• Three Theses on Neoliberal Migration and Social Reproduction

    Today there are more than 1 billion regional and international migrants, and the number continues to rise: within 40 years, it might double because of climate change. While many of these migrants might not cross a regional or international border, people change residences and jobs more often, while commuting longer and farther to work. This increase in human mobility and expulsion affects us all. It should be recognized as a defining feature of our epoch: The twenty-first century will be the century of the migrant.

    The argument of this paper is that the migrant is also a defining figure of neoliberal social reproduction. This argument is composed of three interlocking theses on what I am calling the “neoliberal migrant.”

    Thesis 1 : The first thesis argues that the migrant is foremost a socially constitutive figure. That is, we should not think of the migrant as a derivative or socially exceptional figure who merely travels between pre- constituted states. The movement and circulation of migrants has always played an important historical role in the social and kinetic production and reproduction of society itself.1

    Thesis 2 : The second thesis therefore argues that social reproduction itself is a fundamentally kinetic or mobile process. The fact that a historically record number of human beings are now migrating and commuting between countries, cities, rural and urban areas, multiple part time precarious jobs, means that humans are now spending a world historical record amount of unpaid labor-time just moving around. This mobility is itself a form of social reproduction.

    Thesis 3 : The third thesis is that neoliberalism functions as a migration regime of social reproduction. Under neoliberalism, the burden of social reproduction has been increasingly displaced from the state to the population itself (health care, child care, transportation, and other traditionally social services). At the same time, workers now have less time than ever before to do this labor because of increasing reproductive mobility regimes (thesis two). This leads then to a massively expanded global market for surplus reproductive laborers who can mow lawns, clean houses, and care for children so first world laborers can commute longer and more frequently. Neoliberalism completes the cycle by providing a new “surplus reproductive labor army” in the form of displaced migrants from the global South.

    We turn now to a defense of these theses.

    Thesis 1 : The Migrant is Socially Constitutive

    This is the case, in short, because societies are themselves defined by a continual movement of circulation, expansion, and expulsion that relies on the mobility of migrants to accommodate its social expansions and contractions.

    The migrant is the political figure who is socially expelled or dispossessed, to some degree as a result, or as the cause, of their mobility. We are not all migrants, but most of us are becoming migrants. At the turn of the twenty- first century, there were more regional and international migrants than ever before in recorded history—a fact that political theory has yet to take seriously.2

    If we are going to take the figure of the migrant seriously as a constitutive, and not derivative, figure of Western politics, we have to change the starting point of political theory. Instead of starting with a set of pre-existing citizens, we should begin with the flows of migrants and the ways they have circulated or sedimented into citizens and states in the first place—as well as emphasizing how migrants have constituted a counterpower and alternative to state structures.

    This requires first of all that we take seriously the constitutive role played by migrants before the 19th century, and give up the arbitrary starting point of the nation-state. In this way we will be able to see how the nation-state itself was not the origin but the product of migration and bordering techniques that existed long before it came on the scene.3

    Second of all, and based on this, we need to rethink the idea of political inclusion as a fundamentally kinetic process of circulation, not just as a formal legal, economic, or other kind of status. In other words, instead of a formal political distinction between inclusion/exclusion or a formal economic distinc- tion between productive/unproductive, we need a material one of circulation/ recirculation showing how social activity is defined by lived cycles of socially reproductive motions.

    One way to think about the constitutive role played by migrants is as a kinetic radicalization of Karl Marx’s theory of primitive accumulation.

    Primitive Accumulation
    Marx develops this concept from a passage in Adam Smith’s Wealth of Nations: “The accumulation of stock must, in the nature of things, be previous to the division of labour.”4 In other words, before humans can be divided into owners and workers, there must have already been an accu- mulation such that those in power could enforce the division in the first place. The superior peoples of history naturally accumulate power and stock and then wield it to perpetuate the subordination of their inferiors. For Smith, this process is simply a natural phenomenon: Powerful people always already have accumulated stock, as if from nowhere.

    For Marx, however, this quote is perfectly emblematic of the historical obfuscation of political economists regarding the violence and expulsion required for those in power to maintain and expand their stock. Instead of acknowledging this violence, political economy mythologizes and naturalizes it just like the citizen-centric nation state does politically. For Marx the concept of primitive accumulation has a material history. It is the precapitalist condition for capitalist production. In particular, Marx identifies this process with the expulsion of peasants and indigenous peoples from their land through enclosure, colonialism, and anti-vagabond laws in sixteenth-century England. Marx’s thesis is that the condition of the social expansion of capitalism is the prior expulsion of people from their land and from their legal status under customary law. Without the expulsion of these people, there is no expansion of private property and thus no capitalism.

    While some scholars argue that primitive accumulation was merely a single historical event in the sixteenth to eighteenth centuries, others argue that it plays a recurring logical function within capitalism itself: In order to expand, capitalism today still relies on non-capitalist methods of social expulsion and violence.5

    The idea of expansion by expulsion broadens the idea of primitive accumulation in two ways. First, the process of dispossessing people of their social status (expulsion) in order to further develop or advance a given form of social motion (expansion) is not at all unique to the capitalist regime of social motion. We see the same social process in early human societies whose progressive cultivation of land and animals (territorial expansion) with the material technology of fencing also expelled (territorial dispossession) a part of the human population. This includes hunter-gatherers whose territory was transformed into agricultural land, as well as surplus agriculturalists for whom there was no more arable land left to cultivate at a certain point. Thus social expulsion is the condition of social expansion in two ways: It is an internal condition that allows for the removal of part of the population when certain internal limits have been reached (carrying capacity of a given territory, for example) and it is an external condition that allows for the removal of part of the population outside these limits when the territory is able to expand outward into the lands of other groups (hunter gatherers). In this case, territorial expansion was only possible on the condition that part of the population was expelled in the form of migratory nomads, forced into the surrounding mountains and deserts.

    We later see the same logic in the ancient world, whose dominant polit- ical form, the state, would not have been possible without the material tech- nology of the border wall that both fended off as enemies and held captive as slaves a large body of barbarians (through political dispossession) from the mountains of the Middle East and Mediterranean. The social conditions for the expansion of a growing political order, including warfare, colonialism, and massive public works, were precisely the expulsion of a population of barbarians who had to be walled out and walled in by political power. This technique occurs again and again throughout history, as I have tried to show in my work.

    The second difference between previous theories of primitive accumulation and the more expansive one offered here is that this process of prior expulsion or social deprivation Marx noted is not only territorial or juridical, and its expansion is not only economic.6 Expulsion does not simply mean forcing people off their land, although in many cases it may include this. It also means depriving people of their political rights by walling off the city, criminalizing types of persons by the cellular techniques of enclosure and incarceration, or restricting their access to work by identification and checkpoint techniques.

    Expulsion is the degree to which a political subject is deprived or dispossessed of a certain status in the social order. Accordingly, societies also expand and reproduce their power in several major ways: through territorial accumulation, political power, juridical order, and economic

    profit. What is similar between the theory of primitive accumulation and the kinetic theory of expansion by expulsion is that most major expan- sions of social kinetic power also require a prior or primitive violence of kinetic social expulsion. The border is the material technology and social regime that directly enacts this expulsion. The concept of primitive accu- mulation is merely one historical instance of a more general kinopolitical logic at work in the emergence and reproduction of previous societies.

    Marx even makes several general statements in Capital that justify this kind of interpretive extension. For Marx, the social motion of production in general strives to reproduce itself. He calls this “periodicity”: “Just as the heavenly bodies always repeat a certain movement, once they have been flung into it, so also does social production, once it has been flung into this movement of alternate expansion and contraction. Effects become causes in their turn, and the various vicissitudes of the whole process, which always reproduces its own conditions, take on the form of periodicity.”7 According to Marx, every society, not just capitalist ones, engages in some form of social production. Like the movements of the planets, society expands and contracts itself according to a certain logic, which strives to reproduce and expand the conditions that brought it about in the first place. Its effects in turn become causes in a feedback loop of social circulation. For Marx, social production is thus fundamentally a social motion of circulation or reproduction.

    In short, the material-kinetic conditions for the expansion of societies re- quires the use of borders (fences, walls, cells, checkpoints) to produce a system of marginalized territorial, political, legal, and economic migrants that can be more easily recirculated elsewhere as needed. Just as the vagabond migrant is dispossessed by enclosures and transformed into the economic proletariat, so each dominant social system has its own structure of expansion by expulsion and reproduction as well.

