• #Parcoursup : « 25% des filières ont eu recours à des #algorithmes locaux » affirme Pierre Ouzoulias | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/parcoursup-25-des-filieres-ont-eu-recours-a-des-algorithmes-locaux-affir

    Alors que les étudiants peuvent s’inscrire dès ce mardi 22 janvier sur la plateforme d’admission post-bac, Parcoursup, la polémique autour des algorithmes locaux continue après que le Défenseur des #droits, Jacques Toubon a émis des critiques et recommandations sur la plateforme

    #enseignement_supérieur #sélection



  • We’re not burnouts ; we’re just dopamine addicts
    https://hackernoon.com/were-not-burnouts-we-re-just-dopamine-addicts-4f67daf965ae?source=rss---

    I’m a couple of weeks behind on reading and processing this article on “The Burnout Generation,” a long article that offers up an explanation for why those of us living in the Millennial Generation often fail to complete tedious, but important adult-like tasks such as doing our chores and paying our bills.The author suggests that it’s burnout — a plague of workaholism that’s somehow affected everyone between the ages of 22–38 year olds living in America today. But I’d like to propose a counter-argument to the theory: It’s not burnout, it’s simply a byproduct of our “instant gratification” cultural mindset.When I read the first paragraph about how a guy didn’t end up voting in an election because he missed the registration deadline, I burst out laughing and texted my husband:<< OMG this is too (...)

    #culture #self-improvement #people #psychology #technology


  • Exploring the Future of Smart Car Technology With Jeremy Kaplan At #ces 2019
    https://hackernoon.com/exploring-the-future-of-smart-car-technology-with-jeremy-kaplan-at-ces-2

    (L) Attorney Andrew Rossow and (R) Digital Trends Editor-In-Chief, Jeremy KaplanDo you remember watching The Jetson’s on television growing up? I know when I first saw it, the concept of flying cars and even self-automated technology was so far-fetched and beyond the capabilities of the technology then available, that it was the futuristic animated show of its time.But, here we are today in the 21st century where we have conferences like the Consumer Electronics Show (CES) where companies from all over the world fly to Las Vegas and debut their new technological innovations to the world.Over the past few years, the questions surrounding Google and Tesla’s self-driving cars have presented a number of questions to the general public. But, the most prevalent question is whether or not with (...)

    #self-driving-cars #jeremy-kaplan #smart-cars #ces2019


  • Manger bio est-il dangereux pour la planète ?
    https://amp.lefigaro.fr/sciences/2019/01/04/01008-20190104ARTFIG00088-manger-bio-est-il-dangereux-pour-la-planete.p

    « Le cœur du problème est la quantité de terres utilisées. Pour répondre à la demande, une production 100% biologique demanderait plus de terres et entraînerait une plus grande déforestation. Le CO2 stocké dans les forêts serait alors libéré dans les airs. » L’agriculture biologique présente un rendement plus faible que l’agriculture conventionnelle, qui, pour être compensé, doit donc s’étendre sur une plus grande surface. Or les forêts permettent de stocker une partie du CO2 et d’empêcher sa libération dans les airs.

    #selon_une_étude_récente #désespoir #crétins_abyssaux

    J’ai l’impression de ne lire qu’une comparaison surface cultivée vs forêt, et rien concernant les intrants chimiques et autres pesticides de l’agriculture chimique qui utilise « moins » d’espace.


    • Mais si cette facture-là est à la baisse, le coût environnemental, lui, suit la tendance inverse : le volume de saumure chargée en diverses substances chimiques est supérieur de 50 % aux quantités globales d’eau dessalée. L’Université des Nations unies alerte, dans une étude rendue publique lundi 14 janvier, sur les quantités faramineuses renvoyées dans l’environnement, directement déversées dans l’océan surtout, ou bien après avoir reçu un traitement. Il y aurait de quoi recouvrir la Floride d’une couche hypersalée de 30,5 centimètres d’épaisseur avec ce qui est émis en une année, note-t-elle dans sa présentation. Or l’importance de ces rejets est largement sous-estimée.

      La production des 15 900 usines de dessalinisation actuellement opérationnelles s’élèverait à 141,5 millions de mètres cubes de saumure par jour (51,7 milliards de m³ par an), révèle cette équipe internationale de chercheurs (Institut de l’eau, de l’environnement et de la santé de l’Université des Nations unies, Canada ; Université de Wageningen, Pays-Bas ; et Institut de science et de technologie de Gwangju, République de Corée) dont le travail est publié dans la revue Science of the total Environment (Elsevier, 2019).

    • Je pense aux tonnes de #sel déversées dans les rues et sur les trottoirs gelés du Canada (et de tous les autres pays froids) en hiver, pour éviter de glisser. Tôt ou tard, ce sel finit dans la nappe phréatique ou la rivière la plus proche...

      Je pense aussi à l’époque où le sel était un bien tellement précieux qu’on ne l’aurait pas « gâché » ainsi...


  • How To Become Data Scientist Without CS Degree
    https://hackernoon.com/how-to-become-data-scientist-without-cs-degree-f2b17a79d28b?source=rss--

    Last year of the university, quite hard days you might imagine. Every second pass with the anxiety of future when you turned off the screen of any device and moved away from social media or anything else that killing your time. I was in one of these times. Nausea had begun. But it wasn’t a physical sickness as you thought. I’m about nausea of existence that Jean-Paul Sartre describes very well in his books. I felt like I must find a job directly after graduation and I mustn’t delay it because I’m already in my last year. You often feel that kind of moments if you live in a country which struggles with unemployment. I turned on my pc and started searching about departments I can apply for work after graduation. But there were lots of business departments I can apply to. So better to (...)

