• Visual #design #rules you can safely follow every time
    https://anthonyhobday.com/sideprojects/saferules

    You do not have to follow these rules every time. If you have a good reason to break any of them, do. But they are #safe to follow every time.

    – Use near-black and near-white instead of pure black and white
    – Saturate your neutrals
    – Use high #contrast for important elements
    – Everything in your design should be deliberate
    – Optical #alignment is often better than mathematical alignment
    – Lower letter spacing and line height with larger #text. Raise them with smaller text
    – Container borders should contrast with both the container and the background
    – Everything should be aligned with something else
    #Colours in a palette should have distinct brightness values
    – If you saturate your neutrals you should use warm or cool colours, not both
    – Measurements should be mathematically related
    – Elements should go in order of visual weight
    – If you use a horizontal grid, use 12 columns
    #Spacing should go between points of high contrast
    – Closer elements should be lighter
    – Make drop shadow blur values double their distance values
    – Put simple on complex or complex on simple
    – Keep container colours within brightness limits
    – Make outer padding the same or more than inner padding
    – Keep body text at 16px or above
    – Use a line length around 70 characters
    – Make horizontal #padding twice the vertical padding in buttons
    – Use two #typefaces at most
    – Nest corners properly
    – Don’t put two hard divides next to each other

  • A Genève, une sépulture théâtrale pour les victimes du colonialisme allemand

    Dans « #Vielleicht », l’acteur #Cédric_Djedje met en lumière le combat d’activistes berlinois pour que les rues du « #quartier_africain » de la capitale allemande changent de nom. Au Grütli, ce spectacle touche souvent juste, malgré des raccourcis discutables.

    Antigone est leur sœur. Comme l’héroïne de Sophocle, les comédiens afro-descendants Cédric Djedje et #Safi_Martin_Yé aspirent à rendre leur dignité aux morts, à ces dizaines de milliers de #Hereros et de #Namas exterminés en #Namibie par les Allemands entre 1904 et 1908. Un #génocide, reconnaissaient les autorités de Berlin au mois de mai 2021.

    Au Grütli à Genève, avant le Théâtre de Vidy et le Centre de culture ABC à La Chaux-de-Fonds, Cédric Djedje – à l’origine du spectacle – et Safi Martin Yé offrent une sépulture symbolique à ces oubliés de l’Histoire. L’artiste a découvert cette tragédie lors d’un séjour prolongé à Berlin. Il en est revenu avec Vielleicht, plongée personnelle dans l’enfer du #colonialisme. Ce spectacle est militant, c’est sa force et sa limite. Il met en lumière l’inqualifiable, dans l’espoir d’une #réparation. Il ne s’embarrasse pas toujours de subtilité formelle ni intellectuelle dans son épilogue.

    Qu’est-ce que Vielleicht ? Un rituel d’abord, une enquête ensuite, avec le concours de l’historienne #Noémi_Michel. Les deux à la fois en vérité. Un geste poétique et politique. Cédric Djedje et Safi Martin Yé ne vous attendent pas dans l’agora qui sert de lice à leur dialogue. Ils s’affairent déjà autour d’un monticule de terre. Ils y enfouissent des bocaux vides, habitacles des âmes errantes, qui sait ? Vous vous asseyez en arc de cercle, tout près d’eux. En face, une feuille d’arbre géante servira d’écran. Dans le ciel, des cerfs-volants badinent. Dans l’air, une musique répand sa prière lancinante.

    Le poids des noms

    C’est beau et triste à la fois. Ecoutez Cédric Djedje. Il raconte ces semaines à arpenter le quartier berlinois de Wedding, l’« #Afrikanisches_Viertel », son étonnement quand il constate que très peu d’Africains y habitent, sa surprise devant les noms des rues, « #Togostrasse », « #Senegalstrasse « . Que proclame cette nomenclature ? Les appétits de conquête de l’empire allemand à la fin du XIXe siècle. Que masque-t-elle surtout ? Les exactions d’entrepreneurs occidentaux, avidité prédatrice incarnée par l’explorateur et marchand #Adolf_Lüderitz qui fait main basse en 1883 sur #Angra_Pequena, baie de la côte namibienne.

    Cédric Djedje rencontre des activistes allemands d’origine africaine qui se battent pour que les rues changent de nom. Il les a interviewés et filmés. Ce sont ces personnalités qui s’expriment à l’écran. Quarante ans qu’elles œuvrent pour que #Cornelius_Fredericks notamment, chef nama qui a osé défier les troupes impériales entre 1904 et 1907, soit honoré. Vielleicht est la généalogie d’un crime et un appel à une réparation. C’est aussi pour l’artiste un retour sur soi, lui qui est d’origine ivoirienne. Dans une séquence filmée, il demande à sa mère pourquoi elle ne lui a pas parlé le #bété, la #langue de ses ancêtres.

    Si le propos est souvent captivant, les deux insertions théâtrales, heureusement brèves, n’apportent rien, tant elles sont maladroites et outrées – trois minutes pour résumer la fameuse conférence de Berlin qui, entre la fin de 1884 et le début de 1885, a vu les puissances européennes se partager l’Afrique. Le théâtre militant va droit au but, quitte à parfois bâcler la matière ou à asséner des parallèles qui méritent d’être interrogés.

    Le naturaliste genevois Carl Vogt, dont les thèses reposent sur une vision raciste de l’homme hélas courante à l’époque, est-il ainsi comparable aux colonialistes allemands de la fin du XIXe ? Invitée surprise, une activiste genevoise l’affirme à la fin de la pièce, exigeant avec d’autres que le boulevard Carl-Vogt soit débaptisé – le bâtiment universitaire qui portait son nom le sera bientôt, annonçait le rectorat fin septembre. On peut le comprendre, mais le cas Vogt, qui est toujours au cœur d’un débat vif, mériterait en soi une pièce documentée. Toutes les situations, toutes les histoires ne se ressemblent pas. L’amalgame est la tentation de la militance. Exit la nuance. C’est la limite du genre.

    https://www.letemps.ch/culture/geneve-une-sepulture-theatrale-victimes-colonialisme-allemand
    #toponymie #toponymie_politique #colonialisme #Allemagne #colonialisme_allemand #Allemagne_coloniale #art_et_politique #théâtre #Berlin #noms_de_rues

    ping @_kg_ @cede

    • Vielleicht

      Nous arpentons quotidiennement les rues de notre ville, nous y croisons des noms d’hommes (le plus souvent…) qui nous sont totalement inconnus. Qui étaient-ils au fond ? Qu’ont-ils fait de leur vivant pour mériter que leur mémoire soit honorée par un boulevard, une avenue, une place ?
      Cédric Djedje s’est penché sur ces questions en vivant plusieurs mois à Berlin dans le quartier de Wedding, quartier dit « africain » ou Afrikaniches Viertel qui doit son surnom avec vingt-cinq noms de rue se rapportant au passé colonial allemand, lui rendant par là hommage à l’endroit même où vivent, en somme, les descendants des peuples colonisés.
      En s’intéressant aux fantômes de la colonisation dans l’espace urbain contemporain, le comédien s’est interrogé sur comment on s’attache à un espace, comment l’histoire coloniale résonne avec cet attachement et comment dialoguent Histoire et vécu intime et quotidien.
      En imaginant une performance où se mêleront dimensions documentaire et fictionnelle, à la convergence de plusieurs disciplines et en faisant coexister et se frictionner les temporalités, la compagnie Absent.e pour le moment ambitionne de créer un spectacle qui questionne les concepts d’Histoire et de restitution : que veut dire « restituer » ? Est-ce possible ? Et comment ?
      Entre histoire dite « grande » et sentiments personnels vécus par le créateur — lui-même afro-descendant — lors de son enquête, Vielleicht fera peut-être écho chez les spectatrices à l’heure de traverser la place ou le carrefour si souvent empruntés au sortir de chez soi.

      https://grutli.ch/spectacle/vielleicht

  • Conf’ Paysanne sur Twitter , 10:39 AM · 28 août 2022
    https://twitter.com/ConfPaysanne/status/1563808542100004865

    "Action coup de poing de la ConfPaysanne avec @lessoulevements dans le Var contre l’accaparement du foncier. Lancement d’une vendange militante d’un domaine racheté par @LVMH @chateaudesclans

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1563808482150813698/pu/vid/1280x720/85AX6w8YqRbInxr2.mp4?tag=12

    Action coup de poing de la @ConfPaysanne
    avec @lessoulevements dans le Var contre l’accaparement du foncier. Lancement d’une vendange militante d’un domaine racheté par @LVMH
    @chateaudesclans.

    Les montages sociétaires ne sont pas régulés en France pour favoriser l’installation et la dynamique de nos territoires. Des investisseurs comme #BernardArnault s’accapagent ainsi des domaines viticoles. Non à une viticulture sans paysan.nes ! Stop financiarisation !


    Nous reprenons la terre à la finance ! Vendange dans la bonne humeur pour stopper la spéculation sur les terres agricoles !
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1563809669096824832/pu/vid/1280x720/toeCiCqowL-SR9SV.mp4?tag=12

    Les raisins commencent à affluer. #WhisperingAngel #Garrus #ChateaudEsclans les fruits de la Terre doivent revenir aux paysan.nes. Pour cela, il nous faut une grande Loi foncière pour réguler le foncier agricole. #safer

    Vendange terminée : un cortège de plus de 300 manifestant.es se forme et déambule parmi les vignobles. Direction la nouvelle cave #lvmh #ChateaudEsclans dont les travaux sont sur le point de s’achever pour presser le raisin devant !
    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1563818105008168960/pu/vid/1280x720/OEhUE2qJ_ljzOX1s.mp4?tag=12

    Accaparement du foncier agricole : Paysan.nes et citoyen.nes se soulèvent dans le Var pour reprendre la terre à Bernard Arnault @lessoulevements @ConfPaysanne07 @LesAmisdelaConf @ConfAura @ConfDrome @ConfAude @PaysanneVar

    C’est une loi foncière qui lutte contre la financiarisation et les montages sociétaires type holding que nous revendiquons par cet acte de désobéissance civile contre @LVMH #ChateaudEsclans

    Reprenons la terre à la finance ! Le vignoble du Var est la proie d’investisseurs qui font flamber le prix du foncier. L’avenir du territoire va peu à peu être sous la mainmise de grands groupes, paysan.nes et leurs coopératives asservies une fois le monopole financier en place.

