• sait que d’aucun·e·s hurlent à l’arnaque et à la fumisterie, mais elle elle n’a vraiment pas de problèmes avec le « 4’33’’ » de Cage pour la musique, le « Carré blanc sur fond blanc » de Malevitch pour la peinture, le « Analyse de notre époque » de Satsu pour la Littérature ou le « Io sono » de Garau pour la sculpture. Pour être tout à fait franche si elle trouve que ces œuvres sont chacune une sorte de quintessence ou d’absolu dans leurs disciplines respectives c’est d’autant plus vrai pour le « Io sono » qui les chapeaute toutes — une sorte d’intersectionnalité de la quintessence : déjà parce que l’artiste qui en est responsable porte un joli blase, ensuite parce que contrairement à toutes les autres créations plastiques que depuis la nuit des temps on doit se contenter de regarder ou de toucher, celle-ci est la seule que l’on peut traverser, la seule à travers laquelle on peut littéralement et physiquement s’intégrer. Vous vous rendez compte ? Il est possible que son propre corps ait au millimètre près les mêmes coordonnées GPS que l’œuvre envisagée (1). Peut-on imaginer plus immersif que les sculptures invisibles ?

    Seulement allez expliquer ça à des rustres et des esprits chafouins.

    #RuminationsMatutinales.

    –-------------------
    (1) D’où son titre, peut-être ?

  • Finlande : le Parlement rend légal le refoulement des demandeurs d’asile se présentant à la frontière - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/58440/finlande--le-parlement-rend-legal-le-refoulement-des-demandeurs-dasile

    Finlande : le Parlement rend légal le refoulement des demandeurs d’asile se présentant à la frontière
    Par La rédaction Publié le : 15/07/2024
    Le Parlement finlandais a adopté vendredi une loi permettant aux policiers de refouler les migrants à la frontière orientale du pays, sans laisser la possibilité aux exilés de demander l’asile. Une mesure pourtant contraire à la constitution et aux engagements internationaux de la Finlande en matière de droits humains.
    Nouvelle mesure pour tenter de freiner les arrivées de migrants en Finlande. Le Parlement a adopté vendredi 12 juillet un projet de loi controversé. Le texte autorise les garde-frontières à refouler les migrants entrés de manière irrégulière dans le pays, sans leur laisser la possibilité de déposer l’asile.
    La loi sur les « mesures temporaires de lutte contre l’immigration instrumentalisée » a été adoptée par 167 voix pour, tandis que 31 parlementaires ont voté contre. Cette mesure intervient après un afflux l’année dernière de demandeurs d’asile arrivant à la frontière avec la Russie, qui, selon Helsinki, a été orchestré par Moscou. Le Kremlin a toujours démenti ces accusations. Le texte va entrer en vigueur pour un an et autorise le gouvernement à limiter le dépôt d’une demande de protection internationale à des périodes réduites et à des portions limitées de sa frontière.
    Cette loi, destinée à contrer les « attaques russes hybrides » selon les termes des autorités finlandaises, peut être activée pour un mois dans des zones délimitées du pays, si sa souveraineté et sa sécurité jugées menacées. Seuls les demandeurs d’asile en situation de vulnérabilité, tels que les enfants et les personnes handicapées, pourront alors demander une protection internationale. Leur éligibilité dépendra de l’évaluation de leur cas par les gardes-frontières, et aucun appel ne sera possible.
    Le gouvernement de droite plaidait pour la création de nouveaux outils juridiques après l’arrivée, l’automne dernier, de près de 1 000 migrants sans visa à sa frontière avec la Russie, longue de 1 340 km. « C’est un message fort adressé à la Russie et à nos alliés. La Finlande veillera à sa propre sécurité et à la sécurité des frontières de l’UE », a déclaré le Premier ministre finlandais Petteri Orpo lors d’une conférence de presse organisée juste après le vote du Parlement.Cette loi a été vivement critiquée par l’opposition, des associations locales et des instances internationales. Des experts et le gouvernement lui-même ont admis que la loi contrevenait aux engagements internationaux de la Finlande en matière de droits humains, ainsi qu’à sa constitution.
    « C’est un triste jour pour l’État de droit et les droits humains en Finlande », a estimé la dirigeante de l’Alliance de gauche, Li Andersson, dans un message sur X après le vote au Parlement. « Je n’ai jamais vécu un jour aussi sombre depuis 34 ans que je suis au service d’Amnesty en Finlande », a déploré sur le même réseau social Frank Johansson, directeur de l’ONG dans le pays. Mi-juin, le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe avait exhorté la Finlande à ne pas signer le texte. « La Finlande devrait rejeter le projet de loi sur l’instrumentalisation de la migration, protéger l’accès à l’asile et empêcher les expulsions sommaires », avait déclaré Michael O’Flaherty dans une lettre adressée notamment au président du Parlement finlandais, Jussi Halla-aho.
    Helsinki devrait « continuer à rechercher des solutions alternatives conformes à (ses) obligations en matière de droits de l’Homme », avait encore estimé Michael O’Flaherty. Il s’inquiétait « également du fait que le projet de loi, s’il était adopté, créerait un précédent inquiétant pour d’autres pays et pour le système d’asile mondial ».
    Ces dernières semaines, la Finlande multiplie les mesures pour dissuader les exilés de venir dans le pays. Des barbelés ont été érigés sur certaines portions de la frontière avec la Russie, les patrouilles ont été renforcées, des drones et des détecteurs de mouvements ont été massivement déployés dans la zone.
    Fin juin, les députés ont décidé de réduire l’aide financière accordée aux demandeurs d’asile et aux bénéficiaires de la protection internationale. Le Parlement a aussi rendu plus difficile l’accès à un titre de séjour pour les demandeurs d’asile déboutés : désormais, ils ne pourront plus déposer une demande de régularisation par le travail ou les études.