    #machine-learning #data-science #how-to #self #data-scientist


  • The Future of #iot: 2018 In Review And What To Expect In 2019
    https://hackernoon.com/the-future-of-iot-2018-in-review-and-what-to-expect-in-2019-525eee7a04dc

    Last year, IoT was on the verge of an autonomous driving revolution. It didn’t happen. Here is what actually happened in 2018 and will happen in 2019.At the beginning of 2018, it felt like the IoT industry was on the cusp of a #technology revolution. Autonomous driving was a huge topic of conversation in IoT.Today, it seems like we are further from making autonomous driving a reality, as it turns out self-driving cars aren’t yet road-ready. Before self-driving cars can be deployed, the logistics of our roads, cities, and infrastructure need a lot more work. Eventually, the technology behind these vehicles (sensors, LIDAR, etc.) will allow cars to make better decisions than humans, but we’re just not there yet.2018 SurprisesIn the meantime, that leaves us in an uncomfortable reality where the (...)

    #internet-of-things #future-of-iot #self-driving-cars


  • La moitié des adultes qui croient avoir des allergies alimentaires n’en ont pas - Sciences - Numerama
    https://www.numerama.com/sciences/453118-la-moitie-des-adultes-qui-croient-avoir-des-allergies-alimentaires-

    De nombreuses personnes se croient à tort allergiques à des aliments. En s’intéressant aux allergies alimentaires des adultes, des chercheurs ont fait cette découverte.

    #selon_une_étude_récente les humains sont hypocondriaques

    • en quelques mots,…

      Lactose Intolerance: The Norm Among the World’s Peoples
      American Journal of Pharmaceutical Education Vol. 64, Summer 2000
      http://archive.ajpe.org/legacy/pdfs/aj640216.pdf

      PROLOGUE
      Lactose intolerance is presented to students in the third profes- sional year as a portion of a required four-hour course titled “Nonprescription Product Therapeutics.” Taught three times yearly, the course uses the textbook Nonprescription Product Therapeutics. The section on lactose intolerance occupies 30- 45 minutes, depending on student questions. The lecture is supplemented with an examination of lactose intolerance prod- ucts purchased by the university for demonstration purposes. Products include lactase tablets and solutions, reduced-lactose milks and lactose-free milk substitutes.

      While the ethnic and racial background of our university is refreshingly diverse, the majority of students remain Caucasian. Many Caucasians have one dietary factor in com- mon: they are able to drink milk as adults. Pharmacy students are like most other students in their desire to appear normal, both socially and medically. A major goal of this lecture is to broaden the world view of average Caucasian students to allow them to come to the realization that those who can drink milk as adults are actually abnormal, being an exception to the rule among the world’s peoples. In this way, the student might gain a heightened understanding of the pervasiveness of lactose intolerance.

      A secondary goal of the lecture is to differentiate food allergies from food intolerances. Many lay people misunder- stand the difference, but the astute pharmacist can clarify both conditions. This allows patients with a simple intolerance such as lactose intolerance to titrate their intake to the level below that which causes symptoms, helping ensure that the maximal nutritional value may be obtained from dairy products.

    • un exemple (le premier venu,…) d’information « objective » (voir le nom du site)

      La prévalence de l’intolérance au lactose | Savoir laitier
      https://www.savoirlaitier.ca/donnees-scientifiques/intolerance-au-lactose/la-prevalence-de-l-intolerance-au-lactose

      La prévalence au Canada
      La véritable prévalence de l’intolérance au lactose est inconnue. Selon les résultats d’une enquête nationale canadienne, la prévalence de l’intolérance au lactose autodéclarée est de 16 %. Cependant, chez un grand nombre de personnes qui se déclarent intolérantes au lactose, aucune malabsorption du lactose n’a été établie au moyen d’une épreuve diagnostique objective. Par conséquent, il est peu probable que la cause de leurs symptômes gastro-intestinaux soit liée au lactose.

      et en France ?
      Intolérance au lactose : Fiabilité de l’étude sur les français | LaNutrition.fr (2015)
      https://www.lanutrition.fr/les-news/combien-de-francais-sont-intolerants-au-lactose-

      Dans un article récent publié par notre confrère Les Echos, le directeur général de Candia, M. Giampaolo Schiratti, assure que « 6 à 10% des Français » sont intolérants au lactose, le sucre du lait. D’où viennent ces chiffres, et surtout sont-ils fiables ?
      […]
      L’industrie laitière minimise systématiquement aussi bien la prévalence de l’intolérance au lactose que ses manifestations. Son leitmotiv depuis des années, c’est que seuls 6 à 10% des Français ne tolèrent pas le lactose, d’où ces chiffres dans Les Echos. Ils sont bien évidemment faux.

      En effet, la non-persistance de la lactase (intolérance au lactose) varie en Europe selon un gradient nord-sud et ouest-est. Elle est d’environ 10% en Suède, 18% en Finlande, 15% en Allemagne et en Grande-Bretagne, 15-20% en Autriche, 20% dans le nord de l’Italie, plus de 80% en Sardaigne, 55% dans les Balkans. En France, elle est d’environ 17% dans le nord et 65% dans le sud, soit au final environ 41% de la population.

      Mais ne comptez pas sur l’industrie laitière pour l’ébruiter.