    Expansion by Expulsion

    Expulsion is therefore a social movement that drives out and entails a deprivation of social status.8 Social expulsion is not simply the deprivation of territorial status (i.e., removal from the land); it includes three other major types of social deprivation: political, juridical, and economic. This is not a spatial or temporal concept but a fundamentally kinetic concept insofar as we understand movement extensively and intensively, that is, quantitatively and qualitatively. Social expulsion is the qualitative transformation of deprivation in status, resulting in or as a result of extensive movement in spacetime.

    The social expulsion of migrants, for example, is not always free or forced. In certain cases, some migrants may decide to move, but they are not free to determine the social or qualitative conditions of their movement or the degree to which they may be expelled from certain social orders. Therefore, even in this case, expulsion is still a driving-out insofar as its conditions are not freely or individually chosen but socially instituted and compelled. Expulsion is a fundamentally social and collective process because it is the loss of a socially determined status, even if only temporarily and to a small degree.9

    Expansion, on the other hand, is the process of opening up that allows something to pass through. This opening-up also entails a simultaneous extension or spreading out. Expansion is thus an enlargement or exten- sion through a selective opening. Like the process of social expulsion, the process of social expansion is not strictly territorial or primarily spatial; it is also an intensive or qualitative growth in territorial, political, juridical, and economic kinopower. It is both an intensive and extensive increase in the conjunction of new social flows and a broadening of social circulation. Colonialism is a good example of an expansion which is clearly territorial as well as political, juridical, and economic.

    Kinopower is thus defined by a constitutive circulation, but this circulation functions according to a dual logic of reproduction. At one end, social circulation is a motion that drives flows outside its circulatory system: expulsion. This is accomplished by redirecting and driving out certain flows through exile, slavery, criminalization, or unemployment. At the other end of circulation there is an opening out and passing in of newly conjoined flows through a growth of territorial, political, juridical, and economic power. Expansion by expulsion is the social logic by which some members of society are dispossessed of their status as migrants so that social power can be expanded elsewhere. Power is not only a question of repression; it is a question of mobilization and kinetic reproduction.

    For circulation to open up to more flows and become more powerful than it was, it has historically relied on the disjunction or expulsion of mi- grant flows. In other words, the expansion of power has historically relied on a socially constitutive migrant population.

    Thesis 2: Mobility is a form of Social Reproduction

    People today continually move greater distances more frequently than ever before in human history. Even when people are not moving across a regional or international border, they tend to have more jobs, change jobs more often, commute longer and farther to their places of work,10 change their residences repeatedly, and tour internationally more often.11

    Some of these phenomena are directly related to recent events, such as the impoverishment of middle classes in certain rich countries after the financial crisis of 2008, neoliberal austerity cuts to social-welfare programs, and rising unemployment. The subprime-mortgage crisis, for example, led to the expul- sion of millions of people from their homes worldwide (9 million in the United States alone). Globally, foreign investors and governments have acquired 540 million acres since 2006, resulting in the eviction of millions of small farmers in poor countries, and mining practices have become increasingly destructive around the world—including hydraulic fracturing and tar sands.

    In 2006, the world crossed a monumental historical threshold, with more than half of the world’s population living in urban centers, compared with just fifteen percent a hundred years ago. This number is now expected to rise above seventy-five percent by 2050, with more than two billion more people moving to cities.12 The term “global urbanization,” as Saskia Sassen rightly observes, is only another way of politely describing large-scale human migration and displacement from rural areas, often caused by corporate land grabs.13 What this means is not only that more people are migrating to cities but now within cities and between suburban and urban areas for work. This general increase in human mobility and expulsion is now widely recognized as a defining feature of the twenty-first century so far.14

    Accordingly, this situation is having and will continue to have major social consequences for social relations in the twenty-first century. It there- fore demands the attention of critical theory. In particular, it should call our attention to the fact that this epic increase in human mobility and migration around the world is not just a minor or one-time “inconvenience” or “eco- nomic risk” that migrants make and then join the ranks of other “settled” urban workers. It is a continuous, ongoing, and nearly universal massive ex- traction of unpaid reproductive labor.

    Urban workers have become increasingly unsettled and mobile.The world average commuting time is now 40 minutes, one-way.15 This unpaid transport time is not a form of simply unproductive or unpaid labor. It is actually the material and kinetic conditions for the reproduction of the worker herself to arrive at work ready for labor. Not only this, but unpaid transport labor also continuously reproduces the spatial architecture of capitalist urban centers and suburban peripheries.16 The increasing neoliberal privatization of roadway construction and tollways is yet another way in which unpaid transport labor is not “unproductive” at all but rather continues to reproduce a massive new private transport market.This goes hand in hand with the neoliberal decline of affordable public transportation, especially in the US.

    Unfortunately, transport mobility has not traditionally been considered a form of social reproductive activity, but as global commute times and traffic increase, it is now becoming extremely obvious how important and constitu- tive this migratory labor actually is to the functioning of capital. If we define social reproduction as including all the conditions for the worker to arrive at work, then surely mobility is one of these necessary conditions. Perhaps one of the reasons it has not been recognized as such is because transport is an activity that looks least like an activity, since the worker is typically just sitting in a vehicle. Or perhaps the historical identification of vehicles and migration as sites of freedom (especially in America) has covered over the oppressive and increasingly obligatory unpaid labor time they often entail.

    The consequences of this new situation appeared at first as merely tempo- ral inconveniences for first-world commuters or what we might call BMWs (bourgeoise migrant workers).This burden initially fell and still falls dispropor- tionally on women who are called on to make up for the lost reproductive labor of their traveling spouses (even if they themselves also commute). Increasingly, however, as more women have begun to commute farther and more often this apparently or merely reproductive neoliberal transport labor has actually pro- duced a growing new market demand for a “surplus reproductive labor army” to take up these domestic and care labors. This brings us to our third thesis.

    Thesis: 3: Neoliberal Migration is a Regime of Social Reproduction

    The third thesis is that neoliberalism functions as a migration regime of social reproduction. This is the case insofar as neoliberalism expands itself in the form of a newly enlarged reproductive labor market, accomplished through the relative expulsion of the workers from their homes (and into

    vehicles) and the absolute expulsion of a migrant labor force from the global south to fill this new market.

    Migration therefore has and continues to function as a constitutive form of social reproduction (thesis one). This is a crucial thesis because it stresses the active role migrants play in the production and reproduction of society, but it is not a new phenomenon. Marx was of course one of the first to identify this process with respect to the capitalist mode of production. The proletariat is always already a migrant proletariat. At any moment an employed worker could be unemployed and forced to relocate according to the demands of capitalist valorization. In fact, the worker’s mobility is the condition of modern industry’s whole form of motion. Without the migration of a surplus population to new markets, from the rural to the city, from city to city, from country to country (what Marx calls the “floating population”) capitalist accumulation would not be possible at all. “Modern industry’s whole form of motion,” Marx claims, “therefore depends on the constant transformation of a part of the working population into unemployed or semi-employed ‘hands.’”17 As capitalist markets expand, contract, and multiply “by fits and starts,” Marx says, capital requires the possibility of suddenly adding and subtracting “great masses of men into decisive areas without doing any damage to the scale of production. The surplus population supplies these masses.”18

    What is historically new about the neoliberal migration regime is not merely that it simply expels a portion of the population in order to put it into waged labor elsewhere. What is new is that late-capitalist neoliberalism has now expelled one portion of the workers from a portion of their ownun-waged reproductive activity in order open up a new market for the waged activity of an as yet unexploited productive population of migrants from the global South. In other words reproductive labor itself has become a site of capitalist expansion. Wherever objects and activities have not yet been commodified, there we will find the next frontier of capitalist valorization.

    The consequence of this is a dramatic double expulsion. On the one hand, the bourgeois migrant worker is expelled from her home in the form of unpaid reproductive transport labor so that on the other hand the proletarian migrant worker can be expelled from her home as an international migrant and then expelled from her home again as a commuting worker to do someone else’s reproductive activity. The burden of social reproduction then falls disproportionately on the last link in the chain: the unpaid reproductive labor that sustains the domestic and social life of the migrant family. This is what must be ultimately expelled to expand the market of social reproduction at another level. This expulsion falls disproportionally on migrant women from the global south who must somehow reproduce their family’s social conditions, commute, and then reproduce someone else’s family’s conditions well.19

    Neoliberalism thus works on both fronts at the same time. On one side it increasingly withdraws and/or privatizes state social services that aid in social reproductive activities (child care, health care, public transit, and so on) while at the same increasing transport and commute times making a portion of those activities increasingly difficult for workers. On the other side it introduces the same structural adjustment policies (curtailed state and increased privatization) into the global South with the effect of mass economic migration to Northern countries where migrants can become waged producers in what was previously an “unproductive” (with respect to capital) sector of human activity: social reproduction itself.

