• All worldbuilding, without exception, is political | columns | Hindustan Times
    https://www.hindustantimes.com/columns/all-worldbuilding-without-exception-is-political/story-iE1Gc0R4ULSq8khLaJ1dEO.html

    In a world where all fundamental laws can be rewritten, it is also illuminating which of them aren’t. The author’s priorities are more openly on display when a culture of non-humans is still patriarchal, there are no queer people in a far-future society, or in an alternate universe the heroes and saviours are still white. Is the villain in the story a repulsively depicted fat person? Is a disabled or disfigured character the monster? Are darker-skinned, non-Western characters either absent or irrelevant, or worse, portrayed with condescension? It’s not sufficient to say that these stereotypes still exist in the real world. In a speculative world, where it is possible to rewrite them, leaving them unchanged is also political.

    via https://twitter.com/nkjemisin/status/1101176578174787585

    #science-fiction


  • The Death Star: Dream, or Future Reality?
    https://hackernoon.com/the-death-star-d37c82a77f51?source=rss----3a8144eabfe3---4

    A Sci-Fi enthusiast or a kid whose childhood was based around Star Wars might dream of one day having the possibility of handling a phaser or firing from the Death Star against the planet Alderaan, home of princess Leia.Though most might think these fantasies are just pure imagination, I believe we might not actually be that far from making them reality.Hold on tight: let’s explore…The Death Star of Star Wars is a colossal weapon. Not only is it the size of the Moon, but with a single blast it could destroy entire planets. Some may even describe The Death Star to have:“Power! Unlimited power!” — Darth SidiousThe dream of controlling light dates back to ancient Greece with Zeus and the ancient nordic god Thor, who were both the most powerful gods of their time.Many scientists tried to understand (...)

    #tech #fiction #technology #star-wars #science-fiction



  • A word without a world: between Earth and elsewhere

    https://www.architectural-review.com/10039223.article

    [paywall - Mais visible en mode navigation privée"]

    24 January, 2019 By Honor Gavin

    Ursula K Le Guin’s Paradises Lost is the story of a starship, the journey spanning many generations. Honor Gavin retells its story

    Ursula essy may

    Ursula K Le Guin was an American novelist whose stories and poems depict alternative realities and fictional worlds. She sadly passed away at the beginning of this year. Notes refer to quotes from Le Guin’s Paradises Lost in the anthology The Birthday of the World and Other Stories. Illustration by Essy May

    Somewhere between the planet Earth and somewhere else, there once was a world. Or some said it was a world. Some said it was something else, not a world but the needlessness of orientation or having a care or ever remembering where it was that you once were. Not a world but the needlessness of getting on in any old world. Not a world, therefore, said some. But still, a world, said others. A world for us! The discussions went on and on and so did the somewhere between planet Earth and somewhere else. The somewhere was pleasant to live inside but not necessarily pleasant enough. For the time being, which some said was the entire time, or no, the entirety of time, there was nowhere to go other than somewhere that may or may not have been the world, so nobody there could perfectly understand what the words gone and away† meant, but some still loved to press their nose to the stars.‡ Others preferred tending to the surface of the somewhere, the side that wasn’t inside. It made them feel good, and gave them purpose. These people were mostly those who felt that where they were, was a world, and that the world, like themselves, had a destination.§ Everything was heading somewhere.*

    ‘They had everything they needed, they had nothing they could keep’, p288

    †‘Lovers do not run away (where is away?)’, p305

    ‡‘Light-specks on a screen. We can’t reach them, we can’t get to them. Not us. Not in our lifetime’, p301

    §‘Of course, they would “land” on some other dirtball, but that wasn’t going to happen till she was very old, nearly dead […]’, p250

    *‘WHERE ARE WE GOING?’, p285

    The first to notice that there were more words in the world than things to which the words referred was not, funnily enough, the Librarian.†† It was everybody, because when anybody there said a word such as hill, or a word such as wind, there was nothing in the world that resembled the word, which was another reason why some felt there wasn’t a world, or that the world had somehow waned. Gone away, maybe. Words such as hill and wind came to seem fussy and butterfingered, but people still said them anyway because, when spoken among other words, their exorbitance was less. What was away about them ebbed. The Librarian nevertheless kept the aways of these words in a set of dictionaries that anybody could check at any time, but nobody did, because the Librarian could never figure out where, in the Library, the dictionaries of words such as hill and wind should themselves be kept. The Librarian could never decide whether the dictionaries of words resembling nothing in the world belonged in the aisle of FICTION or in the aisle of REALITY, so the dictionaries’ location changed constantly, and the Librarian was always going back and forth, and over time the dictionaries grew heavy.‡‡

    ††‘Honeymooning, it was called, a word that didn’t have many reverberations in this world without honey or bees to make it, without months or a Moon to make them. But a nice custom’, p311

    ‡‡‘By the Third and Fourth Generations the general content of Earth transmissions had become so arcane that only devotees followed them closely; most people paid no attention to them at all’, p302

    Even the dictionaries have begun to sigh, the Librarian said to a friend, and the friend had to ask what the word sigh meant. When you speak without saying anything, the Librarian said.§§ When you say nothing, you mean, replied the friend. No, said the Librarian tersely, I mean just what I said.

    Left hand copy

    Illustration from the first edition of Le Guin’s The Left Hand of Darkness, published in 1969 and depicting the ambisexual people of a faraway planet

    The first to say that everything was going nowhere and nothing meant anything was meanwhile Terry. Terry! Such a great name for an Angel. An Angel was what Terry became when Terry’s mother, the last of those who once upon another time had lived on the planet Earth, died. At her funeral, Terry gave an interesting speech about remembrance. Terry’s main point had to do with reciprocity. Is there really any such thing? Terry wondered. If nobody here remembers there, does anybody there remember here even if they do.* Does a word need to refer to anything still to be a word? Does a word need to remember where it has been and where it will go and where it will have gone? Well, Terry did not say this exactly, but what he said nevertheless sang in the hearts of many of those onboard the somewhere between the planet Earth and somewhere else, because what Terry was basically saying was that everybody onboard was like, or not like, but actually the same as, a word without a world. A word without anywhere to go other than where the word already was.††† Had somebody said to Terry that he had his clouds, Terry would have agreed. Now you’re talking, Terry would have said. Now you understand.

    §§‘… and never see the Moon’, p268

    *‘Now that no living person in the world remembered the planet of origin, was there any reason to think anyone there remembered them?’ pp296-7

    †††‘Nothing in the world soars,’ p251

    We’re not going anywhere, said Terry the Angel, in other words. We’re simply gone, but not from anybody, and not from anywhere. We’re not gone on any terms. All we are is gone. Oh!‡‡‡

    Now, Terry’s way of thinking was persuasive to many, but not to all. It soon grew words of its own, and some found those grown words to be at once secretive and loud.§§§ It was too much, to be nothing but a word. It was too much, never to be on your way. Others were OK with what Terry and the Angels said but just preferred to return and return to the Library, where as well as the undiscoverable dictionaries and theaways they contained, which some said you could sometimes sense, like a tickle from the nonexistent wind, there were books with screens with pictures of things with names, pictures of things from the planet Earth that did not know your name in turn, words for things that did not know to name you.

    K1u21blktwaff9qhgf0y

    The 1980 edition of The Word for World is Forest, first published in 1972

    A child once asked such a picture its name, but the picture did not reciprocate, and the child burst into tears. When the child got a little older she fell in love with a girl who was an Angel, but did not herself become one.** Even though the Library had hurt her, she still preferred its words to those of the Angels. She preferred to live with the aways of words, to keep on losing the world over and over.†††† She became good friends with the Librarian, whom she once had to ask what the word sigh meant.‡‡‡‡

    ‡‡‡‘The great crowd sighed, a sound like wind in a forest, but they did not know that; they never heard the sound of wind in a forest; they had never heard any sigh, any voice but their own and the voices of machines’, p332

    §§§‘But many people discussed the ideas and images Kim Terry had put into their minds, feeling that he had given them something they had craved without knowing it, or felt without being able to say it’, p295

    **‘Reciprocity is a rare thing’, p250

    ††††‘The hole in the wall of the world had not been made by something from outside, a bit of dust or rock; when she saw it she knew, as one knows in a dream, that it had been there ever since the ship was made’, pp336-7

    ‡‡‡‡‘“Ahh”, sighed the forest leaves’, p333

    There were indeed many who fell in love with the concept of gone, but who did not become fully fledged Angels, followers of Terry. Perhaps those people were more onto what the Angels were getting at than the Angels. Perhaps the point was not to become.§§§§

