• Ouin ouin, le retour de bâton | Quoi de Meuf
    https://art19.com/shows/quoi-de-meuf

    “La nouvelle terreur féministe : actions violentes, théorie du genre, PMA, parité, écriture inclusive… enquête sur une inquisition” : ces quelques lignes ont fait la couverture du magazine Valeurs Actuelles le 15 mai 2019. Loin d’être anodins, ces mots résument un concept bien précis et peu connu en France : le backlash, en français, “contrecoup”, ou encore “retour de bâton”, qui freine les femmes dans l’avancée de leurs droits. Durée : 34 min. Source : Nouvelles Écoutes

    https://rss.art19.com/episodes/733aedc5-b718-4ed9-acf0-662162dbb5a5.mp3

    • Allusion à cette affaire.

      The Aziz Ansari accusations may not be about rape, but they are about rape culture
      https://www.feministcurrent.com/2018/01/15/aziz-ansari-accusations-may-not-rape-rape-culture

      According to Grace, The comedian rushed through dinner before bringing her back to his apartment, where he immediately kissed, fondled, and performed oral sex on her. Grace said she felt uncomfortable at how quickly things escalated and voiced her hesitation, though she did reciprocate a little bit, leading many online to respond with frustration at the framing of Ansari’s behaviour as nonconsensual or predatorial.

      Indeed, the two never do end up having intercourse. No rape takes place. Ansari was not violent. But it is exactly this that we should be paying attention to. We need not try to frame Ansari as a rapist or a “bad man” in order to be critical of his behaviour.

      #backlash au fait #culture_du_viol

    • Les meufs n’arrêtent pas de dire qu’il n’y a pas de guerre entre femmes et hommes. Je comprends leur volonté de démonter le propos masculiniste anti-féministe selon lequel les femmes sont en guerre contre les hommes et ceux-ci doivent protéger le super bien commun qu’est le sexisme. Mais il me semble plus malin de noter que les hommes sont bien en guerre contre les femmes mais prennent comme un acte de guerre chaque acte de défense, pendant qu’ils invisibilisent leur propre guerre.

      Pour moi, guerre il y a quand des hommes font mal à des femmes parce que c’est la leur ou celle qu’ils veulent mais également quand ils montent sur leurs grands chevaux dès qu’un propos leur déplaît sur ces questions, par exemple quand Igor Babou a hurlé à la castration parce que @mad_meg a fait une sortie mégériste et énervée contre les mecs qui refusent d’envisager pour eux la vasectomie. Quand les féministes racontent des actes de guerre et que des hommes leur répondent :
      –ah non pas moi,
      –ah non, toi tu le mérites/n’aimes pas les hommes,
      –faut pas exagérer (faut pas en parler),
      –tiens, regarde de l’autre côté
      et autres stratégies subtiles de #réduction_au_silence. C’est de la complicité, quels que soient par ailleurs les engagements (dont on notera qu’ils sont abstraits ou lointains, soit pas dérangeants). Merde, cette complicité nous complique le travail et elle est incohérente avec les propos affichés, ce doit donc être un intérêt très fort à contrôler les femmes, à les laisser dans cet état où elles jouissent moins que les hommes de l’intégrité de leur corps et de leur personne, de temps libre et de richesses matérielles. Je sais bien qu’il y « en a des bien » mais globalement une guerre a bien lieu que gagnent ceux qui savent réagir selon leur intérêt bien compris (tandis que les autres se perdent en stratégies incohérentes et douloureuses pour essayer de s’en sortir le moins mal possible). C’est la guerre !

    • Comme je le note régulièrement sur les affaires de harcèlement moral, le fond du problème n’est pas tant sexuel que compétitif : les hommes ne harcèlent jamais au hasard dans le boulot. Il s’agit souvent de pousser des femmes compétentes vers la sortie (ou la fenêtre), ce qui, de facto, réduit la concurrence dans la boite.

      Souvent, les directions protègent les harceleurs : « ce sont des gens de grands talents qui apportent beaucoup à la boite ». Sauf qu’à cause de leurs actes, on ne saura jamais ce qu’aurait apporté à la boite les victimes et si la boite n’a pas beaucoup perdu au change !

      Bien sûr qu’il s’agit d’une guerre des places !


  • Vous voulez un Visa pour les États-Unis ? Vous devrez donner vos comptes Facebook et Instagram
    https://www.numerama.com/politique/522023-vous-voulez-un-visa-pour-les-etats-unis-vous-devrez-donner-vos-comp

    Les demandeurs de Visa pour les États-Unis devront communiquer tous leurs comptes sur les réseaux sociaux depuis les 5 dernières années, dont Facebook, Instagram, Reddit, Linkedin ou encore MySpace. L’administration américaine vient d’officialiser cette nouveauté le 1er juin 2019 : toutes les personnes qui cherchent à obtenir un visa pour les États-Unis devront dorénavant obligatoirement communiquer leurs noms d’utilisateurs sur les réseaux sociaux. Parmi les réseaux sociaux concernés, on compte (...)

    #Instagram #Facebook #LinkedIn #MySpace #Reddit #SocialNetwork #migration #web #surveillance (...)

    ##Identité
    //c2.lestechnophiles.com/www.numerama.com/content/uploads/2019/06/passport-3127925_1920.jpg


  • Redressements fiscaux : Macron, ses ministres et la morale publique
    https://www.mediapart.fr/journal/france/310519/redressements-fiscaux-macron-ses-ministres-et-la-morale-publique

    Le rapport annuel de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique met en évidence que près de 60% des ministres ont fait l’objet d’un redressement fiscal en 2018. Une proportion stupéfiante qui en dit très long sur la crise démocratique et morale que traverse le pays.

    #FISCALITÉ #redressement_fiscal,_gouvernement,_Haute_autorité_pour_la_transparence_de_la_vie_publique,_Emmanuel_Macron,_Impôts


  • L’inversion brutale de notre essor
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?129-l-inversion-brutale-de-notre-essor

    Passage du #Livre de J. Diamond « Le troisième chimpanzé », pp. 317-360. Notre espèce est désormais au pinacle de ses effectifs démo­graphiques, de l’étendue de son aire de distribution géographique et de ses capacités d’action sur le monde. En outre, elle capte, aujourd’hui, la plus grande part du flux global d’énergie et de matière produit sur la planète. Tout cela marque un essor sans précédent. Or, tous ces acquis, nous sommes en train de les remettre en question bien plus rapidement que nous ne les avons (...)

    #Crises_économique,_sociale,_politique

    / #Histoire, #Relativisme, Livre, #Écologie, #Démographie, Anéantissement / Génocide, #Prospective, Diamond J., Redéfinition des (...)

