• Quand les scientifiques se révoltent contre les géants de l’édition savante Marco Fortier - 25 Janvier 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/education/546298/rebellion-contre-une-revue-predatrice

    Les 27 membres du comité éditorial du magazine « Journal of Informetrics » — qui proviennent d’universités établies dans 11 pays — ont démissionné en bloc, le 10 janvier, pour protester contre les pratiques commerciales jugées abusives de leur éditeur Elsevier.

    La bataille du milieu scientifique contre les géants de l’édition savante gagne en intensité. Le comité éditorial d’un des magazines les plus prestigieux, publié par le conglomérat Elsevier, vient de démissionner en bloc pour fonder sa propre publication, qui offrira tous ses articles en libre accès, loin des tarifs exorbitants exigés par les revues dites « prédatrices ».

    Ce coup d’éclat fait grand bruit dans le monde normalement feutré de l’édition scientifique. Les 27 membres du comité éditorial du magazine Journal of Informetrics qui proviennent d’universités établies dans 11 pays ont démissionné en bloc, le 10 janvier, pour protester contre les pratiques commerciales jugées abusives de leur éditeur Elsevier. Ils ont lancé dès le lendemain leur propre revue savante, Quantitative Science Studies, https://www.mitpressjournals.org/loi/qss qui vise à devenir la nouvelle référence dans le monde pointu de la recherche en bibliométrie.

    « C’est une grande décision : on saborde la revue qui est la plus prestigieuse dans la discipline et on lance notre propre publication », dit Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal.

    M. Larivière a été nommé éditeur intérimaire (et bénévole) du nouveau magazine. Il est un des meneurs de cette rébellion contre le géant Elsevier, plus important éditeur scientifique de la planète, qui a fait des profits de 1,2 milliard $US en 2017 https://www.relx.com/~/media/Files/R/RELX-Group/documents/reports/annual-reports/relx2017-annual-report.pdf en hausse de 36 %.

    « Ça fait des années qu’on dénonce les pratiques de l’industrie de l’édition scientifique. Il faut être cohérents et reprendre le contrôle de nos publications », explique le professeur, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante.

    Contre une « arnaque »
    Vincent Larivière n’hésite pas à parler d’une « arnaque » lorsqu’il décrit les pratiques commerciales des cinq plus grands éditeurs scientifiques, qui publient plus de la moitié des articles savants dans le monde. Ces cinq conglomérats — les groupes Elsevier, Springer Nature, John Wiley Sons, Taylor Francis et Sage Publications — étouffent littéralement les bibliothèques universitaires en accaparant entre 70 et 80 % des budgets d’acquisition. Le problème est si grave que plusieurs bibliothèques n’ont plus les moyens d’acheter des livres, a rapporté Le Devoir en juin dernier https://www.ledevoir.com/societe/education/531214/les-geants-de-l-edition-etouffent-les-bibliotheques .

    Le modèle d’affaires de ces géants est simple : ils obtiennent gratuitement leurs articles, qu’ils revendent à gros prix aux bibliothèques universitaires. Les chercheurs ne sont pas payés pour leur travail. Les textes sont aussi révisés gratuitement par des pairs. Les bibliothèques universitaires n’ont pas le choix de s’abonner aux périodiques savants pour que professeurs et étudiants aient accès à la littérature scientifique.

    Plus préoccupant encore, les grands éditeurs font payer des milliers de dollars aux chercheurs qui veulent publier leurs articles en libre accès. Ce modèle d’affaires est remis en question avec de plus en plus de véhémence dans les universités de partout dans le monde.

    Appui du MIT
    Le nouveau magazine fondé par les 27 professeurs de bibliométrie, le Quantitative Science Studies, sera ainsi publié en collaboration avec l’éditeur du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il s’agit d’une association toute « naturelle », indique au Devoir Nick Lindsay, directeur des périodiques et des données ouvertes chez MIT Press.

    « Nous sommes déterminés à trouver des façons de publier davantage de livres et de journaux sur le modèle du libre accès », précise-t-il. MIT Press a publié à ce jour une centaine de livres et huit périodiques en données ouvertes, donc accessibles gratuitement.

    La fondation de la Bibliothèque nationale de science et technologie d’Allemagne s’est aussi engagée à verser 180 000 euros (272 772 $CAN) sur trois ans au nouveau magazine.

    Les membres du comité éditorial du Journal of Informetrics ont négocié en vain durant plus d’un an et demi avec Elsevier dans l’espoir de changer le modèle d’affaires du magazine, explique Vincent Larivière. Ils tenaient notamment à baisser les frais de 1800 $US exigés des chercheurs qui veulent publier en libre accès (le nouveau Quantitative Science Studies facturera entre 600 $ et 800 $ aux auteurs).

    Ils voulaient aussi que les références citées dans le texte soient offertes gratuitement, ce qu’Elsevier a refusé — et que la nouvelle publication offrira.

    Le comité éditorial voulait d’abord et avant tout que la société savante de la discipline — l’International Society for Scientometrics and Informetrics (ISSI) — devienne propriétaire du magazine, ce qui n’était « pas négociable », a indiqué Elsevier dans une longue déclaration publiée le 15 janvier https://www.elsevier.com/connect/about-the-resignation-of-the-journal-of-informetrics-editorial-board .

    « Il arrive parfois que les comités éditoriaux et les éditeurs aient des opinions divergentes au sujet de l’avenir et de la direction d’un journal. Dans certains cas, une entente ne peut être conclue. Le comité éditorial peut décider d’offrir ses services ailleurs, surtout s’il reçoit du soutien financier », a écrit Tom Reller, vice-président aux communications chez Elsevier.

    « Toute démission d’un comité éditorial est malheureuse », ajoute-t-il, mais l’éditeur conserve des relations fructueuses avec les membres des dizaines d’autres publications de l’entreprise. Il y a trois ans, le comité éditorial du magazine Lingua, propriété du groupe Elsevier, avait claqué la porte dans des circonstances similaires. Lingua a survécu. Son nouveau concurrent aussi.

    #elsevier #édition_scientifique #université #recherche #open_access #science #publications_scientifiques #résistance #publications #business #partage #articles_scientifiques #savoir #édition #openaccess #Informetrics #bibliométrie #édition_scientifique #rébellion #libre_accès #Springer_Nature #John_Wiley_Sons #Taylor_Francis #Sage_Publications #racket #escroqueries #MIT #universités


  • Le Défenseur des droits s’inquiète de l’effet de la dématérialisation sur l’accès aux services publics
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/17/le-defenseur-des-droits-s-inquiete-de-l-effet-de-la-dematerialisation-sur-l-

    Alors que fin octobre, le premier ministre a redit son ambition « que 100 % des services publics soient accessibles en ligne à l’horizon 2022 », le Défenseur des droits a publié, jeudi 17 janvier, son premier rapport entièrement consacré à la #dématérialisation, dans lequel il alerte sur le risque que cette mutation crée de nouvelles #inégalités d’accès aux #services_publics. « Aucune organisation administrative, aucune évolution technologique ne peut être défendue si elle ne va pas dans le sens de l’amélioration des #droits, pour tous et pour toutes », prévient le Défenseur des droits en introduction.

