• #Richard_Pinhas - #Heldon
    http://www.radiopanik.org/emissions/moacrealsloa/richard-pinhas

    Richard Pinhas étais le fondateur du formation cult electro rock Heldon en 1974. Le jour du première fois que ce groupe joue en Belgique Richard a pris le temps pour en parler de ses amitiés avec des gens comme #Gilles_Deleuze et Robert Fripp. A 14 ans il a recontrer Jimmy Hendrix. Il joue regulierement avec des gens commes #Merzbow, Kawabata Makoto, Yoshida Tatsuya, Pascal Comelade, Oren Ambarchi, ...

    Une partie du concert de Heldon de ce soir là va être aussi diffuser.

    Photo (c) Laurent Orseau

    Playlist :

    Heldon : Méchamment Rock (It’s Always Rock ’n Roll - Bureau B - 2018)

    Schizo (Richard Pinhas & Gilles Deleuze) : Le Voyageur (7" Le Voyageur / Torcol - Disjuncta - 1972)

    Heldon : extrait 1 live 15-03-2019 au Les Ateliers Claus

    Pascal Comelade & Richard Pinhas : (...)

    #Robert_Frippp #Merzbow,Heldon,Richard_Pinhas,Robert_Frippp,Gilles_Deleuze
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/moacrealsloa/richard-pinhas_06398__1.mp3


  • CONTRE-ENQUÊTE : COMMENT LES AMERICAINS ONT MIS LA MAIN SUR AIRBUS… – Proche&Moyen-Orient.ch
    https://prochetmoyen-orient.ch/contre-enquete-comment-les-americains-ont-mis-la-main-sur-airbus

    Aucune commande pour Airbus en janvier 2019, mais des annulations concernant les huit A-380 attendus par la compagnie aérienne Quantas et les cinq A-220 commandés par la défunte PrivatAir. A quelques mois du Salon du Bourget, AIRBUS voit son carnet de livraisons à la baisse avec 313 commandes pour l’A-380 dont 79 restent à livrer – les 53 destinés à Emirates Airlines risquant d’être remis en question. A Toulouse, au siège opérationnel de l’avionneur européen, les langues commencent à se délier…

    https://seenthis.net/messages/767507

    • Hervé Juvin : « L’application extraterritoriale du droit américain a détruit des entreprises françaises (ALCATEL et ALSTOM notamment), elle a permis d’extorquer des milliards d’euros à des entreprises européennes. Elle s’apprête à attaquer SANOFI, AIRBUS, SAFRAN et bien d’autres. Elle a pour prétexte la lutte anti-corruption, le respect des embargos américains, le combat anti-terroriste, pour objectif affiché l’efficacité économique, la moralisation des affaires, l’établissement des conditions d’une concurrence libre, ouverte et équitable partout dans le monde. Tout cela à l’appui d’un impérialisme juridique grandissant, tout cela au bénéfice de l’intérêt national américain. L’extraterritorialité du droit américain se propage à la faveur de l’abandon du droit international, de la faiblesse du régalien et de la négation de la puissance de mise en Europe. Elle constitue un élément majeur de la stratégie de « Global Constraint » – « contrainte globale » – qui renouvelle la stratégie de l’empire américain ».

      (...)

      Alors que faire ? Travailler à se protéger de la « justice américaine » et à se décrocher du dollar. Les outils disponibles sont déjà là : ne plus travailler qu’avec les marchés de cotation des matières premières hors dollar, tels que la Chine en a ouvert en novembre 2015 (le premier portant sur l’or) ; refuser d’avoir affaire avec tout prestataire de services hébergé aux États-Unis, filiale d’une entreprise américaine , ou relevant d’une manière ou d’une autre de la justice américaine ; exiger que la totalité des données de l’entreprise soit traitée, hébergée et préservée dans des centres informatiques localisés en France ; imposer une autre monnaie que le dollar pour toute transaction internationale (comme l’impose l’Iran pour son pétrole et son gaz) ; éliminer de ses appels d’offre toute banque, toute institution financière américaine, ou filiale d’un établissement américain ; ne communiquer aucune information , ne diffuser aucune opinion, d’une organisation, ONG, association, Fondation ou institution internationale, sous la dépendance de financements américains (11).

      #Richard_Labévière


  • De Boeing à Airbus, et retour...
    http://www.dedefensa.org/article/de-boeing-a-airbus-et-retour

    De Boeing à Airbus, et retour...

    16 mars 2019 – Rappelez-vous... Je veux dire : “rappelle-toi, PhG !” Ce devait être en 1976 ; pendant une année, j’avais été une sorte de rédac’chef de la petite, chétive et poussiéreuse revue Aviation & Astronautique, rebaptisée Aviastro dans l’espoir de faire plus hip-hop, et nous travaillions ensemble sans beaucoup nous apprécier, le directeur et moi. Nous étions cette fois, – je ne sais quel mois de 1976, – à Paris, et nous rencontrions Bernard Lathière, alors nouveau patron d’Airbus, alors que les toutes premières et minables commandes se profilaient à peine dans cette aventure à propos de laquelle les grands esprits rationnels, européens et giscardiens en France faisaient des remarques acides sur cette “folie des grandeurs”, sur cette “France vieillie qui se croyait (...)

    • Hervé Juvin : « L’application extraterritoriale du droit américain a détruit des entreprises françaises (ALCATEL et ALSTOM notamment), elle a permis d’extorquer des milliards d’euros à des entreprises européennes. Elle s’apprête à attaquer SANOFI, AIRBUS, SAFRAN et bien d’autres. Elle a pour prétexte la lutte anti-corruption, le respect des embargos américains, le combat anti-terroriste, pour objectif affiché l’efficacité économique, la moralisation des affaires, l’établissement des conditions d’une concurrence libre, ouverte et équitable partout dans le monde. Tout cela à l’appui d’un impérialisme juridique grandissant, tout cela au bénéfice de l’intérêt national américain. L’extraterritorialité du droit américain se propage à la faveur de l’abandon du droit international, de la faiblesse du régalien et de la négation de la puissance de mise en Europe. Elle constitue un élément majeur de la stratégie de « Global Constraint » – « contrainte globale » – qui renouvelle la stratégie de l’empire américain ».

      (...)

      Alors que faire ? Travailler à se protéger de la « justice américaine » et à se décrocher du dollar. Les outils disponibles sont déjà là : ne plus travailler qu’avec les marchés de cotation des matières premières hors dollar, tels que la Chine en a ouvert en novembre 2015 (le premier portant sur l’or) ; refuser d’avoir affaire avec tout prestataire de services hébergé aux États-Unis, filiale d’une entreprise américaine , ou relevant d’une manière ou d’une autre de la justice américaine ; exiger que la totalité des données de l’entreprise soit traitée, hébergée et préservée dans des centres informatiques localisés en France ; imposer une autre monnaie que le dollar pour toute transaction internationale (comme l’impose l’Iran pour son pétrole et son gaz) ; éliminer de ses appels d’offre toute banque, toute institution financière américaine, ou filiale d’un établissement américain ; ne communiquer aucune information , ne diffuser aucune opinion, d’une organisation, ONG, association, Fondation ou institution internationale, sous la dépendance de financements américains (11).

      #Richard_Labévière


  • L’inégalité est-elle au cœur des problèmes de société ?
    http://www.internetactu.net/2019/03/12/linegalite-est-elle-au-coeur-des-problemes-de-societe

    Les épidémiologistes britanniques Kate Pickett (@profkepickett) et Richard Wilkinson (@ProfRGWilkinson), cofondateurs de Equality Trust (@equalitytrust), publient Pour vivre heureux vivons égaux ! (Les liens qui libèrent, 2019), un imposant recueil d’arguments et d’études sur les effets de l’inégalité. C’est un livre qu’il faut certainement lire comme en contrepoint aux ouvrages de (...)

    #Articles #Enjeux #Economie_et_marchés #eDémocratie #inégalités


  • How I Snuck Backstage to Meet President Barack #obama, Sir Richard Branson, #oprah and Ashton Kutcher
    https://hackernoon.com/how-my-life-changed-when-i-snuck-backstage-to-where-president-barack-oba

    How I Snuck Backstage to Meet President Barack Obama, Sir Richard Branson, Oprah and Ashton Kutcher — But Didn’t Get That SelfieWhat I Learned Sneaking Around the Qualtrics X4 ConferenceMy life changed when I snuck backstage to where my heroes: President Barack Obama, Richard Branson, and Ashton Kutcher, were all hanging out at Qualtrics X4.I didn’t think life would change again after my daughter was born in August of 2018. From being one of those entrepreneurs who hustled 12 hours a day, my priorities quickly shifted from business and my own goals to being there for my daughter and giving her love.Suddenly, paternity leave and skin-to-skin time was priceless, and becoming a hands-on dad — I believe — forever changed my neural makeup, that into one of more love for the world.When I went back to (...)