    L’accaparement du foncier agricole inquiète aussi pour l’installation de paysan.nes. Cette action vise à alerter les viticulteurs des dangers de l’accaparement financier des terres. Pour une viticulture paysanne ! Stop @LVMH

    Nous avons besoin d’outils de régulation ! Vite une loi foncière à la hauteur face à la financiarisation et aux montages sociétaires ! @AssembleeNat @publicsenat

    @MFesneau à quand une loi foncière pour stopper la financiarisation et l’agrandissement ? @fnsafer @PotierDominique @LVMH

    Conf’ Paysanne
    @ConfPaysanne
    11:23 AM · 28 août 2022
    https://twitter.com/ConfPaysanne/status/1563826354050764800

    Ce dimanche 28 août, 300 personnes ont repris une parcelle de vignes à la finance. Cette parcelle fait partie du domaine des Esclans récemment racheté par #BernardArnault, deuxième homme le plus riche du monde et dirigeant du groupe @LVMH
    (...)

    • Les Soulèvements de la Terre sur Twitter ,10:53 AM · 28 août 202
      https://twitter.com/lessoulevements/status/1563812102581665792

      🧑🏼‍🌾 Dans le Var on est plus de 300 avec la @ConfPaysanne
      et @lessoulevements
      en vendanges ce matin... Sur les terres de @LVMH
       ! Face aux milliardaires qui s’approprient la terre, on la reprend pour des usages paysans

      Nous sommes sur une parcelle du château d’Esclans, racheté par l’empire LVMH de Bernard Arnault !

      Cette action fait suite à celle que nous avons menée le 29 janvier 2022 dans le vignoble jurassien, avec la @ConfPaysanne pour reprendre des terres laissées à l’abandon. ImageImageImage
      D’ici 10 ans, la moitié des terres agricoles vont changer d’exploitant·e :il y a urgence à s’intéresser à leur devenir

      Vont-elles être reprises par de nouveaux paysan·nes, ou vont-elles partir à l’agrandissement d’exploitations toujours plus grandes et industrialisées ? Image
      Les données du recensement agricole sont sans appel : on est face à une concentration foncière et un plan de licenciement silencieux et massif... Au profit de gros acteurs comme LVMH !

      En 2000, la surface moyenne des exploitations était de 42 ha, 55ha en 2010 puis à 69 ha en 2020
      https://video.twimg.com/ext_tw_video/1563815311283036163/pu/vid/720x1280/4L8ZYr0ufnIKFYno.mp4?tag=12


      En 10 ans, la moyenne des surfaces par unité de production a augmenté de 25% alors que le nombre de fermes a reculé de 21%.

      Un recul de l’emploi agricole de 11%, soit une perte de 81000 emplois, 8 100 en moyenne par an.
      Le monde paysan est peu à peu tué par l’accaparement !
      Aujourd’hui dans le Var comme hier dans le Jura on s’attaque à l’accaparement de la viticulture par quelques uns au détriment de paysans qui ne peuvent plus s’installer ou vivre de leur travail, à qui les terres sont volées.

      Alors face aux accapareurs on reprend la terre et ses fruits !
      Nous avons récolté ce matin le raisin de Bernard Arnault destine à du vin de luxe, le Whispering Angel, un des rosés les plus chers du monde... Qui servira à autre chose qu’a ses profits 😏

      Après la récolte et une manif avec le raisin sur les terres de @LVMH, c’est l’heure de la vendange ! ImageImageImageImage
      Cette cuvée spéciale récupérée chez Bernard Arnault servira à soutenir la lutte pour protéger les têtes agricoles, empêcher leur accaparement et pour une viticulture paysanne. Et elle s’annonce très réussie, bravo à toustes !

  • #Harassmap, stop sexual harassement together

    HarassMap is based on the idea that if more people start taking action when sexual harassment happens in their presence, we can end this epidemic together. We support individuals and institutions to stand up to sexual harassment before or when they see it happen. By taking a collective stand against sexual harassment, re-establishing social consequences for harassers – and making role models of people who stand up to them – we believe that harassers can be deterred from harassing again.

    https://harassmap.org
    #cartographie #visualisation #agressions_sexuelles #résistance #Egypte #safe_space #harcèlement_sexuel

    signalé dans le livre de @nepthys et @reka : Cartographie radicale :

    En Égypte, la plateforme HarrassMap.org recueille le signalement de femmes victimes de harcèlement sexuel dans l’espace public et consigne les cas sur une carte interactive. Le « mouvement » se donne les moyens de sa lutte : l’information produite collectivement est mise gratuitement à la disposition de toutes et de tous et, continuellement mise à jour, fait naître de nouveaux projets. Les usages de l’espace sont ainsi revisités, lus autrement. Le mondial est lu à la lumière et au prisme du local. Reconceptualisée, désacralisée, désinstitutionnalisée, décloisonnée, libérée, émancipée, partagée, démocratisée, la carte, dans sa forme et ses usages, n’est plus la même.

    https://www.editionsladecouverte.fr/cartographie_radicale-9782373680539

  • « Les #réfugiés sont les #cobayes des futures mesures de #surveillance »

    Les dangers de l’émigration vers l’Europe vont croissant, déplore Mark Akkerman, qui étudie la #militarisation_des_frontières du continent depuis 2016. Un mouvement largement poussé par le #lobby de l’#industrie_de_l’armement et de la sécurité.

    Mark Akkerman étudie depuis 2016 la militarisation des frontières européennes. Chercheur pour l’ONG anti-militariste #Stop_Wapenhandel, il a publié, avec le soutien de The Transnational Institute, plusieurs rapports de référence sur l’industrie des « #Safe_Borders ». Il revient pour Mediapart sur des années de politiques européennes de surveillance aux frontières.

    Mediapart : En 2016, vous publiez un premier rapport, « Borders Wars », qui cartographie la surveillance aux frontières en Europe. Dans quel contexte naît ce travail ?

    Mark Akkerman : Il faut se rappeler que l’Europe a une longue histoire avec la traque des migrants et la sécurisation des frontières, qui remonte, comme l’a montré la journaliste d’investigation néerlandaise Linda Polman, à la Seconde Guerre mondiale et au refus de soutenir et abriter des réfugiés juifs d’Allemagne. Dès la création de l’espace Schengen, au début des années 1990, l’ouverture des frontières à l’intérieur de cet espace était étroitement liée au renforcement du contrôle et de la sécurité aux frontières extérieures. Depuis lors, il s’agit d’un processus continu marqué par plusieurs phases d’accélération.

    Notre premier rapport (https://www.tni.org/en/publication/border-wars) est né durant l’une de ces phases. J’ai commencé ce travail en 2015, au moment où émerge le terme « crise migratoire », que je qualifierais plutôt de tragédie de l’exil. De nombreuses personnes, principalement motivées par la guerre en Syrie, tentent alors de trouver un avenir sûr en Europe. En réponse, l’Union et ses États membres concentrent leurs efforts sur la sécurisation des frontières et le renvoi des personnes exilées en dehors du territoire européen.

    Cela passe pour une part importante par la militarisation des frontières, par le renforcement des pouvoirs de Frontex et de ses financements. Les réfugiés sont dépeints comme une menace pour la sécurité de l’Europe, les migrations comme un « problème de sécurité ». C’est un récit largement poussé par le lobby de l’industrie militaire et de la sécurité, qui a été le principal bénéficiaire de ces politiques, des budgets croissants et des contrats conclus dans ce contexte.

    Cinq ans après votre premier rapport, quel regard portez-vous sur la politique européenne de sécurisation des frontières ? La pandémie a-t-elle influencé cette politique ?

    Depuis 2016, l’Europe est restée sur la même voie. Renforcer, militariser et externaliser la sécurité aux frontières sont les seules réponses aux migrations. Davantage de murs et de clôtures ont été érigés, de nouveaux équipements de surveillance, de détection et de contrôle ont été installés, de nouveaux accords avec des pays tiers ont été conclus, de nouvelles bases de données destinées à traquer les personnes exilées ont été créées. En ce sens, les politiques visibles en 2016 ont été poursuivies, intensifiées et élargies.

    La pandémie de Covid-19 a certainement joué un rôle dans ce processus. De nombreux pays ont introduit de nouvelles mesures de sécurité et de contrôle aux frontières pour contenir le virus. Cela a également servi d’excuse pour cibler à nouveau les réfugiés, les présentant encore une fois comme des menaces, responsables de la propagation du virus.

    Comme toujours, une partie de ces mesures temporaires vont se pérenniser et on constate déjà, par exemple, l’évolution des contrôles aux frontières vers l’utilisation de technologies biométriques sans contact.

    En 2020, l’UE a choisi Idemia et Sopra Steria, deux entreprises françaises, pour construire un fichier de contrôle biométrique destiné à réguler les entrées et sorties de l’espace Schengen. Quel regard portez-vous sur ces bases de données ?

    Il existe de nombreuses bases de données biométriques utilisées pour la sécurité aux frontières. L’Union européenne met depuis plusieurs années l’accent sur leur développement. Plus récemment, elle insiste sur leur nécessaire connexion, leur prétendue interopérabilité. L’objectif est de créer un système global de détection, de surveillance et de suivi des mouvements de réfugiés à l’échelle européenne pour faciliter leur détention et leur expulsion.

