• GB : une campagne de #propagande attisait la haine d’Israël pour avoir l’air authentique - The Times of Israël
    https://fr.timesofisrael.com/gb-une-campagne-de-propagande-attisait-la-haine-disrael-pour-avoir

    … l’IRD a tenté de semer la division entre Moscou et ses alliés arabes au Moyen-Orient en créant de toute pièce des publications prétendument musulmanes accusant la Russie soviétique de la défaite.

    « Pourquoi la nation arabe est-elle en ce moment affligée par tant de chagrin et de désastre ? Pour quelle raison les valeureux soldats ont-ils été vaincus dans le djihad par les méchants sionistes païens ?… La réponse est [facile] à trouver… nous partons rapidement du bon chemin, nous suivons la voie choisie pour nous par les communistes-athées pour qui la religion est une forme de maladie sociale », peut-on lire dans un communiqué publié par l’IRD et signé d’une organisation islamiste radicale fictive appelée la Ligue des croyants.

    #royaume_uni

  • The Missing Link in a UN Cold Case? A French Death Warrant Against Dag #Hammarskjold Comes to Light
    https://www.passblue.com/2022/04/14/the-missing-link-in-a-un-cold-case-a-french-death-warrant-against-dag-hamm

    Six decades after the unexplained death of United Nations Secretary-General Dag Hammarskjold and 15 other people in a plane crash in Central Africa, a new discovery in French government archives may bring researchers closer to the truth and answer a famous Cold War riddle: Who killed Hammarskjold?

    The discovery of an important clue happened in November 2021, following yearslong research into the death of the secretary-general. It began with a yellow folder, whose cover was marked with an “H” in blue and the words “TRÈS SECRET” written across the top in a red stamp. “H” stood for Dag Hammarskjold, it turned out. The file from the French intelligence service (SDECE), dated July 1961 and destined for French Prime Minister Michel Debré, was kept in the French National Archives. It contained a typewritten death warrant against UN Secretary-General Dag Hammarskjold, issued by a mysterious “executive committee” that had “gathered to examine . . . the behaviour of Mister Hammarskjoeld in Tunisia,” where French forces were besieged by Tunisian militias in the coastal town of Bizerte and the secretary-general tried to intervene on July 26, 1961.

    Asserting that Hammarskjold’s “angst of the Russians” made him “change his mind and decide to support them in the Congo,” another serious crisis facing the UN at the time, the warrant concluded that it was “high time to put an end to his harmful intrusion [sic]” and ordered “this sentence common to justice and fairness to be carried out, as soon as possible.”

    The “angst of the Russians” openly referred in the letter to the UN presence in Congo and the oversize influence of Afro-Asian countries in the peacekeeping mission there.

    The warrant had no signature. Just three letters and a notorious acronym: OAS (Organisation Armée Secrète, or Secret Armed Organization), a far-right French dissident paramilitary group opposing Algerian independence and the the Gaullist regime. The clandestine movement, which was mostly operational from 1961 to 1962, even tried to murder President Charles de Gaulle on Aug. 22, 1962. It killed 1,700 to 2,200 people, mostly French and Algerian civilians, French soldiers, police officers, politicians and civil servants, during its brief existence.

    Somehow, the death warrant — a facsimile that seemed to be a transcription of an original letter — ended up in the personal files of a legendary man from the shadows and chief adviser to President de Gaulle on African affairs and mastermind of the “Françafrique” networks, Jacques Foccart (who lived from 1913 to 1997). The document appears to be authentic, given the fact that it was found in Foccart’s confidential files preserved by the French National Archives.

    The text itself mentions the Bizerte crisis and Hammarskjold’s intervention in Tunisia, which puts the letter sometime between July 26 and 31, 1961, as the date cannot be fully read on the envelope. A 2019 investigation by the French government into the cause of Hammarskjold’s death makes no reference to link the OAS to the 1961 crash of the Albertina plane carrying the secretary-general and others.

    Was the original letter intercepted before it reached New York City and Hammarskjold himself?

    It is impossible to know.

    Did the UN ever see it?

    Probably not, considering there are no traces of it in the UN archives or in Brian Urquhart’s personal notes on Hammarskjold, who was originally a Swedish diplomat. As a former UN under secretary-general for special political affairs, Urquhart, who was British, wrote a biography of his boss.

    Six weeks after the approximate date on the letter, Hammarskjold was dead. On Sept. 18, 1961, he was killed along with his party of 15 other UN officials and air crew in a plane crash that night near Ndola, in Northern Rhodesia (now Zambia), while trying to stop hostilities in Katanga, a breakaway province in the newly independent Congo.

    Their deaths were ruled an accident by a North Rhodesian official investigation, while a subsequent UN investigation refrained from reaching such a conclusion, given the many outstanding questions regarding the crash. The UN investigation was reopened in 2016 by then-Secretary-General Ban Ki-moon, following newly uncovered testimonies of African eyewitnesses and renewed suspicions that there had been another plane in the air that night.

    After six years and two interim reports, Mohamed Chande Othman, a former Tanzanian chief justice who has been leading the independent inquiry for the UN on Hammarskjold’s death, is expected to hand his conclusions to UN Secretary-General António Guterres in September 2022. Since 2016, Othman had tirelessly been asking member states to “conduct a thorough review of their records and archives, particularly from their intelligence agencies,” as part of the inquiry’s mandate. Despite having gathered a “significant amount of evidence,” Othman, known as a UN “eminent person,” is at pains to “conclusively establish” the exact circumstances of the crash, Othman’s latest report says.

    Several major countries have been openly reluctant to cooperate, in particular the United States, Britain, South Africa and, to a lesser extent, France.

    Indeed, in 2018, the French government finally named a historian, Maurice Vaïsse, to respond to Othman’s request. The result was disappointing. The report of Vaïsse, confidentially released in 2019, established that after an exhaustive search marred by bureaucratic and regulatory hurdles, there was no groundbreaking document to be found by the French regarding Hammarskjold’s death.

    As to why the OAS, the far-right French paramilitary group, would have threatened the secretary-general may be manifold: the Swedish diplomat was loathed within French military circles for his intervention in the Suez crisis in 1956, when he tried to broker a cease-fire; for his repeated attempts to take the issue of the Algerian war to the Security Council; and for his controversial intervention in Bizerte, where he again tried to broker a cease-fire, this time unsuccessfully.

    The OAS, however, never claimed responsibility for Hammarskjold’s death. In Paris, the group was known as “OAS Metro” and was led by a fugitive Foreign Legion captain, Pierre Sergent, under the distant command of Gen. Raoul Salan, who was hiding in Algeria.

    “If this is the work of OAS Metro, this could only have been done by Pierre Sergent himself, since it was a very military organization, in a hierarchic sense,” claims French historian Rémi Kauffer. “No subordinate would have dared author such a letter.”

    Other experts, such as Olivier Dard, a French historian at Paris La Sorbonne University, and an expert on the history of the OAS, nevertheless “doubt” it could have been penned by Sergent, a prolific writer who became a right-wing politician and died in 1992. While use of harsh language was an OAS trademark, the style of writing in the letter, improper and trivial, tends to exonerate Sergent, who remained at large until an amnesty law was approved in 1968.

    If the death warrant reached would-be assassins in Katanga, another question remains: Who could have carried out the killing? Until now, no OAS presence in Katanga has ever been established. Yet a trove of previously disconnected documents found in declassified French, Belgian, British and Swedish national archives that I thoroughly examined while researching Hammarskjold’s death gives credence to a potential OAS plot against the secretary-general.

    Surely, there were OAS sympathizers among the two dozen French officers who had been sent to fight under the Katangese flag, including Yves de La Bourdonnaye, a paratrooper and expert on psychological warfare, and Léon Egé, a seasoned clandestine radio operator who would later be identified as the man who threatened a Norwegian officer with a knife on July 14, 1961, according to an archived UN document. The Norwegian officer, Lt.Col. Bjorn Egge, turned out to head the UN Military Information Branch in Katanga and was in charge of tracking and expelling all foreign mercenaries hired by the separatist regime.

    Egé described Katanga as “the last bastion of white influence in Africa,” contending that “every white man in the UN is a traitor to his race.” On Sept. 20, 1961, Egé wrote to a Katangese official, in a letter found in Belgian archives: “H is dead. Peace upon his soul and good riddance. He bears a heavy responsibility in this bitter and sad adventure.”

    In 1967, Egé was named by Le Monde as an OAS recruiter in Portugal. A third man, Edgard Tupët-Thomé, a former Special Air Service (or SAS, a British special forces unit) and French commando, also had a brief stint in Katanga. He is mentioned by French historian Georges Fleury in a book about OAS as being a member of OAS Metro.

    Before leaving Katanga, Tupët-Thomé, a demolition specialist, had been heard boasting, according to the UN representative in Katanga at the time, Conor Cruise O’Brien: “The UN? No problem. 20 kilos of plastic and I will take care of it!” Plastic, a soft and hand-moldable solid form of explosive material, was the weapon of choice among OAS operatives.

    On Aug. 30, 1961, O’Brien, who was also a former Irish diplomat and politician as well as a writer, warned his superiors in Léopoldville (now called Kinshasa) and New York City that his deputy, Michel Tombelaine, had been threatened by members of OAS: “The following message arrived in an envelope with the Elisabethville postmark. ’28 August 1961 — Tombelaine UNO Elisabethville. 48 hours ultimatum departure from Katanga or else. O.A.S. / Katanga,’” according to UN archives.

    On Sept. 6, the UN discovered that a guerrilla warfare group led by a French mercenary officer, Maj. Roger Faulques, who used to be Sergent’s direct superior in the Foreign Legion, was planning to “use plastic bombs against UN buildings” and had set up a “liquidation” list against UN civilian and military leaders, according to another UN archived document.