    #richard-branson #ashton-kutcher #hackernoon-top-story


  • Il était temps que je compile une nouvelle #recension de citations des travaux de #Richard_Wilkinson et #Kate_Pickett, et d’autres, sur la corrélation entre #inégalités et #problèmes_sociaux (et environnementaux), en mentionnant aussi l’#invisibilisation fréquente de Kate Pickett.

    Leurs deux principaux livres :

    The spirit level : why more equal societies almost always do better
    Richard Wilkinson et Kate Pickett, Allen Lane, 2009

    Traduit en français sous : Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
    Richard Wilkinson et Kate Pickett, Les Petits Matins, 2013

    The Inner Level : How More Equal Societies Reduce Stress, Restore Sanity and Improve Everyone’s Well-Being
    Kate Pickett et Richard Wilkinson, Penguin Press, 2019

    Traduit en français sous : Pour vivre heureux, vivons égaux ! Comment l’égalité réduit le stress, préserve la santé mentale et améliore le bien-être de tous
    Kate Pickett et Richard Wilkinson, Les liens qui libèrent, 2019

    Un documentaire a aussi été réalisé :

    The Divide, de Katharine Round (2015)
    avec Richard Wilkinson, Kate Pickett, Noam Chomsky...
    https://thedividedocumentary.com

    Articles sur SeenThis :

    Vie de merde, bouffe de merde, corps de pauvres
    Laurent Chambon, Minorités, le 4 avril 2010
    https://seenthis.net/messages/164618

    Alienation, human nature and mutual aid
    Anarcho, le 3 janvier 2011
    https://seenthis.net/messages/13315

    Comment les inégalités économiques nuisent aux sociétés
    Richard Wilkinson, TED Talk, Juillet 2011
    https://seenthis.net/messages/39401

    Réduire les inégalités est bon pour l’environnement
    Agnès Sinaï, Actu Environnement, le 12 octobre 2011
    https://seenthis.net/messages/37733

    Richard Wilkinson : « Les inégalités nuisent à tous, y compris aux plus aisés »
    Pascal Riché, Rue89, le 20 octobre 2013
    https://seenthis.net/messages/228691

    Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous
    Nicolas Journet, Sciences Humaines, le 17 novembre 2013
    https://seenthis.net/messages/517783

    L’austérité tue massivement : des preuves chiffrées
    Jean Gadrey, Alternatives Economiques, le 9 décembre 2013
    https://seenthis.net/messages/205592

    La fin du monde : la faute à qui ?
    Dror Warschawski, Le Courrier (Genève), le 6 mai 2014
    https://seenthis.net/messages/254232

    Les inégalités nous rendent malades
    Richard Wilkinson, Projet, le 21 mai 2014
    https://seenthis.net/messages/259192

    « L’égalité c’est la santé » (et l’amour aussi...)
    Baptiste Lefevre, interview de Richard Wilkinson, Fakir, juin 2014 - édité en livre en février 2016
    http://www.fakirpresse.info/l-egalite-c-est-la-sante-et-l-amour-aussi

    Income inequality and health : A causal review
    Kate E. Pickett and Richard G. Wilkinson
    Social Science & Medicine 128:316-326 (Mars 2015)
    https://seenthis.net/messages/352063
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0277953614008399?np=y

    Richard Wilkinson : « Les riches n’abandonnent que face à une menace sociale »
    François Ruffin, Fakir, le 20 février 2016
    https://seenthis.net/messages/517783

    Income inequality is cyclical
    Branko Milanovic, Nature, 537:479–482, le 21 septembre 2016
    https://seenthis.net/messages/535662
    https://www.nature.com/news/income-inequality-is-cyclical-1.20618

    Americans Are Dying Faster. Millennials, Too
    Ben Steverman, Bloomberg, le 28 octobre 2016
    https://seenthis.net/messages/537950

    Illness as indicator
    The Economist, le 19 novembre 2016
    https://seenthis.net/messages/541433

    Economic growth in the United States : A tale of two countries
    Emmanuel Saez, Thomas Piketty et Gabriel Zucman, Equitable Growth, le 6 décembre 2016
    https://seenthis.net/messages/550015

    A New Study Shows How Severe U.S. Inequality Is — and How Little We’re Doing About It
    Eric Levitz, New York Magazine, le 8 décembre 2016
    https://seenthis.net/messages/550015

    Life Expectancy in U.S. Declines Slightly, and Researchers Are Puzzled
    Katie Rogers, New York Times, le 8 décembre 2016
    https://seenthis.net/messages/550343

    Stanford historian uncovers a grim correlation between violence and inequality over the millennia
    Elena Dancu, Stanford News, le 24 janvier 2017
    https://seenthis.net/messages/564635

    Les politiques ne comprennent pas qu’une nouvelle classe sociale s’est formée après la crise
    Amid Faljaoui, Trends, le 1er mars 2017
    https://seenthis.net/messages/575648

    Votre croissance, nous n’en voulons plus !
    François Ruffin, le 26 septembre 2018
    https://seenthis.net/messages/725163
    https://www.youtube.com/watch?v=fRUxBKOq9kc

    Moins d’inégalités pour plus de croissance
    Alexis Louaas, La Vie des Idées, le 5 février 2019
    https://seenthis.net/messages/757902

    Richard Wilkinson : « Le changement climatique exige des sociétés plus égalitaires »
    Kévin Boucaud-Victoire, Le Média, le 22 février 2019
    https://seenthis.net/messages/762180

    Les ravages insoupçonnés des inégalités de richesse
    Marie Charrel, Le Monde, le 25 février 2019
    https://seenthis.net/messages/762844

    Pour vivre heureux, vivons égaux (1 heure)
    Richard Wilkinson et François Ruffin, le 5 mars 2019
    https://seenthis.net/messages/765272
    https://www.youtube.com/watch?v=VFhtgPXz3O4

    et bien sûr tout ça est lié à #effondrement #collapsologie #catastrophe #fin_du_monde #it_has_begun #Anthropocène #capitalocène et se retrouve donc sur les compilations :
    https://seenthis.net/messages/680147


  • POUR VIVRE HEUREUX, VIVONS ÉGAUX ! RICHARD WILKINSON & FRANÇOIS RUFFIN
    Fakirpresse - Ajoutée le 5 mars 2019
    https://www.youtube.com/watch?v=VFhtgPXz3O4

    Après « Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous », Richard Wilkinson publie avec Kate Pickett « Pour vivre heureux, vivons égaux ! » : le livre de deux épidémiologistes qui devrait être une des clés de voûte pour la gauche de demain. Quand la sociologie, l’économie, le social, résonne avec la psychologie de l’époque...

    Kate Pickett et Richard Wilkinson sont épidémiologistes. Ils publient aux Liens qui Libèrent : « Pour vivre heureux, vivons égaux », 412 pages : http://www.editionslesliensquiliberent.fr/livre-Pour_vivre_heureux,_vivons_%C3%A9gaux_!-556-1-1-0-


  • Les ravages insoupçonnés des inégalités de richesse, Marie Charrel
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/02/25/les-ravages-insoupconnes-des-inegalites-de-richesse_5427810_3234.html

    Les pays où elles sont plus élevées souffrent plus que les autres d’un large éventail de problèmes sanitaires et sociaux, détaille un nouvel ouvrage.

    Les inégalités sont mauvaises pour la santé. A première vue, le constat posé par les épidémiologistes britanniques Richard Wilkinson et Kate Pickett semble relever de l’évidence. Mais il va beaucoup plus loin, ébranlant nombre de convictions et idées reçues sur la psychologie, les relations sociales, et la façon dont elles influent sur l’économie. « Dans les pays développés très inégalitaires, les plus #pauvres ne sont pas les seuls à voir leur santé et conditions de vie se dégrader, explique M. Wilkinson, professeur honoraire à l’université de Nottingham (Royaume-Uni), de passage à Paris. Celles de toutes les classes sociales sont affectées, y compris [celles des] plus aisés. » A l’exception, néanmoins, des 1 % les plus riches.
    L’ouvrage que sa consœur et lui viennent de publier, Pour vivre heureux, vivons égaux ! (Les Liens qui Libèrent, 416 p., 24,50 €), aussi truculent qu’implacable, passe en revue les travaux, statistiques et études publiés sur le sujet ces dernières années. Y compris ceux des auteurs, qui n’en sont pas à leur premier coup d’essai : leur premier livre abordant ces questions, paru en 2009, avait déjà marqué les esprits.