    Cela contribue à créer une nouvelle forme d’« apartheid ». Ces fichiers sont destinés certes à accélérer les processus de contrôles aux frontières pour les citoyens nationaux et autres voyageurs acceptables mais, surtout, à arrêter ou expulser les migrantes et migrants indésirables grâce à l’utilisation de systèmes informatiques et biométriques toujours plus sophistiqués.

    Quelles sont les conséquences concrètes de ces politiques de surveillance ?

    Il devient chaque jour plus difficile et dangereux de migrer vers l’Europe. Parce qu’elles sont confrontées à la violence et aux refoulements aux frontières, ces personnes sont obligées de chercher d’autres routes migratoires, souvent plus dangereuses, ce qui crée un vrai marché pour les passeurs. La situation n’est pas meilleure pour les personnes réfugiées qui arrivent à entrer sur le territoire européen. Elles finissent régulièrement en détention, sont expulsées ou sont contraintes de vivre dans des conditions désastreuses en Europe ou dans des pays limitrophes.

    Cette politique n’impacte pas que les personnes réfugiées. Elle présente un risque pour les libertés publiques de l’ensemble des Européens. Outre leur usage dans le cadre d’une politique migratoire raciste, les technologies de surveillance sont aussi « testées » sur des personnes migrantes qui peuvent difficilement faire valoir leurs droits, puis introduites plus tard auprès d’un public plus large. Les réfugiés sont les cobayes des futures mesures de contrôle et de surveillance des pays européens.

    Vous pointez aussi que les industriels qui fournissent en armement les belligérants de conflits extra-européens, souvent à l’origine de mouvements migratoires, sont ceux qui bénéficient du business des frontières.

    C’est ce que fait Thales en France, Leonardo en Italie ou Airbus. Ces entreprises européennes de sécurité et d’armement exportent des armes et des technologies de surveillance partout dans le monde, notamment dans des pays en guerre ou avec des régimes autoritaires. À titre d’exemple, les exportations européennes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord des dix dernières années représentent 92 milliards d’euros et concernent des pays aussi controversés que l’Arabie saoudite, l’Égypte ou la Turquie.

    Si elles fuient leur pays, les populations civiles exposées à la guerre dans ces régions du monde se retrouveront très certainement confrontées à des technologies produites par les mêmes industriels lors de leur passage aux frontières. C’est une manière profondément cynique de profiter, deux fois, de la misère d’une même population.

    Quelles entreprises bénéficient le plus de la politique européenne de surveillance aux frontières ? Par quels mécanismes ? Je pense notamment aux programmes de recherches comme Horizon 2020 et Horizon Europe.

    J’identifie deux types d’entreprises qui bénéficient de la militarisation des frontières de l’Europe. D’abord les grandes entreprises européennes d’armement et de sécurité, comme Airbus, Leonardo et Thales, qui disposent toutes d’une importante gamme de technologies militaires et de surveillance. Pour elles, le marché des frontières est un marché parmi d’autres. Ensuite, des entreprises spécialisées, qui travaillent sur des niches, bénéficient aussi directement de cette politique européenne. C’est le cas de l’entreprise espagnole European Security Fencing, qui fabrique des fils barbelés. Elles s’enrichissent en remportant des contrats, à l’échelle européenne, mais aussi nationale, voire locale.

    Une autre source de financement est le programme cadre européen pour la recherche et l’innovation. Il finance des projets sur 7 ans et comprend un volet sécurité aux frontières. Des programmes existent aussi au niveau du Fonds européen de défense.

    Un de vos travaux de recherche, « Expanding the Fortress », s’intéresse aux partenariats entre l’Europe et des pays tiers. Quels sont les pays concernés ? Comment se manifestent ces partenariats ?

    L’UE et ses États membres tentent d’établir une coopération en matière de migrations avec de nombreux pays du monde. L’accent est mis sur les pays identifiés comme des « pays de transit » pour celles et ceux qui aspirent à rejoindre l’Union européenne. L’Europe entretient de nombreux accords avec la Libye, qu’elle équipe notamment en matériel militaire. Il s’agit d’un pays où la torture et la mise à mort des réfugiés ont été largement documentées.

    Des accords existent aussi avec l’Égypte, la Tunisie, le Maroc, la Jordanie, le Liban ou encore l’Ukraine. L’Union a financé la construction de centres de détention dans ces pays, dans lesquels on a constaté, à plusieurs reprises, d’importantes violations en matière de droits humains.

    Ces pays extra-européens sont-ils des zones d’expérimentations pour les entreprises européennes de surveillance ?

    Ce sont plutôt les frontières européennes, comme celle d’Evros, entre la Grèce et la Turquie, qui servent de zone d’expérimentation. Le transfert d’équipements, de technologies et de connaissances pour la sécurité et le contrôle des frontières représente en revanche une partie importante de ces coopérations. Cela veut dire que les États européens dispensent des formations, partagent des renseignements ou fournissent de nouveaux équipements aux forces de sécurité de régimes autoritaires.

    Ces régimes peuvent ainsi renforcer et étendre leurs capacités de répression et de violation des droits humains avec le soutien de l’UE. Les conséquences sont dévastatrices pour la population de ces pays, ce qui sert de moteur pour de nouvelles vagues de migration…

    https://www.mediapart.fr/journal/international/040822/les-refugies-sont-les-cobayes-des-futures-mesures-de-surveillance

    cité dans l’interview, ce rapport :
    #Global_Climate_Wall
    https://www.tni.org/en/publication/global-climate-wall
    déjà signalé ici : https://seenthis.net/messages/934948#message934949

    #asile #migrations #complexe_militaro-industriel #surveillance_des_frontières #Frontex #problème #Covid-19 #coronavirus #biométrie #technologie #Idemia #Sopra_Steria #contrôle_biométrique #base_de_données #interopérabilité #détection #apartheid #informatique #violence #refoulement #libertés_publiques #test #normalisation #généralisation #Thales #Leonardo #Airbus #armes #armements #industrie_de_l'armement #cynisme #Horizon_Europe #Horizon_2020 #marché #business #European_Security_Fencing #barbelés #fils_barbelés #recherche #programmes_de_recherche #Fonds_européen_de_défense #accords #externalisation #externalisation_des_contrôles_frontaliers #Égypte #Libye #Tunisie #Maroc #Jordanie #Liban #Ukraine #rétention #détention_administrative #expérimentation #équipements #connaissance #transfert #coopérations #formations #renseignements #répression

    ping @isskein @karine4 @_kg_

    • Le système électronique d’#Entrée-Sortie en zone #Schengen : la biométrie au service des #frontières_intelligentes

      Avec la pression migratoire et la vague d’attentats subis par l’Europe ces derniers mois, la gestion des frontières devient une priorité pour la Commission.

      Certes, le système d’information sur les #visas (#VIS, #Visa_Information_System) est déployé depuis 2015 dans les consulats des États Membres et sa consultation rendue obligatoire lors de l’accès dans l’#espace_Schengen.

      Mais, depuis février 2013, est apparu le concept de « #frontières_intelligentes », (#Smart_Borders), qui recouvre un panel ambitieux de mesures législatives élaborées en concertation avec le Parlement Européen.

      Le système entrée/sortie, en particulier, va permettre, avec un système informatique unifié, d’enregistrer les données relatives aux #entrées et aux #sorties des ressortissants de pays tiers en court séjour franchissant les frontières extérieures de l’Union européenne.

      Adopté puis signé le 30 Novembre 2017 par le Conseil Européen, il sera mis en application en 2022. Il s’ajoutera au « PNR européen » qui, depuis le 25 mai 2018, recense les informations sur les passagers aériens.

      Partant du principe que la majorité des visiteurs sont « de bonne foi », #EES bouleverse les fondements mêmes du #Code_Schengen avec le double objectif de :

      - rendre les frontières intelligentes, c’est-à-dire automatiser le contrôle des visiteurs fiables tout en renforçant la lutte contre les migrations irrégulières
      - créer un #registre_central des mouvements transfrontaliers.

      La modernisation de la gestion des frontières extérieures est en marche. En améliorant la qualité et l’efficacité des contrôles de l’espace Schengen, EES, avec une base de données commune, doit contribuer à renforcer la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme ainsi que les formes graves de criminalité.

      L’#identification de façon systématique des personnes qui dépassent la durée de séjour autorisée dans l’espace Schengen en est un des enjeux majeurs.

      Nous verrons pourquoi la reconnaissance faciale en particulier, est la grande gagnante du programme EES. Et plus seulement dans les aéroports comme c’est le cas aujourd’hui.

      Dans ce dossier web, nous traiterons des 6 sujets suivants :

      - ESS : un puissant dispositif de prévention et détection
      - La remise en cause du code « frontières Schengen » de 2006
      - EES : un accès très réglementé
      - La biométrie faciale : fer de lance de l’EES
      - EES et la lutte contre la fraude à l’identité
      - Thales et l’identité : plus de 20 ans d’expertise

      Examinons maintenant ces divers points plus en détail.

      ESS : un puissant dispositif de prévention et détection

      Les activités criminelles telles que la traite d’êtres humains, les filières d’immigration clandestine ou les trafics d’objets sont aujourd’hui la conséquence de franchissements illicites de frontières, largement facilités par l’absence d’enregistrement lors des entrées/ sorties.

      Le scénario de fraude est – hélas – bien rôdé : Contrôle « standard » lors de l’accès à l’espace Schengen, puis destruction des documents d’identité dans la perspective d’activités malveillantes, sachant l’impossibilité d’être authentifié.

      Même si EES vise le visiteur « de bonne foi », le système va constituer à terme un puissant dispositif pour la prévention et la détection d’activités terroristes ou autres infractions pénales graves. En effet les informations stockées dans le nouveau registre pour 5 ans– y compris concernant les personnes refoulées aux frontières – couvrent principalement les noms, numéros de passeport, empreintes digitales et photos. Elles seront accessibles aux autorités frontalières et de délivrance des visas, ainsi qu’à Europol.

