• #Luxembourg : 62% du personnel soignant est étranger Olivier Loyens - 9 Octobre 2019 - l’essentiel
    http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/62-du-personnel-de-soin-vient-de-l-etranger-31134319

    Près de deux tiers des professionnels de santé au Grand Duché sont étrangers. Cette dépendance pourrait provoquer une crise du système de soins

    Un seuil critique a été dépassé. Le Luxembourg n’étant pas autonome pour faire fonctionner son système de santé, les professionnels de la santé étrangers représentent, aujourd’hui, 62% de l’effectif total des professions médicales et de santé du pays. C’est le principal enseignement de l’étude sur « l’état des lieux des professions médicales et des professions de santé au Luxembourg », dont les résultats ont été présentés ce mardi à Luxembourg.

    « Le pays est extrêmement vulnérable et dépendant des décisions politiques et économiques des pays frontaliers en faveur des soignants », déplore Étienne Schneider, ministre LSAP de la Santé. « Toute initiative en France, en Belgique ou en Allemagne, qui viserait à rehausser les salaires des soignants engendrerait immédiatement une grave crise du système sanitaire luxembourgeois », complète Marie-Lise Lair, auteur de l’étude.

    Un plan d’action « dans les prochains mois »
    De plus, les institutions signalent des difficultés de recrutement de médecins et de certaines professions de santé, avec un allongement du délai de recrutement et un élargissement de la distance géographique pour rechercher des candidats potentiels, jusqu’en Europe de l’Est. Enfin, d’autres facteurs influencent les difficultés de recrutement, comme le coût du logement, l’absence de centre hospitalier universitaire, l’absence de faculté de médecine complète, ou encore l’absence de programme d’intégration d’un jeune médecin.

    « Devant une telle situation de dépendance, il faut revoir en profondeur l’organisation du système de santé », estime Étienne Schneider. D’autant que le pays est censé respecter un engagement pris auprès de l’Organisation mondiale de la Santé, à savoir réduire de moitié le recrutement étranger de professionnels de la santé pleinement formés, d’ici 2030.

    Quelques « mesures profondes »
    L’étude va permettre au ministère et aux autres acteurs de la santé de mettre en place un plan national d’action. En attendant, le ministre avance déjà quelques « mesures profondes » qu’il faudra prendre, comme revaloriser et rendre plus attrayantes les professions médicales (accompagner les jeunes médecins lors de leur installation, améliorer les conditions de l’exercice médical au Luxembourg, investir dans les soins primaires), revaloriser les professions de santé auprès des jeunes et des parents, ou encore renforcer le nombre d’étudiants en médecine et revoir la formation et la fonction des soignants.

    « Le plan d’action sera appliqué dans les prochains mois », promet Étienne Schneider. Les patients, qui sont les premiers à être impactés par cette pénurie de ressources en professionnels de la santé, peuvent espérer que le ministre tiendra parole, car le temps presse...

    #Santé #migrations #migrants le Luxembourg se méfie de l’#union_européenne qu’il ne peut piller totalement #ue #france #belgique #allemagne #oms #paradis_fiscaux #pillage #travail #migrations #inégalités #médecine #sante #santé_publique

    • Les principaux chiffres de l’étude
      17 595 professionnels travaillent aujourd’hui dans le secteur de la santé et des soins, dont 15 062 professions de santé réglementées (dont 6 214 infirmiers et 3 784 aides-soignants) et 2 331 médecins (dont 2 000 environ travaillent à plein temps)

      –51% des médecins sont de nationalité luxembourgeoise.

      –En 2017, les femmes représentaient près de 40% des médecins.

      –26% des médecins n’habitent pas au Luxembourg.

      –Le ratio global du médecins pour 1 000 habitants est passé de 3,13 en 2007 à 3,53 en 2017. Les cantons les moins bien dotés sont Vianden, Clervaux et Mersch.

      –D’ici 2034, 59% (hypothèse 65 ans) à 71% (hypothèse 60 ans) des médecins vont partir à la retraite.

  • Purdue Pharma annonce se déclarer en faillite pour régler la crise des opiacés AFP - 16 Septembre 2019 - RTBF

    Le groupe pharmaceutique américain Purdue Pharma a annoncé dimanche qu’il allait se déclarer en faillite dans le cadre d’un accord à l’amiable, espérant en tirer 10 milliards de dollars pour solder des milliers de plaintes liées à la crise des opiacés.

    Le président de Purdue, Steve Miller, a précisé dans un communiqué que cet accord « fournira des milliards de dollars et des ressources essentielles aux collectivités de tout le pays qui tentent de faire face à la crise des opiacés ».

    En vertu de cet accord, toutefois assujetti à l’approbation d’un tribunal, la totalité de la valeur du groupe Purdue sera versée à un organisme établi au bénéfice des plaignants et de la population américaine.

    Purdue Pharma, fabricant d’un des principaux médicaments anti-douleur aux opiacés, l’OxyContin, fait l’objet de plus de 2.000 plaintes.

    Le groupe a déclaré s’être placé sous la protection de la loi américaine sur les faillites - « Chapitre 11 » - et a précisé que le conseil d’administration d’une nouvelle entreprise serait choisi par les plaignants avant d’être approuvé par le tribunal des faillites.

    M. Miller a également indiqué que cette restructuration éviterait de « gaspiller des centaines de millions de dollars et des années en litiges prolongés ».

    Dans le cadre de l’accord, l’entreprise pourrait fournir des millions de médicaments nécessaires au traitement de la toxicomanie, tels que le Nalmefene et le Naloxone, gratuitement ou à coût faible.

    En plus de l’abandon du contrôle de Purdue, la riche famille américaine Sackler pourrait à titre privé devoir notamment contribuer à hauteur de 3 milliards de dollars.

    Très influents au sein du gotha new-yorkais, les Sackler ont bâti leur fortune sur l’OxyContin, ce puissant antidouleur accusé d’être au coeur de la crise des opiacés à l’origine de 47.000 morts par overdose aux Etats-Unis en 2017.

    Source : https://www.rtbf.be/info/economie/detail_purdue-pharma-annonce-se-declarer-en-faillite-pour-regler-la-crise-des-o

    #Opioides #Sackler #Philanthropie #Procès #Accord_amiable #Procès #mécénat #Oxycontin #big_pharma #drogues #opiacés #addiction #drogue #pharma #santé_publique #overdose #philantropophagie

  • #Quebec : Un système de santé qui rend malades ses soignants Texte collectif - 11 avril 2019 - Le devoir
    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/551885/un-systeme-de-sante-qui-rend-malades-ses-soignants

    La chaîne de montage de l’usine de santé qu’ont mise en place nos gouvernements successifs menace très sérieusement de défaillir, car les ouvriers sont de plus en plus souffrants, abandonnant chaque jour l’usine pour partir en congé de maladie. Depuis la réforme de 2015, les heures liées aux congés de maladie des employés du réseau de la santé ont en effet augmenté de 24 %.


    Photo : Fred Dufour Agence France-Presse « Les valeurs et principes de la logique industrielle sont la plupart du temps en contradiction profonde avec les valeurs, les normes et même le code de déontologie des métiers relationnels », rappellent les auteurs.

    Le taux historique des congés de maladie met en lumière un aspect qui, selon nous, va bien au-delà d’une simple crise circonstancielle. La crise actuelle révèle plutôt un fossé abyssal entre les valeurs humanistes que portent et défendent les soignants et les valeurs de type industriel que le ministère et ses gestionnaires imposent avec une autorité machinale depuis plusieurs années.

