• Haricots tarbais à l’indienne
    https://cuisine-libre.fr/haricots-tarbais-a-l-indienne

    Ces haricots à l’indienne, aux aubergines et riz basmati au citron, sont un régal pour gourmet #Végétarien ! Les haricots tarbais Faire tremper les haricots une nuit (la veille) dans 2 fois et demie leur volume d’eau froide. Jeter l’eau, le jour même, verser les haricots dans une casserole, les recouvrir avec de l’eau renouvelée. Blanchir les haricots en les laissant cuire à feu doux 50 minutes. Ensuite les égoutter et les réserver dans un saladier. Les aubergines Préparer les aubergines parallèlement…

    #Haricot_blanc, #Chilis_et_cassoulets / Végétarien, #Sans_viande, #Sans_œuf, #Sans_lactose, #Sans_gluten, Végétalien (vegan), (...)

    #Végétalien_vegan_ #Bouilli


  • En Lettonie, la coalition sortante subit une déroute Ruptures - 08 octobre 2018
    https://ruptures-presse.fr/actu/lettonie-elections-concorde-otan-ue
    https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-21-10-2018

    Les électeurs lettons étaient appelés à renouveler leurs députés le 6 octobre. Dans ce pays balte de 1,9 million d’habitants, 54% d’entre eux se sont déplacés, soit 4 points de moins qu’en 2014.

    Le gouvernement sortant s’est prévalu d’avoir fidèlement appliqué les réformes souhaitées par l’Union européenne (fiscalité, système de santé…), ce qui a contribué à accroître un mécontentement social latent, alors même que l’émigration, notamment de la jeunesse, reste forte, en particulier vers les pays anglo-saxons. Plusieurs scandales de corruption – dont celui qui a tout récemment impliqué le gouverneur de la Banque centrale – ont également marqué la campagne, dans une Lettonie parfois décrite comme « la capitale européenne du blanchiment ».

    Enfin, les discriminations, linguistiques mais aussi sociales, que subissent les personnes d’origine non lettone (40% de la population, notamment les russophones) demeurent des enjeux politiques majeurs.

    Pour le quatrième scrutin consécutif, c’est la formation cataloguée comme « pro-russe », Concorde (Saskana, traduit en anglais par Harmony), qui arrive en tête, avec 19,9% des suffrages (-3,1 points). Le fait nouveau est l’émergence d’un jeune parti, décrit comme populiste, KPV (« A qui appartient le pays ? »), qui rafle d’emblée la deuxième place, avec 14,2% des voix.

    Or le KPV, à la différence de tous les partis installés, n’a jamais exclu une alliance parlementaire avec Concorde. Jusqu’à présent, celle-ci, bien qu’en tête du choix des électeurs, a toujours été tenue à l’écart du pouvoir car elle est accusée d’être proche de Moscou.

    Concorde, historiquement ancrée dans la communauté russophone, attire également des Lettons « de souche » notamment du fait des mesures sociales qu’elle préconise
    En réalité, Concorde se veut un parti d’orientation sociale-démocrate. Certes historiquement ancrée dans la communauté russophone, elle attire également des Lettons « de souche » (dont certaines personnalités étaient candidates sur ses listes) notamment du fait des mesures sociales qu’elle préconise. Lors de cette campagne, Concorde avait notamment proposé de tailler dans le budget de la défense au profit des secteurs de l’éducation et du logement. Un casus belli pour les partis actuellement au pouvoir, qui mettent leur point d’honneur à atteindre, voire à dépasser, le niveau du budget militaire ordonné par l’OTAN.

    Cinq partis (dont trois principaux) étaient associés dans la coalition parlementaire sortante, menée par l’Union des Verts et des paysans (droite). Cette formation qui a toujours été partie prenante du pouvoir depuis 2002 s’effondre, passant de 19,5% à 9,9% des suffrages. Son alliée gouvernementale, l’Alliance nationale (AN) ne s’en sort guère mieux avec 11% des voix contre16,6% il y a quatre ans. L’AN est l’une des formations les plus ultra, notamment en matière de restrictions à l’utilisation de la langue russe. Quant au troisième partenaire de la coalition sortante, Nouvelle unité, il ne rassemble que 6,7%, contre… 21,9% en 2014.

    Outre le KPV, deux formations profitent de la déconfiture des partis au pouvoir : le Nouveau parti conservateur, qui passe de 0,7% à 13,6%, ainsi que la Nouvelle alliance libérale / FOR, récemment créée, avec 12% des voix. Il est vrai qu’en Lettonie, où n’existe pas vraiment de culture politique anciennement ancrée, les disparitions et recréations de partis se succèdent avec des frontières idéologiques souvent bien floues. L’opposition à la Russie et aux habitants russophones, la fidélité à l’OTAN et à l’UE, et les orientations libérales forment cependant un ciment commun aux partis gouvernementaux.

    « la ligne euro-atlantique constitue le cadre fondamental de notre action et je n’accepterai aucune exception à cette ligne » – le président letton
    C’est ce qui avait conduit le président de la République, issu de l’Union des Verts et des paysans, à avertir les électeurs avant le scrutin : « la ligne euro-atlantique constitue le cadre fondamental de notre action et je n’accepterai aucune exception à cette ligne ». Il lui revient désormais de désigner la personnalité qui devra former une future majorité au sein d’un Parlement éclaté en sept groupes parlementaires.

