• Grève de la jeunesse pour le #Climat : « Si on perd cette bataille, on aura tout perdu »
    https://www.bastamag.net/Greve-de-la-jeunesse-pour-le-climat-Si-on-perd-cette-bataille-on-aura-tout

    C’est une nouvelle vague qui monte, pour que leur futur ne soit pas hypothéqué : dans toute l’Europe, des écoliers, des collégiens, des lycéens et des étudiants s’engagent pour le climat. Né en Suède, à l’initiative de Greta Thunberg, âgée de 16 ans, le mouvement des grèves du vendredi a pris de l’ampleur en Allemagne et en Belgique. Et arrive en France où des lycéens et des étudiants commencent à se mobiliser et à descendre dans la rue pour l’avenir de la planète et en finir avec « l’inertie folle » des (...)

    #Résister

    / A la une, #Luttes_sociales, #Altermondialisme, #Europe, #Le_défi_du_réchauffement_climatique, #Reportages, (...)


  • An Interview with Ryszard Kapuscinski: Writing about Suffering
    https://quod.lib.umich.edu/j/jii/4750978.0006.107/--interview-with-ryszard-kapuscinski-writing-about-suffering?rgn=mai

    Wolfe:

    Were you trained as a journalist? Kapuscinski: No, never. I started in journalism in 1950 — I was 18, just finishing secondary school, and the newspaper people came to ask me to work. I learned journalism through practice.

    Wolfe: How would you describe your genre?

    Kapuscinski: It’s very difficult to describe. We have such a mixture now, such a fusion of different genres… in the American tradition you would call it New Journalism. This implies writing about the facts, the real facts of life, but using the techniques of fiction writing. There is a certain difference in my case, because I’m trying to put more elements of the essay into my writing… My writing is a combination of three elements. The first is travel: not travel like a tourist, but travel as exploration, as concentration, as a purpose. The second is reading literature on the subject: books, articles, scholarship. The third is reflection, which comes from travel and reading. My books are created from a combination of these three elements.

    Wolfe:When did the idea of Aesopian writing enter into the genre, the idea of putting layers into official texts?

    Kapuscinski: Well, this is not a new thing — it was a nineteenth-century Russian tradition. As for us, we were trying to use all the available possibilities, because there wasn’t any underground. Underground literature only began in the 70s, when technical developments made it possible. Before that, we were involved in a game with the censors. That was our struggle. The Emperor is considered to be an Aesopian book in Poland and the Soviet Union. Of course it’s not about Ethiopia or Haile Selassie — rather, it’s about the Central Committee of the Communist Party. The First Secretary at the time was named Gierek, and he was very much the emperor with his court, and everybody read the book as being about him and the Central Committee.

    Wolfe: But you didn’t write explicitly about the Central Committee.

    Kapuscinski: No, but of course the authorities knew what it was about, and so it had a very small circulation, and it was forbidden to turn it into a film or a play. Aesopian language was used by all of us. And of course, using this language meant having readers who understood it.

    Cohen: The other day we were discussing the crisis of readership, and wondering whether people were still capable of doing the double reading, of taking apart a text that has been written in a complicated way.

    Kapuscinski: The limitation of sources under the Communists had a very political effect on reading. People had just one book, and nothing else — no television or other diversions — so they just read the same book very carefully several times. Readership was high, and very attentive. It was people’s only source of knowledge about the world. You have to understand that the tradition of Russian literature — and Russians are great readers — is also an eastern tradition of learning poetry and prose by heart. This is the most intimate relationship between literature and its readers: they treat the text as a part of themselves, as a possession. This art of reading, reading the text behind the text, is missing now.

    Cohen: When did you first arrive on the African continent?

    Kapuscinski:My first trip to Africa came when the first countries south of the Sahara became independent, in 1958. Ghana was the first African country I visited. I wrote a series of reports about Nkumrah and Lumumba. My second trip was just two years later, when I went to cover the events surrounding the independence of the Congo. At that time, I was not allowed to go to Kinshasa — it was Leopoldville at that time — but I crossed the Sudan-Congo border illegally with a Czech journalist friend, since there was nobody patrolling it. And I went to Kisangani, which was called Stanleyville then.

    Cohen: Were you in Leopoldville during the actual transfer[1]?

    Kapuscinski:No, afterwards. It was a moment of terrible international tension. I remember the atmosphere of danger: there was the expectation that the Congo might begin a new world war. I say this today and people just smile. But that’s why everybody was so nervous: Russians were going there, Americans were going there, the French, the United Nations… I remember one moment at the airport in Kisangani, thinking that Soviet planes were coming — all the journalists were there, and we all expected it to happen.

    Cohen: At that time, in the early 1960s, there weren’t more than three regular American journalists covering Africa.

    Kapuscinski:There were very few, because most correspondents came from the former colonial powers — there were British, French, and a lot of Italians, because there were a lot of Italian communities there. And of course there were a lot of Russians.

    Wolfe: Was there competition among this handful of people?

