• http://wiki.primtux.fr/doku.php/guidedvp:sommaire

    PrimTux est une distribution GNU/Linux développée par une petite équipe de professeurs des écoles et de passionnés de l’informatique dans le milieu éducatif.

    Par sa légèreté, elle n’a pas vocation à remplacer ou à devenir le système d’exploitation principal d’un ordinateur récent, mais à revaloriser un matériel obsolète en l’orientant vers le milieu scolaire ou éducatif, dans l’esprit d’ASRI éducation. Elle n’est pas exempte de défauts et d’imperfections, comme tout système.

    #primtux
    #debian
    #école
    #recycler-vieux-pc

  • http://open-source.developpez.com/actu/96577/Comment-vous-allez-pouvoir-avec-Ordi-Linux-reconditionner-de

    Ordi-Linux.org est un espace d’entraide pour les reconditionneurs d’ordinateurs sous Linux. Il présente la problématique de la gestion des DEEE et des solutions logistiques et logicielles, notamment celle du reconditionnement sous Linux. Une carte interactive est dédiée au référencement des reconditionneurs informatiques sous Linux. Les aspects économique, législatif, sont exposés, des définitions et des propositions sont développées.

    #réemploi
    #linux
    #recycler-vieux-pc
    #DEEE
    #association

  • HandyLinux 2.3-Ian est disponible !

    http://blog.handylinux.org/article237/handylinux-2-3-ian-rajoute-une-couche-pour-l-hiver

    Qui dit nouvelle version de Debian, dit nouvelle version de HandyLinux ! Celle-ci, bien qu’elle soit une version mineure, comporte énormément de nouveautés, pour votre plus grand plaisir ! Elle porte le nom « Ian », en hommage à Ian Murdock, créateur de la distribution Debian, sans qui HandyLinux n’existerait pas. Qu’il repose en paix.

    Comme nous vous l’indiquions dans le précédent article, la publication de cette version de mise à jour est aussi le moment qu’ont choisi arpinux et dyp pour transmettre le flambeau à une nouvelle équipe, pour le développement et le forum. C’est donc un nouveau départ, plus de deux ans après le début de l’aventure.

    #recycler-vieux-pc
    #handylinux
    #debian
    #débutants

  • Donnons une seconde vie à nos ordinateurs

    Dans le cadre de la semaine européenne de réduction des déchets, qui a lieu du 23 au 29 novembre, Valorizon et la communauté de communes vous propose de découvrir l’association « Je suis Jerry », samedi 28 novembre, de 9h30 à 12h30 à la médiathèque de Cancon.

    M. WATTELIER, initiateur de l’association à Cancon, vous présentera sa solution originale de réemploi des ordinateurs et de réutilisation de jerricans destinés à la poubelle.

    http://www.ccbastides47.com/donnons-une-seconde-vie-a-nos-ordinateurs

    #école
    #jerry-do-it-together
    #recycler-vieux-pc
    #périgord

  • Nouveau service de réparation informatique au centre du savoir de Manengouba

    C’est officiel le centre de savoir va bientôt offrir des services de réparation informatique dans la région du Manengouba. Le projet était en gestation depuis fin 2014 et il est actuellement lancé, en fait cela fait 2 mois qu’il est véritablement engagé.

    http://i2.wp.com/centredesavoirmanengouba.org/wp-content/uploads/2015/05/pc2-csm-0714-8-bbd-Lw.jpg?resize=690%2C460

    Il y a un double objectif avec cette activité . Le premier consiste à proposer dans le secteur du village de Mbouroukou et de la ville la plus proche Melong un service de réparation informatique à la population mais aussi aux entrepreneurs et aux entreprises de la région. Ainsi il sera possible de faire réparer son ordinateur lui prolongeant ainsi sa vie, évitant d’avoir a racheter du matériel qui est très cher encore pour une bonne partie de la population. Le deuxième objectif consiste à permettre au centre d’être autonome aussi bien sur l’aspect financier qu’avec son matériel informatique lui permettant de prolonger d’avantage la vie des ordinateurs ou de récupérer le maximum de pièces pouvant être réutilisé. L’autonomie autant technique que financière est de première importance pour le centre de savoir. Cela permet d’avoir des revenus tout en évitant d’avoir des frais pour faire réparer le matériel du centre l’impact est donc double.

    Le service se passe dans la salle informatique du centre de savoir . Cela comprend la réparation effective et intégrale des ordinateurs. Une vérification minutieuse de l’architecture de chaque ordinateur sera opérée pour détecter tous les problèmes, ensuite il sera fait une fiche descriptive des problèmes identifiés. L’interaction se fera entre le coordonnateur et le technicien permettant de dresser une liste des pièces de rechange qui seront achetées par le centre. Comme l’évoque Randau Ngoua le coordo « L’autre aspect du projet consiste à donner une bonne formation en ce domaine à l’équipe à l’aide des supports choisis d’un commun accord entre le coordonnateur et le technicien ».

    Les plages horaires pour la réparation sont le mercredi et le vendredi de 14h à 16h, ce sont donc 4 heures hebdomadaires qui sont consacrées à ce service.

    Les impacts de ce service de réparation des ordinateurs a un grand impact à court mais aussi à long terme. A court terme cela apporte au centre une nouvelle corde à son arc avec ce service apporté à la communauté qui est en premier lieu la bénéficiaire du matériel informatique. C’est également impactant pour l’équipe du centre lui-même qui bénéficie du développement de ses capacités et l’acquisition de nouvelles compétences dans un domaine qui sera de plus en plus en demande. A long terme ce service va se développer offrant de nouvelles options de développement au centre avec une activité génératrice de revenus. Mais cela tout en répondant aux besoins de la communauté en informatique.

    Et après ?
    C’est souvent la question que poserons certains ? L’idée derrière ce projet est de pouvoir boucler la boucle commençant par l’apprentissage de l’informatique jusqu’à être capable de réparer mais aussi de recycler . Bien que le recyclage fasse déjà partie de l’actuel projet cet aspect prendra de plus en plus de place à l’avenir puisqu’il est essentiel de recycler dans de bonnes conditions les pièces sensibles des ordinateurs et écrans comprenant des métaux lourds (plomb etc.) pouvant provoquer de graves préjudices en polluant les sols comme par exemple si des écrans cathodiques devaient être jetés dans la nature. Compte tenu des énormes besoin dans ce domaine au Cameroun cette projection dans l’avenir nous met en face d’un gros problème environnemental et social mais fait émerger un énorme potentiel pour le centre de savoir.