    Concorde et le KPV disposent ensemble de 39 sièges (24 et 15 respectivement), ce qui constitue l’alternative la plus logique au pouvoir actuel. Mais ce total est cependant insuffisant pour atteindre la majorité absolue au sein de l’Assemblée qui compte 100 députés.

    Le dirigeant de Concorde, qui est également maire de la capitale, Riga, a cependant averti qu’« aucune coalition stable et capable de gouverner n’est possible » sans sa formation. « Sinon, a-t-il poursuivi, vous pourriez avoir une coalition de xénophobes et de partisans des droits des homosexuels, et un tel gouvernement ne tiendrait pas plus de deux ou trois semaines », faisant référence aux Conservateurs et à la Nouvelle alliance libérale.

    Tout porte cependant à croire que les élites installées finiront par trouver une formule écartant une « coalition pro-Kremlin / populistes » qui constituerait selon elles une hérésie pour ce pays balte, dont les dirigeants sont depuis près de trente ans convaincus – ou feignent de l’être – que les troupes russes s’apprêtent à les envahir. Les mêmes continuent à témoigner d’une indulgence notable envers les nostalgiques de l’Allemagne nazie, nostalgiques qui ont pignon sur rue dans le pays.

    Il reste que les électeurs lettons, et pas seulement les russophones, viennent de leur infliger une gifle retentissante, notamment sur la base d’un mécontentement social grandissant. Mais du côté de Bruxelles, un seule chose compte : que la Lettonie ne vienne pas s’ajouter à la litanie des pays menacés par les « populistes »… https://ruptures-presse.fr/actu/suede-elections-lofven-akesson

    #Lettonie, #parlement, #députés, #élection, #election2018, #Saeimas, #résultats, #chiffres, #partis, #OTAN #NATO #ue #union_européenne #populisme


  • Haricots tarbais à l’indienne
    https://cuisine-libre.fr/haricots-tarbais-a-l-indienne-aux-aubergines

    Haricots tarbais à l’indienne aux aubergines et riz basmati au citron : un régal pour gourmet #Végétarien ! Les haricots tarbais Faire tremper les haricots une nuit (la veille) dans 2 fois et demie leur volume d’eau froide. Jeter l’eau, le jour-même, verser les haricots dans une casserole, les recouvrir avec de l’eau renouvelée. Blanchir les haricots en les laissant cuire à feu doux 50 minutes. Ensuite les égoutter et les réserver dans un saladier. Les aubergines Préparer les aubergines parallèlement…

    #Haricot_blanc, #Chilis_et_cassoulets / Végétarien, #Sans_viande, #Sans_œuf, #Sans_lactose, #Sans_gluten, Végétalien (...)

    #Végétalien_vegan_


  • Saint-Nazaire : l’eau qu’on croyait si pure polluée aux pesticides Mediacites - 18 Octobre 2018
    https://www.mediacites.fr/nantes/enquete-nantes/2018/10/18/saint-nazaire-leau-quon-croyait-si-pure-polluee-aux-pesticides

    Dans l’aggomération de Saint-Nazaire, l’eau du robinet provient pour moitié de la nappe de Campbon. Cette nappe phréatique est réputée si pure que l’eau est à peine filtrée et que la marque Cristaline l’utilise pour remplir ses bouteilles. Mais des données nouvelles, que dévoile Mediacités, montrent qu’on y trouve pourtant de nombreuses traces de pesticides.


    Entre Nantes et Saint-Nazaire, sous les prés bucoliques se cache l’un des trésors naturels du territoire  : la nappe de Campbon, une réserve d’eau souterraine qui alimente en eau potable l’agglomération de Saint-Nazaire et au-delà. Une source à laquelle puise la marque Cristaline pour remplir une – petite – partie de ses millions de bouteilles vendues en France. 100 millions de mètres cubes d’une eau réputée pure. Jusque là, en tout cas.

    Car les données publiques, décortiquées par l’antenne vannetaise de l’association Eau et Rivières . . .

    La suite de l’article payante.
    #Saint-Nazaire #pesticides



  • L’#Arabie_Saoudite reconnaît la mort de Khashoggi, la presse saoudienne cherche les coupables | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/article/larabie-saoudite-reconnait-la-mort-de-khashoggi-la-presse-sao

    “Tous ceux qui ont versé dans l’affaire Khashoggi seront passés au fil de l’#épée de la justice”, ose même le site saoudien Sabq, ce qui fait dire à Madawi Al-Rachid, opposante saoudienne vivant en exil que “même en parlant de justice, les médias saoudiens, propriétés d’État, parlent d’épée. C’est une part intégrale de la gouvernance au royaume saoudien.”

    « Modéré » #sans_vergogne


  • L’UE va discuter avec Washington pour résoudre le différend du boeuf aux hormones RTBF - 19 Octobre 2018
    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_l-ue-va-discuter-avec-washington-pour-resoudre-le-differend-du-boeuf-aux

    L’Union européenne va ouvrir des discussions avec les Etats-Unis pour régler définitivement un ancien contentieux sur le boeuf aux hormones américain, signe selon elle de sa bonne volonté vis-à-vis du président Donald Trump, a-t-elle annoncé vendredi.

    Le Conseil de l’UE, qui représente les Etats membres, a accordé vendredi un mandat à la Commission, qui sera chargée de ces négociations.

