.

    Après des fortes mobilisations début/mi-2019 ayant fait stopper les travaux prévus quelques mois plus tard, une expulsion violente et illégale d’une festival de résistance que nous avions organisé, un procès monté de toutes pièces et qui n’a aucunement incriminé la milice venue nous expulser, de multiples menaces et intimidations de civils, beaucoup de temps et d’énergie consacrée à préserver le territoire de ce projet, nous pouvons nous réjouir de voir que notre lutte déterminée et radicale contre ce projet a payé !

    L’annonce officielle est tombée via la presse locale aujourd’hui

    #GPI #écocide #ZAD_partout #résistance

  • La responsabilité historique de la gauche réformiste est grande dans ce chaos insoluble qui vire au brun
    https://ricochets.cc/La-responsabilite-historique-de-la-gauche-reformiste-est-grande-dans-ce-ch

    Médiapart : « La catastrophe est en marche » La catastrophe est en marche par Edwy Plenel Giflé par un homme poussant un cri de guerre royaliste, le président de la République a appelé à « relativiser cet incident » ajoutant : « Tout va bien. » Non, tout va mal : ce geste exprime la violence d’extrême droite libérée par le cynisme et l’irresponsabilité du pouvoir macroniste. Fabuliste de la prétention des humains et de l’aveuglement des puissants, La Fontaine, né il y aura précisément quatre siècles le 8 juillet (...) #Les_Articles

    / #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, #Politique,_divers

    https://www.mediapart.fr/journal/france/090621/la-catastrophe-est-en-marche

  • Neoextractivism and state violence: Defending the defenders in Latin America

    The commodities boom in the early 2000s extended the frontiers of extractivism and has relied on state violence, making Latin America one of the most dangerous and deadly places for indigenous peoples and frontline community defenders. Focused on Peru and Colombia, this essay explores dynamics of state violence and strategies for effective resistance.

    https://longreads.tni.org/stateofpower/neoextractivism-and-state-violence-defending-the-defenders-in-latin-a

    #extractivisme #néo-extractivisme #violence #Amérique_latine #violence_d'Etat #Pérou #Colombie #peuples_autochtones #résistance

    ping @karine4

  • Mozambique : des gisements gaziers à l’insurrection islamiste
    https://theconversation.com/mozambique-des-gisements-gaziers-a-linsurrection-islamiste-161198

    Le 24 avril dernier, la prise de la ville de Palma par les rebelles islamistes a contraint Total à stopper son plus grand projet et a propulsé le Mozambique au premier plan de l’actualité internationale. Comment expliquer la progression fulgurante de cette insurrection et la déconfiture concomitante des forces de sécurité du pays ? Cette trajectoire récente ne peut en réalité se comprendre qu’à la lumière de la découverte de gisements gaziers en 2013.

    Cette « bonne fortune » a plongé le Mozambique dans la malédiction des ressources naturelles de manière prématurée et exacerbé les frustrations. Aujourd’hui, ignorer cette réalité conduirait à se méprendre gravement sur la nature de l’insurrection islamiste qui secoue le Nord mozambicain.

    #extractivisme #insurrection_islamiste #oligarchie (politico-économique) #corruption #ressources_pétrolières

  • Mise à jour sur le #cluster du #restaurant de #Guangzhou

    Evidence for lack of transmission by close contact and surface touch in a restaurant outbreak of #COVID-19 - Journal of Infection
    https://www.journalofinfection.com/article/S0163-4453(21)00273-5/abstract

    Highlights

    • Long-range airborne transmission in the restaurant is fully supported
    • Fomite and close contact routes in the Guangzhou restaurant outbreak are ruled out
    • Diners and staffs spent 20% of their time on close contact in the restaurant
    • Diners and staffs spent 90% of their time touching surfaces in the restaurant
    • Almost no close contact happened between diners from different tables

    #aérosols

    • Et que donc, comme on s’en doute pas mal, la réouverture prochaine ici des restos et bars, où l’on est assis statique + en intérieur + sans masque pour manger et parler et rigoler avec ses amis, bah les tables auront beau être un peu espacées, ça ne sert à rien et même cette autorisation est criminelle. Aussi bien de la part du lobby des restos/bars que du gouvernement qui les a autorisé.

  • #Revue_de_presse #émancipation

    L’objectif prioritaire de la Revue de Presse Emancipation ! est d’offrir aux jeunes et aux travailleurs des infos et analyses classées par rubriques et consultables sur leur téléphone pendant le petit déjeuner ou dans les transports vers leurs lieux d’étude ou de travail. De quoi alimenter nos réflexions et nous outiller pour les débats et les actions de la journée.

    La revue de presse Emancipation ! est sans égal sur Internet : des centaines de titres tous les jours, fruit d’une #veille de centaines de sources, classées dans 25 rubriques. Ces titres ouvrent sur des articles qui concernent les luttes sociales, politiques, féministes, écologistes, antiracistes et internationalistes, et bien d’autres informations utiles aux acteurs de l’émancipation, en France et bien au delà.

