• https://offensivesonore.blogspot.com/2019/02/emission-du-15-fevrier-2018.html

    La révolte des Gilets Jaunes (partie 3)

    Emission du 15 février 2018, enregistrement fait avec lieux Commun le 6 février débats à propos des "Gilets Jaunes". Alors que le mouvement continue inéluctablement, plusieurs éléments change la donne ; les listes estampillés « Gilets Jaunes » et les « assemblées d’assemblées » (comme à Commercy) qui semblent être chacune détaché de la base. D’un autre coté les samedi de manifestation semblent s’enfoncer dans l’impasse de la violence alors que la répression n’a jamais été aussi forte.

    #audio #radio #offensive_sonore #radio_libertaire #audio #mouvement_ouvrier #gilets_jaunes #banlieues #ruralité #mouvement_social #gauchisme #violences #gauches #ric #commercy #empire


  • When the Camera Was a Weapon of Imperialism. (And When It Still Is.)

    I first saw the photograph some years ago, online. Later, I tracked it down to its original source: “In Afric’s Forest and Jungle: Or Six Years Among the Yorubans,” a memoir published in 1899 by the Rev. R.H. Stone. It shows a crowd in what is now Nigeria, but what was then Yorubaland under British colonial influence. The caption below the photograph reads: “A king of Ejayboo. Governor of Lagos on right. For years the rulers of this fierce tribe made the profession of Christianity a capital crime.” This description is familiar in tone from anthropological literature of the period, though the photograph is hard to date precisely. “Ejayboo” is what we would nowadays spell as “Ijebu,” a subgroup of Yoruba. That catches my attention: I am Yoruba and also Ijebu. This picture is a time capsule from a world to which I am connected but had not seen before, a world by colonial encounter.

    By the middle of the 19th century, through treaties and threats of force, the British had wrested control of the coastal city Lagos from its king. They then turned their efforts to improving access to the goods and services in the Yoruba hinterland. The Yoruba were already by that time a populous and diverse ethnic group, full of rivalrous kingdoms large and small, some friendly to the British, others less so.

    Stone, a Virginian sent by the Southern Baptist Convention, lived among them — lived among us — for two spells, in 1859-63 and 1867-69, before, during and after the American Civil War. He had this to say about Yoruba people: “They are reasonable, brave and patriotic, and are capable of a very high degree of intellectual culture.” It is praise, but must be understood in the context of a statement he makes earlier in his book about living “among the barbarous people” of that part of the world. In any case, the Ijebu in the mid-19th century were largely wealthy traders and farmers who did not want to give the British right of way to the interior of the country; only through diplomacy, subterfuge and violence were they finally overcome.

    This photograph was made in the aftermath. The white governor of Lagos — based on the plausible dates, it is probably John Hawley Glover — sits under an enormous umbrella. On one side of him is another high-ranking colonial officer. On the other side is the Ijebu king, or oba, probably the Awujale of the Ijebu kingdom, Oba Ademuyewo Fidipote.

    The oba wears a beaded crown, but the beads have been parted and his face is visible. This is unusual, for the oba is like a god and must be concealed when in public. The beads over his face, with their interplay of light and shadow, are meant to give him a divine aspect. Why is his face visible in this photograph? Some contravention of customary practice has taken place. The dozens of men seated on the ground in front of him are visibly alarmed. Many have turned their bodies away from the oba, and several are positioned toward the camera, not in order to look at the camera but in order to avoid looking at the exposed radiance of their king.

    The invention of the daguerreotype was announced in 1839. By the 1840s, photography had spread like wildfire and become a vital aspect of European colonialism. It played a role in administrative, missionary, scientific and commercial activities. As the Zimbabwean novelist Yvonne Vera put it: “The camera has often been a dire instrument. In Africa, as in most parts of the dispossessed, the camera arrives as part of the colonial paraphernalia, together with the gun and the bible. ...”

    Photography in colonialized societies was not only a dire instrument. Subject peoples often adopted photography for their own uses. There were, for instance, a number of studios in Lagos by the 1880s, where elites could go to pose for portraits. But such positive side effects aside, photography during colonial rule imaged the world in order to study, profit from and own it. The colonial gaze might describe as barbarous both the oba’s beaded crown and his regal right to conceal himself. This was one of the repeated interactions between imperial powers and the populations that they sought to control: The dominant power decided that everything had to be seen and cataloged, a task for which photography was perfectly suited. Under the giant umbrella of colonialism, nothing would be allowed to remain hidden from the imperial authorities.

    Imperialism and colonial photographic practices both flourished in the 19th century, and both extended themselves, with cosmetic adaptations, into the 20th. In 1960, during the horrific French war on Algeria, the French military assigned a young soldier, Marc Garanger, to photograph people in an internment camp in the Kabylia region of Northern Algeria. Thousands of people had been confined in the region under armed guard, and the French military commander had decreed that ID cards were mandatory. A picture of each prisoner was required. Many of the women were forced to remove their veils. These were women who did not wish to be seen, made to sit for photographs that were not for them. (Photography played a different military role in the numerous aerial reconnaissance missions by the French, which resulted in thousands of negatives mapping the region.)

    Garanger’s photographs both record an injustice and occasion it. His alternative, not an easy one, would have been to refuse the order and go to prison. His pictures show us what we ought not to see: Young and old women, their hair free flowing or plaited, one face after the other, in the hundreds. They collectively emanate refusal. The women of Kabylia look through the photographer, certainly not considering him an ally. Their gazes rise from the surface of the photograph, palpably furious.

    When we speak of “shooting” with a camera, we are acknowledging the kinship of photography and violence. The anthropological photographs made in the 19th century under the aegis of colonial powers are related to the images created by contemporary photojournalists, including those who embed with military forces. Embedding is sometimes the only way to get a direct record, no matter how limited, of what is happening in an armed conflict. On occasion such an arrangement leads to images whose directness displeases the authorities, but a more common outcome has been that proximity to an army helps bolster the narrative preferred by the army.

    Still, photographic reportage has the power to quicken the conscience and motivate political commitments. Examples abound of photographs acting as catalysts in the public’s understanding of vital issues, from the images of Bergen-Belsen in 1945 to the photograph of the Syrian toddler Alan Kurdi in 2015. And yet, perhaps even more insistently, on a day-by-day, week-by-week basis, photography implicitly serves the powers that be. To insist that contemporary photographic practice — and I mean to include a majority of the international news coverage in newspapers like this one — is generally made (and published) for the greater good is to misconstrue history, because it leaves out the question of “Good for whom?” Such pictures aren’t for their subjects any more than the photograph in Stone’s book was for the Ijebus and their king.

    Certain images underscore an unbridgeable gap and a never-to-be-toppled hierarchy. When a group of people is judged to be “foreign,” it becomes far more likely that news organizations will run, for the consumption of their audiences, explicit, disturbing photographs of members of that group: starving children or bullet-riddled bodies. Meanwhile, the injury and degradation of those with whom readers perceive a kinship — a judgment often based on racial sympathy and class loyalties — is routinely treated in more circumspect fashion. This has hardly changed since Susan Sontag made the same observation in “Regarding the Pain of Others” (2003), and it has hardly changed because the underlying political relationships between dominant and subject societies have hardly changed.

    Without confronting this inequality, this misconstrual of history, photography will continue to describe itself as one thing (a force for liberation) while obdurately remaining another (an obedient appendage of state power). It will continue to be like the organs of the state that “spread democracy” and change regimes. Even when it appears to go against the state, it will only do so selectively, quaintly, beautifully, piteously, in terms that do not question the right of the state to assert power.

    For how long will these radically unequal societal realities endure? Many affecting photographs have been made during the huge waves of international migration of the past few years. These pictures issue, as usual, from the presumed rights of photographers to depict the suffering of people “out there” for the viewing of those “back home.” But in looking at these images — images of war, of starvation, of capsized boats and exhausted caravans — we must go beyond the usual frames of pity and abjection. Every picture of suffering should elicit a question stronger than “Why is this happening?” The question should be “Why have I allowed this to happen?”

