• Exposures associated with #SARS-CoV-2 infection in #France: A nationwide online case-control study
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2666776221001253?via%3Dihub

    Places and activities during which infection prevention and control measures may be difficult to fully enforce were those with increased risk of infection. Children attending day-care, kindergarten, middle and high schools, but not primary schools, were potential sources of infection for the household.

    #covid-19 #transmission

  • Douze morts du Covid à la résidence Nos Tayons à Nivelles : une enquête épidémiologique pour tenter de comprendre ce qui s’est passé Hugues Van Peel

    Une enquête épidémiologique très fouillée est actuellement menée dans la maison de repos « Nos Tayons » à Nivelles, où un foyer d’infection au coronavirus (variants anglais et indien) a été détecté le 17 mai. Douze résidents sont morts en quelques jours, alors qu’ils avaient été vaccinés. Quatre autres personnes sont toujours hospitalisées, mais l’une d’elle va pouvoir rentrer ce lundi car son état s’est amélioré.

    Pourquoi le Covid-19 a-t-il infecté autant de monde (environ la moitié des 121 résidents) et pourquoi a-t-il causé autant de morts, alors que la maison de repos avait été épargnée jusqu’à présent ? Pourquoi un tel foyer alors que taux de vaccination est proche de 100% chez les résidents et avoisine les 73% au sein du personnel ? L’enquête devra répondre à ces questions.
    . . . . . . .
    t si les analyses du CO2 montrent qu’il n’y a pas de virus dans l’air, on espère pouvoir déconfiner progressivement, surtout la partie où se trouvent les patients négatifs et le rez-de-chaussée où tout le monde va bien, pour qu’on puisse suivre l’Euro de football dans de bonnes conditions.

    L’intégrale de l’article : https://www.rtbf.be/info/regions/brabant-wallon/detail_douze-morts-du-covid-a-la-residence-nos-tayons-a-nivelles-une-enquete-ep

    #vaccin #covid-19 #vaccination #sante #vaccins #vaccin #en_vedette #santé #coronavirus #sars-cov-2 #sars-cov2 #Belgique

  • Ça ne va pas régler grand chose, certes, mais ça fait bien plaisir de voir ce petit fumier se faire moucher.

    Procès Bygmalion : le parquet démolit la « farce » de Nicolas Sarkozy - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170621/proces-bygmalion-le-parquet-demolit-la-farce-de-nicolas-sarkozy

    Une peine d’un an de prison dont six mois avec sursis a été réclamée ce jeudi 17 juin contre l’ancien président-candidat pour le truquage de ses comptes de campagne 2012. « Le paradoxe de cette affaire, c’est que les moins malhonnêtes sont les hommes d’affaires », a cinglé un des magistrats.

    Après cinq semaines de débats, les représentants du parquet prononcent leur réquisitoire à deux voix dans l’affaire des comptes de campagne 2012 de Nicolas Sarkozy, ce jeudi 17 juin, au tribunal correctionnel de Paris. « Dans cette campagne, l’important, ce n’était pas de respecter le plafond de dépenses, c’était de gagner les élections. L’argent ne compte pas, c’est l’UMP qui paye », attaque la procureure Vanessa Perrée.

    Malgré la loi faite pour faire respecter l’égalité des candidats, « aucun plafond de dépenses n’est fixé, on ajoute des meetings, on fait appel à une deuxième agence de communication, sans feuille de route ni cahier des charges. Le directeur de campagne est inexpérimenté, il y a une dispersion des responsabilités, aucun circuit clair pour les devis, des engagements de dépenses erratiques... », énumère la magistrate.

    « C’est Nicolas Sarkozy qui a souhaité accélérer le rythme de la campagne », poursuit Vanessa Perrée. On passe de 15 meetings à 44, avec une augmentation des demandes de prestations. « Des demandes incroyables, il fallait que ça pète, a déclaré Franck Attal » (un ancien de Bygmalion).

    Loges, jets privés, trains spéciaux, buffets, images et signal haute définition, écrans géants, nombre de techniciens doublé, rien n’était trop beau pour le président candidat, expose la procureure. « Il en fallait toujours plus, a déclaré Sébastien Borivent » (lui aussi ancien de Bygmalion).

    Pour la procureure, la fraude a démarré fin février 2012. On fait alors prendre en charge les dépenses de campagne par l’UMP au lieu de l’association de financement du candidat, et on émet ensuite de fausses factures pour dissimuler une partie importante de ces dépenses pharaoniques, résume-t-elle. « Une seconde fraude est ensuite mise en place, avec l’effacement de 3,5 millions d’euros de prestations du compte de campagne », rappelle également la magistrate. Les alertes des experts-comptables ont été ignorées.

    « Ceux qui sont ici ne sont pas de simples exécutants », avertit Vanessa Perrée en regardant les prévenus (Nicolas Sarkozy et Bastien Millot sont absents). Elle fustige tous ceux, en dehors de Jérôme Lavrilleux, Guy Alvès, Franck Attal et Sébastien Borivent, qui ont assuré n’avoir aucune responsabilité dans la fraude et avoir servi de fusibles. « C’est l’ignorance généralisée. Le déni. Une signature n’a aucune valeur. Personne n’est en charge des finances », moque-t-elle.

