#ramy_shaath

  • OHCHR | UN experts call for removal of rights defenders Ramy Shaath and Zyad El-Elaimy from ‘terrorism entities’ list
    https://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=26739

    GENEVA (11 February 2021) – UN experts urge the Egyptian authorities to remove Ramy Shaath and Zyad El-Elaimy from a “terrorist” list and to stop the systemic misuse of counter-terrorism powers. The matter was heard on appeal yesterday, and is scheduled to be decided on 10 March 2021.

    “We are deeply concerned about the impact on the rights of Mr. Shaath and Mr. El-Elaimy following this listing last year, including fair process, right to freedom of assembly and association, and the negative impact on their family life, their right to work and their right to participate in public affairs,” the experts said.

    The UN experts called on authorities to implement the recent opinion of the Working Group on Arbitrary Detention finding that Mr. Shaath was arbitrarily detained, and he should thus be immediately released. The Working Group found that the proceedings placing Mr. Shaath on a terrorist list violated the presumption of innocence, in breach of article 14 (2) of the Covenant.

    #Ramy_Shaath #Egypte

  • Des parlementaires européens se mobilisent pour les prisonniers d’opinion en Egypte
    Hélène Sallon, Le Monde, le 21 octobre 2020
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/10/21/des-parlementaires-europeens-se-mobilisent-pour-les-prisonniers-d-opinion-en

    La mobilisation parlementaire s’intensifie en Europe et aux Etats-Unis autour des prisonniers de conscience en Egypte. Dans une lettre ouverte rendue publique mercredi 21 octobre, 222 députés européens exhortent le président Abdel Fattah Al-Sissi à libérer tous les opposants politiques, défenseurs des droits humains et voix critiques, détenus arbitrairement dans les geôles égyptiennes, avec des risques sanitaires aggravés par la pandémie de Covid-19. Lundi, une lettre similaire avait été adressée au président égyptien par 56 membres du Congrès américain. « Le ton se durcit du fait de l’autisme des autorités égyptiennes face aux critiques répétées contre les violations des droits de l’homme et les attaques contre les opposants politiques », commente l’eurodéputé Vert Mounir Satouri.

    « Depuis son accession au pouvoir [en 2014], le président Sissi a criminalisé toute organisation et expression politique. L’Union européenne a continué à soutenir l’Egypte, même financièrement, comme si la question des droits de l’homme n’existait pas. Or, ce qui se joue, ce sont aussi nos valeurs et notre Etat de droit », poursuit l’eurodéputé français, rapporteur spécial sur l’Egypte auprès de la commission des affaires étrangères du Parlement européen. En octobre 2019, Bruxelles avait déjà épinglé Le Caire pour la détérioration significative de la situation des droits de l’homme et appelé à une « révision en profondeur » des relations européennes avec l’Egypte. Des milliers de prisonniers d’opinion y croupissent en prison, passant souvent plus de deux ans en détention provisoire.

    Situation critique

    Alors que la répression s’est amplifiée, 82 eurodéputés ont signé cette lettre, aux côtés de parlementaires de sept pays européens, dont la France, l’Allemagne et l’Italie, alliées stratégiques du Caire. En France, 80 signataires – dont 66 députés, pour moitié issus de la majorité présidentielle – se sont joints à l’appel. « Il aurait pu y avoir un tournant dans le contexte Covid, mais l’Egypte n’a pas saisi cette occasion de relâcher des personnes qui vivent dans de mauvaises conditions sanitaires et qui sont en détention administrative », déplore la députée LRM Mireille Clapot, membre de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale.

    Sensibilisés par le cas du militant politique Ramy Shaath, arrêté en juillet 2019 et dont l’épouse française, Céline Lebrun-Shaath, a été expulsée d’Egypte, une dizaine de parlementaires avait manifesté en décembre 2019 en faveur des défenseurs des droits humains incarcérés. Et en janvier, 66 députés et eurodéputés français avaient signé une tribune dans Le Monde pour demander leur libération. Aujourd’hui, les signataires de la lettre ouverte réitèrent l’appel à relâcher tous les prisonniers d’opinion, dont une vingtaine sont nommés. « L’extrême surpopulation et le manque d’accès aux soins médicaux dans les lieux de détention et prisons ont créé une situation dramatique, et des informations sur des cas de Covid-19 parmi le personnel carcéral ont émergé », soulignent-ils.

    La pandémie de Covid-19, qui a fait 6 142 morts en Egypte selon les chiffres officiels, a rendu la situation critique. Les signataires déplorent le refus des autorités de procéder à des libérations exceptionnelles, recommandées par l’Organisation mondiale de la santé, et les restrictions supplémentaires imposées à la population carcérale et à leurs familles : de mars à août, les prisonniers ont été privés de contacts avec leurs proches. Céline Lebrun-Shaath a ainsi eu droit à deux appels téléphoniques mais n’a toujours pas été autorisée à rendre visite à son époux, malgré la pression de Paris. « La forte mobilisation des parlementaires est réconfortante, dit-elle cependant. On espère que les autorités égyptiennes entendent cet appel. » Au moins un décès des suites de l’exposition au SARS-CoV-2 en détention a par ailleurs été confirmé, celui du journaliste Mohamed Mounir.