    This is what the scholar Ariella Azoulay calls the “citizenship” of photography, its ability, when practiced thoughtfully, to remind us of our mutual responsibilities. When I look at the bewildering photographs of refugee camps in Richard Mosse’s recent book, “The Castle,” I feel indicted. The imperial underpinnings of Mosse’s project are inescapable: Using military-grade thermal cameras, he makes extremely complex panoramic images (stitched together from hundreds of shots) of landscapes in the Middle East and Europe in which refugees have gathered or have been confined. His pictures echo the surveillance to which these bodies are already subjected. But the thermal imaging renders the images very dark, with the humans showing up as white shapes (almost like a negative). The picture conceals what it reveals. We see people, but they remain hidden.

    This technique makes for uncanny images in which distressed people move about like the figures you see in dreams, indistinct but full of ghostly presence. At the Moria camp in Greece, it is snowing. We see a long snaking line of people, waiting. What are they waiting for? For some material handout, probably, for food or blankets or documents. But their waiting represents the deeper waiting of all those who have been confined in the antechamber of humanity. They are waiting to be allowed to be human.

    Mosse’s images, formally striking as they are, are unquestionably part of the language of visual domination. With his political freedom of movement and his expensive technical equipment, he makes meticulous pictures of suffering that end up in exquisite books and in art galleries. He is not the first photographer to aestheticize suffering, nor will he be the last. And yet, by suppressing color, by overwhelming the viewer with detail, by evoking racial horror rather than prettily displaying it and by including in his work philosophical considerations of the scenes he shows — “The Castle” contains essays by Judith Butler, Paul K. Saint-Amour and Mosse himself and a poem by Behrouz Boochani — he does something quite different from most photojournalists. He unsettles the viewer.

    Photography’s future will be much like its past. It will largely continue to illustrate, without condemning, how the powerful dominate the less powerful. It will bring the “news” and continue to support the idea that doing so — collecting the lives of others for the consumption of “us” — is a natural right. But with a project like “The Castle,” I have a little bit of hope that an ethic of self-determination can be restored. I have hope that the refugees of Moria, Athens, Berlin and Belgrade will gain a measure of privacy. The women of Kabylia will cover their faces and return to themselves as they wish to be. The oba’s beaded crown will fall back into place, shadowing his face. Photography writes with light, but not everything wants to be seen. Among the human rights is the right to remain obscure, unseen and dark.

    https://www.nytimes.com/2019/02/06/magazine/when-the-camera-was-a-weapon-of-imperialism-and-when-it-still-is.html

    #photographie #colonialisme #post-colonialisme #impérialisme
    ping @albertocampiphoto @philippe_de_jonckheere

    Reçu via la mailing-list Migreurop avec le commentaire suivant de Emmanuel Blanchard:

    L’auteur fait notamment référence au travail récent de #Richard_Mosse (exposition et ouvrage « The Castle ») dont il fait un compte rendu à la critique et laudatif. Un point de vue qui peut lui-même être critiqué... dans un sens plus critique.
    Pour accéder à quelques images de Richard Mosse :

    https://vimeo.com/302281332


    https://wsimag.com/art/33291-richard-mosse-the-castle
    https://bit.ly/2NglY08

    #réfugiés #asile #migrations #images #image

    The Castle

    Richard Mosse has spent the past few years documenting the ongoing refugee and migration crisis, repurposing military-grade camera technology to confront how governments and societies perceive refugees. His latest book The Castle is a meticulous record of refugee camps located across mass migration routes from the Middle East and Central Asia into the European Union via Turkey. Using a thermal video camera intended for long-range border enforcement, Mosse films the camps from high elevations to draw attention to the ways in which each interrelates with, or is divorced from, adjacent citizen infrastructure. His source footage is then broken down into hundreds of individual frames, which are digitally overlapped in a grid formation to create composite heat maps.

    Truncating time and space, Mosse’s images speak to the lived experience of refugees indefinitely awaiting asylum and trapped in a Byzantine state of limbo. The book is divided into 28 sites, each presenting an annotated sequence of close-up images that fold out into a panoramic heat map. Within this format, Mosse underscores the provisional architecture of the camps and the ways in which each camp is variously marginalised, concealed, regulated, militarized, integrated, and/or dispersed. His images point to the glaring disconnect between the brisk free trade of globalized capitalism and the dehumanizing erosion of international refugee law in European nation-states. Named after Kafka’s 1926 novel, The Castle prompts questions about the ‘visibility’ of refugees and the erosion of their human rights.

    The book comes with a separate book of texts, including a poem by Behrouz Boochani, the journalist, novelist and Iranian refugee currently held by the Australian government in confinement on Manus island, an essay by Paul K. Saint-Amour, associate Professor of English at the University of Pennsylvania, an essay by philosopher Judith Butler, and a text by Richard Mosse.


    #livre


  • Income inequality is likely worse than before the Great Depression

    U.S. wealth concentration, or income inequality, has returned to levels not seen since the 1920s, and it could actually be significantly worse.

    Driving the news: New research from Gabriel Zucman, an economics professor at the University of California, Berkeley, for the National Bureau of Economic Research was unearthed recently by MarketWatch and finds that the top 1% owns about 40% of total household wealth. It reaches 40.8% when including the Forbes 400.

    Further, the top 1% richest U.S. families own 40 times the average family’s wealth.

    “No country (apart from Russia) for which estimates of wealth inequality are available has similarly high recorded levels of wealth inequality,” Zucman writes.

    Between the lines: Perhaps the most interesting part of Zucman’s research may be his point that the top 1% of American households likely hold much more of the nation’s and the world’s wealth than anyone realizes.

    “It is not enough to study wealth concentration using self-reported survey data or tax return data,” Zucman says in the report, estimating that 8% of the world’s household financial wealth is held offshore.

    “Because the wealthy have access to many opportunities for tax avoidance and tax evasion—and because the available evidence suggests that the tax planning industry has grown since the 1980s as it became globalized—traditional data sources are likely to under-estimate the level and rise of wealth concentration.”

    Zucman also notes that data shows the share of total wealth owned by the top 1% has increased by 9 points since 1989 and by 10 points when including the Forbes 400. In capitalized income estimates, it has increased by 11 points.

    “The share of wealth owned by the bottom 90% has collapsed in similar proportions.”

    https://www.axios.com/income-inequality-great-depression-gabriel-zucman-45ba4d26-d349-452e-9ca2-7ef
    #inégalités #Grande_dépression #USA #Etats-Unis #richesse #pauvreté #statistiques #chiffres #concentration

    Tentée de mttre le tag #2029...
    ping @reka


  • #Trump et le coup d’État des #multinationales

    Comment Donald Trump a-t-il conquis la Maison-Blanche ? Au travers d’analyses d’observateurs et de paroles d’électeurs, Fred Peabody dessine le saisissant portrait d’une démocratie confisquée.

    Et si le 45e président des États-Unis n’était pas le symbole d’une ère nouvelle, mais au contraire l’aboutissement d’un processus entamé depuis de longues années ? Alors que la journaliste canadienne Naomi Klein a récemment comparé l’administration Trump à un « coup d’État des grandes entreprises », son compatriote philosophe John Saul (Mort de la globalisation, éd. Payot) estime, lui, que la confiscation de la démocratie et des biens publics par les intérêts privés a débuté dès la fin des années 1970, la première élection de Ronald Reagan en 1981 la rendant effective. Sa théorie du « coup d’État au ralenti » a notamment inspiré le journaliste Chris Hedges dans son analyse de l’état de l’Amérique. Pour lui, et certains de ses pairs, également interviewés ici, l’élection de Donald Trump ne constitue que le dernier rebondissement, le plus visible sans doute, d’une dérive à laquelle ses prédécesseurs démocrates, Bill Clinton et Barack Obama, ont activement prêté la main. Des pans entiers de la population américaine, notamment dans les anciennes régions ouvrières, ont ainsi été délibérément sacrifiés par les élites au nom de la libéralisation du marché, et la crise de 2008 a contribué à accélérer cet abandon.