    When the Albertina carrying Hammarskjold and the 15 others crashed on Sept.18, a South African witness in the area, Wren Mast-Ingle, walked to the site and stumbled upon a group of white mercenaries wearing combat fatigues, before they ordered him to leave at gunpoint. When shown different types of camouflage outfits much later, Mast-Ingle pointed at a leopard-like scheme and “funny caps, with a flap,” he recalled, identical to the type of cap worn by French paratroopers in Algeria.

    Another witness, a Belgian named Victor Rosez, would later identify the same kind of fatigues discarded by a group of mercenaries wearing civilian clothes in Ndola, near the crash site.

    In the decades since the crash, a string of testimonies has also mentioned a small outfit of French mercenaries spotted near Ndola around the time of the tragedy. The testimonies seem to originate from a UN Swedish officer in Katanga, Col. Jonas Waern, who shared his views with Hammarskjold’s nephew, Knut Hammarskjold, who would later become director-general of IATA (International Air Transport Association) and died in 2012.

    On April 5, 1962, a former UN director of public information and close confidant of Hammarskjold, George Ivan Smith, wrote to Conor Cruise O’Brien, in a letter found at the Bodleian Library at Oxford University: “I am more and more convinced of a direct OAS link.” In December 1962, the Scotsman newspaper reported that “O’Brien still thinks it possible that Hammarskjöld and his party were murdered by French OAS men.”

    “I now understand that during all this time a psychological warfare commando, led by famous French ‘Colonel’ Faulques [sic], was stationed in Ndola,” Knut Hammarskjold wrote to Smith on Feb. 5, 1963.

    Could such a group have carried out the death warrant apparently issued by the OAS?

    To answer this question, the UN investigation led by Othman — who is likely to conclude his work by September — must first and foremost clarify these points:

    • If the original warrant stills exists, where is it and can it be authenticated?

    • Did the French government in 1961 notify the UN and Hammarskjold of a threat to his life?

    The family members of the 16 people killed in the Ndola crash deserve to know, at long last, the truth. Only then will the UN come closer to solving one of the last great mysteries of the Cold War: How did Dag Hammarskjold die?

    Maurin Picard is a French journalist and the author of a book on Dag Hammarskjold, “Ils ont tué Monsieur H?” ("Who Killed ’Monsieur H.?’ "), Seuil, 2019.

  • UK Covid infections climb by a million in a week - BBC News
    https://www.bbc.com/news/health-60872687

    Au #Royaume-Uni, le nombre de malades du #Covid-19 atteint des records dans l’#indifférence
    https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/au-royaume-uni-le-nombre-de-malades-du-covid-19-atteint-des-records-dan

    Contrairement à la dernière vague, les autorités ne montrent aucune volonté d’adopter de quelconques mesures et la flambée actuelle se déroule dans une relative indifférence du public, l’actualité étant dominée par la guerre en Ukraine et la chute du pouvoir d’achat.

    #politique #criminel #criminels #MSM

  • Sur les traces de Lapsus$, un groupe de pirates informatiques entre extorsion de fonds et vantardise
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/03/25/sur-les-traces-de-lapsus-un-groupe-de-pirates-informatiques-entre-extorsion-

    Sept adolescents ont été arrêtés, jeudi 24 mars, au Royaume-Uni, dans le cadre de l’enquête sur Lapsus$, un groupe de pirates informatiques qui a revendiqué ces dernières semaines plusieurs attaques très médiatisées contre des entreprises célèbres, comme Microsoft, Nvidia ou Samsung. Ces interpellations tombent alors que l’étau se resserrait autour d’un jeune britannique, mineur, soupçonné d’être un membre important de ce groupe.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #piratage #sécurité_informatique #royaume_uni #lapsus #microsoft #nvidia #samsung #ubisoft #police #justice #telegram #genesis #fuite_de_données #narimane_lavay #sekoia #sim_swap #sim_swapping #livia_tibirna #dev-0537 #4c3 #ea #electronic_arts #doxbin #white #doxbinwh1te #brian_krebs #cybersécurité #cybercriminalité

  • Despite its beautiful Ori games, Moon Studios is called an ’oppressive’ place to work | VentureBeat
    https://venturebeat.com/2022/03/18/despite-its-beautiful-ori-games-moon-studio-is-called-an-oppressive-pla

    Gaming fans know Moon Studios for its amazing Ori games with beautiful art and emotional stories. But a number of current and former employees consider the Ori studio an oppressive place to work. That is according to GamesBeat’s interviews with Moon developers.

    Franciska Csongrady sur Twitter :
    https://twitter.com/TigrMoth/status/1505276733771112449

    I worked at Moon Studios for two years. I was the only woman on the story team. I struggle to find the words to express what a soul-destroying experience it was to work with the heads of the studio, Thomas and Gennadiy.

    The whole studio is built on the lie that Quality justifies everything. Verbal abuse. Crunch. Public humiliation. But it just wears you down, and burns you out. Burnt out people do not produce quality.

    Anything good that you had made before they had killed your creative spark was used to lure new, unwitting devs in, to fill the places of the friends you watched leave, one by one.

    Please, don’t be fooled. Don’t perpetuate the problem by working for places like Moon. We have to stop the defeatist mentality that this is just what the industry is like. There are better places out there. You deserve better.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #moon_studios #jeu_vidéo_ori #culture_toxique #ressources_humaines #encadrement #turnover #jeu_vidéo_blind_forest #jeu_vidéo_ori_and_the_will_of_the_wisps #thomas_mahler #gennadiy_korol #oppression #activision_blizzard #riot_games #ubisoft #ea #electronic_arts #microsoft #succès #violence_verbale #micromanagement #crunch #glassdoor #cd_projekt_red #jeu_vidéo_cyberpunk_2077 #sean_murray #hello_games #jeu_vidéo_no_man_s_sky #salaires #rémunération #primes #royalties #crédits #santé_mentale #santé_psychique #stress_post_traumatique #viol

  • UK government has abandoned its own #Covid health advice, leak reveals | Coronavirus | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2022/feb/25/government-has-abandoned-its-own-covid-health-advice-leak-reveals

    In the briefing, civil service officers were told there would not be additional funding from the Department of Health and Social Care (DHSC) or the UK Health and Security Agency (UKHSA) to cover testing in vulnerable settings overseen by their departments where there was a risk of outbreaks.

    This could include settings such as prisons, schools, children’s homes, detention centres, accommodation for asylum seekers and homeless shelters. Cabinet ministers will in future have to decide whether their budgets can stretch to additional testing in their areas and the senior civil service officials from departments across Whitehall were advised there was no expectation in future that they would follow public health advice in full.

    #surnuméraires, même les #écoliers #écoles #royaume-uni

  • L’industrie minière prépare le pillage des fonds marins
    https://reporterre.net/L-industrie-miniere-prepare-le-pillage-des-fonds-marins

    La pression s’accroît donc, et bien que l’exploitation commerciale en #eaux_profondes n’ait pas encore commencé, vingt-neuf permis d’exploration ont d’ores et déjà été accordés à des pays tels que la Chine, la Corée, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et la Russie. « Ces contrats d’exploration couvrent une surface de 1,3 million de km2 de fonds marins profonds, comptabilisait, en 2020, la Coalition pour la conservation des grands fonds marins. Si ces contrats sont convertis en licences d’exploitation, cela créerait la plus grande opération minière jamais entreprise dans l’histoire de la Terre. »

    • Hey @vazi , tu prends la marine française pour des cons ? T’as fais l’ESJ ?

      Va a la bibliothèque municipale, et jette un coup d’oeil sur les Sciences et vie des années 80.
      La marine française, c’est aussi le commandant Cousteau pour ce qui est de l’exploration.

      Comment peut on imaginer que l’exploitation des modules polymétallique soit la découverte du jour ?

      Avant de répondre, une recherche minimum sur wikipédia, par exemple, entre autres, s‘impose.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Nodule_polym%C3%A9tallique#Histoire_de_l'exploration_fran%C3%A7aise

      L’exploration française s’est déroulée en quatre phases :

      • Elle a débuté dans les années 1970 dans le Pacifique Sud autour de la Polynésie Française par des campagnes océanologiques menées par le Centre National pour l’EXploitation des Océans (CNEXO) en partenariat avec la société Le Nickel (SLN). Après 16 campagnes de prospection autour de Tahiti avec des relevés bathymétriques et des prélèvements, il a été décidé de se lancer dans l’exploration systématique du Pacifique Nord, entre les fractures de Clarion et de Clipperton car les résultats n’étaient pas propices à des gisements économiquement rentables (faible densité de nodules sur le fond, bassins sédimentaires trop étroits...).

      • Fin 1974, le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA), les Chantiers France-Dunkerque ont rejoint le CNEXO et SLN pour former une société en participation : l’Association Française pour l’Étude et la Recherche des NODules océaniques (AFERNOD)11. De 1974 à 1976, 8 campagnes océanographiques ont mis en évidence certaines zones favorables en utilisant des techniques de statistiques. Un échantillonnage à une maille de 50 milles marins (environ 93 km) de côté a permis d’une part de réduire la superficie de la zone à prospecter et d’autre part d’améliorer l’estimation de l’abondance des nodules sur le fond, leur géochimie et leur morphologie. Les navires utilisés par le étaient alors N/O Le Noroît et N/O Le Coriolis.

      • De 1976 à 1978, l’exploration s’est focalisée sur la zone où les nodules sont les plus abondants et les plus riches. Trois campagnes de géophysique et magnétisme ont étudié le substrat pour une meilleure connaissance du fond océanique.

      • À partir de 1979, les techniques d’exploration ont évolué. Afin de délimiter les sites miniers, il a été décidé d’utiliser le sondeur multifaisceaux [archive] pour une cartographie fine. L’observation de la couverture de nodules et d’obstacles (fractures, falaises, affleurements rocheux...) a été réalisée à l’aide de traits photographiques grâce à l’Epaulard (engin télécommandé) et le RAIE [archive] (engin tracté).