    Nous sommes tous bénévoles du Collectif Emancipation !. Pour élargir encore l’éventail des sources, créer de nouvelles rubriques, et améliorer la qualité de la sélection, le Collectif vise à encore s’élargir. De lecteur devenez veilleur d’Emancipation ! sur un sujet de votre choix. Partagez la nouvelle et l’invitation avec des amis et camarades à qui vous faites confiance.

    https://www.rdpemancipation.org
    #luttes #résistance #féminisme #écologie #anti-racisme #internationalisme #collectif_émancipation

    ping @isskein @karine4

  • Covid-19 dans le monde : l’Algérie rouvre partiellement ses frontières après quinze mois de fermeture
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/06/02/covid-19-dans-le-monde-l-algerie-rouvre-partiellement-ses-frontieres-apres-q

    L’Algérie a partiellement rouvert mardi ses frontières, avec la reprise d’une liaison aérienne entre Alger et Paris, après plus d’un an de fermeture en raison de la pandémie causée par le coronavirus. Un Airbus A330 de la compagnie nationale Air Algérie a atterri mardi vers 17 h 30 (heure en France) à l’aéroport d’Alger Houari-Boumédiène, avec à son bord 299 passagers, en provenance de Paris-Orly. Le même appareil avait effectué dans la matinée un premier vol à destination d’Orly, avec une soixantaine de passagers.
    Sitôt après avoir débarqué sur le tarmac à Alger, les passagers ont été transférés dans des cars garés à la sortie de l’aéroport pour être ensuite conduits dans un hôtel de Zeralda, une localité côtière à l’ouest de la capitale, où ils seront confinés pendant cinq jours, selon des images diffusées par des chaînes de télévision privées.Le gouvernement avait annoncé la semaine dernière une reprise progressive, à partir du 1er juin, des vols d’Air Algérie en direction de quatre pays : France, Espagne, Tunisie et Turquie. Cette réouverture limitée s’accompagne de conditions draconiennes : isolement obligatoire de cinq jours dans un des hôtels sélectionnés par les autorités et frais de confinement et de dépistage à l’arrivée à la charge des visiteurs. Les frontières terrestres et maritimes restent, quant à elles, fermées pour le moment.

    #Covid-19#migrant#migration#algerie#france#espagne#tunisie#turquie#sante#reouverturefrontiere#circulation#restrictionsanitaire#isolement#test#confinement

  • « Cette vaccination était attendue depuis longtemps » : dans les îles grecques, les premiers migrants reçoivent le vaccin anti-Covid - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/32694/cette-vaccination-etait-attendue-depuis-longtemps-dans-les-iles-grecqu

    « Cette vaccination était attendue depuis longtemps » : dans les îles grecques, les premiers migrants reçoivent le vaccin anti-Covid
    Par Charlotte Boitiaux Publié le : 03/06/2021
    La campagne de vaccination contre le coronavirus débute ce jeudi dans les îles grecques de Samos, Lesbos et Chios. Les migrants pourront bénéficier d’une seule injection grâce au vaccin Johnson & Johnson. Seuls 15 % de la population migrante souhaitent, pour l’heure se faire vacciner. La faute à un manque de communication de la part des autorités grecques, déplore MSF.
    La campagne de vaccination contre le Covid-19 a commencé jeudi 3 juin dans les camps de migrants des îles grecques de Lesbos, Samos et Chios, en face de la Turquie, a annoncé mercredi 2 juin le responsable du ministère des Migrations, Manos Logothetis.Les premières vaccinations se feront dans le camp de Mavrovouni, aussi appelé Moria 2.0, sur l’île de Lesbos, dans le camp de Vial, à Chios, et dans le camp de Vathy, à Samos. C’est Eody, la structure grecque de santé publique (dépendante du ministère de la Santé) qui sera en charge de la campagne. « Il devrait y avoir 50 vaccinations par jour, chaque jeudi et vendredi », détaille Dora Vangi, chargée de communication pour Médecins sans frontières (MSF) en Grèce. « La vaccination s’étalera sur plusieurs semaines jusqu’à ce que tout le monde soit vacciné. »"La vaccination se réalisera avec le sérum de Johnson & Johnson avec un personnel spécialement envoyé d’Athènes", a également précisé Manos Logothetis dans une interview accordée à l’agence de presse grecque ANA."Le choix de Johnson & Johnson est judicieux. C’est un vaccin qui ne nécessite qu’une seule dose, c’est un bon choix pour une population qui est souvent sur la route, qui se déplace beaucoup", a ajouté Dora Vangi de MSF.Selon Manos Logothetis, seuls 15 % des demandeurs d’asile se sont portés volontaires pour se faire vacciner. « Si on estime que 30 % des migrants ont moins de 18 ans et que 30 % encore a déjà été malade, la route vers l’immunité des demandeurs d’asile en vaccinant tous ceux qui ont besoin de se faire vacciner sera courte et nous réussirons », a cependant tenu à rassurer Manos Logothetis.Selon Stephan Oberreit, chef de mission pour MSF actuellement à Lesbos, la réticence de la population réfugiée à se faire vacciner s’explique par un manque de communication en amont. « Cette vaccination était attendue depuis longtemps [...] Mais le gouvernement n’a pas suffisamment informé sur les enjeux et sur l’importance du vaccin. Que ce soit pour le Covid ou la rougeole, il faut, dans toute campagne de vaccination, faire un travail de promotion de santé. Et ce travail là n’a pas été suffisamment fait. Ce qui pourrait expliqué qu’il y ait si peu de volontaires », dit-il à InfoMigrants.
    Les conditions de vie et le manque d’hygiène dans les structures où les exilés doivent séjourner le temps que leur demande d’asile soit étudiée continuent d’être régulièrement décriés par les défenseurs des droits humains.Au mois de mai, des migrants avaient refusé de se faire vacciner pour protester contre leurs conditions de vie alors qu’une trentaine de personnes avaient été testées positives au Covid dans le camp de Mavrovouni, à Lesbos.Mais tout au long de la pandémie causée par le coronavirus, ce sont surtout les restrictions dans les déplacements et l’enfermement des demandeurs d’asile qui ont été dénoncés par les ONG.
    Alors que la population grecque a été déconfinée à plusieurs reprises depuis mars 2019, les migrants ne l’ont jamais été vraiment. Ils ne sont autorisés qu’à sortir au compte-gouttes, quelques heures par semaine et après avoir obtenu le feu vert de la direction du camp.L’accès aux humanitaires dans les camps et la scolarisation des enfants réfugiés ont aussi été rendus difficiles dans ce contexte.