    « Le meeting de Villepinte à 6 millions d’euros ? Ils signaient d’un œil distrait, disent-ils. Mais leurs fonctions et leur formation rendent impossible leur défense », tranche la procureure. Du côté de l’UMP et de l’équipe de campagne, les mines des prévenus s’allongent. Quant aux dénégations de Nicolas Sarkozy, la magistrate les qualifie ironiquement de « farce », le terme qu’avait utilisé l’ancien chef de l’État, mardi, à la barre du tribunal, pour nier l’existence d’une fraude lors de sa campagne 2012.

    Que les dirigeants de Bygmalion se soient enrichis a posteriori en se versant des dividendes n’est que marginal, n’est pas délictueux, et n’explique pas l’explosion des coûts de la campagne, poursuit Vanessa Perrée. « La fraude ne peut se faire qu’en interaction avec l’UMP et l’équipe de campagne. » Par ailleurs, explique-t-elle, les marges pratiquées par Bygmalion étaient dans la moyenne et toutes les factures des sous-traitants ont été vérifiées. Il n’y avait pas de détournements ni de trésor caché à Bygmalion, contrairement aux déclarations pleines de sous-entendus de Nicolas Sarkozy.

    Nicolas Baïetto se lève à son tour. Le procureur détaille « l’œuvre collective » du truquage du compte de campagne. Côté UMP, équipe de campagne et experts-comptables, le procès a été un « cortège de dénégations infinies ». Les anciens de Bygmalion, eux (à l’exception de Bastien Millot), ont assumé leurs responsabilités. « Le paradoxe de cette affaire, c’est que les moins malhonnêtes sont les hommes d’affaires », cingle le magistrat.

    La décision de frauder venait en premier lieu de l’équipe de campagne et de l’UMP. « Les dirigeants de Bygmalion ont accepté en commun de prendre part à ce système, avec des risques et avec des profits », explique Nicolas Baïetto.

    Vanessa Perrée reprend la parole. Elle éreinte les « dénégations absurdes » des anciens cadres dirigeants de l’UMP, Éric Cesari, Fabienne Liadzé et Pierre Chassat, qui ont élaboré en commun, selon elle, le système de fausses factures. Quant à Jérôme Lavrilleux, qui « reconnaît avoir eu un rôle dans ce système de fraude », il ne dit pas tout. Il a notamment assuré avoir caché la fraude à Jean-François Copé, alors patron de l’UMP. « Ses déclarations visent peut-être à protéger ceux qu’il sert ou qu’il affectionne », lance la procureure.

    Les experts-comptables Pierre Godet et Marc Leblanc, qui disent n’avoir rien vu, tout comme le directeur de campagne, Guillaume Lambert, ainsi que Philippe Briand et Philippe Blanchetier, alors mandataire financier et trésorier de l’association de financement, en prennent également pour leur grade.

    Quant à Nicolas Sarkozy, « lui ne regrette visiblement rien, il n’est venu qu’à une audience alors que toutes le concernaient », lance Vanessa Perrée. Elle fustige sa « désinvolture vis-à-vis de ses coauteurs, vis-à-vis du tribunal, et comme pour la gestion de ses comptes de campagne ».

    Pour la procureure, l’infraction de financement illégal de campagne est caractérisée. « Il y a eu dépassement, Nicolas Sarkozy en a eu connaissance. Il est le signataire et le seul responsable de son compte de campagne. Il était informé des notes d’alerte et il a donné des instructions contraires. C’est sa volonté, de dépasser le plafond autorisé. Sa responsabilité pénale est engagée, résume la magistrate. C’est son choix, d’augmenter les meetings. C’est lui qui décide de leur nombre et de leur format. »

    Vanessa Perrée rappelle que Nicolas Sarkozy « briguait un second mandat, signait des décrets et des traités » en tant que chef de l’État et que, dès lors, il ne pouvait pas signer son compte de campagne « les yeux fermés », comme il l’a déclaré. Dire qu’il ne s’occupait ni du budget ni des finances de la campagne, et qu’il avait beaucoup délégué, cela ne suffit pas à l’exonérer de toute responsabilité aux yeux du parquet.

    « Que Nicolas Sarkozy ne se présente pas comme un prince ennemi de la fraude, mais qu’il assume ce que ses équipes ont fait pour lui, lance la magistrate. Il ne peut pas se défausser sur d’autres de sa responsabilité. Cela ne correspond pas aux devoirs de la charge qu’il briguait. » « En dopant sa campagne, il n’a pas respecté le principe d’égalité des candidats. »

    Au terme d’un peu plus de quatre heures de réquisitoire, des peines sont réclamées contre les 14 prévenus, tous coupables aux yeux du parquet.

    Les anciens de Bygmalion d’abord. 18 mois de prison avec sursis, une amende de 100 000 euros et une interdiction de gérer pendant trois ans sont demandés contre Franck Attal, Sébastien Borivent et Guy Alvès. Quant à Bastien Millot, déjà condamné par ailleurs et qui nie en bloc, le parquet requiert une peine de deux ans de prison, dont un avec sursis, et 150 000 euros d’amende.