    _ « L’objectif des négociations sera de régler définitivement un différend de longue date » . . . . . . .

    _


     #santé #viande #alimentation #boeuf #beurk #ue #union_européenne #élevage #hormones #usa


  • Paillassons de courgettes
    https://cuisine-libre.fr/paillassons-de-courgettes

    Une recette pour les dernières courgettes de jardin. Détailler les courgettes en fins filaments. Attention : ne pas les râper, sinon elle rendent beaucoup d’eau. Battre les œufs en omelette, ajouter le parmesan, assaisonner de sel et poivre. Diviser les courgettes en 6 dômes ou tas. Chauffer l’huile d’olive dans une poêle anti-adhésive. Tremper les dômes de courgettes un par un dans la préparation œuf/parmesan puis les déposer dans la poêle et laisser dorer 3 minutes de chaque côté. Servir…

    #Courgette, #Croquettes_et panés / #Sans_viande, #Sans_gluten, Sauté

    #Sauté


  • Responding to leads : Are you moving fast enough
    https://hackernoon.com/responding-to-leads-are-you-moving-fast-enough-2facfa8b75f3?source=rss--

    Responding to leads: Are you moving fast enough?Image by Rawpixel.comA new lead comes in — the clock’s ticking. How much time do you have to respond before your lead falls off the radar?Everyone seems to know that, when there’s an opportunity to close a sale, time is of the essence. Yet, research statistics out of Harvard Business Review show that most companies are slow to respond to leads, meaning they aren’t handling online queries effectively.Looking at over two thousand U.S. companies to gauge how long they took to respond to a web-generated test lead, the results found that 24% took more than 24 hours — and 23% of the companies never responded at all.What’s even more interesting, is the stat that reflects just how important timely responses can be. The research suggests that companies that (...)

    #lead-generation #sales #startup #marketing #responding-to-leads


  • #Gap (FR, 05) : Ouverture du Centre Social Autogéré, rue de l’Imprimerie
    https://fr.squat.net/2018/10/19/gap-fr-05-ouverture-du-centre-social-autogere-rue-de-limprimerie

    Ouverture du CENTRE SOCIAL AUTOGERE à Gap, Rue de l’Imprimerie N’attendons plus rien de la part de l’État et des institutions qui de toutes façons ne jouent pas leur rôle et ne respectent pas leurs propres lois. Face à la situation des exilés et laissés-pour-compte, et au vide culturel de la ville de Gap, le […]

    #logement #sans-papiers


  • #Saint-Denis (93) : cantine de soutien aux nouveaux squats des alentours
    https://fr.squat.net/2018/10/19/saint-denis-93-cantine-de-soutien-aux-nouveaux-squats-des-alentours

    Début octobre, un squat d’anciens de l’Attiéké, rue Joncherolles à Saint-Denis, s’est fait expulser, laissant de nombreuses personnes sans logement. Et depuis une semaine, un squat de #Stains se retrouve lui aussi en danger juste avant l’hiver. Alors dimanche 28 octobre à 19h, au 166 rue du Landy, rendez-vous à la cantine organisée en soutien aux […]

    #Le_Landy_Sauvage #Seine-Saint-Denis



  • Kreuzberg 1978

    Die Wohnhäuser des dreieckigen Blocks zwischen Kottbusser Straße, Kottbusser Tor, Reichenberger Straße, Mariannenstraße und Paul-Linke-Ufer/Kottbusser Brücke sind abgerissen. Man sieht die Kellerwände der westlichen Häuserzeile der Mariannenstraße. Bald werden hier geförderte Sozialwohnungen und ein grüner Innenhof entstehen.

    https://www.openstreetmap.org/node/1246211616

    Quelle : https://www.berliner-kurier.de/berlin/kiez---stadt/ost-oder-west---haetten-sie--es-gewusst----berlins-grosses-memory-qu

    #Berlin #Kreuzberg #Kottbusser_Straße #Kottbusser Tor #Reichenberger Straße #Mariannenstraße #Paul-Linke-Ufer #Kottbusser_Brücke #Stadtentwicklung #Sanierung #1978


  • #Gap (Hautes-Alpes) : La #Maison_Cézanne est expulsée : appel à #rassemblement et campement devant la préfecture
    https://fr.squat.net/2018/10/17/gap-hautes-alpes-la-maison-cezanne-est-expulsee-appel-a-rassemblement-et-c

    Ce matin à sept heures, la Maison Cézanne, à Gap, lieu de vie d’une vingtaine d’exilé·e·s, a été expulsée sur ordre de Mme la Préfète des #Hautes-Alpes, sous la menace des forces de l’ordre déployées pour l’occasion. Ces personnes ne se sont pas vues proposer de solution de relogement. Dix-sept personnes sont à la rue […]

    #expulsion #sans-papiers


  • Macopharma Mouvaux, la galaxie Mulliez et son optimisation fiscale, et le sang
    https://www.youtube.com/watch?v=CpkGhPuDhUs

    Il y a quelques jours, nous diffusions, en vidéo le témoignage de Meryam qui travaille dans une société de la galaxie #Mulliez - #Macopharma Mouvaux : « Mulliez et la vente à l’envers de Macopharma Mouvaux ? »
    Des milliers de vues, pour cette première vidéo sur les réseaux sociaux. La presse s’est très vite emparée de l’information, tout comme une radio libre qui a diffusé le témoignage, suivie par l’analyse de BenoÎt BOUSSEMARD grand spécialiste de l’empire Mulliez. Benoît BOUSSEMARD nous explique de manière factuelle, comment les Mulliez travaillent scientifiquement à l’optimisation fiscale, leurs recherches vers des voies d’exploitation toujours plus efficace… Mais, le travailleur, la travailleuse, restent toujours très vulnérables ...