    #Covid-19#migrant#migration#grece#camp#vaccination#inclusion#enfermement#restrictionsanitaire#MSF#demandeurdasile#sante#samos#lesbos#chios

  • Il est temps pour moi de tourner la page | Oriane Piquer-Louis
    https://www.hauteresolution.net/blog/articles/il-est-temps-de-tourner-la-page/25

    Je ne pars jamais au bon moment. Je n’ai pas le kaïros –l’art du bon moment, je ne sais pas saisir ça. Je pars de la boite de nuit quand on rallume la salle, moi. Je reste jusqu’au bout. C’est très cohérent avec ma nature têtue –je suis très têtue et très fidèle – je ne m’en vais pas, quitte à fermer la marche. Mais ça me joue des tours, parce que parfois, curieusement, dans l’associatif, il faut partir. Source : Haute Résolution

  • La Belgique sous le choc après le suicide d’une adolescente victime d’un viol collectif
    https://information.tv5monde.com/terriennes/la-belgique-sous-le-choc-apres-le-suicide-d-une-adolescente-vi


    Une jeune fille de 14 ans, violée par cinq garçons à la mi-mai à Gand, en Belgique, a mis fin à ses jours après avoir découvert des vidéos de son agression sur les #réseaux_sociaux. Cinq suspects, deux majeurs et trois mineurs, ont été interpellés et présentés à la justice belge.
    Ce drame rassemble tous les éléments du scénario du pire : une adolescente, un #viol_collectif, des téléphones portables, une vidéo, les réseaux sociaux, et... un #suicide.
    https://twitter.com/TERRIENNESTV5/status/1400040230145736706

  • Etats-Unis : « Les restrictions de voyage sont devenues un régime discriminatoire »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/06/01/etats-unis-les-restrictions-de-voyage-sont-devenues-un-regime-discriminatoir

    Etats-Unis : Au moment où les pays de l’UE s’apprêtent à faciliter l’accès à l’espace Schengen aux Américains vaccinés, il est essentiel que l’administration Biden assouplisse les conditions d’accès à son territoire pour les citoyens européens, estime, dans une tribune au « Monde, la politiste Célia Belin.
    En juin, les Etats européens rouvriront leurs frontières aux voyageurs américains vaccinés, un assouplissement non contraignant décidé à vingt-sept, sur proposition de la Commission européenne. La France travaille à une ouverture avant la mi-juin, une fois mis en place un système de vérification vaccinale, encore à l’étude. Pour les Américains interdits de séjour en Europe depuis quinze mois, c’est un soulagement. Non seulement les plages de la Méditerranée leur seront accessibles, mais ils pourront aussi librement retrouver leurs proches. Les Européens, eux, n’ont pas cette chance, et des milliers de familles, de couples et de proches restent séparés par un océan.
    Les restrictions mises en place par proclamation présidentielle américaine en mars 2020, pour limiter le nombre de voyageurs entre les Etats-Unis et l’Europe, sont toujours en vigueur. Brièvement résiliées par le président Trump à son départ en janvier, elles ont été immédiatement réinstaurées par Joe Biden, qui a fait de la lutte contre le Covid-19 la priorité de son administration. A ce jour, l’entrée aux Etats-Unis reste interdite aux voyageurs « physiquement présents au cours des 14 derniers jours » dans l’espace Schengen, au Royaume-Uni et en Irlande, sauf en cas d’attribution d’une national interest exception [exception d’intérêt national].
    Binationaux, titulaires de carte verte, diplomates, journalistes et étudiants ont un droit d’entrée automatique, tandis que les national interest exceptions sont attribuées au cas par cas aux travailleurs « apportant un soutien vital aux secteurs d’infrastructures critiques ». Pour les autres, voyageurs d’affaires ou de tourisme, investisseurs, salariés en poste aux Etats-Unis, créateurs d’entreprise, visiteurs d’échange, dizaines de milliers d’expatriés avec carrière dans un pays et famille dans l’autre, l’interdiction d’entrée n’a connu aucun répit depuis quinze mois. Etre titulaire d’un visa de long séjour lié à un statut ou une activité professionnelle n’ouvre pas pour autant le droit d’entrer aux Etats-Unis. Soumis au même régime que les touristes, ces Européens titulaires de visas dits non-immigrants doivent demander une national interest exception pour pouvoir retourner aux Etats-Unis, ce qui, le plus souvent, leur est refusé. En outre, les services des visas des consulats américains en Europe fonctionnent en régime réduit depuis des mois. D’après le site du département d’Etat, le délai actuel d’attente pour un rendez-vous pour un visa non-immigrant est de 98 jours à Berlin, 165 jours à Madrid, 372 jours à Paris et 999 jours à Rome.
    Acceptées au début de la pandémie de Covid-19 comme une réalité douloureuse mais inévitable, les restrictions de voyage sont devenues un régime discriminatoire, bloquant les populations dans des situations kafkaïennes. Certains renoncent à rendre visite à un parent gravement malade en Europe, sous la menace de ne pouvoir revenir dans le pays où ils ont leur emploi, leurs enfants ou leur conjoint. D’autres se retrouvent coincés pendant des mois en Europe faute d’obtenir un rendez-vous à l’ambassade pour renouveler leur visa, alors même qu’ils continuent de payer leurs impôts aux Etats-Unis.
    Des travailleurs sous visa valide passent quinze jours dans des pays tiers (Mexique, Colombie, Turquie) pour contourner l’interdiction, accroissant leur risque de contamination. Relayés sur les réseaux sociaux par les hashtags #LoveIsNotTourism, #Test4Travel ou #LiftTheTravelBan, des milliers de drames personnels racontent l’isolement, l’angoisse et le désespoir d’individus pris au piège d’une situation qui a trop duré.
    Lire aussi Covid-19 dans le monde : l’Europe lève progressivement les restrictions, malgré la menace du variant indien
    Avec la décision des membres de l’Union européenne d’ouvrir leurs frontières aux Américains vaccinés, l’asymétrie de traitement ne va faire que s’accentuer. Pressés de faire revenir la manne touristique américaine, les Européens n’ont pas attendu l’obtention d’une garantie de réciprocité de la part des Etats-Unis. Le 12 mai, Clément Beaune, secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, assurait que l’Europe exigerait des pays vers lesquels elle s’ouvre une « situation sanitaire solide, une preuve fiable de vaccination ou de test, et la réciprocité ». Toutefois, alors que la position française et ses modalités restent à définir, l’Europe se dirige vers une réouverture aux Américains sans contrepartie.
    Pour autant, les leaders européens doivent continuer de défendre leurs compatriotes auprès des autorités américaines. A court terme, l’Europe doit demander un assouplissement des conditions de délivrance des national interest exceptions, pour qu’elles soient attribuées automatiquement aux voyageurs sous visa, qu’ils soient visa d’échange, immigrant ou non-immigrant. Les services consulaires américains en Europe doivent également reprendre une gestion normale des processus de visa, afin de remédier au goulet d’étranglement actuel. A moyen terme, les Européens doivent encourager les Etats-Unis à énoncer les critères sanitaires qui déterminent la levée ou le maintien des restrictions, afin de visualiser un horizon de réouverture. A long terme, Européens et Américains doivent travailler ensemble à des protocoles sanitaires durables qui construiront l’industrie du voyage de demain. A ce jour, des restrictions d’entrée aux Etats-Unis affectent aussi les voyageurs en provenance de Chine, d’Iran, du Brésil, d’Afrique du Sud et d’Inde. En outre, la diffusion du variant indien inquiète les autorités sanitaires, américaines comme européennes. Mais perdure depuis près de quinze mois une situation bureaucratique discriminatoire, qui touche en premier lieu les personnes qui constituent le maillage social et économique qui lie nos sociétés. Alors que le président Biden se rend en Europe mi-juin pour une série de sommets mettant en valeur l’engagement américain envers ses alliés, la levée, au moins partielle, des restrictions de voyage à l’égard des Européens serait un geste fort, préalable à la relance de la coopération transatlantique

