• Occupation du Capitole, la face obscure de l’Amérique révélée | AOC media - Analyse Opinion Critique
    https://aoc.media/analyse/2021/01/07/occupation-du-capitole-la-face-obscure-de-lamerique-revelee

    Les démocrates n’ont guère su opposer à chaque provocation de Trump que leur indignation morale, ce qui est toujours un signe d’aveuglement face à un phénomène politique nouveau. Ils peuvent bien rouvrir les yeux maintenant, le phénomène Trump n’a pas disparu. il bénéficie du soutien de la frange la plus mobilisée de ses électeurs qui, loin d’être découragés par ses outrances verbales et ses appels à la violence, y reconnaissent leur propre colère. Ce qui soude la masse de ses supporters, c’est le pouvoir de dire non aux vérités établies. L’incrédulité est érigée en croyance absolue. Aucune autorité n’est épargnée, ni politiques, ni medias, ni intellectuels ni chercheurs. Tous sont voués au bûcher trumpiste.

    Ce sont les conservateurs anti-Trump qui parlent le mieux de Trump. Selon George Will, un éditorialiste néoconservateur, les provocations du président depuis son élection, amplifiées par « les technologies modernes de communication », ont « encouragé une escalade dans le débat public d’une telle violence que le seuil du passage à l’acte s’est trouvé rabaissé chez des individus aussi dérangés que lui ». Donald Trump « donne le ton à la société américaine qui est malheureusement une cire molle sur laquelle les présidents laissent leurs marques ». Et Will de conclure : « Ce roi Lear de bas étage a prouvé que l’expression “bouffon maléfique” n’est pas un oxymore. »

    • Ca à l’air interessant dommage qu’il y ait un #paywall
      Je me demande bien ce qu’on peu opposé à Trump et ses supporters nazis, Qanon, survivalistes... Illes sont violents, armés, hors d’atteinte de toute argumentation. Illes se propagent en Europe à une vitesse impressionnante et les crises qui nous attendent les feront prospéré. D’accord pour dire que ce sont des bouffons maléfiques, mais je ne voie pas ce qui serait possible de faire contre cette épidémie de malfaisance, pendant qu’on s’épuise à en raisonné un, il y en à 100 de nouveaux qui sont convertis.

    • Occupation du Capitole, la face obscure de l’Amérique révélée
      Par Christian Salmon

      Face aux images des supporters de Donald Trump envahissant le Capitole, Joe Biden a longuement insisté : ceci n’est pas le vrai visage de l’Amérique. Mais si ces images se sont propagées si rapidement, n’est-ce pas au contraire parce qu’elles révélaient la face cachée de la vieille démocratie ? La preuve est faite, le phénomène Trump n’est pas l’histoire d’un fou qui se serait emparé du pouvoir par surprise, il dit la vérité de l’époque, l’entrée dans une ère politique inconnue où le grotesque, les bouffons, le carnaval vont subvertir et disputer le pouvoir.

      « Vous avez tous vu ce que j’ai vu », a déclaré Joe Biden après l’occupation du Capitole le 6 janvier par des émeutiers trumpistes, « les scènes de chaos au Capitole ne reflètent pas la véritable Amérique, ne représente pas qui nous sommes ».

      Avons nous vu la même chose que Joe Biden dans les images de l’occupation du Capitole par des groupes d’émeutiers pro-Trump ? Rien n’est moins sûr. Car ces images sidérantes, images délirantes où le burlesque croisait le tragique et la vulgarité mimait l’historique, représentaient bien une certaine Amérique à laquelle le nouveau président élu va très vite se confronter. Si elles se sont répandues aussi vite sur les réseaux sociaux, ce n’est pas parce qu’elles ne ressemblaient pas à l’Amérique mais bien au contraire parce qu’elles en révélaient la face cachée.

      Ces images portaient atteinte non seulement à la loi et aux usages démocratiques, elles profanaient un certain ordre symbolique, l’image que l’Amérique a d’elle même, un imaginaire démocratique sans cesse retravaillé. Elles en profanaient les rites et les habitus dans une scène de carnaval endiablé, burlesque mené par des clowns aux déguisements d’animaux. Et l’impact de ces images était tout aussi destructeur qu’une tentative avortée de coup d’État, il jetait le discrédit sur des institutions et des procédures séculaires, celles qui président à la transition démocratique, qui légitiment le crédit des élections, les processus de vérification et de recomptage, la certification du candidat élu.

      Cette profanation symbolique est au cœur de la stratégie trumpiste.

      Avec Trump il ne s’agit plus de gouverner à l’intérieur du cadre démocratique, selon ses lois, ses normes, ses rituels, mais de spéculer à la baisse sur son discrédit. Son pari paradoxal consiste à asseoir la crédibilité de son « discours » sur le discrédit du « système », à spéculer à la baisse sur le discrédit général et à en aggraver les effets. Depuis son élection, Trump n’a pas cessé d’être en campagne. La vie politique sous Trump s’est transformée en une suite de provocations et de chocs sous la forme de décrets, de déclarations ou de simples tweets : muslim ban, défense des suprémacistes blancs après les événements de Charlottesville, guerre des tweets avec la Corée du Nord, tentative de criminaliser le mouvement de protestation qui a surgi après le meurtre de l’Afro-Américain George Floyd…

      Trump a lancé un défi au système non pour le réformer ou le transformer, mais pour le ridiculiser.

      Pendant sa campagne Trump s’était adressé, via Twitter et Facebook a cette partie de la société qui avait fait sécession et il avait réussi à fédérer en quatre ans en une masse survoltée ces mécontentements dispersés. Trump avait orchestré leur ressentiment, réveillé les vieux démons sexistes et xénophobes, donné un visage et une voix, une visibilité, à une Amérique déclassée tout autant par la démographie et la sociologie que par la crise économique. Il a libéré une puissance sauvage et indistincte qui n’attendait que de se donner libre cours. Et il l’a fait à sa manière, cynique et caricaturale. Il s’est jeté sur ces foules envahies par le désir de revanche, et il les a excitées. Trump a lancé un défi au système non pour le réformer ou le transformer, mais pour le ridiculiser. Mission accomplie au soir du 6 janvier.