    Kapuscinski: No, we all cooperated, all of us, East and West, regardless of country, because the working conditions were really terrible. We had to. We always moved in groups from one coup d’état to another, from one war to another… So if there was a coup d’état of leftist orientation in some country I took my Western colleagues with me and said ‘look, let them come in,’ and if there was one of rightist orientation they took me, saying ‘no, he’s okay, give him a visa please, he’s going with us, he’s our friend,’ and so on. I didn’t compete with the New York Times, for example, because the Polish press agency is a small piece of cake, not important. And because conditions were so hard. For example, to send the news out, there was no e-mail, nothing: telex was the only means, but telex was very rare in Africa. So if somebody was flying to Europe, we gave him correspondence, to send after he arrived. I remember that during the period leading up to independence in Angola in 1975, I was the only correspondent there at all for three months. I was in my hotel room when somebody knocked on my door - I opened it, and a man said, ‘I’m the New York Times correspondent.’ The official independence celebration was going to be held over four or five days, and a group of journalists from all over the world was allowed to fly in, because Angola was closed otherwise. So he said, ‘I’m sorry, but I’m the new man here, and I heard you’ve been here longer, and I have to write something from Angola, and this is the article I have to send to the New York Times. Could you kindly read it and correct things which are not real?’ And he brought a bottle of whiskey. And whiskey was something which was absolutely marvelous, because there was nothing: no cigarettes, no food, nothing…The difference at that time, in comparison with today, was that this was a group of highly specialized people. They were real Africanists, and not only from experience. If you read articles from that time in Le Monde, in the Times, you’ll find that the authors really had background, a knowledge of the subject. It was a very highly qualified sort of journalism — we were all great specialists.

    Woodford: Professor Piotr Michalowski[2] says that when he was growing up in Poland, people lived through your reports in a very special way: they were like a big, exotic outlet, given the state of world politics. People of all ranks and stations followed these adventures. When you went back, did regular Poles, non-educated people, also want you to tell them about what it was like to see these things?

    Kapuscinski:Yes, very much so. They were very interested in what I was writing. This was a unique source of information, and Africa held incomparably greater interest for them at that time than it does now. People were really interested in what was going on because of the international context of the Cold War.

    Wolfe: What did the Poles know about Africa?

    Kapuscinski: They had very limited knowledge. This was very typical of the European understanding of Africa, which is full of stereotypes and biases. Nevertheless, there was a certain fascination with Africa. Maybe it has something to do with our literature: we have Conrad’s Heart of Darkness, for example, and Conrad is considered in Poland as a Polish writer. The similarity between Africa and Poland - and this is an argument I have always had with people in Africa - is that we were also a colonized country. We were a colony for 130 years. We lost independence at the end of the 18th century, and only regained it in 1918, after the First World War. We were divided between three colonial powers - Russia, Prussia, and Austria. There’s a certain similarity of experience. I’ve often quarreled with African friends about this. I’ve asked, ‘How long were you colonized?’ “Eighty years,” they’ve answered, and I’ve responded, ‘We were colonized 50 years longer, so what can you say about colonialism? I’ll tell you what colonial experience is.’ And they’re shocked. But though there is a similarity of experience, the common people are not conscious of this.

    Wolfe: At the end of the Copernicus Lecture, you said that you wrote Imperium because it was important to bring a Polish way of seeing things to your topic. How did you come to a sense that there was a Polish way of seeing things? Did it emerge from your experiences in Africa, or in relationship to Russia?

    Kapuscinski: It developed in relation to Russia in particular. Our history, the history of Polish-Russian relations, is very tragic, very harrowing. There has been a lot of suffering on our side, because Stalin killed all our intelligentsia. It wasn’t just that he killed 100,000 people, it was that he purposely killed the 100,000 who were our only intelligentsia… When I started writing Imperium, I had a problem with my conscience, because if I wrote strictly from the point of view of this Polish experience, the book would be completely unacceptable and incomprehensible to the Western reader…So I had to put aside our Polish experience, and to find an angle, an objective way of writing about Russia.

    Wolfe: Isn’t there something inherently difficult in writing about suffering? How does one go back and forth between a sense of causation in daily suffering on the one hand, and an understanding of the purges as a social phenomenon, on the other? How does one attempt to understand the cultural propensity of Russians to suffer?

    Kapuscinski: There is a fundamental difference between the Polish experience of the state and the Russian experience. In the Polish experience, the state was always a foreign power. So, to hate the state, to be disobedient to the state, was a patriotic act. In the Russian experience, although the Russian state is oppressive, it is their state, it is part of their fabric, and so the relation between Russian citizens and their state is much more complicated. There are several reasons why Russians view the oppressive state positively. First of all, in Russian culture, in the Russian Orthodox religion, there is an understanding of authority as something sent by God. This makes the state part of the sacred… So if the state is oppressive, then it is oppressive, but you can’t revolt against it. The cult of authority is very strong in Russian society.

    Wolfe: But what is the difference between Soviet suffering and something like the battle of the Marne, the insanity of World War I and trench warfare?

    Kapuscinski: It’s different. In the First World War, there was the sudden passion of nationalism, and the killing took place because of these emotions. But the Soviet case is different, because there you had systematic murder, like in the Holocaust. Ten or 12 million Ukrainian peasants were purposely killed by Stalin, by starvation, in the Ukrainian hunger of 1932-3…It was a very systematic plan… In modern Russia, you have no official, formal assessment of this past. Nobody in any Russian document has said that the policy of the Soviet government was criminal, that it was terrible. No one has ever said this.

    Woodford: But what about Khrushchev in 1956?

    Kapuscinski: I’m speaking about the present. Official Russian state doctrine and foreign policy doesn’t mention the Bolshevik policy of expansion. It doesn’t condemn it. If you ask liberal Russians - academics, politicians - if Russia is dangerous to us, to Europe, to the world, they say: ‘No, it’s not dangerous, we’re too weak, we have an economic crisis, difficulties with foreign trade, our army is in a state of anarchy…’ That is the answer. They are not saying: ‘We will never, ever repeat our crimes of expansionism, of constant war.’ No, they say: ‘We are not dangerous to you, because right now we are weak.’