    #Covid-19#migrant#migration#UE#etatsunis#sante#politiquemigratoire#expatrié#binationaux#visas#variant#discrimination#restrictionsanitaire#frontiere#circulation

  • China locks down part of Guangzhou amid outbreak of Indian Covid variant | China | The Guardian
    http://www.theguardian.com/world/2021/jun/01/china-locks-down-part-of-guangzhou-amid-outbreak-of-indian-covid-varian
    https://i.guim.co.uk/img/media/8a050626bb7585182ee640916992aec78a39f489/0_400_6000_3600/master/6000.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    China locks down part of Guangzhou amid outbreak of Indian Covid variant. Chinese authorities in Guangdong province have cancelled flights and locked down communities in response to what is believed to be the first community outbreak of the Indian variant in China. Guangdong province had been reporting daily single figures of local cases, including asymptomatic cases, for more than a week, until the case load suddenly jumped to 23 on Monday, including three asymptomatic cases, and 11 on Tuesday. Most of Guandong’s cases are in the city of Guangzhou, with some in nearby Foshan, which has a population of 7.2 million.
    Authorities said all cases were found to be the strain commonly known as the Indian variant of the virus, now renamed by the WHO as the “Delta” variant.“In this race against the virus, we must run a bit ahead and run faster than before in order to block the spread of the virus and cut off the infection chain in time,” said Huang Guanglie, director of the Guangzhou municipal health commission.Guangzhou deputy mayor, Li Ming, said the strain had a short incubation period, a high viral load, and spread quickly. However she said that the trajectory was “under control”.
    In response hundreds of flights at the busy Guangdong Baiyun international airport have been cancelled, and authorities ordered some streets in the Liwan neighbourhood of Guangzhou city to isolate at home, with only one person per household allowed out to buy daily necessities.On Sunday all 15.3 million Guangzhou residents were barred from leaving via bus, air or train without a green code on the health management app and a negative Covid test taken in the preceding 72 hours.Restaurants have shifted to takeaway only and entertainment venues closed, while senior high school classes have been moved online, and vaccinations have been temporarily suspended. Authorities also placed reduced limits on gatherings at public venues, and visiting rights to care and medical institutions.The outbreak also prompted a temporary suspension of imports at Yantian port in Shenzhen last week, one of the world’s busiest export hubs. On Friday authorities launched compulsory Covid-testing for all Yantian residents.
    After the Covid-19 pandemic began in the Chinese city of Wuhan, prompting a long and strict lockdown which would later be emulated around the world, authorities have largely contained the virus. Sporadic outbreaks of varying sizes have prompted localised lockdowns and transport suspensions, most recently in Anhui, which also prompted a huge increase in people seeking to get vaccinated

    #Covid-19#migrant#migration#chine#sante#variant#frontiere#circulation#deplacement#confinement#depistage#restrictionsanitaire#passeportsanitaire