    #sang #violence #mulliez #macopharma #femmes #harcèlement #transfusion #licenciements #travail



  • #erreurs_médicales en #Tunisie : #vide_juridique, impunité et omerta

    Avec un dispositif juridique insuffisant, un gouvernement qui traîne à adopter et soumettre au législateur un projet de loi et une omerta corporatiste, la crise du secteur de la #santé en Tunisie ne cesse de s’accentuer, notamment en favorisant l’impunité des erreurs médicales. Des proches de patients victimes témoignent.

    À ce jour, il n’y a pas de lois sanctionnant les erreurs médicales en Tunisie. En cas de #décès d’un patient par négligence médicale, faute d’une loi spécifique, les poursuites judiciaires se font conformément à l’article 217 du Code pénal portant sur l’homicide involontaire. Il punit de « deux ans d’emprisonnement et de 700 dinars d’amende, l’auteur de l’homicide involontaire commis ou causé par maladresse, imprudence, négligence, inattention ou inobservation des règlements ». Mais la question dépasse cette éventualité puisqu’il y a des erreurs médicales qui n’entraînent pas de décès. « Une erreur médicale est l’exécution d’une action non-conforme à l’action prévue, ou l’application d’un plan incorrect », ainsi est-elle définie par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Il s’agit donc d’un cadre juridique insuffisant pour certains dont Sara qui a perdu sa mère en 2016. D’après elle, l’anesthésiste a confondu deux seringues lors d’une opération, mais a gardé le silence au lieu d’informer le médecin en charge.

    Insuffisances du dispositif juridique

    « Lors de l’admission de ma mère à l’hôpital, le médecin nous a assuré que c’est une opération sans danger et qu’au bout d’une heure, elle sera de nouveau en bonne santé mais ce n’était pas le cas. Ce qui nous a poussés à chercher son dossier pour découvrir qu’il y a eu une erreur médicale. Mais on ne pense pas que les poursuites que nous avons engagé nous rendraient justice », nous confie Sara. Les erreurs médicales récurrentes durant les dernières années ont poussé le ministère de la Santé en collaboration avec le Conseil national de l’Ordre des Médecins et l’Association des Jeunes Médecins à élaborer un projet de de loi dont Nawaat a eu exclusivement une copie.

    L’incrimination de l’erreur médicale et l’indemnisation du patient sont les principaux apports du nouveau projet de loi actuellement en examen par le ministère de la Santé. Le projet a été finalisé le 25 janvier 2018 mais n’a pas encore été soumis à l’Assemblée des Représentants du Peuple. « Je pense qu’il n’a même pas été adopté au niveau du conseil ministériel. J’espère qu’il ne tardera pas à l’être car cette loi portant sur la responsabilité médicale et paramédicale est d’une importance capitale pour les patients ainsi que pour la sérénité du milieu médical », déclare le député Souhail Alouini, président de la commission de la santé et des affaires sociales à l’Assemblée des Représentants du Peuple. « J’ai eu le projet de loi pour lecture après la fin des travaux de la commission ministérielle et je pense que c’est un excellent travail. Concernant la caisse de dédommagement, je pense qu’il faudra trouver un système plus efficace car la formule adoptée ne sera pas suffisante et la participation des assurances doit être incluse, même pour le secteurs public », estime cet élu, également médecin.

    Déficit de communication et crise de confiance

    Au-delà du traitement clinique, un volet de la prise en charge médicale est généralement négligé en Tunisie, celui de la communication avec les patients et leurs familles. « Une meilleure communication dans la relation médecin-patient améliore habituellement le suivi des traitements, les résultats cliniques et la qualité de vie des patients. Mais cette relation est plutôt conflictuelle en Tunisie. Les médecins oublient souvent l’importance de créer un lien de confiance avec le patient ou ses parents, ce qui renforce le manque de confiance dans le corps médical », relève Amina Ben Hamoud, médecin diplômée de l’école de médecine de l’Université Jiao-tong, Shanghai. Et d’ajouter : « Il est très important d’accorder plus d’attention au rôle du patient dans des décisions médicales qui le concernent, puisque ça contribue à améliorer sa satisfaction, diminuer son anxiété et, par conséquent, éviter les erreurs médicales ».

    Parmi les témoignages concernant la communication avec les médecins, celui de Dorsaf Bedoui est le plus symptomatique. Son père, Belgacem, a été hospitalisé le 24 janvier 2016 et est décédé le lendemain à 66 ans. « C’est vrai que mon père n’allait pas bien mais nous n’avions pas d’autres choix que de faire confiance à son médecin et à la clinique. On ne s’attendait pas à ce qu’il nous quitte. Il fallait changer le stent qu’il avait depuis 2012 en urgence », se souvient Dorsaf, avant d’essuyer une larme et poursuivre : « Malheureusement, il est mort parce qu’il était admis dans l’une des cliniques impliquée dans l’affaire des stents périmés. Nous n’avons pas porté plainte tout simplement, parce qu’on sait que ça ne ramènera pas mon père en vie ».