    Cohen:

    When Vaclav Havel was president of Czechoslovakia, he was asked whether the state would take responsibility for the deaths, the oppression, the confiscations of the previous governments of Czechoslovakia, and he said ‘yes.’ The same questions were asked in South Africa of the Mandela government. And I think Poland is now struggling with how much responsibility the government will have to take for the past. But the Russian official response has been that Stalin can be blamed for everything.

    Kapuscinski:This is a very crucial point: there is a lack of critical assessment of the past. But you have to understand that the current ruling elite is actually the old ruling elite. So they are incapable of a self-critical approach to the past.

    Polish-born journalist Ryszard Kapuscinski worked as an African correspondent for various Polish periodicals and press agencies from 1958 to 1980. In his book Imperium (Granta Books, 1994), he turns a journalist’s eye onto the Russian state, and the effects of authoritarianism on everyday Russian life. Kapuscinski delivered his November, 1997 Copernicus lecture: "The Russian Puzzle: Why I Wrote Imperium at the Center for Russian and East European Studies. During his visit, he spoke with David Cohen (International Institute); John Woodford (Executive Editor of Michigan Today ); and Thomas Wolfe (Communications). The following is an excerpted transcript of their conversation.

    Sei Sekou Mobutu seized control of the Congo in 1965. After the evolution, the name of the capital was changed from Leopoldville to Kinshasa, and in 1971 the country was renamed Zaire, instead of the Congo. return to text

    Piotr Michalowski is the George D. Cameron Professor of Ancient Near Eastern Civilizations and Languages at the Unversity of Michigan.

    Kapuscinski, more magical than real

    What’s the truth about Polish journalist Ryszard Kapuscinski
    https://www.newstatesman.com/africa/2007/02/wrong-kapuscinski-african

    https://de.m.wikipedia.org/wiki/Ryszard_Kapu%C5%9Bci%C5%84ski

    #presse #littérature #reportage


    • Grenoble : Le point sur la situation après une troisième nuit d’émeutes
      https://www.20minutes.fr/societe/2464631-20190305-video-violences-urbaines-grenoble-point-situation-apres-t

      Un adolescent de 16 ans grièvement blessé à l’œil
      Au cours des affrontements de samedi soir, un garçon de 16 ans a été blessé à l’œil dans le quartier Mistral dans des circonstances qui restent vagues. Sa mère a porté plainte lundi, selon le parquet de Grenoble. Des voisins auraient indiqué à la Grenobloise que son fils aurait été victime d’un tir de balle en caoutchouc. « A ce stade, nous ne disposons d’aucune autre information », a précisé lundi soir le procureur de la République de Grenoble Eric Vaillant, qui a ouvert une enquête pour « violences volontaires avec arme suivies d’une ITT supérieure à huit jours ». Des faits qui n’ont pas manqué d’ajouter à la suspicion envers les forces de l’ordre d’une partie des habitants, selon plusieurs messages postés sur les réseaux sociaux.

      Des compléments sur les affrontations, des point de vue de proches, etc.
      https://twitter.com/clprtr/status/1102660522481254400

      « On les a envoyés à la mort », accuse un proche. « On était vraiment sur de la chasse... On dirait du du gros gibier (...) on a ôté la vie à deux personnes, on a rendu des gens malheureux, Un scooter à 1000 euros, deux morts, ça se passe de commentaires »

      #Maintien_de_l'ordre #violences_policières #violence_d'État #LBD40 @davduf

    • ⎯ Tu te rappelles que tu ne dois jamais mentionner dans tes titres qu’ils étaient poursuivis par la police ?
      ⎯ T’inquiète.

      via @vivelefeu
      https://twitter.com/vivelefeu

      Après des jours d’émeute, faute de figurer dans le titre, le mot « police » figure dans la première phrase.

      La mort de Fatih et Adam, révélatrice des fractures de Grenoble , Henri Seckel et Maud Obels.

      Depuis la mort dans un accident de deux jeunes poursuivis par la police, les nuits de fièvre se succèdent dans le quartier du Mistral.

      Jusqu’alors, les seuls messages de protestation visibles devant l’école Anatole-France concernaient le trop grand nombre d’élèves en classe de CP et la vitesse trop élevée des automobilistes. Sur la façade de cet établissement du quartier Mistral, dans le sud de Grenoble, sont venues s’ajouter ces jours-ci des inscriptions d’un autre genre : « La police tue la jeunesse de demain », « Vous allez payer », « Aucune pitié pour les porcs », « 500 euros pour chaque policier au sol ». Et aussi « F & A, on vous aime pour toujours ».

      Environ 1 500 personnes se sont rassemblées, mercredi 6 mars, devant ces tags hostiles aux forces de l’ordre, pour une marche silencieuse à la mémoire de Fatih et Adam, 19 et 17 ans, que tous présentent comme de bons garçons, et qui ont trouvé la mort samedi à quelques hectomètres de là. Ils circulaient, sans casque et sans permis, sur un scooter volé à bord duquel ils auraient grillé des feux rouges et brisé des rétroviseurs, et ont été pris en chasse par deux voitures de police. La course-poursuite a emprunté un petit bout de l’A480, qui longe le quartier Mistral. L’accident s’est produit sur une bretelle de sortie. Le parallèle avec Zyed et Bouna, deux jeunes de 17 et 15 ans morts électrocutés en 2005 à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) dans un poste électrique en tentant d’échapper à un contrôle policier, a vite surgi.
      Lire aussi A Grenoble, une nouvelle nuit tendue après la « marche blanche » en hommage à Adam et Fatih