    Or, c’est justement ce que souligne le rapport par des exemples concrets : l’amélioration des droits d’une majorité de Français – grâce à la simplification des démarches administratives, accessibles en ligne – ne rime pas avec l’amélioration des droits de tous. Comment font ceux qui vivent dans une zone blanche, dépourvue de toute connexion Internet et mobile ? Certes seuls 0,7 % des Français sont concernés, mais c’est tout de même 500 000 personnes. Sans compter les zones grises, où le débit de la connexion est trop faible pour réaliser de longues procédures correctement : l’inscription sur le site de #Pôle_emploi prend entre vingt et quarante-cinq minutes avec téléchargement de pièces jointes.

    Outre cette fracture territoriale, il y a aussi une fracture sociale : le rapport souligne que 19 % des Français n’ont pas d’ordinateur à domicile et 27 % pas de smartphone. Sans compter ceux qui n’ont pas non plus de scanner, équipement incontournable pour l’envoi de pièces justificatives. Il y a, en outre, une fracture culturelle : si une majorité de Français sont très à l’aise dans l’univers numérique, un tiers s’estiment peu ou pas compétent pour utiliser un ordinateur. Or, parmi eux, se trouvent ceux qui en sont les plus tributaires pour toucher les allocations auxquelles ils ont droit : personnes âgées, personnes handicapées, #allocataires de minima sociaux.

    Pannes, blocages, dérives
    Les entraves viennent aussi de problèmes techniques, défauts de conception ou manque d’ergonomie des sites hébergeant les procédures. En cela, la catastrophique mise en œuvre du Plan préfectures nouvelle génération qui, depuis novembre 2017, oblige à faire les demandes de carte grise ou de permis de conduire uniquement en ligne, semble l’exemple à ne pas suivre. Pannes, blocages, lenteurs, erreurs, ont occasionné parfois des situations préjudiciables : faute de permis, certaines personnes ont saisi le Défenseur des droits après avoir perdu leur emploi.

    Un autre exemple concerne les #droits_des_étrangers. Le dépôt des demandes de titre de séjour occasionnant d’interminables files d’attente, trente préfectures ont rendu obligatoire la prise de rendez-vous en ligne. Mais le nombre de rendez-vous étant limité, les sites bloquent toute demande dès que le quota est atteint, rendant parfois leur prise impossible.
    S’ajoutent d’autres dérives : s’engouffrant dans ces failles, des prestataires privés proposent désormais moyennant finances d’effectuer certaines démarches de carte grise comme de titres de séjour, à la place des demandeurs. Avec même parfois, dénonce le Défenseur des droits, un accès privilégié à des procédures accélérées.
    Face à ces fractures, ces loupés, ces dérives, la première recommandation du Défenseur des droits est simple : « Qu’aucune démarche administrative ne soit accessible uniquement par voie dématérialisée. »

    • #Dématérialisation des #services_publics : le #Défenseur_des_droits contre le « tout numérique » | Banque des Territoires
      https://www.banquedesterritoires.fr/dematerialisation-des-services-publics-le-defenseur-des-droits-

      Si la dématérialisation des services publics permet d’améliorer l’accès aux services publics pour une majorité d’usagers, elle conduit à en exclure d’autres. Bien souvent les plus en difficulté, les moins équipés, les plus précaires, regrette le Défenseur des droits dans son rapport présenté ce 17 janvier. Maintenir une voie #papier et téléphonique, identifier et accompagner les publics en difficulté figurent parmi les principales recommandations du Défenseur des droit qui s’oppose donc au principe du « tout #numérique ».

    • Ah oui, le défenseur des droits est merveilleux, gloire à lui, cessons de lutter contre l’informatisation, sûr que les institutions vont nous rendre plus libres.

    • Péripétie toute fraîche, peu connue et pas vraiment commentée, me semble-t-il.

      –-----------------
      dans un souci d’amélioration de la qualité du service rendu aux contribuables (j’imagine…) et de suppression de pas mal de postes de fonctionnaires (ça, c’est sûr !)

      Les autres moyens de paiement | impots.gouv.fr
      https://www.impots.gouv.fr/portail/particulier/les-autres-moyens-de-paiement

      Vous pouvez payer par chèque dans la limite de 1 000 €.
      En 2018, les montants supérieurs à 1 000 € doivent obligatoirement être payés par prélèvement mensuel ou à l’échéance ou par paiement direct en ligne sur le site impots.gouv.fr ou par smartphone ou tablette.

      Ce montant sera abaissé à 300 € en 2019.
      Votre chèque doit être libellé à l’ordre du TRESOR PUBLIC et envoyé au centre d’encaissement accompagné du TIPSEPA (pour servir de référence à votre paiement) sans le signer, ni le coller, ni l’agrafer. Le TIPSEPA ne doit être accompagné d’aucun autre document.

      Les chèques sont encaissés au fur et à mesure de leur réception.

      (au passage, on appréciera la clarté des instructions pour le paiement par chèque…)

      Le non respect du paiement direct par internet est (était ?) sanctionné d’une pénalité de 0,2% du montant avec un montant minimum de 15 €

      –-------------

      Devant le triomphe de cette obligation et l’énorme afflux « d’incidents fiscaux » en découlant, il a bien fallu se résoudre :

      Gérald Darmanin annonce la suppression des pénalités de 15 euros minimum en cas de paiement des impôts par chèque
      https://minefi.hosting.augure.com/Augure_Minefi/r/ContenuEnLigne/Download?id=E60720DB-31A2-4808-BE93-73FDF1C296C0&filename=511

      GERALD DARMANIN
      MINISTRE DE L’ACTION ET DES COMPTES PUBLICS
      Communiqué de presse

      Paris, le 7 décembre 2018 – N°511

      Lorsqu’un contribuable ne paye pas ses impôts par un moyen prévu par la loi (par exemple un paiement par chèque pour un montant supérieur à 1 000 €), il est prévu, en application d’une disposition adoptée dans la loi de finances pour 2016, qu’il reçoive une lettre de relance comportant une pénalité de 0,2 % avec un minimum de 15 €.

      Le Ministre de l’Action et des Comptes publics a demandé à l’administration fiscale de ne pas poursuivre les contribuables récemment concernés, à l’occasion du paiement de la taxe foncière. Ils n’auront pas à payer cette pénalité qui sera remise sans démarche de leur part.
      « Nous encourageons au paiement dématérialisé des impôts mais aucune pénalité ne sera appliquée à ceux qui paient par chèque, et j’ai demandé à l’administration fiscale de rembourser tous ceux à qui une pénalité a été appliquée récemment lors du paiement de la taxe foncière. Le rôle de l’administration est d’abord d’accompagner les usagers, pas de les sanctionner », a déclaré Gérald Darmanin.