      Les démocrates n’ont guère su opposer à chaque provocation de Trump que leur indignation morale, ce qui est toujours un signe d’aveuglement face à un phénomène politique nouveau. Ils peuvent bien rouvrir les yeux maintenant, le phénomène Trump n’a pas disparu. il bénéficie du soutien de la frange la plus mobilisée de ses électeurs qui, loin d’être découragés par ses outrances verbales et ses appels à la violence, y reconnaissent leur propre colère. Ce qui soude la masse de ses supporters, c’est le pouvoir de dire non aux vérités établies. L’incrédulité est érigée en croyance absolue. Aucune autorité n’est épargnée, ni politiques, ni medias, ni intellectuels ni chercheurs. Tous sont voués au bûcher trumpiste.

      Ce sont les conservateurs anti-Trump qui parlent le mieux de Trump. Selon George Will, un éditorialiste néoconservateur, les provocations du président depuis son élection, amplifiées par « les technologies modernes de communication », ont « encouragé une escalade dans le débat public d’une telle violence que le seuil du passage à l’acte s’est trouvé rabaissé chez des individus aussi dérangés que lui ». Donald Trump « donne le ton à la société américaine qui est malheureusement une cire molle sur laquelle les présidents laissent leurs marques ». Et Will de conclure : « Ce roi Lear de bas étage a prouvé que l’expression “bouffon maléfique” n’est pas un oxymore. »

      Si la bouffonnerie relève le plus souvent du registre de la comédie et de la farce sans intention maléfique, Trump a utilisé les ressorts du grotesque pour orchestrer le ressentiment des foules, réveiller les vieux démons sexistes, racistes, antisémites.

      « Bouffon maléfique » : en associant ces deux termes, l’éditorialiste conservateur mettait en évidence le caractère clivé du pouvoir de Trump sur lequel la critique de ses opposants a constamment achoppé. Depuis quatre ans la réaction des démocrates et des principaux medias aux États-Unis est celle d’une incompréhension des mécanismes de ce nouveau pouvoir hégémonique incarné par Trump. Ce qu’ils n’ont pas compris c’est la centralité de ce personnage extravagant, la modernité et la résonance de son message dans la société et dans l’histoire de l’Amérique. Son omniprésence sur Twitter et celle d’un roi de carnaval qui s’arroge le droit de tout dire et de jeter le discrédit sur toutes les formes de pouvoir.

      Le phénomène Trump n’est pas l’histoire d’un fou qui se serait emparé du pouvoir par surprise… Bien au contraire, ce phénomène dit la vérité de l’époque, l’entrée dans une ère politique inconnue.

      Le pouvoir grotesque c’est la continuation de la politique discréditée par d’autres moyens.

      Dans son cours au Collège de France en 1975-76, Michel Foucault a forgé l’expression « pouvoir grotesque » ; il ne s’agit nullement pour lui de faire un usage polémique des mots « grotesques » ou « ubuesque » dans le but de disqualifier les hommes d’Etat qui seraient ainsi définis mais de tenter de comprendre au contraire la rationalité de ce pouvoir grotesque, une rationalité paradoxale puisque elle se manifeste par l’irrationalité de ses discours et de ses décisions. « La souveraineté grotesque opère non pas en dépit de l’incompétence de celui qui l’exerce mais en raison même de cette incompétence et des effets grotesques qui en découlent […] J’appelle grotesque le fait qu’en raison de leur statut, un discours ou un individu peut avoir des effets de pouvoir que leurs qualités intrinsèques devraient disqualifier. »

      Selon Foucault, le pouvoir grotesque est l’expression de sa puissance extrême, de son caractère nécessaire. « Le détenteur de la majestas, de ce plus de pouvoir par rapport à tout pouvoir quel qu’il soit, est en même temps, dans sa personne, dans son personnage, dans sa réalité physique, dans son costume, dans son geste, dans son corps, dans sa sexualité, dans sa manière d’être, un personnage infâme, grotesque, ridicule […] Le grotesque, c’est l’un des procédés essentiels à la souveraineté arbitraire. L’indignité du pouvoir n’en élimine pas les effets, qui sont au contraire d’autant plus violents et écrasants que le pouvoir est grotesque. »

      « En montrant explicitement le pouvoir comme abject, infâme, ubuesque ou simplement ridicule, il s’agit de manifester de manière éclatante le caractère incontournable, l’inévitabilité du pouvoir, qui peut précisément fonctionner dans toute sa rigueur et à la pointe extrême de sa rationalité violente, même lorsqu’il est entre les mains de quelqu’un qui se trouve effectivement disqualifié ».

      Michel Foucault nous alertait avec une prescience remarquable contre l’illusion partagée depuis quatre ans aux Etats Unis par les media et les démocrates qui consiste à voir dans le pouvoir grotesque « un accident dans l’histoire du pouvoir », « un raté de la mécanique », alors qu’il est « l’un des rouages qui font partie inhérente des mécanismes du pouvoir ».

      Le pouvoir grotesque c’est la continuation de la politique discréditée par d’autres moyens. Comment incarner un pouvoir politique basé sur le discrédit sinon en mettant en scène un pouvoir sans limite, débridé, qui déborde les attributs de la fonction et les rituels de légitimation.

      « C’est un clown – littéralement, il pourrait avoir sa place dans un cirque », a déclaré un jour Noam Chomsky. Dans un cirque ou au cœur du carnaval qu’est devenue la politique mondiale. Loin de se présidentialiser une fois élu, comme on s’y attendait, il a ridiculisé la fonction présidentielle par ses foucades, ses sautes d’humeur, ses postures ubuesques. Au terme de son mandat, il a lancé ses supporters à l’assaut du Capitole, promettant même de les accompagner. Un Président insurrectionnel, c’est du jamais vu ! Mais est-ce si surprenant ?

      Frances Fox Piven et Deepak Bhargava écrivaient au mois d’août 2020 dans un article de The Intercept, « Nous devons nous préparer maintenant à répondre, psychologiquement et stratégiquement, à quelque chose qui s’apparente à un coup d’État. Ce sont des scénarios sombres mais plausibles, et nous ferions mieux de les affronter plutôt que de les éviter. »

      Depuis sa campagne de 2016 Donald Trump n’a-t-il pas surfé sur cette vague de discrédit dans l’opinion qui lui a valu le vote de plus de 70 millions d’électeurs. Le 6 janvier, c’était leur fête et leur consécration. Ils tenaient le Capitole, même brièvement, même symboliquement. Les images en témoigneront longtemps, éclipsant les images officielles de la transition du 20 janvier comme leur contrepoint, côte à côte comme Crédit et Discrédit. Elles ne reflètent peut-être pas la véritable Amérique selon Joe Biden, mais elles en sont la face obscure soudain révélée. La tyrannie des bouffons ne fait que commencer.

