• Espoirs et déboires de la construction en terre
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2024/06/11/espoirs-et-deboires-de-la-construction-en-terre_6238750_3234.html

    La déception est à la hauteur des espoirs soulevés lors de l’inauguration de l’atelier, en novembre 2021. Le bâtiment, dont les grandes baies donnent sur les arbres du parc voisin, est splendide. Il est surtout le navire amiral d’une communauté qui cherche des alternatives au tout #béton et voit dans la #terre_crue, matériau local, réutilisable à l’infini, universel – « avec l’eau, la terre est un des rares communs partagés par tous », rappelle M. Delon – une solution aux deux grands maux de la construction : l’émission de gaz à effet de serre et la production démesurée de déchets.

    L’idée est séduisante : avec les terres excavées du Grand Paris, on allait produire des briques, des enduits, des mortiers. Avec, on bâtirait des écoles, des médiathèques, des logements. La ressource ne manque pas. A lui seul, le nouveau métro, le Grand Paris Express, doit sortir 47 millions de tonnes de terre. Soit 27 centimètres de plus à étaler sur toute l’Ile-de-France.

    #Paris #remblais #construction_en_terre #BTP

  • Au Liban, Suez transforme une décharge en parc
    http://www.lefigaro.fr/societes/2016/03/23/20005-20160323ARTFIG00283-au-liban-suez-transforme-une-decharge-en-parc.php
    J’apprécierais beaucoup si qqun pouvait me donner accès à la version intégrale de cet article.

    Le groupe a réussi à traiter la « montagne de la honte » qui empoisonnait la ville de Saïda.

    Saïda

    Les Libanais l’avaient baptisée la « montagne de la honte ». Des ordures déchargées là pendant trente-cinq ans, au bord de la Méditerranée, avaient fini par créer cette éminence de 58 mètres de haut, à Saïda, à une vingtaine de kilomètres au sud de Beyrouth : 1,5 million de m3 de déchets en tous genres - hospitaliers, ménagers, industriels, et même en provenance des abattoirs et des tanneries.

    C’est désormais une pelouse synthétique d’un vert éclatant qui recouvre l’ancien dépotoir assaini par le groupe Suez, associé à l’entreprise libanaise JCC.

    #déchets #remblais #Liban #littoral #Saida

    • Au Liban, Suez transforme une décharge en parc
      Rizk, Sibylle

      Le groupe a réussi à traiter la « montagne de la honte » qui empoisonnait la ville de Saïda.

      Les Libanais l’avaient baptisée la « montagne de la honte ». Des ordures déchargées là pendant trente-cinq ans, au bord de la Méditerranée, avaient fini par créer cette éminence de 58 mètres de haut, à Saïda, à une vingtaine de kilomètres au sud de Beyrouth : 1,5 million de m3 de déchets en tous genres - hospitaliers, ménagers, industriels, et même en provenance des abattoirs et des tanneries.

      C’est désormais une pelouse synthétique d’un vert éclatant qui recouvre l’ancien dépotoir assaini par le groupe Suez, associé à l’entreprise libanaise JCC. La ville n’a pas attendu que le gazon repousse naturellement tant son impatience de montrer le résultat était grande. « En 2010, nous avions classé le dépotoir de Saïda en tête de notre liste des risques pour l’environnement au Liban, explique Edgar Chéhab, représentant du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Entre autres conséquences catastrophiques, les lixiviats (liquides issus de la décomposition des déchets, NDLR) y avaient tué toute vie marine. »

      Lancé en mai 2013, le chantier a duré trente mois, en vertu d’un contrat de 25 millions de dollars, dont 4 alloués à Suez, leader avec quelque 44 millions de tonnes de déchets traitées dans le monde.

      Implantation historique

      Dégazification de la montagne de déchets, analyse de sa composition, séparation de la partie devenue inerte de celle qui continue de produire biogaz et lixiviats, recyclage des matériaux pouvant encore l’être : Suez a piloté le traitement du massif dont la moitié environ a été enfouie dans des cellules sanitaires, protégées par des géomembranes imperméables. Les gaz sont drainés et les jus sont acheminés vers l’usine attenante de traitement des eaux usées. La moitié de la décharge est ainsi sous contrôle. L’autre moitié de la surface a été transformée en jardin public de 33.000 m2 qui sera inauguré le 21 avril.

      Ce savoir-faire, développé en Europe où Suez réalise les deux tiers de son chiffre d’affaires de 15 milliards d’euros, le groupe souhaite de plus en plus le proposer aux pays émergents, notamment au Proche-Orient. Son chiffre d’affaires combiné au Liban, en Jordanie et en Égypte y est encore modeste (60 millions d’euros contre 710 millions pour le seul Maroc). Mais il bénéficie dans la région d’une implantation historique en particulier dans le traitement de l’eau. En Jordanie, le quatrième pays le plus pauvre en eau du monde, Suez a par exemple bâti la plus grande usine d’épuration du pays. Elle traite 70 % des eaux usées, est autosuffisante à 80 % en énergie et fournit 10 % de l’eau d’irrigation au service des agriculteurs.

      Dans le traitement des déchets, le développement des infrastructures est plus récent, sous la pression d’une urbanisation grandissante, comme l’illustre la crise de huit mois dont peine à sortir le Liban. « Nos solutions offrent un levier important pour les pays souhaitant résoudre les nuisances liées aux dépotoirs sauvages(le Liban en compte 700, NDLR) sans compter l’impact en termes de réduction des émissions de CO2 », explique Pierre-Yves Pouliquen, directeur Afrique, Inde et Moyen-Orient.