• « Je suis passée tout près de la mort » : après le traumatisme de la #réanimation, la longue reconstruction psychologique des patients Covid-19
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/je-suis-passee-tout-pres-de-la-mort-apres-le-traumatisme-de-la-reanimat

    Les rescapés partagent la même incompréhension. Les patients de Marisa Denos se demandent comment et pourquoi une telle épreuve est arrivée, si les #séquelles vont rester, si le virus va revenir. « L’anxiété est d’autant plus forte que l’on parle d’un #traumatisme collectif, à une échelle immense », poursuit Marilyne Baranes. Cette docteure en psychologie clinique et psychopathologie, spécialiste du stress post-traumatique, suit cinq patients post-réanimation, âgés de 28 à 40 ans. « D’habitude, des patients sortis de réanimation ont, plus ou moins rapidement, le sentiment d’avoir échappé à la mort, d’être tiré d’affaire. Là, les gens ne comprennent pas pourquoi cette maladie a fait tant de dégâts, pourquoi on n’a pas prévenu les gens plus tôt. Et avec la possibilité d’une deuxième vague, ils sont pétris de peur. »

    L’angoisse est d’autant plus forte pour des jeunes qui n’avaient jamais connu l’hôpital. A 22 ans, Hugues Mignot voit son état physique revenir « quasiment comme avant », même si tout effort sportif reste interdit. Ses cheveux et poils de barbe blanchissent et tombent. « C’est lié au stress post-traumatique », dit calmement ce Parisien passé dix jours en réanimation en mai. À l’hôpital Foch de Suresnes (Hauts-de-Seine), Hugues Mignot était l’un des rares patients conscients dans le service. Si les médecins étaient « très humains », les souvenirs restent violents, comme cette vue sur la chambre d’un homme très âgé, placé sous respirateur et dans le coma. Ou ces trois jours critiques « où je me suis rendu compte que c’était peut-être la fin ».

    #coronavirus

  • Persistent Symptoms in Patients After Acute #COVID-19 | Infectious Diseases | JAMA | JAMA Network
    https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2768351

    This study found that in patients who had recovered from COVID-19, 87.4% reported persistence of at least 1 symptom, particularly fatigue and dyspnea. Limitations of the study include the lack of information on symptom history before acute COVID-19 illness and the lack of details on symptom severity. Furthermore, this is a single-center study with a relatively small number of patients and without a control group of patients discharged for other reasons. Patients with community-acquired pneumonia can also have persistent symptoms, suggesting that these findings may not be exclusive to COVID-19.6

    Clinicians and researchers have focused on the acute phase of COVID-19, but continued monitoring after discharge for long-lasting effects is needed.

    #séquelles

  • « Est-ce que je vais guérir ? » : des malades du #Covid-19 témoignent de symptômes persistants après plusieurs mois
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/est-ce-que-je-vais-guerir-des-malades-du-covid-19-temoignent-des-sympto

    Sur les réseaux sociaux, leurs témoignages apparaissent accompagnés du hashtag #apresJ20, #apresJ60, parfois même #apresJ100. Des personnes affirmant avoir souffert du Sars-CoV-2 disent connaître encore de lourds symptômes, longtemps après leur apparition. D’après un suivi du CHU de Rennes, entre 10 et 15% des patients non-hospitalisés interrogés n’avaient toujours pas repris leur activité, six semaines après la maladie. « Ils présentaient toujours des symptômes inattendus, très invalidants », développe Pierre Tattevin, chef du service des maladies infectieuses. « Un tiers des patients avaient l’impression d’avoir perdu leur capacité respiratoire. Et 40% exprimaient une grande fatigue. »

    L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a évoqué cette réalité le 22 juin, lors d’une conférence de presse (en anglais) : « Certaines personnes ont des symptômes persistants, comme une toux sèche au long cours, de la fatigue ou le souffle court en montant des marches », a reconnu l’institution. Une étude néerlandaise, relayée par le site NL Times, a récemment montré que 60% des patients interrogés – environ 1 600 – présentaient toujours des symptômes respiratoires, près de trois mois après le début de la maladie. Pourtant, 91% d’entre eux n’ont pas été hospitalisés, et 85% de ces patients étaient en bonne santé avant le Covid-19. D’après Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), 5 à 10% des malades du coronavirus pourraient être dans cette situation