    The dispossessedursula k. le guin crop

    A 1976 edition of The Dispossessed, set in the same fictional universe as The Left Hand of Darkness

    When eventually the destination came sooner than expected, not everybody went for a look.*** The Angels kept their heads firmly in the clouds. The Librarian, who was not an Angel, likewise remained onboard the somewhere that was now somewhere else and therefore either less the world it had never been or more a world than it ever was. Something like that. Arriving at the destination, which turned out to be a planet much like Earth, a planet that uncannily resembled Earth, confused everything. Or made sense of it. Why don’t you want to see the world?, the friend of the Librarian asked, when she heard the Librarian was staying aboard the somewhere world, forever suspended between FICTION and REALITY, forever destined to tread the Library’s sighing aisles. You’re not an Angel. No, said the Librarian, but I know enough of the world already. ††††† Even though I can’t say for certain whether I’ve ever been to the world, or anywhere other than the world, I know enough of the world already.‡‡‡‡‡ And I am done with going round in circles.§§§§§

    §§§§‘This world hated you’, p353

    ***‘The great goal of our voyage, the destination for which the ship and its crew were intended from the very beginning of our voyage, is closer than we dreamed’, p337

    †††††‘I want to live my life in peace, doing no harm and receiving no harm. And judging by the films and the books, I think this may be the best place, in all the universe, to live such a life’, p346

    ‡‡‡‡‡‘Librarians are the masters of useful trivia’, p314

    §§§§§‘AFTER THIS THERE ARE NO MORE HEADINGS, FOR THE WORLD IS CHANGED, NAMES CHANGE, TIME IS NOT MEASURED AS IT WAS, AND THE WIND BLOWS EVERYTHING AWAY’, p348

    #littérature #science-fiction #architecture


  • Zerstörung der Erde : Ein größenwahnsinniger Plan soll das Überleben der Menschheit sichern
    https://www.msn.com/de-at/nachrichten/wissenundtechnik/zerst%C3%B6rung-der-erde-ein-gr%C3%B6%C3%9Fenwahnsinniger-plan-soll-das-%C3%BCberleben-der-menschheit-sichern/ar-BBP3cbl
    https://img-s-msn-com.akamaized.net/tenant/amp/entityid/BBP3cbj.img
    Voilà encore une proposition farfelue pour « sauver la terre » ou plutôt les élites du monde. Bienvenu à l’élysée.

    Asteroiden, die auf der Erde einschlagen, die kontinuierliche Erderwärmung und viele weitere gefährliche Faktoren bedrohen die Zukunft der Erde. Das hat sich nun das niederländische Biotech-Startup Spacelife Origin zum Anlass genommen, um eine Idee zu entwickeln, wie das menschliche Leben gesichert werden kann. Samen-Eizellen-Satelliten und künstliche Befruchtung im Weltraum sollen diesen Plan umsetzen. Laut der „Welt“ soll die erste Geburt im Weltall schon 2024 stattfinden.

    Der Transport von Samen oder Eizellen ins All, die verwendet werden sollen, um die Erde nach einer Katastrophe wiederzubevölkern, soll zwischen 30.000 und 125.000 US-Dollar kosten, heißt es in der „Welt“ weiter. Der Preis für die künstliche Befruchtung im „Space Embryo Incubator“, der jedoch noch konzipiert werden muss, soll allerdings zwischen 250.000 und fünf Millionen Dollar liegen.
    Plan beinhaltet dreistufiges Konzept

    Die Biotechnikfirma, die vom Unternehmer Kees Mulder gegründet wurde, sieht für ihren Plan ein dreistufiges Konzept vor. Die erste Stufe „Missions Ark“ sieht vor, dass in Satellitenkugeln die Samen und Eizellen ab 2020 ins Weltall befördert werden. „Missions Lotus“ ist die nächste Stufe und die beinhaltet die künstliche Befruchtung im All. Die dritte Stufe „Missions Cradle“ sieht im Jahr 2024 schon die erste Geburt im Weltraum vor.

    #science-fiction #humanité #crise #it_has_begun


  • Philip K. Dick, the Matrix, Aliens and Aternate History: My Conversation with Tessa B. Dick
    https://hackernoon.com/philip-k-dick-the-matrix-aliens-and-aternate-history-my-conversation-wit

    Philip K. Dick, the Matrix, Aliens and Alternate History: My Conversation with Tessa B. DickSo as part of research for my new book, The #simulation Hypothesis (see original article here), I interviewed Tessa B. Dick, the last wife of acclaimed science fiction author Philip K. Dick. Many of you will know of Philip K. Dick from the movie adaptations of his work including Blade Runner, Total Recall, Minority Report, The Adjustment Bureau, and the recent TV show The Man in the High Castle, and others.Blade Runner and Man in the High Castle — based on books from Philip K. DickAlthough my original goal was to talk about reality being a simulation, she told lots of great stories about Phil and his beliefs and paranormal experience (including some interesting pre-cognitive dreams). I’ll be posting (...)

    #science-fiction #philip-k-dick #movies #virtual-reality


  • Sci-Fi Movie Brainstorm | Natalie Wood Death
    https://www.popularmechanics.com/culture/movies/a25654064/sci-fi-movie-brainstorm-natalie-wood-final-film

    The True Story of the Lost Sci-Fi Movie ’Brainstorm,’ Natalie Wood’s Last Film

    It had big stars, it foretold virtual reality, and the director was the special-effects wizard behind 2001: A Space Odyssey. So why have you never heard of this movie?

    #film #science-fiction


  • To Become a #space Faring Civilization, We need to Move Beyond Rockets, including #spacex and Blue…
    https://hackernoon.com/to-become-a-space-faring-civilization-we-need-to-move-beyond-rockets-inc

    To Become a Space Faring Civilization, We need to Move Beyond Rockets, including SpaceX and Blue Origin“It’s not rocket science. Or at least It shouldn’t be!”Recently, the idea of humanity becoming a space faring civilization has gotten lots of attention, particularly from billionaires like Elon Musk, founder of SpaceX, Amazon’s Jeff Bezos’ with his Blue Origin, and Sir Richard Branson’s Virgin Galactic. Along with this increased interest has been the mega-trend of the privatization of space, showing that our space-based future may not rely on governments at all but private companies.The short term goals that are most talked about are launching smaller satellites more cheaply, space tourism, ferrying to space stations, missions to and around the moon, and eventually, settling on Mars.Since (...)

    #space-exploration #nasa #science-fiction


  • EU border ’lie detector’ system criticised as pseudoscience

    Technology that analyses facial expressions being trialled in Hungary, Greece and Latvia.

    The EU has been accused of promoting pseudoscience after announcing plans for a “#smart_lie-detection_system” at its busiest borders in an attempt to identify illegal migrants.

    The “#lie_detector”, to be trialled in Hungary, Greece and Latvia, involves the use of a computer animation of a border guard, personalised to the traveller’s gender, ethnicity and language, asking questions via a webcam.

    The “deception detection” system will analyse the micro-expressions of those seeking to enter EU territory to see if they are being truthful about their personal background and intentions. Those arriving at the border will be required to have uploaded pictures of their passport, visa and proof of funds.

    According to an article published by the European commission, the “unique approach to ‘deception detection’ analyses the micro-expressions of travellers to figure out if the interviewee is lying”.

    The project’s coordinator, George Boultadakis, who works for the technology supplier, European Dynamics, in Luxembourg, said: “We’re employing existing and proven technologies – as well as novel ones – to empower border agents to increase the accuracy and efficiency of border checks. The system will collect data that will move beyond biometrics and on to biomarkers of deceit.”

    Travellers who have been flagged as low risk by the #avatar, and its lie detector, will go through a short re-evaluation of their information for entry. Those judged to be of higher risk will undergo a more detailed check.

    Border officials will use a handheld device to automatically crosscheck information, comparing the facial images captured during the pre-screening stage to passports and photos taken on previous border crossings.

    When documents have been reassessed, and fingerprinting, palm-vein scanning and face matching have been carried out, the potential risk will be recalculated. A border guard will then take over from the automated system.

    The project, which has received €4.5m (£3.95m) in EU funding, has been heavily criticised by experts.

    Bruno Verschuere, a senior lecturer in forensic psychology at the University of Amsterdam, told the Dutch newspaper De Volskrant he believed the system would deliver unfair outcomes.
    A neuroscientist explains: the need for ‘empathetic citizens’ - podcast

    “Non-verbal signals, such as micro-expressions, really do not say anything about whether someone is lying or not,” he said. “This is the embodiment of everything that can go wrong with lie detection. There is no scientific foundation for the methods that are going to be used now.

    “Once these systems are put into use, they will not go away. The public will only hear the success stories and not the stories about those who have been wrongly stopped.”