      Le système sera à la disposition d’enquêtes en particulier, vu la possibilité de consulter les mouvements transfrontières et historiques de déplacements. Tout cela dans le plus strict respect de la dignité humaine et de l’intégrité des personnes.

      Le dispositif est très clair sur ce point : aucune discrimination fondée sur le sexe, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion.

      Sont également exclus du champ d’investigation l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle des visiteurs.​

      La remise en cause du Code frontières Schengen

      Vu la croissance attendue des visiteurs de pays tiers (887 millions en 2025), l’enjeu est maintenant de fluidifier et simplifier les contrôles.

      Une initiative particulièrement ambitieuse dans la mesure où elle remet en cause le fameux Code Schengen qui impose des vérifications approfondies, conduites manuellement par les autorités des Etats Membres aux entrées et sorties, sans possibilité d’automatisation.

      Par ailleurs, le Code Schengen ne prévoit aucun enregistrement des mouvements transfrontaliers. La procédure actuelle exigeant seulement que les passeports soient tamponnés avec mention des dates d’entrée et sortie.

      Seule possibilité pour les gardes-frontières : Calculer un éventuel dépassement de la durée de séjour qui elle-même est une information falsifiable et non consignée dans une base de données.

      Autre contrainte, les visiteurs réguliers comme les frontaliers doivent remplacer leurs passeports tous les 2-3 mois, vue la multitude de tampons ! Un procédé bien archaïque si l’on considère le potentiel des technologies de l’information.

      La proposition de 2013 comprenait donc trois piliers :

      - ​La création d’un système automatisé d’entrée/sortie (Entry/ Exit System ou EES)
      - Un programme d’enregistrement de voyageurs fiables, (RTP, Registered Traveller Program) pour simplifier le passage des visiteurs réguliers, titulaires d’un contrôle de sûreté préalable
      – La modification du Code Schengen

      Abandon de l’initiative RTP

      Trop complexe à mettre en œuvre au niveau des 28 Etats Membres, l’initiative RTP (Registered Travelers Program) a été finalement abandonnée au profit d’un ambitieux programme Entry/ Exit (EES) destiné aux visiteurs de courte durée (moins de 90 jours sur 180 jours).

      Précision importante, sont maintenant concernés les voyageurs non soumis à l’obligation de visa, sachant que les détenteurs de visas sont déjà répertoriés par le VIS.

      La note est beaucoup moins salée que prévue par la Commission en 2013. Au lieu du milliard estimé, mais qui incluait un RTP, la proposition révisée d’un EES unique ne coutera « que » 480 millions d’EUR.

      Cette initiative ambitieuse fait suite à une étude technique menée en 2014, puis une phase de prototypage conduite sous l’égide de l’agence EU-LISA en 2015 avec pour résultat le retrait du projet RTP et un focus particulier sur le programme EES.

      Une architecture centralisée gérée par EU-LISA

      L’acteur clé du dispositif EES, c’est EU-LISA, l’Agence européenne pour la gestion opérationnelle des systèmes d’information à grande échelle dont le siège est à Tallinn, le site opérationnel à Strasbourg et le site de secours à Sankt Johann im Pongau (Autriche). L’Agence sera en charge des 4 aspects suivants :

      - Développement du système central
      - Mise en œuvre d’une interface uniforme nationale (IUN) dans chaque État Membre
      - Communication sécurisée entre les systèmes centraux EES et VIS
      - Infrastructure de communication entre système central et interfaces uniformes nationales.

      Chaque État Membre sera responsable de l’organisation, la gestion, le fonctionnement et de la maintenance de son infrastructure frontalière vis-à-vis d’EES.

      Une gestion optimisée des frontières

      Grâce au nouveau dispositif, tous les ressortissants des pays tiers seront traités de manière égale, qu’ils soient ou non exemptés de visas.

      Le VIS répertorie déjà les visiteurs soumis à visas. Et l’ambition d’EES c’est de constituer une base pour les autres.

      Les États Membres seront donc en mesure d’identifier tout migrant ou visiteur en situation irrégulière ayant franchi illégalement les frontières et faciliter, le cas échéant, son expulsion.

      Dès l’authentification à une borne en libre–service, le visiteur se verra afficher les informations suivantes, sous supervision d’un garde-frontière :

      - ​Date, heure et point de passage, en remplacement des tampons manuels
      - Notification éventuelle d’un refus d’accès.
      - Durée maximale de séjour autorisé.
      - Dépassement éventuelle de la durée de séjour autorisée
      En ce qui concerne les autorités des Etats Membres, c’est une véritable révolution par rapport à l’extrême indigence du système actuel. On anticipe déjà la possibilité de constituer des statistiques puissantes et mieux gérer l’octroi, ou la suppression de visas, en fonction de mouvements transfrontières, notamment grâce à des informations telles que :

      - ​​​Dépassements des durées de séjour par pays
      - Historique des mouvements frontaliers par pays

      EES : un accès très réglementé

      L’accès à EES est très réglementé. Chaque État Membre doit notifier à EU-LISA les autorités répressives habilitées à consulter les données aux fins de prévention ou détection d’infractions terroristes et autres infractions pénales graves, ou des enquêtes en la matière.

      Europol, qui joue un rôle clé dans la prévention de la criminalité, fera partie des autorités répressives autorisées à accéder au système dans le cadre de sa mission.

      Par contre, les données EES ne pourront pas être communiquées à des pays tiers, une organisation internationale ou une quelconque partie privée établie ou non dans l’Union, ni mises à leur disposition. Bien entendu, dans le cas d’enquêtes visant l’identification d’un ressortissant de pays tiers, la prévention ou la détection d’infractions terroristes, des exceptions pourront être envisagées.​

      Proportionnalité et respect de la vie privée

      Dans un contexte législatif qui considère le respect de la vie privée comme une priorité, le volume de données à caractère personnel enregistré dans EES sera considérablement réduit, soit 26 éléments au lieu des 36 prévus en 2013.

      Il s’agit d’un dispositif négocié auprès du Contrôleur Européen pour la Protection des Données (CEPD) et les autorités nationales en charge d’appliquer la nouvelle réglementation.

      Très schématiquement, les données collectées se limiteront à des informations minimales telles que : nom, prénom, références du document de voyage et visa, biométrie du visage et de 4 empreintes digitales.

      A chaque visite, seront relevés la date, l’heure et le lieu de contrôle frontière. Ces données seront conservées pendant cinq années, et non plus 181 jours comme proposé en 2013.

      Un procédé qui permettra aux gardes-frontières et postes consulaires d’analyser l’historique des déplacements, lors de l’octroi de nouveaux visas.
      ESS : privacy by design

      La proposition de la Commission a été rédigée selon le principe de « respect de la vie privée dès la conception », mieux connue sous le label « Privacy By Design ».

      Sous l’angle du droit, elle est bien proportionnée à la protection des données à caractère personnel en ce que la collecte, le stockage et la durée de conservation des données permettent strictement au système de fonctionner et d’atteindre ses objectifs.

      EES sera un système centralisé avec coopération des Etats Membres ; d’où une architecture et des règles de fonctionnement communes.​

      Vu cette contrainte d’uniformisation des modalités régissant vérifications aux frontières et accès au système, seul le règlement en tant que véhicule juridique pouvait convenir, sans possibilité d’adaptation aux législations nationales.

      Un accès internet sécurisé à un service web hébergé par EU-LISA permettra aux visiteurs des pays tiers de vérifier à tout moment leur durée de séjour autorisée.

      Cette fonctionnalité sera également accessible aux transporteurs, comme les compagnies aériennes, pour vérifier si leurs voyageurs sont bien autorisés à pénétrer dans le territoire de l’UE.

      La biométrie faciale, fer de lance du programme EES

      Véritable remise en question du Code Schengen, EES permettra de relever la biométrie de tous les visiteurs des pays tiers, alors que ceux soumis à visa sont déjà enregistrés dans le VIS.

      Pour les identifiants biométriques, l’ancien système envisageait 10 empreintes digitales. Le nouveau combine quatre empreintes et la reconnaissance faciale.

      La technologie, qui a bénéficié de progrès considérables ces dernières années, s’inscrit en support des traditionnelles empreintes digitales.

      Bien que la Commission ne retienne pas le principe d’enregistrement de visiteurs fiables (RTP), c’est tout comme.

      En effet, quatre empreintes seront encore relevées lors du premier contrôle pour vérifier que le demandeur n’est pas déjà répertorié dans EES ou VIS.

      En l’absence d’un signal, l’autorité frontalière créera un dossier en s’assurant que la photographie du passeport ayant une zone de lecture automatique (« Machine Readable Travel Document ») correspond bien à l’image faciale prise en direct du nouveau visiteur.

      Mais pour les passages suivants, c’est le visage qui l’emporte.

      Souriez, vous êtes en Europe ! Les fastidieux (et falsifiables) tampons sur les passeports seront remplacés par un accès à EES.

      La biométrie est donc le grand gagnant du programme EES. Et plus seulement dans les aéroports comme c’est le cas aujourd’hui.

      Certains terminaux maritimes ou postes frontières terrestres particulièrement fréquentés deviendront les premiers clients de ces fameuses eGates réservées aujourd’hui aux seuls voyageurs aériens.

      Frontex, en tant qu’agence aidant les pays de l’UE et les pays associés à Schengen à gérer leurs frontières extérieures, va aider à harmoniser les contrôles aux frontières à travers l’UE.

      EES et la lutte contre la fraude à l’identité

      Le dispositif EES est complexe et ambitieux dans la mesure où il fluidifie les passages tout en relevant le niveau des contrôles. On anticipe dès aujourd’hui des procédures d’accueil en Europe bien meilleures grâce aux eGates et bornes self-service.

      Sous l’angle de nos politiques migratoires et de la prévention des malveillances, on pourra immédiatement repérer les personnes ne rempliss​​ant pas les conditions d’entrée et accéder aux historiques des déplacements.