    Conclusion

    This is the sense in which migrants play a constitutive role in the kinopolitics of social reproduction and neoliberal expansion. In other words, neoliberal migration has made possible a new level of commodification of social reproduction itself. Waged domestic labor is not new, of course, but what is new is the newly expanded nature of this sector of labor and its entanglement with a global regime of neoliberal expulsion and forced migration.

    One of the features that defines the uniquely neoliberal form of social reproduction today is the degree to which capitalism has relied directly on economically liberal trade policies and politically liberal international governments in order to redistribute record-breaking numbers of “surplus migrant reproductive labor” into Western countries. Global migration is therefore not the side-effect of neoliberal globalization; it is the main effect. Neoliberalism should thus be understood as a migration regime for expanding Western power through the expulsion and accumulation of migrant reproductive labor.

    https://philosophyofmovementblog.com/2019/02/28/three-theses-on-neoliberal-migration-and-social-reproducti

    #migrations #exploitation #néolibéralisme #mobilité #travail #main_d'oeuvre #reproduction_sociale #philosophie

    Mise en exergue d’une citation (fin de l’article) :

    Global migration is therefore not the side-effect of neoliberal globalization; it is the main effect. Neoliberalism should thus be understood as a migration regime for expanding Western power through the expulsion and accumulation of migrant reproductive labor.

    Article publié ici :


    https://polygraphjournal.com/issue-27-neoliberalism-and-social-reproduction


  • L’#habitus pour les nuls : plonger dans un lycée élitiste pour comprendre (enfin) de quoi parlait Bourdieu

    Si la notion d’habitus vous a souvent intimidé ou collé la migraine quand on cite Bourdieu ou même Durkheim, découvrez le #documentaire de #Julie_Gavras au #lycée parisien Victor Duruy, qui donne à voir des réussites scolaires ou des façons de parler comme des héritages limpides.


    https://www.franceculture.fr/sociologie/lhabitus-pour-les-nuls
    #élite #France #éducation #enseignement #lycée_Victor_Duruy #Paris #film

    • Les bonnes conditions

      Pendant près de quinze ans, la réalisatrice Julie Gavras a suivi huit adolescents des quartiers chics. Un portrait par l’intime des futures élites, à rebrousse-poil des #stéréotypes.

      Ils sont enfants de bijoutiers, de publicitaires ou de directeurs financiers. Nés avec une cuillère en argent dans la bouche, ils en ont aussi les #problèmes spécifiques : pression de la réussite, exemple intimidant de leurs parents, activités extrascolaires chronophages… Quelle est la part de #déterminisme_social dans leurs pensées, leurs #aspirations, leur quotidien ? Que leur a-t-on transmis, que veulent-ils perpétuer ? Pendant près de quinze ans, Julie Gavras a suivi d’anciens élèves du lycée Victor-Duruy dans le très chic 7e arrondissement de Paris, accompagnée d’Emmanuelle Tricoire, leur professeure d’histoire-géographie. De leurs 16 ans jusqu’à la veille de leurs 30 ans, la réalisatrice les a retrouvés chaque année, de 2003 à 2016, pour consigner leurs confidences, donnant à voir – de l’intérieur – une facette de la reproduction des élites.

      Premières fois
      D’une durée exceptionnelle, le tournage a favorisé le rapport de confiance et le libre cours de la parole, permettant de filmer au plus près ces « primo-arrivants » dans la vie active. D’où la variété des portraits, bienveillants sans être complaisants, intimes sans voyeurisme. À travers eux, le documentaire donne à voir cette décennie déterminante de la vie, période universelle des « premières fois » : amours, voyages, appartements, travail... Chaque fragment de vie s’insère dans un puzzle, dessinant peu à peu les contours d’une classe sociale aisée, rarement représentée à l’écran de façon juste. Tout autant miroir d’une époque, avec ses tendances et son contexte particulier, ce travail de longue haleine s’attaque aux stéréotypes et se regarde comme une saga miniature, ménageant un certain suspense : seront-ils fidèles à leur « bonne condition » ?

      https://www.arte.tv/fr/videos/066346-000-A/les-bonnes-conditions
      #classes_sociales #reproduction_sociale #adolescence #héritage #bourgeoisie



  • portrait de l’artiste en travailleur | TANX
    http://tanx.free-h.fr/bloug/archives/9983

    Sur son petit piédestal, l’artiste, le créateur, le scientifique, le professeur, le journaliste, clame à la face du monde qu’il est exceptionnel et mérite un traitement de faveur et pleure que sa situation est insoutenable, le sel de la terre est triste comme un caillou et il trépigne d’être traité comme les autres et le dit sans même rougir.

    C’est un piège, et le piège est monté d’un part par nos exploiteurs et d’autre part par nous-mêmes : à aucun moment on ne décide de laisser tomber cette singularité en toc pour enfin constater qu’avant d’être intellectuel ou créatif, on est un prolétaire (quand on en est un, évidemment, mais là on entendra pas l’artiste bourgeois se plaindre de ses conditions de travail, pardi, he). Si ces métiers-là ont essuyé les plâtres des statuts ultra-précaires rêvés du patronat, nous n’avons jamais envisagé que ça puisse être une incroyable occasion à une solidarité de classe. Plutôt qu’alerter les autres travailleurs sur le recul des droits sociaux – ce qu’on vit déjà, n’ayant aucune couverture sociale en dehors de la santé – pour soutenir les luttes, et y participer pleinement, on n’a eu de cesse de rappeler notre singularité.

    En oubliant au passage que le capitalisme est un empêchement à nos ambitions intellectuelles et artistiques. La perte de sens dans beaucoup de domaines, tout aussi singuliers et autrement indispensables (chez les soignants par exemple, ou à l’inspection du travail), mène des cohortes de travailleurs à la dépression, à l’alcool, aux drogues légales ou non, et au suicide.
    Exactement comme les travailleurs de domaines moins prestigieux. L’ouvrier sur une chaine de montage ne mérite pas plus cette vie de merde que nous, nous ne méritons aucun traitement de faveur, nous devons rejeter l’exploitation pour ce qu’elle est, et non pas uniquement quand elle nous touche, nous.

    Ce qui relie l’ouvrier, le soignant et l’artiste prolétaire c’est le statut social, et ça n’est pas dire que tous les boulots sont les mêmes, mais que nous sommes tenus par la même obligation de remplir le frigo, de payer un loyer ou des crédits. Les métiers intellectuels et créatifs sont prestigieux, et nous le savons puisque notre activité est la première chose que nous mettons en avant. Pourquoi choisir cet angle d’attaque quand on parle de conditions de travail, si ça n’est pour appuyer l’idée qu’on est au dessus de la plèbe ? Se situer au dessus de la masse est à la fois une absurdité et dans un sens une réalité, sauf que cette réalité nous la renforçons au lieu de la combattre et de chercher à la détruire. Parce que l’idée que l’accès aux arts est une question de bon vouloir uniquement est une idée largement répandue y compris chez nous, créateurs. Cette idée est merdique. Relire Bourdieu que j’ai pas lu d’ailleurs. Non : relire Lucien Bourgeois.

    • Tout à fait d’accord avec toi @aude_v
      C’est pour ca que je ne peu pas me revendiqué prolétaire comme Tanx et que je préfère dire travailleuse pauvre puisque je bénéficie de nombreux privilèges de ma classe même si mes revenus sont très faibles.

    • D’un point de vue personnel, je me sens à l’autre bout du spectre social : je suis née prolo, j’ai grandi prolo et j’ai accédé à l’éducation et la « création » comme prolo.

      Du coup, en lisant le texte de Tanx, je me sens une fois de plus marginalisée et illégitime. Parce que c’est bien ça qui caractérise le prolo qui sort de son parcours de prolo : son #illégitimité (qui se traduit aussi, parfois, par un gros complexe de la #fumiste, aussi appelé syndrome de l’#impostrice — même si je poste beaucoup).

      Le prolo est héréditaire, son statut de classe est d’ailleurs son seul héritage, bien collant( y a pas un truc qui s’appelle le sticky floor ?). Et l’incapacité à rester à sa place est sanctionnée non seulement par les bourgeois (la figure du #parvenu) que par les autres prolos (celle de l’ingrat qui pète plus haut que son cul).

