• Petites erreurs du réel
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/petites-erreurs-du-reel

    La place située entre la #Gare de l’Est et le Centre des Recollets, à #Paris dans le 10ème arrondissement, a été réaménagée et végétalisée en 2012 et porte depuis le nom de la résistante et femme politique Madeleine Braun, première femme vice-président de l’Assemblée nationale. En 1951, écartée du Parti Communiste, elle s’éloigne de la politique et devient co-directrice avec Louis Aragon des Éditeurs français réunis, où elle publie de nombreux auteurs comme Paul Valéry, Paul Eluard ou Vladimir Maïakovski. Cet (...) #Palimpseste / #Photographie, Paris, #Paysage, #Ville, #Regard, #Quotidien, Société, #Solitude, #Traces, #Rêve, #Poésie, (...)

    #Société
    http://museedelaresistanceenligne.org/media5438-Place-Madeleine-Braun-Paris-Xe
    https://www.seuil.com/ouvrage/le-propre-du-langage-voyages-au-pays-des-noms-communs-jean-christophe-bailly/9782020315623
    http://liminaire.fr/IMG/mp4/place.mp4

  • La politique d’Emmanuel #Macron a fait « nettement » augmenter les #inégalités

    Selon l’Insee, la diminution des #allocations_logement et la réforme de la #fiscalité du capital ont creusé les #écarts de niveaux de vie en 2018

    On s’en doutait, l’Insee vient de le confirmer : la #politique_fiscale d’Emmanuel Macron a creusé les inégalités. Deux études, qui viennent d’être publiées, en attestent.

    Comme chaque année à cette période, la première fait le point sur l’évolution des principaux indicateurs d’inégalités (niveaux de vie, indice de Gini, pauvreté, etc.). Ce rendez-vous statistique annuel était particulièrement attendu cette fois-ci, car il concerne l’année 2018 et permet donc d’appréhender les effets des premières #réformes mises en œuvre par #Emmanuel_Macron. Le titre de cette publication est d’ailleurs explicite : « En 2018, les inégalités de niveaux de vie augmentent ». Elles s’accroissent même « nettement » apprend-on un peu plus loin dans la publication. Fermez le ban !

    La deuxième étude, publiée mardi 8 septembre, se penche plus précisément sur l’impact des réformes de 2018 de la #fiscalité_du_capital. C’est-à-dire la suppression de l’#impôt_de_solidarité_sur_la_fortune (#ISF) et son remplacement par un #impôt_sur_la_fortune_immobilière (#IFI), ainsi que la mise en place d’une #flat_tax sur les #revenus_du_capital, également appelée #prélèvement_forfaitaire_unique de 30%, ou #PFU. Là aussi, le constat, fondé toutefois sur une modélisation et non sur des constats statistiques, est sans appel : les grands gagnants sont les 5% des Français les plus riches, qui voient leur niveau de vie annuel augmenter de plus de 1000 euros.

    Des pauvres plus pauvres

    Des riches plus riches et des pauvres plus pauvres : voilà malheureusement un bon résumé de l’évolution des niveaux de vie, tel que mesuré par l’Insee. Si l’on regarde le milieu de la distribution, il n’y a pas grand-chose à signaler. Le niveau de vie médian, celui qui partage la population en deux (une moitié vit mieux, l’autre moins bien) est de 1771 euros par mois et par personne en 2018, en progression de 0,3 % par rapport à l’année précédente. Ce faisant, « il poursuit sa lente progression depuis cinq ans ». En 10 ans, il a gagné 1 %. Cette relative stagnation est à mettre sur le compte de la crise de 2008. Avant que le système des subprime ne s’effondre, le niveau de vie médian en France augmentait à un rythme nettement plus vigoureux (+1,4 % par an en moyenne entre 1996 et 2008).

    https://www.alternatives-economiques.fr/politique-demmanuel-macron-a-nettement-augmenter-inegalite/00093802
    #macronisme #néolibérisme #richesse #pauvreté #pauvres #riches #niveau_de_vie #statistiques #chiffres
    #paywall

    • Le résultat des politiques de Macro était connu avant même qu’il ne commence à les appliquer... Publié en 2018 :

      Arnaud Parienty, LE MYTHE DE LA « THÉORIE DU RUISSELLEMENT » | Cairn.info
      https://www.cairn.info/revue-projet-2019-1-page-92.htm#

      Le débat sur le ruissellement est piégé car il porte sur « des idées ambiguës résumées dans un terme que tout le monde récuse ». Ce livre, bien construit et d’une grande limpidité, y apporte beaucoup de clarté, donnant à réfléchir au rôle de l’épargne, de l’impôt et de la fiscalité dans l’économie. Son auteur, professeur agrégé de sciences économiques et sociales, prend au sérieux la « théorie du ruissellement ». Celle-ci mérite bien des guillemets : le terme, venu des États-Unis (trickle-down effect), est avant tout polémique et ce dès son origine. Et tout le monde s’en démarque, à commencer par ceux qui en appliquent les principes ! Elle a fortement ressurgi depuis 2017, à la suite de l’élection d’Emmanuel Macron et de celle de Donald Trump. Il en existe plusieurs versions, la version forte étant celle de la « courbe de Laffer », du nom d’un économiste américain. En résumé : si on donne de l’argent aux riches à travers des réductions d’impôts, ils vont investir, cela va créer de la croissance, et ce sera bon pour tout le monde (y compris pour les pauvres). Bien plus, la croissance permettra de combler le manque à gagner pour l’État. Arnaud Parienty démontre que ceci n’a jamais été avéré, mais que, dans l’ensemble, cela se traduit par une augmentation des inégalités... Inégalités qui freinent la croissance.

  • [Révélations] Villas cannoises : l’opération secrète des milliardaires Hinduja
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/revelations-villas-cannoises-loperation-secrete-des-milliardaires-hinduja-

    Les villas de l’ex-banquier algérien Rafik Khalifa auraient été bradées au groupe Hinduja. Après les ennuis judiciaires visant Khalifa, le groupe a tenté de cacher la trace de cette transaction à l’aide d’un montage au Luxembourg.

    #International #Révélations

  • [ENQUÊTE] - Verallia licencie mais envoie pourtant des centaines de millions d’euros dans les paradis fiscaux
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/enquete-verallia-licencie-mais-envoie-pourtant-des-centaines-de-millions-d

    Le géant verrier veut supprimer 80 emplois au prétexte d’un contexte économique difficile. L’actionnaire du groupe envoie pourtant des millions d’euros au Luxembourg puis aux Îles Caïmans, l’un des paradis fiscaux les plus agressifs au monde.

    #Industrie #Révélations #Travail

  • #Révélations - Un indicateur chez les #Gilets_Jaunes
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/revelations-un-indicateur-chez-les-gilets-jaunes-QOyYj7axRJK-ovKfaWfZkg

    D’après une série d’enregistrements publiés par Le Média, des agents ont exploité un demandeur d’asile pour infiltrer les Gilets Jaunes, des mosquées considérées comme « extrémistes » et des réseaux de vol de voitures à destination des Balkans.

    #Migrations #Répression

  • « Les jeunes représentent un angle mort de l’Etat-providence français », Tom Chevalier
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/09/05/les-jeunes-representent-un-angle-mort-de-l-etat-providence-francais_6051065_

    Le chercheur Tom Chevalier s’étonne, dans une tribune au « Monde », de l’absence d’accès des 18-25 ans aux minimas sociaux, pourtant recommandé par tous les rapports et les études, alors que la crise actuelle touche principalement les jeunes

    Tribune. Les jeunes âgés de 18 à 29 ans présentent un taux de pauvreté monétaire (revenu inférieur au seuil de 50 % du revenu médian) quatre fois supérieur à celui des personnes âgées de plus de 60 ans : environ 13 % contre 3 % en 2017 d’après l’Insee. Il s’agit également de la tranche d’âge dont le taux de pauvreté a le plus progressé ces dernières années, avec une hausse de près de 50 % depuis 2002.

    La crise économique de 2007, puis celle engendrée par la situation sanitaire due au Covid-19, ont progressivement dégradé les conditions de vie des jeunes. Ceux-ci représentent donc la partie de la population la plus touchée par la pauvreté. Pourtant, ils sont exclus du dispositif principal de lutte contre la pauvreté, à savoir le revenu de solidarité active (RSA). Paradoxe.

    Le RSA n’est en effet pas ouvert aux jeunes de moins de 25 ans. C’est une spécificité française puisque, dans la quasi-totalité des pays européens, les jeunes peuvent bénéficier du revenu minimum dès 18 ans, et que les jeunes adultes français de moins de 25 ans sont presque les seuls en Europe (avec les Espagnols et les Luxembourgeois) à être toujours considérés comme des enfants par l’Etat social. Même l’Italie, un pays à forte tradition familialiste, a récemment mis en place un revenu minimum (reddito di cittadinanza), sans condition d’âge.

    La tradition familialiste française

    Dans la plupart des pays, quand on devient adulte civilement (majorité civile) et politiquement (droit de vote), on le devient aussi socialement. Pas en France. Plusieurs raisons peuvent rendre compte de cette exception. Tout d’abord, la tradition familialiste française : on considère que c’est d’abord à la famille de prendre en charge ses « grands enfants », et c’est la raison pour laquelle les jeunes représentent un angle mort de l’Etat-providence français.

    Ce qui reporte la charge des difficultés sociales des jeunes sur les familles – renforçant d’autant l’importance des origines sociales et par conséquent les inégalités entre jeunes – et laisse à l’abandon ceux qui sont sans famille ou dont la famille n’a pas les ressources suffisantes pour les aider (« Les transferts familiaux vers les jeunes adultes en temps de crise : le charme discret de l’injustice distributive », Adrien Papuchon, Revue française des affaires sociales n°1-2, 2014).

    Ensuite, la critique d’un éventuel « assistanat » est récurrente dans le débat public : s’ils recevaient le RSA, les jeunes se reposeraient sur ce revenu, sans chercher d’emploi. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’allocation d’insertion en faveur des jeunes primo entrants sur le marché du travail fut supprimée en 1992, et que le « RSA jeunes », créé en 2009, établit des conditions trop restrictives et déconnectées des conditions de travail des jeunes en en limitant l’accès à ceux qui ont travaillé deux ans sur les trois dernières années.

    La critique d’assistanat envers les plus pauvres n’est pas fondée

    De fait, le RSA n’a finalement touché qu’environ 9 000 jeunes. Or, l’accès au revenu minimum n’affecte pas la recherche d’emploi des jeunes (« Le RMI et son successeur le RSA découragent-ils certains jeunes de travailler ? Une analyse sur les jeunes autour de 25 ans », Olivier Bargain et Augustin Vicard, Economie et Statistique n° 467-468, 2014). Les travaux d’Esther Duflo sur la pauvreté ont notamment montré que cette critique d’assistanat envers les plus pauvres n’était pas fondée empiriquement.

    Surtout, il est possible d’articuler plus étroitement le bénéfice du revenu minimum aux dispositifs d’accompagnement vers l’emploi ou la formation, comme c’est le cas dans les pays nordiques dans le cadre des « garanties jeunesse ». S’il existe également en France une Garantie Jeunes, elle ne permet pas de couvrir la totalité des jeunes en situation de pauvreté : pour cela, il faudrait l’articuler à l’ouverture du RSA aux moins de 25 ans, ou changer de dimension en la transformant en un véritable droit social équivalent (« Arrêtons de les mettre dans des cases ! Pour un choc de simplification en faveur de la jeunesse », Célia Verot et Antoine Dulin, Rapport au premier ministre, mars 2017).

    Enfin, le coût budgétaire de la mesure demeure le sous-texte nécessaire à la compréhension d’une telle absence de décision. L’Inspection générale des affaires sociales, reprenant une étude de la Drees de 2012, a par exemple estimé le coût de l’ouverture du RSA aux 18-25 ans (non-étudiants) entre 1,5 et 3 milliards d’euros (« La protection sociale des jeunes de 16 à 29 ans », Rapport 2015 de l’Inspection générale des affaires sociales).

    Le « revenu universel d’activité » pour les moins de 25 ans

    A titre de comparaison, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) a coûté 21 milliards en 2018, et le « plan jeunes » présenté le 23 juillet 6,5 milliards. C’est donc une réforme qui dépend en fin de compte d’une volonté politique forte en faveur des jeunes précaires, alors que ses effets seraient considérables en termes de réduction de la pauvreté (« Repenser les minima sociaux - Vers une couverture socle commune », Chistophe Sirugue, Rapport au premier ministre, avril 2016).

    Lors du débat sur la mise en place d’un éventuel « revenu universel d’activité » remplaçant l’ensemble des minima sociaux, la question de l’âge a été posée : faut-il ouvrir ce nouveau dispositif aux moins de 25 ans ? Si l’on a pu penser un temps que ce soit le cas, répondant ainsi à l’exemple de la quasi-totalité des pays d’Europe, au souhait des organisations jeunesse et aux nombreux rapports administratifs l’ayant appelé de leurs vœux (Concertation citoyenne sur le revenu universel d’activité - Synthèse des ateliers citoyens, octobre-décembre 2019), il semble que ce ne soit plus le cas puisque Gabriel Attal, alors secrétaire d’Etat à la jeunesse, s’est exprimé contre cette ouverture dans une interview le 26 mai 2020.

    Or, le contexte actuel rend d’autant plus nécessaire cette entrée des jeunes dans le droit commun des minima sociaux : si la crise sanitaire actuelle a principalement touché les plus âgés, la crise économique et sociale qui s’ensuit va concerner les jeunes en premier lieu, avec, entre autres, une montée du chômage et de la pauvreté. Cette situation, qui se retrouve dans tous les pays selon l’Organisation internationale du travail (OIT) comme selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), va également accroître les problèmes de santé mentale ainsi que la défiance politique des jeunes.

    La reconnaissance du statut de citoyen social

    Certes, le « plan jeunes » propose une palette de dispositifs pour aider les jeunes dans ce nouveau contexte. Il ne peut toutefois ni répondre à toutes les futures situations de pauvreté qui surviendront (accentuées par la future réforme de l’assurance chômage repoussée à 2021, qui augmentera la durée de cotisation de quatre à six mois), ni endiguer la crise de confiance des jeunes à l’égard des institutions, sans leur faire confiance en retour en reconnaissant leur statut d’adulte dans le cadre de la protection sociale.

    Si, comme l’a déclaré le 22 août à la presse la nouvelle secrétaire d’Etat à la jeunesse, Sarah el Haïry, être jeune en France « c’est être au cœur du système de solidarité », alors la première étape est de leur ouvrir ce qui constitue le premier pilier de cette solidarité : la reconnaissance du statut de citoyen social et son corollaire, l’accès au revenu minimum.

    Tom Chevalier travaille sur les politiques publiques en direction des jeunes en Europe. Il est notamment l’auteur de La jeunesse dans tous ses Etats (PUF, 2018).

    #Revenu #droits_sociaux #jeunes #RSA #RUA

  • #Révélations - #Syrie, Somalie... Tereos, un géant du sucre au milieu des trafics
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/revelations-syrie-somalie-tereos-un-geant-du-sucre-au-milieu-des-trafics-1

    Comme l’atteste une série de documents que nous publions pour la première fois, le groupe sucrier Tereos a livré plusieurs milliers de tonnes de produits dans des zones à risque comme la Somalie ou la Syrie.

    #Afrique #Industrie #Monde_arabe

  • L’ex-agent secret qui en sait beaucoup trop #15 Areva et l’argent de l’affaire UraMin : de l’Inde au Mozambique
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/lex-agent-secret-qui-en-sait-beaucoup-trop-15-areva-et-largent-de-laffaire

    Pour retrouver la trace des centaines de millions d’euros volatilisés lors du rachat d’UraMin par Areva, Marc Eichinger s’intéresse aux cas de #Corruption qui ont pu impliquer le groupe français dans divers pays. Aujourd’hui, l’Inde

    #Multinationales #Nucléaire #Révélations

  • L’ex-agent secret qui en sait beaucoup trop. #14 Areva et l’argent de l’affaire UraMin : mystère au Kazakhstan
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/lex-agent-secret-qui-en-sait-beaucoup-trop-14-areva-et-largent-de-laffaire

    Sur la trace des millions disparus de l’affaire UraMin, une halte au Kazakhstan, où se situent les vraies mines d’uranium qui garantissent notre approvisionnement. Que s’est-il passé au Kazakhstan entre Areva-Orano et le pouvoir en place ?

    #Corruption #Multinationales #Nucléaire #Révélations

  • L’ex-agent secret qui en sait beaucoup trop #13 Areva et l’argent de l’affaire UraMin : #Corruption en Afrique du Sud ?
    https://www.lemediatv.fr/articles/2020/lex-agent-secret-qui-en-sait-beaucoup-trop-13-areva-et-largent-de-laffaire

    Quels ont été les bénéficiaires de l’opération UraMin ? Pour en avoir une idée, il faut revenir sur les affaires de corruption dans lesquelles des employés d’Areva et de ses partenaires ont été impliqués. Après la Chine, l’Afrique du Sud.

    #Nucléaire #Révélations

  • Ici le remarquable texte complet de la tribune publiée aujourd’hui dans Le Monde et co-écrite par Gregory Jérome - membre fondateur de ESA - avec Nathalie Moureau et Dominique Sagot-Duvauroux.
    À lire et partager.
    La bataille des idées et des propositions n’est pas terminée !
    ///


    #culture #artistes #revenus

    « Il faut refonder les politiques culturelles par un rééquilibrage des revenus »
    Par Collectif. Le Monde.
    Des mesures originales peuvent permettre de réorienter les financements publics au bénéfice du secteur culturel dans son ensemble et des artistes-auteurs en particulier, affirment, dans une tribune au « Monde », les spécialistes Grégory Jérôme, Nathalie Moureau et Dominique Sagot-Duvauroux.
    Tribune.
    Et si l’on prenait enfin soin de la culture ? Trois grands maux affectent l’écosystème artistique : une large part de la valeur produite s’évapore vers d’autres secteurs ; l’emprise du star-system conduit à une distribution de revenus très inégalitaire ; enfin, ceux qui sont au cœur même de la création – les artistes-auteurs – sont particulièrement vulnérables. Refonder les politiques culturelles passe par l’apport de réponses originales à ces difficultés.
    A côté des subventions publiques et des recettes propres, il serait temps d’élargir les financements de la filière culturelle en mettant à contribution les secteurs qui profitent de la création sans en supporter le coût. Tel est le cas du tourisme. En 2018, 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires ont pu être réalisés en hébergement et restauration du fait de la fréquentation par le public de théâtres, de spectacles de danse ou de concerts (musiques actuelles, classique et opéra), selon une étude de 2019 du cabinet EY.
    Lire aussi : Jack Lang : « Une politique publique doit défendre ses créateurs »
    Autre exemple, les grandes plates-formes du numérique, dont la capitalisation boursière est sans commune mesure avec la façon dont elles rémunèrent la création, pourtant à la source de leur activité. L’écoute d’un titre sur Spotify rapporte 0,00437 dollar à son auteur. Il faut donc environ 230 000 écoutes pour que celui-ci touche 1 000 dollars. Dans le même temps, la capitalisation boursière de la firme se situe autour de 50 milliards de dollars. La valeur de la musique se trouve absorbée par un tiers acteur, ici la Bourse.
    Alambics
    A l’image des mécanismes mis en place dans l’audiovisuel ou des licences légales créées par la loi de 1985 (rémunération équitable, copie privée…), il s’agit de concevoir des alambics qui feront revenir, sous forme de revenus, une partie de la valeur vaporeuse créée par les filières artistiques et dont bénéficient gratuitement d’autres secteurs. Cela peut prendre la forme de l’affectation partielle de la taxe de séjour au financement de festivals et du patrimoine, ou de l’instauration de taxes sur les Gafam, ou encore de l’obligation de financer des créations qui relèvent du registre écrit, musical ou plastique.
    Lire aussi : « En termes budgétaires, les communes sont les acteurs majeurs des politiques culturelles »
    Autre proposition, élargir le mécanisme du « 1 % artistique » de la commande publique à l’ensemble des chantiers publics, comme évoqué dans le rapport de juin 2016 de la mission nationale pour l’art et la culture dans l’espace public (MNACEP). Le secteur privé a donné l’exemple en décembre 2015, avec la signature de la charte « 1 immeuble 1 œuvre » : en juin 2019, environ 140 œuvres avaient été installées dans les parties communes d’immeubles privés récemment construits ou rénovés.
    Plus que dans toute activité, les aléas de carrière sont élevés et non-nécessairement corrélés au talent, la logique du winner takes all n’a cessé de s’accentuer. Tandis qu’en 1982, dans le secteur musical à l’échelle mondiale, les 1 % des artistes les plus connus touchaient 26 % du total des revenus de la billetterie, cela a augmenté jusqu’à 60 % en 2017. Sans remettre en cause un mode de rémunération essentiellement fondé sur la réussite commerciale des œuvres, comment faire en sorte de limiter la précarité de la grande majorité des artistes ?
    Lire aussi : Spotify, Deezer : la musique en « stream » soumise à la dictature du clic
    Plusieurs pistes peuvent être explorées, comme le réexamen de l’idée, ancienne, d’un domaine public payant. Sans aller jusqu’à la proposition de Victor Hugo de créer ce domaine dès la mort de l’artiste, il s’agirait de prélever, au-delà de la période légale de perception des droits patrimoniaux, une taxe, d’un montant inférieur ou égal au pourcentage moyen de droit d’auteur, qui alimenterait un compte de soutien à la création contemporaine. Cette mesure introduirait une solidarité vertueuse entre création vivante et patrimoine.
    Parents pauvres
    Comme le rapport Racine de janvier 2020 l’a montré, les auteurs sont les parents pauvres du système. Ils souffrent d’abord d’un rapport de force qui leur est défavorable face à des acteurs de l’aval de la filière. En outre, ils ne bénéficient pas d’une relative sécurité financière comme c’est le cas pour leurs confrères, les « intermittents ». Le statut des artistes-auteurs ne reconnaît pas les différents temps dont est fait le travail artistique. Ce n’est qu’une fois l’œuvre finalisée qu’il est possible à l’artiste de l’exploiter.
    Lire aussi : Rapport Racine :« Nous en appelons à l’intervention de l’Etat pour donner aux créateurs des conditions plus justes et dignes »
    C’est davantage l’œuvre et moins la personne de l’artiste qui fait l’objet d’une protection au titre de la propriété intellectuelle. Comme en Belgique, le principe ne devrait-il pas être de permettre à l’auteur de conserver le bénéfice d’une allocation ? Il conviendrait notamment d’assimiler les situations impliquant un commanditaire (résidence, appel d’offres, 1 %, etc.) à du salariat. L’ensemble des travaux commandités permettrait alors à l’artiste de bénéficier d’une allocation pour son temps de recherche.
    « IL CONVIENDRAIT NOTAMMENT D’ASSIMILER À DU SALARIAT LES SITUATIONS IMPLIQUANT UN COMMANDITAIRE »
    Toutes ces mesures devraient veiller à respecter un équilibre entre aides automatiques et sélectives ; les premières finançant l’écosystème dans son ensemble, les secondes orientant les soutiens vers des acteurs ou des actions prioritaires. Ces pistes méritent bien évidemment d’être expertisées, expérimentées en concertation avec les acteurs de la culture. Mais l’élargissement des financements, la mutualisation des ressources à l’intérieur des filières artistiques pour y réduire les inégalités, enfin la création d’un statut d’auteur, nous semblent constituer des enjeux cruciaux.
    Grégory Jérôme, chargé d’études Haute Ecole des arts du Rhin (HEAR, Strasbourg) et membre du groupe Economie solidaire de l’art ; Nathalie Moureau, professeure en sciences économiques et vice-présidente déléguée à la culture, université Paul-Valery Montpellier-III ; Dominique Sagot-Duvauroux, professeur en sciences économiques et directeur de la Structure fédérative de recherche (SFR) Confluences, université d’Angers.