    Pour le ministère et ses gestionnaires, le « bon » soignant, c’est celui maintenant qui voit le plus de personnes dans le moins de temps possible. Celui qui jadis prenait son temps auprès d’une mère, d’une famille ou d’une personne âgée est aujourd’hui devenu le « bouc émissaire » de la nouvelle gestion publique. C’est ainsi que la logique comptable vient à la fois dévaluer et amputer le temps nécessaire à la réalisation de plusieurs pratiques comme l’écoute, l’accueil et l’accompagnement.

    On voit bien comment cette situation ne peut qu’être préjudiciable pour la population. Quant aux soignants, cette nouvelle norme du « bon » soignant occasionne chez eux de la colère et un sentiment d’impuissance.

    Le délire de la technocratie
    Le temps qu’exige l’administratif est en voie de d’égaliser le temps consacré à la population. À titre d’exemple, actuellement, une demande d’hébergement en santé mentale dans le réseau public exige de remplir un questionnaire de 60 pages et plus, alors que moins de 8 pages suffisaient dans les années 2000.

    Paradoxalement, alors que ces outils sont censés mieux desservir la population, jamais tels outils n’ont autant éloigné les soignants de la population. En fait, l’intensification des exigences technico-administratives est rendue à un point tel, en matière de quantité et de complexité, que l’ensemble du personnel de soutien aux soignants est maintenant mobilisé à la gestion des procédures technico-administratives. Conséquemment, non seulement les soignants ont de moins en moins de temps pour être auprès de la population, mais ils sont aussi de moins en moins aidés pour gérer les impasses cliniques qu’ils rencontrent dans leur travail.

    Crise des valeurs et perte de sens
    La rentabilité, la performance, l’optimisation, la concurrence et la compétition représentent autant de valeurs que de principes issus de la logique industrielle où la performance et les résultats sont évalués strictement en termes comptables. Or, ces valeurs et ces principes sont la plupart du temps en contradiction profonde avec les valeurs, les normes et même le code de déontologie des métiers relationnels. Chemin faisant, l’évaluation comptable de la performance comme nouvelle norme institutionnelle engendre chez les soignants un sentiment de culpabilité, d’incompétence et une de perte de sens dans ce qu’ils font.

    Prendre un congé de maladie
    Enfin, pour faire face à la détresse des soignants, l’institution propose de revoir leur gestion du temps et du stress, et on les réfère vers les programmes d’aide aux employés (PAE). Aussi nécessaires et aidantes soient-elles, ces solutions individuelles révèlent le déni institutionnel des causes structurelles qui sont, croyons-nous, à la source de la souffrance qui assaille actuellement des milliers de soignants.

    Étant incapables de surmonter le conflit entre leurs valeurs humanistes et celles imposées par le monde industriel d’un côté, et incapables, de l’autre côté, de se résigner à quitter le réseau de la santé, les soignants finissent en effet par tomber malades du fait de leur souffrance inédite et n’ont d’autre choix que de partir en congé de maladie.

    L’espoir d’un rétablissement ?
    L’étiquette psychologique de « résistance au changement » comme explication causale de la hausse des congés de maladie des soignants ne tient pas la route. Il y a beaucoup trop de recoupage dans les témoignages des soignants pour réduire cette souffrance aux dimensions individuelles. Mettre en valeur les solutions organisationnelles ne peut qu’ouvrir la voie, selon nous, au rétablissement des milliers de soignants « partis » en congé de maladie.

    La société québécoise doit donc exiger que le ministère s’engage à désintoxiquer les pratiques soignantes de la logique comptable et du délire chronique de la technocratie institutionnelle afin que les soignants puissent être libérés de leur fardeau et retourner ainsi faire dignement leur travail auprès de la population.

    Sont cosignataires du texte :
    Marjolaine Goudreau, présidente du RECIFS (Association des travailleuses sociales et techniciennes en travail social) ; Natalie Stake-Doucet, présidente de l’Association québécoise des infirmières et infirmiers ; Isabelle Leblanc, présidente des médecins québécois pour le régime public ; Charles Roy, président de l’Association des psychologues du Québec ; Angelo Soares, professeur au Département d’organisation et ressources humaines de l’École des sciences de la gestion à l’Université du Québec à Montréal.

    #travail #santé #capitalisme fausse #rentabilité #médecine #santé_publique #humanité #rendement #technico-administratif #procédures #performance #évaluation_comptable #normes #soignantes #soignants #solutions_organisationnelles #délire #Services_publics #technologie #bureaucratie #néolibéralisme #administration

    • Dans les commentaires
      Comme on ferme des établissements, on en fusionne d’autres jusqu’à devenir ces monstres régionaux CISSS et CIUSSS, il faut de plus en plus de mécanismes de reddition de comptes : la gestion de proximité étant rendue très difficile, il faut introduire toujours plus de processus écrits, informatisés pour tout justifier, monitorer, calculer pour que les gestionnaires de haut niveau aient des tableaux de bord qui orienteront leurs décisions.

      Les intervenants de toute catégorie doivent passer un temps considérable à consigner ce qu’ils font pour que soient comptabilisées leurs actions et qu’on puisse en établir la productivité, les coûts-bénéfices. On a beau démoniser de temps à autres les cadres (trop nombreux, trop cher payés disent-ils) de fait, c’est la pensée gestionnaire qu’on a fait triompher depuis des années. Les professionnels, techniciens et employés de tous corps de métier sont à la merci depuis des décennies des vagues de ré-organisations à petite oun grande échelle que la nouvelle école de pensée en gestion fait mettre en chantier. Même si un certain nombre de gestionnaires ont d’abord été des professionnels de la santé ou des services sociaux, ils sont vite invités à se distancer de leur métier de base pour devenir de « vrais » gestionnaires. Hélas, la relation soignante n’entre pas dans leurs paramètres... Désolant état, ce réseau muselé.

    • C’est la « nouvelle gestion publique » qui fait des ravages. De fausses prémisses pour encourager la concurrence entre individus d’une même organisation.

      Ça commence par de la #pseudo-science : l’« autonomisation » (« #empowerment »). C’est le nirvana pour un #gestionnaire (qui trouve ça « très le fun » de ne plus se sentir « responsable », car, c’est les autres, maintenant). Autre pseudo-science, celle du « #savoir-être », autre #canular dérivé de l’intelligence émotionnelle (fabuleuse découverte ! Il faut entendre les cris d’indignation : ce n’est pas vrai, ça existe le « savoir-être » !), alors, les gens médiocres ont du « savoir-être ».

      Il y a, aussi la « #gouvernance » ! Il faut faire confiance à l’imagination pour que ce terme se retrouve dans la bouche du « gestionnaire » qui se gargarise avec.

      En résumé, la gestion, dans les dernières décennies on envahit de très vastes aspects du fonctionnement d’une organisation (avec l’aide des « #RH ») avec de la speudo-science. À l’aide de principe de la « nouvelle gestion publique », qui relève plus de la religion : « un scrum, ça se fait debout » (si vous dites que non, vous êtes « excomunié »). La gestion glane des informations avec lesquels elle « découvre » des « correlations » et appel cela des « #indicateurs » et « gouverne » dernière un écran (en sachant que les employés s’« autogérent » !?!?).

      Des solutions ? Retrouver le sens du « savoir-faire » (celui-ci est plus facilement « mesurable » que le « savoir-être », en cela, qu’un défi vous est lancé de trouver comment mesurer le « savoir-être »), retirer le regroupement professionnel RH. Instruire au lieu de former. Enseigner l’esprit critique au lieu de donnée des cours de finance.

      Si vous n’êtes pas d’accord avec la gestion, vous êtes déloyale, vous faites preuve d’insubordination. Vous êtes des hérétiques

  • WHO/Europe | Media centre - Progress on health equity is stalling across Europe; new WHO report reveals gaps can be reduced within the lifetime of a single government
    http://www.euro.who.int/en/media-centre/sections/press-releases/2019/progress-on-health-equity-is-stalling-across-europe-new-who-report-reveals

    How serious is the health divide in the European Region?