  • Depression, Pain, Breathing Problems—and That’s After Surviving #COVID-19 | Global Health NOW
    https://www.globalhealthnow.org/2020-06/depression-pain-breathing-problems-and-thats-after-surviving-covid-

    How many people suffer long-term effects, and for how long, is COVID-19’s biggest mystery. Search the word “sequelae” (after-effects of a disease) in WHO’s global coronavirus literature database, and you get more than 800 results connecting COVID-19 to all sorts of problems—everything from anosmia to gambling, depression, and pneumonia. But no epidemiological study following thousands of people over time has yet revealed the long-term impacts on health and their duration. 

    The closest thing is the COVID Symptom Study app designed by the Massachusetts General Hospital, King’s College London, and the Harvard T.H. Chan School of Public Health. Brits and Americans who know or suspect they have COVID-19 use the app to regularly report their symptoms. Andrew Chan, MD, MPH, one of the developers of the app, says of the 3.8 million app users, some 300,000 of them are reporting chronic long-term symptoms. But he’s not ready yet to discuss trends or predictors.

    #séquelles

  • MGH FLARE - June 2 - Will #COVID-19 cause more IPF ?
    https://us19.campaign-archive.com/?u=ef98149bee3f299584374540a&id=737fad9de0

    Évaluation du risque de #séquelles pulmonaires de type #fibrose (avec ou sans insuffisance respiratoire) post COVID19

    Although it is too early in this pandemic to identify the incidence of post-COVID-19 ARDS fibrosis, multiple studies of prior global viral respiratory illness outbreaks may offer some insight. In studies of survivors of SARS and MERS, it was found that approximately 30% of survivors developed persistent radiographic abnormalities and 15% developed physiologic restriction. Risk factors for fibrosis were older age and more severe disease requiring ICU admission (Das et al. 2017; Hui et al. 2005). Studies during the COVID-19 outbreak in China have established both persistent radiographic patterns of GGO and consolidation (Shi et al. 2020) and abnormal lung function (Mo et al. 2020) at the time of hospital discharge. However, long term outcome data are needed in order to accurately predict how many COVID-19 ARDS survivors will have persistent and clinically significant abnormal lung function.

  • Historians Question Trump’s Comments on Confederate Monuments - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/08/15/arts/design/trump-robert-e-lee-george-washington-thomas-jefferson.html

    President Trump is not generally known as a student of history. But on Tuesday, during a combative exchange with reporters at Trump Tower in New York, he unwittingly waded into a complex debate about history and memory that has roiled college campuses and numerous cities over the past several years.

    Asked about the white nationalist rally that ended in violence last weekend in Charlottesville, Va., Mr. Trump defended some who had gathered to protect a statue of Robert E. Lee, and criticized the “alt-left” counterprotesters who had confronted them.

    Many of those people were there to protest the taking down of the statue of Robert E. Lee,” Mr. Trump said. “So this week, it is Robert E. Lee. I noticed that Stonewall Jackson is coming down.

    George Washington and Thomas Jefferson, the president noted, were also slave owners. “I wonder, is it George Washington next week?” Mr. Trump said. “And is it Thomas Jefferson the week after?
    […]
    Mr. Grossman [executive director of the American Historical Association] noted that most Confederate monuments were constructed in two periods: the 1890s, as Jim Crow was being established, and in the 1950s, during a period of mass Southern resistance to the civil rights movement.

    We would not want to whitewash our history by pretending that Jim Crow and disenfranchisement or massive resistance to the civil rights movement never happened,” he said. “That is the part of our history that these monuments testify to.

    How the events in Charlottesville, and Mr. Trump’s comments, will affect the continuing debate over Confederate monuments remains to be seen. Mr. Witt [a professor of history at Yale], for one, suggested that white nationalist support might backfire.