    Cette nouvelle activité de réparation possède de nombreux bienfaits mais aussi un fort potentiel. Le centre démontre une réelle volonté d’aller de l’avant. Il continue bien évidement ses activités habituelles d’initiation à l’informatique, tout comme les activités récréatives pour les enfants et bien sur les échanges sur des thématiques agricoles. Il n’en reste pas moins que les défis sont de taille entre le développement à court et long terme les services rendus à la population tout en assurant l’autonomie financière.

    Rappelons également que le centre est très jeune puisque il a commencé officiellement ses activités en juillet 2013 c’est un bébé plein de potentiel qui fait ses premiers pas… en réparation informatique. Raison de plus pour l’encourager dans son élan.

    http://centredesavoirmanengouba.org/nouveau-service-en-reparation-informatique-au-centre-de-sa

    #recycler-vieux-pc
    #cameroun
    #tiers-lieux
    #centre-savoir

  • Tour d’horizon des distributions Linux éducatives Venez les découvrir

    Que nous soyons parent, éducateur ou enseignant, nous sommes inévitablement conduits à nous poser le problème de la formation des enfants à l’informatique et de l’usage de l’ordinateur à des fins éducatives. Il existe de nombreuses offres logicielles commerciales, ou gratuites, mais nous savons peut-être moins qu’il existe des distributions libres entièrement destinées à l’éducation, structurées sur un système d’exploitation intégrant de nombreux outils éducatifs.

    Le cahier des charges pour un PC éducatif n’est pas le même que pour un PC classique. Il convient en effet de s’assurer d’une part d’un minimum de sécurité (personne ne souhaite qu’un enfant ou un élève se retrouve sur un site inapproprié !), d’autre part que les logiciels proposés aient un contenu et une présentation adaptés aux enfants. C’est entre autre à ce type de problématique que tentent de répondre ces distributions éducatives. Notons toutefois que les protections n’étant pas toujours infaillibles il reste plus prudent de ne pas laisser un enfant naviguer sur Internet sans une présence adulte. De plus ces distributions généralement peu gourmandes en ressources nous permettront de donner une seconde vie à d’anciens PC .

    Cet article se propose de faire un tour d’horizon de quelques solutions existantes et de vous guider dans vos choix en fonction de vos besoins. Les solutions retenues ici peuvent aussi bien être utilisées dans un cadre familial que dans un cadre scolaire.

    http://open-source.developpez.com/actu/92644/Tour-d-horizon-des-distributions-educatives-venez-les-decouv

    #recycler-vieux-pc
    #linux
    #éducation
    #école
    #logiciels-libres
    #debian
    #edubuntu
    #xubuntu
    #primtux
    #abuledu
    #asri-edu
    #réemploi

  • Transformer un vieil ordinateur en un PC éducatif

    Pourquoi ne pas mettre un PC entièrement à disposition de ses enfants dans un but éducatif ? Bien entendu, un tel PC devra remplir un cahier des charges strict en offrant à la fois sécurité et mise à disposition de logiciels adaptés. Attention toutefois : les outils de protection n’étant pas toujours infaillibles, il reste plus prudent de ne laisser un enfant naviguer sur Internet qu’en présence d’un adulte.

    Il existe des solutions clé en main permettant d’installer des suites logicielles spécialisées, voire même des systèmes d’exploitation complets comportant une logithèque éducative prête à l’emploi, et tout cela gratuitement. Nous le devons au monde du logiciel libre et à des équipes ou associations qui ont le plus souvent bénévolement adapté des distributions Linux à cette fin. Mais on peut aussi trouver des logiciels pour l’environnement Windows.

    Voici un petit tour d’horizon de quelques possibilités existantes à ce jour. Si l’on a un très vieux PC, certaines de ces distributions ne conviendront pas car trop gourmandes en ressources matérielles.

    http://classetice.fr/spip.php?article429

    #recycler-vieux-pc
    #éducatif
    #Linux
    #école
    #logiciels-libres
    #debian
    #réemploi

  • http://www.alkaswaba.fr/2015/07/12/un-ordinateur-pour-les-enfants

    Un ordinateur pour les enfants : PrimTux dans une boîte en bois !

    La puce commençant sa première année officielle d’ instruction en famille à la rentrée prochaine, nous avons décidé de mettre « à sa disposition » un ordinateur (pas quand elle veut non plus )
    Cette idée me trotte dans la tête depuis plus de 6 mois mais nous allons profiter de la rentrée pour préparer tout ça.
    Cet ordinateur sera également accessible à son petit frère de manière occasionnelle, avec, bien entendu, des activités adaptées à son âge.

    Ce pc a été mis en place avec des composants de récupération. Ayant peu de place et ayant comme « base » une carte mère micro ATX, j’ai cherché un peu après une « micro tour » … Sans vraiment bons résultats car soit c’était encore beaucoup trop grand, soit c’était vraiment trop onéreux (une cinquantaine d’euros sans alim, juste pour un boîtier …) Pas que je sois radine mais je préfère dépenser 50€ dans des livres ou autres supports éducatifs que là dedans …

    Donc Papa a mis la main à la pâte et nous a fabriqué une tour en bois
    Elle est tout simplement parfaite, se fond bien dans le bureau et ne prend pas de place ! Ses dimensions sont : 28cm de profondeur, 25cm de longueur, 24 cm de hauteur !

    Avec le lecteur DVD, on dirait une boîte aux lettres

    Une fois la partie matérielle en ordre, il fallait s’occuper de la partie « soft ». Là, c’est moi qui m’y colle.