    Outsiders
    En écho à ces réquisitoires très argumentés, le réalisateur Fred Peabody (Tous les gouvernements mentent) explore ainsi les villes dévastées de Camden (New Jersey) et de Youngstown (Ohio), anciens bastions industriels livrés au chômage et à la misère, où des sans-abri, citoyens jadis prospères, campent à deux pas de rangées de maisons murées. Et c’est l’aspect le plus passionnant, et le plus novateur, de son film, que de donner la parole à des électeurs de Trump qui, ni haineux, ni racistes, ni religieux fanatiques, expliquent pourquoi ils n’ont pu se résoudre, une fois de plus, à voter pour un parti qui les a rayés de la carte sans sourciller. Sans illusion sur Trump, ils lui reconnaissent une seule vertu : celle de l’outsider, méprisé comme eux par les politiciens professionnels et les médias. De Washington à la Rust Belt, la « ceinture de rouille », cette balade dans une Amérique oubliée fait puissamment écho à l’actualité française.


    https://www.arte.tv/fr/videos/084760-000-A/trump-et-le-coup-d-etat-des-multinationales
    #coup_d'Etat #USA #Etats-Unis #corporation #coup_d'Etat_permanent #impôts #fiscalité #élite #pouvoir_économique #démocratie #groupes_d'intérêt #intérêt_personnel #Mussolini #fascisme #corporatisme #propagande #médias #presse #lobby #Camden (New Jersey) #pauvreté #SDF #sans-abris #sans-abrisme #villes-fantôme #capitalisme #ghost-city #pillage #Youngstown (Ohio) #sidérurgie #industrie_sidérurgique #acierie #désindustrialisation #Rusting_belt #délocalisation #chômage #drogue #Manifeste_Powell #inégalités #richesse #pauvreté #ALENA #traité_de_libre-échange #accords_de_libre-échange #syndicats #prisons #privatisation_des_prisons #emprisonnement #divisions #diviser_pour_régner #racisme #sexisme #patriarcat #film #documentaire #film_documentaire


  • Antonelle | Actes Sud
    https://www.actes-sud.fr/catalogue/histoire/antonelle

    Qui connaît Antonelle aujourd’hui ? Député à l’Assemblée législative, juré au Tribunal révolutionnaire, il est jeté en prison par Robespierrre. L’homme est un paradoxe vivant : issu de vieille noblesse et très #riche, il s’engage sans retenue dans la Révolution française aux côtés des plus #démunis.

    Dimanche 17 février 2019 – Salon du livre et des lecteurs de 10h à 19 heures – Sous les couvertures
    http://souslescouvertures.org/salon-2019

    15h30 Conférence-débat Dans les lumières de la provence méditerranéenne, la vie comme un roman d’un Arlésien sous la révolution française avec Pierre Serna, professeur et directeur de l’institut d’histoire de la révolution française-université Paris 1 Panthéon Sorbonne, animée par Patricia Vioux


    #Argenteuil #95


  • L’#impôt, le peuple et le truand - #DATAGUEULE 86 - YouTube
    https://www.youtube.com/channel/UCm5wThREh298TkK8hCT9HuA
    https://yt3.ggpht.com/a-/AAuE7mAv3VC2TNY68obD-o9KKMduCyRhxdXn9ahBTg=s200-mo-c-c0xffffffff-rj-k-no

    L’économie s’étouffe, la croissance s’étrangle, la richesse s’enfuit et le peuple gronde ? C’est, paraît-il, encore et toujours la faute de... L’impôt ! Il est l’une des cibles favorites de nos gouvernants, alors que son versement concrétise le #consentement collectif à faire société. Un jeu dangereux puisque c’est grâce à lui que les Etats s’élèvent et se protègent, quand son délitement précipite invariablement leur chute. Surtout que de l’antiquité jusqu’à la France contemporaine, ce n’est pas l’idée de participer au pot commun qui attise vraiment la colère populaire, mais bien le manque de #transparence et de #justice_fiscale...

    #ISF #TVA #inégalités #crédits_d'impôts #cice #emploi #protection_sociale #ric #gilets_jaunes


  • La France, Une démocratie qui crève les yeux Djamel LABIDI - 7 Février 2019 - Le Quotidien Oran
    http://www.lequotidien-oran.com/?news=5272902

    En France, le pouvoir s’efforce de centrer l’attention sur la question de la violence en lieu et en place des revendications du mouvement des « Gilets jaunes » et de leur signification politique et sociale.

    Il s’ensuit, peu à peu, une inversion totale dans laquelle les #victimes font figure de #coupables, dans une #répression qui s’est faite de plus en plus dure, et qui a même pris un caractère de masse, avec des milliers d’arrestations et des centaines de victimes.

    Des #élites médiatico-politiques proches du pouvoir, apparemment si logiques en « temps normal », se mettent tout à coup à produire des arguments qui laissent perplexes.

    « Les victimes n’auraient pas du être là », ou bien « elles sont elles- mêmes des casseurs ». D’autres parlent de « dommages collatéraux inévitables ». Dommages collatéraux, tiens une expression déjà entendue à propos d’autres peuples. Comme le monde est petit et comme tout se tient.

    Aucune compassion pour les victimes. Des hommes et des femmes souvent âgés, qui ont pris des risques et ont sacrifié leur vie sur les ronds points, sont presque condamnés pour leur... imprudence. Des jeunes dont la vie a basculé, mutilés à vie, une main, un pied arrachés, un œil crevé, ont droit à quelques mots de circonstances rapides : « Bien sûr nous le déplorons », « Un blessé est toujours un blessé de trop » etc.. Sont-ce les mêmes élites si prompts à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme mais...ailleurs.

    Naufrage de la raison
    Mais une fois ces mots de compassion rapidement prononcés, il est rappelé, que « les policiers aussi ont des blessés » sans d’ailleurs jamais que la nature de ces #blessures ne soit précisée où les preuves n’en soient données. Les armes utilisées sont le fusil #LBD_40 (le #Flash-Ball), qui tire des grosses balles de caoutchouc avec une vitesse et une force d’impact considérables, et la grenade #GLI-F4 (dite de « désencerclement ») qui contient 25 grammes de TNT et projette de petits éclats sur des dizaines de mètres. Ces armes sont qualifiées pudiquement d’ « outils » nécessaires à la sécurité des forces de l’ordre lors des manifestations.

    Le pouvoir et ses porte- paroles médiatiques et intellectuels se seront, depuis le début de la crise et des manifestations, indignés avec force de tout amalgame entre violences policières et violence des manifestants, déclarant que la violence policière est quant à elle légitime..Naufrage de la raison.

    Car en fait, c’est ceux qui s’indignent qui mettent ainsi sur le même plan policiers et manifestants. Le monopole de la violence par l’Etat puise sa légitimité dans la protection des citoyens. Les policiers, mais aussi les forces armées, sont des métiers où on prend des risques, y compris celui de sa vie, justement pour protéger les citoyens. Ici la logique est inversée et l’usage des LBD et autres armes est donc justifié pour éviter des risques aux policiers...au risque pour les citoyens d’être mutilés.

    Mis au même niveau, policiers et manifestants sont alors considérés comme deux groupes qui s’affrontent, avec des blessés de part et d’autre, pantins gesticulant les uns contre les autres dans un combat absurde, dont la raison disparait, et où la responsabilité du pouvoir est alors absoute, dissoute derrière l’argument de la violence. Et pourtant, chaque policier, chaque soldat vous le dira : dans tout combat auquel il participe, dans le désordre et la fureur d’une bataille, il ne voit rien, il n’a aucune vue d’ensemble, seul voit clair le donneur d’ordres, le commandement, et ici la décision est politique.

    Autres signes inquiétants pour un Etat de droit, les forces de l’ordre avancent masquées, cagoulées, comme si elles faisaient un mauvais coup, comme si elles craignaient le peuple, et devaient cacher leur visage, et cela au moment même où « la loi anti-casseurs » en discussion à l’Assemblée nationale française prévoit des condamnations contre les manifestants masqués.

    On peut se demander pourquoi en France, actuellement, malgré les condamnations aussi bien de l’opinion française que de l’opinion internationale, le gouvernement tient tant à utiliser des moyens aussi cruels contre les manifestations des « #Giletsjaunes ». L’argument que ces armes sont des « armes intermédiaires » devrait en réalité être pris à la lettre. En effet, ces #armes permettent de faire peur, et donc d’empêcher que les manifestations prennent plus d’ampleur, tout en évitant le prix politique de la mort de manifestants. En cela elles sont effectivement « intermédiaires ». Mais c’est jouer avec le feu : une telle stratégie apparait, peu à peu, d’autant plus cruelle, d’autant plus cynique qu’elle fait fi d’une valeur essentielle : celle de l’intégrité humaine. Il n’est pas bon de continuer à tirer sur la foule comme au 19me siècle, même avec des Flash-Ball.