    #Covid-19#migrant#migration#finlande#russie#droit#asile#refoulement#sante#protection

  • Une victoire importante pour la solidarité avec l’Ukraine : le nouveau train de sanctions de l’Union européenne interdira le transbordement de gaz naturel liquéfié (GNL) russe + appel de Razom We Stand

    Depuis plus d’un an, une coalition d’organisations en Belgique réunies à l’inititative de Vredesactie exige la fin des importations et du transbordement de GNL au port de Zeebrugge.

    Après deux mois d’âpres discussions, un accord est intervenu jeudi (20 juin) parmi les 27 ambassadeurs auprès de l’Union européenne. Les nouvelles sanctions étaient en cours de négociation depuis longtemps, mais la Hongrie et l’Allemagne ont longtemps fait de l’obstruction, empêchant l’unanimité. En collaboration avec la Commission européenne, la présidence belge du Conseil a mis sur la table mercredi une nouvelle proposition de compromis, qui vient d’être acceptée. En un sens, le timing a été parfait du point de vue de la politique belge, la NVA (parti nationaliste de droite en Flandre) était opposée à des sanctions concernant le GNL russe. Un gouvernement fédéral dirigé par une alliance NPA-MR aurait vraisemblablement bloqué le dossier.

    lire les textes entiers
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/07/13/une-victoire-importante-pour-la-solidarite-ave

    #international #europe #russie

  • Out of sight, out of mind : EU planning to offshore asylum applications ?

    In a letter sent to EU heads of state last month, European Commission president #Ursula_von_der_Leyen named 2024 “a landmark year for EU migration and asylum policy,” but noted that the agreement on new legislation “is not the end.” She went on to refer to the possibility of “tackling asylum applications further from the EU external border,” describing it as an idea “which will certainly deserve our attention.”

    “Safe havens”

    The idea of offshoring asylum applications has come in and out of vogue in Europe over the last two decades. In the early 2000s, a number of states wanted camps established in Albania and Ukraine, with the Blair government’s “safe haven” proposals providing an inspiration to other governments in the EU.

    The idea has come back with a bang in the last few years, with the UK attempting to deport asylum-seekers to Rwanda (a plan now shelved), and EU governments noting their approval for similar schemes.

    Austria plays a key role in the externalisation of border and migration controls to the Balkans, and the country’s interior minister has called on the EU to introduce “asylum procedures in safe third countries,” referring to “a model that Denmark and Great Britain are also following.” Denmark adopted their own Rwanda plan, but that was suspended last year.

    “Innovative strategies”

    Now the idea has made it to the top of the EU’s political pyramid.

    “Many Member States are looking at innovative strategies to prevent irregular migration by tackling asylum applications further from the EU external border,” says von der Leyen’s letter (pdf).

    “There are ongoing reflections on ideas which will certainly deserve our attention when our next institutional cycle is under way,” it continues, suggesting that the intention is to get working on plans quickly from September onwards.

    The news comes just as almost 100 organisations, including Statewatch, have published a statement calling on EU institutions and member states to uphold the right to asylum in Europe, underlining that attempts to outsource asylum processing have caused “immeasurable human suffering and rights violations.”

    Von der Leyen goes on to indicate that the offshoring of asylum applications may be tacked onto existing migration control initiatives: “Building on experience with the emergency transit mechanisms or the 1:1, we can work upstream on migratory routes and ways of developing these models further.”

    The phrase “the 1:1” refers to the intended human trading scheme introduced by the 2016 EU-Turkey deal: “For every Syrian being returned to Turkey from Greek islands, another Syrian will be resettled from Turkey to the EU.” In a seven-year period, up to May 2023, fewer than 40,000 people were resettled under the scheme, while tens of thousands of people remained trapped in Greek camps awaiting their intended removal to Turkey.

    The current Commission president, who is soon likely to be elected for a second five-year term, goes on to say that the EU can “draw on the route-based approach being developed by UNHCR and IOM,” allowing the EU to “support the setting up of functioning national asylum systems in partner countries while strengthening our cooperation on returns to countries of origin.” In short: someone else should take care of the problem.

    These efforts will be bolstered by the new Asylum Procedure Regulation, says the letter, with the Commission considering “how to better work in synergy with future designated safe third countries.”

    “Hybrid attacks”

    The letter closes with a consideration of the use of so-called “hybrid attacks” by the EU’s geopolitical enemies.

    “When I was in Lappeenranta [in Finland] in April, it was clear that Russia’s actions at the border with Finland, or those of Belarus at the border with Poland, Latvia and Lithuania, are hybrid attacks aimed at undermining the security of our external borders, as well as that of the border regions and our citizens,” von der Leyen writes.

    The Commission president goes on to suggest that more legislation may be forthcoming on the topic, further reinforcing the security approach to migration, despite the EU having only just approved rules on the issue, where the term used is “instrumentalisation of migrants.”

    “We will therefore need to continue reflecting on strengthening the EU’s legal framework to provide for an appropriate response not only from a migration but also from a security perspective in line with the Treaties,” says the letter.

    The need for new legislation is also hinted at in the “strategic agenda” adopted by the European Council at the end of June, the same meeting to which von der Leyen’s letter was addressed.

    That document states the European Council’s intention to “find joint solutions to the security threat of instrumentalised migration.”

    As for the people targeted by all these initiatives, they are barely mentioned in the letter – but von der Leyen notes that the Commission is “conscious of the need… to enable durable solutions to be found for the migrants themselves.”