      Les travaux français ont permis de déterminer la morphologie des gisements potentiels grâce à l’utilisation combinée d’engins de photographie du fond (Raie, Epaulard), de sondeurs multifaisceaux et de sonar tracté [archive] à proximité du fond (SAR), donnant une topographie détaillée à l’échelle du 1/20 000 (résolution 20 m) et d’observation directe par les plongées du Nautile.

      Ils sont constitués de plages « minières » allongées nord-sud de 10 à 20 km de long et 1 à 5 km de large où la densité moyenne des nodules est de 14 kg/m2. Ces zones, à fond plat, situées à une profondeur moyenne de 4 800 m recouvrent 35 % de la superficie totale et sont encadrées par des collines dissymétriques culminant de 100 à 300 m au-dessus des fonds plats avec un flanc occidental plus abrupt jalonné de falaises de sédiments faiblement indurés pouvant atteindre 40 m de haut.

      Les consortium internationaux
      L’exploration et l’exploitation des nodules polymétalliques demandent des budgets importants avec le développement de nouvelles technologies ainsi que les demandes de permis minier à l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM). Cela obligea la majorité des sociétés à se regrouper en consortium.

      L’intérêt pour les nodules polymétalliques débuta aux États-Unis en 1962 avec la société américaines Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company qui a été absorbée par Tenneco et qui fonda, Deep Sea Ventures Inc., une filiale spécialisée dans l’exploration et la technologie de ramassage d
      . . . . . .

  • Covid-19 : au Royaume-Uni, les voyageurs vaccinés n’auront plus besoin de test négatif pour entrer dans le pays
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/25/covid-19-au-royaume-uni-les-voyageurs-vaccines-n-auront-plus-besoin-de-test-

    Covid-19 : au Royaume-Uni, les voyageurs vaccinés n’auront plus besoin de test négatif pour entrer dans le pays
    Les personnes au schéma vaccinal incomplet devront toujours se faire dépister deux jours avant leur voyage et se soumettre à un test PCR après leur arrivée, mais elles n’auront plus à s’isoler.Les voyageurs entièrement vaccinés arrivant au Royaume-Uni n’auront plus besoin d’effectuer de test Covid-19 à partir du 11 février, une mesure annoncée lundi et qui était très attendue avant les prochaines vacances scolaires. « Ce que nous faisons pour les voyages, c’est de montrer que ce pays est ouvert aux affaires, ouvert aux voyageurs », a déclaré le premier ministre britannique, Boris Johnson.
    Actuellement, les voyageurs doublement vaccinés doivent réserver un test (antigénique ou PCR) du Covid-19 à réaliser après leur arrivée. Ceux qui ne sont pas entièrement vaccinés doivent faire un test avant leur départ, puis deux tests PCR après leur arrivée, et doivent s’isoler 10 jours.Au Parlement, le ministre des transports, Grant Shapps, a précisé que les passagers vaccinés seraient dispensés de tout dépistage à compter de vendredi 11 février. « Il est évident pour moi que désormais les tests aux frontières pour les voyageurs vaccinés ont perdu leur utilité », a-t-il expliqué. Il a aussi annoncé que le Royaume-Uni reconnaîtrait les certificats de vaccination de 16 pays supplémentaires, dont la Chine et le Mexique.Les voyageurs dont le schéma vaccinal n’est pas complet n’auront, quant à eux, plus besoin de s’isoler et de réaliser un test huit jours après leur arrivée. Ils devront cependant toujours avoir été testés négatifs deux jours avant leur entrée et faire un test PCR après leur arrivée.
    Si Angleterre, Ecosse, pays de Galles et Irlande du Nord décident chacune de leur propre politique en matière de santé publique, les quatre nations du Royaume-Uni ont convenu d’appliquer les mêmes mesures. M. Shapps a défendu un « système proportionné qui nous rapproche de la normalité, tout en conservant des protections essentielles en termes de santé publique ».La Confédération britannique de l’industrie (CBI), le plus important syndicat patronal du pays, a salué « une avancée bienvenue », permettant au secteur des transports d’espérer « un retour à la normale en 2022 ». Elle a cependant demandé un plan d’action en cas de nouveau variant afin d’éviter de nouvelles modifications inopinées des règles.
    Le directeur général d’easyJet, Johan Lundgren, s’est félicité de cette nouvelle et a déclaré que sa compagnie prévoyait de revenir cet été à des niveaux de vols proches de ceux connus avant la pandémie. Cette annonce « rétablit la confiance des clients et stimulera la demande », s’est aussi réjoui un porte-parole de Virgin Atlantic.
    Parmi les pays les plus endeuillés d’Europe par le Covid-19, avec près de 154 000 morts, le Royaume-Uni a été frappé par une vague de cas attribués au variant Omicron, qui est désormais en décrue.Boris Johnson a annoncé la semaine dernière la levée des dernières restrictions en Angleterre. A partir de jeudi, le port du masque n’y sera plus légalement obligatoire, mais recommandé dans les endroits fermés et bondés. Il est déjà abandonné dans les écoles. Un passe sanitaire ne sera plus imposé pour l’accès aux boîtes de nuit et à certains grands rassemblements. Le dirigeant conservateur a aussi annoncé prévoir pour mars la fin de l’isolement pour les cas positifs, déjà réduit à cinq jours moyennant des tests négatifs.

    #Covid-19#migrant#migration#royaume-uni#test#sante#vaccination#frontiere#circulation#omicron

  • #Bruxelles : Manifestations contre les mesures soit disant sanitaires 23 Janvier 2022
    A Bruxelles, le cortège réunissait ce dimanche plusieurs milliers de personnes, des Belges mais aussi des manifestants venus d’autres pays qui entendent défendre la liberté, la démocratie et les droits de l’homme.

    https://www.youtube.com/watch?v=7oYBZUqRuXA

    https://www.youtube.com/watch?v=Ff1U35i_vl4

    Moins calme à Bruxelles
    https://www.youtube.com/watch?v=QxyPvxoQwnQ

    La manifestation contre les mesures sanitaires, dont les organisateurs appellent avant tout à l’ouverture d’un débat sur les contraintes nécessaires pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, se tenait ce dimanche dans les rues du centre de Bruxelles et a rassemblé 50.000 participants, selon la police de Bruxelles-Capitale Ixelles. Les manifestants venaient des quatre coins du pays, mais aussi d’autres pays européens. Des discours ont été prononcés au parc du Cinquantenaire, progressivement pris d’assaut par des émeutiers qui s’en sont notamment pris à des bâtiments voisins, à des véhicules et aux forces de l’ordre. Après que le parc du Cinquantenaire ait été évacué par la police, les émeutiers se sont retranchés dans l’avenue de Tervuren. Il s’agit de la cinquième manifestation contre les mesures sanitaires en deux mois à Bruxelles. C’est aussi la cinquième fois que des émeutes éclatent.

    Le cortège s’est rendu au cœur du quartier européen, dans le parc du Cinquantenaire, où des discours ont été donnés sous les arcades par plusieurs orateurs belges et internationaux connus. Ils appellent à un débat de société concernant les mesures sanitaires visant à contrer la pandémie de coronavirus. Au travers de cette manifestation, les organisateurs disent défendre « la démocratie, les droits de l’Homme et le respect de la Constitution ». Europeans United for Freedom estime sur son site internet que la propagation du Covid-19, la saturation des hôpitaux qui en résulte et le décès de personnes à la santé fragile ne justifient pas de déroger aux libertés fondamentales garanties par la démocratie.
    « C’est incroyable, l’affluence. Mais j’ai un double sentiment à ce sujet. D’un côté, je suis heureux de voir tant de personnes réunies. D’un autre côté, je suis malheureux parce que ces personnes (...) sont ici parce qu’elles ne sont pas entendues. Il y a un gros problème démocratique », déclarait notamment Tom Meert, président de Europeans United.
    Policiers belges obligés de se réfugier dans le métro.

    https://twitter.com/ClementLanot/status/1485273712639332358

    Anti-vaccine protesters march against Covid-19 mandates in #Washington, DC | AFP
    https://www.youtube.com/watch?v=uG91WTWxn4I

    #crise_sanitaire #confinement #France #néo-libéralisme #ordo-libéralisme #injustice #violences_policières #pass_sanitaire (soir disant sanitaire)

  • Covid-19 : Hongkong élargit sa stratégie d’isolement international, les passagers aériens de plus de 150 pays interdits de transit
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2022/01/14/covid-19-hongkong-interdit-aux-passagers-de-plus-de-150-pays-de-transiter-pa

    Covid-19 : Hongkong élargit sa stratégie d’isolement international, les passagers aériens de plus de 150 pays interdits de transit. Entrer à Hongkong restera en revanche possible pour les personnes provenant de ces pays jugés à « haut risque », à condition qu’elles soient vaccinées et moyennant vingt et un jours de quarantaine.Hongkong élargit sa stratégie d’isolement international. Les passagers aériens en provenance de 153 pays ne pourront plus transiter par la région administrative spéciale chinoise, afin de prévenir la propagation du Covid-19, a annoncé, vendredi 14 janvier, l’aéroport de la ville. Cette suspension, qui concerne tous les pays classés à « haut risque » sanitaire par les autorités hongkongaises, prendra effet dimanche pour une durée d’un mois. Elle vise à « contrôler la propagation du très contagieux variant Omicron du Covid-19 », a précisé l’aéroport sur son site Internet. Hongkong interdit déjà l’accès à son territoire, depuis le 8 janvier, à tout passager ayant séjourné plus de deux heures au cours des vingt et un derniers jours dans huit pays (Australie, Canada, Etats-Unis, France, Inde, Pakistan, Philippines, Royaume-Uni).
    Le transit par l’aéroport de Hongkong sera désormais impossible pour les personnes provenant de tous les autres pays jugés à « haut risque ». Si les correspondances sont donc proscrites pour ces voyageurs, entrer à Hongkong, en revanche, restera possible pour eux à condition qu’ils soient vaccinés et moyennant vingt et un jours de quarantaine. Avec la Chine continentale, Hongkong est l’un des derniers endroits du monde à s’accrocher à la stratégie de « zéro Covid », consistant à éviter à tout prix la propagation du coronavirus sur son territoire et en une politique draconienne d’isolement des malades et de leurs contacts. Cette stratégie a permis à la ville de 7,5 millions d’habitants de n’enregistrer qu’un peu plus de 12 000 cas et seulement 213 décès depuis le début de la pandémie, mais au prix d’un isolement international coûteux pour ce grand centre financier mondial. Les autorités sont sur le pied de guerre depuis l’apparition d’un petit foyer de contaminations locales dues au variant Omicron dans un restaurant, qui a déclenché des campagnes de tests massives, un traçage effréné des cas contacts, la fermeture des bars, installations sportives, écoles, cinémas et musées et un couvre-feu pour les restaurants à partir de 18 heures.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#hongkong#chine#australie#canada#etats-Unis#france#inde#pakistan#philippines#royaume-Uni#zerocovid#omicron#frontiere#circulation#propagation#isolement