    • Merci @gillesm
      Sur l’oiseau bleu, beaucoup de commentaires sur le fait que la police s’est montré beaucoup moins violentes envers les putchistes blancs de blancs qu’elle ne l’aurait été face à une contestation de personnes « racisées ». Cette face-là n’est pas cachée, mais sans doute sous-estimée.

  • ComploTziTzimitl, Fistaille made in Toylettes hors série, 2019
    https://www.youtube.com/watch?v=d7haNVX1sxI

    Le doute, ouais, c’est bien. Savoir s’en servir c’est mieux
    Parfois on l’voit venir de loin, et, parfois, ça pique les yeux
    y’en a toujours qui tiquent et rarement moins qui le crient, mais,
    C’est pas toujours les plus critiques qui te parlent de son esprit

    Et t’as tout dans l’internet, quoi qu’on veuille nous cacher
    pour peu qu’on force l’intérêt et qu’on laisse l’oeil chercher
    on s’en sort abasourdit mais on a compris l’essentiel :
    la vérité, ça se dit sur du Clint Mansell

    n’est-ce pas ? Et l’assommage laisse a voir
    que parfois, finalement, croire, c’est moins chronophage que savoir
    Jolie, merveilleuse, ouais, soit. Mais pas seulement ;
    La théorie d’la terre creuse, est plate, et inversement

    c’est parfois tellement ridicule dans les délires lunaires
    que ça ferait passer de vraies magouilles pour des égarements similaires.
    Mais gare aux simulacres, à ce qu’il y a derrière, et qui te l’amène
    gare aux écarts, ainsi, de l’art de discerner le vrai de la merde

    ça complote, ça pense à tout
    quand ils se passe des choses, on sait ce qui se cache dessous.
    Complot. Complots partout.
    Qu’importe la question qu’on se pose, de toute façon, c’est la réponse à tout

    ça te dit qu’tu fais pas ce que tu veux. Que c’est peut-être même pas toi qui agit
    qu’en fait, t’es manipulé. Que c’est pas toi qui contrôle tes beuj’
    te dit que ça va t’ouvrir les yeux sans faire dans l’idéologie
    Mais quand faut citer des banquiers, bon, ça choisit que des feujes mais

    ça te place au dessus des moutons. Parce que, le mouton, il sait pas
    et se savoir au dessus de ces cons, c’est bon pour l’estime de soi
    et puis ça te confère une mission : leur amener la lumière
    comme voulaient le faire, il y a quelques temps, les illuminés de Bavière

    entre Dyson a clique et site clairement militants
    ça graille sans mastiquer puis ça se gerbe entre les dents
    ça fait peur si c’est ça « douter ». Entre 2 pages de pubs
    les chercheurs de vérité se font promoteurs de certitudes
    [...]

    Les juifs, illuminatis, les chemtrails ou les hommes crabes
    on se kiffe à s’imaginer de bonnes scènes et de bonnes fables
    on nique la vérité, de la culpabilité se défausse
    si tout n’est que fruit de la volonté de types qui bouffent des gosses

    Et qui s’éclairent à la bougie sur la face caché de la lune
    et que si tu osais bouger c’est qu’en fait ils l’auraient voulu
    mais au fond tu sais que toutes ces conneries ne servent qu’a te masquer
    le fait que ton véritable ennemie, en fait, il ne s’est jamais planqué

    que tu nages en pleine apathie, t’y conforte, et perdure
    et ouais, pourquoi jouer la partie si elle est déjà perdu ?
    Faut croire que parfois ça arrange de croire qu’on ne pourrait
    de toute façon, rien pour que ça change et ce, même si on le voulait

    et puis, dans le fond, c’est rassurant de croire que quelqu’un tient les rennes
    que c’est juste parce qu’il est méchant qu’il nous envoi dans le mur
    qu’on y est pour rien, finalement. Que ce n’est qu’une volonté malsaine
    et que c’est pas ce vers quoi on tend, nous. Mais est-ce qu’on en est sûr ?
    [..]

    dans le cadre d’une collab’ avec TziTzimitl de la chaîne Esprit Critique, chaîne que tu dois absolument aller voir !!!
    La vidéo est là :

    Complotisme VS complots feat. H-Tône - #TraitdEsprit 6
    https://www.youtube.com/watch?v=W-dObaJss10

    #pédagogie contre feu, avec du « Gramski » dedans :)

    #complotisme #sceptiques #scepticisme #flow #rap

  • C’est le #changement qui fait peur, pas la migration

    Les changements très rapides engendrent des réactions de #défense. Certes, la migration est perçue comme un aspect du changement sociétal. Cependant, ce n’est pas la migration en soi qui fait #peur, mais les conséquences liées à la #croissance, comme l’activité soutenue du bâtiment, l’augmentation du #trafic_routier ou l’#appauvrissement redouté de la #vie_sociale. Telles sont les conclusions de la dernière étude de la Commission fédérale des migrations CFM. L’étude de terrain « Vivre-ensemble et côte-à-côte dans les communes suisses - Migration : #perceptions de la population résidente » donne une image variée des #sensibilités. Il s’avère également que la majorité des personnes interrogées attachent beaucoup d’importance à l’#échange sur le plan local et aux possibilités de #rencontre.

    Environ 45 pourcent des habitants de Suisse vivent aujourd’hui dans des agglomérations. C’est là où l’évolution des dernières décennies est la plus visible et perceptible. Dans le cadre de l’étude, huit communes (Agno, Belp, Le Locle, Losone, Lutry, Oftringen, Rheinfelden, Rümlang) ont été visitées. La procédure avec des résultats ouverts comprenait des discussions informelles, de courts entretiens et un sondage ludique sur tablette.

