• La mappa degli alberi da frutto antichi del Luganese

    Conservazione delle antiche varietà di alberi da frutto: al via il progetto di mappatura sul territorio della Città di Lugano

    Conservazione delle antiche varietà di alberi da frutto: al via il progetto di mappatura sul territorio della Città di #Lugano.

    Chi possiede un vecchio melo nel proprio giardino, chi conosce un pero interessante su di un terreno incolto, ma anche chi vuole semplicemente raccontare i propri ricordi legati all’albero di fichi che da bambino sorgeva in piazza è invitato a contattare il Verde pubblico della Città di Lugano.
    A partire dal mese di giugno inizia il progetto di mappatura degli alberi da frutto sul territorio di Lugano, dalla foce a Cimadera. Tutte le segnalazioni sono benvenute. Quando pensiamo al nostro patrimonio culturale, pensiamo agli scrittori, agli artisti e agli uomini di stato che hanno lasciato una traccia nella nostra storia. Non pensiamo agli alberi da frutto. Eppure il tema degli alberi da frutto, più di molti altri, raccoglie in sé tanto la nostra natura quanto la nostra cultura, è dunque un tema strettamente legato alla nostra identità. L’abbandono dell’agricoltura tradizionale nel dopoguerra, l’estensione delle zone edificabili da un lato e l’avanzata dei boschi dall’altro sono andate a scapito delle campagne agricole e dei suoi alberi da frutto.

    La Città di Lugano lancia un appello ai cittadini, ma anche agli utenti della città, per collaborare al censimento degli alberi da frutto rimasti sul suo territorio. La generazione contadina, di uomini e donne che conoscevano bene gli alberi da frutto e li coltivavano è ormai quasi sparita e, con essa, rischia di finire nell’oblio tutto un sapere contadino. Il patrimonio da recuperare è molto prezioso. La collaborazione di chi conosce un albero da frutto, di chi semplicemente l’ha visto o di chi ne conserva preziosi ricordi è fondamentale per riscoprire e salvaguardare la diversità genetica dei nostro patrimonio naturalistico. Il censimento e la mappatura, infatti, saranno seguiti da un progetto di reintroduzione delle antiche varietà individuate. Il frutteto di Cornaredo, così come il frutteto della Scuola elementare di Cadro, realizzati in collaborazione con l’alberoteca, ProFrutteti e l’Alleanza territorio e biodiversità, sono un esempio di come la Città può intervenire nel mantenimento della biodiversità, risorsa fondamentale per affrontare le sfide del futuro. Il censimento è realizzato dalla Città di Lugano (dal Verde pubblico con il supporto di Lugano al verde) in collaborazione con l’alberoteca, #ProSpecieRara, ProFrutteti, e con l’Associazione amici del Torchio di Sonvico.

    Per partecipare al censimento scaricare il modulo online oppure contattando il Verde pubblico:
    058 866 73 12
    www.luganoalverde.ch

    https://www.prospecierara.ch/telerik.web.ui.webresource.axd?imgid=7b4e9c2764d942acba96d7948df9f67c&

    https://www.prospecierara.ch/it/novita/la-mappa-degli-alberi-da-frutto-antichi-del-luganese

    #pro_specie_rara #Suisse #espèces_anciennes #variétés_anciennes #cartographie #recensement #cartographie_participative #biodiversité

    signalé par @wizo

  • The Racist Origins of Computer Technology
    https://yasha.substack.com/p/the-racist-origins-of-computer-technology

    Medium’s One Zero magazine just published my big historical-investigative article about the US census and the racist origins of modern computer technology.

    It’s a forgotten history that starts in the 1880s, when the first commercial computer was invented by an American engineer named Herman Hollerith (that’s him up there on business trip in St. Petersburg). It takes you on journey through the racial politics of early 20th century America and ends up in Nazi Germany and the Holocaust, while making a brief stop at Steven Bannon and Donald Trump’s nativist palace.

    la big investigation historique en question (pas lu)
    https://onezero.medium.com/the-racist-and-high-tech-origins-of-americas-modern-census-44ba984c2

    • People forget what a totally openly fascist country America was before World War II. Adolf Hitler and the Nazis ruined it for everyone. Because until they came along and took their racist theories a little too far, everyone loved eugenics. Americans cheered human selective breeding programs, and the most respected members of society advocated for forced sterilization and the banning of immigrants deemed to be genetically unfit. It was seen as scientific progress — the wave of the future! Over thirty states passed legislation that regulated forced sterilization on genetic and social grounds. These laws were affirmed by the Supreme Court and are still on the books today.

      Et de la big investigation, super intéressante:

      The Racist Origins of America’s Tech Industry
      Yasha Levine, le 30 avril 2019
      https://onezero.medium.com/the-racist-and-high-tech-origins-of-americas-modern-census-44ba984c2

      A few years earlier, working for the U.S. Census Bureau, Hollerith had developed the world’s first functional mass-produced computer: the Hollerith tabulator. An electromechanical device about the size of large desk and dresser, it used punch cards and a clever arrangement of gears, sorters, electrical contacts, and dials to process data with blazing speed and accuracy. What had taken years by hand could be done in a matter of months. As one U.S. newspaper described it, “with [the device’s] aid some 15 young ladies can count accurately half a million of names in a day.”

      As the 19th century drew to a close, census officials had started transforming what should have been a simple head count into a system of racial surveillance.

      Immediately following the census, the states and the federal government passed a flurry of laws that heavily restricted immigration.

      IBM’s German subsidiary landed its first major contract the same year Hitler became chancellor. The 1933 Nazi census was pushed through by Hitler as an emergency genetic stock-taking of the German people. Along with numerous other data points, the census focused on collecting fertility data for German women — particularly women of good Aryan stock. Also included in the census was a special count of religiously observant Jews, or Glaubensjuden.