    • Quand tu regardes les pratiques culturelles des Français et leurs usages d’Internet (voir l’enquête annuelle du ministère par Olivier Donnat), tu vois bien que les 20 % de gens qui n’ont pas d’ordi, pas de scanner, de savent pas envoyer des pièces par mail ou formulaire, ce ne sont pas les plus riches (litote).

      Je tiens donc beaucoup, pour raisons perso et politiques, à la possibilité de faire des démarches matérielles et je m’en sers autant que possible. Sauf que... même en y passant une demi-heure, même en allant en mairie, je n’ai pas trouvé l’adresse à laquelle envoyer le Cerfa pour une demande de logement social dans le 94. Je crois que le défenseur des droits s’était déjà exprimé dans ce sens.

      @touti, pas que ce soit la parole la plus intéressante qui soit produite en France aujourd’hui mais c’est une mauvaise conscience de l’intérieur et je trouve qu’il fait bien le boulot. Il s’était exprimé très vite sur les mineurs étrangers, par exemple. Dans un dîner de famille, montrer que même Jacques Toubon est catastrophé par le proto-fascisme des autorités, c’est un bon argument pour secouer ses interlocuteurs et interlocutrices.

    • Dématérialisation et atomisation des pauvres : hier je n’ai pas pu payer ma facture #EDF : ma carte « de pauvre » #Crédit_Agricole ne passe pas. Entendre par là que la carte faite pour que tu ne sois jamais à découvert (donc safe) est refusée par de + en + de transactions
      Évidemment les 2 parties se renvoient la balle de responsabilité mais là où tu vas rire, c’est qu’il n’y a plus de boutique EDF à côté de chez moi et qu’il est désormais impossible de payer directement à #la_poste, ne reste que le TIP pour lequel je dois... payer un timbre ! Et pendant ce temps là, les bureaux de poste près de chez moi ferment, eux aussi,les uns après les autres... http://lacgt44.fr/spip.php?article2044
      #ouroboros
      Du coup quand je lis les craintes du #Defenseur_des_droits sur la dématérialisation, je ne peux que comprendre parfaitement ce dont il parle... et le remercier, tout en sachant que comme pour le reste le #gouvernement ne l’écoutera pas.


  • La Pile de CV : Quand Pôle Emploi fait de la discrimination par l’argent ! | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/jean-yves-mignet/blog/030119/la-pile-de-cv-quand-pole-emploi-fait-de-la-discrimination-par-l-arge

    Et c’est là que les choses commencent à devenir intéressantes. Lorsqu’on se connecte à l’application, on comprend directement que les créateurs sont des adeptes de la #StartupNation.

    .../...

    Mais le comble de l’ignominie est atteint lorsque l’on descend un petit peu plus bas dans l’application. Une petite ligne « Booster mon CV » (voir capture) apparaît. Et là, tout un manège se dévoile : on peut gagner 500 points d’XP en partageant son profil, mais également en regardant une vidéo promotionnelle, et, tenez-vous bien… en payant ! On peut donc lire « Ajoute 10 000 XP à ton profil pour une durée limitée : 5 jours, 16,99€ ! ».

    #chômage #pôle_emploi #racket


  • Lorient. Ryanair plie bagage sans prévenir l’aéroport
    https://www.letelegramme.fr/economie/lorient-ryanair-plie-bagage-sans-prevenir-l-aeroport-14-12-2018-1216219

    Après trois ans de présence à l’aéroport de Bretagne-sud, à Lorient, Ryanair a confirmé, ce vendredi matin, l’abandon de la ligne Lorient-Porto et la fin de ses activités dans le Morbihan.


    . . . . .
    Le contrat entre la compagnie irlandaise et l’aéroport est arrivé à échéance en novembre et les parties ne sont pas parvenues à un accord. « Ryanair avait trop d’exigences en termes de soutien financier. La ligne était déjà fortement aidée par les collectivités locales », explique Paul de Geyer d’Orth.
    . . . . .

    #ryanair #dégage #racket #subvention #pognon_de_dingue


  • Pour Swisscom, on est responsable de son contrat de téléphone dès onze ans Isabelle Fiaux/ebz - 6 Novembre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/9974731-pour-swisscom-on-est-responsable-de-son-contrat-de-telephone-des-onze-an

    Swisscom estime que dès onze ans, les #mineurs peuvent être les détenteurs d’un #contrat et en être tenus pour responsables, y compris pour les factures non payées. Une auditrice de l’émission On en parle en a fait les frais.

    A l’âge de 22 ans, au moment où elle s’apprêtait à signer un contrat de #bail, une jeune femme s’est aperçue qu’elle faisait l’objet d’un acte de poursuite pour plus de 1000 francs d’abonnement de téléphone #impayés. En cause, un abonnement conclu à son nom par sa mère, alors qu’elle était âgée de 13 ans.

    Contacté par l’émission On en parle, l’opérateur #Swisscom a expliqué par la voix de sa porte-parole Alicia Richon qu’un « mineur peut avoir un abonnement à son nom, si les parents le décident, mais avec signature du représentant légal. Le parent doit être présent lors de la signature du contrat ». Et elle poursuit en ajoutant que « Swisscom délivre des contrats mobiles dès l’âge de 11 ans, avec signature du représentant légal. »


    L’enfant seul responsable
    Il ne s’agit toutefois pas de #responsabilité ou de co-responsabilité du parent. En effet, Swisscom précise que « les parents ne sont pas responsables du raccordement. Le titulaire est le mineur et c’est lui le responsable, c’est-à-dire également vis-à-vis des factures impayées. Il n’y a pas de responsabilité solidaire des parents. »

    En clair, à onze ans, un enfant est considéré comme responsable de son contrat passé avec Swisscom. L’opérateur réagit donc de la même manière avec un #mineur qu’avec un client #majeur. « Rappel, blocage, résiliation et poursuites, comme pour une personne majeure », explique Alicia Richon.

    Elle ajoute que « d’après les infos reçues de EOS (une société de recouvrement avec laquelle l’opérateur travaille), depuis quelques années, EOS essaie de poursuivre les parents s’ils n’obtiennent pas de solution avec la personne mineure ».

    Ce qui semble d’un côté normal et de l’autre contradictoire, puisque le parent n’est pas responsable du contrat de l’enfant.

    #contrat #racket #téléphonie #suisse #consternant !