    Key findings on current health status and trends across the Region show a significant health divide.

    While average life expectancy across the Region increased to 82.0 years for women and 76.2 years for men by 2016, there are still significant health inequities between social groups: a woman’s life expectancy is cut by up to 7 years and a man’s by up to 15 years if they are in the most disadvantaged groups.
    Almost twice as many women and men in the least affluent 20% of the population report illnesses that limit their freedom to carry out daily activities, compared to those in the most affluent 20%.
    In 45 of 48 countries providing data, women with the fewest years of education report higher rates of poor or fair health compared to women with the most years of education; the pattern is the same for men in 47 of the 48 countries.
    Where you live influences how long and how well you are able to live: trends show that in almost 75% of countries surveyed, the differences in life expectancy between the most and least advantaged regions have not changed in over a decade, and in some cases have worsened.
    In the most deprived areas, 4% more babies do not survive their first year compared to babies born in more affluent areas.
    Health gaps between socioeconomic groups widen as people age: 6% more girls and 5% more boys report poor health in the least affluent households compared to those in the most affluent households. This gap rises to 19% more women and 17% more men during working age, and peaks among those aged 65 and over with 22% more women and 21% more men reporting poor health in the least affluent households compared to the most affluent households.
    The accumulated poor health of those with fewer economic and social resources when entering later life predicts their higher risk of poverty and social exclusion, loss of independent living and more rapidly declining health.

    #Santé_publique #Inégalités #Europe

  • Près de 1 500 personnes ont été fichées par Monsanto en Europe
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/09/07/pres-de-1-500-personnes-ont-ete-fichees-par-monsanto-en-europe_5507493_3244.


    AUREL

    Un rapport commandé par Bayer dévoile l’ampleur de la campagne menée pour obtenir le renouvellement de l’autorisation du glyphosate dans l’Union

    Défendre le glyphosate n’est pas une petite entreprise. Seize millions de dollars (14,4 millions d’euros) de contrat, un emboîtement d’une demi-douzaine de firmes de relations publiques, plus de soixante consultants à plein temps, près de 1 500 personnes fichées dans sept pays et 7 millions de dollars destinés au recrutement de « tierces parties » – des personnalités non affiliées à Monsanto qui portent la parole de la firme dans le débat public ou l’arène scientifique. Les éléments-clés du rapport publié, jeudi 5 septembre, par le cabinet d’avocats Sidley Austin sur l’affaire du « fichier Monsanto » donnent la mesure de l’ampleur des opérations d’influence conduites en Europe par l’agrochimiste américain, désormais propriété de Bayer.

    L’entreprise allemande avait recruté Sidley Austin en mai, après la révélation, par Le Monde et France 2, de l’existence d’un fichier de 200 personnalités françaises élaboré par la société de lobbying FleishmanHillard pour le compte de Monsanto. Constitué dès l’automne 2016, ce fichier de responsables politiques, journalistes, scientifiques, militants ou syndicalistes, était utilisé dans le cadre de la « campagne de renouvellement du glyphosate ». Réautorisation européenne qui sera obtenue en 2017.

  • Aux États-Unis, un nombre « fou » de reins disponibles pour des greffes est refusé Agence France-Presse à Washington - 30 Aout 2019 - Le devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/sante/561697/aux-etats-unis-un-nombre-fou-de-reins-disponibles-pour-des-greffes-est-ref

    Quand un malade en attente d’une greffe de rein meurt, sa famille pensera généralement que la pénurie de dons d’organes est responsable. Aux États-Unis, la réalité est plus troublante : la plupart de ces morts avaient en fait reçu une offre de rein qui a été refusée.

    « Nous avons découvert que 84 % des reins aux États-Unis étaient refusés au moins une fois, ce qui est fou », dit à l’AFP Sumit Mohan, professeur associé de médecine à l’Université Columbia à New York, et auteur principal d’une étude publiée vendredi dans une revue de l’Académie américaine de médecine (JAMA Network Open). https://jamanetwork.com/journals/jamanetworkopen/fullarticle/2749266

    « C’est absurde », insiste le médecin.

    Une première étude avait montré cette semaine que les médecins américains rejetaient le double de reins disponibles pour des greffes, par rapport aux médecins français (18 % contre 9 %). Les centres américains sont extrêmement conservateurs sur l’âge des donneurs décédés et jettent les reins jugés trop vieux... qui pourtant pourraient convenir à des malades plus âgés ou en danger.

    La nouvelle analyse montre qu’un patient américain transplanté a reçu 17 offres précédemment rejetées par son médecin (nombre médian sur la période 2008-2015). Ceux qui meurent sur liste d’attente ont reçu 16 offres. Dix patients sur liste d’attente meurent chaque jour dans le pays alors qu’on leur avait proposé un rein.

    « Ce qui est plus problématique est que les médecins disent non sans parler aux patients », poursuit Sumit Mohan.

    L’obsession des indicateurs de performance
    Quand une personne meurt, son rein est prélevé et proposé aux patients en dialyse selon leur place sur la liste d’attente. En fait, l’offre est envoyée à l’hôpital du patient, qui a une heure pour répondre. La plupart du temps, les centres passent leur tour en espérant qu’un autre avec un meilleur score de qualité arrivera plus tard.

    Pour les auteurs, la focalisation sur ce score est un problème central, car des patients seraient tout à fait disposés à recevoir un rein de moins bonne qualité, ne serait-ce que pour ne plus être sous dialyse, un traitement extrêmement pénible qui nécessite de se rendre plusieurs fois par semaine à l’hôpital.

    La prudence excessive des centres s’expliquerait en partie par leur désir de maintenir un taux de survie élevé à un an des patients greffés, dont dépend leur certification par les autorités.

    « Il est évidemment mieux d’être greffé d’un rein de moins bonne qualité que de mourir », dit Sumit Mohan.

    Pour ce médecin, une réforme simple permettrait d’augmenter radicalement les taux d’acceptation : informer le patient quand on refuse un rein en son nom. « Les gens veulent arrêter la dialyse, ils se fichent que le rein greffé soit de qualité 1 ou 2. »

    #Santé #Greffes #pénurie #Chirurgie #Reins #dons_d_organes #scoring #santé_publique #indicateurs #performance #usa #France

  • Des donneurs de plasma et de plaquettes sont-ils mis en danger par des particules cancérigènes ?
    https://www.bastamag.net/don-de-sang-plaquettes-plasma-particules-cancerigenes-Haemonetics-lanceurs

    Donner son plasma ou ses plaquettes, pour les grands brûlés ou pour des personnes atteintes d’un cancer : un geste à la fois solidaire, altruiste... et dangereux ? Selon une enquête menée par Basta ! et la cellule investigation de Radio France, les machines de prélèvement fabriquées par la société Haemonetics ont une fâcheuse tendance à relâcher des particules potentiellement toxiques. Le problème, identifié de longue date par l’entreprise comme par les autorités sanitaires françaises, a été pendant (...) #Décrypter

    / #Enquêtes, Santé , #Multinationales, Menaces sur la #Santé_publique, A la une

    #Menaces_sur_la_santé_publique

  • Particules « noires » dans le sang : comment les autorités sanitaires ont détourné le regard
    https://www.bastamag.net/don-de-sang-plaquettes-plasma-particules-noires-Haemonetics-ministere-de-l

    Donner son plasma ou ses plaquettes, pour les grands brûlés ou pour des personnes atteintes d’un cancer : un geste à la fois solidaire, altruiste... et dangereux ? Selon une enquête menée par Basta ! et la cellule investigation de Radio France, les machines de prélèvement fabriquées par la société Haemonetics ont une fâcheuse tendance à relâcher des particules potentiellement toxiques. Le problème, connu de l’entreprise comme par les autorités sanitaires françaises, n’a longtemps pas été pris au sérieux. (...) #Décrypter

    / #Enquêtes, #Multinationales, Santé , Menaces sur la #Santé_publique

    #Menaces_sur_la_santé_publique

  • Le « naming », un piège à Louvre Texte Nicolas Cori Photo Denis Allard/Réa Édité par François Meurisse - 6 Aout 2019 - Les Jours

    Le musée s’est embourbé dans un contrat de mécénat avec la généreuse famille Sackler, accusée d’avoir créé la crise des opioïdes aux États-Unis.

