• Lille : Rapport des juges et parties sur la pollution de Saint-Sauveur mardi 18 juin 2019 - elnorpadcado.fr
    https://www.elnorpadcado.fr/Rapport-des-juges-et-parties-sur-la-pollution-de-Saint-Sauveur

    On ne parlait plus que de ça dans les gazettes et les dîners. Tout le monde l’attendait, haletant, pétrifié, nous, vous, les élus, les promoteurs... Quoi donc ? Le Rapport. Le Rapport de « l’Agence régionale de santé ou d’un expert indépendant » sur la qualité de l’air de Saint-Sauveur. Le rapport réclamé par le Commissaire-enquêteur qui lèverait ses réserves sur la pratique de la natation en territoire pollué. Ce rapport vient de tomber. Dès les trois premiers mots, nous en savons assez pour connaître son destin, tragique mais juste : la broyeuse à papier.

    Ces trois mots, apposés en page de garde dudit rapport, sont « Pollution Santé Longévité ». Soit le pôle d’expertise sur les pollutions, auteur du rapport donc, de l’Institut Pasteur de Lille. L’Institut Pasteur n’est pas l’Agence régionale de santé (ARS). Reste à savoir s’il est un « expert indépendant ».

    On peut déjà avoir un doute quand on se penche sur les statuts de l’Institut Pasteur : une fondation créée par…la Ville de Lille (article 1) et dont les cinq membres du collège des fondateurs, au sein du Conseil d’Administration, sont tous choisis par…la Ville de Lille (article 3).

    Plus précisément, dans son Conseil d’administration, nous trouvons les mêmes personnes qui vont bétonner Saint-Sauveur. Entre autres :

    Son président : l’élu Jacques Richir, pour la mairie de Lille , défenseur et financier du projet Saint-Sauveur, qui ne s’est pas privé de le défendre en réunions publiques ;
    Son vice-président Xavier Bertrand pour le Conseil Régional , qui doit mettre 10 millions d’euros dans la construction (représenté par Nicolas Lebas).
    Son secrétaire : François Kinget , représentant Damien Castelain pour la Métropole, financier du projet, à l’origine de toutes les délibérations sur Saint Sauveur ainsi que des enquêtes publiques qui ont conduit aux réserves du commissaire enquêteur que ce rapport vise à lever ;

    Mais surtout, et la chose ne manque pas d’ironie, une représentante d’ AG2R La Mondiale dont le président n’est autre que... Jean-François Dutilleul  ! Jean-François, président d’AG2R-La Mondiale, est aussi PDG de la holding Rabot-Dutilleul https://www.elnorpadcado.fr/Rabot-Dutilleul-une-culture-du-beton-arme chargée de construire la piscine, tandis que son fils François s’était fendu en mars 2019 d’une contribution à l’enquête publique sur la ZAC Saint Sauveur pour nous rappeler les immenses bienfaits d’y construire une piscine…


    Vous avez dit « indépendance » ?

    Passons sur les autres membres du C.A., élus à la mairie de Lille et autres scientifiques. Parmi les « experts » qui pondirent le rapport, on trouve des chercheurs de l’Institut Pasteur et d’autres du C.H.U. de Lille , lui-même présidé par Martine Aubry .

    Nemo judex in causa sua , dirait un tribunal : ce rapport est celui de juges et parties. Quoi qu’il dise au-delà du troisième mot, il est nul et non avenu puisqu’il n’est ni celui de l’A.R.S., ni celui d’un expert indépendant. Il émane bien plutôt d’élus, de notables, d’industriels et de scientifiques qui nous prennent, une nouvelle fois, pour des cons.

    * Association pour la Suppression des Pollutions Industrielles (ASPI)
Association Préservation, Aménagement, Réappropriation collective de Saint-Sauveur (PARC)

    *

    #Lille #Saint-Sauveur #PS #martine_aubry #promoteurs_immobiliers #spéculation #Institut_Pasteur_de_Lille #experts #ARS #jacques_richir #xavier_bertrand #françois_kinget #damien_castelain #jean-françois_dutilleul 
    #AG2R #rabot-dutilleul #holigarchie


  • Lille Capital du Béton - et donc de la pollution Collectif Davids, Les Poinsts sur les I - Lunid 25 Février 2019
    https://www.campuslille.com/index.php/entry/lille-capitale-du-beton

    "Quand l’bâtiment va, tout va !" dit le dicton à la con... Les camirades de DAVIDS ne sont pas de cet avis et ils le disent ce lundi midi.