      Mais rappelons également qu’EES constituera un puissant outil de lutte contre la fraude à l’identité, notamment au sein de l’espace Schengen, tout visiteur ayant été enregistré lors de son arrivée à la frontière.

      Thales et l’identité : plus de 20 ans d’expertise

      Thales est particulièrement attentif à cette initiative EES qui repose massivement sur la biométrie et le contrôle des documents de voyage.

      En effet, l’identification et l’authentification des personnes sont deux expertises majeures de Thales depuis plus de 20 ans. La société contribue d’ailleurs à plus de 200 programmes gouvernementaux dans 80 pays sur ces sujets.

      La société peut répondre aux objectifs du programme EES en particulier pour :

      - Exploiter les dernières technologies pour l’authentification des documents de voyage, l’identification des voyageurs à l’aide de captures et vérifications biométriques, et l’évaluation des risques avec accès aux listes de contrôle, dans tous les points de contrôle aux frontières.
      - Réduire les coûts par l’automatisation et l’optimisation des processus tout en misant sur de nouvelles technologies pour renforcer la sécurité et offrir davantage de confort aux passagers
      - Valoriser des tâches de gardes-frontières qui superviseront ces dispositifs tout en portant leur attention sur des cas pouvant porter à suspicion.
      - Diminuer les temps d’attente après enregistrement dans la base EES. Un facteur non négligeable pour des frontaliers ou visiteurs réguliers qui consacreront plus de temps à des activités productives !

      Des bornes d’enregistrement libre-service comme des frontières automatiques ou semi-automatiques peuvent être déployées dans les prochaines années avec l’objectif de fluidifier les contrôles et rendre plus accueillant l’accès à l’espace Schengen.

      Ces bornes automatiques et biométriques ont d’ailleurs été installées dans les aéroports parisiens d’Orly et de Charles de Gaulle (Nouveau PARAFE : https://www.thalesgroup.com/fr/europe/france/dis/gouvernement/controle-aux-frontieres).

      La reconnaissance faciale a été mise en place en 2018.

      Les nouveaux sas PARAFE à Roissy – Septembre 2017

      Thales dispose aussi d’une expertise reconnue dans la gestion intégrée des frontières et contribue en particulier à deux grand systèmes de gestion des flux migratoires.

      - Les systèmes d’identification biométrique de Thales sont en particulier au cœur du système américain de gestion des données IDENT (anciennement US-VISIT). Cette base de données biographiques et biométriques contient des informations sur plus de 200 millions de personnes qui sont entrées, ont tenté d’entrer et ont quitté les États-Unis d’Amérique.

      - Thales est le fournisseur depuis l’origine du système biométrique Eurodac (European Dactyloscopy System) qui est le plus important système AFIS multi-juridictionnel au monde, avec ses 32 pays affiliés. Le système Eurodac est une base de données comportant les empreintes digitales des demandeurs d’asile pour chacun des états membres ainsi que des personnes appréhendées à l’occasion d’un franchissement irrégulier d’une frontière.

      Pour déjouer les tentatives de fraude documentaire, Thales a mis au point des équipements sophistiqués permettant de vérifier leur authenticité par comparaison avec les modèles en circulation. Leur validité est aussi vérifiée par connexion à des bases de documents volés ou perdus (SLTD de Interpol). Ou a des watch lists nationales.

      Pour le contrôle des frontières, au-delà de ses SAS et de ses kiosks biométriques, Thales propose toute une gamme de lecteurs de passeports d’équipements et de logiciels d’authentification biométriques, grâce à son portefeuille Cogent, l’un des pionniers du secteur.

      Pour en savoir plus, n’hésitez pas à nous contacter.​

      https://www.thalesgroup.com/fr/europe/france/dis/gouvernement/biometrie/systeme-entree-sortie
      #smart_borders #Thales #overstayers #reconnaissance_faciale #prévention #détection #fraude_à_l'identité #Registered_Traveller_Program (#RTP) #EU-LISA #interface_uniforme_nationale (#IUN) #Contrôleur_Européen_pour_la_Protection_des_Données (#CEPD) #Privacy_By_Design #respect_de_la_vie_privée #empreintes_digitales #biométrie #Frontex #bornes #aéroport #PARAFE #IDENT #US-VISIT #Eurodac #Gemalto

  • Gâteau de Litha aux épices de feu
    https://www.cuisine-libre.org/gateau-de-litha-aux-epices-de-feu

    Mélanger l’eau bouillante avec le #Safran puis laisser refroidir. Ajouter les autres ingrédients avec l’eau et le safran. Enfourner à 180°C/350°F pendant 50 minutes. Saupoudrer de sucre glace avant de servir. Safran, #Gâteaux, Farine de blé, #Fruits_rouges / #Sans viande, #Végétarien, #Four

    #Farine_de blé

  • « Le village de Bamboula »
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/documentaire-le-village-de-bamboula-l-indecence-pavee-d
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/image/3NncEZFWJqyMu7as5_EF3t5RJ88/930x620/regions/2022/01/04/61d4abc9433bd_1-le-village-de-bamboula-c-yves-forestier

    En 1994, 25 hommes, femmes et enfants ont vécu six mois retenus dans un parc animalier à Port Saint-Père dans la relative indifférence de la société de l’époque, avec la bénédiction des pouvoirs publics. Cette histoire est liée à celle d’un biscuit chocolaté vendu dans les années 80 : Bamboula.

    j’ignorais totalement cette histoire, on m’a parlé du #docu le we dernier

    #zoo_humain

  • tgalopin/html-sanitizer : Sanitize untrustworthy HTML user input
    https://github.com/tgalopin/html-sanitizer

    Un remplaçant potentiel pour la lib « safehtml » embarquée dans SPIP (plugin-dist https://git.spip.net/spip/safehtml) qui commence à poser des problèmes de compatibilité avec les usages du HTML 5 (entre autre les attributs data-truc)

    Voir aussi le plugin HTML-purifier : https://git.spip.net/spip-contrib-extensions/htmlpurifier
    et la discussion en cours sur le sujet : https://git.spip.net/spip/spip/issues/3926

    #SPIP #safehtml #HTML-sanitizer #HTML-purifier

  • #Nice, un laboratoire de la « Safe City » ?
    https://metropolitiques.eu/Nice-un-laboratoire-de-la-Safe-City.html

    Alors que les modes de gouvernement contemporains des villes sont souvent décrits comme dépolitisants, la mise en place des outils numériques de reconnaissance faciale de la safe city fait au contraire resurgir le clivage gauche-droite. La ville intelligente, ou smart city, est souvent revendiquée de manière consensuelle à droite comme à gauche (Courmont et Vincent 2020), de même que le volontarisme en matière de sécurité, qui constitue de plus en plus un incontournable du rôle d’élu local (Le Goff #Terrains

    / Nice, sécurité, #smart_cities, #élus_locaux, #partis

    #sécurité
    https://metropolitiques.eu/IMG/pdf/met_challier2.pdf

  • 2022 s’annonce plutôt bien du côté du #CSS ! 🥳🥳🥳

    Quelqu’un a déjà testé les color-function() ?
    https://www.bram.us/2021/12/27/css-in-2022/#the-hotlist--color-functions

    Quand ce sera bien opérationnel, ça me facilitera beaucoup les choses avec la personnalisation qu’on propose à nos clients.

    J’espère aussi que les #viewport units mettront fin aux soucis #Safari sur #smartphone
    https://www.bram.us/2021/12/27/css-in-2022/#the-hotlist--viewport-units

    Vous avez repéré quoi en particulier ?

    #integration #integrationWeb #ui #HTML #responsive #variables

  • Pentest Insights: Choosing a Tool for #traffic_analysis and Interception
    https://hownot2code.com/2021/11/11/pentest-insights-choosing-a-tool-for-traffic-analysis-and-interception

    GUEST POST Author David Balaban Traffic analysis is a very important stage of penetration testing. In packets transmitted over the network, you can find many interesting things, for example, passwords for accessing various resources and other valuable data. To intercept and analyze traffic, sniffers are used, which humanity has invented a great many. Today I will … Continue reading Pentest Insights: Choosing a Tool for Traffic Analysis and Interception

    #Tips_and_tricks #bugs #information_security #safety #security
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

    • lien vers l’asso francophone
      https://echap.eu.org

      Nous avons publié et nous maintenons à jour des guides pour aider les personnes victimes de violences à se protéger d’utilisations abusives de la technologie.

      Guides généraux
      Guide : Se déconnecter de son ex-partenaire
      Guide : Stratégies de mots de passe
      Guides sur la sécurité de comptes en ligne :
      Vérifier les accès à son compte Google
      Guide de confidentialité pour WhatsApp
      Guide de confidentialité et de sécurité pour Instagram
      Guide de confidentialité et de sécurité pour Twitter
      Guide de sécurité pour Facebook
      Guides sur la sécurité d’appareils informatiques :
      Identifier des signes de la présence d’un logiciel espion sur Android
      Vérifier les informations partagées sur un téléphone Android
      Guide de sécurité pour iPhone

      Le contenu de ces guides est distribué sous licence Creative Common BY-NC-SA. L’identité graphique de Echap ainsi que les guides sous format PDF sont distribués sous licence Creative Common BY-NC-ND.
      Ressources externes

      Vous trouverez également des ressources pertinentes sur les sites web suivants :

      En français :
      Par le centre Hubertine Auclert (centre francilien pour l’égalité femmes-hommes)
      Le rapport sur les cyber-violences conjugales (2018)
      Le guide Aider les femmes à être en sécurité en ligne (sur Facebook)
      Le guide de protection numérique
      Le ressources du collectif Féministes contre le cyber-harcèlement
      Les ressources contre le stalking de l’association Protects
      Des listes d’organisations travaillant sur les violences conjugales sont disponibles sur le site Solidarité Femmes et sur la page d’orientation du centre Hubertine Auclert pour la région parisienne
      En anglais :
      Resources from the Clinic to End Tech Abuse
      Women’s Technology Safety and Privacy Toolkit by Technology Safety Australia