    Prenez La Joconde, son sourire mystérieux et ses millions de visiteurs annuels. Imaginez maintenant des hordes d’activistes dénoncer régulièrement devant elle la complicité du Louvre face à l’une des plus grandes crises sanitaires qu’ait connues les États-Unis.
    Un tel scénario a dû donner des cauchemars à la direction du musée parisien. Le 1er juillet dernier, une poignée de militants emmenés par la photographe américaine Nan Goldin, les pieds dans l’eau et des banderoles à la main, ont manifesté devant la pyramide du Louvre afin de demander à ce que l’aile Sackler des antiquités orientales soit débaptisée. La famille Sackler est propriétaire du groupe pharmaceutique Purdue Pharma, accusé d’avoir incité les médecins américains à prescrire à tout va depuis le début des années 2000 de l’Oxycontin, un analgésique contenant de l’opium, créant ainsi la plus grosse épidémie d’overdoses médicamenteuses jamais vue outre-Atlantique. Eh bien, quelques semaines après ce modeste happening, la direction du Louvre a décidé d’effacer en toute discrétion le nom de Sackler de ses salles, tout en adoptant une communication très alambiquée.

    Interrogé le 16 juillet sur RTL, Jean-Luc Martinez, le président du Louvre, a ainsi affirmé qu’il n’avait pas à « débaptiser ces salles » car elles ne portaient « plus le nom de Sackler » depuis des années, étant donné que le « nommage » des salles – datant des années 1990 – ne durait que « vingt ans ». Une information que, visiblement, seul l’intéressé possédait : pourquoi une manifestation quinze jours auparavant sinon ? Cet épisode est révélateur de la gêne de la direction du Louvre, mais aussi des problèmes éthiques pesant sur l’une des contreparties (lire l’épisode 2, « Les riches jouent aux gros dons ») les plus contestables du mécénat : le « naming » ou « nommage » d’espaces pour remercier un donateur particulièrement généreux. Permettre qu’une entreprise ou une personne fortunée donne son nom à un bout de musée, c’est prendre le risque de voir la réputation de l’établissement mise à mal si le mécène ne s’avère pas sans reproches. Et qui est sans tache ? Le récit du mécénat Sackler au Louvre permet de s’en rendre compte..

    Overdoses
    En 2015, le nombre d’overdoses mortelles dues à des médicaments opioïdes a atteint le chiffre de 33 000 contre 4 000 en 1994, avant l’introduction de l’Oxycontin. Ce médicament était à l’origine destiné à soulager les malades du cancer mais la firme Purdue Pharma a développé une politique marketing très agressive, convaincant les médecins de prescrire ce médicament à tous les publics. . . . . . . .

    La suite, payante sur : https://lesjours.fr/obsessions/mecenes-mecenat/ep5-louvre-sackler

    #art #musée #mécénat #culture #peinture #musées #exposition #mémoire #merci #france #opioides #sackler #Oxycontin #big_pharma #drogues #opiacés #addiction #drogue #pharma #santé_publique #overdose #opioids #Louvre #naming

    • Le discours de Nan Goldin
      « Je suis ici aujourd’hui pour demander à ce que le Louvre retire le nom “Sackler”. Il y a douze salles dans le département des antiquités orientales qui ont le nom “Sackler”. Les Sackler possèdent un groupe pharmaceutique qui a déchaîné la plus grande crise de santé publique aux États-Unis. Les gens meurent à cause d’eux. (…) 1,7 million de personnes sont dépendantes. »

  • Libre-échange : le Canada et les normes européennes sur les pesticides et les OGM Maxime Vaudano et Stéphane Horel - 25 Juillet 2019 - Le devoir

    https://www.ledevoir.com/economie/559328/aecg-comment-le-canada-tente-de-saper-les-normes-europeennes-sur-les-pesti

    « Si on ne signe pas avec les Canadiens, avec qui signera-t-on ? » Dans les rangs des partisans européens de l’Accord économique et commercial global (#AECG), c’est l’incompréhension qui domine face au feu nourri de critiques qui s’abat sur l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, finalement approuvé par les Français mardi.

    « Les normes sanitaires canadiennes sont assez similaires aux européennes », a rassuré, par exemple, la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon, jeudi 18 juillet, sur BFM-TV, entretenant une vision angélique fort répandue à l’égard du Canada.

    Pourtant, derrière les grandes déclarations d’amitié entre dirigeants, Ottawa s’active depuis des années en coulisses pour combattre les #normes_européennes qui empêchent ses entreprises et ses producteurs agricoles d’exporter vers le marché unique. Un #lobbying intense que les perspectives commerciales ouvertes par l’AECG n’ont fait qu’accentuer.

    Le dernier épisode en date de cette guérilla réglementaire s’est joué le 4 juillet au sein de l’Organisation mondiale du commerce (#OMC ). Allié à une quinzaine de pays, le Canada a violemment critiqué les évolutions récentes de la réglementation de l’Union européenne (UE) sur les pesticides, décrites comme des précautions excessives nuisant au #libre-échange des produits agricoles.

    Une longue escalade de menaces
    Ce « groupe des seize » n’a pas encore activé l’« arme nucléaire » en déposant une plainte formelle devant le tribunal de l’OMC, mais le message a été entendu cinq sur cinq. « Si un différend devait être lancé, la #Commission_européenne défendrait fermement sa politique », promet l’exécutif bruxellois. « Nous avons l’argumentaire scientifique et le poids politique pour nous défendre devant l’OMC », poursuit en écho le ministère français de l’Agriculture.

    Derrière ces déclarations martiales, l’inquiétude est réelle. Car le coup d’éclat du 4 juillet couronne une longue escalade de menaces. C’est à l’été 2013 que le Canada et les États-Unis ont commencé à oeuvrer contre le nouveau règlement européen sur les #pesticides, qui prévoit d’interdire toutes les substances intrinsèquement dangereuses (#cancérogènes, #mutagènes, #reprotoxiques et autres #perturbateurs_endocriniens), jusqu’alors autorisées en l’absence de preuves d’effets #nocifs sur la #santé ou l’environnement.

    Cette approche inédite de l’UE, nourrie par le principe de précaution, menace d’abord les producteurs de pesticides comme #Bayer-Monsanto ou #Corteva (issu de la fusion #Dow - #DuPont ), dont les produits pourraient être retirés du marché européen. Mais elle inquiète aussi les partenaires commerciaux de l’UE, qui craignent de voir les portes de son marché se fermer à leurs producteurs s’ils continuent d’utiliser des substances interdites.

    Il est donc urgent pour #Washington et #Ottawa de contester ce règlement qui « ne sert qu’à miner le commerce agricole international et contrevient [aux règles] de l’OMC », comme l’a affirmé le #Canada à l’OMC, début 2016. Cherchant le moyen de s’exonérer de ces nouvelles règles avant qu’elles ne commencent à s’appliquer, ils vont même jusqu’à demander à l’#UE de modifier sa législation.

    Un veto du Parlement européen
    Pour cela, ils utilisent tous les leviers à leur disposition : l’OMC, mais aussi les cycles de négociation de leurs accords de #libre-échange respectifs avec l’UE, le #Tafta et l’#AECG, où les concessions commerciales peuvent servir de monnaie d’échange. La menace est suffisante pour que la Commission européenne s’inquiète de ces attaques et anticipe un « risque élevé de différends formels à l’OMC », selon un document interne de mars 2019 obtenu par l’ONG bruxelloise #Corporate_Europe_Observatory.

