• Depuis les évènements des Gilets Jaunes, les manifestations variées et nombreuses, on entend de plus en plus parler de censure. Les gouvernements demanderaient aux réseaux de limiter les audiences de certains sujets, de bloquer les possibilité de publier de certains comptes “fichés politiquement dangereux”…

    Qu’en est-il de tout ça ? S’agit-il réellement de censure ? Que pouvons-nous y faire ?

    La réalité est que il n’y a aucune réelle censure. Effectivement, des posts ont étés supprimés sur Facebook, Youtube ou Twitter, des comptes ou des pages bloqués en attente de vérification, des fils d’actualités modifié via des algorithmes et des audiences modifiés (1)…

    La suite sur mon blog : https://saty.re/blog/2019/10/06/reseauxlibres.html
    #censure #reseauxsociaux #capitalisme #GAFAM #libre

  • Les influenceurs changent la face du marketing
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/10/06/les-influenceurs-changent-la-face-du-marketing_6014435_3234.html

    Pour accéder à des audiences internationales, les marques consacrent une part croissante de leur budget publicitaire à des opérations de séduction sur les réseaux sociaux, menées par de jeunes « icônes » qui contribuent à forger une nouvelle culture de la vente.

    Renan Pacheco, 24 ans, a commencé à poster ses photos de voyage sur Instagram, il y a cinq ans, alors qu’il étudiait l’économie et la gestion à l’université Paris-Dauphine. « Cela a démarré comme une passion, le métier d’influenceur n’existait pas. » Aujourd’hui, c’est devenu son gagne-pain. Au retour de son dernier voyage dans sa famille, au Brésil, ce jeune homme au profil de mannequin n’oublie pas de poser tout sourire, une valise à la main, et de remercier son client Samsonite.

    Influenceurs, motivateurs, créateurs de talents, ou « KOL » (acronyme de key opinion leader, en vogue en Asie), ils sont désormais des millions dans le monde et 150 000 en France à connecter, comme lui, des marques à leurs communautés sur les réseaux sociaux. Décoiffant au passage la façon de parler des produits, de les concevoir et, dans un avenir proche, de les vendre. « Les influenceurs ont un énorme pouvoir entre les mains, ils sont les nouveaux médias », affirme Lolita Abraham, qui réunissait à Monaco, début octobre, 150 influenceurs du monde entier pour les Influencers Awards, « Oscars » d’une profession en quête de reconnaissance.

    #Commerce_électronique #Influenceurs #Publicité

  • #Maroc : la journaliste #Hajar_Raissouni condamnée à un an de #prison ferme pour « #avortement_illégal »

    Les proches de la jeune femme dénoncent un procès politique lié à sa famille, à ses opinions et au journal dans lequel elle travaille.

    La tension est palpable, ce lundi 30 septembre, dans la salle d’audience du tribunal de #Rabat, au Maroc, où le #procès de Hajar Raissouni, accusée d’« avortement illégal » et de « débauche », approche de la fin. La journaliste de 28 ans au voile bleu orné de petits motifs blancs s’entretient avec son avocat. Les prévenus sont amenés à la barre. Au premier rang, sa sœur, nœud rouge dans ses cheveux noirs lâchés sur les épaules, a le regard anxieux. Le jugement tombe : un an de prison ferme pour Hajar Raissouni et son fiancé ; deux ans pour le médecin, ainsi que l’interdiction d’exercer son métier pendant deux années supplémentaires ; huit mois avec sursis pour la secrétaire ; et un an avec sursis pour l’anesthésiste.

    La décision du juge à peine prononcée, des proches fondent en larmes avant de crier le prénom « Hajar » et de lever les bras, les doigts en V. C’est ce même signe qu’adressera Hajar Raissouni à sa famille et aux journalistes entre la porte de sortie du tribunal et le véhicule des forces de l’ordre qui la ramène en prison. Une photo volée de ce moment fera le tour des #réseaux_sociaux marocains, où s’exprime un large soutien pour la jeune femme.
    Un jugement « dur et injuste »

    La défense avait plaidé la libération des prévenus. Abdelmoula El Marouri, avocat de la journaliste, sort de la salle d’audience les yeux humides. C’est avec la même amertume que Myriam Moulay Rchid, avocate du médecin, part précipitamment du tribunal de Rabat, sans vouloir commenter l’affaire tant qu’elle n’a pas « consulté le jugement ». La semaine dernière, elle avait présenté des éléments médicaux expliquant que Hajar Raissouni ne pouvait pas être enceinte au moment de la consultation gynécologique. Les deux avocats ont annoncé qu’ils feraient appel dès le lendemain du jugement.

    « Le jugement est dur et injuste », estime Souleymane Raissouni, oncle de la journaliste et rédacteur en chef du #quotidien_indépendant #Akhbar_Al_Yaoum, dans lequel la jeune femme travaille. La reporter a raconté ne pas avoir avorté mais avoir consulté pour une hémorragie interne, confirmée par son gynécologue. Elle a aussi maintenu avoir été « contrainte à faire un examen médical sans son accord » à la suite de son interpellation. Un acte que ses avocats assimilent à de la « torture ». « Pourquoi ont-ils forcé une femme à ouvrir ses jambes devant un médecin pour fouiller son vagin ? C’est atroce ! », s’indigne Khouloud, un proche de la jeune femme.

    Dans cette photo du site Belpresse, Hajar Raissouni salue ses soutiens et sa famille alors qu’elle quitte un tribunal à Rabat, le 30 septembre.

    Pour Souleymane Raissouni, la réponse est simple : c’est une #affaire_politique. « L’opinion publique marocaine et internationale dit que Hajar est accusée à cause de ses opinions, de ses positions, de celles du journal et de sa famille. Le jugement l’a aujourd’hui confirmé », lance-t-il. Même constat chez Youssef Raissouni, un autre oncle de Hajar Raissouni, membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH). « Ce verdict s’inscrit dans un contexte marocain caractérisé par un non-respect des lois et des libertés », analyse-t-il une fois l’émotion passée.

    Des lois « obsolètes » et « liberticides »

    Pour Ibtissame Betty Lachgar, militante féministe, ce procès va au-delà du volet politique, « qui est indiscutable ». « C’est le procès d’une journaliste, mais aussi d’une femme qui, encore une fois, est victime de lois rétrogrades et misogynes », explique-t-elle, évoquant les lois qui pénalisent l’avortement et les relations sexuelles hors mariage. Dans ce royaume de 36 millions d’habitants, la justice a poursuivi 14 503 personnes pour « débauche » et 73 pour « avortement » en 2018, selon les chiffres officiels. « Nous sommes dans une #société_conservatrice et patriarcale, où le poids du #religieux freine le changement des #mentalités », analyse encore la féministe, pas du tout surprise du verdict.

    Pendant cette dernière audience, pratiquement personne ne s’était déplacé devant les grilles du tribunal pour manifester en faveur de Hajar Raissouni. L’affaire fait pourtant polémique, notamment après la publication, le 23 septembre, du manifeste des 490 « hors-la-loi », parmi lesquels de nombreuses personnalités marocaines, qui demandent une abrogation de ces lois « obsolètes » et « liberticides ». Sans être venu au procès, le collectif a publié un communiqué dès l’annonce du jugement. « Nous souhaitons exprimer notre inquiétude car cela délivre à notre jeunesse […] un message bien sombre sur l’état de nos libertés individuelles. Plus que jamais, nous demandons que soient abrogées [ces] lois. » Un appel auquel peu de responsables politiques ont répondu pour le moment.

    Théa Ollivier (Rabat, correspondance)

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/09/30/au-maroc-la-journaliste-hajar-raissouni-condamnee-a-un-an-de-prison-ferme-po

  • #Frontex va (aussi) surveiller les #réseaux_sociaux

    L’agence en charge du contrôle des frontières extérieures de l’UE veut pouvoir surveiller les réseaux sociaux utilisés par les migrants, réfugiés et leurs passeurs, mais également par « la société civile et les communautés de la diaspora » de leurs pays de destination, afin d’anticiper les « migrations irrégulières », qualifiées de « menace potentielle ».