  • A drinkable history of colonialism in North Africa, vol 2:

    LEMONADE 🍋🍊 You are probably familiar with the delicious orange sparkling soda #Orangina. What you may not know is that it was invented in Algeria, in a dramatic TALE OF TWO SODAS.
    Colonial Algeria was a great producer of citrus 🍊 so much so that a Catholic monk near Oran, frère Clément ended up giving his name to the clementine (which he supposedly ’discovered’)
    n the worldwide recession of the 1930s, Algeria had a crapload of oranges and nowhere to sell them to. So a man from Boufarik, Léon Béton, decided to use these excess oranges to make a refreshing sparkling drink: voilà, Orangina was invented in 1935... OR WAS IT?
    WHO 👏🏼 INVENTED 👏🏼ORANGINA👏🏼? Orangina was at the centre of a bitter controversy (geddit? Bitter fruit?) A Spanish doctor from Valencia, Trigo Miralles, claimed to have developed the recipe first - but follow me to an even shadier conspiracé
    This is the national drink of Algeria: #Selecto, a sweet soda made by the #Hamoud_Boualem company

    As you can see from their logo, the Boualem family has been in the soda business for a long time - IN FACT, they won a prize for their original lemonade (gazouz blanche pour les amateurs) all the way back in 1889 at the Paris World Fair
    The Boualems are a rare case of Algerian entrepreneurial success that made it through the entire colonial period with their delicious lemonades, while winning prizes and keeping ownership in the same family until this day
    o this day some claim that other lemonade companies including Beton’s Orangina stole recipes and techniques from the industrious Boualems
    So, pied-noir Orangina (now produced near Marseille) or Algerian Hamoud Boualem? Next time you sip, drink up the history

    https://twitter.com/ArthurAsseraf/status/1081849364342104064
    #limonade #alimentation #colonialisme #histoire #citronnade #géographie_culturelle #colonisation #Algérie


  • En Tunisie, le sel reste le privilège des anciens colons français | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/040119/en-tunisie-le-sel-reste-le-privilege-des-anciens-colons-francais?onglet=fu

    C’est une histoire qui commence en 1903 sous le protectorat français et qui n’est toujours pas finie. La Cotusal est une société à 65 % française et 35 % tunisienne dont le statut n’a jamais été renégocié depuis sa mise en place sous la colonisation française. Filiale du groupe Les Salins du Midi, spécialisé dans la culture du sel marin, la société a la même convention avec l’État français depuis 1949, soit sous l’ère coloniale.

    Cette convention permet d’exploiter les salines tunisiennes à un franc français symbolique par hectare. Elle a été décidée par un décret beylical pour une durée de 50 ans selon les archives que s’est procurées le site Nawaat qui avait enquêté sur la Cotusal. En France, les consommateurs connaissent la Cotusal à cause de la marque de sel La Baleine qui vient des salines tunisiennes.

    Depuis la Révolution, plusieurs partis politiques, personnalités et journalistes ont dénoncé le statut de la Cotusal et son manque de transparence sur les modalités de sa convention. Mais la polémique a pris de l’ampleur en 2014 lorsqu’une nouvelle concession d’exploitation a été accordée à la Cotusal à Sbekhat El Garra entre les gouvernorats de Sfax et Mahdia à l’est de la Tunisie.

    #colonisation


  • My Principles for #life and Work
    https://hackernoon.com/my-principles-for-life-and-work-c78c863b750f?source=rss----3a8144eabfe3-

    One of the most impactful things that I did in 2018 was to write down a list of principles to become a better person at home and at work. These principles are inspired by my experience as a product manager, books that I’ve read (especially Ray Dalio’s book), and conversations with people who I respect. Although they’re straightforward, following them isn’t easy and requires daily discipline:Take ownershipUnderstand whyPrioritize and executeFind the truthBe radically transparent1. Take ownership1a. Be humbleStart with how you can improve instead of blaming others or making excuses. 1b. DetachTake ownership of your emotions. When you feel frustrated, take a deep breath, and communicate in a clear, calm manner. Don’t spread negative emotions to others. 1c. Build relationshipsTake ownership of (...)

    #leadership #product-management #life-lessons #self-improvement


  • The Good and the Bad of Ranorex GUI Test Automation Tool
    https://hackernoon.com/the-good-and-the-bad-of-ranorex-gui-test-automation-tool-c65c70fac3ca?so

    The Graphical User Interface (GUI) — the look and feel of the application — is the first thing that catches a user’s eye. And, as a result, it’s what the app is judged by. Therefore, it’s vital to ensure proper GUI functionality and seamless interaction. This can be done by testing the GUI from a user’s perspective.GUI testing is performed to verify the features visible to a user, like menus, buttons, icons, text boxes, lists, dialog boxes, etc. It also makes sure that the appearance elements, such as fonts and images, comply with the design specifications. GUI testing takes place at the system testing level. To find out more about the levels of testing, visit our software testing whitepaper.Automating GUI testing can be very tricky and user behavior is complex. Consequently, it makes sense to (...)

    #software-testing #ranorex-gui #ranorex-gui-test #automation-testing #selenium


  • Top 21 Places To Sell Your #design Work Online
    https://hackernoon.com/top-21-places-to-sell-your-design-work-online-617e3e452aa1?source=rss---

    Graphic designers are professionals who look for different ways to earn from their skills and expertise. Fortunately, they have dozens of old and new platforms where they can sell their design works. If you as a designer want to earn from your profession, then sell your design work online through several platforms.Graphic designing is a vast field which covers many conventional and new types of design works. You may be a designer interested in recreating the magic of the bygone era by producing great classic style designs or the ones that have a retro or vintage look. Or, you are a master in creating modern logos, brochures, websites, business cards, etc designs. In fact, there is no limit to graphic design styles and varieties that include 3D designs.However, you need to know the (...)