    Après avoir évoqué les commencements de grèves du vendredi dans les collèges et lycées français, nous partons sur la friche de Saint Sauveur et le belvédère où la mairie de Lille et la MEL veulent construire des bureaux, des logements et une piscine olympique.

    http://www-radio-campus.univ-lille1.fr/ArchivesN/2019-02-25/12h.mp3


    (Cette émission sera disponible jusqu’au 25 Avril 2019)

    Vendredi 23 Février, un mur de blocs de béton a été érigé le long du parc du belvédère, ce grand espace arboré situé à l’angle de la rue de Cambrai et du boulevard Paul Painlevé (le métro aérien passe au-dessus, entre les arrêts Porte d’Arras et Grand Palais). Les accès aux chemins ont aussi été murés. La raison ? "Mise en sécurité du site"... ! Cet espace muré a été choisi pour accueillir la piscine olympique, financée par l’argent publique. Ce chantier intervient quelques jours avant le début de la concertation publique, c’est la stratégie du "fait accompli" (mais rien n’est perdu , rappelez-vous "le barrage de Sivens")

    Pourtant, Lille est déjà la grande ville de France avec le moins de mètres carrés d’espace vert par habitant. Mais le choix est fait de continuer la "densification urbaine" ...
    D’autant que qui dit construstion d’immeubles dit encore plus de voitures alors que Lille est déjà championne de France des pics de pollutions aux particules fines !60 en 2018... La pollution de l’air dans la métropole lilloise provoque 1 700 morts prématurées par an, soit 5 morts par jours !
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/nord-0/video-particules-fines-lille-heure-mobilisation-citoyen

    https://www.youtube.com/watch?v=CqDQ2HzG1IM

    Détour par la rue du faubourg de Roubaix où plusieurs chantiers sont en cours, sans qu’on comprenne leurs logiques : ça bétonne une terre propre (ilôt pépinière, ex-dernier bail rural de Lille) pendant que 200m plus haut, ça déverse de la terre et des arbustes sur l’emplacement d’une ancienne station service (square des horticulteurs)... Cherchez l’erreur, mais aussi le point commun : le groupe de BTP Rabot-Dutilleul.

    Comme la holding familiale, le métier de conquistador passe de père en fils. Pendant que papa Jean-François organise avec Lille 3000 le grand raout Eldorado , énième coulée de béton culturel sur la métropole lilloise, le fiston François remporte avec lille design le titre de Lille Capitale mondiale du design 2020 avec un projet lui aussi intitulé : Eldorado. L’objet de la conquête ? L’espace urbain à bétonner toujours plus dont chaque centimètre carré recèle de la plus-value en puissance, des corps et esprits à maintenir sous cloches ou casques de réalité virtuelle (dont les expo sont désormais truffées), ce qui revient au même.

    Ceci dit, il ne faudrait pas croire que François, son papa et leur petite entreprise font tout ça tout seul ; les partenaires de la reconquista lilloise avides de nouveaux Eldorado sont nombreux (mairie de Lille, Région HdF, Auchan, Fondation Total, Air France,...).

    La soif de trésor et de conquête, maquillée de culture, s’affiche désormais en pleine rue en 4x3. Startupers et creativs, financiers et bétonneurs, business men et élus dévoilent leur vrai visage à travers les masques de la fête : celui du conquistador assoiffé d’or.

    Le site de Lille 3000 présente le mythe de l’Eldorado ainsi : « Rapidement relayé par les conquistadors espagnols, ce mirage d’une contrée légendaire a alimenté sur près de quatre siècles une course aux trésors et aux voyages effrénée. »... oubliant au passage les deux génocides les plus massifs de l’histoire : celui des Amérindiens, entre 80 et 120 millions de morts, et le génocide esclavagiste, 28 millions de morts !!!

    Au XVIè siècle, Hernan Cortès envoie un courrier à l’empereur aztèque Moztezuma : « Dîtes-lui de m’en procurer car mes compagnons et moi souffrons d’une grave maladie du cœur que seul l’or peut guérir » (récit par le secrétaire du conquistador en 1552). Ce n’est plus une simple maladie mais une véritable épidèmie qui nous gangrène !