    Après Bercy, qui veut pouvoir scruter les réseaux sociaux afin d’y débusquer les fraudeurs, Frontex, l’agence européenne chargée du contrôle et de la gestion des frontières extérieures de l’espace Schengen, veut elle aussi les surveiller afin d’anticiper les tendances et prévisions en matière de « migration irrégulière ».

    Faute de pouvoir obtenir de visas humanitaires délivrés dans les ambassades et les consulats des États membres dans les pays tiers, la majeure partie des demandeurs d’asile n’ont en effet d’autre choix que de tenter de franchir illégalement les frontières. « L’Europe organise sa propre crise de l’accueil des exilés », déplorent ainsi les ONG.

    « Au moins 30 000 personnes ont perdu la vie en tentant d’atteindre l’Europe depuis 2000 », déplorait le Parlement européen. Il réclamait, en décembre dernier, l’octroi de ces visas, pour « réduire le nombre de morts parmi les réfugiés, lutter contre les passeurs et améliorer l’utilisation des fonds pour la migration ».

    Il soulignait, en appui de sa proposition, que « 90% des personnes bénéficiant d’une protection internationale dans l’UE sont arrivées par des moyens irréguliers ». Et donc, in fine, qu’ils auraient dû avoir la possibilité de demander l’asile sans avoir à risquer leur vie pour l’obtenir.

    En attendant, Frontex se retrouve à devoir lutter contre ces « migrations irrégulières ». Il vient à ce titre de lancer un appel d’offres pour « saisir les opportunités qui découlent de la croissance rapide des plates-formes de médias sociaux qui permettent à leurs utilisateurs d’interagir les uns avec les autres d’une manière inimaginable auparavant ».

    « Cela a de profondes implications pour les mouvements migratoires de personnes, souligne l’agence, car leurs interactions dans les médias sociaux modifient radicalement la manière dont les personnes acquièrent des informations sur l’itinéraire ou tout autre élément important pour leur décision de migrer ».

    « Ces interactions sur les réseaux sociaux ont souvent lieu avant le départ ou pendant leur transit et donc bien avant que des personnes n’atteignent les frontières extérieures de l’UE ». Elle cherche donc à mettre en place une forme de police prédictive visant à analyser et surveiller les médias sociaux « aux fins de la planification stratégique et d’une image améliorée du renseignement sur la situation et les informations préalables aux frontières concernant les franchissements illégaux des frontières, le volume des franchissements (ou la planification de la traversée) dans des zones spécifiques, des itinéraires et des activités criminelles axées sur les frontières extérieures de l’Union européenne au-delà de ces frontières ».

    L’objectif est double : améliorer l’analyse des risques concernant les futurs mouvements migratoires « irréguliers », et soutenir la « planification, la conduite et l’évaluation des opérations conjointes coordonnées par Frontex (frontières maritimes, terrestres et aériennes et comprenant des opérations de retour) », grâce au recueil et à l’analyse d’« un vaste volume de données et d’informations ».

    De plus, et parce que « le paysage des médias sociaux est également très fluide et susceptible de changements rapides », le prestataire devra également faire face à un « défi clé : maintenir les connaissances et l’expertise actuelles au fur et à mesure que la technologie évolue et que les utilisateurs des médias sociaux développent leur utilisation du média », et donc identifier les nouvelles plateformes utilisées par les migrants, réfugiés et leurs passeurs, mais également par « la société civile et les communautés de la diaspora » dans les pays européens de destination.

    https://www.nextinpact.com/news/108254-frontex-va-aussi-surveiller-reseaux-sociaux.htm
    #surveillance #migrations #asile #réfugiés
    #paywall
    ping @isskein @karine4 @etraces

    • Marché de services pour la fourniture de services d’analyse des médias sociaux concernant les tendances et les prévisions en matière de migration irrégulière (dans le cadre du mécanisme de pré-alerte). 2019/S 185-449580. Avis de marché

      Intitulé :

      Marché de services pour la fourniture de services d’analyse des médias sociaux concernant les tendances et les prévisions en matière de migration irrégulière (dans le cadre du mécanisme de pré-alerte)

      Numéro de référence : Frontex/OP/534/2019/DT

      Description succincte :

      L’objet du marché porte sur la prestation de services relatifs à l’analyse et au suivi des médias sociaux à des fins d’amélioration des analyses de risques concernant les futurs mouvements migratoires irréguliers ayant une incidence sur les frontières extérieures de l’Union européenne (UE) et les pays associés à l’espace Schengen, et de soutien à la planification, à l’exécution et à l’évaluation d’opérations conjointes coordonnées par l’agence Frontex, comme décrit dans son mandat (annexe II).

      https://ted.europa.eu/TED/notice/udl?uri=TED:NOTICE:449580-2019:HTML:FR:HTML&tabId=0

      –--------------

      Title :
      Service Contract for the Provision of Social Media Analysis Services

      https://etendering.ted.europa.eu/cft/cft-display.html?cftId=5471

  • Accro à Instagram, Snapchat ou Facebook ? La websérie Dopamine t’explique pourquoi - Geek Junior -
    https://www.geekjunior.fr/tu-es-accro-a-instagram-ou-snapchat-la-webserie-dopamine-explique-pourquo

    C’est bien le propos des 8 épisodes de la websérie qui t’expliquent toutes les stratégies de manipulation sociale mises en place par les éditeurs d’applications pour que tu passes toujours plus de temps devant ton écran. Le but final est de sécréter le plus souvent possible de la Dopamine, la molécule responsable du désir, de la motivation et de l’addiction. L’objectif est aussi de produire de la frustration et un sentiment de manque quand la fameuse dopamine n’est pas activée suffisamment régulièrement.

    #EMI #attention #economieDeLAttention #réseauxsociaux #vidéo

  • Article sur le #réseau de #prostitution de #femmes nigérianes en #France (publié en mai 2015)
    Trahies, battues, violées: l’enfer des prostituées nigérianes en France

    « Je croyais qu’une fois en France, j’allais étudier, que l’enfer allait s’arrêter », raconte Joy, forcée à se prostituer pour payer son exil. Comme elle, des centaines de jeunes Nigérianes en quête d’une vie meilleure, finissent, après un voyage traumatisant, sous la coupe d’un réseau de prostitution.

    Dans les rues des grandes villes de France, elles sont aujourd’hui les plus nombreuses, devant les filles de l’Est ou les Chinoises, selon les autorités, et pratiquent les tarifs les plus bas, à partir de 10 euros la passe.

    La plupart arrivent d’Italie, où elles ont passé jusqu’à plusieurs années. « Les réseaux nigérians se déplacent vers la France en provenance d’Italie », confirme Didier Leschi, directeur général de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii). La lutte contre les mafias nigérianes engagée par le gouvernement italien a forcé ces réseaux à se déplacer vers le Sud-Est de l’Hexagone.

    A Marseille, où la part des prostituées nigérianes a nettement augmenté ces dernières années, Michel Martinez, chef de la brigade de répression du proxénétisme (BRP), a appris à connaître ces réseaux « très organisés » : « Au pays, les filles sont recrutées par une +madame+, souvent une ancienne prostituée, qui les surveille et les met au travail, tandis que les hommes s’occupent du passage, de la logistique, de récupérer l’argent ».
    « Des invisibles »

    Leur parcours —Niger, Libye puis Italie en général— dure 2-3 mois « pendant lesquels elles sont privées de nourriture, violées, et elles commencent à travailler car elles n’ont pas d’argent pour payer le voyage ». Le prix de l’exode : 50.000 euros en moyenne, qu’elles doivent rembourser en se prostituant.