    #Anéantissement_/_Génocide #Diamond_J. #Redéfinition_des_besoins


  • #Elite gathering reveals anxiety over ‘class war’ and ‘#revolution’
    Financial Times 2 mai 2019

    The Milken Institute’s annual gathering of the investment, business and political elites this week featured big names from US Treasury secretary Steven Mnuchin to David Solomon, chief executive of Goldman Sachs.

    [..,]

    Despite widespread optimism about the outlook for the US economy and financial markets, some of the biggest names on Wall Street and in corporate America revealed their anxiety about the health of the economic model that made them millionaires and billionaires.

    Mr Milken himself, whose conference was known as the predators’ ball when he ruled over the booming junk bond market of the 1980s, was among those fretfully revisiting a debate that has not loomed so large since before the fall of the Berlin Wall: whether capitalism’s supremacy is threatened by creeping socialism.

    Mr Milken played a video of Thatcher from two years before she became UK prime minister. “Capitalism has a moral basis,” she declared, and “to be free, you have to be capitalist”. Applause rippled through the ballroom.

    In the run-up to the conference, essays by Ray Dalio of Bridgewater Associates and Jamie Dimon of JPMorgan Chase about the case for reforming capitalism to sustain it have been widely shared. Executives are paying close attention to what one investment company CEO called “the shift left of the Democratic party”, personified by 2020 presidential candidates Bernie Sanders and Elizabeth Warren and the social media success of Alexandria Ocasio-Cortez, the democratic socialist elected to Congress last year.

    Former Alphabet chairman Eric Schmidt issued his own rallying cry as he sat beside Ivanka Trump to discuss the conference theme of “driving shared prosperity”.

    “I’m concerned with this notion that somehow socialism’s going to creep back in, because capitalism is the source of our collective wealth as a country,” Mr Schmidt said, urging his fellow capitalists to get the message out that “it’s working”.

    Mr Milken asked Ken Griffin, the billionaire founder of the hedge fund Citadel, why young Americans seemed to have lost faith in the free market, flashing up a poll on the screen behind them which showed 44 per cent of millennials saying they would prefer to live in a socialist country.

    “You and I grew up in a different era, where the cold war was waking up and there was a great debate in America about the strengths and weaknesses of socialism as compared to the economic freedom that we enjoy in our country,” Mr Griffin replied, saying that they had “seen that question answered” with the collapse of the Soviet Union.

    The younger generation that support socialism are “people who don’t know history”, he said.

    Guggenheim Partners’ Alan Schwartz put the risks of rising income inequality more starkly. “You take the average person . . . they’re just basically saying something that used to be 50:50 is now 60:40; it’s not working for me,” he told another conference session, pointing to the gap between wage growth and the growth of corporate profits.

    “If you look at the rightwing and the leftwing, what’s really coming is class warfare,” he warned. “Throughout centuries what we’ve seen when the masses think the elites have too much, one of two things happens: legislation to redistribute the wealth . . . or revolution to redistribute poverty. Those are the two choices historically and debating it back and forth, saying ‘no, it’s capitalism; no, it’s socialism’ is what creates revolution.”

    There was less discussion of the prospect of higher taxes on America’s wealthiest, which some Democrats have proposed to finance an agenda many executives support, such as investing in education, infrastructure and retraining a workforce threatened by technological disruption and globalisation.

    One top investment company executive echoed the common view among the conference’s wealthy speakers: “ Punitive #redistribution won’t work.”

    But another financial services executive, who donated to Hillary Clinton’s US presidential campaign in 2016, told the Financial Times: “ I’d pay 5 per cent more in tax to make the world a slightly less scary place .”

    #capitalisme #anxiété #capitalistes


  • Releasing the captives – Forthright Magazine
    http://forthright.net/2019/04/24/releasing-the-captives

    Under the cover of darkness and utilizing stealth technologies, a couple of Black Hawk helicopters approach a political prisoner compound. Deploying with rapid descent a team of highly specialized soldiers drop into the compound neutralizing opposing forces. The prisoners suddenly realize they are being rescued. The thought of release flooding their minds quickly evolves into experiencing good news.

    #Bible #Christianity #redemption


  • #javascript Array.reduce()
    https://hackernoon.com/javascript-array-reduce-50403c421968?source=rss----3a8144eabfe3---4

    How do I loathe thee? Let me count the ways…The Array.reduce() method has been around awhile. Like map(), filter() and find(), it operates upon an array of values by invoking a callback function.Here’s an example from the developer.mozilla.org site:const array1 = [1, 2, 3, 4];const reducer = (accumulator, currentValue) => accumulator + currentValue;// 1 + 2 + 3 + 4console.log(array1.reduce(reducer));// expected output: 10// 5 + 1 + 2 + 3 + 4console.log(array1.reduce(reducer, 5));// expected output: 15Seems straightforward, right? On with the grievances:0. It doesn’t do what you expectLet’s look at this again:const array1 = [1, 2, 3, 4];const reducer = (accumulator, currentValue) => accumulator + currentValue;// expected: 1 + 2 + 3 + 4 === 10Now I’ll modify the reducer function to add 1 (...)

    #reduce


    • EDUCATION THAT LEADS TO LEGISLATION

      ‘Segregated By Design’ examines the forgotten history of how our federal, state and local governments unconstitutionally segregated every major metropolitan area in America through law and policy.

      Prejudice can be birthed from a lack of understanding the historically accurate details of the past. Without being aware of the unconstitutional residential policies the United States government enacted during the middle of the twentieth century, one might have a negative view today of neighborhoods where African Americans live or even of African Americans themselves.

      We can compensate for this unlawful segregation through a national political consensus that leads to legislation. And this will only happen if the majority of Americans understand how we got here. Like Jay-Z said in a recent New York Times interview, “you can’t have a solution until you start dealing with the problem: What you reveal, you heal.” This is the major challenge at hand: to educate fellow citizens of the unconstitutional inequality that we’ve woven and, on behalf of our government, accept responsibility to fix it.

      https://www.segregatedbydesign.com

    • The Color of Law

      This “powerful and disturbing history” exposes how American governments deliberately imposed racial segregation on metropolitan areas nationwide (New York Times Book Review).