    Tournant moi même sous une distribution de linux et aimant le côté Libre j’ai souhaité rester sous linux ici aussi.
    J’aurais pu installer le même os que sur mon pc et y ajouter ensuite les suites éducatives qui existent déjà ( Gcompris, le Terrier, Childsplay, TuxPaint etc …) sauf que je souhaite que ce soit quelque chose de 100% adapté aux enfants (et à leur jeune âge) , avec leur propre session sans risque de pouvoir aller chipoter à quoi que ce soit. Et en plus, ce pc n’étant pas « tout jeune » (bah oui, pièces de récup’) je voulais quelque chose de léger.

    J’ai donc fait quelques recherches car il existe plusieurs distributions pour enfants. Mon choix s’est donc porté vers PrimTux

    #recycler-vieux-pc
    #Linux
    #logiciels-éducatifs
    #PrimTux
    #instruction-en-famille

    • Sinon, actuellement, pour recycler tout ce qui date d’avant les Pentium 3, faut se lever tôt.
      J’ai un Pentium 2, debian 6, ça allait, mais debian 7 et supérieur, c’est devenu trop gourmand. Or debian 6 n’est plus supporté, la couche SSL est HS, donc PC inutilisable.

      A quand un Linux très compatible, facile à installer, qui tournerait sous kernel 2.6 et qui accepterait les installations par CD / DVD / Clé / Disquette sans brocher sur le matériel.
      Je dis ça parce que ça n’existe pas !!! Tentez votre chance, dites m’en un, je l’ai sûrement testé => échec.
      Seul Debian tient la route de la compatibilité. Mais perd sur l’aspect gourmandise.

  • TICE dans les écoles, le matériel reconditionné

    L’équipement informatique des écoles incombe aux Collectivités locales, dans la mesure du possible en collaboration avec l’Éducation nationale (enseignants, équipe de circonscription, équipe TICE, préconisations locales et/ou nationales, etc.). Équiper une école ne se réduit pas à l’achat de matériel et de logiciels, son renouvellement doit être anticipé. La qualité de la maintenance conditionne fortement l’intégration effective des TICE.

    Référentiels d’équipement école et collège : matériel et organisation des Tice Page html

    « Il convient de définir un équipement de l’école adapté aux besoins des utilisateurs, aux objectifs du système éducatif et en cohérence avec le projet d’école et la politique Tice de l’académie. »

    Révolu le temps où l’équipement se limitait à l’installation d’ordinateurs fixes. Ces dernières années, les matériels se sont diversifiés, offrant de nouvelles opportunités de situations pédagogiques originales : PC portables, notebooks, netbooks, tablettes, baladeurs numériques, boîtiers de vote, TNI/VPI, ...

    Pour être opérationnel, ce matériel doit être installé avec rigueur et maintenu régulièrement par des personnes compétentes. Son renouvellement doit également être planifié.

    Afin de pallier le défaut d’équipement de leur classe, certains enseignants récupèrent du matériel cédé par une entreprise, une administration, un établissement scolaire, un parent d’élève, ...

    La démarche est intéressante, à condition toutefois de ne pas hériter d’un matériel trop ancien, plus sensible aux dysfonctionnements, pas toujours compatible avec l’équipement existant. et entraînant une contrainte supplémentaire : la gestion de hétérogénéité du parc informatique. Cela suppose également de disposer des compétences techniques (et du temps !) indispensables à son installation et sa maintenance.

    Des distributions sous Linux conçues pour une utilisation en classe ScolBuntu, ASRI Edu, DoudouLinux, AbulÉdu sont d’un recours précieux, en particulier lorsque les ordinateurs sont livrés sans système d’exploitation.

    http://pragmatice.net/lesite/spip.php?rubrique32

    #école
    #TICE
    #Linux
    #recycler-vieux-pc

  • http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/index.php/Phosphore_Mars_2015

    Patrick est bénévole à Emmaüs, l’association de lutte contre la pauvreté créée par l’Abbé Pierre. Il a élaboré Emmabuntüs, un système d’exploitation qui redonne vie aux ordinateurs hors d’usage.

    1- Des trésors au fond de nos poubelles

    En France, chaque habitant produit près de 14 kilos de déchets électroniques par an : des téléphones, des ordis obsolètes ou dont on ne sert plus. Plutôt que de les garder dans un placard ou de les abandonner sur le trottoir, de plus en plus de gens ont le bon réflexe de les donner à des associations comme Emmaüs, qui revend des produits d’occasion pour aider les plus pauvres. Mais personne ne veut d’un vieil ordi qui rame et qui plante.

    2- De la bidouille et des lignes de codes

    « Redonner vie aux ordis passe par deux étapes », explique Patrick, l’ingénieur électronique qui a développé ce projet.

    1/ Le matériel : « on récupère un processeur sur un vieux PC, un ventilo sur un autre, une carte-mère sur un troisième. Les bénévoles du collectif Emmabuntüs reconstruisent des machines pour les mettre en état de marche. »

    2/ Le logiciel : ici, pas de piratage de systèmes d’exploitation ni de versions craquées de Microsoft illégales et rapidement obsolètes. « Je me suis inspiré du logiciel libre Ubuntu que des codeurs du monde entier développent bénévolement depuis 10 ans. J’ai mis au point un système d’exploitation gratuit qui tient dans une clé USB et ressuscite les machines, même anciennes, en moins d’une demi-heure : Emmabuntüs . »

    3- Un kit simple mais complet

    « Une fois reconfigurées, ces machines sont très faciles à utiliser, y compris par quelqu’un n’ayant jamais touché à un ordinateur ». Revendues par Emmaüs à partir de 50 euros - contre environ 200 euros dans le commerce – elles permettent à des étudiants défavorisés, à des chômeurs ou à des personnes en réinsertion de rester connectés. Emmabuntüs fait tourner un navigateur Internet, un traitement de texte, un tableur, une messagerie pour consulter des offres d’emploi, trouver des aides, envoyer des CV. Des logiciels comme Skype pour échanger, FreetuxTV pour regarder quelques émissions de télé, un lecteur de MP3 et VLC. Mais peu de jeux (un super Mario chez les pingouins, un jeu de belote…) « Un Français sur cinq n’est pas encore d’ordinateur. Notre projet permet de lutter contre les inégalités face au numérique. »

