• #Voyageur_noir (#Schwarzfahrer)

    Un jeune homme noir est harcelé verbalement par une femme plus âgée dans un tramway, tandis que les autres passagers gardent le silence. Il finit par se venger...

    https://www.youtube.com/watch?v=vQbKGDj4K10

    –-> un #court-métrage que je pensais avoir recensé sur seenthis... je rattrape le coup...

    #racisme #bus #ticket #tram #Noirs #film #vidéo #Pepe_Danquart

    ping @isskein @karine4 @_kg_

  • #Podcast - #Avortement aux #USA : « On n’a pas encore vu le pire ! » RTS - Laurie Bertram Roberts à Jordan Davis
    https://www.rts.ch/info/monde/13302520-podcast-avortementaux-usa-on-na-pas-encore-vu-le-pire.html

    Aux Etats-Unis, on commence déjà à mesurer les effets néfastes de la fin du droit fédéral à l’avortement, à peine un mois et demi après la révocation de l’arrêt Roe Vs. Wade. Aujourd’hui, dix États, dont celui du Mississippi, le plus pauvre du pays, ont banni l’IVG. Là-bas, ce sont les femmes noires précarisées qui sont en majorité pénalisées. Le combat des militantes et militants pro-avortement pour les soutenir continue mais il est de plus en plus ardu.

    C’est une plongée dans une Amérique dont une partie de ses États a tourné le dos au droit à l’avortement que nous vous proposons dans ce 8e épisode de notre podcast « Democracy ! Démocratie ! ».

    La décision de la Cour suprême de révoquer le droit fédéral à l’avortement a des conséquences sociales et humaines très concrètes pour nombre de femmes qui souhaitent recourir à une IVG.

    Laurie Bertram Roberts, directrice exécutive du Yellowhammer fund, une organisation de justice reproductive qui dessert l’Alabama, le Mississippi et le Deep South, est très inquiète. Elle mesure, au quotidien, combien la vie de ces femmes, déjà compliquée car issues de minorités raciales et avec de très faibles revenus, est devenue un enfer lorsqu’elles cherchent à obtenir un avortement. Mais le pire est à venir, selon elle.

    Ce qui m’inquiète, c’est le spectre de la criminalisation des femmes enceintes. Quand tous ces croisés anti-avortement se rendront compte qu’ils ne pourront pas bloquer la distribution de pilules abortives par la poste, ils vont s’attaquer aux individus. Je pense que cette approche va se retourner contre eux à la fin. Mais je suis certaine que ça sera la prochaine étape. Et on sait que, comme d’habitude, on visera les minorités raciales et les pauvres. Laurie Bertram Roberts

    Au Mississippi, les femmes noires et leurs bébés ont des taux de mortalité plus élevés que pour les femmes blanches. Dans cet État, inégalités socio-économiques et raciales vont de pair. Une personne afro-américaine sur trois vit y en dessous du seuil de la pauvreté contre un sur dix dans la communauté dite blanche.

    A terme la moitié des États aux Etats-Unis pourraient interdire l’IVG. Au Mississippi, des peines pouvant aller jusqu’à dix ans de prison, et ne prévoyant d’exception qu’en cas de danger pour la vie de la mère mais pas de viol ou d’inceste, sont prévues en cas d’infraction à cette nouvelle loi.

    Un épisode épisode écrit par Jordan Davis, réalisé par Mathieu Ballmer et produit par Magali Philip. Voix française de Laurie Bertram Roberts : Julie Kummer.

    #précarité #Femmes #USA #IVG #avortement #minorités A diffuser sur les #Radios_Libres #discriminations-raciales #mortalité #inégalités #racisme

  • Racisme dans le #travail_du_sexe

    Dans le domaine du travail du sexe, les #rapports_de_pouvoir présents dans la société actuelle et leurs manifestations racistes sont particulièrement visibles. Les #discriminations subies par les travailleur·euse·x·s du sexe racisé·e·x·s ne sont cependant pas seulement d’origine sociale, mais aussi juridique et structurelle.

    En Suisse, le travail du sexe n’est pas le seul domaine dans lequel s’exprime le #racisme_structurel et l’#héritage_colonial, mais c’est celui dans lequel ces phénomènes se donnent le plus à voir. Les travailleur·euse·x·s du sexe (TdS) racisé·e·x·s* sont souvent exposé·e·x·s quotidiennement à de multiples discriminations. Ces personnes sont fréquemment considérées soit comme dangereuses, immorales et mauvaises pour la société, soit comme des personnes dans le besoin, qui ont été contraintes au travail du sexe et ne savent pas ce qu’elles font. Une législation répressive en matière de migration et d’importants obstacles à l’exercice légal du travail du sexe exacerbent le racisme structurel persistant.

    Des #stéréotypes racistes particulièrement visibles

    En Suisse, le domaine du travail du sexe se caractérise souvent par des rapports de pouvoir inégaux entre la clientèle et les TdS. La position de la personne qui achète des services sexuels est définie par son pouvoir, son statut, ses ressources et son argent, alors que celle des TdS est à l’inverse souvent envisagée sous le prisme de l‘origine, de la couleur de peau, du type de permis de séjour ou encore de l’identité de genre. Selon Naomi Chinasa Bögli, du Centre d’assistance et d’intervention aux migrantes et victimes de la traite des femmes (FIZ) à Zurich, les TdS racisé·e·x·s se trouvent, dans de nombreux cas, au plus bas de la hiérarchie. Les images que projettent sur ces personnes la clientèle, les exploitant·e·x·s et la société dans son ensemble sont très fortement imprégnées de racisme. On le voit notamment dans la manière dont on présente les TdS racisé·e·x·s en utilisant des catégories qui répercutent des stéréotypes racistes moins connus et thématisés. Les images racistes sont toujours liées à leurs corps, reléguant ainsi leur personnalité et leur humanité à l’arrière-plan.

    Quelques féministes et figures politiques participent pourtant également à la stigmatisation et à la discrimination des TdS. L’interdiction du travail du sexe rémunéré est constamment réclamée pour les « protéger ». Dans cette logique, les TdS migrant·e·x·s sont, sans distinction aucune, considéré·e·x·s comme des victimes, incapables d’autonomie et d’autodétermination. Les débats reflètent la discrimination et la stigmatisation qui s’exercent tout particulièrement sur les TdS racisé·e·x·s non seulement pour leur travail mais également sur la base d’autres caractéristiques telles que leur couleur de peau, leur passé migratoire, leur féminité, leur identité de genre, leur profession ou leur rôle de mère. Pour un grand nombre de TdS racisé·e·x·s, cela a pour conséquence des microagressions quotidiennes, voire des agressions verbales et physiques.
    Un cadre juridique structurellement discriminant

    En Suisse, outre les formes quotidiennes de discriminations et de racismes, les TdS racisé·e·x·s sont aussi désavantagé·e·x·s de manière structurelle par le cadre juridique. Pour Naomi Chinasa Bögli, la mise en œuvre d’une politique migratoire restrictive l’illustre bien : les obstacles bureaucratiques et les conditions strictes pour exercer légalement le travail du sexe mènent à la précarité, à l’illégalité et à la dépendance, surtout pour les personnes extérieures à l’Union européenne, dont beaucoup sont racisées. Yasmine Soler**, une TdS racisée, affirme que ces lois spécifiques sont motivées par des intentions racistes : « Officiellement, on fait des lois pour les TdS. Mais en réalité, ces lois sont faites parce que beaucoup sont des migrant·e·x·s ». Un rapport de l’Alliance européenne pour les droits des TdS (ESWA) publié en avril 2022 analyse de manière approfondie l’impact du processus historique du racisme croissant sur les législations européennes contemporaines restreignant le travail du sexe, la traite d’êtres humains et l’immigration.

    Dans les débats sur le travail du sexe et le racisme, il est essentiel de comprendre, de qualifier et de lutter contre la vulnérabilité des TdS racisé·e·x·s dans les rapports de domination existants. Il faut néanmoins toujours garder à l’esprit que les TdS ont tou·te·x·s des individualités différentes, parlent en leur nom propre et peuvent et veulent mener la vie qu’elles ont librement choisie. Dans un cadre réglementé et dans des conditions équitables, le travail du sexe peut être source d’émancipation individuelle et être exercé de manière choisie et indépendante.

    –-

    Le terme « personne racisée » a une connotation positive, empreinte de la volonté politique des personnes exposé·e·x·s à des discriminations raciales de se définir. Il renvoie à l’ensemble des expériences communes aux personnes non blanches, découlant notamment de l’absence d’accès à un certain nombre de privilèges. Ce terme ne décrit ainsi pas (directement) la couleur de peau mais reflète une position sociopolitique et est porteur d’émancipation lorsqu’il est utilisé par les personnes concernées.

    * Ce nom est un pseudonyme. La véritable identité de cette personne est connue de ProCoRe.

    https://www.humanrights.ch/fr/nouvelles/racisme-travail-sexe

    #racisme #rapport #ProCoRe #prostitution

    ping @cede

  • Hospitals serving more Black patients are at a financial disadvantage, study finds - Lown Institute
    https://lowninstitute.org/hospitals-serving-more-black-patients-are-at-a-financial-disadvantage

    It’s been more than 50 years since the Civil Rights Act and the advent of Medicare disallowed #segregation at hospitals, but disturbingly, hospital systems in many major cities are still segregated by race in practice. A Lown Institute report earlier this year identified fifteen U.S. cities with racially segregated hospital markets, in which 50% or more of hospitals overserve or underserve Medicare patients from communities of color.

    […]

    Now a new study finds that some of the most inclusive hospitals for Black patients are also at a financial disadvantage, which may explain some of the differences in quality of care.