      Widely heralded as a “masterful” (Washington Post) and “essential” (Slate) history of the modern American metropolis, Richard Rothstein’s The Color of Law offers “the most forceful argument ever published on how federal, state, and local governments gave rise to and reinforced neighborhood segregation” (William Julius Wilson). Exploding the myth of de facto segregation arising from private prejudice or the unintended consequences of economic forces, Rothstein describes how the American government systematically imposed residential segregation: with undisguised racial zoning; public housing that purposefully segregated previously mixed communities; subsidies for builders to create whites-only suburbs; tax exemptions for institutions that enforced segregation; and support for violent resistance to African Americans in white neighborhoods. A groundbreaking, “virtually indispensable” study that has already transformed our understanding of twentieth-century urban history (Chicago Daily Observer), The Color of Law forces us to face the obligation to remedy our unconstitutional past.


      https://books.wwnorton.com/books/detail.aspx?id=4294995609&LangType=1033
      #livre


  • Pour qui sommes-nous prêts à payer l’#impôt ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/pour-qui-sommes-nous-prets-a-payer-limpot

    « Nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts ». Telle est la feuille de route établie la semaine dernière par Edouard Philippe, dans le cadre de la restitution du Grand débat national. Un objectif qui, sauf surprise, sera un des axes des annonces qu’Emmanuel Macron s’apprête à faire ce soir.

    Que la question fiscale soit à ce point mise en avant, voilà qui n’a rien d’incongru : le mouvement des Gilets jaunes est d’abord un mouvement de #révolte_fiscale ; quant au Grand débat, il en a fait un des principaux thèmes de discussions.

    Or que ressort-il de ces dernières, sachant que l’échantillon qui s’est exprimé, pour être conséquent, n’en est pas forcément représentatif de la population ?

    Et bien qu’au-delà de la pression fiscale, c’est le sentiment d’#injustice qui domine, l’idée selon laquelle ce sont les autres et pas soi-même qui bénéficient le plus de la #redistribution des richesses.

    Le consentement à l’impôt en est amoindri. Or c’est ce consentement qui constitue un des socles les plus importants de notre pacte social.

    Alors comment y remédier ?

    Intervenants #Du_grain_à_moudre

    Jérôme Fourquet
    politologue, directeur du département Opinion et Stratégies d’entreprise de l’Ifop
    Anne Guyot-Welke
    porte-parole du syndicat Solidaires Finances Publiques
    Philippe Nemo
    Philosophe, ancien professeur à ESCP Europe


  • J’ai décidé de participer à la grande souscription nationale pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. Ne riez pas. En fait j’ai été ému par le geste de François Pinault qui a déclaré faire un chèque de cent millions d’euros. J’ai donc calculé le pourcentage que représentaient cent millions d’euros par rapport à son patrimoine et j’ai appliqué le même pourcentage par rapport à mon patrimoine : 43,10 euros.

    • De cette générosité spontanée des grands capitalistes, je vais derechef en parler à mon proprio : il aurait besoin d’un peu de cash pour faire réparer la maison qu’il nous loue : toitures, isolation, huisseries, chauffage, évacuation des eaux usées, etc ...

    • @odilon mon ironie était-elle à ce point imperceptible ?

      Quand mon ami Emmanuel Adely a sorti Je paie il y a deux ans, livre somme (pour ainsi parler) qui fait le détail de toutes ses dépenses pendant quinze ans (dit comme ça cela n’a pas l’air tout à fait passionnant, pourtant ça l’est http://desordre.net/bloc/ursula/2017/index_076.htm), il y avait à la fin de chaque année le compte annuel de toutes les dépenses, je ne sais plus quelle année, la dernière je crois, les dépenses d’Emmanuel étaient égales à 13.000 euros (souvenir approximatif), ce qui avait valu à Frédéric Beigbeder dans sa chronique du livre que cela correspondait à ce que lui dépensait en une seule soirée.

      Ce rapport proportionnel est ce que j’essaye de dire dans ce petit billet de Seenthis . Dit différemment, chaque fois que je dépense 45 euros (par exemple pour une séance de psy ou d’orthophonie pour mes enfants), Pinault, lui, aurait le loisir d’une petite dépense de cent millions d’euros.

      Et puisque le contexte est donc la reconstruction de Notre-Dame de Paris, je ne peux m’empêcher de repenser à la parabole du mendiant : une femme donne quelques pièces de bronze à un mendiant de rue, puis un homme opulent passant devant le même mendiant lâche ostensiblement une grosse pièce d’argent, comme un des apôtres le fait remarquer à Jésus comme un geste munificent, Jésus fait remarquer à cet apôtre naïf que le geste de l’homme opulent est insignifiant au regard de celui de la femme de peu de moyens.

      Pour ma part je remarque que Jésus est un peu un pur esprit si vous me passez l’expression parce que pour le mendiant la grosse pièce d’argent le dépannera plus longtemps sans doute.

    • « L’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon a estimé… il faut… réduction d’impôt de 90%… a ajouté le directeur général de la collection Pinault ».

      Souscriptions, collectes, fiscalité, des « mesures exceptionnelles » pour rebâtir Notre-Dame de Paris
      https://www.bfmtv.com/economie/dons-a-notre-dame-aillagon-reclame-desmesures-exceptionnelle-1674030.html

      « Il faut que l’Etat fasse rapidement voter une loi faisant de Notre-Dame un ’Trésor national’ afin que les dons versés pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d’impôt de 90% prévue dans ce cas par la loi de 2003 sur le mécénat », a poursuivi Jean-Jacques Aillagon, auteur de cette loi. « J’aimerais que la France engage très rapidement cette restauration. C’est presque une question de dignité nationale », a ajouté le directeur général de la collection Pinault.

    • Il manque tout de même, pour être tout à fait raccord avec notre époque, le prochain Loto du Patrimoine - édition spéciale Notre Dame, afin de pouvoir participer à sa restauration, tout en ayant l’opportunité de devenir millionnaire (et d’avoir ENFIN la possibilité de bénéficier de la loi sur le mécénat).

    • La réduction d’impôt Aillagon de 90% https://twitter.com/aillagon/status/1117870663891476480

      Que l’État décrète vite Notre Dame « Trésor national » de façon à ce que les dons faits pour sa reconstruction bénéficient de la réduction d’impôt de 90% prévues par la la loi sur le mécénat dite loi Aillagon

      edit Jean-Jacques Aillagon est directeur de Pinault Collection (qui rassemble les oeuvres d’art de François Pinault),

      #impôt #réduction_d'impôt #mécénat #culture #blanchiment_de_fraude_fiscale

    • Je ne voudrais pas paraître ergoter pour quelques millions, mais si Arnault et Pinault (et d’autres) bénéficient de 90% de réductions d’impôts sur leurs dons si généreux et grassouillets, est-ce que cela ne serait pas en fait, plus rentable, de dire, merci mais non, merci, en fait payez vos impôts, on fera le reste.