    Les anciens de l’UMP suivent. Deux ans de prison avec sursis sont demandés contre Pierre Chassat, trois avec avec sursis contre Fabienne Liadzé et quatre ans avec sursis contre Éric Cesari. Des amendes et des peines d’interdiction de droit de vote et d’éligibilité sont également demandées contre eux trois. Le parquet demande par ailleurs une peine de trois ans de prison avec sursis et une amende contre Jérôme Lavrilleux.

    Contre les experts-comptables Pierre Godet et Marc Leblanc, et l’avocat Philippe Blanchetier, des peines de prison avec sursis et une interdiction temporaire d’exercer sont demandées.

    Le parquet réclame trois ans de prison avec sursis, une amende et une interdiction de droit de vote et d’éligibilité contre Philippe Briand. Une peine de quatre ans de prison avec sursis et une amende sont par ailleurs réclamées contre le préfet Guillaume Lambert.

    Quant à Nicolas Sarkozy, qui encourt une sanction moindre que celles des autres prévenus, le parquet requiert contre lui un an de prison, dont six mois avec sursis. L’ancien chef de l’État est le seul prévenu, avec Bastien Millot, contre qui de la prison ferme est réclamée. Il n’en a décidément pas fini avec la justice.

    #sarkozy #mailfaiteurs

  • Re-infection with #SARS-CoV-2 in Patients Undergoing Serial Laboratory Testing
    https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciab345/6251701

    #COVID-19 : Un taux de #réinfection inférieur à 1% après une forme sévère
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-un-taux-de-reinfection-inferieur-1-apres-une-forme-severe

    Et chez les 0,7% de personnes réinfectées…

    … [l’]#immunité naturelle est suffisamment forte […] pour réduire considérablement le risque de complications et de décès.

    Pas de différences entre femmes et hommes et pas d’influence de l’âge.

  • Impact of #vaccination on new #SARS-CoV-2 infections in the United Kingdom
    https://www.nature.com/articles/s41591-021-01410-w

    Étude communautaire évaluant les vaccins Astra-Zeneca et Pfizer : efficacité élevée sans différence entre les 2 #vaccins ; surtout efficaces contre les formes symptomatiques et celles à charge virale élevée ; intervalle de confiance trop large pour savoir si les #variants non alpha sont aussi sensibles que le variant alpha.

    Conséquence de ce qui est mis en gras :

    Overall, approximately one-fifth of infections with Ct < 30 were in individuals not reporting symptoms during their episode. These infections could be particularly relevant for #transmission as these individuals may not be aware of their infection status despite having a relatively high viral load. Maintaining measures such as social distancing may therefore still be needed to control the virus spread until enough of the population is vaccinated.

    #distanciation

  • The four most urgent questions about long COVID
    https://www.nature.com/articles/d41586-021-01511-z

    It seems unlikely that the virus itself is still at work, says Evans. “Most of the studies have shown that after a few weeks you’ve pretty much cleared it, so I very much doubt it’s an infective consequence.”

    However, there is evidence that fragments of the virus, such as protein molecules, can persist for months7, in which case they might disrupt the body in some way even if they cannot infect cells.

    A further possibility is that long COVID is caused by the immune system going haywire and attacking the rest of the body. In other words, long COVID could be an autoimmune disease. “#SARS-CoV-2 is like a nuclear bomb in terms of the immune system,” says Steven Deeks, a physician and infectious-disease researcher at the University of California, San Francisco. “It just blows everything up.” Some of those changes might linger — as has been seen in the aftermath of other viral infections (see ‘What is the relationship between long COVID and other #post-infection syndromes?’).

    Still, it is too early to say which hypothesis is correct, and it might be that each is true in different people: preliminary data suggest that #long_COVID could be several disorders lumped into one

    #post_covid #auto-immunité

  • #COVID-19 Antibody Tests : A Valuable Public Health Tool with Limited Relevance to Individuals
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7836413

    Entre autres raisons (aux #Etats-Unis) :

    Non seulement plusieurs tests restent autorisés par la #FDA malgré la preuve de leur mauvaise qualité…

    Independent validation studies indicated many tests were of poor quality, which led to media attention and Congressional hearings […]

    […]

    Inaccurate tests are still in use; yet, there have been no recalls. Though some major biotechnology companies have stopped selling tests following poor independent validation studies, the FDA issued guidance revoking Emergency Use Authorization (EUA) for just two tests

    … mais en plus plusieurs tests non autorisés sont utilisés !

    Some test manufacturers fraudulently claimed FDA approval for their tests. Independent research groups have led the way in monitoring evaluations of antibody tests [23., 24., 25., 26.]. The FDA now maintains a list of tests that have not received EUA and that should not be distributed, now including 155 serology tests, but this information is not prominently displayed [27]. The lack of clear messaging on FDA EUA status has led to the use of potentially inaccurate tests [28].

    #sérologie #sars-cov2 #tests #anticorps

  • Does vaccinating adults stop kids from spreading COVID too?
    https://www.nature.com/articles/d41586-021-01549-z

    La question sous-jacente : est-il nécessaire de vacciner les enfants ?

    In the United States […] cases in children (generally those under the age of 18) fell by 84% between January and May. Just over half of the US population — predominantly adults — has received at least one vaccine dose.

    Donc…

    … children are most often infected by adults, says Eric Haas, a paediatric infectious-diseases physician and epidemiologist at the Israel Ministry of Health in Jerusalem. “Otherwise, you would expect that if children go back to school, they would just infect each other en masse.”