    La Commission indique au Monde avoir entamé un travail de « réflexion » en septembre 2017 sur la manière d’aménager des marges de « tolérance à l’importation » à ces pesticides intrinsèquement dangereux que le nouveau règlement prévoit de bannir. Employée aujourd’hui pour les pesticides non autorisés dans l’UE, cette tolérance est déterminée en fonction de limites maximales de résidus (LMR) à respecter dans les produits agricoles importés.

    La Commission s’est, d’ores et déjà, montrée accommodante, en proposant en début d’année de relever les LMR de la #clothianidine et de la #mandestrobine, deux #néonicotinoïdes « tueurs d’#abeilles » utilisés par les producteurs canadiens, mais interdits en Europe. Ce geste n’a rien d’une coïncidence : il fait suite à des demandes déposées par les fabricants #Bayer et #Sumitomo, motivées par la nécessité de faciliter l’importation de pommes de terre, de fraises et de raisins canadiens, sur lesquelles ces substances sont utilisées.

    Ces concessions ne sont pas du goût du Parlement européen. En mars, il a mis son veto à la proposition législative de la Commission, soulignant « l’incertitude persistante quant aux effets de cette substance sur la #santé_publique, sur les jeunes mammifères et sur l’environnement ».

    Hostilité d’Ottawa au principe de précaution
    Les États membres, pour leur part, soutiennent sans réserve le projet de la Commission. En juin, plusieurs d’entre eux ont exprimé « leur vive inquiétude quant à la manière d’agir du Parlement ». Un projet de règlement remanié est déjà en préparation.

    En juin, suite à une requête du fabricant Dow (désormais ##Corteva), l’exécutif bruxellois a aussi proposé de maintenir la LMR du « 2,4-D », un herbicide utilisé sur le soja canadien classé #cancérogène probable par le Centre international de recherche sur le cancer (#CIRC ).

    L’entregent canadien ne se limite toutefois pas à la question des pesticides. Depuis l’entrée en vigueur provisoire de l’AECG, à l’automne 2017, Ottawa n’a pas hésité à investir les nouveaux forums de « #coopération_réglementaire » créés par l’accord pour faire valoir son attachement à une « évaluation des risques par la science » et son hostilité au #principe_de_précaution, pourtant consacré dans le texte de l’AECG.

    Lors de la première réunion du comité sur les « #biotechnologies », au printemps 2018, les représentants canadiens ont critiqué le système européen d’homologation des organismes génétiquement modifiés (OGM), trop lent à leur goût. Ils ont aussi commencé à mettre sur la table la question des OGM de nouvelle génération, un gros sujet de divergence entre les deux continents. Si ces comités n’ont aucun pouvoir de décision direct, ils peuvent constituer un levier pour installer des revendications dans le débat public, et exercer des pressions discrètes.

    Les détracteurs de l’AECG craignent enfin que les industriels canadiens ne profitent du futur tribunal d’arbitrage pour faire valoir leurs #intérêts. Cette juridiction, qui ne pourrait voir le jour qu’après la ratification complète, permettrait aux entreprises d’attaquer les États en cas de décision contraire aux garanties de stabilité réglementaire offertes par l’accord. Des garde-fous ont certes été introduits pour éviter que des décisions d’intérêt public en matière de santé ou d’environnement ne puissent être contestées. Il reste toutefois, selon les ONG, une petite marge d’incertitude légale, qui pourrait pousser les Européens à la prudence au moment de durcir leurs exigences en matière de santé ou d’environnement.

    Un lobbying réussi sur le #pétrole
    Malgré son poids politique tout relatif, la diplomatie canadienne peut se targuer d’une victoire éclatante sur les normes européennes. En 2014, Ottawa a utilisé le levier des négociations de l’AECG pour obtenir un affaiblissement des règles #antipollution européennes, qui s’est avéré favorable à l’industrie pétrolière canadienne.

    Comme l’avait raconté à l’époque l’ONG Les Amis de la Terre, le Canada a menacé de quitter la table des négociations jusqu’à ce que Bruxelles accepte une formule de calcul des émissions de gaz à effet de serre qui ne pénalise pas les pétroles issus des #sables_bitumineux de la province de l’#Alberta, pourtant très polluants. Cette décision a ouvert un boulevard au secteur pétrolier canadien, qui a désormais les mains libres pour exporter son #or_noir vers l’UE. Il ne lui reste qu’à développer les infrastructures adéquates pour profiter de cette nouvelle occasion.

  • We can’t despair about our antibiotic crisis - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/opinions/dont-despair-our-antibiotic-resistance-crisis/2019/07/08/b164ea4e-9f62-11e9-b27f-ed2942f73d70_story.html

    Much of this is warranted: Antibiotic resistance is undermining the foundations of our modern medical system. No longer can we count on these drugs for a broad array of critical situations: for patients needing joint replacements or open-heart surgery or Caesarean sections; for immune-compromised individuals receiving cancer treatment or organ transplants; for people undergoing other increasingly commonplace, high-tech invasive procedures.

    The Review on Antimicrobial Resistance, a project supported by the British government and the Wellcome Trust, predicts that, by 2050, drug resistance will claim 10 million lives a year worldwide. Closer to home, the Centers for Disease Control and Prevention estimates that 2 million people in the United States will suffer drug-resistant infections annually, and 23,000 will die. These numbers are likely dramatic underestimates: A 2018 study from the Washington University School of Medicine put the number of deaths between 153,113 and 162,044 .

    Sections

    Democracy Dies in Darkness

    Try 1 month for $1
    Sign In

    Accessibility for screenreader

    Opinions
    We can’t despair about our antibiotic crisis

    This 2006 colorized scanning electron micrograph image made available by the Centers for Disease Control and Prevention shows the O157:H7 strain of the E. coli bacteria. (Janice Carr/AP)
    By Michelle A. Williams
    July 8 at 6:26 PM

    Michelle A. Williams is dean of the Harvard T.H. Chan School of Public Health.

    When the media covers antibiotic-resistant bugs, they typically describe them with a sense of alarm, fear and helplessness.

    Much of this is warranted: Antibiotic resistance is undermining the foundations of our modern medical system. No longer can we count on these drugs for a broad array of critical situations: for patients needing joint replacements or open-heart surgery or Caesarean sections; for immune-compromised individuals receiving cancer treatment or organ transplants; for people undergoing other increasingly commonplace, high-tech invasive procedures.

    The Review on Antimicrobial Resistance, a project supported by the British government and the Wellcome Trust, predicts that, by 2050, drug resistance will claim 10 million lives a year worldwide. Closer to home, the Centers for Disease Control and Prevention estimates that 2 million people in the United States will suffer drug-resistant infections annually, and 23,000 will die. These numbers are likely dramatic underestimates: A 2018 study from the Washington University School of Medicine put the number of deaths between 153,113 and 162,044 .

    So, yes, we should be scared. But we need not feel helpless.

    Although the antibiotic-resistance problem is complex — spanning the domains of clinical medicine, basic research, economics and government policy — there is a clear path to reversing the situation. We must summon the determination to choose that path.

    We are up against natural selection — Darwinian evolution itself. Antibiotics, especially when used improperly and profligately, create selective pressure on bacteria. The organisms most vulnerable to the drugs die quickly, while the most resilient bugs survive and replicate.

    How can humankind prevail against nature’s ingenuity? We’ll do it the same way that public health has historically triumphed over infectious scourges such as smallpox and polio, and has fought other entrenched problems such as cigarette smoking, unsafe work­places and contaminated food. We must marshal a sustained, coordinated, multifront campaign.

