• Anarchistes d’Espagne : les années Paname

    Nedjib Sidi Moussa

    https://lavoiedujaguar.net/Anars-d-Espagne-les-annees-Paname

    Dans Dédicaces. Un exil libertaire espagnol (1939-1975), Freddy Gomez raconte les années parisiennes d’anarcho-syndicalistes ayant fui la victoire des troupes franquistes.

    Dès l’incipit, Freddy Gomez souligne le caractère fictionnel de ces Dédicaces tout en indiquant que son récit se déploie « au croisement de la mémoire et de l’imaginaire ». L’auteur — à qui l’on doit le « bulletin de critique bibliographique » en ligne À contretemps, fondé avec sa compagne Monica Gruszka (1948-2016) — raconte, à mots couverts, les circonstances dans lesquelles il a été amené à entreprendre son récit.

    Si les premières pages s’ouvrent avec gravité sur le deuil et la défaite, le thème du roman demeure l’exil, celui des libertaires espagnols entamé après la guerre civile et cette « révolution sociale trahie, poignardée, empêchée ». Son protagoniste principal, Cristobal Barcena, relève de la fiction même si l’écrivain précise qu’il « emprunte parfois à des personnages qui ont réellement existé ». (...)

    #mémoire #exil #libertaire #Espagne #Paris #CNT #Camus #André_Breton #Sartre #Debord


  • Sartre, L’être et le néant (3/4) : Une #psychanalyse sans inconscient ?

    https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/sartre-letre-et-le-neant-34-une-psychanalyse-sans-inconscient

    Avec la psychanalyse existentielle, il souhaite tirer de la philosophie qu’il vient de livrer dans les 600 pages précédentes, une méthode de compréhension des comportements de l’homme. Cette première ébauche de la psychanalyse existentielle se prolongera après "L’Être et le Néant" dans de denses études sur Baudelaire, Genet et surtout Flaubert.
    Le texte du jour

    On nous dit que Flaubert avait une « ambition grandiose », et toute la description précitée s’appuie sur cette ambition originelle. Soit. Mais cette ambition est un fait irréductible qui ne satisfait aucunement l’esprit. C’est que l’irréductibilité, ici, n’a d’autre raison qu’un refus de pousser plus loin l’analyse. (…) « Voilà, se dit-on, Flaubert était ambitieux. Il était comme ça. » Il serait vain de se demander pourquoi il était tel que de chercher à savoir pourquoi il était grand et blond : il faut bien s’arrêter quelque part, c’est la contingence même de toute existence réelle. Ce rocher est couvert de mousse, le rocher voisin ne l’est point. Gustave Flaubert avait de l’ambition littéraire et son frère Achille en était dépourvu. C’est ainsi. Ainsi désirons-nous connaître les propriétés du phosphore et tentons-nous de les réduire à la structure des molécules chimiques qui le composent. Mais pourquoi y a-t-il des molécules de ce type ? C’est ainsi, voilà tout. La psychologie de Flaubert consistera à ramener, si c’est possible, la complexité de ses conduites, de ses sentiments et de ses goûts à quelques propriétés, assez comparables à celles des corps chimiques, et au-delà desquelles ce serait une niaiserie que de vouloir remonter. Et pourtant nous sentons obscurément que Flaubert n’avait pas « reçu » son ambition. Elle est signifiante, donc elle est libre. Ni l’hérédité, ni la condition bourgeoise, ni l’éducation ne peuvent en rendre compte ; bien moins encore les considérations physiologiques sur le « tempérament nerveux » (…). Il ne saurait donc aucunement fonder une signification. En un sens l’ambition de Flaubert est un fait avec toute sa contingence (…) mais en un autre, elle se fait et notre insatisfaction nous est un garant de ce que nous pourrions saisir par-delà cette ambition quelque chose de plus, quelque chose comme une décision radicale qui, sans cesser d’être contingente, serait le véritable irréductible psychique.

