• Il faut « exiger la fin des pratiques de détentions qui constituent une violation des droits des enfants » en Israël
    Etienne Balibar, professeur émérite de philosophie, université de Paris- Ouest ; Pierre Barbancey, journaliste ; Michel Benassayag, psychanaliste et philosophe ; Rony Brauman, médecin et essayiste ; Alain Brossat, professeur de philosophie ; Marie Buisson, FERC CGT ; Cybèle David, animatrice de la fédération SUD éducation ; Alain Gresh, directeur du journal en ligne Orient XXI. info ; Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU ; Nacira Guénif, sociologue, université Paris-8 ; Kaddour Hadadi, artiste (HK) ; Geneviève Jacques, présidente de la Cimade ; Nicole Lapierre, socio-anthropologue ; Jean Etienne de Linarès,délégué général de l’ACAT ; Gilles Manceron, historien ; Malik Salembour, président de la LDH ; Sylvie Tissot, sociologue ; Dominique Vidal, collaborateur du Monde diplomatique, Le Monde, le 23 janvier 2018
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/01/23/il-faut-exiger-la-fin-des-pratiques-de-detentions-qui-constituent-une-violat

    Tribune. Nous sollicitons le soutien du président de la République et son intervention pour l’arrêt de la détention d’enfants palestiniens dans les prisons israéliennes. Nous voulons en particulier attirer son attention sur le cas de Ahed Tamimi poursuivie par le gouvernement israélien : le 15 décembre dernier Mohamed Tamimi 15 ans est atteint à la tête par une balle de métal recouverte de caoutchouc tirée à courte de distance par des soldats de l’armée d’occupation israélienne. Le jeune garçon était dans un état critique et sa cousine Ahed Tamimi, âgée de 16 ans, était visiblement bouleversée par l’annonce de son état et la gravité de ses blessures.

    Ces mêmes soldats ont approché une heure plus tard la maison familiale, et Ahed les a frappés en leur criant de partir. Ce moment filmé par sa mère et diffusé sur les réseaux sociaux montre le courage d’une adolescente affrontant à mains nues deux soldats lourdement armés.

    Le 19 décembre 2017, Ahed Tamimi est enlevée chez elle en pleine nuit par l’armée puis traduite devant un tribunal militaire. Les douze motifs d’inculpation retenus contre elle lui font courir le risque de 12 ans de prison. Les tribunaux militaires israéliens ne traitent que des cas de prisonniers palestiniens avec un taux de condamnation de 99,74 %. Ainsi, l’avenir de Ahed Tamimi paraît sombre sans notre intervention.

    Nous lui demandons d’apporter urgemment son soutien à la libération immédiate de Ahed Tamimi et à la levée de toutes les charges retenues contre elle.

    Le cas de Ahed Tamimi n’est pas isolé. Selon l’association Defense of Children International-Palestine, Israël poursuit chaque année de 500 à 700 enfants devant des tribunaux militaires, certains âgés de 12 ans, et détient en prison une moyenne de 200 enfants en toute période.

    Selon les enquêtes des agences des Nations unies, dont l’Unicef, Human Right Watch, B’tselem, Amnesty International, and Defense for Children International – Palestine, trois enfants arrêtés sur quatre subissent des violences lors de leur arrestation ou des interrogatoires. Ils sont fréquemment arrêtés lors de descentes nocturnes dans leur foyer ; 85 % des enfants palestiniens arrêtés ont les yeux bandés et 95 % sont menottés.

    Ils sont privés d’accès à un avocat, de visite de leurs parents durant les interrogatoires et sont forcés de signer des aveux. Ils sont souvent placés en « détention administrative », pouvant ainsi être détenus plusieurs mois sans inculpation ni procès. Leurs centres de détention souvent situés hors des territoires occupés en Israël, rendent les visites de leurs familles difficiles. L’usage des cellules d’isolement pour les interrogatoires d’enfant est une pratique assimilée à la torture par la loi internationale.

    Le rapport de l’Unicef de 2013 « Enfants en détention militaire israélienne » conclut : « la maltraitance des enfants au contact du système militaire de détention semble être généralisée, systémique et institutionnalisée tout au long du processus, depuis le moment de leur arrestation jusqu’à la poursuite en justice de l’enfant, son éventuelle condamnation et l’application de la peine ».

    Nous demandons au président Emmanuel Macron de prendre contact d’urgence avec les autorités israéliennes pour exiger que cessent enfin des pratiques de détentions qui constituent une violation des droits des enfants, des droits humains et du droit international.

    Nous lui rappelons qu’à ce jour, notre compatriote Salah Hamouri demeure lui aussi dans les geôles israéliennes, victime de la même procédure inique de « détention administrative ».

    La France doit agir pour que Ahed Tamimi et tous les autres enfants palestiniens prisonniers retrouvent leur foyer dans les plus brefs délais. On ne saurait regarder ailleurs alors que des enfants et l’un de nos compatriotes sont détenus illégalement loin de leurs familles.

