• Covid-19 : La généticienne Alexandra Henrion-Caude vous dit tout - Le Zoom - (TVL)
    https://www.crashdebug.fr/covid-19-la-geneticienne-alexandra-henrion-caude-vous-dit-tout-le-zoom-tv

    Enfin des réponses .... une Généticienne répond à nos questions, et souligne que le Covid 19 a une séquence de série de signatures étonnante relative au fameux « gain de fonction »

    Car il y a une petite séquence entre S1 et S2, unique, arrivé miraculeusement à la jonction de 2 protéines, la mutation est donc opportune,

    Et autre chose étonnante pour une évolution naturelle c’est que cela donne une fonction chez l’homme qui lui permet d’être reconnu par l’organisme de ce dernier,

    Plein d’autres infos fiables que je ne peux détailler ici mais elle s’exprime notamment sur les vaccins et les masques.

    Merci à TVLibertés,

    Source : Youtube.com

    Informations complémentaires :

    Crashdebug.fr : Découverte scientifique : « Le ventre, notre deuxième cerveau », fantastiques révélations et (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Les #populistes américains contre le lobby des médecins, par Thomas Frank (Le Monde diplomatique, août 2020)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2020/08/FRANK/62105

    L’incurie des présidents Donald Trump et Jair Bolsonaro face à la crise sanitaire a conforté l’idée que les « populistes » seraient hostiles à la #science, médicale en particulier. L’histoire des #États-Unis et du #Canada rappelle le contraire : les populistes se sont battus pour démocratiser le #savoir et la #santé pendant que la corporation des #médecins s’employait à les réserver aux riches.

    It’s the healthcare system, stupid, by Thomas Frank (Le Monde diplomatique - English edition, August 2020)
    https://mondediplo.com/2020/08/02populism-expertise

    The politics have been inverted but the fight remains the same. Expertise, identified now with the icy moral purity of the left rather than the Neanderthal anticommunism of the right, continues to rage against the insolence of those who defy its authority. The privilege of the expert is the real contested matter.

    Put aside the self-serving fantasies of our modern punditburo, however, and the old political equation can still be seen through the fog of liberal self-righteousness. Squint and you can see that it is the forthrightly populist Senator Bernie Sanders who is most closely identified with universal healthcare these days. And it is the forces of organised expertise and private power that have repeatedly torpedoed it. In our awful current situation, a dose of authentic populism would be a remarkable tonic.

  • Why birds are the answer to saving Malaysian forests | BirdLife
    http://www.birdlife.org/worldwide/news/why-birds-are-answer-saving-malaysian-forests

    http://www.birdlife.org/sites/default/files/styles/full_1140x550/public/news/rhinoceros_hornbill_yeap_chin_aik.jpg?itok=7qzgdPja

    Malaysia has ten species of hornbill – ten in Peninsular Malaysia, eight in East Malaysia. The future survival of these hornbills depends greatly on how we govern our forests, including the protected areas within them. At Malaysian Nature Society (MNS), we believe it is key to empower civil society – from local communities and indigenous peoples to the grassroots NGOs – to play a role in monitoring their forests. This community-based approach is integral to our involvement in the European Union-funded Asia-Pacific forest governance project*, led by BirdLife International.

    But empowering such a broad spectrum of civil society can be a daunting and laborious task, and stakeholder involvement will always be influenced by levels of awareness, interests, commitment and capacity. In addition, the disparity between forest policies and processes in Peninsular Malaysia, Sabah and Sarawak complicates the matter, because there can be no ‘one-size-fits-all’ solution. Yet, citizen science is becomingly increasingly important in biodiversity and natural resource use. Some of Malaysia’s newer national policies and programmes now actively encourage Malaysians to engage in citizen science. If by monitoring biodiversity and forests we can influence how our forests are treated, it is surely worth the effort.

    Broadly, we use two approaches at MNS to monitor forests. One uses GIS tools (digital mapping of forest data), whilst the other uses a particular species as a surrogate, whereby conservation efforts of a representative species benefit the wider ecosystem. Birds have proven to be effective indicators of wider environmental health in many parts of the world. The Belum-Temengor Forest Complex (BTFC) in northern Peninsular Malaysia holds a special place in the history of MNS, and since our work began there in the 1990s, its conservation is one of our utmost priorities. Not only is it an Important Bird and Biodiversity Area and a Forest of Hope, it also holds the distinction of being one of only two sites in Malaysia to support all ten of the country’s hornbill species. This lends us an ideal opportunity to employ hornbills as surrogates to protect this precious site, since healthy hornbills depend upon healthy forests.

    #oiseaux #calao_rhinocéros #déforestation #science_participative

  • L’effondrement de notre civilisation est quasi inéluctable
    https://www.crashdebug.fr/l-effondrement-de-notre-civilisation-est-quasi-ineluctable

    Les physiciens affirment que la civilisation a 90 % de chances de s’effondrer de manière irréversible dans quelques décenniesPar Elias Marat(TMU) - Alors que la pandémie mondiale de 2020 a clairement révélé que le monde est de plus en plus en proie à l’instabilité et aux conflits sociaux, le pire n’est peut-être encore qu’à venir car les experts estiment que la civilisation humaine dans son ensemble approche rapidement de son " effondrement irréversible " dans les 2 à 4 prochaines décennies.Une nouvelle étude publiée dans la revue Scientific Reports, qui a fait l’objet d’un examen par des pairs, a averti que si les activités économiques humaines se poursuivent au rythme actuel, nos forêts seront massivement épuisées et déclencheront la chute de la civilisation telle (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Vivre avec un « complotiste » : « Il y a des sujets qu’on n’aborde plus » - 20 minutes
    https://www.20min.ch/fr/story/vivre-avec-un-complotiste-il-y-a-des-sujets-quon-naborde-plus-358933916972

    Avec la pandémie, de plus en plus de gens sont séduits par des théories du complot et en font part à leur entourage. Pour les proches, cette situation peut être frustrante, voire difficile à vivre. — Permalien

    #covid19 #psychologique #sciences #société #théorieducomplot

  • The Climate Expert Who Delivered News No One Wanted to Hear | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2009/06/29/the-catastrophist

    Hansen, who is sixty-eight, has greenish eyes, sparse brown hair, and the distracted manner of a man who’s just lost his wallet. (In fact, he frequently misplaces things, including, on occasion, his car.) Thirty years ago, he created one of the world’s first climate models, nicknamed Model Zero, which he used to predict most of what has happened to the climate since. Sometimes he is referred to as the “father of global warming,” and sometimes as the grandfather.