    Here is one prescription to solve the antibiotic crisis: First, prevent infections whenever possible. An infection prevented is a case of antibiotic resistance averted. Prevention is the essence of public health. In the fight against drug resistance, this means prescribing antibiotics only when they are necessary, especially in outpatient settings such as doctors’ offices and clinics. It means halting the unnecessary use of antibiotics in farm animals, a practice that nurtures drug-resistant organisms in our food supply. And it means channeling more money to hospital infection-control programs — which, unfortunately, are often low-priority budget items.

    Second, invest far more money in research and development. Bringing a new antibiotic to market, from basic research through clinical trials, can take 10 to 15 years and cost upward of $1 billion. Yet the profits on these drugs are negligible compared with those for drugs that treat chronic conditions such as hypertension, diabetes or heartburn. Today, there are only 42 new antibiotics in the drug pipeline compared with more than 1,000 candidate drugs for cancer.

    Once new antibiotics come to market, we must break the conventional link between sales and profits. Unlike other drugs, new classes of antibiotics will need to be preserved as long as possible, through limited use. That means their profitability should be tied not to sales but to their social value.

    Earlier this year, Jim O’Neill, a former Goldman Sachs chief economist who chaired Britain’s Review on Antimicrobial Resistance, suggested nationalizing antibiotics production, such as through a taxpayer-supported utility that would focus solely on drug manufacture and distribution. Others have floated the idea of a for-profit company for which the core investors would be governments and charities, with the rest owned by the public. Unlike large pharmaceutical firms, these utilities would not expect blockbuster profits on their products — just a steady 4 percent or 5 percent rate of return.

    Finally, we must reframe the way we think about antibiotic drugs. Like our rivers and forests, they are precious resources. Like our highways and bridges, they are public goods that should be available to all. Put simply, we must bring a collective moral vision to this high-stakes battle.

    Reversing the tide of antibiotic resistance won’t be easy. The issue is similar to climate change in that it seems distant, abstract and insidious, but is potentially catastrophic for those it affects. Unlike with climate change, however, there are no “antibiotic resistance deniers.” Experts agree that this crisis is solvable with science and with money. The time to act is now.

    #Antibiotiques #Santé_publique

  • #Réglementation de l’usage des #pesticides : le Conseil d’État annule partiellement un arrêté.
    https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/reglementation-de-l-usage-des-pesticides

    Par la décision de ce jour, le #Conseil_d’État a annulé plusieurs dispositions de l’arrêté interministériel du 4 mai 2017 relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des #produits_phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants (plus couramment dénommés pesticides) au motif que ces dispositions ne protégeaient pas suffisamment la #santé_publique et l’#environnement.

    Article (#paywall) du monde : https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/06/26/le-conseil-d-etat-annule-en-partie-l-arrete-encadrant-l-usage-des-pesticides

  • Les mystérieux et puissants effets du placebo
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/06/18/les-mysterieux-et-puissants-effets-du-placebo_5477641_1650684.html

    En matière de placebo, une précision s’impose d’emblée : on pourrait croire que les termes « effet placebo » et « réponse placebo » sont strictement synonymes. Il n’en est rien.

    « L’effet placebo traduit la réaction psychologique et neurobiologique, fonction des attentes du patient, faisant suite à l’administration d’un placebo. La réponse placebo désigne un changement positif chez le patient, tel qu’un soulagement de la douleur, de l’anxiété, des nausées. Celui-ci peut être effectivement dû à l’effet placebo, mais aussi à l’histoire naturelle de la maladie ou à l’effet Hawthorne, qui correspond à la modification des réponses des patients du seul fait qu’ils se sentent observés pendant l’essai clinique et souhaitent faire plaisir aux investigateurs », souligne Luana Colloca, professeure à l’université du Maryland (Baltimore, Etats-Unis).

    Le premier essai, dirigé par Ted Kaptchuk, professeur à la faculté de médecine de Harvard (Boston, Etats-Unis), a été publié dans la revue PLOS One en 2010. Baptisé « placebo en ouvert » (open label placebo), il a consisté à administrer à 80 patients souffrant du syndrome du côlon irritable un placebo en plus de leur traitement habituel ou uniquement ce dernier.

    Après trois semaines, les résultats ont été des plus surprenants : 60 % des patients du groupe « placebo ouvert » ont obtenu un soulagement adéquat, contre 35 % dans le groupe traité par le seul médicament. Un résultat statistiquement significatif.

    Trois autres essais cliniques en placebo ouvert vont ensuite être réalisés auprès de patients souffrant de lombalgie chronique, de fatigue associée au cancer, de crises épisodiques de migraine. Là encore, les résultats surprennent, suggérant que donner un placebo ouvertement à un patient peut l’aider à soulager ses symptômes.

    Attentes du patient

    Des suggestions peuvent induire des attentes positives de la part du patient. Or celles-ci constituent l’un des principaux leviers de l’effet placebo.

    Ainsi, après chirurgie, lorsqu’un patient sait qu’on lui administre de la morphine en même temps qu’on lui dit qu’il s’agit d’un puissant médicament antalgique, le bénéfice sur le soulagement de la douleur postopératoire est plus important que lorsqu’il ignore qu’il en reçoit à travers une seringue automatique.

    Ce phénomène psychobiologique apparaît indissociable du contexte clinique et environnemental, comme l’illustre une approche expérimentale dénommée « procédure ouvert-­caché » (open-hidden study). Son originalité tient à ce qu’elle évalue la part de la réponse placebo alors même qu’elle n’emploie pas de placebo.

    Dans le premier groupe, le médicament est administré au vu et au su du patient (« en ouvert »), le médecin étant présent et délivrant des informations verbales contextuelles. Dans le second groupe, le patient reçoit le médicament à son insu (« en caché »), celui-ci étant délivré par l’intermédiaire d’une pompe, en l’absence de médecin. La différence entre l’effet du traitement ouvert et celui du traitement caché correspond alors à la réponse placebo. Selon le professeur Benedetti, « le traitement caché est moins efficace, voire parfois inefficace, ce qui indique que le fait de savoir que l’on reçoit un médicament et que l’on en attend un bénéfice s’avère crucial en matière d’efficacité thérapeutique ».

    En effet, il se produit une association entre un stimulus et des réactions automatiques de l’organisme. Exemple : des individus présentant fréquemment des maux de tête et prenant régulièrement de l’aspirine peuvent associer la couleur, la forme et le goût du comprimé avec le soulagement de la douleur. Lorsque, après plusieurs dizaines de prises de ce médicament, on administre à ces patients un placebo ayant la même couleur, la même forme, le même goût qu’un comprimé d’aspirine, ils ressentent un effet analgésique comparable.

    Les travaux sur le rôle du conditionnement dans l’effet placebo ont récemment permis de créer un nouveau concept : donner au patient un placebo à la suite de l’administration répétée d’un traitement efficace. L’idée est d’alterner la prise d’un placebo avec celle d’un médicament à l’efficacité reconnue. Cette nouvelle stratégie thérapeutique pourrait entraîner une baisse des doses d’antalgiques utilisés en même temps, réduire la survenue des effets secondaires et diminuer les coûts de traitement.

    Si le conditionnement du traitement tient une place importante dans l’apparition de l’effet placebo, il en va de même de sa présentation, de son prix, de sa couleur, de son goût, de sa voie d’administration.

    Ainsi, dans la douleur, une étude a comparé la même crème placebo. On avait cependant indiqué aux participants que l’un des deux produits avait un prix plus élevé que l’autre. La réponse placebo a été plus importante lorsque les participants pensaient utiliser la crème antidouleur la plus chère. Par ailleurs, par rapport au placebo bon marché, l’autre a entraîné une activation plus importante du cortex cingulaire antérieur, région impliquée dans le contrôle endogène de la douleur.