      By the time the U.S. officially entered the war in 1941, IBM’s German subsidiary had grown to employ 10,000 people and served 300 different German government agencies. The Nazi Party Treasury; the SS; the War Ministry; the Reichsbank; the Reichspost; the Armaments Ministry; the Navy, Army and Air Force; and the Reich Statistical Office — the list of IBM’s clients went on and on.

      #USA #racisme #xénophobie #eugénisme #histoire #ordinateurs #recensement #Allemagne #Nazis #Adolf_Hitler #Herman_Hollerith #IBM

  • Atlas of Utopia. 2019 TRANSFORMATIVE CITIES FEATURED INITIATIVES

    #Transformative_Cities is an opportunity for progressive local governments, municipalist coalitions, social movements and civil society organizations to popularize and share their experiences of building solutions to our planet’s systemic economic, social, political and ecological crises.

    The initiative draws on the emerging wave of transformative practices and responses taking place at municipal level worldwide, by launching a unique platform and award process that will facilitate the wider dissemination of the lessons and inspiration from such practices.

    https://transformativecities.org/atlas-of-utopias
    #villes #urban_matter #utopie #atlas #transition #énergie #logement #alimentation #eau #recensement

  • #Panorama

    The PANORAMA of GREEK CENSUS DATA is an internet based application designed to take full advantage of the vast quantity of information contained in the last three censuses (1991-2001-2011) by giving the user the opportunity to:
    – effectively manage all variables contained in the census,
    – retrieve data for further statistical analysis in easily usable form
    – map census variables at multiple geographical levels.

    https://panorama.statistics.gr/en
    #database #base_de_données #statistiques #Grèce #recensement #chiffres

    ping @simplicissimus @fil @reka

  • La Cour suprême américaine exclut la question de la nationalité du #recensement de 2020 [et refuse d’apporter des limites au #gerrymandering]
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/27/la-cour-supreme-americaine-exclut-la-question-de-la-nationalite-du-recenseme

    Les arguments avancés par l’administration Trump pour justifier sa décision ne tenaient pas. Il s’agit d’un revers pour le président, qui s’est impliqué dans le dossier.

    La Cour suprême des Etats-Unis a infligé un revers, jeudi 27 juin, à l’administration Trump en lui interdisant d’ajouter une question sur la nationalité dans le prochain recensement de la population, prévu en 2020. Dans sa décision « Department of commerce v. New York », elle a estimé que les arguments avancés par le département du commerce, dont dépend le bureau du recensement, pour justifier sa décision ne tenaient pas.

    Il s’agit d’un revers pour le président républicain, qui s’est impliqué à plusieurs reprises dans le dossier. « Pouvez-vous imaginer un recensement dans lequel vous n’auriez pas le droit de dire si quelqu’un est Américain ou pas ? », « ce serait totalement ridicule », déclarait-il encore mi-juin. En mars 2018, l’administration Trump avait décidé de réintroduire une question sur la nationalité, abandonnée depuis le recensement de 1950, dans les formulaires pour le recensement de 2020. La décision, prise par le secrétaire d’Etat au commerce, Wilbur Ross, avait suscité un tollé chez les démocrates.

    Selon eux, la question risque d’intimider les étrangers en situation irrégulière et donc d’entraîner une sous-estimation des populations des Etats abritant de nombreux immigrés, qui s’avèrent être souvent démocrates. Une vingtaine d’Etats, comme la Californie ou New York, ainsi que des grandes villes, comme Chicago ou San Francisco, et des défenseurs des droits des étrangers ont saisi la justice, et un juge fédéral de New York a entamé l’examen de leur plainte le 5 novembre 2018. Le gouvernement a contre-attaqué devant la Cour suprême des Etats-Unis pour lui demander de circonscrire les preuves recevables par le juge new-yorkais, et notamment d’écarter des dépositions de certains responsables du secrétariat au commerce.

    Le bureau du recensement avait mis l’administration Trump en garde sur les conséquences négatives d’une telle question. Ses experts avaient évalué qu’au moins 1,6 million de personnes se garderaient de participer au recensement si on leur demandait leur nationalité.
    Ils ont depuis revu leurs estimations pour les porter à 6,5 millions de personnes (sur une population totale d’environ 320 millions), selon les documents judiciaires présentés à la Cour suprême. Le recensement, qui doit se tenir obligatoirement tous les dix ans selon la Constitution, conditionne l’octroi de 675 milliards de dollars de subventions fédérales et le nombre de sièges à la Chambre des représentants attribués à chaque Etat.

    Sans se prononcer sur le bien-fondé de la question, la Cour suprême a estimé que les justifications de Wilbur Ross étaient « artificielles ». « On nous a présenté une explication qui n’est pas cohérente avec ce que les archives révèlent du processus de décision et des priorités de l’administration », écrit-elle à une courte majorité (cinq juges sur neuf).

    Elle laisse toutefois la porte ouverte pour que le gouvernement Trump fournisse des explications plus convaincantes. Mais le calendrier est serré : les formulaires du recensement 2020 doivent être imprimés cet été. L’ACLU, la puissante organisation de défense des libertés civiles, a immédiatement salué « une victoire pour les immigrés et les communautés de couleur en Amérique ».