    […]

    The authors noted that differences in insurance status plays a role in financial disadvantage for Black-serving hospitals. […]

    This may be because of differences in private insurance coverage or ability to pay. White patients are disproportionately more likely than Black patients to have employer-sponsored insurance, which pays higher rates than Medicare or Medicaid. Even among patients with employer-sponsored coverage, nearly 12% report not being able to pay their medical bills; this rate rose to 21.5% for those making less than $50,000. If patients can’t afford to pay their out-of-pocket costs, that impacts hospital patient revenue.

    When hospitals serving Black communities are under financial stress, it’s difficult for them to improve quality of care. In some cases, hospitals may even have to close — such as Hahnemann University Hospital in Philadelphia and Kingsbrook Hospital in Brooklyn, NY — leaving communities with no lifeline.

    If we want everyone to have equal access to high-quality hospital care, there should be no difference in the reimbursement rates for those with public versus commercial insurance. We also have to improve the quality of hospitals taking care of communities of color. Unfortunately, many of the “pay-for-performance” models that have been implemented are further penalizing safety net hospitals financially, which may make it even harder for them to catch up.

    “Our multi-tiered health insurance system continues to assign a lower dollar value to the care of Black patients.”

    Gracie Himmelstein, MD, PhD, et al., Journal of General Internal Medicine

    The study authors calculate that each Black-serving hospitals would need to receive about $26 million more in patient revenue per year to make up the financial gap. However, simply equalizing funding may not be enough to make up for the high need for health services in communities of color. For example, a 2020 study found that Black communities had much greater Covid-19 burden and greater rates of chronic health conditions compared to other communities who received similar CARES Act funds.

    Policymakers should target America’s most inclusive hospitals for investment and assistance, so that the patients they serve can get the best care possible.

    #états-unis #assurance #santé

  • « Tant qu’on sera dans un système capitaliste, il y aura du #patriarcat » – Entretien avec #Haude_Rivoal

    Haude Rivoal est l’autrice d’une enquête sociologique publiée en 2021 aux éditions La Dispute, La fabrique des masculinités au travail. Par un travail de terrain de plusieurs années au sein d’une entreprise de distribution de produits frais de 15 000 salariés, la sociologue cherche à comprendre comment se forgent les identités masculines au travail, dans un milieu professionnel qui se précarise (vite) et se féminise (lentement). Les travailleurs, majoritairement ouvriers, sont soumis comme dans tous les secteurs à l’intensification, à la rationalisation et à la flexibilisation du travail. Leur réponse aux injonctions du capitalisme et à la précarisation de leur statut, c’est entre autres un renforcement des pratiques viriles : solidarité accrue entre hommes, exclusion subtile (ou non) des femmes, déni de la souffrance… Pour s’adapter pleinement aux exigences du capitalisme et du patriarcat, il leur faut non seulement être de bons travailleurs, productifs, engagés et disciplinés, mais aussi des “hommes virils mais pas machos”. Pour éviter la mise à l’écart, adopter de nouveaux codes de masculinité est donc nécessaire – mais laborieux. Dans cette étude passionnante, Haude Rivoal met en lumière les mécanismes de la fabrique des masculinités au travail, au croisement des facteurs de genre, de classe et de race.

    Entretien par Eugénie P.

    Ton hypothèse de départ est originale, elle va à rebours des postulats féministes habituels : au lieu d’étudier ce qui freine les femmes au travail, tu préfères analyser comment les hommes gardent leur hégémonie au travail « malgré la déstabilisation des identités masculines au et par le travail ». Pourquoi as-tu choisi ce point de départ ?

    J’étais en contrat Cifre [contrat de thèse où le ou la doctorant.e est embauché.e par une entreprise qui bénéficie également de ses recherches, ndlr] dans l’entreprise où j’ai fait cette enquête. J’avais commencé à étudier les femmes, je voulais voir comment elles s’intégraient, trouvaient des stratégies pour s’adapter dans un univers masculin à 80%. Ce que je découvrais sur le terrain était assez similaire à toutes les enquêtes que j’avais pu lire : c’était les mêmes stratégies d’adaptation ou d’autocensure. J’ai été embauchée pour travailler sur l’égalité professionnelle, mais je n’arrivais pas à faire mon métier correctement, parce que je rencontrais beaucoup de résistances de la part de l’entreprise et de la part des hommes. Et comme je ne comprenais pas pourquoi on m’avait embauchée, je me suis dit que ça serait intéressant de poser la question des résistances des hommes, sachant que ce n’est pas beaucoup étudié par la littérature sociologique. J’ai changé un peu de sujet après le début de ma thèse, et c’est au moment où est sortie la traduction française des travaux de Raewyn Connell [Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, ndlr] : cet ouvrage m’a ouvert un espace intellectuel complètement fou ! Ça m’a beaucoup intéressée et je me suis engouffrée dans la question des masculinités.

    C’est donc la difficulté à faire ton travail qui a renversé ton point de vue, en fait ?

    Oui, la difficulté à faire le travail pour lequel j’ai été embauchée, qui consistait à mettre en place des politiques d’égalité professionnelle : je me rendais compte que non seulement je n’avais pas les moyens de les mettre en place, mais qu’en plus, tout le monde s’en foutait. Et je me suis rendue compte aussi que l’homme qui m’avait embauchée pour ce projet était lui-même extrêmement sexiste, et ne voyait pas l’existence des inégalités hommes-femmes, donc je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il m’avait embauchée. J’ai compris plus tard que les raisons de mon embauche était une défense de ses propres intérêts professionnels, j’y reviendrai. Ce n’est pas qu’il était aveugle face aux inégalités – il travaillait dans le transport routier depuis 40 ans, évidemment que les choses avaient changé -, mais j’avais beau lui expliquer que les discriminations étaient plus pernicieuses, il était persuadé qu’il ne restait plus grand-chose à faire sur l’égalité hommes-femmes.

    Comment se manifeste cette “déstabilisation des identités masculines au et par le travail”, cette supposée « crise de la virilité », que tu évoques au début de ton livre ?

    Je me suis rendue compte en interviewant les anciens et les nouveaux que rien qu’en l’espace d’une génération, il y avait beaucoup moins d’attachement à l’entreprise. Les jeunes générations avaient très vite compris que pour monter dans la hiérarchie, pour être mieux payé ou pour avoir plus de responsabilités, il ne suffisait pas juste d’être loyal à l’entreprise : il fallait la quitter et changer de boulot, tout simplement. Ce n’est pas du tout l’état d’esprit des anciens, dont beaucoup étaient des autodidactes qui avaient eu des carrières ascensionnelles. Il y avait énormément de turnover, et ça créait un sentiment d’instabilité permanent. Il n’y avait plus d’esprit de solidarité ; ils n’arrêtaient pas de dire “on est une grande famille” mais au final, l’esprit de famille ne parlait pas vraiment aux jeunes. Par ailleurs, dans les années 2010, une nouvelle activité a été introduite : la logistique. Il y a eu beaucoup d’enquêtes sur le sujet ! Beaucoup de médias ont parlé de l’activité logistique avec les préparateurs de commandes par exemple, une population majoritairement intérimaire, très précaire, qui ne reste pas longtemps… et du coup, beaucoup d’ouvriers qui avaient un espoir d’ascension sociale se sont retrouvés contrariés. Ce n’est pas exactement du déclassement, mais beaucoup se sont sentis coincés dans une précarité, et d’autant plus face à moi qui suis sociologue, ça faisait un peu violence parfois. Donc c’est à la fois le fait qu’il y ait beaucoup de turnover, et le fait qu’il n’y ait plus le même sentiment de famille et de protection que pouvait apporter l’entreprise, qui font qu’il y a une instabilité permanente pour ces hommes-là. Et comme on sait que l’identité des hommes se construit en grande partie par le travail, cette identité masculine était mise à mal : si elle ne se construit pas par le travail, par quoi elle se construit ?

    Ça interroge beaucoup le lien que tu évoques entre le capitalisme et le patriarcat : la précarisation et la flexibilisation du travail entraînent donc un renforcement des résistances des hommes ?

    Oui, carrément. Il y a beaucoup d’hommes, surtout dans les métiers ouvriers, qui tirent une certaine fierté du fait de faire un “métier d’hommes ». Et donc, face à la précarisation du travail, c’est un peu tout ce qu’il leur reste. Si on introduit des femmes dans ces métiers-là, qui peuvent faire le boulot dont ils étaient si fiers parce que précisément c’est un “métier d’hommes”, forcément ça crée des résistances très fortes. Quand l’identité des hommes est déstabilisée (soit par la précarisation du travail, soit par l’entrée des femmes), ça crée des résistances très fortes.

    Tu explores justement les différentes formes de résistance, qui mènent à des identités masculines diversifiées. L’injonction principale est difficile : il faut être un homme « masculin mais pas macho ». Ceux qui sont trop machos, un peu trop à l’ancienne, sont disqualifiés, et ceux qui sont pas assez masculins, pareil. C’est un équilibre très fin à tenir ! Quelles sont les incidences concrètes de ces disqualifications dans le travail, comment se retrouvent ces personnes-là dans le collectif ?

    Effectivement, il y a plein de manières d’être homme et il ne suffit pas d’être un homme pour être dominant, encore faut-il l’être “correctement”. Et ce “correctement” est presque impossible à atteindre, c’est vraiment un idéal assez difficile. Par exemple, on peut avoir des propos sexistes, mais quand c’est trop vulgaire, que ça va trop loin, là ça va être disqualifié, ça va être qualifié de “beauf”, et pire, ça va qualifier la personne de pas très sérieuse, de quelqu’un à qui on ne pourra pas trop faire confiance. L’incidence de cette disqualification, c’est que non seulement la personne sera un peu mise à l’écart, mais en plus, ce sera potentiellement quelqu’un à qui on ne donnera pas de responsabilités. Parce qu’un responsable doit être un meneur d’hommes, il faut qu’il soit une figure exemplaire, il doit pouvoir aller sur le terrain mais aussi avoir des qualités d’encadrement et des qualités intellectuelles. Donc un homme trop vulgaire, il va avoir une carrière qui ne va pas décoller, ou des promotions qui ne vont pas se faire.