      Mais j’avoue que je ne comprends pas toujours de genre de raisonnements.

      Sinon mon chèque part à la poste dès que je trouve l’adresse.

    • « Exigeons leurs impôts ! »

      Humiliante course à l’échalote entre Bernard Arnault et François Pinault, qui au lieu de payer leurs impôts en France et nous permettre de préserver nos trésors nationaux, defiscalisent à tout va pour se donner bonne conscience.

      Humiliante « souscription nationale » macrono-bernienne qui signe l’impéritie d’un modèle laissant partir en cendres huit siècles de patrimoine. Que revienne l’Etat et que cesse cet affligeant pathos. Qui a défailli et pourquoi ?

      Il y a trois bâtiments qui incarnent plus que tout la France : le Louvre, la Tour Eiffel et Notre-Dame. En est-on arrivés à un tel niveau de pillage que l’on se montre incapables de les protéger ?

      Que la rage suive les larmes. Et que cesse enfin l’impunité.
      Il y a des responsables politiques dans ce pays. Chargés de s’assurer que nos bâtiments soient protégés, que les services publics soient assurés et que les normes qu’ils adoptent soient respectées. Huit siècles d’Histoire dévastés. Qu’ils payent !

      La surenchère d’Arnault sur Pinault à 12h près n’a qu’un objectif : alimenter une querelle d’égo délirante qui se joue depuis trente ans à notre détriment, détruisant des régions entières (les Vosges se souviennent encore du dépeçage de Boussac) et affaiblissant notre État.

      Qu’il n’y ait aucun doute sur leurs intentions : rappelons comment Arnault rachetait l’hôtel particulier de Lagardère à peine son cadavre enterré pour humilier sa veuve. Ces êtres sont la prédation. Les 0,23% de fortune de don de M. Arnault n’ont rien de désintéressé.

      Rappelons qu’Arnault tentait il y a peu encore d’obtenir la nationalité belge pour moins payer d’impôts, tandis que le groupe de Pinault, était épinglé pour avoir fraudé le fisc à hauteur de milliards d’euros. De ces milliards sont nés huits siècles en fumée.

      ALors cessons d’alimenter leur égo. Rejetons ce modèle philantrophique anglosaxon, fait pour soulager leur conscience de pillards au détriment de notre bien commun. Condamnons les appels à la solidarité nationale de M. Macron. Réclamons le retour à la responsabilité.

      Par la réduction de la place de l’Etat au sein des politiques publiques, nos dirigeants ont créé un système d’impunité où toute catastrophe devient opportunité à communiquer.

      Ne soyons pas leurs prisonniers. Exigeons leurs impôts. Et rejetons leur pitié.

      Juan Branco

    • Dons pour Notre-Dame de Paris : « C’est la collectivité publique qui va prendre en charge l’essentiel du coût »
      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/16/dons-pour-notre-dame-de-paris-c-est-la-collectivite-publique-qui-va-prendre-

      (...) Les dons pour la reconstruction de la cathédrale, émanant notamment de plusieurs grandes fortunes françaises issues du secteur du luxe, devraient ouvrir droit à des réductions d’impôts de 60 %, au titre de la niche fiscale sur le mécénat. Autrement dit, « c’est la collectivité publique qui va prendre l’essentiel [des frais de reconstruction] en charge !, déplore Gilles Carrez, député Les Républicains (LR) et rapporteur spécial du programme patrimoine pour la commission des finances de l’Assemblée nationale. Sur 300 millions d’euros, 180 millions seront financés par l’Etat, au titre du budget 2020 ». (...)

      Or, pour les entreprises, la niche mécénat offre 60 % de réduction sur l’impôt sur les sociétés (et 66 % de réduction d’impôt sur le revenu pour les particuliers), plafonné à 0,5 % du chiffre d’affaires, avec la possibilité de bénéficier d’un échelonnement de l’avantage fiscal sur cinq ans. M. Carrez souligne ainsi :
      « Là, on n’a pas le choix, on peut s’en réjouir. Mais dès lors que cet argent viendra en déduction des impôts [qu’auraient dû payer les donateurs], ce sont des sommes qu’il va falloir trouver. C’est tout le problème de ce genre de dispositif : ça peut poser un problème budgétaire. »

      Cette niche fiscale sur le mécénat d’entreprise est régulièrement décriée. Stratégique pour les secteurs concernés (musées, expositions, patrimoine) elle coûte plus de 900 millions d’euros à l’Etat. Dans un rapport publié à l’automne, la Cour des comptes avait appelé à « mieux encadrer » le mécénat d’entreprise, multiplié par dix en quinze ans. Dans un rapport de 2015, l’Inspection générale des finances avait souligné que la France était la seule à proposer une réduction d’impôt, et pas une déduction de l’assiette imposable. M. Carrez, auteur d’un rapport sur le sujet fin 2017, avait plaidé pour son amoindrissement à l’automne dernier, lorsque Bercy cherchait – déjà – des marges de manœuvre budgétaire. « Nous avons eu l’accord du gouvernement pour faire des propositions dans le cadre du budget 2020, afin de rendre cette niche plus efficace », rappelle M. Carrez.
      « Emotion n’est pas raison »
      Alors que les niches fiscales sont dans le viseur du gouvernement, qui aurait dû annoncer ses mesures fiscales de sortie du grand débat lundi 15 avril au soir, le débat a donc rebondi à la faveur de l’incendie de Notre-Dame. (...)

      « Nous allons voir avec le gouvernement quel dispositif spécifique nous mettons en œuvre, mais bien évidemment, l’Etat sera là auprès de tous nos compatriotes pour reconstruire » et il « assumera ses responsabilités », a assuré l’actuel ministre Franck Riester, sur France Inter mardi. « Ne peuvent être décrétés “trésor national” que les biens risquant de quitter la France », expliquait-on mardi matin au ministère de la culture. « A priori, les Français n’ont pas besoin de déduction fiscale pour donner pour Notre-Dame. Même les plus riches ! », s’agaçait-on à Bercy.
      Le sujet devait être évoqué mardi en fin de matinée à l’occasion d’une réunion interministérielle à Matignon, avec notamment les ministres Franck Riester (culture) et Gérald Darmanin (comptes publics), destinée à préparer un « plan de reconstruction » de Notre-Dame de Paris.