    Nous vous conseillons vivement la lecture du dernier numéro de la Revue Z "Guyane. Trésors et conquêtes" qui revient notamment sur la construction et les effets dévastateurs du mythe de l’Eldorado : http://www.zite.fr/parutions/z12guyane

    Chansons :

    https://www.youtube.com/watch?v=HLrUfDYtgaw

    https://www.youtube.com/watch?v=kmVKnbFSUaA

    Bonus plutôt malus : https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/l-air-du-metro-lillois-est-aussi-pollue-qu-un-jour-de-pic-de-pollution-15

    #Audio #Radio #Lille #eldorado #rabot dutilleul #MEL #saint_sauveur #écologie #Lille_3000 #Lille #pollution #environnement #santé #climat #pollutions_ #écologie #béton #urbanisme


  • Budget 2019 : coup de rabot de 3 milliards d’euros sur les baisses de cotisations (article du 15/12/18)
    https://www.latribune.fr/economie/france/budget-2019-coup-de-rabot-de-3-milliards-d-euros-sur-les-baisses-de-cotisa

    L’exécutif veut raboter de trois milliards d’euros les baisses de cotisations sociales des entreprises prévues pour 2019 afin de limiter le dérapage du déficit public tout en mettant en oeuvre les mesures sociales annoncées par Emmanuel Macron, rapporte samedi Le Parisien.

    Le gouvernement veut raboter de trois milliards d’euros les baisses de cotisations sociales des entreprises prévues pour 2019 afin de limiter le dérapage du déficit public tout en mettant en oeuvre les mesures sociales annoncées par Emmanuel Macron, rapporte samedi Le Parisien. « Selon les derniers arbitrages rendus hier (vendredi), les 20 milliards d’euros de baisses de charges devraient être rabotés de trois milliards », selon le quotidien.

    Contacté par l’AFP, le ministère de l’Economie et des Finances n’a pas confirmé que cet arbitrage avait été rendu. L’an prochain, le versement du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) au titre de 2018, également d’un montant de 20 milliards d’euros, viendra s’ajouter aux baisses de cotisations sociales, ce qui devait porter à 40 milliards d’euros l’effort budgétaire de l’Etat pour les entreprises.

    « Notre objectif de diminuer l’impôt sur les sociétés ne change pas »
    Pour financer la prime de 100 euros pour les salariés au niveau du Smic, le renoncement à la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros de revenus et la défiscalisation des heures supplémentaires, le gouvernement étudie par ailleurs la possibilité de reporter la baisse prévue de l’impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises, dont le taux normal doit passer de 33,3% à 31% au 1er janvier.

    « Notre objectif de diminuer l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% d’ici 2022 ne change pas », a toutefois assuré dans le Figaro de samedi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Les organisations patronales estiment que les allègements de cotisations sociales et d’impôts sont nécessaires à la compétitivité des entreprises françaises. Le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a ainsi déploré le 7 décembre que la France soit le pays de l’OCDE où le poids des prélèvements fiscaux était le plus important en 2017, avec 46,2% du PIB.

    #raboter_la_baisse ->on diminuerait donc un peu – et temporairement…– le transfert fiscal vers les entreprise…


  • Pierre de Saintignon : si vous aviez raté un métro

    http://labrique.net/index.php/thematiques/politicaille/732-pierre-de-saintignon-si-vous-aviez-rate-un-metro

    Le #PS a propulsé Pierre de Saintignon à la tête de sa liste kamikaze aux élections régionales. Porte-flingue de l’ombre de Martine #Aubry, PDS est moqué par tout le monde pour sa faible notoriété. Sauf que quand on y regarde de près, c’est plutôt l’inverse qui ressort : le type est fort bien connu... des patrons du coin. Le domaine des transports en témoigne.


    Le 10 octobre dernier, une page Wikipédia sur Pierre de Saintigon est créée, puis supprimée deux heures plus tard. Motif : Fier de Satignasse est encore peu identifié par la populace. Les malheurs du candidat font alors le buzz dans les médias nationaux. Pourtant, voilà vingt ans que le soldat PDS traîne ses guêtres dans les couloirs du pouvoir. Il est habitué à jouer dans la cour des grands en région, et sait s’attirer les bonnes sympathies. Même Jean-René #Lecerf, le nouveau président de droite du département du Nord, y va de son compliment : « Il est intelligent, démocrate, et humaniste ». Youpi.