    4- Une solution qui peut faire le tour du monde

    Patrick a mis Emmabuntüs à disposition gratuitement. En 2014, il a été téléchargé plus de 100 000 fois ! En France mais aussi en Afrique, où des cybercafés l’ont installé pour rendre Internet accessible au plus grand nombre, depuis des ordis souvent anciens. « Emmabuntüs a été intégré aux Jerrys, ces ordis réassemblés dans des bidons en plastique à partir de composants récupérés. Le JerryClan de Côté d’Ivoire développe des usages innovants : JerryTub pour le suivi des malades de la tuberculose, m-Pregnancy pour le suivi des femmes enceintes, OpenDjeliba, une plate-forme collaborative d’information citoyenne, et Môh Ni Bah pour la déclaration des naissances en zone rurale. »

    http://emmabuntus.sourceforge.net/mediawiki/images/0/00/Phosphore_Mars_2015_Ils_inventent_demain_Emmabuntus_Poster.p

    Article écrit par Anne-Sophie Chilard pour Le magazine Phosphore

    #DEEE
    #emmaüs
    #recycler-vieux-pc
    #phosphore

  • Occuper, résister, produire : Rimaflow | Association Autogestion
    http://www.autogestion.asso.fr/?p=4902

    En février 2013, les anciens travailleurs de Maflow, accompagnés de travailleurs #précaires et de salariés d’une usine voisine elle-même victime d’une faillite frauduleuse, ont occupé l’#usine. Les 20 travailleurs qui participaient à ce projet à temps plein ont réinventé un futur pour cette usine. Ils ont commencé à #recycler des ordinateurs et appareils électroniques ménagers, ouvert un #bar et une cafétéria, organisé un marché aux puces et des #activités_culturelles en lien avec les habitants du quartier. Ils se sont alliés avec des #agriculteurs bio et ont créé ensemble un espace de vente solidaire. Ils envisagent de convertir l’usine en atelier de recyclage industriel. Comme l’explique Mariarosa Missaglia, une ancienne travailleuse de Maflow, leur objectif est de « remettre l’usine sur ses pieds #sans_aucun_employeur et de montrer que, même sans patron, cela est faisable. » Son collègue de travail, Antonio Galliazo souligne que cela n’est pas une tâche facile : « Nous sommes en train de construire une autogestion des travailleurs, car l’autogestion ne vient pas du haut. Ainsi, il est évident que nous devons faire face à de nombreuses difficultés, de choses qui ne marchent pas. »

    En même temps, les travailleurs veulent rester en phase avec les autres luttes. « Nous pensons que notre expérience ne peut être un îlot joyeux où nous obtiendrons nos #revenus en nous organisant nous-même » explique Gigi Malabarba, travailleur participant à RiMaflow. « Nous pouvons gagner si nous sommes partie prenante d’une large lutte et multiplions par dix ou cent de telles expériences, pour entretenir l’idée qu’une autre économie est possible. Si l’économie des patrons est en crise, nous devons développer une autre idée de l’économie. »

    « Occupy, Resist, Produce – RiMaflow » suit les travailleurs dans leurs activités quotidiennes, leurs discussions et débats stratégiques comme politiques.

    Ce film est le premier d’une série de court-métrages sur les occupations de lieux de travail et de production sous contrôle ouvrier en Europe.

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=UyhVdoK1g10

    #occupation #documentaire #reddito #Italie

  • http://www.say-yess.com/2015/7337/liberons-nos-vieux-ordinateurs

    Votre vieil ordi prend la poussière dans un tiroir obscur ? Et si vous lui offriez une nouvelle vie ? C’est ce que proposent les associations de reconditionnement d’ordinateurs . Derrière ce gros mot se cache un constat très simple : beaucoup de PC « dépassés » finissent au recyclage ou pire, à la poubelle, alors même que des milliers de personnes n’en n’ont pas à la maison (près de 20 % des français n’ont pas accès à Internet depuis leur domicile d’après l’Observatoire du numérique).
    Le réemploi au service du développement durable et de la solidarité

    « On a cultivé en France un réflexe de recyclage des ordinateurs, alors qu’il faudrait d’abord les retaper et les reconditionner ! C’est ça la première étape vraiment écologique ! Sinon, recycler directement revient à polluer plus », explique Benjamin Larcher, de l’association Nâga à Nantes.
    Avec le réemploi et la réutilisation d’ordinateurs, Nâga 44 participe à un des volets de l’économie circulaire. On vous en explique tous les rouages ici !

    Cette petite structure engagée dans la lutte contre la précarité numérique récupère des ordinateurs, les répare et les donne à ses adhérents. Donne ? Oui, oui ! Du moins en échange d’une adhésion à l’association allant de 40 à 120 euros selon les ressources, adhésion qui permet aux débutants d’accéder par la même aux ateliers d’entraide. De quoi ravir Catherine, une jeune grand-mère au RSA, venue au local adopter une nouvelle machine : « Ma fille m’a convaincue de m’y mettre, mais je n’avais pas les moyens d’acheter un ordinateur. Ici c’est génial, j’en ai un pour 40 € ! Pour l’instant, je n’y comprends pas grand chose, mais un jour je pourrai aller sur internet pour papoter avec mes petits-enfants ! »

    Derrière ce projet se cache d’abord un long démarchage auprès d’entreprises et de collectivités, afin de les convaincre de ne pas jeter leur parc informatique. Pour faciliter cette tâche, un site internet national essaie d’ailleurs de mettre en contact les acteurs du reconditionnement, les particuliers dans le besoin et les professionnels qui souhaiteraient léguer leur matériel obsolète : Ordi2-0.fr. On y trouve, pour chaque région, des associations comme Nâga (Snalis, Alis44…) ou des entreprises comme les Ateliers du bocage en Poitou-Charentes, né d’une communauté Emmaüs spécialisée dans la récup’ informatique.