    Happy, qui a aujourd’hui refait sa vie à Marseille, a par exemple laissé derrière elle deux enfants au Nigeria pour fuir un mari violent. Forcée à se prostituer par ses passeurs pour payer son voyage vers l’Europe, elle finit par fuir l’Italie, où elle était « persécutée par la police, les hommes », raconte-t-elle à l’AFP, et traverse les Alpes, enceinte de 8 mois. « C’était terrible », décrit-elle en anglais, « j’ai dû grimper, sauter, courir avec mon gros ventre, mais j’y suis arrivée et j’ai sauvé mon bébé ».

    Les proxénètes sont très difficiles à « coincer », pointe aussi Michel Martinez : « Ce sont des personnes très peu visibles : elles n’utilisent pas le téléphone, sont très mobiles, changent de perruque, d’adresse, de numéro... Parfois les +madames+ s’échangent même les filles pour brouiller les pistes ».

    Pour faire tomber les réseaux, la police s’appuie sur les associations, qui peuvent convaincre les filles de porter plainte. Une démarche « extrêmement délicate » selon Lionel Arsiquaud, éducateur spécialisé de l’Amicale du Nid à Marseille, qui a vu « exploser » les arrivées de Nigérianes, qui représentent maintenant 80 % de son public. « C’est d’autant plus difficile qu’elles ne se sentent pas victimes de traite humaine », développe ce travailleur social.

    « Elles ont peur de tout, ce sont des invisibles », renchérit Elisabeth Moiron-Braud, secrétaire générale de la Mission interministérielle pour la protection des femmes contre les violences et la lutte contre la traite des êtres humains (Miprof). « Quand elles arrivent en France, elles ont un lourd passif, elles ont été traitées comme du bétail en Libye ».

    Joy, à qui on avait fait miroiter des études en France, a été recrutée à Benin City, plaque tournante de trafics en tous genres. « Dans mon pays, on ne parle pas de prostitution, on dit qu’on va +se faire sponsoriser le voyage+ », souligne-t-elle. Il y a 10 ans, cette coiffeuse « très pauvre », qui peine à manger chaque jour, fait confiance à un homme qui dit vouloir l’aider.

    Dans ses bagages, elle emmène tous les livres qu’elle possède pour ses futures études. Le voyage dure un an, durant lequel son « sponsor », qui l’avait recrutée, la force à se prostituer. « Je couchais avec des hommes arabes, souvent armés, j’étais tellement battue et violée que je ne pouvais plus marcher ni m’asseoir, mais j’étais sûre qu’en France tout s’arrangerait », raconte la jeune femme aux longs cheveux bouclés. Quand elle raconte à ses compagnes d’infortune qu’elle va étudier, « elles se moquent » d’elle.
    Rituel vaudou

    Arrivée en France, elle comprend que son calvaire ne fait que commencer : « La +madame+ du réseau m’a dit que je lui devais 40.000 euros et que pour ça je devais aller sur le trottoir ».

    Pour Lionel Arsiquaud, les réseaux ont d’autant moins de mal à tenir les filles sous leur coupe qu’il s’agit de personnes « conditionnées, dans leur pays, à être esclaves de maison ou dans les champs, à ne pas toujours être payées pour leur travail ».

    Des jeunes filles, parfois mineures, issues de familles « malveillantes et maltraitantes, qui parfois les vendent aux passeurs et à la +madame+ ». En général, explique Célia Mistre, directrice de l’Amicale du Nid 13, « elles souhaitent arrêter parce qu’elles sont enceintes ou à cause des violences, pas tant à cause de la prostitution qu’elles ont intégrée psychologiquement comme un poids à porter ».

    Un fardeau sanctuarisé par le rituel du « juju », un rituel vaudou qui lie les filles jusqu’à la mort à leur « madame ». Joy se souvient d’une cérémonie « effrayante, où je devais donner du sang, des cheveux, une dent même ». Quand elle trouve la force de quitter le réseau en 2015, sa « madame » appelle ses parents au Nigeria pour les menacer d’activer le « juju » contre eux.

    Aujourd’hui maman de deux petites filles nées à Marseille, Joy tente d’obtenir des papiers pour travailler légalement en France. Depuis qu’elle a porté plainte contre ses proxénètes, la trentenaire se sent « comme entre parenthèses », dans l’attente d’une nouvelle vie.

    https://www.lepoint.fr/societe/trahies-battues-violees-l-enfer-des-prostituees-nigerianes-en-france-03-05-2
    #migrations #asile #réfugiés #traite_d'êtres_humains #Nigeria

  • Niger : Has Securitisation Stopped Traffickers ?

    In the past five years there has been an increase in border controls and foreign military presence in Niger; paradoxically this has only diversified and professionalised the criminal networks operating there. In fact, this development was to be expected. Sustained law enforcement against smugglers removes the weaker players while allowing those with greater means and connexions to adapt, evolve and in some cases even monopolise criminal markets. As such, although Western-supported goals of curtailing irregular migration in Niger have been reached in the short term, criminal networks continue to thrive with devastating consequences for the wider Sahel region. Recorded migrant deaths in northern Niger have hit record highs and illicit flows of drugs and arms through the country continue to fuel conflicts. To address the country’s chronic lack of security and underdevelopment, innovative approaches that prioritise the fight against criminal networks while considering the negative socio-economic impacts of interventions must be developed.

    The economic, social and security landscape of Niger has undergone four milestone events, which have all led to changes in the country’s criminal networks. These included the criminalisation of the migration industry in May 2015; the clampdown on the Djado goldfield in February 2017; the ensuing multiplication of armed actors and growing banditry, which had already increased after the outbreak of the conflicts in Libya in 2011 and northern Mali in 2012; and the militarisation of Niger since 2014.

    The EU-backed enforcement of law 2015-036 criminalising migrant smuggling in mid-2016 delivered a first, considerable blow to northern Niger’s informal economy. Transporting foreign migrants to Libya, a practice that had become a source of livelihood for thousands of people in northern Niger, was outlawed overnight. Dozens of passeurs (migrant smugglers) and coxeurs (middlemen who gather migrants for passeurs) were arrested and hundreds of vehicles were seized in a crackdown that shocked the system.

    The second blow, which was closely linked to the first, was the closure of the Djado goldfield in February 2017. Up until its closure, the gold economy had been a vital back-up for ex-passeurs. Many had repurposed their activities towards the transport of artisanal miners to and from northern Niger’s gold mines to compensate for lost revenue from the outlawing of migrant smuggling. Many passeurs also invested in artisanal gold extraction. The goldfield was officially shut down for security reasons, as it had become a key hub for the operations of armed bandits. However, the fact that it was also a key stopover location for migrants travelling north was perhaps more influential in the government’s decision-making.

    Many analysts have attributed the rise in banditry and convoy hijackings over the past two years to these two economic blows. While it is difficult to determine whether the actors involved in these attacks are the same as those previously involved in the migration industry, it is clear that the lack of economic opportunities have pushed some to seek alternative sources of revenue.

    Although the migration industry initially shrank, it has now partially recovered (albeit still very far from 2015/2016 levels) with the transport of Nigerien migrants who are increasingly seeking seasonal work in Libya. But although a majority of passeurs have repurposed their activities towards the tolerated practice of transporting Nigeriens to Libya, many passeurs are still ready to transport foreign migrants, who pay up to eight times what local Nigeriens pay. To do so, smuggling networks have become both more professional and clandestine. Passeurs also take more dangerous and remote routes through the desert that avoid security forces. This has posed a significant risk to migrants, who are increasingly vulnerable to death from unexpected breakdowns in the desert. The number of recorded migrant deaths increased from 71 in 2015 to 427 in 2017.

    Currently, the number of active drivers is close to that before the peak of migration in 2015/2016. But the number of migrants who can afford the journey has lessened. In some reported cases, the price for the Agadez-Sebha journey has increased five-fold since 2016. Passeurs incur higher costs primarily as a result of longer, more clandestine routes that require more fuel. They must also pay higher fees to coxeurs, whose role in gathering migrants for passeurs has become central since migrants have been more difficult to find in Agadez. Prior to 2016, migrants could easily reach the town with commercial bus companies. Today, these undergo stringent checks by Nigerien police. Even migrants from the Economic Community of West African States (ECOWAS), who have the right to visa-free travel to Niger with valid documentation, are having to pay higher bribes to security forces to reach Agadez through commercial transportation.