    Dans une autre décision, la Cour suprême des Etats-Unis a refusé de fixer des limites au gerrymandering, l’art subtil du découpage électoral destiné à favoriser le parti au pouvoir. Après avoir botté en touche à plusieurs reprises sur ce sujet, elle a refusé d’invalider deux cartes électorales, l’une en Caroline du Nord jugée trop favorable aux républicains, l’autre dans le Maryland qui avantageait les démocrates.
    La décision a été prise à une courte majorité : les cinq juges conservateurs ont estimé qu’il n’était pas du ressort des tribunaux de s’immiscer dans cette question politique. Leurs quatre collègues progressistes ont pris une position contraire.

  • #Violences_policières : « On est dans le #mensonge_d’Etat »

    Pour #David_Dufresne (@davduf), spécialiste de la question du #maintien_de_l’ordre, la #répression menée contre les « #gilets_jaunes » « laissera des traces dans toute une génération ».

    Hémorragie cérébrale d’un homme de 47 ans à Bordeaux, traumatisme facial d’un manifestant à Toulouse, fracture au front d’un lycéen à Orléans… L’écrivain et documentariste David Dufresne, auteur de l’enquête Maintien de l’ordre (Fayard, 2013), recense et signale les bavures policières observées lors des manifestations des « gilets jaunes ». Il dénonce le « déni politique et médiatique » de ces violences, selon lui profondément « antirépublicain ».

    Quelle est la particularité de la gestion du maintien de l’ordre en #France ?

    David Dufresne : Pendant longtemps, la France a été considérée comme la championne du maintien de l’ordre, pour une raison simple : face à des manifestations particulièrement nombreuses dans le pays, la police est entraînée. Sauf que c’est aujourd’hui un #mythe, qui s’est écroulé sous nos yeux. Le maintien de l’ordre est devenu depuis une dizaine d’années extrêmement offensif, brutal, avec des policiers qui vont au contact. Jusqu’ici, la clé était de montrer sa #force pour ne pas s’en servir.

    En Allemagne, en Angleterre, les forces de maintien de l’ordre ont mis en place tout un processus de dialogue avec les manifestants, et de #désescalade. La France a fait le choix inverse, dont découlent ces drames : environ 2 000 manifestants blessés depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », à la mi-novembre.

    La France utilise par exemple des #armes proscrites ailleurs en Europe pour ce type d’interventions, et considérées par certains fabricants comme des armes de guerre : les# lanceurs_de_balles_de_défense [les « #Flash-Ball » font partie de cette famille, mais ne sont plus utilisés que par certains policiers municipaux], les grenades #GLI-F4, qui contiennent une petite dose de #TNT et arrachent des mains. Celles-ci sont d’autant plus dangereuses qu’elles ne sont pas létales et donc utilisées de manière massive par des policiers qui pensent, de bonne foi, qu’ils ne vont pas tuer. Mais l’on assiste à des #mutilations en série, qui font le déshonneur du maintien de l’ordre à la française. Le mythe, sur lequel les politiques continuent de surfer, ne résiste pas aux faits.

    Vous effectuez un comptage des #blessés, quel est votre objectif ?

    Ce #recensement est parti d’un effet de sidération devant les violences policières exercées et devant le #silence politique et médiatique. C’est une démarche de documentariste, d’observateur de la police et de lanceur d’alerte. J’essaie de contextualiser au mieux les images que je repère. De plus en plus, les victimes ou leur famille m’envoient directement des informations. Je signale au ministère de l’intérieur les #violences, mais aussi les manquements à la #déontologie_policière. Tous ceux qui sont blessés au visage peuvent porter #plainte, car, comme l’expliquent les manuels de maintien de l’ordre, il est interdit de viser la tête.

    Sur les 300 signalements recensés [sur son compte Twitter], je compte au moins 100 #blessés_graves, dont une quinzaine de personnes éborgnées et plusieurs mains arrachées, mais aussi des #insultes et #menaces lancées par des policiers ou encore des destructions de téléphones portables. Les émeutes de 2005 se sont déroulées tous les jours, toutes les nuits, trois semaines durant, et elles ont engendré moins de débordements que lors des manifestations hebdomadaires des « gilets jaunes ».

    Que retenez-vous de ce silence autour des violences policières ?

    Aujourd’hui, ce n’est plus du silence, c’est du #déni. M. #Castaner lui-même [le ministre de l’intérieur], lundi soir, nous explique qu’il ne connaît « aucun policier qui ait attaqué un “gilet jaune” » : on est dans le mensonge d’Etat. Il y a bien des violences policières, elles sont gravissimes. Il faut remonter à octobre 1961 pour arriver à un tel déchaînement – sans comparer la situation actuelle avec les morts de la répression au métro Charonne et les Algériens jetés dans la Seine.

    La police républicaine ne peut pas tirer sur la foule sans avoir de comptes à rendre. Mais j’ai reçu quelques procès-verbaux d’audition à l’#IGPN [inspection générale de la police nationale] : elle va faire son travail d’étouffoir. Pourtant, 78 plaintes sont instruites, beaucoup plus que lors des manifestations contre la loi travail ou les émeutes de 2005, ce qui montre l’étendue des dégâts. Il y a une gêne de la police.

    Le silence médiatique fait aussi partie de la violence exercée, c’est ce qui remonte des témoignages que j’ai reçus. La police s’autorise aussi ces coups parce qu’il n’y a pas de répercussion médiatique. Ce déni politique et médiatique est antirépublicain.

    Quel est le lien entre politique et maintien de l’ordre ?

    Ce lien s’explique par l’histoire. La France est un pays de contestation. La fête nationale, c’est la prise de la Bastille, une émeute. Pour le maintien de l’ordre, la police agit sur ordre politique. Les préfets, donc l’Etat, et non pas les commissaires, décident du déploiement des forces. Ceux-ci prennent leurs ordres auprès du ministère de l’intérieur, qui les prend à l’Elysée.