    #design-work-online #design-work #sell-design-work #sell-design-work-online


  • How To Get Faster at Doing Things
    https://hackernoon.com/how-to-get-faster-at-doing-things-5561ed3857c0?source=rss----3a8144eabfe

    And Maximize Your Daily InputPhoto by Tomas Yates on UnsplashHere’s my personal and proven approach on how to get faster on doing things in a digital era.In no particular order, here we go:If something crosses your mind while you are working or studying, especially a negative bugging piece of thought, just make a quick note of that something and record it in a notebook. Just get it out of your system!Install Papier (Chrome) or Board (Firefox) — if you want your note-taking to be digital. You can also do a brain dump on Google Keep or Evernote.Experiment with the 30 + 5 method — sprint hard for 30 minutes (like writing this Medium post) and then take a 5-minute break (go to the bathroom, brush your teeth, do a stretch, drink water, read an article, do 10 push-ups, clean your desk etc.)Learn to (...)

    #self-improvement #productivity #personal-growth #productivity-hacks #lifehacks


  • How to Deal With Impostor Syndrome
    https://hackernoon.com/what-helps-me-deal-with-impostor-syndrome-e7a0577812f?source=rss----3a81

    4 Ideas for You to Stop Second-guessing Yourselfhttps://unsplash.com/photos/Qeqg7F9pfuUThis is another post about Impostor Syndrome. For the unfamiliar, Impostor Syndrome is the feeling that makes you feel like a fraud, that you do not deserve/fit the job you have and that the only way you’re keeping it is by sheer luck or blindness from your employer.Definitions found online only attribute this feeling to high achievers, but in my point of view, this is applicable to anyone, independently of their ambitions, when faced with a demanding profession of some sort.Software development is one of the usual suspects. You need to be competent in a multitude of areas, and, as expected, this competence is dependent on experience and evolves as technologies do, so one can feel he’s eternally (...)

    #personal-growth #tech #impostor-syndrome #tech-impostor-syndrome #self-improvement


  • Understanding Starsky Robotics’ Voluntary #safety Self-Assessment
    https://hackernoon.com/understanding-starsky-robotics-voluntary-safety-self-assessment-126e5df1

    Enhancing Highway Safety for the Long-HaulEight months ago, I joined Starsky Robotics as our Director of Safety Policy. I’ve previously worked on FAA certified avionics, automotive electronics systems, and most recently focused on safely integrating unmanned aerial vehicles into the U.S. national airspace. Safety is a critical concern for each of these industries and is at the core of our approach to automation at Starsky. To that end, Starsky’s first step after raising our Series A was bringing me on board to ensure our commitment to safety is an actionable part of everything we do when putting driverless trucks on America’s highways.Our safety strategy begins with an understanding of the term “safety” itself. At Starsky, we use the International Organization for Standardization’s (...)

    #transportation #trucking #autonomous-cars #self-driving-cars


  • Digitalisierung, Vernetzung, Smartphones, Soziale Medien, Smart Home & City, KI
    https://dielinke.berlin/parteitag/laszlo

    7. Landesparteitag DIE LINKE. Berlin, 15./16. Dezember 2018
    Wortmeldung von Zündi Laszlo zur Generaldebatte

    Technisch getrieben werden diese Entwicklungen hauptsächlich von einer Handvoll global agierender Konzerne. Wir sind nur noch Nutzer und erfreuen uns an vielen neuen Kommunikationsmöglichkeiten und Bequemlichkeiten.

    Aber wir geraten auch in Abhängigkeit: Diese Konzerne können bestimmen, welche Informationen wir sehen, aus denen wir uns eine Meinung bilden. Sie verfolgen unsere Aktivitäten und Gewohnheiten. Die Nutzung der Tools und der sogenannten sozialen Medien ist nicht gratis. Wir sind die Ware, die verkauft wird, in Form von Daten, die wir preisgeben. Für die Entscheidungen dieser Konzerne, die damit unser Leben bestimmen, gibt es keine gesellschaftliche Legitimation!

    Auch staatliche und gesellschaftliche Institutionen sind nicht unabhängig in dieser Situation. Lieber zahlen sie Lizenzgebühren für Software, deren Funktionen sie nicht mehr überblicken. Anstatt mit öffentlichem Geld freie Software zu schaffen, dafür Experten zu bezahlen und somit neben hiesigen Arbeitsplätzen vor allem öffentliches Fachwissen zu schaffen und so die Kontrolle über die eigenen Infrastruktur zu behalten.

    Dies zu fordern ist einfach …
    Aber wie machen wir dies in unserer eigenen Partei? Beschränken wir uns auf unseren kapitalismuskritischen bzw. antikapitalistischen Standpunkt? Oder versuchen wir uns selbst unabhängiger zu machen? Widerstehen wir den einfachen, schnellen Lösungen der Konzerne ?

    Und bauen wir unsere eigene Struktur aus:

    mit dezentralen Chat-Servern Systemen statt WhatsApp Gruppe
    selbst gehosteten Tools für kollaboratives Schreiben statt Google Docs
    freie Software für die IT in der Verwaltung statt Microsoft (Windows, Exchange, Office …)
    eigene Videostreams statt bei Facebook (das keine öffentlich zugängliche Webseite ist)
    die eigene Cloud zum Datentausch und mehr

    Dies kann anfangs unbequem sein, wird Zeit und Geld kosten, Fachwissen muss aus- und aufgebaut werden (und dies muss auch gewollt und unterstützt werden). So können wir die Kontrolle wieder erlangen und behalten. Auch wenn es anfangs etwas rumpelt, können wir viel dazu lernen.

    Die Erfahrungen und Erfolge werden uns ermutigen, dies in die Gesellschaft zu tragen. Statt uns von einer Lobby der Konzerne bequatschen zu lassen, haben wir dann Erfahrung und wissen worüber wir reden.