    Reconnecter les publics déconnectés mais pas que

    En plus de la prévention et de la revalorisation des déchets informatiques, Nâga tente de créer une vraie « connexion » avec les publics éloignés du numérique. « Les adhérents venus bénéficier d’un PC sont souvent des personnes peu familiarisées avec les bases de l’informatique, ne serait-ce que le « clic » de la souris. Des personnes âgées, par exemple, ou des femmes dont le mari décédé était le seul à se servir de l’ordinateur. » L’occasion pour l’asso de les aider à raccrocher les wagons puis de les rediriger vers les organismes luttant contre « l’illectronisme« . Le public reste cependant très varié : « ça peut aussi bien être un chef d’entreprise qui a besoin de quelques ordinateurs et logiciels à moindre coûts pour se lancer », précise Benjamin.

    La culture du logiciel libre en partage

    Engagés dans une autre approche de l’informatique et de la consommation, les acteurs du reconditionnement revendiquent souvent l’utilisation des logiciels libres. Des logiciels collaboratifs fruits de la culture du partage, dénués de toute dépendance commerciale. Une vraie alternative aux logiciels à licence payante type Windows ou Mac. Une façon de contourner le marché « obsolescent » de l’industrie high-tech et de réinventer des nouvelles manières de consommer solidairement. C’est également le parti pris du collectif Emmabuntüs qui développe un système d’exploitation libre prévu pour simplifier le reconditionnement en logiciel libre du matériel informatique donné à Emmaüs ou à d’autres associations.

    Apprendre à réparer : changer sa façon de consommer

    Mais, et si on ne veut pas vraiment se débarrasser de ce fameux vieil ordi à la valeur si sentimentale (Ahh… ce fameux autocollant des Simpsons que vous ne décolleriez pour rien au monde…) ? Pas de problème ! Les structures comme Nâga, proposent également d’apprendre à bidouiller son propre matériel. « Ici, on cultive avant tout le partage de connaissance et l’autonomie. » précisent Benjamin et Pierre-François les salariés de Nâga, qui multiplient en ce sens les tutoriaux et forum en ligne ouverts à tous, pour que chacun puisse trouver seul les solutions à ses problèmes informatiques. Bref, n’en jetez plus !

    #recycler-vieux-pc

  • http://lekotidien.fr/index.php/12-guyane/3757-et-si-on-redonnait-vie-a-nos-ordinateurs-usages-

    http://www.lekotidien.info/images/dossier3(6).JPG

    Cette activité d’insertion par l’activité économique, portée par l’association Régie de Quartier de Rémire-Montjoly , comprend la collecte de matériel informatique usagé, sa remise en état puis sa redistribution auprès de publics prioritaires (personnes aux faibles revenus, associations).

    Ce sont actuellement 7 personnes qui travaillent dans la structure (1 coordinatrice, 1 responsable technique, 1 assistante et 4 techniciens).

    Actuellement 50 ordinateurs sont prêts à la vente et 200 sont en attente d’une nouvelle vie.

    L’association collecte et répare essentiellement des postes fixes et propose ensuite des lots complets avec l’unité centrale, l’écran, le clavier et la souris, le tout assorti d’une garantie de 3 mois et d’une initiation au maniement de l’outil.

    L’objectif de cette démarche est de participer à la réduction de la fracture numérique qui handicape de plus en plus de personnes notamment en situation de précarité.

    Le fait de ne pas maîtriser les outils de la bureautique et de ne pas posséder un ordinateur est aujourd’hui un réel handicap que ce soit pour les plus jeunes et leurs études que pour d’autres qui recherchent un emploi.

    Laurène ALLUIS est le Coordinatrice de Recycl’Ordi et nous parle de la démarche : « Une vingtaine de partenaires privés mais aussi publics (CNES, Préfecture, Douanes, Mairies…) nous donnent du matériel pour lequel nous effectuons un premier tri (pas d’ordinateur de plus de 8 ans, pas d’écrans non fonctionnels). A l’issue de cette phase de diagnostic nous décidons des unités à reconditionner et de celles qui nous serviront de pièces détachées ».

    Il est important de noter que chaque ordinateur fait l’objet d’un effacement des données sécurisé et bénéficie d’un système d’exploitation gratuit ainsi que d’un anti-virus. Après 7 mois l’association a collecté plus de 5 Tonnes de matériel et en a reconditionné 1,2 Tonnes qui représente 150 postes (1,5 Tonnes est en attente de traitement).

    http://www.lekotidien.info/images/dossier4(6).JPG

    Celui-ci, baptisé Guyaclic’, Concerne toutes les organisations à but non lucratif de Guyane (associations, écoles maternelles ou primaires) et a pour objectif de distribuer 100 lots d’ordinateurs.

    Le projet à vocation éducative, sociale, environnementale, culturelle, sportive ou encore de santé publique devra être présenté avant le 20 juin prochain (à midi).

    Le dossier de candidature est à retirer avant cette date sur le site http://www.guyaclic.com

    #recycler-vieux-pc
    #guyane

  • http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/binic/thot-cis-la-solidarite-informatique-30-12-2014-10477963.php

    Une nouvelle association est née sur la commune depuis septembre : THOT (CIS) . Le bureau, présidé par Anne-Marie Morin, aux côtés d’Angeline Le Gall, trésorière ; Antony Morin, secrétaire et Hervé Morin, bénévole, souhaite utiliser les mots « Communication, Information, Savoir (CIS) ».

    Ils souhaitent permettre aux personnes ayant peu de moyens financiers de posséder du matériel informatique. Les bénéficiaires sont constitués par toutes les structures qui luttent contre la précarité, l’isolement et la réinsertion, à l’e-inclusion mais aussi les associations à faible budget, les particuliers en situation difficiles, « Notre action se veut non restrictive ! ». Une alternative solidaire

    Pour atteindre ce but, les bénévoles collectent du matériel en fin de vie auprès des particuliers, des entreprises ou des collectivités publiques. Hervé Morin, disponible à tout moment, vient le récupérer sur site. Puis, il remet en état le matériel, lui donne une seconde vie. « Tout le matériel est reconditionné, les ordinateurs sont ensuite dotés d’un système d’exploitation « Emmabuntus » (logiciel créé par l’Emmaüs) », précise Hervé.

    « L’ordinateur est un véritable lien social, ce logiciel permet également de jouer » . Louane Morin sera également disponible pour donner toutes les explications nécessaires à l’utilisation des diverses suites bureautiques. La priorité de l’association est donc de permettre de s’équiper pour « pas cher », avec une garantie de six mois et une assistance : 100 €, correspondant à 10 € d’adhésion à l’association et 90 € de fonds utilisés pour l’achat de pièces, qui ne peuvent être récupérées telles que les batteries ou le câblage, sur des sites d’occasion.