    La migration vue comme un aspect de la #transformation_sociétale

    Les personnes interviewées sont conscientes à la fois des aspects positifs et négatifs du changement. Et elles les jugent d’une manière beaucoup plus différenciée que ce qui s’exprime souvent dans les débats politiques. La migration est généralement évoquée en relation avec d’autres sujets et est rarement mentionnée directement comme un problème majeur. Cependant, une #attitude négative à l’égard des changements dans l’agglomération peut se traduire par une position critique vis-à-vis des immigrés. Cela est notamment le cas lorsqu’ils sont perçus non seulement comme une composante, mais aussi comme les responsables du changement de la société. On leur attribue alors l’intensification de la #pollution de l’#environnement ou du trafic routier, de l’activité de construction et de l’#individualisation de la société - tous ces éléments portant préjudice à la qualité du #vivre_ensemble.

    La présence et la participation importent plus que l’origine

    La cohabitation avec des personnes venues de « pays proches » est jugée moins problématique. Mais l’étude démontre aussi que la #résidence durable dans la commune et la #participation à la #vie_locale relativisent l’importance que les résidents attachent à l’origine des membres de la communauté. La participation à la vie économique et les #compétences_linguistiques sont considérées comme des conditions importantes pour être accueillis dans la collectivité. D’un point de vue local, cela peut également être vu comme l’expression de la volonté et de l’intérêt de la population résidente d’échanger avec les nouveaux arrivants.

    L’attitude de #pessimisme face aux changements s’accompagne de #scepticisme à l’égard de la migration

    L’attitude des personnes vis-à-vis des changements varie selon la durée de leur présence dans la commune, selon leurs liens avec le lieu, leur âge et leur orientation politique. En particulier les #personnes_âgées, les résidents de longue date et les personnes attachées aux lieux ont tendance à être plus critiques à l’égard de la croissance locale et de l’arrivée d’étrangers. Ils accordent beaucoup d’importance à la préservation de l’aspect du lieu, du #paysage environnant et des #usages_locaux. À l’inverse, les personnes jeunes, mobiles, sympathisantes de gauche, les femmes et les personnes issues de la migration ont plus souvent tendance à éprouver les changements et la migration comme des phénomènes normaux. Les attitudes négatives envers les étrangers expriment donc des réserves face au changement social et à la #modernisation.

    Diversité vécue et communauté doivent s‘équilibrer

    Pour le futur développement des agglomérations, il est important de tenir compte des besoins de tous les habitants et de créer des passerelles entre les anciens habitants et les nouveaux arrivants. C’est pourquoi les changements rapides devraient être accompagnés, communiqués et si cela est possible planifiés avec des modalités basées sur la #participation.

    https://www.ekm.admin.ch/ekm/fr/home/aktuell/mm.msg-id-81673.html
    #préjugés #asile #migrations #réfugiés #changement_sociétal #perception #Suisse

    –—

    Transformation des communes : une étude avec et pour les habitants
    https://www.youtube.com/watch?v=We7Ke1zvddY&feature=youtu.be

    Pour télécharger la version succincte de l’étude :
    https://www.ekm.admin.ch/dam/ekm/fr/data/dokumentation/materialien/studie-migration-ansaessige-bevoelkerung.pdf

    ping @isskein @karine4

  • « #Covid_19 / Le monde de demain - Se libérer de l’imaginaire capitaliste ? » - Isabelle Stengers, entretien filmé à Bruxelles en juin 2020
    https://www.youtube.com/watch?v=WTHVqvH2Bvg

    #Isabelle_Stengers, philosophe des #sciences, nous explique comment l’imaginaire capitaliste met en danger les sciences, la démocratie et l’environnement.

    " On nous force à penser contre la réalité, ce n’est plus une démocratie (...) On a vu une indifférence à tout ce qui n’était pas maintien de l’ordre public au fond. Et l’ordre public on a su qu’il allait être dévasté si les services, si tout le système sanitaire était débordé. Donc les vulnérables c’était avant tout ceux qui menaçaient de fabriquer ce scandale qui est le système sanitaire, fierté d’un pays développé, qui craque. Le reste ce sont des conséquences. " (...)

    Quand on mobilise « la science » pour se substituer à un processus de pensée collectif, avec les gens, on perd les trois-quart de l’intelligence et on le remplace par une bonne dose de bêtise, de satisfaction et de faire semblant.(...)

    Il y a des semi-vérités qui deviennent des non vérités parce qu’elles sont affirmées comme scientifiques. (...)

    La science était soumise en fait à la non décision politique. C’est un processus profondément vicieux et on peut perdre confiance. Et, ce qu’il y a de grave, c’est qu’on peut perdre confiance en des sciences qui pourraient avoir quelque chose à nous dire, qui pourraient être intéressantes. Mais quand on traite les gens comme des idiots et qu’on leur demande d’avoir confiance dans ce qui n’est pas fiable et bien on se retrouve devant des sceptiques généraux, et ça c’est une catastrophe culturelle (...)

    Les virus sont des machines à inventer, je parle de machines et pas de vivant parce que sont des machines dont la seule raison d’être c’est de rencontrer un hôte qui l’accueille, qui lui donne l’hospitalité. Parfois au détriment de cet hôte, mais c’est pas ça le projet du virus. Le virus ne devient avant que si il rencontre un hôte et donc, il mute à toute vitesse, il innove dans tout les sens pour maximiser ses chances (...) on peut dire que c’est un exilé de la vie qui essaie de trouver une terre d’accueil, et parfois ça se passe bien, beaucoup de choses que nous sommes en tant que mammifères nous le devons à des #virus (...) "

    #philosophie #vidéo #imaginaire_capitaliste #imagination #pandémie #crise_sanitaire #panique #confinement #entraide #solidarité #scepticisme #chômeurs #climat #réchauffement_climatique #droits_sociaux

  • Le dossier CHLOROQUINE
    https://www.youtube.com/watch?v=a6oW35QKC-Q

    Depuis une publication de l’équipe de Didier Raoult, en mars, un traitement contre la covid19 (d’abord la chloroquine, puis l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine) fait polémique dans toutes les strates de la société. La polarisation immédiate du débat a rendu une bonne partie de la population totalement sourde aux arguments contradictoires. Pour se faire un avis, il faut reprendre à la source les informations rendues publiques dans leur contexte et retracer la chronologie des éléments de preuve... et des éléments de doute. Disposons-nous d’assez de fait pour avoir une opinion sur les traitements proposés ?