    Verschuere said there was no evidence for the assumption that liars were stressed and that this translated to into fidgeting or subtle facial movements.

    Bennett Kleinberg, an assistant professor in data science at University College London, said: “This can lead to the implementation of a pseudoscientific border control.”

    A spokesman for the project said: “The border crossing decision is not based on the single tool (ie lie detection) but on the aggregated risk estimations based on a risk-based approach and technology that has been used widely in custom procedures.

    “Therefore, the overall procedure is safe because it is not relying in the risk on one analysis (ie the lie detector) but on the correlated risks from various analysis.”

    The technology has been designed by a consortium of the Hungarian national police, Latvian customs, and Manchester Metropolitan and Leibnitz universities. Similar technology is being developed in the US, where lie detection is widely used in law enforcement, despite scepticism over its scientific utility in much of the rest of the world.

    Last month, engineers at the University of Arizona said they had developed a system that they hoped to install on the US-Mexico border known as the #Automated_Virtual_Agent_for_Truth_Assessments_in_Real-Time, or Avatar.

    https://www.theguardian.com/world/2018/nov/02/eu-border-lie-detection-system-criticised-as-pseudoscience?CMP=share_bt
    #wtf #what_the_fuck #frontières #contrôles_frontaliers #technologie #expressions_faciales #Grèce #Hongrie #Lettonie #mensonge #abus #gardes-frontière #biométrie #biomarqueurs #corps #smart_borders #risques #université #science-fiction
    ping @reka @isskein

    • Smart lie-detection system to tighten EU’s busy borders

      An EU-funded project is developing a way to speed up traffic at the EU’s external borders and ramp up security using an automated border-control system that will put travellers to the test using lie-detecting avatars. It is introducing advanced analytics and risk-based management at border controls.

      More than 700 million people enter the EU every year – a number that is rapidly rising. The huge volume of travellers and vehicles is piling pressure on external borders, making it increasingly difficult for border staff to uphold strict security protocols – checking the travel documents and biometrics of every passenger – whilst keeping disruption to a minimum.

      To help, the EU-funded project IBORDERCTRL is developing an ‘intelligent control system’ facilitating – making faster – border procedures for bona fide and law-abiding travellers. In this sense, the project is aiming to deliver more efficient and secure land border crossings to facilitate the work of border guards in spotting illegal immigrants, and so contribute to the prevention of crime and terrorism.

      ‘We’re employing existing and proven technologies – as well as novel ones – to empower border agents to increase the accuracy and efficiency of border checks,’ says project coordinator George Boultadakis of European Dynamics in Luxembourg. ‘IBORDERCTRL’s system will collect data that will move beyond biometrics and on to biomarkers of deceit.’
      Smart ‘deception detection’

      The IBORDERCTRL system has been set up so that travellers will use an online application to upload pictures of their passport, visa and proof of funds, then use a webcam to answer questions from a computer-animated border guard, personalised to the traveller’s gender, ethnicity and language. The unique approach to ‘deception detection’ analyses the micro-expressions of travellers to figure out if the interviewee is lying.

      This pre-screening step is the first of two stages. Before arrival at the border, it also informs travellers of their rights and travel procedures, as well as providing advice and alerts to discourage illegal activity.

      The second stage takes place at the actual border. Travellers who have been flagged as low risk during the pre-screening stage will go through a short re-evaluation of their information for entry, while higher-risk passengers will undergo a more detailed check.

      Border officials will use a hand-held device to automatically cross-check information, comparing the facial images captured during the pre-screening stage to passports and photos taken on previous border crossings. After the traveller’s documents have been reassessed, and fingerprinting, palm vein scanning and face matching have been carried out, the potential risk posed by the traveller will be recalculated. Only then does a border guard take over from the automated system.

      At the start of the IBORDERCTRL project, researchers spent a lot of time learning about border crossings from border officials themselves, through interviews, workshops, site surveys, and by watching them at work.

      It is hoped that trials about to start in Hungary, Greece and Latvia will prove that the intelligent portable control system helps border guards reliably identify travellers engaging in criminal activity. The trials will start with lab testing to familiarise border guards with the system, followed by scenarios and tests in realistic conditions along the borders.
      A mounting challenge

      ‘The global maritime and border security market is growing fast in light of the alarming terror threats and increasing terror attacks taking place on European Union soil, and the migration crisis,” says Boultadakis.

      As a consequence, the partner organisations of IBORDERCTRL are likely to benefit from this growing European security market – a sector predicted to be worth USD 146 billion (EUR 128 bn) in Europe by 2020.

      Project details

      Project acronym: #iBorderCtrl
      Participants: Luxembourg (Coordinator), Greece, Cyprus, United Kingdom, Poland, Spain, Hungary, Germany, Latvia
      Project N°: 700626
      Total costs: € 4 501 877
      EU contribution: € 4 501 877
      Duration: September 2016 to August 2019


      http://ec.europa.eu/research/infocentre/article_en.cfm?artid=49726

    • AVATAR - Automated Virtual Agent for Truth Assessments in Real-Time

      There are many circumstances, particularly in a border-crossing scenario, when credibility must be accurately assessed. At the same time, since people deceive for a variety of reasons, benign and nefarious, detecting deception and determining potential risk are extremely difficult. Using artificial intelligence and non-invasive sensor technologies, BORDERS has developed a screening system called the Automated Virtual Agent for Truth Assessments in Real-Time (AVATAR). The AVATAR is designed to flag suspicious or anomalous behavior that warrants further investigation by a trained human agent in the field. This screening technology may be useful at Land Ports of Entry, airports, detention centers, visa processing, asylum requests, and personnel screening.

      The AVATAR has the potential to greatly assist DHS by serving as a force multiplier that frees personnel to focus on other mission-critical tasks, and provides more accurate decision support and risk assessment. This can be accomplished by automating interviews and document/biometric collection, and delivering real-time multi-sensor credibility assessments in a screening environment. In previous years, we have focused on conducting the basic research on reliably analyzing human behavior for deceptive cues, better understanding the DHS operational environment, and developing and testing a prototype system.

      Principal Investigators:
      #Aaron_Elkins
      #Doug_Derrick
      #Jay_Nunamaker, Jr.
      #Judee_Burgoon
      Status:
      Current

      http://borders.arizona.edu/cms/projects/avatar-automated-virtual-agent-truth-assessments-real-time
      #University_of_Arizona

    • Un #détecteur_de_mensonges bientôt testé aux frontières de l’Union européenne

      L’Union européenne va tester dans un avenir proche un moyen de réguler le passage des migrants sur certaines de ses frontières, en rendant celui-ci plus simple et plus rapide. Ce moyen prendra la forme d’un détecteur de mensonges basé sur l’intelligence artificielle.

      Financé depuis 2016 par l’UE, le projet iBorderCtrl fera bientôt l’objet d’un test qui se déroulera durant six mois sur quatre postes-frontière situés en Hongrie, en Grèce et en Lettonie. Il s’avère que chaque année, environ 700 millions de nouvelles personnes arrivent dans l’UE, et les gardes-frontières ont de plus en plus de mal à effectuer les vérifications d’usage.

      Ce projet iBorderCtrl destiné à aider les gardes-frontières n’est autre qu’un détecteur de mensonges reposant sur une intelligence artificielle. Il s’agit en somme d’une sorte de garde frontière virtuel qui, après avoir pris connaissance des documents d’un individu (passeport, visa et autres), lui fera passer un interrogatoire. Ce dernier devra donc faire face à une caméra et répondre à des questions.

      L’IA en question observera la personne et fera surtout attention aux micro-mouvements du visage, le but étant de détecter un éventuel mensonge. À la fin de l’entretien, l’individu se verra remettre un code QR qui déterminera son appartenance à une des deux files d’attente, c’est-à-dire les personnes acceptées et celles – sur lesquelles il subsiste un doute – qui feront l’objet d’un entretien plus poussé avec cette fois, des gardes-frontières humains.

      Le système iBorderCtrl qui sera bientôt testé affiche pour l’instant un taux de réussite de 74 %, mais les porteurs du projet veulent atteindre au moins les 85 %. Enfin, évoquons le fait que ce dispositif pose assez logiquement des questions éthiques, et a déjà de nombreux opposants  !