    Quant à ceux qui ne sont “pas assez masculins », je n’en ai pas beaucoup rencontrés, ce qui est déjà une réponse en soi !

    Peut-on dire qu’il y a une “mise à l’écart” des travailleurs les moins qualifiés, qui n’ont pas intégré les nouveaux codes de la masculinité, au profit des cadres ?

    Non, c’est un phénomène que j’ai retrouvé aussi chez les cadres. Mais chez les cadres, le conflit est plutôt générationnel : il y avait les vieux autodidactes et les jeunes loups, et c’est la course à qui s’adapte le mieux aux transformations du monde du travail, qui vont extrêmement vite, en particulier dans la grande distribution. C’est une des raisons pour laquelle le directeur des RH m’a embauchée : il avait peur de ne pas être dans le coup ! L’égalité professionnelle était un sujet, non seulement parce qu’il y avait des obligations légales mais aussi parce que dans la société, ça commençait à bouger un peu à ce moment-là. Donc il s’est dit que c’est un sujet porteur et que potentiellement pour sa carrière à lui, ça pouvait être très bon. Ça explique qu’il y ait des cadres qui adhèrent à des projets d’entreprise avec lesquels ils ne sont pas forcément d’accord, mais juste parce qu’il y a un intérêt final un peu égoïste en termes d’évolution de carrière.

    On dit toujours que les jeunes générations sont plus ouvertes à l’égalité que les aînés, je pense que ce n’est pas tout à fait vrai ; les aînés ont à cœur de s’adapter, ils ont tellement peur d’être dépassés que parfois ils peuvent en faire plus que les jeunes. Et par ailleurs, les jeunes sont ouverts, par exemple sur l’équilibre vie pro et vie perso, mais il y a quand même des injonctions (qui, pour le coup, sont propres au travail) de présentéisme, de présentation de soi, d’un ethos viril à performer… qui font qu’ils sont dans des positions où ils n’ont pas d’autres choix que d’adopter certains comportements virilistes. Donc certes, ils sont plus pour l’égalité hommes-femmes, mais ils ne peuvent pas complètement l’incarner.

    L’une de tes hypothèses fortes, c’est que le patriarcat ingurgite et adapte à son avantage toutes les revendications sur la fin des discriminations pour se consolider. Est-ce qu’on peut progresser sur l’égalité professionnelle, et plus globalement les questions de genre, sans que le patriarcat s’en empare à son avantage ?

    Très clairement, tant qu’on sera dans un système capitaliste, on aura toujours du patriarcat, à mon sens. C’était une hypothèse, maintenant c’est une certitude ! J’ai fait une analogie avec l’ouvrage de Luc Boltanski et Ève Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, pour dire que la domination masculine est pareille que le capitalisme, elle trouve toujours des moyens de se renouveler. En particulier, elle est tellement bien imbriquée dans le système capitaliste qui fonctionne avec les mêmes valeurs virilistes (on associe encore majoritairement la virilité aux hommes), que les hommes partent avec des avantages compétitifs par rapport aux femmes. Donc quand les femmes arrivent dans des positions de pouvoir, est-ce que c’est une bonne nouvelle qu’elles deviennent “des hommes comme les autres”, c’est-à-dire avec des pratiques de pouvoir et de domination ? Je ne suis pas sûre. C’est “l’égalité élitiste” : des femmes arrivent à des positions de dirigeantes, mais ça ne change rien en dessous, ça ne change pas le système sur lequel ça fonctionne, à savoir : un système de domination, de hiérarchies et de jeux de pouvoir.

    Donc selon toi, l’imbrication entre patriarcat et capitalisme est indissociable ?

    Absolument, pour une simple et bonne raison : le capitalisme fonctionne sur une partie du travail gratuit qui est assuré par les femmes à la maison. Sans ce travail gratuit, le système capitaliste ne tiendrait pas. [à ce sujet, voir par exemple les travaux de Silvia Federici, Le capitalisme patriarcal, ndlr]

    Ça pose la question des politiques d’égalité professionnelle en entreprise : sans remise en question du système capitaliste, elles sont destinées à être seulement du vernis marketing ? On ne peut pas faire de vrais progrès ?

    Je pense que non. D’ailleurs, beaucoup de gens m’ont dit que mon livre était déprimant pour ça. Je pense que les politiques d’égalité professionnelle ne marchent pas car elles ne font pas sens sur le terrain. Les gens ne voient pas l’intérêt, parce qu’ils fonctionnent essentiellement d’un point de vue rationnel et économique (donc le but est de faire du profit, que l’entreprise tourne et qu’éventuellement des emplois se créent, etc), et ils ne voient pas l’intérêt d’investir sur ce sujet, surtout dans les milieux masculins car il n’y a pas suffisamment de femmes pour investir sur le sujet. J’ai beau leur dire que justement, s’il n’y a pas de femmes c’est que ça veut dire quelque chose, ils ont toujours des contre-arguments très “logiques” : par exemple la force physique. Ils ne vont pas permettre aux femmes de trouver une place égale sur les postes qui requièrent de la force physique. Quand les femmes sont intégrées et qu’elles trouvent une place valorisante, ce qui est le cas dans certains endroits, c’est parce qu’elles sont valorisées pour leurs qualités dites “féminines”, d’écoute, d’empathie, mais elles n’atteindront jamais l’égalité car précisément, elles sont valorisées pour leur différence. Le problème n’est pas la différence, ce sont les inégalités qui en résultent. On peut se dire que c’est super que tout le monde soit différent, mais on vit dans un monde où il y a une hiérarchie de ces différences. Ces qualités (écoute, empathie) sont moins valorisées dans le monde du travail que le leadership, l’endurance…

    Ça ne nous rassure pas sur les politiques d’égalité professionnelle…

    Si les politiques d’égalité professionnelle marchaient vraiment, on ne parlerait peut-être plus de ce sujet ! Je pense que les entreprises n’ont pas intérêt à ce qu’elles marchent, parce que ça fonctionne bien comme ça pour elles. Ca peut prendre des formes très concrètes, par exemple les RH disaient clairement en amont des recrutements : ”on prend pas de femmes parce que physiquement elles ne tiennent pas”, “les environnement d’hommes sont plus dangereux pour elles”, “la nuit c’est pas un environnement propice au travail des femmes”… Tu as beau répondre que les femmes travaillent la nuit aussi, les infirmières par exemple… Il y a un tas d’arguments qui montrent la construction sociale qui s’est faite autour de certains métiers, de certaines qualités professionnelles attendues, qu’il faudrait déconstruire – même si c’est très difficile à déconstruire. Ça montre toute une rhétorique capitaliste, mais aussi sexiste, qui explique une mise à l’écart des femmes.

    On a l’impression d’une progression linéaire des femmes dans le monde du travail, que ça avance doucement mais lentement, mais je constate que certains secteurs et certains métiers se déféminisent. On observe des retours en arrière dans certains endroits, ce qui légitime encore plus le fait de faire des enquêtes. Ce n’est pas juste un retour de bâton des vieux mormons qui veulent interdire l’avortement, il y aussi des choses plus insidieuses, des résistances diverses et variées.

    En plus, l’intensification du travail est un risque à long terme pour les femmes. Par exemple, il y a plus de femmes qui font des burnout. Ce n’est pas parce qu’elles sont plus fragiles psychologiquement, contrairement à ce qu’on dit, mais c’est parce qu’elles assurent des doubles journées, donc elles sont plus sujettes au burnout. Les transformations du monde du travail sont donc un risque avéré pour l’emploi des femmes, ne serait-ce que parce que par exemple, les agences d’intérim trient en amont les candidats en fonction de la cadence. Il faut redoubler de vigilance là-dessus.

    Tu analyses les types de masculinité qui se façonnent en fonction des facteurs de classe et de race. On voit que ce ne sont pas les mêmes types d’identités masculines, certaines sont dévalorisées. Quelles en sont les grandes différences ?

    Je ne vais pas faire de généralités car ça dépend beaucoup des milieux. Ce que Raewyn Connell appelle la “masculinité hégémonique”, au sens culturel et non quantitatif (assez peu d’hommes l’incarnent), qui prendrait les traits d’un homme blanc, d’âge moyen, hétérosexuel, de classe moyenne supérieure. Par rapport à ce modèle, il y a des masculinités “non-hégémoniques”, “subalternes”, qui forment une hiérarchie entre elles. Malgré le fait que ces masculinités soient plurielles, il y a une solidarité au sein du groupe des hommes par rapport au groupe des femmes, et à l’intérieur du groupe des hommes, il y a une hiérarchie entre eux. Les masculinités qu’on appelle subalternes sont plutôt les masculinités racisées ou homosexuelles. Elles s’expriment sous le contrôle de la masculinité hégémonique. Elles sont appréciées pour certaines qualités qu’elles peuvent avoir : j’ai pu voir que les ouvriers racisés étaient appréciés pour leur endurance, mais qu’ils étaient aussi assez craints pour leur “indiscipline” supposée. En fait, les personnes “dévalorisées” par rapport à la masculinité hégémonique sont appréciées pour leurs différences, mais on va craindre des défauts qui reposent sur des stéréotypes qu’on leur prête. Par exemple, les personnes racisées pour leur supposée indiscipline, les personnes des classes populaires pour leur supposé mode de vie tourné vers l’excès, les femmes pour leurs supposés crêpages de chignon entre elles…. C’est à double tranchant. Les qualités pour lesquelles elles sont valorisées sont précisément ce qui rend l’égalité impossible. Ces qualités qu’on valorise chez elles renforcent les stéréotypes féminins.