    Stress social
    Ils se concentrent ici sur les pays aux revenus élevés – Etats-Unis, Japon, Australie, Nouvelle-Zélande, et ceux de l’Union européenne (UE). Les corrélations qu’ils mettent en lumière donnent le vertige : les pays où les #inégalités sont les plus élevées souffrent beaucoup plus que les autres d’un large éventail de problèmes sanitaires et sociaux. Ils affichent ainsi une prévalence plus forte des maladies mentales, des problèmes d’addiction au jeu plus fréquents, un niveau scolaire moins bon, plus de harcèlement entre élèves à l’école, une moindre participation à la vie citoyenne, une envolée des comportements incivils…

    Et cela ne tient pas seulement au niveau de dépenses publiques et ou de protection sociale. « Les inégalités augmentent l’anxiété liée au statut social, les inquiétudes nées du jugement des autres » , détaille M. Wilkinson. Plus l’échelle des revenus est éclatée, plus ce #stress_social est répandu. Les ménages aux revenus moyens redoutent le déclassement, tandis que les foyers aux salaires bas craignent que leurs enfants n’aient pas une vie meilleure que la leur…

    Or ces angoisses, combinées à l’absence de mobilité sociale, nourrissent une série d’effets en cascade parfois surprenants. « Elles rendent les contacts dans la société plus difficiles, ajoute l’auteur. Peinant à y faire face, certains sombrent dans la dépression ou la phobie sociale, qui débutent parfois dès l’école. » D’autres se réfugient dans les addictions. D’autres, encore, développent un narcissisme exacerbé. Lorsque la compétition sociale est forte, l’idée qu’il faut se battre bec et ongles pour gravir l’échelle se propage – quitte à écraser les autres ou à rouler des mécaniques pour s’imposer.

    Narcissisme consumériste
    En outre, le besoin de témoigner de sa réussite est lui aussi plus intense : posséder une voiture de luxe, une grande maison, des vêtements de marque… En somme, le narcissisme consumériste est l’autre face de la #phobie_sociale, détaillent les auteurs. « Cela explique d’ailleurs pourquoi les dépenses publicitaires sont moins élevées dans les pays égalitaires, comme le Danemark », note M. Wilkinson. Le besoin d’afficher les signes extérieurs de richesse y est moins prégnant, le recours à la chirurgie esthétique y est moins fréquent…
    En intensifiant la compétition sociale et l’individualisme, les inégalités donnent naissance à une culture glorifiant la prise de risque, et « effaçant la frontière entre le leadership et la domination », ajoute-t-il. Ce qui favorise au passage l’épidémie de pervers narcissiques et le harcèlement moral en entreprise.

    L’ouvrage des deux épidémiologistes s’achève sur le constat également posé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) : l’explosion des inégalités est le fruit des mutations à l’œuvre depuis les années 1970 – précarisation des marchés du travail, effondrement du taux de syndicalisation, montée en puissance de la finance. Or, lorsqu’elles atteignent un niveau élevé, les inégalités finissent par peser sur la croissance et favoriser la stagnation économique. « Œuvrer à les réduire n’est donc pas seulement un impératif moral, souligne M. Wilkinson. C’est aussi une exigence économique et de santé publique. »

    « Difficile d’être très optimiste »
    Comment ? D’abord, en prenant en compte l’exigence environnementale. « En dégradant les conditions de vie, le changement climatique rend les inégalités plus explosives encore », résume l’épidémiologiste, qui esquisse une série de propositions : augmenter la taxation sur les hauts revenus tout en éradiquant les paradis fiscaux, insuffler plus de démocratie dans l’entreprise ou instaurer une forme de progressivité dans la fiscalité écologique. « Les changements à mettre en œuvre sont si conséquents qu’il est difficile d’être très optimiste », concède M. Wilkinson. Avant de conclure que l’espoir réside peut-être du côté des jeunes qui, depuis quelques semaines, manifestent en faveur de l’environnement dans plusieurs pays européens.

    #société_de_concurrence #livre


  • Richard Wilkinson : « Le changement climatique exige des sociétés plus égalitaires »
    https://lemediapresse.fr/actualites/richard-wilkinson-le-changement-climatique-exige-des-societes-plus-ega

    Richard Wilkinson est professeur émérite d’épidémiologie sociale à l’université de Nottingham. En 2009, il publie avec Kate Pickett The Spirit Level : Why mor equal societies almost always do better. Cet ouvrage important est traduit en français en 2013 aux Petits Matins, sous le titre Pourquoi l’égalité est meilleure pour tous. Ils y démontraient, à l’aide […]


  • When the Camera Was a Weapon of Imperialism. (And When It Still Is.)

    I first saw the photograph some years ago, online. Later, I tracked it down to its original source: “In Afric’s Forest and Jungle: Or Six Years Among the Yorubans,” a memoir published in 1899 by the Rev. R.H. Stone. It shows a crowd in what is now Nigeria, but what was then Yorubaland under British colonial influence. The caption below the photograph reads: “A king of Ejayboo. Governor of Lagos on right. For years the rulers of this fierce tribe made the profession of Christianity a capital crime.” This description is familiar in tone from anthropological literature of the period, though the photograph is hard to date precisely. “Ejayboo” is what we would nowadays spell as “Ijebu,” a subgroup of Yoruba. That catches my attention: I am Yoruba and also Ijebu. This picture is a time capsule from a world to which I am connected but had not seen before, a world by colonial encounter.

    By the middle of the 19th century, through treaties and threats of force, the British had wrested control of the coastal city Lagos from its king. They then turned their efforts to improving access to the goods and services in the Yoruba hinterland. The Yoruba were already by that time a populous and diverse ethnic group, full of rivalrous kingdoms large and small, some friendly to the British, others less so.

    Stone, a Virginian sent by the Southern Baptist Convention, lived among them — lived among us — for two spells, in 1859-63 and 1867-69, before, during and after the American Civil War. He had this to say about Yoruba people: “They are reasonable, brave and patriotic, and are capable of a very high degree of intellectual culture.” It is praise, but must be understood in the context of a statement he makes earlier in his book about living “among the barbarous people” of that part of the world. In any case, the Ijebu in the mid-19th century were largely wealthy traders and farmers who did not want to give the British right of way to the interior of the country; only through diplomacy, subterfuge and violence were they finally overcome.

    This photograph was made in the aftermath. The white governor of Lagos — based on the plausible dates, it is probably John Hawley Glover — sits under an enormous umbrella. On one side of him is another high-ranking colonial officer. On the other side is the Ijebu king, or oba, probably the Awujale of the Ijebu kingdom, Oba Ademuyewo Fidipote.

    The oba wears a beaded crown, but the beads have been parted and his face is visible. This is unusual, for the oba is like a god and must be concealed when in public. The beads over his face, with their interplay of light and shadow, are meant to give him a divine aspect. Why is his face visible in this photograph? Some contravention of customary practice has taken place. The dozens of men seated on the ground in front of him are visibly alarmed. Many have turned their bodies away from the oba, and several are positioned toward the camera, not in order to look at the camera but in order to avoid looking at the exposed radiance of their king.

    The invention of the daguerreotype was announced in 1839. By the 1840s, photography had spread like wildfire and become a vital aspect of European colonialism. It played a role in administrative, missionary, scientific and commercial activities. As the Zimbabwean novelist Yvonne Vera put it: “The camera has often been a dire instrument. In Africa, as in most parts of the dispossessed, the camera arrives as part of the colonial paraphernalia, together with the gun and the bible. ...”

    Photography in colonialized societies was not only a dire instrument. Subject peoples often adopted photography for their own uses. There were, for instance, a number of studios in Lagos by the 1880s, where elites could go to pose for portraits. But such positive side effects aside, photography during colonial rule imaged the world in order to study, profit from and own it. The colonial gaze might describe as barbarous both the oba’s beaded crown and his regal right to conceal himself. This was one of the repeated interactions between imperial powers and the populations that they sought to control: The dominant power decided that everything had to be seen and cataloged, a task for which photography was perfectly suited. Under the giant umbrella of colonialism, nothing would be allowed to remain hidden from the imperial authorities.