  • Covid-19 dans le monde : le Vietnam durcit les mesures sanitaires et les variants changent de nom
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/31/covid-19-dans-le-monde-le-vietnam-durcit-les-mesures-sanitaires-et-les-varia

    Covid-19 dans le monde : le Vietnam durcit les mesures sanitaires et les variants changent de nom. Confronté à une nouvelle vague de l’épidémie, le Vietnam a annoncé le confinement partiel d’Ho Chi Minh-Ville, la capitale économique du pays. Par ailleurs, pour plus de clarté, l’OMS a décidé de renommer les variants d’après des lettres grecques.
    Si la pandémie continue de décélérer en Europe, l’inquiétude monte en Asie. Au Vietnam, où un nouveau variant du virus du Covid-19, qualifié de combinaison des variants indien et britannique par les autorités, a été découvert la semaine dernière, les autorités ont décidé de prendre de nouvelles mesures de restrictions à Saïgon, la plus grande ville du pays.
    Le Vietnam s’isole. Une femme derrière une pancarte exigeant de se tenir à 2 mètres les uns des autres, le 31 mai 2021, à Hanoï. Les vols en provenance de l’étranger ont été suspendus dans la capitale vietnamienne.
    Une femme derrière une pancarte exigeant de se tenir à 2 mètres les uns des autres, le 31 mai 2021, à Hanoï. Les vols en provenance de l’étranger ont été suspendus dans la capitale vietnamienne. THANH HUE / REUTERS
    Soumis à une recrudescence du virus causé notamment par un variant hybride, le Vietnam prend des mesures drastiques. Ho Chi Minh-Ville, la plus grande ville du pays, qui avait déjà vu certains commerces fermer leurs portes la semaine dernière, est soumise depuis ce lundi 31 mai à un nouveau tour de vis avec la fermeture des lieux culturels et sportifs ainsi que l’interdiction de toute activité non essentielle. Un confinement total est par ailleurs appliqué dans les quartiers de la ville les plus touchés.
    Parallèlement, la suspension des arrivées de vols internationaux, décidée la semaine dernière à l’aéroport Tan Son Nathsera, sera prolongée jusqu’au 14 juin, selon l’administration de l’aviation civile. Elle devait être levée le 4 juin. La mesure est par ailleurs étendue à l’aéroport Noi Bai de Hanoï à partir de mardi, a annoncé lundi l’aviation civile.

    #Covid-19#migrant#migration#vietnam#sante#circulation#frontiere#restrictionsanitaire

  • Covid-19 : l’Union européenne propose de dispenser ses résidents vaccinés de test et de quarantaine
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/05/31/covid-19-l-union-europeenne-propose-de-dispenser-ses-residents-vaccines-de-t

    Covid-19 : l’Union européenne propose de dispenser ses résidents vaccinés de test et de quarantaine. La Commission européenne tente d’harmoniser les mesures auxquelles seront soumis les voyageurs au sein de l’UE avant l’entrée en vigueur, le 1er juillet, du certificat numérique européen. Après s’être mis d’accord sur la mise en place d’un certificat européen, les Vingt-Sept doivent accorder leurs violons sur les mesures liées à ce certificat. Bruxelles a recommandé, lundi 31 mai, de dispenser de test et de quarantaine les résidents de l’Union européenne vaccinés. Elle propose aussi d’exempter de tests les enfants de moins de 6 ans.Destiné à faciliter un retour à la libre circulation au sein de l’Union, le certificat numérique Covid sera valable dans toute l’UE à partir du 1er juillet, mais sept Etats membres vont commencer à l’émettre dès mardi. C’est donc à cette date que le système commence à fonctionner du point de vue technique, selon le commissaire européen Didier Reynders.
    Ce document a une triple dimension : il atteste d’une vaccination, d’un test négatif ou d’une immunité liée à une infection au Covid depuis moins de cent quatre-vingts jours. Afin de relancer le tourisme, la Commission européenne tente d’harmoniser les mesures auxquelles seront soumis les voyageurs au sein de l’UE mais ces décisions sont in fine du ressort des Etats membres.Le commissaire européen Didier Reynders, le 21 mai, à Bruxelles. Il a aussi proposé l’absence d’obligation de quarantaine pour les enfants. « Nous proposons qu’il n’y ait aucun test ni quarantaine imposés aux personnes entièrement vaccinées ou guéries » du Covid, a déclaré M. Reynders lors d’une conférence de presse, précisant que c’était déjà la pratique dans beaucoup d’Etats membres. Une personne sera considérée comme entièrement vaccinée quatorze jours après avoir reçu la dernière dose nécessaire. Les Etats membres peuvent être moins stricts, en décidant par exemple qu’une seule dose de vaccin suffit pour entrer sur leur sol.
    Pour les non-vaccinés, tout dépendrait du taux d’incidencePour les voyageurs qui n’ont pas été vaccinés ou qui n’ont pas contracté le Covid récemment, la Commission propose que les mesures varient en fonction de leur zone de provenance, en s’appuyant sur la cartographie en couleurs publiée chaque semaine par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.Tests et quarantaine ne pourraient être imposés qu’aux voyageurs en provenance des zones « rouge foncé » ayant un taux d’incidence de plus de 500 cas (sur 100 000 habitants) sur quatorze jours. En outre, la Commission propose d’harmoniser à soixante-douze heures la durée de validité d’un test PCR, et à quarante-huit heures celle d’un test antigénique rapide, quand ce dernier est accepté par l’Etat membre.
    Afin de faciliter les déplacements en famille, alors que les plus jeunes n’ont pas accès à la vaccination, l’exécutif européen préconise de ne pas les soumettre à une quarantaine quand leurs parents en sont exemptés. Il propose aussi de dispenser de test les enfants de moins de 6 ans. Pour les touristes venant de pays tiers, « s’ils viennent en Europe avec une preuve de vaccination, ils pourront avoir accès aussi aux certificats européens pour voyager dans l’UE », a encore ajouté M. Reynders. Concernant les Etats-Unis, qui n’ont pas, « semble-t-il, l’intention pour l’instant d’avoir l’équivalent du certificat à l’échelon fédéral », le commissaire européen a précisé que des discussions ont été entamées avec le gouvernement américain pour permettre une authentification des données qui seront fournies.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#sante#circulation#frontiere#passeportvaccinal#vaccination#paystiers#restrictionsanitaire