    It might be remarked, however, that “solutions” will likely only be considered “durable” to the EU if they are outside its territory.

    https://www.statewatch.org/news/2024/july/out-of-sight-out-of-mind-eu-planning-to-offshore-asylum-applications
    #lettre #migrations #asile #réfugiés #externalisation #frontières #safe_havens #ports_sûrs #Tony_Blair #Albanie #Rwanda #pays_tiers #pays_tiers_sûrs #Autriche #Balkans #route_des_Balkans #Danemark #innovations #accord_UE-Turquie #1:1 #IOM #OIM #HCR #hybrid_attacks #attaques_hybrides #géopolitique #Russie #Biélorussie #frontières_extérieures #instrumentalisation #menaces_sécuritaires

  • Video: Finland to vote on turning back migrants coming from Russia

    Finland’s parliament is set to vote on a bill granting border guards the power to turn back asylum seekers coming from Russia. The government says it is vital to stop arrivals, despite being at odds with Finland’s international human rights commitments.

    https://www.infomigrants.net/en/post/58399/video-finland-to-vote-on-turning-back-migrants-coming-from-russia
    #Finlande #Russie #réfugiés #migrations #frontières #push-backs #refoulements #asile #fermeture_des_frontières

    • Finland to vote on turning back migrants crossing from Russia

      Finland’s parliament is set to vote on a bill on Friday (12 July) granting border guards the power to turn back asylum seekers crossing from Russia, after more than 1,300 people arrived in the country forcing Helsinki to close its border.

      Finland has accused neighbouring Russia of weaponising migration by encouraging scores of migrants from countries such as Syria and Somalia to cross the border, an assertion the Kremlin denies.

      Helsinki believes Moscow is promoting the crossings in retaliation for Finland joining NATO, which backs Ukraine against Russia’s invasion. The rightwing government of Prime Minister Petteri Orpo has said the bill is vital to stop future arrivals, despite the law being at odds with its international human rights commitments. There have been no new arrivals by asylum seekers since March. Finland shut its land borders with Russia late last year.

      The bill is expected to pass as a majority of lawmakers in the main opposition party, the Social Democrats, will back it, according to party officials.

      Still, some Social Democrats could break with their party line, so a majority will be tight.

      For the bill to pass, parliament must first agree, with a five-sixths majority, that the legislation is needed urgently. In a second vote the proposal needs to be approved with a two-thirds majority.

      Supporters of the bill said it was needed so authorities could stop Finland being put under pressure by waves of migrants.

      “Should Russia want to, it has the ability to mobilise and push hundreds, thousands of so-called asylum seekers to our borders in a matter of days or weeks,” said Ben Zyskowicz, a lawmaker for the ruling, conservative National Coalition Party.

      By contrast, opposition Green Party leader Sofia Virta said lawmakers should “hold on to the rule of law” and “respect Finland’s international commitments”.

      “There is no guarantee this will be an effective way to neutralise Russia’s hostile influence,” she added.

      https://www.euractiv.com/section/global-europe/news/finland-to-vote-on-turning-back-migrants-crossing-from-russia

    • EU defends Finland’s ’deportation law’ on security grounds

      The European Commission defended Finland’s border security amid questions on the legality of a national law that temporarily allows border guards to force prospective asylum seekers back into Russia.
      “We are not in a business as usual type of procedure,” Eric Mamer, the European Commission’s chief spokesperson, told reporters in Brussels on Monday (15 July).
      “National laws have to be applied and these have to be compatible with EU law,” he also said, noting that the commission would therefore analyse the new law.
      He would not give a deadline for such an analysis, but the statements follow the adoption of a Finnish deportation law last week that critics say runs foul of EU law because it codifies unlawful pushbacks.
      And when pressed on which law a Finnish border guard should apply when faced with a person demanding asylum, the EU Commission said it was too early to draw any conclusions.
      “Member states have a duty to protect their borders. There are conditions to how they should do that, and that’s why we are going to analyse the law,” said Mamer.
      Amnesty International said the Finnish law serves as a green light for violence and pushbacks at the border.
      It warned that relying on border guards to make exceptions for vulnerable people is far-fetched because each person requires a careful and individual analysis by trained personnel.
      The law was passed as a response to so-called ’instrumentalisation’, a term used to describe a hostile state like Belarus or Russia that forces migrants across shared land borders in order to stoke up tensions.
      Instrumentalisation has since been embedded into EU law and is part of the new pact on migration and asylum, but Amnesty says the Finnish version goes beyond what is allowed under the latest EU norms and risks stoking even more violence.
      The show of support for Finland by EU Commission president Ursula von der Leyen is likely to dampen any hard criticism.
      Earlier this year, she toured Finland’s eastern land border with prime minister Petteri Orpo.
      “It’s not a question of asylum. It’s [a] question of our security,” said Orpo, at the time, and along side von der Leyen.
      “This is a new phenomenon. It is a hybrid threat. And it has to be dealt with as a hybrid threat to national security,” also said von der Leyen.
      By then, alarms had already been raised when Finland closed its land border crossing points with Russia.
      The Finnish Refugee Council said the move likely violated both international and EU asylum laws.
      The closures came after some 900 people arrived over the span of a month, a figure that Finland’s asylum system could have easily absorbed, said the Finnish Refugee Council.
      The BBC reported some people trying to cross were apprehended by Russian authorities and forced to fight in Ukraine in a scenario that appears to run counter to instrumentalisation claims.
      According to Finnish official data, only two people have crossed the border to seek asylum between February and mid-May.
      The Finnish crackdown follows similar controversial laws in Latvia, Lithuania, and Poland.
      But when challenged on their legality, the European commission came to their defence.
      “We are here at the Nato border also. And that’s why [this] legislation have been put in place,” a senior European Commission official told MEPs last September.

      https://euobserver.com/migration/ar8b67660d

  • Oleg Orlov devient citoyen d’honneur de la ville de Paris

    Le 9 juillet 2024, le conseil de Paris a décidé d’attribuer le titre de citoyen d’honneur de Paris à Oleg Orlov et Ilya Yashin. La cérémonie officielle de remise du titre aura lieu après les Jeux olympiques.