    Répondre massivement aux manifestations des « gilets jaunes » est donc un #choix_politique. L’Etat fait appel à des policiers qui ne sont pas formés au maintien de l’ordre : de la #BAC [#brigade_anticriminalité], de la #BRI [#brigades_de_recherche_et_d’intervention], des #gardiens_de_la_paix… Ils ont l’habitude d’être face à des délinquants, pas des manifestants. Pour eux, la #foule est délinquante. C’est un point clé pour comprendre la centaine de blessés graves.

    Comment la doctrine a-t-elle évolué avec la crise des « gilets jaunes » ?

    J’observe que les forces de l’ordre visent de plus en plus les journalistes, empêchent les secouristes volontaires d’agir, et cassent volontiers des #téléphones_portables de personnes qui filment, comme dans une volonté d’empêcher toute #documentation des événements.

    C’est une doctrine qui va vers l’#affrontement, et donc extrêmement dangereuse. Elle laissera des traces dans toute une génération. Tous ceux qui manifestent aujourd’hui se souviendront de cette #répression_policière, qui est terrifiante.

    L’appel à des policiers non formés, le recours à des armes dangereuses, des crispations et une fatigue des forces de l’ordre, des discours martiaux du politique et un déni par Castaner de ce qui se passe – c’est un cocktail explosif. On a complètement changé d’échelle : le nombre d’interpellations, de gardes à vue, de tirs, de policiers mobilisés…

    La sortie se fera par le politique, pas par la répression, c’est évident. Tous les samedis, des gens partent manifester en sachant qu’ils peuvent perdre un œil. Tout est fait pour les dissuader de venir, ils viennent quand même.


    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/16/violences-policieres-on-est-dans-le-mensonge-d-etat_5409824_3224.html
    #bavures_policières #déni_politique #déni_médiatique

  • #Bosnie-Herzégovine : une nouvelle carte électorale pour confirmer la #ségrégation ethnique ?

    Depuis l’été 2017, on parle de redessiner la carte électorale en Fédération, l’entité croato-bosniaque, pour se calquer sur les résultats du dernier #recensement de 2013, et plus, comme le prévoit l’annexe constitutionnelle des #accords_de_Dayton, sur celui de 1991. Beaucoup s’indignent d’une validation du « #nettoyage_ethnique » de la #guerre.


    https://www.courrierdesbalkans.fr/legislatives-confirmer-segregation

    #cartographie #visualisation #ex-Yougoslavie #cartographie_électorale #géographie_politique
    ping @reka

  • Qui a ouvert quoi ? le recensement des données des villes est maintenant ouvert

    https://medium.com/datactivist/qui-a-ouvert-quoi-le-recensement-des-donn%C3%A9es-des-villes-est-maintenant-

    Merci @freakonometrics d’avoir signalé cet opus

    Parcourir les données du #recensement : frama.link/recensement_communes_explore
    Télécharger les données du recensement (format Open Document, licence CC-BY-SA 4.0) : frama.link/recensement_communes_ods

    TLDR ; le recensement des données ouvertes par les municipalités vous permet de connaitre quelle commune a ouvert quel jeu de données sur un échantillon de 16 villes en #France. Il n’est pas exhaustif mais il permet d’ores et déjà de découvrir plus de 400 jeux de données ouverts et ouvrables. Ce travail d’exploration révèle les difficultés des réutilisateurs quant à la découvrabilité et à la qualité des données ouvertes. Des données manquent ? Avec DODOdata, nous pouvons vous aider à les ouvrir !

    #sttistiques #données #données_ouvertes

  • Contre le recensement La police, ce n’est pas ce que vous croyez
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/contre_le_recensement.pdf

    L’agent recenseur a laissé une fiche à remplir. Nombre de personnes du foyer, profession, revenus, surface du domicile, etc. Par habitude, par lassitude, par devoir, vous êtes anonymement rentré dans les statistiques.
Dans ce texte, vous croiserez Charlemagne et le neveu de Napoléon ; vous verrez passer le nuage de Tchernobyl et le #pass_Navigo, des militaires et des anarchistes, des avocats et des harkis ; l’informatique fera des progrès fulgurants et on cherchera un instant une chèvre.

    En France, l’identification rationnelle des individus et des populations débute au XVIe siècle. Si l’objet de la police (du latin policia, « l’organisation rationnelle de l’ordre public ») est la surveillance des individus et le contrôle de leur identité, l’objet de la statistique (originellement : « la science de l’État », de status ) est la surveillance des populations et le contrôle de leurs conditions de vie. Deux manières complémentaires d’assurer l’ordre public. On traitera ici de la statistique et du recensement, nos griefs envers les papiers d’identité et les fichiers ayant été exposés dans un texte précédent*.

    1. Le recensement sert d’abord à faire la guerre
    Avant 1539, l’imprécision du savoir étatique sur la population nuit à la levée de l’impôt et à la solde de l’armée royale. Dépendant de ses vassaux pour réunir ses troupes, le Roi cherche à améliorer la perception de l’impôt. Pour cela, il lui faut connaître ses sujets, en commençant par les compter. Mais la possibilité même de dénombrer tête par tête tous les individus du royaume reste alors à démontrer. Charlemagne ou Saint-Louis se sont bien livrés à des « inventaires des sujets du royaume », mais on y comptait plus les feux, ou foyers fiscaux, que les individus. L’édit de Villers-Cotterêt, en 1539, marque un tournant, quand François 1er oblige chaque paroisse à tenir des registres d’état civil. Ces registres sont complétés par les dénombrements de population à l’époque où Vauban publie, en 1686, sa Méthode générale et facile pour faire des dénombrements des peuples. Pourquoi compter les individus, si l’impôt est assuré en comptant les feux ? C’est que pour faire la guerre, il faut certes de l’argent, mais aussi des soldats et une bonne connaissance du territoire et de ses ressources.