      L’IA a été présentée lors du Manchester Science Festival qui s’est déroulé du 18 au 29 octobre 2018, comme le montre la vidéo ci-dessous :
      https://www.youtube.com/watch?v=9fsd3Ubqi38

      https://sciencepost.fr/2018/11/un-detecteur-de-mensonges-bientot-teste-aux-frontieres-de-lunion-europee


  • Hier j’me suis un peu forcée à sortir pour aller participer à l’atelier « Bâtir Aussi » de @Antémonde : la sinistrose zone autour de #Nantes, entre les luttes à mener et les plaies à lécher.
    Bah tu sais quoi ? J’ai pas regretté. Ça m’a pas spécialement « remonté le moral » mais participer à « Fabriquer des imaginaires enthousiastes et critiques » ça donne du sens au non-sens ambiant. Et déjà, rien que ça, c’est pas rien !
    La tournée #antemonde continue, se lie et se lit par ici : https://antemonde.org
    #science-fiction #anticipation #ecotopia .. et un peu de #collapsologie sans doute aussi


  • https://antemonde.org

    Invitation à lire le bouquin « Bâtir aussi », publié le 9 mai 2018 dans la collection Sorcières des éditions Cambourakis et à participer ou organiser un atelier avec les auteur-es. Le cadre du livre et des ateliers :

    2011, les printemps arabes ont donné le ton à d’autres révoltes. Un mouvement mondialisé s’étend, c’est l’Haraka. Les productions industrielles, les États et toutes les hiérarchies vacillent. Des dynamiques populaires s’entrechoquent pour répondre aux nécessités de la survie et dessiner un futur habitable.

    2021, les communes libres s’épanouissent sur les ruines du système. Comment vivre avec l’héritage de l’Antémonde ? Comment faire le tri des objets et des savoirs d’une époque aux traces tenaces ? Les haraks dessinent leur quotidien en fonction de leurs ressources et de leurs rêves. Des dynamos aux rites funéraires, des lave-linge aux assemblées, ces nouvelles ’anticipation politique racontent non pas une utopie parachutée, hors-sol, mais des mondes qui se confrontent à la matière, à ce qui résiste dans les têtes, où les routines collectives bâtissent un monde qui s’espère sans dominations.

    Les ateliers de l’Antémonde sont constitués de personnes engagées dans des luttes anticapitalistes et féministes. Des ateliers de fabrication d’imaginaires enthousiastes et critiques du complexe techno-industriel. Les auteurEs, passionnéEs par la bidouille, recherchent des outils pour subvertir l’état des choses, développer des perspectives révolutionnaires et anti-autoritaires. Iels expérimentent la science-fiction à plusieurs mains pour s’extirper d’un présent verrouillé en puisant dans leurs pratiques de luttes et de vie collective. Ensemble, iels tentent de tirer les fils du présent afin de tendre une toile de futurs possibles, voire souhaitables.

    #science-fiction #livre #éducationPopulaire #féminisme #anarchisme #murrayBookchin #antemonde #atelier


  • Murray Bookchin, l’utopie anarchiste au prisme de l’écologie | Ernest London
    https://reporterre.net/Murray-Bookchin-l-utopie-anarchiste-au-prisme-de-l-ecologie

    Murray Bookchin (1921-2006) était un militant écologiste étasunien, théoricien de l’écologie sociale et du municipalisme libertaire. Janet Biehl, collaboratrice et compagne de ses dernières années, fidèle à sa promesse, retrace sa vie tout en présentant son importante œuvre théorique dans « Écologie ou Catastrophe ». Source : Reporterre

    • Le bouquin « Bâtir aussi » est selon ses auteur-es parti de discussions autour d’un ouvrage de Murray Bookchin.

      https://antemonde.org/textes/postface-batir-aussi

      À l’automne 2011, les éditions Tahin party envisagent une réédition de l’article «  Vers une technologie libératrice  », écrit par Murray Bookchin en 1965 et publié une première fois dans son recueil Pour une société écologique. Pour compléter ce texte avec des réflexions plus actuelles, nous nous penchons à quelques-unEs sur cet imaginaire qui décrit une société autogestionnaire, écologique et postcapitaliste, et sommes particulièrement touchéEs par l’enthousiasme de l’auteur pour les questions techniques. Un enthousiasme à détailler les solutions matérielles déployées par ses Communes, pour produire les nombreuses choses dont chacunE a besoin. Un enthousiasme pour décrire l’imbrication de la production agricole et artistique, du travail et de la vie, depuis la mise en place de petites usines métallurgiques… jusqu’aux microcentrales nucléaires.

      Notre travail ne s’est pas uniquement nourri de nos questions mais aussi de nos désaccords. Nos polémiques, nos imaginaires en conflit, nous ont donné l’inspiration d’une réalité tout en mouvements et en divergences. Des vies pleines de contradictions et de contrariétés, où chacunE se verrait contraintE à dépasser ses limites et à en formaliser d’autres. Notre passion pour les pratiques autogestionnaires et anti-autoritaires, notre volonté de fabriquer des consensus et de penser les rapports de force, nous ont pousséEs à imaginer des mondes où chacunE pourrait trouver des prises vers l’émancipation.

      La fiction nous a permis d’ouvrir quelques fenêtres sur des existences collectives, vastes et complexes, mais sans ériger de programme, en projetant seulement des fragments nourris de notre passion pour la bidouille.

      Cette expérience à plusieurs mains n’est qu’une esquisse, quelques épisodes. Nous espérons que notre enthousiasme sera contagieux et que d’autres voudront tirer des fils, pour que ça continue à tenir.

      #science-fiction #livre #éducationPopulaire #féminisme #anarchisme #murrayBookchin #antemonde #atelier


  • Matrimoine littéraire de #Science-Fiction – Eva D Serves
    http://evadserves.ovh/index.php/2018/10/26/matrimoine-litteraire-sf

    Cet article vise à promouvoir le #matrimoine littéraire dans le genre de la science fiction. Il est écrit en collaboration avec Gabylc (de la chaine youtube Des Livres et des Loutres) et sera mis à jour au fil du temps.

    NB : Les descriptions biographiques et les synopsis de #livres sont tirés de Babelio et de Wikipédia (ce qui est amené à changer)


  • VIRGIL FINLAY « PULP FANTASY & STRANGE SCIENCE »
    https://laspirale.org/graphisme-580-virgil-finlay- pulp-fantasy-strange-science.html

    VIRGIL FINLAY « PULP FANTASY & STRANGE SCIENCE »#Virgil_Finlay a illustré certaines des plus belles pages et couvertures de l’âge d’or du #fantastique, de l’horreur et de la #science-fiction.

    Il commence à publier ses dessins dans Weird Tales en 1935. Son style réaliste et son utilisation des textures le font tout de suite remarquer. En 1938 il travaille avec l’équipe de The American Weekly, sous la direction d’Abraham Merritt.

    Après avoir servi pendant la Seconde Guerre mondiale, il dessine pour de nombreux #pulps, magazines de science-fiction et magazines d’astrologie. Il décède juste avant la première publication de la collection de ses (...)

    #laspirale



  • Des voix sans maître : déconstruire de grands récits par la dystopie (Pierre Pelot)
    http://www.raison-publique.fr/article882.html
    Raison-publique.fr, samedi 16 juin 2018, par Simon Bréan

    Le storytelling pourrait être interprété comme l’un des instruments actuels de ce que Guy Debord appelle en 1967 le « spectaculaire diffus », par contraste avec le « spectaculaire concentré » des régimes communistes. La Société du Spectacle fournit une puissante matrice de déconstruction des grands récits, en les ramenant à une froide réalité mécanique, servir une même entreprise de « prolétarisation du monde ». Pierre Pelot, figure marquante de la science-fiction française des années 1970, s’est emparé de cette matrice contestataire pour écrire une série de récits dystopiques de 1977 à 1980. Ses dystopies sont des utopies négatives, qui détruisent les citoyens tout en prétendant les sauver. Dans cet article, nous examinons plus particulièrement trois romans, Delirium Circus (1977), Les Barreaux de l’Eden (1977) et Parabellum tango (1980).