      « Question d’orgueil »

      Au lendemain du drame, le procureur de la République de Grenoble, Eric Vaillant, s’est voulu aussi précis que possible sur le déroulement des faits, en s’appuyant sur une caméra de vidéosurveillance et le témoignage d’un chauffeur de car : « Il a vu dans son rétroviseur un scooter et un véhicule de police. Il a décidé de se serrer sur la droite pour leur laisser le passage, sauf que le scooter a décidé de doubler le car par la droite et s’est retrouvé coincé entre le car et le parapet. En l’état, il n’y a eu, selon nous, aucun choc entre le véhicule de police et le scooter. »

      La démonstration n’a pas convaincu la totalité des 3 000 « Mistraliens ». Une photo d’une éraflure sur le pare-chocs avant de la voiture de police a atterri sur tous les téléphones, aussitôt interprétée comme la preuve d’une collision avec le scooter. « On les a envoyés à la mort, affirme Karim, l’oncle maternel d’Adam. On dirait que venir ici, pour les forces de l’ordre, c’est comme faire un safari, chasser du gros gibier. » « Les policiers ont de la rancœur parce qu’ils n’arrivent pas à agir sur ce quartier, c’était une question d’orgueil, il fallait absolument les attraper, explique un jeune homme souhaitant rester anonyme, comme les amis qui l’entourent, à la terrasse du snack La Cantine. C’est dommage qu’une simple question d’orgueil aboutisse à deux morts. »

      « Si on commence à ne plus contrôler ce genre de personnes et à ne plus faire de flagrants délits, on reste au commissariat et on ne fait plus rien, répond Philippe Lepagnol, secrétaire départemental en Isère du syndicat de police Alliance, qui dit avoir vu les images de vidéosurveillance. Les jeunes ont pris des risques énormes, c’est ça qui les mène à l’accident, pas la police. On est des pères de famille, on sait faire preuve de discernement. On déplore ce drame, mais on est sereins sur les circonstances. »

      L’épisode ne risque pas de réparer la fracture, qui semblait déjà définitive, entre policiers et jeunes du quartier. Les seconds dénoncent les « abus de pouvoir permanents » des premiers, les premiers le « sentiment d’impunité » des seconds. Lesquels n’ont pas plus confiance en la justice ni en l’enquête qui débute à peine : « Qu’est-ce que c’est que ce silence général sur les circonstances de l’accident ? Quelqu’un a quelque chose à se reprocher ? » Le temps – long – de la justice n’est pas celui – immédiat – de l’émotion.

      La marche silencieuse s’est élancée à 16 h 30, et le cortège a fait ses premiers pas dans un paysage urbain défiguré, entre Abribus aux vitres émiettées et squelettes de voitures. La plupart des carcasses calcinées ont été enlevées, ne reste alors plus que le goudron qui s’est gondolé sous l’effet de la chaleur, et que parsèment des dizaines de douilles de grenades lacrymogènes usagées. Les enfants ramassent ces curieux jouets, et se font gronder par leurs parents.

      Les stigmates des dernières nuits agitées dans le quartier sont partout. Depuis samedi, les lacrymos des CRS ont affronté les cailloux, boules de pétanque et cocktails Molotov parfois jetés directement depuis les étages des immeubles. D’autres secteurs de Grenoble (Villeneuve, Teisseire, Village olympique) et d’autres communes de l’agglomération (Echirolles, Fontaine, Saint-Martin-le-Vinoux) se sont embrasés également.

      Soixante-cinq voitures ont flambé dans la seule nuit de lundi à mardi. L’épisode rappelle 2010, et les émeutes qui avaient suivi la mort d’un braqueur, tué par les policiers, dans le quartier de la Villeneuve.

      Chantier permanent

      Ces nuits de fièvre ont fait un seul blessé grave (une enquête a été ouverte sur le cas de ce jeune homme de 16 ans qui a perdu un œil) et entraîné une seule interpellation : un homme de 25 ans, condamné mercredi à huit mois de prison ferme pour avoir jeté une barre de fer et des parpaings sur des policiers. « S’il faut aller en prison, on ira en prison », explique un jeune du quartier ayant participé aux échauffourées, pour qui la violence est légitime : « L’imam nous a dit de ne pas être violents, et de monter une association. Mais est-ce que vous seriez venus si on avait monté une association ? »

      Avant de se diriger vers le pont de Catane, à l’entrée duquel Adam et Fatih sont morts, les manifestants ont serpenté dans le quartier Mistral, bâti dans les années 1960, dont on se demande aujourd’hui comment ses concepteurs ont pu s’enthousiasmer pour ses hautes barres de 150 mètres de long sur 10 de large aux façades totalement planes, même si les premiers sommets du Vercors, en arrière-plan, agrémentent l’ensemble. Le quartier, chantier permanent, s’oriente vers quelque chose de plus aéré, de moins haut.

      Pendant que les arbres attendent le printemps, la vaste esplanade centrale jonchée de détritus attend les éboueurs et les dealers attendent les clients. « Je n’ai jamais vu une ville de cette taille aussi pourrie et gangrenée par le trafic de drogue », avait dit de Grenoble le précédent procureur, Jean-Yves Coquillat. « Ce quartier est sans doute l’endroit où il s’était le plus structuré, mais ça a bougé », assure Eric Piolle, lointain successeur à la mairie de Paul Mistral (1919-1932), qui a donné son nom au quartier.