    Trois siècles s’écoulent, pendant lesquels nous oublions les racines militaires du recensement. L’exemple algérien va nous rafraichir la mémoire. En 1955, un an après le début de la guerre, le gouverneur général Jacques Soustelle créé les sections administratives spécialisées (SAS), majoritairement composées de musulmans pour être « au contact de la population ». Main gauche, les SAS mènent de nombreuses actions sociales, économiques, sanitaires, éducatives, et acquièrent bientôt une vraie légitimité auprès de la population. Main droite, elles couplent fichage, délivrance de cartes d’identité, numérotation des maisons, quadrillage militaire de la ville et recensement (hommes, bétail, lieux de stockage). Ou est passé votre fils ? Et votre troisième chèvre ? L’identification des maquisards et de leurs réseaux va bon train.

    Main gauche comme main droite, le recensement est au coeur de l’action étatique. Lors des guerres coloniales comme dans les États de droits en temps de paix. Par exemple en Inde, en avril 2010. L’objectif est une « radioscopie géante de la population » : compter le milliard d’habitants du pays. « Nom, date de naissance, empreintes digitales, photographie : chaque Indien agé de plus de 15 ans recevra ensuite une carte à puce électronique contenant ces informations, ainsi qu’un numéro d’identité unique » (Le Monde, 3 avril 2010). Trois techniques (recenser, enregistrer, mettre en carte), dans un but : faire l’inventaire des sujets de l’État. Le recensement sert à faire la guerre mais aussi à faire la police, précisément à administrer les sujets.

    2. L’inventaire des sujets de l’Etat
    On ne traitera pas ici des dénombrements de population menés à partir du VIème siècle avant notre ère dans l’Empire romain, ni de ceux d’Egypte, de Chine ou de Sumer. Imparfaits et grossiers, ces recensements ne répondent pas à l’exigence systématique et rationnelle qui se met en place en France à partir du XVIème siècle. Là, sous l’influence des administrateurs (Colbert ou Vauban), on comprend que le dénombrement des individus, des biens industriels et des biens de consommation est indispensable à l’État moderne, celui qui gouverne activement au lieu de régner passivement. L’« économie politique » a le vent en poupe ; le terme de « statistique » apparaît en 1771 pour désigner la mesure des forces de l’État, « la science de l’État », avant de prendre son sens actuel. Necker créé en 1784 le premier bureau de statistique français. Lucien Bonaparte et Jean-Antoine Chaptal organisent en 1801 le premier recensement fiable de la population du pays. Les efforts de rationalisation de Colbert et Vauban ont porté.
    
Savoir, c’est pouvoir. Gouverner c’est prévoir, donc dénombrer, mesurer, quantifier, répertorier, planifier. C’est à cette entreprise de connaissance rationnalisée et donc de pouvoir, que se livre depuis l’administration. Entreprise illimitée, puisque la quantité de données du recensement ainsi que leur traitement s’améliorent constamment : par cartons perforées en 1896, par bande magnétique en 1962, par ordinateur dans les années 1970. Dès lors, cette connaissance étant illimitée, pourquoi le pouvoir qu’elle engendre serait, lui, limité ?

    3. La statistique est une technologie
    Au sens actuel, la statistique c’est « l’ensemble des méthodes mathématiques qui, à partir du recueil et de l’analyse de données réelles, permettent l’élaboration de modèles probabilistes autorisant les prévisions ». Cette technologie a plusieurs applications : optimiser le nombre de crèches comme identifier et éliminer les maquisards en distribuant des cartes d’identité. La technologie n’est pas séparable de ses applications. Et ce ne sont pas ses applications mais la technologie statistique qui contient ce rapport d’instrumentation au monde, ce rapport technico-rationnel, ce traitement des individus comme des numéros, comme du bétail, comme des objets de l’État. Ce n’est pas l’exploitation des données qui serait bonne ou mauvaise, mais la collecte de données qui induit par elle-même la gestion des populations et la réification des individus.

    La liaison entre social et répression est exemplaire dans le cas des SAS algériens, qui se devaient de bien connaître la population en vue de la conduite de la guerre. Une guerre entre l’État français et le FLN, avec comme champ de bataille la population (dont il fallait « gagner les coeurs et les esprits »). L’objet de la technologie statistique est le maintien de l’ordre par la pacification. On pourrait alors se réjouir de ses usages positifs (comme on pouvait se réjouir des SAS entraînant les gamins à jouer au football), et déplorer ses usages négatifs (comme on condamnait la répression des maquisards algériens par les mêmes SAS). Mais ces deux applications sont inséparables. Elles partagent les mêmes techniques (identification des personnes et des populations, papiers d’identité, registres d’état civil et recensement) et participent d’une même logique de dépossession, de sujetion des individus à l’État. Sans identification pas de statistiques, et pas plus d’État social, que d’État pénal. S’il se trouve chez les statisticiens des personnes sincères (qui veulent améliorer la vie des gens) ou naïves (votre agent recenseur n’est pas à priori un nazi en puissance), qu’elles sachent que leurs idées généreuses ne valent guère, quand elles sont au service de la cynique raison d’État.