    Tu montres que le rapport au corps est central dans le travail des hommes : il faut s’entretenir mais aussi s’engager physiquement dans le travail, quitte à prendre des risques. Il y a une stratégie de déni de la souffrance, de sous-déclaration du stress chez les travailleurs : pour diminuer la souffrance physique et psychologique au travail, il faut changer les conditions de travail mais aussi changer le rapport des hommes à leur corps ?

    Je pensais que oui, mais je suis un peu revenue sur cette idée. Effectivement, il y plein d’études qui montrent que les hommes prennent plus de risques. C’est par exemple ce que décrit Christophe Dejours [psychiatre français spécialisé dans la santé au travail, ndlr] sur le “collectif de défense virile”, qui consiste à se jeter à corps perdu dans le travail pour anesthésier la peur ou la souffrance. Ce n’est pas forcément ce que j’ai observé dans mes enquêtes : en tout cas auprès des ouvriers (qui, pour le coup, avaient engagé leur corps assez fortement dans le travail), non seulement parce qu’ils ont bien conscience que toute une vie de travail ne pourra pas supporter les prises de risque inconsidérées, mais aussi parce qu’aujourd’hui la souffrance est beaucoup plus médiatisée. Cette médiatisation agit comme si elle donnait une autorisation d’exprimer sa souffrance, et c’est souvent un moyen d’entrée pour les syndicats pour l’amélioration des conditions de travail et de la santé au travail. Donc il y a un rapport beaucoup moins manichéen que ce qu’on prête aux hommes sur la prise de risques et le rapport au corps.

    En termes d’émotions, là c’est moins évident : on parle de plus en plus de burnout, mais à la force physique s’est substituée une injonction à la force mentale, à prendre sur soi. Et si ça ne va pas, on va faire en sorte que les individus s’adaptent au monde du travail, mais on ne va jamais faire en sorte que le monde du travail s’adapte au corps et à l’esprit des individus. On va donner des sièges ergonomiques, des ergosquelettes, on va créer des formations gestes et postures, on va embaucher des psychologues pour que les gens tiennent au travail, sans s’interroger sur ce qui initialement a causé ces souffrances.

    D’ailleurs, ce qui est paradoxal, c’est que l’entreprise va mettre en place tous ces outils, mais qu’elle va presque encourager les prises de risque, parce qu’il y a des primes de productivité ! Plus on va vite (donc plus on prend des risques), plus on gagne d’argent. C’est d’ailleurs les intérimaires qui ont le plus d’accidents du travail, déjà parce qu’ils sont moins formés, mais aussi parce qu’ils ont envie de se faire un max d’argent car ils savent très bien qu’ils ne vont pas rester longtemps.

    Donc ce sont les valeurs du capitalisme et ses incidences économiques (les primes par exemple) qui forgent ce rapport masculin au travail ?

    Oui, mais aussi parce qu’il y a une émulation collective. La masculinité est une pratique collective. Il y a une volonté de prouver qu’on est capable par rapport à son voisin, qu’on va dépasser la souffrance même si on est fatigué, et qu’on peut compter sur lui, etc. J’ai pu observer ça à la fois chez les cadres dans ce qu’on appelle les “boys clubs”, et sur le terrain dans des pratiques de renforcement viril.

    Tu n’as pas observé de solidarité entre les femmes ?

    Assez peu, et c’est particulièrement vrai dans les milieux masculins : la sororité est une solidarité entre femmes qui est très difficile à obtenir. J’en ai fait l’expérience en tant que chercheuse mais aussi en tant que femme. Je me suis dit que j’allais trouver une solidarité de genre qui m’aiderait à aller sur le terrain, mais en fait pas du tout. C’est parce que les femmes ont elles-mêmes intériorisé tout un tas de stéréotypes féminins. C’est ce que Danièle Kergoat appelle “le syllogisme des femmes”, qui dit : “toutes les femmes sont jalouses. Moi je ne suis pas jalouse. Donc je ne suis pas une femme.” Il y a alors une impossibilité de création de la solidarité féminine, parce qu’elles ne veulent pas rentrer dans ces stéréotypes dégradants de chieuses, de nunuches, de cuculs… Les femmes sont assez peu nombreuses et assez vites jugées, en particulier sur leurs tenues : les jugements de valeur sont assez sévères ! Par exemple si une femme arrive avec un haut un peu décolleté, les autres femmes vont être plutôt dures envers elle, beaucoup plus que les hommes d’ailleurs. Elles mettent tellement d’efforts à se créer une crédibilité professionnelle que tout à coup, si une femme arrive en décolleté, on ne va parler que de ça.

    Toi en tant que femme dans l’entreprise, tu dis que tu as souvent été renvoyée à ton genre. Il y a une forme de rappel à l’ordre.

    Oui, quand on est peu nombreuses dans un univers masculin, la féminité fait irruption ! Quels que soient tes attributs, que tu sois féminine ou pas tant que ça, tu vas avoir une pression, une injonction tacite à contrôler tous les paramètres de ta féminité. Ce ne sont pas les hommes qui doivent contrôler leurs désirs ou leurs remarques, mais c’est aux femmes de contrôler ce qu’elles provoquent chez les hommes, et la perturbation qu’elles vont provoquer dans cet univers masculin, parce qu’elles y font irruption.

    Toujours rappeler les femmes à l’ordre, c’est une obsession sociale. Les polémiques sur les tenues des filles à l’école, sur les tenues des femmes musulmanes en sont des exemples… Cette volonté de contrôle des corps féminins est-elle aussi forte que les avancées féministes récentes ?

    C’est difficile à mesurer mais ce n’est pas impossible. S’il y a des mouvements masculinistes aussi forts au Canada par exemple, c’est peut-être que le mouvement féministe y est hyper fort. Ce n’est pas impossible de se dire qu’à chaque fois qu’il y a eu une vague d’avancées féministes, quelques années plus tard, il y a forcément un retour de bâton. Avec ce qui s’est passé avec #metoo, on dirait que le retour de bâton a commencé avec le verdict du procès Johnny Depp – Amber Heard, puis il y a eu la la décision de la Cour Constitutionnelle contre l’avortement aux Etats-Unis… On n’est pas sorties de l’auberge, on est en train de voir se réveiller un mouvement de fond qui était peut-être un peu dormant, mais qui est bien présent. L’article sur les masculinistes qui vient de sortir dans Le Monde est flippant, c’est vraiment des jeunes. En plus, ils sont bien organisés, et ils ont une rhétorique convaincante quand tu ne t’y connais pas trop.

    Les milieux de travail très féminisés sont-ils aussi sujets à l’absence de sororité et à la solidarité masculine dont tu fais état dans ton enquête ?

    En général, les hommes qui accèdent à ces milieux ont un ”ascenseur de verre” (contrairement aux femmes qui ont le “plafond de verre”) : c’est un accès plus rapide et plus facile à des postes à responsabilité, des postes de direction. C’est le cas par exemple du milieu de l’édition : il y a énormément de femmes qui y travaillent mais les hommes sont aux manettes. Le lien avec capitalisme et virilité se retrouve partout – les hommes partent avec un avantage dans le monde du travail capitaliste, souvent du simple fait qu’ils sont des hommes et qu’on leur prête plus volontiers d’hypothétiques qualités de leader.

    Dans quelle mesure peut-on étendre tes conclusions à d’autres milieux de travail ou d’autres secteurs d’activité ? Est-ce que tes conclusions sont spécifiques à la population majoritairement ouvrière et masculine, et au travail en proie à l’intensification, étudiés dans ta thèse ?

    J’ai pensé mon travail pour que ce soit généralisable à plein d’entreprises. J’ai pensé cette enquête comme étant symptomatique, ou en tout cas assez représentative de plein de tendances du monde du travail : l’intensification, l’informatisation à outrance… Ces tendances se retrouvent dans de nombreux secteurs. Je dis dans l’intro : “depuis l’entrepôt, on comprend tout.” Comme partout, il y a de la rationalisation, de l’intensification, et de la production flexible. A partir de là, on peut réfléchir aux liens entre masculinités et capitalisme. Les problématiques de violence, de harcèlement sortent dans tous les milieux, aucun milieu social n’est épargné, précisément parce qu’elles ont des racines communes.

    Comment peut-on abolir le capitalisme, le patriarcat et le colonialisme ?

    Je vois une piste de sortie, une perspective politique majeure qui est de miser sur la sororité. La sororité fonctionne différemment des boys clubs, c’est beaucoup plus horizontal et beaucoup moins hiérarchique. Il y a cette même notion d’entraide, mais elle est beaucoup plus inclusive. Ce sont des dominées qui se rassemblent et qui refusent d’être dominées parce qu’elles refusent de dominer. Il faut prendre exemple sur les hommes qui savent très bien se donner des coups de main quand il le faut, mais faisons-le à bon escient. C’est une solution hyper puissante.

    Ne pas dominer, quand on est dominante sur d’autres plans (quand on est blanche par exemple), ça revient à enrayer les différents systèmes de domination.