    La transparence est de rigueur, le bilan financier sera disponible pour tous les donateurs et bénéficiaires. L’association est en recherche de tout matériel, ordinateurs mais aussi périphériques (imprimantes, lecteur CD, mémoire externe, clé USB, etc.). Contact THOT (CIS), 10, rue des Albatros, à Binic ; tél. 06.58.80.41.21 ; e-mail, assothot@gmail.com ; site internet ; http://thot-c-i-s.asso-web.com

    © Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/binic/thot-cis-la-solidarite-informatique-30-12-2014-10477963.php

    #ordi-solidaire-bretagne
    #E-inclusion-numérique
    #lien-social
    #recycler-vieux-pc

  • CALIS (Cholet Association Libre Informatique et Solidaire)

    L’association collecte des ordinateurs inutilisés auprès des particuliers, des associations, des collectivitées et des entreprises. Ceci se substitue à leur destruction afin de les reconditionner en utilisant des logiciels libres (logiciels gratuits à la portée de toutes et tous).

    Le matériel n’est en aucun cas vendu mais distribué lors d’atelier. Ces ateliers comprennent une formation de présentation, un ordinateur complet et fonctionnel ainsi que d’un an de « service après don ». Le tarif de l’atelier est compris entre 20 et 80€ selon le quotient familial.

    A terme, l’organisation d’ateliers de formation à l’informatique viendra s’ajouter aux services proposés par l’association.

    https://www.youtube.com/watch?v=O32mVwDKECE

    #recycler-vieux-pc
    #accompagnement
    #Cholet

  • http://www.ladepeche.fr/article/2014/04/27/1871056-pamiers-emmaues-robert-son-genie-c-est-l-informatique.html

    Pamiers. Emmaüs : Robert, son génie c’est l’informatique

    Robert Vardanyan a décidé de mettre trente ans d’expertise dans l’informatique au service des compagnons d’Emmaüs. Il répare ainsi deux ordinateurs par jour.

    Collecter des meubles, objets, vêtements, matériels informatiques, électroménager, machine à coudre et remettre le tout en état de marche. Voilà de quoi rassasier les compagnons d’Emmaüs, qui développent un véritable savoir-faire, tous les jours de la semaine, au quartier général de la communauté, zone du Pic. Sur la palette, très large, des compétences au sein de cette communauté très soudée, rencontre avec un homme clef : Robert Vardanyan, compagnon d’Emmaüs depuis 5 ans, un génie du bricolage informatique, qui sait réparer les PC, avec ses doigts de fée. « Tout ce qui passe entre mes mains doit obligatoirement se remettre à fonctionner », explique Robert. Il connaît particulièrement bien le monde de l’informatique et de l’audiovisuel, pour avoir exercé dans le métier, en Arménie, pendant 30 ans. Arrivé en France, il se mettra rapidement au service d’Emmaüs, partageant ainsi son savoir-faire au sein de la communauté. « C’est une chance d’avoir dans ses rangs une personne comme Robert, qui sait vraiment tout faire avec les ordinateurs », insiste Fabien Paul, responsable d’Emmaüs, qui peut compter sur ce bricoleur hors du commun.

    « Des objets qui retrouvent une nouvelle vie »

    « Vous voyez toutes ces machines, montre Robert, planté sur son tabouret, dans une jungle de fils et de microprocesseurs. Sur cette unité centrale, par exemple, je vais prendre pièces ou composants en état de marche qui serviront de rechange pour les autres ». Boîtiers, alimentation, audio, carte son, graveur, barrettes mémoire, processeurs n’ont plus aucun secret pour l’informaticien. Il confie « remettre sur pied deux ordinateurs par jour, minimum ». Une mécanique pointue pour cet homme qui ne voit pas passer les heures, tournevis et outils de précision en main. « Outre ma passion pour l’informatique, ajoute-t-il, j’aime aussi remettre en état machines à coudre et pendules, des objets qui retrouvent une nouvelle vie après un passage dans mon atelier ». Une compétence professionnelle reconnue, au service d’une communauté qui, dans un monde où l’électronique et l’informatique font partie du quotidien, aurait bien du mal à s’en passer.

    #recycler-vieux-pc
    #emmaüs
    #ariège

  • http://www.alsetic.fr/logiciels-libres

    Linux contre l’obsolescence programmée

    La durée de vie moyenne d’un ordinateur est passée de 6 ans (en 1997) à 2 ans (en 2005)

    Il se vend chaque année plus de 300 millions d’ordinateurs7 ! Or, la fabrication d’un PC consomme beaucoup d’énergie et de matériaux :

    436 Kg de combustible fossile
    1,8 tonnes de matériaux
    22 Kg de produits chimiques
    1500 litres d’eau

    Il est donc intéressant de conserver aussi longtemps de possible une machine qui ne rame pas... Sans compter le prix !

    Linux est reconnu pour avoir besoin d’un ordinateur moins puissant que son homologue Windows, pour un confort d’utilisation équivalent. De plus, il existe des variantes particulièrement légères, conçues spécialement pour être installées sur les vieux ordinateurs : Xubuntu, Lubuntu, Emmabuntüs, Toutou Linux...

    #Logiciels-libres
    #recycler-vieux-pc
    #Linux
    #Alsace

  • Emmabuntüs : Ubuntu pour Emmaüs

    http://open-source.developpez.com/actu/77110/Emmabuntus-Ubuntu-pour-Emmaus-reconditionner-les-ordinateurs

    Emmabuntüs est fournie avec l’environnement Xfce. Une icône dans le dock « All » permet d’installer LXDE pour avoir un environnement de bureau plus léger et une consommation de mémoire moindre, cependant Emmabuntüs ne pourra pas fonctionner sur un ordinateur doté d’un processeur Intel Pentium III à 800 MHz et 256 Mo de ram comme Lubuntu 14.04 LTS installé par Mikedafunk.