    4. La technologie est un instrument politique
    Mais Colbert et Vauban ont vu juste : leur technologie gestionnaire correspondait aux besoins des prémisses de la Révolution industrielle, à l’imposition de la discipline de fabrique. Trois siècles de développement capitaliste plus tard, en Occident l’administration est partout, en partie suite aux luttes sociales qui ont imposé l’État- Providence et l’accès de tous au confort technique. La population, de plus en plus urbaine, dépend largement du système technicien pour sa nourriture comme pour son énergie ou ses communications. Mondialisation oblige, l’interdépendance entre territoires est telle que les prévisions - démographiques, économiques, policières, militaires - se doivent d’être optimales pour éviter désagréments, accidents et catastrophes. Le système industriel imposant de gérer les humains comme du bétail, l’État semble être la seule manière de faire société. Aussi le recensement est-il obligatoire sous peine d’amende : c’est un filet politique qui nous saisit tous. Comme pour le nuage de Tchernobyl, il ne suffit pas d’aller « vivre en Ardèche » pour y échapper.

    S’insoumettre à cette chosification n’est pas compatible avec une amélioration des outils du système technicien. Il est absurde de réclamer la prise en compte statistique de « l’appartenance ethnique » au titre de la lutte contre les discriminations, ou « l’anonymisation des données » au nom des libertés individuelles (recensement de l’Insee ou pass Navigo de la Ratp). Cela revient à dire « oui » au cheptel humain, à la condition que les bêtes soient anonymisées et non discriminées. À ceux qui portent ces revendications, comme aux auto-gestionnaires prônant une planification des besoins et des demandes dans une société post-capitaliste, il faut rappeler que le problème n’est pas dans la constitution de fichiers nominatifs, dans leur contrôle ou leur amélioration, mais dans la collecte même de données sur la vie des populations, dans ce rapport politique de gestion. Il y a problème lorsque l’administration nous traite en objet collectif et non pas seulement lorsqu’elle nous fiche individuellement.

    Quand l’État gère le cheptel humain et les flux de marchandises (avec des données anonymisées), quand l’ordinateur de l’administration optimise notre consommation nucléaire et la production de marchandises (sans constitution de fichiers nominatifs), quand notre ration de nourriture et de bonheur est administrée par le délégué (mandaté par l’Assemblée Générale), que reste-t-il à la liberté humaine ?

    5. Saboter le recensement
    Contre cette logique de gestion et de chosification, il faut boycotter l’identification individuelle et collective. Quand des syndicalistes refusent le fichage génétique de la police, ils refusent d’être considérés comme des coupables en puissance. Et si vous refusez d’être traités comme du bétail, il vous faut boycotter le recensement. Refuser de répondre, enlever les affichettes de propagande, faire connaître votre refus de cette opération de police. Le recensement est obligatoire, selon la loi n° 51-711 du 7 juin 1951. Ne pas y répondre nous expose à une amende de 38 € (Code pénal, art. 131-13, 1°). Mais il est possible d’affirmer n’avoir pas reçu le papier ou l’avoir renvoyé directement à l’Insee. L’agent recenseur peut toujours renseigner, en se renseignant auprès du voisinage, une « fiche de logement non enquêté » indiquant le nombre de personnes occupant le logement. Mentir est plus risqué : jusqu’à 150 € d’amende. On préférera donc s’abstenir.

    Il ne s’agit pas simplement d’actes individuels, pour la beauté du geste. S’insoumettre au recensement, c’est saper la base matérielle de l’emprise étatique sur nos vies. Peut-être est-ce la hantise de nos dirigeants, le recensement ne relevant pas d’un désir particulier des citoyens. Le ministère de l’intérieur indiquait ainsi en 2006 : « Les campagnes de communication accompagnant les collectes visent à convaincre chaque citoyen du caractère indispensable de sa participation au recensement, contribuant ainsi à la faiblesse du taux de refus » (Journal Officiel du 21/02/2006). Sans propagande, quid de la participation au recensement ? Et sans recensement, quid de l’emprise étatique ?

    Mais sommes-nous bien sûrs de vouloir détruire la quiétude de l’ordre étatique ? Sa police comme ses allocations logement, ses militaires comme ses assistantes sociales ? Ne serait-ce pas assez, ne serait-ce pas plus sûr, plus juste, plus raisonnable, de s’en tenir au combat des excès, fichages abusifs et mauvaise gestion, sans attaquer son principe pastoral ?

    Quand les moutons refusent d’être traités comme tels, tout peut arriver.

    Les statistiques, n’y entrez pas. Boycott du recensement. Abolition des collectes de données.
    Mouvement pour l’abolition de la carte d’identité (MACI), mars 2012

    Bibliographie :
    Christèle Noulet, « ’’Entre le pire et le mieux’’ : les fiches du recensement (Algérie, 1959-1960) », dans Collectif Fichés ? Photographie et identification 1850-1960, Perrin, Archives Nationales, 2011.
Noara Omouri, ’’Les sections administratives spécialisées et les sciences sociales’’ dans Collectif, Militaires et guérilla dans la guerre d’Algérie, Complexes, 2001.
    Sections administratives spécialisées : enseignements pour aujourd’hui, sur Indymédia Paris, 2011. Histoire du recensement de la population en France, sur Wikipédia.
    Georges Bernanos, La France contre les robots, Plon, [1944] 1999.
Vincent Denis, Une histoire de l’identité, France 1715-1815, Champ Vallon, 2008.
*MACI, Pour l’abolition de la carte d’identité, [2007, sur piecesetmaindoeuvre.com], Le monde à l’envers, 2011. Pierre Piazza, Histoire de la carte nationale d’identité, Odile Jacob, 2004.
Pierre Piazza et Ilsen About, Histoire de l’identification des personnes, 2010.
Pièces & Main d’Oeuvre, Terreur et possession, L’Échappée, 2008.
Pièces & Main d’Oeuvre, Le téléphone portable, gadget de destruction massive, L’Échappée, 2008.
Pièces & Main d’Oeuvre et Frédéric Gaillard, L’industrie de la contrainte, L’Échappée, 2011.
Mathieu Rigouste, L’ennemi intérieur, La Découverte, 2009.
John Torpey, L’invention du passeport, Belin, 2005.