    #Palestine #Ahed_Tamimi #enfants #prisons #Salah_Hamouri


  • Emmanuel Macron demande à Netanyahou la libération de Salah Hamouri
    Par Nadir Dendoune | le lundi 15 janvier 2018

    http://www.lecourrierdelatlas.com/palestine-emmanuel-macron-demande-a-netanyahou-la-liberation-de-

    Vaut mieux que tard que jamais. Après plusieurs mois d’hésitations, la diplomatie française semble enfin se bouger pour son compatriote Salah Hamouri détenu arbitrairement en Israël depuis le 23 août.

    Dans un courrier adressé à plusieurs responsables associatifs, début janvier, le cabinet de la Présidence a indiqué que « le président de la République a évoqué le sujet avec Benjamin Netanyahou, Premier ministre d’Israël, lors de leur rencontre, le 10 décembre dernier, et a demandé la libération de Monsieur Hamouri ».
    (...)
    Le 31 décembre dernier, l’administration pénitentiaire israélienne avait informé Salah Hamouri de son transfert immédiat de la prison du Néguev (Qeziot) vers celle de Meggido située au sud-est d’Haïfa. Une décision prise en guise de mesure punitive, suite à l’interview donnée par Salah Hamouri à nos confrères de l’Humanité, via l’intermédiaire de ses avocats.

    #Salah_Hamouri


  • Palestine. Paris espère la libération de Salah Hamouri
    Rosa Moussaoui | Jeudi, 26 Octobre, 2017

    https://www.humanite.fr/palestine-paris-espere-la-liberation-de-salah-hamouri-644468

    Le Quai d’Orsay se dit «  préoccupé  » par le sort du Franco-Palestinien et dénonce «  l’utilisation abusive et systématique de la détention administrative  ».

    C’est la première fois, depuis l’arrestation de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, arbitrairement détenu depuis le 23 août en Israël, que la France prend officiellement position dans cette affaire. «  Nous demandons que l’ensemble des droits de Salah Hamouri soient bien respectés et espérons sa libération. Nous demandons aussi que sa famille puisse lui rendre visite  », a déclaré hier la porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès Romatet-Espagne. «  Préoccupé  » par le sort de notre compatriote, le ministère des Affaires étrangères s’étonne de ne disposer d’aucune information sur les charges retenues contre lui. «  La France rappelle que l’utilisation abusive et systématique de la détention administrative porte atteinte au droit à un procès équitable et aux droits de la défense  », a insisté Agnès Romatet-Espagne. Il y a quelques semaines, Amnesty International avait dénoncé la «  détention arbitraire  » de Salah Hamouri, emblématique, selon cette ONG, de «  l’usage abusif de la détention administrative, permettant de détenir des suspects indéfiniment sans charges ni procès  ».

    #Salah_Hamouri


  • Israël : l’Etat français muet sur le cas Hamouri
    29 sept. 2017 Par Les invités de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/290917/israel-letat-francais-muet-sur-le-cas-hamouri

    Plusieurs spécialistes en géopolitique considèrent que le silence du gouvernement français sur l’incarcération de Salah Hamouri, franco-palestinien de 32 ans, arrêté le 23 août dernier à Jérusalem, « n’est qu’un exemple parmi bien d’autres du deux poids deux mesures qui est de mise quand c’est l’Etat d’Israël qui viole les droits de l’Homme et ceux des peuples ».
    Les signataires :

    Monique Cerisier ben Guiga, sénatrice honoraire,

    Dominique Vidal, historien et journaliste,

    Géraud de la Pradelle, professeur émérite des Universités,

    René Backman, journaliste,

    Giovanna Tanzarella, militante associative,

    Pierre Blanc, universitaire,

    Agnès Levallois, consultante,

    Jean-Paul Chagnollaud, professeur émérite des Universités.

    #Salah_Hamouri


  • Le syndicat des avocats de France condamne l’incarcération de Salah Hamouri en Israël
    Le courrier de l\’Atlas | Par Nadir Dendoune | le vendredi 22 septembre 2017

    http://www.lecourrierdelatlas.com/france-le-syndicat-des-avocats-de-france-condamne-l-incarceratio

    Il y a quelques jours, ici même dans nos colonnes (voir notre article), Alexandre Braud, avocat au barreau de Béthune, se plaignait de l’absence de positionnement de son syndicat, le SAF (Syndicat des Avocats de France) à propos du sort de l’avocat franco-palestinien Salah Hamouri, emprisonné arbitrairement en Israël depuis le 23 août 2017.

    « Pour justifier leur silence, les responsables du syndicat m’avaient répondu qu’au moment de son arrestation, Salah Hamouri n’était avocat que depuis trois jours et que le syndicat ne défend que les confrères qui sont arrêtés dans l’exercice de leurs fonctions », se souvient Alexandre Braud. Quelques jours après, le discours du SAF a radicalement changé.

    Ce vendredi 22 septembre, par la main de son président Bernard Couderc, le syndicat des avocats de France a envoyé une lettre à Emmanuel Macron, lui demandant « d’œuvrer pour que la France fasse libérer l’un des siens, avocat injustement soumis à l’arbitraire d’un pouvoir aveugle et sourd ».

    « J’ai l’honneur de vous saisir du cas de monsieur Salah Hamouri, dont vous connaissez sans doute la situation. Je rappelle que Salah Hamouri est un français de 32 ans, marié à une française, il est père de famille. Il est chercheur terrain pour Addameer Prisoner Support and Human Rights Association (Addameer). Il est aussi est avocat », commence le président du SAF dans sa lettre.