    Nouvelle vague d’arrestations

    Les parlementaires exhortent aussi Le Caire à faire cesser les représailles à l’encontre des défenseurs des droits humains plaidant leur cause, comme Bahey Eldin Hassan. Exilé en France depuis 2014, le directeur de l’Institut du Caire pour l’étude des droits de l’homme a été condamné, en août, à quinze ans de prison ferme par contumace pour ses prises de position en faveur des droits humains. « De plus en plus de prisonniers d’opinion sont poursuivis sur de fausses accusations de terrorisme, comme les médecins qui ont critiqué la gestion du Covid-19 par les autorités égyptiennes », alerte-t-il.

    Depuis le 20 septembre, une nouvelle vague d’arrestations – plus de 900, selon la Commission égyptienne pour les droits et les libertés – vise ceux qui ont défié le pouvoir lors de manifestations contre la dégradation de la situation socio-économique et pour marquer l’anniversaire d’une mobilisation anti-Sissi qui avait déjà déclenché, en 2019, plus de 4 000 interpellations.

    « L’accumulation des pressions des pays partenaires, qui font levier sur l’Egypte, donnera un jour des résultats », est convaincu Bahey Eldin Hassan. La dégradation de la situation socio-économique met à mal, à ses yeux, l’argument avancé par le président Sissi auprès de l’Europe et des Etats-Unis d’être « le garant de la stabilité de l’Egypte et en conséquence de l’Union européenne, en agitant la menace des migrants ».

    Alors que les députés européens appellent à un discours de fermeté vis-à-vis de l’Egypte, la mobilisation des membres du Congrès américain – 55 démocrates et le sénateur indépendant Bernie Sanders – sonne comme un avertissement : la relation avec l’Egypte, qui reçoit une aide militaire annuelle de 1,3 milliard de dollars (soit 1,1 milliard d’euros), pourrait être réévaluée à l’aune du respect des droits humains.

    #Ramy_Shaath #prison #Égypte #liberté_d'expression #parlementaires #USA #Europe

  • Superbe chant a cappella de Nai Barghouti - Insa Keef (reprise de Fairouz, sur les sentiments d’abandon, de désir et de solitude qui envahissent celles et ceux qui sont emprisonné.es)
    https://www.youtube.com/watch?v=HWpgH53ZEKs

    Aujourd’hui, nous essayons de nous rappeler ce qu’ils traversent grâce au pouvoir de la chanson, en solidarité avec Ramy Shaath et les prisonniers d’opinion en Egypte.

    A propos de #Ramy_Shaath, en #prison en #Égypte depuis un an, par exemple :
    https://seenthis.net/messages/866469

    Au départ cette chanson, issue de la comédie musicale Loulou(1974), est chantée par une prisonnière, enfermée à tort...

    #Nai_Barghouti #Palestine #Musique #Musique_et_politique #Fairouz

    #Femmes : A rajouter sur la playlist de chanteuses féministes de @mad_meg :
    https://seenthis.net/messages/392880

  • #Ramy_Shaath est en #prison en #Égypte depuis un an, uniquement pour avoir exercé son droit à la #liberté_d'expression et à l’activité militante, enfermé dans une cellule surpeuplée, sans soins médicaux.

    Ramy est considéré comme un prisonnier d’opinion par Amnesty International, détenu avec d’autres militants, journalistes, avocats, etc., tous emprisonnés pour leur activité politique légitime.

    Ils et elles demandent la libération de Ramy Shaath et des prisonniers d’opinion en Égypte :
    https://www.youtube.com/watch?v=VSyNdPhonXA

    Annemarie Jacir - Réalisatrice
    Brian Eno - Musicien
    Danny Glover - Acteur et réalisateur
    George Smith - Prix Nobel de Chimie
    Hafidha Chekir - Vice-présidente de la FIDH
    Ivar Ekeland - Economiste et mathématicien
    Mike Leigh - Réalisateur
    Molly Crabapple - Artiste
    Nai Barghouti - Musicienne
    Noam Chomsky - Philosophe
    Peter Gabriel - Musicien
    Rafeef Ziadah - Poète
    Richard Falk - Ancien Rapporteur Spécial des Nations Unies
    Roger Waters - Musicien
    Thurston Moore - Musicien
    V (anciennement Eve Ensler) - Dramaturge