    He noted that it was the 2015 murder of nine African-American churchgoers in Charleston, S.C., by a white supremacist that led to the removal of the Confederate flag from the grounds of the statehouse.

    The amazing thing is that the president is doing more to endanger historical monuments than most of the protesters,” he said. “The alt-right is producing a world where there is more pressure to remove monuments, rather than less.

    • Baltimore Removes Confederate Statues in Overnight Operation | 2017-08-16

      https://www.nytimes.com/2017/08/16/us/baltimore-confederate-statues.html

      [...]


      Workers removed the Robert E. Lee and Thomas J. “Stonewall” Jackson monument in Baltimore.

      Beginning soon after midnight on Wednesday, a crew, which included a large crane and a contingent of police officers, began making rounds of the city’s parks and public squares, tearing the monuments from their pedestals and carting them out of town.

      [...]

      Small crowds gathered at each of the monuments and the mood was “celebratory,” said Baynard Woods, the editor at large of The Baltimore City Paper, who documented the removals on Twitter.

      [...]

      The statues were taken down by order of Mayor Catherine Pugh, after the City Council voted on Monday for their removal. The city had been studying the issue since 2015, when a mass shooting by a white supremacist at a historic black church in Charleston, S.C., prompted a renewed debate across the South over removing Confederate monuments and battle flags from public spaces.
      The police confirmed the removal.

      [...]

      By 3:30 a.m., three of the city’s four monuments had been removed. They included the Robert E. Lee and Thomas J. “Stonewall” Jackson Monument, a double equestrian statue of the Confederate generals erected in 1948; the Confederate Soldiers and Sailors Monument, erected in 1903; and the Roger B. Taney Monument, erected in 1887.

      [...]

      Taney was a Supreme Court chief justice and Maryland native who wrote the landmark 1857 decision in the Dred Scott case, ruling that even free blacks had no claim to citizenship in the United States. Although Taney was never part of the Confederacy, the court’s decision was celebrated by supporters of slavery.

      The fourth statue, the Confederate Women’s Monument, was dedicated in 1917. Pictures showed that it too had been taken down early on Wednesday.

      [...]

      One Twitter user, James MacArthur, live-streamed the removal of the Lee and Jackson monument as it was unceremoniously torn from its pedestal and strapped to a flatbed truck. At street level, lit by the harsh glare of police klieg lights, the two generals appeared small.

      Residents were seen celebrating on the pedestal, on which someone had spray-painted “Black Lives Matter.”

      [...]

      A team of police cars escorted the statues out of town. Ms. Pugh suggested on Monday that the statues might be relocated to Confederate cemeteries elsewhere in the state. (Although Maryland never seceded from the Union during the Civil War, there was popular support for the Confederacy in Baltimore and Southern Maryland, where Confederate soldiers are buried.)

      [...]

      trouvé en cherchant au réseau

      #Baltimore #Charlottesville #statues #États_Unis
      #suprématisme_blanc #iconoclasme #Confédération #histoire #racisme #esclavage

    • Baltimore Removes Confederate Statues After Activists Gave City Ultimatium | (#vidéo 7’15’’) TRNN 2017-08-16

      https://www.youtube.com/watch?v=A38qI75uwQE

      [...]

      Owen Silverman Andrews: Sure, I think it’s exciting, and the culmination of intense, years-long grassroots organizing and pressure that was a flashpoint, like you said, when white supremacist violence occurred in Charleston and then again in Charlottesville, but also in response to ongoing white supremacist violence here in Baltimore City. And so Fredrick Douglass said, “Power yields nothing without demand.” And that’s exactly what happened here. It was, “Oh, this is too expensive. This will take too long,” and ultimately, when push comes to shove, the government will respond when we force the government to respond and not before.

      Jaisal Noor: And so defenders, even liberal defenders I talk to say, “This is history. We can’t remove history. It needs to be preserved. We shouldn’t take them down.” How do you respond to those arguments?