    Lire le texte entier
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/05/15/boris-kagarlitsky-oleg-orlov/#comment-61563

    #russie #france

  • Bombardement de l’hôpital pour enfants à Kyiv ce lundi matin. Poutine assassin !

    Lundi 8 juillet.
    Ce matin Kyiv et plusieurs autres villes ukrainiennes ont été attaquées par une vague de missiles russes visant des objectifs civils.

    A Kyiv, entre autres autres objectifs, se trouve l’hôpital Okhmadyt. C’est l’hôpital pédiatrique le plus grand et le mieux équipé d’Ukraine. Chaque année, 20 000 enfants y sont traités.

    On annonce déjà la mort de deux adultes (parmi lesquels un médecin) et des dizaines de blessés parmi lesquels des enfants. C’est un bilan provisoire. Les corps de défense civile continuent de fouiller les ruines.

    Lire le texte entier
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/07/10/bombardement-de-lhopital-pour-enfants-a-kyiv-c

    #international #ukraine #russie

  • Radio : Celia Izoard, Intoxication minière au XXIe siècle, 2024 – Et vous n’avez encore rien vu…
    https://sniadecki.wordpress.com/2024/06/27/rmu-izoard-metaux

    Celia Izoard, journaliste et philosophe, spécialiste des nouvelles technologies au travers de leurs impacts sociaux et écologiques présente son dernier ouvrage La Ruée minière au XXIe siècle, enquête sur les métaux à l’ère de la transition (Seuil, janvier 2024).

    Une nouvelle ruée minière d’une ampleur inédite a commencé. Au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, il faudrait produire en vingt ans autant de métaux qu’on en a extraits au cours de toute l’histoire de l’humanité.

    Entretien réalisé par Morgan Large de Radio Kreiz Breizh le 23 avril 2024.

    https://ia802200.us.archive.org/2/items/rmu-093-izoard-metaux/RMU_093_Izoard-Metaux.mp3

    #interview #Célia_Izoard #mine #extractivisme #ruée_minière #critique_techno #voiture #batterie #énergie #pollution #écologie #téléphone #smartphone #datacenter #métaux #transition #radio #audio #Radio_Kreiz_Breizh #radio_zinzine

  • L’Ukraine dans l’imaginaire russe

    La guerre est un environnement peu propice à la déconstruction critique de la mythologie historique ou à l’examen de pages inconfortables de l’histoire ukrainienne. Mais que se passera-t-il si nous mettons cette discussion en suspens ?

    Lire le texte entier :
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/07/03/lukraine-dans-limaginaire-russe

    #international #ukraine #russie

  • #Tcherkesov
    https://www.partage-noir.fr/tcherkesov

    Son pays natal Beaucoup ne connaissent de Tcherkesov que le nom et quelques écrits très répandus, mais tous savent qu’il était toujours là – depuis des temps immémoriaux. Et, en effet, s’il n’a pas pris part aux événements en acteur qui imprime sa griffe à une époque, il a été mêlé intimement à la longue série des mouvements qui sont déroulés depuis près de soixante ans. Jusqu’ici, à notre, connaissance, aucune notice biographique n’a été écrite sur lui. Aussi ne dira-t-on pas qu’on (...) #Plus_Loin_n°7_-_15_septembre_1925

    / Archives Autonomies , Tcherkesov, #Russie

    #Archives_Autonomies_
    https://www.partage-noir.fr/IMG/pdf/plusloin-n007_1_.pdf

  • Minuit moins dix à l’horloge de Poutine – #Politoscope

    https://politoscope.org/2024/07/3471

    David Chavalarias, Directeur de Recherche CNRS

    Le projet Politoscope observe depuis 2016 le militantisme politiques sur \X{}. Nous avons développé des méthodes pour analyser les dynamiques sociales et de débats, ainsi que les manipulations d’opinions.

    Permettant de passer en accéléré ces dynamiques sociales, il est possible de caractériser un processus d’affaiblissement puis d’inversion du front républicain à l’approche des #législatives de 2024 et d’identifier les stratégies de subversion qui l’ont favorisé. Ces stratégies de basse intensité, pilotées ou influencées pour la plupart par le Kremlin, se déploient sur des échelles de temps trop longues pour que les acteurs du débats en aient conscience. Elles visent à déstructurer la société française de manière systémique pour provoquer une transition vers une société fermée ou une démocratie illibérale.

    Dans un contexte de reconfiguration brutale de l’espace politique suite à la dissolution de l’#Assemblée_nationale, les efforts du #Kremlin sont sur le point de payer. Cette étude identifie une convergence d’intérêts entre le régime de #Poutine et l’extrême-droite française. Elle explicite certaines mesures actives mises en place par le Kremlin depuis au moins 2016 pour déstabiliser la société française et montre comment certaines d’entre-elles entrent en synergie ces jours-ci pour faire tomber voire s’inverser le front républicain. Ceci est la dernière étape avant la prise de contrôle de la France par des personnalités politiques moins hostiles au régime de Poutine.

    https://x.com/TheoLaubry/status/1512009330991763457/photo/1

    Dans ce dispositif, les communautés politiques préoccupées par le conflit israélo-palestinien et la montée de l’antisémitisme ou de l’islamophobie sont instrumentalisées afin de compromettre tout barrage contre une extrême-droite banalisée au second tour des législatives

    rapport en entier : https://hal.science/hal-04629585v1/document

    • Je ne dis pas que Poutine ne tente rien. Je dis que c’est désopilant comme on nous découvre systématiquement un complot russe hyper-efficace et hyper-complexe, pour expliquer ce que tout le monde sait pourtant clairement : plutot hitler que le front populaire. Mais nan, c’est Poutine qui tire les ficelles. Que depuis 2 ans, il est manifeste que des membres du RN ont eu des postes importants dans nos institutions, afin de gouverner avec Macron, et on va te dire que c’est de la faute à Poutine, qui est intervenu avec des armées d’usines à trolls sur X, où évidemment, tout le monde sait que c’est là bas que les décisions se prennent.
      Les effets des inégalités, des politiques du FMI, du néolibéralisme, du TINA, tout cela, ça n’existe pas, pour ces gens très sérieux, adepte du tag #célérusses (et si cépalérusses, cémélenchon ou n’importe quelle tête de gauche qui dépasse un petit peu trop).