    • voir aussi:
      International Womens Media Foundation (#IWMF)

      Safety Training: Online Abuse and Harassment
      https://www.iwmf.org/programs/online-harassment

      Know Your Trolls

      About This Course

      Welcome to this course on online harassment developed by the IWMF, digital security experts, journalists, and online education experts who collaborated during workshops and sprints to co-create it. The goal of this course is to help journalists identify the abuse they are receiving online and who may be behind it as well as offer some key strategies that may help journalists to be better prepared.

      https://learn.totem-project.org/courses/course-v1:IWMF+IWMF_OH_EN+001/about

      Keep it Private

      About This Course

      Welcome to this course about online privacy for journalists developed by the IWMF, digital security experts, journalists, and online education experts who collaborated during workshops to co-create it. The goal of this course is to get journalists thinking about privacy and the information they share online. Journalists face the difficult task of needing to have an online presence while trying to protect themselves from being harassed and attacked online. This course will provide them with practical tips on how to better protect themselves and their families.

      https://learn.totem-project.org/courses/course-v1:IWMF+IWMF_KP_EN+001/about

      #online_harassment #online_abuse #digital_security #online_course #safety_training #journalism #privacy

    • SaferNet (Spanish)
      https://new.safernet.org.br/#

      About SaferNet

      SaferNet Brazil is a non-profit organization, that provides nationwide services in Brazil, without political, religious or racial party. Founded on December 20, 2005 by a group of computer scientists, professors, researchers and law graduates, the organization started to put into practice research and social projects to fight crimes and violations of the Human Rights on the Internet.

      At that time, it was urgently necessary to provide an effective, consistent and lasting response to the serious problems related to the misuse of the Internet: the practise of crimes and violations against human rights. Solicitation, production and large-scale dissemination of images related to child sexual abuse, racism, neo-nazism, religious intolerance, homophobia, incitement to crimes against life and cruelty against animals are examples of cyber crimes witnessed on the Internet.

      However, Brazil has a lack of concrete policies and actions that could help to cope with these complex matter, which involves economic, social and cultural factors, with implications in the fields of ethics, morality, education, health, law, public safety, science and technology.

      Once SaferNet Brazil was established, the organization became a national reference in the struggle against crimes and violations of human rights on the Internet and has been strengthened due to the national and international capacity for mobilization, the production of content and technology for the struggle against cyber crimes and the co-operation agreements signed with government institutions such as the Federal Public Ministry.

      Through the dialogue, SaferNet Brazil leads the search of solutions together with the Civil Society, the Internet Industry, the Federal Government, the Federal Public Ministry, the National Congress and Police authorities.

      Our goal is to transform the Internet in a responsible and ethical environment, that allows children, youngsters and adults to create, develop and build social relationships, knowledge and citizenship in a safe manner.

      We count on you to build a safer cyber world!

      http://www.safernet.org.br/site/node/2686

  • Nom, nom_site et bio etant des champs librement modifiables par les utilisateurs, on les protege comme des forums, via safehtml · a111edc67f - spip - SPIP on GIT
    https://git.spip.net/spip/spip/commit/a111edc6

    SPIP : exemple d’une bonne pratique pour instituer au niveau de la déclaration d’une table une protection automatique des données envoyées par les utilisateurs

    #SPIP #safehtml #filtrage #déclaration_table #injection_SQL

  • Mais quelle bonne idée cher Président !

    #Kaboul comme #Srebrenica ?

    France, UK to propose safe zone for people leaving #Afghanistan, submit resolution at UN meeting : Emmanuel #Macron

    “Our resolution proposal aims to define a safe zone in Kabul, under UN control, which would allow humanitarian operations to continue,” French President Macron said.

    Ahead of an emergency meeting by the United Nations on Monday, French President Emmanuel Macron said that France and Britain would propose for a safe zone in Kabul to protect people trying to flee Afghanistan.

    “Our resolution proposal aims to define a safe zone in Kabul, under UN control, which would allow humanitarian operations to continue,” news agency Reuters quoted Macron as saying on Sunday. During his visit to Mosul in Iraq later in the day, Macron stressed the resolution would be passed by the two countries and expressed hope that it would be accepted by member nations favourably. “I cannot see who could oppose enabling the safety of humanitarian operations,” he further said.

    UN secretary-general Antonio Guterres is scheduled to meet the permanent representatives for the United Kingdom, the United States, France, China and Russia — the five permanent members of the UN Security Council — to discuss the worsening situation in Afghanistan. Meanwhile, earlier on Saturday, Macron had said that France had held preliminary discussions with the Taliban about the humanitarian situation. The talks also included possible evacuation of more people out of the country.

    “We have begun having discussions, which are very fragile and preliminary, with the Taliban on the issue of humanitarian operations and the ability to protect and repatriate Afghans who are at risk,” Reuters had reported on Saturday citing the French President.

    France ended its evacuation operations in Afghanistan on Friday, two weeks after the Taliban seized the capital city of Kabul. The US troops are scheduled to withdraw completely from the country by August 31, a deadline that has been agreed upon by the Taliban.

    Several other countries have also closed their evacuation operations as the last date nears. The UK pulled out the last of its troops from the war-torn nation early on Sunday despite a number of Afghans, eligible for repatriation, being left behind.

    https://www.hindustantimes.com/world-news/france-uk-to-propose-safe-zone-for-people-leaving-afghanistan-submit
    #Macron #UK #France #safe_zones

    –—

    De zones sures, on en parlait en 2019 pour la #Syrie :

    Le plan de la Turquie est de créer dans le nord de la Syrie une vaste zone sécurisée pour renvoyer les réfugiés.

    https://seenthis.net/messages/805214

    En 2016 Merkel soutenait déjà la même idée de la Turquie :
    Turkey thanks Merkel for support of #safe_zones in Syria
    https://seenthis.net/messages/466387

    Mais on parlait aussi de leur inefficacité... comme l’ont démontré les exemples de l’#Irak et de la #Bosnie :
    Look back and learn : #Safe_zones in Iraq and Bosnia
    https://seenthis.net/messages/471070

    ping @isskein

  • Bescoin
    https://www.cuisine-libre.org/bescoin

    Petit pain moelleux à l’anis et au #Safran de la mi-août en Savoie. Laissez infuser le safran et le curcuma dans le lait tiède une heure à l’avance. Délayez la levure et le miel dans le lait et laisser reposer jusqu’aux bulles. Mélangez la farine, le sel et le sucre. Versez dans un saladier ou dans le bol du robot, ajoutez le lait infusé, l’œuf battu et pétrissez jusqu’à obtenir une pâte lisse et molle qui se décolle des parois du récipient. Incorporer le beurre et l’anis. Pétrir à nouveau 10 minutes.… Safran, #Anis, #Brioches, Farine de blé, #Savoie / #Sans viande, #Four

    #Farine_de blé

  • Corriger le problème de hauteur 100% (100vh) sur mobile - Alsacreations
    https://www.alsacreations.com/astuce/lire/1831-corriger-le-probleme-de-hauteur-100vh-sur-mobile.html

    2 contournements (CSS ou JS) du bogue de Safari sur le calcul du 100vh
    (comme Microsoft avec IE6 il y a quelques années, Apple se sent suffisamment en position de force sur les navigateurs mobiles pour faire n’importe quoi et si possible non compatible avec les standards...)

    #safari #100vh #viewport

    • Le hack de cette solution, c’est le @support pour détecter uniquement Safari (et en théorie, ce genre de chose c’est mal…). Sans cela, dans mon expérience, la valeur -webkit-fill-available est détectée par Chrome (au lieu d’être ignorée), mais qui la met à zéro, ce qui casse totalement la maquette.

      /* Avoid Chrome to see Safari hack */
      @supports (-webkit-touch-callout: none) {
       body {
         /* The hack for Safari */
         min-height: -webkit-fill-available;
       }
      }
  • 33 European cities sign ’alliance of safe harbours’ declaration

    An international network of cities is advocating for the just distribution of refugees and migrants in the European Union. During a founding conference in Italy, they articulated their vision of a welcoming Europe.

    On Friday (June 25), 33 European cities signed a declaration (https://staedte-sicherer-haefen.de/wp-content/uploads/2021/06/IASH-Statement_International-Alliance-of-Safe-Harbours_ENG.p) in the Italian city of Palermo to establish the “International Alliance of Safe Harbours”. All signees are united in their willingness to take in more refugees and migrants.

    “Cities that are willing to take in more people should be allowed to do so voluntarily,” said Mike Schubert, the mayor of #Potsdam in Germany, one of the cities that co-signed the declaration.

    “With the new network, we want to provide speedy relief for the cities along the Mediterranean,” the Social Democrat politician said.

    https://twitter.com/FromSea2City/status/1408696129009639426

    In addition to Potsdam and #Palermo, the capital of the Italian island of Sicily, #Amsterdam, #Munich, #Leipzig, #Würzburg, Athens, Barcelona and the French city of #Villeurbanne — among others — signed the declaration in the Italian port city as part of the “From the Sea to the City” conference.

    “Instead of concentrating the burden through hotspots and camps with many of them in a few cities along the Mediterranean, we rely on a wide distribution among many cities, which distributes the burden for the individual city through the power of a broadly supported alliance,” the declaration reads.

    ’Committed to humanitarian values’

    “As European cities and municipalities that firmly believe in the defence of human rights, we have been offering refugees and migrants a new home for decades. We are unconditionally committed to humanitarian values, universal human rights and the right to asylum, even in difficult times,” the statement reads.

    Among other things, the alliance calls for the right to asylum to be upheld in every European state, for quotas for the voluntary acceptance of refugees in the municipalities and for direct funding by the European Union to the municipalities for taking in migrants.

