• Géographies en mouvement - #Sangliers : la lutte des places - Libération.fr
    http://geographiesenmouvement.blogs.liberation.fr/2019/09/20/sangliers-la-lutte-des-places

    A force de lacérer leur espace vital par des voies ferrées et des autoroutes, les animaux en perdent le code de leur espace vital. Pour vaquer à leurs affaires en 2018, les ongulés ont retardé 8620 #trains par 1432 collisions dont les dégâts matériels aux motrices de #TGV peuvent coûter jusqu’à 100 000 euros. Sans compter l’hébergement et l’indemnisation des retards pour les passagers.

  • La France crée une « zone blanche » sans sangliers pour éviter l’arrivée de la peste porcine
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/15/la-france-cree-une-zone-blanche-pour-eviter-l-arrivee-de-la-peste-porcine_54

    Après la détection de deux nouveaux cas de peste porcine africaine en Belgique, la France renforce son dispositif de protection à la frontière pour éviter son arrivée dans l’Hexagone. Si la maladie se déclare en France, les producteurs français ne pourront plus exporter de porcs, ce qui risque d’être fatal à bon nombre des quatorze mille élevages porcins français, déjà fragilisés.

    Le ministère de l’agriculture français a ainsi annoncé, lundi 14 janvier, la création d’une « zone blanche » vide de sangliers à la frontière franco-belge pour empêcher toute introduction de la maladie sur le territoire national. Il a également annoncé la création d’une cellule de crise, présidée par Loïc Gouello, inspecteur général de la santé publique vétérinaire, qui se réunira dès cette semaine avec les acteurs nationaux.

    « Une “zone blanche”, à très haut risque, est mise en place dans un rayon de quelques kilomètres autour des cas belges, au sein de laquelle tous les sangliers devront être abattus dans les prochaines semaines », fait ainsi savoir le ministère dans un communiqué.

    Et voilà ! #élevage #nos_amies_les_bêtes #abattage

  • Le Touquet Pourquoi douze sangliers ont été tués lors d’une battue au golf 28 Novembre 2018
    http://www.lavoixdunord.fr/497259/article/2018-11-28/pourquoi-douze-sangliers-ont-ete-tues-lors-d-une-battue-au-golf

    La battue aux sangliers organisée ce mercredi par le golf du Touquet pour éradiquer des animaux responsables d’importants dégâts sur son parcours a été un succès. Douze bêtes ont été abattues. La chasse a réuni trente fusils, dix traqueurs et vingt chiens.

    Un beau tableau de chasse
    Douze sangliers, dont plusieurs mères, alignés au sol et éclairés par la lumière d’un projecteur. Derrière, posant pour la photo, des tireurs habitués à chasser le gros gibier et des traqueurs avertis mais exténués. Tous se disaient ravis d’avoir participé à la battue privée organisée par le golf, sur son territoire, pour réguler la population de sangliers qui lui donne du fil à retordre depuis des mois (lire par ailleurs). C’est l’ex-lieutenant de louveterie, Jean-Luc Scaillierez, qui a coordonné la chasse avec Emmanuel Grare, une fine gâchette, qui à lui seul en a tiré quatre sur douze ce mercredi.

    Le secteur concerné
    La battue a couvert une zone d’environ 100 ha, située sur le secteur du golf de la mer. Ce dernier a été fermé pour la journée. Les allées traversières étaient interdites à la circulation des piétons et des cavaliers, y compris l’ancienne piste de l’Enduro qui traverse le cordon dunaire derrière Mayvillage. Pour prévenir la population, des panneaux mentionnant qu’une chasse était en cours avaient été installés à l’entrée des sentiers forestiers, comme à l’entrée de Stella.

    L’organisation
    Une dizaine de traqueurs avec des gilets fluo bien visibles, coordonnés par Jean-Marie Delianne, étaient chargés de rabattre le gros gibier vers les tireurs postés environ tous les 200 mètres à différents endroits. La progression des rabatteurs a été rendue très difficile en raison de l’épaisse végétation d’épineux et d’argousiers qui couvre les dunes et les déclivités successives du terrain. « Parfois, on ne savait plus on était, on entendait les chiens, pour se situer on se fiait aux sonneries des trompes de chasse », indique Jean-Marc, un traqueur.