    • on aura plus de billes après l’émission demain auposte... il me semble que ce papier ne fait qu’un état des lieux d’un changement de forme des forces politiques dans leurs argumentaires (Fig. 8). Il ne parle pas d’influence Russe ici, même si c’est l’idée que la propagande de poutine est à l’origine de cela (improuvable). Je suis d’accord que la causalité n’est pas a question, mais je trouve l’analyse des réseaux intéressante... Une polarisation qui change de sens (sans jugement de valeur à priori ni sur les causes de ce changement de polarisation : politiques néolibérales ou propagande russo/chinoise... ou encore stratégie politiques des partis fr).

    • mais j’approuve le danger à pointer du doigt uniquement l’ingérence russe, qui n’est clairement qu’une part des causes de ces changements de polarisation du débat français

    • Je n’ai pas lu au delà de l’extrait. De plus, j’approuve et accepte toutes tes nuances.

      Mais. L’idiocratie dans laquelle nous sommes contraints de naviguer, elle doit beaucoup à l’ingérence multiforme américaine. Même si dans nos contrées, on continue de faire comme si elle n’existait pas, comme si les dirigeants allemands n’étaient pas complètement intoxiqués par cette ingérence, et tous les autres autour, comme si Nuland n’avait jamais éructé « Fuck the EU », etc.

      C’est impressionnant comme pour faire sérieux, on s’escrime à ignorer l’éléphant au milieu de la pièce.

    • https://www.mediapart.fr/journal/international/030724/legislatives-la-russie-affiche-sa-preference-pour-le-rn?userid=67f9b701-15

      [...]
      Un soutien embarrassant pour le #RN
      Sept ans plus tard, le soutien de la Russie est devenu embarrassant pour le Rassemblement national. Depuis l’invasion de l’Ukraine, Jordan Bardella tente de faire oublier les onze années de soutien actif au Kremlin de son parti, et les deux prêts obtenus en 2014 par celui-ci et son fondateur, à hauteur de 11 millions d’euros. « Il y a eu une naïveté collective à l’égard des intentions et des ambitions de Vladimir Poutine », avait déclaré le président du RN en février 2022. En septembre 2023, le parti a fini par rembourser son prêt russe, tant le sujet était devenu un « boulet » et un « angle d’attaque politique », de l’avis même de ses cadres.

      Mais dans le même temps, le RN a exclu les armes offensives de l’aide à apporter à l’Ukraine, s’est opposé aux sanctions énergétiques à l’égard de la #Russie, a souhaité, parmi les modalités de résolution du conflit, la reconnaissance d’une Crimée russe et la garantie d’une Union européenne et d’une Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) sans l’Ukraine. Quant à Marine Le Pen, si elle a estimé, dès les premiers jours de la guerre en Ukraine, que Poutine avait « franchi la ligne rouge », elle s’est par la suite montrée clémente à l’égard de la Russie, imputant l’« escalade » à Emmanuel Macron, qu’elle qualifie de « va-t-en-guerre ».

      En juin, aux élections européennes comme aux élections législatives, le parti a investi des candidats ostensiblement prorusses, à l’image de Thierry Mariani et Pierre Gentillet, qui dirigent respectivement le Dialogue franco-russe et le Cercle Pouchkine. Selon le décompte de Mediapart, au moins quinze candidat·es investi·es aux législatives ont effectué, avant 2022, des missions d’observation électorale pour la Russie ou des visites à haut niveau à Moscou, ou bien ont été les piliers d’associations faisant la promotion du régime de Vladimir Poutine.

      Le RN compte aussi toujours dans ses rangs la Franco-Russe Tamara Volokhova, conseillère politique de son groupe au Parlement européen, qui a été en contact avec un espion russe, mais aussi en lien avec Alexandre Babakov, le conseiller de Poutine à l’origine du prêt accordé au RN. Questionné sur son cas par Gabriel Attal, lors du débat télévisé, le 25 juin, Jordan Bardella a semblé embarrassé.

      Deux jours plus tard, Mediapart révélait que la fondation de l’ex-eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser avait perçu 255 000 euros en échange d’interventions pro-Poutine au Parlement européen, en marge du prêt russe qu’il avait négocié pour le parti en 2014.

      Dès son arrivée à la tête du Front national, en 2011, Marine Le Pen avait érigé le soutien au Kremlin en politique officielle du parti. En novembre 2014, année de l’obtention des deux prêts russes, elle avait convié une délégation de la Douma et offert une tribune à son vice-président. Deux ans plus tard, elle avait à nouveau signé un projet de prêt russe – finalement resté sans suite – qui prévoyait le versement de 3 millions d’euros pour « financer la campagne électorale présidentielle ».

      En 2017, deux mois avant d’être reçue par Vladimir Poutine, la présidente du Front national avait à nouveau donné des gages au Kremlin : elle avait affirmé à CNN, à rebours de la position de l’Union européenne et des États-Unis, qu’il n’y avait pas eu d’« invasion de la Crimée » et que celle-ci n’avait « jamais été ukrainienne ».