    […]

    La pratique du storytelling identifiée par Christian Salmon est l’un des avatars contemporains d’une tentation ancienne, la manipulation du discours à des fins de propagande, que l’exacerbation des idéologies concurrentes au XXe siècle a rendu plus systématique. Rapporté à des modalités antérieures telles que la propagande totalitaire, qui implique un contrôle vertical des canaux de diffusion et une réécriture massive de la réalité historique et contemporaine, l’une des singularités du storytelling semble être son caractère multidirectionnel et opportuniste. Là où, pour en reprendre la logique mise en scène par le 1984 d’Orwell, la figure totalitaire du Big Brother s’impose depuis un empyrée inaccessible par le conditionnement de citoyens schizophrènes et par le contrôle paranoïaque d’une novlangue réduite à sa plus simple expression, les artisans du storytelling sont légions, chacun exploitant à sa manière les richesses rhétoriques d’une langue faussement familière et tâchant d’atteindre dans leurs destinataires des émotions déjà présentes, qu’il s’agit alors de faire primer sur les capacités rationnelles de critique et de distanciation.
    Une telle opposition ne paraît flagrante qu’en l’absence d’un terme intermédiaire : le storytelling tel que le conçoit Christian Salmon n’est pas l’héritier direct d’une propagande d’État totalitaire, mais semble plutôt relever de la bonne conscience moralisatrice qui lui a longtemps été opposée par le « Bloc de l’Ouest », fondée sur des boucles rétroactives affirmant d’un côté des valeurs fondamentales et de l’autre, au nom de ces valeurs, la nécessité de stratégies radicales, ce qui aboutit à des logiques paradoxales telles que « Détruire un village pour le sauver » pendant la Guerre du Vietnam, selon une expression rappelée récemment par Eric Fassin à propos de la guerre contre le terrorisme et des suppressions de libertés individuelles.

    #grands_récits #storytelling #science-fiction #dystopie #littérature #Pierre_Pelot #Christian_Salmon


  • Bâtir Aussi : rêver au-delà de l’Antémonde
    https://friction-magazine.fr/batir-aussi-rever-plus-loin-que-lantemonde

    En ce mois de Mai 2018, alors que la grève dure, que le mécontentement se propage, que le Black Bloc crame des Mac Do et que des dizaines de lycéens sont en GAV, un livre assez inattendu (mais tombant drôlement à pic) vient de paraître : Bâtir Aussi, Fragments d’un monde révolutionné. A l’origine de l’ouvrage, Les Ateliers de l’Antémonde, un mystérieux collectif d’auteurEs composé « de personnes engagées dans les luttes anticapitalistes et féministes » et « passionnées par la bidouille ». 

    « Les haraks dessinent leur quotidien en fonction de leurs ressources et de leurs rêves. »

    Le livre est en fait un recueil de nouvelles d’anticipation qui partent d’une même hypothèse : en 2011, les printemps arabes ont inspiré d’autres révoltes et le Monde tout entier s’embrase — bienvenue à l’ère de l’Haraka, c’est à dire après ‘l’Antémonde’. « Les productions industrielles, les Etats et toutes les hiérarchies vacillent » explique la quatrième de couv. Un peu partout, des militants autonomistes tiennent tête à la police et aux fachos qui tentent de rétablir l’ordre.

    En 2012 mais aussi, surtout, en 2021, le collectif nous raconte donc sept courtes histoires : sept fragments d’un futur possible qui laissent imaginer à quoi ressemblerait le Monde si, demain, la ZAD se propageait partout. 

    Voir au-delà de notre Antémonde mais, surtout, plus loin que la simple révolte : tel est l’objectif des auteurEs qui tentent ici d’imaginer les nouveaux gestes quotidiens, les routines collectives, les questionnements émergents comme les problèmes à résoudre après ce soulèvement global : « Comment vivre avec l’héritage de l’Antémonde ? Comment faire le tri des objets et des savoirs d’une époque aux traces tenaces ? Les haraks dessinent leur quotidien en fonction de leurs ressources et de leurs rêves. »

    https://antemonde.org

    #science-fiction #anticipation #littérature #zad #communes #vivre_la_commune #Les_Ateliers_de_l’Antémonde

    • 2011, les printemps arabes ont donné le ton à d’autres révoltes. Un mouvement mondialisé s’étend, c’est l’Haraka. Les productions industrielles, les États et toutes les hiérarchies vacillent. Des dynamiques populaires s’entrechoquent pour répondre aux nécessités de la survie et dessiner un futur habitable.

      2021, les communes libres s’épanouissent sur les ruines du système. Comment vivre avec l’héritage de l’Antémonde ? Comment faire le tri des objets et des savoirs d’une époque aux traces tenaces ? Les haraks dessinent leur quotidien en fonction de leurs ressources et de leurs rêves. Des dynamos aux rites funéraires, des lave-linge aux assemblées, ces nouvelles d’anticipation politique racontent non pas une utopie parachutée, hors-sol, mais des routines collectives qui se confrontent à la matière, à ce qui résiste dans les têtes, bâtissant un monde qui s’espère sans dominations.


  • Comment la SF inspire les scientifiques
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/comment-la-sf-inspire-les-scientifiques

    On dit souvent que les chercheurs trouvent une bonne part de leur inspiration dans la #Science-fiction. Mais jusqu’où est-ce vrai ? Si l’on en croit une récente étude publiée sur Arxiv et relayée par la Technology Review, c’est non seulement exact, mais le phénomène tend à s’amplifier. Pour établir ce fait, (...)

    #A_lire_ailleurs #Recherches #design #Interfaces


  • Ready Player One and the Simulation Hypothesis: Are We Avatars in a Virtual World?
    https://hackernoon.com/ready-player-one-and-the-simulation-hypothesis-virtual-worlds-avatars-cg

    OK so I watched Ready Player One this weekend. I’d read the book a while back and you can imagine I was very excited to see this movie.After all, I grew up watching Spielberg’s films in the late 70’s and early 80s, I played Atari 2600 games as a kid, and these inspired me to make video games myself and eventually become an investor in a number of VR/AR companies.Here’s my take: there’s something profound that Spielberg and company accomplished with Ready Player One, and it’s not really about whether it was a “good” movie with good acting.It’s not even whether the story makes any sense. I will try to avoid spoilers here in case you haven’t seen it (which is not that hard to do for a movie where the story is almost secondary!).I’m also not going to pontificate on why the changes from the book were (...)

    #ready-player-one #movies #simulation-hypothesis #science-fiction #virtual-reality


  • « Iter Auto » et « Plus Fours Routefinder » – Les systèmes de navigation automobile des années 1920 / 1930 | Ufunk.net
    http://www.ufunk.net/gadgets/iter-auto-plus-fours-routefinder

    Je vous présente le « Iter Auto » et le « Plus Fours Routefinder« , deux systèmes de navigation automobile des années 1920 / 1930 ! L’électronique, le #GPS, la 3G et les écrans tactiles n’étant pas vraiment d’actualité à cette époque, il fallait choisir son itinéraire à l’avance, et insérer la cartouche correspondante dans le lecteur du « Iter Auto » ou sa version portable pour motard dans le bracelet du « Plus Fours Routefinder« . On faisait ensuite défiler les cartes pour se repérer et suivre l’évolution de son trajet… Si il fallait tourner manuellement une molette du « Plus Fours Routefinder » pour trouver sa position, le « Iter Auto » se branchait directement sur le cable du compteur de vitesse pour un défilement de la carte automatique !

    #steampunk #cartographie


  • Une énergie nucléaire sans danger ni déchets, c’est la promesse, longtemps sabotée par les lobbies de l’énergie et de la défense, que brandissent les partisans du #thorium. Ce combustible alternatif, découvert à la fin du XIXe siècle, représente-t-il une piste sérieuse pour échapper aux dangers et à la pollution induits par l’utilisation du plutonium par l’industrie atomique ?

    https://www.arte.tv/fr/videos/050775-000-A/thorium-la-face-gachee-du-nucleaire
    98 min.
    Disponible du 08/02/2018 au 09/05/2018

    Une énergie nucléaire « verte » ? Au début de la série Occupied, diffusée par ARTE fin 2015, le nouveau chef écologiste du gouvernement norvégien, pour mettre un terme à l’exploitation pétrolière, inaugurait une centrale fonctionnant au thorium. Une hypothèse nullement fictive, selon ce documentaire, qui montre combien ce combustible alternatif, découvert à la fin du XIXe siècle et répandu sur toute la planète, représente une piste sérieuse pour échapper aux dangers et à la pollution induits par l’utilisation du plutonium par l’industrie atomique. Si le #nucléaire n’avait pas été inventé pour bombarder Hiroshima et propulser des flottes militaires, nos centrales fonctionneraient sans doute aujourd’hui avec des réacteurs à sels fondus de thorium. Tchernobyl et Fukushima seraient peut-être restés des points anonymes sur la carte du monde. La surexploitation de l’énergie fossile aurait probablement cessé beaucoup plus tôt, et le changement climatique se révélerait moins alarmant qu’il ne l’est aujourd’hui…

    La Chine à l’avant-garde ?
    Pour réaliser ce scénario, qui semble aujourd’hui utopique, il aurait peut-être suffi de s’intéresser vraiment aux travaux visionnaires du physicien américain Alvin Weinberg qui, après avoir participé à la fabrication de la bombe atomique, a voulu travailler sur une utilisation civile et pacifique de l’atome. Il s’est acharné de 1945 à sa disparition, en 2006, à inventer les conditions d’une #énergie nucléaire propre reposant sur des #réacteurs révolutionnaires et sur l’extraction du thorium. Mais les intérêts liés aux lobbies de l’énergie et de la défense en ont décidé autrement. Les États qui ont opté pour l’énergie atomique ont longtemps cherché à étouffer l’éolien et le solaire, et aucun n’a voulu prendre en compte les problèmes bien connus d’enfouissement des matières fissiles. Aujourd’hui, pourtant, l’idée d’un recours à des combustibles nucléaires liquides et à des réacteurs à sels fondus refait surface, défendue par le monde de la recherche et même par des écologistes combattant l’industrie nucléaire. Le gouvernement chinois a décidé d’investir 350 millions de dollars pour étudier cette filière révolutionnaire. La Fondation de Bill Gates s’y intéresse aussi. L’Europe va-t-elle rester à la traîne ? Un voyage teinté d’espoir vers la face gâchée du nucléaire.

