#s

  • Meriem Laribi مريم sur X :
    https://x.com/Meriem_Laribi/status/1813691842619433351

    « 🚨 Fake news du leJDD. Il se trouve que l’une des 2 personnes interpellées m’a sollicitée pour rétablir la vérité. C’est une scandinave. Elle et son ami ont passé 26 heures en garde à vue. Pourquoi ? 🧶 1/ »

    Elle dit que le JDD a tout déformé. « Ils mentent en écrivant que c’était le rescapé qui portait la flamme au moment de notre intervention et qu’on aurait essayé de le blesser ». Il était, selon elle, loin derrière. Notons qu’on ne le voit pas sur la vidéo. 3/

    #criminels #sans_vergogne

  • Logement Disponible
    https://ecovillageglobal.fr/24472

    Projet : 1 personne ou un couple souhaitant partager lieu avec nous (2 enfants 10 er 12) et l’association. Curseur loyer/participation à régler. Offre : Logement 25 m2 mignon poele de masse, nourriture du jardin , eau du ciel, énergie solaire. Savoir-faire à partager. Pépinière fruitière projet pro possible Demande : Personne souhaitant s’essayer à ce mode de vie, parties communes et quelques activités communes. Réseau local bien développé. Logement autonome. Personne engagée et volontaire, bienveillante et les pieds sur terre. Aide pour l’entretien du lieu et la production de notre subsistance. - Rubriques : Sur une Terre / Élargissement / Vienne (86) - Plus d’info et contact : (...)

    #Sur_une_Terre_/_Élargissement

  • Films of Resistance: A Night of Shorts
    https://www.mydylarama.org.uk/Films-of-Resistance-A-Night-of-Shorts.html

    Films of Resistance: A Night of Shorts was held at the Genesis cinema in London. The programme of Palestinian shorts was put together by the newly created Films of Resistance initiative, backed by magazine Culturala. The films shown were: - An Orange from Jaffa (2023) by Mohammed Almughanni One Minute (2015) by Dina Naser The Silent Protest (2019) by Mahasen Nasser-Eldin Bethlehem 2001 (2020) by Ibrahim Handal 120 KM (2021) by Waseem Khair The normal reactions in An Orange (…) #Screen_Extra

    https://culturala.org/film

  • 78 - Book Review: Waste and the City
    https://urbanpolitical.podigee.io/78-bookreview-waste-and-the-city

    In an age of pandemics the relationship between the health of the city and good sanitation has never been more important. Waste and the City is a call to action on one of modern urban life’s most neglected issues: sanitation infrastructure. The Covid-19 pandemic has laid bare the devastating consequences of unequal access to sanitation in cities across the globe. At this critical moment in global public health, Colin McFarlane makes the urgent case for Sanitation for All. The book outlines the worldwide sanitation crisis and offers a vision for a renewed, equitable investment in sanitation that democratises and socialises the modern city. Adopting Henri Lefebvre’s concept of ’the right to the city’, it uses the notion of ’citylife’ to reframe the discourse on sanitation from a (...)

    #waste,sanitation,public_toilets,access,hygiene,city
    https://audio.podigee-cdn.net/1536450-m-96b49139a61f68bedfec63c5057c7f8a.m4a?source=feed

    • Waste and the City: The Crisis of Sanitation and the Right to Citylife

      Sanitation is fundamental to urban public life and health. We need Sanitation for All.

      In an age of pandemics the relationship between the health of the city and good sanitation has never been more important. Waste and the City is a call to action on one of modern urban life’s most neglected issues: sanitation infrastructure. The Covid-19 pandemic has laid bare the devastating consequences of unequal access to sanitation in cities across the globe. At this critical moment in global public health, Colin McFarlane makes the urgent case for Sanitation for All.

      The book outlines the worldwide sanitation crisis and offers a vision for a renewed, equitable investment in sanitation that democratises and socialises the modern city. Adopting Henri Lefebvre’s concept of ’the right to the city’, it uses the notion of ’#citylife' to reframe the discourse on sanitation from a narrowly-defined policy discussion to a question of democratic right to public life and health. In doing so, the book shows that sanitation is an urbanizing force whose importance extends beyond hygiene to the very foundation of urban social life.

      https://www.versobooks.com/products/917-waste-and-the-city
      #santé #villes #urban_matter #infrastructure_sanitaire #santé_publique #livre #podcast #audio #livre #hygiène

  • Paris 2024 : la quasi-totalité des sites olympiques en Île-de-France sont trop pollués
    https://www.francetvinfo.fr/les-jeux-olympiques/paris-2024-la-quasi-totalite-des-sites-olympiques-en-ile-de-france-sont

    Presque tous les terrains de sport en #Île-de-France sont surexposés à la #pollution de l’#air. D’après un rapport de l’association Respire, rendu public à moins de deux semaines du début des Jeux olympiques de Paris, les taux de dioxyde d’azote et de particules sur les sites sportifs situés à proximité du boulevard périphérique sont trois à quatre fois supérieurs aux recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Cette pollution entraîne évidemment des risques pour la santé des sportifs, alerte l’association, qui veut profiter des #JO pour sensibiliser, car c’est aussi au moment de l’été et des fortes chaleurs que la pollution est la plus élevée.

    la sédentarité c’est la santé
    pendant ce temps, la #Ville_de_Paris humanise des boulevards en installant des accessoires voués à un libre culte du corps
    https://www.paris.fr/pages/pratiquer-un-sport-librement-2431

    #Paris #sédentarité #filtre_à_air #exercice_en_intérieur

  • Première victoire contre l’audiosurveillance algorithmique devant la justice
    https://www.laquadrature.net/2024/07/17/premiere-victoire-contre-laudiosurveillance-algorithmique-devant-la-ju

    Plus de trois ans après notre recours, le tribunal administratif d’Orléans vient de confirmer que l’audiosurveillance algorithmique (ASA) installée par l’actuelle mairie d’Orléans – des micros installés dans l’espace public et couplés à la vidéosurveillance,…

    #Surveillance

  • pleure de rire depuis dix minutes : il paraît qu’un type est allé en garde à vue pour avoir jeté des chips (!) sur les coureurs du Tour de France.

    Qui sont les plus zinzins ? Les ceusses qui se dopent jusqu’à la moelle pour grappiller un centième de seconde, celleux qui les regardent passer comme une vache regarde passer les trains, celleux qui achètent des chips en croyant que c’est de la nourriture, celleux qui en balancent à la tronche des kékés qui passent ou celleux qui estiment que c’est un crime qui vaut une inculpation pour « violence aggravée » — puisque apparemment c’est le motif retenu pour la gardav ?

    Nous sommes dans un asile psychiatrique à ciel ouvert.

    #SapiensSapiensGoHome.

  • Le requin : une évocation musicale.

    https://lhistgeobox.blogspot.com/2024/07/le-requin-une-evocation-musicale.html

    « Nous nourrissons des sentiments mitigés à l’égard des requins. La perception du grand public est marquée par la peur. A l’évocation de son nom, notre imaginaire convoque d’abord une rangée de dents affûtées, un aileron, une musique anxiogène, autant de représentations dont nous peinons à nous départir. Or, ce délit de sale gueule a été aggravé par l’évocation des squales par la culture pop, en particulier dans son versant musical. »

  • Israel seeks to rewrite the laws of war | Israel-Palestine conflict | Al Jazeera
    https://www.aljazeera.com/opinions/2024/7/15/israel-seeks-to-rewrite-the-laws-of-war

    L’état sioniste veut que ses propres lois de guerre fassent jurisprudence.

    According to the Israeli organisation Breaking the Silence, which is made up of military veterans, two doctrines have guided the Israeli assaults on Gaza since 2008. The first is the “no casualties doctrine”, which stipulates that, for the sake of protecting Israeli soldiers, Palestinian civilians can be killed with impunity; the second doctrine recommends intentionally attacking civilian sites in order to deter Hamas.

    […]

    This might seem egregious, but an officer in the International Law Department of the Israeli army was very candid about such changes in a 2009 interview for the newspaper Haaretz: “Our goal of military is not to fetter the army, but to give it the tools to win in a lawful manner.”