  • L’#écologie_municipale, ou la ville face à son histoire

    Les verts élus dans les grandes #villes doivent faire un #choix : se focaliser sur la qualité de vie de leurs administrés au risque de renforcer la #fracture entre #centres urbains et #périphéries, ou au contraire renouer avec les #territoires_fantômes que les #métropoles consomment et consument.

    Après le succès des candidatures et alliances écologistes dans certaines des plus grandes villes de France dimanche, une chose a très peu retenu l’attention des commentateurs politiques. C’est le paradoxe, au moins en apparence, d’une #métropolisation de l’écologie politique – le fait que les valeurs vertes semblent trouver dans les grands centres urbains leur principal lieu d’élection. Au lieu de s’interroger sur les motivations et les idéaux des personnes qui peuplent ces villes pour essayer d’y lire l’avenir, peut-être faut-il alors renverser la perspective et regarder l’objet même que constitue la #ville, sa réalité indissociablement écologique et politique.

    Au regard de l’#histoire, cette #urbanisation des #valeurs_vertes ne va pas du tout de soi. La ville a souvent été définie, en Europe au moins, par l’enveloppe protectrice des remparts qui tenait à distance les ennemis humains et non humains (animaux, maladies), et qui matérialisait la différence entre l’espace de la cité et son pourtour agraire et sauvage. En rassemblant les fonctions politiques, symboliques, sacerdotales, les villes engendrent des formes de socialité qui ont fasciné les grands penseurs de la modernisation. Saint-Simon, par exemple, voyait dans la commune médiévale italienne l’origine du développement matériel et moral propre à la #modernité. Durkheim, plus tard, faisait de la ville le prototype du milieu fait par et pour l’humain, le seul espace où pouvait se concrétiser le projet d’#autonomie.

    Aspirations urbaines

    Mais les villes sont également devenues, avec le processus d’#industrialisation, de gigantesques métabolismes matériels. L’explosion démographique des métropoles industrielles au XIXe siècle va de pair avec la concentration du travail, de l’énergie, et plus largement des flux de matière qui irriguent l’économie globale. Au cœur des transformations de la vie sociale, la ville est aussi au cœur de ses transformations matérielles : elle aspire d’immenses quantités de ressources, pour les relancer ensuite dans le commerce sous forme de marchandises. En laissant au passage les corps épuisés des travailleurs et des travailleuses, ainsi que des montagnes de déchets visibles ou invisibles, résidus non valorisés du processus productif.

    Ainsi la ville irradie le monde moderne de son prestige symbolique et culturel, mais elle tend aussi à déchirer le tissu des circularités écologiques. L’un ne va pas sans l’autre. Chaque ville, par définition, est tributaire de circuits d’approvisionnement qui alimentent ses fonctions productives, ou simplement qui la nourrissent et la débarrassent des contraintes spatiales. Chaque ville est entourée d’une périphérie fantôme qui l’accompagne comme son ombre, et qui est faite des #banlieues où vivent les exclus du #rêve_métropolitain, des champs cultivés et des sous-sols exploités. Chaque urbain mobilise malgré lui un espace où il ne vit pas, mais dont il vit.

    L’une des sources de la #sensibilité_écologique contemporaine se trouve justement dans la critique de l’avant-garde urbaine. Dans l’Angleterre victorienne, William Morris ou John Ruskin retournent à la #campagne pour démontrer qu’une relation organique au #sol est susceptible de régénérer la civilisation, sans pour autant compromettre les idéaux d’émancipation. Mais ils luttaient contre une tendance historique dont l’extraordinaire inertie a rapidement provoqué la disqualification de ces expériences. Surtout pour le #mouvement_ouvrier, qui avait en quelque sorte besoin des formes spécifiquement urbaines d’#aliénation pour construire la #solidarité_sociale en réponse.

    Si l’on replace dans cette séquence d’événements le phénomène d’urbanisation des attentes écologiques actuelles alors il y a de quoi s’interroger sur l’avenir. Deux trajectoires possibles peuvent s’esquisser, qui ont cela d’intéressant qu’elles sont à la fois absolument irréconciliables sur un plan idéologique et matériel, et quasiment impossibles à distinguer l’une de l’autre dans le discours des nouveaux édiles de la cité verte.

    Faire atterrir le #métabolisme_urbain

    D’un côté, on trouve le scénario d’une consolidation des #inégalités_sociales et spatiales à partir des valeurs vertes. Pour le dire de façon schématique, les grands pôles urbains poussent la #désindustrialisation jusqu’à son terme en éliminant les dernières nuisances et toxicités propres à la #ville_productive : elles se dotent de parcs, limitent les transports internes et créent des #aménités_paysagères (comme la réouverture de la Bièvre à Paris). C’est ce que la sociologie appelle la #gentrification_verte, dont #San_Francisco est le prototype parfois mis en avant par les prétendants écologistes aux grandes mairies. Au nom d’une amélioration difficilement critiquable de la qualité de vie, la ville des #parcs et #jardins, des boutiques bio, des #mobilités_douces et des loyers élevés court le risque d’accroître le #fossé qui la sépare des périphéries proches et lointaines, condamnées à supporter le #coût_écologique et social de ce mode de développement. #Paris est de ce point de vue caractéristique, puisque l’artifice administratif qui tient la commune à l’écart de sa banlieue est matérialisé par la plus spectaculaire infrastructure inégalitaire du pays, à savoir le #boulevard_périphérique.

    Mais si le vert peut conduire à consolider la #frontière entre l’intérieur et l’extérieur, et donc à faire de la qualité de vie un bien symbolique inégalement distribué, il peut aussi proposer de l’abolir – ou du moins de l’adoucir. Une réflexion s’est en effet engagée dans certaines municipalités sur le pacte qui lie les centres-villes aux espaces fantômes qu’elles consomment et consument. La #renégociation de la #complémentarité entre #ville et #campagne par la construction de #circuits_courts et de qualité, l’investissement dans des infrastructures de #transport_collectif sobres et égalitaires, le blocage de l’#artificialisation_des_sols et des grands projets immobiliers, tout cela peut contribuer à faire atterrir le #métabolisme_urbain. L’équation est évidemment très difficile à résoudre, car l’autorité municipale ne dispose pas entre ses mains de tous les leviers de décision. Mais il s’agit là d’un mouvement tout à fait singulier au regard de l’histoire, dans la mesure où il ne contribue plus à accroître la concentration du capital matériel et symbolique à l’intérieur de la cité par des dispositifs de #clôture et de #distinction, mais au contraire à alléger son emprise sur les #flux_écologiques.

    Le défi auquel font face les nouvelles villes vertes, ou qui prétendent l’être, peut donc se résumer assez simplement. Sont-elles en train de se confiner dans un espace déconnecté de son milieu au bénéfice d’une population qui fermera les yeux sur le sort de ses voisins, ou ont-elles engagé un processus de #décloisonnement_social et écologique ? L’enjeu est important pour notre avenir politique, car dans un cas on risque le divorce entre les aspirations vertes des centres-villes et la voix des différentes périphéries, des #ronds-points, des lointains extractifs, alors que dans l’autre, une fenêtre s’ouvre pour que convergent les intérêts de différents groupes sociaux dans leur recherche d’un #milieu_commun.

    https://www.liberation.fr/debats/2020/06/30/l-ecologie-municipale-ou-la-ville-face-a-son-histoire_1792880

    #verts #élections_municipales #France #inégalités_spatiales #mobilité_douce #coût_social ##décloisonnement_écologique

    via @isskein
    ping @reka @karine4

  • Avis sur la création d’un Revenu universel d’activité (RUA) | CNCDH
    https://www.cncdh.fr/fr/publications/avis-sur-la-creation-dun-revenu-universel-dactivite-rua

    La CNCDH appelle à la reprise des concertations autour du #RUA et formule des recommandations pour que le dispositif permette réellement de sortir des personnes de la pauvreté et de retrouver une vie digne.

    L’avis sur la création d’un revenu universel d’activité alerte sur l’urgence de garantir le droit à la vie dans la dignité, alors que la crise sanitaire exacerbe la pauvreté qui sévit en France. Si la réforme des minima sociaux est bienvenue, elle doit être retravaillée pour satisfaire aux objectifs d’amélioration de l’accès aux droits sociaux et de simplification du système de prestations sociales. La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) rappelle notamment que, contrairement à ce que sous-tend en l’état la réforme, l’accès aux prestations sociales ne doit pas être conditionné à la réalisation de « devoirs » . Elle recommande donc la reprise des concertations et insiste sur l’importance de revaloriser les prestations sociales et d’inclure les 18-25 ans et les étrangers en situation régulière parmi les bénéficiaires, afin de garantir le droit à un niveau de vie suffisant consacré par le Préambule de 1946.

    #revenu_minimum #conditionnalité #droits_sociaux

  • Un entretien sur l’occupation de Capitol Hill à Seattle
    « Une forme politique issue de la lutte »

    Viewpoint Magazine

    https://lavoiedujaguar.net/Un-entretien-sur-l-occupation-de-Capitol-Hill-a-Seattle-Une-forme-po

    Il y a quelques jours, Viewpoint Magazine s’est assis, le 13 juin, avec P, un militant basé à Seattle, pour une conversation approfondie sur l’histoire et la dynamique actuelle de la Zone autonome de Capitol Hill (CHAZ), les défis à venir et les leçons à tirer. Les réponses ont été légèrement modifiées pour tenir compte des développements récents.

    Pour comprendre ce qui se passe dans la CHAZ, sur laquelle tant de choses ont déjà été écrites et dites, je pense qu’il faut d’abord commencer par la façon dont nous sommes arrivés à cette situation. La CHAZ est née directement d’une confrontation directe de neuf jours avec le département de police de Seattle, dans le quartier est de Pine Street, tout près du parc Cal Anderson. C’est le fait qu’elle se soit tenue là — dans ce quartier, dans cet espace — qui a rendu la CHAZ possible.

    Je ne pense pas que les gens aient réalisé que la protestation elle-même allait devenir la forme politique. En d’autres termes, je pensais qu’une fois les tensions apaisées, les gens tiendraient des assemblées générales pour décider de la suite des événements. Cependant, les gens se sont passionnément attachés à cet espace et à ce conflit particulier. (...)

    #États-Unis #Seattle #auto-organisation #police #BlackLivesMatter #George_Floyd #revendications #Kshama_Sawant #Amazon #exploitation #1999 #Rémi_Fraisse #assassinats #Keeanga-Yamahtta_Taylor

  • Conditions de vie pendant le confinement : des écarts selon le niveau de vie et la catégorie socioprofessionnelle - Insee Focus - 197
    https://www.insee.fr/fr/statistiques/4513259#consulter

    Le confinement sanitaire lié à l’épidémie de Covid-19 a duré près de deux mois, du 17 mars au 11 mai 2020, et a profondément modifié les conditions de vie. Un tiers des personnes en emploi a subi une restriction d’activité susceptible de réduire le revenu du travail, dont 27 % une période de chômage technique ou partiel. 34 % des personnes en emploi ont télétravaillé tandis que 35 % ont continué à se rendre sur leur lieu de travail. Par ailleurs, 35 % des parents avec un enfant de moins de 14 ans ont eu des difficultés à assurer leur suivi scolaire.

    20 % des personnes disent que la situation financière de leur ménage s’est dégradée. Les conséquences négatives du confinement ont été plus fréquentes pour les personnes aux revenus modestes, qui ont aussi perçu cette période comme plus pénible et pour les femmes. Celles-ci ont, plus que les hommes, réduit leur activité professionnelle et consacré du temps à leurs enfants mais aussi cumulé quotidiennement plus de 4 heures de travail et plus de 4 heures avec leurs enfants.

    Sommaire
    Davantage de restrictions d’activité professionnelle pour les ouvriers
    Davantage de télétravail pour les cadres
    Peu de sorties hors du logement, un temps passé sur écran important
    Les femmes ont assuré une grande part de la prise en charge des enfants
    La situation financière des plus modestes s’est plus souvent dégradée
    Les personnes seules jugent le confinement plus pénible

    #travail #revenu #confinement #télétravail

  • Chômage : retour sur 40 ans de droits rognés pour les plus précaires | Alternatives Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr/chomage-retour-40-ans-de-droits-rognes-plus-precaires/00093071

    Depuis 1979, la logique assurantielle de l’Unédic s’est perdue en route, pénalisant les chômeurs les plus précaires. Une étude de l’Ires constate qu’ils sont beaucoup moins bien indemnisés qu’en 1979, alors que les salariés stables, eux, ont gardé quasiment les mêmes droits. Et la tendance pourrait s’aggraver avec la dernière réforme.

    Les trous dans le filet de protection sociale sont de plus en plus grands. Et les chômeurs, en particulier, ont du souci à se faire. Pour cause de confinement, seule une partie de la réforme de l’assurance chômage, imposée par décret par le gouvernement l’année dernière, a été mise en œuvre. Depuis novembre dernier, les conditions pour toucher une allocation ont été durcies https://www.alternatives-economiques.fr/assurance-chomage-une-reforme-sanglante/00090433 : il faut désormais avoir cotisé plus longtemps (six mois au lieu de quatre) sur une période plus courte (24 mois au lieu de 28) pour y être éligible.

    Autre nouveauté, les indemnités des chômeurs qui avaient les salaires les plus élevés sont désormais dégressives, c’est-à-dire qu’elles diminuent au bout du 7e mois. Là encore, la crise sanitaire a offert un léger sursis aux chômeurs et cette disposition a été suspendue pour le moment. Le deuxième volet de la réforme, qui devait entrer en vigueur le 1er avril, a de son côté été reporté au 1er septembre. C’est lui qui comporte les éléments les plus restrictifs : la formule de calcul des indemnités a été changée https://www.alternatives-economiques.fr/gouvernement-taxe-chomeurs/00089668 et pénalisera très fortement les travailleurs précaires, ceux qui font de nombreux allers-retours entre emploi et chômage.

    Des discussions sont en cours entre le gouvernement et les partenaires sociaux pour savoir si toutes les modalités de cette réforme seront maintenues ou non après la crise sanitaire. La ministre du Travail fera sans doute des concessions, mais il est peu probable qu’elle renonce complètement à cette réforme. Et ce sont les chômeurs les plus vulnérables qui en feront sans doute les frais https://www.alternatives-economiques.fr/oublies-de-pole-emploi/00092637. Ceux-là mêmes qui ont déjà subi les effets des précédentes réformes de l’assurance chômage.

    En effet, tous les demandeurs d’emploi ne sont pas égaux face au serrage de vis. Les droits des salariés qui se retrouvent au chômage après une longue période d’emploi ont été assez peu rognés par les multiples réformes de l’assurance chômage qui se sont succédé. On ne peut malheureusement pas en dire autant de ceux qui ont connu des périodes d’emploi en pointillé. Et ils sont de plus en plus nombreux…

    C’est ce que montre une récente étude http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/6177-quelle-evolution-des-droits-a-l-assurance-chomage-1979-2020 qui passe au crible 40 ans de réformes de l’assurance chômage. Ce travail, réalisé pour l’Institut de recherches économiques et sociales (Ires), et soutenu par la CGT, est intéressant à plus d’un titre. « Alors qu’on constate une réduction de la durée des contrats et une forte augmentation des recrutements en contrat de moins d’un mois, les règles d’indemnisation évoluent dans le sens d’une moindre couverture des salariés qui occupent ces types de contrat », constatent les sociologues Mathieu Grégoire et Claire Vivès, ainsi que l’économiste Jérôme Deyris. Démonstration en deux points.

    1/ Jamais aussi peu de chômeurs n’ont été indemnisés

    Officiellement, tout va bien. Fin septembre 2019, dernier chiffre connu, « 70,5 % des demandeurs d’emploi sont indemnisables » 1. C’est Pôle emploi qui le dit, à grand renfort de courbes opportunément orientées vers le haut depuis 2014. Ça tombe bien, 2014 c’est l’année de mise en œuvre de la dernière réforme de l’assurance chômage, celle qui a institué les droits dits « rechargeables »2.

    Concrètement, si un chômeur retrouve un emploi avant d’avoir épuisé ses droits, il ne les perd pas. S’il retourne ensuite au chômage, sa durée d’indemnisation sera plus longue. Un système jugé plus incitatif au retour à l’emploi que le mécanisme précédent. Et l’objectif de cette réforme était notamment d’améliorer la couverture des chômeurs précaires, autrement dit de leur permettre de bénéficier plus facilement d’une indemnité. Ce que semblent confirmer les statistiques de Pôle emploi.

    Sauf qu’« indemnisable » ne veut pas dire « indemnisé ». On peut être indemnisable et ne pas toucher d’allocation chômage. D’ailleurs, parmi les indemnisables, il y a de moins en moins d’indemnisés… Tout cela peut sembler un peu confus. Et il n’est pas exclu que ce soit voulu. Pourquoi ne pas simplement calculer la part des chômeurs indemnisés dans l’ensemble des chômeurs ? C’est ce que faisait la Dares, le service statistique du ministère du Travail, jusqu’en 2016.

    Mais depuis, changement de méthodologie : on compte désormais en plus des indemnisés ceux qui ont droit à une indemnité, mais ne l’ont pas touchée durant le mois, pour diverses raisons (activité réduite, différé d’indemnisation, délai d’attente, sanction, prise en charge par la Sécurité sociale...)3.

    Pour combler ce trou dans la raquette de la statistique publique, Mathieu Grégoire, Claire Vivès et Jérôme Deyris ont reconstitué une série inédite et calculé la part des chômeurs indemnisés depuis 1985. Résultat : loin des 70 % affichés par Pôle emploi quand il parle d’« indemnisables », c’est en fait à peine plus d’un chômeur sur deux qui est indemnisé, que ce soit par l’assurance chômage ou par l’Etat – qui distribue une allocation aux demandeurs d’emploi qui arrivent en fin de droits (ASS). Ce « taux de couverture » n’a jamais été aussi faible qu’en juin 2018, dégringolant à 49,5 %. Le précédent point bas (à 51,8 %) datait de septembre 1998. Depuis, il connaît un léger rebond lié à la baisse du nombre de chômeurs en 2018 et 2019.