    On ne plaisante pas avec la sécurité
    Lors de son briefing ce mercredi matin, Jean-Luc Scaillierez s’est montré ferme en ce qui concerne les consignes de sécurité. « Si vous avez été invités, c’est parce que vous êtes de bons tireurs et que vous avez l’habitude de chasser le gros gibier. Je vous rappelle de bien respecter les règles habituelles : angle de tir de 30º, on tire un gibier parfaitement identifié et on ne tire pas en direction des routes et des habitations. »

    Pourquoi les sangliers sont si nombreux ?
    « Le sanglier aime vivre l’été dans les marais et les zones humides de Merlimont, Saint-Josse ou Villiers, explique Jean-Luc Scaillierez, ex-lieutenant de Louveterie. À l’ouverture de la chasse, il s’enfuit et vient se réfugier dans les dunes boisées et les espaces forestiers du golf du Touquet. Cette année, il s’est beaucoup reproduit. Une laie peut faire deux portées de 5 à 10 petits par an. Tout cela explique qu’il y en ait autant. » Et qu’ils fassent autant de dégâts sur les parcelles privées et au golf en fouillant la terre avec leur groin pour se nourrir.

    Une clôture autour du golf
    Depuis la fin de l’été, le golf de la mer subit les assauts répétés des sangliers. « C’est Verdun, lâche Charle Debruyne, directeur. Ils ont retourné des centaines de mètre carré sur les fairways, les espaces situés entre le départ et le green. Nos équipes passent énormément de temps à tenter de tout remettre en état. Mais comme ça se répète, on n’y arrive plus. Nos clients se plaignent de l’état du parcours. Pour réguler la population, on a décidé d’organiser cette battue privée. Je suis très satisfait du résultat. » Pour se protéger des sangliers, le golf réfléchit à l’installation d’une clôture électrique sur le pourtour du golf de la mer soit huit kilomètres. Le golf de la forêt est déjà équipé et les résultats sont probants.

    #caste #Le_Touquet #golf #chasse et #nature #clôture_électrique #sangliers #haut_de_france

  • Finland considers building border wall to block wild boars from Russia

    Finland is considering the construction of a wall on the Finnish-Russian border to prevent wild boars that can bring the African swine fever to Finland, media reports said on Monday.

    Sirpa Thessler, a senior official at the Finnish Natural Resources Agency, told public broadcaster Yle that the agency would figure out how long the wall could be and consider also the ecological impact of such a wall and the repercussions on other animals.

    The investigation has been ordered by the Ministry for Agriculture and Forestry of Finland and should be completed by the end of the year.

    The highly contagious disease has reached some Russian areas that border on Finland. It is no danger to people though.

    Finland has stepped up prevention measures to keep the swine pest out of Finland. Hunting of wild boars has been encouraged and pork production farms have been required to install additional fences if pigs are kept outdoors during summer.

    The swine pest can also be transferred via food carried by travelers. Finland has campaigned in ports with posters against meat products brought in by tourists. There are no formal customs controls for passengers entering Finland, except directly from Russia.

    “Even one sausage brought from the infected area can be fatal,” Katri Levonen, a senior official at the Ministry of Agriculture told the newspaper Maaseudun Tulevaisuus.

    She explained the infection spreads with long leaps via food, while the spreading based on direct contact with animals progresses slowly.

    Finnish officials and the pork industries were alarmed about the news that the swine fever had reached Belgium last week.

    The most western reported infection before Belgium had been the Czech Republic. Levonen said the leap from the Czech Republic to Belgium must have been with food. The infection of the Czech Republic had resulted as wild boars had been able to open a waste container, she said.

    Jukka Rantala, the production animal ombudsman of the Organization of Finnish Agricultural Producers, told Maaseudun tulevaisuus that detection of African swine fever can cause the pork exports to a standstill.

    “Much pork would remain a burden for the European market. Problems are to be expected on the European pork market,” Rantala said.

    http://www.xinhuanet.com/english/2018-09/18/c_137474704.htm
    #Finlande #murs #barrières_frontalières #Russie #frontières #sangliers #faune #infections #santé #peste_porcine

    Et pour une fois il ne s’agirait pas, en tout cas c’est ce qu’ils reportent, de bloquer les humains, mais des animaux, des sangliers en particulier...

  • Ardennes : Peste porcine africaine : la filière française s’inquiète

    Le ministère français de l’Agriculture a reçu les différents acteurs de la filière porcine pour faire le point sur la situation, ce vendredi après-midi. Alors que deux cas de peste porcine africaine ont été détectés en Province de Luxembourg ce jeudi, les autorités françaises prennent des mesures pour contrer une menace économique importante dans l’Hexagone.