    Mais

    But recent data also suggest that unvaccinated children might still be important spreaders of the virus. During May, almost 100 outbreaks — defined as two or more cases — occurred in primary and secondary schools in England.

    That number is small, however, representing just a “tiny proportion” of England’s 25,000 schools, says Shamez Ladhani, a paediatric infectious-diseases physician with Public Health England. He also notes that overall infection rates in school-aged children changed little in the six weeks after schools reopened.

    Nonetheless, Tang says that transmission in schools shouldn’t be ignored. Britain’s vaccine roll-out has been slower than Israel’s, he argues, and school reopenings have coincided with the increased spread of B.1.617.2 — also known as the Delta variant — in UK communities. As a result, the virus might continue to circulate in children.

    This is an important point, he says, because the longer the pandemic continues, the greater the chance that new #variants with some resistance to vaccines will emerge.

    #vaccins #enfants #covid-19 #sars-cov2

  • New Evidence Suggests #COVID-19 Vaccines Remain Effective Against #Variants
    https://www.npr.org/sections/health-shots/2021/06/09/1004738276/new-evidence-suggests-covid-19-vaccines-remain-effective-against-variants

    “What we showed is that the neutralizing antibodies are reduced about fivefold to the B.1.351 variant,” says Dan Barouch, director of the Center for Virology and Vaccine Research at Beth Israel Deaconess Medical Center in Boston. Under the new nomenclature proposed by the World Health Organization, B.1.351 is now called Beta. It first appeared in South Africa.

    “That’s very similar to what other investigators have shown with other vaccines,” he says. “But what we also showed is that there’s many other types of immune responses other than neutralizing antibodies, including binding antibodies, FC functional antibodies and T-cell responses.”

    And it’s that last immune response, the T-cell response, that Barouch says is critically important. Because T cells, particularly CD8 T cells, play a crucial role in preventing illness.

    […]

    “Those are the killer T cells,” Barouch says. “Those are the types of T cells that can basically seek out and destroy cells that are infected and help clear infection directly.”

    They don’t prevent infection; they help keep an infection from spreading.

    “The T-cell responses actually are not reduced — at all — to the variants,” Barouch says. It’s not just the Beta variant, but also the Alpha and Gamma variants.

    That may help explain why the Johnson & Johnson vaccine prevented serious disease when tested in volunteers South Africa, where worrisome variants are circulating.

    “The data is very solid,” says Alessandro Sette, an immunologist at the La Jolla Institute for Immunology. “Dan Barouch’s data really show very nicely that there is no appreciable decrease in [CD8 T-cell] reactivity.”

    Sette’s lab has had similar results with the Pfizer-BioNTech and Moderna COVID-19 vaccines. So has Marcela Maus at Massachusetts General Hospital. Although it will take studies in people to be certain the vaccines will work against variants, “Anything that generates a T-cell immune response to the #SARS-CoV-2, I would say has promise as being potentially protective,” Maus says.

    What’s not clear yet is how long the T-cell response will last, but several labs are working to answer that question.

    #immunité_cellulaire #vaccins

  • Sciences : le déclin français s’accentue

    La #géopolitique de la science annonce souvent la géopolitique de demain. Il est donc utile de se plonger dans le dernier #rapport de l’#Observatoire_des_sciences_et_des_techniques. Il nous dit vers quoi le monde tend. Et permet aussi de dresser un bilan en un seul mot des politiques menées par Jacques #Chirac, Nicolas #Sarkozy et François #Hollande en (dé)faveur de la #recherche_scientifique publique : catastrophique.

    L’OST a donc publié, avant-hier, un rapport sur « La position scientifique de la France », fondé sur des chiffres couvrant la période 2005 à 2018. En quelques graphiques, commentés, il permet d’aller à l’essentiel.

    Un, le rouleau compresseur chinois (aidé par la Corée du Sud, l’Inde, le Brésil et l’Iran) fait reculer fortement la domination américano-européenne (plus le Japon) qui a marqué la #science_mondiale de la seconde moitié du 20ème siècle. Deux : les trois pays qui reculent le plus dans cette compétition sont le #Japon, la France et les #Etats-Unis. Trois : dans le cas de la France, le déclin annoncé par les contestataires des #réformes de la recherche scientifique publique des trois derniers quinquennats (pour Macron, il a continué dans la même ligne, mais les chiffres en seront connus plus tard) s’est produit.

    En 2018, les États-Unis, avec 19%, sont devancés par la Chine dont la part mondiale atteint 20 %. Suivent le Royaume-Uni (4,5 %), l’Allemagne (4,3 %), le Japon (3,9 %), l’Inde (3,8 %), l’Italie (3,0 %), la Corée du Sud (2,9 %) et la France (2,8 %).