    #Salah_Hamouri


  • #Salah_Hamouri, détenu en #Israël, se heurte au silence pesant de la #France
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190917/salah-hamouri-detenu-en-israel-se-heurte-au-silence-pesant-de-la-france

    Lundi 18 septembre, un tribunal de Jérusalem a confirmé le maintien en détention, pour six mois, du Franco-Palestinien, tandis que ses soutiens réclament une demande de libération officielle de la part de la France. Sa compagne redoute que les autorités françaises n’aient « acté qu’il va rester en prison ».

    #Palestine


  • Israël-Palestine. Acharnement d’Israël contre Salah Hamouri | L’Humanité | Pierre Barbancey | Mardi 19 Septembre 2017
    https://www.humanite.fr/israel-palestine-acharnement-disrael-contre-salah-hamouri-642208

    L’avocat franco-palestinien Salah Hamouri est maintenant définitivement placé en détention administrative pour six mois. Ainsi en a décidé un juge israélien, suivant la demande établie par le ministère de la Défense, dirigé par Avigdor Liberman, homme d’extrême droite, opposé à la paix avec les Palestiniens. Salah Hamouri serait un danger pour la sécurité d’Israël. Où sont les éléments du dossier permettant de priver de liberté un homme  ? Nous ne le savons pas. Israël, en contrevenant au droit international, considère qu’il peut, sur la base d’un dossier secret, emprisonner les Palestiniens sans procès, sans qu’un accusé ne puisse se défendre, sans même que ses avocats aient le droit de consulter les pièces à charge. D’ailleurs, celles-ci existent-elles  ? Pourquoi ne pas les produire si la «  justice  » israélienne est sûre de son action  ? (...)

    #Salah_Hamouri


  • #Salah_Hamouri face au silence « pesant » de la #France
    https://www.mediapart.fr/journal/france/190917/salah-hamouri-face-au-silence-pesant-de-la-france

    Ce lundi 18 septembre, un tribunal de Jérusalem a confirmé le maintien en détention, pour six mois, du Franco-Palestinien, tandis que ses soutiens réclament une demande de libération officielle de la part de la France. Sa compagne redoute que les autorités françaises n’aient « acté qu’il va rester en prison ».

    #Israël #Palestine


  • Salah Hamouri en détention : la famille dénonce un acharnement judiciaire
    Modifié le 05-09-2017 à 13:03 | Avec notre correspondante à Jérusalem, Marine Vlahovic
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20170905-territoires-palestiniens-salah-hamouri-prison-justice-israel

    A Jérusalem, la saga judiciaire de Salah Hamouri se poursuit. Soupçonné d’avoir renoué avec des « organisations politiques illégales », le Franco-Palestinien a été arrêté par l’armée israélienne à son domicile de Jérusalem-Est le 23 août dernier. La semaine dernière, le ministère de la Défense israélien avait décidé de le placer six mois en détention administrative la semaine dernière. Mais le tribunal israélien a finalement décidé qu’il purgera trois mois de prison : c’est le reliquat de sa peine avant sa libération dans le cadre de l’échange de prisonniers avec Gilad Shalit en 2011.

    La famille et les avocats de Salah Hamouri dénoncent un acharnement judiciaire contre le jeune homme et demandent aux autorités françaises d’intervenir. Avant sa libération anticipée dans le cadre de l’échange de prisonniers avec Gilad Shalit en décembre 2011, il lui restait trois mois à purger. Pour Sahar Francis, l’avocate du franco-palestinien, il s’agit surtout de le laisser en détention à tout prix : « C’est la première fois qu’un juge décide de "réactiver" un reliquat de peine. Dans tous les cas, Salah reste en détention. Et en fin de compte, c’était leur objectif depuis le début, car depuis son arrestation et son interrogatoire ils n’ont jamais formulé d’accusation claire ou présenter de preuves contre lui »

    Salah Hamouri est soupçonné d’avoir renoué avec une « organisation politique illégale », ce qu’il nie, et son père Hassan Hamouri demande aux autorités françaises de faire pression sur Israël. « Les Français doivent se montrer dur envers Israël, Le président, le ministère des Affaires étrangères et le consulat doivent bouger maintenant. Nous n’avons plus le temps. Sinon cette histoire ne va jamais se terminer ».

    Salah Hamouri risque toujours d’être placé en détention administrative, un régime de détention, sans inculpation ni jugement, condamné par la France et l’Union Européenne. Salah Hamouri a déjà passé sept ans dans les geôles israéliennes, accusé d’avoir projeté l’assassinat du rabbin le plus influent de l’Etat hébreu. Il s’est toujours déclaré innocent.

    #Salah_Hamouri

    • ADDAMEER
      05 September 2017
      http://www.addameer.org/news/salah-hamouris-administrative-detention-order-replaced

      The Jerusalem District Court has reinstated a previously issued sentence from 2005 for Addameer’s field researcher and human rights defender Salah Hamouri’s, who was issued a six months administrative detention order on 29 August 2017. During the order’s confirmation hearing on 5 September 2017, the judge decided to replace the administrative detention order with a three-month sentence. This three-month represents the time that was left for Salah to serve prior to his release as part of the Wafa Al Ahrar exchange deal. Hamouri was to be released on 13 March 2012, but instead, was set free on 18 December 2011 as part of the exchange deal.