  • #Belgique : Ce mercredi 12 janvier 2022 : la courbe des admissions se distancie nettement de celle des contaminations * RTBF
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-en-belgique-ce-mercredi-12-janvier-2022-la-courbe-des-admiss

    Les chiffres de l’épidémie de coronavirus en Belgique sont plutôt rassurants ce mercredi : malgré des chiffres de contaminations qui continuent à exploser, la moyenne des admissions ne suit absolument pas le même mouvement, au contraire, elle est même en diminution ces deux derniers jours, comme le montre ce graphique.

    Les chiffres révélés ce matin, et qui concernent surtout les entrées à l’hôpital de lundi, montrent en effet une diminution par rapport au même jour de la semaine précédente, et ce pour le deuxième jour consécutif. C’est ce qui fait baisser le chiffre de cette moyenne sur 7 jours.

    Si on compare les chiffres de la semaine écoulée par rapport à la semaine complète, il reste une légère augmentation, mais dont le taux diminue (+10% contre +22% il y a quelques jours), et surtout sans aucune mesure avec la hausse des contaminations (+99%).

    Les indices continuent ainsi à s’accumuler, en Belgique et ailleurs dans le monde, d’une sévérité moins grave d’Omicron : la ministre de la Santé bruxellois a ainsi révélé qu’il n’y avait pas le moindre patient contaminé avec Omicron dans les soins intensifs bruxellois.

    Des soins intensifs qui continuent d’ailleurs à afficher globalement sur le pays une tendance à une moindre occupation (-11% par rapport à la semaine précédente). Le nombre de décès poursuit lui aussi une baisse importante (-29% par semaine).
    . . . . . . . .

    #tests #dépistage #crise_sanitaire #sante #santé #coronavirus #sars-cov-2 #variant #covid #pandémie #santé #vaccins

    • Aucun patient Omicron dans les hôpitaux bruxellois : est-ce la preuve qu’Omicron est définitivement moins sévère ? RTBF
      https://www.rtbf.be/info/societe/detail_aucun-patient-omicron-dans-les-hopitaux-bruxellois-est-ce-la-preuve-qu-o

      Malgré une incidence record depuis le début de l’épidémie, il n’y a, pour le moment, aucun patient infecté par Omicron en soins intensifs dans les #hôpitaux bruxellois. C’est la bonne nouvelle annoncée mardi par la Cocom (Commission Communautaire Commune de Bruxelles).

      L’incidence, soit le nombre d’infections sur 100.000 personnes, a pourtant atteint un record avec plus de 3000 cas positifs sur 14 jours, tout comme le taux de positivité de 30%.

      Les hospitalisations, elles, augmentent, mais beaucoup plus doucement que les cas, qui font plus que doubler en une semaine. « On est passé de plus ou moins 350 personnes admises la semaine passée à 450 cette semaine, a commenté Inge Neven. Mais l’occupation des lits en soins intensifs est en légère diminution. D’après les retours reçus des hôpitaux, les patients soignés sont encore principalement des personnes infectées par le variant Delta ».

      La bonne nouvelle, vu la hausse spectaculaire des contaminations, c ’est que les patients infectés avec le nouveau variant ne nécessitent souvent que des soins plus légers : « Les personnes contaminées par le variant Omicron qui arrivent à l’hôpital n’ont pour le moment besoin que de soins ’normaux’ et il n’y a pas encore de patient avec #Omicron en soins intensifs », a-t-elle ajouté.
      . . . . . . .
      En #Afrique_du_Sud, la vague est passée avec beaucoup moins de conséquences sur les hôpitaux que les précédentes. Dans toutes les tranches d’âge, il y a eu moins d’hospitalisations par rapport au nombre de cas (record), et des séjours plus courts.

      Au #Royaume-Uni, on semble tout juste avoir passé le pic, avec des admissions qui semblent repartir vers le bas. Les services hospitaliers ont plus été préoccupés par les absences, très nombreuses, du personnel, en lien avec les contaminations que par les cas graves : le nombre de patients Covid en réanimation n’a lui que très peu augmenté.

      Au #Danemark, malgré un nombre de contaminations record, l’impact a été très léger sur les hôpitaux. A la fin décembre, il y avait toujours moins de 5 patients identifiés Omicron en unités de soins intensifs. A ce jour, il reste 71 patients Covid en tout, contre 61 avant l’arrivée d’Omicron.

      En #Norvège, « L’analyse préliminaire des données suggère que le risque d’hospitalisation avec le Covid-19 comme cause principale est 69% plus bas avec le variant Omicron comparé aux infections avec le variant Delta », selon l’Institut norvégien de santé publique.

      En #France, Selon les premières données sur les hospitalisations par variant, du 1er décembre 2021 au 4 janvier 2022 dans la capitale, les patients infectés par Omicron auraient surtout besoin d’une hospitalisation conventionnelle plutôt que de soins critiques. La durée de l’hospitalisation serait aussi réduite, avec une prise en charge inférieure à une journée pour 43% des patients infectés par le variant Omicron contre 19% des patients touchés par Delta.

  • Suffragettes et suffragistes
    https://laviedesidees.fr/Suffragettes-et-suffragistes.html

    Il y a cent dix ans, les suffragistes britanniques organisaient l’un des événements les plus emblématiques de leur combat pour le #vote : le boycott du recensement de 1911. C’est l’occasion de revenir sur la genèse et la postérité d’un texte fondateur de l’histoire du vote féminin.

    #Histoire #féminisme #femmes #Royaume-Uni
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20211224_suffragistes.docx
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20211224_suffragistes.pdf

    • Le poids et le choix des mots
      https://books.openedition.org/enseditions/8033?lang=fr

      La langue française emploie le terme de suffragettes afin de désigner les femmes1 qui militaient pour obtenir le droit de vote. Les anglophones opèrent la distinction entre suffragist et suffragette. Ces deux termes ne sont pas interchangeables en contexte. Au Royaume-Uni, suffragist a historiquement désigné les personnes qui se sont engagées en faveur du droit de vote des femmes en menant une campagne modérée ; on les appelait parfois les constitutionnalistes. Elles étaient partisanes de méthodes pacifiques et croyaient avant tout en la force de l’argumentation et la collaboration avec les hommes politiques. Aux États-Unis, le terme suffragist désignait toute personne soutenant le droit de vote des femmes. Apparu pour la première fois au Royaume-Uni en 1906 dans The Daily Mail, le terme suffragette a été utilisé par la presse pour railler les femmes et dénigrer leur engagement : le suffixe -ette à valeur de diminutif visait à minorer tant les femmes que leur engagement. Les suffragettes décidèrent de s’approprier et de revendiquer le terme. Le terme suffragette a alors désigné toutes celles qui se sont engagées dans un combat aux méthodes plus radicales. Ces femmes estimaient que seules des tactiques plus musclées ou des actions plus violentes pouvaient produire un résultat. Aux États-Unis, ce même mot a également revêtu une connotation péjorative et il fut souvent utilisé par les opposants au droit de vote des femmes pour se moquer des femmes engagées dans la lutte et les discréditer, en insinuant notamment que les Américaines suivaient les égarements violents des Britanniques2, tandis que le terme suffragist ne semblait pas porter de jugement de valeur. Certaines militantes se réapproprièrent cette appellation, telle l’organisation new yorkaise des suffragettes américaines (American Suffragettes) qui s’inspira des méthodes britanniques et organisa les premiers défilés et réunions en plein air dès 19073. Dans nos traductions, nous conservons également cette distinction terminologique afin de rendre compte de la position des différents énonciateurs et énonciatrices.