    #cheptel_humain #recensement #Histoire #France #Algérie #Inde #ressources #police #état_civil #propagande #ordre_étatique #raison_d_État #chosification #moutons

  • Letter of Support for Dr. #Ricardo_Villalba in his capacity as former Director of the Argentinean Institute of Snow, Ice and Environmental Research (IANIGLA) and of the National Glacier Inventory of Argentina

    On November 27, 2017, the Argentinean federal judge Sebastián Casanello indicted Dr. Ricardo Villalba(1), Senior Research Scientist of CONICET (National Research Council of Argentina), former Director of IANIGLA and the National Inventory of Glaciers (NGI), for the crime of “abuse of authority”. This legal action was initiated by the lawyers of the Asamblea “#Jáchal_no_se_toca” from the province of San Juan after reports of contamination by the Veladero mining project (operated by #Barrick_Gold), which produced between 2015 and 2016 cyanide spills towards a tributary of the #Jáchal_River. According to the judge and the complainant lawyers, if IANIGLA had included the ice bodies smaller than one hectare in the NGI , the toxic spills would have been avoided because this mining company could not have operated in this area. In addition, the complainants and the Judge accused IANIGLA of implementing a document entitled “National Glacier and Periglacial Environment Inventory: Fundamentals and Execution Schedule” in contradiction with the spirit of the National Law 26,639 for the Preservation of Glaciers and the Periglacial Environment.

    https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeHCU7ckSoie1BscOnsfKQO_byFkgx3lTA8A-7LbtLFmxX7cg/viewform?c=0&w=1
    #université #recherche #pollution #mines #rivière #eau #Argentine #procès

    J’ai reçu ce message via une newsletter de géographes. Je suis prête à signer la pétition, mais j’aimerais bien en savoir plus avant de le faire.
    Quelqu’un a plus d’informations sur le sujet ?
    @simplicissimus ? @reka ?

  • Nouvel Article : 17 Aout 2017 (Kayal et al) | CRIOBE
    http://www.criobe.pf/media1/nouvel-article-17-aout-2017-kayal-et-al


    Gros-plan sur l’étoile de mer épineuse dévoreuse de corail. Cette photo a été prise sur les récifs coralliens de l’île de Moorea en Polynésie française de nuit, lorsque l’étoile de mer est active et part à la recherche de ses proies.
    Crédit photo : Marc Jouve-Villard.

    Comme de nombreux invertébrés marins, l’#étoile_de_mer_épineuse est une espèce nocturne dont le comportement cryptique durant le jour peut affecter sa détectabilité, notamment dans les habitats récifaux à forte complexité tridimensionnelle qui procurent de nombreux refuges pour les créatures rampantes. Dans une étude récente par Kayal et al. publiée dans la revue Royal Society Open Science, des comptages intensives ont été menés de jour comme de nuit dans des habitats récifaux montrant divers niveaux de complexité tridimensionnelle et d’abondance en étoile de mer.

    Notre étude a montré que les comptages de jour sous-estimaient l’abondance de l’étoile de mer d’environ 30% par rapport aux comptages effectués de nuit. Ce résultat est important car il suggère que la vaste majorité des efforts dédiés à la détection et à l’éradication des proliférations – efforts qui sont menés exclusivement de jour – omettent un nombre significatif de ces étoiles de mer dévoreuses de corail. On peut faire mieux,’ explique Mohsen Kayal, auteur principal de cette étude. ‘Etant donné que les proliférations de l’étoile de mer épineuse sont une cause majeure de la mortalité des coraux dans tout l’océan Indo-Pacifique, tenir compte de ce biais d’estimation peut améliorer significativement la sauvegarde des récifs coralliens.

    #crown-of-thorns_seastar
    #acanthaster_planci


    Courbe de contraste identifiant les différences significatives dans l’estimation des abondances d’étoile de mer épineuse entre les comptages de jour et de nuit. Les suivis ont été effectués sur 2 ans sur les récifs coralliens de l’île de Moorea en Polynésie française. Les estimations des abondances de l’étoile de mer étaient significativement plus faibles de jour comparativement aux comptages de nuit sur une grande marge de densité, ce qui suggère que ce biais d’estimation peut potentiellement affecter de nombreuses campagnes de surveillance et d’éradication de cette étoile de mer.

    (échelle #log-log …)

  • Cartes à points pour bêtes à poils · mtmx
    https://mtmx.github.io/post/carto_cheptels

    A part quelques vaches et quelques brebis dans les Bouches-du-Rhône, le littoral méditerranéen reste désespérement inhospitalier pour nos amies les bêtes.

    La frontière entre la campagne et la ville pourrait se formaliser avec un simple indicateur : on y trouve plus de vaches que d’habitants.

    #agriculture #cheptel #porcs #cartographie #point_bertin

  • Il Censimento degli Stati Uniti del 2010: l’avanzata delle minoranze

    Nello scorso aprile, ad un anno dall’ultimo conteggio censuario, il Census Bureau degli Stati Uniti ha reso pubblici i risultati preliminari [1]. Gli americani sono 308,7 milioni, 10% in più rispetto al 2000, e gli Stati Uniti sono il terzo paese al mondo per numero di abitanti (con largo distacco dietro Cina e India e seguiti, con 240 milioni, dall’Indonesia) e quello demograficamente più dinamico rispetto ai grandi paesi occidentali. Tra il 2000 e il 2010, i paesi sviluppati hanno accresciuto la loro popolazione del 3,8%, quella della Russia si è contratta del 2%, mentre quelle di Giappone e Germania sono rimaste stazionarie. Gli Stati Uniti hanno i loro conti demografici in ordine: la natalità è tra le più alte nel mondo occidentale, e la popolazione resterebbe in equilibrio anche senza immigrazione (che peraltro ha segnato un saldo netto di 11,2 milioni nell’ultimo decennio); la struttura per età è assai meno invecchiata di quella europea. Il 33,9% degli americani ha meno di 25 anni e il 13% più di 65; le stesse proporzioni sono, per gli europei, 21,2% e 16,2%.