      #niche_fiscale

    • @odilon ça vaut le coup de citer le tweet du Monde auquel se réfère Laurent Chemla :

      Dons pour #NotreDame : sur les 600 millions d’euros qui émanent des grandes fortunes, c’est 360 millions d’euros qui viendront du budget 2020 de l’Etat. Ce qui peut finir par causer quelques ennuis budgétaires

      L’article
      (edit : évidemment déjà signalé par colporteur j’avais pas vu) :

      Dons pour Notre-Dame de Paris : « C’est la collectivité publique qui va prendre en charge l’essentiel du coût »

      https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/04/16/dons-pour-notre-dame-de-paris-c-est-la-collectivite-publique-qui-va-prendre-

      le chapeau :

      Dans l’opposition comme dans la majorité, des voix s’élèvent pour dénoncer la réduction d’impôts dont devraient bénéficier les donateurs pour la reconstruction de la cathédrale.

      Comme quoi finalement la fièvre du samedi après-midi...

    • fin de l’article du Monde :

      « Les ministres travaillent à des propositions pour arrêter le régime fiscal qui sera appliqué aux dons. C’est le président qui tranchera », se contentait-on d’indiquer, à l’issue, au cabinet de Gérald Darmanin.

      le président … et le parlement dont c’est (juste) un peu l’une des missions de déterminer l’impôt.


  • La bataille des Lobbies européens autour de la directive Copyright
    https://lvsl.fr/la-bataille-des-lobbies-europeens-autour-de-la-directive-copyright

    La proposition de directive du Parlement européen et du Conseil sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique sort de sa phase de négociation et aborde sa dernière ligne droite : celle des adoptions par les deux co-législateurs que sont le Conseil européen et le Parlement européen. Depuis sa création, la proposition de directive cristallise les passions. État des lieux des jeux d’influence et des tractations européennes opérées sur ce texte depuis son entrée en négociation en septembre 2018. Il (...)

    #Société_Belge_des_Auteurs,Compositeurs_et_Editeurs(SABAM) #Google #Alphabet #Microsoft #DailyMotion #Facebook #Reddit #YouTube #algorithme #ContentID #législation #GAFAM #web #surveillance #copyright #filtrage #lobbying #CJUE #Creatives_Commons (...)

    ##Société_Belge_des_Auteurs,Compositeurs_et_Editeurs__SABAM ##European_Digital_Rights ##LaQuadratureduNet ##Wikileaks


  • KEI letter to US DOJ, opposing IBM acquisition of Red Hat | Knowledge Ecology International
    https://www.keionline.org/30093

    Très intéressant sur les relations Logiciels libres et grandes entreprises. Utiliser le LL comme cheval de Troie pour renforcer des services spécifiques... brisant la confiance et la neutralité du libre. L’inverse de ce que décrit « Des routes et des ponts » sur les partenariats communs-privés.

    The following was sent to US DOJ today, to express KEI’s opposition to the IBM acquisition of Red Hat.

    13 March 2019

    Bindi R. Bhagat
    U.S. Department of Justice
    Antitrust Division
    Technology and Financial Services Section

    Dear Ms. Bhagat,

    Thank you for taking our call today, regarding the International Business Machines Corporation (IBM) effort to buy Red Hat, Inc. As discussed, Knowledge Ecology International (KEI) is opposed to IBM acquiring Red Hat.

    At present, Red Hat controls the most important Linux distribution for Internet and cloud servers.

    The important metrics in this area include, but are not limited to, the share of Internet traffic supported by Red Hat server installations, as well as the revenue that Red Hat realizes for maintaining and customizing Linux server software, compared to other Linux server distribution companies or organizations.

    Red Hat is an important contributor to the Linux kernel and to the code that is used in many elements in the broader GNU/Linux platform of free software programs that are used by server platforms, including the many non-Red Hat Linux distributions.

    IBM is proposing to pay a large premium for Red Hat. Prior to the acquisition offer, Red Hat was valued at approximately $20.5 billion. IBM is proposing to buy Red Hat for $34 billion, a premium of about 67 percent of the previous value.

    IBM could have invested in Red Hat stock at a much lower price, if the objective was simply to share in the expected profits of Red Hat, continuing its current business offerings. What IBM gains from its acquisition of Red Hat is control, and the ability to shape the direction of its software development efforts, to favor IBM’s own cloud services.

    Today Red Hat is considered a neutral partner for many companies offering or developing cloud services. If IBM acquires Red Hat, the trust in Red Hat will be eroded, and IBM will have powerful incentives to influence Red Hat’s software development efforts towards providing special functionality and benefits to IBM and the IBM cloud services, and even to degrade the functionality of services to companies that compete directly with IBM, or fail to buy services from IBM.

    The Department of Justice (DOJ) should consider the impact of the merger on the incentives that Red Hat will have, post merger, to undermine competition and degrade the benefits of a more level playing field, for this critical Internet resource and platform.

    Our concerns are shaped to some degree by the detrimental decision made by the DOJ in approving the Oracle acquisition of Sun Computer’s open source assets, including the MySQL database program. At the time, DOJ viewed the MySQL software as unimportant, because the revenues were small, relative to other database programs. Most users of MySQL did not pay any fees to use the software. Our organization, KEI, used MySQL to support our Joomla, Drupal and WordPress content management systems, and did not pay fees to Sun Computer, along with countless other businesses, non-profit organizations and individuals who also used the free version. We were concerned, at the time, that Oracle would degrade and slow the development of the capacities of MySQL, in order to protect Oracle’s very expensive proprietary database services. We believe that our concerns about Oracle have unfortunately been borne out, by the blunting of the rate of innovation and ambition for MySQL, the fact that Open Office (another program gained in the acquisition of Sun Computers) is no longer an important free software client for office productivity, and Oracle’s aggressive litigation over copyright and patent claims related to Java.

    The DOJ might consider conditions on the merger that would provide greater assurances that Red Hat will not be used to create an unlevel playing field that favors IBM’s own cloud services. We are willing to suggest such conditions, relating to governance, licensing and other issues. For example, the DOJ could require IBM to show how it will ensure the continued policy of ensuring that Red Hat’s patents are only used for defensive purposes. Conditions on this issue should be durable, and avoid predictable loopholes.

    IBM’s competitors and existing customers of Red Hat will have more informed suggestions as to specific conditions that would protect IBM’s competitors. But overall, the best decision would be to reject the merger, on the grounds that is is fundamentally designed to create an unlevel playing field.

    Red Hat is not just another technology company. It is one of the main reasons the Internet functions as well as it does.