      Appels à la haine

      L’actuel édile écologiste ne nie pas les difficultés mais loue le travail de « couture urbaine » en cours, symbolisé entre autres par Le Plateau, centre socioculturel de grande qualité. Son directeur, Hassen Bouzeghoub, attaché à ce quartier qui l’a vu naître il y a cinquante-trois ans, n’en cache pas les défauts : « C’est une enclave urbaine, un quartier “du bout”, qui vient s’écraser contre un mur d’autoroute. Il concentre tous les problèmes – paupérisation, absence de mixité, échec scolaire, délinquance, chômage. Il y a un nouveau projet urbain depuis une dizaine d’années, mais on paie aujourd’hui vingt ans d’errance entre 1980 et 2000, qui ont abouti à un entre-soi, et généré des fonctionnements sociaux particuliers. La fracture sociale est intense. »

      Plus encore lorsqu’un drame survient, parce qu’alors, « tout ressort de façon épidermique, analyse Eric Piolle. Certains se sentent désaffiliés, et cette désaffiliation peut se transformer en colère ». Les appels à la haine ont fleuri sur les réseaux sociaux depuis samedi. « Nous devons nous garder de nous laisser entraîner dans cette boue, dont nous sortirions tous salis », a dénoncé le maire mardi, à la veille de l’enterrement des deux garçons – en périphérie de Grenoble pour l’un, en Turquie pour l’autre. Avant et après la marche, les appels à cesser les violences se sont multipliés. « Ça ne sert à rien, ça ne fera pas revenir Adam », avait dit sa mère, Jamila, au Dauphiné libéré le matin. Appel à moitié entendu : la nuit de mercredi à jeudi a encore vu quelques voitures brûler et des cocktails Molotov tomber des fenêtres.

      #Bac


  • « Si on arrête le train, c’est fini » : comment La Thiérache, dans l’Aisne, incarne l’abandon de la France rurale
    https://www.bastamag.net/Si-on-arrete-le-train-c-est-fini-comment-La-Thierache-dans-l-Aisne-incarne

    Dans le Nord de l’Aisne, département qui s’étend des frontières de l’Île-de-France à celles de la Belgique, se trouve une ancienne région historique, précieuse pour son patrimoine architectural, ses produits agricoles et sa biodiversité : la Thiérache. Traversée par deux routes nationales, elle n’offre guère d’autres commodités de transport à ses 100 000 habitants, alors même qu’elle a abrité, dès l’entre-deux-guerres, des sites majeurs des chemins de fer français. À moins de 200 kilomètres de Paris, elle (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Reportages, #Classes_populaires, #Inégalités, #Transports, #Services_publics



  • Chômage, vie chère ou pollutions : dix ans après la révolte des Guadeloupéens, l’État n’a pas tenu ses engagements
    https://www.bastamag.net/Chomage-vie-chere-ou-pollutions-dix-ans-apres-la-revolte-des-Guadeloupeens

    En janvier 2009, le LKP, collectif contre la « profitation », déclenchait la plus longue grève générale de l’histoire guadeloupéenne : 44 jours pour exiger la fin de l’héritage colonial, responsable de la vie chère. Sous la pression populaire, l’État et les collectivités signaient, le 26 février 2009, un accord instaurant une hausse de 200 euros des bas salaires. Un protocole comportant 165 points d’accord était paraphé par le préfet et les élus locaux. Accès à l’emploi, lutte contre la vie chère, création (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Luttes_sociales, #Syndicalisme, #Reportages, #Discriminations, Pollutions , (...)

    #Pollutions_ #Inégalités


  • ENVOYE SPECIAL. « Ce sont des dealers de drogue légaux ! » : une victime d’un antidouleur à base d’opium raconte sa descente aux enfers
    https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/video-ce-sont-des-dealers-de-drogue-legaux-une-victime-de-l-addiction-a

    Lauren Cambra, qui souffrait d’une sciatique, a été choisie à la fin des années 1990 par un laboratoire pharmaceutique pour incarner les vertus de l’OxyContin, un antidouleur à base d’opium. Sur une vidéo publicitaire où elle a accepté de figurer, à la demande de son médecin, on la voit, radieuse, nager avec ses petits-enfants dans sa piscine. Le Dr Spanos apparaît lui aussi dans le film, pour « réfuter la légende selon laquelle les opioïdes conduisent, à terme, à l’addiction et la passivité. »
    Encouragé par les médecins

    Ce film était diffusé dans la salle d’attente de nombreux médecins. Il a été financé intégralement par Purdue Pharma, le laboratoire qui produit l’OxyContin (il a été condamné en 2007 à 634 millions de dollars d’amende pour avoir « désinformé » les médecins). Après une campagne de communication massive, ces pilules ont inondé le marché américain. Présenté comme un médicament miracle, l’OxyContin est, avec d’autres opioïdes, à l’origine d’une des plus graves crises sanitaires qu’aient connues les Etats-Unis. Ce type de médicaments continue à tuer : 72 000 personnes sont mortes d’overdose en 2017.
    Des vidéos financées par le laboratoire

    « Ils se sont fait des dizaines de millions de dollars grâce à ces vidéos. Ils ont fait ça pour l’argent, par pure avidité ! dénonce Lauren aujourd’hui. Ce sont des dealers de drogue ! Des dealers légaux, mais des dealers. Si demain vous allez chez le médecin et qu’il vous prescrit de l’OxyContin, écoutez-moi : partez en courant ! »

    Vingt ans plus tard, Lauren Cambra est la seule patiente apparaissant dans cette vidéo promotionnelle qui ait survécu et accepté d’en parler. Elle avait toujours refusé de se confier à des journalistes. L’histoire qu’elle raconte à « Envoyé spécial » est faite de douleur et de honte.