      À l’étranger, le Rassemblement national a reçu tout récemment un autre soutien : celui du ministre israélien des affaires de la diaspora. Le 1er juillet, Amichai Chikli a déclaré que la possibilité que Marine Le Pen devienne présidente de la République était « excellent pour Israël », compte tenu de sa « position ferme » au sujet du Hamas, de la Cour pénale internationale et de l’antisémitisme, a rapporté Haaretz. Le ministre a ajouté que le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou était « apparemment du même avis »

    • l’entretien, très riche, avec David Chavalarias :

      https://www.auposte.fr/elections-revelations-le-kremlin-a-lassaut-des-reseaux-sociaux-et-de-la-repu

      « Une étude du #CNRS, révélée dimanche soir, dévoile des manœuvres de longue haleine pour affaiblir le débat public en france. Selon #David_Chavalarias, directeur d’études du CNRS, les élections #législatives sont le point d’orgue d’une #manipulation à l’œuvre depuis 2016. »

  • L’histoire au service de la #guerre
    https://laviedesidees.fr/L-histoire-au-service-de-la-guerre

    Réécrite, instrumentalisée, défigurée jusqu’à l’abject dans les discours, sanctifiée par la religion, les médias et l’école, l’histoire en #Russie rend la guerre non seulement légitime, mais aussi moralement pure.

    #International #politique_de_mémoire #histoire #propagande
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20240702_russie-2.pdf

  • Wladimir Putin auf der Hochzeit von Karin Kneissl (2018)
    https://de.m.wikipedia.org/wiki/Karin_Kneissl


    La droite intelligente existe. Tant pis.

    Bélla geránt aliī, tu félix Áustria nūbe .
    https://de.m.wikipedia.org/wiki/Felix_Austria

    Nach dem Ausscheiden der FPÖ aus der Regierung Kurz infolge der Ibiza-Affäre im Mai 2019 blieb Kneissl dieser auf eigenen Wunsch als parteilose Außenministerin erhalten. Zuletzt war sie Teil des (vorübergehenden) Expertenkabinetts von Kanzler Hartwig Löger (ÖVP).[41] Mit Angelobung der Bundesregierung Bierlein am 3. Juni 2019 schied sie aus der Bundesregierung aus. Ihr Nachfolger wurde Alexander Schallenberg.
    ...
    Kritik wegen Putin-Nähe

    Im August 2018 heiratete Kneissl ihren Lebensgefährten Wolfgang Meilinger. Bei ihrer privaten Hochzeitsfeier in Gamlitz in der Südsteiermark waren unter anderen Bundeskanzler Sebastian Kurz (ÖVP), Vizekanzler Heinz-Christian Strache (FPÖ), die FPÖ-Minister Norbert Hofer und Mario Kunasek, der OPEC-Generalsekretär Mohammed Barkindo sowie weitere Diplomaten eingeladen. Auf dem Weg zu einem Arbeitsgespräch mit Angela Merkel auf Schloss Meseberg besuchte auf Einladung Kneissls auch der russische Präsident Wladimir Putin die Hochzeitsfeier. Laut Sprechern des Außenministeriums war es „in erster Linie eine private Feier und ein persönlicher Besuch“, in zweiter ein „Arbeitsbesuch“ des russischen Präsidenten, weswegen das Innenministerium für den entstandenen Aufwand aufkommen musste.

    Im In- und Ausland wurde die Anwesenheit des russischen Präsidenten bei der Hochzeit einerseits als Geltungssucht, andererseits als naive Unbedarftheit der Braut kommentiert. Nach dem Tanz vollzog Kneissl einen Knicks vor Putin. NEOS-Parteivorsitzende Beate Meinl-Reisinger kritisierte Kneissls Verhalten als „wirklich fatales Zeichen“ und als „ganz schwere[n] außenpolitische[n] Fehler“, der „Österreich in Europa komplett isoliert“.

    Im März 2022 wurde bekannt, dass Putin nicht nur mit zehnköpfigem Donkosakenchor, Butterfass, Samowar und Blumenstrauß angereist war, sondern der Braut auch wertvolle Weißgold-Ohrringe mit Saphiren überreicht hatte. In der Folge entbrannten Diskussionen um die Besitzverhältnisse der Schmuckstücke. Kneissl betrachtete die Ohrringe als privates Hochzeitspräsent, während das Außenamt die Rechtsmeinung vertrat, es handle sich um Staatsgeschenke. Denn sie seien während eines vom Innenministerium gesicherten Arbeitsbesuches eines ausländischen Staatsoberhaupts an eine amtierende Ministerin überreicht worden. Die Sicherungsmaßnahmen für die Hochzeit hatten die Republik 222.750 Euro gekostet.[47] Für die Schmuckstücke wurde später ein Leihvertrag angeboten, den Kneissl einen „Knebelvertrag“ nannte und der nicht zustande kam. Seit Februar 2020 werden die Ohrringe im Wert von zirka 50.000 Euro von der Republik Österreich verwahrt.

    La pauvre s’est vue contrainte d’émigrer en Russie et d’accepter le médiocre poste de cheffe d’un institut en conseil politique qu’on a crée afin de pouvoir la rémunérer. Dans cette interview avec le jeune Herr von Witzleben elle raconte ses expériences comme résidente de Saint Petersbourg

    Wie ist das Leben in Russland ? // Außenministerin a.D. Karin Kneissl
    https://www.youtube.com/watch?v=gg7hHbJrJs8&embeds_referring_euri=https%3A%2F%2Fwww.nachdenkseiten.