    “If you do something for long enough, the world will accept it,” he said, “The whole of international law is now based on the notion that an act that is forbidden today becomes permissible if executed by enough countries.”

    In other words, the way we calculate proportionality is not determined by some a priori moral edict but rather the norms and customs created by militaries as they adopt new and most often more lethal forms of war-making.

    Again, Netanyahu knows this all too well. He has stated that he personally approved the al-Mawasi strike after receiving satisfactory information on the potential “collateral damage” and the type of ammunition to be used.

    What is clear is that as Israel decimates Gaza and kills tens of thousands of people, it is also attempting to recreate the norms of war-making and significantly transform interpretations of the laws of armed conflict.

    If Netanyahu and his government succeed in rendering Israel’s version of proportionality acceptable among other state actors, then the laws of armed conflict will end up justifying rather than preventing genocidal violence. Indeed, the very architecture of the entire international legal order is now in the balance.

    #génocidaires #sionisme

  • SCOTUS Says Cruelty Is a Solution to Homelessness
    https://jacobin.com/2024/07/supreme-court-grants-pass-homelessness

    La cour suprême états-unienne autorise les municipalités à sanctionner les sans-abris avec des amendes et l’emprisonnement quand ils vivent dans les rues. Au premier abord cette mesure ressemble à la politique nazie de 33/45 et l’emprisonnement des « Asoziale » dans les camps de concentration.

    Pourtant au fond il s’agit d’autre chose. La décision de la cour de justice bourgeoise met à jour le principe de la responsabilité des ouvriers libres pour leur propre survie. A la différence avec l’esclavagisme qui imposait le coût de la reproduction de la force de travaul aux propriétaires des esclaves le capitalisme réduit le coût de la main d’oeuvre en abandonnant les chômeurs à leur sort.

    Ce paradigme du capitalisme a deux avantages connus en comparaison avec la production esclavagiste : D’abord on ne paie l’ouvrier que lors ce qu’il y a du travail. Puis on réduit les exigences salariales par la menace du licenciement

    La cour suprême vient de supprimer un acquis des luttes sociales, à savoir le droit au logement ausi précaire qu’il soit, et pousse la société américaine vers l’idéal du far-ouest où tes chances de survie dépendaient de ton talent de gun slinger.

    Après on s’étonne quand des jeunes gens tirent sur les politiciens ou les juges.

    14.7.2014 by Akil Vicks - Last month, the Supreme Court overturned a ruling by the Ninth Circuit Court of Appeals and granted cities the ability to criminalize homelessness, even when shelter is unavailable. The substance of the decision, City of Grants Pass v. Johnson, concerns the appropriate application of the Eighth Amendment: whether jail time and fines for people forced to sleep outside constitute excessive bail or fines, or cruel and unusual punishment. The court’s opinion relies on a comically narrow interpretation of the Constitution, demonstrating their trademark “originalism for thee but not for me” school of jurisprudence.

    It may seem obvious that levying fees and court costs on people who are forced to sleep outside because they cannot afford housing meets the definition of an “excessive fine,” but the majority decision is too preoccupied with preserving the ability of local governments to solve their problems with cruelty — even though it’s abundantly clear that punitive approaches to homelessness only make the situation worse.

    An expected outcome of the lower-level court decisions, had they been upheld, was that cities would at least be forced to expand shelter options if they wanted to clear the streets of homeless encampments; now they face no such pressure. But that doesn’t stop local city and state governments from codifying the Eighth Amendment rights of the unhoused in their laws or aggressively pursuing a housing-first strategy. While the Supreme Court’s latest ruling is a win for cruelty, the efforts of activists, advocates, and the unhoused to address the homelessness crisis continue on.
    Cruel and Unusual

    In 2018, the Ninth Circuit Court of Appeals decided in Martin v. Boise that it was unconstitutional to punish someone for sleeping on the street when there are no available emergency shelter options. Later that year, Gloria Johnson, John Logan, and Debra Blake filed a suit against the city of Grants Pass, Oregon, that established a class of “involuntary homeless,” which prevented cities and states from creating and enforcing anticamping ordinances when the number of people experiencing homelessness was greater than the number of available shelter beds.

    The majority opinion ruling against the plaintiffs in Grants Pass v. Johnson is rooted in a conservative interpretation of the Eighth Amendment protection from cruel and unusual punishment. Functionally, the court seems most concerned with the ability of cities and towns to decide for themselves the best way to address homelessness. As Justice Neil Gorsuch, writing for the majority, said:

    An exceptionally large number of cities and States have filed briefs in this Court reporting experiences like San Francisco’s. In the judgment of many of them, the Ninth Circuit has inappropriately “limit[ed] the tools available to local governments for tackling [what is a] complex and difficult human issue.”

    These cities and states claim that their laws and ordinances against public camping and other activities are not designed to be cruel but rather to be “one important tool among others to encourage individuals experiencing homelessness to accept services and to help ensure safe and accessible sidewalks and public spaces.” This is a gentler way of saying that the trauma of encampment sweeps and crushing fines from mounting court costs may force unhoused people to accept shelter options they normally wouldn’t have.

    But many states and localities rely on a patchwork network of shelter systems of varying capacities. Because of this, people living on the street often have perfectly legitimate reasons to avoid shelters, many of which cannot accommodate their health needs, force them to manage addiction in dangerous ways, or simply won’t accept pets. And that’s not to mention when shelter buildings themselves pose serious risks to residents or when shelter staff are abusive.

    This all seems lost on Justice Gorsuch, who in his opinion palpably expressed exasperation at the idea that a proposed camping site in Chico, California, didn’t meet the standard of acceptable shelter:

    That shelter, we are told, included “protective fencing, large water totes, handwashing stations, portable toilets, [and] a large canopy for shade.” Still, a district court enjoined the city from enforcing its public-camping ordinance. Why? Because, in that court’s view, “appropriate” shelter requires “indoo[r],” not outdoor spaces.

    As it happens there was a pretty good reason why an out-of-use airport tarmac with fencing, some benches, and camping amenities did not meet the acceptable standard. In the court case Gorsuch is referencing, one of the lawyers for the plaintiff recorded ground temperatures at the site reaching 151 degrees. The judge in that case described this “shelter” as “an asphalt tarmac with no roof and no walls, no water and no electricity. It is an open space with what amounts to a large umbrella for some shade. It affords no real cover or protection to anyone.” However, in the majority’s opinion, we are worse off as a country for not allowing the local government of Chico to attempt to solve their homelessness problem with heat stroke.

    The city has since constructed a new Pallet shelter village, featuring tiny homes with air conditioning and electricity. This site is a much better option than most traditional shelters, and it was only possible because the ruling in Martin v. Boise forced cities to treat their unhoused like human beings. But even this shelter is not without its flaws, and there still aren’t nearly enough units to provide shelter for all of the unhoused in the city.

    Forcing cities like Chico to imagine better ways of serving their unhoused population was always the plan for Eric Tars, senior policy director for the National Homelessness Law Center, a legal advocacy organization that has been involved with this case from the beginning. “It would have been really fantastic if the court had left the Grants Pass v. Johnson and Martin v. Boise precedents in place,” Tars told Jacobin. He noted that while these cases had granted minimal protections, they helped “shift the conversation away from those politically expedient but unproductive approaches, and to put the focus back onto the policy solutions.”
    The States Decide

    Now that Grants Pass v. Johnson has been overturned, some cities are preparing to revisit those politically expedient solutions to homelessness, as Tars explained:

    The Law Center is coordinating with some local attorneys in Pottstown, PA, where they had an injunction against [the city] for enforcing their anticamping or trespass laws against encampments in their community, because there’s literally no emergency shelter in the entire county, but they had appealed that decision to the Third Circuit. And just yesterday they filed the letter with the Third Circuit, asking for the court to dissolve the injunction based on the Supreme Court ruling.