  • Demande d’action collective contre Bonjour-santé Amélie Daoust-Boisvert - 21 Septembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/sante/537381/demande-de-recours-collectif-contre-bonjour-sante

    Une demande d’autorisation d’exercer une action collective a été déposée jeudi contre le service de prise de rendez-vous médical Bonjour-santé. La demanderesse estime que les frais de 20 $ qui lui ont été facturés pour une visite dans une clinique sans rendez-vous sont illégaux.

    Le 25 février 2018, Hélène Bédard a utilisé le service de recherche de rendez-vous de Bonjour-santé et a vu un médecin le lendemain. Elle a affirmé, par voie de communiqué, avoir attendu trois heures dans la salle d’attente malgré tout. « J’aurais tout aussi bien pu aller attendre à une clinique sans payer pour la prise de rendez-vous », a-t-elle déclaré. Elle n’accordait pas d’entrevues vendredi.


    Pour Me Cory Verbauwhede, qui la représente, la somme d’argent demandée l’a été illégalement. Il demande à la Cour supérieure de trancher une fois pour toutes. La demande déposée en Cour stipule que non seulement les « frais accessoires » ont été abolis, mais, en plus, la RAMQ verse déjà une compensation aux médecins pour l’administration de leur clinique et la prise de rendez-vous. Par conséquent, pour lui, les patients paient doublement lorsqu’ils utilisent le service de recherche de Bonjour-santé, même si l’argent n’est pas versé aux médecins, mais sert au financement de ce service entièrement privé.

    L’action vise toutes les personnes qui ont déboursé une somme d’argent pour les services de Bonjour-santé depuis le 20 septembre 2015 pour voir un médecin qui, lui, était payé par la RAMQ. Bonjour-santé affirme que 90 % des rendez-vous donnés chaque année le sont gratuitement, et que seulement les rendez-vous non pourvus par le système gratuit sont offerts dans le moteur de recherche payant. Bonjour-santé affirme, sur son site Web, avoir 2 millions d’utilisateurs par an, Me Verbauwhede estime donc que 240 000 personnes déboursent des frais, mais le nombre exact n’est pas connu.

    Bonjour-santé se défend
    Le président de Bonjour-santé, Benoît Brunel, a toujours soutenu que ses services étaient légaux. En entrevue vendredi, il a réitéré que le service de recherche de rendez-vous n’est pas un service assuré.

    « On ne vend pas de rendez-vous ni de privilège d’accès, on vend une facilité. C’est un service qui vous fait économiser du temps, comme payer un taxi pour aller cogner aux portes de toutes les cliniques jusqu’à ce que l’une d’entre elles ait de la place », illustre-t-il.

    Bonjour-santé s’est d’ailleurs elle-même adressée aux tribunaux pour faire reconnaître la légalité de son offre commerciale, procédure qui est toujours en cours. « Si un juge tranche et statue que ce n’est pas légal, je vais me conformer à 100 % », assure M. Brunel.

    La RAMQ a lancé en 2017 des « vérifications » sur l’entreprise afin de valider la conformité des frais exigés, malgré l’interdiction des frais accessoires en janvier 2017. Bonjour-santé a tenté de faire cesser les inspections de la RAMQ en s’adressant aux tribunaux, arguant qu’il s’agissait de concurrence déloyale au moment où le gouvernement procédait à l’élaboration d’un service semblable, mais public et gratuit. La Cour supérieure a rejeté la demande, et l’inspection de la RAMQ a pu se poursuivre.

    #Quebec #Santé #Racket #médecins


  • Des psychologues dénoncent les « abus » des psychiatres superviseurs Alexandra Richard/kkub - 11 Mai 2018 - RTS
    http://www.rts.ch/info/suisse/9561750-des-psychologues-denoncent-les-abus-des-psychiatres-superviseurs.html

    De nombreux psychologues dénoncent le « système féodal » qui les lie aux psychiatres, à qui ils doivent reverser jusqu’à 70% de leurs revenus. Ils mettent en cause le modèle de la délégation qui génère des abus.
    Pour être remboursés par l’assurance maladie de base, les psychologues doivent en effet être supervisés par un médecin-psychiatre. Un projet de réforme était prévu, mais il a été gelé récemment par le Département fédéral de l’intérieur.

    La RTS a recueilli de nombreux témoignages de psychologues, qui évoquent des abus dans leur relation de travail avec le psychiatre qui les supervise. Les mots sont forts : « exploitation », « relation féodale », « prostitution ».

    « Chaque mois, environ 30% de mes revenus étaient prélevés par le psychiatre, sans aucune contre-prestation », raconte Christine Gertsch, psychologue-psychothérapeute à Genève. « Avec le temps, j’ai vraiment eu l’impression de travailler dans une relation de proxénétisme, pour un patron qui touche (de l’argent) alors que je fais le travail », déclare-t-elle.

    Pression sur la productivité
    Un autre psychologue en formation dans le canton de Vaud, qui a tenu à rester anonyme, reverse quant à lui plus de 50% de son revenu. Quand ils sont en période de formation, pour trouver une place, certains vont jusqu’à accepter que le psychiatre leur ponctionne 70% de leur salaire. Cela s’accompagne parfois d’une pression très forte sur la productivité, comme l’explique cette psychologue en fin de formation dans le canton de Neuchâtel, qui dit s’être sentie « comme une machine à faire de l’argent ».

    « Je devais faire huit consultations par jour », témoigne-t-elle. « Or, quand on fait un travail d’une certaine complexité, où l’on s’occupe notamment de familles, huit heures de consultation à la suite, c’est beaucoup. » Une situation non négociable, comme lui a répondu son superviseur après qu’elle a tenté de lui en parler. « Dans le monde de la santé mentale, une réponse pareille de la part d’un employeur est choquante », estime-t-elle.

    Inquiétant pour la prise en charge
    Un psychologue surchargé et sous pression est en effet problématique pour le patient. C’est particulièrement inquiétant en ce qui concerne la prise en charge, à plus forte raison si le psychiatre est absent. Si le modèle de délégation a justement été pensé pour garantir la sécurité du patient - avec la responsabilité et la supervision des thérapies prises en charge par le psychiatre -, tel n’a pas été le cas dans les postes occupés par ces témoins.

    Une autre thérapeute en formation a affirmé ne pas oser déranger le psychiatre de peur d’être licenciée comme un de ses collègues, alors qu’elle était confrontée à des patients avec un potentiel suicidaire. Un autre, encore, a financé lui-même son encadrement à l’extérieur du cabinet, parce qu’il était livré à lui-même, sans aucun suivi.

    #Suisse #psychologie #santé #économie_comportementale #psychiatrie #psychiatre #santé_mentale #racket #thérapies #supervision #exploitation #thérapeute


  • Trump Is Ending One Gulf Conflict to Start Another – Foreign Policy
    http://foreignpolicy.com/2018/05/03/trump-is-ending-one-gulf-conflict-to-start-another

    Now Trump is back to intervening — but only to make an apparent U-turn. Instead of hammering the Qataris as he did last June, the president just sent his newly confirmed secretary of state, Mike Pompeo, to the Middle East, where he read the Saudis the riot act. Pompeo told Foreign Minister Adel al-Jubeir to fix the problem with Qataris. Enough is apparently enough.