  • Covid-19. La double peine des prisonniers palestiniens et arabes
    Plus de 160 personnalités du monde arabe appellent à la libération des prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes et des prisonniers d’opinion dans le monde arabe, Orient XXI, le 19 mai 2020
    https://orientxxi.info/magazine/covid-19-la-double-peine-des-prisonniers-palestiniens-et-arabes,3887

    Parmi les signataires de la tribune figurent les universitaires tunisien et marocain Yadh Ben Achour et Abdullah Hammoudi, les écrivains jordanien et égyptien Ibrahim Nasrallah et Ahmed Nagy, le compositeur et joueur de oud tunisien Anouar Brahem, la chanteuse libanaise Omaima El Khalil et l’acteur palestinien Saleh Bakri, les journalistes libanais et égyptien Pierre Abi Saab et Khaled Al-Balshi, les responsables politiques palestiniens Hanan Ashrawi et Nabil Shaath et les défenseurs des droits humains palestinien et tunisien Omar Barghouti et Mokhtar Trifi...

    En ce temps d’épidémie, la prison devient une double peine : à la privation de liberté et d’autres droits fondamentaux s’ajoute le risque de contamination par le très contagieux coronavirus. Les prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes et les prisonniers d’opinion dans le monde arabe vivent dans une promiscuité étroite, le plus souvent dans des conditions sanitaires désastreuses, avec un accès limité aux ressources qui permettraient de maintenir une hygiène minimale -sans même parler de l’arsenal prophylactique élémentaire. Dans tout le monde arabe, du Maroc à l’Irak en passant par l’Égypte (à l’exception peut-être de la Tunisie), des milliers de prisonniers politiques croupissent dans des conditions qui favorisent la contagion.

    #Palestine #Egypte #prison #Zyad_El-Elaimy #Ramy_Shaath #liberté_d'expression #pétition

  • En arrêtant Ramy Shaath, la dictature égyptienne s’attaque au mouvement BDS
    22 août 2019 – Al Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine
    http://www.chroniquepalestine.com/en-arretant-ramy-shaath-la-dictature-egyptienne-sattaque-au-mouv

    Al Jazeera – La police égyptienne a arrêté Ramy Shaath, responsable du mouvement BDS en Égypte, le 5 juillet et l’a accusé d’ « assistance à un groupe terroriste », a annoncé sa famille.

    L’éminent homme politique palestinien Nabil Shaath [membre du Fatah et ex-négociateur palestinien] a rompu son silence depuis que la police égyptiennes a arrêté son fils le mois dernier.

    Ramy Shaath, âgé de 48 ans, a été enlevé de son domicile au Caire le 5 juillet en milieu de journée, a annoncé sa famille dans un communiqué publié mercredi sur Facebook.

    « Au moins une douzaine d’agents de sécurité lourdement armés ont pris d’assaut et fouillé sa résidence sans présenter aucun document légal », a ajouté le responsable.

    S’exprimant sur New Arab jeudi, Shaath a déclaré que l’arrestation était liée au militantisme de son fils dans le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions), ainsi qu’à sa critique de la participation de l’Égypte à un workshop économique organisé à Bahreïn par les États-Unis, considéré la première partie du plan controversé de Washington pour liquider la question palestinienne. (...)

    #IsraelEgypte #BDS #Ramy_Shaath

    • Lettre à mon mari, Ramy Shaath, prisonnier d’opinion en Egypte
      3 sept. 2019 Par Amnesty International Blog : Le blog d’Amnesty International France
      https://blogs.mediapart.fr/amnesty-international/blog/030919/lettre-mon-mari-ramy-shaath-prisonnier-d-opinion-en-egypte

      En Égypte, la répression ne faiblit pas. Le 5 juillet dernier, Ramy Shaath, est arrêté à son domicile au Caire par des policiers lourdement armés. Sa femme Céline Lebrun-Shaath, depuis la France lutte pour sa libération. Elle lui écrit cette lettre ouverte pour leur premier anniversaire de mariage, dans l’espoir que ses mots lui parviendront derrière les barreaux de la prison de Tora, au Caire.

      En Égypte, la répression ne faiblit pas. Le 5 juillet dernier, Ramy Shaath, est arrêté à son domicile au Caire par des policiers lourdement armés. Cet éminent défenseur des droits du peuple palestinien, figure de la révolution égyptienne de 2011, est poursuivi sans aucun fondement pour « assistance à un groupe terroriste », dans le cadre de l’affaire dite du « Plan Espoir ».

      Le 5 juillet, sa femme, Céline Lebrun-Shaath, était expulsée sans raison vers la France. Depuis la France, elle se démène pour obtenir sa libération. Alors que toute communication directe leur est aujourd’hui interdite, elle lui écrit cette lettre ouverte pour leur premier anniversaire de mariage, dans l’espoir que ses mots lui parviendront derrière les barreaux de la prison de Tora, au Caire. (...)