    En 2018, j’avais souligné la vigoureuse « remontada » de la Chine, partie des tréfonds du classement mondial à la fin des années 1980. Et Le Monde avait fait sa Une avec mon article. Le mouvement ne s’est pas ralenti, et la Chine a dépassé les Etats-Unis en nombre d’#articles publiés bien avant ce qui avait été anticipé par les observateurs de la géopolitique de la science.

    pas jusqu’au ciel

    Mais, ronchonnerait un sceptique… et la qualité ? De la science. Eh bien, elle monte, elle monte. Pas jusqu’au ciel, mais…. au dessus de celle de la France. C’est ce qu’indique le graphique suivant qui montre les parts mondiales du top du top, les articles faisant partie du club très sélect du 1% des plus cités par les autres chercheurs après leur parution. Et dans ce 1%, si les Etats-Unis sont toujours en première place, ils sont désormais talonnés par une Chine qui augmente sa part à une vitesse sidérante.

    D’ailleurs, si l’on mesure cette qualité non par les articles les plus cités mais par le nombre de citations de l’ensemble des publications, la Chine est désormais au niveau de la moyenne mondiale, après une remontée aussi spectaculaire que celle de la quantité de sa production. Et si les Etats-Unis ont un impact supérieur de 25% à la moyenne mondiale, celui des publications chinoises était en 2017 au même niveau que celui de l’Allemagne, et un peu supérieur à celui de la France.

    Le déclin de la France

    La France recule. C’est incontestable. Les chiffres sont là. On peut toujours pinailler, contester la mesure, souligner qu’elle ne dit pas tout. Après tout, le champion toutes catégories du nombre d’articles publiés… c’est Didier Raoult, l’homme aux milliers d’articles la plupart publiés dans des revues qu’il contrôle et d’un intérêt scientifique médiocre.

    Les critiques de l’analyse bibliométrique comme mesure de la qualité de la science produite tant au plan individuel que collectif sont nombreuses et tout à fait bienvenues. La montée en puissance des pays émergents et surtout de la Chine va dans le sens de l’histoire et la fin de l’hégémonie de la triade USA/Europe/Japon sur la production de sciences est tout à la fois inéluctable et un moyen de rééquilibrer les puissances technologiques au niveau des démographies.

    Mais l’ironie de l’affaire est que c’est justement au nom d’une mesure de l’efficacité d’un système de recherche par une #bibliométrie simpliste, voire bête et méchante (si bête qu’elle calcule que Didier Raoult vaut deux fois Albert Einstein… ), que les pouvoirs politiques de droite et socialiste ont imposé les réformes des 15 dernières années. Du coup, au nom de quoi pourraient-ils maintenant prétendre à l’erreur de mesure, lorsqu’elle leur dit « vous avez eu tout faux ! »

    #Démissions massives

    Ce constat ne peut éluder les responsabilités de tous les gouvernements qui, depuis l’élection de Jacques Chirac en 2002, ont prétendu agir de manière vigoureuse pour réformer le système public de recherche au nom de l’#efficacité. Vigoureuse au point de susciter des contestations parfois spectaculaires – rappelez-vous la démissions massive des directeurs de laboratoires en 2004, ou les manifestations et grèves des universitaires en 2009 pour protester contre les réformes de Nicolas Sarkozy. Quant à François Hollande, après avoir beaucoup promis en 2012, il a beaucoup déçu de 2012 à 2017.

    Quant à la ministre d’Emmanuel Macron, Frédérique Vidal, elle fait autre chose que des provocations sur l’islamo-gauchisme qui ravagerait nos Universités. Elle poursuit la même politique. Médiocrement lorsqu’elle ment à nos parlementaires en prétendant que nos biologistes disposent des cryo-microscopes avec lesquels on peu élucider la structure en 3D du Sars-Cov-2 alors qu’ils les réclament en vain depuis des années. Et plus encore avec la loi sur la recherche dont on peut lire ici la colère qu’elle a soulevée.

    Le rapport de l’OST ne dit rien des causes de ce déclin. Dommage. Il agite le moindre insuccès des publications sortant des laboratoires… qui ont gagné les compétitions incessantes pour l’accès aux crédits. Constater que ceux qui sont mieux financés que d’autres produisent plus est pour le moins trivial. Il est certain qu’un athlète bien nourri court plus vite qu’un affamé. Ce rapport sonnera t-il le tocsin, alors que la biologie française a très peu contribuée à l’analyse du coronavirus et échoué à produire un vaccin ?

    https://www.lemonde.fr/blog/huet/2021/02/25/sciences-le-declin-francais
    #science #France #déclin #recherche #université #facs #Chine #chiffres #statistiques #publications #publications_scientifiques

    • #StartUp_Nation : le modèle qui prédomine chez est le modèle américain. Former des chercheurs coute cher en effort de formation. Donc, l’idée est de garder le pognon pour débaucher les chercheurs déjà opérationnels formés à la charge des autres pays.

      Quant au modèle éducatif interne : en avoir selon ses moyens et obtenir une classe éduquée endettée, donc moins encline à faire chier et plus prompte à obéir.

      Est-ce que c’est tenable au long terme ? Non. Surtout si les pays pourvoyeurs se mettent à faire la même chose.