    In addition, the signees demanded legal immigration channels for a pragmatic immigration policy and a fair distribution of burdens between EU states.

    https://gw.infomigrants.net/media/resize/my_image_big/2fc280b800a3f4c4f5d95c9e1b1f1059e837d406.jpeg

    During said conference, Palermo Mayor Leoluca Orlando stressed that all people in distress at sea needed to be rescued, regardless of whether they are fishermen or migrants. The outspoken politician also suggested a European civil service for young people to help sea rescue efforts to support private aid organizations.
    Difficult legal situation

    The international alliance joins the existing German Safe Harbors coalition, which declared it would take in migrants and refugees rescued from distress at sea or stranded in overcrowded camps on the EU’s external borders.

    The city of Potsdam, located on Berlin’s doorsteps, coordinates the nationwide initiative, which was established in June 2019 and currently consists of more than 100 cities, municipalities and districts.

    In January of 2020, the coalition demanded that Chancellor Angela Merkel’s government allow them to immediately begin resettling refugees rescued on the Mediterranean Sea.

    However, the legal situation for the voluntary reception of migrants beyond the European distribution mechanisms is far from clear-cut. Federal Interior Minister Horst Seehofer has so far rejected any proposals from state governments like Berlin, Bremen and Thuringia.

    Since then, Cities of Safe Harbours has been asking the government to change Section 23, Paragraph 1 of Germany’s Residence Act, which mandates that the distribution of specialty humanitarian residence permits requires the approval of the federal interior ministry.

    https://www.infomigrants.net/en/post/33237/33-european-cities-sign-alliance-of-safe-harbours-declaration
    #Athènes #Barcelone

    #villes-refuge #asile #migrations #réfugiés #solidarité #résistance
    #ports #ports-sûrs #safe_harbours #humanisme

    –-

    ajouté à la métaliste sur les villes-refuge :
    https://seenthis.net/messages/759145

    Et plus particulièrement les #ports-refuge :
    https://seenthis.net/messages/759145#message878653

  • Sky in the Room : Maps from Quarantine

    This article aims to present and discuss the main results of an exercise carried out as part of a university course in Human Geography, which took place online in the period March-May 2020. Following the urge to represent the space perceived in the quarantine due to the lockdown period caused by the Covid-19 pandemic, about fifty students made themselves available to tell, through mental mapping, the transformations of their pre- and post-epidemic experience. After a brief introduction on the theoretical bases and the motivations of this specific assignment, we will analyze the elements highlighted by the students trying to offer a critical and contextual reading of how the subjective and contingent conditions interact with the relationships with the living space. The mental maps produced, therefore, will become the narrative tool to offer a reading of the time and space of modification in this particular and unprecedented situation. This condition has transformed external stimuli into mental contents by placing an emphasis on the relationships between individual and territory, relationships and perceptions of space.


    http://www.j-reading.org/index.php/geography/article/view/273/259
    #lockdown #confinement #cartographie #carto-experiment #quarantaine #coronavirus #covid-19 #cartes_mentales #corps #Moles #coquilles_subjective #Rohmer #espace_vécu #espace_perçu #safe_space #espace #temps #cartographie_subjective #émotions

    ping @reka @visionscarto

  • Trafic maritime : comment éviter les catastrophes - Mer - Le Télégramme
    https://www.letelegramme.fr/bretagne/mer/trafic-maritime-comment-eviter-les-catastrophes-31-05-2021-12759076.php


    Le 23 mars dernier, l’Ever Given se met en travers du Canal de Suez, bloquant une centaine de bateaux sur cet axe commercial hyper fréquenté. Il faudra sept jours pour réorienter le gigantesque porte-conteneurs et trois jours de plus pour désengorger le canal.
    Photo EPA

    Et si l’Ever Given s’était échoué au passage du rail d’Ouessant ou dans le détroit du Pas-de- Calais ? Surveillance, intervention, réglementation : comment les gendarmes de l’autoroute maritime la plus fréquentée au monde anticipent ce risque.

    Le 23 mars, lorsque l’Ever Given s’échoue au beau milieu du canal de Suez, les risques induits par le gigantisme des navires sautent aux yeux du grand public. Arrivant de Chine, ce porte-conteneurs taïwanais de 400 mètres de long, lancé en 2018, était chargé de 20 000 boîtes à destination de Rotterdam (Pays-Bas). Annoncé au port hollandais le 31 mai par le site MarineTraffic, il est encore retenu par les autorités égyptiennes (), qui viennent de revoir à la baisse le montant (550 millions de dollars) des dommages et intérêts réclamés à l’armateur et à ses clients.

    *L’Ever given suivi à la trace dans le rail d’Ouessant
    Les autorités françaises guettent le moment où se dénouera le différend. Elles ont l’intention de suivre à la trace l’Ever Given dès qu’il pointera en vue du rail d’Ouessant (29), la porte d’entrée obligatoire dans la Manche. Aussitôt, il sera pisté par le Cross Corsen, à la pointe du Finistère, puis par le Cross de Jobourg, au Cap de la Hague, et enfin, par celui de Gris-Nez, à l’extrémité du Pas-de-Calais. Leurs opérateurs croiseront les données de l’AIS du navire (son système d’authentification automatique par radio), avec les images de leurs radars, voire les informations émanant des sémaphores côtiers, où l’on scrute aussi la mer à la jumelle.

    75 000 navires par mois en Manche
    Ce réseau de vigies interconnectées surveille en permanence la navigation sur l’autoroute des mers la plus chargée du globe. Un quart du trafic mondial transite en Manche. Ce flux de 75 000 navires par mois doit cohabiter avec la centaine qui assurent quotidiennement les liaisons transManche, avec les pêcheurs aux routes erratiques par nécessité (800 unités répertoriées) et, aux beaux jours, avec les plaisanciers.

    Les conditions sont souvent délicates. Les courants de marées sont les plus importants d’Europe. Les vents dominants d’Ouest/Nord-Ouest, forts un tiers de l’année, poussent les navires vers les côtes françaises, où fleurissent les parcs d’éoliennes marines : cinq sont en cours d’installation et un sixième en projet.

    Préfet maritime de la Manche, le vice-amiral Philippe d’escadre Dutrieux, exerce son autorité du Mont Saint-Michel à la frontière belge : « Avec l’Ever Given, nous serons vigilants, prêts à réagir. Mais nous ne sommes pas particulièrement inquiets. Nous voyons déjà passer des plus gros navires. Le porte-conteneurs CMA-CGM Jacques Saadé, présent au Havre en janvier, emporte 23 000 boîtes ».

    Cela fait dix ans que les « gendarmes » français de cette autoroute liquide réfléchissent aux impacts du gigantisme sur la sécurité, assure le capitaine de frégate Raphaël Fachinetti. Il est le patron du Centre d’expertise des pratiques de lutte anti-pollution (CEPPOL), implanté à Brest, référent de la Marine nationale pour la lutte anti-pollution, l’assistance aux personnes et aux navires en difficulté. L’officier explique : « L’augmentation du tonnage allant de pair avec le renouvellement des flottes, nos interventions sont moins fréquentes. En revanche, les avaries se sont complexifiées. Pour le remorqueur Abeille Bourbon, que l’on pré-positionne dans les parages d’Ouessant, il faudra peut-être quatre à cinq heures, par mer formée, pour installer une remorque sur un très gros navire. Cela laisse en définitive assez peu de marge avant l’échouement ».

    189 avaries au large du Finistère en 2019
    En 2019, dernières statistiques connues, 189 avaries ont été signalées sur les gros navires au large du Finistère, un tiers de moins qu’en 2018. Cela a donné lieu à un remorquage, deux escortes et trois missions à bord des équipes d’évaluation et d’intervention du CEPPOL. Résultat des études menées, la France porte auprès de l’Organisation maritime internationale (OMI) une résolution obligeant tous les gros navires à imiter les supertankers qui disposent d’un mécanisme de prise en remorque simplifié et capable de résister par mauvais temps (8 mètres de creux, 50 nœuds de vent). Sans plus attendre, CMA-CGM, le troisième armateur mondial, a décidé d’équiper ses mastodontes. Les assureurs ont le pouvoir d’amplifier le mouvement, souligne le CEPPOL. Frappés d’obsolescence, deux des quatre remorqueurs Abeille d’assistance et d’intervention affrétés par la Marine Nationale seront enfin remplacés, en 2023, par des unités capables de tracter les géants des mers et recueillir 300 personnes. Pour cette façade maritime, l’Abeille Languedoc, basé à Boulogne, est concerné.

    L’amiral Dutrieux, qui supervise régulièrement des mises en situation pour éprouver le dispositif général de sécurité, explique qu’une « évolution de la réglementation dans le sens de davantage de transparence dans les chargements est nécessaire car si avant d’intervenir, nous connaissions plus vite la nature des cargaisons, notamment celle des conteneurs, nous gagnerions en efficacité ».

    Les pourparlers entre l’Autorité du canal de Suez (SCA) et le propriétaire de l’« Ever Given » au sujet d’une indemnisation n’avancent pas. La semaine dernière, un tribunal égyptien a confirmé l’immobilisation du navire.

    *Capacités d’interventions ? : notre assurance contre des préjudices sans prix
    Basé à Brest, le remorqueur de haute mer Abeille Bourbon avait réalisé, en mars 2013, un exercice de remorquage avec le porte-conteneurs géant Marco Polo, de la compagnie CMA CGM.
    Dans la nuit du 3 au 4 mai, dans les eaux britanniques, à l’entrée de la voie descendante du rail des Casquets, le câble reliant le remorqueur grec Christos XXIV au Varzuga, un pétrolier russe désarmé, se brise. Le vent souffle à 120 km/h, la mer est formée. Aussitôt, le Varzuga dérive vers l’est en direction des côtes françaises. Le Prémar de Cherbourg met alors en demeure le remorqueur de faire cesser le danger, pour 18 h, le 4 mai. Mais l’équipage grec est dépassé. En fin de journée, la météo s’améliorant, la Marine nationale entre en action. Un hélicoptère Caïman dépose une équipe d’intervention à bord afin de récupérer la remorque lancée depuis l’Abeille Liberté. La menace est enfin neutralisée.