    Hansen has now concluded, partly on the basis of his latest modelling efforts and partly on the basis of observations made by other scientists, that the threat of global warming is far greater than even he had suspected. Carbon dioxide isn’t just approaching dangerous levels; it is already there. Unless immediate action is taken—including the shutdown of all the world’s coal plants within the next two decades—the planet will be committed to change on a scale society won’t be able to cope with. “This particular problem has become an emergency,” Hansen said.

    Hansen’s revised calculations have prompted him to engage in activities—like marching on Washington—that aging government scientists don’t usually go in for. Last September, he travelled to England to testify on behalf of anti-coal activists who were arrested while climbing the smokestack of a power station to spray-paint a message to the Prime Minister. (They were acquitted.) Speaking before a congressional special committee last year, Hansen asserted that fossil-fuel companies were knowingly spreading misinformation about global warming and that their chairmen “should be tried for high crimes against humanity and nature.” He has compared freight trains carrying coal to “death trains,” and wrote to the head of the National Mining Association, who sent him a letter of complaint, that if the comparison “makes you uncomfortable, well, perhaps it should.”

    Hansen insists that his intent is not to be provocative but conservative: his only aim is to preserve the world as we know it. “The science is clear,” he said, when it was his turn to address the protesters blocking the entrance to the Capitol Power Plant. “This is our one chance.”

    When Hansen began his modelling work, there were good theoretical reasons for believing that increasing CO2 levels would cause the world to warm, but little empirical evidence. Average global temperatures had risen in the nineteen-thirties and forties; then they had declined, in some regions, in the nineteen-fifties and sixties. A few years into his project, Hansen concluded that a new pattern was about to emerge. In 1981, he became the director of GISS. In a paper published that year in Science, he forecast that the following decade would be unusually warm. (That turned out to be the case.) In the same paper, he predicted that the nineteen-nineties would be warmer still. (That also turned out to be true.) Finally, he forecast that by the end of the twentieth century a global-warming signal would emerge from the “noise” of natural climate variability. (This, too, proved to be correct.)

    Throughout the nineteen-eighties and nineties, the evidence of climate change—and its potential hazards—continued to grow. Hansen kept expecting the political system to respond. This, after all, was what had happened with the ozone problem. Proof that chlorofluorocarbons were destroying the ozone layer came in 1985, when British scientists discovered that an ozone “hole” had opened up over Antarctica. The crisis was resolved—or, at least, prevented from growing worse—by an international treaty phasing out chlorofluorocarbons which was ratified in 1987.

    “At first, Jim’s work didn’t take an activist bent at all,” the writer Bill McKibben, who has followed Hansen’s career for more than twenty years and helped organize the anti-coal protest in D.C., told me. “I think he thought, as did I, If we get this set of facts out in front of everybody, they’re so powerful—overwhelming—that people will do what needs to be done. Of course, that was naïve on both our parts.”

    What is now happening, Hansen explained to the group in New Hampshire, is that climate history is being run in reverse and at high speed, like a cassette tape on rewind. Carbon dioxide is being pumped into the air some ten thousand times faster than natural weathering processes can remove it.

    “So humans now are in charge of atmospheric composition,” Hansen said. Then he corrected himself: “Well, we’re determining it, whether we’re in charge or not.”

    Among the many risks of running the system backward is that the ice sheets formed on the way forward will start to disintegrate. Once it begins, this process is likely to be self-reinforcing. “If we burn all the fossil fuels and put all that CO2 into the atmosphere, we will be sending the planet back to the ice-free state,” Hansen said. “It will take a while to get there—ice sheets don’t melt instantaneously—but that’s what we will be doing. And if you melt all the ice, sea levels will go up two hundred and fifty feet. So you can’t do that without producing a different planet.”

    Once you accept that CO2 levels are already too high, it’s obvious, Hansen argues, what needs to be done. He displayed a chart of known fossil-fuel reserves represented in terms of their carbon content. There was a short bar for oil, a shorter bar for natural gas, and a tall bar for coal.

    “We’ve already used about half of the oil,” he observed. “And we’re going to use all of the oil and natural gas that’s easily available. It’s owned by Russia and Saudi Arabia, and we can’t tell them not to sell it. So, if you look at the size of these fossil-fuel reservoirs, it becomes very clear. The only way we can constrain the amount of carbon dioxide in the atmosphere is to cut off the coal source, by saying either we will leave the coal in the ground or we will burn it only at power plants that actually capture the CO2.” Such power plants are often referred to as “clean coal plants.” Although there has been a great deal of talk about them lately, at this point there are no clean-coal plants in commercial operation, and, for a combination of technological and economic reasons, it’s not clear that there ever will be.

    Hansen continued, “If we had a moratorium on any new coal plants and phased out existing ones over the next twenty years, we could get back to three hundred and fifty parts per million within several decades.” Reforestation, for example, if practiced on a massive scale, could begin to draw global CO2 levels down, Hansen says, “so it’s technically feasible.” But “it requires us to take action promptly.”

    “In nearly all areas, the developments are occurring more quickly than had been assumed,” Hans Joachim Schellnhuber, the head of Germany’s Potsdam Institute for Climate Impact Research, recently observed. “We are on our way to a destabilization of the world climate that has advanced much further than most people or their governments realize.”

    Scientifiques et responsablité : une véritable question à dépasser. Si on se limite à ce qui est « acceptable politiquement », est-on encore un scientifique quand la réalité de l’évolution de la planète est en jeu ? C’est à ce moment là qu’on devient un sciento-politique conservateur. La « communauté scientifique » a peur de son ombre, et pas seulement dans ce domaine. Hansen a raison de dire les conséquences politiques de ce que son travail scientifique lui a permis de découvrir.