    Emmabuntüs fonctionne agréablement sur un ordinateur équipé d’un processeur AMD Athlon xp 2000+, 1 Go de ram, 20 Go d’espace disque pour le système, une carte graphique agp 8x pour exécuter les jeux comme SuperTuxKart.

    #emmaüs
    #ubuntu
    #recycler-vieux-pc
    #developpez

  • http://desclicks.net/2014/11/post-installation-ubuntuxubuntu-14-04

    Ubuntu et Xubuntu 14.04 sont dans les bacs depuis avril dernier… et quelques installations ont été réalisées depuis par les petites fourmis de Desclicks.

    Nous continuons de migrer les widowsiens sans relâche. Pour ce faire nous avons réalisé un « petit » script de post-installation de (X)ubuntu afin d’améliorer à notre manière la distribution.

    Au menu notamment, mises à jours de traductions, choix de logiciels alternatifs, choix d’installation de logiciels bien propriétaire comme il faut… hello skype… installations d’extensions pour Firefox et quelques petites améliorations graphiques.

    Si vous voulez compléter votre installation, ou si vous êtes amené à réaliser un nombre important d’installations, j’espère que cet outil pourra vous être utile.

    #xubuntu
    #script-post-installation
    #recycler-vieux-pc

  • http://i2.wp.com/www.rochechouart.com/mediatheque/wp-content/uploads/2014/10/atelier_linux.jpg?resize=620%2C876

    http://www.rochechouart.com/multimedia/cyber-base-atelier-linux

    Samedi 11 octobre, la cyber-base de la médiathèque accueillait un atelier de découverte à Linux animé par Vincent.

    22 participants ont suivi cet atelier.

    Pour rappel, Linux est un système d’exploitation libre et gratuit qui permet de gérer un ordinateur au même titre que les systèmes propriétaires.

    Pour beaucoup d’entre eux, c’est un premier pas vers une adoption complète de ce système.

    « Découvrir Linux c’est bien mais l’installer et l’utiliser c’est autre chose ! » comme le souligne Jean-Pierre, un des participants.

    « J’ai trouvé HandyLinux rapide et simple d’utilisation » remarque également Edith.

    La grande majorité des participants font le vœux d’aller plus loin dans l’appropriation du système et souhaitent également découvrir d’autres logiciels libres.

    L’enthousiasme ressenti au cours du premier atelier insiste Vincent à poursuive. Des séances supplémentaires seront programmées dans les mois à venir.

    Fabien Habrias et Christophe Daugreilh, élus de la commune et respectivement président et vice-président de la commission communication et nouvelles technologies, se réjouissent d’un tel succès.

    http://i0.wp.com/www.rochechouart.com/wp-content/uploads/2014/10/atelier_linux2.jpg?resize=500%2C333

    #recycler-vieux-pc
    #gnu/linux
    #handylinux

  • http://snalis.org/spip.php?article298

    Les associations de récupération d’ordinateur collaborent

    vendredi 12 septembre 2014, par gepeto

    Les Associations SNALIS, NAGA, ALIS,CALIS, ASRI se sont rencontrées cet été afin de partager leurs expériences et leurs visions de l’activité autour de la ré-utilisation d’ordinateur et l’accès à l’informatique.

    La ressource en matériel n’est pas un problème de quantité mais plus d’organisation . Nous avons tous des hauts et des bas dans l’approvisionnement, et nous remercions toujours la société Microsoft pour la pugnacité de son travail sur l’obsolescence rapide des logiciels et environnements de travail informatique. Les entreprises jettent allègrement leurs machines fonctionnelles ce qui de fait nous arrange bien, sans parler de la misère ou du stress liés au changement des habitudes de travail imposées par cette fantastique multinationale qui touche aussi les usagers. Bref, la sur-consommation débilitante de matériel n’est pas prête de s’arrêter. Par contre, afin de faire face au monceaux de détritus dangereux, il n’y pas grand monde. La vague du Libre Masqué avance aussi de son coté, Android est le système le plus utilisé au monde devant iOS, devant Windows et c’est un Linux (pas GNU mais presque). Ce qui ne résout pas non plus le problème voir l’augmente : obsolescence de part la fragmentation de version, l’impossibilité de mise à jour, non-information voir dés-informations sur les conséquences des usages, favorise le recours à l’externalisation de ses données (cloud). La vague de déchet change de composition mais n’en n’est pas moins dangereuse.

    Nous devons faire face aussi aux choix politiques qui favorisent souvent, par flemme ou par peur, des organisations gargantuesques plutôt qu’efficaces. Les grosses structures rassurent mais globalement ne suivent pas et surtout masquent et bloquent une multitude d’autres solutions. On nous répond toujours depuis 10 ans genre... « Nous avons 800 PC, à prendre en une fois. », « Répondez à l’appel d’offre, au marché public »... Sachant que si une "petite" association ne le peut pas, c’est un gros qui va rafler l’ensemble pour, on s’en doute, alimenter peut être l’est de l’Europe ou il y a moins de contrainte, voir pire. Gros gâchis . Il y aura destruction sans récupération de ce qui marche, transport à tout va, pollutions directes loin des yeux, pollutions indirectes invisibles ici. Parce que cette chaîne de re-traitement ne sait pas revaloriser l’existant mais seulement le détruire. Elle ne valorise pas non plus l’humain, ni par son travail bénéfique à la collectivité locale, visible par chacun chacune, évidement pas par son autonomisation forcement anti-productiviste et encore moins à son instruction.

    Mais comme nous le disions, "heureusement" il y en a trop. Nous savons que nous pouvons compter les un sur les autres à un gros enlèvement de matériel et répondre ensemble si il le faut mais de fait, pour le moment, nous avons de la marge.

    Notre principal mission est d’aider et de former à l’usage des outils informatiques, pas de recycler.. Cela fait plaisir de la voir s’affirmer encore.

    Nous avons différentes approches, différents tarifs, NAGA à choisi plutôt une autonomie financière et répercute le coût réel sur ses services. ALIS44 s’est tourné vers une mission sociale proche du quartier, l’ASRI ne s’embarrasse pas de structure, et SNALIS se débrouille en réalisant des prestations extérieures comme celle avec les Amis de la Terre cette année et un peu de formation professionnelle.