    Omerta corporatiste

    Pour sa part, Dr Issam El Amri, président de l’Association Tunisienne d’Aide aux Victimes d’Erreurs médicales (ATAVEM), dénonce l’inexistence de quelconque recensement des erreurs médicales en Tunisie permettant d’estimer l’ampleur et la gravité du phénomène. Toutefois, il a relevé que le nombre de plaintes reçues par l’association a considérablement augmenté depuis près de 2 ans, surtout contre des médecins pratiquant la chirurgie esthétique, expliquant que de tels actes sont souvent pris en charge par des chirurgiens non spécialistes. Mohamed, 45 ans, a affirmé que l’ATAVEM est d’une grande aide. « J’ai perdu ma fille âgée de 5 ans en juillet 2018, je ne savais pas vers qui me tourner. Elle avait juste une simple fièvre au début. On était dans un hôtel, alors on a opté pour le médecin de l’hôtel. Il nous a assuré que tout va bien avant de lui prescrire une ordonnance avec des médicaments. Mais le soir elle n’arrêtait pas de pleurer et son état s’est détérioré. Alors, j’ai contacté le médecin de nouveau qui nous a proposé de la ramener à une clinique. Mais c’était trop tard. En route, elle a rendu l’âme », nous a-t-il confié.

    Bien que la sécurité du patient doive être la priorité des médecins, dans certains cas, les membres du corps médical soutiennent inconditionnellement leurs collègues. Ce soutien est souvent justifié par les conditions dans lesquels ils travaillent. De quoi empêcher un traitement du problème et prolonger l’impunité. « Une infirmière s’est tout simplement trompée de la dose à prescrire de chimiothérapie à ma sœur âgée de 35 ans, une dose huit fois supérieure à la prescription », nous a confié Lamia Jerbi. Et d’ajouter : « L’hôpital a tout fait pour cacher cette erreur. C’est vraiment dégoûtant. Ça a coûté à ma sœur sa vie. Depuis, notre famille a du mal à faire confiance aux médecins ».

    http://nawaat.org/portail/2018/10/05/erreurs-medicales-en-tunisie-vide-juridique-impunite-et-omerta



  • Inside #Lehman_Brothers. Une enquête inédite sur la chute d’une banque au-dessus de tout soupçon

    Dix ans après la faillite de la banque Lehman Brothers, #Jennifer_Deschamps met en lumière les mécanismes de sa chute. Une enquête rigoureuse, étayée par le témoignage de lanceurs d’alerte.

    Le 15 septembre 2008, Lehman Brothers est officiellement déclarée en faillite. Lâchée par le gouvernement et sans repreneur, la vénérable banque d’investissement, fondée à New York en 1850, disparaît en laissant à ses créanciers une dette de plusieurs centaines de milliards de dollars. Lancée depuis plusieurs années dans une course folle au profit, cette grande institution financière, dirigée par Richard Fuld, a développé des prêts hypothécaires à risques, rapidement devenus emprunts toxiques. Accordés à des ménages modestes voire sans revenus, ces subprimes ont permis à des centaines de milliers d’Américains de devenir propriétaires de leur logement. Mais en 2007, lorsque la bulle immobilière éclate, la remontée de taux d’intérêts gonfle les traites que les emprunteurs ne peuvent plus rembourser. Une vague de saisies s’abat sur les États-Unis, et notamment sur la Californie…

    Autopsie méthodique
    Spécialisée dans les produits financiers, Lehman Brothers a voulu « faire de l’argent par tous les moyens ». Naviguant en « zone grise » – là où, au minimum, tout ce qui n’est pas illégal peut être considéré comme légal –, la banque et ses filiales ont maquillé les bilans, poussé les équipes commerciales à truquer leurs dossiers pour atteindre des objectifs de plus en plus exigeants, et engranger des dollars par milliards. Le tout grâce à la complicité, l’incompétence ou l’aveuglement des organismes de contrôle et des agences de notation. Pour raconter, dix ans plus tard, un cataclysme dont les répercussions ont ébranlé les places boursières et les économies du monde entier, Jennifer Deschamps se place à hauteur d’hommes. Enrichie d’archives, son enquête, documentée et rigoureuse, réunit les témoignages inédits d’anciens collaborateurs de Lehman, qui ont tous eu un accès privilégié aux mécanismes délirants ayant mené au désastre : trois ex-employées de la BNC, une filiale spécialisée dans les prêts immobiliers, et « lanceuses d’alerte » (Linda Weekes, Sylvia Vega-Sutfin et Cheryl McNeil), et leur avocat (Gary Gwilliam) ; un ancien vice-président de Lehman (Matthew Lee), licencié après avoir refusé de cautionner une manœuvre comptable frauduleuse ; un ancien juriste de la banque (Oliver Budde) ainsi que l’ancien procureur de l’Illinois (Anton Valukas), mandaté en 2008 par le gouvernement américain pour enquêter sur les causes de la faillite. Autopsie méthodique d’un système malade, Inside Lehman Brothers se fait aussi mise en garde contre une déflagration qui pourrait bien, dans un futur proche, se rééditer.