    • Le nucléaire, avec ou sans thorium, implique une production centralisée et commandée, confiée aux états ou à des entreprises dont les conditions d’existence sont garanties par des états et leur police. Cette technique engage les sociétés dans une activité productive non réappropriable, reconduisant la soumission des sociétés à la production (d’énergie) pour la production. L’écologie se résume pas aux becquerels.

    • Le choix d’une production nucléaire centralisée n’est pas une fatalité.
      • au tout début de l’énergie nucléaire, il a été envisagé (brièvement…) des installations au niveau des unités d’habitation (je n’ai pas de référence sous la main)
      • un bon nombre de satellites possèdent des sources d’énergie nucléaires (on n’en entend parler que quand ils retombent sur terre…)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Générateur_thermoélectrique_à_radioisotope

    • Quelques références, en fouillant un peu…

      • à tout seigneur, tout honneur, WP[en] sur le réacteur aqueux homogène
      https://en.wikipedia.org/wiki/Aqueous_homogeneous_reactor


      avec un premier modèle en 1952 à 150 kW électriques

      • une belle image du National Geographic de l’époque (numéro à préciser)

      • en France aussi, des réflexions du CEA en 1958, Idées sur un projet de réacteur homogène
      les dernières figures présentent des schémas d’un réacteur à 80 kW et d’un autre à 500 kW (j’imagine thermiques, on s’arrête à l’extraction de vapeur, donc à diviser par 5 pour l’électrique)
      http://www.iaea.org/inis/collection/NCLCollectionStore/_Public/38/063/38063230.pdf

      • (nettement) plus contemporain, les projets de la NASA pour une nouvelle génération de réacteur pour satellite
      KRUSTY - Wikipedia
      https://en.wikipedia.org/wiki/KRUSTY

      As of September 2017 a test reactor has been constructed. It is designed to produce up to 1 kilowatt of electric power and is about 6.5 feet tall (1.9 meters). The prototype Kilopower uses a solid, cast uranium-235 reactor core, about the size of a paper towel roll. Reactor heat is transferred via passive sodium heat pipes, with the heat being converted to electricity by Stirling engines. Testing to gain TRL 5 started in November 2017 and continued into 2018.

      (TRL5 : entre technologie en développement et technologie en démonstration, quand c’est à TRL9, c’est que c’est déjà en fonctionnement)
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Technology_readiness_level
      (ou en anglais)

      • nettement plus prospectif, les technologies dite de #fusion_froide (qui, comme chacun sait, n’est dit de la fusion ni froid…)
      p. ex. tout frais (janvier 2018) la technologie LENR
      https://steemit.com/news/@csulip/nasa-s-cold-fusion-tech-could-put-a-nuclear-reactor-in-every-home-car-and-p

      ou, un peu plus ancien (septembre 2017) annonce de dépôt de brevet sur le sujet par la NASA
      http://e-catworld.com/2017/09/19/lenr-at-nasa-new-patent-application-for-methods-and-apparatus-for-enhanc

    • Lorsque j’avais 12 ans, j’aimais beaucoup la fusion nucléaire pour sa promesse d’abondance infinie et pour ainsi dire gratuite, mais j’en suis revenu.
      La pollution de l’espace d’origine « humaine » peut sans doute être plus nucléarisée, tant que cela amuse du monde qui en a le pouvoir mais je ne vois vraiment pas l’intérêt (sauf pour certains et pour un certain « ordre ») de passer sur terre d’une dépendance séculaire au capitalisme fossile à un développement toujours plus fondé sur le nucléaire, selon une temporalité mesurable cette fois en (dizaine de) millénaires.
      edit : Le réacteur au thorium : une nouvelle impasse
      http://www.sortirdunucleaire.org/Le-reacteur-au-thorium-une-nouvelle-impasse

      Seul, le thorium n’est pas un combustible. L’intérêt est de le transformer en uranium 233. Pour cela, il doit être bombardé de neutrons. Par capture de neutrons, le thorium 232 se transforme après plusieurs étapes en uranium 233, qui est un élément fissile [7] performant, ce qui facilite les réactions en chaîne. [...]
      Le réacteur à sels fondus (RSF) est conçu pour être surgénérateur, c’est-à-dire générer plus d’uranium 233 qu’il n’en consomme. [...]

      Le démarrage du RSF : une difficulté majeure

      Le RSF est conçu pour produire plus d’uranium 233 qu’il n’en consomme. Encore faut-il pouvoir d’abord le charger en quantité suffisante de cet élément. L’uranium 233 n’existant pas à l’état naturel, les chercheurs proposent diverses solutions pour obtenir les 3,6 tonnes [16] nécessaires au démarrage :
      Tapisser le cœur d’un REP d’une couverture de thorium, puis récupérer l’uranium 233 produit. Des dizaines d’années seraient nécessaires pour obtenir la quantité requise au démarrage d’un 1er RSF [17]. Et avec un retraitement de 40 litres de sels par jour (cf. infra), il faudrait 56 ans pour démarrer un 2ème RSF avec l’uranium 233 extrait de ce 1er RSF.
      Ou encore démarrer un RSF où le thorium serait transformé par un mix : plutonium et actinides mineurs des REP, mélangés avec de l’uranium 233 ou avec de l’uranium enrichi à 13 %.
      Il n’est possible d’utiliser ni le plutonium seul (il en faudrait 13 tonnes, quantité non suffisamment soluble dans les sels), ni l’uranium enrichi seul, qui devrait être trop enrichi (à 25 %).

      Le RSF génèrerait d’importants déchets radioactifs

      Le RSF génèrerait d’importants déchets radioactifs qu’il faudrait traiter, stocker, surveiller pendant des centaines d’années, des milliers d’années pour certains.
      Ce seraient des produits de fission, en natures et quantités similaires à celles des réacteurs actuels. Hautement radioactifs pendant des centaines d’années, ces déchets sont classés dans la catégorie des plus dangereux : HAVL, Haute Activité à Vie Longue. Absorbeurs de neutrons, les produits de fission entravent la formation d’uranium 233, d’où la nécessité de les retirer. Gazeux, ils seraient extraits en continu par bullage d’hélium. Pour les autres qui sont solubles, 40 litres de sels seraient pompés chaque jour, d’où ils seraient extraits.
      Les actinides seraient remis dans le cœur sauf 0,1 % qui sortiraient en déchets, n’ayant pu être séparés des produits de fission. Le thorium produit un actinide mineur très radiotoxique, le protactinium 231 (période : 33 000 ans), qui n’existe qu’à l’état de traces dans la nature.
      Peu d’actinides mineurs sortiraient en déchets réguliers, mais le circuit primaire en contiendrait une forte quantité.
      Petit calcul… Un RSF d’une puissance de 1000 MWe requerrait une charge initiale d’environ 3,6 tonnes d’uranium 233 et 26 tonnes de thorium. En fonctionnement, à l’équilibre, il y aurait près d’1 % d’actinides mineurs, soit environ 300 kg. À comparer avec les 960 kg d’actinides mineurs compris dans les combustibles usés déchargés des REP chaque année, soit 17 kg par REP (960/58).
      La présence d’uranium 233 implique celle d’uranium 232 et de ses descendants (cf. supra). D’autres éléments se forment également. Le thorium n’est pas fissile, mais fissible, il peut fissionner sous un flux de neutrons rapides et générer des produits à période radioactive longue, comme le technétium 99 de période 215 000 ans.
      Il est avancé que le RSF nous débarrasserait des déchets nucléaires les plus difficiles à gérer. Mais une grande partie de ceux déjà produits sont vitrifiés et ne sont pas extractibles. En revanche, le RSF créerait des déchets radioactifs supplémentaires.
      De plus, la surgénération n’est possible qu’avec l’uranium et le thorium. Si le RSF était alimenté avec du plutonium ou d’autres actinides produits par le REF, il ne pourrait plus être surgénérateur. [...]