    Invités : Damien BARRAUD (FakeMed) & Hervé SEITZ (CNRS)

    Long interview par La Tronche en Biais de Damien Barraud & Hervé Seitz autour de la recherche sur la Chloroquine, et les publications scientifiques en général.

    #LaTroncheEnBiais #scepticisme #raoult #méthode

    (le son est affreux les premières minutes, mais c’est correct ensuite)

  • #Santé et #environnement : le changement des mentalités impuissant face au poids des #lobbies ?

    Alors que le troisième plan Santé-environnement 2015-2019 (PNSE3)1 touche à sa fin, le CCNE a souhaité introduire ce thème au sein des États généraux afin de penser la santé humaine par le prisme de l’environnement. Le lien entre #crises_écologiques et #crises_sanitaires est désormais établi, ce qui soulève des questions éthiques ne serait-ce que parce que « ce sont souvent les populations les plus pauvres qui subissent en premier lieu les conséquences des crises environnementales ou de l’appauvrissement des ressources naturelles ». Curieusement, ce thème n’a pas mobilisé (seulement 2 débats en région, à peine plus de 2 000 contributions sur le site web et une seule société savante auditionnée : la Fédération française de génétique humaine). Et c’est le #scepticisme qui ressort des différentes contributions : si, pour l’immense majorité des participants, « les effets néfastes de certaines activités humaines sur l’environnement peuvent avoir des conséquences négatives sur la santé », le constat d’une relative impuissance face aux lobbies économiques et financiers est largement partagé et fait douter des résultats que l’on peut attendre d’une action portée par une réflexion éthique en la matière.

    https://journals.openedition.org/revdh/4738
    #inégalités

  • Critique de Popper et de la falsifiabilité au travers le la théorie...
    https://diasp.eu/p/7572280

    Critique de Popper et de la falsifiabilité au travers le la théorie des cordes

    La zététique, scientiste, mal comprise et naive, c’est pas tip top ... Soyons zététiciens avec nos pratiques et nos pensées zététiques !

    https://www.youtube.com/watch?v=L0CbD35REXU

    la tete dans les étoiles, c’est cool, mais avec les pieds bien par terre.

    #science #astrophysique #Popper #theoriedescordes #scientisme #scepticisme #zététique #rationalisme

  • Comment peut-on être certain ?
    http://www.laviedesidees.fr/A-propos-de-Marcos-Gleizer-Verite-et.html

    Peut-on interpréter les philosophes classiques à la lumière de la philosophie analytique contemporaine ? C’est le défi que relève avec brio M. Gleizer à propos de la conception spinoziste de la vérité et de la certitude, même si ce rapprochement peut laisser perplexe, sinon sceptique.

    Livres & études

    / vérité, #scepticisme, objectivité

    #Livres_&_études #vérité #objectivité

  • Why do male climate change ‘sceptics’ have such a problem with women?

    Although there are women who appear to be sceptical about climate change, anyone who has engaged with ‘sceptics’ will have learned that it is the men who are most vocal about their views. They tend to lack any training or qualifications in climate science, but still appear to believe that they know better than the experts.

    And there is also a degree of male chauvinism that often underlies the arguments put forward by ‘sceptics’ during public discussions. For instance, when Lord Lawson was asked to comment on a statement by Professor Dame Julia Slingo, the chief scientist at the Met Office, about the link between flooding and climate change, he did not refer to her by her professional title but instead as “this Julia Slingo woman”.

    Other climate change ‘sceptics’ routinely refer to female climate scientists in a dismissive way. For instance, Professor Joanna Haigh of Imperial College London was called a “puffed-up missy” in a trademark rant by James Delingpole for the extremist website Breitbart.

    Mr Delingpole also referred on his website to Dr Emily Shuckburgh, an experienced climate scientist who specialises on impacts in polar regions, not by her name or job title but as “some foxy chick from the British Antarctic Survey”.

    Conclusion:

    Of course not all climate change ‘sceptics’ are male chauvinists, but it is clear that those who most obsessively promote climate change denial are usually male, arrogant, and unable to accept that the experts are right, particularly if they are female.

    http://www.lse.ac.uk/GranthamInstitute/news/male-climate-change-sceptics-problem-women
    #changement_climatique #femmes #hommes #genre #scepticisme #sexisme #science #académie #université

  • L’obligation vaccinale est une fausse bonne idée
    http://www.atoute.org/n/article356.html


    Défendre le droit à une information décente et critiquer l’infantilisation totalitaire de la population est une chose, préconiser de laisser revenir des maladies et des enfants crever pour servir de leçon en est une autre.
    Un bon diagnostic et une mauvaise prophylaxie.

    Il ne s’agit pas d’accélérer une stratégie incontestable face à un problème de santé publique majeur : les décès liés aux maladies concernées par l’extension vaccinale sont peu nombreux (ou leur nombre est tout simplement inconnu faute d’un recueil fiable). La motivation est ailleurs : l’obligation est destinée à contrer un défiance croissante des français vis-à-vis de la #vaccination. Cette défiance s’appuie sur deux piliers : la circulation d’une information antivaccinale irrationnelle mais convaincante pour un public non scientifique, et surtout le dogmatisme et les mensonges « pour la bonne cause » de ce qu’il n’est pas exagéré d’appeler « l’Église de Vaccinologie » qui assimile toute critique, même fondée et constructive, à une dangereuse hérésie.

    Le problème, c’est que les français ont constaté d’eux-mêmes pendant la pandémie grippale 2009/2010 la fuite en avant des autorités sanitaires face au peu de succès de leur vaccin, acheté à grand frais à des industriels proches du pouvoir. Les ligues antivaccinales n’auraient jamais osé rêver d’un tel fiasco pour alimenter leurs thèses complotistes.

  • Réflexions sur quelques méthodes sceptiques contemporaines de @bug_in
    http://florianolivier.blogspot.fr/2017/01/reflexions-sur-quelques-methodes.html

    Résumé : Se réapproprier une partie de son pouvoir sur sa vie en maîtrisant ses émotions et participer à l’élévation de toutes et tous en discernant le vrai du faux, en visant une perspective accessible au plus grand nombre, prenant en compte les spécificités individuelles et locales.
    Montrer l’intérêt du stoïcisme pour le sceptique, et l’intérêt que cela peu avoir pour le démontage de croyances, les limites de l’approche stoïcienne et l’intérêt de la méthode maïeutique pour la discussion avec des tenants, les limites de l’approche maïeutique et des propositions pour les dépasser.