      Addameer’s attorney, Mahmoud Hassan, said that this decision will not prevent Hamouri from being placed under administrative detention again even after he serves the rest of his previous sentence. Hassan also noted that the prosecution nor the intelligence were in favor of the decision and will be filing an appeal.

      Addameer believes that this decision comes in response to the international pressure and campaigns calling for the immediate release of Hamouri. As a result, Israel’s reinstatment of the sentence represents an attempt at legitimizing Hamouri’s detainment. Addameer again emphasizes that Salah’s arrest and subsequent detainment represents an egregious attack by the occupation against the work of human rights defenders in Palestine. Take action now and sign this petition directed to French president Emanuel Macron and European officials demanding them to act now.

      ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

      Israeli court reinstates former prison sentence for Palestinian-French NGO worker
      Sept. 5, 2017 9:24 P.M. (Updated : Sept. 5, 2017 9:26 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=778980

      BETHLEHEM (Ma’an) — A Jerusalem court replaced a six-month administrative detention order — imprisonment without charge or trial — issued against Salah Hamouri, a human rights defender and field researcher for Palestinian prisoners’ rights group Addameer, and replaced it on Tuesday with a reinstatement of a past sentence when Hamouri was released during an Israeli-Palestinian prisoners exchange six years ago.


  • l’Humanité.fr propose en accès libre et en exclusivité le documentaire de Nadir Dendoune : « L’affaire Salah Hamouri »
    Vendredi, 1 Septembre, 2017
    https://www.humanite.fr/lhumanite-fr-propose-en-acces-libre-et-en-exclusivite-le-documentaire-de-na

    Le film de Nadir Dendoune, « L’affaire Salah Hamouri » questionne le faible intérêt des médias pour le cas de ce franco-palestinien. Une interrogation d’autant plus légitime qu’à la même époque, le sort du soldat franco-israélien Gilad Shalit, capturé le 25 juin 2006, à la lisière de la bande de Gaza, par des combattants proches du Hamas, avait fait l’objet d’une intense campagne politique et médiatique pour sa libération. Le président Sarkozy appellera même en 2008 à sa libération, alors que dans le même temps, Salah Hamouri croupissait encore en prison sans procès. Sa mère Denise n’aura jamais droit aux mêmes égards de la part des autorités françaises...


  • Elsa Hamouri ce Mercredi 30 Aout 2017 , en direct sur Radio Campus Lille
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/elsa-hamouri-en-direct

    Salah Hamouri, franco-palestinien de Jérusalem, est une nouvelle fois emprisonné sans motif par les autorités d’occupation de la Palestine. « L’heure de l’mettre », dans sa rubrique « 1/4 d’heure en Palestine », s’entretient avec Elsa, son épouse. Et tous ensemble nous disons à notre gouvernement : mais pourquoi vous ne bougez pas pour CE compatriote ?

    . . . . . .
    #Palestine #Elsa_Hamouri #Salah_Hamouri #Femme #Prison #israel #détention_administrative #prisonniers #Audio #Radio #Radio_Libre

    https://seenthis.net/messages/625764
    https://seenthis.net/messages/625450#message625451
    https://seenthis.net/messages/625450#message625469


  • Israel frees Palestinian clown after nearly two-year detention without charge
    Middle East Eye | Jacob Burns | Thursday 31 August 2017
    http://www.middleeasteye.net/news/israel-frees-palestinian-clown-after-nearly-two-year-detention-withou

    Palestinian clowns hold portraits of their colleague Mohammed Abu Sakha during a demonstration in solidarity with him in February 2016 in Gaza (AFP)

    WEST BANK, Palestine - It was a gift just in time for Eid – and a gift of the best kind. After nearly two years in an Israeli prison without charge or trial, Palestinian clown Mohammed Abu Sakha, was released on Wednesday and returned to his family.

    A group of friends from the Palestinian Circus School, where he used to work, met him at a checkpoint in the south of the occupied West Bank and then took him to his home in Jenin.

    Abu Sakha, 26, told Middle East Eye that he had mixed feelings about being released from administrative detention, a controversial measure under which Israel detains suspects without trial for periods of several months.

    “I’m happy to be released … but I know that there are many people in the same position as me still inside, so I’m sad at the same time,” said Abu Sakha.

    “The people inside have a very difficult situation. There are always searches, in the morning, at midnight. There’s no possibility of a personal life inside.”

    Abu Sakha was arrested at an Israeli checkpoint on 14 December 2015, and held since then under a series of administrative orders.

    #Mohamed_Abu_Sakha

    • Israël : un clown palestinien libéré après 20 mois de prison
      Par Le Figaro.fr avec AFP | Mis à jour le 31/08/2017
      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/08/31/97001-20170831FILWWW00141-israel-un-clown-palestinien-libere-apres-20-mois-

      Israël a libéré hier le clown palestinien Mohammed Abou Sakha, détenu sans procès pendant plus de 20 mois, a indiqué ce dernier aujourd’hui à l’AFP. Mohammed Abou Sakha, 26 ans, qui travaillait et enseignait à l’école du cirque pour enfants de Bir Zeit, en Cisjordanie occupée, avait été arrêté en décembre 2015, puis placé en détention administrative.