  • Inde, paysans et pauvres luttent contre le gouvernement et le capitalisme ET contre le Covid
    https://ricochets.cc/Inde-paysans-et-pauvres-luttent-contre-le-gouvernement-et-le-capitalisme-E

    INDE, 26 MAI 2021 : UNE REVOLUTION EN COURS ENORME ET FORMIDABLE MOBILISATION HISTORIQUE DE MILLIONS D’INDIENS QUI VACCINENT L’INDE CONTRE LA DICTATURE DE MODI DANS LES RUES ET APPELLENT LES PEUPLES DU MONDE A LA SOLIDARITE En même temps que le Covid étend ses ravages, en particulier à la campagne, dépourvue de structures de santé, de lits, de respirateurs, d’oxygène, de médecins, de médicaments, une colère monumentale et sans précédent à cette échelle s’est exprimée dans (...) #Les_Articles

    / Révoltes, insurrections, débordements..., #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, Epidémies, gestion de crise, en temps de (...)

    #Révoltes,_insurrections,_débordements... #Epidémies,_gestion_de_crise,_en_temps_de_catastrophe

  • Colombie | Le danger d’être une femme et une dirigeante sociale en Colombie
    https://asile.ch/2021/05/31/colombie-le-danger-detre-une-femme-et-une-dirigeante-sociale-en-colombie

    Malgré la signature de l’accord de Paix en 2016, la Colombie continue de s’enliser dans la boue fétide de la guerre. Comment oublier le cri déchirant du jeune fils de Maria del Pilar Hurtado, face au corps inerte de sa mère baignant dans le sang devant leur humble maison ? La dirigeante sociale a été tuée […]

  • Il colonialismo italiano : la guerra d’Etiopia

    Tre libri per raccontare la guerra d’Etiopia

    Due saggi:

    La guerra d’Etiopia : l’ultima impresa del colonialismo / di Angelo Del Boca. - Milano : Longanesi, 2010

    La guerra d’Etiopia : 1935-1941 / Nicola Labanca. - Bologna : Il mulino, 2015

    Un romanzo:

    Regina di fiori e di perle / Gabriella Ghermandi ; postfazione di Cristina Lombardi-Diop. - Roma : Donzelli, [2007]

    Per approfondire, altri titoli disponibili presso la Biblioteca Cabral. Saggi, romanzi, invito alla lettura.

    Saggi:

    Il casco di sughero : gli italiani alla conquista dell’Africa / Alfredo Venturi ; [con una postfazione di Angelo Ferrari]. - Torino : Rosenberg & Sellier, 2020

    Debre Libanos 1937 : il più grave crimine di guerra dell’Italia / Paolo Borruso ; prefazione di Andrea Riccardi. - Bari ; Roma : Laterza, 2020

    Raccontare l’impero : una storia orale della conquista d’Etiopia (1935-1941) / Filippo Colombara. - Milano ; Udine : Mimesis, 2019

    Il massacro di Addis Abeba : una vergogna italiana / Ian Campbell ; traduzione di Mariacristina Cesa e Nicolina Pomilio. - [Milano] : Rizzoli, 2018

    Mussolini in Etiopia : le origini della guerra dell’Italia fascista in Africa, 1919-1935 / Robert Mallett ; traduzione dall’inglese di Rossana Macuz Varrocchi. - Gorizia : LEG, 2018

    Collision of Empires : Italy’s invasion of Ethiopia and its international impact / edited by G. Bruce Strang. - London ; New York : Routledge, 2017

    L’avventura coloniale italiana : l’Africa orientale italiana 1885-1942 / Gianni Oliva. - Torino : Edizioni del Capricorno, 2016

    L’invasione dell’Abissinia : 1935-1936 / David Nicolle ; a cura di Fulvio Cardoni ; illustrazioni di Raffaele Ruggeri. - Gorizia : LEG, 2016

    Gas in Etiopia : i crimini rimossi dell’Italia coloniale / Simone Belladonna ; prefazione di Angelo Del Boca. - Vicenza : Pozza, 2015

    Una guerra per l’impero : memorie della campagna d’Etiopia, 1935-36 / Nicola Labanca. - Bologna : il Mulino, 2015

    L’ora solenne : gli italiani e la guerra d’Etiopia / Marco Palmieri. - Milano : Baldini & Castoldi, 2015

    L’eredità scomoda : appunti sul passato coloniale / a cura di Valentina Asioli e Gianluca Gabrielli. - Gardolo : Erickson, 2013

    Plotone chimico : cronache abissine di una generazione scomoda / Alessandro Boaglio ; a cura di Giovanni Boaglio, Matteo Dominioni. - Milano ; Udine : Mimesis, 2010

    L’Africa del Duce : i crimini fascisti in Africa / Antonella Randazzo. - Varese : Arterigere, 2008