    https://www.arte.tv/fr/videos/080155-000-A/inside-lehman-brothers
    #banque #finance #économie #subprimes #marché_immobilier #cupidité #argent #fraude #effondrement #crise_financière #prêts_hypothécaires #film #documentaire #Wall_Street #bulle_immobilière #lanceurs_d'alerte #culture_du_silence #travail #burn-out #faillite #banques_d'investissement #limites_juridiques #légalité #illégalité #courtiers #Richard_Fuld #harcèlement_sexuel #intimidation #femmes #BNC #SDF #sans-abris #Repo_105 #prêts_alternatifs #prêts_non-conventionnels


    • Le 16 juillet 2018, notre association adressait un courrier à monsieur le maire de Nice, lui demandant de préciser le périmètre d’analyse des réseaux sociaux prévus par le démonstrateur « Safe City ». En effet, il nous emble qu’il y a une différence fondamentale entre développer « des solutions d’alerte aux citoyens et de remontée d’information […] au moyen des réseaux sociaux » (page 59 de la convention) et ce que l’on peut lire, page 34 : « Pour GEOLSEMANTICS, la réalisation du projet permettrait de devenir rapidement un des leaders, sinon le leader, du marché de l’analyse et de l’exploitation des messages « courts » tels que ceux véhiculés par les réseaux sociaux, à des fins d’alertes. La capacité d’alerte concerne tous types d’évènements (accidents, émeutes, manifestations, rumeurs, agissements individuels ou de petits groupes) de manière précise dans le temps et l’espace (lieu-dit, place, rue, quartiers, zones urbaines) ».

      Que vient faire une commune dans l’analyse et l’alerte concernant les émeutes, les manifestations, les petits groupes, si ce n’est venir se substituer aux services de la police nationale ? Pourquoi donc conserver ces informations « dans le temps » ? Ce point est pour nous fondamental. Le rôle d’une commune n’est pas de développer un service des renseignements généraux bis, lequel, fatalement, finirait par servir les intérêts partisans de la petite équipe au pouvoir.

      Sur #Safe_City :
      gouvernance.news/2017/07/06/nice-safe-city-la-securite-en-priorite

      La ville de Nice est en phase de devenir la première « Safe City » de France. Mercredi 5 juillet, à l’occasion du salon « Innovative City » accueilli à Nice, le Maire de la ville et et président de la Métropole Nice Côte d’Azur, Christian Estrosi a signé une lettre d’intention avec ENGIE Ineo dans le but de collaborer au développement progressif d’un dispositif inédit de sécurité de la ville : un centre de contrôle et de commandement basé sur une table tactile et tactique « DECIDE » et la plateforme SenCity.

      „La Smart City policière se répand comme traînée de poudre”
      https://www.laquadrature.net/fr/nice-smart-city-surveillance

      En mars, nous levions un bout du voile qui entoure encore le projet orwellien de la « Smart City™ » marseillaise. Mais force est de constater que le cas de Marseille n’est que l’arbre qui cache la forêt. Car la police prédictive et les centres de surveillance policière dopés aux Big Data pullulent désormais sur le territoire français. Une dérive qu’illustre très bien le cas de Nice : la ville de Christian Estrosi, grand obsédé sécuritaire, a fait appel à Engie Inéo et Thalès, par ailleurs concurrents sur ce marché en plein essor, pour deux projets censés faire advenir la « Safe City™ » niçoise. Or, face à cette fuite en avant dans les technologies de contrôle social que nos élus assument sans rougir, la présidente de la CNIL semble trouver qu’il urgent de... suivre la situation. Ce qui revient à laisser faire.

      #surveillance


  • L’UE « exige que la Suisse accepte la concurrence sur les salaires » Propos recueillis par Romain Clivaz - 15 Octobre 2018 - RTS
    https://www.rts.ch/info/suisse/9918065-l-ue-exige-que-la-suisse-accepte-la-concurrence-sur-les-salaires-.html

    Le conseiller d’Etat socialiste vaudois Pierre-Yves Maillard regrette la « nouvelle approche » de l’UE sur les mesures d’accompagnement. A ses yeux, il s’agit « d’exiger de la Suisse qu’elle accepte une concurrence sur les salaires ».
    « On a toujours considéré que les mesures d’accompagnement étaient une affaire politique intérieure. On doit constater que c’est maintenant devenu un élément qui est considéré par l’Union européenne comme une sorte de mesure d’entrave au commerce, ce qui est une approche nouvelle et tout à fait inacceptable », regrette Pierre-Yves Maillard lundi dans La Matinale de la RTS.

    A ses yeux, dans ces discussions concernant les mesures d’accompagnement, l’UE veut « exiger de la Suisse qu’elle accepte une concurrence sur les salaires ».

    Position de l’UE « pas rationnelle »
    « Nous avons toujours dit que l’on acceptait la concurrence avec les entreprises européennes, mais que ses conditions ne se font pas sur les salaires (...). Maintenant, l’UE nous dit que l’on doit accepter que des entreprises allemandes ou françaises viennent sur le marché suisse et que l’hypothèse qu’elles travaillent avec leur salaire d’origine et pas avec le salaire suisse doit être un peu relativisée. Qu’il faut admettre qu’il n’y a que 3% des entreprises qui soient contrôlées alors qu’aujourd’hui, on a entre 30 et 50% des entreprises contrôlées », regrette Pierre-Yves Maillard, qui brigue également la tête de l’Union suisse des syndicats en décembre.