      4 L. Ford, Iron-Jawed Angels : The Suffrage Militancy of the National Woman’s Party, 1912-1920, Lanh (...)

      2Pour désigner celles qui se sont engagées dans le combat de façon plus radicale et parfois violente, la langue anglaise utilise le terme de militant. En français, l’acception du terme « militant » est différente. Si l’on s’attache au sens strict du mot militant, les suffragistes étaient toutes militantes : elles étaient toutes engagées dans un combat. On peut aussi estimer qu’elles étaient toutes radicales dans la mesure où le droit de vote était une cause radicale à l’époque et parce qu’elles entendaient aller au bout de leurs convictions. Le terme militant (et son dérivé militancy) renvoie à un phénomène historique complexe. Au Royaume-Uni, le terme désigne les personnes engagées dans une lutte dite extrémiste et violente en réaction à l’immobilisme du gouvernement, à la violence croissante de la répression policière contre elles, ainsi qu’à ce qu’elles estimaient être l’inefficacité des méthodes pacifiques. La notion d’extrémisme est bien évidemment sujette à interprétation : les pratiques consistant à l’interruption systématique d’un orateur politique ou au harcèlement d’un ministre dans la rue, qui étaient plutôt communes pour les militantes les plus radicales, pouvaient être jugées extrêmes par certaines suffragistes. Nous utiliserons le terme de suffragettes pour désigner ces femmes, en prenant soin toutefois de tenir compte de la complexité du contexte et des points de vue pour traduire militant et militancy. Pour l’opinion publique américaine au début des années 1910, le terme revêtait une connotation péjorative car il était associé à la violence des suffragettes britanniques. Il était utilisé par la presse pour discréditer le mouvement, de sorte que les partisanes du droit de vote aux États-Unis furent souvent amenées à désavouer ce terme publiquement et à condamner les méthodes des Britanniques. Pourtant, comme au Royaume-Uni, certaines suffragistes américaines s’approprièrent le mot et le revendiquèrent pour décrire de nouvelles tactiques : c’est le cas de l’Union parlementaire (Congressional Union, ou CU), qui affirma en 1914 dans sa déclaration de principes que sa stratégie était effectivement « militant », car elle souhaitait adopter une ligne politique forte et vigoureuse4. Pour ces suffragistes, l’action radicale prit plusieurs formes, dont l’opposition systématique aux candidats du parti démocrate lors des élections de 1914 et 1916, l’organisation d’un piquet de grève devant la Maison-Blanche en 1917 et la critique du gouvernement en place pendant la Grande Guerre. Ces femmes revendiquaient une différence de rapport à l’action collective et aux structures de pouvoir par opposition aux autres suffragistes qu’elles percevaient comme complaisantes ou conciliantes. Il est également important de noter que le mot militant était employé pour décrire des actions ou des stratégies différentes des deux côtés de l’Atlantique, et que les suffragistes américaines n’eurent pas vraiment recours à la violence, à la différence de certaines de leurs homologues britanniques. Ainsi, les termes militant et militancy donnent lieu à des traductions différentes en contexte. Lorsque cela nous a semblé nécessaire, les termes sont indiqués en anglais entre parenthèses.

      #suffragettes #suffragistes

  • HKFP Lens: Artist displays ’overlapping memories’ of Hong Kong and UK on film - Hong Kong Free Press HKFP
    https://hongkongfp.com/2021/11/28/hkfp-lens-artist-displays-overlapping-memories-of-hong-kong-and-uk-on-fi

    Hong Kong artist Eva Leung, who relocated to the UK in September last year, has produced a series of double-exposed analogue photographs that combine scenes from her home city and her new home to depict the complex identity of Hongkongers living abroad.

    #photographie #Hongkong #Chine #Royaume_Uni #art

  • Île de Jersey : les pêcheurs français menacent de couper le câble qui alimente l’île en électricité
    https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/la-grande-bretagne-et-l-ue/ile-de-jersey-les-pecheurs-francais-menacent-de-couper-le-cable-qui-ali

    Dans quelques jours, à la fin du mois de septembre, les pêcheurs normands ne pourront plus exercer dans les eaux anglo-normandes. En réponse à cette décision, ils menacent de couper un câble sous-marin qui alimente l’île de Jersey en électricité.

    C’est une décision qui fait suite à l’officialisation du Brexit, il y a plusieurs mois. Les pêcheurs normands ne vont bientôt plus avoir le droit de travailler dans les eaux anglo-normandes. Dès les derniers jours du mois de septembre, cela sera interdit. Samedi 18 septembre, ils étaient plus d’une centaine à manifester dans le calme sur les plages de la commune de Pirou (Manche), juste en face de Jersey. C’est dans ces eaux territoriales, juste à côté du littoral, que les bateaux français réalisent la moitié de leur pêche. Cette fois, les Français menacent de couper le câble qui alimente Jersey en électricité.

    « C’est une catastrophe »
    Avec le Brexit, Jersey menace de suspendre ces licences à partir du 30 septembre. « C’est une catastrophe. On ne peut pas se projeter parce qu’on repousse les échéances. On ne peut pas demander à notre banquier de faire un prêt pour l’achat d’un bateau si dans six mois on ne peut plus pêcher », témoigne Romain Davonet, pêcheur depuis de nombreuses années. Ce n’est pas la première fois que les pêcheurs normands manifestent, en mai dernier, une flotte de bateaux normands avait manifesté face à l’île.

    Source : Revue de presse du 26/09/2021 https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-26-09-2021

     #paradis_fiscaux #jersey #pêche #mer #pêcheurs #France #brexit #brexit #actualités_internationales #union_européenne #ue #angleterre #royaume-uni #poissons #électricité

  • Le gouvernement britannique accuse un organisme représentant les transporteurs d’avoir causé la pénurie de carburant
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/le-gouvernement-britannique-accuse-un-organisme-representant-les-transporte

    Le ministre britannique des Transports Grant Shapps a accusé dimanche un organisme représentant le secteur routier d’avoir « déclenché » les pénuries de carburant au Royaume-Uni, peu après la décision du gouvernement d’accorder 5.000 visas à des chauffeurs étrangers pour régler la crise.

    « Un des organismes représentant les transporteurs a donné un briefing irresponsable (à propos de potentielles pénuries) qui a contribué à déclencher la crise », a affirmé dimanche sur Sky news le ministre, dénonçant une « situation fabriquée » par un geste « très inutile » et « contre-productif ».

    Depuis quelques jours, plusieurs stations-service ont fermé et d’énormes files d’attente se forment devant d’autres pompes à essence, où des Britanniques ignorant les appels au calme du gouvernement font des réserves de carburant. En cause : les pénuries, qui touchent aussi le secteur agroalimentaire, entraînées par un manque de 100.000 chauffeurs routiers depuis le Brexit et la pandémie. Une situation contre laquelle de nombreux secteurs mettaient en garde depuis plusieurs mois, mais dont le ministre des Transport a attribué la responsabilité à un organisme représentant les transporteurs.

    « Il y a eu une réunion il y a environ 10 jours au cours de laquelle l’une des associations de transporteurs a décidé de divulguer des détails aux médias », a-t-il détaillé, « et cela a créé un assez grand degré d’inquiétude, car les gens réagissent naturellement à ce genre de choses ». Le ministre n’a pas nommé l’organisme, mais une source gouvernementale a affirmé au Mail on Sunday que la Road Haulage Association (Association des transporteurs routiers) était « entièrement responsable de cette panique et de ce chaos ».

    5000 visas provisoires pour les chauffeurs
    Grant Shapps a accusé les associations du secteur de « vouloir à tout prix » embaucher « davantage de chauffeurs européens, (qui) baissent les salaires britanniques ». La veille, le gouvernement s’était vu contraint par la crise d’accorder jusqu’à 10.500 visas de travail provisoires, dont 5000 réservés aux chauffeurs : un virage inattendu en matière d’immigration professionnelle après le Brexit, alors que le gouvernement du Premier ministre Boris Johnson ne cesse d’insister pour que le Royaume-Uni ne dépende plus de la main-d’œuvre étrangère.

    Ces permis de trois mois, d’octobre à décembre, ne constituent qu’« une partie » des clefs pour résoudre la pénurie de chauffeurs routiers, a estimé dimanche Grant Shapps, arguant que « la solution à long terme » ne pouvait être « d’entrer dans un cercle vicieux constant où on n’est pas capable de former des gens ici et de les employer avec des salaires décents ».

    Le ministre a préféré mettre l’accent sur d’autres mesures exceptionnelles prises samedi, comme la mobilisation d’examinateurs du ministère de la Défense pour faire passer des milliers de permis poids lourd dans les semaines qui viennent. Rod McKenzie, de la Road Haulage Association, a qualifié d’« absurdes » les accusations « sans aucun fondement » selon lesquelles il aurait averti les médias de potentielles pénuries, affirmant que le gouvernement devrait plutôt adopter une approche « holistique » de la crise.

     #brexit #actualités_internationales #union_européenne #ue #angleterre #royaume-uni #politique #international #uk #esclavage #travail #capitalisme #esclaves #exploitation #logistique

  • Le #Royaume-Uni va accorder 10.500 #visas post-Brexit face aux pénuries de #main-d'oeuvre

    Le Royaume-Uni va accorder jusqu’à 10.500 visas de travail provisoires en réponse à des pénuries de main-d’oeuvre, un virage inattendu en matière d’immigration après le Brexit, pris samedi par le gouvernement.

    Ces permis de trois mois, d’octobre à décembre, doivent pallier un manque criant de #chauffeurs routiers mais aussi de personnel dans des secteurs clés de l’#économie britannique, comme les #élevages de volailles.

    Ces derniers jours et malgré des appels du gouvernement à ne pas paniquer, les #stations-service ont été prises d’assaut en raison de ruptures de stocks qui touchent aussi les rayons de produits agroalimentaires.

    Pour l’instant, le gouvernement n’a pas donné suite aux appels l’exhortant à déployer des soldats pour aider à la distribution du #carburant.

    Cette décision de rouvrir les vannes de l’#immigration_professionnelle va à l’encontre de la ligne défendue par le Premier ministre Boris Johnson, dont le gouvernement ne cesse d’insister pour que le Royaume-Uni ne dépende plus de la #main-d'oeuvre_étrangère.

    Pendant des mois, le gouvernement a essayé d’éviter d’en arriver là, malgré les avertissements de nombreux secteurs économiques et le manque estimé de 100.000 #chauffeurs_routiers.

    Outre ces #visas_de_travail, d’autres mesures exceptionnelles doivent permettre d’assurer l’approvisionnement avant les fêtes de #Noël, a mis en avant le secrétaire aux Transports, Grant Shapps.

    Les examinateurs du ministère de la Défense seront mobilisés pour faire passer des milliers de #permis_poids-lourds dans les semaines qui viennent.

    – « Insuffisant » -

    Le ministère de l’Education et ses agences partenaires vont débloquer des millions de livres sterling pour former 4.000 #camionneurs en mettant sur pied des camps de formation afin d’accélérer le rythme.

    M. Shapps a aussi appelé les employeurs à jouer le jeu « en continuant d’améliorer les #conditions_de_travail et les #salaires pour retenir de nouveaux chauffeurs ».