    Plusieurs études semblent également montrer que les piqûres et les injections intraveineuses induisent de plus fortes attentes, et de ce fait un plus grand effet placebo que l’administration d’un traitement par une voie non invasive comme la prise orale ou nasale. Comme le souligne le professeur Benedetti, « le placebo ne se résume pas à la seule substance inerte. Son administration s’intègre au sein de stimuli sensoriels et sociaux qui disent au patient qu’on lui administre un traitement bénéfique ».

    #Médecine #Santé_publique #Placebo

  • Flint Water Prosecutors Drop Criminal Charges, With Plans to Keep Investigating - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/06/13/us/flint-water-crisis-charges-dropped.html

    Cette affaire de la pollution de l’eau à Flint est vraiment un cas d’école... jusqu’au bout ! La santé publique mérite l’intervention des citoyens, partout dans le monde.

    CHICAGO — Prosecutors stunned the city of Flint, Mich., on Thursday by dropping all pending charges against officials accused of ruining the community’s drinking water and ignoring signs of a crisis, casting doubt on what some residents had seen as a small but tangible step toward justice.

    Fifteen state and local officials, including emergency managers who ran the city and a member of the governor’s cabinet, had been accused by state prosecutors of crimes as serious as involuntary manslaughter. Seven had already taken plea deals. Eight more, including most of the highest-ranking officials, were awaiting trial.

    On Thursday, more than three years after the first charges were filed, the Michigan attorney general’s office, which earlier this year passed from Republican to Democratic hands, abruptly dropped the eight remaining cases. Prosecutors left open the possibility of recharging some of those same people, and perhaps others, too.

    But in Flint, a city where faith in government was already low and where many residents still refuse to drink the tap water, the news was seen by some as a sign that they had been wronged once again.

    Ronald F. Wright, a criminal law professor at Wake Forest University, said it was not uncommon for newly elected prosecutors to drop cases brought by their predecessors. But it was far more unusual, he said, for them to suggest that they might file new charges.

    “You inherit the file, you start looking through it, and the deeper you get in the file, the more you realize there are possible weak spots in your case,” Mr. Wright said. “I view this as a natural process of a new chief prosecutor becoming familiar with the details of the case.”

    Ms. Nessel, the new attorney general, defended her prosecutors’ decision to drop the charges, but she also sought to reassure Flint residents. “I want to remind the people of Flint that justice delayed is not always justice denied,” she said.

    That message was a tough sell for some in Flint, where residents said they had waited for years for justice and been disappointed with the results. Monica Galloway, a member of the Flint City Council, called the decision a setback on Thursday and said she hoped new charges would be filed.

    “I think anyone that lives in the city of Flint that is affected by this wants justice,” Ms. Galloway said. “And justice can only be done if this is not just redone, but done properly.”

    #Santé_publique #Flint #Environnement #Pollution #Néolibéralisme

  • En #Ariège, la #mine de #Salau en terrain miné

    Mardi 11 juin, le tribunal administratif de Toulouse a examiné les conditions d’attribution d’un permis de recherche de #tungstène à #Couflens, au fin fond de l’Ariège. Le rapporteur public s’est prononcé pour l’annulation, en raison du montage financier présenté. Mais rouvrir la mine serait surtout une catastrophe environnementale et de #santé_publique.


    https://www.mediapart.fr/journal/france/130619/en-ariege-la-mine-de-salau-en-terrain-mine?onglet=full
    #extractivisme #France #environnement #amiante
    ping @daphne @albertocampiphoto

  • L’OMS se prononce pour la transparence sur les prix des médicaments
    https://www.lemonde.fr/sante/article/2019/05/28/l-oms-se-prononce-pour-la-transparence-sur-les-prix-des-medicaments_5468786_

    « Négocier équitablement pour la santé de la population »

    Pour James Love, de l’ONG Knowledge Ecology International, l’un des meilleurs experts sur la propriété intellectuelle, le « texte retenu ne comporte plus comme la version initiale une référence explicite à la transparence sur les coûts de recherche et développement et sur les dépenses de marketing. C’est une autre victoire qu’il nous faudra remporter. »

    Néanmoins, il souligne le pas en avant accompli : « En établissant une norme sur la transparence des prix émanant d’une agence des Nations unies, cette résolution va changer beaucoup de choses. » Pauline Londeix abonde dans le même sens en remarquant que « l’OMS a maintenant un mandat pour aider les Etats membres qui le souhaitent à mettre en place des mesures permettant davantage de transparence ».
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les médicaments coûtent trop cher car la recherche clinique est inefficiente

    De son côté, la responsable de la politique de la campagne d’accès aux traitements de l’ONG Médecins sans frontières, Gaëlle Krikorian, insiste sur le fait que la résolution constitue un « premier pas bienvenu pour corriger le déséquilibre du pouvoir existant actuellement au cours des négociations entre acheteurs et vendeurs de médicaments, en donnant aux gouvernements l’information dont ils ont besoin pour négocier équitablement et de manière responsable pour la santé de leur population ». Elle estime toutefois que la transparence sur les prix ne suffit pas et qu’elle doit s’étendre aux coûts de production, aux marges et aux investissements.

    Les Etats opposés à la résolution ont choisi de ne pas empêcher son adoption par consensus en votant contre, mais l’Allemagne, le Royaume-Uni et la Hongrie, notamment, ont annoncé qu’ils s’en dissociaient. Ces trois pays n’ont donc pas l’intention de la mettre en œuvre.

    #Santé_publique #Médicaments

  • Liquid used in e-cigarettes damages cells crucial for a healthy heart - EHN
    https://www.ehn.org/vaping-hurts-your-heart-2638041485.html

    The flavors used in e-cigarettes—especially menthol and cinnamon—damage blood vessel cells and such impacts increase heart disease risk, according to a new study.

    The study, published today in the Journal of the American College of Cardiology, is the latest to link e-cigarettes, or vaping — which has been touted as a safer alternative to smoking cigarettes—to heart problems. It is the first study to test how e-liquids affect the endothelial cells that line the interior of blood vessels. These cells are crucial in delivering the blood supply to the bodies’ tissues and sending cells to promote healthy blood vessels, tissue growth and repair.

    E-cigarettes are small devices that heat up liquids (usually propylene glycol or glycerol) to deliver as aerosol (vape) mixture of nicotine and flavors.

    The study comes as e-cigarette use continues to rise. Roughly 1 in 20 U.S. adults now use e-cigarettes but the real growth is happening among youth: use among U.S. high school students went from 11.7 percent in 2017 to 20.8 percent in 2018, according to the U.S. Food and Drug Administration. In addition, about 4.9 percent of middle school students use e-cigarettes, the FDA found.

    The study was limited in that the e-liquids weren’t heated, which could alter how the exposed cells react. The research, however, is just the latest linking e-cigarettes to heart impacts.

    In March, researchers presented a study of nearly 100,000 Americans that found e-cigarette users are more likely to suffer heart attacks and strokes compared to non-users.

    Another large national study in January of 400,000 Americans reported e-cigarette users have a 70 percent higher risk of stroke and a 60 percent higher risk of heart attack, when compared to non-users.

    With use rising, health groups continue to push for more strict regulation. A judge this month ordered the FDA to review all U.S. e-cigarette products.

    The ruling was a response to a federal lawsuit filed by health groups, including the American Academy of Pediatrics and the Campaign for Tobacco-Free Kids, that alleged the FDA hasn’t adequately regulated e-cigarettes and is leaving a generation of U.S kids on the path to nicotine addiction.