    Tout à fait. Les Pinçon-Charlot, on leur a beaucoup reproché d’avoir travaillé sur les dominants, et c’est le cas aussi pour les masculinités ! Il y a plusieurs types de critique : d’abord, il y a un soupçon de complaisance avec ses sujets d’étude, alors qu’il y a suffisamment de critique à l’égard de nos travaux pour éviter ce biais. Ensuite, on est souvent accusé.e.s de s’intéresser à des vestiges ou à des pratiques dépassés, parce que les groupes (hommes, ou bourgeois) sont en transformation ; en fait, les pratiques de domination se transforment, mais pas la domination ! Enfin, on peut nous reprocher de mettre en lumière des catégories “superflues”, alors qu’on devrait s’intéresser aux dominé.e.s… mais on a besoin de comprendre le fonctionnement des dominant.e.s pour déconstruire leur moyen de domination, et donner des armes à la sororité.

    https://www.frustrationmagazine.fr/entretien-rivoal
    #capitalisme #identité_masculine #travail #féminisation #précarisation #intensification #rationalisation #flexibilisation #pratiques_viriles #masculinité #codes #codes_de_masculinité #genre #classe #race #intersectionnalité #hommes #égalité_professionnelle #sexisme #discriminations #crise_de_la_virilité #turnover #instabilité #solidarité #logistique #ouvriers #ascension_sociale #déclassement #métier_d’hommes #résistance #disqualification #beauf #responsabilités #vulgarité #égalité_professionnelle #carrière #présentéisme #genre #domination_masculine #pouvoir #égalité_élitiste #hiérarchies #travail_gratuit #travail_domestique #force_physique #écoute #empathie #différence #leadership #rhétorique #endurance #déféminisation #intensification_du_travail #burnout #burn-out #cadence #masculinité_hégémonique #masculinités_subalternes #stéréotypes #indiscipline #corps #souffrance #stress #souffrance_physique #souffrance_psychique #conditions_de_travail #risques #santé_au_travail #émotions #force_mentale #primes #boys_clubs #renforcement_viril #sororité #syllogisme_des_femmes #solidarité_féminine #jugements_de_valeur #crédibilité_professionnelle #féminité #violence #harcèlement #entraide

  • French video game giant Ubisoft is attracting interest
    https://www.lemonde.fr/en/economy/article/2022/07/21/french-video-game-giant-ubisoft-is-attracting-interest_5990945_19.html

    At the presentation of Ubisoft’s latest annual results in mid-June, Yves Guillemot, the boss of the French video game giant, made no attempt to hide his intentions. “There are a lot of discussions about consolidation in the sector, and about Ubisoft in particular,” he said bluntly, indicating that the board of directors would examine any offer that might be made to him. And no one doubts that one will come along.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #business #rachat #consolidation #ubisoft #rumeur #yves_guillemot #microsoft #activision_blizzard #take_two #zynga #jeu_vidéo_assassin_s_creed #jeu_vidéo_watch_dogs

  • À Dallas, les élèves devront porter des sacs à dos transparents Sarah Rahmouni

    Le district scolaire de Dallas, comme d’autres au Texas, a adopté lundi de nouvelles mesures de sécurité à la suite du massacre d’Uvalde en mai dernier : à compter de l’année scolaire 2022-2023, une grande partie de ses élèves devront utiliser des sacs à dos transparents ou en filet à l’école.

    Ces nouvelles règles s’appliqueront aux élèves de la 6e à la 12e année — de la dernière année du primaire à la dernière année du secondaire, donc. Les autres types de sacs ne seront plus autorisés.


    Les élèves pourront toutefois avoir dans leur sac à dos une pochette non transparente d’une taille maximale de 14 cm par 21 cm (5,5 po par 8,5 po) — l’équivalent d’une feuille de papier pliée en deux — pour y transporter des objets personnels, comme un téléphone portable, de l’argent ou des produits d’hygiène. . . . . . . .

    https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/735516/les-eleves-de-dallas-devront-porter-des-sacs-a-dos-transparents

    #armes #massacre #etats-unis #violence #tuerie #racisme #usa #massacre #états-unis #tueries

  • Unity is merging with a company who made a malware installer | PC Gamer
    https://www.pcgamer.com/unity-is-merging-with-a-company-who-made-a-malware-installer

    IronSource is also well-known for another reason. It developed InstallCore, a wrapper for bundling software installations. If you’ve searched for a popular program and seen a link to a third-party site with a URL that ended in something like “downloadb.net” or “hdownload.net” it may well have been InstallCore. If you made the mistake of downloading it, you’d be offered the kind of extras with generic names like RegClean Pro and DriverSupport an unsophisticated user might click OK on, which is how you end up with a PC full of toolbars and junk that’s as slow as your parents’ is. InstallCore was obnoxious enough Windows Defender will stop it running(opens in new tab), and Malwarebytes(opens in new tab) too.

    As documented by Microsoft’s chief economist for web experience, strategy, and policy Ben Edelman(opens in new tab), InstallCore was also behind a fake installer for a Windows version of Snapchat, a program that’s only ever been available on mobile. It would instead install Android emulator BlueStacks, as well as the usual injection of adware.

    […]

    The Wall Street Journal(opens in new tab) reports Unity has agreed to pay $4.4 billion for IronSource.

    Développer des malwares, ça paye.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #business #rachat #unity #ironsource #installcore #installation #malware #bluestacks #snapchat #android #adware #réputation #eréputation #spoiled_cat #windows_defender #malwarebytes #andreia_gaita #maddy_thorson #jeu_vidéo_celeste #supersonic #tapjoy #publicité #unity_ads #weta_digital

  • Troubles dans la judéité : l’accueil des Ukrainiens ravive le débat sur l’identité d’Israël | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/150722/troubles-dans-la-judeite-l-accueil-des-ukrainiens-ravive-le-debat-sur-l-id

    Troubles dans la judéité : l’accueil des Ukrainiens ravive le débat sur l’identité d’Israël

    Joseph Confavreux

    15 juillet 2022 à 19h48

    Jérusalem, Tel-Aviv (Israël).– Ayelet Shaked, qui pourrait succéder cet automne au premier ministre démissionnaire Naftali Bennett qu’elle va remplacer à la tête du principal parti israélien, est connue pour ses opinions d’extrême droite assumées et son goût de la provocation. En 2019, l’ancienne ministre de la justice de Benyamin Netanyahou faisait ainsi campagne avec un clip « parodique » dans lequel elle se parfumait avec une fragrance baptisée « Fascism ».

    Depuis qu’elle a accédé au poste de ministre de l’intérieur de l’actuel gouvernement, elle s’est fait remarquer pour son intransigeance vis-à-vis des migrant·es subsaharien·nes, se réjouissant d’être parvenue à renvoyer dans leur pays la moitié des 60 000 demandeuses et demandeurs d’asile venus du Soudan ou d’Érythrée, pourtant présents en Israël depuis plus d’une décennie, puisque pratiquement personne ne peut plus entrer par la route du Sinaï depuis la construction d’une barrière avec l’Égypte en 2012.
    L’image d’ouverture du clip d’Ayelet Shaked.

    Ayant fondé sa carrière éclair sur l’hostilité aux migrant·es et sur la défense du caractère juif de l’État d’Israël, il est peu étonnant qu’elle affirme, au moment du déclenchement de la guerre en Ukraine, que l’État hébreu prendra sa part en accueillant les Ukrainien·nes d’origine juive, en vertu de la « loi du retour », l’Alya. Celle-ci accorde à toute personne ayant un grand-parent juif la citoyenneté israélienne et le bénéfice de nombreux avantages matériels pour s’installer en Israël : apprentissage de l’hébreu, aides au logement, sécurité sociale… Mais Ayelet Shaked refuse d’aller au-delà et d’accueillir des Ukrainiennes et Ukrainiens non juifs.

    Cependant, l’opinion publique, qui s’identifie facilement à ces femmes et enfants fuyant une guerre européenne, ainsi que les tiraillements au sein d’un gouvernement de coalition qui va de l’extrême droite à la gauche, ont cette fois obligé la ministre de l’intérieur à reculer en partie. Elle a dû concéder l’accueil d’un quota de 5 000 personnes ukrainiennes non juives, auxquelles s’ajoutent quelques arrivées supplémentaires au nom du regroupement familial, puisque de nombreux Ukrainiens et Ukrainiennes travaillent en Israël, légalement ou non, en particulier dans le secteur du BTP.

    « En tant que juive, explique Nina, une femme originaire d’Ukraine, arrivée en Israël en 1990 à l’âge de 16 ans, je comprends la rationalité de la loi du retour, mais je sais que, pendant l’Holocauste, nous étions dans la situation de n’avoir pas d’endroit où nous réfugier. Je pense donc que le gouvernement devrait accueillir beaucoup plus d’Ukrainiens qu’aujourd’hui. Même si nous sommes un petit pays, nous avons les moyens de le faire. Et surtout le devoir de le faire. »

    Israël facilite depuis des années les migrations de travail en provenance de différents pays pour compenser la réduction des permis donnés autrefois aux Palestiniens, mais fait tout pour que ces séjours demeurent limités à quelques années et que les personnes n’aient aucune chance de s’intégrer à la société.

    En parallèle, dans la même idée d’éviter qu’une population non juive ne demeure sur son territoire, Israël entrave par tous les moyens administratifs et politiques possibles les demandes d’asile.

    Bien que signataire de la Convention de Genève de 1951, Israël est ainsi, « avec un taux de reconnaissance du statut de réfugié de 0,06 %, le pays qui délivre le plus rarement le précieux sésame aux demandeurs d’asile, souligne Anat Ben Dor, qui dirige le laboratoire de droit des réfugiés de l’université de Tel-Aviv. En outre, même si vous obtenez le statut et que vous restez des années, vous n’avez aucune chance d’avoir la citoyenneté israélienne et vous risquez d’être renvoyé dans votre pays si le gouvernement juge que la situation s’est améliorée. Nous nous présentons comme un peuple de réfugiés et comme un pays d’accueil, mais cela ne concerne en réalité que les juifs. »

    Contrairement aux 30 000 personnes pouvant prétendre à des origines juives arrivées en provenance d’Ukraine depuis la fin du mois de février dernier et pouvant bénéficier des avantages liés à la loi du retour, les 5 000 Ukrainiennes et Ukrainiens non juifs venus en Israël « n’ont reçu que quelques coupons pour obtenir quelques habits et un peu de nourriture, poursuit Anat Ben Dor. Le vrai paradoxe est qu’avant la guerre, les Ukrainiens n’avaient pas besoin de visa pour venir en Israël. Aujourd’hui, il leur faut obtenir une autorisation dans les pays limitrophes de l’Ukraine pour venir jusqu’ici. Si vous êtes un Ukrainien non juif, il est donc plus difficile de venir depuis le déclenchement de la guerre qu’auparavant ! ».