      Un réacteur surfait, qui n’est encore qu’un concept théorique

      Ce n’est que depuis 2008 que le RSF à neutrons rapides fait partie des 6 systèmes retenus par le Forum International Génération IV. Étudié au Laboratoire de Physique Subatomique de Grenoble, ce type de réacteur « n’existe aujourd’hui qu’à l’état de concept théorique » [25]. Les récentes publications du CNRS [26] l’attestent. Aucun réacteur de démonstration de ce type, même de faible puissance, n’a encore fonctionné. Sont ressassées les qualités de ce réacteur… mais technologiquement, le RSF est-il faisable ? Dans quel délai ? À quel coût ?
      Délai – « en partant du principe que la décision de passer au cycle thorium est prise vers 2040 – hypothèse prenant en compte la durée de vie des réacteurs actuels – le MSFR (RSF à neutrons rapides) est introduit à l’échelle industrielle en 2070 » estime Daniel Heuer [27], directeur de recherche au CNRS.
      Coût – « Nous avons l’espoir qu’il soit moins cher qu’un réacteur à eau pressurisée (...) Cela reste à vérifier » poursuit-il [28].
      En France, ni EDF-Areva, ni le Commissariat à l’Énergie Atomique ne semblent beaucoup s’y intéresser. Les premiers souhaitent avant tout rentabiliser les infrastructures industrielles de la filière uranium. Le second développe un prototype de surgénérateur au sodium (Astrid, 600 MWe) qui a bénéficié de 650 millions d’euros dans le cadre du grand emprunt national de 2010. Ce réacteur est l’axe prioritaire de recherche et développement. Est juste assurée « une veille technologique » pour le RSF [29], d’où les faibles crédits alloués à son étude.
      L’Ademe [30] a publié le 22 octobre 2015 le rapport « Vers un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 » [31]. Il est montré que le scénario 100 % renouvelable est tout à fait réalisable, pour un coût raisonnable. Le RSF ? Le Réacteur où Se Fourvoyer, encore une impasse.

      #thorium #réacteur_à_sels_fondus #achtung #apologie

    • Au sujet de la fusion nucléaire après celui de la fission. Je me souviens d’un point de vue beaucoup plus optimiste qu’original par un maître de la SF. Monsieur Spinrad , sans boire ses paroles, j’attache plus d’importance à son avis sur ce sujet qu’à celui des scientifiques. ( je crois presque que la SF est une science ). Surement que ce qu’il dit est plus compréhensible et aussi parce que j’aime beaucoup ce que fait ce monsieur.
      Voici ce qu’il dit et pense de "La Crise de Transformation"

      Des hommes qui, au sens biologique, ont a peine plus évolué que les habitants des premières colonies humaines parvenues à maîtriser le feu.
      Et qui maintenant, pour le meilleur ou pour le pire, tiennent la puissance nucléaire entre leurs petites mains fébriles.
      Ce qui nous ramène au point où nous nous trouvons aujourd’hui.
      Tout aussi sûrement que le Big-Bang a impliqué la formation des planètes, tout aussi sûrement que la chimie organique a mené au développement de la vie et tout aussi sûrement que la conscience émerge de l’évolution de la bio-masse, toute espèce sensible qui évolue vers la science et la technologie va inévitablement un jour ou l’autre mettre les mains sur la puissance de l’atome et inévitablement se trouver en possession du moyen de détruire la biosphère qui lui a donné naissance.
      La destruction atomique n’est certainement pas le seul moyen de détruire la vie sur la Terre, mais c’est un moyen suffisant,ce qui veut dire que notre espèce est entrée dans sa Crise de Transformation parvenue à maturité avec les premières explosions nucléaires de 1945.

      Aussi, en fin de compte, I’étape suivante de notre évolution, celle que nous devons franchir si nous voulons traverser la #Crise_de_Transformation qui est la conséquence de ce qui s’est passé auparavant, n’est de nature ni biologique, ni scientifique, ni technologique, ni même politique.
      Nous devons atteindre le niveau de sensibilité morale et de conscience spirituelle indispensable pour parvenir à la viabilité à long terme de notre espèce. Il ne s’agit pas d’un voeu pieux désinvolte, mals d’impératif dur et froid de notre évolution. Toute espèce incapable de l’atteindre se détruira tôt ou tard en même temps que sa biosphère. Celles qui l’atteindront survivront. Il n’y aura pas d’autres survivants.
      Tandis que le progrès technologique capable de mener à une civilisation Transformationnelle stable à long terme se trouve dans l’avenir, c’est dans notre présent qu’existe le pouvoir de détruire notre espèce et notre biosphère.
      Aussi ne pouvons-nous laisser la responsabilité d’accomplir cette indispensable transformation spirituelle et morale à nos hypothétiques descendants.
      Nous sommes les générations de la Crise de Transformation.
      Faisons le travail comme il faut, ou bien nous n’en aurons plus aucun à faire.

      Ce ne sont que deux extraits, le texte entier est disponible avec ce lien : http://generationsf.ucoz.com/index/0-29

      Quelques liens pour aller plus loin avec #Norman_Spinrad
      La Spirale.org un site précieux pour moi et référencé ici sur @seenthis #laspirale
      https://laspirale.org/texte-152-norman-spinrad-pop-culture-chaos.html
      2 autres : http://www.nova.fr/novamag/8283/reve-de-fer-de-norman-spinrad
      https://sitamnesty.wordpress.com/2006/12/05/la-der-des-der-norman-spinrad


      Norman Spinrad qui aujourd’hui est un vieux monsieur a exploré cette question sur la crise transformationnelle de bien des façons. De lire ce texte aujourd’hui me met la larme à l’œil. J’aime vraiment beaucoup ce que vous faites monsieur Spinrad.

    • Je vais dans le sens de ce que dit @colporteur et c’est ce genre de réflexions que pousse @pmo depuis des années que ce soit sur les OGM, les téléphones mobiles, les nanos, Linky, etc : oui il y a très sûrement des problèmes sanitaires, des débats scientifiques, mais ça veut dire une bataille d’experts permanentes entre technocrates : « cette étude montre que c’est dangereux », « mais cette étude montre que non », « mais ensuite cette nouvelle étude montre que si », etc à l’infini. Alors que le débat doit être avant tout politique et social, est-ce que c’est appropriable, est-ce que ça nous rend plus libres, plus autonomes dans une communauté (pas individuellement !). Réflexions issues entre autre d’Illich et Ellul évidemment (pour ce qui concerne PMO).

    • Du côté de la science-fiction ...

      « L’accident, qui n’était que de la routine aux yeux de ceux qui travaillaient à la centrale,
      pouvait apparaître à d’autres personnes comme la preuve irréfutable que tout ce qui avait trait à l’énergie nucléaire était dangereux et que les centrales devaient être exilées le plus loin possible des centres urbains.« 
      Pure journée pour Doc Ferrel, médecin d’entreprise auprès d’une usine nucléaire. La présence d’une commission d’enquête rend les hommes nerveux et favorise les accidents. La peur règne en ville. Et Jorgenson, le plus qualfié des Ingénieurs, le plus irascible aussi, entreprend une réaction qui, mal dirigée, peut conduire au déchaînement de l’isotope R.
      Soudain, c’est la catastrophe...
      Dans ce roman, tiré d’une nouvelle initialement publiée en 1942, Lester del Rey a développé avec une prescience remarquable quelques-uns des problèmes soulevés depuis par l’industrie nucléaire.
      Un dossier concernant drains aspects sociaux de l’électronucléaire vient compléter cette œuvre exceptionnelle qui prend aujourd’hui valeur de document.