      Owen Silverman Andrews: Sure. The Lee/Jackson monument is not history. It’s a false narrative. It’s the Lost Cause mythology. It was put up in the 1940s, not to honor fallen Confederate veterans like some of the older monuments supposedly were alluding to, but it was put up as a triumphant symbol of rising white supremacy and resurgent white power. And so leaving the Lee/Jackson statue in place is the erasure of history, not the removal of it. If you look at the way Nazi Germany, for example, has dealt with their past, they do not leave statues of Hitler and Eichmann in place. They remove them and put up plaques and said, “Jewish families lived here,” and that’s the way to remember history. Not to leave up triumphant statues of genocidal maniacs.

      Jaisal Noor: Yeah, and you didn’t hear those same people defending the statues of Saddam in Iraq.

      Owen Silverman Andrews: Exactly. Exactly. It’s a false logic, and it’s a defense mechanism of people who can’t grapple with either their own privilege or internalized white supremacy, and so we can remember history without celebrating slavery and genocide and rape.

      Jaisal Noor: And so is the work now done now that this is down?

      Owen Silverman Andrews: Columbus is next. There are two Columbus statues in Baltimore, One in Druid Hill Park, and another in Little Italy. And if those don’t come down based on government action from the City, then they’ll come down based on #grassroots_action. So those are the next two, Columbus in Druid Hill and Columbus in Little Italy. Columbus started the trans-Atlantic slave trade. He brought syphilis to the hemisphere. He was a rapist who took indigenous women to Europe and had sex with them against their will, and so we’re planning a funeral for Columbus to lay him to rest, and to move onto the next chapter so we can celebrate people like Thurgood Marshall and Harriet Tubman and Frederick Douglass, and hold up those leaders who struggled against that type of oppression instead of honoring those who initiated it.

      ||

      trouvé en cherchant dans le réseau

      #air_du_temps #goût_du_jour
      #bouleversement
      #séquelles #activisme

  • #Rebecca_Mott : Séquelles
    https://tradfem.wordpress.com/2017/06/05/sequelles

    Je vais essayer d’aborder mon traumatisme, de l’aborder de l’intérieur.

    J’ai envie de me cacher, je regrette de m’être fait du mal.

    Au cœur du traumatisme, le suicide semble un choix raisonnable.

    Mais ma volonté obstinée signifie que je continue à continuer – mais avec douleur, avec tristesse et avec une fureur.

    Je ne peux pas être complaisante au sein de cet enfer durable.

    Donc, je veux parler ici des nombreuses manières dont les femmes sorties de la prostitution sont maintenues dans une condition sous-humaine, ne sont jamais vraiment autorisées à retrouver une place dans la société.

    Je vais parler du sens de survivre à la traite domestique.

    Et je vais parler de l’importance d’établir des liens avec d’autres gens qui ont connu la torture ou cette condition sous-humaine, sans limiter ces liens à des opinions occidentales simplistes au sujet de la politique.

    Je dois dire que je vais écrire cela de l’intérieur de mon traumatisme ; il pourra donc m’arriver de perdre le fil ou même de perdre espoir dans ma façon de m’exprimer.

    Mais je veux parler à partir de l’intérieur du traumatisme ; c’est vous qui, en me lisant, devez progressivement apprendre la langue et les liens propres à l’âme prostituée.

    J’écris habituellement dans une langue adaptée à ce que je crois qu’on sait des personnes prostituées. J’en retranche le découragement, l’humour de potence et les mots qu’échangent en secret les femmes sorties de la prostitution.

    J’autocensure mon sentiment d’être abandonnée de toutes parts en tant que femme sortie du milieu, et je dis merci pour les miettes qu’on nous laisse.

    Mais pourquoi les femmes sorties du milieu devraient-elles toujours se montrer complaisantes, alors que nous voyons, entendons et savons qu’il se fait tellement peu pour affirmer que nous sommes pleinement humaines et méritons dignité et justice ?

    Je ne m’adresse pas ici au lobby du travail du sexe, mais à ceux et celles qui se sont définis comme des alliés.