    Several cities in Pennsylvania are preparing to remove encampments with no real plan for what comes after; others, like Philadelphia, have put resources and efforts into providing more shelter options and stable housing opportunities, while still employing sweeps as a tactic to push unhoused people toward city services. Without the precedents set by Grants Pass v. Johnson and Martin v. Boise, there’s no guarantee future sweeps will be backed by adequate shelter or other resources.

    In 2021, Oregon passed a law that attempted to codify the Martin and Grants Pass precedents. But the law is frustratingly ambiguous in a way that satisfies no one. It mandates that local ordinances against public sleeping and camping be “objectively reasonable”; however, this standard has never been defined. Homelessness advocates are left to hope that a judge would view “objectively reasonable” as complying with the precedent set by Grants Pass. Meanwhile, in the city of Grants Pass, “objectively reasonable” means forcing unhoused residents to move from park to park every seventy-two hours or risk fines and having their belongings confiscated. Now that the Supreme Court has ruled, a bipartisan effort has emerged in the Oregon Senate to overturn the already weak state law.
    The Path Forward

    Protecting the rights of the unhoused is of course a matter of harm reduction rather than a solution to the problem of homelessness. Yet the harm reduction made possible by the Martin and Grants Pass precedents was necessary because real solutions to homelessness tend to lack the necessary political backing. It’s much easier for politicians and their real-estate-owning donors to have the police sweep the problem away, while preserving property values by limiting public and high-occupancy housing.

    This politically expedient path has been paved with dehumanizing narratives about the nature of homelessness. These stories cast homelessness as a consequence of personal failings or mental illness, or a condition that is the result of individuals refusing help because of some moral or intellectual deficit. We are told that addressing homelessness by simply putting people in homes would be a waste of taxpayer money.

    A problem for voters who believe these narratives is that criminalizing homelessness ends up costing taxpayers more than a housing-first strategy.

    “You can hide the costs in the police budget or in the jail budget, and not have to acknowledge them up front,” Tars explained. “So it makes it easier for communities to get pushed in that direction. But we know that criminalization actually costs two to three times more than it would to simply provide housing.” And recent research backs up the intuitive idea that homelessness is not driven by individual choices that can be corrected with punishment but rather by a lack of affordable housing.

    It shouldn’t have required a court case to force cities to consider more effective and cheaper tactics over cruel and punitive ones. But this political context can be changed by driving awareness to the obstacles that unhoused people face and, ultimately, building the public will to demand we address homelessness through mass provision of affordable public housing. In that respect, losing the protections afforded by Grants Pass and Martin reaffirms the truth that the best way to protect the rights of the unhoused is to make housing a human right.

    #USA #sans-abris #justice #droit #capitalisme

  • Baignades en Seine : un égoutier parisien dénonce les mensonges des organisateurs des JO

    A la veille de l’ouverture de l’Opéra des trois sauts, un professionnel de l’assainissement décrit l’état apocalyptique du réseau parisien : absence d’entretien, pannes, défauts structurels, dysfonctionnements innombrables. Un tableau qui pulvérise les mensonges extravagants complaisamment relayés depuis des années par des medias aux ordres. Vertigineux.

    « Suite à la séquence rafraîchissante de notre AOC (Amélie Oudéa-Castéra) barbotant sur les quais, la mairie de Paris se veut une fois de plus rassurante en donnant une nouvelle date de baignade. Or malgré les effets d’annonce, difficile de ne pas voir comme une redite du désastre de juillet 2023. Se pose aussi la question du fameux héritage laissé par les JO quant à la qualité de l’eau en Seine. »

    Lire la suite :
    https://blogs.mediapart.fr/damnarecloaca/blog/160724/la-baignade-en-seine-et-lheritage-laisse-par-les-jo-des-doutes-demeu

    • un état des lieux saisissant, extrait :

      On pourrait aussi être légèrement taquin et se dire que si le plan Paris Pluie avait prouvée une efficacité réelle, pourquoi les précipitations demeurent l’excuse principale de la mairie concernant la mauvaise qualité de la Seine ? Comme le soulignait un élu écologiste dans les lignes de Reporterre, au sujet du pharaonique projet du bassin Austerlitz :
      « Avec ces moyens, on aurait pu imaginer des mesures plus vertueuses, regrette Jean-Claude Oliva. Comme une politique ambitieuse d’infiltration des eaux de pluie dans les sols, en désimperméabilisant, en multipliant des toitures végétalisées... » (...)
      D’autant qu’il ne faut pas croire que le prix de ces installations est un gage de qualité. Pour rappel, les précédents ouvrages qui devaient rendre la Seine baignable une bonne fois pour toute ont rencontré quelques avaries. Le bassin de stockage Proudhon, en plus d’être visiblement construit trop haut, présente toujours des problèmes de curage et ce malgré une campagne de diagnostic : Amélioration de la chaîne de déchets du bassin Proudhon à PARIS 12ème . Coût de l’analyse : 280 000 euros, pour en venir au même constat effectué par les égoutiers. Quant au TIMA, lors de sa mise en service, l’aération avait été si bien étudiée qu’une explosion de méthane eut lieu dans un poste de commande. (...) Ouvrage dont l’ensablement a été sous estimé selon cette analyse, nécessitant de mettre l’ouvrage au chômage de longs mois pour entretien : Fonctionnement du réseau d’assainissement à l’échelle de Paris et sa petite couronne (piren-seine.fr) .
      À préciser que malgré ces précédents facheux, le service d’assainissement n’a pas juger utile de doter le bassin d’Austerlitz de dégrilleur, système permettant de récupérer les flottants de manière automatisée. Le curage et l’extraction des flottants s’effectueront donc manuellement par les puits d’accès dotés d’escalier hélicoïdaux et par un grappin, histoire de s’amuser comme à la fête foraine. On peut raisonnablement se dire que là encore, les périodes de chômage vont se révéler sous estimées.
      Comme le résume très bien cet article de l’association Coordination EAU Ile-de-France, ces travaux sont principalement motivés par la tenue des #JO :
      << Dans le plan de modernisation de l’assainissement de Paris des années 1980, qui avait fait dire à Chirac qu’il allait se baigner en Seine, et dont le dernier acte réalisé était la création du stockage Proudhon, il avait été décidé à la suite du constat que ce dernier ne fonctionnait pas, de ne plus faire de #bassin_de_stockage pour éviter les déversements d’orage. Du coup avaient été annulés les deux projets suivants : le stockage Bibliothèque qui devait être en face du stockage Proudhon, et le stockage Branly qui devait être sous le musée. C’est donc le SIAAP qui a fait le second stockage, le Tunnel Ivry Masséna Austerlitz qui est une reprise du stockage Bibliothèque, mais prolongé jusqu’à Ivry/Seine. Après l’échec du Tunnel Ivry Masséna Austerlitz, il y avait un consensus général chez les ingénieurs de l’assainissement sur le fait que ce type de bassin était très cher pour ne servir à rien. Mais tout cela a vite été oublié dans la fièvre des JOP2024 ! >>

      #Paris #Seine

    • Non, la Seine n’est toujours pas baignable (même si Anne Hidalgo y plonge)
      https://www.mediapart.fr/journal/france/170724/non-la-seine-n-est-toujours-pas-baignable-meme-si-anne-hidalgo-y-plonge

      Lorsque que l’on consulte la carte officielle des lieux de #baignade en France, aucun site de la Seine n’y figure à Paris – seuls sont répertoriés le canal Saint-Martin et le bassin de la Villette, dont l’eau vient du canal de l’Ourcq.
      Et pour cause : à l’intérieur de la capitale, le fleuve ne respecte pas les conditions pour y être répertorié. Première exigence : présenter une qualité suffisante sur quatre « saisons balnéaires », c’est-à-dire quatre ans. C’est ce que demande la directive européenne de 2006 sur les eaux de baignade.
      Deuxième condition : l’information du public sur les taux de pollution biologique mesurant les concentrations en bactéries fécales Escherichia coli et entérocoques intestinaux, désormais célèbres.

      les articles de Damnare cloaca, égoutier parisien, ne sont malheureusement ni cités ni utilisés