      Ce régime de détention très critiqué par les défenseurs des droits de l’Homme permet à Israël de détenir des personnes pendant plusieurs mois renouvelables indéfiniment sans leur en notifier les raisons. Les autorités israéliennes n’ont jamais dit clairement quel danger posait selon elles Mohammed Abou Sakha.

    • Israel releases Palestinian circus performer from administrative detention
      Sept. 3, 2017 12:24 P.M. (Updated : Sept. 3, 2017 1:45 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=778947

      BETHLEHEM (Ma’an) — Israeli forces on Wednesday night released Palestinian circus performer Muhammad Abu Sakha to his home in the Jenin district of the northern West Bank, after serving 20 months in administrative detention, according to Israeli and international media.

      Abu Sakha, 24, was working as a circus performer and teacher at the Palestinian Circus School in Birzeit — where he specialized in working with children with learning difficulties — when he was detained on Dec. 14, 2015.

      His case sparked international outcry against Israel’s use of administrative detention, which is almost exclusively used by the Israeli state against Palestinians, and allows for detention without charge or trial.


  • Israel sentences Palestinian-French NGO worker to detention without charge or trial
    Aug. 29, 2017 7:09 P.M. (Updated: Aug. 29, 2017 7:09 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=778910

    BETHLEHEM (Ma’an) — An Israeli court sentenced Salah Hamouri, a human rights defender and field researcher for Palestinian prisoners’ rights group Addameer, to six months of administrative detention — imprisonment without charge or trial — on Tuesday, in what Addameer said was “part of a systematic policy of disempowerment.”

    According to Addameer’s statement, the court’s initial decision had been to place Hamouri under house arrest in al-Reineh, a Palestinian village in Israel, for 20 days. He would then be banned from entering Jerusalem or traveling abroad for three months.

    The decision had also included a bail fee of 10,000 shekels ($2,800). However, when his family went to Israel’s Russian interrogation compound, where Hamouri has been held, to pay the bail they were told by Israeli officials that Hamouri would not be released.

    Hamouri, 32, who holds dual Palestinian-French citizenship, was detained during an overnight raid on Wednesday from his home in the occupied East Jerusalem neighborhood of Kafr Aqab.

    An Israeli police spokesperson told Ma’an at the time that he was “not familiar” with the case.

    #Salah_Hamouri

    • Salah Hamouri condamné à 6 mois de détention administrative
      Par Addameer
      Source : Addameer | Traduction : MR pour ISM
      http://www.addameer.org/news/administrative-detention-order-issued-against-addameers-field-researcher-s
      http://www.ism-france.org/temoignages/Salah-Hamouri-condamne-a-6-mois-de-detention-administrative-article-2039

      29 août 2017 - Le chercheur de terrain d’Addameer et défenseur des droits de l’Homme Salah Hamouri a reçu une ordonnance de détention administrative de six mois qui devrait se terminer le 22 février 2018. Le tribunal de district de Jérusalem a d’abord ordonné sa libération conditionnelle, pourtant, moins d’une demi-heure après, l’ordonnance lui était remise.

      Selon la décision de la cour, Hamouri devait être placé en résidence surveillée à Al-Reineh (un village au nord des territoires occupés en 1948) pendant 20 jours. Il devait également être interdit d’entrer à Jérusalem et de voyager à l’extérieur du pays pendant 3 mois, jusqu’au 28 novembre 2017. De plus, Hamouri avait à payer une caution de 10.000 NIS (2.300€) et garanties de tiers mais quand sa famille est allée à Al-Moskobyeh pour payer la caution, on l’a informée qu’il ne serait pas libéré.

      Salah Hamouri, 32 ans, est un citoyen palestino-français et ex prisonnier palestinien dans les geôles israéliennes. Il a été libéré dans l’accord d’échange Wafa al-Ahrar, en 2011, après avoir passé sept ans dans les prisons de l’occupation israélienne. De plus, il est interdit d’entrée en Cisjordanie par un ordre militaire israélien depuis septembre 2016, et sa femme Elsa Lefort est actuellement interdite d’entrée en Palestine.

      Son arrestation et la décision à son encontre viennent grossir la longue liste des tentatives de la puissance occupante pour étouffer la poursuite légitime palestinienne des droits fondamentaux de l’homme et de la dignité. Pour ceux qui osent dénoncer ce régime colonial oppressif, les détentions arbitraires les attendent.

      Ce cas n’est pas simplement l’arrestation d’un individu. Cela fait partie d’une politique systématique pour réduire les Palestiniens à l’impuissance. Le but est de s’assurer que tout travail de soutien à la quête palestinienne pour l’autodétermination soit sévèrement puni. Le raisonnement est que si suffisamment de gens sont punis, et que le poids est trop lourd à porter, les autres seront sidérés et accepteront le statu quo. Ils se résigneront au fait qu’ils font partie d’une structure étatique qui les traite comme des sujets qu’on peut emprisonner et dépouiller de leurs droits à volonté.