    What changed? The Trump administration realized its relationship with #Iran is coming to a head, and it wants a unified Gulf Cooperation Council on its side. Trump’s change of tone on Qatar almost certainly means he has made up his mind to bust the Iran nuclear deal in the coming weeks.

    Ironically, the Saudi-Emirati-Egyptian-Bahraini blockade had become, in the interim, the new regional reality, with #Qatar using its considerable financial wherewithal to tread water. It has set up its own dairy industry, adjusted Qatar Airways’ flight patterns, deepened its ties with Turkey, and accepted shipments of food from Iran, especially in the early days of the blockade. The emir has also used the fact that not everyone in the region was on board with the four countries’ program to his own diplomatic advantage.

    The blockading nations, for their part, once they understood the Qataris would not knuckle under and accede to 13 demands they had laid out as a condition for ending the blockade, shifted to working toward Doha’s long-term isolation in the region. The conflict has thus settled into a pattern of each side indulging in various degrees of trolling via fake news, strategic leaks, and hacks to embarrass the other. At times the level of pettiness has barely approached middle school levels. Etihad Airways has, for example, removed the word “Qatar” from its moving map program; meanwhile, the repeated public dumps of the Emirati ambassador’s emails have taken on a vendetta quality.

    #nuit_torride #mesquineries
    #bagarre_de_cour_de_récréation (c’est pas moi qui le dit…)


  • Suisse : La HEP-BEJUNE veut ponctionner ses étudiants, des députés ripostent

    Les cantons de Berne, Jura et Neuchâtel ont décidé de retenir 15% sur les salaires des étudiants de leur Haute école pédagogique (HEP) lorsque ces derniers effectuent des remplacements. La mesure est contestée par des députés.

    La HEP-BEJUNE se sucre-t-elle sur le dos des étudiants ? C’est le titre qui barrait samedi la Une de L’Express. Le quotidien neuchâtelois explique que trois députés des cantons concernés ont décidé de mener une fronde commune contre la mesure d’économie de l’école.


    Il s’agit d’une ponction de 120’000 francs par année sur le pécule de 800’000 francs que se partageaient jusqu’ici la centaine d’étudiants de 3ème année de la HEP. La mesure vise à couvrir les frais administratifs liés à la gestion des remplacements dans les écoles des trois cantons.

    « Racket des plus faibles »
    « Cela s’inscrit dans la mesquinerie des cantons à la recherche d’économies. On prend sur les plus faibles, sur ceux qui n’ont pas la possibilité de se défendre. C’est gênant d’apprendre que l’une des mesures est de racketter des étudiants qu’on est chargés de former », s’insurge le Jurassien Rémy Meury qui, comme les deux autres députés, siège au sein de la commission interparlementaire de contrôle de la HEP.

    Interviewée dans l’Express, la présidente du comité stratégique de la HEP Monika Maire-Hefti explique que cette mesure d’économie est le juste prix du travail de secrétariat pour gérer ces remplacements.

    Facturer les frais aux écoles
    Une approche contestée par Rémy Meury : « Ce qui est gênant, c’est que tous les bénéfices sont pour le canton. Les remplaçants sont largement formés mais payés moins que les enseignants entièrement formés, et en plus, on veut leur prendre une partie de leur salaire. »

    Pour Rémy Meury, la seule solution acceptable serait de « facturer les soi-disants frais administratifs » aux écoles qui bénéficient de ces remplaçants bon marché.

    Ludovic Rocchi/kkub - RTS - 6 Janvier 2018
    http://www.rts.ch/info/regions/9224424-la-hep-bejune-veut-ponctionner-ses-etudiants-des-deputes-ripostent.html

    #Ecole-normale #vol #remplaçantes #remplaçants #Etudiants #Etudiantes #enseignants #racket


  • Une petite anecdote qui a fini de me décider à déguerpir de Facebook ./
    J’étais pendant les fêtes à Amsterdam. Un gros problème là-bas est de garer sa voiture. Il existe quelques parkings abordables en périphérie (10€/jour), sinon c’est 4€ par heure, mais y entrer est un parcours du combattant…

    1 ) Pour s’inscrire, il faut installer une app spéciale sur son smartphone. Problème, sur Googleplay, on vous dit que l’app n’est “pas disponible dans votre pays”. Pourtant, j’étais devant la porte du parking. Alors j’ai tenté pendant 1/2 heure de modifier les paramètres de mon smartphone, sans succès.
    2)Face à la porte en fer, pas âme qui vive. Sur le site en néerlandais, on me dit que pour contacter le helpdesk, il faut le faire via Facebook, via Instagram (!), ou bien appeler un numéro via Whatsapp (note : toutes ces société appartiennent à Facebook). J’appelle. C’est un répondeur en néerlandais, personne de vivant.
    3) Après une autre 1/2 heure passée à éplucher le site du fournisseur, je tombe finalement sur un numéro de téléphone normal. Une voix humaine répond et elle parle même anglais. Finalement, elle m’indique la manière de contourner tout ce bordel, ça prend encore une 1/2 heure. La personne en question n’était même pas certaine que ça marche, mais finalement la porte du garage s’ouvre enfin !
    4) Une fois entré dans le garage, impossible de ressortir si l’app n’est pas installée sur le smartphone. Bloqué, il faut que je rappelle à nouveau. Pour reprendre la voiture, c’est le même cinéma, etc.

    Bref, dans le monde merveilleux qui se fabrique sous nos yeux “tout ce qui ne compute pas n’existe pas”. Et ce n’est pas n’importe quelle computation. Elle est centralisée entre les mains de quelques surfeurs californiens. Pour garer sa voiture en hollande, il faut passer par la Silicon valley ! C’est ça le e-facisme. Je ne veux pas donner ne serait-ce que l’ombre de mon consentement à ce monde là.http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=QuitterFacebook

    • #e-fascisme...
      Avec cela, tu comprendras assez rapidement, cher @olivier8, que je suis un peu (beaucoup ?) la « taggueuse compulsive » parmi les seenthisiens.
      Mais cela me permet de retrouver pratiquement tout ce que j’ai archivé sur seenthis, et de l’utiliser par la suite pour mes cours, conférences ou papiers...
       :-)

    • DM personnel à Jean-Pierre Luminet, astrophysicien, spécialiste des trous noirs.

      Bonjour Jean-Pierre,

      merci d’avoir donné signe de vie, et chaleureusement qui plus est.!

      Comme mon sujet de recherche, ce sont les réseaux artificiels, ceux que nous construisons entre nous, ma sortie de Facebook représente un moment particulièrement intéressant.