    Le traitement des Ukrainiens non juifs fuyant la guerre est tellement restrictif dans l’État hébreu que, lundi 27 juin, en représailles, l’ambassadeur ukrainien à Tel-Aviv a menacé de ne pas délivrer de visa aux nombreux Israéliens qui font chaque année le pèlerinage à Ouman, ville du centre-ouest de l’Ukraine et l’un des plus importants centres du judaïsme hassidique.
    Manifestation contre l’invasion russe en Ukraine, à Tel-Aviv, le 12 mars 2022. © Photo Mostafa Alkharouf / Agence Anadolu via AFP

    La différence de traitement entre les personnes ukrainiennes juives et non juives cherchant à échapper à l’agression poutinienne constitue un nouveau signe du raidissement actuel sur le caractère juif d’Israël. Celui-ci s’était déjà traduit par le vote en 2018 d’une « loi fondamentale » affirmant qu’« Israël est l’État-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l’autodétermination » et retirant à l’arabe son statut de langue officielle à côté de l’hébreu.
    La « bataille des berceaux »

    Cette loi considère également « le développement d’implantations juives comme une valeur nationale et fera en sorte de l’encourager et de le promouvoir », à travers une formule qui peut justifier à la fois le développement des colonies à l’est de la ligne verte et une ségrégation accrue à l’ouest de celle-ci entre juifs israéliens et Palestiniens israéliens.

    Mais ce raidissement juridique se concrétise maintenant que l’accueil de quelques milliers d’Ukrainiens non juifs paraît problématique alors qu’il y a trente ans, Israël a accueilli des centaines de milliers de personnes venant d’ex-URSS et leur a donné la citoyenneté sans être regardant sur leur judéité.

    Au début des années 1990, l’effondrement de l’Union soviétique provoque un recours inédit à la loi du retour, dispositif central dans le rôle d’Israël, qui se veut par définition le pays refuge des juifs dispersés dans le monde entier. L’État hébreu, obsédé par la démographie, compte alors moins de 5 millions d’habitant·es et craint de perdre la « bataille des berceaux » face aux Palestiniens, alors que la première Intifada, déclenchée en 1987, bat son plein.

    Yitzhak Shamir, premier ministre de 1986 à 1992, désigne alors cette migration comme un « miracle », même si elle a été encouragée par un gouvernement israélien qui ne se focalise guère sur les origines juives des nouveaux arrivants. Non seulement beaucoup des russophones qui font leur Alya au début des années 1990 n’ont pas conservé les traditions juives réprimées sous le régime soviétique, mais beaucoup se forgent des ascendances, au point qu’on estime à environ 400 000 sur un million le nombre de migrant·es russophones non juifs.

    Longtemps, la judéité de ces nouveaux Israéliens, pour la plupart laïcs, déjudaïsés et peu sionistes, n’a guère été questionnée. D’abord parce que beaucoup « s’israélisent » rapidement, aidés par les efforts gouvernementaux. Alex Rif, 36 ans, mère de deux enfants de 4 ans et 7 mois, a immigré en Israël à l’âge de 5 ans, en provenance d’Ukraine.

    Elle grandit dans la ville de Netanya qui accueille des milliers de ces nouveaux venus. « Très vite, raconte-t-elle, j’ai voulu me débarrasser de mes habits russes, de ma culture russe. Je ne voulais parler qu’hébreu et je faisais tout pour avoir un accent parfait. J’ai fait des études, je me suis engagée comme volontaire dans des missions de service civique, comme le font de nombreux jeunes Israéliens, puis j’ai fait l’armée. Ensuite, j’ai rencontré un Israélien né ici. À 27 ans, du point de vue d’Israël, j’étais une success story, j’étais devenue une vraie sioniste. »
    Alex Rif dans son appartement de Tel-Aviv. © JC

    Ensuite, le poids démographique et politique des immigrés en provenance de l’ex-URSS dans la société d’accueil est tel qu’ils peuvent, bien davantage que d’autres migrants juifs comme les Yéménites ou les Éthiopiens, défendre leurs intérêts. Au cours des années 1990, ils sont en effet près de un million de personnes à émigrer en Israël, dont la population compte alors moins de cinq millions d’habitant·es. En outre, si beaucoup connaissent alors une trajectoire professionnelle et sociale descendante, ils appartiennent en majorité à des classes moyennes bien formées.

    Certains reproduisent leur mode de vie dans des quartiers ou villes d’Israël, mettent en place leurs propres écoles et disposent de très nombreux médias en russe. En 1990 est aussi fondée la chaîne de supermarchés Tiv Ta’am, ouverts les vendredis et samedis, et surtout la première à vendre du porc et d’autres produits non cashers, dont le premier établissement se trouve à Rishon LeZion, une ville massivement investie par cette migration russophone. Désormais, la chaîne possède 32 magasins dans tout le pays, sans compter les enseignes indépendantes qui affichent leur indifférence aux préceptes du judaïsme, ainsi de Natali, située à quelques encablures de l’immense gare routière de Tel-Aviv et qui se proclame fièrement le « royaume du porc ».

    D’autres s’installent au-delà de la ligne verte, davantage parce que le logement y est moins cher que pour des raisons idéologiques, mais en finissant, pour beaucoup, par épouser ainsi de facto le projet de colonisation accrue de la Cisjordanie, votant majoritairement pour le Likoud ou les partis russophones qui le soutiennent, notamment Israel Beytenou (littéralement « Israël est notre maison »), fondé par Avigdor Liberman, qui vit dans la colonie de Nokdim en Cisjordanie. On estime entre 15 % et 20 % le nombre de personnes originaires de l’ex-URSS qui se sont installées dans des colonies de Cisjordanie.

    Liberman est surnommé « le faiseur de rois » de la politique israélienne tant son poids est décisif pour faire ou défaire les coalitions baroques qui gouvernent Israël et dont la dernière, forgée sur un rejet de Benyamin Netanyahou que Liberman a longtemps soutenu avant de s’en détacher l’an dernier, vient d’annoncer qu’elle renonçait et organisait de nouvelles élections à l’automne prochain.

    Le nombre des nouveaux venus et la diversité de leurs origines géographiques, sociales ou politiques compliquent l’appréhension de cette population hétérogène en tant que « communauté » au sens strict. « Même si nous parlons toutes et tous plus ou moins russe, il y a trop de sous-cultures et de différences pour que la question se pose comme cela », juge Nina.

    La question de la judéité de cette nouvelle population d’Israël est restée pendant plusieurs années un angle mort ou un réservoir d’anecdotes : contournements divers de la loi interdisant l’élevage de porc sur le territoire de l’État hébreu, notamment en prétextant un élevage « à des fins scientifiques », ou démantèlement d’un groupe de huit néonazis israéliens, tous d’origine russe, dans la ville de Petah Tikva en 2007…

    Mais les choses ont changé quand les enfants et les adolescents arrivés dans les années 1990 sont devenus adultes et se sont rendu compte que ce n’était pas parce qu’ils étaient israéliens qu’ils étaient reconnus comme juifs.

    Pour le grand rabbinat, contrôlé par les ultraorthodoxes, sont uniquement considérés comme juifs les personnes dont la mère est juive. Il pourrait ne s’agir que d’une question périphérique si, en Israël, existait un état civil organisé par l’État. Mais, dans le compromis historique sur lequel s’est fondé l’État hébreu, celui-ci a cédé aux religieux la haute main sur tout ce qui concerne le droit de la personne : naissances, mariages, enterrements…

    En 1998, une histoire emblématique heurte le pays. Le soldat Nikolaï Rappaport, 23 ans, est tué par un obus tiré par le Hezbollah libanais. Israël découvre alors non seulement la pauvreté dans laquelle vit sa famille, émigrée de Russie, mais apprend que le jeune homme sera enterré à Krasnodar, d’où il est originaire, dans le nord du Caucase. En effet, si ses funérailles avaient eu lieu en Israël, il aurait été considéré comme non juif et enterré hors des murs du cimetière juif puisque sa mère n’était pas juive.

    La question se pose plus particulièrement pour les femmes originaires de l’ex-Union soviétique dont les enfants ne seront pas reconnus comme juifs si elles ne prouvent pas elles-mêmes leurs origines juives. « Quelle offense que de pouvoir servir dans l’armée et ne pas pouvoir se marier. Ce problème pourrait pourtant trouver une solution facile si on enlevait le monopole de ces questions aux ultraorthodoxes », se révolte Dina Lisnyansky, enseignante à l’université de Tel-Aviv et issue d’une famille qui a entretenu les traditions juives même quand elle vivait encore dans l’Union soviétique.

    « Nous sommes comme des juifs de seconde zone », confirme Alex Rif. Sa mère est juive mais la jeune femme, qui plaide pour l’instauration d’un mariage civil, a refusé de passer devant les rabbins tant que toute sa communauté d’origine n’aurait pas le droit de le faire, ou d’aller se marier à Chypre, comme le font nombre d’Israélien·nes russophones.

    Les rabbins vous proposent parfois de faire un test ADN pour voir si on n’aurait pas une séquence qui prouverait qu’on est juif. C’est insensé.