    Cette couverture des chômeurs indemnisés a notamment baissé de plus de 20 % entre 2003 et 2019, alors même que la réforme des droits rechargeables de 2014 était censée l’améliorer. En cause, le développement de l’activité partielle notamment, c’est-à-dire des formes de chômage atypique, où l’on est inscrit à Pôle emploi tout en travaillant une partie du temps.

    Et si les frontières entre emploi et chômage sont devenues de plus en plus floues, c’est lié aux transformations du monde du travail sans aucun doute, mais aussi aux nouvelles règles de l’assurance chômage qui vont dans le même sens : « Cette évolution majeure du chômage que représentent ces "chômeurs qui travaillent" dépend à la fois de l’augmentation des "formes atypiques d’emploi" (c’est-à-dire des emplois qui s’éloignent de la norme de l’emploi en CDI à temps plein) et des politiques d’indemnisation incitant à la reprise d’un emploi pour un temps de travail ou une durée de contrat réduits », notent les auteurs.

    Dit autrement, l’assurance chômage n’est plus là simplement pour indemniser les chômeurs, elle doit aussi désormais les « activer », c’est-à-dire les inciter à reprendre un emploi, y compris si celui-ci est mal payé, quitte à le subventionner. « L’idée sous-jacente étant qu’un "petit" emploi (durée de contrat courte, salaire faible, etc.) vaut mieux que pas d’emploi du tout et que tout petit emploi est un "tremplin" vers un meilleur emploi », ajoutent-ils.

    Mais ces « politiques d’activation » sont ambiguës, car en même temps les gestionnaires de l’assurance chômage ne sont pas dupes : encourager à prendre des emplois courts ou mal rémunérés, c’est contribuer à dégrader la norme d’emploi. Et en parallèle, ils expriment la crainte d’enfermer les précaires dans la précarité s’ils leur offrent trop de droits. « Indemniser le chômage, mais pas trop, mais quand même assez : l’indemnisation des périodes en partie chômées et en partie travaillées est sans cesse sur une ligne de crête », résument les chercheurs. Et cette ambiguïté est clairement au détriment de ceux qui sont abonnés à ces emplois en pointillé.

    2/ La chute des droits des salariés à l’emploi discontinu

    C’est l’autre enseignement inédit de cette étude : l’assurance chômage obéit de moins en moins à une logique assurantielle, et de plus en plus à une logique contributive. En clair, ce n’est pas tant la situation actuelle qui compte – le fait d’être au chômage, c’est-à-dire la survenue du risque contre lequel on était assuré – que le passé d’emploi, ou dit autrement le fait d’avoir cotisé plus ou moins longtemps.

    « Affirmer un principe de contributivité c’est accorder de "petits" droits à ceux qui ont de petits emplois et de "gros" droits à ceux qui ont le plus d’emplois », précisent les auteurs. L’assurance chômage a désormais tendance à assurer une protection d’autant plus forte que l’emploi est continu, et d’autant moins forte que l’emploi est fragmenté et réduit dans sa durée. Ce qui n’a pas toujours été le cas.

    Pour le démonter, Mathieu Grégoire, Claire Vivès et Jérôme Deyris ont construit un simulateur capable de retracer l’évolution des droits pour des profils particuliers de salariés. Leur objectif était de mesurer l’effet des différentes réformes intervenues depuis 1979 pour différents types de parcours. Résultat, les salariés dits stables, ceux qui se retrouvent au chômage après une longue période d’emploi, ont gardé peu ou prou les mêmes droits depuis quarante ans, et ceci malgré le nombre impressionnant de réformes intervenues entre-temps.

    « Dans le cas banal d’un salarié au Smic qui perd son emploi et demeure quinze mois au chômage avant de trouver un autre emploi, l’indemnisation totale n’a, sur quarante ans, jamais varié de plus de 5 % à la hausse ou de 2,5 % à la baisse par rapport à 1979 », écrivent les auteurs.

    Les grands perdants sont les salariés précaires. Et parmi eux, particulièrement ceux qui alternent régulièrement les périodes de chômage et d’emploi. « Par exemple, un salarié à l’emploi discontinu alternant un mois d’emploi et deux mois de chômage a, durant les années 2000 et 2010 une indemnisation variant entre 50 et 60 % de son niveau de 1979. Dans les années 1990 son indemnisation était nulle. Avec les règles de 2019, elle chute en dessous de 40 % du niveau de 1979. »

    Ceux qui ont eu un emploi stable avant d’être au chômage et d’enchaîner ensuite les emplois précaires sont un peu moins pénalisés. « Les salariés ayant connu des périodes d’emploi stables cumulent pendant celles-ci des droits qui permettent ensuite d’atténuer les effets de la discontinuité. A l’inverse, les allocataires qui connaissent des trajectoires strictement discontinues n’ont pas généré ces droits susceptibles de les protéger et peuvent même parfois se trouver "prisonniers" de petits droits. »

    Et de conclure : « Toutes les simulations montrent ainsi une inversion de logique qui s’opère entre les plus précaires et les plus stables. Pour ces derniers, davantage de chômage signifie davantage d’indemnisation. Pour les premiers, c’est l’inverse : davantage de chômage se traduit par moins d’indemnisation. Pour les plus stables, c’est encore une logique de revenu de remplacement qui domine. Pour les plus précaires, c’est au contraire une fonction de prime à l’emploi qui devient prééminente. »

    Si la réforme de 2019 devait être appliquée en intégralité, les auteurs prédisent une « accentuation radicale » de ces tendances déjà à l’œuvre. La nouvelle règle de calcul du montant des allocations, qui doit être appliquée en septembre prochain, est particulièrement pénalisante pour les salariés à l’emploi discontinu. https://www.alternatives-economiques.fr/chomage-paie-t-plus-travail/00088190

    Avant la réforme, le montant de l’allocation chômage était calculé par rapport à un salaire journalier de référence (SJR) et non pas à partir d’un revenu mensuel. Pour établir une indemnité mensuelle, l’assurance chômage multipliait par 30 (jours) une allocation journalière brute qui correspondait à 80 % de ce qu’avait perçu la personne par jour en travaillant. En gros, on divisait les rémunérations perçues les douze derniers mois par le nombre de jours travaillés sur la même période.

    Après la réforme, le mode de calcul change : on prend la somme des rémunérations perçues sur deux ans (et non plus un an) et on la divise par le nombre de jours travaillés (comme précédemment) et de jours chômés, ce qui est nouveau. Concrètement, si le demandeur d’emploi a connu des périodes chômées les deux dernières années, le montant de son allocation va diminuer, même s’il pourra la percevoir plus longtemps.

    Au total, les salariés à l’emploi discontinu seront perdants, comme le montre le simulateur des auteurs : « Certes, nous observons une plus grande continuité des droits liée à un allongement de la durée d’indemnisation pour certaines configurations (…) mais cette meilleure couverture dans la durée est très loin de compenser l’effondrement des montants perçus, contrairement à ce que le gouvernement avançait. »

    Autre effet mis en valeur par cette étude : la réforme devrait rendre plus compliqué le cumul entre une allocation et un salaire. Résultat, de nombreux allocataires auparavant indemnisés dans le cadre de l’activité réduite pourront ne plus l’être. De quoi faire baisser encore la part des chômeurs indemnisés. Mais on ne le verra pas, car le ministère du Travail ne calcule plus ce chiffre…

    1. Chiffre qui concerne les catégories A, B et C. Cette part est de 68,5 % pour l’ensemble des chômeurs inscrits à Pôle emploi, c’est-à-dire avec les catégories D et E en plus.

    2. Entrés en vigueur en octobre 2014, les droits rechargeables permettaient à un chômeur indemnisé qui retrouve un emploi, même de courte durée, de ne pas perdre le bénéfice de ses anciens droits acquis. Il n’a pas à se réinscrire, ni à faire recalculer ses droits. Il n’a pas à sortir du système d’assurance chômage et à repartir de zéro. Pour en bénéficier, il fallait avoir travaillé au moins 150 heures (soit un mois) pendant la période d‘indemnisation, mais cette borne est passée à 180 jours, soit six mois depuis le 1er novembre. Autant dire que ce droit devient virtuel, surtout pour celles et ceux qui ont de petites durées d’indemnisation.

    3. L’Unédic et Pôle emploi ne publient plus le taux de chômeurs indemnisés, comme avant, mais seulement leur nombre absolu et la part des chômeurs indemnisés parmi les chômeurs indemnisables. Et ces chiffres sont nettement moins promus qu’avant. Charge à l’utilisateur de la statistique publique de refaire lui-même le calcul pour obtenir ce taux. Fin février 2020, sur 6,6 millions d’inscrits à Pôle emploi, 3,7 millions étaient « indemnisables » dont 3 millions réellement « indemnisés ».

    https://seenthis.net/messages/859288
    https://seenthis.net/messages/858232

    Les canons sont rouillés. La catégorie « #chômeur_atypique » (non dite dans ce rapport) émerge, 45 après celle d’#emploi_atypique.

    #travail #salariat #histoire_sociale #revenu #économie #précarisation #emploi #droit_au_chômage #Chômage #chômeurs #travailleurs_précaires #chômage_atypique #emploi_discontinu #intermittents_de_l'emploi #droits_sociaux #indemnisation_du_chômage #prime_à_l'emploi #activation_des_dépenses_passives #Unedic #chômeurs_en_activité_à_temps_réduit

  • Coronavirus : près de 500 000 emplois supprimés en France au premier trimestre
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/06/11/coronavirus-pres-de-500-000-emplois-supprimes-en-france-au-premier-trimestre

    Fin mars, l’emploi salarié a atteint « son plus bas niveau depuis 2017 », selon l’Insee. Cette baisse est due à la chute historique de l’emploi intérimaire (− 40,4 %) sous l’effet du confinement.

    Le premier trimestre 2020 a vu la suppression de 497 400 emplois dans le secteur privé, soit une baisse de 2,5 %, provoquée par un effondrement de 40 % de l’intérim sous l’effet du confinement, selon l’estimation définitive de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publiée jeudi 11 juin.
    En un an, le recul est de 1,6 % (− 317 200 emplois). A la fin de mars, l’emploi salarié a retrouvé « son plus bas niveau depuis le quatrième trimestre 2017 », selon l’Insee. Cette estimation est encore plus mauvaise que celle provisoire publiée le 7 mai qui avait fait état de 453 800 emplois détruits sur le trimestre. Si l’on ajoute le recul de la fonction publique, qui perd 4 900 emplois (− 0,1 %), l’emploi salarié a reculé au total de 502 400 unités pendant le trimestre.

    Cette baisse est due au recul historique de l’emploi intérimaire (− 40,4 %, soit − 318 100 intérimaires, après − 2 900 au trimestre précédent). Par comparaison, lors de la crise économique de 2008-2009, l’emploi intérimaire avait baissé de 13,9 % au quatrième trimestre 2008 puis de 13 % au premier trimestre 2009.

    [...] La baisse concerne tous les secteurs, mais elle est plus forte dans la construction (− 60,5 %) et l’industrie (− 40,7 %) que dans le tertiaire (− 31 %). Hors intérim, les services marchands se replient tout de même fortement : − 1,3 % soit − 150 300 emplois.

    [...] Mercredi, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a dit s’attendre à ce que la crise économique entraîne la suppression de « 800 000 emplois » , soit « 2,8 % de l’emploi total » .

    #emploi #crise #crise_sociale #chômage #chômeurs #intérim #intérimaires #licenciements

  • 40 ans de réformes de l’assurance-chômage : la réduction des droits touche d’abord les plus précaires, entretien avec Mathieu Grégoire réalisé par Catherine Petillon
    https://www.franceculture.fr/economie/40-ans-de-reformes-de-lassurance-chomage-la-reduction-des-droits-touch

    Depuis quarante ans, le chômage s’est beaucoup transformé : il a augmenté mais s’est aussi modifié, avec la montée en puissance de l’emploi atypique et la multiplication des contrats courts. Qu’en est-il de la couverture du chômage ?
    [...]
    Qu’avez-vous observé sur cette période de 40 ans de réformes de l’assurance-chômage ?

    L’objet de cette étude était de s’intéresser aux droits des chômeurs à l’assurance-chômage et à l’indemnisation sur une longue période, afin de comprendre comment ont évolué ces droits, en particulier pour les salariés à l’emploi discontinu — comme les intérimaires, les intermittents, les travailleurs de l’hôtellerie ou de la restauration, les personnes en contrats courts. En somme, tous ceux qui alternent de l’emploi et du chômage, que ce soit à des rythmes très saccadés ou plus lents.

    Ces profils nous intéressaient plus particulièrement car ils ont été mis en avant lors des réformes de 2009 et 2014. Et ce sont leurs droits qui ont été remis en cause en 2017, puis très profondément avec la réforme de 2019.
    Grâce à un simulateur de droits nous avons pu comparer pour différents cas-types les effets de chaque réforme.

    Quels sont les principaux enseignements ?

    Le temps long montre des évolutions assez profondes dont les négociateurs n’ont pas forcément conscience quand ils travaillent, réforme après réforme, à modifier les droits. Or c’est intéressant, en particulier pour la dernière réforme, car cela contredit l’affirmation récurrente selon laquelle les règles de 2019 consisteraient simplement à revenir sur des droits plus généreux, accordés après la crise de 2008. Et qu’il ne s’agirait en somme que d’un retour à la normale.

    Or ce qu’on montre, c’est qu’en 40 ans, pour les salariés en emploi discontinu, jamais l’indemnisation n’a été aussi basse que celle qui est prévue dans le décret de 2019.

    Les conditions sont toujours plus restrictives ?

    On constate une inversion complète de la hiérarchie de l’indemnisation au cours de la période. En 1979, l’assurance-chômage fonctionne vraiment comme une assurance : les personnes les plus exposées au chômage sont les plus indemnisées. Mais à la fin des années 2000, pour les plus précaires, c’est une autre logique qui l’emporte : les chômeurs sont d’autant plus indemnisés qu’ils sont en emploi. Selon une logique cette fois de compte-épargne ; à chaque fois qu’ils travaillent, ils gagnent des droits supplémentaires.
    Concrètement, cela se traduit par une course-poursuite durant laquelle ils travaillent, acquièrent des droits, deviennent éligibles à l’assurance chômage, puis épuisent leurs droits, en gagnent de nouveaux et ainsi de suite. Ils remplissent leurs comptes et le consomment successivement.

    Autrement dit, l’indemnisation du chômage s’est beaucoup transformée pour inciter les salariés les plus précaires à l’emploi, davantage que pour leur assurer un revenu de remplacement pendant les périodes de chômage.
    Avec l’idée qu’il vaut mieux un mauvais emploi que pas du tout. Et les dispositifs comme l’activité réduite sont d’ailleurs une manière d’inciter à accepter des emplois dans des conditions dégradées.

    Pour ce type de travailleurs, c’est une évolution continue dans le temps ?

    L’un des résultats qui nous a surpris, c’est la stabilité totale et absolue sur quarante ans des droits des “salariés stables” — c’est-à-dire le cas d’une personne en emploi pendant une longue période, qui se retrouverait au chômage pendant 15 mois et puis retrouverait un emploi. Cette situation là donne lieu à des variations infimes. Et ça, je ne pense pas que les négociateurs en aient une conscience entière quand ils négocient à chaque réforme, les conditions d’indemnisation de l’assurance-chômage. Cela montre une forme d’impensé de la négociation, à savoir que cette figure du salariat, on n’y touche pas. Ce sont les travailleurs plus à la marge qui vont connaître des variations régulières et très importantes de leur indemnisation.

    C’est plus vrai encore depuis la réforme de 2019 ?

    Pour les salariés stables, encore une fois, cela ne change rien à ce qui existe depuis depuis 1979, à quelques exceptions près comme des mesures de dégressivité pour les hauts revenus. En revanche, pour les salariés en emploi discontinu, c’est une révolution. Cela constitue un effondrement historique de leurs droits. Notamment parce que le calcul du salaire journalier de référence prend en compte non plus simplement le salaire, mais aussi la performance d’emploi. Par exemple, un travailleur payé au Smic mais au chômage la moitié du temps considéré verra son salaire journalier divisé par deux. Cela a des effets extrêmement forts sur les droits des salariés en emploi discontinu et cela introduit encore plus l’idée de compte épargne.

    Vous avez conçu un simulateur d’indemnisation qui permet de mesurer les effets des réformes pour chaque cas type pour une période de 60 mois. Pourquoi choisir une durée si longue ?

    Les personnes en intermittence d’emploi ne sont pas souvent éligibles au chômage de façon claire. lls le deviennent au bout d’un certain temps, puis consomment leurs droits ; comme ils travaillent, ils finissent par redevenir éligibles, et ainsi de suite. Ils sont dans une intermittence de l’emploi, mais aussi de l’indemnisation. Or ne regarder qu’une seule période de droit, c’est ne pas considérer les périodes durant lesquelles les personnes ne sont pas indemnisées, ni celles durant lesquelles elles le sont à nouveau.. C’est pourquoi nous avons considéré systématiquement les parcours sur 60 mois.

    Un autre intérêt de la simulation est de mesurer la diversité des profils. Car quand on parle des salariés à l’emploi discontinu, il est essentiel de bien distinguer ceux qui ont eu un emploi stable auparavant, et ressemblent plus à des chômeurs “standard” ; et ceux qui entrent sur le marché du travail ou alors vivent en permanence dans l’intermittence de l’emploi. Ces deux cas sont désignés de la même façon, comme des précaires. En réalité, leur traitement par l’assurance-chômage est radicalement différent.

    Vous insistez aussi sur ce qu’on appelle le taux de couverture. Pourquoi est-ce important, et quel usage politique est fait de cette indicateur ?

    Le taux de couverture est simplement la part des chômeurs qui perçoivent une indemnisation. Ce taux de couverture, il a fallu qu’on le reconstitue parce que les données n’étaient pas disponibles, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer. Et on a constaté que la part des salariés indemnisés chute de façon très importante à partir de 2003, pour arriver en 2018 à la part des chômeurs indemnisés, la plus basse de toute l’Histoire depuis 1985.
    Et pourtant, la surprise c’est qu’à partir de 2016 les publications officielles se sont intéressées à un nouvel indicateur, le seul publié depuis : la part des chômeurs non pas indemnisés, mais indemnisables. C’est le cas quand on est inscrit à Pôle emploi.
    Or cet indicateur pose un certain nombre de questions puisqu’il prend en considération des gens qui ne sont pas forcément indemnisés et même sont parfois en emploi.
    Par exemple, quelqu’un qui a travaillé à temps plein durant le mois considéré mais reste inscrit à Pôle emploi, ce qui est de plus en plus courant, sera considéré comme couvert par l’assurance-chômage, dont on se félicitera alors des performances positives.

    Même si les deux indicateurs sont intéressants, cela pose un gros problème si le nouveau taux de couverture officiel occulte d’une certaine manière à la réalité, quand même beaucoup plus crue, qui est que l’indemnisation du chômage n’a jamais concerné une proportion aussi faible de chômeurs qu’à la fin des années 2010. On peut aussi penser, et c’est l’un des résultats de la simulation, que la réforme de 2019 baissera encore le nombre d’indemnisations.

    Quelle évolution des droits à l’assurance chômage ? (1979-2020) - Mathieu GREGOIRE, Claire VIVES, Jérôme DEYRIS - IRES
    http://www.ires.fr/index.php/etudes-recherches-ouvrages/etudes-des-organisations-syndicales/item/6177-quelle-evolution-des-droits-a-l-assurance-chomage-1979-2020
    https://seenthis.net/messages/858232
    #toctoc
    #Mathieu_Grégoire #Chômage #chômeurs #précaires #salariat #travailleurs_précaires #allocation_chômage #taux_de_couverture #non_indemnisation #droits_des_chômeurs #assurance_chômage #Unedic #droit_au_chômage #précarisation #activité_réduite #intermittents_de_l'emploi #emploi_intermittent #emploi_discontinu #chômeurs_en_activité_à_temps_réduit #revenu #économie #emploi #histoire_sociale

  • Les inégalités s’accroissent-elles vraiment ?
    https://laviedesidees.fr/Les-inegalites-s-accroissent-elles-vraiment.html

    Aucun élément statistique ne permet de constater une détérioration du pouvoir d’achat des Français ni une hausse des #inégalités de revenu depuis 30 ans. La hausse de la taxation des hauts #revenus, des dépenses sociales et celle, plus légère, des revenus alloués au travail l’expliquent en partie.