    #scepticisme #stoïcisme #maïeutique #philosophie #argumentation #discussion

  • Parce qu’un contact citait la zetetique comme source fiable, j’me suis rapelée d’un texte lu y’a un moment et que je n’ai pas trouvé ici. Je vous le partage donc (en plus il a le bon goût de ne pas parler que de ça et d’être super bien écrit)

    #Zététique et #Féminisme
    http://lechodessorcieres.net/zetetique-et-feminisme

    /.../ j’ai commencé à comprendre que j’étais féministe, sans le savoir là aussi. Non, le mot “féministe” n’est pas une insulte. J’ai pleinement embrassé cette manière de vouloir changer les choses et les outils zététiques m’ont été précieux. La découverte des biais cognitifs et des différents sophismes m’a permis de comprendre ce qui se cachait souvent derrière les discours sexistes ou pseudo-égalitaristes : une volonté de surtout ne jamais changer l’ordre établi.

    Tout a été parfait dans le meilleur des mondes durant plusieurs mois, et puis ces deux univers ont commencé à entrer en collision. Je lisais souvent dans les groupes zét des propos vraiment limite. Cela a été jusqu’à ce jour où une personne a pu tenir tranquillement des propos transphobes sans jamais être remise en question. /.../

    #epistemologie, #scepticisme, #zetetique, #sexisme, #racisme, #homophobie, #validisme, #classisme, #oppressions_systemiques

    • La zététique sur les questions politiques est très diversifié. Participant a divers de ces mouvements, on y trouve de tout. Par ex. je suis impliqué dans un groupe qui précisément essaye de prendre en compte le militantisme et regarde les questions de sexisme et de féminisme avec justement de la documentation, pour contrer d’autres sceptiques qui aurait des a priori sur tout cela.
      La science n’a pas a dire ce qui est bon ou mauvais, mais a décrire ce qu’il se passe, c’est ensuite a nous de prendre position sur le bon ou le mauvais.
      Sur la manière de faire du scepticisme du point de vue de la méthode (et pas de la politique), j’ai écris ça :
      http://florianolivier.blogspot.fr/2017/01/reflexions-sur-quelques-methodes.html

      Et merci en tout cas pour m’avoir contacté.
      Par ex. les militants sceptiques que je connais et qui sont engagé dans le féminisme ou antipatriarcat, prennent a coeur justement de lister et d’avoir toujours a porter un ensemble d’étude qui rappelle clairement les inégalités du aux stéréotypes de genres.

  • Le père noël est paradoxalement résistant et invraisemblable.
    Une analyse de la vraisemblance du mythe du père noël devrait constater l’inexistence d’espèces volante de rennes, l’impossibilité en si peu de temps de distribuer tous les cadeaux, l’inexistence de moyen de transport suffisamment rapide, la charge bien trop grande et une ressource invraisemblable d’énergie aux conséquences très remarquables.

    Il semble probable que le père Noël, s’il a existé, soit mort carbonisé et/ou aplati depuis longtemps. L’apparition miraculeuse du Père Noël, rapportée de nombreuses fois, reste donc pour les plus grands scientifiques une donnée inexplicable. Mais comme, lorsqu’il passe, tout le monde dort à poings fermés, nous pensons que la croyance dans le père Noël est un choix métaphysique qui relève de chaque enfant, et de lui seul. À la manière d’un Monstre en spaghetti volant, d’une licorne invisible et rose ou du dragon dans le garage de Carl Sagan et Ann Dryuan. Un enfant zététicien comprendra vite qu’au fond, y croire ou pas, ça ne change pas grand chose : le père Noël est un objet mental tenace, un mème dominant dirait Dawkins, porté par une énorme entreprise commerciale.

    https://cortecs.org/materiel/enquete-zetetique-sur-le-pere-noel

    #scepticisme #pere_noel #noel #Noël

  • Vers une éducation fondée sur des preuves
    http://www.scilogs.fr/ramus-meninges/vers-education-fondee-preuves

    L’éducation fondée sur des preuves est un courant visant à fonder les pratiques éducatives sur des preuves (ou au moins des éléments de preuve) scientifiques de leur efficacité. L’expression « éducation fondée sur des preuves » vient de l’anglais « evidence-based education ». La notion de preuves peut sembler excessivement forte, mais il faut comprendre que c’est un problème de traduction. Le mot evidence fait avant tout référence à des données factuelles, plus qu’à de véritables preuves. L’esprit est donc de promouvoir les pratiques éducatives basées sur des données factuelles (concernant leur efficacité), par opposition aux pratiques fondées sur de simples croyances ou sur des philosophies.

    #education #scepticisme

  • Ils tentent de refaire à l’identique un classique de la recherche en psychologie, et là… (cris de panique) | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/126539/sourire-rend-heureux-ou-pas

    Au printemps 2013, un psychologue de 63 ans vivant à Wurtzbourg, en Allemagne, allait faire une audacieuse suggestion sur une liste de diffusion universitaire. Depuis des mois, des dizaines de ses collègues s’arrachaient les cheveux pour savoir comment contrôler la véracité des articles scientifiques sur « l’amorçage social », soit l’idée voulant que d’infimes détails –la hauteur d’une chaise, la température d’une tasse de café ou encore la couleur d’un mot imprimé sur une feuille– sont susceptibles d’influencer les comportements ou les jugements d’un individu.
    À cette époque, les sceptiques avaient besoin de volontaires : qui, parmi les experts de l’amorçage, accepterait de les aider dans leur projet de réplication à grande échelle, consistant à tester certains classiques de la littérature psychologique dans différents laboratoires et au même moment ? Y-avait-il seulement quelqu’un pour vouloir soumettre ses recherches à une telle épreuve ?