      D’un autre côté, ce texte me fait mieux comprendre mon perpétuel pas de côté, mon non-casisme.

      Effectivement, bien qu’adhérant à un syndicat de caste (donc d’artistes), je me rend compte que ma vision est souvent assez contraire à celle des autres. Je ne veux pas de statut particulier, mais bien le fait de retrouver un statut général : sécu générale, impôts comme les autres et protection sociale convergente avec le modèle salarial itou.

      Je me rend bien compte que dans ma #corporation, il n’y a précisément aucune homogénéité de #caste, entre ceux qui se plaignent de ne pas pouvoir sortir assez de revenus du (im)pot commun, les dilettantes et ceux qui créent à « l’abri » du RSA.
      Pas les mêmes besoins, pas les mêmes attentes, mais effectivement, un profond désir de distinction, de n’être pas mélangés avec la plèbe, parce qu’on n’est pas à l’usine quand même !

      Comme sur les bancs de la fac, où les vrais prolos étaient plus rares que les poils sur le cul d’un hipster, ou même ensuite, dans le monde du travail, tu te rends compte que prolo est un état permanent et acquis comme une grosse tâche de naissance sur la gueule : pas le réseau, pas les moyens, pas la love money qui file le petit coup de pouce indispensable de ceux qui se sont fait tout seuls !
      Ce que ça peut me faire rire, le mythe des 3 gus dans un garage.
      Ils avaient déjà un garage, les cons !

      Du coup, je rejoins plutôt @mad_meg sur les privilèges de classe qui prédominent sur les revenus et le capital financier.

      En fait, pour conclure prématurément, avec le texte de Tanx, je me sens juste niée une fois de plus…#anomalie #reproduction_sociale

    • Je sais très bien faire la distinction entre la figure rhétorique du prolétaire — celui qui n’a que le revenu de SON travail — et le prolo, cette construction sociale du travailleur populaire qui n’est pas arrivé à entrer dans la vaste fumisterie qu’est la classe moyenne où l’on se donne les moyens de croire qu’on échappe à sa condition en mimant le mode de vie des bourgeois.

      De manière intellectuelle, on pourrait parler du lumpenprolétariat, mais concrètement, c’est le prolo, même si dans le prolo, il y en a une bonne mesure qui a cru à la France des proprios et qui s’est endettée à la toque pour pour son Sam Suffit tout poucave qui, sans qu’il le sache, ne vaut déjà même plus le prix de ses matériaux bruts.
      Ceci le renvoyant une fois de plus à son statut de prolo…

    • Rgngngngn. J’ai le sentiment que le truc est mal posé. J’ai tendance à penser que l’art n’est pas un secteur d’activité, qu’être artiste, c’est pas un métier. Je crois d’ailleurs que ce n’est pas à soi de décider si on est artiste ou pas. Si l’art est à part, c’est pas au-dessus de ceci ou en-dessous de cela, c’est une qualité transversale qui peut être contenue dans n’importe quel geste, parole ou production de la part de n’importe qui sans distinction social, racial, sexuel, historique ou géographique.
      Après il y a des métiers : peintre, graphiste, photographe, sculpteurice, architecte, auteurice...
      Après les conditions d’exercice : indépendant·e (ou freelance comme on dit) ou ouvrier·e pour le compte d’un·e autre professionnel·le (cabinet, agence), d’une industrie, d’une institution, d’un pouvoir politique (ne pas oublier que les « artistes » ont souvent servis et servent encore la cause du pouvoir). Il y a des ouvrier·es dessinateurices comme il y a des ouvrier·es agricoles ou ébénistes. On peut exercer avec un certain talent ou pas. Enfin, je dis ça mais je ne sais pas, je réfléchis tout haut. Qu’est-ce que l’art, vaste question n’est-ce pas ?
      Perso j’ai jamais été à l’aise avec le mot « artiste » et j’ai longtemps résisté à me l’attribuer malgré le fait que c’est ainsi que les gens me voient que je le veuille ou non. Il faut croire que j’ai la tête de l’emploi. Par paresse j’ai finalement adopté ce terme parce que comme ça que l’Insee m’enregistre dans son catalogue et c’est obligatoire de figurer dans un catalogue. Et aussi parce que pour moi « artiste » ça ne veut pas dire grand chose, cette espèce de flou (artistique) m’arrangeait bien mais je me rend compte qu’il va falloir que je trouve autre chose :)
      Enfin, sur le niveau de vie, je sais pas si ça m’intéresse de savoir dans quelle autre case je dois me situer, prolo, travailleuse pauvre, classe moyenne plutôt basse, ça m’est complètement égal. Tout ce que je sais c’est qu’on mal barré.

    • Attention, Tanx, de ce que je comprends, parle spécifiquement de travail prolétaire, elle ne parle pas ici de statut dû à tel capital culturel (ou à son manque).

      Elle utilise bien le terme dans son sens de base, celleux qui n’ont que leur force de travail. Et dit justement que même si on pense qu’on est supérieur (parce qu’on aurait tel capital cultu, ou tel prestige dû à une activité plus reconnue), bah non, on est tous dans une certaine même merde.

      Et que donc il y a matière à se reconnaitre comme faisant partie d’une même classe, à partir de ça (classe pour soi). Mais sans oublier que le préambule, elle l’introduit rapidement, est la mort de l’artiste, en tant qu’artiste séparé (donc l’acceptation de ne pas avoir de prestige particulier).

      http://lafeteestfinie.free.fr/a_mort.htm

    • Bien d’accord avec toi @odilon, « artiste » c’est une étiquette fourre-tout (comme « intermitent du spectacle »).
      Me revient à l’esprit cette phrase de Gérard Lauzier (en substance) « l’art est pour les jeunes bourgeois ce que le sport est pour les classes populaires, l’espoir d’arriver rapidement »
      Le parallèle est juste en ce sens que dans ces deux catégories quelques elu·es sont élevé·es au rang d’idoles inatteignables, ce statut (et les revenus astronomiques qui vont avec) participant pleinement au maintien du status-quo de la domination.

    • @rastapopoulos « Elle utilise bien le terme dans son sens de base, celleux qui n’ont que leur force de travail. »
      Du coup je ne suis vraiment pas prolétaire puisque je n’ai pas que ma force de travail pour moi, je suis propriétaire de mes outils de production (c’est à dire papier, encre et plume) et j’ai eu une stagiaire la semaine dernière ce qui fait de moi une patronne. A mon avis le mot prolétaire est trop précis et c’est pas étonnant que peu d’artistes (même chez les très pauvres) ne se reconnaissant pas dans cette catégorie.

      Par rapport au mot artiste, c’est peut être mon coté bourgeois mais je ne me sent pas du tout être une artisane, même si j’ai une maîtrise technique du dessin ce que je fait n’est pas de l’artisanat. Et je ne dit pas ca en méprisant les artisans mais l’art c’est pas la même chose. J’ai un diplôme d’artisanat et l’artisanat ca m’avais juste rendu dépressive car la liberté de création est proche de zéro et le peu de créativité on y a accès de toute façon après des années de brimades hiérarchique et de tâches fastidieuses et répétitives. Dans l’artisanat si on a la chance de faire de la création c’est en général près de la retraite et à destination de très grands bourgeois qui ont les moyens de se payé non seulement un objet fait à la main, mais en plus sur mesure pour leur satisfaction de riche d’exception.

      Si il n’y a plus de statu d’artiste je ne voie pas comment je pourrais continuer mes grands dessins ni de quel droit je les montrerait et dans quel cadre ou dans quelles conditions.
      C’est d’ailleurs ce que pense paul emploi et la caf qui me presse de me chercher un « vrai travail » dans le nettoiement.

    • Bé oui, ça me parait « naturel » que dans le cadre capitaliste et bourgeois actuel, en restant dans cette manière de vivre, bah t’es obligée « d’être artiste », d’avoir ce statut, pour faire ce genre de choses. Ça n’est pas trop le sujet de départ, il me semble, vu que Tanx se place dans un cadre où elle critique ce mode de vie, et où elle ne cherche pas le status quo mais à changer les choses. La mort de l’artiste (selon la brochure qu’elle met en lien), ce n’est pas la mort de l’art ou de l’œuvre, c’est la mort de l’artiste en tant que séparation, d’après ce que je comprenais (je ne l’ai pas encore lu en entier, je le dis).