    Sartre, L’Être et le Néant (Gallimard, Tel, 2003). P.605

    #sartre #philosophie


  • BBC - Culture - Were #Sartre and #De_Beauvoir the world’s first modern couple?

    http://www.bbc.com/culture/story/20171211-were-sartre-and-de-beauvoir-the-worlds-first-modern-couple

    In 1929, the French philosophers #Jean-Paul_Sartre and #Simone_de_Beauvoir agreed to commit to an open relationship: one that lasted until Sartre’s death in 1980.

    “De Beauvoir had declared that whatever her many books and literary prizes, whatever her role in the women’s movement, her greatest achievement in life was her relationship with Sartre,” says the author Lisa Appignanesi in this film.



  • "Relire Marcuse pour ne pas vivre comme des porcs"

    Une vivifiante et salutaire analyse de l’oeuvre de Marcuse par le philosophe et mathématicien #Gilles_Châtelet publié dans le Monde diplomatique en août 1998.
    Pour appuyer l’exposé de Gilles Châtelet, une passionnante interview (1976) de #Marcuse ou il évoque entre autres le rôle de la philosophie politique dans les sociétés modernes.

    http://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CHATELET/10825

    Pour Marcuse, vivre les années 30, c’était être confronté directement à trois dispositifs redoutables qui articulaient la puissance technique et la domination politique : nazisme, socialisme totalitaire et capitalisme démocratique, par lesquels « la société et la nature, l’esprit et le corps sont gardés dans un état de mobilisation permanent ».

    Nous savons désormais que l’histoire a tranché et éliminé les deux dispositifs de mobilisation les plus brutaux ; que c’est la technologie de persuasion la plus subtile - et certainement la moins odieuse - qui l’a emporté. Mise au point par les ingénieurs sociaux américains des années 20, la « #manufacture du #consentement (8) », cette technologie répertoriée par Noam #Chomsky (lire « Machines à endoctriner ») comme machine à endoctriner, réussit à sévir ici et maintenant, partout et nulle part, des sphères les plus intimes de l’égo jusqu’à celles qui impliquent la mobilisation de masses humaines de très grandes dimensions.

    Partie 1/5
    (Il faut activer les sous-titres)
    https://www.youtube.com/watch?v=DMV-BR5AE00


    (...)

    Refuser d’affronter le problème de la mobilité, c’est céder à ce que Hegel appelle le valet de soi-même, à son prosaïsme, à son inertie, à son horizon borné, rester crispé à la finitude, tôt ou tard capituler devant les technologies de mobilisation (11) ou de mise au pas brutales ou subtiles. Penser la mobilité, c’est, selon Marcuse, capter toute la patience et le mordant de la pensée négative dont on pouvait croire qu’ « elle est en voie de disparition ». C’est refuser d’abdiquer devant les impostures qui prétendent aller de soi et se donnent comme « philosophie positive », légitimant une « sage résignation (12) » devant des lois sociales aussi naturelles que les lois de Newton. Avec cette philosophie, « combien il est doux d’obéir, lorsque nous pouvons réaliser le bonheur, d’être convenablement déchargés, par de sages et dignes guides, de la pesante responsabilité d’une direction générale de notre conduite (13) ».

    Partie2/5
    https://www.youtube.com/watch?v=vpr8ggnv9LI


    (...)

    Les analyses de L’Homme unidimensionnel amplifient l’offensive contre la « philosophie positive » et son jumelage de plus en plus tyrannique entre opérations mentales et pratiques sociales. Avec beaucoup de lucidité et de talent polémique, elles dénoncent le « jargon tracassier » et le « concret académique » d’une certaine philosophie qui aimerait réduire toute proposition à des énoncés aussi bouleversants que « Mon balai est dans le placard », « John mange le chapeau de Paul » ou le classique « Betty a cassé son sèche-cheveux au coin de la rue ».