    L’Impero fascista : Italia ed Etiopia, 1935-1941 / a cura di Riccardo Bottoni. - Bologna : Il mulino, [2008]

    Lo sfascio dell’impero : gli italiani in Etiopia, 1936-1941 / Matteo Dominioni ; prefazione di Angelo Del Boca. - Roma [etc.] : GLF editori Laterza, 2008

    L’Africa orientale italiana nel dibattito storico contemporaneo / a cura di Bianca Maria Carcangiu e Tekeste Negash. - Roma : Carocci, 2007

    L’ultima colonia italiana in Africa / Valentino De Bernardis. - Acireale : Bonanno, 2007

    Italiani, brava gente? : un mito duro a morire / Angelo Del Boca. - Vicenza : Neri Pozza, [2005]

    I gas di Mussolini : il fascismo e la guerra d’Etiopia / Angelo Del Boca ; con contributi di Giorgio Rochat, Ferdinando Pedriali e Roberto Gentilli. - Roma : Editori riuniti, 1996

    Le guerre coloniali del fascismo / H. W. Al-Hesnawi ... [et al.] ; a cura di Angelo Del Boca. - Roma ; Bari : Laterza, 1991

    Romanzi:

    Il re ombra / Maaza Mengiste ; traduzione di Anna Nadotti. - Torino : Einaudi, 2021

    I fantasmi dell’Impero / Marco Consentino, Domenico Dodaro, Luigi Panella. - Palermo : Sellerio, 2017

    Sangue giusto / Francesca Melandri. - [Milano] : Rizzoli, 2017

    Tempo di uccidere / Ennio Flaiano ; introduzione di Anna Longoni. - Milano : BUR, 2013

    Un mattino a Irgalem / Davide Longo. - Milano : Marcos y Marcos, 2001

    Invito alla lettura:

    Il racconto delle colonie nella narrativa italiana nel periodo coloniale e dal dopoguerra ad oggi, arricchito da una selezione di saggi sulla letteratura coloniale.

    http://www.centrocabral.com/2080/Il_colonialismo_italiano_la_guerra_dEtiopia
    #guerre_d'Ethiopie #Ethiopie #colonialisme #colonisation #Italie #livres #ressources_bibliographiques #histoire

    –—

    ajouté à la métaliste sur le #colonialisme_italien :
    https://seenthis.net/messages/871953

  • Work is where your laptop is: meet the globetrotting digital nomads | Work & careers | The Guardian
    http://www.theguardian.com/money/2021/may/30/work-is-where-your-laptop-is-meet-the-globetrotting-digital-nomads
    https://i.guim.co.uk/img/media/76add6d6a1317fc4d03b419b432bfe198a6f63ff/803_299_1929_1159/master/1929.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Work is where your laptop is: meet the globetrotting digital nomads. Worldwide shift to flexible and home working in pandemic has led to rise of new kind of backpacker. Samantha Scott does not miss her daily commutes in London, particularly “the dread of having to wake up and get on the tube, and heading into work sweaty and flustered. I’m still waking up at 6 or 7am, but I’m able to go for a walk on the beach before I start work.”When she and her partner Chris Cerra arrive with their luggage in a new city, they can easily be mistaken for tourists. But they are part of a new generation of “digital nomads” who hop from country to country to live and work.
    The global shift to flexible working triggered by the Covid-19 pandemic means more people are considering ditching their long-term homes to flit around the world, working from their laptops, tablets or smartphones.
    Last week, a report from Airbnb entitled Travel & Living showed that 11% of the company’s long-term stay bookers in 2021 have reported living a nomadic lifestyle, and 5% plan to give up their main homes. Delia Colantuono, a 31-year-old freelance translator from Rome, became a digital nomad five years ago when it was not a “big thing”. She has now lived on all five continents and says the nomadic lifestyle is “not just for rich people – it’s for anyone who can work remotely and wants to do it”. (...)
    They realised during the pandemic that they could keep in touch with their grown kids remotely “and feel close even when we aren’t physically close”.
    Melton left his sales job and the couple now run an accounting business remotely together that Kaye has set up. “We work all day and go on adventures all weekend,” she says. Kaye reckons the couple save 70% by living on the road, and wants to be debt free within five years – and buy a property somewhere eventually. Colantuono and others are aware of the environmental impact of their jetsetter lifestyle, and want to settle down eventually. Several people, writing on a Facebook digital nomads forum with 15,500 members, say age is not a barrier but stress the importance of being fit and healthy; and one says a drawback of this lifestyle might be a sense of rootlessness. There do not appear to be many digital nomad families with children; traditionally, only a few families – who usually home-school – have travelled the globe. Erin Elizabeth Wells, a 41-year-old productivity consultant from Massachusetts, started travelling around the US with her husband and daughter Eleanor, who is nearly four now, in October 2018, and says they are a “world schooling family”. Travelling with family means they travel slowly, but that means they make friends everywhere they visit, she adds. They are living in Airbnbs or other full-furnished rentals and “plan to continue indefinitely until there’s some reason our family needs something else”. As parts of the world gradually reopen after Covid restrictions, growing numbers of people are enjoying new flexibility to work from anywhere. Last year, nearly one in five Airbnb guests used the site to travel and work remotely; and this year 74% of people across its five-country survey have expressed an interest in living somewhere other than where their employer is based. Brian Chesky, the Airbnb chief executive, said: “The boundaries between travel, life and work are blurring.” Cerra says: “For a long time, this kind of lifestyle was considered really, really out there, quite off the beaten track. What we’re seeing is that everything is trending towards this being a bit more normal now, more accepted.”