    Sous pression, le gouvernement va battre le rappel de tous les détenteurs du permis #poids-lourds : un million de lettres doivent partir pour demander à ceux qui ne conduisent pas de retourner au travail.

    Toutefois, la présidente de la Chambre de commerce britannique Ruby McGregor-Smith a estimé que le nombre de visas était « insuffisant » et « pas assez pour régler un problème d’une telle ampleur ».

    « Cette annonce équivaut à vouloir éteindre un feu de camp avec un verre d’eau », a-t-elle déclaré.

    Boris Johnson faisait face à une pression croissante. La crise du Covid-19 et les conséquences du Brexit ont accentué les #pénuries, qui se conjuguent à une envolée des #prix de l’énergie.

    Des usines, des restaurants, des supermarchés sont affectés par le manque de chauffeurs routiers depuis des semaines, voire des mois.

    Le groupe de produits surgelés Iceland et la compagnie de vente au détail Tesco ont mis en garde contre des pénuries à l’approche de Noël.

    La chaîne de restauration rapide McDonald’s s’est trouvée en rupture de milkshakes et de boissons le mois dernier. Son concurrent KFC a été contraint de retirer des articles de son menu, tandis que la chaîne Nando’s a fermé provisoirement des douzaines de restaurants faute de poulets.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/le-royaume-uni-va-accorder-10500-visas-post-brexit-face-aux-p
    #post-brexit #Brexit #travail #pénurie_de_main-d'oeuvre #travailleurs_étrangers #UK #Angleterre #transport_routier

    ping @karine4

    • Hauliers and poultry workers to get temporary visas

      Up to 10,500 lorry drivers and poultry workers can receive temporary UK visas as the government seeks to limit disruption in the run-up to Christmas.

      The government confirmed that 5,000 fuel tanker and food lorry drivers will be eligible to work in the UK for three months, until Christmas Eve.

      The scheme is also being extended to 5,500 poultry workers.

      The transport secretary said he did not want to “undercut” British workers but could not stand by while queues formed.

      But the British Chambers of Commerce said the measures were the equivalent of “throwing a thimble of water on a bonfire”.

      And the Road Haulage Association said the announcement “barely scratches the surface”, adding that only offering visas until Christmas Eve “will not be enough for companies or the drivers themselves to be attractive”.

      Marc Fels, director of the HGV Recruitment Centre, said visas for lorry drivers were “too little” and “too late”.

      However, the news was welcomed by freight industry group Logistics UK, which called the policy “a huge step forward in solving the disruption to supply chains”.

      A shortage of lorry drivers has caused problems for a range of industries in recent months, from supermarkets to fast food chains.

      In recent days, some fuel deliveries have been affected, leading to lengthy queues at petrol stations - despite ministers insisting the UK has plenty of fuel.

      There are reports of dozens of cars queuing in London by 07:00 BST on Sunday morning, while many filling stations had signs up saying they had no fuel.

      Transport Secretary Grant Shapps told the BBC’s Andrew Marr that there was enough fuel in the country and that if people were “sensible” and only filled up when they needed to there would not be shortages.

      As well as allowing more foreign workers, other measures include using Ministry of Defence examiners to increase HGV (heavy goods vehicle) testing capacity, and sending nearly one million letters to drivers who hold an HGV licence, encouraging them back into the industry.

      Officials said the loan of MoD examiners would help put on “thousands of extra tests” over the next 12 weeks.

      Recruitment for additional short-term HGV drivers and poultry workers will begin in October.

      Mr Shapps said: “We are acting now, but the industries must also play their part with working conditions continuing to improve and the deserved salary increases continuing to be maintained in order for companies to retain new drivers.”
      Survey findings about why there are driver shortages

      Logistics UK estimates that the UK is in need of about 90,000 HGV drivers - with existing shortages made worse by the pandemic, tax changes, Brexit, an ageing workforce, and low wages and poor working conditions.

      The British Poultry Council has previously warned it may not have the workforce to process as many turkeys as normal this Christmas because it has historically relied on EU labour - but after Brexit it is now more difficult and expensive to use non-UK workers.

      The Department for Transport said it recognised that importing foreign labour “will not be the long-term solution” to the problem and that it wanted to see employers invest to build a “high-wage, high-skill economy”.

      It said up to 4,000 people would soon be able to take advantage of training courses to become HGV drivers.

      This includes free, short, intensive courses, funded by the Department for Education, to train up to 3,000 new HGV drivers.

      These new “skills bootcamps” will train drivers to be road ready and gain a Cat C or Cat C&E license, helping to tackle the current HGV driver shortage.

      The remaining 1,000 drivers will be trained through courses accessed locally and funded by the government’s adult education budget, the DfT said.

      Fuel tanker drivers need additional safety qualifications and the government said it was working with the industry to ensure drivers can access these as quickly as possible.

      Mr Fels said many young people were “desperate” to get into the industry but couldn’t afford the thousands of pounds it costs to get a HGV license.

      He called for the government to recognise the industry as a “vocation” and offer student loans to help fund training.

      Sue Terpilowski, from the Chartered Institute of Logistics and Transport, said conditions for drivers also needed to improve, pointing out that facilities such as overnight lorry parks were much better on the continent.

      Richard Walker, managing director at supermarket Iceland, said it was “about time” ministers relaxed immigration rules in a bid to solve the HGV driver shortage and called for key workers, including food retail workers, to be prioritised at the pumps.

      On Saturday the BBC spoke to a number of drivers who had queued or struggled to get fuel.

      Jennifer Ward, a student paramedic of three years for Medicare EMS, which provides 999 frontline support to the East of England Ambulance Service, said she had to travel to five stations to get diesel for her ambulance.

      Matt McDonnell, chief executive of Medicare EMS, said a member of staff cancelled their shift because they had been unable to get fuel and said he was waiting to see if the government would introduce measures to prioritise key workers, like they had for shopping during the pandemic.
      ’Thimble of water on a bonfire’

      Industry groups the Food and Drink Federation and Logistics UK both welcomed the visa changes, with federation chief Ian Wright calling the measures “pragmatic”.

      But the British Retail Consortium said the number of visas being offered would “do little to alleviate the current shortfall”.

      It said supermarkets alone needed an additional 15,000 HGV drivers to operate at full capacity ahead of Christmas.

      Labour’s shadow foreign secretary Lisa Nandy said the changes were needed but described them as “a sticking plaster at the eleventh hour”.

      “Once again the government has been caught asleep at the wheel when they should have been planning for months for this scenario,” she told the BBC.

      https://www.bbc.com/news/business-58694004

  • #Deliveroo envisage de quitter l’Espagne, où les livreurs devront bientôt être salariés
    https://www.frenchweb.fr/deliveroo-envisage-de-quitter-lespagne-ou-les-livreurs-devront-bientot-etre-salaries/426860

    Les livreurs au sac à dos vert de Deliveroo bientôt absents des rues espagnoles ? Le groupe britannique a annoncé vendredi qu’il envisageait de …

    #Espagne #Société #Économie #Royaume-Uni

  • La Reine Élizabeth II ne veut pas qu’on touche à ses terres pour le climat : elle a fait jouer le « Queen’s consent »
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_la-reine-elizabeth-ii-ne-veut-pas-qu-on-touche-a-ses-terres-pour-le-clim

    Ce jeudi 29 juillet marque "Jour du Dépassement" mondial, une date symbole dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un combat en faveur du climat, auquel ne semble pas vouloir prendre part la Reine Elizabeth 2 d’Angleterre, du moins pas si cela touche à ses intérêts personnels.

    En effet, le quotidien britannique The Guardian (plutôt antimonarchique), relayé par De Morgen en Belgique, nous apprend que la Reine d’Angleterre a fait usage de l’un de ses privilèges constitutionnels pour éviter que ses domaines écossais soient soumis à une nouvelle loi sur l’environnement.

    L’Écosse a en effet décidé de prendre la lutte contre le réchauffement climatique à bras-le-corps, avec notamment une nouvelle loi sur le chauffage. Cette loi a pour but de diminuer les émissions de gaz à effet de serre de l’Écosse en s’attaquant au système de chauffage de chaque foyer écossais. Au lieu de chauffer les maisons avec des chaudières polluantes, celles-ci seront chauffées à l’énergie verte reliée par des pipelines.

    Cette nouvelle loi sur le chauffage va jusqu’à obliger les Écossais à vendre un terrain, si cela s’avère nécessaire pour la construction d’un tel pipeline.

    Une loi qui ne s’appliquera pas à la Reine Élizabeth qui est pourtant l’une des plus grande propriétaire foncier d’Écosse.

    Consentement de la Reine
    Pour éviter que des pipelines ne passent au travers des terres de la famille royale, en février dernier, la Reine a fait valoir une ancienne disposition qui date du 18e siècle intitulée « Queen’s consent » ou « consentement de la reine ».

    Il s’agit d’une coutume datant de 1700, qui, par courtoisie, permet au monarque d’accéder rapidement aux projets de loi qui pourraient affecter sa position ou ses intérêts privés.

    Un procédé qui permet à la Reine d’adapter une loi en sa faveur, car sans sa bénédiction, une loi n’est pas soumise au parlement.

    Une démarche qui semble en contradiction avec l’engagement public de la famille royale dans la lutte contre la crise climatique. Récemment, le prince William a rejoint son père, Charles, dans une campagne visant à réduire les émissions et à protéger la planète.

    Problème démocratique ?
    Ce consentement est aujourd’hui remis en question mais le palais de Buckingham se défend. Selon lui, le consentement de la Reine est simplement « une formalité », tout comme la deuxième procédure d’assentiment de la Reine, qui est nécessaire pour faire passer un projet de loi.

    Toutefois, cet assentiment se fait en public, tandis que le consentement de la reine a lieu en coulisses.

    Au Royaume-Uni, les lobbyistes sont tenus par la loi d’être transparents, mais pas la Reine. Élizabeth utilise donc fréquemment cette option pour influencer la législation britannique.