    Source : Nachdenkseiten
    https://www.nachdenkseiten.de/?p=117256#h03

    #Autriche #France #Allemagne #Russie #relations_internationales

  • #system76 Share #Cosmic_DE Branding, Alpha Release Date
    https://www.omgubuntu.co.uk/2024/06/cosmic-desktop-logo-and-alpha-release-date

    System76’s COSMIC desktop environment (ecosystem?) is shaping up to be something truly out of this world, combining modern design with intuitive navigation, embracing customisation, and taking full advantage of the benefits that being built in #rust brings. But every project needs branding. Fluff to a few, but an important signpost to most. Good branding helps encapsulate and convey the ideals and tone of a project, and lend it a unique identity people can instantly recognise and come to love. Today, COSMIC got its own. Behold: the official COSMIC logo, work mark, slogan, and colours: Explaining the idea behind the branding […] You’re reading System76 Share COSMIC DE Branding, Alpha Release Date, a blog post from OMG! Ubuntu. Do not reproduce elsewhere without (...)

    #News #desktop_environments

  • réécoute une émission radiophonique vieille de soixante-dix ans dans laquelle entre deux remarques misogynes qui eussent mérité un bon coup de sac à main l’écrivain Nimier, pour l’occasion autoproclamé « docteur ès-journaux intimes », avait tout de même à propos des diaristes une prédiction correcte :

    « […] on n’écrit plus ses mémoires pour se justifier comme on l’a fait durant si longtemps ; désormais on les écrit pour soi, pour faire le point, et puis cette étape sera à son tour dépassée et on écrira son journal pour tout le monde, comme Gide, et ça deviendra ’’Le Petit Parisien’’ ».

    Bon, ce n’est certes pas devenu « Le Petit Parisien » mais Facebook, TikTok ou Instagram. Les réseaux dits sociaux ne sont pas une invention contemporaine et sans doute pas une invention tout court : il est inutile de les fustiger, ils ne sortent pas de nulle part et leurs germes sont en Sapiens Sapiens depuis toujours.

    #RuminationsMatutinales.

  • Les États-Unis s’inquiètent des frappes ukrainiennes sur les stations radar nucléaires russes
    https://www.les-crises.fr/les-etats-unis-s-inquietent-des-frappes-ukrainiennes-sur-les-stations-rad

    Washington a fait savoir à Kiev que les attaques contre les systèmes russes d’alerte précoce pourraient être déstabilisantes. Source : The Washington Post, Ellen Nakashima, Isabelle Khurshudyan Traduit par les lecteurs du site Les-Crises Les États-Unis craignent que les récentes frappes de drones ukrainiens visant les systèmes russes d’alerte nucléaire précoce n’inquiètent dangereusement Moscou, à un […]

    #Géopolitique #Russie #Ukraine #USA #Géopolitique,_Russie,_Ukraine,_USA

  • Situation en Ukraine : les juges de la CPI délivrent des mandats d’arrêt contre Sergei Kuzhugetovich Shoigu et Valery Vasilyevich Gerasimov

    Le 24 juin 2024, la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « Cour »), composée du juge Rosario Salvatore Aitala, juge président, du juge Sergio Gerardo Ugalde Godínez et du juge Haykel Ben Mahfoudh, a émis des mandats d’arrêt à l’encontre de deux personnes, M. Sergei Kuzhugetovich Shoigu et M. Valery Vasilyevich Gerasimov, dans le contexte de la situation en Ukraine pour des crimes internationaux présumés commis entre le 10 octobre 2022 au moins et le 9 mars 2023 au moins.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/04/18/la-russie-transforme-les-zones-occupees-de-lukraine-en-camp-arme/#comment-61386

    #international #russie #ukraine

  • L’administration de la colonie a transféré Vladimir Kara-Murza au régime de détention le plus strict.

    L’administration de la sixième colonie pénitentiaire à sécurité maximale de la région d’Omsk a transféré l’opposant russe Vladimir Kara-Murza Jr. à l’un des deux régimes carcéraux les plus stricts des colonies russes. Il a été envoyé dans un établissement de type cellulaire pendant six mois, a déclaré sur Facebook son ancien avocat Vadim Prokhorov.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/04/22/25-ans-de-prison-pour-vladimir-kara-murza-une-justice-stalinienne/#comment-61325

    #international #russie

  • Le ministère de la Justice a élargi la liste des « agents étrangers »

    Le parquet de Moscou a exigé l’ouverture de poursuites pénales contre la chanteuse Monetochka (vrai nom – Elizaveta Gyrdymova), l’actrice Yana Troyanova, ainsi que l’historienne Tamara Eidelman, selon ce que les représentants du bureau du procureur de la capitale ont rapporté sur la chaîne Telegram du département.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/04/12/russie-soutenir-les-prisonniers-politiques-de-gauche-est-un-acte-de-solidarite-pratique/#comment-61324

    #international #russie

  • Ukraine : Russification forcée de l’enseignement dans les zones occupées

    Imposition d’un programme scolaire russe et propagande anti-ukrainienne

    Les autorités russes imposent le programme scolaire russe et font la propagande du Kremlin dans les écoles ukrainiennes des zones occupées, et ont exercé des représailles contre les enseignants s’ils refusent d’appliquer le programme russe imposé.

    La Russie devrait mettre un terme à toutes les mesures visant à russifier le système éducatif ukrainien ; les autorités ukrainiennes et les bailleurs de fonds étrangers devraient travailler avec la société civile pour maintenir les enfants connectés à l’apprentissage sous occupation ou pendant les déplacements.

    Les lois de la guerre exigent d’une puissance occupante qu’elle rétablisse les services dans le territoire occupé mais lui interdisent d’imposer ses propres lois, notamment en matière d’éducation.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/06/22/ukraine-russification-forcee-de-lenseignement-

    #international #ukraine #russie

  • Poutine utilise les lois antiterroristes pour écraser la dissidence anti-guerre

    Le régime du président Vladimir Poutine utilise les lois antiterroristes pour intensifier la répression dans son pays et dans les zones d’Ukraine occupées par la Russie. Le cas du sociologue russe et marxiste anti-guerre Boris Kagarlitsky est bien connu. Reconnu coupable d’apologie du terrorisme sous une fausse accusation, il a été condamné en février à cinq ans de prison.