    But if Hansen’s anxieties about D.A.I. and coal are broadly shared, he is still, among climate scientists, an outlier. “Almost everyone in the scientific community is prepared to say that if we don’t do something now to reverse the direction we’re going in we either already are or will very, very soon be in the danger zone,” Naomi Oreskes, a historian of science and a provost at the University of California at San Diego, told me. “But Hansen talks in stronger terms. He’s using adjectives. He has started to speak in moral terms, and that always makes scientists uncomfortable.”

    Hansen is also increasingly isolated among climate activists. “I view Jim Hansen as heroic as a scientist,” Eileen Claussen, the president of the Pew Center on Global Climate Change, said. “He was there at the beginning, he’s faced all kinds of pressures politically, and he’s done a terrific job, I think, of keeping focussed. But I wish he would stick to what he really knows. Because I don’t think he has a realistic view of what is politically possible, or what the best policies would be to deal with this problem.”

    #Climat #Jim_Hansen #Science_et_politique

  • Science moderne et interrogation philosophique (1/3)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?1016-Science-moderne-et-interrogation

    Texte issu du volume I des « Carrefours du labyrinthe », Seuil, 1978 (disponible ici), précédé de la note suivante :

    « Science moderne et interrogation philosophique » a été rédigé, dans une première version, en octobre 1970 et communiqué à un comité de préparation d’un colloque interdisciplinaire, composé de Claude Grégory, François Jacob, Claude Lefort, Jacques Monod et Edgar Morin. Il a été, par la suite, diffusé auprès de la quarantaine de participants à ce colloque, qui s’est tenu à Royaumont en février 1971. Il a été publié, avec quelques modification mineures sous le titre « Le monde morcelé » dans [la revue] Textures n° 4-5, en 1972. La version reproduite ici est celle, sensiblement amplifiée, qui est parue dans le volume 17 (Organum) de l’Encyclopaedia Universalis (novembre 1973. (...)

    #Anthropologie, #Castoriadis C., #Linguistique, # Livre, #Philosophie, #Psychanalyse, #Science, #Scientisme, #Sociologie, #Technoscience

  • Crise de nerfs à Sciences Po Lille autour d’un « poste à moustache »
    https://www.mediacites.fr/enquete/lille/2020/07/17/crise-de-nerfs-a-sciences-po-lille-autour-dun-poste-a-moustache

    Le recrutement d’un maître de conférence sur lequel pèse des soupçons de favoritisme a fait l’objet d’un recours en annulation au tribunal administratif et d’un signalement au procureur, générant des tensions au sein de l’établissement nordiste. L’affaire met en lumière l’existence de postes d’enseignants faussement ouverts au concours, dits « postes à moustache » dans le milieu universitaire.

    Cette affaire a déchiré le vivre-ensemble à l’école. Elle a créé un conflit qui a forcé tout le monde à choisir qui soutenir. » Pour ce professeur vétéran de Sciences Po Lille, qui s’exprime sous couvert d’anonymat (voir l’encadré En Coulisses), il n’y a pas de doute : le recrutement controversé d’un enseignant-chercheur voilà deux ans a provoqué un traumatisme au sein de la grande école lilloise.

    En février 2018, l’IEP de Lille décide d’ouvrir un poste de maître de conférences en « sociologie financière et fiscale ». Quatre candidats postulent. Un est retenu. Jusque-là, hormis l’intitulé plutôt original du poste, rien que de très banal. Sauf que les trois candidats recalés décident de déposer un recours en annulation du concours au tribunal administratif. Plus étonnant encore, des enseignants, membres de la commission scientifique, adressent un signalement en mai de la même année auprès du procureur de la République pour faux et usage de faux.

    « L’affaire » commence lorsqu’un des candidats non retenus désire prendre connaissance de son dossier. Comme il réside à l’étranger, sa candidature doit faire l’objet d’un examen préalable du conseil scientifique. Et de fait, un procès verbal atteste de la tenue d’une réunion. Problème, trois enseignants de Sciences Po, sur les neuf membres de ce comité, affirment ne pas avoir été présents ce jour-là. Et se disent « choqués » d’avoir vu leur signature apposée sur le procès verbal. Ils décident donc de le signaler au Procureur.


    Fausses signatures
    
Dans ces signalements, que Mediacités a pu consulter, les enseignants s’émeuvent de l’usurpation de leur signature. « Je n’ai reçu aucune convocation à cette réunion, aucun ordre du jour, aucune pièce préparatoire, et je doute fortement qu’elle ait eu lieu » ; « ces documents me paraissent être des faux et sont de nature à me causer un grave préjudice professionnel et moral », peut-on notamment y lire.

    Tous leurs collègues ne partagent pas cet émoi. « C’est secondaire, c’est du détail, tente d’expliquer un enseignant-chercheur qui ne siège pas dans cette commission scientifique. Il aurait mieux valu régler ça en interne plutôt que d’entacher la réputation de l’institution. Il y a certes des informalités. Mais il nous arrive de signer des PV a posteriori, notamment pour des jurys sans délibération. » Sauf que dans ce cas précis, les membres en question s’insurgent qu’on puisse utiliser leur signature sans leur consentement. « C’est clairement un faux en écriture alors que . . . . . .

    #sciences_po #SciencesPo #Sciences-Popo #faux #usage_de_faux #faux_en_écriture #procès_verbal #lille #france #IEP #conseil_scientifique

  • Les chercheurs mettent en garde contre l’effondrement du taux de fertilité mondial (Zerohedge.com)
    https://www.crashdebug.fr/les-chercheurs-mettent-en-garde-contre-l-effondrement-du-taux-de-fertilit

    Les chercheurs de l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé de l’Université de Washington ont averti que la planète n’est pas préparée au crash démographique mondial en cours, et que l’impact sera "à couper le souffle".

    Rédigé par Steve Watson via Summit News,

    La BBC rapporte que la recherche, publiée dans le Lancet, souligne que le taux de fertilité mondial a presque diminué de moitié pour atteindre 2,4 en 2017, et que les projections indiquent qu’il tombera en dessous de 1,7 d’ici 2100.

    Pour mieux comprendre le contexte, en 1950, chaque femme donnait naissance à une moyenne de 4,7 enfants.