      Par exemple, je tente de prévenir chacun de mes “amis”, un à un, par message direct, mais Facebook ne me l’a permis que pour la première centaine, puis pour les cents suivants, m’a imposé de taper un captcha avant d’autoriser l’envoi de chaque message. Au bout de deux cents, il ferme les vannes, prétextant que je suis bloqué par mes “amis”, même ceux avec lesquels j’ai eu récemment des conversations cordiales. Bref, je fais l’expérience d’une sorte de trou noir dans lequel tout rentre, mais duquel rien, ou presque, ne semble pouvoir sortir…

      Contrairement aux trous noirs naturels - ceux que vous étudiez -, le comportement de chaque entité, onde ou corpuscule ou que sais-je, est programmé ici par la main de l’homme. Il ne s’agit pas seulement de règles et d’algorithmes maison, mais aussi d’un ancien héritage de protocoles de réseaux qui auraient tout aussi bien pu être conçus autrement. Notamment, ils auraient pu être “symétriques” plutôt que “dissymétriques” comme ils le sont actuellement (cela s’est “décidé” dans les années 90, mais c’est une longue histoire…). Il s’en suit certains phénomènes émergents à une échelle globale. Notamment, je crains fort que dans le cas de Facebook, nous assistions à sorte d’effondrement en deçà d’un certain horizon des événements…

      Je tente de franchir cette frontière dans un sens centrifuge en emportant avec moi des informations qui semblent être contraintes à rester enfermées. Je ne sais ce que ressentirait un astronaute qui ferait la même expérience ? C’est sans doute impossible ? Seules certaines informations peuvent peut-être sortir sous forme d’un rayonnement évanescent ?

      Cependant, dans le cas de notre trou noir artificiel, c’est peut-être différent. C’est l’expérience qui le dira. Ne vous inquiétez pas pour moi. Je pars à l’assaut avec quelques théories qui suggèrent que je pourrais m’en sortir. A défaut de me protéger, je pourrai goûter pendant le temps qu’il me reste la beauté de leur formalisme mathématique qui n’a rien à envier à celle des équations de l’astrophysique.

      Bien à vous.

      OA



  • L’école gratuite, un concept à moderniser Le Devoir - Jessica Nadeau - 1 Décembre 2017
    http://www.ledevoir.com/societe/education/514420/l-ecole-gratuite

    Cinq commissions scolaires demandent à Québec de définir les suppléments qu’elles peuvent facturer

    Les commissions scolaires de Montréal demandent au ministre de « moderniser » le concept de gratuité scolaire afin de leur permettre de facturer des frais supplémentaires aux parents pour des sorties éducatives ou culturelles, des projets spéciaux et du matériel technologique. Elles menacent même de couper tous ces extras dès septembre prochain si Québec n’intervient pas rapidement.

    « On ne veut pas remettre en cause le principe de la gratuité scolaire, mais le redéfinir », explique, dans un langage alambiqué, la présidente de la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, Diane Lamarche-Venne, au cours d’une conférence de presse qui réunissait jeudi les cinq commissions scolaires anglophones et francophones desservant le territoire montréalais.
    . . . . .
    Les présidents des commissions scolaires demandent au ministre de rouvrir la Loi sur l’instruction publique pour préciser ce qui devrait être considéré comme gratuit ou non. En somme, ils veulent pouvoir faire payer les parents sans risque de nouvelle poursuite.
    . . . . .
    Les présidents disent ne pas avoir peur de l’issue de l’action collective en tant que telle, mais du fait qu’un juge détermine ce qu’il est légal de facturer ou non. « C’est la justice qui va venir définir ce qu’est la gratuité scolaire, alors que nous, on pense que c’est la population qui doit le faire, dans un grand débat public pour savoir ce qu’on veut comme école publique aujourd’hui ».

    #Ecole #gratuité #payante #Quebec #Canada #modernisation #En_marche #guerre_aux_pauvres #gratuité_inclusive #facturation #surfacturation #concept #modernisation #racket #vol #argent #fric


  • « Assedic », Le Monde diplomatique et ses oeuvres
    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/156/A/58147

    pour vendre ça qui est "Disponible dans la boutique en ligne"

    ils publient une phrase faite pour choquer et dégueulasse de Castaner et une chanson (paroles gratuites, ça alors !!)

    « Assedic »
    Les Escrocs se sont fait connaître avec la chanson « Assedic », issue de l’album « Faites-vous des amis ! » (Virgin, 1994). Ils vilipendaient avec humour ceux qui accusaient les chômeurs d’être des privilégiés. Près d’un quart de siècle plus tard, M. Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, assure : « La liberté, ce n’est pas de se dire que je vais toucher des allocations chômage pour partir deux ans en vacances » (BFM TV, 16 septembre 2017).
     
    « Assedic »↑
     

    J’en avais marre de travailler
    Et de perdre mon temps
    À faire des boulots mal payés
    Avec des gens très emmerdants.
    Je cherchais la combine.
    Et c’est pas facile,
    De se tirer de l’usine
    Pour partir dans les îles.
    Je me creusais le ciboulot.
    J’étais comme tous les gens,
    Allergique au boulot,
    Mais pas allergique à l’argent.
    Je ne connais qu’une façon
    De se tirer sous les tropiques
    Quand on est petit, laid
    Et qu’on a pas de fric.
     
    Assedic…
    Je t’écrirai de temps en temps,
    Toi tu m’enverras mon virement
    Directement,
    Tout là-bas, dans mon île
    Assedic
    Avec ton amie RMI
    Vous serez mes deux meilleures amies
    Ce sera dément.
     
    L’Agence nationale pour l’emploi
    M’écrit de France.
    Ils veulent à peine au bout d’un mois
    Me gâcher mes jolies vacances,
    En m’envoyant chez Prisunic
    Décharger des camions.
    Avec ma copine Assedic,
    Évidemment on a dit non.
    Je veux que ça dure toute la vie,
    Que chaque jour soit férié.
     
    Enfin ma place au soleil,
    À moi les ciels vermeils
    Et les beaux voyages…
    M’en priver ce serait dommage.
    Assedic
    Tu seras ma petite maman,
    La maman de tous les gens
    Qui n’ont pas d’argent.

    dire "Ils vilipendaient avec humour ceux qui accusaient les chômeurs d’être des privilégiés," et rien d’autre c’est tout simplement nier ce que dit la chanson, ce qu’elle exige, avec humour effectivement, deux ans après les luttes d’intermittents de 1992 : ne pas dépendre de l’emploi pour vivre.

    cette #gauchedemerde me fait pas du tout rigoler
    #gauchederiches #travaillisme #rackett


  • Pharmaceutical Founder Arrested In Alleged Nationwide Opioid Scheme : The Two-Way : NPR
    http://www.npr.org/sections/thetwo-way/2017/10/26/560263997/pharmaceutical-founder-arrested-in-alleged-nationwide-opioid-scheme

    On the same day President Trump declared the opioid epidemic a public health emergency, the co-founder of a prominent opioid medication manufacturer has been arrested on fraud and racketeering charges. John Kapoor, former CEO of Insys Therapeutics, has been charged with conspiring to push the company’s signature drug for unacceptable uses through a series of bribes and kickbacks.