    Marcuse anticipe le dressage cognitif et ethico-neuronal contemporain ! On se tromperait pourtant en y reconnaissant une méfiance conventionnelle de la technique. Ce ne sont pas les robots qui sont à craindre mais notre soumission de plus en plus étriquée à la commande socio-opérationnelle et Marcuse remarque : « La machine est une esclave qui sert à faire d’autres esclaves... Régner sur un peuple de machines asservissant le monde entier, c’est encore régner et tout règne suppose l’acceptation des schémas d’asservissement (15) .

    Partie 3/5
    https://www.youtube.com/watch?v=dEJV0Mt4t1w


    (...)

    Pour la Triple Alliance, tout ce qui prétend ne pas s’incliner devant les états de fait ou ne pas se reconnaître dans une pensée algorithmique, est soupçonnée de « romantisme malsain » d’« élitisme » ou, au mieux, de folklore recyclable dans les spéculations inoffensives des « cultural studies ». La science est d’ailleurs, elle aussi, mise à contribution : on ne compte plus les « Réflexions » ou les « Dialogues », différents par leur contenu scientifique mais identifiables par leur rationalisme endimanché et le ton désabusé qui sied à la philosophie en chaise longue. Nous sommes ici, bien sûr, aux antipodes des « philosophies dangereuses » réclamées par Gilles Deleuze et Michel Foucault : ce « rationalisme » ne menace que par son inertie et sa lourdeur - comme une barge à la dérive.

    Partie4/5
    https://www.youtube.com/watch?v=3yI8MeBBLdI


    (...)

    Le mariage - de cœur et de raison - de la Triple Alliance et de la Contre-Réforme libérale est désormais officiel, avec sa définition du travail comme denrée rare, ne posant aucun problème scientifique, transparent, reproductible et formalisable ; travail « outputé » par des opérateurs (17), ou mieux, des UET (unité élémentaire de travail).
    C’est la même pensée qui veut mater toute subversion de la langue et nier le réel du travail. Il s’agit, coûte que coûte, d’affubler la guerre de tous contre tous d’une rationalité cybernétique, quitte à nourrir - comme M. Bill Gates - l’ambition secrète de fabriquer des tranches d’âges, des comportements et des psychologies comme des jeans ; et remplacer la spéculation sur la viande sur pied des ingénieurs financiers d’autrefois par la spéculation sur un immense cheptel de neurones sur pied.
    Mais, performance oblige - et ceci n’aurait pas surpris Marcuse -, la Triple Alliance sait se montrer festive avec tout le cortège New Age, du nomade, du chaos, et pourquoi pas, du fractal. Pourtant, déjà Carnaval fait la grimace ; la langue semble se venger comme les incendies vengent la nature lorsque la broussaille fait place à la forêt : épidémies de lynchages médiatiques, proliférations de psychologies-zombies et, surtout, superstitions cultivées et engrangées par les sectes multinationales.

    Parie 5/5
    https://www.youtube.com/watch?v=-7V4gGfrJDU

    Extrait de « l’homme unidimensionnel » (P/74/75)