    Au lendemain de la détection de deux cas de Peste porcine africaine en Belgique, les acteurs français de la filière porcine ont été reçus par la Direction générale de l’Alimentation, qui dépend du ministère de l’Agriculture. Éleveurs, abatteurs, vétérinaires et chasseurs ont participé à cette réunion. L’objectif principal était qu’ils présentent leur stratégie pour contrer l’entrée de la maladie des suidés sur le territoire français.

    Mesures de prévention
    Si les éleveurs porcins sont très engagés dans la prévention, c’est notamment parce que la menace de peste les inquiète depuis plusieurs mois, sachant que la maladie existe depuis quatre ou cinq ans dans les pays de l’Est de l’Europe. C’est donc bien préparés que les acteurs de la filière ont interpellé les autorités. Des mesures ont ainsi été prises, notamment auprès des chasseurs de France. Il leur est d’abord demandé de restreindre la chasse dans les communes qui longent la frontière belge, de manière à éviter au maximum les déplacements d’animaux. Mais aussi d’organiser des actions de surveillance de l’état sanitaire des sangliers. Du côté des élevages, les autorités rappellent les règles de biosécurité, demandent d’isoler les bâtiments contre les animaux sauvages, et de porter « une attention particulière au développement frontalier avec la Belgique. »

    Tout un secteur en danger
    C’est la Bretagne qui est particulièrement concernée par le risque économique que représente la maladie, puisque 60% de la production porcine de France viennent de cette région du pays. Si le virus devait passer la frontière, c’est toute une filière pérenne qui serait en danger. Concrètement, si un cas est détecté dans un élevage de l’Hexagone, il sera directement question d’un abattage total. Mais également d’une désinfection complète des lieux, de l’instauration d’un périmètre de sécurité, d’une maîtrise du mouvement des animaux et d’un contrôle de tout ce qui entrera et sortira de l’exploitation victime. Bref, une éradication immédiate qui représenterait une perte colossale pour tout éleveur concerné.

    #agriculture #élevage #productivisme #mondialisation #porcs #cochons #sangliers #ue #union_européenne #Bretagne #transports #camions #sanglier

    • La peste porcine s’étend rapidement dans l’est de l’Europe, plus particulièrement en #Estonie, en #Lettonie, en #Lituanie, en #Pologne, en #Tchéquie, en #Hongrie, en #Roumanie et en #Bulgarie. Sur les huit premiers mois de l’année, quelque 4800 cas ont été recensés dans l’Union européenne, 3800 sur des sangliers et 1000 foyers dans de petits élevages porcins ou des structures plus professionnelles. Le nombre de cas dépasse déjà celui de l’ensemble de l’année 2017 lorsque 4100 foyers avaient été comptabilisés. La situation en Bulgarie est particulièrement préoccupante alors que l’épidémie a aussi vu le jour en #Chine.

      https://www.rtbf.be/info/societe/detail_le-boerenbond-appelle-a-la-vigilance-face-a-la-peste-porcine-africaine?i


      Peste porcine africaine : l’inquiétude des chasseurs
      https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_peste-porcine-africaine-l-inquietude-des-chasseurs?id=10019284

      Jeudi soir, l’Afsca annonçait la découverte dans le sud du pays de plusieurs cas de peste porcine africaine. La maladie a été détectée sur des sangliers localisés sur la commune d’Etalle. Aujourd’hui, les chasseurs s’inquiètent. Dans 3 semaines, la saison de la chasse en battue démarre et ils se demandent franchement s’ils pourront chasser.
      . . . . . .
      Des sangliers contaminés exportés par des chasseurs ?

      D’après les premiers éléments de l’Afsca, l’épidémie serait arrivée chez nous (en Belgique) par le biais d’un morceau de porc venant d’un pays touché par cette peste porcine, un pays de l’est probablement. Si l’hypothèse du déchet alimentaire est privilégiée, une autre piste est avancée. Certains pensent que des sangliers infectés pourraient avoir été importés de ces pays.

    • Des sangliers d’élevage français régulièrement abattus lors de chasses belges, affirme un chasseur Christine Borowiak - 20 Septembre 2018 - RTBF
      https://www.rtbf.be/info/regions/detail_des-sangliers-d-elevage-francais-regulierement-abattus-lors-de-chasses-b


      Ce témoignage interpellant : celui d’un chasseur belge, d’un grand chasseur, habitué autant à chasser en Afrique ou dans les pays de l’Est, que dans nos contrées. Il a choisi de nous expliquer, sous le couvert de l’anonymat par crainte de représailles, le pourquoi de la pratique d’importation de sangliers d’élevage venant de pays étrangers, alors que la peste porcine africaine est présente parmi les sangliers wallons, et que l’importation de sangliers venant de pays de l’Est est une des hypothèses de l’arrivée de la maladie.