    Dans un tel contexte, l’incident #Benalla prend inévitablement un sens nouveau autant qu’inattendu. La grande violence dont a fait preuve le 1er mai dernier contre des manifestants cet homme, si proche alors du Président français, ne serait- elle pas révélatrice des tendances profondes de celui-ci en matière de gestion de l’ordre.

    La violence est aussi un argument pour demander aux « Gilets jaunes » d’arrêter les manifestations afin de participer au « Grand débat national » lancé par le Président Macron. La contradiction est manifeste. Ce « #Grand_débat » est du aux gilets jaunes. Pourquoi alors chercher à étouffer leur mouvement ou le réprimer. Au contraire, il y a toutes les raisons de n’utiliser d’autres armes que le dialogue avec eux. Comment leur reprocher leur défiance envers ce débat alors que le mouvement est en lui-même la manifestation, et le résultat de la défiance envers les pouvoirs qui se sont succédés depuis des décennies en France et envers le fonctionnement des institutions. On peut noter d’ailleurs que ce « Grand débat » est le contraire de ce qu’est le mouvement des « Gilets jaunes ». C’est un mouvement social. Il veut rassembler la société autour de trois au quatre revendications économiques et politiques essentielles, communes à la grande majorité des français : pouvoir d’achat, augmentation du SMIG, rétablissement de l’impôt sur la fortune (#ISF), justice fiscale, Référendum d’initiative citoyenne (#RIC), tandis que ce « Grand débat national » atomise, émiette les Français dans une infinité de revendications individuelles, catégorielles et locales bien difficiles à traiter dans un tel cadre.

    Aux dernières nouvelles, le Conseil d’Etat français, saisi par la ligue des droits de l’homme française et les avocats de blessés lors des manifestations, a validé la poursuite de l’utilisation des LBD-40 et des grenades GLI-F4, causes de nombreuses blessures et mutilations. Il se serait probablement grandi en les interdisant comme c’est le cas dans tous les pays européens.

    Ces « armes intermédiaires » vont donc continuer à maintenir l’ordre. Pour ceux qui pourraient en douter, « la démocratie crève les yeux en France ». C’est ce qui était écrit sur une pancarte d’un manifestant « Gilets jaunes » ce Samedi 2 février à Paris.


  • Plongée dans la complexité des #inégalités mondiales - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/080219/plongee-dans-la-complexite-des-inegalites-mondiales

    Plongée dans la complexité des inégalités mondiales
    8 FÉVRIER 2019 PAR ROMARIC GODIN
    Les éditions La Découverte publient la traduction française de l’ouvrage d’un des plus grands spécialistes des inégalités, Branko Milanović. Un texte dense et riche, nécessaire à la compréhension d’un des sujets les plus brûlants du moment.

    Ce phénomène est relativement récent et il est devenu réellement central avec la grande crise entamée en 2007. Parmi ceux qui, auparavant, ont contribué à faire émerger ce problème, on trouve Branko Milanović, formé en Yougoslavie et économiste en chef de la Banque mondiale de 1994 à 2001. Son dernier ouvrage, publié en anglais en 2016, paraît le 7 février dans sa traduction française aux éditions La Découverte, sous le titre Inégalités mondiales – Le destin des classes moyennes, les ultra-riches et l’égalité des chances.

    Et, comme le souligne l’auteur, plus les revenus sont hauts, plus la concentration de #richesse est élevée. Ceux qu’il appelle les « vrais ploutocrates mondiaux », les 1 426 milliardaires (soit approximativement 0,000002 % de la population mondiale) recensés par #Forbes, pourraient ainsi concentrer 2 % des richesses mondiales. Leur poids en termes de richesse est donc un million de fois supérieur à leur poids réel dans la population. Et, entre 1987 et 2013, leur richesse a progressé deux fois plus vite que le PIB mondial.

    Le rôle des inégalités nationales reste cependant « secondaire » pour l’instant, car, comme l’explique Branko Milanović, les inégalités entre pays demeurent beaucoup plus élevées que les inégalités à l’intérieur des pays. En d’autres termes, les inégalités selon le lieu restent beaucoup plus fortes que les inégalités selon la #classe, qui étaient le phénomène dominant au début du XIXe siècle.

    Logiquement, les sociétés riches tendent à se refermer sur elles-mêmes pour protéger cette richesse et à oublier les oppositions de classe. Branko Milanović ne va pas jusque-là mais son analyse permet d’éclairer la #crise_de_la_gauche dans les pays avancés et le succès d’une extrême droite qui défend précisément « cette alliance de classe contre l’étranger ». C’est la traduction politique de cette période hybride en termes d’inégalités que nous vivons.

    Il tient cependant pour vain et inefficace de chercher à bloquer les flux par des barrières ou des politiques « d’#immigration choisie ». Pour lui, la solution consisterait plutôt à permettre des flux plus importants de personnes, tout en proposant aux migrants des droits inférieurs aux citoyens du pays d’accueil. Il y aurait ainsi « deux ou trois niveaux de citoyenneté, pendant un temps au moins ».


  • Tasmania is burning. The climate disaster future has arrived while those in power laugh at us | #Richard_Flanagan | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/05/tasmania-is-burning-the-climate-disaster-future-has-arrived-while-those

    #Australie : la #Tasmanie brûle. L’#avenir du désastre climatique est arrivé et les membres du #pouvoir se moquent de nous - Le conseil du PECO
    https://ecopeco.org/2019/02/05/australie-la-tasmanie-brule-lavenir-du-desastre-climatique-est-arrive-et-le

    (Traduction approximative et parfois farfelue)

    Il y a deux ans, le trésorier de l’époque, Scott Morrison [actuel premier ministre], a ramassé un gros morceau de #charbon. Peut-être a-t-il pensé que c’était une bonne blague pour l’Australie aux dépens de quelques individus étranges, comme les Verts et la communauté scientifique mondiale. Ou peut-être que Morrison ne pensait vraiment pas. La plus grande erreur des journalistes est peut-être de penser que les personnes au centre sont plus nombreuses qu’elles ne le paraissent. Le problème avec des gens comme Morrison, la véritable #terreur, est qu’ils peuvent être beaucoup moins.

    « C’est du charbon », commença Morrison. « N’ayez pas peur, n’ayez pas peur, ne vous faites pas de mal, vous ne vous ferez pas de mal. »

    Presque bégayant dans son excitation, manquant de pronoms, il bavardait sans ponctuation. Si le style était grammaticalement joycéen, l’effet, à l’instar de son précédent chef-d’œuvre, « Où diable êtes-vous ? », Était mémorable.

    Il agita le morceau de charbon comme s’il s’agissait de l’Armée sacrée elle-même. Il le balança très haut et le rabaissa si bas que ce fut un instant comme si un Barnaby Joyeux écœuré pouvait le lécher. Comme ils ont ri ! Les rangs du parti libéral se sont rassemblés autour et derrière, comment ils ont tous ri et ont ri ce jour-là.

    Ces visages déformés avec une drôle de gaieté sont les masques #grotesques d’un grand #crime historique, se moquant non seulement de leurs adversaires politiques, mais se moquant de l’avenir avec ce pur mépris du pouvoir, nous rappelant au-delà du prochain cycle de nouvelles, de s’inquiéter au-delà du prochain cercle protégé. #outrage, de voir passé le prochain #mensonge. C’est l’image de notre #époque : le pouvoir se moque de nous.

    La plus grande fierté de Scott Morrison est qu’il les a arrêtés lorsque les #barbares étaient à la porte. Mais maintenant, la vérité est claire : les barbares n’ont jamais été à la porte. Ils ont toujours été ici , dans le palais, au pouvoir et ils nous ont aveuglés avec leur mensonge que les ennemis qui détruiraient notre monde étaient les misérables et les impuissants qui cherchaient #asile ici. Et tout au long de notre véritable ennemi, c’est eux : ceux qui ont brandi des morceaux de charbon devant leur trône, qui ont ri et qui se sont moqués ne vous feront pas de mal.