    #Économie #statistiques #mobilité_sociale
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200602_bazot.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200602_bazot.pdf

  • How coronavirus tore through Britain’s ethnic minorities - BBC News
    https://www.bbc.com/news/uk-52894225

    The PHE report reveals that people living in the most deprived areas of the country are twice as likely as those living in the least deprived areas to be diagnosed with and to die of Covid-19. People of Black, Asian and mixed ethnicities are all significantly more likely to live in the most deprived 10% of neighbourhoods, according to government statistics.
    Overcrowded households are linked to this deprivation, too. Overcrowding is significantly more prevalent in lower-income households than in wealthier ones - according to one study, it affects 7% of the poorest fifth of households, as opposed to 0.5% of those in the richest fifth. This poses additional challenges for Ursala Khan, who provides counselling specifically to Bame youths through her work at The What Centre in Dudley. Since the coronavirus outbreak began, privacy has become a huge issue, she says. Many of the teens she works with live with large families in small spaces, meaning they don’t have enough privacy to talk on the phone or video-call about mental health.
    “Although we do offer alternatives like online counselling or phone counselling, there are still concerns for people trying to access those,” Ursala says. "If someone lives in an over-crowded house, it’s quite difficult for them to know if they’ll have the privacy to speak to us about their mental health. According to the English Housing Survey, carried out between 2014 and 2017, 30% of Bangladeshi households, 16% of Pakistani households and 12% of Black households experienced overcrowding. This was compared with just 2% of white British households.South Asian families in the UK are also more likely than white families to live in multi-generational households, with up to three generations of the same family living together.t

    #Covid-19#migrant#migration#GrandeBretagne#Minorités#BAME#surmortalité#santé#santé-mentale#logement#revenu#surpopulation

  • Sidération Covid-19 : l’économie suspendue et le tournant 2020, Yann Moulier Boutang
    https://aoc.media/analyse/2020/05/28/sideration-covid-19-leconomie-suspendue-et-le-tournant-2020

    Tournant écologique dans les transports aériens et automobiles, fin du cycle néolibéral de l’austérité salariale, et enfin vrai redémarrage fédéral de l’Union européenne avec le plan de 750 milliards d’euros annoncé par la Commission ce mercredi 27 mai… Tout cela relevait de l’utopie il y a encore quelques semaines. C’est pourtant ce qui se dessine, après la sidération d’avoir vu la mise entre parenthèses d’une économie qui semblait jusque-là surpuissante. Un long flash-back sur le sens de l’épisode coronavirus s’impose.

    La pandémie virale commencée en Chine à l’automne 2019 et qui aura frappé tous les continents au premier semestre 2020 sans qu’il soit possible d’en fixer le terme (automne 2020, année 2021 ?) a provoqué avant tout un effet de sidération. Une sidération ou hébétude qui n’est pas due à l’épidémie elle-même, au caractère unique de ce virus (avec tant d’infectés sans symptômes mais contagieux), ni à son caractère meurtrier. Non, le trait énorme sans précédent, c’est la mise entre parenthèses d’une économie qui semblait surpuissante et occupait tous les esprits la veille. Ainsi que les conséquences de cette suspension qui nous font aller de sidérations en sidérations. Même si plusieurs rapports restés dans les placards avaient alerté sur le risque majeur de pandémies virales et leurs conséquences incalculables.

    Tournant écologique dans les transports aériens et automobiles, fin du cycle néolibéral de l’austérité salariale commencé en 1980 et enfin vrai redémarrage fédéral de l’Union européenne avec le plan de 750 milliards d’euros annoncé par la Commission, ces trois domaines paraissaient, au mieux des utopies au pire des trompe-l’œil. Or voici qu’ils viennent s’inscrire dés l’amorce du confinement sur le Vieux Continent dans la réalité. Nous n’avons pas finis d’être sidérés. Alors, un long flash-back sur le sens de l’épisode coronavirus s’impose.

    Mai 68 plutôt que la Grande Dépression

    Cet événement considérable a vite été comparé aux pires guerres, à la Grande Dépression économique des années 1930, à la peste qui frappa Athènes durant la guerre du Péloponnèse, à la Grande Peste Noire de 1358-1352, ou à celle plus littéraire de Camus. On a convoqué aussi la pandémie de la grippe espagnole, celle du Sida, d’Ebola, voire la catastrophe d’un effondrement de la civilisation de l’Anthropocène, les romans noirs de la science fiction. Toutefois, nous restons un peu sur notre faim quant à la nature des extrémités où l’humanité se trouverait plongée. Et ce d’autant plus que la question de « l’après » commence à tarauder les manifestes, les pétitions.

    Si la sidération et la rapidité de la suspension de la vie économique marquent de leur sceau l’événement coronavirus, alors c’est plutôt aux événements de mai 68 qu’il nous faut comparer le Covid-19 et ses effets. Certes, la cause n’a rien à voir : les « événements de Mai », bornés à un seul pays rentrent dans la grille de la vie politique en raison de l’événement, enfin de la fameuse grève générale tant brandie comme signe de ralliement du mouvement ouvrier. Le second arrêt est mondial ; il touche la « vie nue » de l’animal humain. La mort dans les grandes religions prophétiques (celles du Livre) ou dans les autres (la Pachamama) touche tout le monde, « le pauvre en sa chaumière », les « barrières du Louvre ». Les fléaux familiers à l’historien médiéval ou moderne touchent toutes les classes. « Tous ne mouraient pas mais tous étaient frappés », même si l’inégalité revient vite par la fenêtre.

    L’effet de sidération de l’épidémie commençait par là. Le lion, les courtisans renards de la fable craignent autant que les misérables. On se fait tester une fois par jour à la Maison Blanche. Mais à l’ère du coronavirus, la science de la clinique est statistique, précise, comme un scalpel : le couperet de l’âge, celui de la morbidité chronique et combinée, le surpoids, les diabètes, les déficiences du système immunitaire. Foin de rhétorique là-dedans : mere facts, rien que de faits. Ils étaient déjà connus des praticiens hospitaliers, des démographes. Mais voici que le compteur des morts en salle de réanimation, dans les EHPAD (et beaucoup plus rarement dans les foyers) est devenu l’horloge quotidienne des chaines d’information avec son bandeau qui passe en continu.

    Éloge philosophique et politique de la suspension des fils intentionnels de l’économie

    Au delà de la pure description, ce qui frapperait le Huron de Montesquieu ou le Persan, s’il pouvait encore en exister à la surface de ce monde puisque l’Iran comme les Yanomami de l’Amazonie ont été frappés eux aussi, ce qui marquera rétrospectivement, c’est l’arrêt, la suspension de l’économie, notamment dans ses manifestations favorites : les transports automobiles, ferroviaires et aériens. Et cela, c’est exactement ce qui s’était produit de façon encore plus forte en Mai 68 puisqu’il n’y avait plus d’essence. C’est le silence, le chant enfin audible des oiseaux, les biches, les sangliers s’aventurant au cœur des lotissements, un jaguar se promenant sur les pentes des moros de Rio de Janeiro, un autre dans les rues de Santiago.

    On a entendu sur les radios françaises : plus de 4, puis 9, puis plus de 12 millions de salariés au chômage partiel soit une bonne moitié des travailleurs du privé, tandis que 40% des actifs demeuraient confinés chez eux. L’économie a été mise entre parenthèses. Le travail n’a pas été suspendu comme en Mai 68, au contraire il a persisté pour les « premiers de corvée », ou bien il est devenu téléporté pour les « premiers de cordée ». Ce qui a été suspendu, c’est le compteur impitoyable de l’argent : lorsqu’on prononce les mots « quoi qu’il en coûte », « quel qu’en soit le prix », on quitte l’économie, on suspend son caractère inconditionnel dans la vie de la cité et sur la vie. Aussi soudainement que la France s’était arrêtée en Mai 1968 avec ses 10 millions de grévistes.

    Avec le même effet étrange, d’une temporalité autre, au delà du confinement, comme la qualité du silence, comme la durée bergsonnienne d’une journée qui se met à s’écouler ni complètement travail, ni repos ou loisir pour les plus chanceux, pas les mères accablées de leur mari et de leurs enfants en permanence. Mais dans tous les cas, on peut parler d’une suspension phénoménologique des fils intentionnels de la « vis activa » : Husserl appliqué à Hannah Arendt. À la différence de Mai 68, ce n’est pas le désir du sujet politique qui s’est trouvé au centre, mais la situation en porte-à-faux où se retrouve l’animal humain au milieu du vivant et du chemin de la vie, pour emprunter à Dante. C’est aussi le sens tout court de l’activité frénétique du capitalisme industriel mondialisé au regard de la vie de la biosphère.

    Une fois prise la mesure de l’ampleur de l’événement (non pas un petit 1% de notre croissance mais 4, puis 6 puis 10 puis probablement 15 ou 20% selon les pays quand à ce séisme succédera le tsunami de ses effets à l’automne et l’année suivante), nous devons nous interroger sur la force de ce qui a pu autoriser cette mise en suspend de ce qui passait jusque-là pour le parangon de la valeur, l’alpha et l’omega de la vie économique en commun, donc « le marché », ce marché devenu l’horizon indépassable depuis l’effondrement du socialisme réel. S’il y a quelque chose d’imprévu dans cette crise, ce n’est pas la nouveauté du virus (cela s’est répété des dizaines de fois ces derniers siècles), c’est qu’un si petit fragment, zombie du vivant, échappé du règne animal, ait pu mettre à genoux l’économie mondialisée au sommet de sa puissance et le troisième âge dont nous étions si fiers de pouvoir inscrire les gains de longévité dans les tablettes de l’Histoire.

    Jean Quatremer, un journaliste (que d’habitude on aime bien pour sa chronique européenne), vite suivi par des esprits plus complaisants d’un patronat prompt à « retrousser les manches » des autres, celles de ses salariés, a déclenché une belle polémique. Interloqué de ce qu’un si petit virus bien moins meurtrier qu’Ebola ou que des fléaux chroniques comme l’alcoolisme, la folie au volant, avaient pu produire, ce journaliste talentueux a mis en regard le coût faramineux de cet arrêt surréaliste de la machine et plaidé pour qu’on arrête les frais du confinement. Que n’avait-il pas dit ! Pourtant, il n’était pas l’âne de La Fontaine, ne confessant nulle faute. La réaction d’indignation a été virulente, même si l’on peut se gausser des belles âmes qui braillent aujourd’hui pour exiger trois mois plus tard la « reprise » (autre mot étendard des droites ou honni du Mouvement en Mai 1968). Mais ce qui paraît frappant encore une fois, c’est l’ahurissante unanimité mondiale de la classe dirigeante de droite comme de gauche à arrêter l’économie en ne conservant que ses fonctions vitales.

    Cela a commencé par le président Xi Jinping qui, très logiquement quand on regarde ses débuts dans la province du Fujian, ne jurait la veille que par une croissance à 6,6%, seule garante de la paix sociale. Cela s’est poursuivi avec le chef du gouvernement italien qui la veille pourtant, courrait après la reprise afin d’éteindre son déficit budgétaire et la dette géante du pays. Finalement, toutes les démocraties européennes, même les plus attachées à l’orthodoxie monétaire comme l’Allemagne, ou ne jurant que par les fondamentaux de la mondialisation néolibérale comme le Royaume-Uni, toutes ont, horresco referens, descendu sans ménagements ni délais le pavillon de la croissance et haussé celui de l’arrêt partiel et du confinement. Dans les « démocratures » européennes comme la Hongrie, la Pologne, la Biélo-Russie, l’Ouzbékistan, chez les présidents populistes nord-américain ou brésilien, même capitulation en rase campagne. Même confinement sous diverses nuances, même mise en veilleuse d’une énorme partie de l’activité, bien que dans certains endroits, on ait caché les morts ou interdit de prononcer le mot même du virus. Tous les analystes avaient tellement donné le néo-libéralisme comme triomphant que beaucoup se sont frottés les yeux. Ils ont vite trouvé que la mariée était trop belle. Il devait y avoir un lézard là dessous.

    Un complot, une thérapie de choc pour faire passer la liquidation finale de l’État Providence ?

    Alors sont entrés dans la danse les théories du capitalismes par les chocs (Noami Klein), ou celles teintées de Michel Foucault (près de 35 ans après le décès du maître) ou de Giorgio Agamben[1]. Pareil choc si aisément accepté par le patronat, par les riches, par « ses fondés de pouvoir » dans l’État, devait avoir pour fin d’imposer plus facilement un tour de vis dans l’exploitation, la liquidation de l’État Providence, celle des libertés publiques, l’avènement de Big Brother Numérique que les GAFA californiennes ou les BATX chinoises avaient préparés. Après le terrorisme et son état d’exception, l’état d’urgence sanitaire planétaire allait nous faire avaler un bio-contrôle de la population par le numérique. Le « capitalisme numérique » (Daniel Cohen) devait forcément être tapi en embuscade comme un méchant phénix prêt à resurgir, par miracle et tout guilleret après ce gigantesque tour de passe passe.

    Au reste tout s’expliquait, et le moindre détail (plus ou moins arraché de son contexte par les nouveaux Bouvard et Pécuchet de la médecine) rentrait dans le puzzle. Y compris les pires thèses complotistes. Les accusations de la contamination de l’Empire du Milieu par un GI américain lors des jeux Olympiques des sportifs des armées à Wuhan, à la mi-octobre 2019, les allusions américaines à la fuite du virus d’un laboratoire de Wuhan classé P4 ou P3 c’est-à-dire les degrés les plus élevés de dangerosité, celles de Luc Montagnier, le prix Nobel pour sa découverte du VIH, de la fuite d’un virus créé par l’apprenti sorcier chinois qui aurait combiné un coronavirus avec le virus du sida, ne sont que des codicilles de cette thèse plus englobante d’un grand-complot-capitaliste. Un autre prix Nobel de médecine, le japonais Tasuku Honjo a été enrôlé à son insu et malgré ses démentis dans l’info-tox d’un coronavirus fabriqué par l’homme.

    Si l’on veut résumer cette thèse du choc provoqué, disons qu’elle pousse aux extrêmes les traits de la théorie du bio-pouvoir, c’est-à-dire d’un capitalisme qui gouverne la population en produisant le vivant et en affirmant son pouvoir sur la vie nue (y compris par la menace des virus qui sont une production de mort par réplication mimétique du vivant) pour requinquer par une nouvelle piqûre de consentement, une hégémonie affaiblie.

    L’État Providence largué par hélicoptère ou gros porteur

    Ce que cette thèse n’explique pas, pourtant, c’est l’arrêt général qui en est résulté et qui n’a pas été une crise classique imposée aux classes laborieuses (du monde dans les deux premiers mondes, celui du capitalisme et celui de feu le socialisme ) puisque, et c’est le deuxième aspect stupéfiant de cette crise, non seulement le « capitalisme néolibéral mondial intégré », comme auraient dit Felix Guattari et Gilles Deleuze, a accepté cette suspension sans barguigner, mais il a pris des mesures de soutien aux salariés, aux chômeurs, aux entreprises petites, moyennes ou très grandes comme on n’en avait jamais vu de toute l’histoire du capitalisme. Ce n’est pas de l’argent par hélicoptère qui a été déversé comme le préconisait Milton Friedman et comme on s’était demandé si Mario Draghi ne l’avait pas pratiqué lors de la crise grecque avec la politique de quantitative easing de la Banque Centrale Européenne. C’est carrément le Welfare State (l’État Providence) dans toute sa puissance de frappe qui a été largué par hélicoptère ou par avions gros porteurs. Ce n’est pas le revenu universel, mais une garantie du revenu qui est apparue partout dans les pays riches, en Chine et sous des formes plus atténuées, en Inde, en Amérique Latine et en Afrique.

    S’il y avait complot à la racine de cette crise, il faut dire qu’il a échappé à ses auteurs car : a) c’est le complot le plus cher de toute l’histoire du capitalisme mis à part les deux guerres mondiales du siècle dernier ; b) les transformations qu’il a générées immédiatement comme celles qu’il a laissées entrevoir, sont totalement contre-productives s’il s’agissait d’une stratégie néo-libérale contre-révolutionnaire à la manière de la Tricontinentale qui se réunissait dans les années 1980 quand Margaret Thatcher claironnait fièrement « Tina » (there is no alternative) et surtout « la société, ça n’existe pas ! ( there is no such thing like society). Ce n’est même pas « il faut défendre la société » de Michel Foucault, c’est la société qui s’avère le héros indispensable pour sauver les vivants. Les mesures extraordinaires prises pour amortir l’arrêt de 60% de l’économie se chiffrent déjà après deux mois d’arrêt à près de 15% du PIB mondial et ce n’est qu’un début. Et paradoxalement le confinement, telle une grande marée basse, a laissé à découvert les béances, les blessures par quoi une société prend conscience d’elle-même comme un tout, tandis que les déficits initiaux en appellent d’autres à venir pour réformer radicalement la réforme des hôpitaux. Il faut peut-être avancer une autre hypothèse pour expliquer la Grande Suspension de l’économie-monde.

    Le prix de la mort est politique : bio-pouvoir ou bio-puissance ? « Le droit à la vie quoiqu’il en coûte »

    Tout a un prix en ces temps d’économisme triomphant, le Lifetime value (ce que vous vaudrez en termes de consommation tout au long de votre vie) que calculent les assurances pour déterminer votre prime, les banques pour vous consentir un prêt, un prêt étudiant par exemple. À l’autre extrémité de l’existence, vaut-il la peine de vous sauver la vie si votre vie ne vaut pas grand chose en terme de flux de revenus futurs ou de patrimoine déjà accumulé, ou s’il ne vous reste plus grand temps à vivre ? Cette évaluation de la vie humaine, comme « viande » ainsi qu’avait déjà peinte Francis Bacon, n’est pas différente de celle de l’éleveur qui suppute le bon moment pour envoyer sa vache laitière à l’abattoir. Et c’est probablement cette grande mise en équivalence marchande, qui nous repousse de plus en plus dans la consommation carnée. Yuval Harari l’a bien relevé dans sa réflexion récente qui propose d’industrialiser la production de protéines véganes.

    La gestion de la population comme production de bras utiles, de soldats, de chair à canon est passée par les politiques hygiénistes au XIXe siècle, par l’application mécaniste des lois de l’hérédité de Mendel dans la sélection des bonnes « races » avec les eugénistes américains, scandinaves puis nazis au XXe siècle. Les progrès de la connaissance dans la génétique ont fait surgir de nouvelles tentations de clonage de l’humain pour fabriquer des organes, de modification du génome, de production du vivant y compris humain. Est sacré ce dont on ne peut s’approcher et qu’on ne peut fouler aux pieds (ta abata en grec, comme le tombeau d’Œdipe à Colonne). Si la science nous fait approcher de plus en plus de la « production et modification du vivant », la vie des humains peut se calculer, s’évaluer et par là affaiblir, même en temps de paix, le deuxième commandement « tu ne tueras point ». C’est cette réalité dérangeante que Peter Sloterdijk avait remuée dans son petit texte très polémique Règles pour le parc humain face au vieil humanisme de Jürgen Habermas.

    Le trans-humanisme n’est pas en reste. Aussi, au fur et à mesure que les règles de l’évaluation du prix des choses s’étendent au vivant animal, puis au vivant humain, de nouvelles définitions comme de nouveaux tabous éthiques se mettent en place. À partir du moment où l’avortement devient légal, l’embryon n’est plus considéré comme une personne dès la conception, mais la prise en compte de la dignité du corps de la femme et de sa volonté prend le pas sur le réflexe de la horde d’augmenter son nombre. Les progrès de la médecine permettant l’acharnement thérapeutique (en particulier le maintien en vie de personnes dans un coma sans espoir de retour) mais aussi la sédation définitive, la question se retrouve au centre du droit de mourir dans la dignité. Les manipulations génétiques sortent aussi du domaine de la science fiction, ce qui conduit les législations nationales comme internationales à prohiber le clonage humain.On en a eu un rappel en novembre 2018 quand le Dr He Jiankui a annoncé avoir produit des bébés génétiquement modifiés pour les immuniser du virus du sida. Devant le tollé mondiale, le gouvernement chinois s’est résolu, peut-être à contre-cœur, à sévir contre cet apprenti sorcier.

    Mais, dans des sociétés vieillissantes où les plus de 65 ans vont constituer un tiers de la population tandis que le prix de la vie devient une quantité économiquement évaluable, c’est la mort dont le prix devient politiquement incalculable. Autrefois les guerres se calculaient froidement par leur coût en morts estimés ou réalisés. Le soir de la bataille d’Eylau où périrent 14 000 Français (il y en aura 30 000 à celle de Wagram), Napoléon déclara : « Une nuit de Paris réparera tout cela ». Le largage de la bombe atomique au dessus du Japon a été justifié comme ayant épargné beaucoup plus de morts qui auraient été à déplorer si la guerre avait dû se prolonger six mois de plus dans le Pacifique.

    Cette fois, contrairement à la grippe espagnole, qui se produisit à la fin de la pire boucherie de l’histoire, contrairement aux pandémies de la deuxième moitié du XXe siècle, le raisonnement qui consistait à mettre en balance (comme certains l’ont fait) les morts de cette « grippe », avec d’autres causes de mortalité, a été inaudible et sévèrement jugé, mais aussi impossible à assumer. Il n’y a pas de prix de la mort mesurable et donc acceptable. Son prix politique a été jugé exorbitant. D’où le « quoi qu’il en coûte » des gouvernements de toutes les nations vieillissantes (de la Chine à l’Europe aux États-Unis). Trump de ce point de vue, est beaucoup plus proche de Bolsonaro ou de Narendra Modi. Sauf chez ces illuminés « jeunistes » qui ont traité l’épidémie de « grippette » ou persistent encore à le faire, la décision de suspendre l’économie non « essentielle » a été prise quasiment immédiatement (tant en Chine qu’en Europe). Les chiffres du manque à gagner étaient d’emblée astronomiques même si les 1 à 2% d’évaluation initiale ont été multipliés par dix ou par vingt en deux mois.