      #égouts #eaux_usées #eaux_de_baignade #eau #fleuve #expertise

    • « Nous avons beaucoup travaillé pour que la Seine soit propre » : Anne Hidalgo a tenu sa promesse de se baigner dans le fleuve à Paris, Sylvia Zappi [from LCR to nawak au carré]
      https://www.lemonde.fr/sport/article/2024/07/17/paris-2024-anne-hidalgo-s-est-baignee-dans-la-seine-a-quelques-jours-des-epr

      « C’est un jour joyeux. Nous l’avons fait !, s’est exclamée Anne Hidalgo devant une nuée de journalistes et de caméras. Nous avons beaucoup travaillé pour que la Seine soit propre et qu’on puisse s’y baigner. »

      Rappelant le montant des investissements consentis pour la dépollution du fleuve – 1,4 milliard d’euros –, l’élue socialiste a insisté sur l’héritage que laissera le plan Baignade, lancé avec l’aide de l’Etat. « S’il n’y avait pas eu les Jeux, qui ont été un accélérateur, on n’y serait pas parvenus. C’est un héritage majeur et un jour important pour les océans et la mer. C’est aussi une façon d’adapter la ville au changement climatique », a insisté l’ancienne candidate à l’élection présidentielle.

  • Decensored News sur X
    https://x.com/decensorednews/status/1813211843831243057

    WATCH: Journalist @samhusseini confronts the State Dept on their disingenuous condemnation of “political violence in all of its forms” and “in any country” (re: Trump)

    Shortly after making those remarks, Miller suggested that Israel’s recent massacre of 90+ Palestinians at the al-Mawasi camp, a supposed “safe zone,” should further motivate Hamas in “negotiations for a ceasefire.”

    Sam: “Didn’t you just justify political violence?”

    #sans_vergogne #états-unis

  • Elon Musk et Peter Thiel mettent leurs fortunes et leurs réseaux au service de Donald Trump et de J. D. Vance
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2024/07/16/elon-musk-et-peter-thiel-mettent-leurs-fortunes-et-leurs-reseaux-au-service-

    Depuis plusieurs jours, la presse américaine montre qu’une partie des figures de la #Silicon_Valley, dont la population vote très majoritairement démocrate, a lourdement investi dans la candidature de Donald Trump à la Maison Blanche. Elon Musk va ainsi financer la campagne de ce dernier à hauteur de 45 millions de dollars (41,3 millions d’euros) par mois, soit environ 180 millions de dollars d’ici à la présidentielle de novembre, a révélé le Wall Street Journal, lundi 15 juillet.

    [...]

    Elon Musk et Peter Thiel ont cofondé l’America PAC, un nouveau Super PAC (un « comité d’action politique », qui permet notamment de collecter des dons) destiné à soutenir Donald Trump. Les deux hommes ont pour cela largement puisé dans leur réseau : selon les informations du New York Times, l’un des directeurs du fonds est Joe Lonsdale, cofondateur avec Peter Thiel de la start-up spécialiste du traitement de données et du renseignement Palantir, qui a personnellement contribué au Super PAC à hauteur de 1 million de dollars.

    edit trouvaille : https://justpaste.it/g5ivd

    #bitcoins #surveillance #capitalisme_de_plateforme

  • Craig Mokhiber sur X : "
    https://x.com/CraigMokhiber/status/1813220547737620763

    Israel has murdered 200 UN staff in Gaza (many with their families), kidnapped and tortured countless others, attacked UN humanitarian facilities & vehicles, lied about & smeared the organization, & now has destroyed UN headquarters in Gaza. And still senior UN officials & spokespersons continue to tip-toe around the subject.

    The UN has a duty to directly condemn this, to name the perpetrators & to demand individual criminal accountability for them. And, in the name of the UN Charter, it is time for the SG & senior leaders to speak out against Israeli apartheid, settler colonialism & #genocide, without fear.

    #colonialisme #sionisme

  • ROJAVA. Musée des crimes de DAECH et de la Turquie

    SYRIE / ROJAVA – Un musée de la guerre est en cours de construction à Raqqa. Y seront exposés des documents, des images… montrant les crimes commis par le Groupe État Islamique (DAECH ou ISIS) et les forces sous commandement de la Turquie commis dans le Nord et l’Est de la Syrie dirigée par une alliance arabo-kurde.

    L’Organe pour la culture et les antiquités de l’Administration autonome démocratique du Nord et de l’Est de la Syrie a commencé à créer un musée pour documenter les violations et les crimes contre la population du Nord et de l’Est de la Syrie pendant l’ère du contrôle mercenaire de l’EI, ainsi que les crimes de l’État d’occupation turc, le 2 mars 2024.

    Lire le texte entier
    https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2021/03/24/introduction-au-livre-nous-ecrivons-depuis-la-revolution-recits-de-femmes-internationalistes-au-rojava/#comment-61605

    #international #rojava #syrie

  • Opération « Sauver Sarko » : des images inédites montrent l’ampleur de la manipulation de BFMTV | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/160724/operation-sauver-sarko-des-images-inedites-montrent-l-ampleur-de-la-manipu

    Les images parlent d’elles-mêmes. Du contenu de l’interview de Ziad Takieddine, on ne connaissait jusqu’à ce jour qu’un court extrait de 32 secondes, diffusé le 11 novembre 2020 en « exclusivité » sur les antennes de BFMTV. Sur ces images, filmées avec un téléphone portable et coupées à la va-vite, l’architecte des relations entre Nicolas Sarkozy et la dictature de Mouammar Kadhafi revenait sur ses déclarations précédentes pour dédouaner subitement l’ancien président de la République dans l’affaire des financements libyens. Ziad Takieddine apparaissait avachi sur un muret, un micro mal attaché au revers de sa chemise, le propos balbutiant, comme s’il lisait un prompteur, ou tentait de répéter un texte comme on récite un poème à l’école.

    Mais ce qui n’a pas été montré à l’antenne était pire encore. Les rushs de l’entretien – que Mediapart a obtenus et diffuse ci-dessous – révèlent que BFMTV a non seulement relayé sans aucune vérification les propos douteux de l’intermédiaire (dont il est aujourd’hui avéré qu’il avait reçu des promesses de contreparties financières pour se dédire), mais que la chaîne a aussi sciemment coupé d’autres passages de l’entretien qui ne collaient pas au narratif du clan Sarkozy.

    Dans cette affaire, Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir reçu des fonds du dictateur libyen Mouammar Kadhafi afin de financer sa campagne présidentielle victorieuse de 2007. Le procès de l’ancien président de la République devrait démarrer en janvier 2025.

    L’intégralité des images montre que Ziad Takieddine est très confus et se contredit. Il argue du fait que le juge d’instruction Serge Tournaire, qui fut l’un des magistrats chargés de l’enquête libyenne, lui aurait « fait dire des propos contraires à ce qu[’il a] toujours dit » – alors même que l’intermédiaire a réitéré ses accusations à plusieurs reprises sur procès-verbal ou même en interview. Ce point a d’ailleurs été immédiatement démenti par la propre avocate de Ziad Takieddine ainsi que par le Parquet national financier (PNF), la chaîne n’ayant manifestement pas pris la peine de vérifier ce témoignage auprès de sources extérieures.

    La direction de BFMTV, qui travaillait main dans la main avec la chargée de presse de l’ex-président Véronique Waché et la communicante Michèle Marchand, a également coupé de son montage tous les passages dans lesquels Ziad Takieddine soutient que les fonds libyens n’ont pas été versés à Nicolas Sarkozy... mais à son bras droit, Claude Guéant.