      Et non tu n’es pas vraiment propriétaire de moyen de production, il me semble, puisque pour produire, tu dois toi travailler, passer des heures de travail (en créant de la valeur donc). Tu ne payes pas des gens pour ça qui le font, et tu n’as pas de machine qui le fait tout seul.

      C’est vraiment dommage que Tanx ne soit plus là pour participer. :)

    • Merci @rastapopoulos j’ai peu de culture politique sur les questions marxistes d’où mes incompréhension et maladresses sur le sujets. Il faut que je me mette à ces lectures.

      Les artistes ne sont pas une categorie homogène d’un point de vue des classes. Il y a des artistes prolétaires et des artistes milliardaires. la plus part des gens sacralisent les artistes quant ils ont les revenus de Koons ou alors quant ils sont morts. A part ca l’artiste qui ne vie pas de son art est l’objet d’un parfait mepris y compris de la part de personnes prolétaires.

      Au XIX ème il y avait des artistes solidaires des prolétaires. Le plus célèbre etait Courbet. Je pense que la plus part des artistes du XIXÈME ont été oubliés et de préférence celleux qui etaient solidaires des prolétaires et qui se sont engagés.

      L’art des classes dominantes (masculine, blanche, hétéro, religieuse puis issue de la noblesse et ensuite de la bourgeoise) ne laisse pas de place aux artistes des autres classes, sexes et races. C’est même à mon avis la fonction principale de l’art de figer et hiérarchise ses catégories et donner ses « lettres de noblesse » a la classe dominante de son époque. C’est pour ça entre autre que les femmes n’y sont toujours pas les bienvenus, y compris avec les artistes engagés auprès des prolétaires.

      Tous les artistes ne sont pas « séparés », seuls ceux de la classe dominante (et donc deja séparés) le sont. Les artistes prolétaires ne sont pas séparés des prolétaires, mais leur art est souvent dévalorisé comme etait de l’art populaire, de l’art brut, de l’art amateur, de l’art feminin... Pour ces artistes la pas besoin de séparé l’œuvre de l’artiste, ce privilège est réservé aux artistes des classes dominantes.

      Un artiste « séparé » c’est un artiste de la classe dominante dont la production artistique sert a l’édification de cette classe.

      Pour le côté sacralisé de l’artiste, à mes yeux c’est en lien avec le culte des #grand_homme qui veux que l’histoire sacralise les gros trouduc. Les peteux qui se prennent pour le mâle alpha et se comportent comme tel sont toujours très appréciés et ont un boulevard devant eux. Il n’y a qu’à voire comme les médias bossent dur sur la postérité de Polansky.

      Vouloir que les artistes soient solidaires des classes proletaires me semble impossible, seul les artistes proletaires peuvent l’être et il me semble qu’illes le font deja.

    • Le peintre-graveur libertaire, Germain Delatousche (1898-1966), connut une période de purgatoire après sa mort, mais grâce à quelques ventes publiques et leurs répercussions sur Internet, il réapparut peu à peu dans l’espace public, donnant l’image d’un peintre du Vieux-Paris, d’un peintre également de la misère. Pauvre et handicapé, il occupait un atelier à la Butte-aux-Cailles et organisa, des années durant, avec l’aide de l’association qu’il avait fondée, « Les Compagnons », des expositions de groupes accueillies d’abord par des auberges, des cafés, puis par des galeries. Il a côtoyé les #écrivains_prolétariens et les milieux anarchistes aux journaux desquels il a fourni maintes illustrations, tandis que plus de cinquante livres furent ornés de ses #bois_gravés. Notre recueil présente environ 200 d’entre eux, reproduits à leur format original. Germain Delatousche fut principalement soutenu par un mécène amateur d’art, de musique et de poésie, Jean-Daniel Maublanc, par ailleurs industriel, éditeur et critique, qui lui a consacré en 1941 une belle monographie dont nous reprenons de larges extraits accompagnés de textes de ses amis Lucien Bourgeois, René Virard, Georges Turpin, Henry Poulaille, Treno – du Canard Enchaîné.

      http://www.pleinchant.fr/titres/TypeType/Delatousche.html

      Tanxxx est dans la suite de Frans Masereel, Lynd Ward, Myron Waldman, William Gropper, Milt Gross ...
      #linogravure
      Où est la ligne de séparation entre l’ouvrier et l’artiste dans une oeuvre de Robert Tatin, où du facteur cheval ?
      #Art_Brut

    • Ce que dit wiki sur l’artiste

      Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l’originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. Ses œuvres sont source d’émotions, de sentiments, de réflexion, de spiritualité ou de transcendances.

      Le Dictionnaire historique de la langue française publié sous la direction d’Alain Rey donne d’autres origines de ce mot au Moyen Âge, mais avec des significations différentes, qui pour certaines ne sont plus d’usage, comme « étudiant des arts libéraux à l’université ». Il a aussi été utilisé à la place d’artisan ou pour indiquer qu’un objet a été « fait avec habileté et méthode, avec art ».

      ...

      Un étudiant ou un enseignant de la faculté des arts était appelé un artiste4. Il terminait ses études en obtenant la maîtrise ès arts.

      Les sept arts libéraux sont représentés par sept femmes décrites par Martianus Capella.

      En parallèle se développe le système des neuf Muses venues de la tradition homérique qui en fait les filles de Zeus et que Platon décrit comme les médiatrices entre le dieu et le poète ou tout créateur intellectuel. Cependant il n’y a aucune Muse pour les arts manuels comme la peinture, la sculpture ou l’architecture.

      Cet enseignement ne fait aucune place aux activités manuelles qui étaient souvent pratiquées dans l’Antiquité par des esclaves. L’esclavage et le servage disparaissant au cours du Moyen Âge, des hommes vont développer leurs techniques ou artifex5 dans les arts manuels ou mécaniques. Le développement de la société urbaine à partir du XIIe siècle va transformer leur travail qui d’abord itinérant va pouvoir s’exercer dans une ville où ils peuvent se regrouper en corporations, appelées Arti en Italie. Ce sont des artisans.

      Le peintre, le sculpteur, l’orfèvre exercent une activité manuelle. Ils ne vont que progressivement se détacher de la condition inférieure due ces activités. Ils sont alors pour la plupart anonymes. Pour les clercs, c’est parce qu’ils créent de la beauté à partir de la matière brute qu’ils reproduisent l’acte divin de la Création de Dieu, que saint Thomas d’Aquin décrit comme un artifex mundi. Cependant, pour saint Thomas d’Aquin, l’exécutant d’une œuvre doit la réaliser conformément aux règles définies par son commanditaire ecclésiastique.

      Au XIIe siècle, le moine Théophile écrit une somme des arts mécaniques du Moyen Âge : Schedula de diversis artibus. Pour lui la beauté de la création et la belle âme du créateur sont indissociables.

      Progressivement, les chroniqueurs vont montrer les qualités morales des créateurs des œuvres. Pour Hugues de Saint-Victor les arts mécaniques sont trop souvent méprisés et doivent acquérir un statut de science. Il les groupe en sept sciences mécaniques en reprenant la division des arts libéraux. Dans le second ensemble qu’il appelle l’ armatura, il a placé l’architecture, la peinture, la sculpture et les arts mineurs. Dans son De divisione philosophiae, Dominique Gundissalvi soutient l’égalité des arts libéraux et des arts mécaniques. Dans le Defensor pacis, Marsile de Padoue distingue les arts mécaniques servant aux nécessités matérielles de ceux qui sont de l’ordre du plaisir et de l’agrément : la peinture, la sculpture et l’architecture. Il considère que ces derniers ont un statut intermédiaire entre les arts manuels et les arts libéraux6.

      ...

      Les caractères utilisés à propos des artistes sont particulièrement variables dans l’histoire et n’ont pas de définitions universelles (de même que pour l’art, un « faux concept8 » anhistorique). Ils ont comme origine une expérience, une appréciation personnelle, un regard9 et sont la conséquence d’un intérêt collectif propre à une culture10. De plus, la notion d’artiste – ou son absence – et l’imaginaire qui l’accompagne, est liée à l’idée de sujet et d’altérité chez un groupe humain, à une époque déterminée.

      Certains usages traditionnels distinguent l’artiste de l’artisan11 en se fondant sur la condition d’auteur, ou d’interprète, du premier12. Soit un producteur de créations de l’esprit13 en opposition aux travailleurs manuels, aux exécutants14 anonymes, à ce qui est utile ou fonctionnel.