  • Briançonnais : sur la route des migrants, des tas de #vêtements

    https://www.ledauphine.com/societe/2021/05/31/brianconnais-sur-la-route-des-migrants-des-tas-de-vetements

    –-> Cette question avait déjà été soulignée par #Sarah_Bachellerie dans son mémoire de master « Traquer et faire disparaître. La fabrique de l’invisibilité du contrôle migratoire à la frontière franco-italienne du Briançonnais » (2019) :


    (p.82)

    #habits #nature #environnement #écologie #migrations #asile #réfugiés #Montgenèvre #Briançonnais #Briançon #Hautes-Alpes #montagne

  • Global trends in clinical studies of ivermectin in COVID-19
    THE JAPANESE JOURNAL OF ANTIBIOTICS
    Mar. 2021
    http://jja-contents.wdc-jp.com/pdf/JJA74/74-1-open/74-1_44-95.pdf

    Conclusion

    The effective concentration of #ivermectin against #SARS-CoV-2 in an in vitro experiment by Caly et al. is as high as 2 μM; in clinical practice, it is necessary to administer tens of times the normal dose in order to obtain such a blood concentration. Therefore, there are opinions from the IDSA98) and others that the therapeutic effect of #COVID-19 cannot be expected by the administration of the normal dose of ivermectin.

    However, in actual medical practice, there are many study reports demonstrating that the administration of a normal dose does indeed show a clinical response. As of the 27th of February 2021, the results of 42 clinical studies worldwide have undergone meta-analysis and concluded that ivermectin is effective in the treatment and prevention of COVID-19. In the UK, a consensus-based recommendation by 75 healthcare professionals from 17 countries around the world has been carried out and submitted to the WHO to further encourage the issuance of guidelines for the use of ivermectin in the treatment and prevention of COVID-19. We must consider why such a discrepancy is occurring.

  • Incidence of #SARS-CoV-2 infection according to baseline antibody status in staff and residents of 100 long-term care facilities (#VIVALDI): a prospective cohort study - The Lancet Healthy Longevity
    https://www.thelancet.com/journals/lanhl/article/PIIS2666-7568(21)00093-3/abstract

    In summary, the risk of a SARS-CoV-2 #reinfection was substantially reduced in staff and residents of LTCFs who were SARS-CoV-2 antibody-positive and the observed reinfections were not clinically severe. Understanding the correlates of immunity that protect against future infection will be fundamental to policy decisions regarding LTCFs, including re-vaccination schedules and the ongoing need for non-pharmaceutical interventions to prevent SARS-CoV-2 transmission.

  • BK Titanji #ILookLikeAScientist sur Twitter :
    “I made this summary for a talk I’m giving and figured it might be useful to others who like me may be struggling to keep up with key VOCs and their characteristics as well as the efficacy of different vaccines.
    Feel free to use with credit.
    PS: These things change rapidly” / Twitter
    https://twitter.com/Boghuma/status/1401158304248827912

    #variants #vaccins #covid-19 #sars-cov2

  • Immunity to the Coronavirus May Persist for Years, Scientists Find - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/05/26/health/coronavirus-immunity-vaccines.html

    [...] memory B cells produced in response to infection with #SARS-CoV-2 and enhanced with #vaccination are so potent that they thwart even variants of the virus, negating the need for boosters, according to Michel Nussenzweig, an immunologist at Rockefeller University in New York who led the study on memory maturation.

    Après avoir contracté le #coronavirus, l’#immunité pourrait durer bien plus d’un an - Edition du soir Ouest-France - 27/05/2021
    https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2021-05-27/apres-avoir-contracte-le-coronavirus-limmunite-pourrait-durer-bien-plus

    Les chercheurs ont analysé le sang de 63 patients guéris du #Covid-19 un an plus tôt, dont 26 ont aujourd’hui reçu au moins une dose des vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna. [Chez les personnes qui ont été vaccinées] [n]on seulement, le taux d’anticorps empêchant la réinfection est resté stable entre six et douze mois, mais les lymphocytes B à mémoire se sont aussi renforcés au fil du temps. Un an après l’infection, les anticorps qu’ils produisent ont acquis la capacité de neutraliser un large groupe de #variants

    [...]

    « Les personnes qui ont été infectées [puis] ont été vaccinées ont vraiment une réponse formidable, un ensemble formidable d’anticorps, qu’elles continuent à faire évoluer, explique le Dr Nussenzweig. Je m’attends à ce qu’ils durent longtemps. » [...]

    Afin de bénéficier d’une meilleure protection, les personnes qui n’ont jamais été infectées par le coronavirus pourraient, elles, avoir besoin d’une troisième dose, afin de voir leur réponse immunitaire améliorée. Pour l’heure, les scientifiques pointent un manque de données, qui devrait être comblé dans les prochains mois. Aujourd’hui, en Europe, seules les personnes immunodéprimées se sont vues recommander l’injection d’une troisième dose.

    SARS-CoV-2 infection induces long-lived bone marrow plasma cells in humans | Nature
    https://www.nature.com/articles/s41586-021-03647-4

    Vaccination boosts naturally enhanced neutralizing breadth to SARS-CoV-2 one year after infection | bioRxiv
    https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.05.07.443175v1

    #vaccins

  • Same-day #SARS-CoV-2 antigen #test screening in an indoor mass-gathering live music event: a randomised controlled trial - The Lancet Infectious Diseases
    https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(21)00268-1/abstract

    We designed a randomised controlled open-label trial to assess the effectiveness of a comprehensive preventive intervention for a mass-gathering indoor event (a live concert) based on systematic same-day screening of attendees with Ag-RDTs, use of facial masks, and adequate air ventilation.