    Coopération franco-brittanique
    L’accord de coopération franco-britannique « Mancheplan » organise la coordination des actions de sécurité maritime dans la Manche. Mais seule la France dispose de véritables capacités d’intervention dédiées. La Marine nationale maintient en alerte permanente trois hélicoptères (deux Caïman marine, à Lanvéoc- Poulmic (29) et Maupertuis, et un Dauphin, au Touquet) et trois puissants remorqueurs Abeille (« Bourbon » à Brest, « Liberté » à Cherbourg et « Languedoc » à Boulogne). Ces moyens sont complétés par deux navires anti pollution (à Brest et Cherbourg), capables aussi de tracter des coques de 200 m. Pour le dispositif relevant du Prémar de la Manche, la facture annuelle s’élève à 23 millions d’euros. Un coût à rapporter à celui du préjudice évité grâce ces moyens, souligne l’amiral Dutrieux : « Une étude annuelle conduite dans ma zone de responsabilité montre qu’un euro investi permet en moyenne d’éviter 240 euros de dommages. Concrètement, chaque mois, nous empêchons deux accidents ». Comme en aéronautique, le facteur humain est souvent la cause des incidents à la mer.

    • Gigantisme des navires : le regard des armateurs - Mer - Le Télégramme
      https://www.letelegramme.fr/bretagne/mer/gigantisme-des-navires-le-regard-des-armateurs-31-05-2021-12759160.php

      Le blocage du canal Suez, un grain de sable à l’échelle du trafic maritime. On s’en doute maintenant. L’incident qui a bloqué le canal de Suez du 23 au 31 mars est dû à une combinaison de facteurs. La taille de l’Ever Given n’est pas la seule cause, explique au Télégramme, Antoine Person, le secrétaire général de Louis Dreyfus Armateurs, qui contrôle une flotte de 90 navires. De surcroît, son incidence sur le trafic maritime a été dérisoire à l’échelle du flux planétaire : « En un mois, tout était rentré en ordre. Et si le blocage avait duré, les navires en provenance d’Asie se seraient déroutés au plus tôt vers le cap de Bonne- Espérance, n’allongeant que de sept jours leur route vers l’Europe, l’impact n’aurait pas été durable sur la logistique ».

      La course au gigantisme ne fait pas débat
      « De quoi parle-t-on ? », interroge Antoine Person. « En 2021, les plus gros navires n’atteignent pas la taille des supertankers de la fin des années 1970. Ces géants jaugeaient 550 000 tonnes de port en lourd (Tpl), soit le double d’un Ever Given ». Pour l’expert, tout conduit au gigantisme car il rime avec économies d’échelles. « Grâce à la poussée d’archimède, la taille des navires n’est bridée par aucune limite physique. Or, la tonne supplémentaire transportée sera toujours meilleur marché que la précédente. Les mastodontes sont à la fois les plus économiques et les plus écologiques. Voilà pourquoi augmenter la fiscalité sur les émissions de CO2 des navires inciterait à accroître leur taille ». Seuls des paramètres externes freinent cette évolution. En Europe, en particulier, les ports ne sont pas extensibles à l’infini. Le coût d’assurance lié au naufrage de navires aussi gros peut constituer un frein important.

      La sécurité n’est pas un frein au gigantisme
      Le nombre d’accidents n’a pas varié en dix ans, remarque Antoine Person. Comment l’expliquer ? « Confrontés une équation sécuritaire plus complexe, les acteurs innovent ». La mise en service des géants de la croisière - le dernier né des Chantiers de l’Atlantique, le MSC Virtuosa, transporte 9 000 passagers - est permise par la norme « #Safe_Return_To_Port » (SRTP). Leur évacuation étant devenue inenvisageable, on a préféré miser sur le fait de garantir le retour du navire à quai. Pour ce faire, les sécurités contre les risques d’incendie et de voie d’eau ont été considérablement renforcées. Simultanément, les équipements des nouveaux navires sont à la fois « plus fiables, plus nombreux, plus performants ». Ils réduisent considérablement les risques liés à la navigation, y compris dans les rails étroits et encombrés. Seul le brouillard résisterait encore à la technologie.

      La cybersécurité, le talon d’Achille des géants ?
      La flotte mondiale compte près de 80 000 gros navires. Elle se scinde en deux catégories, explique Antoine Person. Des « deux-chevaux », encore nombreux, qui sont inaccessibles aux cyber-pirates. Mais de plus en plus de « Tesla » bourrées d’électronique, et donc vulnérables. Pour ces navires, il est « du devoir de l’armateur de s’assurer que les équipements sont cyber- protégés ou de limiter les connexions ».

  • Swissinfo | Après le Danemark, la Suisse pourrait-elle renvoyer des réfugiés à Damas ?
    https://asile.ch/2021/05/11/swissinfo-apres-le-danemark-la-suisse-pourrait-elle-renvoyer-des-refugies-a-da

    Les réfugiés syriens sont en sécurité en Europe. Mais plus au Danemark. Copenhague estime possible de les renvoyer dans la région de Damas, une zone qualifiée de sûre par ses services d’immigration. Ce précédent en Europe peut-il influencer les conditions de renvois fixées par la Suisse ? L’article “Après le Danemark, la Suisse pourrait-elle renvoyer des […]

  • Toward a Gender-Sensitive Securitization of the Common European Asylum System

    EU Member States may legally designate a country as a Safe Country of Origin when human rights and democratic standards are generally respected. For nationals of these countries, asylum claims are treated in an accelerated way, the underlying objective of the “safe country” designation being to facilitate the rapid return of unsuccessful claimants to their country of origin. The concept of “safe country” was initially blind to gender-based violence. Yet, in the reform of the Common European Asylum System (CEAS), which began in 2016, the European Commission proposed two changes: first, that a common list of “safe countries” should be applied in all Member States, and second, that this concept should be interpreted in a “gender-sensitive” manner. In consequence, the generalization of a policy that has been documented as largely detrimental to asylum seekers has been accompanied by the development of special guarantees for LGBTI+ asylum seekers. In light of this, there is a need to examine the impact of “safe country” practices on LGBTI+ claimants and to investigate the extent to which the securitization of European borders is compatible with LGBTI+ inclusion. Based on a qualitative document analysis of EU “#safe_country” policies and on interviews with organizations supporting LGBTI+ asylum seekers, this article shows that despite the implementation of gender-sensitive safeguards, LGBTI+ asylum seekers are particularly affected by “safe country” practices. These practices permeate European asylum systems beyond the application of official lists, depriving many LGBTI+ asylum seekers of their right to have their protection claims fairly assessed.

    https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fhumd.2021.635809/full

    #asile #migrations #réfugiés #pays_sûrs #CEAS #LGBT #genre #homosexualité #Common_European_Asylum_System #régime_d'asile_européen_commun (#RAEC)

  • Google promises it won’t just keep tracking you after replacing cookies
    https://www.theverge.com/2021/3/3/22310332/google-privacy-replacing-third-party-cookies-privacy-sandbox?scrolla=5eb6d

    Google says it wants a ‘privacy-first web’ Google is slowly phasing out third-party tracking cookies, and today, it’s making it clear that it won’t just replace them with something equally invasive despite the impact the change will have on Google’s lucrative advertising business. In a blog post, Google explicitly states that it “will not build alternate identifiers to track individuals as they browse across the web” after the third-party cookies are gone. “Instead, our web products will be (...)

    #Alphabet #Apple #Google #Chrome #cookies #Firefox #Safari #bénéfices #microtargeting #profiling #publicité #FLoC (...)

    ##publicité ##Sandbox

  • If You Care About Privacy, It’s Time to Try a New Web Browser
    https://www.nytimes.com/2021/03/31/technology/personaltech/online-privacy-private-browsers.html

    A new crop of internet browsers from Brave, DuckDuckGo and others offer stronger privacy protections than what you might be used to. Most of us use web browsers out of habit. If you surf the web with Microsoft Edge, that may be because you use Windows. If you use Safari, that’s probably because you are an Apple customer. If you are a Chrome user, that could be because you have a Google phone or laptop, or you downloaded the Google browser on your personal device after using it on computers (...)

    #Apple #Google #Brave #Chrome #Edge #Firefox #Safari #Windows #DuckDuckGo #microtargeting #profiling #surveillance (...)

    ##EFF

  • If You Care About Privacy, It’s Time to Try a New Web Browser
    https://www.nytimes.com/2021/03/31/technology/personaltech/online-privacy-private-browsers.html?action=click&algo=identity&block=edito

    A new crop of internet browsers from Brave, DuckDuckGo and others offer stronger privacy protections than what you might be used to. Most of us use web browsers out of habit. If you surf the web with Microsoft Edge, that may be because you use Windows. If you use Safari, that’s probably because you are an Apple customer. If you are a Chrome user, that could be because you have a Google phone or laptop, or you downloaded the Google browser on your personal device after using it on computers (...)

    #Apple #Google #Brave #Chrome #Edge #Firefox #Safari #Windows #DuckDuckGo #microtargeting #profiling #surveillance (...)

    ##EFF

  • #Œufs farcis au #Roquefort
    https://www.cuisine-libre.org/oeufs-farcis-au-roquefort

    Cuire 12 œufs durs. Les écaler et les couper en deux dans la longueur. Retirer délicatement les jaunes et réserver les blancs. Déposer les jaunes dans un saladier. Battre les 2 œufs restants en omelette avant de les mélanger aux jaunes émiettés, avec la crème. Ajouter le thym, le #Safran et le Roquefort émietté. Poivrer. Bien mélanger l’ensemble. Farcir les blancs d’œufs avec ce mélange…

    Œufs, Safran, Roquefort, #Fromages_à pâte_persillée, #Œufs_farcis #CuisineMedievale / #Sans gluten, #Sans lactose