      Pour les défenseurs des droits de l’homme, il y a deux choix. Abandonner sa cause, ou accepter une vie de punition constante. Ce n’est pas un choix facile à faire. Salah aurait pu aisément partir, vivre en France et avoir une vie tranquille avec son épouse et son enfant. Pourtant, il demeure un exemple pour nous tous. Il reste sur son lieu de naissance et lutte pour ceux que l’occupation cherche à réduire d’être humains à sujets. L’occupation lui fait payer cher son affirmation que lui et le peuple qu’il sert sont des êtres humains.

      L’association de soutien et de défense des droits des prisonniers Addameer réitère son appel à la libération immédiate d’Hamouri, car sa détention constitue une attaque contre les défenseurs des droits humains palestiniens.

      Addameer considère que la détention administrative est une forme de détention arbitraire qui constitue une torture psychologique. Incarcéré pour une durée indéterminée sans inculpation ni procès, le détenu peut développer des troubles psychologique, une dépression à long terme et une anxiété chronique associée à des éléments imprévisibles.

      Cette pratique de la détention arbitraire constitue une grave violation des lois internationales et des normes relatives aux droits de l’homme, en particulier les articles 78 et 72 de la Quatrième Convention de Genève qui stipulent qu’un individu accusé a le droit de se défendre. Elle viole également l’article 66 de la quatrième Convention de Genève et les normes fondamentales d’un procès équitable.

      Des organisations, des militants et des parlementaires de toute la France se mobilisent pour exiger à nouveau la libération de Hamouri et pour faire pression sur le gouvernement français pour qu’il prenne des mesures dans cette affaire.

      Signez cette pétition adressée au président français Emmanuel Macron et aux responsables européens qui exige qu’ils agissent maintenant.

    • Salah Hamouri placé en détention administrative pour six mois
      Mardi, 29 Août, 2017 | Humanite.fr
      https://www.humanite.fr/salah-hamouri-place-en-detention-administrative-pour-six-mois-641082

      Sur la seule base d’un « dossier secret », l’administration militaire d’occupation israélienne a décidé de laisser en prison le jeune Franco-Palestinien, arrêté la semaine dernière.
      Salah Hamouri, Franco-Palestinien de 32 ans, arrêté la semaine dernière par la police israélienne à son domicile, a été placé, hier, en détention administrative pour 6 mois, donc jusqu’au 22 février 2018. Mardi, il avait été présenté devant un juge de la Cour de Jérusalem qui avait décidé tout d’abord de le placer en résidence surveillée à Al-Reineh pour 20 jours, sans qu’aucune des charges n’aient été révélées, contenues dans un « dossier secret ». Le magistrat lui interdisait également l’entrée à Jérusalem (dont la partie orientale est illégalement occupée et annexée par Israël depuis 1967) ainsi que toute sortie du pays (rappelons que les Palestiniens qui veulent sortir des Territoires doivent obligatoirement passer par Israël !) pendant 3 mois, jusqu’au 28 novembre 2017. En plus de cette décision, Salah Hamouri devait s’acquitter d’une caution de 10000 shekels (environ 2300 euros). Sa famille s’est alors rendue à Al-Moskobyeh, le centre d’interrogatoire pour payer la caution. C’est alors que la décision militaire (les territoires occupés sont toujours placés sous la coupe d’un gouverneur nommé par le ministère de la Défense) est tombée : six mois de détention administrative. Une nouvelle audience est prévue jeudi pour savoir si le juge entérine cette décision. Ce qui se produit presque toujours, le mot « justice » se couplant difficilement avec celui d’« occupation ».


  • Detention period of Addameer’s field researcher Salah Hamouri extended | Addameer
    http://www.addameer.org/news/detention-period-addameers-field-researcher-salah-hamouri-extended

    27 August 2017

    Addameer’s field researcher and human rights defender Salah Hamouri, had his detention period extended by an Israeli judge at the Magistrate Court in Jerusalem for an additional three days for further interrogation. Addameer’s attorney, Mahmoud Hassan, has submitted an appeal against the judge’s decision to extend Hamouri’s detention period. Hamouri, who was arrested by occupation forces in a pre-dawn raid on 23 August 2017, has been under interrogation for five days.

    #Salah_Hamouri

    • Israël. Salah Hamouri placé en isolement jusqu’à mardi
      Pierre Barbancey
      Lundi, 28 Août, 2017 | L’Humanité
      https://www.humanite.fr/israel-salah-hamouri-place-en-isolement-jusqua-mardi-641015

      La détention du Franco-Palestinien a été prolongée. Son avocat a précisé à l’Humanité que les charges n’ont pas été communiquées.

      Arrêté mercredi à son domicile de Jérusalem-Est, Salah Hamouri devait sortir dimanche. Mais les autorités israéliennes en ont décidé autrement. Présenté devant un juge, hier, le Franco-Palestinien a vu sa détention prolongée jusqu’à mardi, et ce malgré l’appel interjeté immédiatement par son défenseur, Mahmoud Hassan.