    Un #bénévole à plus de 7000 boules par mois

    Il faut dire que Pierre de Saintignon est un patron engagé. Trente huit ans que le chevalier PDS fait dans le social et le bénévolat. De 1977 à 1992, il est directeur général de la Sauvegarde Du #Nord, une association à but non-lucratif qui « accompagne des enfants, des adolescents, des jeunes en difficultés [...], des adultes éloignés de l’emploi, des familles et des personnes en grande précarité ». En 1987, PDS regroupe quatre filiales de la Sauvegarde en une seule association d’insertion nommée Vitamine T.

    Quand on lui reproche de placer ses jetons dans cette boîte qui turbine aujourd’hui à 50 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel, le bonhomme tient sa réplique : il n’en tire aucun bénéfice personnel. Et jamais personne pour lui répondre que pour un type qui cumule déjà trois salaires, c’est encore un minimum. Rappelons que PDS a beau être « peu connu » des grands médias, il est à la fois 1er adjoint à la ville de #Lille (3725€), président de la commission développement économique à la MEL (2620€), et 1er vice-président au Conseil régional (1350€)1. Le bénévolat à 7000 balles : La Brique en redemande.

    Un patron engagé... par les patrons ?

    N’empêche : Pierre de Saintignon est dans le #social. La preuve par la composition du conseil d’administration de Vitamine T. À l’intérieur, on y trouve toute la fine fleur du patronat du Nord : Bruno #Bonduelle du groupe agro-alimentaire éponyme, Jean-François Dutilleul du Groupe #Rabot-Dutilleul, Maxime #Holder, PDG des Boulangeries Paul, Phillipe #Vasseur, brocardé un numéro sur deux dans nos colonnes, ou encore Vianney #Mulliez du groupe #Auchan. Un prêté pour un rendu ? Toujours est-il que Franck et Margot de #Saintignon, deux des rejetons de Pierre, occupent des postes à responsabilité à #Kiabi... propriété du groupe Mulliez. Voilà donc un patron à particule, issu d’une famille noble de Lorraine, qui fricote avec le paternalisme des grands patrons du Nord : elle est pas belle la mixité sociale ?

    Sur-vitaminé aux subventions

    Le groupe Vitamine T compte aujourd’hui 14 filiales, 2 500 salariés et génère 50 petits millions d’euros de chiffre d’affaires dopés à l’argent public. La spécialité maison, c’est de répondre aux appels d’offres publics et de faire subventionner la main d’œuvre. Mais le groupe tient, là encore, sa réplique : « L’argent public perçu par le groupe Vitamine T (13% du chiffre d’affaires) correspond à la juste rémunération de sa mission sociale ». Les 13% d’argent public sont fructifiés dans les diverses filiales du groupe : la plus-value provient du maraîchage biologique, de la rénovation d’électroménager, de brocante solidaire, de nettoyage écologique de bagnoles, de reconditionnement de palettes en bois ou de valorisation de déchets électroniques, pour ne citer que quelques activités. Restent donc 87% du chiffre d’affaire qui sortent de la cuisse de Jupiter – ou plus simplement du travail des gens.

    Parmi les filiales du groupe, on trouve #Médiapole : les « préventions métro » en blouson orange ; les personnes qui déambulent dans les transports en commun de la métropole lilloise. Officiellement, la boîte se dispute un marché de 16 millions d’euros de subventions de la MEL avec une autre boîte : Citéo. Sauf que la présidente de cette société concurrente, Caroline Le Dantec, n’est autre que la femme... de Pierre de Saintignon. Deux sociétés, deux président.es pour un marché... fusionnel.

    Un mélange des genres qui, bizarrement, n’est pas légalement répréhensible. Reste quand même cette longue et troublante litanie de casquettes qui se confondent, et donc ce rôle de conseiller communautaire qui fait distribuer des millions d’euros de subventions à sa propre personne et à sa femme. Sous des discours socialisants, Saintignon place aujourd’hui sa vie professionnelle au service de sa vie politique.

    Harry Cover
    1. Chiffres pour 2013, tirés de capital.fr.