#ramy_shaath

  • Covid-19. La double peine des prisonniers palestiniens et arabes
    Plus de 160 personnalités du monde arabe appellent à la libération des prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes et des prisonniers d’opinion dans le monde arabe, Orient XXI, le 19 mai 2020
    https://orientxxi.info/magazine/covid-19-la-double-peine-des-prisonniers-palestiniens-et-arabes,3887

    Parmi les signataires de la tribune figurent les universitaires tunisien et marocain Yadh Ben Achour et Abdullah Hammoudi, les écrivains jordanien et égyptien Ibrahim Nasrallah et Ahmed Nagy, le compositeur et joueur de oud tunisien Anouar Brahem, la chanteuse libanaise Omaima El Khalil et l’acteur palestinien Saleh Bakri, les journalistes libanais et égyptien Pierre Abi Saab et Khaled Al-Balshi, les responsables politiques palestiniens Hanan Ashrawi et Nabil Shaath et les défenseurs des droits humains palestinien et tunisien Omar Barghouti et Mokhtar Trifi...

    En ce temps d’épidémie, la prison devient une double peine : à la privation de liberté et d’autres droits fondamentaux s’ajoute le risque de contamination par le très contagieux coronavirus. Les prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes et les prisonniers d’opinion dans le monde arabe vivent dans une promiscuité étroite, le plus souvent dans des conditions sanitaires désastreuses, avec un accès limité aux ressources qui permettraient de maintenir une hygiène minimale -sans même parler de l’arsenal prophylactique élémentaire. Dans tout le monde arabe, du Maroc à l’Irak en passant par l’Égypte (à l’exception peut-être de la Tunisie), des milliers de prisonniers politiques croupissent dans des conditions qui favorisent la contagion.

    #Palestine #Egypte #prison #Zyad_El-Elaimy #Ramy_Shaath #liberté_d'expression #pétition

  • En arrêtant Ramy Shaath, la dictature égyptienne s’attaque au mouvement BDS
    22 août 2019 – Al Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine
    http://www.chroniquepalestine.com/en-arretant-ramy-shaath-la-dictature-egyptienne-sattaque-au-mouv

    Al Jazeera – La police égyptienne a arrêté Ramy Shaath, responsable du mouvement BDS en Égypte, le 5 juillet et l’a accusé d’ « assistance à un groupe terroriste », a annoncé sa famille.

    L’éminent homme politique palestinien Nabil Shaath [membre du Fatah et ex-négociateur palestinien] a rompu son silence depuis que la police égyptiennes a arrêté son fils le mois dernier.

    Ramy Shaath, âgé de 48 ans, a été enlevé de son domicile au Caire le 5 juillet en milieu de journée, a annoncé sa famille dans un communiqué publié mercredi sur Facebook.

    « Au moins une douzaine d’agents de sécurité lourdement armés ont pris d’assaut et fouillé sa résidence sans présenter aucun document légal », a ajouté le responsable.

    S’exprimant sur New Arab jeudi, Shaath a déclaré que l’arrestation était liée au militantisme de son fils dans le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), ainsi qu’à sa critique de la participation de l’Égypte à un workshop économique organisé à Bahreïn par les États-Unis, considéré la première partie du plan controversé de Washington pour liquider la question palestinienne. (...)

    #IsraelEgypte #BDS #Ramy_Shaath

    • Lettre à mon mari, Ramy Shaath, prisonnier d’opinion en Egypte
      3 sept. 2019 Par Amnesty International Blog : Le blog d’Amnesty International France
      https://blogs.mediapart.fr/amnesty-international/blog/030919/lettre-mon-mari-ramy-shaath-prisonnier-d-opinion-en-egypte

      En Égypte, la répression ne faiblit pas. Le 5 juillet dernier, Ramy Shaath, est arrêté à son domicile au Caire par des policiers lourdement armés. Sa femme Céline Lebrun-Shaath, depuis la France lutte pour sa libération. Elle lui écrit cette lettre ouverte pour leur premier anniversaire de mariage, dans l’espoir que ses mots lui parviendront derrière les barreaux de la prison de Tora, au Caire.

      En Égypte, la répression ne faiblit pas. Le 5 juillet dernier, Ramy Shaath, est arrêté à son domicile au Caire par des policiers lourdement armés. Cet éminent défenseur des droits du peuple palestinien, figure de la révolution égyptienne de 2011, est poursuivi sans aucun fondement pour « assistance à un groupe terroriste », dans le cadre de l’affaire dite du « Plan Espoir ».

      Le 5 juillet, sa femme, Céline Lebrun-Shaath, était expulsée sans raison vers la France. Depuis la France, elle se démène pour obtenir sa libération. Alors que toute communication directe leur est aujourd’hui interdite, elle lui écrit cette lettre ouverte pour leur premier anniversaire de mariage, dans l’espoir que ses mots lui parviendront derrière les barreaux de la prison de Tora, au Caire. (...)