    Wir müssen uns von den monopolkapitalistischen, multinationalen, global agierenden Konzernen emanzipieren, oder diese werden unsere Freiheit und letztendlich unsere Lebensgrundlagen zerstören. Solange diese Konzerne die Spielregeln bestimmen und wir uns auf ihre Infrastruktur verlassen, haben wir bereits strategisch verloren.

    #Allemagne #politique #réseaux #gauche #self_hosting


  • #Violences_gynécologiques : fin de partie(s) ?

    Pensée depuis plus de vingt ans en Amérique latine, la question des violences gynécologiques commence à peine à émerger en France. Un ramdam bien mérité qui fera peut-être date dans l’histoire des luttes anti-sexistes. Voyage en #gynécologie, une discipline où soignant rime un peu trop souvent avec maltraitant.

    « Elle va patienter pour la péridurale. Elle a voulu un gosse à 16 ans, elle va comprendre » ; « Vous savez où est votre point G ? Je peux vous aider à le trouver si vous voulez » ; « La pilule ne vous convient pas ? Dans ce cas on se reverra pour une IVG ou un suivi de grossesse. » Voici un florilège de paroles de soignants, de sages-femmes et de gynécologues. Des propos heurtants, parfois suivis d’actes plus brutaux encore, preuves de l’existence d’une réalité peu reluisante : celle des violences gynécologiques.

    En France, le sujet a longtemps été éludé, jusqu’à ce qu’une poignée de femmes s’empare de la question en 2014. En 24 heures, sous l’impulsion du hashtag #Payetonuterus, pas moins de 7 000 témoignages sont recueillis. L’année suivante, la polémique enfle après la parution d’une note de la faculté de médecine de Lyon-Sud qui révèle que des touchers vaginaux ont été réalisés par des étudiants en médecine sur des patientes endormies. Il faudra attendre 2017 et des milliers de témoignages pour que l’État commence à réagir : en juillet, le gouvernement charge le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) de rédiger un rapport sur l’ampleur du phénomène. Un an plus tard [1], à la publication, le constat est sans appel : la gynécologie a tendance à faire preuve de trop de complaisance face à un modèle patriarcal pas aussi élimé qu’il n’y paraît.

    Une échelle de la #violence

    « Les violences gynécologiques, ce sont une continuité d’actes qui vont de la remarque jugeante à la blague déconsidérante, du geste intrusif ou non consenti au geste violent. Jusqu’à l’agression sexuelle. Tout ça fait partie d’une forme de domination masculine qui rend possible un contrôle social du corps de la femme », explique Nina Faure, réalisatrice du documentaire Paye (pas) ton gynéco [2]. Cette approche graduelle de la question permet de faire la lumière sur ce sujet. Pointer du doigt ces violences ne revient pas à affirmer que tous les gynécologues sont des violeurs en puissance, ni même qu’ils sont volontairement malveillants, mais c’est soutenir l’idée qu’il existe une forme de #sexisme_latent, bien ancré dans les représentations des professionnels de la gynécologie.

    Hiérarchiser ces agissements, c’est aussi permettre aux femmes de prendre conscience du fait qu’il n’y a pas que les actes qui sont violents. Les mots lâchés ou les climats instaurés font partie intégrante de ces maltraitances. C’est ce qu’explique Sophie [3], rencontrée au cours d’une projection du film de Nina Faure : « Comme beaucoup de femmes, je suis souvent sortie de chez mon gynécologue en me disant que cela ne s’était pas très bien passé, qu’il y avait quelque chose qui grinçait sans pour autant mettre la main dessus. Se dire qu’il y a eu de la violence, c’est une nouvelle étape. »
    Une affaire d’hommes

    « Pour vraiment comprendre les tenants et les aboutissants de ces violences, on ne peut pas faire l’économie de l’histoire de la médecine occidentale, explique Nina Faure. Du fait qu’elle se soit construite sur des bûchers, entre hommes, après que la plupart des femmes ayant un savoir médical sur le corps féminin et la gynécologie ont péri pendant la chasse aux sorcières entre le XIVe et le XVIIe siècle. La médecine moderne s’est construite sans elles. Et cela éclaire ce qu’il se passe aujourd’hui. »

    À partir du XVIe siècle, l’Église et l’État ont accusé les matrones d’entraver les politiques natalistes et de propager une forme d’anti cléricalisme en pratiquant des avortements et en donnant aux femmes l’accès à des techniques de contraception. D’une transmission exclusivement féminine et orale des savoirs populaires, la gynécologie a peu à peu glissé dans le domaine des sciences, essentiellement tenu par des hommes. Au XVIIe siècle, dans la droite ligne des politiques natalistes et pour faire face au taux élevé de mortalité infantile, ce ne sont pas les médecins mais « les barbiers [qui] entrèrent dans les chambres des femmes en couche. Ils étaient désignés, non pas pour leurs compétences médicales, mais parce qu’ils possédaient les outils nécessaires. [...] Les barbiers scièrent donc les bassins des mères, expulsant du corps de femmes laissées pour mortes des nouveau-nés bien vivants. » [4]
    Non, c’est non

    Depuis, la donne a changé. Les femmes demeurent sous-représentées dans les instances décisionnelles mais elles constituent tout de même la moitié des obstétriciens [5] et 94 % des praticiens en gynécologie médicale. Les violences gynécologiques seraient donc essentiellement l’œuvre de femmes. « Les violences gynécos et obstétricales sont des violences systémiques et concernent donc tout le monde dans une certaine mesure. Elles sont le fruit de la domination sexiste, mais aussi du paternalisme médical qui est indissociable de l’enseignement reçu en médecine et des pratiques de soin », explique Héloïse de Bearn, étudiante en master d’« éthique du soin et recherche » à Toulouse.