    To compensate for this lack of more lucrative foreign migrants, many passeurs have turned to the smuggling of synthetic opioids (especially Tramadol), the demand for which has boomed across the Sahel-Sahara in recent years.[1] Smugglers can sell Tramadol purchased from Nigeria for up to 15 times the price in Libya, transporting the drugs along the Chadian border through Niger.

    These developments have mostly been undeterred by the increased militarisation of Niger since 2014, which saw the posting of French and American security forces in key strategic locations in the north (with bases in Madama, Dirkou, Agadez, Aguelal) and south (in the Tillabéri and Diffa regions). While their primary concern has been the fight against terrorist networks in the Sahel, French security forces in Madama have also specifically targeted arms and high-value narcotics trafficking (albeit prioritising those suspected of having links to terrorist networks). The increased scrutiny of French troops on key trafficking crossroads is seen as a key factor in making the trans-Sahelian cocaine route less attractive for conveying drugs from Latin America to destination markets in Europe and the Middle East, with traffickers increasingly favouring maritime routes instead.

    The increased targeting of drug convoys by armed groups is also a key factor behind the reduced use of the trans-Sahel cocaine route. These groups, which have multiplied in northern Mali, southern Libya and north-western Chad since the Libyan revolution in 2011 and Malian rebellion in 2012, have increasingly shifted their business model towards armed robbery and the hijacking of convoys that transit northern Niger. One such group includes armed men mostly composed of Chadian military defectors, who have used the Djado area (600 km north-east of Agadez) as a base to target convoys trafficking drugs, arms and goods but also artisanal miners traveling to and from gold mines (such as the Tchibarakaten goldfield).[2] The Forces Armées Nigériennes, whose capacity is limited in northern Niger’s difficult terrain, have so far failed to overrun the group.

    Nevertheless, recent cocaine seizures, including a record seizure of 789 kilograms of cocaine in March 2019 in Guinea-Bissau, suggest that the route is still being used, boosted by increasing cocaine production in Colombia in recent years. In fact, trafficking routes seem to have simply pushed outwards to areas bordering Algeria and Chad, avoiding the patrolling and surveillance activity taking place out of the French outpost of Madama.[3] However, this route shift may be temporary. France’s withdrawal from its temporary base in Madama since May (although officially announced in July) has reduced its oversight over the Toummo crossing and Salvador Pass, both key trafficking gateways to Libya. In reaction to France’s withdrawal from Madama, one passeur interviewed by phone boasted: ‘maintenant on opère comme des rois [now we operate like kings]’.[4]

    Niger’s stability relies on a fragile economic, political and social equilibrium that is threatened by the current approaches to achieving Western priorities of reduced terrorism and irregular migration. The EU and its member states successfully addressed the latter by disrupting the business model of passeurs and raising the costs of migration. But while the EU must be commended for initiating projects to compensate for passeurs’ lost income, these have not yielded the results that had been hoped for. Many passeurs accuse the local non-governmental organisation in charge of dispensing funds of having been nepotistic in its fund allocation. Only a fraction of passeurs received EU support, leaving many to be forced back into their old activities.

    If support is not effectively delivered in the long term, current approaches to reducing irregular migration and terrorism may be undermined: poverty and unemployment fuel the very elements that securitisation hopes to tackle.

    Currently, strategies to tackle smuggling and illicit flows have targeted easily-replaceable low-level actors in criminal economies. Yet to have a longer-lasting impact, actors higher up in the value chain would need to be targeted. Criminal culture in Niger is as much a top-down issue as it is a bottom-up one. The participation of the Nigerien political elite in trans-Sahelian illicit economies is strong. Their business interests are as much a catalyst of flows as the widespread poverty and lack of economic opportunities that push so many into criminal endeavours. This involvement is well-known and recognised by international partners behind the scenes, yet it is not prioritised, perhaps for fear of impeding on strategic counterterrorism and anti-irregular migration goals. Meanwhile, the illicit flows of arms, drugs, goods, and people continue to foster instability in the wider region.

    References

    [1] Micallef, M. Horsley R. & Bish, A. (2019) The Human Conveyor Belt Broken – assessing the collapse of the human-smuggling industry in Libya and the central Sahel, The Global Initiative Against Transnational Organized Crime, March 2019.

    [2] Micallef, M., Farrah, R. & Bish, A. (forthcoming) After the Storm, Organized Crime across the Sahel-Sahara following the Libyan Revolution and Malian Rebellion, Global Initiative against Transnational Organized Crime.

    [3] Micallef, M., Farrah, R. & Bish, A. (forthcoming) After the Storm, Organized crime across the Sahel-Sahara following the Libyan Revolution and Malian rebellion, Global Initiative against Transnational Organized Crime.

    [4] Telephone interview with Tebu passeur based in Dirkou, July 2019.

    https://www.ispionline.it/it/pubblicazione/niger-has-securitisation-stopped-traffickers-23838
    #Niger #trafiquants #frontières #fermeture_des_frontières #smugglers #smuggling #migrations #réseaux_criminels #asile #réfugiés #criminalisation #économie #économie_informelle #passeurs #saisonniers_nigériens #prix #Sebha #Agadez #pauvreté #chômage #travail #Tramadol #drogue #trafic_de_drogue
    ping @karine4 @pascaline

  • Dénaturer la #nature sur #Instagram

    Plus que jamais, des sites naturels sont assaillis par des touristes en quête de la #photo parfaite. Les conséquences sont loin d’être banales : faune et flore fragilisées, personnel dépassé, expérience en plein air gâchée. Quand notre appel à la nature sonne faux.
    Texte : Justine de l’Église | Photos : Kari Medig & Catherine Bernier
    https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/193/instagram-tourisme-photo-nature-effets-influenceur

    En juillet, la section française du Fonds mondial pour la nature (WWF) a reconnu que « la #géolocalisation sur Instagram des lieux préservés met en péril la #biodiversité ». À la place, l’organisme incite les membres du réseau social à avoir recours à la mention « I Protect Nature » [Je protège la nature], employée sur la plateforme depuis la fin de 2014.

    Un article bourré de questionnements, réflexions et données intéressantes sur la plaie consommatrice qu’est le #tourisme aggravée par les #réseaux_sociaux en général et Instagram en particulier (/co #Facebook /co #GAFAM), mais dont la conclusion me laisse perplexe...

  • Fraude exagérée des pauvres, fraude dissimulée des riches : les éditocrates ont choisi leur camp 10 septembre 2019 -Frustration La Revue

    Comme chaque mois, un nouveau sujet anti-pauvres arrive à la table des éditocrates, qui s’acharnent à coup d’édito et de plateaux unanimes pour s’indigner de l’incurie de leurs concitoyens. Ce début septembre, c’est un rapport parlementaire (LREM) consacré à la fraude aux cotisations sociales qui met le feu aux poudres médiatiques.

    Effectivement, alors qu’en France la protection sociale est financée à 61% par des cotisations (le reste par l’impôt, la fameuse CSG entre autres), l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss) a sorti en juin dernier une note estimant le montant de la fraude liée au travail dissimulé entre 6,8 et 8,4 milliards d’euros au régime général. Au total, la fraude patronale aux cotisations sociales représenterait la somme considérable de 25 milliards d’euros par an selon le dernier rapport de la Cour des comptes (février 2018). Il y a de quoi s’indigner, effectivement !

    Sauf que, sauf que, on nous souffle à l’oreille que ce n’est pas cette fraude là qui a rempli les colonnes de vos journaux en ligne et occupé vos chroniqueurs télé et radios. La fraude patronale (25 milliards), c’est deux-trois articles par an. La fraude des particuliers, c’est des dizaines par mois !