      https://www.noosfere.org/livres/niourf.asp?numlivre=355

      Crise, c’est un accident nucléaire dans le futur antérieur, car le roman, écrit en 1956, est issu d’une nouvelle publiée en 1942 dans Astounding #science-fiction. Dans sa préface et dans son article au dossier, Gérard Klein conjugue le nucléaire à la forme interrogative, et c’est une interrogation lucide, profonde et angoissée. Le scénario d’accident d’André-Clément Decouflé (dossier) est naturellement pensé au conditionnel ; mais il est rédigé au présent, avec brio. Georges Morlat représente dans ce débat le Commissariat à l’Energie Atomique et l’Electricité de France, c’est-à-dire peu ou prou le pouvoir. Pour le gouvernement de la France et ses agents, le #nucléaire est un impératif...
      Gérard Klein a écrit pour son dossier Les temps du nucléaire. Il ne s’agit plus ici de temps grammaticaux, mais d’une réflexion sur les temporalités distinctes mises en jeu par le projet #électro-nucléaire. Et c’est certainement la réflexion la plus intelligente et la plus passionnante que j’aie jamais lue sur ce sujet.
      Le livre, dans son ensemble, laisse apparaître nettement les qualités et les défauts de la science-fiction comme moyen d’appréhender la réalité. Négligeons le côté prophétique du roman de Lester del Rey qui est secondaire et, d’ailleurs, peu convaincant. Le récit, intense et captivant de bout en bout, illustre une célèbre réflexion d’André Maurois, que nos techniciens refusent obstinément de prendre en considération : toujours l’inattendu arrive. Et Lester del Rey montre avec précision et ingéniosité comment cet inattendu peut se glisser dans un programme de sécurité très serré.
      L’intégration du temps dans les mentalités, l’aptitude à imaginer l’avenir lointain sont aussi, pour une part, des conquêtes de la science-fiction. Dans le long terme, les spécialistes de science-fiction sont souvent plus convaincants que les futurologues. Et ne parlons pas des gouvernants ! « ... L’électro-nucléaire apparaît comme entrecroisant des temporalités distinctes, parfois contradictoires, et pour la plupart non maîtrisables en l’état actuel des connaissances théoriques et de la pratique, » écrit Gérard Klein page 259 (dossier). Il distingue ainsi le « temps technicien » qui correspond « à la durée nécessaire pour concevoir, réaliser, faire fonctionner et finalement démanteler une installation » ; le temps économique, « haché, imprévisible » ; le temps social, « celui dans lequel évoluent et s’affrontent les classes et catégories sociales », le temps historique qui « introduit l’échelle du siècle et (...) les relations internationales » ; le temps géologique, enfin, mis en cause par la durée de vie de certains produits de #fission (la période du plutonium est de 24000 ans).
      Chaque mot de ce texte est à lire et à peser. S’il fallait en extraire une seule phrase, je choisirais celle-ci : « Nous ne devons jamais rien léguer à nos descendants qui puisse les menacer et les détruire s’ils se retrouvaient ignorants et nus sur la surface de la Terre, » (p. 274). Je n’ai jamais rien entendu, jamais rien lu de plus fort, de plus définitif sur la question.
      Mais c’est une idée de science-fiction que nos descendants puissent se retrouver un jour ignorants et nus, et comme telle absolument inconcevable pour les technarques qui nous mènent. Un père de l’Eglise aurait mieux admis peut-être un monde sans Dieu qui n’eût été pour lui, après tout, que l’enfer. Voici donc un défaut de la science-fiction, qui tient à sa qualité même : ses visions, ses rêves et ses avertissements ne touchent que très peu d’humains, et pour ainsi dire jamais les hommes de pouvoir, rivés au présent.
      Un autre défaut du genre, sensible celui-ci dans le roman, c’est que la science-fiction, par nature et par vocation, fait le plus souvent la demande et la réponse. L’usine atomique de Kimberly, où se sont produits la crise et l’accident que décrit Lester del Rey avec un immense talent, est plus une fabrique d’isotopes « lourds » qu’une centrale nucléaire productrice d’énergie. La nouvelle, à l’origine, avait été classée document secret, et cela souligne le coté prophétique de l’œuvre. Néanmoins ou par conséquent, je ne sais, les problèmes spécifiques de cette #centrale, l’auteur les a, pour une large part, inventés, ce qui lui permet d’inventer du même coup la solution. Une solution technologique, naturellement. Détail romanesque, ce sera un jeune médecin, physicien amateur, qui sauvera l’usine, la ville et peut-être la moitié du continent nord-américain menacés de destruction par le redoutable « isotope R ». Les lecteurs de science-fiction admettront que ces choses-là sont possibles ; qu’il est même probable que l’on rencontre un jour un isotope infiniment dangereux, ou n’importe quoi de ce genre. Ils reconnaîtront que la technologie pourrait dans ce cas juguler la menace créée par elle ; mais ils sauront que ce n’est pas une certitude et que le risque est grand.
      Les #technarques et leurs peu humbles serviteurs s’estimeront non concernés. L’hypothèse sera pour eux méprisable : de la science-fiction.
      Quoi qu’il en soit, le #roman de Lester del Rey est extrêmement intéressant. Le décor est décrit avec une précision hallucinante. Les personnages secondaires sont vivants et vrais, au point de rejeter parfois dans la grisaille le personnage central, le brave docteur Ferrel. Le suspense est maintenu jusqu’à la dernière ligne, ou presque. La conclusion rappelle que le roman a été écrit en 1956 : domestiqué, le méchant isotope R servira à fabriquer un carburant pour les #fusées. Le ciel était au fond de l’enfer.

      Michel JEURY
      Première parution : 1/6/1978 dans Fiction 291

      #anthologie #post_catastrophe


      Mines et Mineurs #anthologie

      Mines, mineurs et géologues

      Chaque année, depuis 1974, les professionnels français de la Science-fiction ont l’occasion de se rencontrer lors de leur convention annuelle. En 2006, celle-ci est organisée à Bellaing, dans le Nord (France) du 24 au 27 août. Les nouvelles rassemblées dans ce volume ont été pour la plupart spécialement écrites par des auteurs participants à la manifestation.
      Tous les auteurs de science fiction ne sont pas des géologues, et toutes les planètes ne seront sans doute pas vouées à l’exploitation minière. Mais il n’empêche que plusieurs auteurs de SF sont ou furent effectivement des géologues (Ivan Efremov, Francis Carsac, etc.), et que le thème minier revient dans de nombreuses œuvres du genre.
      Cela, joint au fait que la convention 2006 se tient à deux pas d’un des derniers sites historiques d’exploitation minière du bassin du Nord-Pas-de-Calais, a fourni à l’organisateur, qui reçut lui-même une formation de géologue, le thème de ce recueil.
      Merci à tous ceux qui auront participé à la convention de Bellaing 2006. à tous ceux qui l’auront rendue possible, à tous ceux qui à un titre ou à un autre, ont donné leur coup de pioche pour que cette mine produise !

      https://www.noosfere.org/livres/niourf.asp?numlivre=2146572818

      Dans le monde diplomatique et ses livres du mois @mdiplo
      "Enquêteurs galactiques et communauté stellaires"
      « 2312 », de Kim Stanley Robinson
      https://www.monde-diplomatique.fr/2018/02/MELAN/58365


  • EDF veut construire une piscine géante de déchets nucléaires à Belleville-sur-Loire
    https://reporterre.net/EXCLUSIF-EDF-veut-construire-une-piscine-geante-de-dechets-nucleaires-a

    Les #piscines de #La_Hague (Manche), où sont entreposés les combustibles usés des #réacteurs nucléaires, débordent ? Pas de problème, #EDF prépare actuellement, dans la plus grande discrétion, une nouvelle piscine « d’entreposage centralisé » où déverser le surplus. Selon les informations de Reporterre, EDF veut construire ce très grand équipement sur le site de la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire, dans le Cher. Il pourrait accueillir entre 6.000 et 8.000 tonnes de métal lourd irradié (tMLi, l’unité de masse pour les #combustibles_irradiés) — en clair, l’équivalent de 69 à 93 cœurs de réacteur #nucléaire de combustibles brûlants et hautement radioactifs [1].


  • Sci-Fi Doesn’t Have to Be Depressing: Welcome to Solarpunk | Fast Forward | OZY
    http://www.ozy.com/fast-forward/sci-fi-doesnt-have-to-be-depressing-welcome-to-solarpunk/82586

    Imagine a scene, set in the future, where a child in Burning Man–style punk clothing is standing in front of a yurt powered by solar panels. There weren’t many books with scenes like that in 2014, when Sarena Ulibarri, an editor, first grew interested in a genre of science fiction that imagines a renewable and sustainable future. Four years later, it’s different.

    #littérature #science-fiction #punk #utopie



  • L’imaginaire du Bitcoin (2/2) : utopies pirates et théorie du tout
    http://www.internetactu.net/2017/09/11/limaginaire-du-bitcoin-22-utopies-pirates-et-theorie-du-tout

    Le bitcoin est sans aucun doute une émanation de l’idéologie libertarienne qui vise à l’obsolescence de l’État et au règne absolu du marché. Pourtant les choses sont plutôt ambiguës. Dans un article précédent, je mentionnais les propos de Stan Latimer, affirmant que, dans une Dac (Distributed Autonomous Corporations, ou Entreprises (...)

    #Articles #Enjeux #économie #monnaie #Science-fiction