      Tout est désormais à craindre

      C’est bien l’arbitraire le plus total. «  On ne sait pas trop ce qu’ils font, explique l’avocat. C’est un dossier secret qui a été remis au juge et on ne sait pas quelles sont les charges.  » Salah Hamouri a été interrogé pendant une vingtaine de minutes immédiatement après son arrestation et c’est tout. Il est, depuis, à l’isolement dans une cellule, à Jérusalem. «  Il ne peut voir personne. Il est complètement coupé du monde extérieur, à part quand il est présenté devant le juge et que nous pouvons le voir  », souligne Mahmoud Hassan. La police israélienne serait particulièrement intéressée par le téléphone de Salah Hamouri et par des dossiers saisis chez lui. Il serait soupçonné d’appartenir à une organisation ennemie ou illégale.Au vu des pratiques israéliennes, tout est désormais à craindre. Certes, le consulat général de France à Jérusalem suivrait le dossier et tenterait d’apporter une aide consulaire à Salah Hamouri, mais ses démarches ne semblent pas avoir abouti pour l’heure. On sait également que la pratique du «  dossier secret  », si chère à la «  justice  » israélienne, est un prétexte pour masquer le manque de preuves, mais ouvre la voie à la détention administrative. Une pratique héritée du mandat britannique et perpétuée par Israël. Elle permet de détenir un Palestinien pendant six mois renouvelables sans que les éléments du dossier constitué ne soient révélés. Plusieurs députés palestiniens, dont Khalida Jarrar, se trouvent dans ce cas, parmi les 450 détenus administratifs.


  • Salah Hamouri arrêté sans « aucun motif » par l’armée israélienne | Laurence Mauriaucourt | Mercredi, 23 Août, 2017
    https://www.humanite.fr/salah-hamouri-arrete-sans-aucun-motif-par-larmee-israelienne-640857

    Le jeune franco-palestinien a été arrêté dans la nuit par l’armée israélienne. Sa compagne et le député Alain Bruneel enjoignent au Président de la République d’intervenir très rapidement.

    L’information a été diffusée ce mercredi 23 août sur Facebook par sa compagne, Elsa : « Salah Hamouri a été arrêté cette nuit à notre domicile de Jérusalem-Est par l’armée d’occupation venue en grand nombre le cueillir dans son sommeil. Comme souvent, les autorités militaires ne donnent aucun motif à cette arrestation et nous n’avons que peu d’informations au sujet de sa détention, il n’a pu contacter personne. Nous demandons à la France d’agir avec conviction pour protéger et obtenir la libération de notre concitoyen qui subit une fois de plus l’arbitraire israélien ». Les internautes, souvent soutiens de longue date du militant, s’emploient à partager cette information inquiétante.

    “““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Palestine.Salah Hamouri de nouveau arrêté par l’armée israélienne
    http://www.lecourrierdelatlas.com/palestine-salah-hamouri-de-nouveau-arrete-par-l-armee-israelienn
    #Salah_Hamouri

    • Salah Hamouri maintenu en détention jusqu’à dimanche
      Mercredi, 23 Août, 2017 | Humanite.fr
      http://www.humanite.fr/salah-hamouri-maintenu-en-detention-jusqua-dimanche-640911

      Il a été présenté mercredi après-midi devant un juge qui a décidé de le maintenir en détention pendant cinq jours, c’est à dire jusqu’à dimanche, officiellement le temps de l’enquête. Une enquête qui concernerait son appartenance à une « organisation ennemie », selon certains médias arabes qui citent également l’un des avocats de Salah. Celui-ci évoque une volonté des autorités israéliennes de voir Salah Hamouri quitter définitivement la Palestine.

    • Addameer’s field researcher Salah Hammouri seized by Israeli occupation forces
      23 August 2017
      http://addameer.org/news/addameers-field-researcher-salah-hammouri-seized-israeli-occupation-forces

      Addameer’s field researcher Salah Hammouri was arrested by Israeli occupation forces in a pre-dawn raid on 23 August 2017. Hammouri was arrested from his home in the neighborhood of Kufr Aqab. Later, Hammouri was taken to Al-Moskobyeh (Russian Compound) interrogation center, where his detention has been extended until Sunday, 27 August 2017, for further interrogation.

      ““““““““““““““““““““““““
      Demand the immediate release of human rights defender Salah Hamouri
      Ad Dameer Palestinian Territories
      https://www.change.org/p/emmanuel-macron-demand-the-immediate-release-of-human-rights-defender-salah-

    • Les Français peuvent manifester auprès des autorités qu’Hamouri est notre compatriote :

      Dès l’annonce de son arrestation, des milliers de personnes ont réagi sur les réseaux sociaux. L’Association France-Palestine solidarité (AFPS), a publié le communiqué suivant : « L’arrestation de notre concitoyen - dont le seul crime est de résister à l’occupation et à la colonisation - est inadmissible et insupportable. Notre mobilisation doit être immédiate et massive. Les autorités françaises ne doivent pas laisser passer une telle infamie ». L’AFPS appelle à laisser des messages sur le site du consulat général de France à Jérusalem en suivant ce lien : https://jerusalem.consulfrance.org/Contactez-nous-par-mail et au Ministère français des Affaires étrangères à l’adresse suivante

      http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire, en remplissant le formulaire avec comme objet « Français de l’étranger », ainsi qu’à la présidence de la République : http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique

      Pierre Barbancey

      https://www.humanite.fr/arrestation-arbitraire-de-salah-hamouri-jerusalem-est-640858

    • Israeli forces detain Addameer field researcher during overnight raid
      Aug. 24, 2017 11:31 A.M. (Updated: Aug. 24, 2017 5:36 P.M.)
      http://www.maannews.com/Content.aspx?id=778830

      (...) An Israeli police spokesperson told Ma’an that he was “not familiar” with the case.