    Sincerely,

    James Love
    Knowledge Ecology International (KEI)
    1621 Connecticut Avenue, Suite 500
    Washington, DC 20009
    https://keionline.org

    #Communs #Logiciels_libres #Red_Hat #IBM


  • Leading the Way with #redis
    https://hackernoon.com/redis-gamification-60e49b5494ae?source=rss----3a8144eabfe3---4

    Real-Time #leaderboard Results, Powered by RedisImage CreditThere’s nothing like a leaderboard to trigger feelings of sincere satisfaction or motivational malaise. Much like Pavlov’s dogs, we start salivating at the sight this engrossing stimulus. Whether we’re motivated by the recognition of our ambitious achievements or by a dreadful sense of judgment and self-reproach, leaderboards manage to hit nerves and rev engines.What was once a staple of the gaming community is now a tool that drives engagement across a variety of platforms. GitHub, for instance, gamified the process of ‘committing’ to repositories by publicly displaying contribution stats on a calendar. As a developer, I can attest to the power of sprawling swaths of green.Today we’re happy to release Contributions: a new addition to (...)

    #redis-leaderboard #database #build-a-leaderboard


  • HTML5 Pre-resize images before uploading - Stack Overflow
    https://stackoverflow.com/questions/10333971/html5-pre-resize-images-before-uploading

    Exemple de manipulation d’image par le navigateur (redimensionnement) avant son POST vers un serveur
    Le billet original sur mozilla-dev : https://hacks.mozilla.org/2011/01/how-to-develop-a-html5-image-uploader

    La doc de l’API File de HTML5 : https://developer.mozilla.org/fr/docs/Web/API/File/Using_files_from_web_applications

    #image_upload #redimensionner #API_file #HTML5


  • #react#redux workflow in 4 steps — Beginner Friendly Guide
    https://hackernoon.com/https-medium-com-heypb-react-redux-workflow-in-4-steps-beginner-friendly

    React — Redux workflow in 4 steps — Beginner Friendly GuidePhoto by Lukas at Pexels.comRedux allows you to manage the state of the application via a unidirectional flow where a child component child component can directly access the state from the redux store instead of getting state changes from parent components.I am assuming you have basic knowledge of React and an understanding of what Redux is used for. Without further ado, let’s get straight into the action.This is an ideal react-redux app project structure.Below is a typical workflow of a react app. We will go through each of the steps below in more detail.React-Redux in 4 steps — Medium: @heypb , Insta: h3ypbLet’s see how that flow will occur.1. A user interacts with a frontend component. A prop is used to call a function which initiates an (...)

    #web-development #javascript #programming


  • Bringing crypto to the world: #snax and #reddcoin analysis
    https://hackernoon.com/bringing-crypto-to-the-world-snax-and-reddcoin-analysis-9c00583ccb72?sou

    Multiple projects in the #blockchain community are trying to achieve widespread adoption of cryptocurrencies through the integration of the social networks together with the blockchain networks. They aim to create “social coin” which would be widely used by the general population. This article is the first part of the series which will look at the different approaches to increasing adoption of the blockchain technology.Here are some of the problems that people who are unfamiliar with cryptocurrencies face when using blockchain for the first time:The simplicity of use. Crypto today is not easy to use. The UX is not intuitive and there are many steps that people have to take to get and use crypto. For example, creating an Ethereum wallet is far from trivial, then the wallet addresses are (...)

    #social-media #cryptocurrency


  • Sur Castoriadis et la technique
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?43-sur-castoriadis-et-la-technique

    Conférence, de date et de lieu inconnus, de François Bérard, auteur de « Réflexions sur l’autonomie de la technique. Autour de la triade nature/technique/société chez Cornelius Castoriadis » (Mémoire de maîtrise de #Philosophie sous la direction de Sophie Poirot-Delpech. Université de Paris-I (Panthéon-Sorbonne), 2004. 121pp). Nous cherchons à contacter l’auteur : nous écrire. Source Castoriadis est difficilement classable dans une discipline. Il parle de philosophie, d’histoire, d’anthropologie, de (...)

    #Mirages_de_la_technoscience

    / Bérard F., Philosophie, #Politique, #Progressisme, #Relativisme, #Écologisme, #Conférence, #Scientisme, #Création_sociale-historique, #Redéfinition_des_besoins, (...)

    #Bérard_F. #Technoscience
    « http://1libertaire.free.fr/Castoriadis26.html »


  • ANOTHER way to call #restful #api in #redux
    https://hackernoon.com/another-way-to-call-restful-api-in-redux-d8dd991d0779?source=rss----3a81

    ANOTHER way to call restFul API in ReduxAnnouncing a general way to make developer life easier for calling API in #react-Redux.Photo by Randy Fath on UnsplashRecently, I’ve switched from backend development to the frontend side. in first sight, I found API call is truly tough.Why we need to make a type + action + take action (redux-saga)+ handler function 😐 for each API call?? and again a type + action + reducer to store the result. I keep asking my self.I do a lot of research and all sample and document are the same way more and less. like this example:Moving API requests to Redux-SagaSo I think to the other way, something more functional.API ClientAPI client is a structure to handle the most API call in one place without duplicate codes (DRY). I’ll explain this structure using redux (...)

    #saga


  • Getting started with #redux
    https://hackernoon.com/getting-started-with-redux-aa37180dbe93?source=rss----3a8144eabfe3---4

    ReduxI have worked on a couple of projects which had Redux, and i see there is a lot of confusion among people who are getting started. My opinion is if we understand “what problem is redux trying to solve” and “responsibilities of the core components of redux”, life will be easier. This post is my attempt on trying to explain these things.The Problem…SPAs(Single Page Applications) these days are pretty complex and they maintain a lot of state in the front end, e.g: api responses, cache data, state of the #ui widgets like spinners and progress bars, etc..Usually we have Models which hold the data and Views which render them. A View can update a single Model or multiple Models, a Model can update another Model and based on these Model changes Views get updated. Because of all these (...)

    #flux #react #frontend


  • Vivre de la terre (3/4) : Redistribuer la terre : une utopie ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/vivre-de-la-terre-34-redistribuer-la-terre-une-utopie

    Championne des inégalités agraires selon un rapport d’Oxfam, l’Amérique latine se distingue par l’ultra-concentration de ses terres. Le XXe siècle a connu de nombreuses tentatives infructueuses de réformes agraires. Pourquoi semble-t-il impossible d’y concevoir une répartition équitable des terres ?

    Intervenants
    Michel Merlet
    ingénieur agronome, directeur de l’association AGTER.

    Jacobo Grajales
    maître de conférences en science politique à l’Université de Lille et membre du CERAPS.

    Nancy Andrew
    chercheuse associée au LAM, socioliogue du développement rural et spécialiste de la question foncière en Afrique australe.


    • Un muselage qui s’opérait alors même que s’exprimer publiquement pouvait déjà être un défi pour les personnes visées.