    Pour le socialiste vaudois, la position de l’UE « n’est pas rationnelle ». « La Suisse n’a commis aucune entrave aux accords bilatéraux qu’elle a signés (...). La question ici est que l’un des partenaires aimerait aller plus loin. Il s’agit de soumettre à la Cour de justice européenne l’application des accords. Jusqu’à présent, la législation fédérale n’est pas soumise à un contrôle en constitutionnalité », explique-t-il. Pour lui, « on est face à une demande absolument fondamentale, qui demande un débat profond ».

    « Pas contre les juges étrangers »
    Le raisonnement de Pierre-Yves Maillard rejoint-il en partie celui de l’initiative de l’UDC contre les « juges étrangers », soumise au peuple le 25 novembre ? « Non, je suis complètement en défaveur de l’intiative de l’UDC. Elle remet en cause des principes que nous avons nous-même acceptés, notamment le contrôle de la compatibilité de notre législation avec les droits humains, qui est au coeur même de notre Constitution », se défend-il.

    Pour le conseiller d’Etat, « on est dans une affaire de droit économique ». « Je n’ai pas de problème de savoir si c’est un juge étranger ou non (...). Même si l’on confiait ce contrôle au Tribunal fédéral, j’aurais des réserves, car je pense que c’est une des chances qu’a la Suisse de pouvoir, sur des questions économiques et sociales, au moins à l’échelle nationale, trancher par des aspects qui sont politiques », insiste-t-il.

    « Le projet européen a changé »
    Pierre-Yves Maillard, fervent défenseur du « oui » à l’Espace économique européen en 1992, est-il désormais déçu de l’Europe ? « L’Europe a changé dans son projet. Depuis le traité de Maastricht, on voit une évolution qui s’est vraiment orientée sur le marché libre, la volonté d’établir des marchés libéralisés. Et tout l’aspect d’Europe sociale qu’on attendait, qui serait hautement nécessaire, malheureusement, cela ne voit pas le jour », regrette-t-il.

    Et d’ajouter : « Cette idée d’ouverture des marchés était, dans un premier temps, celle des socio-démocrates français et allemands pour attirer les Anglais dans le projet européen. Résultat : on a toujours les marchés libéralisés, mais on n’a même plus l’Angleterre ».

    #travailleurs_détachés #salaires #UE #union_européenne #Suisse #Brexit #tribunaux #maastricht #libéralisation

    • Curieux quand même que ce Conseiller d’Etat ne parle que des travailleurs.e.s détachés Allemands.e.s ou Français.e.s.
      Il aurait pu citer les Roumains.e.s, les Hongrois.e.s, les Polonais.e.s
      Bon, l’essentiel c’est d’en parler.


  • Confiture de tomates vertes
    https://cuisine-libre.fr/confiture-de-tomates-vertes

    Peler les tomates à l’économe à dents ou en les plongeant quelques secondes dans un bain d’eau bouillante puis en les plongeant dans de l’eau bien froide. Les couper en quartiers et les épépiner. Peser 1,5kg de chair. Récupérer les zestes du citron puis le couper en fines rondelles. Peler la pomme, l’épépiner et la couper en fines lamelles. Mélanger la chair des tomates, les zestes et rondelles de citron, les lamelles de pommes et le sucre dans la bassine ou fait-tout à confiture. Laisser macérer…

    #Tomate, #Confitures / #Végétarien, Végétalien (vegan), #Sans_viande, #Sans_œuf, #Sans_lactose, #Sans_gluten, #Bouilli

    #Végétalien_vegan_


  • « Fondamental », la fondation qui veut sauver la psychiatrie en partenariat avec les labos
    https://www.bastamag.net/Fondamental-la-fondation-qui-veut-sauver-la-psychiatrie-en-partenariat-ave

    La psychiatrie traverse une crise profonde. Tandis que les grèves se succèdent dans les hôpitaux, la sortie, mi-septembre, d’un ouvrage coécrit par deux psychiatres et intitulé Psychiatrie : l’état d’urgence, a fait du bruit. À y regarder de plus près, ce dernier pose cependant question. Coédité par l’Institut Montaigne, un think tank d’obédience néolibérale, et par « Fondamental », une fondation de recherche psychiatrique principalement financée par le secteur privé, le livre est un révélateur de tournants (...)

    #Décrypter

    / #Luttes_sociales, #Menaces_sur_la_santé_publique, Quel avenir pour nos protections sociales ?, Santé , #Sciences, A la (...)

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ? #Santé_


  • #Paywall : The Business of Scholarship

    Paywall: The Business of Scholarship, produced by #Jason_Schmitt, provides focus on the need for open access to research and science, questions the rationale behind the $25.2 billion a year that flows into for-profit academic publishers, examines the 35-40% profit margin associated with the top academic publisher Elsevier and looks at how that profit margin is often greater than some of the most profitable tech companies like Apple, Facebook and Google. For more information please visit: Paywallthemovie.com


    https://vimeo.com/273358286

    #édition_scientifique #université #documentaire #film #elsevier #profit #capitalisme #savoir
    signalé par @fil, que je remercie

    • je suis tres surpris par un point mentionne plusieurs fois : il faut que la recherche sur la sante, le rechauffement climatique, etc, bref, tout ce qui a « un vrai impact » soit ouvert, parce qu’il y a des vrais problemes, et donc il faut du monde pour y participer.... Mais je n’ai pas entendu grand chose sur la recherche fondamentale... Je ne sais pas si ca tient du fait que la recherche fondamentale etant moins « remuneratrice », le probleme est moins flagrant... Mais ca me met mal a l’aise cette separation entre « les vrais problemes de la vie » et les questions fondamentales qui n’interessent pas grand monde....