      According to Addameer, Hammouri was a former prisoner of Israel for seven years, and was released as part of the Wafa al-Ahrar prisoners exchange deal in 2011.

      Addameer added that the East Jerusalem resident was banned from entering the occupied West Bank until Sept. 2016, and that his wife is currently banned by Israeli authorities from entering Palestine or Israel.

      The group said it considers the detention “an attack against Palestinian civil society organizations and human rights defenders.”

      "It also constitutes one arrest in the context of continuous arrest campaigns against Palestinians,” Addameer said, before demanding Hammouri’s release and the release of all Palestinian political prisoners.

      Hassan Safadi, a Palestinian activist and media coordinator for Addameer, has also been held in administrative detention — Israel’s controversial policy of imprisonment without charge or trial — for more than a year.

      Safadi has been held by Israel since May 1, 2016 after being detained at the Allenby Bridge between the occupied West Bank and Jordan, when he was interrogated by the Israeli army for 40 days.

      Israeli authorities later sentenced the 25-year-old Palestinian to six months of administrative detention in June 2016, and has since renewed the administrative detention order twice — once in Dec. and a second time in June this year.

      Israel’s widely condemned policy of administrative detention allows internment without charge or trial in maximum six-month long renewable intervals based on undisclosed evidence that even a detainee’s lawyer is barred from viewing.

      According to prisoners’ rights group Addameer, 6,128 Palestinians were detained by Israel as of July, 450 of whom were held in administrative detention. The group has estimated that some 40 percent of Palestinian men will be detained by Israel at some point in their lives.


  • L’affaire Salah Hamouri, une occultation française
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/l-affaire-salah-hamouri-une-occultation-fran-aise-1859193407

    « Connaissez-vous #Salah_Hamouri ? ». C’est par cette simple question que le comédien français #François_Cluzet avait pu, un jour de novembre 2009, à l’heure du repas dominical, interpeller à la fois les #médias et les #politiques français.

    Devant un blond #journaliste vedette médusé et un Jean-François Copé, alors porte-parole du gouvernement, passablement gêné, le comédien avait rappelé que « depuis quatre ans, un Français de mère [était] en prison en #Israël […] pour délit d’opinion simplement parce qu’il a dit qu’il était contre la #colonisation. Personne n’en parle, vous ne savez même pas qui c’est, Monsieur Copé non plus ». C’est par cette interpellation que débute le documentaire « L’affaire Salah Hamouri » réalisé par Nadir Dendoune.



  • Soutien au documentaire sur Salah Hamouri ’l’affaire Hamouri’
    Le 26 septembre 2014
    http://www.kisskissbankbank.com/l-affaire-salah-hamouri

    Présentation détaillée du projet

    Je m’appelle Nadir Dendoune et je suis journaliste. J’ai rencontré Salah Hamouri, début 2012, peu de temps après sa sortie de prison. Il venait de purger une peine de 7 ans en Israël. Il avait été inculpé en 2005. Citoyen français, mais résidant à Jérusalem, il avait été jugé par un tribunal militaire. L’armée israélienne lui reprochait d’avoir eu l’intention de tuer un rabbin ultra-orthodoxe et d’appartenir au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). Son histoire avait été très peu médiatisé en France.

    Alors j’ai essayé de comprendre pourquoi l’affaire Hamouri avait suscité peu d’intérêt de la part de mes confrères. Avec ma caméra, je suis parti interroger toutes celles et tous ceux qui avaient été concernés de près, comme de loin par cette affaire. Certains ont refusé de me parler, beaucoup ont accepté. Grâce à eux tous, aujourd’hui, j’y vois beaucoup plus clair.

    À quoi servira la collecte ?

    Vos contributions nous permettront de finaliser le projet, commencé il y a plus d’un an. Les fonds serviront à financer le tournage et la post-production.

    Matériel : 2000 euros
    Transport et Hébergement : 2000 euros
    Montage : 3000 euros
    Mixage : 500 euros
    Étalonnage : 500 euros
    Achat d’archives INA : 2000 euros

    #Palestine #Salah_Hamouri #Nadir_Dendoune #documentaire


  • #Salah_Hamouri « L’an prochain, 
la Fête en #Palestine libre ! »

    200 enfants sont toujours détenus, #Israël refuse toute commission d’enquête dans les prisons, les plus jeunes comme les adultes ne peuvent obtenir de livres pour étudier et les 400 prisonniers malades ne reçoivent aucun soin. Pire, Israël teste des médicaments sur eux. 125 personnes détenues depuis plus de vingt-cinq ans auraient légalement dû être relâchées. Les femmes accouchent menottées. Il existe un vrai projet qui vise à détruire leur humanité pour qu’une fois dehors, ils soient une charge pour la société et la famille.

    http://www.humanite.fr/sports/504107