    Au début, l’OxyContin soulage les douleurs dues à sa sciatique de manière miraculeuse. Mais très vite, les effets s’estompent, et il faut augmenter la dose. Cela provoque une somnolence, des absences. Lauren perd son emploi, son assurance, et ne peut plus se payer les pilules.
    « J’étais pratiquement SDF »

    « Et là, confie-t-elle, ç’a été le début de… oh, mon Dieu ! C’est là que j’ai compris à quel point cette pilule était addictive. Parce que j’ai arrêté de la prendre. Et là… Oh là là… j’ai tenu douze heures, quatorze heures, seize heures… et j’étais à l’agonie. Mon corps n’en pouvait plus. Je hurlais sur tout le monde, c’était horrible. Je n’ai même pas tenu une journée. »

    Commence alors pour Lauren une véritable descente aux enfers. « J’ai pris l’argent prévu pour mon crédit voiture, et je suis allée m’acheter mes pilules. Ça, c’était le premier mois. Ensuite, j’ai pris l’argent prévu pour la voiture, pour le crédit de la maison, la nourriture… pour mes pilules. Et au final, j’ai tout perdu : ma voiture, ma maison… J’étais pratiquement SDF. »

    Extrait de « Antidouleurs : l’Amérique dévastée », un reportage à voir dans « Envoyé spécial » le 21 février 2019.

    #Opioides #Sackler #Reportage


  • « Antidouleurs : l’Amérique dévastée » : un scandale sanitaire hors du commun
    https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/02/21/antidouleurs-l-amerique-devastee-un-scandale-sanitaire-hors-du-commun_542610

    C’est une enquête menée à travers les Etats-Unis et qui fait froid dans le dos. Elle concerne des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. Il y est question de douleurs physiques intolérables, de pilules prétendument magiques, d’accoutumance mortelle, de décès en masse et d’un scandale sanitaire hors du commun.

    Des victimes issues de tous les milieux sociaux, n’ayant pas le profil habituel des toxicomanes mais qui, pour faire passer des douleurs diverses (arthrose, sciatique, douleurs abdominales…), se sont accoutumées à des médicaments antidouleur qui se sont révélés particulièrement dangereux.
    Lire l’enquête : Les Etats-Unis tentent de réagir face à la crise des opioïdes

    L’addiction aux opioïdes a causé la mort de près de 300 000 personnes en vingt ans aux Etats-Unis, dont 72 000 pour la seule année 2017.

    Dans ce documentaire diffusé dans le cadre de l’émission « Envoyé spécial », plusieurs extraits font frémir : on y voit une mère de famille s’écroulant subitement au supermarché sous les yeux de son enfant. Ou un quadragénaire plongeant dans le coma au volant de son véhicule. Sans parler de la petite Emma, née quinze jours plus tôt dans une clinique du Tennessee et qui, sans ses huit doses de morphine par jour, succomberait de douleur. Le bébé souffre du syndrome d’abstinence néonatal, il est chimiquement accro aux antidouleur. La raison ? Sa mère prenait en masse des antalgiques dérivés de l’opium et a contaminé sa fille. D’autres images montrent des policiers munis d’un spray nasal spécial (Narcan) – antidote efficace aux opioïdes – sauvant des vies in extremis.
    L’OxyContin dans le viseur

    En première ligne sur la liste noire : l’OxyContin, médicament antidouleur à base d’opium – deux fois plus puissant que la morphine – fabriqué par l’influent laboratoire Purdue. Lancé en 1996 à grand renfort de publicité, l’OxyContin a rapidement envahi les pharmacies des particuliers. A l’époque, des médecins payés par Purdue assuraient, face caméra, que les opioïdes étaient non seulement très efficaces, mais surtout sans danger. Le succès commercial est gigantesque.
    Lire l’enquête : L’inquiétant succès de l’OxyContin, puissant antalgique opiacé

    Vingt ans plus tard, la plupart des anciens patients modèles choisis par Purdue pour incarner les vertus du médicament sont morts. Les auteurs du documentaire ont retrouvé, en Caroline du Nord, une survivante. En 1996, une sciatique la faisait souffrir. A force d’ingurgiter des doses de plus en plus importantes d’OxyContin, les douleurs s’estompent. Pour un temps, puisqu’il faut toujours augmenter les doses. Le cercle vicieux est sans fin.

    En 2007, trois cadres de Purdue plaident coupable devant la justice, qui inflige une amende de 600 millions de dollars au laboratoire

    Depuis plus de quinze ans, Purdue est dans le viseur des autorités. En décembre 2001, des sénateurs, inquiets des pratiques du laboratoire, avaient auditionné un responsable de l’entreprise. En 2007, trois cadres de Purdue ont plaidé coupable devant la justice, qui a infligé une amende de 600 millions de dollars au laboratoire. La fin du cauchemar ? Pas du tout. Le lobby pharmaceutique américain continue sa campagne en faveur des opioïdes.

    Face caméra, une ancienne visiteuse médicale de Purdue, recrutée en 2008, raconte l’efficacité de ses visites aux médecins de famille. « Vos patients ont des douleurs ? J’ai le médicament qu’il vous faut pour les soulager… » Ses primes, conséquentes, augmentaient selon les dosages prescrits par les médecins. Avec la multiplication des morts par overdose, la très discrète et richissime famille Sackler, propriétaire de Purdue, risque cette fois de sérieux ennuis. Une centaine de villes et près de trois cents avocats ont engagé des centaines de procédures contre ses méthodes.