    #climat


  • Moins d’#inégalités pour plus de #croissance

    Faut-il choisir entre #égalité et #efficacité_économique ? Ce présupposé imprègne nombre de débats publics et académiques. Mais dans un monde où les plus aisés peuvent se soustraire aux règles d’une concurrence équitable, redistribuer les richesses permettrait de concilier gains d’efficacité et baisses d’inégalités.

    https://laviedesidees.fr/Moins-d-inegalites-pour-plus-de-croissance.html
    #économie #richesse #pauvreté #riches #pauvres
    ping @reka


  • Moins d’#inégalités pour plus de #croissance - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/Moins-d-inegalites-pour-plus-de-croissance.html

    Faut-il choisir entre égalité et efficacité économique ? Ce présupposé imprègne nombre de débats publics et académiques. Mais dans un monde où les plus aisés peuvent se soustraire aux règles d’une concurrence équitable, redistribuer les richesses permettrait de concilier gains d’efficacité et baisses d’inégalités.


  • #GiletsJaunes ? La majorité des Français fait partie des 10 % les plus riches au monde.

    97 % des Français appartiennent aux 30 % les plus riches du monde.

    90 % des Français font partie des 20 % les plus riches au monde.

    3 % les plus riches des Français font partie des 1 % les plus riches au monde...
    https://theconversation.com/gilet-jaune-la-majorite-des-francais-fait-partie-des-10-les-plus-ri

    Si l’opinion publique s’intéressait plus aux Français pauvres, elle regarderait, par exemple, le premier point à gauche : ce sont les 1 % les plus pauvres. Elle s’étonnerait alors que malgré leur position, plutôt à l’écart du reste de la distribution nationale, personne ne s’en soucie. Avec leur position proche du milieu de la distribution mondiale, leur pouvoir d’achat ressemble à celui de la classe moyenne mondiale, dont la plus grosse partie vit en Chine.

    /.../

    Deux solutions sont souvent discutées dans le débat public : l’ouverture le marché du travail aux étrangers et la redistribution.

    #repartition des #richesses #privileges du #colonialisme

    • Tout ça se complique quand tu vois les inégalités à l’intérieur des dits pays qui ont été colonisés. Et combien être pauvre dans un pays froid et atomisé est plus difficile qu’avoir le même revenu dans un pays un peu plus décent. Pas seulement une histoire de parité de pouvoir d’achat mais bien de structures sociales. Enfin, ça mériterait une grande discussion. Et bien sûr merci pour le rappel, c’est important de garder ça en tête. Bref...

      (Rien à voir : il y a de plus en plus de begbackers en Malaisie, des jeunes blanc·hes en bonne santé qui font la manche après avoir réussi à se payer le voyage jusque là.)
      https://www.worldofbuzz.com/disgusting-begpackers-seen-doing-stunts-with-baby-for-money-in-bukit-bi



  • Plongée au cœur du Facebook des « gilets jaunes »
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/01/30/plongee-au-c-ur-du-facebook-des-gilets-jaunes_5416440_4355770.html

    C’est une France qui ne manifeste pas spécialement de pensée raciste, homophobe ou antisémite, et se réclame plus volontiers de Coluche que de n’importe quel parti politique. C’est une France qui nourrit un sentiment de défiance, voire de ressentiment profond pour les « élites » de tous bords. C’est une France qui se sent vulnérable et injustement traitée, que ce soit par les forces de l’ordre, Emmanuel Macron ou les chaînes d’information. Et qui verse facilement dans un sentiment de persécution et dans une certaine forme de complotisme.

    Pour tenter de saisir la pensée des « gilets jaunes », nous avons réuni et analysé les deux cents publications les plus partagées au sein des différents groupes Facebook de la mouvance, depuis sa naissance jusqu’au 22 janvier.

    Au total, ces publications ont été partagées près de 6,9 millions de fois. La plus populaire d’entre elles a réuni à elle seule 340 000 partages et présente, ironiquement, une image qui aurait été « censurée par Facebook », selon l’auteur du message. L’intérêt de ce corpus est qu’il donne une vision des sujets qui rassemblent le plus d’internautes qui se revendiquent « gilets jaunes » en ligne, et permet d’appréhender les idées qui font consensus dans le mouvement.

    #Facebook #Gilets_jaunes

    • MÉTHODOLOGIE
      Pour réaliser cette étude, nous avons répertorié les 200 publications les plus partagées sur Facebook dans un ensemble de 204 groupes de « gilets jaunes » entre début octobre et le 22 janvier, à l’aide de l’outil d’analyse Crowdtangle. Nous les avons ensuite consultées une par une, afin d’en étudier le fond comme la forme. Lorsque cela été possible, nous avons évalué la véracité des faits qui y sont présentés.
      Les données utilisées dans le cadre de cet article sont consultables ici.
      –-------------

      Après analyse, quatre grandes thématiques se dégagent de ce grand déversoir de frustrations. Elles se répondent, parfois se chevauchent, et souvent s’alimentent les unes les autres. Sans grande surprise, viennent d’abord les messages sur la mobilisation en elle-même et les instantanés de manifestations.

      Les #violences_policières sont vite devenues un sujet majeur au sein du mouvement
      Mais juste derrière, vient ce qui est rapidement devenu le grand sujet de discussion : la dénonciation de la #répression du mouvement, qu’elle s’appuie sur des faits avérés ou fantasmés. Dans ce contexte, le discours anti-élite et les #revendications précises de la mouvance sont finalement relégués au second plan.

      La répression du mouvement, sujet majeur de partage chez les "gilets jaunes"

      Parmi un ensemble de 200 messages publiés dans plus de 200 #groupes_Facebook avant le 22 janvier 2019.
      (graphique sous €)
      Autre élément intéressant dont nous avons pu mesurer l’ampleur : 35 de ces 200 messages n’étaient plus en ligne le 23 janvier, soit environ un sur cinq. Il s’agit de messages qui ont pu être modérés par les groupes Facebook en question, supprimés par leurs auteurs ou retirés par la plate-forme lorsqu’ils contrevenaient à ses conditions d’utilisation.

      La mobilisation jaune : fierté et #solidarité
      Il existe un très fort sentiment d’appartenance à la cause « jaune », qui se confond souvent avec une représentation idéalisée du #peuple. La part principale des posts les plus populaires porte sur la dimension massive de leur propre mouvement, soit pour l’alimenter, soit pour s’en féliciter, soit pour le relancer.

      Cela passe tout d’abord par des messages d’organisation, souvent rudimentaires. Ici, des #appels à bloquer un sous-traitant de la Bourse de Paris ou le marché de Rungis. Là, des appels à la solidarité, souvent lancés en direction des routiers, des motards, des chômeurs ou de figures du mouvement. A noter que si la volonté de paralyser le pays est explicite, les appels à la violence ne sont pas populaires à l’échelle du mouvement, d’autant qu’au fil des semaines, on a pu constater une #modération des propos à caractère violent, raciste ou conspirationniste. En 200 messages, nous n’avons ainsi recensé, encore en ligne à ce jour, qu’une seule glorification des violences contre les forces de l’ordre, et une invitation à mettre le « bordel » lors de la Saint-Sylvestre.


      La vidéo montrant la banda des « gilets jaunes » interprétant « Dans les yeux d’Emilie », au péage de l’autoroute A 64, à Pau (Pyrénées-Atlantiques), postée le 24 novembre. SAISIE D’ECRAN /FACEBOOK
      A travers leurs groupes, les sympathisants témoignent surtout avec enthousiasme du sentiment de faire corps, de faire masse. Photos de foule en jaune, appels à se compter, chansons ou clips louant le mouvement, partage de chiffres flatteurs des mobilisations, vidéos et photos de manifestants à l’étranger illustrent cette « fierté jaune », dont la mise en scène emprunte aussi bien à l’iconographie des révolutions françaises qu’à la musique populaire – de la guinguette au rap.