    En cette période d’affaiblissement des valeurs universelles des droits de l’Homme comme du multilatéralisme international sous la montée des populismes et du bilatéralisme des néo-nationalistes, il y a là quelque chose d’étonnant, de réconfortant et même de décisif. Pourquoi les États et les gouvernements dont on attendrait un étalage de cynisme et d’égoïsme ont-ils été convertis au « quoiqu’il en coûte » même si certains pays s’y sont ralliés tardivement puisqu’ils ont mis en avant la théorie de l’immunisation collective (herd immunity) qui permettait de ne pas arrêter l’économie et de considérer les morts du Covid-19 comme le prix à payer pour que le gros de la population acquièrent des anticorps la protégeant ? Cette vue s’est au reste effondrée au Royaume-Uni et en Suède quand on s’est aperçu qu’un très faible pourcentage de la population avait été en contact avec le virus, que l’acquisition d’une immunité n’était pas garantie et que le nombre de morts sacrifiés sur l’autel de cette amélioration du « cheptel humain » était électoralement insoutenable.

    Le droit à la vie de l’ensemble de la population (y compris ses « aînés », ses « anciens », ses « vieux ») a prévalu. Seul Bolsonaro et Trump et quelques quarterons de mini-dictateurs font exception. C’est un progrès de l’humanité. Face à tous ceux qui se plaignent essentiellement d’une irruption croissante d’un régime policier d’exception permanente, outillé du numérique, d’un Big Brother du bio-pouvoir, on peut trouver l’irruption de cette puissance de la vie, de cette valeur de la bio-puissance bien plus intéressante et porteuse d’avenir. On verra dans cette émergence comme une réponse à la marchandisation néo-libérale du vivant, mais on peut aussi y vérifier le principe méthodologique et politique qu’il n’est d’histoire et de compréhension des inflexions du pouvoir et du bio-pouvoir que que dans la composition de la puissance de la vie.

    Quelles sont les raisons de cette affirmation de la valeur de la vie dans son ensemble et pas simplement la désignation des contaminés, leur isolement et leur traitement qu’ils le veuillent ou non selon un curseur qui va des régimes autoritaires ou démocraties scandinaves qui font plus appel au sens citoyen ? Le fait que le virus n’a pas touché exclusivement les personnes âgées à faible défense immunitaire mais aussi des adultes en surpoids, diabétiques (deux maladies endémiques désormais) ? Que les complications cardiaques, cérébrales se déclarent y compris même si c’est très rare chez des enfants ? La contagiosité de la maladie chez des personnes infectées par le virus mais ne présentant pas des symptômes ? Le fait aussi que beaucoup de ceux qui étaient affectés échappaient aux complications graves ou mortelles ? Tout cela a empêché de donner un contours très précis à la population à isoler (à la différence des fléaux comme la peste ou la lèpre). Un traitement de tri a priori de la totalité de la population, comme la prise en charge systématique de toute personne présentant un symptôme de la maladie n’a été possible que dans les régimes assez peu démocratiques.

    Impossible aussi d’attribuer la maladie à un comportement « irresponsable » (comme l’alcoolisme, la conduite automobile dangereuse, la sexualité non protégée). Donc la palette des réponses néo-libérales (vous êtes responsable de votre vie, c’est à vous de vous protéger et de vous assurer !) s’est trouvée complètement disqualifiée. La société a été touchée en bloc. La façon dont on traite les anciens, comme les pauvres (a fortiori si les deux se cumulent) dans les sociétés humaines constitue un révélateur. En ce sens, toute société est plus ou moins confucéenne, mais aujourd’hui, l’importance du savoir, des connaissances dans un capitalisme de régime cognitif qui met beaucoup moins les personnes âgées au rencard que le capitalisme industriel, joue certainement un rôle dans la valeur nouvelle attachée aux « vieux » devenus les « aînés ». Dès la fin des années 1970, des démographes avaient montré que les populations vieillissantes n’étaient nullement condamnées à la stagnation économiques à l’inverse des vieux schémas natalistes. La vieillesse a cessé de rimer avec mauvaise santé, décrépitude sociale et hospices.

    Retour à la normale, résilience, transformation, effets de cliquet ?

    Si nous nous tournons maintenant vers les effets de ce ré-encastrement brutal et temporaire de l’économie (pour parler comme Karl Polanyi), temporaire car il n’a jamais voulu s’installer dans la durée, même si cette parenthèse pourrait s’avérer plus longue qu’initialement escomptée, force est de constater qu’ils sont considérables. Dire que rien ne sera plus comme avant ne mange pas de pain puisqu’en histoire, jamais rien ne se répète deux fois. Plus modestement, contentons-nous d’énumérer quelques obstacles à un retour en arrière, ce que les économistes appellent les effets de cliquet, ou les prospectivistes et les théoriciens de la complexité appellent plus prudemment des points de bifurcation, et qui empêchent de prolonger une tendance passée soit que des accélérations ou des changements de plans se soient produits provoquant des seuils, soit que des nœuds ou des trous noirs apparaissent, ou bien simplement que des points d’accroche ou capitons (oh Lacan) bloquent les retours en arrière.

    Presque aussi rapidement qu’en Mai 68, le moment de la reprise du travail est venu. Reprise de l’activité, des transports, reprise de l’école, de l’université, du tourisme. Moultes espèrent fermer la parenthèse. Le Medef avec beaucoup de sagesse apprise à ses dépends après Mai 68, s’est inquiété de la persistance de cet arrêt, car plus longue est la pause, plus dur sera le retour à la normale. Pour certaines entreprises, la résilience serait un retour aux fondamentaux comme on dit de l’économie, de la discipline et du « business as usual ». Or ce satané virus qui n’a vraiment pas l’air de s’estomper avec les chaleurs estivales en Europe ou en Extrême Orient, est toujours-là. La reprise s’avère compliquée partout. Celle des écoles, pas mal merci ! Le concours de l’Eurovision a été lui aussi virtualité après tant de festivals. Même le sacro-saint sport (Jeux Olympiques, Tour de France, tournois de Tennis, championnats de football) est durablement touché jusqu’à la fin de l’année.

    Et puis quand bien même la reprise finirait par s’effectuer de façon désespérante, sur le modèle de l’extrait du film Sauve qui peut Trostky ! de Jacques Willemont[2] où une jeune ouvrière en pleurs se rebelle. « Non, je ne rentrerai pas, je ne foutrai plus les pieds dans cette taule, c’est trop dégueulasse ! », des transformations se sont produites par l’épreuve des faits mais aussi dans les têtes, réalité peut-être plus importante encore pour l’ « après ». Après 1968, la contestation ouvrière se prolongera comme une onde de choc pendant quatre ans pour finalement avoir largement la peau du travail à la chaîne en Europe Occidentale. Bien des transformations invisibles se sont produites durant ces deux mois d’arrêt quasi total (lock-down dit-on en anglais), ce qui fait écho au lockout patronal traditionnel, sauf que cette fois il a été ordonné par l’État et que les mis à l’arrêt ont continué dans une grande majorité des cas à être payées.

    Les transformations visibles

    Les mutations ont été largement commentées. Le télétravail qui avait tant de mal à être mis en place, s’est généralisé à tous ceux qui n’avaient pas les mains dans le cambouis (fût-il celui des ordinateurs, des infrastructures des réseaux). Le travail « immatériel » de bureau, la programmation de la logistique se sont mis en place finalement assez aisément. La persistance de l’épidémie et la lenteur du dé-confinement ont déjà conduit les gouvernements à encourager un passage plus long, voire définitif au travail à distance. PSA a annoncé que ses cadres ne reviendraient qu’une fois par semaine sur le site de production. Plus subtil mais non moins décisif, les relations de travail ont été mises à nu durant cette période d’exception. Les relations sociales également, que ce soit dans un sens négatif avec l’exacerbation des tensions ou au contraire positif quand l’activité associative, les initiatives locales se sont substituées à un État central peu réactif ou carrément incompétent.

    La devise de la République a été réécrite concrètement à l’envers : d’abord la fraternité, l’aide, puis l’égalité et seulement après la liberté. L’aspiration à l’égalité de traitement dans la maladie quel que soit son âge, sa condition sociale a été renforcée par le brassage des services d’urgence à l’hôpital. La hiérarchie des salaires est devenue d’autant plus palpable que les moins payés ont été aussi les moins confinés dans le télétravail, les plus exposés. Les comparaisons avec l’Allemagne dans le secteur de la santé ont fait mal. Le rôle indispensable des petits métiers sans lesquels la machine économique n’aurait pas pu tourner au ralenti, l’importance vitale des soignants, pompiers, infirmiers a suscité une reconnaissance avec ses rites au balcon tous les soirs. Dans les hôpitaux, malgré d’invraisemblables lenteurs, des moyens sont apparus comme par enchantement. Les gestionnaires de la tarification à l’acte, du coefficient de remplissage des lits, du rationnement permanent et courtelinesque, ont un temps disparus. Un administrateur qui n’avait pas bien compris le moment a parlé des réductions d’effectifs prévues. Il a été muté immédiatement.

    On peut, sans grand risque de se tromper, dire que pour les dix prochaines années les plans de rationalisation du système de santé, de mise en place du leaning management, d’économie d’échelle, d’organisation de l’hôpital comme une entreprise à flux tendus, de compressions d’effectifs, de blocage des rémunérations, ont été grillés par l’épisode coronavirus. Ils sont dorénavant persona non grata. Il deviendra très très difficile pour des pouvoirs publics où qu’ils soient en Europe mais aussi dans le monde de reprendre la partition néolibérale de l’efficience du système de santé entendue comme faire plus avec moins de moyens. Il en va de même avec les métiers d’enseignements. Combien de fois a-t-on entendu de la part de parents qui avaient tenté de faire classe à leurs enfants : « Pas commode, c’est un vrai métier ! ».

    Au chapitre encore des « invisibles » devenus visibles, il faut compter les inégalités que le modèle néo-libéral parvenait souvent à camoufler élégamment en « fragilité congénitale ». Le filet de protection sociale qui trônait au-dessus des autels de la République, comme les nuages vaporeux et délicats de Fragonard, est descendu sur la terre et là, les trous mités de ses draperies, les trompes-l’œil du décor, sont apparus pour de bon, de près et pas « en perspective ». Les gestionnaires parlent de « trous dans la raquette », mais ce sont plutôt des milliers de récifs apparus avec cette marée basse exceptionnelle dont il faudrait parler. Dans les pays d’Afrique ou d’Amérique, ce sont ces milliers d’enfants des rues qui comptent d’ordinaire sur la charité des passants pour manger. Il a fallu l’intervention d’organisations humanitaires plus habituées au camp de réfugiés ou aux zones de guerre. Chez nous, toute liste des professions, des secteurs d’activités, des salariés, des « populations en difficultés » s’allonge comme des tables gigognes et fait apparaître l’entrepreneur individuel, le gérant de société salarié, l’intérimaire, l’agent territorial recruté sur mission, le chômeur non indemnisé, le jeune de moins de 25 ans, les handicapés, les nounous des crèches privées, le vieillard aux minima sociaux.

    Plus frappant encore, dans les banlieues ouvrières particulièrement touchées car massivement demeurées au travail de manutention, de transport, de nettoyage, de service de soins, la pauvreté est apparue dans la sobriété glaçante de familles enfermées sur 50 m2 à 6 personnes dans des tours. Autrement dit, il a fallu le coronavirus et le confinement pour que nous nous apercevions que les 20% de familles incapables de payer la cantine scolaire (et donc le plus souvent prises en charges en catimini), souffraient durement de la fermeture des écoles car le repas de midi était souvent le seul repas complet de la journée. Autre réalité devenue visible : l’importance des revenus tirés du secteur informel, de l’économie grise, des myriades de petits boulots qui se sont souvent évaporés plaçant nombre de familles en difficulté immédiate.

    La société dite « d’abondance » a perdu ses atours, le carrosse s’est transformé en citrouille. Ce que les militants associatifs des Restos du Cœur, des Compagnons d’Emmaüs s’époumonaient à redire, dans le désert ouaté des micros de « tranche de vie », a soudain fait la une des chaînes d’info chaque jour, à chaque mesure nouvelle prise en catastrophe par le gouvernement. Et plus l’État Providence descendait en majesté parmi ses sujets, plus on a entendu « le roi est nu » ! Plus est apparu aussi le chemin qui reste à faire pour arriver à un État protecteur juste, c’est-à-dire traitant les 20% de la population les plus pauvres de façon acceptable.

    Bref la société existe bel et bien, n’en déplaise à feu la Dame de fer et surtout, elle sera bien plus difficile à gouverner que du temps où l’austérité, la peur inspirée par le terrorisme avaient largement réduit la contestation aux ronds-points du désert français. Contrôle numérique ou pas des populations, le virus a changé la donne sur la perception du numérique et de l’effet Big Brother. La potion chinoise n’a pas convaincu les autres pays car seule la liberté d’information aurait pu dissiper les soupçons qu’on nous a vendus en janvier-février ou carrément de l’épidémie dès novembre. D’autant que Taiwan et Hong Kong, en dissidence notoire avec la mère patrie, sont parmi les pays qui ont le mieux limité la casse du coronavirus. Les obstacles à la liberté d’aller et venir, le traçage numérique des patients et des relations avec lesquelles ils ont été en contact n’ont pas bonne presse. Les gouvernements en usent avec une prudence de chats craignant des retours de bâton.

    Les conséquences majeures d’une pluie d’argent « sans compter »

    La caractéristique la plus étonnante de cette crise aura été la suspension de tous les critères classiques de l’économie, l’intervention sans compter de l’État Providence (alors que l’on ne parlait que de sa crise depuis cinquante ans), et par conséquent cette pluie de liquidités, d’argent « sans compter » qui donne presque le vertige. Afin de financer l’aide sociale d’autant plus nécessaire outre-Atlantique que 30 millions de personnes ne sont pas couvertes par les assurances sociales, le Trésor américain vient de lancer un emprunt pour 2 900 milliards de dollars soit plus qu’un cinquième du PIB nord-américain. Entre le début de rédaction de cet article et la fin, il a rajouté encore au pot quelques milliers de milliards.

    À la différence de spéculations plus hasardeuses sur la suite, ce déversement astronomique d’argent a d’ores et déjà des conséquences fondamentales dans trois domaines majeurs où tout était bloqué par manque… d’argent justement : 1) la transformation écologique ; 2) la résorption de la pauvreté du fait de la croissance spectaculaire des inégalités à l’intérieur des pays malgré une réduction des inégalités entre les nations ; 3) la stagnation de l’intégration européenne sur le plan social, fiscal, des politiques industrielles et des nouvelles technologies européennes faute de dynamisme économique et de carburant financier. Les deux premières bifurcations concernent l’ensemble de la planète ; la troisième nous concerne particulièrement en Europe.

    Les politiques d’austérité sur la touche

    Dire, comme l’affirmait le ministre des Comptes Publics, Gérald Darmanin, venu de la droite et à un poste qui est par définition celui des économies, que « lorsqu’un incendie est en cours, on ne compte pas les seaux d’eau », ou bien répéter le mantra de Mario Draghi « quoi qu’il en coûtera », constituent une palinodie presque ahurissante pour le capitalisme néo-libéral que nous avions connu plus près de ses sous. Et lorsque l’application est immédiate, c’est un congé assez sec donné à la doctrine. De quoi faire se retourner dans leur tombe Reagan, Thatcher et Milton Friedman. Le néolibéralisme et les politiques d’austérité, de réduction des déficits budgétaires sont morts, et pas simplement au sein feutré et confidentiel des banquiers centraux. Eux étaient au courant depuis 2008.

    Pourquoi ? Tout simplement parce que chaque transformation urgente de l’économie mondiale – réduire les inégalités, sauver la planète, protéger la santé, l’éducation de la population (les programmes des Nations Unies parlent d’améliorer la qualité de la population) – se voyait opposée la même loi d’airain : il n’y a pas d’argent pour cela, il faut produire la richesse pour pouvoir la redistribuer, autrement dit, il faut continuer à saloper la planète pour avoir de quoi la sauver (éventuellement).

    De l’argent pour la transformation écologique

    Or quelle leçon les effondristes écologistes, les accélérationnistes, formes les plus radicales de contestation et de proposition d’alternative réelle, peuvent-ils tirer tranquillement de l’épisode coronavirus ? Que de l’argent, il peut y en avoir tant en quantité astronomique que très vite. C’est une question de volonté politique. Quand il y en a une, elle se traduit par de la création monétaire et la garantie par les banques centrales des emprunts des États et des prêts consentis par les banques de second rang. L’argent est le lien avec le futur. Il est créé par le crédit. Le crédit, c’est la confiance que l’on place dans le futur, dans la réalisation d’un cycle économique projeté. Même le très libéral Alain Minc, chantre de la « mondialisation heureuse » a rapidement prôné un régime de dette perpétuelle jamais remboursée pourvu que les intérêts très bas soient servis.

    Donc le financement de la transformation écologique, une urgence de premier ordre, est une décision politique. Ce n’est pas une question de contenance de la tire-lire des économies qui ferait qu’on ne pourrait pas se payer une atmosphère respirable, des énergies propres, une agriculture qui ne pollue pas les sols, une réduction drastique des transports grâce aux circuits courts. Aussi pouvons-nous tranquillement parier qu’on entendra Greta Thunberg dans les arènes internationales s’appuyer sur le précédent coronavirus : « Quand l’argent coulait à flots ». Les écologistes deviendront de plus en plus intolérants face à la procrastination coupable des grands argentiers du monde. Ils n’auront pas tort.

    Il n’y a pas que dans ce domaine que la réaction vitale face au coronavirus a semé les germes d’un autre futur possible. Le consensus relatif autour de la mondialisation, qui a tenu en échec la gauche et son refus de l’ordre néolibéral ou les tentatives de démocratiser le pouvoir en Chine et dans les pays du Tiers-Monde trouvaient largement leur origine dans la réduction de la pauvreté dans le monde. En quarante ans, c’est entre 350 et 450 millions d’humains qui ont été arrachés à la pauvreté, largement mais pas exclusivement en Chine. La stagnation de la croissance qui se heurte aux limites écologiques a largement compromis ce consensus mou depuis plusieurs années. Le déclin de la belle mécanique du commerce international, la remise en cause des divisions du travail qui s’étaient établies en fonction du libre-échange avec des conséquences sanitaires qu’on a vus, la récession qui va toucher non seulement l’Afrique mais toutes les économies, sont autant de signes qui indiquent qu’il va falloir beaucoup plus de protection pour éviter un chaos semblable à celui des années 1930. Le FMI prévoit un retour à la pauvreté de 400 millions d’humains.

    Le revenu universel, Acte 2

    La transition écologique, si elle est menée sérieusement, va affronter des coalitions d’intérêts si puissants que sans mobilisation du plus grand nombre possible de citoyens, elle n’a aucune chance de s’imposer. Mais cette « nouvelle donne productive » doit redessiner tellement profondément les industries, que le chantage à l’emploi qui servit déjà dans les années 1930 , puis après les chocs pétroliers 1974 et 1980 réapparaît sous forme à peine voilée quand nombre de chefs d’entreprises ont demandé que les contraintes environnementales soient reportées sine die. L’appui des populations n’est possible que si ces dernières sont protégées d’une régression sociale.

    Les instruments classiques de l’État-Providence ont été mobilisés avec une rapidité et des moyens qui auraient ravi J.M. Keynes et W.H. Beveridge, mais ils ont ainsi tirés leurs dernières cartouches. Si l’on ne profite pas de ce choc et des failles mises à nu dans le filet de la protection sociale, on risque de trouver les mêmes difficultés pour son financement dans un an ou deux à une échelle encore plus forte. Le système de protection sociale issue de la deuxième guerre mondiale et de la Grande dépression ne peut pas devenir un fort Chabrol de plus de la défense des statuts acquis quand tant de précaires et de « fragiles » ne sont pas protégés et risquent de l’être encore moins si l’on reconduit l’ancien système avec des taux de chômage dépassant les 10% de la population active.