  • Chomsky et Bouveresse, adepte du Grand Partage. Il faut absolument leur répondre….
    Dialogue sur la science et la politique. NOAM CHOMSKY, dialogue avec Jacques BOUVERESSE
    http://agone.org/revueagone/agone44/enligne/6/index.html

    Noam Chomsky : On ne peut pas sérieusement penser que la vérité objective n’existe pas. Savoir jusqu’à quel point on peut l’approcher est une autre question. On sait depuis le XVIIème siècle que l’enquête empirique comporte toujours un élément de doute. On peut en principe démontrer ou réfuter le dernier théorème de Fermat, mais dans le monde empirique, le monde de la physique, de la chimie, de l’histoire et ainsi de suite, on a beau faire de son mieux, on a beau essayer de faire de son mieux pour approcher la vérité, on ne peut pas démontrer que les résultats trouvés sont corrects. C’est une évidence depuis l’effondrement du fondationnalisme cartésien. On a donc compris dans les sciences, dans la philosophie, etc., que nous devons procéder avec ce que Hume appelle un « scepticisme mitigé ». Scepticisme au sens où nous savons que nous ne pouvons pas établir des résultats définitivement, mais mitigé au sens où nous savons que nous pouvons progresser.
    Mais cela n’a pas de rapport direct avec la liberté  ; celle-ci est une question de valeur : nous choisissons de l’accepter ou de la rejeter. Voulons-nous adopter la croyance selon laquelle les êtres humains ont le droit de déterminer leur destin et leurs propres affaires  ? ou voulons-nous adopter celle selon laquelle de plus hautes autorités les guident et les contrôlent  ? La science ne répond pas à cette question, c’est une affaire de choix. Peut-être la science sera-t-elle capable un jour de confirmer ce que nous espérons être vrai, à savoir qu’un instinct de liberté fait partie de la nature humaine – cela pourrait bien être vrai, et je pense que ça l’est  ; mais il n’y a aucun domaine où les sciences soient suffisamment développées pour être en mesure d’établir un tel résultat. Peut-être en seront-elles capables un jour.
    Ainsi, dans nos vies quotidiennes – qu’elles soient des vies politiques, militantes, que nous restions passifs ou dans quelque direction que nous choisissions d’agir –, nous faisons des suppositions que nous tenons pour vraies, mais nous ne pouvons pas les établir fermement  ; et nous les utilisons en essayant de leur donner des bases plus solides au fur et à mesure que nous avançons. C’est essentiellement la même chose qui se passe dans les sciences, mais lorsqu’on réduit la sphère de l’enquête à des domaines très spécifiques, on peut évidemment aller plus loin dans l’établissement des conclusions qui nous intéressent.

    [...]

    Daniel Mermet : Pensez-vous que la science a besoin d’être défendue, comme le suggère Jacques Bouveresse  ?
    Noam Chomsky : La question est tellement absurde que je n’arrive même pas à l’envisager. Pourquoi la tentative de découvrir la vérité sur le monde aurait-elle besoin d’être défendue  ? Si quelqu’un ne se sent absolument pas concerné, il peut tenir les propos suivants : « Je me moque de ce qui arrive dans le monde, je me moque de ce qui arrive aux gens, je me moque de savoir si la lune est faite en fromage vert, je me moque de savoir si les gens souffrent et sont tués. Je m’en moque éperdument, je veux juste aller boire un verre et me sentir bien. » Mais celui qui rejette cette position – celui qui dit : « Moi, ça m’intéresse de savoir si la lune est faite en fromage vert, ça m’intéresse de savoir si les gens souffrent, ça m’intéresse de savoir si on peut faire quelque chose pour les aider » – celui-là n’a rien à défendre. Et, pour avancer dans cette voie, il va évidemment chercher à comprendre les faits, à comprendre le monde. Cette position n’a pas besoin d’être défendue.

    [...]

    Jacques Bouveresse : [...] Dans mon exposé au colloque, j’ai fait référence au livre de Bernard Williams, Vérité et véracité, où il décrit le comportement d’une catégorie de gens qu’il appelle « les négateurs [deniers] » : ceux qui nient l’intérêt de notions comme celle de vérité, qui contestent ouvertement la valeur de la vérité. Ce sont des gens, dit-il, qui ne peuvent manifestement pas penser véritablement ce qu’ils disent puisque, par exemple, quand ils disent : « les propositions des sciences ne sont jamais rien d’autre que des conventions sociales, des constructions sociales plus ou moins arbitraires qui pourraient être différentes si la société était différente », ils oublient simplement qu’ils parient quotidiennement leurs vies sur une croyance en la vérité – la vérité objective – de certaines lois de la nature, comme celle de la chute des corps, ou toutes les lois scientifiques qui permettent de faire voler des avions, rouler des trains, etc.
    Aucun d’entre nous ne met sérieusement en doute de telles vérités. Ce sont, pour tout le monde, des choses aussi vraies qu’une chose peut jamais être vraie. Le genre de discours que tiennent, sur ce point, les négateurs soulève une énorme difficulté : il laisse ceux qui ont envie de protester complètement désarmés  ; on ne peut même pas savoir, encore une fois, si les gens qui s’expriment de cette façon pensent réellement ce qu’ils disent  ; cela rend la situation encore plus inquiétante et inconfortable.

    #Chomsky #Bouveresse #épistémologie #réalité #pragmatisme #relativisme #Russel #James #Bourdieu

    • Cela démontre une fois de plus (ni la première ni la dernière) que de nombreux « environnementalistes » se trompent toujours de combats, exactement comme pour les OGM.

      Et que dans plein de cas c’est vain de focaliser sa critique sur des « contre-expertises santé » qui seront suivi de « contre-contre-expertises », etc. Alors que les arguments principaux contre ces techniques (objets connectés, OGM, etc) devraient être sur l’autonomie, la démocratie (contre le cybernétisme), l’écologie (pollution amont et aval), l’anti-colonialisme (Congo…), la vie privée, et plein d’autres sujets. La santé n’étant qu’un des sujets parmi ceux-là, et que lorsqu’il n’y a pas de problèmes de santé prouvés : cela n’enlève absolument rien à tous les autres arguments.