    Imperialism and colonial photographic practices both flourished in the 19th century, and both extended themselves, with cosmetic adaptations, into the 20th. In 1960, during the horrific French war on Algeria, the French military assigned a young soldier, Marc Garanger, to photograph people in an internment camp in the Kabylia region of Northern Algeria. Thousands of people had been confined in the region under armed guard, and the French military commander had decreed that ID cards were mandatory. A picture of each prisoner was required. Many of the women were forced to remove their veils. These were women who did not wish to be seen, made to sit for photographs that were not for them. (Photography played a different military role in the numerous aerial reconnaissance missions by the French, which resulted in thousands of negatives mapping the region.)

    Garanger’s photographs both record an injustice and occasion it. His alternative, not an easy one, would have been to refuse the order and go to prison. His pictures show us what we ought not to see: Young and old women, their hair free flowing or plaited, one face after the other, in the hundreds. They collectively emanate refusal. The women of Kabylia look through the photographer, certainly not considering him an ally. Their gazes rise from the surface of the photograph, palpably furious.

    When we speak of “shooting” with a camera, we are acknowledging the kinship of photography and violence. The anthropological photographs made in the 19th century under the aegis of colonial powers are related to the images created by contemporary photojournalists, including those who embed with military forces. Embedding is sometimes the only way to get a direct record, no matter how limited, of what is happening in an armed conflict. On occasion such an arrangement leads to images whose directness displeases the authorities, but a more common outcome has been that proximity to an army helps bolster the narrative preferred by the army.

    Still, photographic reportage has the power to quicken the conscience and motivate political commitments. Examples abound of photographs acting as catalysts in the public’s understanding of vital issues, from the images of Bergen-Belsen in 1945 to the photograph of the Syrian toddler Alan Kurdi in 2015. And yet, perhaps even more insistently, on a day-by-day, week-by-week basis, photography implicitly serves the powers that be. To insist that contemporary photographic practice — and I mean to include a majority of the international news coverage in newspapers like this one — is generally made (and published) for the greater good is to misconstrue history, because it leaves out the question of “Good for whom?” Such pictures aren’t for their subjects any more than the photograph in Stone’s book was for the Ijebus and their king.

    Certain images underscore an unbridgeable gap and a never-to-be-toppled hierarchy. When a group of people is judged to be “foreign,” it becomes far more likely that news organizations will run, for the consumption of their audiences, explicit, disturbing photographs of members of that group: starving children or bullet-riddled bodies. Meanwhile, the injury and degradation of those with whom readers perceive a kinship — a judgment often based on racial sympathy and class loyalties — is routinely treated in more circumspect fashion. This has hardly changed since Susan Sontag made the same observation in “Regarding the Pain of Others” (2003), and it has hardly changed because the underlying political relationships between dominant and subject societies have hardly changed.

    Without confronting this inequality, this misconstrual of history, photography will continue to describe itself as one thing (a force for liberation) while obdurately remaining another (an obedient appendage of state power). It will continue to be like the organs of the state that “spread democracy” and change regimes. Even when it appears to go against the state, it will only do so selectively, quaintly, beautifully, piteously, in terms that do not question the right of the state to assert power.

    For how long will these radically unequal societal realities endure? Many affecting photographs have been made during the huge waves of international migration of the past few years. These pictures issue, as usual, from the presumed rights of photographers to depict the suffering of people “out there” for the viewing of those “back home.” But in looking at these images — images of war, of starvation, of capsized boats and exhausted caravans — we must go beyond the usual frames of pity and abjection. Every picture of suffering should elicit a question stronger than “Why is this happening?” The question should be “Why have I allowed this to happen?”

    This is what the scholar Ariella Azoulay calls the “citizenship” of photography, its ability, when practiced thoughtfully, to remind us of our mutual responsibilities. When I look at the bewildering photographs of refugee camps in Richard Mosse’s recent book, “The Castle,” I feel indicted. The imperial underpinnings of Mosse’s project are inescapable: Using military-grade thermal cameras, he makes extremely complex panoramic images (stitched together from hundreds of shots) of landscapes in the Middle East and Europe in which refugees have gathered or have been confined. His pictures echo the surveillance to which these bodies are already subjected. But the thermal imaging renders the images very dark, with the humans showing up as white shapes (almost like a negative). The picture conceals what it reveals. We see people, but they remain hidden.

    This technique makes for uncanny images in which distressed people move about like the figures you see in dreams, indistinct but full of ghostly presence. At the Moria camp in Greece, it is snowing. We see a long snaking line of people, waiting. What are they waiting for? For some material handout, probably, for food or blankets or documents. But their waiting represents the deeper waiting of all those who have been confined in the antechamber of humanity. They are waiting to be allowed to be human.

    Mosse’s images, formally striking as they are, are unquestionably part of the language of visual domination. With his political freedom of movement and his expensive technical equipment, he makes meticulous pictures of suffering that end up in exquisite books and in art galleries. He is not the first photographer to aestheticize suffering, nor will he be the last. And yet, by suppressing color, by overwhelming the viewer with detail, by evoking racial horror rather than prettily displaying it and by including in his work philosophical considerations of the scenes he shows — “The Castle” contains essays by Judith Butler, Paul K. Saint-Amour and Mosse himself and a poem by Behrouz Boochani — he does something quite different from most photojournalists. He unsettles the viewer.

    Photography’s future will be much like its past. It will largely continue to illustrate, without condemning, how the powerful dominate the less powerful. It will bring the “news” and continue to support the idea that doing so — collecting the lives of others for the consumption of “us” — is a natural right. But with a project like “The Castle,” I have a little bit of hope that an ethic of self-determination can be restored. I have hope that the refugees of Moria, Athens, Berlin and Belgrade will gain a measure of privacy. The women of Kabylia will cover their faces and return to themselves as they wish to be. The oba’s beaded crown will fall back into place, shadowing his face. Photography writes with light, but not everything wants to be seen. Among the human rights is the right to remain obscure, unseen and dark.

    https://www.nytimes.com/2019/02/06/magazine/when-the-camera-was-a-weapon-of-imperialism-and-when-it-still-is.html

    #photographie #colonialisme #post-colonialisme #impérialisme
    ping @albertocampiphoto @philippe_de_jonckheere

    Reçu via la mailing-list Migreurop avec le commentaire suivant de Emmanuel Blanchard:

    L’auteur fait notamment référence au travail récent de #Richard_Mosse (exposition et ouvrage « The Castle ») dont il fait un compte rendu à la critique et laudatif. Un point de vue qui peut lui-même être critiqué... dans un sens plus critique.
    Pour accéder à quelques images de Richard Mosse :

    https://vimeo.com/302281332


    https://wsimag.com/art/33291-richard-mosse-the-castle
    https://bit.ly/2NglY08

    #réfugiés #asile #migrations #images #image

    The Castle

    Richard Mosse has spent the past few years documenting the ongoing refugee and migration crisis, repurposing military-grade camera technology to confront how governments and societies perceive refugees. His latest book The Castle is a meticulous record of refugee camps located across mass migration routes from the Middle East and Central Asia into the European Union via Turkey. Using a thermal video camera intended for long-range border enforcement, Mosse films the camps from high elevations to draw attention to the ways in which each interrelates with, or is divorced from, adjacent citizen infrastructure. His source footage is then broken down into hundreds of individual frames, which are digitally overlapped in a grid formation to create composite heat maps.

    Truncating time and space, Mosse’s images speak to the lived experience of refugees indefinitely awaiting asylum and trapped in a Byzantine state of limbo. The book is divided into 28 sites, each presenting an annotated sequence of close-up images that fold out into a panoramic heat map. Within this format, Mosse underscores the provisional architecture of the camps and the ways in which each camp is variously marginalised, concealed, regulated, militarized, integrated, and/or dispersed. His images point to the glaring disconnect between the brisk free trade of globalized capitalism and the dehumanizing erosion of international refugee law in European nation-states. Named after Kafka’s 1926 novel, The Castle prompts questions about the ‘visibility’ of refugees and the erosion of their human rights.

    The book comes with a separate book of texts, including a poem by Behrouz Boochani, the journalist, novelist and Iranian refugee currently held by the Australian government in confinement on Manus island, an essay by Paul K. Saint-Amour, associate Professor of English at the University of Pennsylvania, an essay by philosopher Judith Butler, and a text by Richard Mosse.


