#sac_à_pub

  • Nombreux sont ceux qui ont dû lire un article ou voir une vidéo au sujet de la jeune suédoise Greta Thunberg. Rares sont ceux qui ont entendu parler de « We Don’t Have Time », la startup suédoise ayant orchestré son succès médiatique. En effet, les premières photos de Greta Thunberg qui ont circulé sur internet ont été prises par Mårten Thorslund, responsable marketing et développement durable de We Don’t Have Time.

    Selon ses propres termes, « We Don’t Have Time est un mouvement et une startup de la tech qui compte utiliser le pouvoir des réseaux sociaux pour responsabiliser les dirigeants et les entreprises vis-à-vis du changement climatique. » Startup qui compte Greta Thunberg parmi ses deux « conseillères spéciale jeunesse ». Ingmar Rentzhog, un des principaux fondateurs de l’entreprise We Don’t Have Time, est aussi le fondateur de l’entreprise suédoise de conseil en communication Laika, spécialisée dans le conseil d’entreprises financières ; Laika a récemment été rachetée par la plateforme de crowdfunding suédoise FundedByMe (une entreprise qui possède des bureaux en Malaisie et à Singapour), qui a alors recruté Rentzhog dans son conseil d’administration. Ingmar Rentzhog est aussi membre du think tank Global Utmaning (Défi Mondial, en français) depuis le 24 mai 2018. En outre, il a été formé par l’ONG de l’ex vice-président états-unien Al Gore « The Climate Reality Project ». Organisation qui « a pour but de former des individus souhaitant contribuer à la sensibilisation générale sur le sujet du réchauffement climatique, en fournissant les outils, le réseautage et les compétences de communication oratoires nécessaires afin de captiver un publique et par conséquent, parvenir à introduire des actions concrètes de changement comportementaux ».

    Al Gore qui est un modèle particulièrement important pour la jeune Greta Thunberg qui, d’ailleurs, ne sort pas de nulle part. Sa mère, Malena Ernman, est une célèbre chanteuse d’opéra suédoise et un des héros de l’année 2017 désignés par le WWF, son père, Svante Thunberg, est un acteur suédois, et son grand-père, Olof Thunberg, est aussi un acteur et réalisateur suédois.

    Se soucier du réchauffement climatique, fort bien. Mais se laisser duper par la médiatisation fulgurante d’une jeune suédoise, organisée par d’ardents partisans du Green New Deal (sorte de plan pour un capitalisme vert) actuellement promu par tous les imposteurs de l’opposition autorisée dans les médias de masse (d’Al Gore à Naomi Klein en passant par Varoufakis), non ! Le développement et le subventionnement massif des industries des énergies dites « vertes », l’amélioration de l’efficacité énergétique, la géoingénierie (avec notamment les technologies dites de capture et stockage du carbone), ainsi que toutes les recommandations que l’on retrouve déjà dans le rapport Brundtland de 1987 ayant donné naissance au mythe du « développement durable », rien de tout cela ne permettra de mettre fin à la destruction systématique du monde naturel. Il ne peut exister de capitalisme vert, pas plus que d’industrialisme vert.

    La surmédiatisation de Greta c’est un pur produit du lobbying en faveur d’un capitalisme vert, qui fait aussi office de campagne de divertissement et de rassurance du grand public. Tous ceux qui se réjouissent de la performance de Greta ne sont pas des partisans du verdissement de la société industrielle capitaliste (même si beaucoup en sont), mais tous ceux qui l’orchestrent, si. Et pour l’instant, au cas où c’était pas suffisamment évident, la nébuleuse du mouvement écologiste est ultra-dominée par différentes formulations de la même illusion d’une société industrielle écolodurable, ce qui explique pourquoi nous sommes dans la merde où nous sommes, pourquoi rien ne change, et pourquoi tout empire et va continuer d’empirer.

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10156262161297523&set=a.146557692522&type=3


  • Quelles sont les #marques_bienveillantes ?
    http://www.latribune.fr/technos-medias/publicite/quelles-sont-les-marques-bienveillantes-598705.html

    Nouvelle vertu clé pour les marques, la bienveillance est le sujet d’une enquête réalisée par BVA pour l’agence Change. Elle présente un classement des bons (et moins bons) élèves. Avec quelques surprises !

    En quelques années, les rapports entre les individus et les pouvoirs, qu’ils soient politiques ou économiques, se sont rééquilibrés. Les discours et les comportements de ces figures de l’autorité ont donc dû évoluer, tout comme les attentes du public à leur égard :

    « Aujourd’hui, on attend plus d’une marque que d’un homme politique, remarque Patrick Mercier, président de l’agence Change. L’évolution est intéressante et vertueuse, mais aussi très engageante : une marque et son utilité doivent impérativement être bien perçues par le public et la société, sinon, elle est vouée à disparaître. Elle doit donc être perçue comme étant attentive à ses clients et agissant concrètement pour améliorer leur vie. En d’autres termes, les marques doivent être bienveillantes. »

    Pour valider cette intuition, l’agence s’est rapprochée de l’institut BVA pour réaliser une enquête demandant à 5.000 personnes d’évaluer quelque 150 marques représentant 20 secteurs d’activité, de l’alimentaire à l’automobile en passant par les banques, les assurances, le bricolage, les médias, le retail, les pure players du digital...
    […]
    Au classement général auprès des Français clients ou non, les trois champions de la bienveillance sont BlaBlaCar et Europ Assistance, ex-æquo, suivis de Décathlon. Si la présence de ce dernier n’a rien d’étonnant au regard des innovations réalisées, tant en termes de produits que d’actions (Tente deux secondes, Trocathlon...), on imaginait moins voir une marque comme Europ Assistance devancer les mutuelles et les assurances.
    […]
    À l’image des autres marques du Top 10 : Yves Rocher, Carglass, Ikea, Leroy Merlin, Samsung, Leclerc, et Gerblé.

    Mais les résultats les plus surprenants se situent vers le bas du classement qui « consacre » dans l’ordre Quick, HSBC, McDonald’s, KFC, Burger King, Facebook, Twitter, Coca-Cola, Volkswagen et Pepsi.