    #Covid-19#migration#migrant#sante#digitalnomad#frontiere#circulation#economie#famille#modedevie#restrictionsanitaire

  • Tourism-starved Bali seeks a balance as foreigners skirt its Covid-19 rules | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/health-environment/article/3135047/tourism-starved-bali-seeks-balance-foreigners-skirt

    Tourism-starved Bali seeks a balance as foreigners skirt its Covid-19 rules
    In nightclubs on the south coast – a popular destination for surfers and digital nomads embracing the “hustle culture” of working anywhere, anytime – women in glitzy costumes dance to loud music and partygoers drink the nights away with both friends and strangers. Mask wearing and social distancing are not enforced at these venues, though they do check the temperatures of patrons and provide hand sanitiser. There is just one rule: phones must be surrendered on entry so that no photos of this pre-Covid lifestyle find their way to social mediaIn Ubud recently, police were stopping motorcyclists not wearing face masks – but not those without helmets. Meanwhile, recently introduced regulations mean foreigners – an estimated 30,000 have remained in Bali during the pandemic – can be fined 1 million rupiah (US$70) if they are caught not wearing a face mask in public, while locals have to pay just 100,000 rupiah.Dewa Nyoman Rai Darmadi, head of Bali’s Public Order Enforcers authority, said nearly 500 foreigners and about 20,000 locals had been fined for the violation.
    Many shops around Bali have put up signs saying “no mask, no service”, though it is still common to see maskless tourists being served.
    These two sides of Bali underscore the struggles it has faced as border closures due to Covid-19 have decimated its tourism-dependent economy. Leisure operators on the island are trying to give the remaining foreigners and domestic tourists the sense they are on holiday, even as the pandemic continues to rage across Indonesia, Southeast Asia’s worst hit country with 1.79 million cases. Bali itself has recorded more than 47,000 cases, and over 1,200 virus-linked deaths, including a patient that contracted a variant first discovered in South Africa. Tourism made up 53 per cent of Bali’s economy and employed around a million workers before the pandemic. But last year, only around a million international tourists visited the island, a decline of 83 per cent from 2019. As a result, Bali’s economy contracted 12 per cent in 2020 year on year, and nine per cent in the first quarter of this year.
    For officials, enforcing coronavirus curbs for the foreigners who have remained in Bali is challenging, said Putu Aswata, head of the Bali Tourism Agency. “There is a tendency for foreigners, particularly around the Canggu area, to skirt the [Covid-19 health protocols]. We often carry out operations to maintain the order there, and sometimes we deport foreigners who do not follow the rules,” Putu said. According to Jamaruli Manihuruk, head of the regional office of the Ministry of Law and Human Rights in Bali, 198 foreigners have been deported since the beginning of the pandemic. Some of those people had violated visa rules. But in one notorious case, the Russian social media influencer Leia Se was deported after painting a coronavirus mask onto her face after she was refused entry into a supermarket on the grounds she was maskless. Dewa of the Public Order Enforcers added: “If the same foreigners are caught twice violating the Covid-19 rules, we will recommend the immigration agency deport them.”
    Asked about night clubs and venues that were still crowded by revellers around the south Bali area, Dewa said that “the places might look crowded, but they do not exceed the 50 per cent of total capacity regulation”. He said that at present “the financial situation of the majority of the public also prohibits them” from going out like they used to before the pandemic.
    “For us it’s not really a problem if visitors dance inside without wearing masks, because when they come to Bali they have been screened according to the applicable [law]. So Bali’s economy can run, while at the same time health protocols are still being heeded. We need to balance things out.”
    How a US woman’s tweet showed what Bali really thinks of Western tourists
    26 Jan 2021. One development of the Covid era is that Russians – thanks to Leia Se and others like her – have become the butt of many jokes. A recent comedy show in Canggu went to town on the series of deportation orders that have hit Russian influencers caught not following the rules, with six out of seven comics poking fun at Russians with jokes about gold-digging women and men who treat their hangovers with vodka. In December, two Russian influencers rode their motorcycle into the waters of the scuba diving-haven of Nusa Penida. They were deported the next month. In April, a viral video showed two Russian tourists performing a lewd act on the sacred Mount Batur. Local authorities are still hunting the pair, who are believed to have returned to Russia.
    Bali’s governor Wayan Koster has set a target of inoculating 2.8 million residents by June 30 to allow the island to reopen to foreign tourists in July. As of May 23, nearly 1.4 million Balinese had been inoculated with a first dose of either the Sinovac or AstraZeneca vaccine, according to Putu.
    The foreigners who have remained in Bali during the pandemic on temporary stay permits are also eligible for the public inoculation programme. On a recent morning, both locals and foreigners flocked to a vaccination centre in Canggu to get the first dose of the AstraZeneca jab.
    Jakarta is also trying to help Bali’s pandemic-hit economy with initiatives that include sending up to 8,000 civil servants to work from Bali and creating a new type of visa for digital nomads.
    “Since Bali’s tourism sector holds a strategic role in supporting the national economy, I think it’s fair that the central government pays attention to it through Work from Bali. This shows that the government cares about tourism workers in Bali,” Putu said. The past year had been tough for tourism workers in Bali, Putu said, so now the island hoped the trend of remote working would buoy the economy, at least until international borders reopened. “In normal situations we welcome around 16 million tourists every year. That is a really difficult target now since many planes are still grounded and borders remain closed,” he said.“The staycation tourists will be significant for us, as we are hoping to attract domestic travellers who typically spend their money overseas.”

    #Covid-19#migrant#migration#bali#indonesie#russie#sante#economie#tourisme#digitalnomad#restrictionsanitaire#frontiere#circulation