    #livre


  • Tasmania is burning. The climate disaster future has arrived while those in power laugh at us | #Richard_Flanagan | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/05/tasmania-is-burning-the-climate-disaster-future-has-arrived-while-those

    #Australie : la #Tasmanie brûle. L’#avenir du désastre climatique est arrivé et les membres du #pouvoir se moquent de nous - Le conseil du PECO
    https://ecopeco.org/2019/02/05/australie-la-tasmanie-brule-lavenir-du-desastre-climatique-est-arrive-et-le

    (Traduction approximative et parfois farfelue)

    Il y a deux ans, le trésorier de l’époque, Scott Morrison [actuel premier ministre], a ramassé un gros morceau de #charbon. Peut-être a-t-il pensé que c’était une bonne blague pour l’Australie aux dépens de quelques individus étranges, comme les Verts et la communauté scientifique mondiale. Ou peut-être que Morrison ne pensait vraiment pas. La plus grande erreur des journalistes est peut-être de penser que les personnes au centre sont plus nombreuses qu’elles ne le paraissent. Le problème avec des gens comme Morrison, la véritable #terreur, est qu’ils peuvent être beaucoup moins.

    « C’est du charbon », commença Morrison. « N’ayez pas peur, n’ayez pas peur, ne vous faites pas de mal, vous ne vous ferez pas de mal. »

    Presque bégayant dans son excitation, manquant de pronoms, il bavardait sans ponctuation. Si le style était grammaticalement joycéen, l’effet, à l’instar de son précédent chef-d’œuvre, « Où diable êtes-vous ? », Était mémorable.

    Il agita le morceau de charbon comme s’il s’agissait de l’Armée sacrée elle-même. Il le balança très haut et le rabaissa si bas que ce fut un instant comme si un Barnaby Joyeux écœuré pouvait le lécher. Comme ils ont ri ! Les rangs du parti libéral se sont rassemblés autour et derrière, comment ils ont tous ri et ont ri ce jour-là.

    Ces visages déformés avec une drôle de gaieté sont les masques #grotesques d’un grand #crime historique, se moquant non seulement de leurs adversaires politiques, mais se moquant de l’avenir avec ce pur mépris du pouvoir, nous rappelant au-delà du prochain cycle de nouvelles, de s’inquiéter au-delà du prochain cercle protégé. #outrage, de voir passé le prochain #mensonge. C’est l’image de notre #époque : le pouvoir se moque de nous.

    La plus grande fierté de Scott Morrison est qu’il les a arrêtés lorsque les #barbares étaient à la porte. Mais maintenant, la vérité est claire : les barbares n’ont jamais été à la porte. Ils ont toujours été ici , dans le palais, au pouvoir et ils nous ont aveuglés avec leur mensonge que les ennemis qui détruiraient notre monde étaient les misérables et les impuissants qui cherchaient #asile ici. Et tout au long de notre véritable ennemi, c’est eux : ceux qui ont brandi des morceaux de charbon devant leur trône, qui ont ri et qui se sont moqués ne vous feront pas de mal.

    #climat


  • Moins d’#inégalités pour plus de #croissance - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/Moins-d-inegalites-pour-plus-de-croissance.html

    Faut-il choisir entre égalité et efficacité économique ? Ce présupposé imprègne nombre de débats publics et académiques. Mais dans un monde où les plus aisés peuvent se soustraire aux règles d’une concurrence équitable, redistribuer les richesses permettrait de concilier gains d’efficacité et baisses d’inégalités.


  • "Par leur puissance visuelle tour à tour fantasmagorique ou effrayante, ces histoires étaient pour moi destinées aux adultes ; la sagesse qu’elles livraient, j’avais le sentiment d’y goûter avec un temps d’avance, outrepassant mon âge. Et ce qui me réjouissait par-dessus tout, c’est que ces récits renversent aisément l’ordre du monde : le vaillant petit tailleur deviendrait riche, la princesse maudite quitterait son corps de cygne, les frères-loups seraient de nouveau des hommes, à condition que leur sœur prenne sur elle la lourdeur de leur peine. Ici, nulle fatalité ne préexistait, la ruse et l’audace pouvaient toujours déjouer le malheur. [...]"
    Richard Long, Perceval et les éditions Gründ, un texte dans
    « Zones blanches » (ouvrage collectif dirigé par Hélène Gaudy et Hélène Jagot, grand merci à elles deux, aux éditions Le bec en l’air, 2018) :
    http://cosidor.net…/…/four-days-and-four-circles-recit-2018
    #richardlong #perceval #éditionsGründ


  • OK #GAFA 🤢 Je viens de procéder à des tentatives de navigation sécurisée pour #Facebook (!) = utiliser le navigateur #TOR (vu les derniers choix 💩 de #Mozilla) et me connecter avec l’adresse sécure https://www.facebookcorewwwi.onion
    A chaque fois, Facebook bloque mon compte !
    Il me force à m’identifier sur mon précédent outil (tel ou firefox) et m’oblige à changer de mp + toute une série de vérifs fastidieuses. Et je ne doute pas que mon compte est passé dans les connexions suspectes dont il faut restreindre l’audience.
    Autant je 💚 la transparence, autant la possibilité d’être anonyme, particulièrement sur de tels réseaux, est un corolaire indispensable. Lors d’un procès récent à #Nantes, un des #GiletsJaunes a pris cher à cause de propos qu’il a tenu sur FB.
    Bref, en 2019, je serais encore plus vénère contre les personnes qui s’organisent politiquement et qui obligent les gens à passer par uniquement #Facebook / les #GAFAM pour les lire, suivre et interagir : c’est hyper grave de ne pas penser l’anonymat comme BASE des luttes.

    • Merci @parleur. Je le connais quasi par cœur, ce texte, depuis 2012 et je l’ai beaucoup partagé, ainsi que les préconisations de #Richard_Stallman. Mais en fait ces texte n’ont, à ma connaissance, pas trop changé le comportement des personnes à qui je les ai transmis.
      Pire : j’avais fermé mon compte facebook, avec force déclaration sur ce sujet justement, pendant la campagne de la #Quadrature... Sauf que toute l’organisation des hébergeurs et autres groupements nantais pour les exilé-e-s se fait sur facebook. Sans parler des autres luttes... Et comme mon but est de faire sortir les gens de facebook, il faut bien en faire sortir les infos... et donc il m’a fallu replonger (je passais les events sur demosphere, mais là je fais un peu une pause). Je suis aussi obligée de constater l’impact mental / émotionnel qui consiste à lutter contre la socialisation de ce réseau : c’est super violent : ne pas inciter les gens à liker ou à répondre, ça, ça va. Mais, soi-même, ne pas interagir quand il y a des commentaires trop cools ou trop cons, ne pas intervenir face aux fakenews transmises par les gens qu’on aime, ne pas répondre sur messenger, etc. c’est une torture.
      Je crois que très peu de gens ont conscience d’à quel point la lutte pour la #zad #NDDL a été exemplaire à ce niveau. Entièrement, et uniquement, à partir d’automedias et de blogs. Concernant facebook, qui a été ma partie la plus chronophage, bien plus que la photo, j’ai réussi à proposer de suivre l’exemple de l’#EZLN (bon anniv au passage !), au moins partiellement : ne jamais « offrir » à facebook d’exclusivité, essayer au maximum de donner des sources hors facebook, jusqu’à n’y mettre que les flux rss des différents automedias. Par contre nous n’avons pas pu appliquer l’autre versant du « ne pas interagir »... Si nous n’avions pas assumé la charge de répondre aux questions, contre-carrer les pro-aéroports et gérer les rumeurs, d’autres pages étaient prêtes à s’approprier ce rôle dans dans une optique beaucoup moins « anti-succès » (on a quand même fait tout ce qu’il ne faut pas faire vis-à-vis des conseils donnés aux CM, les fameux « community manager ») !
      Je constate actuellement que le soulèvement des #GiletsJaunes a redonné un gain de popularité énorme à facebook, par le biais des « groupes » où les gens se lâchent de manière absolument hallucinante... C’est assez désespérant.


  • Rires et Chansons
    http://www.radiopanik.org/emissions/pbg/rires-et-chansons

    En cette fin de novembre, la vilaine bande de PBG s’intéresse à un sujet humain, trop humain.

    En effet, qu’est-ce qui différencie l’homme de l’animal ? Réellement ? Est-ce son intelligence supérieure qui lui offre la capacité de se saisir d’une pierre pour taper son voisin avec ? Son talent pour détruire le monde qui lui permet pourtant d’exister ? Son avidité ? Son goût pour le mensonge ?