    Mais le cas de Kagarlitsky est loin d’être unique. Depuis le début de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie en février 2022, près de 20 000 Russes ont été détenu·es pour des activités anti-guerre et un millier ont été jugé·es, principalement pour des accusations liées au terrorisme, selon le groupe indépendant de défense des droits des êtres humains OVD-info.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/06/21/poutine-utilise-les-lois-antiterroristes-pour-

    #international #russie

  • Défendre les droits humains aux côtés d’Oleg Orlov

    RENCONTRE AVEC SES COLLÈGUES DE TRAVAIL
    Le 24 juin à 19h

    Nous avons le plaisir de vous convier à une rencontre avec les collègues d’Oleg Orlov organisée par le Centre de défense des droits humains « Memorial » et Memorial-France le 24 juin à 19h au 23 rue Greneta (Paris 2e).

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/05/15/boris-kagarlitsky-oleg-orlov/#comment-61255

    #international #russie

  • L’UE impose des sanctions à l’encontre de l’enquêteur et du juge dans l’affaire Oleg Orlov

    Le Conseil de l’Union européenne a imposé un nouveau régime de sanctions pour des violations graves des droits de l’homme en Russie. La liste comprend le Service pénitentiaire fédéral russe, ainsi que 20 personnes : parmi elles, des juges, des enquêteurs et des procureurs des procès d’Alexei Navalny, de Sasha Skochilenko et d’Oleg Orlov.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/05/15/boris-kagarlitsky-oleg-orlov/#comment-61255

    #international #russie

  • les entend chouiner « Ouin ouin, ah que coucou l’école ça sert à rien et que pourquoi qu’on nous apprend le théorème de Brad Pythagore plutôt que pondre des moutards ou visser des clous parce que moi le carré de l’Hippopotamus ça m’a jamais été utile dans la vie » (sic).

    Certes, on peut passer sa life entière sans croiser un triangle rectangle ou un Henri à points carrés mais on s’en fiche, ce ne sont que des prétextes ! Les mathématiques (comme d’ailleurs la grammaire) sont là pour apprendre LA RÉFLEXION. Maîtriser la géométrie euclidienne ou l’accord du participe passé à la forme pronominale, même si ça n’a pas d’application concrète pour la majorité des gens c’est comme si le cerveau faisait des abdos. Une fois que la « fonction neurone » est installée on peut l’utiliser à tout autre chose, comme par exemple comprendre pourquoi il ne faut voter ni pour les macrono-lepenistes ni pour les lepeno-macronistes. Quiconque capable d’aligner deux idées devrait être apte à piger ça — mais être capable d’aligner deux idées passe par les savoirs fondamentaux et l’abstraction.

    C’est drôle, hein, qu’une croulante qui avait arrêté sa scolarité à l’équivalent de la moyenne section de maternelle soit aujourd’hui toujours si prompte à défendre l’école publique et l’enseignement vertical ? Bah oui : elle est persuadée que sa difficulté à elle n’aurait absolument pas été de calculer des longueurs de côtés de triangles ou d’apprendre des trucs par cœur — ça lui aurait même plutôt bien correspondu. Sa difficulté à elle était de devoir composer avec des gens qui préféraient avoir une vie et ne voyaient donc pas à quoi réfléchir pouvait bien servir.

    Quels regrets.

    #RuminationsMatutinales.

    • « Mâme Garreau, que vous soyez immodeste et arrogante est un fait et le Lectorat a fini par s’y habituer mais on avait dit UN SEUL propos par dazibao sinon ça devient à la fois pédant, démonstratif et confus.
      -- Ah oui, flûte, c’est vrai, je me laisse entraîner et j’oublie tout le temps. »

    • « Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons » certes, mais depuis quelques années les gouvernements successifs renchérissent leurs budgets pour l’immobilier carcéral. Et leur justification de prospective pour l’ouverture de « maisons aux milles lourdes » est que leur « boîtes à cailloux » sont pleines à craquer. Et pour une certaine catégorie de population ( les classes les plus pauvres) elle passe directement de l’école à « l’hôtel des haricots », nourrie, logée répondra jor-dent barretoi2là. Heureusement pour moi qui ne suis pas allé tellement plus haut que Mâme Nicole, je n’ai pas encore connu cette étape. Mais nombre de mes anciennes fréquentations de CPPN (réforme pompidolienne active de 72 à 91, aujourd’hui SEGPA) ont connu la case prison. Le tamis sélectif de l’éducation nationale est de plus en plus rétréci, de SEGPA (section d’enseignement général et professionnel adapté) ils sont passés au SNU. Gare de triage et de recrutement de chair à patrons. Si à l’issue du CPPN j’ai bien trimé pour ces négriers de l’intérim, en autodidacte de la dèche, j’attends sereinement mon heure. Avec le plaisir de lire vos ruminations matutinales.


      https://seenthis.net/messages/959004

  • Des femmes ukrainiennes ont raconté les viols qu’elles ont subis de la part des forces russes. Nous avons retrouvé leurs agresseurs

    Note de l’éditeur : cet article a été réalisé en collaboration avec le Organized Crime and Corruption and Reporting Project (OCCRP) et est publié par les deux organisations. L’histoire est basée sur le dernier documentaire d’investigation du Kyiv Independent, « He Came Back ».

    Le lendemain de l’invasion massive de l’Ukraine par la Russie, Maryna a appris qu’elle attendait un garçon. Craignant que ce soit la dernière fois qu’elle puisse se rendre à l’hôpital, elle a fait la queue pendant des heures aux postes de contrôle pour assister à l’échographie et connaître le sexe de son bébé. Elle avait 16 ans et était enceinte de cinq mois.

    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2024/06/18/des-femmes-ukrainiennes-ont-raconte-les-viols-

    @international #ukraine #russie