  • #Dans_le_meilleur_des_mondes

    Willi, chômeur de longue durée, préfère profiter des aides sociales et effectuer des petits boulots au noir que de chercher un emploi fixe. Ce quinquagénaire renfermé sur lui-même et aigri vit dans un immeuble quasiment vide qui est voué à être démoli. Un jour, un ami lui propose de « louer » illicitement l’un des appartements inoccupés à trois réfugiés africains : deux femmes et un adolescent. Contre toute attente et malgré la barrière de la langue, Willi prend ce dernier sous son aile et s’attache peu à peu à cet enfant qu’il surnomme « Franz ».


    https://www.programme-tv.net/programme/telefilm/13334523-dans-le-meilleur-des-mondes
    #chômage #film #réfugiés #migrations #sans-papiers #déboutés #amitié #patinage_artistique

    • TV-Drama „Schöne heile Welt“ zeigt Wandlung eines Griesgrams

      Im Supermarkt belagert eine muslimische Großfamilie den Flaschenpfand-Automaten – zum Missfallen eines Mittfünfzigers, der die Szene mit nicht mehr als einem Stirnrunzeln, einem leichten Verziehen der Mundwinkel registriert. Keine Frage: Der Mann ist total genervt und sauer.

      Richy Müller spielt diesen arbeitslosen Elektromeister Willi; und allein schon die Präsenz und Ausdruckskraft dieses wunderbaren Schauspielers, der mit kleinsten Gesten und Blicken ungeahnte Empfindungswelten eröffnet, macht Gernot Krääs (Buch und Regie) Fernsehfilm „Schöne heile Welt“ zu einem Erlebnis.

      Tatsächlich ist Willi, der pfiffig alle möglichen Leistungen des Sozialamts ergaunert und sich trickreich als einziger Mieter in einem zum Abriss bestimmten Häuserkomplex behauptet, kein Rassist. Berufliche und private Nackenschläge haben ihn zum verbitterten, wortkargen Menschenfeind gemacht, wie ihn etwa Clint Eastwood in „Gran Torino“ verkörpert hat.
      Zeitloser Film mit aktuellen Bezügen

      Willis Schutzmauer aus Egoismus, Isolation und Ablehnung bröckelt, ganz gegen seinen Willen, als ihm in seiner Mietshaus-Ruine ein jugendlicher afrikanischer Flüchtling (N’Tarila Kouka) über den Weg läuft. Irgendwie erinnert ihn der Junge, den er wegen des unaussprechlichen Namens nur Franz nennt, an seinen eigenen Sohn, zu dem er seit einer Ewigkeit keinen Kontakt mehr hat.

      Willi quartiert Franz, dessen Mutter und Tante in einer der leerstehenden Wohnungen ein, verschafft den beiden Frauen Arbeit als Kellnerinnen, nimmt „Franz“ unter seine Fittiche. Zwar kann sich das ungleiche Duo wegen der Sprachbarrieren kaum verständigen, doch rasch entdecken beide die gemeinsame Leidenschaft fürs Eislaufen. Doch über allem schwebt das Damoklesschwert der Abschiebung der illegal in Deutschland lebenden Familie.
      Geschichte zweier Verlierer in einer gründlich umstrukturierten Welt

      „Schöne heile Welt“ ist keineswegs nur ein weiterer Film zur den gegenwärtigen Diskurs bestimmenden Flüchtlingsthematik: Gernot Krää schrieb das Buch zu einer Zeit, als das Ausmaß der anstehenden Umwälzungen noch gar nicht erkennbar war. Zudem beleuchtet die Filmvorlage, die bereits 2015 für den Deutschen Drehbuchpreis nominiert wurde, das Thema aus einer völlig anderen Warte. Aktuelle gesellschaftliche oder politische Gegebenheiten spielen keine Rolle. In erster Linie geht es um die Geschichte zweier Verlierer in einer gründlich umstrukturierten Welt.

      Im Mittelpunkt stehen Menschen unterschiedlicher Herkunft, die jeweils tiefe Verletzungen erfahren haben und die trotzdem zu einem positiven emotionalen Austausch fähig sind. Vielleicht liegt es in Krääs Biografie als mehrfach preisgekrönter Kinder- und Jugendfilm-Regisseur begründet, dass sein Film so feinfühlig, so voller grenzenloser, beispielhafter Empathie ist. Es bedarf aber eben auch eines so exzellenten Darstellers wie Richy Müller, um – im Zusammenspiel mit N’Tarila Kouka – die Qualitäten des Drehbuchs in all seinen Facetten auszuleuchten.

      Fazit: Ein packendes Drama über zwei Verlierer in einer globalisierten Welt mit einem wunderbaren Richy Müller.

      https://www.waz.de/kultur/fernsehen/tv-drama-schoene-heile-welt-zeigt-wandlung-eines-griesgrams-id215225243.html