  • Canaries : 400 mineurs transférés sur la péninsule pour répondre à la « crise humanitaire » - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/58380/canaries--400-mineurs-transferes-sur-la-peninsule-pour-repondre-a-la-c

    Canaries : 400 mineurs transférés sur la péninsule pour répondre à la « crise humanitaire »
    Par Marlène Panara Publié le : 11/07/2024
    Quatre cent jeunes migrants actuellement hébergés aux Canaries vont être transférés dans diverses régions de la péninsule ibérique. Cette décision intervient alors que les structures d’hébergement pour mineurs de l’archipel sont totalement saturées : 6 000 enfants y sont actuellement hébergés, pour une capacité de 2 000 places.
    Les Canaries en « urgence humanitaire ». L’archipel espagnole héberge actuellement près de 6 000 mineurs accompagnés, pour une capacité de 2 000 places. Dans un communiqué publié le 9 juillet, l’antenne espagnole de l’Unicef partage son inquiétude : il s’agit de mineurs « dont les droits ne sont pas respectés en raison de la saturation absolue du système de protection ». « Ces enfants et adolescents arrivés aux îles Canaries après un voyage dangereux ont besoin d’espaces sûrs », martèle l’institution onusienne.
    À l’issue d’une réunion, le 10 juillet, entre le gouvernement espagnol et les membres des communautés autonomes – équivalent des régions en France – le transfert sur la péninsule de 400 jeunes a été décidé. Y compris dans des régions dirigées par la droite espagnole, le Parti populaire (PP), qui jusqu’ici rechignait à accueillir ces mineurs.La région des Asturies (nord-ouest) a par exemple accepté de recevoir 24 mineurs, et touchera 1,28 million d’euros de la part du gouvernement pour les prendre en charge. L’Andalousie et l’agglomération de Madrid, accueilleront elles 30 jeunes, et la Catalogne, 31. Le délégué du gouvernement en Estrémadure, José Luis Quintana, a indiqué que sa région hébergera 30 mineurs. Il a appelé par ailleurs à davantage de « solidarité » face à « un authentique drame humain ».
    La ministre madrilène de la Famille, de la Jeunesse et des Affaires sociales, Ana Dávila, a regretté de son côté que le gouvernement espagnol ait décidé de « faire endosser » aux communautés autonomes « une répartition imposée » qui « ne résout rien ».Aucune modification de la loi sur les étrangers n’a en revanche été actée. L’Unicef avait pourtant appelé les autorités à trouver un accord qui permette « une politique de transfert efficace, agile et solidaire » des enfants. Le texte proposé initialement par le gouvernement proposait en effet de modifier de l’article 35 de la loi sur l’immigration, en rendant obligatoire la solidarité entre communautés. L’accueil de mineurs en provenance des Canaries reste donc dépendant du bon-vouloir des communités autonomes.
    Les îles des Canaries voient débarquer chaque jour ou presque des dizaines de migrants, originaires d’Afrique subsaharienne pour la plupart et du Maroc. Depuis le 1er janvier 2024, un peu plus de 19 000 personnes sont arrivées dans l’archipel, soit en augmentation de 167% par rapport à la même période l’année dernière.
    Parmi eux figurent de nombreux mineurs non accompagnés, hébergés sur les îles espagnoles en attendant leur transfert dans d’autres régions d’Espagne. Ces derniers mois, des polémiques ont surgi après plusieurs témoignages faisant état de mauvais traitements au sein de ces structures.En avril, cinq personnes travaillant dans le centre pour mineurs La Santa de Lanzarote ont été provisoirement suspendus. Ils sont soupçonnés d’avoir forcé au moins cinq jeunes à commettre des délits (vol, destruction de mobiliers...) dans la structure, pour saboter son fonctionnement. Les jeunes qui refusaient étaient privés de sortie, et d’activités de loisirs. Les employés retardaient aussi leur procédure d’obtention de papiers en Espagne. Ceux qui acceptaient percevaient un « salaire hebdomadaire ».
    Ailleurs dans l’archipel, un autre centre pour mineurs a été, à plusieurs reprises, pointé du doigt. Mi-novembre 2023, douze jeunes migrants ont assuré à la justice espagnole avoir été maltraités par des éducateurs et le directeur du centre d’accueil Acorán de Las Palmas, à Grande Canarie. L’un des mineurs, immobilisé par un éducateur, a reçu des « coups violents » de la part du directeur de la structure gérée par l’ONG Fundación Respuesta Social Siglo XXI.

    #Covid-19#migrant#migration#espagne#canaries#mineurs#accueil#sante#humanitaire#logement

  • Finlande : le Parlement rend légal le refoulement des demandeurs d’asile se présentant à la frontière - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/58440/finlande--le-parlement-rend-legal-le-refoulement-des-demandeurs-dasile

    Finlande : le Parlement rend légal le refoulement des demandeurs d’asile se présentant à la frontière
    Par La rédaction Publié le : 15/07/2024
    Le Parlement finlandais a adopté vendredi une loi permettant aux policiers de refouler les migrants à la frontière orientale du pays, sans laisser la possibilité aux exilés de demander l’asile. Une mesure pourtant contraire à la constitution et aux engagements internationaux de la Finlande en matière de droits humains.
    Nouvelle mesure pour tenter de freiner les arrivées de migrants en Finlande. Le Parlement a adopté vendredi 12 juillet un projet de loi controversé. Le texte autorise les garde-frontières à refouler les migrants entrés de manière irrégulière dans le pays, sans leur laisser la possibilité de déposer l’asile.
    La loi sur les « mesures temporaires de lutte contre l’immigration instrumentalisée » a été adoptée par 167 voix pour, tandis que 31 parlementaires ont voté contre. Cette mesure intervient après un afflux l’année dernière de demandeurs d’asile arrivant à la frontière avec la Russie, qui, selon Helsinki, a été orchestré par Moscou. Le Kremlin a toujours démenti ces accusations. Le texte va entrer en vigueur pour un an et autorise le gouvernement à limiter le dépôt d’une demande de protection internationale à des périodes réduites et à des portions limitées de sa frontière.
    Cette loi, destinée à contrer les « attaques russes hybrides » selon les termes des autorités finlandaises, peut être activée pour un mois dans des zones délimitées du pays, si sa souveraineté et sa sécurité jugées menacées. Seuls les demandeurs d’asile en situation de vulnérabilité, tels que les enfants et les personnes handicapées, pourront alors demander une protection internationale. Leur éligibilité dépendra de l’évaluation de leur cas par les gardes-frontières, et aucun appel ne sera possible.
    Le gouvernement de droite plaidait pour la création de nouveaux outils juridiques après l’arrivée, l’automne dernier, de près de 1 000 migrants sans visa à sa frontière avec la Russie, longue de 1 340 km. « C’est un message fort adressé à la Russie et à nos alliés. La Finlande veillera à sa propre sécurité et à la sécurité des frontières de l’UE », a déclaré le Premier ministre finlandais Petteri Orpo lors d’une conférence de presse organisée juste après le vote du Parlement.Cette loi a été vivement critiquée par l’opposition, des associations locales et des instances internationales. Des experts et le gouvernement lui-même ont admis que la loi contrevenait aux engagements internationaux de la Finlande en matière de droits humains, ainsi qu’à sa constitution.
    « C’est un triste jour pour l’État de droit et les droits humains en Finlande », a estimé la dirigeante de l’Alliance de gauche, Li Andersson, dans un message sur X après le vote au Parlement. « Je n’ai jamais vécu un jour aussi sombre depuis 34 ans que je suis au service d’Amnesty en Finlande », a déploré sur le même réseau social Frank Johansson, directeur de l’ONG dans le pays. Mi-juin, le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe avait exhorté la Finlande à ne pas signer le texte. « La Finlande devrait rejeter le projet de loi sur l’instrumentalisation de la migration, protéger l’accès à l’asile et empêcher les expulsions sommaires », avait déclaré Michael O’Flaherty dans une lettre adressée notamment au président du Parlement finlandais, Jussi Halla-aho.
    Helsinki devrait « continuer à rechercher des solutions alternatives conformes à (ses) obligations en matière de droits de l’Homme », avait encore estimé Michael O’Flaherty. Il s’inquiétait « également du fait que le projet de loi, s’il était adopté, créerait un précédent inquiétant pour d’autres pays et pour le système d’asile mondial ».
    Ces dernières semaines, la Finlande multiplie les mesures pour dissuader les exilés de venir dans le pays. Des barbelés ont été érigés sur certaines portions de la frontière avec la Russie, les patrouilles ont été renforcées, des drones et des détecteurs de mouvements ont été massivement déployés dans la zone.
    Fin juin, les députés ont décidé de réduire l’aide financière accordée aux demandeurs d’asile et aux bénéficiaires de la protection internationale. Le Parlement a aussi rendu plus difficile l’accès à un titre de séjour pour les demandeurs d’asile déboutés : désormais, ils ne pourront plus déposer une demande de régularisation par le travail ou les études.