    Pourtant, la fraude aux prestations sociales (percevoir des prestations auxquels on n’a en réalité pas le droit), est estimée à … 1 milliard par an. Et une bonne moitié est recouvré par des contrôles.

    Le rapport parlementaire LREM est venu apporter un nouvel élément de preuve à tous ceux qui s’en foutent des chiffres (tout en criant à longueur de journée contre les “mensonges des populistes”) et pensent que le Français moyen, pauvre, ou l’étranger, est un fieffé menteur. Il y aurait des “assurés fantômes” à l’assurance maladie, car le nombre de carte vitale serait bien supérieur à la population française. Une info choc qui n’a manqué de faire les gros titres, tant par son caractère spectaculaire (“assurés fantômes”, une expression qui pousse au clic) que par la confirmation du fait journalistique bien connu selon lequel les Français sont des salauds profiteurs – sans même parler des étrangers vivant en France, qui sont profiteurs ET potentiels terroristes.

    Depuis, il a été démontré que le rapport était en grande partie “fake”, comme disent les journaleux. Les estimations de fraude sociale proviennent d’une étude réalisée par l’université de Portsmouth, basée sur d’autres pays et système sociaux que le nôtre – on laisse quand même publier n’importe quoi à l’Assemblée Nationale – et non, il n’y a pas davantage de carte vitale en circulation en France que d’habitants. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/09/05/y-a-t-il-vraiment-84-millions-de-cartes-vitale-actives-en-france_5506868_435

    Mais le mal est fait. Et en cela, les éditocrates bourgeois procèdent exactement comme les idéologues d’extrême-droite ou les “populistes” qu’ils se targuent de combattre : ils balancent “une fausse information” où une approximation, sans la vérifier, parce qu’elle confirme leurs préjugées de classe (quand l’extrême-droite cherche à confirmer ses préjugés racistes), ils ergotent des heures de grande écoute dessus https://www.telerama.fr/television/fraude-sociale-les-mauvais-comptes-font-les-bons-ennemis,n6411523.php et quand les éléments sont infirmés par des analyses un peu plus poussées, ils passent à autre chose. Ni ne s’excusent, ni proposent une autre analyse, ni dédouanent les gens qu’ils attaquaient. Comme ils l’ont fait avec la prétendue “invasion” de l’hôpital de la Pitié-Salpétrière par les gilets jaunes, comme ils le font continuellement en disant que les Français travaillent moins que les autres. https://www.frustrationlarevue.fr/les-fake-news-cest-mal-sauf-quand-il-sagit-de-detruire-notre-mode Les “fake news”, c’est mal, sauf quand il s’agit de détruire notre modèle social, salir les opposants au régime, décrédibiliser un mouvement citoyen.

    Extrême-droite, extrême-bourgeoisie, même moyen, même fin ?

    Source : https://www.frustrationlarevue.fr/fraude-exageree-des-pauvres-fraude-dissimulee-des-riches-les-edit

     #fake_news #en_vedette #facebook #médias #manipulation #journalisme #fake #propagande #surveillance #racisme #twitter #désinformation #france #internet #politique #réseaux_sociaux #merdias #journulliste #médiacrates #imposture

  • Expulsé, un étudiant palestinien de Harvard revient aux États-Unis à temps pour le début des cours
    Middle East Eye, le 3 septembre 2019
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/09/04/expulse-un-etudiant-palestinien-de-harvard-revient-aux-etats-un

    Une pétition en ligne lancée par des étudiants de Harvard et demandant qu’Ajjawi soit autorisé à rentrer aux États-Unis avait recueilli lundi près de 8 000 signatures.

    « Face à la rhétorique raciste de ce gouvernement concernant les migrations, nous souhaitons que le Congrès mène une action pour assurer la sûreté et la sécurité de tous les migrants », lisait-on dans cette pétition.

    « Il est particulièrement important de reconnaître que les réfugiés palestiniens constituent une des populations les plus visées par des politiques d’immigration inhumaines. »

    Suite de :
    https://seenthis.net/messages/798856
    https://seenthis.net/messages/799362

    #mot_de_passe #israel #USA #Liban #Palestine #Harvard #surveillance #réseaux_sociaux #Expulsion #Frontière #frontières #expulsions_frontières #Ismail_Ajjaoui

  • UN Human Rights Council Should Address Human Rights Crisis in Cambodia at its 42nd Session

    Dear Excellency,

    The undersigned civil society organizations, representing groups working within and outside Cambodia to advance human rights, rule of law, and democracy, are writing to alert your government to an ongoing human rights crisis in Cambodia and to request your support for a resolution ensuring strengthened scrutiny of the human rights situation in the country at the upcoming 42nd session of the UN Human Rights Council (the “Council”).

    National elections in July 2018 were conducted after the Supreme Court, which lacks independence, dissolved the major opposition party, the Cambodia National Rescue Party (CNRP). Many believe that this allowed the ruling Cambodian People’s Party (CPP) under Prime Minister Hun Sen to secure all 125 seats in the National Assembly and effectively establish one-party rule. Since the election, respect for human rights in Cambodia has further declined. Key opposition figures remain either in detention – such as CNRP leader Kem Sokha, who is under de facto house arrest – or in self-imposed exile out of fear of being arrested. The CNRP is considered illegal and 111 senior CNRP politicians remain banned from engaging in politics. Many others have continued to flee the country to avoid arbitrary arrest and persecution.

    Government authorities have increasingly harassed opposition party members still in the country, with more than 147 former CNRP members summoned to court or police stations. Local authorities have continued to arrest opposition members and activists on spurious charges. The number of prisoners facing politically motivated charges in the country has remained steady since the election. The government has shuttered almost all independent media outlets, and totally controls national TV and radio stations. Repressive laws – including the amendments to the Law on Political Parties, the Law on Non-Governmental Organizations, and the Law on Trade Unions – have resulted in severe restrictions on the rights to freedom of expression, peaceful assembly and association.

    It is expected that a resolution will be presented at the 42nd session of the Human Rights Council in September to renew the mandate of the UN Special Rapporteur on the situation of human rights in Cambodia for another two years. We strongly urge your delegation to ensure that the resolution reflects the gravity of the situation in the country and requests additional monitoring and reporting by the Office of the High Commissioner for Human Rights (OHCHR). Mandated OHCHR monitoring of the situation and reporting to the Council, in consultation with the Special Rapporteur, would enable a comprehensive assessment of the human rights situation in Cambodia, identification of concrete actions that the government needs to take to comply with Cambodia’s international human rights obligations, and would allow the Council further opportunities to address the situation.

    Since the last Council resolution was adopted in September 2017, the situation of human rights in Cambodia, including for the political opposition, human rights defenders, and the media, has drastically worsened. Developments since the 2018 election include:

    Crackdown on Political Opposition

    On March 12, 2019, the Phnom Penh Municipal Court issued arrest warrants for eight leading members of the opposition Cambodia National Rescue Party who had left Cambodia ahead of the July 2018 election – Sam Rainsy, Mu Sochua, Ou Chanrith, Eng Chhai Eang, Men Sothavarin, Long Ry, Tob Van Chan, and Ho Vann. The charges were based on baseless allegations of conspiring to commit treason and incitement to commit felony. In September 2018, authorities transferred CNRP head Kem Sokha after more than a year of pre-trial detention in a remote prison to his Phnom Penh residence under highly restrictive “judicial supervision” that amounts to house arrest. Cambodian law has no provision for house arrest and there is no evidence that Sokha has committed any internationally recognizable offense.

    During 2019, at least 147 arbitrary summonses were issued by the courts and police against CNRP members or supporters. Summonses seen by human rights groups lack legal specifics, containing only vague references to allegations that the person summoned may have violated the Supreme Court ruling that dissolved the CNRP in November 2017.