    C’est en fait une double peine qui est infligée aux femmes. À une forme de domination d’un sexe sur l’autre vient s’ajouter celle du soignant sur le soigné, l’un détenant le savoir et la technique, l’autre étant maintenu dans l’ignorance. Pour Héloïse de Bearn, « le pouvoir que les médecins se donnent repose en grande partie sur leur savoir. Ne pas expliquer aux patientes relève donc d’une stratégie de maintien de la domination. Le problème, c’est que le consentement doit être éclairé et repose donc sur une compréhension par les patientes des examens et soins proposés. »

    C’est cette question du consentement qui cristallise les tensions. Beaucoup de gynécologues maintiennent qu’obtenir l’accord d’une patiente avant tout acte n’a pas de sens, sous prétexte qu’une femme qui entre dans leur cabinet « sait ce qu’il va lui arriver ». Sauf que, dans bien des cas, les touchers vaginaux, les épisiotomies [6] et autres palpations mammaires, réalisés de façon quasi systématique, ne sont pas nécessaires. De nombreux témoignages de patientes pointent un réel défaut de prise en compte de leur avis. Comme celui de cette femme qui se souvient, avec douleur, de son accouchement : « Arrivée en salle de travail, lorsqu’on me pose une perfusion, j’accepte mais je précise que c’est le seul acte médical que je souhaite, car j’ai déjà deux accouchements par voie basse non médicalisés derrière moi et que ce troisième bébé est plus petit que les précédents. Que nenni, à peine mes jambes écartées, on me perce la poche malgré mes demandes d’attendre au moins encore quelques contractions que ça se fasse tout seul, et on me fait l’épisiotomie dans la foulée. » [7] Cette impasse sur le consentement place pourtant les médecins en faute vis-à-vis de la loi Kouchner (2002), qui insiste sur le fait qu’« aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne ».
    Un imaginaire à la peau dure

    Certains professionnels et spécialistes des violences gynécologiques soulèvent aussi l’existence d’un imaginaire collectif particulièrement sexiste. Pour Marie-Hélène Lahaye, juriste, blogueuse et auteure du livre Accouchement, les femmes méritent mieux [8], l’examen gynécologique conseillé dans l’année qui suit le premier rapport sexuel se rapprocherait peu ou prou du rite initiatique. Elle explique : « L’appropriation collective du corps des femmes est un principe de base du patriarcat qui considère qu’avant d’appartenir [au] mari, le corps des femmes appartient à d’autres personnes, en particulier à une autorité supérieure. La forme la plus extrême de ce principe est le droit de cuissage que le seigneur aurait pratiqué en déflorant lui-même les jeunes épouses de ses serfs lors de leur nuit de noces. Bien que les historiens doutent de l’existence réelle de cette pratique moyenâgeuse, le fait qu’elle ait perduré dans la mémoire collective jusqu’à nos jours montre la puissance symbolique de ce rite. L’examen gynécologique imposé par l’autorité médicale à toutes les jeunes filles aux prémices de leur vie sexuelle, voire comme condition pour accéder à une contraception, donc à la sexualité, se rapproche étonnamment de ce principe. » [9]

    Selon Clara de Bort, directrice d’hôpital et auteure du blog En jupe !, les touchers vaginaux répétés, notamment lors des accouchements, véhiculeraient par ailleurs l’idée que « lorsqu’une femme a été pénétrée une fois, elle peut l’être [sans limites] ».
    Des consultations à part

    La banalisation des violences gynécologiques serait également liée au fait que le caractère singulier de cette consultation est bien souvent nié. Face à la caméra de Nina Faure, le président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français, Israël Nisand, refuse de parler de pénétration pour un toucher vaginal. Son prédécesseur à ce poste, Bernard Hédon, estime même que ce toucher n’est pas un examen invasif.

    La réalisatrice a, quant à elle, un tout autre point de vue : « Le problème, c’est que, spontanément, on aimerait bien que le médecin puisse faire complètement abstraction du corps qu’il a en face de lui. Mais ce n’est pas parce que c’est vrai pour le médecin que c’est vrai pour nous : mon sexe ne change pas de nature quand je passe la porte d’un cabinet. Il ne devient pas un pied ou une épaule. Ce qui compte, c’est quel point de vue est reconnu comme légitime ? » Elle ajoute : « D’ailleurs, ce n’est pas vrai qu’ils l’oublient. Une étudiante en médecine me disait que face à un enseignant qui lui tenait ce discours, elle avait demandé pourquoi les étudiants ne s’exerçaient pas les uns sur les autres comme c’est le cas par exemple pour les prises de sang. Personne n’avait répondu. »
    Surveiller et punir

    Le rapport du HCE s’attarde également sur la tendance constante à réduire l’appareil génital féminin à sa fonction reproductrice. Savoir que la première représentation anatomique complète du clitoris date de 1998 et que cette même représentation a dû attendre 2017 pour être publiée dans un manuel scolaire, donne un aperçu du tabou qui règne sur la sexualité et le plaisir féminin. Pour Coline Gineste [10], la gynécologie « sert désormais à surveiller et corriger les comportements contre-productifs aux yeux de la société. Or qu’y a-t-il de plus contre-productif qu’une femme qui n’enfante pas ? Une sexualité détachée de la procréation, qui ne viserait que le plaisir, désorganiserait la société, mettrait en question la pérennité du peuple, elle doit donc être maîtrisée, normativisée, disciplinée. [...] La gynécologie, alors qu’elle devient sur le papier un champ de libération des personnes de sexe féminin, dans la pratique que l’on en fait s’avère être un organe de contrôle de la sexualité féminine. »

    Cela s’illustre assez bien lorsqu’un gynécologue refuse à une femme n’ayant pas encore d’enfant de lui poser un DIU [11] en cuivre sous prétexte qu’il exposerait la patiente à des risques infectieux pouvant mener à une stérilité, ou lorsqu’un médecin refuse de ligaturer les trompes d’une femme qui en fait pourtant la demande. « Encore une fois, il s’agit de dire : “ Ce n’est pas à vous les femmes de décider ni de ce que vous faites, ni de comment vous le faites. ” Le fait d’émettre des jugements permanents nous dépossède de notre autonomie et de notre capacité à décider par nous-mêmes. On va d’ailleurs souvent chez le gynécologue non pas pour avoir des conseils avisés mais en culpabilisant. Pourtant on n’est pas chez le médecin comme chez le curé, on n’est pas là pour confesser nos péchés », assène Nina Faure.