    Les recherches suggèrent que presque tous les pays de la planète pourraient voir leur population diminuer d’ici la fin du siècle, et 23 nations devraient voir (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Le Brésil dans le gouffre du Covid
    https://laviedesidees.fr/Le-Bresil-dans-le-gouffre-du-Covid.html

    Comment la lutte contre le Covid est-elle organisée au #Brésil, et comment l’attitude du président a-t-elle sapé la confiance de la population dans les institutions chargées de la protéger ? Marcello Barcinski, membre de l’Académie nationale des #sciences, dresse un constat accablant.

    #International #inégalités #pauvreté #pandémie

  • Futurs d’ailleurs : voyage en science-fiction arabe – Le Carreau de la BULAC
    https://bulac.hypotheses.org/30027

    L’anticipation utopique

    Deux termes arabes peuvent être utilisés pour traduire le mot « utopie » : al-yūtūbiyā (اليوتوبيا) et al-tūbawiyyā (الطوباوية), récent néologisme créé à partir du mot tūbā (طوبى, nom d’un arbre au paradis musulman). Il existe cependant un concept proche d’utopie : « al-Madīna al-Fādila » (La Cité Vertueuse) imaginée par Al-Fārābī au Xe siècle dans son essai philosophique Kitāb ’arā’ Ahl al-madīna al-Fādila (Idées des habitants de la cité vertueuse).

    #science-fiction

  • Elon Musk affirme que l’implant cérébral Neuralink pourrait guérir la dépression et la dépendance (TMU)
    https://www.crashdebug.fr/elon-musk-affirme-que-l-implant-cerebral-neuralink-pourrait-guerir-la-dep

    Le milliardaire Elon Musk a annoncé que l’implant cérébral Neuralink sur lequel travaille l’une de ses entreprises pourrait guérir des maladies mentales comme la dépression ou la toxicomanie.

    Rappel : Un aperçu inquiétant de l’avenir : Bill Gates, Elon Musk et la 4e révolution industrielle (Activist Post)

    (TMU) - Dans une série de tweets cette semaine, l’excentrique milliardaire Elon Musk a annoncé que l’implant cérébral sur lequel travaille l’une de ses entreprises pourrait guérir des maladies mentales comme la dépression ou la toxicomanie. Musk a qualifié cette avancée de "grande et terrifiante" et a laissé entendre que presque tous nos processus mentaux sont susceptibles d’être influencés, étant donné qu’ils ne sont rien d’autre que des impulsions (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Les politiques d’#austérité : à cause d’une erreur Excel ?

    Comment un article économique ayant eu une influence majeure sur les politiques d’austérité s’est finalement révélé faux, à cause d’une erreur de calcul sous #Excel.

    https://www.youtube.com/watch?v=yeX_Zs7zztY&feature=youtu.be


    #science #politique #science_et_politique #croissance #dette #vidéo #économie #erreur #dette_publique #90_pourcent #politique_économique #Thomas_Herndon

    Le seuil de 90% de dette, cité dans l’article de #Reinhart - #Rogoff comme étant le seuil qui ne permet plus de croissance, et utilisé par les politiciens depuis...

    • The #Reinhart - #Rogoff error – or how not to Excel at economics

      Last week we learned a famous 2010 academic paper, relied on by political big-hitters to bolster arguments for austerity cuts, contained significant errors; and that those errors came down to misuse of an Excel spreadsheet.

      Sadly, these are not the first mistakes of this size and nature when handling data. So what on Earth went wrong, and can we fix it?

      Harvard’s Carmen Reinhart and Kenneth Rogoff are two of the most respected and influential academic economists active today.

      Or at least, they were. On April 16, doctoral student Thomas Herndon and professors Michael Ash and Robert Pollin, at the Political Economy Research Institute at the University of Massachusetts Amherst, released the results of their analysis of two 2010 papers by Reinhard and Rogoff, papers that also provided much of the grist for the 2011 bestseller Next Time Is Different.

      Reinhart and Rogoff’s work showed average real economic growth slows (a 0.1% decline) when a country’s debt rises to more than 90% of gross domestic product (GDP) – and this 90% figure was employed repeatedly in political arguments over high-profile austerity measures.

      During their analysis, Herndon, Ash and Pollin obtained the actual spreadsheet that Reinhart and Rogoff used for their calculations; and after analysing this data, they identified three errors.

      The most serious was that, in their Excel spreadsheet, Reinhart and Rogoff had not selected the entire row when averaging growth figures: they omitted data from Australia, Austria, Belgium, Canada and Denmark.

      In other words, they had accidentally only included 15 of the 20 countries under analysis in their key calculation.

      When that error was corrected, the “0.1% decline” data became a 2.2% average increase in economic growth.

      So the key conclusion of a seminal paper, which has been widely quoted in political debates in North America, Europe Australia and elsewhere, was invalid.

      The paper was cited by the 2012 Republican nominee for the US vice presidency Paul Ryan in his proposed 2013 budget The Path to Prosperity: A Blueprint for American Renewal.

      Undoubtedly, without Reinhart and Rogoff, Ryan would have found some other data to support his conservative point of view; but he must have been delighted he had heavyweight economists such as Reinhart and Rogoff apparently in his corner.

      Mind you, Reinhart and Rogoff have not tried to distance themselves from this view of their work.
      Keeping records

      As said at the outset, this is not the first time a data- and/or math-related mistake resulted in major embarrassment and expense. In a summary of such historical clangers, Bloomberg journalist Matthew Zeitlin recently pointed to:

      NASA’s Mariner 1 spacecraft, destroyed minutes after launch in 1962, thanks to “a missing hyphen in its computer code for transmitting navigation instructions”
      an Excel spreadsheet error by a first-year law firm associate, who added 179 contracts to an agreement to buy the bankrupt firm Lehman Brothers’ assets, on behalf of Barclay’s bank
      the 2010 European flight ban, following the eruption of Iceland’s Eyjafjallajokull, for which “many of the assumptions in the computer models were not backed by scientific evidence”

      While many different types of errors were involved in these calamities, the fact that the errors in the Reinhart-Rogoff paper were not identified earlier can be ascribed by the pervasive failure of scientific and other researchers to make all data and computer code publicly available at an early stage – preferably when the research paper documenting the study is submitted for review.

      We’ve discussed this topic in a previous article on Math Drudge and another in the Huffington Post – emphasising that the culture of computing has not kept pace with its rapidly ascending pre-eminence in modern scientific and social science research.