    La revendication d’un revenu universel ou de base ou d’existence, peu importe le nom qu’on lui donne, est apparue depuis plus de vingt ans[3], au Nord comme au Sud. Elle a franchi avec la campagne de Benoit Hamon lors de l’élection présidentielle de 2017 en France, un seuil de visibilité. Cet objectif à l’horizon de la « question sociale » fait régulièrement l’objet de discussion, voire d’expérimentations au niveau de régions. En pleine crise de la pandémie, il a été mis en avant y compris par des parlementaires et élus locaux. Un revenu qui ne se confondrait pas avec la rationalisation des minima sociaux qui se trouvent à un niveau très bas (celui du RSA), un revenu individuel, inconditionnel (à l’envers des projets qui en font un revenu pour les pauvres !) cumulable avec une activité rémunérée, doit être le plus élevé possible en fonction du PIB d’un pays pour assurer à chacun l’autonomie en particulier pour se former à de nouveaux métiers. S’il remplace le salaire minimum dans une société largement ubérisée où nombre d’actifs dépendent d’un employeur qui ne dit pas son nom et qui se présente comme une plateforme de pur service, sans bénéficier d’aucune garantie de revenu entre les missions (tout comme les travailleurs intérimaires), il devrait se situer entre 1 000 et 1 200 euros net. Ce qui représente pas loin de 1 000 milliards en France.

    Cette somme qui représenterait pas loin du doublement du budget social de la nation paraît impossible à la plupart des économistes orthodoxes comme hétérodoxes sauf que la mise en place de l’État béveridgien à la Libération par le Conseil National de la Résistance a représenté un saut analogue et que cette somme devient concevable étant donné les ordres de grandeurs de l’argent mobilisé dans la crise du coronavirus. Une réforme de cette ampleur (qui seule parviendrait à éliminer le boulet croissant de la pauvreté qui oscille dorénavant entre 12 et 20% de la population au sein de la plupart des États membres de l’Union Européenne) devrait aller de pair avec une réforme fiscale qui n’a plus rien à voir avec les rafistolages que procureraient un rétablissement de l’ISF et une plus grand progressivité de l’impôt sur le revenu. Il faut changer également de regard sur la richesse, taxer la circulation et le chiffre d’affaire des multinationales du numérique, bref une taxe de 5% voire 6% sur toutes les transactions financières et monétaires. Mais ce type de reforme n’a de sens qu’à l’échelle européenne. Et nous découvrons alors qu’un programme social et environnemental des politiques à venir est étroitement dépendant de l’évolution des institutions de l’Union Européenne. Or sur ce dernier point, le Covid-19 a ouvert grande la porte d’un chargement décisif au sein de la Communauté Européenne.

    Le cliquet du fédéralisme européen : la crise Covid-19, danger mortel pour l’Europe

    À l’arrière plan de la pandémie Covid-19 s’est déroulé un épisode moins médiatisé et pourtant capital. L’Italie, pays le plus touché de l’Union puisque le Royaume-Uni n’en fait plus partie, a demandé rapidement l’aide européenne. Après quelques piteux cafouillages au cours desquels les pays voisins essayaient de se procurer des masques, des respirateurs au détriment même de la Péninsule, rechignant à toute solidarité concrète, la Commission a mesuré les dégâts collatéraux que l’absence de solidarité ferait courir au projet européen tout entier. Lors d’une première réunion catastrophique du Conseil, au cours duquel les représentants néerlandais, danois et allemands n’avaient pas voulu entendre la demande italienne d’un concours financier, autre que celui d’emprunts souscrits sur la base nationale, Mario Monté, le chef du gouvernement italien refusa de signer le communiqué final et obtint l’appui de neuf pays représentant 60% du PIB de l’Union (tous les pays latins dont la France et la Slovénie, plus l’Irlande, la Belgique et le Luxembourg). La décision fut différée à la réunion des grands argentiers de l’Union, le 29 mars. La veille, Jacques Delors[4], 95 ans, tel la statue du Commandeur adjura les États membres à faire preuve de solidarité.

    Fourmis et cigales dans la crise

    L’Europe du Nord, vite dénommée « Club des radins » ou plus poliment, la « nouvelle Ligue Hanséatique », (les mêmes sans l’Allemagne, plus les pays Scandinaves et Baltes), admit qu’il fallait recourir à un concours financier extraordinaire, mais dans le cadre du MES (mécanisme européen de stabilité) forgé dans la douleur et les compromis en plein crise grecque (2010-2012), c’est-à-dire mobiliser une partie des 700 milliards de fonds mis en réserve. Le MES consent des prêts mais assortit ces derniers de conditions sur la politique économique et budgétaire du pays demandeur. Argument irrecevable pour l’Italie, l’Espagne ou le Portugal. L’Allemagne lâcha du lest, et parla d’apporter un concours de 1 000 milliards d’euros au pot commun.

    Il faut dire qu’entre-temps, l’addition de la crise enflait d’heure en heure, que l’économie la plus forte voyait se profiler, malgré son faible nombre de mort, le même mouvement de baisse massive de la croissance que chez ses partenaires. La crise était symétrique ; il ne s’agissait plus d’apporter son concours à un pays qui avait mené une politique fautive, comme dans le cas de la Grèce. La Commission avait parlé d’un concours de 110 milliards pour financer le chômage partiel, la BCE dégaina une garantie de prêts pour 750 milliards. Il devint évident même aux fourmis de l’orthodoxie budgétaire stricte que le principe « les contribuables des pays vertueux qui ne doivent pas payer pour les cigales du sud », ne sauverait pas plus du désastre annoncé que lors de la crise de 2008.

    Comme d’habitude, notèrent les pessimistes, le Conseil renvoya le bébé encombrant à la Commission la chargeant de lui faire des propositions avant l’été. Néanmoins, des points non négligeables étaient acquis dès avril. Le caractère conditionnel des prêts du MES serait très vague : toutes les dépenses liées au coronavirus seraient éligibles. Le concours à un pays ne serait pas limité à un pourcentage de son PIB. Mais surtout les fonds du MES n’y suffiraient pas (son président avait au reste alerté à ce sujet). Et l’idée d’un plan de relance massif fut acquise même si ses modalités n’étaient pas encore arrêtées. L’idée qu’une bonne partie des sommes à financer seraient imputée au budget de la Commission, avait fait son nid. Ce principe n’avait l’air de rien, sauf qu’il ouvre à une Union budgétaire, donc des transferts (et plus de prêts remboursables). Que ces sommes soient financées par des bons du Trésor (Coronabonds) spécifiques, comme le demandaient le groupe des 9, ou par des bons de la Commission, est une une question de détail. Ce qui ne l’est pas du tout, c’est d’admettre que le budget européen connaisse, comme celui des États membres, un déficit et que l’Europe puisse emprunter sur la base de sa monnaie. Qu’il y aura une mutualisation des dettes.

    Tout le compromis européen depuis Maastricht entre fédéralistes et partisans d’une confédération avait été de fédéraliser (au moins dans la zone euro) la politique monétaire mais de laisser soigneusement la politique budgétaire à chaque État en stipulant même que la BCE ne devrait pas aider à combler les déficits budgétaires d’un pays. À la faveur de la crise du coronavirus qui replonge, comme après la crise de 2008, les budgets nationaux dans le rouge pour longtemps, mais cette fois-ci de façon plus forte et plus universelle, l’oxymoron fédération d’États-Nations se dénoue et le rapport de force se déplace en faveur des fédéralistes. Déjà, comme l’avaient noté les observateurs souverainistes, la BCE avait commencé à racheter des obligations de pays membres. Certes elle n’avait pas souscrit immédiatement et directement ces bons des Trésors nationaux. Distinguo ! Elle s’était contentée de les racheter sur le marché de second main, c’est-à-dire à des opérateurs les ayant acquis. Cela ne trompait personne. Les banquiers centraux moins que quiconque.

    Le vieux débat noyé sous l’énormité de la nouvelle dette

    Mais il n’était pas encore question de financer directement le déficit d’un budget européen qui par définition ne pouvait pas dépenser plus que ses recettes. Il n’était pas question d’un Trésor Européen car cela voulait dire une politique budgétaire commune. Or, juste avant la crise du coronavirus, le débat politique au Conseil Européen portait encore dans le vieux cadre des institutions existantes, sur l’augmentation ou la réduction modestes dans les deux cas du projet de budget 2021-2027. Les Pays-Bas suivis par l’Autriche, et derrière pas très loin, l’Allemagne voulaient contenir le budget d’à peine plus de 1% du PIB de l’Union (15 000 milliards) soit 154 milliards par an. Les plus ambitieux et dépensiers dont le Parlement européen, voulaient le porter à 200 milliards.

    Cette querelle souvent âpre et peu reluisante a été complètement noyée sous la pluie d’argent et de dettes futures. La ligne Maginot des anti-fédéralistes, une sorte de Ligue des contribuables (dont on avait eu des avant-goûts avec la Ligue Lombarde en Italie avec ce même refus du Nord de payer pour le Sud) a été complètement enfoncée. Cette bataille qui relègue le fameux Brexit au rang de péripétie subalterne, est capitale pour le futur de la construction européenne. Ceux qui auraient voulu qu’elle reste en coulisse, entre experts de l’Europe, cet édifice si complexe que son projet de Constitution en 2004 comprenait 448 articles en 475 pages, ont été rattrapés par la réalité. Le 5 mai 2020, la Cour Constitutionnelle allemande siégeant à Karlsruhe, a transformé le débat en véritable crise politique de l’Union Européenne.

    La bombe du 5 mai à Karlsruhe

    Épousant sur le fond les thèses confédéralistes, se référant à la lettre des Traités, l’arrêt de la Cour allemande a enjoint le gouvernement de contrôler la BCE qui rachète par la politique d’assouplissement quantitatif des milliards de dette publique des États sans respecter les règles de proportionnalité des crédits ainsi consentis au PIB des États membres (donc favorisant des transferts vers les pays bénéficiaires et une mutualisation de fait des dettes). Au passage, elle accuse la BCE par ses taux d’intérêt négatif de pénaliser l’épargne des citoyens allemands. Elle demande aussi que la Commission n’outrepasse pas ces mêmes limites. Enfin et c’est sans doute le plus grave, elle remet en question la prééminence du droit communautaire y compris en matière constitutionnelle (arrêt Costa,1965) et donc celle de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui siège à Luxembourg.

    Ce faisant, elle se déjuge elle-même car sur la question de l’aide à la Grèce et de la politique de la BCE, elle s’était dessaisie d’une plainte introduite par des contribuables allemands et avait renvoyé à cette Cour de Luxembourg puis à l’arrêt de cette même Cour qui avait avalisée la politique de la BCE (pour la petite histoire, la Cour et Luxembourg étaient présidés alors par un juge grec). Cette attaque inouïe a affolé les esprits qui y ont vu un signe avant coureur de l’implosion de l’Union sous l’effet de la crise du Covid-19.

    Les réactions européennes ont été d’autant plus vives que la position de la Cour de Karlsruhe apportait de l’eau au moulin du Club des Radins. La Commission Européenne dirigée par Ursula van der Leyen, une citoyenne allemande, n’a pas hésité à évoquer la menace d’une procédure en infraction contre l’Allemagne face à la remise en cause de la justice européenne. La Cour de Justice de Luxembourg, dans un communiqué glacial, a expliqué qu’elle n’avait pas à commenter le fond d’un arrêt d’une chambre inférieure dans la hiérarchie des juridictions, et elle s’est bornée à relever sur la forme que la démarche de ladite Cour violait les traités et mettait en péril l’ensemble de l’édifice institutionnel de l’Union.

    La déroute prévisible des confédéralistes

    La chancelière allemande devant la Chambre de Députés s’est contentée de dire : « Cela va nous inciter à faire davantage en matière de politique économique, afin de faire progresser l’intégration », mais en annonçant que l’Allemagne était prête à mettre 1 000 milliards d’euros sur la table, une somme qui dépasse le PIB annuel de 23 des 27 membres, elle a clairement indiqué que la politique économique, donc la politique budgétaire, allait être intégrée davantage, ce qui veut dire qu’en contrepartie de davantage de solidarité, il y aura davantage de fédéralisme. Donc un budget fédéral plus important et la possibilité pour Bruxelles d’emprunter directement sur le marché des capitaux.

    En fait, la charge désespérée des confédéralistes devant le risque de plus en plus patent de défaite en rase campagne qui les attend, va aboutir à l’effet inverse de ce qu’ils recherchaient : au lieu de re-consolider la souveraineté nationale, leur tentative ne laissera pas d’autre choix à l’Union européenne que de réformer les Traités dans le sens de « cette intégration toujours plus poussée » qui figure dans leur préambule et qui a conduit le Royaume-Uni à reprendre le large. Il faut comprendre la logique de la Cour allemande, héritière d’une tradition juridique dès la fin du XIXe siècle et qui a persisté même sous le régime nazi pour devenir, avec la république Fédérale, une obsession de la défense des individus (face au modèle communiste). La tradition allemande, ce qui va de pair avec une culture du compromis formalisé ex ante, veut que l’on procède selon ce qui est écrit. Elle n’aime pas beaucoup les fonctionnements en dehors des clous. Une dette est une dette, et elle doit être réglée (même si au passage se trouvent oubliées les réparations jamais payées rubis sur l’ongle après les secondes guerres mondiales).

    Au sein de la BCE, les membres de la Bundesbank ont été très réticents aux « mesures non conventionnelles » et à leur souplesse pour sauver l’euro. Régulièrement mis en minorité au sein du Directoire de la BCE, les faucons de la Bundesbank ont dû s’incliner. Lors de la crise grecque, Thilo Sarrazin, membre du Directoire de mai 2009 à septembre 2010, membre du SPD, démissionne en raison du scandale que suscite son best-seller L’Allemagne disparaît, et la même année il écrit un autre pamphlet L’Allemagne n’a pas besoin de l’Euro. Cette option constituera la base de la fondation d’Alternative Für Deutschland, le parti d’extrême droite dont le porte-parole sera pendant deux ans l’économiste libéral Bernd Lucke. La dénomination de ce nouveau parti était une réponse à Angela Merkel qui avait justifié l’aide à la Grèce endossée par la BCE, en disant qu’il n’y avait pas d’alternative à cette solution pour sauver l’Euro.

    Dix ans plus tard, on a l’impression d’une scène qui se rejoue à propos de l’Italie, puis rapidement de l’ensemble des États membres. L’issue sera la même : l’Allemagne ne pourra se dérober. Mais elle obtiendra grâce à ce verdict de sa Cour Constitutionnelle la formalisation dans les Traités de ce qui a été la pratique réelle de l’Union Européenne pour survivre. Le « fédéralisme rampant » comme le définissaient les Anglais, aptes eux à comprendre la jurisprudence qui innerve la constitution matérielle de l’édifice européen, est apparu aux yeux de tous. La constitution formelle de l’Europe va devoir rejoindre sa constitution matérielle. Et celle-ci sera de plus en plus fédérale. C’est de souveraineté européenne dans les domaines sanitaires, industriels, budgétaires qu’il sera question et plus du tout de la souveraineté chères aux néo-nationalistes. L’Europe n’avance que dans les crises. La Covid-19 aura rendu un sacré service à l’Europe. Et ses morts autant que les soignants des vivants auront bien mérité de la bannière étoilée de l’Union.

    [1] « Sans vouloir minimiser l’importance de l’épidémie, il faut pourtant se demander si celle-ci peut justifier des mesures de limitation de la liberté qui n’avaient jamais été prises dans l’histoire de notre pays, pas même durant les deux guerres mondiales. N’ait le doute légitime qu’en répandant la panique et en isolant les gens dans leurs maisons, l’on a voulu se décharger sur la population des gravissimes responsabilités des gouvernements qui avaient d’abord démantelé le service sanitaire nationale et ensuite, en Lombardie commis une série d’erreurs non moins graves dans la façon d’affronter l’épidémie » (Georgio Agmaben le 22 avril 2020 dans sa rubrique sur le site de l’éditeur Quodlibet)

    [2] Dans le cadre de ce film, la petite équipe d’étudiants en cinéma, dont Pierre Bonneau à la caméra, Liane Estiez au son, réalise le 10 juin 1968 un plan-séquence de neuf minutes, Wonder, mai 68, qui portera aussi le titre La Reprise du travail aux usines Wonder.

    [3] Voir par exemple le site du BIEN (Basic Income Earth Network)

    [4] « Le manque de solidarité fait courir un danger mortel à l’Union Européenne », estime-t-il dans « Coronavirus : l’Europe en danger de mort, selon Jacques Delors », Huffington Post.

    #austérité #revenu #Europe

  • [vidéo] Handicap : le contrat social invalide
    https://www.youtube.com/watch?v=ohFUlAW_ylQ&feature=youtu.be

    En 2018, l’Insee dénombrait 2,8 million de personnes de 15 à 64 ans ayant une reconnaissance administrative du handicap qui devrait leur garantir un emploi, grâce à la loi de 1987. Or seules près d’un million de personnes considérées comme handicapées travaillent. Faut-il rappeler pourtant que l’enjeu n’est pas de gommer la singularité, mais bien d’admettre la différence ? Qu’adapter les institutions, ce n’est pas faire une faveur aux personnes en situation de handicap ? Qu’il ne s’agit pas d’un privilège accordé ? Ne pas discriminer ne signifie pas traiter à l’identique mais offrir les aménagements nécessaires à ceux et celles qui en ont besoin. Source : (...)

  • Covid-19, la #frontiérisation aboutie du #monde

    Alors que le virus nous a rappelé la condition de commune humanité, les frontières interdisent plus que jamais de penser les conditions du cosmopolitisme, d’une société comme un long tissu vivant sans couture à même de faire face aux aléas, aux menaces à même d’hypothéquer le futur. La réponse frontalière n’a ouvert aucun horizon nouveau, sinon celui du repli. Par Adrien Delmas, historien et David Goeury, géographe.

    La #chronologie ci-dessus représente cartographiquement la fermeture des frontières nationales entre le 20 janvier et le 30 avril 2020 consécutive de la pandémie de Covid-19, phénomène inédit dans sa célérité et son ampleur. Les données ont été extraites des déclarations gouvernementales concernant les restrictions aux voyages, les fermetures des frontières terrestres, maritimes et aériennes et des informations diffusées par les ambassades à travers le monde. En plus d’omissions ou d’imprécisions, certains biais peuvent apparaitre notamment le décalage entre les mesures de restriction et leur application.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=64&v=mv-OFB4WfBg&feature=emb_logo

    En quelques semaines, le nouveau coronavirus dont l’humanité est devenue le principal hôte, s’est propagé aux quatre coins de la planète à une vitesse sans précédent, attestant de la densité des relations et des circulations humaines. Rapidement deux stratégies politiques se sont imposées : fermer les frontières nationales et confiner les populations.

    Par un processus de #mimétisme_politique global, les gouvernements ont basculé en quelques jours d’une position minimisant le risque à des politiques publiques de plus en plus drastiques de contrôle puis de suspension des mobilités. Le recours systématique à la fermeture d’une limite administrative interroge : n’y a-t-il pas, comme répété dans un premier temps, un décalage entre la nature même de l’#épidémie et des frontières qui sont des productions politiques ? Le suivi de la diffusion virale ne nécessite-t-il un emboîtement d’échelles (famille, proches, réseaux de sociabilité et professionnels…) en deçà du cadre national ?

    Nous nous proposons ici de revenir sur le phénomène sans précédent d’activation et de généralisation de l’appareil frontalier mondial, en commençant par retrouver la chronologie précise des fermetures successives. Bien que resserrée sur quelques jours, des phases se dessinent, pour aboutir à la situation présente de fermeture complète.

    Il serait vain de vouloir donner une lecture uniforme de ce phénomène soudain mais nous partirons du constat que le phénomène de « frontiérisation du monde », pour parler comme Achille Mbembe, était déjà à l’œuvre au moment de l’irruption épidémique, avant de nous interroger sur son accélération, son aboutissement et sa réversibilité.

    L’argument sanitaire

    Alors que la présence du virus était attestée, à partir de février 2020, dans les différentes parties du monde, la fermeture des frontières nationales s’est imposée selon un principe de cohérence sanitaire, le risque d’importation du virus par des voyageurs était avéré. Le transport aérien a permis au virus de faire des sauts territoriaux révélant un premier archipel économique liant le Hubei au reste du monde avant de se diffuser au gré de mobilités multiples.

    Pour autant, les réponses des premiers pays touchés, en l’occurrence la Chine et la Corée du Sud, se sont organisées autour de l’élévation de barrières non-nationales : personnes infectées mises en quarantaine, foyers, ilots, ville, province etc. L’articulation raisonnée de multiples échelles, l’identification et le ciblage des clusters, ont permis de contrôler la propagation du virus et d’en réduire fortement la létalité. A toutes ces échelles d’intervention s’ajoute l’échelle mondiale où s‘est organisée la réponse médicale par la recherche collective des traitements et des vaccins.

    Face à la multiplication des foyers de contamination, la plupart des gouvernements ont fait le choix d’un repli national. La fermeture des frontières est apparue comme une modalité de reprise de contrôle politique et le retour aux sources de l’État souverain. Bien que nul dirigeant ne peut nier avoir agi « en retard », puisque aucun pays n’est exempt de cas de Covid-19, beaucoup d’États se réjouissent d’avoir fermé « à temps », avant que la vague n’engendre une catastrophe.