      Car mon féminisme, mes études, et mon travail me l’ont appris : la prise de parole des femmes est une affaire éminemment politique.

      Nous sommes socialisées pour douter systématiquement de notre propre parole. Quand on est une femme, et c’est d’autant plus vrai pour les femmes racisées, queers et non valides, on apprend à préférer le silence. On apprend à se faire petite, discrète, à ne pas attirer l’attention. On apprend à questionner ses compétences et la validité de ses opinions. Je ne compte plus les occasions de parler où j’ai choisi de me taire. Pas parce que je n’avais rien à dire, non, mais parce que j’étais fondamentalement persuadée de n’avoir aucune légitimité à m’exprimer.

      Mes études en école de sciences politiques n’ont fait que renforcer ce sentiment. Durant les cours, il était fréquent que des types s’expriment avec aisance sur des sujets qu’ils ne maîtrisaient pas forcément pendant que beaucoup de filles restaient silencieuses. Les concours d’éloquence étaient quasi désertés par ces dernières tandis qu’on se moquait des compétences oratoires des rares femmes professeures d’amphi.

      A cette autocensure, s’ajoute la peur du harcèlement. Une étude d’ Amnesty International,
      https://decoders.amnesty.org/projects/troll-patrol/findings
      sortie en décembre 2018 et qui a analysé plus de 288 000 tweets souligne que “nous avons les données qui permettant de corroborer ce que les femmes nous disent depuis longtemps – Twitter est un espace où le racisme, la misogynie et l’homophobie prospèrent sans entrave.” En particulier, ce sont les femmes noires qui sont les plus touchées par le cyberharcèlement : elles ont 84% de risque de plus que les femmes blanches d’être visées par des tweets abusifs ou problématiques.

      Une des conséquences directes du harcèlement en ligne, c’est que beaucoup préfèrent se taire plutôt que de risquer d’être prises pour cible. Une étude de l’Institut danois des droits humains sur les discours de haine sur internet
      https://www.humanrights.dk/sites/humanrights.dk/files/media/dokumenter/udgivelser/equal_treatment_2017/hate_speech_in_the_public_online_debate_eng_2017.pdf
      montre que les femmes s’abstiennent plus que les hommes de participer au débat public en ligne, à cause de la violence des propos qui y sont exprimés.

      #ligue_du_lol #invisibilisation #silencisation #femmes #inégalités #parole #réduction_au_silence


  • Demain (le 6/2/19 :-) ), un jour critique pour le déploiement de la #5G et la réputation de notre pays – Samsung Newsroom Belgique
    https://news.samsung.com/be_fr/demain-un-jour-critique-pour-le-deploiement-de-la-5g-et-la-reputation-

    Pas un mot sur les enjeux de santé publique, tout pour « l’économie et l’avenir numérique » et un superbe exemple de #réductionnisme_populiste (émanant d’une graaaande entreprise hein, il n’y pas que les fachos qui aiment le populisme) :

    Le réseau 5G relève de l’intérêt général, au-delà des intérêts particuliers des partis politiques et des régions.

    Donc si un parti, disons #ECOLO, conteste, sur base d’études et de recherches peu disponibles, les normes édictées par le secteur, ce sera par souci de son intérêt particulier visiblement. Si à Bruxelles, en vertu du principe de précaution on décidait de ne pas être un poubelle à ondes (si c’est le cas), cela rendrait les régions voisines plus attractives pour les investisseurs, etc.

    Quoiqu’il se passe dans le monde, #business_as_usual. Le reste c’est le problème des citoyens, des politiques et des flics, Samsung est au-dessus des intérêts particuliers :-).

    Il s’agit aussi de notre classement numérique, du climat d’investissement et de la future mobilité.

    Le moment fun final, l’évocation de la future mobilité. Il s’agit de barder les solomobiles de machins en 5G pour qu’ils permettent de faire autre chose tout en avançant dans la congestion créée par la solomobilité. Bon. Bref.


  • Mega-thread sur « La ligue du lol »
    du réseau Feminisme de reddit :

    Pour celleux qui n’ont pas suivi : la « Ligue du lol » était, il y a une dizaine d’années, un groupe composé d’hommes, principalement des journalistes, très en vu sur twitter et qui faisait subir un harcèlement immonde aux femmes, féministes, personnes racisées et LGBT. L’affaire a été ressuscitée il y a quelques jours par un article (au demeurant très critiquable) de Libé, et depuis une discussion émerge sur le sujet sur twitter. Il s’avère que certains des journalistes/rédac chef les plus en vue, dirigeant des journaux « de gauche » soit-disant féministes, font partie d’une clique de harceleurs qui avait entre autre pour habitude de poster des photo-montage porno des femmes harcelées. Soulignons d’ailleurs que cette ascension sociale a probablement été aidée par cette pratique du harcèlement qui 1) permettait de marginaliser ou d’écarter de la profession les femmes victimes et 2) construisait un réseau de connivence et solidarité masculine. Les femmes témoignent de ce qu’elles ont subi et de l’impact dévastateur que ce harcèlement a eu sur leurs parcours pro et leurs vies. Les agresseurs font pour certains de pseudo excuses. On attend toujours les réparations et les licenciements : Mélusine compare très justement ça à l’affaire Meklat, qui s’est fait ostraciser par toute la presse pour bien moins pire.

    https://www.reddit.com/r/Feminisme/comments/ap2icr/megathread_sur_la_ligue_du_lol
    #harcèlement #cyber_harcèlement ##ligueduLOL #Ligue_du_LoL #metaliste

    • Ligue du LOL : « Au début, on échange sur les réseaux sociaux, au fur et à mesure, ça se gâte »
      http://www.slate.fr/story/173364/ligue-du-lol-temoignage-journaliste-harcelement-raids

      Entre 2011 et 2013, j’ai subi du cyber-harcèlement répété qui démarrait, à chaque fois, par des tweets ou messages d’un membre de la Ligue du LOL. C’était souvent des blagounettes en 140 caractères, puis des commentaires injurieux, d’autres sur ma sexualité ou encore des commentaires sur le blog féministe que je tenais à l’époque, « Les diablogues du vagin ». Ensuite, il y a eu des « raids » organisés autour de certains tweets féministes ou d’articles que je publiais en ligne, une critique ciblée mais récurrente. À l’époque, nous évoquions des concepts féministes qui commençaient à peine à émerger dans le débat public français : le patriarcat, la culture du viol et le manspreading.

      Souvent des membres de la Ligue du LOL faisaient des blagues, d’autres critiquaient mes capacités professionnelles, j’avais encore des choses à apprendre. Plusieurs fois, ils ont suggéré que j’avais eu des relations sexuelles avec mon chef de service d’alors pour avoir mon poste en CDD à Libération.