    Subsys, as the drug is known, transmits the extremely powerful narcotic fentanyl in spray form, allowing it to be placed beneath the tongue for fast, potent pain relief. It is meant only for treating cancer patients suffering from severe pain.

    But according to prosecutors, Kapoor and several other former high-ranking executives at the company conspired to bribe doctors to write “large numbers of prescriptions for the patients, most of whom were not diagnosed with cancer.” They also allegedly “conspired to mislead and defraud health insurance providers who were reluctant to approve payment for the drug when it was prescribed for non-cancer patients.”

    #Big_pharma #Opioides #Racket


  • L’insoutenable sort des jeunes #migrants laissés à la rue à #paris
    https://www.mediapart.fr/journal/france/021017/l-insoutenable-sort-des-jeunes-migrants-laisses-la-rue-paris

    Dans le jardin de la rue Pali-Kao, à Paris, le 28 septembre 2017 © CF Quelque 200 adolescents étrangers ont été signalés sans abri à Paris en septembre, selon l’estimation de bénévoles. Racket, prostitution, drogue : à la rue, ces jeunes refusés par l’aide sociale à l’enfance sont exposés à toutes les violences.

    #France #asile #mineurs_isolés



  • Un logiciel malveillant vise 120.000 webcams et caméras de surveillance
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/05/12/32001-20170512ARTFIG00124-un-logiciel-malveillant-vise-120000-webcams-et-ca

    Un nouveau type de logiciel malveillant a été repéré sur le Web. Inspiré de Mirai, le nouveau programme infecte des objets connectés et les place sous le contrôle de pirates. Les webcams sont des cibles de choix pour les pirates. La société de cybersécurité Trend Micro a découvert un nouveau type de logiciel malveillant sur Internet. Dans un rapport, elle affirme que 120.000 webcams et caméras de surveillance sont vulnérables et peuvent être enrôlées dans des réseaux de machines zombies. Aussi appelés (...)

    #Mirai #spyware #webcam #hacking


  • [#Correctionnelle] L’officier d’État-major franc-maçon avisait les gens de sa loge... lamarseillaise.fr - David Coquille - mercredi 26 avril 2017

    http://www.lamarseillaise.fr/marseille/faits-divers-justice/59793-correctionnelle-l-officier-d-etat-major-franc-macon-avisait-les

    Une peine de 18 mois de prison avec sursis a été prononcée hier à l’encontre de l’ex-chef de cabinet du directeur de la Sécurité publique des Bouches-du-Rhône, Albert Plaza, 62 ans, condamné pour violation du secret professionnel et consultation illégitime de 49 fiches du STIC en 4 mois. Un gardien de la paix aixois et un policier à la retraite ont écopé de 6 mois de prison avec sursis.

    A l’occasion de l’enquête en 2011 dans le dossier « Calisson » d’extorsion en bande organisée des boites de nuit aixoises par le milieu corse, il est apparu que l’ancien patron de la BAC Nord et Centre de Marseille durant vingt ans prévenait le patron de la boite de nuit le Mistral des opérations de contrôles à venir. Les écoutes sont accablantes. « Dis à notre amis... dans les trois jours là... clean de chez clean » dit le capitaine à un chirurgien aixois qui transmet fissa à Christian Bandikian, le gérant du Mistral. Les bénéficiaires des informations étaient multiples et variés  : du Sport Beach de l’Escale Borély à des journalistes de la presse écrite et télévisuelle.


    « Appelons un chat, un chat, vous êtes membre d’une loge maçonnique  » en vient rapidement le président Fabrice Castoldi. « Une grand partie des communications d’Albert Plaza tourne autour de la franc-maçonnerie et des services à solliciter ou à rendre, y compris même au sein de la police » écrit le juge d’instruction dans son ordonnance de renvoi. « C’est dans ma nature de rendre service, je suis un bon soldat, je fais ce qu’on me dit de faire » a répondu le prévenu défendu par Me Myriam Greco, mais qui n’a jamais paru prendre mesure de la gravité des faits. « J’ai l’impression qu’on m’a laissé me noyer. Personne n’est venu me dire que je franchissais la ligne » a dit le prévenu simplement muté dans l’Orne. « Je suis sidéré de devoir rappeler des fondamentaux à trois policiers. Mais enfin le STIC n’est pas fait pour faciliter le règlement des litiges de vie privée des amis des policiers et autres ! Les enquêteurs de la PJ ont dû tomber du placard en voyant qu’un portable de la DDSP sonnait pour le Mistral  !  » réagit le président Castoldi qui rappelle la question de fond, celle de « la neutralité du service public et la privatisation d’un dispositif étatique.  » Pour le procureur de la République, les réponses respirent «  une banalisation de la transgression de la loi, une culture de la violation du secret professionnel, une atteinte à la manifestation de la vérité  ». «  De par ses fonctions il est au coeur du réacteur, Albert Plaza a eu accès à des informations stratégiques et sensibles. »

    #Marseille #police #franc-maçon #PJ #Racket #BAC #Amis #Copains


  • Why an Open Market Won’t Repair American Health Care
    https://mobile.nytimes.com/2017/04/04/books/review/an-american-sickness-elisabeth-rosenthal.html

    As Rosenthal describes American health care, it’s not really a market; it’s more like a protection #racket — tolerated only because so many different institutions are chipping in to cover the extortionary bill and because, ultimately, it’s our lives that are on the line.

    [...]

    Where Rosenthal’s account falls short is in explaining why this deeply broken system persists. [...]

    The difference between the United States and other countries isn’t the role of insurance; it’s the role of government. More specifically, it’s the way in which those who benefit from America’s dysfunctional market have mobilized to use government to protect their earnings and #profits. In every country where people have access to sophisticated medical care, they must rely heavily on the clinical expertise of providers and the financial protections of insurance, which, in turn, creates the opportunity for runaway costs. But in every other rich country, the government not only provides coverage to all citizens; it also provides strong counterpressure to those who seek to use their inherent market power to raise prices or deliver lucrative but unnecessary services — typically in the form of hard limits on how much health care providers can charge.