    Si l’injonction à la norme est souvent mal vécue, elle l’est d’autant plus pour les femmes qui se trouvent à l’intersection de plusieurs formes de stigmatisation : « Tous les rapports de domination qui traversent la société s’expriment dans un cabinet gynécologique. La violence de ces rendez-vous se décuple quand on est homo, trans, racisée, handicapée, obèse... », renchérit Nina Faure.

    D’après de multiples témoignages, quand il s’agit d’accompagner une patiente lesbienne, beaucoup de gynécologues sont encore englués dans un imaginaire complètement déconnecté des réalités et largement emprunt d’homophobie. Certains considèrent d’ailleurs que les rapports entre femmes ne constituent pas de vraies relations sexuelles. Cela se corse davantage quand la patiente est un homme trans. La plupart des gynécologues sont complètement déboussolés face à la prise en charge de cette patientèle. Les personnes handicapées ou obèses se heurtent, elles aussi, à des barrières qui rendent parfois infranchissable la porte du cabinet gynécologique. Quant aux femmes racisées et allophones, elles sont souvent démunies face à l’impossibilité de communiquer avec leur interlocuteur. D’autres sont parfois soumises à des jugements largement teintés d’ethnocentrisme.
    Une quatrième vague féministe ?

    Face à ces violences, les langues se délient peu à peu dans l’espoir d’équilibrer un peu la balance. « Cette libération de la parole, c’est une tentative collective de créer une nouvelle intégrité physique. On essaie d’exister en agrandissant l’espace de liberté autour de ce point », se réjouit #Nina_Faure. La création du site #Gyn&co (https://gynandco.wordpress.com) fait partie des initiatives qui vont dans ce sens. Cette plate-forme collaborative propose une cartographie des soignants dont la prise en charge est considérée moins paternaliste et plus inclusive. Certaines femmes font également le choix de se tourner vers l’#auto-gynécologie, aussi appelée #self-help. Elles réinvestissent leur corps en apprenant à en connaître le fonctionnement. Certaines réalisent elles-mêmes leurs frottis dont elles envoient le prélèvement à un laboratoire. D’autres deviennent expertes dans la pose de DIU. Un collectif, dont fait partie Nina Faure, s’attelle en ce moment à l’actualisation et la réédition d’un ouvrage phare des années 1970, Notre corps, nous-mêmes, dont la parution est prévue pour septembre 2019. Une quatrième vague féministe ? Force est de constater que les déferlantes se multiplient et s’abattent avec fracas sur une digue du patriarcat de plus en plus friable. Mais toujours debout.

    http://cqfd-journal.org/spip.php?page=pages_mobiles&squelette_mobile=mobile/article&id_article=2459
    #femmes #médecine #sexisme

    • Les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical - Des remarques aux violences, la nécessité de reconnaître, prévenir et condamner le sexisme

      Depuis plusieurs années, les témoignages de femmes se multiplient dénonçant un suivi gynécologique porteur d’injonctions sexistes, des actes médicaux non nécessaires pendant l’accouchement voire des violences sexuelles dans le cadre du suivi gynécologique et obstétrical. Ces témoignages, partagés sur Twitter, des tumblrs, des blogs ou dans les médias ont notamment émergé, en France, après le lancement du hashtag #PayeTonUtérus, fin 2014, mentionné par plus de 7000 tweets en 24 heures. Les faits dénoncés par les femmes ont été regroupés sous l’appellation « violences gynécologiques et obstétricales », expression, apparue en Amérique latine aux débuts des années 2000, qui a permis de faire émerger une réflexion féministe sur la spécificité des maltraitances subies, par les femmes, dans le cadre de la relation de soins. Dans ce contexte, la Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes a saisi en juillet 2017 le Haut conseil à l’égalité d’un rapport sur ce sujet, avec pour objectifs de « mesurer et objectiver le phénomène en identifiant précisément la nature des problématiques soulevées » et de « mettre en exergue les différents leviers à mobiliser », autant en termes de besoins de formation des professionnel.le.s concerné.e.s, que sur l’évolution des pratiques souhaitables dans le suivi gynécologique et obstétrical.

      https://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/184000411-les-actes-sexistes-durant-le-suivi-gynecologique-

      #rapport

    • C’est parce que si c’est une pénétration sans aucun intérêt lubrique de la part de la personne qui pénètre, l’autre (qui n’est après tout que le lieu de l’intervention) n’est pas censée comprendre ça autrement, ressentir des sensations pénibles en lien avec sa vie sexuelle. L’autre n’est pas censée comprendre autre chose que ce que le médecin met dans l’acte parce que c’est lui qui dit ce qui se passe. Voilà, c’est un peu l’idée, que les femmes n’ont pas de sensibilité particulière dans leurs organes génitaux, outre le désagrément que peut constituer une intervention dans des muqueuses, qu’elles ne sont qu’un corps et pas des êtres complets avec une histoire, un avenir dans lequel ces organes sexuels pourraient être investis (quelle bizarre idée !) d’une affectivité propre à l’humanité.