    Negli Stati Uniti il Censimento decennale è un obbligo costituzionale: sulla base dei risultati sono distribuiti i seggi del Congresso (reapportionment) ed operata la revisione dei distretti elettorali (redistricting). Il primo Censimento, tenuto nel 1790, contò 3,9 milioni di abitanti e gli Stati Uniti erano, allora, il paese più popoloso del continente dopo il Messico; i 100 milioni furono toccati nel 1916, i 200 nel 1965, i 300 nel 2006 mentre i 400 dovrebbero essere raggiunti nel 2049 (secondo le ultime proiezioni delle Nazioni Unite): una popolazione centuplicata in due secoli e mezzo.

    https://www.aspeninstitute.it/aspenia-online/article/il-censimento-degli-stati-uniti-del-2010-l%E2%80%99avanzata-delle-min
    #démographie #USA #Etats-Unis #recensement #2010 #minorités #population

  • #Recensement en #Bosnie-Herzégovine : l’après-guerre a parachevé les divisions

    Un pays vieillissant qui se vide de sa jeunesse, des villes et des régions ethniquement homogènes, des communautés nationales de plus en plus fermées sur elles-mêmes. Tel est le visage de la Bosnie-Herzégovine aujourd’hui, après les résultats du recensement de 2013, enfin publiés la semaine dernière.

    http://www.courrierdesbalkans.fr/articles/recensement-bosnie-commentaire.html
    #démographie

  • Passeurs d’hospitalité | Le recensement : une image du bidonville
    http://asile.ch/2016/05/16/passeurs-dhospitalite-le-recensement-une-image-du-bidonville

    Pour la troisième fois, Help Refugees et l’Auberge des Migrants ont effectué un recensement méthodique des habitant-e-s du bidonville de Calais. Pour avoir la population globale du site, qui comprend aussi le camp de containers et le centre Jules Ferry gérés par La Vie active pour le compte de l’État, ils ont additionné les chiffres […]

  • #recensement des joies (ou pas) de l’état d’urgence en France
    http://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2015/11/28/recensement-des-joies-ou-pas-de-letat-durgence-en-france

    Avertissement Cette page contient des liens, des situations et des récits comportant de l’islamophobie et faisant état de violences policières. Objectifs de cette page Recenser les articles de presse qui parlent de possibles abus / dérapages liés à l’état d’urgence. … Continue reading →

    #ACAB #ANTICOLONIALISME #ANTIFASCISME #ANTIPSY #CAPITALISME #EVENEMENT #FAF #LUTTES #REPRESSION #assignation_à_résidence #état_d'urgence #état_sécuritaire #bavure #dérapage #islamophobie #la_quadrature_du_net #perquisition #répression #violence_policière

  • #RDC : l’ardu #recensement des réfugiés rwandais

    Prévue pour durer six mois, l’opération de recensement biométrique des réfugiés rwandais entamée en avril 2015 pourrait durer plus longtemps que prévu. Si les enregistrements sont terminés dans les provinces du Katanga et de l’Equateur, l’opération avance en revanche timidement dans le Sud-Kivu et a même été suspendue dans la province du Nord-Kivu à la mi-juillet sur décision des autorités congolaises. Les équipes du Conseil national congolais pour les réfugiés et celles du HCR, toutes deux en charge de l’opération ont donc été rapatriées. A ce jour, dans le Nord-Kivu, 17 500 réfugiés ont été enregistrés sur un total d’environ 200 000 selon un recensement achevé en août 2014.

    http://www.rfi.fr/afrique/20150802-rdc-ardu-recensement-refugies-rwandais-hcr-katanga-equateur-kivu?ns_cam
    #Congo #Rwanda #réfugiés #asile #migration

  • Migrants en #Méditerranée

    Depuis le début de l’année le nombre de décès de migrants en Méditerranée a été multiplié par 10, mettant en exergue l’impuissance de l’Union européenne. Une idée refait surface, celle de centres d’enregistrements en Afrique. Un sujet de Bernard Genier

    http://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/migrants-en-mediterranee?id=6733003
    #2015

    On parle aussi du #modèle_australien
    Sur le modèle australien v. à partir de la minute 2’55, juste après la citation de Thomas de Mezière
    #Australie #réfugiés #asile #migration

    Images du #camp_de_Shagarab au #Soudan, où sont installés environ 30’000 réfugiés érythréens, avec un témoignage d’un Erythréens en Suisse et qui parle des très mauvaises conditions dans le camp de Shagarab, dans lequel il dénonce les #trafic_d'êtres_humains qui se font dans ce camp
    –-> vente de personnes à des groupes de la région qui elles-mêmes les vendent à des Bédouins du Sinaï.

  • Taking the census, with cellphones | Science/AAAS | News
    http://news.sciencemag.org/math/2014/10/taking-census-cellphones

    If you want to figure out how many people live in a particular part of your country, you could spend years conducting home visits and mailing out questionnaires. But a new study describes a quicker way. Scientists have figured out how to map populations using cellphone records—an approach that doesn’t just reveal who lives where, but also where they go every day.

    #statistique #recensement