      J’appelle artiste celui qui crée des formes... et artisan celui qui les reproduit, quel que soit l’agrément ou l’imposture de son artisanat. Malraux, Les Voix du silence,1951, p. 308.

      Depuis le XVIIIe siècle, ces activités concernent principalement les accomplissements de l’humanité différents des sciences et du droit15, qui ne prétendent ni « dire le vrai », ni établir des règles. Cependant, pour l’anthropologue Lévi-Strauss16, la démarche de l’artiste relève à la fois de celle du bricoleur17 et du scientifique. (j’aime bien cette définition)

      Statut

      Dans l’Antiquité gréco-romaine ceux que l’on nomme aujourd’hui artistes « ont cherché à s’élever au-dessus de cette condition commune [...] en écrivant des traités sur leur art » (Agnès Rouveret18). Aristote, évoquant « ceux qui furent exceptionnels19 », les caractérisait par leur mélancolie20. Plus tard, du XIIIe siècle au XVe siècle européen, le statut social de l’artiste se résume essentiellement à celui de simples artisans ou domestiques de cour21.

      Mais, au cours de la Renaissance italienne, l’image des artistes est façonnée par des personnalités telles que Léonard de Vinci, Raphaël et Michel-Ange, dont l’influence sur leurs contemporains dépasse ce qui a précédé, ainsi que par l’apport de théoriciens comme Castiglione, Dante, Cennini, Ghiberti et Alberti22 inscrivant le « pouvoir créateur de l’esprit humain23 » au cœur de la culture humaniste.
      Points de repères notables

      En 157124, un fait marquant est le décret pris par Côme de Médicis exemptant les peintres et sculpteurs florentins d’appartenir à une corporation. Cela est, huit ans après la fondation de l’Accademia del Disegno par Giorgio Vasari25, un des prémices de la fin du système médiéval des guildes d’artistes et de leurs accès au rang d’hommes de science26.

      De même, trois personnages sont significatifs de la transformation du statut des artistes en occident, entre le Moyen Âge et la période contemporaine : Albrecht Dürer affirmant la « valeur ajoutée » qu’il apporte à l’œuvre, au-delà de la qualité des matériaux ; Nicolas Poussin, avec sa célébrité inédite, obligé de fuir ses commanditaires ; et Pierre Paul Rubens pour l’importance prise par la vie sociale et intellectuelle, autour de l’artiste, désormais concurrente de l’œuvre elle-même27.

      Avec Vincent van Gogh, la représentation que l’on se fait de l’artiste se combine avec l’ancien mythe du poète maudit28, très vivant depuis le XIXe siècle, vers une figure de l’artiste en martyr, en marginal. Cela alors que dès les années 1920, Marcel Duchamp29, tirant les conséquences de la mort d’une certaine conception de l’art30, voire du discrédit des artistes concernés, envisage que « chacun serait un artiste, mais méconnu en tant qu’artiste31 ».
      Sociétés modernes

      La sociologue Nathalie Heinich32 propose plusieurs angles pour comprendre la place des artistes dans les sociétés modernes : « conditions de travail, statut juridique, encadrement institutionnel, position hiérarchique, catégorie d’appartenance, fortune, mode de vie, accès à la notoriété, critères d’excellence, représentation qu’eux-mêmes, et les autres, se font de leur position – et jusqu’à leur caractère ou leur aspect physique... »

      La France, par le code général des impôts33 et les organismes de sécurité sociale (La Maison des artistes et AGESSA), définit administrativement une ébauche de statut professionnel social et fiscal de l’artiste actuel. En date de 2012, en France, l’artiste est un indépendant34 soumis à un régime social et fiscal original.

      Dans mon entourage perso la plupart des artistes plasticiens que je connais sont des enseignants et ils formaient une espèce de caste. Je dis formaient parce que l’un d’eux (L.) a disparu, puis l’une d’elle (S.) ce qui fait que maintenant le groupe a éclaté (et il a encore plus éclaté quand j’ai révélé mon agression par un « pote » musicien puisqu’on m’a reproché d’avoir parlé). Je me souviens que L. aimaient organiser des expo dans des lieux inhabituels. J’avais participé à la première à l’époque où je bidouillais la photo. Par la suite, il m’a exclu en organisant des expos entre anciens des beaux-arts (je viens des arts graphiques) au grand étonnement des autres mais j’ai pas cherché à m’imposer je ne sais pas si c’était pas une petite vengeance parce que j’avais mis fin à notre relation. Bref.
      Politiquement c’est un groupe situé à gauche qui participait plus ou moins aux manifestations ouvrières. Ici les artistes les plus actifs dans les manifs sont des théâtreux et les absents sont les musiciens.

      Par ailleurs, je constate que les quelques artistes plasticiens que je connais qui vivent de leur art sont des personnes qui ont trouvé deux trois pistes de travail qu’ils déclinent à l’infini. Parfois ça reste créatif, mais parfois c’est un peu ronron.

    • J’ ai emprunté à la médiathèque un #roman_graphique de Giacomo Patri - Col blanc (White collar) publié une première fois en 1940. Né du krack boursier de 1929 et de la crise économique qui l’avait suivi.

      « Le roman en images, une forme inspirée à l’origine par les films muets, est un défi pour l’illustrateur. Comme les images sont en général susceptibles d’une interprétation plus large que la prose, chaque dessin de la séquence doit fonctionner non seulement comme une composition close sur elle-même, mais aussi comme une sorte d’écriture hiéroglyphique. La page fonctionne comme un rideau que l’on lève, réservant chaque fois de nouvelles surprises visuelles. Pendant la Grande Dépression, le genre s’est épanoui avec des illustrateurs tels que Lynd Ward, Otto Nïckel et Giacomo Patri, tous auteurs de magnifiques romans en images. » Art Spiegelman.

      La préface de l’auteur à l’édition de 1975 est également très éclairante - les notes de l’éditeur sur l’édition française, aussi. Dans cette préface #Giacomo_Patri dit qu’après une large distribution de son livre à une convention de la CIO ( Congres of Industrial Organisation, le plus important syndicat américains ) "... pour la première fois, je me confrontais à la réalité. La vie est un travail et la réussir est une lutte."

      Ce « roman en images » raconte la vie quotidienne, les espoirs brisés d’une famille de la classe moyenne américaine durant la Grande Dépression. Dans un style inpsiré de l’expressionnisme allemand et du cinéma muet, Giacomo Patri a réalisé une bande dessinée sans parole qui frappe par sa force, sa beauté épurée et sa radicale modernité. Col blanc est un véritable chef-d’oeuvre oublié, un des premiers « romans graphiques » américains, où Patri réussit en images ce que Steinbeck a fait avec des mots : un puissant documentaire social, sombre et saisissant, qui est aussi un hymne à la solidarité de tous les exploités.

      des #cols_blancs comme des #cols_bleus.

      Giacomo Patri (1898-1978), illustrateur et activiste, fils d’un barbier-coiffeur italien émigré aux Etats-Unis, fonda notamment le premier syndicat des artistes de Californie.

      http://www.editions-zones.fr/spip.php?article17

    • Drame du quotidien dans le #monde_du_travail : depuis 11 ans, chaque matin, une autrice est agressée au vu et au su de tous. Contre son gré, elle reçoit en pleine face la cruelle réalité de sa vie de #travailleuse_indépendante. Jusqu’alors, la résistante réussissait le tour de force de dignement se relever et sourire de toutes ses dents à ses cyniques tortionnaires. En 2016, elle a décidé de rendre coup pour coup avec la série en deux volumes Des croûtes aux coins des yeux. Dans ce second opus, la rigolarde piétine purement et simplement le syndrome de Stockholm en chantant à tue-tête des hymnes punks et met à nu tous ces personnages en les affublant de têtes de mort (plus nu, tu peux pas). Ça cause beaucoup de style, de dessin, de bande dessinée et d’introspection, de changement de direction dans le #travail_artistique (avec le passage à la linogravure), mais aussi d’actualité et de politique : les années 2013 à 2016 auront donné matière à s’énerver. Des croûtes aux coins des yeux finira en beauté - et en ultime pied de nez avec le refus de l’autrice d’être faite « chevalier des Arts et Lettres » par le #ministère_de_la_Cuculture.
      En creux, surtout, on y lira la cartographie mentale, sociale, d’une autrice farouchement soucieuse de son indépendance et de son intégrité artistique se débattant face au monde contemporain et ses reculades sociales, sa gestion purement comptable des citoyens, de l’Art et des idées. Des croûtes aux coins des yeux est un laboratoire in vivo, bouillonnant d’idées et de spontanéité, salvateur et fort en gueule.

      http://6pieds-sous-terre.com/collection-monotreme-mini/tanx-des-cro%C3%BBtes-aux-coins-des-yeux/-u2215




  • La grande entreprise historique du mâle
    http://revueperiode.net/la-grande-entreprise-historique-du-male-ou-de-lhistoricite-des-mythes

    Partant d’une critique matérialiste du structuralisme de Lévi-Strauss, l’anthropologue Claude Meillassoux proposait en 1979 une interprétation du #mythe en tant qu’expression des rapports sociaux, comme un récit dont on ne saurait saisir le sens sans en restituer la fondamentale historicité. Centrant son analyse sur la genèse historique de la domination masculine, il montre le rôle central que revêt la #reproduction_sociale, en lien étroit avec la transformation des rapports de production, dans la fabrique des mythes. Il révèle par là même le concours apporté par les productions mythiques à « la grande entreprise historique du mâle » : l’assujettissement des femmes à son ordre et à ses (...)