    Alex Rif, activiste

    « Prouver que l’on est juif est beaucoup plus difficile pour nous que pour quiconque, enchaîne-t-elle. Si vous venez de France ou des États-Unis, il est facile d’appeler le rabbin de votre communauté d’origine. Mais en URSS, il n’en existait pas ! Si cela n’est pas possible, on vous demande des papiers originaux alors que le régime soviétique persécutait les juifs et qu’il fallait se dissimuler. Les rabbins nous expliquent alors qu’il est possible d’aller photographier la tombe de nos grands-parents pour prouver nos origines. Mais le shtetl où ma grand-mère a grandi en Ukraine a été entièrement détruit. Aujourd’hui, c’est une forêt, comment pourrais-je y retrouver une tombe ? »

    Depuis quelques années, s’indigne-t-elle, « si tous ces moyens de prouver qu’on est juif sont impossibles, les rabbins vous proposent parfois de faire un test ADN pour voir si on n’aurait pas une séquence qui prouverait qu’on est juif. C’est insensé ! Comme si la judéité était un fait biologique et pas un mode de vie. Et comme si nous n’avions pas assez souffert d’être réduits à des critères biologiques et raciaux ».

    Avec le développement des tests ADN permettant d’établir son ascendance et ses origines géographiques, l’idée qu’il serait possible de trouver un « ADN juif », c’est-à-dire une séquence de code génétique dont la présence prouverait que l’on est juif sans que son absence signifie qu’on ne l’est pas, s’est renforcée.

    Au risque de se retourner contre les rabbins qui la promeuvent parfois, puisque l’actuel ministre des cultes, dans la coalition encore au pouvoir pour quelques semaines, s’est dit prêt à en passer par là pour briser le monopole du grand rabbinat sur ces questions : ce prétendu « ADN juif » ne distinguant en effet pas entre une ascendance par le père et par la mère…
    Deux millions de russophones

    Cette demande accrue de reconnaître comme juives et israéliennes à part entière les personnes originaires des mondes russophones doit beaucoup à l’affirmation identitaire de ce qu’on appelle ici la « génération 1.5 », c’est-à-dire celle des personnes arrivées encore enfants ou adolescents en Israël.

    À l’origine, il s’agit d’un terme technique utilisé en démographie, pour désigner les migrant·es qui n’appartiennent ni à la première génération qui a elle-même émigré, ni à la seconde, qui est née dans le pays d’accueil. Mais certains russophones d’Israël en ont désormais fait un slogan et une affirmation identitaire, et même une série télévisée retraçant l’éveil politique de cette génération.

    Pour Dina Lisnyansky, « notre identité est hybride et différente selon que l’on est arrivé adulte ou enfant. Mais nous nous sentons à la fois Israéliens, juifs et originaires de l’ex-URSS. Et nous avons une perspective unique sur la société israélienne, parce que nous sommes à la fois complètement en son sein mais que nous la regardons avec la distance que nous permet notre double culture ».

    Après avoir refoulé ses origines pendant toute sa jeunesse, Alex Rif a fait une dépression au lendemain de la mort de sa grand-mère, qui ne parlait que russe et la gardait à la maison quand ses parents allaient travailler. « Quand elle est morte, raconte-t-elle, je me suis rendu compte de ce que j’avais enfoui et j’ai commencé à écrire sur mon expérience. Je me suis aperçue en publiant mes textes sur Facebook que beaucoup de gens partageaient un vécu similaire. J’ai aussi mesuré à quel point les russophones avaient été déclassés socialement et professionnellement. Ma mère, qui était ingénieure en Ukraine, n’a jamais retrouvé de travail que comme femme de ménage. Sans parler du nombre de nos anciens qui vivent dans la plus grande pauvreté. Et nous avons aussi en commun d’avoir vécu les préjugés et les stigmatisations. »

    Depuis, la jeune femme multiplie les actions pour faire reconnaître à leur juste place ces migrant·es et ces familles venues de l’ex-URSS. Elle commence par lancer l’idée d’inviter les voisins israéliens pour Novi God, le Nouvel An russe. Puis lance « l’opération vétéran » durant laquelle des anciens soldats de la Seconde Guerre mondiale viennent dans des familles ou des écoles raconter leurs histoires. « Alors qu’Israël s’est fondé sur ce qui s’est passé pendant la guerre, l’histoire des soldats soviétiques qui ont vaincu le nazisme ne faisait pas partie du récit scolaire israélien », souligne la jeune femme dont l’un des grands-pères faisait lui-même partie de l’Armée rouge.

    « Dans le fond, mon projet secret, sourit-elle, était de rendre la culture russophone cool alors qu’on était réduits à l’image de pères alcooliques et de mères prostituées. Mais ce n’était qu’une étape. »

    (...)

    #Israël #Ukraine #racisme #réfugiés

  • World Athletics Championships : Ferdinand Omanyala races to compete after travel #visa issues - BBC Sport
    https://www.bbc.com/sport/africa/62149633

    Il prend un vol de nuit de 23 heures et l’avion se pose moins de 3 heures avant le début de la compétition

    Omanyala will fly from Kenya at 18:00 local time on Thursday, and is expected to arrive in Eugene less than three hours before the men’s 100m heats begin in the evening session on day one of the World Championships.
    However, he will then need to clear United States customs, travel to the arena, pick up his accreditation and find time to warm up before bidding for a place in the semi-finals.

    Et il n’est pas le seul concerné https://www.eurosport.fr/athletisme/mondiaux/2022/athletisme-mondiaux-2022-100m-visa-accorde-ferdinand-omanyala-sera-finalement-de-la-partie-a-eugene_sto9035918/story-amp.shtml

    Reste qu’Omanyala n’est pas le seul à avoir rencontré des problèmes pour obtenir son visa pour les Etats-Unis. Le Jamaïcain Gregory Prince, spécialiste du 400 mètres, a ainsi dû retarder son départ pour les Mondiaux avant d’obtenir son visa. Plusieurs athlètes sud-africains, dont le sprinteur Gift Leotlela, étaient en Italie dans l’attente de leur visa. Les organisateurs des Mondiaux-2022, les premiers organisés aux Etats-Unis depuis la création de l’épreuve en 1983, ont indiqué dans un communiqué qu’ils « travaillaient en collaboration avec le comité olympique et paralympique américain sur la question de l’attribution des visas ».
    « La plupart des problèmes ont été résolus », ont-ils indiqué, en rappelant que « les voyages internationaux sont devenus plus compliqués en raison de la pandémie ».

    Ça n’explique pas pourquoi ça ne concerne que les ressortissants d’Afrique noire.

    #états-unis #racisme

  • Unity and ironSource announce merger | Pocket Gamer.biz | PGbiz
    https://www.pocketgamer.biz/news/79185/unity-and-ironsource-announce-merger

    Unity Software has announced a merger with ironSource, a leading app economy software firm. Unity aim of utilising IronSource’s tools, platform, technology, and talent to form an end-to-end platform that allows creators to more easily create, run, monetise, and scale live games and real-time 3D content.

    ironSource’s technology is used in many leading games, as well as non-gaming apps, for monetisation, marketing, analytics, and discovery, and Unity hopes that the ironSource enhancements for Unity Operate Solutions will yield immediate benefits for creators and build robust businesses, particularly in regards to monetisation.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #business #rachat #unity #ironsource #monétisation #développement #marketing

  • La naissance du racisme

    Pour LSD, Stéphane Bonnefoi questionne les #origines du racisme et la notion de #race, depuis l’antiquité jusqu’au XIXe siècle, au gré de quatre épisodes historiques.

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/serie-la-naissance-du-racisme

    –—

    Les 4 épisodes :

    Épisode 1/4 : L’héritage grec en question

    #Aristote et l’esclave « par nature », #Hippocrate et sa #théorie_climatique… Les penseurs grecs ont souvent été convoqués pour justifier l’esclavage et l’infériorité de certains peuples, à l’époque moderne mais aussi plus tôt, au cours de la #traite_arabo-musulmane

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lsd-la-serie-documentaire/l-heritage-grec-en-question-5278625

    Épisode 2/4 : L’#exclusion par la pureté de #sang

    Après avoir converti juifs et musulmans, les rois catholiques de la péninsule ibérique vont imposer aux « conversos » de nouveaux statuts, discriminatoires : La #pureté_de_sang (Limpieza de sangre).

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lsd-la-serie-documentaire/l-exclusion-par-la-purete-de-sang-8270617

    Épisode 3/4 : Dans l’ombre des Lumières, la construction de la race

    En pleine expansion de la #traite transatlantique au XVIIIe siècle, la #racialisation de l’esclavage se met en place dans les colonies européennes aux Amériques. Une frontière se forme entre le « nègre » et le blanc...

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lsd-la-serie-documentaire/dans-l-ombre-des-lumieres-la-construction-de-la-race-3173051

    Épisode 4/4 : La république des #zoos_humains

    Au XIXe et jusqu’au milieu du XXe siècle, les zoos humains vont mettre en scène l’infériorité des peuples colonisés, tant en Europe qu’au Japon ou aux Etats-Unis. Et permettre ainsi une large diffusion de ce que nous nommons, depuis le début du XXe siècle, le racisme.

    https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/lsd-la-serie-documentaire/la-republique-des-zoos-humains-2354253

    #podcast #racisme #esclavage #Antiquité #histoire #Lumières #colonisation #colonialisme #domination #taxonomie #préjugés #système_de_domination #égalité #esclavage_colonial #couleur_de_peau #statut_social #esclavage_moderne #héritage #mythe

    ping @_kg_ @cede

  • « Mwen domi dewo ». Des Français venus d’Outre-mer.