    L’orchestration d’une réponse commune concertée notamment dans le cadre de l’OMS est abandonnée au profit d’initiatives unilatérales. La fermeture des frontières a transformé la pandémie en autant d’épidémies nationales, devenant par là un exemple paradigmatique du nationalisme méthodologique, pour reprendre les termes d’analyse d’Ulrich Beck.

    S’impose alors la logique résidentielle : les citoyens présents sur un territoire deviennent comptables de la diffusion de l’épidémie et du maintien des capacités de prise en charge par le système médical. La dialectique entre gouvernants et gouvernés s’articule alors autour des décomptes quotidiens, de chiffres immédiatement comparés, bien que pas toujours commensurables, à ceux des pays voisins.

    La frontiérisation du monde consécutive de la pandémie de coronavirus ne peut se résumer à la seule somme des fermetures particulières, pays par pays. Bien au contraire, des logiques collectives se laissent entrevoir. A défaut de concertation, les gouvernants ont fait l’expérience du dilemme du prisonnier.

    Face à une opinion publique inquiète, un chef de gouvernement prenait le risque d’être considéré comme laxiste ou irresponsable en maintenant ses frontières ouvertes alors que les autres fermaient les leurs. Ces phénomènes mimétiques entre États se sont démultipliés en quelques jours face à la pandémie : les États ont redécouvert leur maîtrise biopolitique via les mesures barrières, ils ont défendu leur rationalité en suivant les avis de conseils scientifiques et en discréditant les approches émotionnelles ou religieuses ; ils ont privilégié la suspension des droits à grand renfort de mesures d’exception. Le risque global a alors légitimé la réaffirmation d’une autorité nationale dans un unanimisme relatif.

    Chronologie de la soudaineté

    La séquence vécue depuis la fin du mois janvier de l’année 2020 s’est traduite par une série d’accélérations venant renforcer les principes de fermeture des frontières. Le développement de l’épidémie en Chine alarme assez rapidement la communauté internationale et tout particulièrement les pays limitrophes.

    La Corée du Nord prend les devants dès le 21 janvier en fermant sa frontière avec la Chine et interdit tout voyage touristique sur son sol. Alors que la Chine développe une stratégie de confinement ciblé dès le 23 janvier, les autres pays frontaliers ferment leurs frontières terrestres ou n’ouvrent pas leurs frontières saisonnières d’altitude comme le Pakistan.

    Parallèlement, les pays non frontaliers entament une politique de fermeture des routes aériennes qui constituent autant de points potentiels d’entrée du virus. Cette procédure prend des formes différentes qui relèvent d’un gradient de diplomatie. Certains se contentent de demander aux compagnies aériennes nationales de suspendre leurs vols, fermant leur frontière de facto (Algérie, Égypte, Maroc, Rwanda, France, Canada, entre autres), d’autres privilégient l’approche plus frontale comme les États-Unis qui, le 2 février, interdisent leur territoire au voyageurs ayant séjournés en Chine.

    La propagation très rapide de l’épidémie en Iran amène à une deuxième tentative de mise en quarantaine d’un pays dès le 20 février. Le rôle de l’Iran dans les circulations terrestres de l’Afghanistan à la Turquie pousse les gouvernements frontaliers à fermer les points de passage. De même, le gouvernement irakien étroitement lié à Téhéran finit par fermer la frontière le 20 février. Puis les voyageurs ayant séjourné en Iran sont à leur tour progressivement considérés comme indésirables. Les gouvernements décident alors de politiques d’interdiction de séjour ciblées ou de mises en quarantaine forcées par la création de listes de territoires à risques.

    Le développement de l’épidémie en Italie amène à un changement de paradigme dans la gestion de la crise sanitaire. L’épidémie est dès lors considérée comme effectivement mondiale mais surtout elle est désormais perçue comme incontrôlable tant les foyers de contamination potentiels sont nombreux.

    La densité des relations intra-européennes et l’intensité des mobilités extra-européennes génèrent un sentiment d’anxiété face au risque de la submersion, le concept de « vague » est constamment mobilisé. Certains y ont lu une inversion de l’ordre migratoire planétaire. Les pays aux revenus faibles ou limités décident de fermer leurs frontières aux individus issus des pays aux plus hauts revenus.

    Les derniers jours du mois de février voient des gouvernements comme le Liban créer des listes de nationalités indésirables, tandis que d’autres comme Fiji décident d’un seuil de cas identifiés de Covid-19. Les interdictions progressent avec le Qatar et l’Arabie Saoudite qui ferment leur territoire aux Européens dès le 9 mars avant de connaître une accélération le 10 mars.

    Les frontières sont alors emportées dans le tourbillon des fermetures.

    La Slovénie débute la suspension de la libre circulation au sein de l’espace Schengen en fermant sa frontière avec l’Italie. Elle est suivie par les pays d’Europe centrale (Tchéquie, Slovaquie). En Afrique et en Amérique, les relations avec l’Union européenne sont suspendues unilatéralement. Le Maroc ferme ses frontières avec l’Espagne dès le 12 mars. Ce même jour, les États-Unis annonce la restriction de l’accès à son territoire aux voyageurs issu de l’Union européenne. La décision américaine est rapidement élargie au monde entier, faisant apparaitre l’Union européenne au cœur des mobilités planétaires.

    En quelques jours, la majorité des frontières nationales se ferment à l’ensemble du monde. Les liaisons aériennes sont suspendues, les frontières terrestres sont closes pour éviter les stratégies de contournements.

    Les pays qui échappent à cette logique apparaissent comme très minoritaires à l’image du Mexique, du Nicaragua, du Laos, du Cambodge ou de la Corée du Sud. Parmi eux, certains sont finalement totalement dépendants de leurs voisins comme le Laos et le Cambodge prisonniers des politiques restrictives du Vietnam et de la Thaïlande.

    Au-delà de ces gouvernements qui résistent à la pression, des réalités localisées renseignent sur l’impossible fermeture des frontières aux mobilités quotidiennes. Ainsi, malgré des discours de fermeté, exception faite de la Malaisie, des États ont maintenus la circulation des travailleurs transfrontaliers.

    Au sein de l’espace Schengen, la Slovénie maintient ses relations avec l’Autriche, malgré sa fermeté vis-à-vis de l’Italie. Le 16 mars, la Suisse garantit l’accès à son territoire aux salariés du Nord de l’Italie et du Grand Est de la France, pourtant les plus régions touchées par la pandémie en Europe. Allemagne, Belgique, Norvège, Finlande, Espagne font de même.

    De l’autre côté de l’Atlantique, malgré la multiplication des discours autoritaires, un accord est trouvé le 18 mars avec le Canada et surtout le 20 mars avec le Mexique pour maintenir la circulation des travailleurs. Des déclarations conjointes sont publiées le 21 mars. Partout, la question transfrontalière oblige au bilatéralisme. Uruguay et Brésil renoncent finalement à fermer leur frontière commune tant les habitants ont développé un « mode de vie binational » pour reprendre les termes de deux gouvernements. La décision unilatérale du 18 mars prise par la Malaisie d’interdire à partir du 20 mars tout franchissement de sa frontière prend Singapour de court qui doit organiser des modalités d’hébergement pour plusieurs dizaines de milliers de travailleurs considérés comme indispensables.

    Ces fermetures font apparaitre au grand jour la qualité des coopérations bilatérales.

    Certains États ferment d’autant plus facilement leur frontière avec un pays lorsque préexistent d’importantes rivalités à l’image de la Papouasie Nouvelle Guinée qui ferme immédiatement sa frontière avec l’Indonésie pourtant très faiblement touchée par la pandémie. D’autres en revanche, comme la Tanzanie refusent de fermer leurs frontières terrestres pour maintenir aux États voisins un accès direct à la mer.

    Certains observateurs se sont plu à imaginer des basculements dans les rapports de pouvoirs entre l’Afrique et l’Europe notamment. Après ces fermetures soudaines, le bal mondial des rapatriements a commencé, non sans de nombreuses fausses notes.

    L’accélération de la frontiérisation du monde

    La fermeture extrêmement rapide des frontières mondiales nous rappelle ensuite combien les dispositifs nationaux étaient prêts pour la suspension complète des circulations. Comme dans bien des domaines, la pandémie s’est présentée comme un révélateur puissant, grossissant les traits d’un monde qu’il est plus aisé de diagnostiquer, à présent qu’il est suspendu.

    Ces dernières années, l’augmentation des mobilités internationales par le trafic aérien s’est accompagnée de dispositifs de filtrage de plus en plus drastiques notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les multiples étapes de contrôle articulant dispositifs administratifs dématérialisés pour les visas et dispositifs de plus en plus intrusifs de contrôle physique ont doté les frontières aéroportuaires d’une épaisseur croissante, partageant l’humanité en deux catégories : les mobiles et les astreints à résidence.

    En parallèle, les routes terrestres et maritimes internationales sont restées actives et se sont même réinventées dans le cadre des mobilités dites illégales. Or là encore, l’obsession du contrôle a favorisé un étalement de la frontière par la création de multiples marches frontalières faisant de pays entiers des lieux de surveillance et d’assignation à résidence avec un investissement continu dans les dispositifs sécuritaires.

    L’épaisseur des frontières se mesure désormais par la hauteur des murs mais aussi par l’exploitation des obstacles géophysiques : les fleuves, les cols, les déserts et les mers, où circulent armées et agences frontalières. À cela s’est ajouté le pistage et la surveillance digitale doublés d’un appareil administratif aux démarches labyrinthiques faites pour ne jamais aboutir.

    Pour décrire ce phénomène, Achille Mbembe parlait de « frontiérisation du monde » et de la mise en place d’un « nouveau régime sécuritaire mondial où le droit des ressortissants étrangers de franchir les frontières d’un autre pays et d’entrer sur son territoire devient de plus en plus procédural et peut être suspendu ou révoqué à tout instant et sous n’importe quel prétexte. »

    La passion contemporaine pour les murs relève de l’iconographie territoriale qui permet d’appuyer les représentations sociales d’un contrôle parfait des circulations humaines, et ce alors que les frontières n’ont jamais été aussi polymorphes.

    Suite à la pandémie, la plupart des gouvernements ont pu mobiliser sans difficulté l’ingénierie et l’imaginaire frontaliers, en s’appuyant d’abord sur les compagnies aériennes pour fermer leur pays et suspendre les voyages, puis en fermant les aéroports avant de bloquer les frontières terrestres.

    Les réalités frontalières sont rendues visibles : la Norvège fait appel aux réservistes et retraités pour assurer une présence à sa frontière avec la Suède et la Finlande. Seuls les pays effondrés, en guerre, ne ferment pas leurs frontières comme au sud de la Libye où circulent armes et combattants.

    Beaucoup entretiennent des fictions géographiques décrétant des frontières fermées sans avoir les moyens de les surveiller comme la France en Guyane ou à Mayotte. Plus que jamais, les frontières sont devenues un rapport de pouvoir réel venant attester des dépendances économiques, notamment à travers la question migratoire, mais aussi symboliques, dans le principe de la souveraineté et son autre, à travers la figure de l’étranger. Classe politique et opinion publique adhèrent largement à une vision segmentée du monde.

    Le piège de l’assignation à résidence

    Aujourd’hui, cet appareil frontalier mondial activé localement, à qui l’on a demandé de jouer une nouvelle partition sanitaire, semble pris à son propre piège. Sa vocation même qui consistait à décider qui peut se déplacer, où et dans quelles conditions, semble égarée tant les restrictions sont devenues, en quelques jours, absolues.

    Le régime universel d’assignation à résidence dans lequel le monde est plongé n’est pas tant le résultat d’une décision d’ordre sanitaire face à une maladie inconnue, que la simple activation des dispositifs multiples qui préexistaient à cette maladie. En l’absence d’autres réponses disponibles, ces fermetures se sont imposées. L’humanité a fait ce qu’elle savait faire de mieux en ce début du XXIe siècle, sinon la seule chose qu’elle savait faire collectivement sans concertation préalable, fermer le monde.

    L’activation de la frontière a abouti à sa consécration. Les dispositifs n’ont pas seulement été activés, ils ont été renforcés et généralisés. Le constat d’une entrave des mobilités est désormais valable pour tous, et la circulation est devenue impossible, de fait, comme de droit. Pauvres et riches, touristes et hommes d’affaires, sportifs ou diplomates, tout le monde, sans exception aucune, fait l’expérience de la fermeture et de cette condition dans laquelle le monde est plongé.

    Seuls les rapatriés, nouveau statut des mobilités en temps de pandémie, sont encore autorisés à rentrer chez eux, dans les limites des moyens financiers des États qu’ils souhaitent rejoindre. Cette entrave à la circulation est d’ailleurs valable pour ceux qui la décident. Elle est aussi pour ceux qui l’analysent : le témoin de ce phénomène n’existe pas ou plus, lui-même pris, complice ou victime, de cet emballement de la frontiérisation.

    C’est bien là une caractéristique centrale du processus en cours, il n’y a plus de point de vue en surplomb, il n’y a plus d’extérieur, plus d’étranger, plus de pensée du dehors. La pensée est elle-même confinée. Face à la mobilisation et l’emballement d’une gouvernementalité de la mobilité fondée sur l’entrave, l’abolition pure et simple du droit de circuler, du droit d’être étranger, du droit de franchir les frontières d’un autre pays et d’entrer sur son territoire n’est plus une simple fiction.

    Les dispositifs de veille de ces droits, bien que mis à nus, ne semblent plus contrôlables et c’est en ce sens que l’on peut douter de la réversibilité de ces processus de fermeture.

    Réversibilité

    C’est à l’aune de ce constat selon lequel le processus de frontiérisation du monde était à déjà l’œuvre au moment de l’irruption épidémique que l’on peut interroger le caractère provisoire de la fermeture des frontières opérée au cours du mois de mars 2020.

    Pourquoi un processus déjà enclenché ferait machine arrière au moment même où il accélère ? Comme si l’accélération était une condition du renversement. Tout se passe plutôt comme si le processus de frontiérisation s’était cristallisé.

    La circulation internationale des marchandises, maintenue au pic même de la crise sanitaire, n’a pas seulement permis l’approvisionnement des populations, elle a également rappelé que, contrairement à ce que défendent les théories libérales, le modèle économique mondial fonctionne sur l’axiome suivant : les biens circulent de plus en plus indépendamment des individus.

    Nous venons bien de faire l’épreuve du caractère superflu de la circulation des hommes et des femmes, aussi longtemps que les marchandises, elles, circulent. Combien de personnes bloquées de l’autre côté d’une frontière, dans l’impossibilité de la traverser, quand le moindre colis ou autre produit traverse ?

    Le réseau numérique mondial a lui aussi démontré qu’il était largement à même de pallier à une immobilité généralisée. Pas de pannes de l’Internet à l’horizon, à l’heure où tout le monde est venu y puiser son travail, ses informations, ses loisirs et ses sentiments.

    De là à penser que les flux de data peuvent remplacer les flux migratoires, il n’y qu’un pas que certains ont déjà franchi. La pandémie a vite fait de devenir l’alliée des adeptes de l’inimitié entre les nations, des partisans de destins et de développement séparés, des projets d’autarcie et de démobilité.

    Alors que le virus nous a rappelé la condition de commune humanité, les frontières interdisent plus que jamais de penser les conditions du cosmopolitisme, d’une société comme un long tissu vivant sans couture à même de faire face aux aléas, aux zoonoses émergentes, au réchauffement climatique, aux menaces à même d’hypothéquer le futur.

    La réponse frontalière n’a ouvert aucun horizon nouveau, sinon celui du repli sur des communautés locales, plus petites encore, formant autant de petites hétérotopies localisées. Si les étrangers que nous sommes ou que nous connaissons se sont inquiétés ces dernières semaines de la possibilité d’un retour au pays, le drame qui se jouait aussi, et qui continue de se jouer, c’est bien l’impossibilité d’un aller.

    https://blogs.mediapart.fr/adrien-delmas/blog/280520/covid-19-la-frontierisation-aboutie-du-monde
    #frontières #fermeture_des_frontières #migrations #covid-19 #coronavirus #immobilité #mobilité #confinement #cartographie #vidéo #animation #visualisation #nationalisme_méthodologique #ressources_pédagogiques #appareil_frontalier_mondial #cohérence_sanitaire #crise_sanitaire #transport_aérien #Hubei #clusters #échelle #repli_national #contrôle_politique #Etat-nation #unilatéralisme #multilatéralisme #dilemme_du_prisonnier #mesures_barrière #rationalité #exceptionnalité #exceptionnalisme #autorité_nationale #soudaineté #routes_aériennes #Iran #Italie #Chine #vague #nationalités_indésirables #travailleurs_étrangers #frontaliers #filtrage #contrôles_frontaliers #contrôle #surveillance #marches_frontalières #assignation_à_résidence #pistage #surveillance_digitale #circulations #imaginaire_frontalier #ingénierie_frontalière #compagnies_aériennes #frontières_terrestres #aéroports #fictions_géographiques #géographie_politique #souveraineté #partition_sanitaire #rapatriés #gouvernementalité #droit_de_circuler #liberté_de_circulation #liberté_de_mouvement #réversibilité #irréversibilité #provisoire #définitif #cristallisation #biens #marchandises #immobilité_généralisée #cosmopolitisme #réponse_frontalière

    ping @mobileborders @karine4 @isskein @thomas_lacroix @reka

    • Épisode 1 : Liberté de circulation : le retour des frontières

      Premier temps d’une semaine consacrée aux #restrictions de libertés pendant la pandémie de coronavirus. Arrêtons-nous aujourd’hui sur une liberté entravée que nous avons tous largement expérimentée au cours des deux derniers mois : celle de circuler, incarnée par le retour des frontières.

      https://www.franceculture.fr/emissions/cultures-monde/droits-et-libertes-au-temps-du-corona-14-liberte-de-circulation-le-ret

    • #Anne-Laure_Amilhat-Szary (@mobileborders) : « Nous avons eu l’impression que nous pouvions effectivement fermer les frontières »

      En Europe, les frontières rouvrent en ordre dispersé, avec souvent le 15 juin pour date butoir. Alors que la Covid-19 a atteint plus de 150 pays, la géographe Anne-Laure Amilhat-Szary analyse les nouveaux enjeux autour de ces séparations, nationales mais aussi continentales ou sanitaires.

      https://www.franceculture.fr/geopolitique/anne-laure-amilhat-szary-nous-avons-eu-limpression-que-nous-pouvions-e

    • « Nous sommes très loin d’aller vers un #repli à l’intérieur de #frontières_nationales »
      Interview avec Anne-Laure Amilhat-Szary (@mobileborders)

      Face à la pandémie de Covid-19, un grand nombre de pays ont fait le choix de fermer leurs frontières. Alors que certains célèbrent leurs vertus prophylactiques et protectrices, et appellent à leur renforcement dans une perspective de démondialisation, nous avons interrogé la géographe Anne-Laure Amilhat Szary, auteure notamment du livre Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ? (PUF, 2015), sur cette notion loin d’être univoque.

      Usbek & Rica : Avec la crise sanitaire en cours, le monde s’est soudainement refermé. Chaque pays s’est retranché derrière ses frontières. Cette situation est-elle inédite ? À quel précédent historique peut-elle nous faire penser ?

      Anne-Laure Amilhat Szary : On peut, semble-t-il, trouver trace d’un dernier grand épisode de confinement en 1972 en Yougoslavie, pendant une épidémie de variole ramenée par des pèlerins de La Mecque. 10 millions de personnes avaient alors été confinées, mais au sein des frontières nationales… On pense forcément aux grands confinements historiques contre la peste ou le choléra (dont l’efficacité est vraiment questionnée). Mais ces derniers eurent lieu avant que l’État n’ait la puissance régulatrice qu’on lui connaît aujourd’hui. Ce qui change profondément désormais, c’est que, même confinés, nous restons connectés. Que signifie une frontière fermée si l’information et la richesse continuent de circuler ? Cela pointe du doigt des frontières aux effets très différenciés selon le statut des personnes, un monde de « frontiérités » multiples plutôt que de frontières établissant les fondements d’un régime universel du droit international.

      Les conséquences juridiques de la fermeture des frontières sont inédites : en supprimant la possibilité de les traverser officiellement, on nie l’urgence pour certains de les traverser au péril de leur vie. Le moment actuel consacre en effet la suspension du droit d’asile mis en place par la convention de Genève de 1951. La situation de l’autre côté de nos frontières, en Méditerranée par exemple, s’est détériorée de manière aiguë depuis début mars.

      Certes, les populistes de tous bords se servent de la menace que représenteraient des frontières ouvertes comme d’un ressort politique, et ça marche bien… jusqu’à ce que ces mêmes personnes prennent un vol low-cost pour leurs vacances dans le pays voisin et pestent tant et plus sur la durée des files d’attentes à l’aéroport. Il y a d’une part une peur des migrants, qui pourraient « profiter » de Schengen, et d’autre part, une volonté pratique de déplacements facilités, à la fois professionnels et de loisirs, de courte durée. Il faut absolument rappeler que si le coronavirus est chez nous, comme sur le reste de la planète, c’est que les frontières n’ont pas pu l’arrêter ! Pas plus qu’elles n’avaient pu quelque chose contre le nuage de Tchernobyl. L’utilité de fermer les frontières aujourd’hui repose sur le fait de pouvoir soumettre, en même temps, les populations de différents pays à un confinement parallèle.