    Je parle aux abolitionnistes qui nous voient comme des animaux de compagnie – appelées à performer nos « récits » de souffrance – mais qui coupent court si nous parlons de réclamer justice, si nous parlons de notre compréhension approfondie du pouvoir et de la violence des hommes, si nous parlons de nos vies en dehors de ce rôle d’être sorties du milieu.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://rebeccamott.net/2017/05/30/aftermath

    Veuillez contribuer par un don au travail de Rebecca Mott : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=7LKGJ4UZYEKK8d

    #prostitution #séquelles #abolitionnistes #victime #traumatisme #survivre

  • Memories of war torment Gaza’s children
    http://www.dailystar.com.lb/News/Middle-East/2014/Dec-30/282606-memories-of-war-torment-gazas-children.ashx

    Les #enfants de #Gaza, rescapés de la #guerre, luttent contre ses #séquelles
    http://www.ladepeche.fr/article/2014/12/29/2020173-enfants-gaza-rescapes-guerre-luttent-contre-sequelles.html

    Raghda Ahmed, elle, se fait du souci pour son fils Wissam, huit ans. « Depuis la guerre, il ne me quitte plus, même pas pour une minute. Il me dit +reste avec moi, comme ça si les avions bombardent, on mourra ensemble+ », rapporte cette Gazaouie de 30 ans.

    « Souvent, je reste même avec lui à l’école », poursuit la mère. Avant d’être interrompue par son fils : « mais pourquoi aller à l’école et étudier ? Dans tous les cas, on va mourir à la prochaine guerre ».

    #pep #traumatismes #Israel #Israël #crimes #impunité

  • Prostitution ou pas prostitution !

    Je mets en avant trois raisons pour lesquelles je soutiens le courant néo-abolitionniste :

    > 1. Pour la dignité humaine

    L’acte qui consiste à pratiquer des pénétrations et autres services sexuels sans désir, à subir des relations à répétition plusieurs fois par jour etc. provoque des #séquelles physiques et psychologiques très profondes et très destructrices chez les personnes prostituées. La #violence sexuée n’a pas le même impact que la violence tout court, sinon on punirait le viol avec autant de sévérité qu’une simple agression. Or nous savons très bien, combien même le viol serait moins douloureux, qu’il est beaucoup plus ravageur.

    À ce propos, j’ai déjà entendu dire que l’exploitation qu’endurent les personnes prostituées est comparable à celle que peuvent subir l’ensemble des salarié-e-s et employé-e-s sous le joug de la pénibilité, et de la cruauté du système capitaliste. Très franchement, je trouve qu’on ne peut raisonnablement pas mettre sur le même plan la détresse et les séquelles psychologiques des prostituées et celles des autres exploitées du monde du travail. Pour info, les prostituées sont, avec ceux qui ont connu la guerre du Vietnam, les seules à développer le symptôme de #décorporalisation. C’est-à-dire que les rapports sexuels non désirés à répétition sont d’une telle violence que les prostituées sont nombreuses à anesthésier psychologiquement leurs corps, et que bien souvent, quand elles se retrouvent couvertes de bleus en rentrant chez elles, elles sont incapables de se souvenir de qui les a frappé.

    De même, elles ne vont plus chez le médecin quand elles sont malades, leurs corps étant complètement insensibilisés. Ces femmes vivent un paradoxe psychologique très violent, celui d’être témoin et même de participer à leur propre viol, qui devient un viol compensé par l’argent. Bref, j’ai beau dénoncer toutes les formes d’exploitation comme vous pouvez d’ailleurs le constater sur ce blog, je ne veux pas laisser dire que les séquelles physiques et psychologiques qu’on relève chez les prostituées – au moins celles qui font ce métier pour gagner leur vie et donc sans en avoir totalement envie – sont les mêmes que celles d’une caissière ou d’une ouvrière. Pénibilité et traumatisme n’atteignent pas du tout le même niveau !

    > 2. Contre la #marchandisation

    L’Autre notion, ou plutôt maxime qu’il me semble important de rappeler, et que d’ailleurs notre méchant monde libéral nous rappelle sans cesse, c’est que Le client est roi ! C’est lui qui choisit tout, la prostituée, le service, les positions etc. Dans le cadre de ce métier, la femme ou l’homme prostitué ne peuvent que se plier à des pratiques intimes commandées par le client, quelles qu’elles soient.