      La « répression » : entre violences avérées et théories du complot

      Dans cet imaginaire, face au mouvement populaire et pacifique des « gilets jaunes » se dresse une « forteresse d’Etat » qui tenterait d’écraser la révolte comme dans les pires dictatures. Et ce, avec la complicité des médias. C’est en tout cas ce que décrivent les nombreux messages fustigeant les méthodes employées par le gouvernement depuis le 17 novembre.

      Les « gilets jaunes » considèrent cette #violence_d’Etat comme injustifiée. Ils expliquent les débordements du mouvement par des théories aux accents conspirationnistes. Les dégradations lors de certaines manifestations ? Forcément la faute à des policiers déguisés en casseurs pour décrédibiliser le mouvement – une théorie qui n’a pas été avérée à ce jour. Des voitures saccagées à Paris ? De faux véhicules, sans immatriculation. Une mobilisation qui recule au fil des semaines ? La faute à de prétendus [ben voyons : contrôles des accès à l’Idf et aux villes et arrestations massives] barrages sur l’autoroute qui auraient empêché les manifestants de se rendre aux rassemblements.

      « On n’a plus le droit de reculer, maintenant »
      Parallèlement, dès les premiers rassemblements, la « jaunosphère » relaie massivement les photos et vidéos de ses « frères » aux visages tuméfiés, d’une femme âgée au bord de l’évanouissement ou de policiers frappant un « gilet jaune » par surprise. Dès le 29 novembre, un mot d’ordre soude la foule numérique :
      « On a plus le droit de reculer maintenant, pour tous ces gens décédés, blessés gravement, tabassés gratuitement… »
      Il est toujours délicat d’interpréter ces scènes, puisqu’il s’agit souvent de courts extraits, voire d’instantanés de situations beaucoup plus complexes, quand ce ne sont pas des clichés des blessures des contestataires a posteriori. Un constat d’ensemble s’impose tout de même : la quasi-totalité des images de personnes blessées que nous avons analysées nous sont apparues soit authentiques, soit invérifiables. Deux exceptions tout de même :
      la rumeur – infondée – d’un homme tué en direct à la télévision ;
      une vidéo qui compile des violences policières, mais remontait en réalité aux manifestations contre la loi travail en 2016.

      L’abondance des exemples entretient un #sentiment_d’injustice et de persécution, probant dans les commentaires. Face à ce qui est perçu comme un abus de pouvoir de la part des forces de l’ordre, les « gilets jaunes » partagent deux types de message, l’un faisant l’apologie de jets de cocktails molotov contre la police en Corse (un seul post de ce type, mais partagé près de 50 000 fois) ; l’autre suggérant le recours à des bombes de peinture, jugé plus ludique et plus pacifique (trois posts similaires, pour 105 000 partages au total).

      On trouve également des hommages appuyés aux « gilets jaunes » considérés comme « martyrisés » par le pouvoir. C’est le cas très médiatisé de Christophe Dettinger, le boxeur accusé d’avoir frappé des policiers lors de l’acte VIII du mouvement à Paris, présenté comme un héros ayant défendu des manifestants vulnérables. Ou de celui moins connu d’un Narbonnais condamné à un an de prison.


      Critique des #élites : Macron et le train de vie des #élus dans le collimateur
      Il y a les « gilets jaunes » d’un côté, et de l’autre eux, les nantis, les élus, les #médias, pour lesquels les membres de ces communautés nourrissent un profond ressentiment. Une personnalité concentre leur animosité : Emmanuel Macron. Le président de la République est la cible de nombreuses critiques et mises en scènes, dont certaines ordurières. On lui reproche, pêle-mêle, un exercice jugé monarchique du pouvoir, sa politique économique libérale, ses liens avec la finance… Sans oublier la hausse des prix des carburants : plusieurs photomontages le présentent ainsi comme « Miss Taxes 2018 » et appellent à sa démission.


      Mais au-delà du président, ce sont tous les élus qui sont visés. Trop rémunérés, pas assez actifs, déconnectés de la #vie_quotidienne des Français… Notre échantillon des coups de gueule des « gilets jaunes » est un bon condensé des procès faits aux représentants politiques. Certains sont fondés sur des faits – comme les avantages accordés aux députés français – ; d’autres, sur des rumeurs ou de fausses informations – comme l’affirmation selon laquelle ces mêmes députés seraient deux fois mieux payés que leurs homologues allemands ou britanniques.

      Les médias ne sont pas épargnés, à commencer par BFM-TV, qui fait l’objet d’une poignée de publications virulentes l’accusant de manipulation des chiffres ou des images. Mais ils sont souvent critiqués au détour d’une dénonciation plus large, comme des complices ou des idiots utiles du système.

      A la marge, une troisième catégorie plus étonnante apparaît : le showbiz, auquel les « gilets jaunes » reprochent de s’être détourné des #classes_populaires. Outre Franck Dubosc, deux posts très plébiscités accusent Les Enfoirés d’avoir tourné le dos aux plus démunis en ne soutenant pas les « gilets jaunes ». « Coluche aurait eu comme nous honte de vous », y lit-on. A l’inverse, ils ont été nombreux à faire circuler une chanson antipolitique de Patrick Sébastien (Ah si tu pouvais fermer ta gueule) et un sketch des Guignols de l’info sur les bénéfices de Total.

      Les revendications : #automobile, #justice sociale et #RIC

      Trois grands thèmes ressortent de notre analyse : un premier, historique, sur le traitement réservé aux automobilistes (péages, carburant, radars…), qui a été le ciment de la mobilisation à ses débuts. Un second, la #précarité, qui s’est ajouté dans un second temps. Puis un troisième, le référendum d’initiative citoyenne (RIC), qui s’est imposé progressivement dans les débats.

      Ainsi, dès le 28 novembre, un message posté par une internaute récolte près de 40 000 partages. Il liste six exigences : le retour de l’impôt sur la fortune, la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités et les handicapés, la revalorisation du smic, l’annulation de la hausse du prix du carburant, la baisse des charges pour les petits commerçants et les artisans, et la réduction du nombre des élus et de leur train de vie.


      Ce message du 28 novembre, posté par une internaute, récolte près de 40 000 partages.

      Les « gilets jaunes » sont-ils « apolitiques », comme ils aiment à le clamer ? A parcourir leurs groupes Facebook, une chose est sûre : les discours et argumentaires des partis politiques traditionnels n’y tiennent qu’une place marginale, voire anecdotique. Sur deux cents messages, seuls trois relaient ainsi directement une personnalité politique : il s’agit de Marine Le Pen (RN), pour une vidéo par ailleurs mensongère sur le pacte de Marrakech, et de la députée de La France insoumise Caroline Fiat, qui apparaît deux fois pour ses prises de position en faveur des « gilets jaunes ».

      A l’inverse, bon nombre de thématiques chères à l’#extrême_droite ne sont peu ou pas abordées, à commencer par l’immigration. Tout comme la sortie de l’Union européenne, la pénalisation de l’interruption volontaire de grossesse ou l’abrogation de la loi sur le mariage pour tous.
      Si des sites et des figures de l’extrême droite ont parfois réussi à surfer sur le mouvement, c’est d’abord en dehors des communautés de « gilets jaunes ». La « pensée jaune » est sans doute elle aussi une « pensée complexe ».

    • Methodologie biaisée : 200 publies les plus partagées indiquent juste le (s) dénominateur(s) commun(s) entre plein de pensées différentes, pas la tendance politique. D’ailleurs la manière d’éluder la teneur des 35 (c’est beaucoup) publications supprimées est assez significative !


  • Niort : les salariés de la Macif en grève pour protester contre les 62,5% d’augmentation de salaire du président Christine Hinckel - 28 Janvier 2019 - France 3 Régions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/deux-sevres/niort/niort-salaries-macif-greve-protester-contre-625-augment

    A Niort, environ 700 salariés de la Macif sont en grève pour exprimer leur mécontentement après l’annonce de la très importante augmentation de salaire accordée au président de la mutuelle.

    La CGT et la CFE-CGC ont appelé les salariés de la mutuelle niortaise à faire grève ce lundi 29 janvier et à manifester leur opposition face à l’augmentation de salaire accordée à leur président. 