    #Uncategorized #anthropologie


  • La « massification » du bac n’est pas ce que l’on croit !... (Blog Claude Lelièvre)
    https://blogs.mediapart.fr/claude-lelievre/blog/130616/la-massification-du-bac-nest-pas-ce-que-lon-croit

    En 2015, 55% de la classe d’âge a obtenu un baccalauréat général ou technologique. Autant mais pas plus qu’en 1995, vingt ans plus tôt ! En revanche 22,2% de la tranche d’âge a obtenu un baccalauréat professionnel en 2015 contre 7,4% en 1995 ; soit un triplement en vingt ans. Il est donc difficile de parler tout uniment de la massification « du » bac.
    […]
    Or les appartenances sociales des lauréats aux différents types de baccalauréats diffèrent très sensiblement. Par exemple, on trouve 36% de lauréats d’origine sociale ’’cadres ou professions intellectuelles supérieures’’ parmi les admis aux baccalauréats généraux en 2015 (contre seulement 11% d’enfants d’ouvriers) ; alors que c’est exactement l’inverse pour les lauréats de baccalauréats professionnels : 10% seulement d’entre eux ont pour origine sociale ’’cadres ou professions intellectuelles supérieures’’ (contre 34% d’enfants d’ouvriers).
    […]
    Cependant, […] il y a eu une évolution très sensible, qui va s’accélérant : les lauréats des baccalauréats professionnels (contrairement à ce qui était attendu à leur création en 1985) sont de plus en plus nombreux à poursuivre des études supérieures. Cela ’’change la donne’’ et offre la possibilité de passer du processus de ’’massification’’ à celui d’une certaine ’’démocratisation’’.

    #éducation #baccalauréat #inégalités #massification_vs_démocratisation #reproduction_sociale


  • De la reproduction à la production
    https://coutoentrelesdents.noblogs.org/post/2016/03/21/de-la-reproduction-a-la-production

    Dans le féminisme, l’autonomisme, ou encore le marxisme urbain, la problématique de la #reproduction_sociale a été mise au centre du débat sur l’oppression capitaliste et les formes de résistance. Dans ce texte de 1977, l’anthropologue marxiste #claude_meillassoux revient … Continue reading →

    #CAPITALISME #ainé #cadet #capitalisme #classe_sociales #colonialisme #genre #lutte_des_classes #période #pensée_critique #revue


  • Richard Hoggart ou les réussites improbables
    http://www.laviedesidees.fr/Richard-Hoggart-ou-les-reussites-improbables.html

    Enfant pauvre devenu professeur d’université, Richard Hoggart (1918-2014) est le modèle du boursier qui a réussi. L’itinéraire de ce « contre-exemple exemplaire » permet de comprendre les mécanismes de la reproduction qui n’ont pas fonctionné et la distance qu’on peut prendre vis-à-vis de son milieu d’origine.

    Essais & débats

    / #reproduction_sociale, pauvreté, #culture_populaire, #inégalités

    #Essais_&_débats #pauvreté


  • Pourquoi les élites écoutent du hip-hop
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/201215/pourquoi-les-elites-ecoutent-du-hip-hop

    « Il faut que tout change pour que rien ne change. » La célèbre phrase du Guépard s’applique aux métamorphoses récentes de l’élite américaine. Entretien avec #Shamus_Khan, professeur à Columbia, sur les stratégies mises en œuvre pour relégitimer les privilèges et produire un contexte culturel évitant la contestation des inégalités croissantes.

    #Culture-Idées #Culture #diversité #domination #école #élite #Essais #Méritocratie #ouverture #Pierre_Bourdieu #reproduction_sociale #Université


  • Il faut en finir avec le journalisme
    https://lundi.am/Il-faut-en-finir-avec-le-journalisme

    L’intégration d’officiers noirs et latinos, parfois en grand nombre, dans les polices américaines a-t-elle changé la manière dont ces institutions se comportent ? L’actualité récente montre que non : le problème, c’est la police, pas les policiers. La police, qui, par son essence même, formate ses recrues et attire une proportion anormale de psychopathes. Le journalisme d’aujourd’hui, de la même manière, par nature, formate ses recrues. Il attire d’ailleurs également une proportion anormale d’un certain type de personnalités – pas les psychopathes, mais ceux qu’on nomme communément les « dépressifs ».

    • ça trolle sec. ^^

      Cette situation de concentration entre les mains de quelques riches personnalités agite beaucoup les critiques des médias, ces désœuvrés qui s’occupent tristement en traquant derrière chaque titre, chaque photo, chaque choix éditorial, l’influence supposée d’un pouvoir identifié, plutôt que d’y voir, la plupart du temps, la banale médiocrité des salles de rédaction.

      ...

      A ce titre, un Mediapart peut bien s’enorgueillir de ne dépendre d’aucun actionnaire, son modèle payant le soumet tout autant à la pression, plus insidieuse même, de son lectorat et de ses marottes : antisarkozysme obsessionnel, entretien du tous-pourris, etc.

      #corporatisme #reproduction_sociale #journalisme

    • Je cite :

      L’intégration d’officiers noirs et latinos, parfois en grand nombre, dans les polices américaines a-t-elle changé la manière dont ces institutions se comportent ? L’actualité récente montre que non :

      C’est un tour de passe passe cette affirmation : il reste à prouver que si la police américaine ne comportait pas autant d’officiers noirs et latinos, l’attitude de la police envers ces catégories ne serait pas encore pire qu’elle ne l’est.
      L’article n’apporte pas cette preuve là.

    • L’article semble défendre les écoles de journalisme. Je ne les connais pas bien, mais je n’ai pas l’impression qu’elles soient exemplaires.

      Je suis d’accord pour soutenir les journalistes, s’ils sont indépendants, et je pense que cela passera forcément par des sites d’information sur internet.

    • @stephane_m La défense des écoles de journalisme elle est où dans l’article ?

      J’y vois la constatation d’un problème « éternel » poussé à son extrème par la crise et la transformation des canaux de distribution : pouvoir et journalisme corrompu font bon ménage, alors que le journalisme partisan et indépendant ne paie pas.


  • Repenser l’oppression des femmes
    http://revueperiode.net/repenser-loppression-des-femmes

    L’oppression des femmes pourrait n’être ni le résultat du « patriarcat » ni dans l’intérêt fondamental du capitalisme. C’est le présupposé qu’avancent Brenner et Ramas, ainsi que la cible de leur puissante critique, Michèle Barrett. Pour cette dernière, l’oppression des femmes est le produit d’une idéologie bourgeoise, façonnant la subjectivité des classes populaires et favorisant la division salariale entre hommes et femmes. Pour Brenner et Ramas, cette explication ne tient pas la route. Mais il faut faire un détour pour expliquer l’oppression des femmes : comprendre comment la reproduction biologique et le travail industriel ont dégradé le rapport de force entre hommes et femmes au bénéfice des premiers. Le défi théorique de l’oppression des femmes nécessite une réponse dialectique, aux antipodes du (...)

    #Uncategorized #Appareils_idéologiques_d'État #Etat #féminisme_marxiste #reproduction_sociale #sexualités


  • D’une classe à l’autre
    http://www.laviedesidees.fr/D-une-classe-a-l-autre.html

    Comment peut-on penser les trajectoires individuelles ascendantes ? Comment comprendre le passage d’une classe à une autre ? Chantal Jaquet forge les concepts qui permettent d’étudier autrement la question de la reproduction sociale.