    #Tabac #E_cigarettes #Vaping #Santé_publique

  • #E.P.A. Plans to Get Thousands of #Pollution Deaths Off the Books by Changing Its Math - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/20/climate/epa-air-pollution-deaths.html

    The Obama administration had sought to reduce planet-warming greenhouse gas emissions under the Clean Power Plan by pushing utilities to switch away from coal and instead use natural gas or renewable energy to generate electricity. The Obama plan would also have what is known as a co-benefit: levels of fine particulate matter would fall.

    The Trump administration has moved to repeal the Obama-era plan and replace it with the Affordable Clean Energy rule, which would slightly improve the efficiency of coal plants. It would also allow older coal plants to remain in operation longer and result in an increase of particulate matter.

    #microparticules #santé_publique #intérêts_privés #états-unis #porte_tournante #

  • Revenge of the Bacteria : Why We’re Losing the War - Video - NYTimes.com
    https://www.nytimes.com/video/health/100000005932983/bacteria-antibiotics-war.html

    Une vidéo géniale sur le danger des bactéries résistantes et le lien entre la multiplication des antibiotiques et l’argent des big pharma (et plus largement du système agro-médical).

    Bacteria are rebelling. They’re turning the tide against antibiotics by outsmarting our wonder drugs. This video explores the surprising reasons.

    #Antibiotiques #Alimentation #Agriculture #Bactéries_résistantes
    #Santé_publique

  • Amiante à l’école : « Une bombe sanitaire à retardement » (Libération)
    https://www.liberation.fr/france/2019/03/19/amiante-a-l-ecole-une-bombe-sanitaire-a-retardement_1716225

    Plus de vingt ans après le premier scandale, rien ou presque n’a été fait dans la plupart des établissements. L’usure du parc scolaire demande des solutions urgentes que personne ne semble disposé à prendre, mettant en danger élèves et personnel.

    Amiante à l’école : « Pour la sieste, les matelas sont posés sur des dalles amiantées » (FranceInfo)
    https://www.francetvinfo.fr/sante/affaires/scandale-de-l-amiante/amiante-a-lecole-pour-la-sieste-les-matelas-sont-poses-sur-des-dalles-a

    Ce matériau cancérogène est interdit en France depuis 1997. Pourtant de nombreux établissements scolaires seraient encore infestés. Des associations dénoncent une bombe sanitaire à retardement.

    Amiante dans les écoles : Jean-Michel Blanquer réagit à l’enquête de Libé (Libération)
    https://www.liberation.fr/direct/element/amiante-dans-les-ecoles-jean-michel-blanquer-reagit-a-lenquete-de-libe_95

    « […] Notamment parce qu’il doit y avoir un diagnostic technique amiante dans chaque établissement (construits avant 1997, ndlr). [...] Nous vérifions ça », dit le ministre. Vraiment ? Alors comment expliquer que, selon l’enquête de l’observatoire national de la sécurité des établissements scolaires (la seule donnée publique à ce jour), de 2016, un tiers des écoles primaires n’avait toujours pas de diagnostic amiante ?

    #éducation #amiante #santé_publique #collectivités_locales #locaux_scolaires

  • Opinion | This Is the Truth About Vaccines - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/03/06/opinion/vaccines-autism-flu.html

    Vaccinations save lives, protect our children and are one of our greatest public health achievements. As public health officials, our role is to advance the health of the American people. This must include championing vaccinations.

    Diseases like polio, measles, diphtheria and rubella were once common in the United States, afflicting hundreds of thousands of infants, children and adults, and killing thousands each year. Some older Americans may remember the fear associated with polio outbreaks and the era of iron lungs and leg braces — a time when swimming pools and movie theaters closed over concerns about the spread of the crippling disease. Others may recall the heartbreaking wave of rubella in the 1960s that resulted in thousands of newborn deaths, with thousands more born blind, deaf or with other lifelong disabilities.

    We cannot let America be faced with these fears again. For those of us who have treated critically ill children with vaccine-preventable diseases, we know firsthand the devastation to the child — and to the family and community — of a death, limb amputation or severe brain damage that could have been avoided by a simple vaccination.

    Consider measles. The World Health Organization estimates that measles vaccination prevented more than 21 million deaths worldwide since 2000. Although routine childhood vaccination for measles remains high in the United States (greater than 91 percent for preschool children), localized dips in vaccination coverage have resulted in a recent resurgence of measles in parts of the country. A total of 17 measles outbreaks affecting more than 370 individuals have been confirmed in 2018 alone, and 10 states are already reporting cases this year. Unfortunately, many more communities are at risk for outbreaks because of areas with low vaccine coverage.

    #Vaccination #Santé_publique

  • Body politics: The old and new public health risks of networked health misinformation
    https://points.datasociety.net/body-politics-the-old-and-new-public-health-risks-of-networked-h

    There are clear parallels between the tactics used to spread health disinformation and political content. For instance, in 2018, researchers found that large networks of bots and trolls were spreading anti-vaccination rhetoric to sow confusion online and amplify the appearance of an anti-vaccination community. The anti-vaccination tweets often referenced conspiracy theories, and some accounts almost singularly focused on the U.S. government. As a result, real-life users and orchestrated networks of bots are engaged in a feedback loop. Recently, political public figures have used their platform to amplify vaccination misinformation, such as tweeting that measles can help fight cancer. There is a long history of people using influence to sway public opinion about vaccines—particularly among celebrities.

    These are symptoms of a larger societal crisis: disinformation campaigns aimed to undermine social institutions.

    The search and recommendation algorithms that underpin our information retrieval systems are other modern tools mediating access to health information. When a user enters an inquiry into a search engine, they receive curated results. As so many people rely on search engines for health information, they are another important mechanism that is susceptible to manipulation. For instance, the websites of some crisis pregnancy centers—which are designed to look and sound like those of clinics that provide abortion care, but instead give misleading information about the negative effects of abortion to visitors—are optimized results for Google searches often made by women seeking abortion information.

    Similarly, recommendation systems on popular social media platforms, particularly Facebook and YouTube, create easy entry points for problematic content. For example, a mother joining a generic parenting group on Facebook may subsequently receive recommendations for anti-vaxx groups. Bots, search engine optimization, and gaming of recommendation systems are foundational tools used by various actors to influence public health discourse and skew public debates — often blurring the line between medical mistrust and larger political ideologies and agendas.

    #Information_médicale #Santé_publique #Vaccination #Complotisme #Médias_sociaux #Algorithmes

  • Report on the health of refugees and migrants in the WHO European Region: no public health without refugee and migrant health (2018)

    Almost one in 10 people in the WHO European Region is currently an international migrant. Finding work is a major reason why people migrate internationally, although violence, conflict, natural disasters and human rights abuses are also contributors. Migration and displacement are social determinants of health affecting the health of refugees and migrants. The WHO Regional Office for Europe has taken the lead in assisting Member States in promoting refugee and migrant health and addressing the public health aspects of their health. The Regional Office established the Migration and Health programme specifically for this purpose. Gaining an overview of the health status of refugees and migrants and health system response is paramount in achieving the Sustainable Development Goals and in ensuring universal health coverage, and is in line with the Health 2020 framework.

    This report, the first of its kind, creates an evidence base with the aim of catalysing progress towards developing and promoting migrant-sensitive health systems in the 53 Member States of the WHO European Region and beyond. This report seeks to illuminate the causes, consequences and responses to the health needs and challenges faced by refugees and migrants in the Region, while also providing a snapshot of the progress being made across the Region. Additionally, the report seeks to identify gaps that require further action through collaboration, to improve the collection and availability of high-quality data and to stimulate policy initiatives. The report is a much-needed boost for Member States and other stakeholders to ensure high-quality health care for all.

    http://www.euro.who.int/en/publications/abstracts/report-on-the-health-of-refugees-and-migrants-in-the-who-european-region-n
    #santé #migrations #réfugiés #asile #santé_publique #Europe #rapport
    ping @_kg_ @isskein