    Les salariés de la Macif en grève ce lundi matin. / © Jérôme Vilain / France 3

    La semaine dernière, le Canard Enchaîné a révélé que le salaire d’Alain Montarant a fait un bond de 62,5% en décembre dernier. Le président de la Macif toucherait désormais une rémunération de 260 000 euros annuels contre 160 000 auparavant. Cette augmentation lui a été accordée lors du conseil d’administration du 18 décembre qu’il présidait lui-même. 

    Cette annonce a fait l’effet d’une traînée de poudre parmi les employés qui voient leurs salaires stagner pour l’an prochain. Lors des négociations annuelles obligatoires qui se déroulent actuellement, la direction propose une augmentation de 0% pour les salariés. De plus, un nouvel accord d’entreprise vient d’être signé actant une baisse des salaires à l’embauche et une augmentation du temps de travail de 31,30 heures hebdomadaires à 35 heures, seulement partiellement compensée.

    Les salariés étaient très nombreux ce matin à se mobiliser pour protester contre ce qu’ils estiment être une injustice. En fin de matinée, une délagation de grévistes est reçue par la direction du groupe.

    #macif #assurance #bourgeoisie #premiers_de_cordée #ruissellement #enrichissement #richesse #pillage #vol #Grève


  • Le Canard Enchaîné révèle que le président de la Macif a augmenté son salaire de 62,5% Christine Hinckel - 23 Janvier 2019 - France 3 Régions
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/deux-sevres/niort/niort-canard-enchaine-revele-que-president-macif-augmen

    Le Canard Enchaîné révèle ce matin que son président, Alain Montarant, a vu son salaire augmenter de 62,5% en décembre dernier. Une nouvelle qui choque les employés à qui on propose 0% d’augmentation de salaire

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=27&v=0uflkC8gPgo

    Selon le Canard Enchaîné, le président de la Macif toucherait désormais un salaire de 260 000 euros annuels contre 160 000 auparavant. Cette augmentation de salaire lui a été accordée lors du conseil d’administration du 18 décembre qu’il présidait lui-même. 

    Le journal satirique indique qu’Alain Montarant touche par ailleurs une indemnité de 121 623 euros versée par OFI Asset, une filiale de la Macif spécialisée dans le conseil en management dont il est également le patron. Soit près de 400.000 euros de revenus au total, affirme le Canard Enchaîné.

    Pour Alain Montarant, qui s’est exprimé dans les colonnes du journal, cette augmentation serait la récompense de ses efforts de gestion à la tête de la mutuelle.

    Les salariés de la mutuelle, eux, crient à l’injustice alors qu’aucune augmentation de salaire ne leur est accordée par la direction malgré les très bons résultats enregistrés par l’entreprise depuis quelques années. Lors de la Négociaton Annuelle Obligatoire (NAO) qui vient de débuter, la direction « propose 0% d’augmentation générale » explique Thierry Kalifa, le secrétaire national CGT à la Macif.

    Fabrice Kalifa ajoute que cette information, « si elle est vérifiée, est d’autant plus choquante » qu’elle est révélée alors qu’un nouvel accord d’entreprise vient d’être signé actant une baisse des salaires à l’embauche et une augmentation du temps de travail de 31,30 heures hebdomadaires à 35 heures, seulement partiellement compensée.

    Suite à ces révélations, la CGT a décidé d’appeler les salariés à la grève le 28 janvier prochain.

    Une décision assumée pour le groupe Macif
    Ce soir, la direction de la Macif a réagi dans un communiqué en indiquant que « le Conseil d’Administration du 18 décembre 2018 s’est prononcé sur l’indemnisation des administrateurs et du Président du groupe Macif sur proposition du comité des rémunérations. Ce comité, présidé par une personnalité extérieure au Groupe, avait approuvé collégialement la décision proposée ».

    La direction du groupe Macif poursuit en évoquant les raisons qui, pour elle, ont conduit à cette décision :
    – Depuis 2012, date de la mise en place de la grille d’indemnités des administrateurs, aucune évolution n’avait été apportée ;
    – Un comparatif des rémunérations des dirigeants des groupes mutualistes relevant du code des assurances a mis en exergue un écart de la rémunération du Président à situation comparable ;
    – Les résultats de la stratégie mise en oeuvre depuis 2015 ont généré une dynamique positive de développement du groupe et de son sociétariat ainsi que des transformations majeures ;
    – L’élargissement des responsabilités du président, qui s’exercent désormais sur un périmètre groupe élargi.

    Le groupe Macif précise par ailleurs que le conseil d’administration du groupe Macif « statue en toute souveraineté et assume totalement ses décisions ».

    #macif #assurance #bourgeoisie #premiers_de_cordée #ruissellement #enrichissement #richesse #pillage #vol


  • Suisse : Jugeant le vote électronique peu fiable, un comité lance une initiative ats/pym - 25 Janvier 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/10167353-jugeant-le-vote-electronique-peu-fiable-un-comite-lance-une-initiative.

    Un comité demande un moratoire sur le vote électronique. Jugeant que le système tel qu’il est aujourd’hui n’est ni sûr ni transparent, il a lancé vendredi une initiative populaire.
    Intitulé « pour une démocratie sûre et digne de confiance », l’initiative demande que l’e-voting soit interdit jusqu’à ce qu’il soit au moins aussi protégé contre des manipulations que le vote traditionnel à l’urne.

    La volonté populaire doit pouvoir être transmise sans risques qu’elle soit falsifiée. Il doit aussi être possible de procéder à des comptages. L’Assemblée fédérale pourrait lever l’interdiction cinq ans au plus tôt après son entrée en vigueur, a déclaré vendredi le comité d’initiative qui dit avoir le soutien d’un large spectre de mouvements et partis.

    Système vulnérable
    Les initiants s’inquiètent de voir avec quelle insouciance certains essais ont été conduits lors de votations ou d’élections, a dit le président du comité, le conseiller national Franz Grütter (UDC/LU).

    Avec le vote électronique, seuls quelques experts en informatique sont au courant du décompte des voix, ce qui rend le système vulnérable, selon Franz Grütter. Des pirates informatiques ont déjà découvert des vulnérabilités dans des systèmes de vote électronique. De telles failles mettraient à mal la confiance des électeurs envers un décompte correct des voix, a prévenu le conseiller national.

    Dix cantons en phase d’essai
    Derrière cette initiative se trouvent notamment des groupes ayant des affinités avec le monde de l’informatique, comme la Société numérique suisse ou le Chaos Computer Club. Ils veulent commencer à recueillir des signatures à la mi-février.

    Le Conseil fédéral veut pour sa part faire avancer le vote électronique. En décembre, il a ouvert une procédure de consultation pour ancrer son exploitation dans la loi. Dix cantons proposent actuellement le vote électronique en phase d’essai.

    #vote_électronique #démocratie #élections #vote #machines_à_voter #politique #anti-démocratique #suisse #élection #élections #e-voting #RIC



  • "Par leur puissance visuelle tour à tour fantasmagorique ou effrayante, ces histoires étaient pour moi destinées aux adultes ; la sagesse qu’elles livraient, j’avais le sentiment d’y goûter avec un temps d’avance, outrepassant mon âge. Et ce qui me réjouissait par-dessus tout, c’est que ces récits renversent aisément l’ordre du monde : le vaillant petit tailleur deviendrait riche, la princesse maudite quitterait son corps de cygne, les frères-loups seraient de nouveau des hommes, à condition que leur sœur prenne sur elle la lourdeur de leur peine. Ici, nulle fatalité ne préexistait, la ruse et l’audace pouvaient toujours déjouer le malheur. [...]"
    Richard Long, Perceval et les éditions Gründ, un texte dans
    « Zones blanches » (ouvrage collectif dirigé par Hélène Gaudy et Hélène Jagot, grand merci à elles deux, aux éditions Le bec en l’air, 2018) :
    http://cosidor.net…/…/four-days-and-four-circles-recit-2018
    #richardlong #perceval #éditionsGründ


  • Annals of food marketing: Gold-leafed potato chips! (Food Politics by Marion Nestle)
    https://www.foodpolitics.com/2019/01/annals-of-food-marketing-gold-leafed-potato-chips

    Japanese snack maker Koikeya…collaborated with gold-leaf maker Hakuichi…to create the Koikeya Pride Potato Kanazawa Gold Leaf Salt chips. The chips are crafted with particular care to the ingredients and frying process, using gold leaf pieces in two different sizes to ensure the chips are thoroughly coated.