      Most certainly the issue is not just one for political economists, although the situation seems worst in the social sciences. In a private letter now making the rounds – which we have read – behavioural psychologist Daniel Kahneman (a Nobel economist) has implored social psychologists to clean up their act to avoid a “train wreck”.

      Kahneman specifically discusses the importance of replication of experiments and studies on priming effects.

      Traditionally, researchers have been taught to record every detail of their work, including experimental design, procedures, equipment, raw results, data processing, statistical methods and other tools used to analyse the results.

      In contrast, relatively few researchers who employ computing in modern science – ranging from large-scale, highly parallel climate simulations to simple processing of social science data – typically take such care in their work.

      In most cases, there is no record of workflow, hardware and software configuration, and often even the source code is no longer available (or has been revised numerous times since the study was conducted).

      We think this is a seriously lax environment in which deliberate fraud and genuine error can proliferate.
      Raising standards

      We believe, and have argued, there should be new and significantly stricter standards required of papers by journal editors and conference chairs, together with software tools to facilitate the storage of files relating to the computational workflow.

      But there’s plenty of blame to spread around. Science journalists need to do a better job of reporting such critical issues and not being blinded by seductive numbers. This is not the first time impressive-looking data, later rescinded, has been trumpeted around the media. And the stakes can be enormous.

      If Reinhart and Rogoff (a chess grandmaster) had made any attempt to allow access to their data immediately at the conclusion of their study, the Excel error would have been caught and their other arguments and conclusions could have been tightened.

      They might still be the most dangerous economists in the world, but they would not now be in the position of saving face in light of damning critiques in the Atlantic and elsewhere.

      As Matthew O’Brien put it last week in The Atlantic:

      For an economist, the five most terrifying words in the English language are: I can’t replicate your results. But for economists Carmen Reinhart and Ken Rogoff of Harvard, there are seven even more terrifying ones: I think you made an Excel error.

      Listen, mistakes happen. Especially with Excel. But hopefully they don’t happen in papers that provide the intellectual edifice for an economic experiment — austerity — that has kept millions out of work. Well, too late.

      https://theconversation.com/the-reinhart-rogoff-error-or-how-not-to-excel-at-economics-13646

  • Cli-fi & Sci-fi
    https://laviedesidees.fr/Cli-fi-Sci-fi.html

    Les cli-fi (fictions climatiques) se multiplient et forment peut-être désormais un genre à part entière. Elles disent nos préoccupations, nos angoisses, nos attentes. Le corpus est hétéroclite, mais il est bien la preuve qu’il existe aujourd’hui un imaginaire de la crise climatique.

    #Arts #environnement #science #littérature #fiction
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200707-clifi_relu-il_def.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200707-clifi_relu-il_def.docx

  • The #Sci-hub Effect: Sci-hub downloads lead to more article citations
    https://arxiv.org/abs/2006.14979v2

    Citations are often used as a metric of the impact of scientific publications. Here, we examine how the number of downloads from Sci-hub as well as various characteristics of publications and their authors predicts future citations. Using data from 12 leading journals in economics, consumer research, neuroscience, and multidisciplinary research, we found that articles downloaded from Sci-hub were cited 1.72 times more than papers not downloaded from Sci-hub and that the number of downloads from Sci-hub was a robust predictor of future citations. Among other characteristics of publications, the number of figures in a manuscript consistently predicts its future citations. The results suggest that limited access to publications may limit some scientific research from achieving its full impact.

  • Covid-19 et #expertise sanitaire
    https://laviedesidees.fr/Covid-19-et-expertise-sanitaire.html

    La pandémie a mis l’expertise scientifique en demeure de réagir très vite à une crise qui a surpris par son ampleur. D. Benamouzig, membre du Comité scientifique Covid-19, revient sur le rôle de cet organe consultatif dans l’épidémie et sur l’aide qu’il a apportée à la décision publique.

    #Société #santé #sociologie #sciences #Entretiens_écrits
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200701_benamouzig.pdf
    https://laviedesidees.fr/IMG/docx/20200701_benamouzig.docx

  • Réinventons l’enseignement supérieur après la pandémie : un manifeste slow science

    À tous les recteurs, directeurs-présidents, organismes de financement et gouvernements compétents

    La pandémie actuelle et les mesures prises pour l’arrêter affectent profondément nos vies. La vie académique est elle aussi touchée de plein fouet par la crise sanitaire. Même si l’enseignement supérieur semble continuer ses activités, les campus en ressentent l’impact et cette crise va les affecter durablement. La continuité pédagogique apparente, assurée à distance et en ligne, masque une crise dans les universités de notre pays. Tous les laboratoires de recherche, sauf ceux qui travaillent activement sur le Covid-19, sont à l’arrêt. Le travail de terrain des chercheur·euse·s est devenu impossible. Le bibliothèques et les archives sont fermées. Quelques soient leurs statuts, les étudiant·e·s, le personnel technique et administratif, les enseignant·e·s et les chercheur·euse·s sont tous confrontés à des difficultés importantes : précarité financière, surcharge de travail, séparation, maladie voire décès des proches. Et l’impact est d’autant plus dur que leurs situations sont précaires.

    Les autorités universitaires ne sont pas restées insensibles aux effets de la crise sur le personnel et les étudiant·e·s. Elles ont envoyés de messages de gratitude et de soutien soulignant le courage, la résilience et les efforts d’adaptation de tous à cette situation inédite. Néanmoins, sur le terrain, elles ont choisi de maintenir leurs activités, en recourant massivement à l’enseignement à distance et au télétravail, forçant ainsi les étudiant·e·s et le personnel à s’adapter coûte que coûte. En l’absence de toutes mesures d’aide concrètes, ces discours sur la bienveillance et la possibilité de reporter les “tâches non-essentielles” servent essentiellement à renforcer la pression sur le personnel, les chercheur·euse·s et les étudiant·e·s, exacerbant les rapports de forces existants.