    Le Guardian révèle comment la Reine et le Prince Charles ont utilisé à plusieurs reprises leur accès privilégié aux projets de loi pour faire pression sur les ministres afin de modifier la législation britannique au profit de leurs intérêts privés ou pour refléter leurs opinions entre la fin des années 1960 et les années 1980. https://www.courrierinternational.com/article/le-mot-du-jour-queens-consent-ou-quand-elisabeth-ii-se-mele-d

    #écologie #argent #démocratie #Angleterre #royauté #reine #écosse

  • Coronavirus (#COVID-19) Infection Survey, antibody and vaccination data, UK - Office for National Statistics
    https://www.ons.gov.uk/peoplepopulationandcommunity/healthandsocialcare/conditionsanddiseases/bulletins/coronaviruscovid19infectionsurveyantibodyandvaccinationdatafortheuk/7july2021

    Estimation de la #séroprévalence #sars-cov2 de la semaine du 14 au 21 juin chez les adultes du #royaume-uni

    Main points

    In England, it is estimated that around 9 in 10 adults, or 89.8% of the adult population (95% credible interval: 88.2% to 91.3%) would have tested positive for antibodies against coronavirus (COVID-19) - SARS-CoV-2 - on a blood test in the week beginning 14 June 2021, suggesting they had the infection in the past or have been vaccinated.

    In Wales, it is estimated that 9 in 10 adults, or 91.8% of the adult population (95% credible interval: 90.1% to 93.3%) would have tested positive for antibodies against SARS-CoV-2 on a blood test in the week beginning 14 June 2021, suggesting they had the infection in the past or have been vaccinated.

    In Northern Ireland, it is estimated that close to 9 in 10 adults, or 87.2% of the adult population (95% credible interval: 84.2% to 90.2%) would have tested positive for antibodies against SARS-CoV-2 on a blood test in the week beginning 14 June 2021, suggesting they had the infection in the past or have been vaccinated.

    In Scotland, it is estimated that over 8 in 10 adults, or 84.7% of the adult population (95% credible interval: 82.4% to 86.9%) would have tested positive for antibodies against SARS-CoV-2 on a blood test in the week beginning 14 June 2021, suggesting they had the infection in the past or have been vaccinated.

    Across all four countries of the UK, there is a clear pattern between vaccination and testing positive for COVID-19 antibodies but the detection of antibodies alone is not a precise measure of the immunity protection given by vaccination .

    #anticorps #immunité

  • Mass infection is not an option : we must do more to protect our young https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)01589-0/fulltext

    Editorial d’un groupe de scientifiques britanniques qui s’oppose à l’incroyable décision du gouvernement du #Royaume-Uni

    Parmi 5 raisons,

    […] preliminary modelling data suggest the government’s strategy provides fertile ground for the emergence of vaccine-resistant #variants. This would place all at risk, including those already vaccinated, within the UK and globally.

    #covid-19 #SARS-CoV-2

  • #Covid-19 : au #Royaume-Uni, la flambée des cas ne s’accompagne pas d’une hausse des hospitalisations
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/07/02/covid-19-au-royaume-uni-la-flambee-des-cas-ne-s-accompagne-pas-d-une-hausse-

    L’explication se trouve du côté de l’efficacité de la campagne de #vaccination menée outre-Manche puisque « moins d’une personne sur dix acceptées à l’hôpital à cause du variant Delta a reçu deux doses de #vaccin », se félicite le ministère de la santé britannique. Début juillet, 84 % des adultes britanniques ont reçu au moins une dose et 63 % deux doses de vaccin – un tiers avec le vaccin de Pfizer et deux tiers avec celui d’AstraZeneca.

    Cette constatation britannique est confirmée par l’Agence européenne du médicament (AEM). Son responsable de la stratégie vaccinale, Marco Cavaleri, a affirmé, jeudi 1er juillet, que les « données émergentes provenant de preuves concrètes montrent que deux doses de vaccin protègent contre le #variant Delta » avec « les quatre vaccins approuvés dans l’Union européenne ».

  • La Malédiction du #pétrole

    Le pétrole est devenu indispensable à l’économie mondiale, c’est sa plus grande richesse, mais aussi sa plus grande malédiction. Retraçant l’histoire de ce paradoxe les auteurs se penchent avec acuité sur le sujet.
    Depuis près d’un siècle et demi, l’or noir a été le moteur de la croissance et la source des plus grands malheurs. Combien de temps cet état va-t-il durer alors que même la catastrophe écologique du réchauffement climatique ne semble pas peser dans la décision de s’en passer ? Mais à quand remonte cette course à l’abîme ? C’est ce que les auteurs entreprennent de raconter.

    https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-la-malediction-du-petrole/album-malediction-du-petrole

    #BD #bande_dessinée #livre

    #Caucase #Russie #Frères_Nobel #raffinerie #Branobel #Bakou #pipeline #steam-tanker #marée_noire #Rotschild #puits_de_pétrole #mer_Noire #Batoumi #Bnito #puits_de_Bibi-Heybat #histoire #compagnie_pétrolière #Mer_Caspienne #industrie_pétrolière #Pennsylvanie #Edwin_Drake #potion_Drake #Oil_Creek #Pithole #Devil_Bill #John_Davison_Rockfeller #Rockfeller #Standard_Oil_Company #7_soeurs #John_Rockfeller #Cleveland #raffinage #Massacre_de_Cleveland #Sumatra #Staline #Koba #grèves #Royal_Dutch_Shell #industrie_automobile #OPEP #moteur_à_explosion #Jamais_contente #Henry_Ford #Ford #Ford_Motor_Company #moteur_électrique #General_Motors #Ford_T #Detroit #USA #Etats-Unis #Indonésie #colonialisme #essence #énergie #progrès #Esso #Stocony #Socal #Gulf_oil #Texaco #Anglo-persian_oil #William_Knox_d'Arey #Perse #Plaine_du_Naphte #guerre #comité_des_vaisseaux_terrestres #tank #Irak #Compagnie_française_des_pétroles (#CFP) #Total #accords_Sykes-Picot #Moyen-Orient #simple_ligne_de_sable #désert_arabique #Rub_al-khali #Standard_oil_of_California #Ras_Tanura #Harry_St_John_Bridger_Philby #Sheikh_Abdullah #Quart_vide #Kim_Philby #Philby #Arabie_Saoudite #Saoud #WWI #WWII #première_guerre_mondiale #seconde_guerre_mondiale #Canal_de_Suez #Red_Bell_Express #Pacte_de_Quincy #Algérie #Sahara_algérien #extractivisme #CIA #Saddam_Hussein #Arabian_American_oil_company (#ARAMCO) #Ghawar #combine_en_or #Venezuela #optimisation_fiscale #Iran #ENI #Libye #Italie #Pier_Paolo_Pasolini #Enrico_Mattei #guerre_du_Kippour #choc_pétrolier #Conférence_de_Bagdad (1960) #Juan_Pablo_Pérez_Alfonzo #Abdullah_al-Tariki #King_Hubbert #Trente_Glorieuses #premier_choc_pétrolier #Exxon_Mobile #BP-Amoco #pétrole_de_schiste #plateformes_offshore #groupe_Carlyle #Carlyle #schiste #fisc

    #pétrole #BD #malédiction

  • 5 September 2007 PAUL HARRIS - Their names could hardly sound more British - Harry, Geoffrey and Sid; Ernest, Willy and Eric.
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-479882/Reunited-The-German-refugees-fled-Nazis-fight-Britain.html

    In their uniforms they looked just like any of their chums, united in wartime against the common enemy of Hitler’s Germany.

    But they shared a fascinating secret. For this was an unsung army of refugees who fled the Nazis to fight for Britain during the Second World War.

    And only their real names - among them Horst, Helmut, and Ernst - betrayed the story of their German links.

    Yesterday - most of them still proudly bearing the home-grown names they acquired to blend in all those years ago - they came together for the first time in a unique tribute to the part they played in Britain’s victory over Germany.

    Their service was recognised by the Imperial War Museum in a ceremony to mark the courage of more than 100 surviving men and women who joined British forces in the liberation of Europe.

    The event coincides with the publication of a book, The King’s Most Loyal Enemy Aliens, that tells their stories for the first time.

    These were not merely evacuees seeking safe haven in England, but a generation of Germans and Austrians determined to do their bit for the war.

    Some saw frontline service as commandos, marines or tank crew.

    Others fought in the D-Day landings, or played vital roles in communications and code-breaking, using their native German in aid of the Allied cause.

    Scroll down for more...

    Ernest Goodman

    One of them even has the distinction of being the man who shot and arrested “Lord Haw Haw”, the traitorous propagandist William Joyce.

    But being an “alien” in Britain during wartime - not to mention having a German accent - meant that this particular band of brothers sometimes faced danger from both sides.

    Harry Rossney was among them. He was born Helmut Rosettenstein in the Baltic port of Koenigsberg, and partly raised in a Berlin orphanage.

    Even now, nearly 88 years later, he still speaks with a heavy German accent.

    Six decades ago on a moonless Devon beach, it nearly cost him his life.

    Mr Rossney joined the Pioneer Corps after coming to England in 1939. He was dispatched to the North Devon coast one evening, armed only with a pick-axe handle, and ordered to keep watch for an enemy invasion.

    Unfortunately, a squad of soldiers was also patrolling the beach. “Halt! Who goes there?” was the cry that rang out in the dark.

    Harry identified himself - and immediately heard a rifle being cocked in front of him.

    “He heard my accent and thought he’d found the enemy,” Mr Rossney said. "I thought that was it - this was how my war was going to end. But a sergeant’s voice shouted ’Hold your fire!’, which allowed me to explain who I was.

    “I don’t think they understood, but that split second saved my life.”

    Mr Rossney, a craftsman and signwriter, was drafted to Normandy after D-Day, where his skills were employed to hand-write the names of fallen Allied soldiers on the temporary crosses that eventually became Commonwealth War Graves.

    There were so many, he said, he could barely keep up.