    #Covid-19#migrant#migration#finlande#russie#droit#asile#refoulement#sante#protection

  • Irlande : quinze arrestations après des violences anti-immigration
    https://www.lemonde.fr/international/article/2024/07/16/irlande-quinze-arrestations-apres-des-violences-anti-immigration_6250510_321

    Irlande : quinze arrestations après des violences anti-immigration
    Le Monde avec AFP
    Quinze personnes ont été arrêtées lundi 15 juillet à Dublin (Irlande) lors d’affrontements entre la police et des manifestants anti-immigration sur un chantier de construction d’un centre d’hébergement pour demandeurs d’asile. « Personne n’a le droit de brûler des voitures, d’endommager des biens », a fait valoir le premier ministre, Simon Harris. « Ces actes sont criminels et visent à semer la peur et la division », a-t-il ajouté. « Nous ne devrions pas accepter qu’ils soient légitimés de quelque manière que ce soit en les qualifiant de “manifestations”. »
    « Un certain nombre de véhicules de la Garda ont été endommagés », a souligné la police dans un communiqué, en référence à la police nationale irlandaise. Ces affrontements sont les derniers en date sur des sites destinés à accueillir les demandeurs d’asile, où des incendies criminels se multiplient aussi depuis 2022. Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des machines et des matériaux de construction en feu sur le site, une ancienne usine située dans le nord de la capitale.
    Les manifestants ont jeté des briques et lancé des feux d’artifice en direction de la police, qui a de son côté fait usage de gaz poivré pour disperser la foule, composée de plus d’une centaine de personnes, essentiellement des hommes. Une vidéo a montré une personne, probablement un travailleur du site, qui devrait être transformé en centre d’hébergement pour 500 demandeurs d’asile, quittant les lieux sur une civière.Les manifestations à l’entrée du site ont retardé le début des travaux « depuis plusieurs mois », a déclaré le ministère de l’intégration. Les violences ont commencé après qu’un « prestataire a tenté de commencer les travaux » tôt lundi, a déclaré le ministère, responsable de l’hébergement des demandeurs d’asile. Le ministère « condamne tout acte de criminalité et d’intimidation à l’encontre des prestataires et de leurs employés ».
    La violence a également été dénoncée par la ministre irlandaise de la justice, Helen McEntee, qui s’est déclarée « consternée » par ces événements. Les personnes impliquées dans ces troubles devront faire face aux « rigueurs de la loi », a-t-elle déclaré au journal Irish Times. L’hébergement des migrants est devenu en Irlande un sujet particulièrement sensible, le manque de logements abordables et la crise du pouvoir d’achat ayant alimenté un fort ressentiment à l’encontre des nouveaux arrivants. Lors de violentes émeutes à Dublin en novembre, déclenchées par une attaque au couteau devant une école, les émeutiers ont également pris pour cible des sites utilisés pour héberger des demandeurs d’asile.

    #Covid-19#migrant#migration#irlande#asile#integration#immigration#logement#hebergement#sante#violence

  • « Je n’ai pas peur de mourir » : pour traverser la Manche, les migrants prennent toujours plus de risques - InfoMigrants
    https://www.rfi.fr/fr/france/20240713-je-n-ai-pas-peur-de-mourir-pour-traverser-la-manche-les-migrants-prenne