    Ce qui nous lie toujours est le Logiciel Libre.
    Il n’y que très peu d’information hors Internet voir pas du tout de formation autour du logiciel libre. Et nous devons souvent ne compter que sur nous même pour aider les gens. Même si depuis au moins 10 ans il est plus simple de vivre au quotidien avec des logiciels libres, le grand publique n’en a pas vraiment conscience, les collectivités, les maisons de quartier non plus. Et les caddies virtuels, que sont les smartphones, endorment encore plus le consommateur dans une béatitude servile. La fracture numérique devient vraiment un manque de connaissance, de savoir et est moins un problème d’accès à Internet. Prenez le moindre usager qui a l’air d’en savoir, sur son smartphone rutilant et demander lui de faire un document pour résoudre un quelconque problème administratif... Outre le fait qu’il n’y a pas de clavier, ni d’outils pour produire un texte correct en moins d’un quart d’heure, il aura l’impression d’avoir plus de possibilité de réaliser cette hypothétique tache sans jamais avoir à le faire... C’est le miracle, pardon mirage de la technique.

    Afin d’être plus performant sur ce sujet de l’accompagnement nous avons décidé de créer un site, un portail collectif, qui aiguillera le visiteur vers des services communs.

    Un Forum ouvert à tous pour trouver des réponses à ces questions et en faire profiter les autres.
    Des vidéos pour ceux qui apprécient l’accompagnement par l’exemple
    Des ressources plus techniques issues de nos ateliers

    ...

    Essaimer plutôt que concentrer

    Nous avons maintenant tous suffisamment d’expérience pour savoir qu’il vaut mieux faciliter la création de multiples structures que d’en faire grossir une. Et une formation à l’activité de valorisation qui est la notre, commence à se mettre en place. Nous allons y travailler ensemble en cette fin d’année, rassembler documents et ressources pour établir un véritable cursus pragmatique qui propose aussi une certaine profondeur humaine à une approche technique.

    #recycler-vieux-pc
    #association
    #gnu/linux

  • « Zone de #gratuité », ou comment les objets deviennent « sans propriétaire fixe » - Basta !
    http://www.bastamag.net/Zone-de-gratuite-ou-comment-les

    Ni troc, ni obligation de réciprocité, ni charité, la zone de gratuité est un moyen utile de réduire le volume de déchets et de #recycler les objets. Une façon aussi de se réapproprier l’espace public, la rue, de créer un moment convivial, entre voisins et ouvert à tous. Un pied de nez à la société de #consommation. Un espace soustrait aux rapports marchands, qui vient interroger chacun sur le don, l’argent, la propriété. « Les valeurs Acheter - Jeter sont remplacées par les joies du Donner - Récupérer », expliquaient les organisateurs lors de la première édition.

  • http://www.letelegramme.fr/finistere/brasparts/ordis-libres-25-appareils-redistribues-10-06-2014-10205479.php

    Ordis libres. 25 appareils redistribués

    Vingt-cinq ordinateurs ont été distribués, samedi, à l’Espace Frédéric-Le-Guyader par l’association Ordis libres de l’Arrée avec l’appui technique de Linux Quimper. Les ordinateurs avaient été récupérés par Ordis libres de l’Arrée auprès d’administrations ou d’entreprises et reconditionnés avec des logiciels libres autour du système GNU/linux. Tout en permettant l’accès à l’informatique au plus grand nombre, cette redistribution limite le gaspillage du matériel informatique et réduit les déchets. Les candidats à l’obtention ont bénéficié d’explications et de présentation du système d’exploitation avant de repartir chacun avec un ordinateur. Samedi également a eu lieu une installation des systèmes GNU/Linux auprès d’une quinzaine d’internautes sur leurs propres ordinateurs. Ces systèmes permettent une utilisation immédiate et gratuite de la bureautique, du graphisme, de l’audio vidéo, d’Internet et autres services.

    #linux-quimper
    #ordi-libres
    #recycler-vieux-pc
    #gnu/linux

  • http://mikedafunk.over-blog.org/article-les-options-du-noyau-linux-pour-sauver-des-pc-de-la-po

    Dans la série « recyclage d’ordinateurs », après le coup du four, de toutou linux ou de la dernière lubuntu 14.04 LTS, voici le coup des options du noyau linux ! ;)

    J’ai récupéré un HP Pavillon (Athlon 64 X2 5000+) qui comporte une panne matérielle vicieuse.

    Le constat : Il démarre très bien mais au bout d’un instant windows comme linux plante / fige sur la machine.

    Je n’ai pas essayé, mais il y a des chances que l’installation de windows n’arrive pas à son terme alors que le démarrage commence sans problème. Sous lubuntu j’avais des messages « Problème logiciel détecté », un message récalcitrant que l’on peut désactiver facilement.

    Le diagnostic : J’ai testé les barrettes mémoire avec memtest, ce c’est pas ça. J’ai changé le processeur, aucun changement. Quand ça plantait sous windows il y avait un écran bleu de la mort. Quand ça plantait sous linux (en lançant firefox ou un jeu 3D), il y avait un défaut d’affichage : des stries graphiques réguliers. J’ai pensé à un problème de carte vidéo intégrée mais les 4 cartes vidéos pci express que j’ai essayées bloquent le démarrage de l’ordinateur.

    Les live usb linux (cédé ou usb) plantent la plupart du temps sauf... quand j’ai changé les paramètres du noyau !

    Au démarrage d’un live ubuntu il est possible de changer ces paramètres à l’aide la touche F6. Personnellement j’ai sélectionné les options « noapic nolapic » pour que cela fontionne.

    La résolution : sur le système installé, j’ai modifié les paramètrès de démarrage du noyau à l’aide de deux lignes de commande et en ajoutant « noapic nolapic » dans un fichier mais l’utilitaire graphique boot-repair peut le faire.

    Depuis cette modification le pc est maintenant utilisable, il n’y a plus de soucis. Si cette astuce peut sauver des cartes mères de la poubelle, tant mieux !

    #noapic-nolapic
    #recycler-vieux-pc
    #lubuntu
    #carte-mère