    Human Rights Defenders and Peaceful Protesters

    In November 2018, Prime Minister Hun Sen stated that criminal charges would be dropped against all trade union leaders related to the government’s January 2014 crackdown on trade unions and garment workers in which security forces killed five people. However, the following month, a court convicted six union leaders – Ath Thorn, Chea Mony, Yang Sophorn, Pav Sina, Rong Chhun, and Mam Nhim – on baseless charges and fined them. An appeals court overturned the convictions in May 2019, but in July 2019 the court announced its verdict in absentia convicting Kong Atith, newly elected president of the Coalition of Cambodian Apparel Workers Democratic Union (CCAWDU), of intentional acts of violence in relation to a 2016 protest between drivers and the Capitol Bus Company. The court imposed a three-year suspended sentence, which will create legal implications under Article 20 of the Law on Trade Unions, which sets out among others that a leader of a worker union cannot have a felony or misdemeanor conviction.

    In December 2018, Thai authorities forcibly returned Cambodian dissident Rath Rott Mony to Cambodia. Cambodian authorities then prosecuted him for his role in a Russia Times documentary “My Mother Sold Me,” which describes the failure of Cambodian police to protect girls sold into sex work. He was convicted of “incitement to discriminate” and in July 2019 sentenced to two years in prison.

    In March 2018, the government enacted a lese majeste (insulting the king) clause into the Penal Code, and within a year four people had been jailed under the law and three convicted. All the lese majeste cases involved people expressing critical opinions on Facebook or sharing other people’s Facebook posts. The government has used the new law, along with a judiciary that lacks independence, as a political tool to silence independent and critical voices in the country.

    In July 2019, authorities detained two youth activists, Kong Raya and Soung Neakpoan, who participated in a commemoration ceremony on the third anniversary of the murder of prominent political commentator Kem Ley in Phnom Penh. The authorities charged both with incitement to commit a felony, a provision commonly used to silence activists and human rights defenders. Authorities arrested seven people in total for commemorating the anniversary; monitored, disrupted, or canceled commemorations around the country; and blocked approximately 20 members of the Grassroots Democracy Party on their way to Takeo province – Kem Ley’s home province.

    Attacks on Journalists and Control of the Media

    Prior to the July 2018 election, the Cambodian government significantly curtailed media freedom, online and offline. In 2017, authorities ordered the closure of 32 FM radio frequencies that aired independent news programs by Radio Free Asia (RFA) and Voice of America. RFA closed its offices in September 2017, citing government harassment as the reason for its closure. The local Voice of Democracy radio was also forced to go off the air.

    Since 2017, two major independent newspapers, the Phnom Penh Post and The Cambodia Daily, were subjected to dubious multi-million-dollar tax bills, leading the Phnom Penh Post to be sold to a businessman with ties to Hun Sen and The Cambodia Daily to close.

    Social media networks have come under attack from increased government surveillance and interventions. In May 2018, the government adopted a decree on Publication Controls of Website and Social Media Processing via Internet and the Law on Telecommunications, which allow for arbitrary interference and surveillance of online media and unfettered government censorship. Just two days before the July 2018 elections, authorities blocked the websites of independent media outlets – including RFA and VOA – which human rights groups considered an immediate enforcement of the new decree.

    Since then, Cambodian authorities have proceeded with the politically motivated prosecution of two RFA journalists, Yeang Sothearin and Uon Chhin. They were arrested in November 2017 on fabricated espionage charges connected to allegations that the two men continued to report for RFA after RFA’s forced closure of its Cambodia office. They were held in pre-trial detention until August 2018. Their trial began in July 2019 and a verdict on the espionage charges is expected late August. They face up to 16 years in prison.

    *

    The Cambodian government’s actions before and since the July 2018 election demonstrate a comprehensive campaign by the ruling CPP government to use violence, intimidation and courts that lack judicial independence to silence or eliminate the political opposition, independent media, and civil society groups critical of the government.

    We strongly urge your government to acknowledge the severity of the human rights situation and the risks it poses to Cambodia’s fulfillment of its commitments to respect human rights and rule of law as set out in the Paris Peace Accords 1991. It is crucial that concerned states explicitly condemn the Cambodian government’s attacks on human rights norms and take steps to address them.

    For these reasons, we call on the Human Rights Council to adopt a resolution requesting the UN High Commissioner for Human Rights to monitor and report on the situation of human rights in Cambodia and outline actions the government should take to comply with its international human rights obligations. The High Commissioner should report to the Council at its 45th session followed by an Enhanced Interactive Dialogue with participation of the Special Rapporteur on Cambodia, other relevant UN Special Procedures, and members of local and international civil society.

    We further recommend that your government, during the Council’s September session, speaks out clearly and jointly with other governments against ongoing violations in Cambodia.

    We remain at your disposal for any further information.

    With assurances of our highest consideration,

    Amnesty International
    ARTICLE 19
    ASEAN Parliamentarians for Human Rights (APHR)
    Asian Forum for Human Rights and Development (FORUM-ASIA)
    Asian Legal Resource Centre (ALRC)
    Cambodian Alliance of Trade Unions (CATU)
    Cambodian Center for Human Rights (CCHR)
    Cambodian Food and Service Workers’ Federation (CFSWF)
    Cambodian Human Rights and Development Association (ADHOC)
    Cambodian League for the Promotion & Defense of Human Rights (LICADHO)
    Cambodian Youth Network (CYN)
    Cambodia’s Independent Civil Servants Association (CICA)
    Center for Alliance of Labor and Human Rights (CENTRAL)
    CIVICUS: World Alliance for Citizen Participation
    Civil Rights Defenders (CRD)
    Committee to Protect Journalists (CPJ)
    Commonwealth Human Rights Initiative (CHRI)
    FIDH – International Federation for Human Rights
    Fortify Rights
    Human Rights Now
    Human Rights Watch (HRW)
    International Commission of Jurists (ICJ)
    Independent Democracy of Informal Economy Association (IDEA)
    International Service for Human Rights (ISHR)
    Lawyers’ Rights Watch Canada (LRWC)
    National Democratic Institute (NDI)
    Reporters Without Borders (Reporters Sans Frontières - RSF)
    World Organisation Against Torture (OMCT)

    https://www.hrw.org/news/2019/08/30/un-human-rights-council-should-address-human-rights-crisis-cambodia-its-42nd-se
    #Cambodge #droits_humains #arrestations #opposition #liberté_d'expression #censure #presse #médias #lese_majeste #Kem_Ley #Rath_Rott_Mony #Kong_Raya #Soung_Neakpoan #réseaux_sociaux

  • USA : un étudiant palestinien a vu son visa révoqué après la fouille de ses réseaux sociaux
    Belga – Publié le mercredi 28 août 2019
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_usa-un-etudiant-palestinien-a-vu-son-visa-revoque-apres-la-fouille-de-se

    Ismaïl Ajjaoui, qui vit au Liban, a déclaré au journal étudiant The Harvard Crimson qu’à son arrivée vendredi à l’aéroport de Boston, la police l’avait interrogé durant huit heures, et lui avait notamment demandé sa religion.

    Après avoir fouillé son téléphone et son ordinateur portable pendant cinq heures, une policière « a commencé à me crier dessus », a-t-il raconté. « Elle a dit qu’elle avait trouvé des gens parmi ma liste d’amis qui postaient des opinions politiques opposées aux Etats-Unis », a-t-il ajouté.

    Le jeune étudiant de 17 ans assure avoir fait valoir qu’il n’avait lui-même jamais exprimé ses propres opinions politiques sur les réseaux sociaux. Malgré cela, son visa a été révoqué et il a été renvoyé chez lui, a-t-il rapporté.

    #Frontières

  • Incoming Harvard Freshman Deported After Visa Revoked | News | The Harvard Crimson
    http://www.thecrimson.com/article/2019/8/27/incoming-freshman-deported

    U.S. officials deported Ajjawi, a 17-year-old Palestinian resident of Tyre, Lebanon, [...]

    [...]

    [..,] officer [...] asked him to unlock his phone and laptop, and left to search them for roughly five hours, Ajjawi alleges. After the search, the officer questioned him about his friends’ social media activity.