    « Antidouleurs : l’Amérique dévastée », de Pierre Monégier, Brice Baubit et Emmanuel Lejeune (France, 2019, 55 min). Francetvinfo.fr/france-2/envoye-special

    #Opioides #Sackler #OxyContin #Reportage


  • En Palestine occupée : des potagers suspendus pour s’évader, « car nous ne pouvons aller nulle part ailleurs »
    https://www.bastamag.net/En-Palestine-occupee-des-potagers-suspendus-pour-s-evader-car-nous-ne-pouv

    Dans les territoires palestiniens occupés par l’armée israélienne, près d’une famille sur trois survit en situation d’insécurité alimentaire. A Bethléem, dans un camp de réfugiés surpeuplé, des mères de famille font face en installant de petits potagers sur leurs toits. C’est le cas de Draguitsa Alafandi, qui y cultive depuis quelques années céleris, betteraves, concombres, menthe et tomates. En plus d’accroître l’autonomie alimentaire de sa famille, elle offre à ses enfants un petit lieu pour rêver, (...)

    #Résister

    / A la une, #Alimentation_et_agriculture_biologique, #Proche_et_Moyen_Orient, #Reportages, #Agriculture, Guerres et résolution des (...)

    #Guerres_et_résolution_des_conflits


  • « Cash investigation » : demain, un monde sans poisson ?
    https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/02/05/cash-investigation-demain-un-monde-sans-poisson_5419638_3246.html

    La mer éternelle, ses marins courageux confrontés aux embruns et aux vents du large… Stop ! C’est un tout autre film que nous présente l’équipe de « Cash investigation ». Il s’agit cette fois de nous entraîner dans une plongée en eaux troubles, sur les traces de quelques gros poissons de la pêche industrielle. Un milieu discret qui mériterait d’être mieux connu. A l’image du « dispositif de ­concentration de poissons » ou « DCP » pour les initiés. Voilà un acronyme dont la réputation n’est pas encore à la hauteur de l’action : une méthode de pêche au thon tropical, en plein essor depuis les années 1980 et dont les professionnels savent bien qu’elle est en train de décimer les océans.

    #reportage #pêche #surpêche


  • Face à l’explosion des loyers à Berlin, un puissant mouvement d’habitants veut exproprier les gros bailleurs privés
    https://www.bastamag.net/Face-a-l-explosion-des-loyers-a-Berlin-un-puissant-mouvement-d-habitants-v

    En France, les loyers continuent d’augmenter, le mal-logement de s’enraciner avec 4 millions de personnes concernées, alors que la loi Elan ouvre la voie à la privatisation du #Logement social et que la construction de logements à loyer modéré diminue. Les élus devraient peut-être regarder du côté de Berlin, également confrontée à l’explosion des loyers et à la difficulté de se loger. Un large mouvement y demande un référendum d’initiative citoyenne. Objectif : exproprier les grands bailleurs privés, qui (...)

    #Inventer

    / #Luttes_sociales, #Habitat_écologique_et_social, #Innovation_politique, #Garantir_l'accès_au_logement, #Europe, #Reportages, Logement, A la (...)

    • « Les sociétés capitalistiques qui ont racheté des logements en masse veulent juste faire de l’argent avec, et distribuer des dividendes à leurs actionnaires », dénonce Katalin Gennburg. Les locataires qui ne peuvent plus payer partent, le plus souvent en périphérie. C’est ce que les habitants de la Karl-Marx-Allee ont craint quand ils ont appris que leurs logements devaient bientôt être une nouvelle fois revendus, à la plus grande société immobilière privée de Berlin, Deutsche Wohnen. Créée en 1998 par la Deutsche Bank, elle possède aujourd’hui plus de 110 000 appartements dans la capitale.

      Autant de loyers payés chaque mois qui servent surtout à enrichir les actionnaires de l’entreprise cotée en bourse. En 2017, Deutsche Wohnen a versé à ses actionnaires plus de 260 millions d’euros de dividendes, 80 millions d’euros de plus que l’année précédente.


  • A l’assemblée des gilets jaunes à Commercy : « On va continuer parce qu’il y en a marre de cette vie de merde »
    https://www.bastamag.net/A-l-assemblee-des-gilets-jaunes-a-Commercy-On-va-continuer-parce-qu-il-y-e

    Après trois mois de contestation, des gilets jaunes tentent de structurer le mouvement. Une liste, déjà contestée, a été lancée en vue des européennes, tandis que des plateformes numériques ont été créées par plusieurs groupes et que des assemblées générales se réunissent à Toulouse, Lyon ou Caen. Il y aussi « l’assemblée des assemblées » de Commercy. Dans cette petite ville de la Meuse, plusieurs centaines de gilets jaunes venus de ronds-points aux quatre coins du pays se sont rencontrés les 26 et 27 janvier. (...)