    Avant la crise sanitaire, la communauté universitaire était déjà fracturée par les inégalités : statuts précaires et sous-payés, recours à la sous-traitance, charge familiale inégalitaire, racisme,… La situation actuelle aggrave encore ces inégalités structurelles liées au genre, à la classe sociale, à l’orientation sexuelle et à l’origine raciale, entraînant un recul du progrès social. Nous constatons également que la situation actuelle sert de prétexte à une gestion autoritaire, au mépris des processus de décision démocratique existants dans nos institutions, ce qui risque de compromettre le futur de l’éducation supérieure dans notre pays.

    En annexe à cette lettre ouverte (ci-dessous), nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

    Au delà des mesures qui s’imposent à court terme, nous demandons aux gouvernements, aux autorités universitaires et aux organismes finançant la recherche d’envisager des changements profonds dans l’organisation de l’enseignement et de la recherche :

    Des moyens financiers supplémentaires. A l’heure où nos gouvernements et la commission européenne mettent sur pied des aides au monde économique, l’éducation supérieure ne doit pas être oubliée. A court terme, les contrats à durée déterminée de nos chercheur·euse·s doivent être prolongés, des aides pour les étudiant·e·s les plus précaires doivent être mises en place. Des moyens doivent être dégagés pour faire face à la charge de travail due à la crise et qui ne fait qu’aggraver une situation qui était déjà difficile. A long terme, il est nécessaire d’améliorer les conditions de travail dans nos universités et de repenser les mécanismes d’attribution des moyens qui reposent trop souvent sur une compétition exacerbée à tous les niveaux.
    Adapter les critères d’évaluation de la recherche et de l’enseignement. A court terme, les écoles doctorales, les organismes de financement de la recherche et les universités doivent tenir compte de la situation des chercheur·euse·s et des étudiant·e·s en reconnaissant explicitement l’impact de la pandémie dans leurs processus d’évaluation et en adaptant les échéances. A plus long terme, les processus de recrutement, d’évaluation et de promotion dans nos universités doivent être réformés afin d’être plus inclusifs notamment en valorisant le travail reproductif et de soins (tout travail qui rend la vie au sens large possible, (se) nourrir, (se) reproduire, élever les enfants, prendre soin de ses proches, etc.), permettant ainsi un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée.
    Prendre en compte la santé mentale et charge de travail. Les universités doivent immédiatement mettre en oeuvre des plans d’action pour la santé mentale et adapter les conditions de travail à la fois pour les étudiant·e·s, les chercheur·euse·s et le personnel. A plus long terme, il faut remédier aux causes systémiques des problèmes de santé mentale dont l’existence est connue et liés aux conditions de travail dans le milieu académique.
    Les gouvernements, les universités et les organismes finançant la recherche doivent, au plus vite, dialoguer pour coordonner leurs actions afin de mettre sur pied des mesures collectives pour minimiser les effets de la crise sanitaire. Ce dialogue doit aussi avoir lieu démocratiquement au sein de chaque université, en évitant toute dérive autoritaire. Ceci afin que tous les travailleur·euse·s et les étudiant·e·s puissent recevoir l’information et l’aide nécessaire dans les mêmes conditions. A long terme, ce dialogue et cette coordination ne peuvent qu’être bénéfiques.

    Une crise telle que la pandémie que nous vivons pose de nombreux défis, mais c’est aussi une occasion de repenser l’enseignement supérieur. Plutôt que de se limiter à quelques mesures de sauvetage, nous avons l’occasion d’ouvrir une large discussion sur ce que devrait être l’université et sur comment la transformer. Comment garantir que l’éducation et la recherche restent des services publics ? Comment permettre un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée dans les carrières académiques ? Comment participer à la diminution des inégalités structurelles sur nos campus et dans la société ? Nous devons réfléchir collectivement pour créer l’université que nous voulons pour l’éducation, pour une recherche de qualité, pour de bonnes conditions de travail, pour des campus où le dialogue démocratique constitue la base d’une communauté vivante.

    En dessous vous trouverez le manifeste complet, dans celui-ci nous avons tenté d’établir une vue d’ensemble des effets de la pandémie sur les différentes catégories de personnes présentes dans nos université et des problèmes auxquels elles doivent faire face.

    Soutenez le manifeste en signant !
    https://forms.gle/GTom2JAJ2AEwmuRD7

    https://slowscience.be/corona-manifesto-fr
    #slow_science #université #ESR #science #manifeste #résistance #le_monde_d'après #post-coronavirus #facs

  • Fausse déclaration : un vaccin COVID-19 modifiera génétiquement les humains (Reuters.com)
    https://www.crashdebug.fr/fausse-declaration-un-vaccin-covid-19-modifiera-genetiquement-les-humains

    Bonsoir, bon on rentre ça a été coton, mais en ce moment on est passé au grill par Newsguardtechnologies.com, vous savez ceux qui classent les sites et vous mettent dans la case ’conspirationiste’ alors ils viennent de m’apporter cette information de Reuters comme quoi le vaccin de Bill Gates et de la Darpa ne modifierait pas l’ADN humain. (Alors c’est très intéressant par ce que Bill Gates lui même dit le contraire sur son blog personnel), alors comme on est totalement transparent je vous ai traduis l’article de Reuters et je vous le passe. (ils ne m’ont rien demandé)

    Mais je suis désolé en ce qui me concerne c’est Activist Post qui m’a informé des magouilles de Bill Gates et de la Darpa, pas Reuters, alors ils peuvent démentir, etc.. Je m’en fiche, tout (...)

    #En_vedette #Actualités_scientifiques #Sciences

  • Le saviez-tu ? → #éthologie de la #hiérarchie (trouvé sur FB)

    (C’est un long le saviez-tu, mais vous allez voir, ça vaut la peine.)
    Une étude a été menée dans les années 1990-2000 au laboratoire de biologie comportementale de la faculté de Nancy par Didier Desor. L’objectif était d’étudier l’aptitude à nager chez les rats. Dider Desor en a réuni six dans une cage dont l’unique issue débouche sur une piscine qu’il faut traverser pour atteindre une mangeoire qui donne des aliments.