    [..,] “After the 5 hours ended, she called me into a room , and she started screaming at me. She said that she found people posting political points of view that oppose the US on my friend[s] list.”

    #états-unis #air_du_temps

  • #Incendies en #Amazonie : les #cartes et les #images auraient-elle le pouvoir d’attiser la polémique ?

    Les feux de forêt en Amazonie ont suscité un début de crise diplomatique entre la France et le Brésil dans le cadre du G7 à Biarritz et sont devenus un sujet de discussion au niveau international. Les Nations unies et le chef de l’Etat français ont interpellé vivement le président brésilien, Jair Bolsonaro, jeudi 22 août 2019 au sujet des incendies qui ravagent la forêt amazonienne. L’Amazonie est devenue depuis plusieurs années un symbole. Nombreux sont les chefs d’Etat (dont Emmanuel Macron) à avoir repris la phrase de Jacques Chirac : « Notre maison brûle ».

    Si les incendies de forêt constituent un sujet préoccupant (voir cette carte montrant la perte accélérée du couvert forestier brésilien), qu’en est-il des menaces directes sur un milieu que l’on qualifie souvent de « poumon vert » de la Terre ? D’après l’Institut National de Recherche Spatiale du Brésil (INPE), 75 336 feux de forêt ont été enregistrés au Brésil du 1er janvier au 21 août 2019, soit 84 % de plus que sur l’année précédente. Plus de 52 % d’entre eux concernent l’Amazonie (voir le suivi de la déforestation sur le site Terra Brasilis). Si l’importance du phénomène n’est pas à remettre en doute, en revanche la manière dont les #médias et les #réseaux_sociaux ont relayé l’information interroge sur la façon d’interpréter l’#information_géographique, qu’il s’agisse des cartes ou des images.

    https://cartonumerique.blogspot.com/2019/08/incendies-en-amazonie.html
    #interprétation

    ping @reka

  • Artist Shames Tourists Taking Inappropriate Selfies At The Holocaust Memorial Site In Berlin (NSFW) | DeMilked

    https://www.demilked.com/holocaust-memorial-selfies-yolocaust-shahak-shapira

    Il semble qu’il reste à faire un travail de mémoire aussi à destination de celles et ceux qui rendent visite à des lieux de mémoire.

    sraeli artist Shahak Shapira has seen enough of these disrespectful selfies taken in the absolute worst places for them. So he launched an art project called “Yolocaust” in hopes to shame the selfie-takers from the Holocaust Memorial in Berlin.

    “Over the last years, I noticed an interesting phenomenon at the Holocaust memorial in Berlin: people were using it as a scenery for selfies. So I took those selfies and combined them with footage from Nazi extermination camps,” Shapira wrote. He gathered the selfies from the social media sites like Facebook, Instagram, Tinder, and Grindr, and then combined them with the hard-to-watch real footage from concentration camps. The artist was shocked by just how distanced from the actual meaning of the monument its visitors were, which is illustrated with the comments, hashtags and “likes” that were posted with the selfies.

    #mémoire

  • Colas compte rendre les routes d’Eure-et-Loir plus sûres via le digital
    https://www.latribune.fr/regions/centre-val-de-loire/colas-compte-rendre-les-routes-d-eure-et-loir-plus-sures-via-le-digital-82


    L’application remontera notamment à la plateforme Digital by Colas les comportements à risque.
    Crédits : DR

    Le Département présidé par Claude Térouinard vient de signer un contrat avec le constructeur routier Colas pour installer Anaïs, sa nouvelle application de recommandation d’aménagements. Objectif : dès 2019, réduire à quinze par an le nombre de tués sur les routes.

    Via un partenariat avec Michelin Driving Data Intelligence, la cellule numérique du constructeur de pneumatiques Michelin, Anaïs commencera à la rentrée de septembre à collecter les données embarquées de conducteurs volontaires sur le réseau routier secondaire d’Eure et Loir. L’application remontera notamment à la plateforme Digital by Colas les comportements à risque : freinage intempestif, vitesse excessive, déport latéral du véhicule. Identifiée, cette data sera ensuite analysée et contextualisée. Elle donnera enfin lieu à des recommandations de travaux auprès de la collectivité qui, assure le responsable de Mobility by Colas, Fabrice Luriot, restera libre de choisir le maître d’oeuvre.

    Cet audit des routes en temps réel procurera deux avantages majeurs au département. Il lui permettra d’une part d’agir en amont, et non plus de façon seulement curative, comme actuellement. De plus, Anaïs validera l’efficacité des opérations de maintenance. Deuxième département français pour la densité routière avec 7 650 kilomètres de routes départementales, l’Eure-et-Loir tente ainsi de faire baisser Sa mortalité routière. Après le bilan désastreux de l’année 2017 (47 tués), celle-ci a reculé à 26 morts l’année dernière. La collectivité met en place une politique volontariste pour viser moins de quinze personnes décédées cette année.

  • Attacks by White Extremists Are Growing. So Are Their Connections.

    In a manifesto posted online before his attack, the gunman who killed 50 last month in a rampage at two mosques in Christchurch, New Zealand, said he drew inspiration from white extremist terrorism attacks in Norway, the United States, Italy, Sweden and the United Kingdom.

    His references to those attacks placed him in an informal global network of white extremists whose violent attacks are occurring with greater frequency in the West.

    An analysis by The New York Times of recent terrorism attacks found that at least a third of white extremist killers since 2011 were inspired by others who perpetrated similar attacks, professed a reverence for them or showed an interest in their tactics.

    The connections between the killers span continents and highlight how the internet and social media have facilitated the spread of white extremist ideology and violence.

    In one instance, a school shooter in New Mexico corresponded with a gunman who attacked a mall in Munich. Altogether, they killed 11 people.

    One object of fascination for the Christchurch killer and at least four other white extremists was Anders Behring Breivik, the far-right extremist who killed 77 in a bombing and mass shooting in Norway in 2011.

    Mr. Breivik’s lengthy manifesto offered a litany of grievances about immigration and Islam — and the attacks became a model for future ones.

    “I think that Breivik was a turning point, because he was sort of a proof of concept as to how much an individual actor could accomplish,” said J.M. Berger, author of the book “Extremism” and a research fellow with VOX-Pol, a European academic initiative to study online extremism.

    “He killed so many people at one time operating by himself, it really set a new bar for what one person can do.”

    Shortly after the Norway massacre, a prominent American white supremacist named Frazier Glenn Miller wrote on a white supremacist forum that Mr. Breivik had “inspired young Aryan men to action.” Mr. Miller opened fire on a Jewish retirement home and community center in Kansas a few years later, killing three.

    Mr. Breivik was not the only mass killer to inspire copycats. The Christchurch shooter also paid tribute to a Canadian man who opened fire inside a Quebec City mosque in 2017, writing his name on one of the guns used in his attack.

    That Canadian gunman read extensively about Dylann Roof, the American who killed nine worshipers at a black church in South Carolina in 2015.

    At least four white extremist killers made statements online praising Elliot Rodger, a racist and misogynist who targeted women in a 2014 spree, before carrying out their own attacks.

    All these attacks occurred amid a surge of white supremacist and xenophobic terrorism in the West that has frequently targeted Muslims, immigrants and other minority groups, the Times analysis found.

    The analysis was based on data from the Global Terrorism Database and identified nearly 350 white extremist terrorism attacks in Europe, North America and Australia from 2011 through 2017, the latest year of available data. We also examined preliminary data on attacks in the United States in 2018.

    The database is a project of the National Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism at the University of Maryland. It relies on news reports and other records to capture episodes that meet its definition of terrorism: the use of violence by a non-state actor to attain a political or social goal.

    Over this period, white extremism — an umbrella term encompassing white nationalist, white supremacist, neo-Nazi, xenophobic, anti-Muslim and anti-Semitic ideologies — accounted for about 8 percent of all attacks in these regions and about a third of those in the United States.