    La réponse est OUI à toutes ces propositions, mais nous allons cette semaine nous intéresser à un aspect plus positif de l’expérience humaine : le #RIRE. A-t-on en effet jamais entendu un poisson rouge faire une blague raciste sur les poissons noirs ? NON ! Car le rire est le signe du génie de l’homme.

    Et PBG, dans la bonne humeur, va le décortiquer ce rire, l’ausculter, le (...)

    #humour #series #suicide #richard_pryor #bill_cosby #bergson #cocasse #humour,series,suicide,richard_pryor,bill_cosby,RIRE,bergson,cocasse
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/pbg/rires-et-chansons_05784__1.mp3


  • Benalla, Ferrand, Sarkozy et Darmanin se retrouvent aux 70 ans du JDD 28 Novembre 2018 - Marianne
    https://www.marianne.net/politique/alexandre-benalla-sarkozy-darmanin-ferrand-70-ans-jdd

    La fête anniversaire du « Journal du dimanche » a sidéré bon nombre de ses journalistes, ce mardi 27 novembre à Paris. Ils y ont en effet vu un joyeux mélange de personnalités de pouvoir, dont Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, Valérie Pécresse ou Richard Ferrand, frayer dans une salle où se trouvait également un certain Alexandre Benalla…

    Petite sauterie entre soi… A l’occasion d’une fête organisée pour les 70 ans du Journal du dimanche ce mardi 27 novembre, dans le 8e arrondissement de Paris, les patrons du journal ont pu trinquer joyeusement avec un joli monde issu des cercles du pouvoir… Selon nos informations, y ont ainsi été vus, pêle-mêle, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy mais aussi l’actuel ministre du Budget Gérald Darmanin, le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand, ainsi qu’un certain… Alexandre Benalla !

    Alexandre Benalla vu discutant "longuement avec Richard Ferrand
    Que faisait le paria de la Macronie au milieu de cette soirée, en compagnie de quelques uns des plus hauts personnages de l’Etat ? Au Monde, qui révèle également l’information, un membre du groupe Lagardère rapporte : « On nous a expliqué qu’il dînait ce soir-là à l’étage, par hasard ». Un autre, qui se dit « effaré » par ce qu’il a vu dans cette soirée, confie à Marianne que cet heureux « hasard » a été mis à profit, Alexandre Benalla ayant discuté « longuement » avec Richard Ferrand.

    Outre les premiers de cordée de la Macronie, ont aussi été vus à la soirée Arnaud Montebourg, ancien ministre socialiste de François Hollande, François Baroin ou encore la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.

    Marc Francelet présent
    Hors politiques, un nom moins connu du grand public mais tout aussi intéressant figurait parmi les invités : Marc Francelet. Souvenez-vous, nous vous en parlions cet été lors de l’éclatement de l’affaire Benalla : ce lobbyiste à la réputation sulfureuse avait participé au plan com’ très bien huilé d’Alexandre Benalla. Contacté par Marianne, il confirme sa venue à la soirée mais assure que ce n’est pas lui qui a fait venir son ancien protégé : « Je suis venu avec Laurence Piau, directrice de la rédaction de ’Closer’. Alexandre Benalla, je l’ai croisé dans l’escalier alors que je partais », affirme-t-il.

    Dans une période de défiance de l’opinion vis-à-vis de la presse, le gâteau d’Hervé Gattegno, directeur de la rédaction du JDD, a un petit goût étrange de mélange des genres…

    #presse #presse_a_gages #collusion #macronie #caste #Nicolas_Sarkozy #Gérald_Darmanin #Arnaud_Montebourg #Valérie_Pécresse #Richard_Ferrand #Alexandre_Benalla #médias #journalisme #François_Baroin #Marc_Francelet #en_vedette


  • Inside #Lehman_Brothers. Une enquête inédite sur la chute d’une banque au-dessus de tout soupçon

    Dix ans après la faillite de la banque Lehman Brothers, #Jennifer_Deschamps met en lumière les mécanismes de sa chute. Une enquête rigoureuse, étayée par le témoignage de lanceurs d’alerte.

    Le 15 septembre 2008, Lehman Brothers est officiellement déclarée en faillite. Lâchée par le gouvernement et sans repreneur, la vénérable banque d’investissement, fondée à New York en 1850, disparaît en laissant à ses créanciers une dette de plusieurs centaines de milliards de dollars. Lancée depuis plusieurs années dans une course folle au profit, cette grande institution financière, dirigée par Richard Fuld, a développé des prêts hypothécaires à risques, rapidement devenus emprunts toxiques. Accordés à des ménages modestes voire sans revenus, ces subprimes ont permis à des centaines de milliers d’Américains de devenir propriétaires de leur logement. Mais en 2007, lorsque la bulle immobilière éclate, la remontée de taux d’intérêts gonfle les traites que les emprunteurs ne peuvent plus rembourser. Une vague de saisies s’abat sur les États-Unis, et notamment sur la Californie…

    Autopsie méthodique
    Spécialisée dans les produits financiers, Lehman Brothers a voulu « faire de l’argent par tous les moyens ». Naviguant en « zone grise » – là où, au minimum, tout ce qui n’est pas illégal peut être considéré comme légal –, la banque et ses filiales ont maquillé les bilans, poussé les équipes commerciales à truquer leurs dossiers pour atteindre des objectifs de plus en plus exigeants, et engranger des dollars par milliards. Le tout grâce à la complicité, l’incompétence ou l’aveuglement des organismes de contrôle et des agences de notation. Pour raconter, dix ans plus tard, un cataclysme dont les répercussions ont ébranlé les places boursières et les économies du monde entier, Jennifer Deschamps se place à hauteur d’hommes. Enrichie d’archives, son enquête, documentée et rigoureuse, réunit les témoignages inédits d’anciens collaborateurs de Lehman, qui ont tous eu un accès privilégié aux mécanismes délirants ayant mené au désastre : trois ex-employées de la BNC, une filiale spécialisée dans les prêts immobiliers, et « lanceuses d’alerte » (Linda Weekes, Sylvia Vega-Sutfin et Cheryl McNeil), et leur avocat (Gary Gwilliam) ; un ancien vice-président de Lehman (Matthew Lee), licencié après avoir refusé de cautionner une manœuvre comptable frauduleuse ; un ancien juriste de la banque (Oliver Budde) ainsi que l’ancien procureur de l’Illinois (Anton Valukas), mandaté en 2008 par le gouvernement américain pour enquêter sur les causes de la faillite. Autopsie méthodique d’un système malade, Inside Lehman Brothers se fait aussi mise en garde contre une déflagration qui pourrait bien, dans un futur proche, se rééditer.


    https://www.arte.tv/fr/videos/080155-000-A/inside-lehman-brothers
    #banque #finance #économie #subprimes #marché_immobilier #cupidité #argent #fraude #effondrement #crise_financière #prêts_hypothécaires #film #documentaire #Wall_Street #bulle_immobilière #lanceurs_d'alerte #culture_du_silence #travail #burn-out #faillite #banques_d'investissement #limites_juridiques #légalité #illégalité #courtiers #Richard_Fuld #harcèlement_sexuel #intimidation #femmes #BNC #SDF #sans-abris #Repo_105 #prêts_alternatifs #prêts_non-conventionnels


  • Techniques. Ré-évaluation. A qui profitait la violence ?
    (Interpersonal violence at Playa Venado, Panama (550-850 AD) : a reevaluation of the evidence). Latin American Antiquity.

    Enterré vivant. Boucherie. Décapité. Mutilé. Tué. L’archéologue Samuel K. Lothrop n’a pas obscurci le tableau en décrivant ce qu’il pensait être arrivé aux 220 corps que son expédition avait trouvés sur le site de Playa Venado au Panama en 1951. Le seul problème est que Lothrop s’est probablement trompé. Une nouvelle évaluation des vestiges du site par des archéologues du Smithsonian n’a révélé aucun signe de traumatisme au moment de la mort ou presque. Le lieu de sépulture raconte probablement une histoire plus nuancée culturellement.

    (...)

    Les interprétations erronées de Lothrop sont probablement dues à l’ère de « l’archéologie romantique », des méthodes sous-développées pour les études mortuaires et les lectures littérales par les espagnols des contes des peuples autochtones après un contact européen.

    « Nous réalisons maintenant que beaucoup de ces chroniqueurs espagnols étaient motivés à montrer les populations indigènes rencontrées comme » non civilisées « et ayant besoin de conquérir », a déclaré Smith-Guzmán, ajoutant que de nombreux récits de sacrifices et de cannibalisme n’ont pas été confirmés.