    On a rapidement constaté que les six rats n’allaient pas chercher leur nourriture en nageant de concert. Des rôles sont apparus :
    – 2 nageurs exploités
    – 2 non-nageurs exploiteurs
    – 1 nageur autonome
    – 1 non nageur souffre-douleur
    Les deux nageurs exploités vont chercher de la nourriture en nageant sous l’eau. Lorsqu’ils reviennent à la cage, les deux exploiteurs les frappent et leur enfoncent la tête sous l’eau jusqu’à qu’ils lâchent la bouffe. L’autonome est un nageur assez robuste pour ramener sa nourriture et passer les exploiteurs pour se nourrir de son propre travail. Le souffre-douleur est incapable de nager et incapable d’effrayer les exploités, donc il ramasse les miettes tombées lors des combats.

    L’expérience fut reconduite dans une vingtaine de cages. Et à chaque fois, la même structure, le même schéma que dans la première expérience :
    – 2 nageurs exploités
    – 2 non-nageurs exploiteurs
    – 1 nageur autonome
    – 1 non nageur souffre-douleur
    L’expérience aurait pu en rester là, mais les chercheurs poussèrent encore les investigations.

    On plaça six rats exploiteurs ensemble.
    Ils se battirent toute la nuit et au matin il y avait :
    – 2 nageurs exploités
    – 2 non-nageurs exploiteurs
    – 1 nageur autonome
    – 1 non nageur souffre-douleur

    On plaça six rats exploités ensemble. Les combats furent un peu moins violents, mais au matin il y avait :
    – 2 nageurs exploités
    – 2 non-nageurs exploiteurs
    – 1 nageur autonome
    – 1 non nageur souffre-douleur

    On renouvela l’expérience avec six nageurs autonomes et six souffre-douleurs, et à chaque fois, le lendemain, on retrouva la même configuration.

    On poussa l’expérience un peu plus loin, avec deux cents rats. Ce fut la guerre toute la nuit. Trois rats furent retrouvés dépecés par leurs congénères. Les exploiteurs mirent en place une hiérarchie avec des lieutenants chargés de répercuter leur autorité sans même avoir besoin de se donner le mal de terroriser les exploités.
    Les indépendants étaient moins nombreux mais laissés tranquilles pour une raison indéterminée.

    La dernière phase de l’expérience consista à analyser, grâce à une autopsie, les cerveaux de l’ensemble des rats.
    Les plus stressés n’étaient ni les souffre-douleurs, ni les exploités
    ni les indépendants : c’était les exploiteurs. Il faut dire que s’ils perdaient leur statut d’exploiteurs, ils risquaient de devoir aller bosser, on comprend leur stress.

    Il n’y a rien d’impossible à ce que les humains soient tributaires de ce type de phénomènes hiérarchiques. Mais il est assez mal vu d’enfermer des humains dans une cage pour vérifier. Sauf si on le transforme en téléréalité, là, ça passe, mais il faut que l’expérience soit très cadrée et la présence de caméras crée des biais, tout ça est fort compliqué. Néanmoins, si nous autres humains, qui ne sommes après tout que des mammifères comme les autres, sommes sujets aux mêmes types de phénomènes, alors quel que soit le système de gouvernance, on retrouvera toujours plus ou moins les mêmes répartitions de population.

    L’expérience avec les rats montrent tout de même deux « détails » intéressants :
    – plus la population est nombreuse, plus la cruauté envers les souffre-douleurs est grande.
    – l’administration d’anxiolytiques ne modifie pas la hiérarchie quand elle est déjà établie mais crée un plus grand nombre de rats exploités si l’administration se fait avant la structuration de la hiérarchie.

    Je vous laisse en tirer d’éventuelles conclusions plus ou moins hâtives.

  • Au moins 5.000 Belges ont été traités à la chloroquine
    https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2020/06/15/au-moins-5-000-belges-ont-ete-traites-a-la-chloroquine

    Dans les hôpitaux belges, au moins 5.000 patients ont reçu de la chloroquine ou un dérivé de ce médicament pour traiter le coronavirus. C’est ce que rapportent ce lundi les quotidiens Le Soir et De Standaard.

    En fonction de leur lieu d’admission à l’hôpital, certains patients atteints de coronavirus ont reçu un traitement incluant la chloroquine (ou son dérivé l’hydroxychloroquine) ou une autre combinaison de médicaments. Selon les études menées sur cette molécule, cette dernière fait débat.

    Les données collectées par Sciensano depuis le début de l’épidémie dans le cadre d’une étude rétrospective indiquent que le médicament a été administré à au moins 5.000 patients hospitalisés (sur un total de 16.000) et dans la grande majorité des hôpitaux belges. C’est le cas au Chirec, à Erasme, au CHR de la Citadelle ou encore aux Cliniques universitaires Saint-Luc.

    D’après le quotidien Le Soir, certains patients auraient eux-mêmes insisté pour recevoir de la chloroquine, menaçant parfois même de changer d’hôpital s’ils ne pouvaient l’obtenir. 

    Selon un étude belge dont les résultats doivent encore être validés, la chloroquine n’a pas causé de surmortalité, a dévoilé Emmanuel Bottieau, infectiologue, professeur à l’Institut de médecine tropicale d’Anvers et membre du comité scientifique de Sciensano.

    #chloroquine #coronavirus #covid-19 #hydroxychloroquine #raoult #santé #covid19 #didier_raoult #big_pharma #argent #science #covid_19 #pandémie #épidémie #Belgique

    • Coronavirus. Loin de la controverse, la Grèce a repris la production de chloroquine
      https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-loin-de-la-controverse-la-grece-repris-la-production-de-chl

      Loin de la controverse qui agite la communauté scientifique dans le monde, la Grèce a repris la production de chloroquine en pleine pandémie de Covid-19 et poursuit ses essais cliniques selon une “approche calme et distante”.

      Devant les lumières vertes clignotantes d’une machine de fabrication de capsules, Evangelia Sakellariou, chimiste dans un laboratoire grec, a été l’une de premières scientifiques à contrôler la qualité des comprimés de chloroquine, utilisés dans les hôpitaux du pays.

      Sa société Uni-Pharma, située à Nea Kifissia, dans la banlieue nord d’Athènes, a su réactiver à temps une vieille licence de fabrication de ce médicament controversé, qui dans les années 90 était exporté en Afrique pour le traitement du paludisme.

      “La situation était urgente en mars” et “la société a eu le réflexe de demander à l’Organisme national des médicaments (EOF) de réactiver cette vieille licence quelques jours avant le confinement et la fermeture des frontières” grecques, a indiqué Spyros Kintzios, directeur de développement d’Uni-Pharma.