    #Résister

    / #Reportages, #Luttes_sociales, #Classes_populaires, #Fractures_sociales


  • Exit - La vie après la haine
    Rencontre avec d’anciens djihadistes, ex-militants néonazis ou anciens suprématistes blancs, qui ont tourné la page et renoncé à la haine.
    https://www.arte.tv/fr/videos/072672-000-A/exit-la-vie-apres-la-haine
    (présentation : https://twitter.com/i/status/1090214967083700225 )

    Karen Winther est passée d’un extrême à l’autre : membre d’un groupe de la gauche radicale à l’adolescence, elle a ensuite viré de bord pour rejoindre la mouvance néonazie. Après avoir définitivement rompu avec l’extrémisme, la réalisatrice norvégienne, encore hantée par son passé violent, est allée à la rencontre de personnes du monde entier qui, après avoir connu une « déradicalisation » similaire, ont souhaité témoigner de leur parcours. En Floride, Angela, ex-membre de l’organisation d’extrême droite Aryan Nations, passée par la case prison, s’engage aujourd’hui pour prévenir ces dérives. Manuel, l’un des anciens visages du mouvement néonazi allemand, vit aujourd’hui reclus pour sa propre sécurité. Quant au Français David, hier aspirant djihadiste de l’État islamique, il a quitté la mouvance après sa sortie de prison. Comment ces personnes d’horizons divers ont-elles réussi à tourner la page ? Un documentaire intimiste qui met en lumière les racines de leurs engagements, mais aussi les soutiens et les perspectives qui les ont aidées à s’en détourner.

    Disponible sur #Arte du 29/01/2019 au 27/02/2019
    Si un autre lien le libère définitivement, je l’ajouterai

    #Documentaire #Enquête #Reportage #Extremisme #NéoNazisme #Suprémacisme #Djihadisme ... et #Education_Populaire #Service_Public


  • Gilets jaunes : « La grève générale illimitée, c’est la seule façon de gagner dans l’Histoire »
    https://www.bastamag.net/Gilets-jaunes-La-greve-generale-illimitee-c-est-la-seule-facon-de-gagner-d

    Quelles revendications mettre en avant ? Comment s’organiser ? Entre les marches du samedi, les actions coup de poing et les discussions internes, les gilets jaunes normands tentent de se structurer autour de François Boulo, une figure locale et nationale, qui semble faire l’unanimité. L’avocat très médiatisé ne voit désormais qu’une possibilité pour faire avancer le mouvement et obtenir de nouvelles élections : la grève générale illimitée. Récit d’un débat hors du « grand débat national », alors que (...)

    #Décrypter

    / #Reportages, A la une, Démocratie !, #Classes_populaires, #Fractures_sociales

    #Démocratie_ !


  • Avec les « croix bleues » et les « secours volontaires », au coeur de la manifestation toulousaine
    https://www.bastamag.net/Avec-les-croix-bleues-et-les-secours-volontaires-au-coeur-de-la-manifestat

    Dans les manifestations, les personnes blessées, mutilées, ou simplement choquées par les violences policières sont souvent prises en charge, dans un premier temps, par les « streets medics ». Des secouristes militants qui ont la particularité de se positionner non pas à côté, mais au sein des mouvements sociaux. Reportage à Toulouse, où ils se partagent le travail avec des secouristes volontaires, plus neutres politiquement mais tout aussi mobilisés. Durant« l’acte X » des gilets jaunes, la nécessité (...)

    #Résister

    / A la une, #Luttes_sociales, #Reportages, #Atteintes_aux_libertés, Santé

    #Santé_


  • Au procès de Cristal union, jugé pour deux accidents mortels : « Ils ont essayé de rejeter la faute sur les cordistes »
    https://www.bastamag.net/Au-proces-de-Cristal-union-juge-pour-deux-accidents-mortels-Ils-ont-essaye

    Cinq ans avant l’accident mortel, en 2017, de Quentin Zaroui-Bruat – raconté il y a peu par Basta ! – deux autres cordistes, Arthur Bertelli et Vincent Dequin, 23 et 33 ans, mourraient dans des conditions similaires, ensevelis sous des tonnes de matière dans les silos du géant sucrier Cristal union. Après sept ans d’une instruction interminable, le procès s’est déroulé le 11 janvier, à Reims. Un moment décisif pour une profession frappée par la course au rendement. L’association des « cordistes en colère (...)

    #Décrypter

    / A la une, #Transformer_le_travail, #Reportages, #Conditions_de_travail, #Justice





  • A Bayonne, nouvelle route migratoire, l’impressionnante solidarité des habitants malgré les carences de l’État
    https://www.bastamag.net/A-Bayonne-nouvelle-route-migratoire-l-impressionnante-solidarite-des-habit

    La route de la Libye et de l’Italie étant coupée, de plus en plus de migrants arrivent en Europe via le Maroc et l’Espagne. Certains passent ensuite par le Pays Basque. En deux mois, 2500 réfugiés ont déjà transité par un centre d’accueil ouvert à Bayonne. La démarche, d’abord spontanée, bénéficie désormais du soutien de la mairie. L’État a quant à lui exercé des pressions sur les chauffeurs de taxi ou les compagnies d’autobus, en exigeant notamment l’identité des voyageurs. Basta ! a passé la nuit du 31 (...)

    #Résister

    / #Solidarités_internationales, #Reportages, #Migrations, #Droits_fondamentaux, A la une



  • What is Salesforce? Four days, 170,000 people, and one Metallica concert later, I figured out what Salesforce is, by Nikhil Sonnad — Quartz
    https://qz.com/1500717/what-is-salesforce-four-days-170000-people-and-one-metallica-concert-later-i-fig

    The push for “inclusive capitalism” implies that the system, as it is, is exclusive. By saying he can do more as a CEO than in government, Benioff is making the absurd claim that those best suited to fix this situation are the very people who have benefited most from it—he and his ultra-wealthy peers. They are responsible for the beauty in the world, and we should be thankful for any inclusion they deign to hand out to the rest of us.

    #reportage #hilarant sur la grand-messe de #salesforce