    (...)

    « Plutôt qu’un exemple de mort violente et de déposition imprudente, Playa Venado présente un exemple de la façon dont les sociétés précolombiennes de la région isthmo-colombienne ont montré du respect et du souci pour leurs proches après la mort. »

    Le problème c’est que

    l’article de Lothrop publié en 1954, « Le suicide, le sacrifice et les mutilations dans les sépultures à Venado Beach, au Panama », a marqué les annales de l’archéologie panaméenne. Il a été cité plus de 35 fois comme preuve de violence, de cannibalisme ou de décapitation de trophées. Certains auteurs ont utilisé l’article pour suggérer que Playa Venado est un lieu de sépulture de masse ou une manifestation de conflit.

    Pour la défense de Lothrop, qui était archéologue au musée d’archéologie et d’enthologie de l’université de Harvard, la bioarchéologie (étude des restes humains issus de contextes archéologiques) n’a existé qu’en tant que sous-discipline deux décennies après sa conclusion à Playa Venado. Les praticiens d’aujourd’hui bénéficient également des méthodes développées dans les années 1980 et 1990.

    (...)

    À l’examen, Smith-Guzmán n’a trouvé que des plaies qui montraient des signes de guérison bien avant que les individus ne décèdent, notamment des coups à la tête et un pouce disloqué. Lothrop a probablement expliqué la présence de divers os cassés et de restes désarticulés en raison des processus normaux de décomposition et d’enfouissement secondaire des restes, qui auraient une pratique commune de vénération des ancêtres au Panama précolombien.

    (...)

    « Le positionnement uniforme de l’enterrement et l’absence de traumatisme périphérique (au moment de la mort) sont en contradiction avec l’interprétation de Lothrop sur la mort violente sur le site », a déclaré Smith-Guzmán. dans le cadre de l’enquête. « Les taux de traumatisme sont généralement faibles et la bouche ouverte des squelettes notés s’explique plus facilement par un relâchement musculaire normal après la mort et la pourriture. »

    #Méthodes
    #Nicole_E._Smith-Guzmán #Richard_G._Cooke

    2018; 1 DOI: 10.1017/laq.2018.48

    Pre-Columbian burials | Smithsonian Tropical Research Institute
    https://stri.si.edu/story/pre-columbian-burials


  • Blackpool activists jailed for anti-fracking protest

    Three environmental activists are believed to be the first people to receive jail sentences for an anti-fracking protest in the UK.

    Simon Roscoe Blevins, 26, and Richard Roberts, 36, were given 16 months in prison and Richard Loizou, 31, got 15 months on Wednesday after being convicted of causing a public nuisance by a jury at Preston crown court in August. Another defendant, Julian Brock, 47, was given a 12-month suspended sentence after pleading guilty to the same offence.

    The four men were charged after taking part in a four-day direct action protest that blocked a convoy of trucks carrying drilling equipment from entering the Preston New Road fracking site near Blackpool.

    A barrister for one of the men told Preston crown court that they would become the first environmental activists to receive jail sentences for staging a protest in the UK since the mass trespass on Kinder Scout in the Peak District in 1932, which marked the beginning of the right-to-roam movement. Activists have previously been given jail sentences for charges related to their protests, like breaking injunctions and contempt of court.

    At approximately 8am on Tuesday 25 July 2017, as seven lorries containing drilling equipment attempted to approach the site, Roberts, a piano restorer from London, got through a police cordon and climbed on top of the first lorry, bringing the convoy to a standstill. Loizou, a teacher from Devon, climbed on to the cab of the last lorry.

    At about 3.18pm, Blevins, a soil scientist from Sheffield, also climbed on to one of the lorries. In the early hours of the following morning, Brock, from Torquay, also climbed on to a lorry in the convoy.

    Fellow protesters threw blankets, food and water up to the men as they camped out on the vehicles. Loizou came down on 27 July at 5.10am after 45 hours. Blevins did the same at 4.45pm on 28 July, having spent just over 73 hours on his lorry. Roberts descended at 8.13pm the same day, after 84 hours. Brock did not climb down from his lorry until 29 July at 11.35am, after an estimated 76 hours.

    The site near Preston New Road has been a focal point for protests since the government overturned a decision by Lancashire county council and gave the energy firm Cuadrilla consent to extract shale gas at two wells on the site in October 2016. More than 300 protesters have been arrested since Cuadrilla began constructing a fracking pad at the site in January 2017.

    The company has said fracking is likely to start within the next few weeks, confirming on Monday that 28 lorries had brought fracking equipment to the site.

    Sentencing the men, the judge, Robert Altham, said he thought the three men posed a risk of reoffending and could not be rehabilitated as “each of them remains motivated by an unswerving confidence that they are right”. He added: “Even at their trial they felt justified by their actions. Given the disruption caused in this case, only immediate custody can achieve sufficient punishment.”

    He said that while the defendants were motivated by a serious concern for the environment, they saw the public as “necessary and justified collateral damage”.

    Members of the men’s families sitting in the public gallery burst into tears when the verdicts were read out. They sang a song described as a “native tribal song of power” and blew kisses to them as they were led out of the dock.

    Speaking for the prosecution, Craig MacGregor said the police argued that the demonstration resulted in significant travel disruption, causing the road to be closed initially until a contraflow was established. Police said local residents had had their lives disrupted and local businesses suffered a loss of trade. MacGregor said lorry drivers were told to stay with their cabs and were unable to return home. He said the protest had cost the police £12,000 and Cuadrilla approximately £50,000.

    Kirsty Brimelow QC, the head of the international human rights team at Doughty St Chambers, representing Roberts on a pro-bono basis, told the judge it had been a peaceful and political protest. She said the right to freedom of speech went beyond “simply standing and shouting” and extended to non-violent direct action.

    Brimelow said the fact that central government had overturned the local council to reject Cuadrilla’s fracking application demonstrated that “political process has been exhausted”. She added that “there has been no environmental protester sentenced to jail since 1932”.

    “It is relevant that there is a huge amount of scientific study that points to the damage of increasing climate emissions,” she said, referencing intergovernmental climate panel findings that climate change would displace 75 million people by 2035 and lead to the extinction of one in four species by 2050.

    Speaking outside the courts after the sentencing, Blevins’ mother, Rosalind Blevins, said: “We are all absolutely devastated by the sentences they have received. My son, like the others, was protesting against fracking because of his deep concern about climate change, which would more appropriately be called climate chaos … I am proud of him and of them for standing up for what is so, so important for all of us.”


    https://www.theguardian.com/environment/2018/sep/26/anti-fracking-activists-jailed-for-blackpool-cuadrilla-protest
    #gaz_de_schiste #résistance #prison #condamnation #UK #Angleterre #Richard_Loizou #Richard_Roberts #Simon_Roscoe-Blevins #énergie


  • Comment les agriculteurs du Néolithique se sont adaptés au changement climatique.

    L’étude, (...) portait sur la ville néolithique et chalcolithique de Çatalhöyük, dans le sud de l’Anatolie, en Turquie.

    Au plus fort de l’occupation de la ville, un événement climatique bien documenté, il y a 8 200 ans, a entraîné une diminution soudaine des températures mondiales provoquée par la libération d’une énorme quantité d’eau de fonte glaciaire provenant d’un immense lac d’eau douce du nord du Canada.

    En examinant les ossements d’animaux mis au jour sur le site, les scientifiques ont conclu que les éleveurs de la ville s’étaient tournés vers les moutons et les chèvres, ces animaux étant plus résistants à la sécheresse que les bovins.

    Étude des marques de coupe sur les os d’animaux au sujet des pratiques de boucherie : le nombre élevé de ces marques au moment de l’événement climatique a montré que la population travaillait à l’exploitation de toute viande disponible en raison de la pénurie alimentaire.

    Les auteurs ont également examiné les graisses animales qui ont survécu dans d’anciennes marmites. Ils ont détecté la présence de graisses de carcasses de ruminants, en accord avec l’assemblage d’os animaux découvert à Çatalhöyük. Pour la première fois, il a été démontré que les composés des graisses animales détectés dans la poterie étaient porteurs d’événement climatique dans leur composition isotopique.

    En effet, en utilisant le principe « vous êtes ce que vous mangez (et buvez) », les scientifiques ont déduit que l’information isotopique transportée dans les atomes d’hydrogène (rapport deutérium-hydrogène) des graisses animales reflétait celle des anciennes précipitations. Une modification du signal de l’hydrogène a été détectée dans la période correspondant à l’événement climatique, suggérant ainsi des changements dans les régimes de précipitations sur le site à ce moment.