      Les sangliers d’élevage, ce chasseur les connaît bien : « J’en ai déjà tiré plusieurs, dans les Ardennes et du côté de Chimay. Souvent, ils ont une médaille à l’oreille. Ils sont numérotés, et la médaille a une couleur différente selon le pays. Ceux que j’ai tués venaient de France. Parfois aussi, je tombe sur des sangliers non identifiables, mais on voit tout de suite de quoi il s’agit, on n’est pas fou : un sanglier qui a le poil luisant comme celui d’un chien, on ne va pas me dire qu’il s’est roulé dans les boues hein ! » Il évoque aussi ce camion, qui avait amené des sangliers du côté de Janhay, dans les Ardennes : « Les bêtes avaient encore de la paille dans les onglets ! »

      Encore un cochon de ferme !
      Des rencontres qui ne semblent pas déranger grand monde : « On rigole entre nous, on se dit : c’est encore un cochon de ferme ! ». Et quand on lui demande ce que deviennent ces médailles, la réponse fuse : « On coupe l’oreille, ainsi ça ne se voit pas ! On en fait pas de la publicité avec un sanglier qui a de la garniture aux oreilles ! ».

      Pourquoi de telles pratiques ? Pour ce chasseur, c’est clair, c’est une question d’argent et de prestige. "Ce sont des chasses d’affaire. Des endroits où on va faire passer un bon moment aux invités, des gens de « la haute », des notables. Il faut leur faire plaisir, parce qu’après la chasse, on va parler affaires avec eux. J’ai connu des chasses où, le matin même ou la veille au soir, on remettait dans le bois quelques belles bêtes, bourrées de calmants. On les envoient vers les invités, et ceux-ci tirent un gros cochon,un deuxième gros cochon, et ils se disent : fantastique, c’est une belle chasse ici ! Et alors, ils prennent des actions."

      1000 euros par jour de #chasse
      Des actions, c’est-à-dire des parts de droit de chasse, payer pour avoir le droit de chasser du gibier. « Ça démarre à 1000 euros par jour, et ça peut aller jusqu’à 3000 euros, quand il y a des cervidés. Vous ajoutez à cela la location. Une grosse chasse, ça peut valoir 100.000 euros par an ! Donc, il faut trouver des actionnaires qui ont des gros moyens ! ».

      Et pour les appâter, il faut du gibier en nombre. "Les invités, ils vont brûler des cartouches, ils vont tirer, tirer, tirer, il faut s’amuser. Avant, lors d’une journée de chasse, on tuait 3, 4, 5 sangliers, et on était satisfait. Maintenant, on aime en tirer 40, 50 sur la journée s’il y a moyen. Les gens ne sont plus contents avec 2 bêtes. Et avec le prix qu’ils mettent par jour, il leur faut du gibier, ils paient pour avoir quelque chose. Et s’il n’y a pas assez de gibier, on va le chercher ailleurs et on le ramène ici.

  • Ah, les braves bêtes !

    Vers, lombrics, larves de hannetons ou de taupins. Les #sangliers en raffolent. Ils ont débarqué, en pleine nuit, sur le côté et le devant de la maison de Christiane Lavoquet, à Vignoc (Ille-et-Vilaine), pour se nourrir. La parcelle, qui fait 1 500 m², a été retournée sur 1 000 m².

    http://www.ouest-france.fr/bretagne/vignoc-35630/vignoc-les-sangliers-saccagent-une-pelouse-de-1-000-m2-4995109


    #Home_sweet_Home

  • Alert! Radioactive boars on two continents | Bulletin of the Atomic Scientists
    http://thebulletin.org/alert-radioactive-boars-two-continents10606?platform=hootsuite

    As Reuters reports, when human beings evacuated the exclusion zone, boars descended from their mountain homes. In typically porcine fashion, they began to eat whatever could be swallowed, including lots of “radioactive vegetation.”

    (…) In the Czech Republic—as reported, again, by Reuters—radioactive boars are injecting a hint of danger into the consumption of goulash. The problem is that Czech boars eat false truffles. False truffles contain cesium-137, which traveled west on the wind during the 1986 Chernobyl disaster.

    (…) In recent years, a full 47 percent of boars tested—and they all must be tested—were judged too radioactive for inclusion in hearty, regional stews.

    #sangliers_radioactifs #nucléaire #fukushima #tchernobyl #it_has_begun