      #sensiblerie, vraiment.

    • Oui @aude_v tout à fait d’accord
      J’ajoute que c’est l’expression du fait que les médecins et leurs représentant·es adoptent le point de vue du violeur et non celui de la victime.
      Dans les sondages qui questionnent les violeurs, ils répondent souvent qu’ils le font pour « remettre une personne à sa place »- le but est d’humilier et briser la victime pas de prendre du plaisir pour l’agresseur. Il y a aussi des violeurs qui violent pour que ca leur porte chance, ou qui croient que ca leur soigne le VIH, tous ces mecs n’ont pas de motivation sexuelles, tout comme les médecins.
      La question du viol n’est pas de savoir si l’agresseur a bien bandé et quelle était l’intensité du plaisir sexuel qu’il a éprouvé. La question c’est le fait qu’une personne a été pénétré sans son consentement.
      C’est ce qu’essaye de faire comprendre la personne qui parle à Nisan dans le docu « Paye (pas) ton gyneco » mais le vieux violophile n’y arrive toujours pas.


  • « Belfie », « Drelfie », « Celfie » : les tendances qui mettent KO le selfie - L’ADN
    https://www.ladn.eu/media-mutants/belfie-drelfie-celfie-les-tendances-qui-mettent-ko-le-selfie

    Vous pensez « compter dans le game » depuis que vous maîtrisez, enfin, l’art du selfie. Que nenni ! Plus de 1 000 de ces auto-portraits sont pris chaque seconde dans le monde. Et cet été, les conclusions d’une étude menée par une revue indienne, le Journal of Family Medicine and Primary Care ont dû sérieusement faire baliser les preneurs de selfie du monde entier. Car, entre octobre 2011 et novembre 2017, 259 personnes sont mortes en faisant un selfie. Un chiffre qui donne le vertige et qui a inspiré un article à Mashable. Le site a fait le parallèle entre le nombre de morts causés par les requins et ceux occasionnés par les selfies. Verdict : les requins sont vos amis, bien plus que les perches à selfies. Dans son ouvrage Culture Web, Soraya Khireddine, dresse l’inventaire des déclinaisons bien moins dangereuses que de se prendre à bout portant au bord d’une falaise. À vos portables.

    #Selfie #Images #Influenceurs


  • How To Overcome #fear & Make Better Business Decisions
    https://hackernoon.com/how-to-overcome-fear-make-better-business-decisions-f7a2848d9809?source=

    Fear has often been the cause of my worst business decisions and eventually lead me to lose control of one of my companies. I’ve paid a high price to understand this lesson.In the Power of Habit, Charles Duhigg talks about the human brain being made up of a number of layers, and that we just have a less evolved “dinosaur brain”, much of which we share with other animals, and a higher order brain, a more evolved brain, which gives humans higher level thinking and abstract thought. Unfortunately, our pesky dino brain is our survivalist brain, and whenever we are under stress, our dino brain takes over.Paul Ekman identified six basic emotions (anger, disgust, fear, happiness, sadness, and surprise), and these are the ones that our dino brain lives by. Don’t feel bad though, when we were (...)

    #self-improvement #technology #entrepreneurship #meditation


  • À Bangui, beaucoup veulent voir dans cette arrestation la fin de l’impunité pour les tueurs. « Qu’il rende compte de ses crimes est une bonne chose. Mais il faut aussi équilibrer et arrêter des Séléka. Sinon l’opinion publique centrafricaine pourrait se retourner », prévient Florent Geel. Patrice-Edouard Ngaïssona s’est en effet toujours présenté comme un « résistant » ayant organisé une insurrection populaire contre « les mercenaires de la Sékéka ». http://www.lefigaro.fr/international/2018/12/12/01003-20181212ARTFIG00279-un-chef-de-milice-centrafricain-recherche-pour-cr
    #seleka #cpi



  • Rewire your brain — be efficient, organised and smart
    https://hackernoon.com/rewire-your-brain-be-efficient-organised-and-smart-e6fd7c337d79?source=r

    Rewire your brain — be efficient, organised and smartAs human beings, we all have likes, dislikes, moments, memories, fears, hopes, wishes, dreams and aspirations. They are all infinitely, formed and reformed every day, every second.We are also a slave to our subconscious patterns, habits and reflexes. It could be something as simple as wetting our feet before starting a bath or wearing a pair of socks in the right foot first — we don’t do it intentionally, do we? Our brain, in effect, becomes the ultimate recorder for all of these versions and iterations of thoughts. And we continue to wire our brain subconsciously.Let’s quantify the amount of information our brain can store — it has a storage and memory power of a super-duper-computer — it can store about 2.5 petabytes i.e. 2.5 million gigabytes (...)

    #personal-development #productivity #self-improvement #tips #thinking


  • #scaling #selenium with #openresty
    https://hackernoon.com/scaling-selenium-with-openresty-cf31370ec06f?source=rss----3a8144eabfe3-

    Scaling Selenium with OpenrestySelenium has been the de facto automation standard/tool for browser/UI automation for quite sometime.Creators of selenium also created selenium grid for scaling the UI testing. The grid consists of a selenium hub and several selenium nodes which connects/hosts the browsers and thus providing a way to run several UI tests simultaneously. Selenium also provides some easy way to customize/extend existing capabilities. For most of the use cases the selenium hub /node based architecture scales pretty well and doesn’t need much customization.Need for higher availability and scaleThe architecture, although supports scaling the selenium nodes, it doesn’t make it easy to scale the hub itself. On a typical deployment there would be a single hub and several nodes (...)

    #nginx #lua