    “I loved my country but it rejected me,” said Mr Rossney, who married 53 years ago and still lives in North-West London.

    "Now, I’m as English as I can possibly be. But it was different back then. My christian name couldn’t really be more German, and everyone at that time was suspicious.

    "I suppose it was pointless to have an English name with an accent like mine, but that’s the name I took. I just looked through the telephone book and picked one out.

    "I’m proud of what I did, although there were so many others like me who did so much more, and exposed themselves to great danger.

    “But I’m very grateful someone has acknowledged that we existed.”

    Some 75,000 German and Austrian refugees arrived in Britain during the 1930s, many of them Jews fleeing Nazi persecution.

    Most were interned when war broke out - the Government failed to distinguish between those who had fled and those who might pose a threat.

    But many were determined to fight for Britain.

    So in 1940, more than 4,000 were allowed to enlist in the non-combatant Pioneer Corps, with many later drafted into fighting units in the Army, Royal Navy and RAF.

    All signed a loyal oath to the King, and mischievously nicknamed themselves The King’s Own Enemy Aliens.

    Geoffrey Perry, now 85, was born Horst Pinschewer and grew up in Berlin, before coming to Britain as a Jewish schoolboy evacuee.

    He was educated at Buxton College in Derbyshire, where, he said, “the headmaster made it his duty to turn us into little Brits”.

    It was Mr Perry - who became a Press photographer and broadcaster - who captured William Joyce.

    In May 1945, he and a British officer with the unlikely name of Bertie Lickorish encountered an odd-looking figure in a forest near the German border with Denmark.

    Mr Perry had been drafted in to broadcast from Radio Hamburg when the Allies liberated Germany, and did so from the same microphone that Joyce used to transmit his sneering, English-accented propaganda to Britain.

    “I shot him in the bum,” Mr Perry recalled gleefully. "It was one shot but four holes - in one cheek and out the other side; then through the other cheek and out again.

    “I’d asked him if he was by any chance Lord Haw Haw. His hand went to his pocket as if to pull out a gun - so I fired.”

    Mr Perry, who is widowed with two sons and four grandchildren, and also lives in North-West London, is modest about his role in the war, even though he fought in the wake of the D-Day landings and was among those who witnessed the horrors of Belsen concentration camp after it was liberated.

    “I had a personal and national motivation for joining the Army, and I’m proud that I did, but I don’t regard it as a big deal,” he said. “I’m sure that the next generation would do precisely the same thing if the need arose.”

    • The King’s Most Loyal Enemy Aliens: Germans Who Fought For Britain in the Second World War, by Helen Fry (Sutton Publishing)

    THE KING’S OWN ENEMY ALIENS

    Ernest Goodman


    • Ernest Goodman, now 82, was born Ernst Guttmann in Breslau (now Wroclaw in Poland) and evacuated to England in 1939. He served with the Coldstream Guards, and was on the front line through France, Belgium and Holland. He was wounded during the assault on the Rhine.

    Eric Sanders


    • Eric Sanders, now 88, was born Ignaz Schwarz in Vienna and arrived in England in 1938. Joined Pioneer Corps and later volunteered for “hazardous duty”. Trained for the Special Operations Executive to be dropped behind enemy lines, he was one of 30 “refugee” SOE men. At end of the war, returned to Vienna in British uniform as a translator with a unit reconstructing Austria.

    Geoffrey Perry


    • Geoffrey Perry, now 85, was born Horst Pinschewer and grew up in Berlin before being evacuated to England. Took part in D-Day landings and carried out prisoner of war interrogations. On May 28, 1945, he arrested Lord Haw-Haw. “Historically, I think I’m more excited by the fact that I broadcast from his actual microphone when we took over Radio Hamburg.”

    Harry Rossney


    • Harry Rossney, now 87, was born Helmut Rosettenstein in Koenigsberg. Partly brought up in Berlin before coming to England in March 1939. Joined Pioneer Corps before serving with the Graves Restoration Unit in post D-Day Normandy. “I was not a hero,” he said. “I would rather see this in the wider context as a history lesson for the younger generation.”

    Sidney Graham


    • Sidney Graham, now 83, was born Szaja Gumpricht in Danzig, West Prussia, (now Gdansk in Poland). Evacuated to England in February 1939 and was one of only two known “aliens” to serve in the Royal Navy, decoding enemy transmissions. All his family, except for his sister, were murdered in the Holocaust. He said: “My life belongs to England - they saved me from certain death.”

    Willy Field


    • Willy Field, now 87 and a keen Arsenal fan, was born William Hirschfeld in Bonn. Sent to Dachau concentration camp in 1938, allowed to emigrate to England in 1939 - but arrested as an enemy alien and sent to Australia. Volunteered to fight for Britain, and trained as a tank driver with the Royal Armoured Corps 8th Hussars. Fought in Normandy. He said: “I’m very British.”

    #guerre #histoire #espionnage #pinschewer #shoa #résistance #Royaume_Uni #Allemagne

  • Sherlock Holmes and the Voice of Terror : Internet Archive
    https://archive.org/details/sherlock-holmes-and-the-voice-of-terror

    by Universal Studios
    Publication date1942-09-18

    Topics Sherlock Holmes, Dr John Watson, Sir Arthur Conan Doyle, Universal Studios

    Language English

    Sherlock Holmes and Dr John Watson engage with the “Intelligence Inner Council”.

    Based on the 1917 story His Last Bow by Sir Arthur Conan Doyle.

    Sherlock Holmes - Basil Rathbone
    Dr John H. Watson - Nigel Bruce
    Kitty - Evelyn Ankers
    Sir Evan Barham/Heinrich von Bock/Voice of Terror - Reginald Denny
    R. F. Meade - Thomas Gómez
    Sir Anthony Lloyd - Henry Daniell
    General Jerome Lawford - Montagu Love
    Admiral Sir John Fabian Prentiss - Olaf Hytten
    Captain Roland Shore - Leyland Hodgson

    Director - John Rawlins
    Producer - Howard Benedict
    Screenplay - Robert Hardy Andrews, Lynn Riggs
    Music - Frank Skinner
    Cinematography - Elwood Bredell
    Editor - Russell F. Schoengarth
    Production and distribution - Universal Studios

    https://en.wikipedia.org/wiki/Sherlock_Holmes_and_the_Voice_of_Terror

    Plot

    The film begins with a title card describing Holmes and Watson as “ageless”, as an explanation as to why the film is set in the 1940s rather than Holmes’ era of 1881–1914, as the preceding 20th Century Fox films were. There is a nod to the classic Holmes, in a scene where Holmes and Watson are leaving 221b Baker Street, and Holmes picks up his deerstalker. Watson protests, and Holmes reluctantly puts on a fedora instead.

    Holmes is called into the “Inner Council” of British Intelligence by Sir Evan Barham (Reginald Denny), to assist in stopping Nazi saboteurs operating in Britain, whose activities are announced in advance in radio broadcasts by “The Voice of Terror”.

    Gavin (Robert Barron), one of Holmes’s operatives, is killed with a German dagger in his back. Before he dies, Gavin utters the word “Christopher.” Later, Holmes and Watson go to the Limehouse district of London, where they meet with Gavin’s wife Kitty (Evelyn Ankers).

    Holmes tells the council that, through the use of an oscilloscope to carefully analyze and compare sound wave patterns from radio broadcasts of live vs. pre-recorded voices, he has determined that “The Voice of Terror” is actually recorded on phonograph records in the United Kingdom, but broadcast from Germany. Using a tip from Kitty, Holmes and Watson go to the old Christopher Docks, where they are followed by Sir Anthony Lloyd (Henry Daniell) of the council. The three men are captured by a group of Nazi spies led by Meade (Thomas Gómez) however Sherlock, Watson & Lloyd are freed by some of the East End men as they attack the Nazis, although Meade manages to escape through a trap door to a waiting speedboat.

    Kitty pretends to be a thief on the run and joins Meade. She finds out that Meade plans to go to Sir Evan’s country estate that night. There Holmes and Sir Evan watch a German plane attempt to land, but gunshots fired by Sir Evan disrupt the Nazi rendezvous; all the while Meade hides in the dark.

    After one of Holmes informants traces Meade and Kitty to the south coast of England, Holmes forces the council to go there with him. With the support of British troopers, Holmes captures Meade and a group of German soldiers stationed in an abandoned church.

    There he reveals the true identity of “The Voice of Terror” as Sir Evan Barham, who happens to be an impostor. Holmes then reveals that in World War I, the real Barham was a prisoner in a German war camp and had an uncanny resemblance to a Heinrich Von Bock, a member of the German Secret Service; one day the real Barham was taken out and executed; the gentleman who called Holmes into the case was Von Bock himself who had been posing as Barham for 24 years; Holmes then adds that Barham had no immediate family, so his private life was well studied by Von Bock, who also studied at Oxford and had knowledge of English language and manners. So, with a little help of plastic surgery, not to mention the resemblance to Barham in the first place, the deception was carried out thoroughly. Holmes also concludes that the real Sir Evan Barham carried a scar from childhood, the one Von Bock carried from plastic surgery was approximately 20 years old – the clue that gave away the fact that he was an impostor.

    Holmes then informs the spies that the German invasion force has been destroyed. The angry Meade shoots and fatally wounds Kitty, but is killed himself as he attempts to escape. The Council stand around the murdered Kitty and swear that her heroic death will not be in vain.

    The film ends with a direct quote from “His Last Bow”:

    Watson : It’s a lovely morning, Holmes.
    Holmes : There’s an east wind coming, Watson.
    Watson : I don’t think so. Looks like another warm day.
    Holmes : Good old Watson. The one fixed point in a changing age. There’s an east wind coming all the same. Such a wind as never blew on England yet. It will be cold and bitter, Watson, and a good many of us may wither before its blast. But it’s God’s own wind none the less. And a greener, better, stronger land will lie in the sunshine when the storm is cleared.

    #cinéma #Royaume_Uni