    « Je n’ai pas peur de mourir » : pour traverser la Manche, les migrants prennent toujours plus de risques
    Par RFI Publié le : 15/07/2024
    Départs éloignés des côtes, conditions météorologiques dangereuses, embarcations surchargées… Face à la sécurisation de la frontière franco-britannique, les migrants recourent à de nouveaux moyens pour éviter les contrôles policiers et se mettent de plus en plus en danger dans l’espoir de traverser la Manche.
    Mohamed a encore les baskets mouillées. Le regard dans le vide, assis sur une palette en bois du campement dans lequel il vit, il répète les mêmes mots : « J’essaierai à nouveau. J’essaierai jusqu’à ce que j’y arrive ». La veille, le Nigérian, tout juste la vingtaine, a essayé de traverser la Manche pour la deuxième fois, depuis une plage de Calais. « Trop de monde voulait embarquer, c’était impossible de mettre le bateau à l’eau et la police est arrivée », raconte-t-il, l’air désemparé.
    Pourtant, après avoir quitté son pays en août 2022 et avoir traversé le Niger, la Libye, l’Italie puis la France, impossible pour lui de reculer devant les 30 derniers kilomètres qui le séparent des côtes britanniques. Un sweat floqué aux couleurs du Royaume-Uni sur les épaules, il observe Douvres [en Angleterre, ndlr] sur les cartes de son téléphone. « C’est si près. Je suis convaincu que ce sera plus facile pour moi là-bas », lance l’étudiant en ingénierie avec un sourire.
    Si 19 personnes sont déjà mortes dans ses eaux depuis début 2024 - contre 12 pour tout 2023, faisant déjà de cette année l’une des plus meurtrières -, la Manche n’est plus qu’une « petite rivière » aux yeux de Mohamed, qui a déjà traversé la Méditerranée. Comme beaucoup d’autres migrants acculés à la traversée, il se dit prêt à tout tenter, y compris ces nouvelles méthodes qui sont de plus en plus répandues : partir depuis une ville éloignée ou depuis un cours d’eau, sans égard aux conditions météorologiques ou au nombre de personnes à bord de l’embarcation. « Je n’ai pas peur d’y mourir parce que j’ai vu plein de personnes mourir avant. » À commencer par son père, assassiné en septembre 2012 par le groupe jihadiste Boko Haram, devant ses yeux d’enfant. Bloqué à la frontière franco-britannique depuis plus d’un mois, il se prépare à partir 40 kilomètres plus au sud pour sa prochaine tentative de traversée. « J’essaierai depuis Boulogne-sur-Mer », glisse-t-il, confiant.
    Ali* est adossé à un mur en tôle d’un entrepôt. Originaire de Khartoum, il a quitté le Soudan il y a sept mois et tente de rejoindre le Royaume-Uni depuis une semaine. Emmitouflé dans sa doudoune noire, il soutient « ne plus rien avoir à perdre ». Depuis que la guerre civile a éclaté en avril 2023, son pays est devenu une véritable poudrière. « J’ai perdu ma boutique, plusieurs membres de ma famille, ma vie, confie-t-il les yeux secs, comme habitué. Je veux juste m’en aller. Peu importe la météo en mer, peu importe le nombre de gens à bord du bateau… Dès que j’aurai assez d’argent, j’essaierai de traverser. » Sur la route de son exil, le Soudanais de 32 ans raconte pourtant avoir survécu à un naufrage où « une quarantaine » de migrants ont perdu la vie au large des côtes libyennes.
    Pour venir en aide à ceux dont la traversée vient d’échouer et les dissuader de se mettre davantage en danger, l’association Utopia 56 parcourt chaque nuit de météo clémente les 140 kilomètres de littoral du Nord-Pas-de-Calais à bord d’un camion rempli de boissons chaudes et de couvertures. Ces derniers mois, les bénévoles se sont étonnés de voir que, comme Mohamed et Ali, les migrants prenaient de plus en plus de risques dans l’espoir de fouler un jour le sol britannique. « Il y a un an, on mettait en place une maraude littorale dès qu’on était à moins de 0,5 mètre de vagues, soit la hauteur du boudin émergé du zodiaque, et 10 nœuds de vent, explique Célestin Pichaud, coordinateur de l’association à Grande-Synthe. Maintenant, on constate des départs avec des conditions de moins en moins clémentes, dès 0,8 mètre de vagues et 15 nœuds ».
    Le téléphone d’Utopia 56 sonne désormais presque constamment, au gré des appels de détresse. L’un d’eux vient de Gravelines, à 22 kilomètres de Calais. Muhammad, 44 ans, originaire du Kurdistan irakien, a marché 16 heures avec sa femme et ses trois enfants, âgés de neuf à quatorze ans, pour rejoindre le point de départ de leur embarcation. Ils ont tenté de traverser trois fois en une journée, sans succès. « J’ai un problème de santé à ma jambe, c’est très difficile de marcher pour moi, mais je n’ai pas le choix si je veux éviter la police », affirme-t-il, les yeux cernés, le visage fatigué.
    Les points de départ des migrants sont chaque fois un peu plus loin. « Au début, on intervenait seulement sur Dunkerque et Calais. Puis on s’est étendus à Boulogne-sur-Mer, puis de plus en plus au sud, jusqu’au Touquet, détaille Célestin Pichaud, les mains serrées sur le volant. On a même reçu des appels depuis Berck ou Abbeville, dans la Baie de Somme, soit à plus d’une heure de route de Calais. » Si rejoindre Douvres depuis Calais représente entre six et dix heures de traversée selon l’association, cette durée serait multipliée par trois depuis le Touquet, 70 kilomètres plus au sud. « Le problème, c’est qu’une durée de traversée plus longue, c’est plus de chances d’avoir une panne moteur, de se retrouver à la dérive ou d’avoir l’embarcation qui se crève. »
    D’autres tentent aussi de partir dans les terres, notamment en embarquant depuis le canal de l’Aa, qui se jette dans la mer du Nord. Cette méthode n’est pas sans risque : le 3 mars 2024, Rola Al Mayali, sept ans, y mourrait noyée après le chavirage de son embarcation de fortune, à 30 kilomètres du littoral. « C’est le premier départ que je voyais aussi éloigné des côtes », réagit Véronique Magnin, porte-parole du préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord. « Ces départs sont très risqués : les ouvertures d’écluse peuvent provoquer un appel d’eau et les canaux qui se jettent dans la mer sont vidés à marée basse, donc les personnes peuvent se retrouver coincées dans la boue », ajoute Célestin Pichaud.
    Un risque d’autant plus important que les embarcations sont de plus en plus surchargées. En 2024, celles-ci transportent en moyenne 49 migrants - contre 39 en 2022, ou 7 en 2018. « S’il y a plus de 70 personnes à bord, je ne monte pas », tranche Muhammad, le regard tourné vers ses trois enfants, bien décidé à les scolariser outre-Manche. « C’est criminel de mettre autant de personnes. À 70 personnes de 70 kilos en moyenne, on est à 5 tonnes sur un bateau propulsé par un moteur de 30 chevaux, avec peu de gilets de sauvetage sur le dos des migrants. Personne n’oserait s’y aventurer sauf à y être contraint », s’étrangle Philippe Darques, président de la station de sauve­tage en mer de Calais.
    Depuis le début de l’année, la liste noire des décès n’a cessé de s’allonger : « On est presque à un mort par semaine », souffle Flore Judet, membre de l’Auberge des migrants. Pour les associations, en l’absence de « voies de passage sûre et légale », c’est l’État qui est directement responsable de cette hausse. « Les plages sont entourées de CRS, de gendarmes, de drones, d’avions…, peste Axel Gaudinat, coordinateur d’Utopia 56 à Calais. Mais les personnes ne vont pas renoncer à traverser pour autant et sont prêtes à tout, parce qu’elles n’ont pas d’autre choix dans l’espoir d’une vie meilleure. »
    Pour preuve, d’après les chiffres publiés par le Royaume-Uni, sur le premier trimestre de 2024, 5 373 personnes avaient déjà traversé la Manche, contre 3 793 à la même période l’année précédente - soit une hausse de 41,7 %. « Quoi qu’il arrive, les gens tenteront la traversée. On a vu des gens essayer en canoë gonflable, ou même à la nage », avance Flore Judet.
    De son côté, si la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord reconnaît une « élongation » des points de départ et des embarcations davantage surchargées, elle juge les mesures terrestres dissuasives nécessaires au « travail de sauvetage ». « C’est important de limiter les départs en mer, car beaucoup ne savent pas nager ou sont très mal équipés. Si on se retrouve à 50 bateaux en même temps avec moins d’une centaine de sauveteurs, c’est impossible d’être au bon endroit au bon moment », justifie Véronique Magnin. Une crainte qui n’empêchera pas Ali de tenter la traversée. « Peut-être que demain je mourrais dans l’eau, mais je veux à tout prix étudier la politique au Royaume-Uni et changer mon pays, qui n’a plus rien avoir avec le Soudan que je connais. »

    #Covid-19#migrant#migration#france#royaumeuni#pasdecalais#routemigratoire#traversee#sante

  • Plomb, arsenic... 16 #métaux_lourds détectés dans des #tampons

    C’est un objet du quotidien pour des millions de #femmes à travers le monde. Une étude de l’université de Californie à Berkeley publiée début juillet dans la revue Environment International (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160412024004355) révèle la présence de plus de seize métaux dans les tampons : de l’#arsenic, du #cadmium, du #chrome, du #zinc ou encore du #plomb. Les scientifiques ont analysé quatorze marques commercialisées aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Grèce.

    Le plomb est l’élément qui inquiète le plus les auteurs de l’étude, tant les quantités mesurées (120 nanogrammes par gramme) sont « alarmantes », explique Jenni A. Shearston au journal Le Monde. « Nous ne savons pas encore si le plomb peut s’échapper du tampon, ni s’il peut être absorbé par le corps, ni en quelle quantité. » En cas de présence dans l’organisme, le plomb attaque le système neurologique et peut provoquer ou aggraver des maladies psychiques.

    Les produits élaborés à partir de #coton_bio ne font pas exception, les concentrations d’arsenic sont même plus élevées que dans leurs équivalents conventionnels.

    #Glyphosate, #dioxines, #phtalates… Déjà l’an dernier, 60 Millions de consommateurs avait révélé la présence de 9 contaminants (https://reporterre.net/Tampons-serviettes-Des-produits-toxiques-malgre-des-labels-verts) soupçonnés d’être cancérigènes, toxiques pour la reproduction ou perturbateurs endocriniens dans 24 modèles de tampons, #serviettes et #protège-slips jetables testés par le journal.

    https://reporterre.net/Plomb-arsenic-16-metaux-lourds-detectes-dans-des-tampons
    #menstruations #toxicité

  • For Israel, the War Itself Is the End, Not the Means - Opinion - Haaretz.com
    https://archive.ph/2024.07.15-214128/https://www.haaretz.com/opinion/2024-07-15/ty-article-opinion/.premium/for-israel-the-war-itself-is-the-end-not-the-means/00000190-b73d-db47-abb0-bf7db7c00000

    Those on whom it is permissible to step, to spit, to collect the taxes needed to finance the trappings of power. In return, the wild weeds get gurnisht. Here and there, they are allowed to die in war or to be taken hostage, which is really the same thing, and then they are praised to the skies. After all, sooner or later the government will once again need suckers who will die for it, so as to renew the holy war.

    Nobody is telling them the depressing truth: The war is not a means to some end. The war itself is the end. Why? Because it is much easier to control a country that is at war. Then, everything is so sacred. Forbidden. Secret. “Not now.” "Only when it’s over." But it will never be over. War is our life. We have no existence without it.