      Lors des quatre ou cinq « raids » que j’ai subis, ils ramenaient dans leur sillage des internautes vulgaires et injurieux. Cela faisait cinquante, soixante-dix ou cent tweets dans la journée. C’est par ces anonymes, trop soucieux de plaire aux influenceurs et de se défouler sur des féministes, que j’ai été insultée (« pute », « salope ») et que j’ai reçu deux appels au viol. C’est rien par rapport aux vagues de cyber-harcèlement qui ont lieu aujourd’hui, comme celles visant Nadia Daam, mais c’est dur à gérer.

      [...]

      Pourquoi c’est politique ? Quand certains affirment qu’ils ne visaient pas les féministes, je refuse de le cautionner. Les insultes et diffamations que je cite ci-dessus ont un caractère sexiste évident. Se référer à mon genre ou à ma sexualité pour m’épingler publiquement, c’est sexiste. Critiquer les articles et expressions féministes, cela relève du sexisme, autant que de la tête de mule qui ne veut pas comprendre.

      Avec certaines victimes, nous sommes entrées en contact pour nous serrer les coudes. Pourquoi n’avons-nous pas parlé pendant toutes ces années ? Parce que ces gens-là avaient des postes importants, étaient amis avec des rédacteurs en chef influents ou des personnes à des postes de direction à Slate, à Libération, aux Inrocks, dans la presse people ou magazine –ceux qui sont cités parmi les membres de la Ligue du LOL. Précaires, nous avions peur de perdre des opportunités de travailler. Surtout, à l’époque, le cyber-harcèlement n’était pas encore puni par la loi en France. Il y a un aspect systémique dans le harcèlement pratiqué par des journalistes hommes, blancs, en poste ou en responsabilités, qui s’en prennent à des consœurs plus jeunes et dans la précarité. Parmi leurs autres victimes, il y avait aussi beaucoup d’hommes qui ne correspondaient pas aux normes idéales de la virilité, des personnes LGBT+, d’autres personnes racisées.

      Nous n’avons pas parlé car nous n’avions plus beaucoup de preuves : la quasi-totalité de ces messages a été effacée, de nombreux comptes ont été supprimés. Il y a un problème dans cette impunité. À quel titre un canard de gauche et progressiste peut-il permettre à des journalistes en poste d’écrire des tweets de blagues sexistes, homophobes ou racistes ? Même s’il ne s’agit plus de harcèlement ciblé...

    • Dans le billet du blog Mediapart :

      Un muselage qui s’opérait alors même que s’exprimer publiquement pouvait déjà être un défi pour les personnes visées.

      Car mon féminisme, mes études, et mon travail me l’ont appris : la prise de parole des femmes est une affaire éminemment politique.

      Nous sommes socialisées pour douter systématiquement de notre propre parole. Quand on est une femme, et c’est d’autant plus vrai pour les femmes racisées, queers et non valides, on apprend à préférer le silence. On apprend à se faire petite, discrète, à ne pas attirer l’attention. On apprend à questionner ses compétences et la validité de ses opinions. Je ne compte plus les occasions de parler où j’ai choisi de me taire. Pas parce que je n’avais rien à dire, non, mais parce que j’étais fondamentalement persuadée de n’avoir aucune légitimité à m’exprimer.

      Mes études en école de sciences politiques n’ont fait que renforcer ce sentiment. Durant les cours, il était fréquent que des types s’expriment avec aisance sur des sujets qu’ils ne maîtrisaient pas forcément pendant que beaucoup de filles restaient silencieuses. Les concours d’éloquence étaient quasi désertés par ces dernières tandis qu’on se moquait des compétences oratoires des rares femmes professeures d’amphi.

      A cette autocensure, s’ajoute la peur du harcèlement. Une étude d’ Amnesty International,
      https://decoders.amnesty.org/projects/troll-patrol/findings
      sortie en décembre 2018 et qui a analysé plus de 288 000 tweets souligne que “nous avons les données qui permettant de corroborer ce que les femmes nous disent depuis longtemps – Twitter est un espace où le racisme, la misogynie et l’homophobie prospèrent sans entrave.” En particulier, ce sont les femmes noires qui sont les plus touchées par le cyberharcèlement : elles ont 84% de risque de plus que les femmes blanches d’être visées par des tweets abusifs ou problématiques.

      Une des conséquences directes du harcèlement en ligne, c’est que beaucoup préfèrent se taire plutôt que de risquer d’être prises pour cible. Une étude de l’Institut danois des droits humains sur les discours de haine sur internet
      https://www.humanrights.dk/sites/humanrights.dk/files/media/dokumenter/udgivelser/equal_treatment_2017/hate_speech_in_the_public_online_debate_eng_2017.pdf
      montre que les femmes s’abstiennent plus que les hommes de participer au débat public en ligne, à cause de la violence des propos qui y sont exprimés.

      #invisibilisation #silencisation #femmes #inégalités #parole #réduction_au_silence


  • How #redux Middlewares can be helpful for you
    https://hackernoon.com/how-redux-middlewares-can-be-helpful-for-you-55dfe152b5e?source=rss----3

    Scale Your #react Web Application with Redux MiddlewaresWhen it comes to state management in React, Redux is quite popular and does the required job efficiently. Though dispatching actions and updating the store with reducers works great with simple Web Applications, Redux provides a powerful functionality of middlewares which makes your life easy in building a large scale web application.It provides a third-party extension point between dispatching an action, and the moment it reaches the reducer.As the documentation suggests, Redux middlewares work in a similar manner as express middlewares do ( if you come from server-side ). Someway between Action Creators and Reducer, the Middleware intercepts the action object before Reducer receives it and gives the functionality to perform (...)

    #advance-redux #redux-middleware


  • No-boilerplate global state management in #react
    https://hackernoon.com/no-boilerplate-global-state-management-in-react-88c670772b7c?source=rss-

    When your React application reaches a certain size and scope, attempting to manage state within component instances adds too much complexity, prop drilling, and code smell. Developers inevitably turn to global state management tools, such as MobX or #redux, to solve these problems and make their lives simpler. I strongly endorse Redux and use it in my personal projects, but not all developers share my sentiment.I have worked on quite a few large projects that have demanded a global state powerhouse behind the React UI. No matter application size, team size, or member seniority, the almost universal opinion of these global state management packages has been overwhelmingly negative.The top two complaints? Boilerplate and learning curve. While these packages solve a lot of problems and (...)

    #react-native #javascript #web-development