      Dans la foulée, cinq tonnes de matière première ont été importées d’Inde et le laboratoire s’est mis “en état d’alerte”, se souvient Evangelia Sakellariou.

      “Le week-end du 21 mars, on travaillait constamment, nous étions sous pression et en 30 heures on a produit 24 millions de doses, offertes alors au système national de santé grec”, raconte-t-elle.

      “Quand j’ai vu les premiers comprimés, je me suis sentie soulagée et contente d’avoir fait cet effort pour une bonne cause”, poursuit-elle.

      La Grèce ne comptait alors que six morts et 464 personnes contaminées par le nouveau coronavirus. Le pays est resté l’un des plus épargnés par le Covid-19 par rapport à ses partenaires européens, avec 182 morts et près de 3 000 cas jusqu’ici.

      Dans un contexte de concurrence internationale, “la reprise de la production de chloroquine en Grèce a eu un effet positif sur l’industrie locale dont les exportations sont en hausse ces dernières années”, relève Markos Ollandezos, président de l’Union panhellénique de l’industrie pharmaceutique.

      L’industrie grecque est surtout spécialisée dans la fabrication des génériques et de certains médicaments d’usage commun.

      « Approche calme et distante »
      La médiatisation du débat sur la chloroquine en France et dans d’autres pays ainsi que la polémique mondiale née de la publication d’une étude de la revue The Lancet , ont peu touché la communauté scientifique grecque.

      Selon des épidémiologistes du pays, la chloroquine est considérée efficace surtout aux premiers stades de la maladie et a été administrée en combinaison avec l’azithromycine aux patients hospitalisés.

      Et le fait que le coronavirus ait fait peu de morts en Grèce “n’a pas alimenté le débat sur le traitement”, explique Markos Ollandezos.

      L’Université de médecine d’Athènes a entamé en avril une étude sur “l’action du phosphate de chloroquine sur les patients infectés par le SARS-CoV-2”.

      “Le public, les scientifiques et les autorités ont maintenu une approche calme et distante face à la controverse. L’idée est d’attendre et de voir les résultats des études”, affirme Spyros Kintzios.

      La rétractation le 4 juin de trois de quatre auteurs de l’étude du Lancet et la volte-face de l’Organisation mondiale de la Santé, qui désormais autorise la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychlorine après une brève suspension, a provoqué une onde de choc dans l’opinion publique et la communauté scientifique mondiales.

      Toutefois, la fabrication de la chloroquine ou de son dérivé l’hydroxychloroquine se poursuit dans de nombreux pays en Europe.

      La société française Sanofi produit l’hydroxychloroquine sulfate sur un site en #Hongrie. Quant au médicament lui-même, le #plaquenil, il est fabriqué sur deux gros sites de production en #Espagne et en #France.

      Le plaquenil est importé dans plusieurs pays où l’hydroxychloroquine n’est pas produite comme en #Grèce, en #Pologne ou en #Estonie.

      En #Bulgarie, la chloroquine du laboratoire public Bul Bio est utilisé pour soigner les malades du Covid-19.

      Considérée comme un grand producteur de chloroquine, la Pologne autorise son utilisation si nécessaire. C’est la société Adamed, qui la produit sous le nom d’Arechin.

      Un porte-parole du gouvernement hongrois a souligné que le médicament n’était pas administré aux nouveaux patients mais seulement à ceux qui ont déjà commencé un traitement.

  • Que disent les sciences humaines et sociales de la place de l’irrationnel dans les sociétés contemporaines ? #irrationnel #sciences #fakenews #complotisme #altersciences

    https://sms.hypotheses.org/25099

    L’irrationnel peut être défini succinctement comme un mode de pensée qui se situe en dehors du domaine de la raison ou qui s’y oppose. Ce mode de pensée connaît depuis plusieurs années un essor important. En effet, il ne se passe pas un jour sans découvrir une remise en cause d’un vaccin, sans lire un article, voir un documentaire ou entendre une émission de radio dénonçant les supposés ravages de la rationalité scientifique.

    Certains essayistes en font même leur fonds de commerce vantant les mérites des médecines douces et de la méditation transcendantale, prétendant avoir découvert les causes de l’autisme, ou trouvant des raisons d’être dans la mise au jour de complots secrets internationaux. Dès lors, il était tentant de convoquer les sciences humaines et sociales pour étudier ces phénomènes dans les registres politiques, religieux, scientifiques et culturels et pour mettre au jour leurs mécanismes (...)

  • Etnoquê? Introdução à etnografia | Ethno-What? Introduction to Ethnography

    Ethnowhat? is a series of 7 short didactic videos introducing the basics of the ethnographic research method, focused on social justice. The target audience are mainly students and researchers in the social sciences, as well as social movement activists. The series is hosted by professor and anthropologist #Rolf_Malungo_de_Souza (UFF) and illustrated with concrete examples from the international action research project “Helping the Poor Stay Put”, which aims at studying and supporting diverse struggles for the right to popular housing in and around Rio de Janeiro’s port area.

    https://www.youtube.com/playlist?list=PL3222mQG3R0Db8CWD8Zmd8An0PwYx-ujO

    #vidéo #ethnographie #anthropologie #ressources_pédagogiques #méthodologie #justice_sociale #sciences_sociales #Rio_de_Janeiro #logement #logement_social #logement_populaire

  • La zone du cador. Révolution viriliste chez un « héros » de la gauche critique, Alain Damasio | Leïla Bergougnoux, Nina Faure et Yéléna Perret
    https://lmsi.net/La-zone-du-cador

    Alain Damasio est partout. Il est un invité régulier sur les ondes de France Culture [1] et dans les colonnes des Inrockuptibles [2], tandis que les journaux et revues de la gauche critique lui dressent des éloges panégyriques, de Reporterre à Ballast ou Lundi Matin, dont il est contributeur, en passant par le regretté Article XI. Quiconque s’intéresse aux idées libertaires, aux luttes anticapitalistes, aux ZAD et aux recherches d’alternatives croisera tôt ou tard sa prose enflammée et ses tirades tonitruantes, au détour d’un article ou d’un remix électro. Source : Les mots sont importants