    #sionisme

  • Un an après sa réouverture, le Musée national de l’histoire de l’immigration fait le plein de visiteurs à Paris
    https://www.lemonde.fr/culture/article/2024/07/14/un-an-apres-sa-reouverture-le-musee-national-de-l-histoire-de-l-immigration-

    Un an après sa réouverture, le Musée national de l’histoire de l’immigration fait le plein de visiteurs à Paris
    Par Roxana Azimi
    Dans le brouhaha de l’entre-deux-tours des législatives, l’épisode est presque passé inaperçu. Le jeudi 4 juillet, trois jours avant un scrutin décisif pour l’avenir de la France, la maire (socialiste) de Paris, Anne Hidalgo, a confié l’original de son certificat de nationalité française au Musée national de l’histoire de l’immigration, logé dans le Palais de la Porte-Dorée, à Paris. « Comme beaucoup d’enfants d’immigrés, j’ai toujours craint de perdre et de me séparer de cet acte administratif qui prouve ma nationalité », a-t-elle aussitôt publié sur Instagram, en revendiquant ses origines espagnoles. La décision avait été prise de longue date. Mais le geste a été précipité par l’actualité : Jordan Bardella, président du Rassemblement national (RN), avait annoncé dix jours plus tôt qu’il interdirait certains postes « stratégiques » aux Français détenteurs d’une autre nationalité, s’il accédait à Matignon.
    Le 7 juillet, le parti de Marine Le Pen, qui avait promis une « loi d’urgence » sur l’immigration, a finalement atterri à la troisième place, bien loin de la majorité absolue dont il rêvait pour conquérir le pouvoir. Au grand soulagement de Constance Rivière, directrice générale du Palais de la Porte-Dorée, l’établissement public qui coiffe à la fois le Musée national de l’histoire de l’immigration et l’Aquarium tropical. « On a eu peur, bien sûr, d’abord pour la France et, comme Musée de l’immigration, d’être fragilisé si le RN arrivait au pouvoir », reconnaît l’énarque sans langue de bois.
    On ne sait par quel miracle le musée avait toujours échappé aux radars de l’extrême droite. Son ancien directeur, Pap Ndiaye, a bien été étrillé par la fachosphère, mais seulement lorsqu’il était devenu ministre de l’éducation. « Le musée est passé entre les mailles du filet parce qu’il est trop “petit”. Ils en connaissent à peine l’existence », nous avait-il alors confié.
    En juin 2023, la chaîne CNews, jamais avare d’une banderille contre la « propagande wokiste », avait certes hurlé à la « falsification de l’histoire » après une campagne d’affichage du musée représentant le roi Louis XIV, fils d’Anne d’Autriche, avec la mention : « C’est fou tous ces étrangers qui ont fait l’histoire de France. » Mais la polémique est vite retombée. Sans doute parce que « le propos du musée est historiquement inattaquable, insiste Constance Rivière. On s’appuie sur le savoir, les faits, les chiffres officiels ».
    Autant de données martelées, le 20 juin, lors d’une soirée de mobilisation organisée par l’établissement sous l’intitulé « Immigration : de quoi avons-nous peur ? ». Trois heures durant, devant quatre cents spectateurs, une douzaine d’intervenants – parmi lesquels la cinéaste Alice Diop et le dramaturge Alexis Michalik –, se sont succédé sur scène pour déconstruire les contre-vérités distillées par le RN. L’historien Patrick Boucheron, l’un des artisans du nouveau parcours permanent du musée, était naturellement de la partie. « Les Français sont moins hostiles à l’immigration qu’on le croit, confie-t-il au Monde. Mais ça fait trente ans qu’on leur demande s’il y a trop d’immigrés et, à force de leur poser la question, on a fini par leur suggérer une réponse. »
    Une réponse d’autant plus épidermique, complète le professeur au Collège de France, qu’elle est le fruit d’une manipulation rhétorique. « On a accolé à l’immigration d’autres mots : immigration et chômage, immigration et insécurité, immigration et terrorisme… » De 2000 à 2020, la part des immigrés n’a pourtant augmenté en France que de 36 %, trois fois moins qu’au Royaume-Uni, deux fois moins qu’en Allemagne ou en Autriche. Bien loin des fantasmes de submersion migratoire propagés par l’extrême droite, que le Palais de la Porte-Dorée s’emploie à détricoter.
    Ce souci de vérité commence enfin à payer, si ce n’est dans les urnes, du moins côté billetterie. En 2023, l’établissement a enregistré une hausse spectaculaire de ses visiteurs : 635 363 contre 480 000 en 2022. Longtemps, les familles se pressaient Porte-Dorée pour admirer les alligators albinos et les poissons-clowns de l’Aquarium tropical. Mais le nouveau parcours du musée, inauguré en juin 2023, prend désormais sa part dans ce succès, avec 250 000 entrées comptabilisées en 2023, 60 % de plus qu’avant sa fermeture. « On est un lieu de réparation et de reconnaissance, mais aussi de confiance, qui permet de s’armer intellectuellement sur des sujets que les gens connaissent mal », fait valoir Constance Rivière.
    Initialement, l’accrochage permanent relatait la trajectoire d’un immigré depuis son arrivée en France jusqu’à son intégration. Désormais, l’histoire démarre en 1685, une date correspondant à la fois à la promulgation du Code noir, qui légalise l’esclavage, et à la révocation de l’édit de Nantes, qui pousse des milliers de protestants à s’exiler. Un choix politique ? « Oui, mais pas partisan, on ne cherche pas à convertir les gens », nuance le démographe François Héran, qui a présidé son conseil d’orientation. Et d’ajouter : « Le musée est une machine politique pour ceux qui ne veulent pas voir la réalité, mais nous l’avons conçu comme une machine pédagogique, sans démagogie. »
    Faire évoluer les regards sur l’immigration a longtemps semblé hors d’atteinte pour l’établissement, piloté par quatre ministères (culture, éducation, enseignement supérieur et intérieur). « Il y a quatorze ans, on parlait mal de ce musée, ou alors on n’en parlait pas », se souvient son ancienne présidente, Mercedes Erra, patronne de l’agence de publicité BETC. L’idée avait germé en 2001 dans la tête de Lionel Jospin, alors premier ministre, avant que Jacques Chirac ne s’en saisisse au début de son deuxième mandat. Le musée ouvre finalement en 2007, quand Nicolas Sarkozy accède au pouvoir. Le nouveau président, qui venait de créer le ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, refuse ostensiblement de l’inaugurer. Il faudra attendre 2014 pour que François Hollande ne s’y rende officiellement.
    « Tout le monde a eu honte de ce musée, sauf Jacques Toubon [l’ancien ministre de la culture de Jacques Chirac qui en a présidé la mission de préfiguration] », soupire Mercedes Erra. Depuis quelque temps, toutefois, les politiques ne rechignent plus à s’y montrer. Même Nicolas Sarkozy en a franchi les portes pour la première fois début 2023. Emmanuel Macron, qui, cette année-là, avait séché sa réouverture, a discrètement visité, le 12 février, l’exposition consacrée aux artistes chinois vivant en France. C’est aussi très symboliquement au Palais de la Porte-Dorée que Rachida Dati a prononcé, le 29 janvier, ses vœux au monde de la culture, trois jours après la promulgation de la loi très controversée sur l’immigration.
    Un musée ne vit toutefois pas de symboles et d’eau fraîche. Avec un budget de fonctionnement d’à peine 12 millions d’euros, le Palais de la Porte-Dorée peine à joindre les deux bouts. « Il nous faut depuis des années 1,5 million d’euros de plus pour fonctionner normalement, sans parler de l’inflation des coûts de l’énergie », calcule Constance Rivière. Une réunion interministérielle, qui devait mettre le sujet sur la table, a fait les frais du remaniement de janvier. Reporté au mois de juin, le rendez-vous a cette fois été percuté par les législatives anticipées.
    En attendant de prendre date avec le prochain gouvernement, Constance Rivière a entrepris de structurer un mécénat encore fragile. Pour cela, elle s’est trouvé un nouvel allié, Thierry Déau, qui a pris, le 27 juin, la présidence du conseil d’administration de l’établissement. Séduit par « le traitement dépassionné et scientifique de l’immigration du lieu et sa mission pour la biodiversité », le PDG du fonds d’investissement Meridiam mise sur les politiques de RSO (responsabilité sociétale des organisations) pour renforcer les finances d’un lieu que le tumulte politique a rendu plus précieux que jamais.

    #Covid-19#migration#migrant#france#musee#politique#election#science