    #Etats-Unis #couverture #santé #complicité #Etat #lobbies #lobbying


  • La révolte des fosses septiques
    http://www.eauxglacees.com/La-revolte-des-fosses-septiques

    Des milliers d’utilisateurs d’installations d’assainissement non collectif ont lancé le 17 octobre 2016, à l’initiative du réseau ConfiANCe, qui regroupe une trentaine d’associations d’usagers dans toute la France, un appel à la désobéissance civile. Ils refusent dorénavant que les agents des services publics de l’ANC (les SPANCs), plus de 4000 en France créés par les collectivités locales, pénètrent dans leurs propriétés afin d’y effectuer diagnostics, contrôles et prescriptions de travaux. Ils dénoncent en (...)



  • Voici un message de menaces comme nous en recevons tous souvent (cette « Armada Collective » en envoie beaucoup depuis un ou deux mois) :

    De : Armada Collective [mailto:armada.collective@gmail.com]
    Envoyé : vendredi 24 juin 2016 04:51
    À : webmaster
    Objet : ATTENTION: Ransom request!!!

    FORWARD THIS MAIL TO WHOEVER IS IMPORTANT IN YOUR COMPANY AND CAN MAKE
    DECISION!

    We are Armada Collective.

    All your servers will be DDoS-ed starting Sunday (Jun 26 2016) if you don’t
    pay 5 Bitcoins @ 1zeYVoTUBxqQq9KBscjqBnGV7r2oyShRB

    When we say all, we mean all - users will not be able to access sites host
    with you at all.

    If you don’t pay by Sunday, attack will start, price to stop will increase
    by 5 BTC for every day of attack.

    If you report this to media and try to get some free publicity by using our
    name, instead of paying, attack will start permanently and will last for a
    long time.

    This is not a joke.

    Our attacks are extremely powerful - sometimes over 1 Tbps per second. So,
    no cheap protection will help.

    Prevent it all with just 5 BTC @ 1zeYVoTUBxqQq9KBscjqBnGV7r2oyShRB

    Do not reply, we will probably not read. Pay and we will know its you. AND
    YOU WILL NEVER AGAIN HEAR FROM US!

    Bitcoin is anonymous, nobody will ever know you cooperated.

    [Fin du message d’Armada Collective]

    Mais attention, s’il y a des menaces réelles, qu’il faut prendre au sérieux, il y en a d’autres qui sont du pur bluff. CloudFlare a fait un article à ce sujet :

    https://blog.cloudflare.com/empty-ddos-threats-meet-the-armada-collective

    Et le CERT ANSSI aussi : http://www.cert.ssi.gouv.fr/site/CERTFR-2016-ACT-022.pdf

    #sécurité_informatique #dDoS #racket


  • Pour la Cimade, « de nombreux médecins se livrent à un racket » auprès des migrants
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/05/16/pour-la-cimade-de-nombreux-medecins-se-livrent-a-un-racket-aupres-des-migran

    L’association Cimade, qui aide les étrangers à faire reconnaître leurs droits, assure avoir constaté que « de nombreux médecins se livr[ai]ent à un racket » auprès des migrants pour la réalisation de certificats médicaux en vue d’un titre de séjour.

    « Ils exigent [des migrants] le paiement de plusieurs centaines d’euros pour établir des certificats médicaux selon lesquels leur pathologie peut ouvrir droit à une demande de titre de séjour sur le territoire national », affirme lundi 16 mai dans Le Parisien, Laura Petersell, chargée de la thématique santé à la Cimade.

    #migrants #hôpital #abus_de_faiblesse


  • Nuit debout, un ramassis de mouvements politiquement « récupérés » et anti-ouvriers
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/mai2016/nuit-m07.shtml
    Sans déconner, j’ai l’impression que ce papier vient du même endroit qu’un autre que j’avais épinglé il n’y a pas très longtemps sur le même sujet, avec des attaques très directes contre Ruffin et Lordon.
    Tout mouvement social est critiquable, mais bon, j’ai tout de même la sensation persistante qu’il y a tout un mouvement politique qui se pense et vit comme détenteur de LA #vérité à #gauche et qui, du coup, discrédite systématiquement toute initiative gauchiste n’ayant pas reçu leur #blanc-seing de la pureté idéologique absolue, autrement dit Toutes les initiatives de gauche, sans se soucier de laisser le champs libre à droite.

    Tous ces dénigrements systématiques de #nuit-debout me font en fait penser à une opération de #sabotage permanente de toute tentative de faire émerger une #alternative #politique autrement que dans le #chaos et le sang, lesquels sont rarement les préludes d’une #démocratie réelle.

    Cette ineptie étant devenue visible après quelques jours, Nuit debout s’est structuré en commissions où sont à présent discutés les projets tenant à cœur à ceux qui y donnent le ton. On y traite de la création de nouvelles institutions bourgeoises (citoyens constituants), de l’économie politique (souverainisme), de l’écologie et du climat, et du féminisme.

    Ruffin et Lordon ont déclaré qu’ils sont indifférents au résultat de la mobilisation des jeunes et des ouvriers contre la loi El-Khomri. Parlant de la loi, Lordon a dit lors d’un meeting à Tolbiac : « nous ne revendiquons nullement qu’elle soit modifiée ou réécrite, nous ne revendiquons pas de droits, nous ne revendiquons pas du tout d’ailleurs… » Le passage d’une telle loi aurait des conséquences désastreuses sur l’emploi, les salaires et les conditions de travail de la classe ouvrière.

    Ruffin étale régulièrement son mépris de la classe ouvrière dans son journal satirique Fakir et défend expressément les intérêts de la petite bourgeoisie. Selon lui, celle-ci doit se servir de la classe ouvrière pour défendre ses intérêts spécifiques à l’intérieur du capitalisme.

    Il a expliqué ainsi son idée quelques semaines avant le début de Nuit debout : « Tant qu’on y va de manière séparée, on a de bonnes chances d’être foutus. L’une des leçons du film [‘Merci Patron !’] c’est de se dire que si on n’a pas la jonction de la petite bourgeoisie que j’incarne et des classes populaires incarnées par les Klur dans le film, on n’arrive pas à perturber [l’oligarque] Bernard Arnault ».

    Lordon, très applaudi dans les assemblées générales de Nuit debout, défend le nationalisme économique et insiste sur le rôle central de l’Etat bourgeois qu’il entend renforcer. Il est pour un retour à une politique protectionniste. Le Monde caractérise sa politique ainsi : « le défaut de l’Etat sur sa dette, la sortie de la monnaie unique, la prise de contrôle des banques en faillite par la puissance publique et la régulation des échanges avec l’étranger » une politique qui, comme il fut question en Grèce en 2015, ne peut être appliquée que par des mesures dictatoriales. Ces positions le rapprochent du souverainiste Jacques Sapir, qui avait en août dernier proposé une alliance entre « la gauche souverainiste » (entre autres Mélenchon et le Front de Gauche) et le FN.

    Ce n’est pas un hasard si on observe à Nuit debout la présence d’éléments et même de banderoles de l’extrême droite.