    Livres & études

    / #spinozisme, #classes_sociales, #individu, #psychologie

    #Livres_&_études


  • L’école des #soignants : Pourquoi tant de gynécologues-obstétriciens français sont-ils #maltraitants ?
    http://ecoledessoignants.blogspot.ca/2014/11/pourquoi-tant-de-gynecologues.html

    La maltraitance physique et verbale en #gynécologie est ouvertement alimentée par les préjugés (de sexe, de genre, d’orientation, de classe) et elle découle du concept même de spécialité médicale. Car une spécialité, c’est un champ de savoir délimité de manière arbitraire. A l’intérieur de ce champ de savoir, les pratiques devraient être guidées en permanence par une préoccupation première : soigner. En réalité, comme tous les champs de savoir, la gynécologie et sa « sœur », l’obstétrique, font l’objet de pratiques fortement imprégnées d’idéologie. En France, cette idéologie est profondément #sexiste.


  • Pierre #Bourdieu et la #culture
    http://www.laviedesidees.fr/Pierre-Bourdieu-et-la-culture.html

    Les travaux de Pierre Bourdieu sur la culture, que ce soit les pratiques culturelles et leur rapport à l’espace social, la #littérature, l’art ou l’éducation, donnent lieu à des réflexions et des discussions très intenses. À l’occasion de la parution du cours sur Manet, la Vie des idées rassemble des travaux consacrés à Bourdieu, sociologue de la culture ou s’en inspirant, que ce soit pour prolonger ses thèses ou les discuter.

    Essais & débats

    / culture, #sociologie, Bourdieu, #reproduction_sociale, #distinction, #éducation, littérature

    #Essais_&_débats


  • Des #ouvriers entre deux mondes
    http://www.laviedesidees.fr/Des-ouvriers-entre-deux-mondes.html

    Comment rendre visible un groupe professionnel invisible : les agents de la maintenance à la RATP ? En s’attelant à cette tâche, Martin Thibault parvient à complexifier la représentation traditionnelle d’un groupe.

    Livres & études

    / ouvriers, #transports, #travail, #école, #reproduction_sociale

    #Livres_&_études


  • Lutter contre la reproduction des inégalités sociales à l’école (Questions de classe(s))
    http://www.questionsdeclasses.org/?Lutter-contre-la-reproduction-des

    Les comparaisons internationales PISA mettent en avant que le système scolaire français reproduit plus que d’autres les inégalités liées à l’origine sociale et géographique des élèves. De même, si les filles réussissent mieux que les garçons, les orientations scolaires restent fortement genrées en fonction des filières.

    Il me semble que la lutte contre la reproduction des inégalités sociales à l’école et par l’école ne pourra pas avancer tant qu’il n’y aura pas une réelle prise de conscience au sein des équipes éducatives de ces questions. Cela suppose des enseignants formés, un volontarisme contre la reproduction des inégalités et une pédagogie visant l’apprentissage des compétences méthodologiques.

    #éducation #inégalités #reproduction_sociale #volontarisme_pédagogique


  • À qui profitent les dépenses éducatives ? (La vie des idées)
    http://www.laviedesidees.fr/A-qui-profitent-les-depenses.html

    [L]es dépenses publiques d’éducation, celles de l’État et des collectivités locales, plus de 100 milliards d’euros par an, bénéficient-elles de façon égale à tous les jeunes ou davantage à certains ? Progressivement, le premier budget de la nation se répartit-il de façon plus égalitaire ou plus inégalitaire ?
    […]
    Sur la seconde période (1996-2009), la durée des études des moins scolarisés, en hausse constante au cours du XXe siècle, surtout depuis 1945, baisse pour la première fois à partir de 2005.
    […]
    En 2011, les dépenses éducatives par élève sont annuellement de 5374 € en élémentaire, 8021 € en collège, 11 398 € en lycée général et technologique, 10 219 € à l’université, 14 812 € en CPGE.
    […]
    Cet écart entre les riches et les pauvres en éducation s’est creusé sur le dernier quart de siècle. Désormais, les étudiants qui ont les scolarités les plus longues reçoivent en nature, sous forme de cours, presque 200 000 €, pas loin du double de ce qui est perçu par les 10% d’élèves dont la scolarité est la plus courte. […] Les dépenses d’éducation publiques assurent ainsi un vaste mouvement « anti-redistributif » entre les jeunes générations et leurs familles.
    […] Toutes les recherches montrent que les scolarités les plus courtes sont réalisées principalement par les enfants des catégories populaires ; les plus longues par les enfants des catégories supérieures, dont les scolarités sont de surcroît les plus coûteuses.
    […]
    Enfin, ce bilan pose des questions absentes des débats sur l’école. Lorsque la politique en faveur des Zones d’Education Prioritaire se chiffre en millions d’euros alors que les inégalités des dépenses éducatives par décile se comptent par milliards, peut-on se contenter d’une discrimination positive dont l’effet redistributif est lilliputien ?
    […]
    Le défi contemporain – celui d’une école à la fois plus équitable et plus efficace – devient, de fait, de moins en moins accessible. Il imposerait de réduire les inégalités de durée des études qui ne cessent de croître et détruisent en profondeur le pacte social. Il nécessiterait aussi de refonder l’organisation éducative pour qu’elle ne soit plus un lieu privilégié de la reproduction.

    #éducation #institution #inégalités #éducation_prioritaire #reproduction_sociale


  • La rentrée des classes (La vie des idées)
    http://www.laviedesidees.fr/La-rentree-des-classes.html
    Du désordre dans l’école à la reproduction sociale

    Les inégalités sociales de scolarisation étaient au cœur des débats et des analyses dans les années 1970, lorsque l’élargissement de la scolarisation dans le secondaire (trop précipitamment qualifié de démocratisation scolaire, disait Bourdieu) révélait que l’égalité formelle affichée par une école plus ouverte aux enfants des différentes classes sociales ne produisait pas l’égalisation sociale attendue des réformes scolaires. Alors que ce constat conduisait à la production de grands modèles théoriques d’analyse centrés sur la manière dont l’école remplit une fonction de reproduction sociale, Willis déplaçait le regard et l’angle d’analyse du système scolaire et de son fonctionnement vers la boîte noire de l’école qu’il aborde par les pratiques et la culture des élèves de familles ouvrières. Pour paraphraser le sous-titre du livre, la question que pose Willis est la suivante : comment les enfants d’ouvriers scolarisés dans une école qui leur ouvre plus largement l’accès au secondaire en viennent à obtenir et, davantage, à accepter des emplois d’ouvriers non qualifiés en usine ?
    […]
    Selon la thèse soutenue dans le livre, l’orientation des enfants d’ouvriers vers les voies de relégation scolaire et vers la sortie de l’école sans qualification ne procède pas seulement d’un mécanisme d’exclusion qui les contraint, mais est aussi un effet de la manière dont ils s’approprient, avec créativité, l’école, et affirment leur appartenance à un autre monde que celui de l’institution scolaire. Parlant d’une « auto-damnation » de ces fils d’ouvriers, Willis montre qu’ils participent activement, par leur opposition et leurs résistances aux exigences et à l’ordre scolaires, à la reproduction des positions sociales familiales et à leur orientation vers des emplois industriels socialement peu valorisés, mais qu’ils valorisent.
    […]
    Il montre ainsi que l’expérience scolaire des gars les conduit à une perception ou une prise de conscience (qu’il nomme pénétration culturelle) que l’école leur propose un marché de dupes : acceptez de renoncer aux formes culturelles de votre existence, aux plaisirs de la sociabilité juvénile et ouvrière masculine pour sortir de votre condition, alors que « la possibilité d’une véritable mobilité vers le haut semble si éloignée, qu’elle en devient utopique » (p. 59). En quelque sorte, la résistance des gars à l’école ne serait pas sans rationalité si on considère ce qu’ils perdent et les chances de gagner en acceptant de jouer le jeu scolaire et d’être des élèves « conformistes ».
    […]
    Ce n’est pas un moindre apport du livre que nous rappeler que les phénomènes qui sont constitués en problèmes sociaux contemporains sont vieux comme la massification scolaire amorcée dans les années 1960-1970 et amplifiée après les années 1980 ; une massification qui a introduit au sein de l’école les contradictions de nos sociétés inégalitaires et que manifestement l’institution scolaire n’a pas réussi à résoudre ou à réduire.

    #éducation #inégalités #échec_scolaire #démocratisation_scolaire #reproduction_sociale #orientation #classes_sociales