    Erin Miller, who manages the database, said the increase in white extremist terrorism parallels a rise in hate crimes and bias episodes in the West and that deadly attacks are occurring more often.

    “There’s a common framing of far-right terrorism or domestic terrorism as being ‘terrorism lite’ and not as serious,” she said. “It’s an interesting question given that far-right attacks can be quite devastating.”

    Xenophobia Drives Violence in Europe

    In recent years, Europe has seen a surge in far-right and xenophobic violence amid an influx of migrants and refugees from conflicts in the Middle East and Africa.

    The Global Reach of White Extremism

    There were five white extremist attacks in Australia from 2011 through 2017, all of which were attacks on mosques and Islamic centers. There were no such attacks in New Zealand during that same period.

    Then the massacre of worshippers at two mosques in Christchurch on March 15 — the deadliest shooting in modern New Zealand history — helped put the global nature of white extremism into relief. The shooter was an Australian man who said he was radicalized during his travels in Europe and designed his attack to draw an American audience.

    Experts say the same broad motives are at play whether the target is a mosque in Perth or an asylum seekers’ shelter in Dresden or a synagogue in Pittsburgh. Attackers who identify as white, Christian and culturally European see an attack on their privileged position in the West by immigrants, Muslims and other religious and racial minorities.

    The difference now is that it is easier than ever for extremists to connect both domestically and across continents, according to Mr. Berger, the “Extremism” author. The entry point for radicalization is less narrow than it was during earlier waves of white supremacist action, when finding ideological fellow travelers typically required meeting in person.

    “This is a particularly strong wave,” Mr. Berger said, “and I think it’s being fueled by a lot of political developments and also by the sort of connective tissue that you get from the Internet that wasn’t there before that’s really making it easier for groups to be influenced and to coordinate, or not necessarily coordinate but synchronize over large geographical distances.”

    Heidi Beirich, director of the Southern Poverty Law Center’s Intelligence Project, said that given these international connections, it’s important to reconsider the nature of the threat. “We conceive of this problem as being a domestic one,” she said. “But that’s not the case.”

    The challenge for law enforcement will be to buck a sometimes myopic focus on Islamic extremism as the only driver of international terrorism.

    It may also require rethinking the legal framework for what constitutes terrorism: from violence that arises from a command and control structure to a looser definition that can account for a wider range of violent actors who share a common ideology.

    “They don’t see themselves as Americans or Canadians, very much like the Christchurch killer didn’t see himself as an Australian; he saw himself as part of a white collective,” Dr. Beirich said.

    “It has never been the case that these people didn’t think in a global way. They may have acted in ways that looked domestic but the thinking was always about building an international white movement.”

    https://www.nytimes.com/interactive/2019/04/03/world/white-extremist-terrorism-christchurch.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur
    #cartographie #visualisation #connections #réseau #suprématistes_blancs #extrême_droite #attaques #terrorisme #xénophobie #racisme #extrémisme_blanc
    intéressant la #terminologie #mots #vocabulaire

    ping @visionscarto @fil

  • Man Who Built The #Retweet: “We Handed A Loaded Weapon To 4-Year-Olds”
    https://www.buzzfeednews.com/article/alexkantrowitz/how-the-retweet-ruined-the-internet

    The button that ruined the internet — and how to fix it.

    Developer Chris Wetherell built Twitter’s retweet button. And he regrets what he did to this day.

    We might have just handed a 4-year-old a loaded weapon,” Wetherell recalled thinking as he watched the first Twitter mob use the tool he created. “That’s what I think we actually did.

    Wetherell, a veteran tech developer, led the Twitter team that built the retweet button in 2009. The button is now a fundamental feature of the platform, and has been for a decade — to the point of innocuousness. But as Wetherell, now cofounder of a yet-unannounced startup, made clear in a candid interview, it’s time to fix it. Because social media is broken. And the retweet is a big reason why.
    […]
    But the button also changed Twitter in a way Wetherell and his colleagues didn’t anticipate. Copying and pasting made people look at what they shared, and think about it, at least for a moment. When the retweet button debuted, that friction diminished. Impulse superseded the at-least-minimal degree of thoughtfulness once baked into sharing. Before the retweet, Twitter was largely a convivial place. After, all hell broke loose — and spread.

    #gamergate

    • “If I retweet the New York Times, they don’t care,” Dash said. “But extreme content comes from people who are trying to be voices, who are trying to be influential in culture, and so it has meaning to them, and so it earns me status with them.”

      The pursuit of that status has driven many Twitter users to write outrageous tweets in the hope of being retweeted by fringe power users. And when they do get retweeted, it sometimes lends a certain credibility to their radical positions.

      The retweet and share, in other words, incentivize extreme, polarizing, and outrage-inducing content.

      #rumeur #fake_news #harcèlement #réseaux_sociaux #extrémisme

  • En Grèce, dans une usine autogérée, le travail devient un « lieu de solidarité et de liberté »
    PAR ANDREA FUORI, RAPHAËL GOUMENT // 8 JUILLET 2019 // Bastamag

    Au mur du petit bureau, Dimitris pointe une photo jaunie d’Alexis Tsipras, premier ministre depuis 2015, et qui vient d’être battu aux élections législatives du 7 juillet. Le patron de Syriza avait visité l’usine lors de sa campagne électorale en 2014. « Il nous a promis de légaliser notre statut. Il nous a assuré qu’on était des travailleurs modèles, sur qui ils s’appuieraient pour leur projet économique. Cinq ans plus tard, rien n’a changé. »

    Après huit ans de lutte, les ouvriers de Vio Me sont toujours dans l’illégalité. En 2014, ils ont créé une société coopérative qui s’est dotée d’un compte en banque. Mais elle n’est ni propriétaire ni locataire des actifs. « Sur le papier, on est toujours considérés comme les employés d’une entreprise en faillite. Depuis six ans, notre travail n’est pas reconnu », peste Makis.

    « On voudrait exporter vers l’Amérique Latine, mais c’est impossible sans cadre légal. L’absence de statut freine notre développement. »

    #Zanon #savons #lessives #écologie#BTP #crise #huile_d_olive #organisation_collective #espace_social #distribution_militante #réseau #solidarité #assemblées #centres_sociaux #coopératives #faillite #illégalité #société_coopérative #statut #projet_économique #Syriza #Tsipras #production #autogestion #coopératives_ouvrières #structures_autogérées #Grèce #mouvement_des_places #réappropriation_industrielle #Vio Me #usine #lutte

    https://www.bastamag.net/Grece-Vio-Me-cooperative-usine-autogeree-savons-ecologiques-legislatives-T

  • FNAUT-infos 276 - Pourquoi et comment remailler le #réseau_ferré français - Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports (FNAUT)
    https://www.fnaut.fr/85-publications/757-fnaut-infos-276-pourquoi-et-comment-remailler-le-reseau-ferre-francais

    Un réseau ferré mieux maillé est indispensable si l’on veut fiabiliser les services ferroviaires, éviter aux voyageurs de longs détours, stimuler le trafic de #fret et mettre en œuvre un #aménagement_du_territoire rationnel et équitable.

    Dans une étude réalisée pour #SNCF Réseau, la FNAUT a montré comment renforcer le maillage du réseau ferré classique, celui du réseau à #grande_vitesse et les connexions entre les deux réseaux. Nos propositions visent à redonner de la souplesse et de l’attrait au rail. 

    Elles sont ambitieuses et éloignées des orientations malthusiennes actuelles, mais la fiscalité environnementale permettrait de les financer : c’est d’abord une question de volonté politique.

    https://www.fnaut.fr/images/docs/publications/fi2019/276.pdf

  • Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et openaccess

    Selon une enquête récente du CNRS1, les chercheurs font un usage massif des #réseaux_sociaux qui sont intégrés au cœur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.

    https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00971365/document
    #HAL #open_access #OA #édition_scientifique #research_gate #université #academia.edu