    [...]

    Adults aged 18–59 years with a negative result in an Ag-RDT from a nasopharyngeal swab collected immediately before entering the event were randomised 1:1 (block randomisation stratified by age and gender) to either attend the indoor event for 5 hours or go home. Nasopharyngeal specimens used for Ag-RDT screening were analysed by real-time reverse-transcriptase PCR (RT-PCR) and cell culture (Vero E6 cells). 8 days after the event, a nasopharyngeal swab was collected and analysed by Ag-RDT, RT-PCR, and a transcription-mediated amplification test (TMA).

    [...]

    At baseline, 15 (3%) of 495 individuals in the control group and 13 (3%) of 465 in the experimental group tested positive on TMA despite a negative Ag-RDT result. The RT-PCR test was positive in one case in each group and cell viral culture was negative in all cases. 8 days after the event, two (<1%) individuals in the control arm had a positive Ag-RDT and PCR result, whereas no Ag-RDT nor RT-PCR positive results were found in the intervention arm. The Bayesian estimate for the incidence between the experimental and control groups was –0·15% (95% CI –0·72 to 0·44).

    Interpretation

    Our study provides preliminary evidence on the safety of indoor mass-gathering events during a COVID-19 outbreak under a comprehensive preventive intervention.

    #transmission

  • Montréal et la troisième vague | La prudence a payé | La Presse
    https://www.lapresse.ca/actualites/2021-05-24/montreal-et-la-troisieme-vague/la-prudence-a-paye.php

    « On s’est rendu compte à quel point les taux d’attaque dans des classes et à travers les professeurs étaient vraiment élevés par rapport à l’ancienne souche. […] Chez certaines familles, c’était des 100 % de taux d’attaque. […] À partir de ce cas, on a changé complètement notre approche d’enquête et d’intervention pour les cas qui étaient associés au variant britannique », explique la Dre Drouin.

    #covid-19 #écoles #enfants #transmission #sars-cov2

  • Several #SARS-CoV-2 #Variants Are Resistant to the Pfizer/BioNTech and Moderna Vaccines - Mass General Advances in Motion
    https://advances.massgeneral.org/research-and-innovation/journal.aspx?id=1940

    This study quantified neutralizing antibodies against pseudoviruses mimicking SARS-CoV-2 variants in 99 individuals who had received one or two doses of the Pfizer/BioNTech or Moderna COVID-19 vaccines

    Neutralization against many variants , such as B.1.1.7 (U.K.), was largely the same as with SARS-CoV-2 wild-type virus

    However, the P.2/P.1 (Brazilian/Japanese) and B.1.351 (South African) variants exhibited significant resistance even in fully vaccinated individuals, with decreases in neutralization antibodies of 3- to 7-fold and 19- to 42-fold, respectively

    Individuals who had received only a single recent vaccine dose had weaker neutralization titers overall, and most of them showed no neutralization at all against certain B.1.351 variants

    These results support the reformulation of existing vaccines to include diverse spike sequences; ultimately, development of new COVID-19 vaccines capable of eliciting broadly neutralizing antibodies may be necessary

    Source: Multiple SARS-CoV-2 variants escape neutralization by vaccine-induced humoral immunity - ScienceDirect
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0092867421002981

    #vaccins #vaccination #immunité

  • France : Nicolas Sarkozy de retour au tribunal dans l’affaire Bygmalion
    https://www.rfi.fr/fr/france/20210520-france-nicolas-sarkozy-de-retour-au-tribunal-dans-l-affaire-bygmalion

    Un mois et demi après sa condamnation dans une autre affaire, Nicolas #Sarkozy est à nouveau jugé à partir de ce jeudi 20 mai à Paris. L’ancien président est soupçonné d’avoir laissé filer ses comptes de campagne de la présidentielle de 2012 au-delà du plafond légal malgré les avertissements des experts-comptables. Le procès, qui aurait dû commencer le 17 mars, avait été reporté en raison de l’hospitalisation d’un des 14 prévenus, malade du Covid-19.

    https://graphics.rfi.fr/nicolas-sarkozy-justice-affaires-mise-examen

  • Diverse Functional Autoantibodies in Patients with COVID-19 | Nature
    https://www.nature.com/articles/s41586-021-03631-y

    We found that #COVID-19 patients exhibit dramatic increases in autoantibody reactivities compared to uninfected controls, with a high prevalence of autoantibodies against immunomodulatory proteins including cytokines, chemokines, complement components, and cell surface proteins. We established that these autoantibodies perturb immune function and impair virological control by inhibiting immunoreceptor signaling and by altering peripheral immune cell composition, and found that murine surrogates of these autoantibodies exacerbate disease severity in a mouse model of #SARS-CoV-2 infection. Analysis of autoantibodies against tissue-associated antigens revealed associations with specific clinical characteristics and disease severity. In summary, these findings implicate a pathological role for exoproteome-directed autoantibodies in COVID-19 with diverse impacts on immune functionality and associations with clinical outcomes.

    #auto-anticorps

  • Neutralizing antibody levels are highly predictive of immune protection from symptomatic SARS-CoV-2 infection | Nature Medicine
    https://www.nature.com/articles/s41591-021-01377-8

    Sérum de convalescents et de vaccinés.