    La #société industrielle récente n’a pas réduit, elle à plutôt multiplié les fonctions parasitaires et aliénées(destinées à la société en tant que tout, si ce n’est à l’individu).
    La #publicité, les relations publiques, l’#endoctrinement, le gaspillage organisé ne sont plus désormais des dépenses improductives, ils font partie des couts productifs de base. Pour #produire efficacement cette sorte de gaspillage socialement nécessaire,il faut recourir à une #rationalité constante, il faut utiliser systématiquement les techniques et les sciences avancées. par conséquent, la société industrielle politiquement manipulée à presque toujours comme sous-produit un niveau de vie croissant, une fois qu’elle a surmonté un certain retard.
    la #productivité croissante du travail crée une super #production grandissante (qui est accaparée et distribuée soit par une instance privée soit par une instance publique) laquelle permet à son tour une #consommation grandissante et cela bien que la productivité croissante du travail tende à se diversifier. Cette configuration, aussi longtemps qu’elle durera, fera baisser la valeur d’usage de la liberté ;
    à quoi bon insister sur l’autodétermination tant que la vie régentée est la vie confortable et même la « bonne » vie. C’est sur cette base, rationnelle et matérielle que s’unifient les opposés, que devient possible un comportement politique #unidimensionnel. sur cette base, les forces politiques transcendantes qui sont à l’intérieur de la société sont bloquées et le changement qualitatif ne semble possible que s’il vient du dehors.
    Refuser l’#Etat de bien-être en invoquant des idée abstraites de #liberté est une attitude peu convaincante. La perte des libertés économiques et politiques qui constituaient l’aboutissement des deux siècles précédents, peut sembler un dommage négligeable dans un Etat capable de rendre la vie administrée, sûr et confortable. Si les individus sont satisfait, s’ils sont heureux grâce aux marchandises et aux services que l’administration met à leur disposition, pourquoi chercheraient-ils à obtenir des institutions différentes, une production différente de marchandises et de services ? E si les #individus qui sont au préalable #conditionnés dans ce sens s’attendent à trouver, parmi les marchandises satisfaisantes, des pensées, des sentiments et des aspirations, pourquoi désireraient-ils penser, sentir et imaginer par eux mêmes ? Bien entendu ces marchandises matérielles et culturelles qu’on leur offre peuvent être mauvaises, vides et sans intérêt mais le Geist et la connaissance ne fournissent aucun argument contre la satisfaction des besoins.
    La critique de l’état du bien-Etre en termes de #libéralisme (avec le préfixe néo ou sans sans) n’est pas valable parce qu’elle s’attache à des conditions que l’Etat de bien-Etre a dépassées : à un degré moindre de richesse #sociale et de technologie. Cette critique manifeste son aspect #réactionnaire en attaquant la législation sociale dans son ensemble et des dépenses gouvernementales justifiées et destinées à d’autres secteurs que ceux de la défense militaire.

    Traduit de l’anglais par #Monique_Wittig et l’auteur.
    Copyright : Editions de Minuit

    #Philosophie #Subjectivité #Existentialisme #Utopie #Praxis #anthropologie #Politique #idéologie #Sciences #Technologie #Marxisme #Socialisme #Capitalisme #Théorie_critique #Marchandise #Prolétariat #Travail #Aliénation #Ordre #Autorité #Violence #Kant #Hegel #Marx #Husserl #Freud #Heidegger #Sartre #Adorno #Horkheimer #Benjamin #Ecole_de_Francfort #Livres #Vidéo


  • Rendez-vous avec Frantz Fanon, par Salima Ghezali (Le Monde diplomatique, #2012/07)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/GHEZALI/47932

    Peu de livres auront autant marqué une génération d’intellectuels que « Les Damnés de la terre », avec la célèbre préface de Jean-Paul #Sartre glorifiant la violence de l’opprimé, en 1961. La pensée de Frantz #Fanon, dont l’expérience de psychiatre engagé fut décisive, mérite cependant d’être revisitée à la lumière des indépendances et de la terrible guerre civile qui a ravagé l’Algérie dans les années 1990.

    #Idées #Racisme #Histoire #Colonialisme #Intellectuels #Mouvement_de_libération #Guerre_d’Algérie #France #Algérie #Martinique

    Un homme hors de lui
    http://www.monde-diplomatique.fr/2012/07/DELTOMBE/47933

    La vie de #Frantz_Fanon, né en Martinique en juillet 1925, aura été brève : il n’a que 36 ans lorsqu’il meurt d’une leucémie à Washington, en décembre 1961.



  • Sartre et le « racisme antiraciste » - Les blogs du Diplo
    http://blog.mondediplo.net/2012-11-06-Sartre-et-le-racisme-antiraciste

    Le débat sur le racisme anti-Blancs continue de plus belle. Jean-François Copé tente d’utiliser ce thème pour se faire élire président de l’Union pour un mouvement populaire (UMP). Cette offensive, largement reprise à droite et à l’extrême droite, peu combattue à gauche, tente de mettre un signe d’égalité entre toutes les formes de rejet de l’autre. Elle ignore totalement la spécificité des situations et surtout que le racisme est une forme de domination institutionnalisée.