      Ne se leurre-t-on pas en croyant assister, à la faveur de la crise sanitaire, à un « retour des frontières » ? N’est-il pas déjà à l’œuvre depuis de nombreuses années ?

      Cela, je l’ai dit et écrit de nombreuses fois : les frontières n’ont jamais disparu, on a juste voulu croire à « la fin de la géographie », à l’espace plat et lisse de la mondialisation, en même temps qu’à la fin de l’histoire, qui n’était que celle de la Guerre Froide.

      Deux choses nouvelles illustrent toutefois la matérialité inédite des frontières dans un monde qui se prétend de plus en plus « dématérialisé » : 1) la possibilité, grâce aux GPS, de positionner la ligne précisément sur le terrain, de borner et démarquer, même en terrain difficile, ce qui était impossible jusqu’ici. De ce fait, on a pu régler des différends frontaliers anciens, mais on peut aussi démarquer des espaces inaccessibles de manière régulière, notamment maritimes. 2) Le retour des murs et barrières, spectacle de la sécurité et nouvel avatar de la frontière. Mais attention, toute frontière n’est pas un mur, faire cette assimilation c’est tomber dans le panneau idéologique qui nous est tendu par le cadre dominant de la pensée contemporaine.

      La frontière n’est pas une notion univoque. Elle peut, comme vous le dites, se transformer en mur, en clôture et empêcher le passage. Elle peut être ouverte ou entrouverte. Elle peut aussi faire office de filtre et avoir une fonction prophylactique, ou bien encore poser des limites, à une mondialisation débridée par exemple. De votre point de vue, de quel type de frontières avons-nous besoin ?

      Nous avons besoin de frontières filtres, non fermées, mais qui soient véritablement symétriques. Le problème des murs, c’est qu’ils sont le symptôme d’un fonctionnement dévoyé du principe de droit international d’égalité des États. À l’origine des relations internationales, la définition d’une frontière est celle d’un lieu d’interface entre deux souverainetés également indépendantes vis-à-vis du reste du monde.

      Les frontières sont nécessaires pour ne pas soumettre le monde à un seul pouvoir totalisant. Il se trouve que depuis l’époque moderne, ce sont les États qui sont les principaux détenteurs du pouvoir de les fixer. Ils ont réussi à imposer un principe d’allégeance hiérarchique qui pose la dimension nationale comme supérieure et exclusive des autres pans constitutifs de nos identités.

      Mais les frontières étatiques sont bien moins stables qu’on ne l’imagine, et il faut aujourd’hui ouvrir un véritable débat sur les formes de frontières souhaitables pour organiser les collectifs humains dans l’avenir. Des frontières qui se défassent enfin du récit sédentaire du monde, pour prendre véritablement en compte la possibilité pour les hommes et les femmes d’avoir accès à des droits là où ils vivent.

      Rejoignez-vous ceux qui, comme le philosophe Régis Debray ou l’ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg, font l’éloge des frontières et appellent à leur réaffirmation ? Régis Débray écrit notamment : « L’indécence de l’époque ne provient pas d’un excès mais d’un déficit de frontières »…

      Nous avons toujours eu des frontières, et nous avons toujours été mondialisés, cette mondialisation se réalisant à l’échelle de nos mondes, selon les époques : Mer de Chine et Océan Indien pour certains, Méditerranée pour d’autres. À partir des XII-XIIIe siècle, le lien entre Europe et Asie, abandonné depuis Alexandre le Grand, se développe à nouveau. À partir du XV-XVIe siècle, c’est l’âge des traversées transatlantiques et le bouclage du monde par un retour via le Pacifique…

      Je ne suis pas de ces nostalgiques à tendance nationaliste que sont devenus, pour des raisons différentes et dans des trajectoires propres tout à fait distinctes, Régis Debray ou Arnaud Montebourg. Nous avons toujours eu des frontières, elles sont anthropologiquement nécessaires à notre constitution psychologique et sociale. Il y en a même de plus en plus dans nos vies, au fur et à mesure que les critères d’identification se multiplient : frontières de race, de classe, de genre, de religion, etc.

      Nos existences sont striées de frontières visibles et invisibles. Pensons par exemple à celles que les digicodes fabriquent au pied des immeubles ou à l’entrée des communautés fermées, aux systèmes de surveillance qui régulent l’entrée aux bureaux ou des écoles. Mais pensons aussi aux frontières sociales, celles d’un patronyme étranger et racialisé, qui handicape durablement un CV entre les mains d’un.e recruteur.e, celles des différences salariales entre femmes et hommes, dont le fameux « plafond de verre » qui bloque l’accès aux femmes aux fonctions directoriales. Mais n’oublions pas les frontières communautaires de tous types sont complexes car mêlant à la fois la marginalité choisie, revendiquée, brandie comme dans les « marches des fiertés » et la marginalité subie du rejet des minorités, dont témoigne par exemple la persistance de l’antisémitisme.

      La seule chose qui se transforme en profondeur depuis trente ans et la chute du mur de Berlin, c’est la frontière étatique, car les États ont renoncé à certaines des prérogatives qu’ils exerçaient aux frontières, au profit d’institutions supranationales ou d’acteurs privés. D’un côté l’Union Européenne et les formes de subsidiarité qu’elle permet, de l’autre côté les GAFAM et autres géants du web, qui échappent à la fiscalité, l’une des raisons d’être des frontières. Ce qui apparaît aussi de manière plus évidente, c’est que les États puissants exercent leur souveraineté bien au-delà de leurs frontières, à travers un « droit d’ingérence » politique et militaire, mais aussi à travers des prérogatives commerciales, comme quand l’Arabie Saoudite négocie avec l’Éthiopie pour s’accaparer ses terres en toute légalité, dans le cadre du land grabbing.

      Peut-on croire à l’hypothèse d’une démondialisation ? La frontière peut-elle être précisément un instrument pour protéger les plus humbles, ceux que l’on qualifie de « perdants de la mondialisation » ? Comment faire en sorte qu’elle soit justement un instrument de protection, de défense de certaines valeurs (sociales notamment) et non synonyme de repli et de rejet de l’autre ?

      Il faut replacer la compréhension de la frontière dans une approche intersectionnelle : comprendre toutes les limites qui strient nos existences et font des frontières de véritables révélateurs de nos inégalités. Conçues comme des instruments de protection des individus vivant en leur sein, dans des périmètres où l’Etat détenteur du monopole exclusif de la violence est censé garantir des conditions de vie équitables, les frontières sont désormais des lieux qui propulsent au contraire les personnes au contact direct de la violence de la mondialisation.

      S’il s’agit de la fin d’une phase de la mondialisation, celle de la mondialisation financière échevelée, qui se traduit par une mise à profit maximalisée des différenciations locales dans une mise en concurrence généralisée des territoires et des personnes, je suis pour ! Mais au vu de nos technologies de communication et de transports, nous sommes très loin d’aller vers un repli à l’intérieur de frontières nationales. Regardez ce que, en période de confinement, tous ceux qui sont reliés consomment comme contenus globalisés (travail, culture, achats, sport) à travers leur bande passante… Regardez qui consomme les produits mondialisés, du jean à quelques euros à la farine ou la viande produite à l’autre bout du monde arrivant dans nos assiettes moins chères que celle qui aurait été produite par des paysans proches de nous… Posons-nous la question des conditions dans lesquelles ces consommateurs pourraient renoncer à ce que la mondialisation leur offre !

      Il faut une approche plus fine des effets de la mondialisation, notamment concernant la façon dont de nombreux phénomènes, notamment climatiques, sont désormais établis comme étant partagés - et ce, sans retour possible en arrière. Nous avons ainsi besoin de propositions politiques supranationales pour gérer ces crises sanitaires et environnementales (ce qui a manqué singulièrement pour la crise du Cocid-19, notamment l’absence de coordination européenne).

      Les frontières sont des inventions humaines, depuis toujours. Nous avons besoin de frontières comme repères dans notre rapport au monde, mais de frontières synapses, qui font lien en même temps qu’elles nous distinguent. De plus en plus de personnes refusent l’assignation à une identité nationale qui l’emporterait sur tous les autres pans de leur identité : il faut donc remettre les frontières à leur place, celle d’un élément de gouvernementalité parmi d’autres, au service des gouvernants, mais aussi des gouvernés. Ne pas oublier que les frontières devraient être d’abord et avant tout des périmètres de redevabilité. Des espaces à l’intérieur desquels on a des droits et des devoirs que l’on peut faire valoir à travers des mécanismes de justice ouverts.

      https://usbeketrica.com/article/on-ne-va-pas-vers-repli-a-interieur-frontieres-nationales

  • Quand les villes suent

    Le changement climatique provoque de plus en plus de vagues de #chaleur. Ce sont les villes qui en souffrent le plus. En été, elles enregistrent davantage de jours de #canicule et de #nuits_tropicales. Pour se rafraîchir, elles misent sur la #végétalisation, la multiplication des #plans_d’eau ouverts et une bonne #circulation_de_l’air dans les quartiers.

    En été, lorsqu’il fait chaud, les jets d’eau de la Place fédérale de Berne ravissent autant les touristes que les locaux. Devant les grandes façades de grès du Palais fédéral et de la Banque nationale, des enfants s’ébattent entre les 26 jets d’eau qui représentent chacun un canton suisse. Trempés jusqu’aux os, ils s’allongent à plat ventre sur le sol en pierre chaud pour se faire sécher. Aux terrasses des restaurants, au bord de l’Aar et aux stands de glaces, on respire une atmosphère méditerranéenne. Et c’est un fait : du point de vue climatique, les villes de l’hémisphère nord deviennent de plus en plus méridionales. Une étude de chercheurs de l’ETH de Zurich, qui ont analysé les changements climatiques prévus ces 30 prochaines années pour 520 capitales, le démontre. En 2050, le climat de Berne pourrait être le même que celui de Milan aujourd’hui. Londres lorgnera du côté de Barcelone, Stockholm de Budapest et Madrid de Marrakech.

    En Suisse, les derniers scénarios climatiques prévoient une hausse des températures estivales de 0,9 à 2,5 degrés Celsius. Par conséquent, le nombre de jours de canicule (dès 30°C) continuera d’augmenter, mettant à rude épreuve surtout les villes, qui deviennent de véritables #îlots_de_chaleur. Enfilades de maisons sans #ombre et #places_asphaltées réchauffent fortement l’atmosphère. La nuit, l’air refroidit peu, et les « nuits tropicales » (lorsque le thermomètre ne descend pas au-dessous de 20°C) se multiplient.

    Des #arbres plutôt que des #climatiseurs

    En Suisse, le chef-lieu du canton du Valais, #Sion, est particulièrement touché par la hausse de la chaleur : dans aucune autre ville suisse, les températures n’ont autant grimpé au cours de ces 20 dernières années. Le nombre de jours de canicule est passé de 45 à 70 depuis 1984. Il y a six ans, le chef-lieu a lancé un projet pilote soutenu par la Confédération, « #AcclimataSion ». Le but est de mieux adapter l’#aménagement_urbain et les normes de construction au changement climatique, explique Lionel Tudisco, urbaniste de la ville. Le slogan qui accompagne le projet est le suivant : « Du vert et du bleu plutôt que du gris ». Dans l’espace public, on mise sur une végétalisation accrue. « Un arbre livre la même fraîcheur que cinq climatiseurs », souligne l’urbaniste. À l’ombre des arbres, on enregistre en journée jusqu’à sept degrés de moins qu’aux alentours. Le « bleu » est fourni à la ville par les cours d’eau, fontaines, lacs ou fossés humides : « Ils créent des microclimats et réduisent les écarts de température ». Ces mesures visent non seulement à réduire la chaleur en ville, mais aussi à atténuer le risque d’inondations. Car le changement climatique accroît aussi la fréquence des fortes précipitations. Les Sédunois l’ont constaté en août 2018, quand un orage violent a noyé les rues basses de la ville en quelques instants.

    La réalisation phare d’« AcclimataSion » est le réaménagement du cours Roger Bonvin, une promenade située sur la tranchée couverte de l’autoroute. Avant, cet espace public de 500 mètres de long était peu attrayant et, avec ses surfaces imperméabilisées, il était livré sans protection aux rayons du soleil. Aujourd’hui, 700 arbres dispensent de l’ombre et des promeneurs flânent entre les îlots végétalisés. Une plage de sable et un vaste espace où s’asseoir et se coucher créent une atmosphère de vacances. Des enfants barbotent dans des bassins.

    #Points_chauds sur les #cartes_climatiques

    Dans les grandes villes suisses aussi, le changement climatique préoccupe les autorités. La ville de #Zurich s’attend à ce que le nombre de jours de canicule passe de 20 à 44, et veut agir. « Notre but est d’éviter la #surchauffe sur tout le territoire urbain », explique Christine Bächtiger, cheffe du département municipal de la protection de l’environnement et de la santé. Concrètement, il s’agit de réduire autant que possible les surfaces goudronnées ou imperméabilisées d’une autre manière. Car celles-ci absorbent les rayons du soleil et réchauffent les alentours. La ville souhaite aussi décharger certains quartiers où la densité d’habitants est forte et où vivent de nombreux seniors, particulièrement sensibles à la chaleur. On envisage d’étoffer le réseau de chemins menant à des parcs ou à des quartiers moins chargés. Par rapport à d’autres villes, Zurich jouit d’une topographie favorable : trois quarts des zones habitées urbaines bénéficient d’un air frais qui arrive la nuit par les collines boisées entourant la ville. Pour préserver cette #climatisation_naturelle, il faut conserver des axes de #circulation_de_l’air lorsqu’on construit ou limiter la hauteur des immeubles.

    La ville de #Bâle a elle aussi repéré les îlots de chaleur, les espaces verts rafraîchissants et les flux d’air sur une #carte_climatique. Des urbanistes et des architectes ont utilisé ces données pour construire le quartier d’#Erlenmatt, par exemple. Là, les bâtiments ont été orientés de manière à ne pas couper l’arrivée d’air frais de la vallée de Wiesental. De grands #espaces_ouverts et des rues avec des zones de verdure façonnent également l’image de ce nouveau quartier urbain construit selon des principes durables.

    La ville de #Genève, quant à elle, mise sur une végétalisation accrue. Les autorités ont arrêté l’été dernier un plan stratégique faisant de la végétalisation un instrument à part entière du Plan directeur communal. Dans le cadre du programme « #urbanature » déjà, les jardiniers municipaux avaient planté près de 1200 arbres et 1,7 million de plantes dans l’#espace_public. La municipalité juge par ailleurs qu’un changement de paradigme est nécessaire du côté de la #mobilité, avec une diminution du #trafic_individuel_motorisé. Ainsi, des cours intérieures aujourd’hui utilisées comme places de parc pourraient être végétalisées. Les arbres apportent de la fraîcheur en ville, et ils absorbent les particules fines qui se trouvent dans l’air.

    La ville de #Berne compte elle aussi agir à différents niveaux. Ainsi, les #revêtements ne seront plus imperméabilisés que si cela s’avère indispensable pour le trafic ou l’accès des personnes handicapées. Tandis qu’un revêtement en #asphalte sèche immédiatement après la pluie, l’eau s’infiltre dans les surfaces en #gravier et peut s’évaporer plus tard. « Nous devons repenser tout le #circuit_de_l’eau », déclare Christoph Schärer, directeur de Stadtgrün Bern. L’#eau ne doit plus être guidée au plus vite vers les #canalisations, mais rester sur place pour contribuer au #refroidissement_de_l’air par l’#évaporation ou pour assurer l’#irrigation. « Chaque mètre carré non imperméabilisé est un mètre carré gagné. » À Berne, les nombreuses #fontaines et #cours_d’eau participent aussi au refroidissement de l’atmosphère, comme le Stadtbach qui coule à ciel ouvert dans la vieille ville.

    En ce qui concerne la végétalisation, Berne adopte de plus en plus de variétés d’arbres « exotiques » adaptés au changement climatique. Certains arbres indigènes comme le tilleul à grandes feuilles ou l’érable sycomore supportent mal la chaleur et la sécheresse. Alors on plante par exemple des #chênes_chevelus. Ce feuillu originaire du sud de l’Europe supporte le chaud, mais aussi les hivers froids et les gelées printanières tardives qui ont été fréquentes ces dernières années. Christoph Schärer ne parlerait donc pas d’une « #méditerranéisation », du moins pas en ce qui concerne les arbres.

    https://www.revue.ch/fr/editions/2020/03/detail/news/detail/News/quand-les-villes-suent
    #urban_matter #changement_climatique #villes

    • Acclimatasion

      Le climat se réchauffe et les événements extrêmes se multiplient. Avec ACCLIMATASION la Ville de Sion s’est engagée pour la réalisation d’aménagements urbains qui donnent la priorité à la végétation et au cycle de l’eau. Objectif ? Diminuer la chaleur, favoriser la biodiversité et limiter les risques d’inondation.

      La Confédération réagit face au changement climatique. De 2014 à 2016, elle a soutenu une trentaine de projets pilotes avec pour but d’identifier les meilleures pistes pour limiter les dommages et maintenir la qualité de vie des habitants.

      La Ville de Sion, en partenariat avec la Fondation pour le développement durable des régions de montagne, a été choisie pour mener à bien un projet lié à l’adaptation des villes au changement climatique, c’est ACCLIMATASION.

      Au terme du projet pilote une série de résultats concrets sont visibles, en particulier :

      Des aménagements exemplaires ont été réalisés par la Ville dans le cadre du projet pilote et se poursuivent aujourd’hui par la réalisation de nouveaux projets. Le réaménagement du Cours Roger Bonvin réalisé en 2016 est le projet phare d’ACCLIMATASION.
      Des projets privés ont été soutenus pour montrer des solutions concrètes et inciter les propriétaires à s’engager. Le guide de recommandations à l’attention des propriétaires privés capitalise les actions concrètes que tout un chacun peut entreprendre.
      Diverses actions ont été menées pour sensibiliser la population, échanger avec les professionnels et mobiliser les responsables politiques : événements de lancement et de capitalisation, expositions et concours grand public, interventions dans les écoles.
      Les outils d’aménagement du territoire évoluent progressivement, de même que les compétences des services communaux et des professionnels. En particulier, les principes d’un aménagement urbain adapté au changement climatique ont été consolidés dans des lignes directrices adoptées par l’exécutif de la Ville en 2017 et applicables à l’ensemble des espaces publics.

      https://www.youtube.com/watch?v=PUI9YsWfT7o

      https://www.sion.ch/acclimatasion

    • #urbannature

      Ce programme, lancé par le Conseiller administratif Guillaume Barazzone, repense les espaces publics bétonnés en les rendant plus conviviaux et en les végétalisant. À terme, il a comme ambition de favoriser la biodiversité en milieu urbain. Le programme urbanature rend Genève encore plus verte ; il est mis en place et réalisé par le Service des espaces verts (SEVE).

      Le programme
      Corps de texte

      Il comprend trois niveaux d’action : des réalisations temporaires et saisonnières (fin mai à fin octobre), des aménagements durables, ainsi que l’élaboration d’un plan stratégique de végétalisation.

      Chaque année, des réalisations temporaires permettent d’amener de la végétation rapidement dans différents secteurs de la Ville. Depuis 2015, des projets durables de végétalisation sont réalisés afin d’étendre le maillage vert encore essentiellement constitué par les parcs. Le plan stratégique de végétalisation de la Ville sert à décrire les différentes actions concrètes à mener à long terme pour rendre Genève encore plus verte.

      https://vimeo.com/97531194

      https://www.urbanature.ch

    • Ô comme je pense que le mépris des dirigeants bordelais pour la nature en ville vient du fait qu’ils ont des jardins (la ville est très verte entre les murs des particuliers) et qu’ils passent l’été au cap Ferret. Qu’ils n’ont donc pas besoin de ces arbres qui pour d’autres sont vitaux.

  • About 88000 to automatically benefit from Self-Employed Person Income Relief Scheme
    https://www.mom.gov.sg/newsroom/press-releases/2020/0327-about-88000-to-automatically-benefit-from-self-employed-person-income-r

    The Ministry of Manpower will introduce a Self-Employed Person (SEP) Income Relief Scheme (SIRS) to support eligible SEPs with less means, and tide them over this period of economic uncertainty.

    2 Under the scheme, eligible SEPs will receive three quarterly cash payouts of $3,000 each in May, July and October 2020.

    À Singapour, continuité de revenu pour les travailleurs indépendant·es : 3000 S$ par trimestre, c’est en pouvoir d’achat singapourien l’équivalent de 3000 € et le dispositif est prévu pour durer neuf mois. Classe.
    #revenu_garanti (assurer la continuité de revenu en cas de crise, plutôt #assurance_revenu) #Singapour