    Le degré de protection contre les formes symptomatiques d’infection par le #SARS-CoV-2 est corrélé à la quantité d’anticorps neutralisant ; la protection contre les formes sévères nécessitent des taux moindres que ceux protégeant contre des formes moins sévères, ce qui fait qu’on est plus fréquemment et plus longtemps protégé contre les formes sévères,

    The estimated neutralization level for protection from severe infection is approximately sixfold lower than the level required to protect from any symptomatic infection. Thus, a higher level of protection against severe infection is expected for any given level of vaccine efficacy against mild SARS-CoV-2 infection. Assuming that this relationship remains constant over time, it appears probable that immunity to severe infection may be much more durable than overall immunity to any infection.

    Pour les variants, l’efficacité des vaccins est logiquement moindre par rapport à ceux dirigés contre le virus « d’origine », en sachant que cette diminution est corrélée à l’efficacité du vaccin au départ.

    For example, a fivefold lower neutralization titer is predicted to reduce efficacy from 95% to 77% in a high efficacy vaccine [exemple du Pfizer], but from 70% to 32% for a vaccine with lower initial efficacy.

    #immunité #vaccins #covid-19

  • The 60-Year-Old Scientific Screwup That Helped Covid Kill | WIRED
    https://www.wired.com/story/the-teeny-tiny-scientific-screwup-that-helped-covid-kill

    Alors même qu’un ingénieur, William Firth Wells, avait affirmé qu’un #aérosol pouvait aller jusqu’à 100 microns, la CDC étasunienne n’avait retenu qu’une de ses expérimentations dans laquelle l’aérosol expérimenté était inférieur ou égal à 5 microns.

    Cette limite a été perpétuée par la suite sans vérification, expliquant le refus jusqu’à un passé très récent de la CDC et de l’OMS d’accréditer l’idée d’une contamination du #sars-cov2 par #aérosols.

    What must have happened, she thought, was that after Wells died, scientists inside the CDC conflated his observations. They plucked the size of the particle that transmits tuberculosis out of context, making 5 microns stand in for a general definition of airborne spread. Wells’ 100-micron threshold got left behind. “You can see that the idea of what is respirable, what stays airborne, and what is infectious are all being flattened into this 5-micron phenomenon,” Randall says. Over time, through blind repetition, the error sank deeper into the medical canon. The CDC did not respond to multiple requests for comment.

    #autorité

    • Fascinant. Il y a une information qui semble manquer dans l’article : qu’est-ce qui permettait d’affirmer que les particules porteuses du virus avaient une taille supérieure à 5 microns, puisque c’est cela qui permettait à l’OMS de mettre en cause le caractère aéroporté, selon sa doxa courante.

    • CT : Vous parlez d’une tendance de plus en plus fréquente à « surestimer le préjudice » qui nous est fait lors d’un conflit en l’interprétant comme une agression, comment expliquez-vous cela ?

      S.S : Je pense qu’il y a deux dynamiques importantes qui participent souvent d’une escalade de la violence : l’une est liée à une situation de domination et l’autre au traumatisme. Lorsqu’une personne en situation de domination s’installe dans l’idée qu’elle ne devrait pas être remise en question et que quelqu’un exprime sa différence, l’inconfort vécu par la première est souvent interprété comme une attaque. Différemment, lorsque vous avez vécu des traumatismes, la différence que l’autre incarne dans le cadre d’un conflit est parfois si difficile à gérer émotionnellement qu’elle en vient à son tour à être perçue ou présentée comme une menace.

      Dans tous les cas, nous transformons des situations de conflits en prétendant qu’elles sont des agressions afin de nous positionner comme une victime irréprochable. À notre époque, pour être digne de compassion, nous devons incarner cet idéal de pureté. Si l’on participe d’une quelconque manière à un conflit, nous ne sommes plus éligibles à la compassion. Je pense pourtant que tout le monde devrait être digne de compassion sans condition.

    • #Sarah_Schulman

      Le conflit n’est pas une agression
      Rhétorique de la souffrance, responsabilité collective et devoir de réparation

      https://editions-b42.com/produit/le-conflit-nest-pas-une-agression

      Traduit de l’anglais par Julia Burtin Zortea et Joséphine Gross.

      Des relations intimes aux politiques globales, Sarah Schulman fait le constat d’un continuum : individus comme États font souvent basculer les situations conflictuelles dans le registre de l’agression, criminalisant leurs opposants pour couper court à la contradiction et échappant ainsi à leur propre responsabilité dans les conflits. En distinguant conflit et agression, l’autrice interroge notre culture de la stigmatisation. Ce travail profond, aussi courageux qu’impertinent, montre comment la sanction et la répression prennent le pas sur l’auto-analyse à l’échelle individuelle et collective, et comment l’altérité sert de justification à la violence et à l’exclusion. Ce livre intentionnellement polémique offre un aperçu des dynamiques contemporaines et historiques qui prennent les différences intimes, raciales et géopolitiques pour des éléments déclencheurs de la course à l’injustice, à l’exclusion et à la répression. Le conflit n’est pas une agression est un virulent plaidoyer contre le phénomène culturel de l’accusation, révélant combien les personnes en situation de pouvoir exacerbent et manipulent la crainte de l’« autre » pour éviter toute remise en question.