    En un mot : L’argent c’est le pouvoir. Si je paye, je décide, et je décide CE QUE JE VEUX. Qui détient l’argent en France et dans le monde ? Les hommes ! Dans le monde, les #femmes détiennent 1% des #richesses et des capitaux mondiaux. Donc nous sommes dans des rapports complètement inégalitaires, et ne saurons jamais éviter que ce soit plutôt les femmes qu’on retrouve sur le trottoir, de grès ou de force.

    > 3. Pour l’égalité entre les femmes et les hommes :

    L’existence de la #prostitution est un frein à la liberté sexuelle et l’égalité entre les femmes et les hommes. La liberté sexuelle, c’est d’abord la réciprocité du désir et du plaisir, la liberté de choisir son partenaire et ses pratiques sexuelles, et il n’est pas question de qualifier de liberté une circonstance où l’homme paye pour pousser la femme, par la pression de l’argent plutôt que de la force usitée autrefois, à avoir telles pratiques sexuelles avec lui. La prostitution est le dernier bastion d’une longue histoire du #patriarcat où le désir de l’homme a toujours primé sur celui de la femme, d’où les traditions réactionnaires des mariages arrangés, du droit de cuissage, des viols et de viol conjugal que la loi n’a que trop tardé à reconnaître. C’est ainsi que ces cruelles traditions ont empilé des armées de femmes traumatisés dans le monde, au fil des siècles. La prostitution n’est d’ailleurs pas un luxe de riches ou de privilégiés, elle existe dans toutes les sociétés, même les plus pauvres. Dans les pays pauvres, les prostituées sont tout simplement moins chères.

    Pour finir, j’aimerai poser la question la plus cruciale à mon sens, celle du projet de société que nous voulons ? Acceptons-nous que la prostitution devienne un métier comme un autre, à savoir que dans les pays qui la légalisent, on voit fréquemment des campagnes publicitaires affichant des soldes sur les prostituées, voire des menus où on a droit à « un repas, une chambre et une prostituée » ? Peut-on tolérer que pôle emploi enregistre la prostitution comme un métier banal, et se plaigne de ce que telle femme ne veuille pas saisir tel poste disponible de prostituée ?

    | Fatima-Ezzahra Benomar
    http://fatimabenomar.wordpress.com/2011/04/07/prostitution-ou-pas-prostitution

    • « Acceptons-nous que la prostitution devienne un métier comme un autre, à savoir que dans les pays qui la légalisent, on voit fréquemment des campagnes publicitaires affichant des soldes sur les prostituées, voire des menus où on a droit à « un repas, une chambre et une prostituée » ? »

      Intéressant mais bien qu’ayant habité en belgique je n’ai jamais vu ce genre de choses. De quels pays parle-t-il ?

      « Peut-on tolérer que pôle emploi enregistre la prostitution comme un métier banal, et se plaigne de ce que telle femme ne veuille pas saisir tel poste disponible de prostituée ? »

      Cela relève un peu du fantasme je pense, non ? Une histoire du genre avait filtré en allemagne mais il était apparu que c’était juste une probabilité et que ça n’avait jamais eu lieu (lu sur un article du STRASS transmis ici, merci).

      Sur le fond je ne peux me prononcer, n’étant ni prostitué, ni client, j’ai du mal à voir l’intérêt de la pénalisation des clients.

    • On parle d’une dépénalisation totale de la prostitution, de sa banalisation : si on considère que la prostitution est un boulot comme les autres (discours des légalistes), alors, logiquement, on pourra avoir des démarches marketing ou des offres d’emploi à pourvoir, tout simplement.
      Or, justement, ces deux exemples soulignent bien qu’on ne parle évidemment pas d’un métier comme un autre. Ne serait-ce que parce qu’on peut accepter que sa mère, sa femme, sa fille ou sa sœur bosse dans une usine, voire même une centrale nucléaire (mais pas forcément de gaité de cœur), mais que les visualiser sur le trottoir à attendre des types qui vont payer pour les besogner, forcément, tout de suite, ça débanalise bien l’idée !