    Une nouvelle technique de recherche.

    (...)

    Dr Mélanie Roffet-Salque, auteur principal du document, a déclaré : « Les changements dans les modèles de précipitations dans le passé sont traditionnellement obtenus en utilisant des carottes de sédiments océaniques ou lacustres.
     » C’est la première fois que ces informations proviennent de marmites . Nous avons utilisé le signal véhiculé par les atomes d’hydrogène provenant des graisses animales piégées dans les récipients en céramique après la cuisson.

    « Cela ouvre une toute nouvelle voie d’investigation - la reconstruction du climat passé à l’endroit même où les gens vivaient de la poterie. »

    Le co-auteur, le professeur Richard Evershed, a ajouté : « Il est vraiment significatif que les modèles climatiques de l’événement soient en parfait accord avec les signaux H que nous voyons dans les graisses animales conservées dans les pots. »

    « Les modèles indiquent les changements saisonniers auxquels les agriculteurs auraient dû s’adapter - des températures globalement plus froides et des étés plus secs - qui auraient eu des conséquences inévitables sur l’agriculture. »

    https://doi.org/10.1073/pnas.1803607115
    #Préhistoire #Néolithique #changement_climatique #agriculture #Çatalhöyük
    #8200BP

    #Université_de_Bristol #Université_Adam_Mickiewicz_Pologne #Unversité_de_Plymouth #Université_de_Gdańsk #Université_de_Stanford
    #Mélanie_Roffet-Salque, #Arkadiusz_Marciniak, #Paul_J._Valdes, #Kamilla_Pawłowska, #Joanna_Pyzel, #Lech_Czerniak, #Marta_Krüger, #C._Neil_Roberts, #Sharmini_Pitter, and #Richard_P._Evershed

    http://www.bristol.ac.uk/news/2018/august/neolithic-people-climate-change--.html


  • Benalla : l’arbre qui cache la forêt des affaires...
    http://reformeraujourdhui.blogspot.com/2018/08/benalla-larbre-qui-cache-la-foret-des.html

    Un peu plus d’un an après son élection à la présidence de la République, #Emmanuel_Macron est confronté à l’affaire Benalla qui illustre parfaitement la façon dont s’exerce la gouvernance du jeune président. Elle révèle une nouvelle fois la dérive des institutions de la 5ème République de 1958, à caractère monarchique, qui accordent trop de pouvoir au président de la République. Mais cette #affaire, largement médiatisée, n’est que la énième affaire depuis l’élection d’Emmanuel Macron le 7 mai 2017... Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, outre l’affaire Benalla, on peut regretter que d’autres affaires aussi graves, sinon plus, aient été mises plus ou moins sous le boisseau par les médias et l’opposition de droite comme de gauche : L’affaire #Richard_Ferrand Le 17 mai 2017, Richard Ferrand est nommé #ministre (...)

    #Alexis_kohler #GL_Events


  • Un problème de sécheresse ? Repeignez l’herbe en vert !
    https://twitter.com/OlivierCyran/status/1028262917374992384

    À Wijchen, aux Pays-Bas, un sous-traitant de la Ville repeint en vert les pelouses grillées par la sécheresse. La fin du monde, c’est aussi un gisement de nouveaux métiers et d’astuces technologiques.

    Cerise sur le gâteau, la boîte qui fait ça, Green Canary, explique que #peindre_l'herbe relève de l’#écologie, parce que ça économise de l’eau.
    http://green-canary.com

    Green Canary is a cost effective, advanced aqueous polymer formulation for maintaining the aesthetic appearance of grass and lawns on residential and commercial properties. Green Canary is a turn key product and service that transforms dry, diseased, or dormant grass into green eye-pleasing turf. This nontoxic surface treatment is safe for children and pets, and Green Canary is not harmful to other plants, or living grass.

    Green Canary helps to conserve water up to 70-80% and provides significant reduction in chemicals for grass and lawn maintenance. With a focused approach of employing post-consumer recycled content, organic farmed constituents, and sustainable forestry initiative certified packaging we continually promote sustainability in all aspects of the product life cycle.

    https://www.youtube.com/watch?v=IuMXlxWQSxg

    #gazon #herbe #effondrement


  • How to Master Any Skill
    https://hackernoon.com/how-to-master-any-skill-92287046f55b?source=rss----3a8144eabfe3---4

    6 Lessons on Learning to Learn from Naval Ravikant, Richard Feyman, and Robert GreeneThe Internet provides millions of people across the globe with access to #education. Access to knowledge is no longer a competitive advantage in today’s economy. Information is abundant.As the world evolves at an ever-increasing pace, common skills becomes obsolete and new opportunities are created all the time. Technologists are automating personal finance and investing and cryptocurrency is now a sizable industry with meaningful business and career opportunities. In this environment, the ability to learn new skills quickly is scarce and valuable.In my experience pivoting my career from finance to marketing, starting businesses ranging from a tech startup to a marketing agency, launching side hustles (...)

    #robert-greene #richard-feyman #naval-ravikant #master-any-skill


  • Video of journalist saying ’propaganda’ is necessary goes viral, before being mysteriously disabled | The Canary
    https://www.thecanary.co/trending/2018/05/30/video-of-journalist-saying-propaganda-is-necessary-goes-viral-before-being

    #Richard_Stengel, a former editor of TIME magazine , has said governments “have to” direct “propaganda” toward their own populations, and he is ‘not against it’.

    These comments were made at a talk called Political Disruptions: Combating Disinformation and #Fake_News, organised by the highly influential Council on Foreign Relations (CFR) thinktank.

    “Every country does it”

    The news editor and former diplomat is also a regular analyst at US news site MSNBC.

    He said:

    Basically, every country creates their own narrative story and, you know, my old job at the State Department was what people used to joke as the ‘chief propagandist’ job. We haven’t talked about propaganda… I’m not against propaganda. Every country does it, and they have to do it to their own population, and I don’t necessarily think it’s that awful.

    #propagande #journalisme


  • A New Pleistocene Hominin Tracksite from the Cape South Coast, South Africa. 28 février 2018

    Un site d’hominidés du Pléistocène supérieur a été identifié dans des roches d’éoliennes côtières sur la côte sud du Cap en Afrique du Sud , une zone d’une grande importance pour l’émergence des humains modernes.

    Les pistes se présentent sous la forme de moulages naturels et se produisent sur le plafond et les parois latérales d’une grotte de dix mètres de long. La préservation des pistes est de qualité variable. Jusqu’à quarante traces d’hominidés sont évidentes.
    Trente-cinq traces d’hominidés se retrouvent sur un même plan, avec la possibilité de découvertes de pistes supplémentaires (...).

    Une étude géologique sur le site et une comparaison stratigraphique avec des études géochronologiques publiées dans cette région suggèrent que les pistes ont environ 90 ka d’âge. Si tel est le cas, le littoral à l’époque aurait été éloigné d’environ 2 km.

    C’est le premier site d’homininé rapporté de cette période. Cela ajoute à la un registre mondial relativement épars des premières traces d’hominidés, et représente l’archive la plus grande et la mieux conservée des traces d’hominidés du Pléistocène récent trouvées à ce jour. Les traces ont probablement été faites par Homo sapiens.

    La liste des pistes relevées à ce jour dans le monde et les possibles « responsables » :

    Laetoli, Tanzania (~3,660 ka) : Australopithecus afarensis
    Ileret, Kenya (~1,500 ka) : Homo erectus
    Koobi Fora, Kenya (~1,400 ka) : Homo erectus
    Happisburgh, United Kingdom (~1,000–780 ka) : Homo antecessor
    Roccamonfina Volcano, Italy (~385–325 ka) : Homo heidelbergensis
    Terra Amata, France (~300 ka) : Homo erectus
    Nahoon, South Africa (~126 ka) : Homo sapiens sapiens
    Langebaan, South Africa (~117 ka) : Homo sapiens sapiens
    Vârtop Cave, Romania (constrained to 62–97 ka) : Homo neanderthalensis
    Theopetra Cave, Greece (~46 ka) : Homo sapiens sapiens.

    https://www.nature.com/articles/s41598-018-22059-5

    #préhistoire #empreintes #Afrique_du_Sud # Charles_W._Helm #Richard_T._McCrea, #Tammy_S._Pigeon #Region_Palaeontology_Research_Centre_British_Columbia_Canada #90000BC