    "En 1946, La Guadeloupe, la Martinique deviennent départements français. Dans un contexte de forte pression démographique, le gouvernement français y opte, durant vingt ans, pour une politique de transferts sociaux à grande échelle. En parallèle, il incite au déplacement des individus vers l’hexagone. Des années 1960 aux années 1980, des dizaines de milliers de Français, originaires de Martinique et de Guadeloupe, quittent leur île natale pour l’hexagone. Cette migration intérieure, décidée au plus haut sommet de l’État, ne dure que vingt ans, mais représente néanmoins l’une des plus importantes qu’ait connu la France. Elle contribuera à accréditer l’idée que pour les DOM le salut se trouve toujours loin de la terre natale. Une attitude assez comparable au mépris dans lequel l’industrie musicale hexagonale a longtemps tenu les musiques guadeloupéenne et martiniquaise véritables. Cette condescendance coloniale a empêché tous ceux qui chantaient en créole de se faire connaître dans l’hexagone.

    Entreprise de « déportation » pour Aimé Césaire, le Bumidom sera synonyme de déracinement pour de nombreux Domiens, sans véritable intégration à l’arrivée dans l’hexagone. "

    https://lhistgeobox.blogspot.com/2022/07/mwen-domi-dewo-des-francais-venus.html

  • « #Lausanne doit reconnaître son passé colonialiste »

    En lutte contre une inscription problématique sur un immeuble du #Flon, au centre-ville de Lausanne, #Samson_Yemane va plus loin : le conseiller communal socialiste demande à la Municipalité de réaliser un #état_des_lieux du #passé_colonialiste de la cité olympique.

    Les questions relatives à la migration ne sont pas qu’un dossier politique pour Samson Yemane : c’est l’histoire de la vie du conseiller communal lausannois. Le socialiste n’avait que « 12 ou 13 ans » lorsqu’il a fui l’Érythrée en direction de la Libye puis de l’Europe. Sur un bateau.

    Aujourd’hui bientôt trentenaire et naturalisé, le Vaudois travaille à l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés et s’est beaucoup engagé dans la votation sur Frontex, l’agence européenne de protection des frontières dont il a fait le sujet de son mémoire de master.

    Malheureux de l’issue de la votation sur le plan fédéral, Samson Yemane essaie d’agir à son échelle : celle de sa commune de Lausanne. Il vient de déposer un postulat pour rendre la capitale vaudoise « inclusive et non-discriminante ». Interview.

    Vous écrivez que Lausanne a directement participé, voire contribué à l’#esclavage et au #colonialisme. À quoi faites-vous référence ?
    C’est là tout l’enjeu : la population n’a pas du tout conscience qu’au début du XXe siècle encore et même jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, il y avait des « #zoos_humains » au coeur de Lausanne. La Suisse a accueilli des dizaines de « #villages_nègres » et autres exhibitions exotiques, pour le plus grand plaisir des habitants. Il y a donc un immense devoir de mémoire et de #visibilisation.

    Votre #postulat a pour point de départ le travail d’une étudiante sur une devanture au Flon. Or, la régie voulait justement faire retrouver au bâtiment son visage d’origine. N’est-ce pas précisément un travail de mémoire ?
    Où est l’importance historique de cette inscription ? Elle avait été effacée et, là, on la fait renaître sans contexte, sans explication. Il s’agit purement de #racisme_ordinaire, et c’est pour cela que j’ai pris autant cette histoire à cœur : elle mérite que des mesures soient prises.

    Par exemple ?
    Tout dépend du contexte. Pour cette inscription, beaucoup de gens sont pour qu’elle soit effacée, car elle n’a pas vraiment d’utilité et elle heurte les personnes concernées. De manière générale, je milite pour qu’un état des lieux soit réalisé sur le passé colonial de Lausanne. Cela peut prendre plusieurs formes (conférence, discussion, etc.), mais devrait impérativement inclure des personnes compétentes dans ces sujets-là.

    Jusqu’où cela peut-il aller ? Le stade #Pierre_de_Coubertin (ndlr : notoirement raciste, persuadé de la supériorité des Blancs sur les Noirs) doit-il être rebaptisé, selon vous ?
    C’est un bon contre-exemple : dans ce cas, ce lieu a un important #héritage_historique. Le rebaptiser serait contre-productif et ne serait pas compris par la population. Je ne suis pas pour réécrire l’histoire, ni pour créer une polémique, mais pour sensibiliser les Lausannois : pourquoi ne pas mettre une mention sur place, ou réaliser quelque chose au Musée olympique par exemple ?

    N’est-ce pas un peu infantilisant, comme démarche ? Faut-il vraiment une intervention du monde politique ?
    Il y a toujours des combats plus importants que d’autres, mais celui-ci est très légitime à mes yeux. Cette inscription heurte beaucoup de monde, et le vivre-ensemble est primordial, surtout au niveau communal. Plusieurs études scientifiques prouvent que reconnaître notre passé colonial nous amène à consolider notre #cohésion_sociale. D’autres villes (Berne, Zurich, Genève...) ont d’ailleurs fait cet exercice.

    Lausanne dispose déjà pour cela d’un Bureau lausannois pour les immigrés (BLI), avec notamment une permanence contre le racisme. Vous voulez aller plus loin ?
    Mon postulat s’inscrit précisément dans ce contexte. Le travail du BLI est crucial et contribue intellectuellement à notre cohésion sociale. Je veux encourager la Municipalité à mettre l’accent sur l’histoire coloniale. Je l’ai vu avec les réactions après votre premier article : c’est un sujet tabou, très clivant et qui fait parler tout le monde. Un débat public éclairé n’en sera que plus bénéfique. « Décoloniser » l’espace public ne vise en aucun cas à falsifier l’histoire de notre commune — au contraire, le but est de reconnaître les faits historiques et de sensibiliser.

    #Mobimo « comprend la polémique »

    Informée par la Ville que l’#inscription « #Magasin_de_denrées_coloniales » du Flon faisait débat, la régie propriétaire du bâtiment assure à Blick qu’elle avait comme « unique perspective un rappel purement historique de la fonctionnalité du bâtiment ».

    C’est pour cette raison que Mobimo a voulu restituer le nom des enseignes présentes au Flon comme au début du XXe siècle. « Nous comprenons les sensibilités actuelles et sommes conscient des préoccupations de notre société face à des faits socio-historiques ainsi qu’à la portée sémantique des mots », assure Hélène Demont, porte-parole pour la Suisse romande.

    Mobimo estime qu’en tant qu’acteur économique, elle n’a « pas la légitimité de porter un jugement sur des faits historiques se rapportant à l’inscription ». Mais elle veut la replacer dans son contexte avec une notice explicative, et se conformera à la décision de la Ville si un effacement venait à être décidé.

    https://www.blick.ch/fr/news/suisse/le-combat-de-samson-yemane-lausanne-doit-reconna-tre-son-passe-colonialiste-id
    #histoire #Suisse #colonisation

    ping @cede

    –-

    ajouté à la métaliste sur le #colonialisme_suisse :
    https://seenthis.net/messages/868109

  • ‘It’s absolutely ludicrous’: Traveler up in arms after being forced to take Ryanair’s Afrikaans-language test to fly | The World from PRX
    https://theworld.org/stories/2022-06-09/it-s-absolutely-ludicrous-traveler-arms-after-being-forced-take-ryanair-s

    Dinesh Joseph, who is a South African-born leadership and management trainer based in London, was recently on vacation and was one of the people forced to take the test before boarding his flight from the Canary Islands back to the UK.


    #racisme #privatisation de la #police_des_frontières

  • Ce matin je me suis levé en me demandant quelles étaient les relations entre les études (ou commentaires politiques) sur les transgenres, et les transraciaux (me demandez pas pourquoi).

    Du coup j’ai trouvé cet article recension d’Abdellali Hajjat sur le livre Trans : Gender and Race in an Age of Unsettled Identities, de Rogers Brubaker.

    Évidemment ce ne sont que deux points de vue (celui du livre et celui de Hajjat), il y a aussi tous les débats dans les communautés afro-descendantes et autre.

    Perso j’ai du mal à voir la différence autant en terme « biologie ou pas », qu’en terme philosophique et sociologique, et que si on critique l’auto-définition (car c’est de ça qu’il s’agit avant tout) dans l’un des deux cas, avec une critique non-essentialiste (mais au contraire basé sur le fait que c’est social et non pas individuel), alors c’est logique de le critiquer pour l’autre aussi ; ou inversement si c’est pour approuver un des deux cas.

    Transgenre et transracial, ou les difficultés d’une analogie | Cairn.info
    https://www.cairn.info/revue-geneses-2019-1-page-153.htm

    Même nuancée, cette mise en équivalence de la position conservatrice et de la position féministe radicale pose problème. Dans le premier cas, le transgenre est dénoncé à l’aune d’une conception conservatrice de l’ordre sexuel et de la perpétuation de la domination masculine. Dans le second, la critique féministe radicale ne porte pas sur la légitimité du transgenre en tant que tel, mais bien sur le discours de légitimation du transgenre tendant à affermir les stéréotypes de genre, comme le reconnaît Brubaker, et sur la légitimité des transgenres à parler au nom des femmes dans le contexte d’une domination masculine qui tend structurellement à imposer le silence à celles-ci. De ce point de vue, le porte-parolat doit être fondé non pas sur une identité naturelle mais sur une communauté d’expériences. L’oxymore d’« essentialisme historique » ne permet pas de rendre compte de cette position, puisque le féminisme radical représente au contraire un courant d’idées radicalement anti- essentialiste.

    […]

    Si on peut ainsi contester certaines parties de l’analyse de l’auteur, il faut cependant souligner pour finir la grande qualité de l’ouvrage. Cette réflexion ouvre des perspectives de recherche extrêmement stimulantes, notamment sur la tension entre subjectivité et objectivité des identités, sur les logiques de légitimation du passage de frontière entre catégories, et sur la sociologie de l’usage de concepts sociologiques dans le cadre de controverses auxquelles participent, entre autres acteurs, des chercheurs en sciences sociales.

    #féminisme #genre #race #sociologie #transgenre #transracial #radfem #Rachel_Dolezal #Caitlyn_Jenner #Abdellali_Hajjat #Rogers_Brubaker