      Moralité condensée : Ellul et Illich VS Belpomme.

      cc @bug_in @aude_v @touti @koldobika @nicolasm @fil etc et @pmo aussi même si c’est un RSS

      #ondes #vulgarisation #science #scepticisme #santé #électrosensibilité #téléphone_mobile #téléphone_portable #wifi

    • Perso, je ne crois plus a Ellul et Illich, et chacun pour des raisons différente. Illich parceque son terme de convivialité est bien vague (il sont ou précisément les seuils ?) et qu’on nous le ressort a toutes les sauces (y compris dans des perspectives qu’il n’aurait certainement pas validé). Ellul parce que son autonomie du système technicien je n’y crois plus, c’est le capitalisme qui use a fond de cette ressource et des fois les ingénieurs font un peu de résistance corporatiste, mais pas bcp plus. En plus Ellul a des propos que je voudrais vérifié sur l’homosexualité etc.
      Sans parler des aspects religieux de ses deux bonhomes.
      Le pharmachien a raison sur les questions de santé, et il est assez proche du sceptisme.
      Le problème d’une grande partie des critiques sociales, c’est ce que désigne @rastapopoulos elle se prennent les pieds dans le plat de la science, au lieu de faire des critiques politiques qui elle demeure vrai.
      Par ex. le Big data de ces compteurs qui permet d’évaluer la consommation des personnes malgré elle, et d’ainsi imaginer leur pratiques.
      De plus ça file du coton a toute la gauche parcequ’elle se retrouve en accointance avec du new age, des délires ésotériques, et parfois proche du conspirationnisme.

    • dans la liste des angles d’“attaque” j’ajouterais l’#effet_rebond, qui est une problématique propre à la technique et une impasse générale des discours sur la technique

    • Par exemple les autorités US (et sûrement ailleurs) traquent les plantations de cannabis de particuliers dans leur maison grâce à la consommation d’énergie. Je me demande ce qu’ils vont pouvoir faire avec une interconnexion plus forte

    • @bug_in :

      Pour Illich, je vois pas pourquoi il faudrait des seuils précis, et surtout je vois pas pourquoi ça devrait être forcément les mêmes seuils partout pour tout le monde : c’est plutôt à chaque société de définir le niveau d’autonomie ou de perte d’autonomie qu’elle voudrait. Mais ça n’a jamais été fait, ni jamais été fait démocratiquement, avec les gens ayant conscience des choix à opérer. Je ne crois pas que pour tel ou tel sujet il y ait toujours UN seuil précis (mais suivant le sujet, il peut sûrement en avoir où on arrive à définir des seuils précis plus objectifs…). Que ce soit pour l’automobile/les transports en général, ou pour la PMA, ou autre.

      Pour Ellul ses convictions religieuses ou sur la sexualité ne remettent pas spécialement en question ses arguments sur le système technicien, ce n’est pas vraiment lié. Quant à autonomie du système technicien VS autonomie du capitalisme… c’est un vieux et long débat, et perso je n’ai jamais tranché, je me suis toujours dit que c’était les deux. Mais ça se règle pas en 2 secondes. :)

      Mais sinon on est d’accord sur le reste. :D
      Il faut avant tout faire des critiques politiques (et/ou philosophiques, éthiques, morales, etc, mais bon on peut regrouper ça dans critiques politiques).

  • Un gros problème méthodologique d’exposition d’un cours de philosophie

    J’ai de sérieuses difficultés avec la manière dont je dois présenter de nombreuses partie de cours de philosophie.
    Une partie de la philosophie, doit se présenter comme quelque chose proche de l’Histoire : ce que d’anciens auteurs on dit.
    Cependant ce n’est pas seulement de l’histoire, ce sont des Idées, et des Idées que l’on lie a des questions contemporaines, sur laquelle éventuellement la science dit autre chose (et c’est bien souvent le cas).
    Mon côté sceptique me fait inévitablement rappeler a chaque fois les aspects faux de ces idées la. Ce qui au pire crée un questionnement chez l’élève du type : mais si c’est faux pourquoi on nous l’a appris ? Ce a quoi je ne peux pas dire grand chose, si ce n’est tout ceci sont « des propositions », vous n’avez pas a être d’accord avec, juste a les connaître, et justement elle vous permettrons éventuellement par opposition de valoriser votre avis différent.

    Seulement voila. Parfois, c’est « full of bullshit »... Par ex. La thématique de l’inconscient. C’est censé débordé de psychanalyse et de Freud. Alors oui, je passe mon temps a montrer les lettres, que la science a montrer que ceci est faux etc.
    Mais les élèves doivent quand même retenir certains aspects qui vont être « bien considéré » : tient vous avez su ré-expliquer le complexe d’oedipe. C’est bien, vous l’avez bien rendu, on comprend bien... Mais leur réfutation, ou critique éventuelle, ne sera pas apprécié a leur même valeur, puisqu’il n’y a pas d’auteurs philosophique qui tiennent l’idée inverse... Enfin, si dans ce cas il y a Popper, mais il parle de la psychanalyse en général, pas du complexe d’oedipe et de toute façon, il présente une critique, mais pas vraiment un autre point de vue positif.

    Ce qui fait que je rencontre a minima 2 problèmes en suivant « le guide de la réfutation ». Celui-ci explique comment faire de bonne réfutation vis a vis de ce que retiendra le cerveau, les présenter etc.
    Il dit notamment :
    1.Que le mythe que l’on veux dénoncer doit prendre peu de place. Hors, si ils doivent bien présenter la psychanalyse dans leur dissertation, il faut que ça prenne une certaine place dans le cours... D’ailleurs si il ne parle pas de la psychanalyse de quoi parlerons t’il sur un sujet comme l’inconscient. Bien sur je leur est présenté l’avis des dernières recherches en psy cogn, mais je ne m’attends pas a voir des élèves de terminale me citer une étude et en faire matière a disserte...
    2.Qu’il faut proposer au mythe une autre idée qui puisse s’y substitué et être aussi facile a retenir dans les principes.
    Même problème tout ceci est très contemporain. Comment faire ? Dois je leur faire aussi en même temps qu’un cours de philo, un cours de physique ou de psychologie etc. Selon le sujet. D’ailleurs, est-il même possible que j’en sois capable ?

    Si vous avez des idées...

  • Petit recueil de 18 moisissures argumentatives pour concours de mauvaise foi | Collectif de Recherche Transdisciplinaire Esprit Critique & Sciences
    http://cortecs.org/materiel/moisissures-argumentatives

    Petit recueil de 18 moisissures argumentatives à utiliser sans modération lors des concours de mauvaise foi, par Richard Monvoisin, vice-champion de mauvaise foi 2008, et Stanislas Antczak, champion 2007. (Certains sophismes sont davantage détaillés dans l’article Logique – Le monde de sophisme).

    Nous avons découpé ces moisissures argumentatives en trois grandes catégories : les erreurs logiques, les attaques, et les travestissements.