    Jean-Paul Sartre l’avait bien compris, qui s’expliquait dans une préface à l’Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française, de Léopold Sédar Senghor (Presses universitaires de France (PUF), Paris, 1948, rééd. « Quadrige », 2001).

    Ce texte, intitulé « Orphée noir » (PDF), se terminait par cette citation d’Aimé Césaire, qui appelait les Noirs à saisir la chance historique censée leur permettre de « pousser d’une telle raideur le grand cri nègre que les assises du monde en seront ébranlées ».

    #Sartre #islamophobie #racisme


  • Les renseignements canadiens avaient à l’œil Jean-Paul Sartre
    http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201205/21/01-4527231-la-grc-avait-a-loeil-jean-paul-sartre.php

    Le dossier, qui tient en deux volumes totalisant 234 pages, a été obtenu par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information auprès de Bibliothèque et Archives Canada.

    L’intérêt de la GRC pour Jean-Paul Sartre remonte au moins à octobre 1952. Les agents de la police fédérale avaient alors pris connaissance d’un discours qu’il avait prononcé au Parlement français.

    La GRC a surveillé un large éventail de groupes et de personnes au cours de la Guerre froide, afin de tenter d’identifier des individus subversifs de gauche.

    #Canada #Sartre #renseignement #surveillance


  • *Si l’on inscrit l’islamophobie, comme le suggère Etienne Balibar, dans un « antisémitisme généralisé », le texte de #Sartre suivant, extrait de Réflexions sur la Question juive , prendra un tout autre sens. Pour en mesurer la pertinence, il suffira de substituer, dans la tradition du détournement (cher à Lautréamont et à Debord), le terme "musulman" à celui de "juif"... *


    « Si l ’on convient avec nous que l’homme est une liberté en situation, on concevra facilement que cette liberté puisse se définir comme authentique ou inauthentique, selon le choix qu’elle fait d’elle-même dans la situation où elle surgit. L’authenticité cela va de soit consiste à prendre une conscience lucide et véridique de la situation et plus que du courage à assumer les responsabilités et les risques que cette situation comporte, à la revendiquer dans la fierté ou dans l’humiliation, parfois dans l’horreur et la haine. Il n’est pas douteux que l’authenticité demande beaucoup de courage et plus que du courage. Aussi ne s’étonnera-t-on pas que l’inauthenticité soit la plus répandue [...] Le Musulman n’échappe pas à cette règle : l’authenticité, pour lui, c’est de vivre jusqu’au bout sa condition de Musulman , l’inauthenticité de la nier ou de tenter de l’esquiver. Et l’inauthenticité est sans doute plus tentant pour lui que pour les autres hommes parce que la situation qu’il a revendiquer est celle de martyr. ». « L’authenticité musulmane consiste à se choisir comme Musulman , c’est-à-dire à réaliser sa condition musulmane. Le Musulman authentique abandonne le mythe de l’homme universel : il se connaît et se veut dans l’histoire comme créature historique et damnée ; il a cessé de se fuir et d’avoir honte des siens. Il a compris que la société : est mauvaise ; au monisme naïf du Musulman inauthentique, il substitue un pluralisme social ; il sait qu’il est a part, intouchable, honni, proscrit et c’est comme tel qu’il se revendique. Du coup, il renonce à son optimisme rationaliste : il voit que le monde est morcelé par des divisions irrationnelles et en acceptant ce morcellement - du moins en ce qui le concerne – en ce proclamant Musulman , il fait siennes certaines de ces valeurs et ces divisions ; il choisit ses frères et ses pairs : ce sont les autres Musulmans , il parie pour la grandeur humaine puisqu’il accepte de vivre dans une condition qui se définit précisément comme invivable, puisqu’il tire son orgueil de son humiliation. Il ôte tout pouvoir et toute virulence à l’ islamophobie du moment même où il cesse d’être passif... »