    #doré_à_l'or_fin #ça_ressort_en_bas (relire le titre)


  • Aux #États-Unis, la déconnexion est réservée aux #enfants #riches | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/article/aux-etats-unis-la-deconnexion-est-reservee-aux-enfants-riches

    Il n’y a pas si longtemps, on craignait qu’en ayant accès plus tôt à #Internet, les jeunes des classes aisées n’acquièrent davantage de compétences techniques et qu’il n’en résulte un fossé #numérique. De plus en plus d’établissements scolaires demandent aux élèves de faire leurs devoirs en ligne, alors que seulement deux tiers des Américains ont accès au haut débit.

    Mais aujourd’hui, alors que les parents de la #Silicon\Valley craignent de plus en plus les effets des #écrans sur leurs enfants et cherchent à les en éloigner, on redoute l’apparition d’un nouveau fossé numérique. Il est possible, en effet, que les enfants des classes moyennes et modestes grandissent au contact des écrans et que ceux de l’#élite de la Silicon Valley reviennent aux jouets en bois et au luxe des relations humaines.

    Ce mouvement est déjà amorcé. Les #écoles maternelles à l’ancienne, qui proposent un apprentissage par le jeu, sont en vogue dans les quartiers huppés, alors que l’Utah finance une école maternelle entièrement en ligne, à laquelle sont inscrits quelque 10 000 enfants. Les autorités ont annoncé que les écoles maternelles en ligne se multiplieraient en 2019 grâce à des subventions fédérales versées aux États du Wyoming, du Dakota du Nord et du Sud, de l’Idaho et du Montana.

    Selon une étude de Common Sense Media, une organisation à but non lucratif qui surveille l’exposition aux réseaux sociaux, les jeunes issus de familles modestes passent une moyenne de huit heures et sept minutes par jour devant des écrans à des fins récréatives, alors que la durée est de cinq heures et quarante-deux minutes chez des jeunes plus aisés. (Cette étude a pris en compte chaque écran séparément, si bien qu’un enfant qui chatte une heure sur son téléphone tout en regardant la télévision est considéré comme ayant passé deux heures devant des écrans.) Deux autres études montrent que les enfants blancs sont beaucoup moins exposés aux écrans que les enfants africains-américains et latino-américains.

    Et, selon les parents, il existe un fossé numérique croissant entre les établissements publics et privés d’un même quartier. Alors que la Waldorf School of the Peninsula, une école privée pratiquant la #pédagogie Waldorf très cotée chez les cadres de la Silicon Valley, interdit la plupart des écrans, l’établissement voisin, le collège public Hillview Middle School, met en avant son programme d’#enseignement sur #tablettes.


  • La #grève des #enseignants de #Los_Angeles pourrait faire boule de neige | JOCELYNE ZABLIT | États-Unis
    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201901/14/01-5211014-la-greve-des-enseignants-de-los-angeles-pourrait-faire-boule-de-

    « Nous voici en ce jour pluvieux, dans l’un des pays les plus #riches du monde, dans l’un des États les plus riches du pays, un État aussi bleu (couleur du parti démocrate) que possible - et dans une ville qui regorge de millionnaires  ! - avec des enseignants obligés de faire la grève pour obtenir le minimum pour nos élèves », s’est exclamé Alex Caputo-Pearl, président du syndicat des enseignants de Los Angeles (UTLA), lors d’une conférence de presse.

    « Nous défendons l’essence même de l’#éducation_publique. La question est la suivante : est-ce que nous affamons nos écoles publiques de proximité pour aboutir à leur #privatisation  ? Ou bien est-ce que nous investissons dans ces écoles, pour nos élèves et pour une ville en plein développement  ? », a-t-il ajouté.

    #éloquence #etats-unis


  • Le pillage de notre planète est entré dans une nouvelle ère : l’hyperextractivisme. Dans la lutte séculaire pour le profit, les grandes multinationales passent à la vitesse supérieure. Ce qu’il en coûte pour l’humanité et la nature est secondaire pour ceux que Stendhal appelait les happy few.
    http://www.mirador-multinationales.be/divers/a-la-une/article/le-pillage-muscle-par-l-hyperextractivisme#nh4
    https://lavamedia.be/de-roofbouw-op-steroiden-van-het-hyper-extractivisme

    Ah, ils s’éclatent, les #super-riches. Un aventurier américain a récemment mis à l’eau l’Utopia IV. Après avoir déboursé 53 millions d’euros, il flotte maintenant sur les océans à bord de son super yacht. Plus besoin donc de vivre dans le monde des humains, où les gens dorment dehors ou sous des porches, et urinent dans un coin de la gare. Un autre navire, le Cloudbreak (75 mètres de long) sert à son propriétaire de base flottante pour gagner les pistes de ski ou les spots de surf en hélicoptère. Un équipage de 22 hommes s’affaire sur le Sorcha, un voilier de compétition du type Maxi 72. Un tel bateau coûte facilement 5 à 6 millions d’euros à l’achat, 2 millions annuellement pour l’entretien et encore 1 million par saison de compétition de voile. Quand on ne sait pas quoi faire de son argent, on trouve son inspiration dans How To Spend It, un supplément luxueux au journal économique et financier Financial Times. How To Spend It est très branché sur les joujoux pour ultra-riches. Voitures, robes, bijoux, safaris... ou montres. Le capitaine du Sorcha est aussi aux commandes (capitaine of industry) de la marque de montres Richard Mille qui produit des montres pour qui en a les moyens, leurs prix pouvant atteindre 900.000 euros pièce. Elles sont composées de saphirs et autres pierres précieuses, mais aussi de titane, vanadium, rhodium et autres métaux hi-tech.

    Dans How To Spend It, on observe les produits de luxe dévoreurs de métaux rares qui sont proposés à la bourgeoisie transnationale.

    https://howtospendit.ft.com

    L’assemblée nationale interdit l’utilisation du cyanure dans l’industrie minière. Et après ?
    http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/interdiction_technologies_cyanure_industrie_miniere
    http://www.gresea.be/+-Matieres-premieres-+
    #extractivisme



  • Etienne Chouard : la grande confusion (vidéo)

    http://lahorde.samizdat.net/2018/12/27/etienne-chouard-la-grande-confusion-video

    https://www.youtube.com/watch?v=TeKJfN3F7vs

    Et on en remet une couche ! Vue sur blogyy, le site de notre camarade Yannis Youlountas.
    http://blogyy.net/2018/12/22/etienne-chouard-la-grande-confusion-video

    Faut-il s’étonner du retour en grâce d’Étienne Chouard ?

    LA GRANDE CONFUSION

    Sous une apparence anodine voire sympathique, #Étienne_Chouard incarne parfaitement la confusion d’une époque troublée, hésitante et contradictoire.

    Une époque tiraillée entre la révolte lucide (qui mène à l’émancipation sociale) et la colère aveugle (qui mène au fascisme).

    Une époque de clair-obscur dans laquelle le ras-le-bol généralisé devant l’arrogance du pouvoir ouvre une brèche furtive, une fenêtre dans l’Histoire, un moment où tout est possible, ou presque.

    Alors qu’Étienne #Chouard prétend fournir un outil pour favoriser l’émancipation sociale, il participe simultanément, depuis des années, à un phénomène antagoniste qui conduit à la pire des aliénations : un glissement sémantique et stratégique qui profite à #Marine_Le_Pen et à ses complices.

    L’ #extrême-droite n’a jamais été aussi proche du pouvoir, en France, depuis la deuxième guerre mondiale. Il ne lui reste plus qu’une seule chose à faire pour rafler la mise et rendre la société encore plus autoritaire et mortifère : déverrouiller les derniers réflexes de méfiance.

    Depuis longtemps, Étienne Chouard y contribue (plusieurs exemples dans la vidéo). Il brouille les marqueurs politiques. Il qualifie d’extrême-droite le pouvoir capitaliste tout en prétendant que le principal parti d’ #extrême-droite s’est déplacé à gauche. Il nie la dangerosité de nos pires ennemis politiques. Il répand la confusion.

    #RIC #Gilets_jaunes