• Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 1er octobre 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-1er-octobre-202

    Start : 1 Octobre 2020 - 17:15End : 1 Octobre 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 24 septembre 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-24-septembre-20

    Start : 24 Septembre 2020 - 17:15End : 24 Septembre 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au (...)

    #Promotion

  • #Stand de #Sensibilisation au Logiciel Libre - 19 septembre 2020 à Figéac
    https://www.april.org/stand-de-sensibilisation-au-logiciel-libre-19-septembre-2020-a-figeac

    Start : 19 Septembre 2020 - 12:00End : 19 Septembre 2020 - 18:00

    Lors de l’évènement Faites des Alternatives qui aura lieu à Figeac (Lot) samedi 19 septembre de 12 h à 18 h, deux membres de l’April tiendront un stand de sensibilisation et information sur les logiciels libres.

    #Promotion

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 17 septembre 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-17-septembre-20

    Start : 17 Septembre 2020 - 17:15End : 17 Septembre 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au (...)

    #Promotion

  • Dans le jeu des reflets l’image de son propre #Corps
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/dans-le-jeu-des-reflets-l-image-de-son-propre-corps

    Sur la route en gardant les yeux fermés le plus longtemps possible au risque de tomber. Une myriade d’éclats colorés sur le sol carrelé provoquée par la lumière qui s’insinue à travers les morceaux de verre du vitrail d’une vieille église. Sentir battre son cœur au rythme d’une #Musique qui fait danser une inconnue. Quelques pas qui se transforment soudain en #Danse. La légèreté et l’insouciance d’un corps qui danse. La musique d’un film et les images qu’il convoque dans notre mémoire. S’égarer dans la forêt (...) #Palimpseste / #Art, #Vidéo, #Sons, Danse, #Numérique, #Cinéma, #Musée, #Paris, Corps, Musique, #Sensation

    https://www.lafayetteanticipations.com/fr/exposition/rachel-rose
    https://www.lafayetteanticipations.com/fr
    http://liminaire.fr/IMG/mp4/rachel_rose_expo.mp4

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 10 septembre 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-10-septembre-20

    Start : 10 Septembre 2020 - 17:15End : 10 Septembre 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au (...)

    #Promotion

  • 114 migrants ivoiriens, guinéens et libériens rentrent d’Algérie avec l’aide de l’OIM en pleine pandémie de COVID-19 | Organisation internationale pour les migrations
    https://www.iom.int/fr/news/114-migrants-ivoiriens-guineens-et-liberiens-rentrent-dalgerie-avec-laide-de-lo
    https://www.iom.int/sites/default/files/styles/highlights/public/press_release/media/algeria_1_thumbnail_0.jpg?itok=M4oocDul

    Grâce à la collaboration des autorités algériennes et aux autorisations qui ont été accordées dans le cadre du programme de retour volontaire de migrants en situation irrégulière en Algérie, les restrictions de voyage ont été exceptionnellement levées pour permettre à l’OIM de faciliter le retour des migrants. Les ambassades partenaires de Côte-d’Ivoire et de Guinée ont apporté leur soutien à la délivrance de documents de voyage pour tous les migrants en temps utile avant leur départ. En l’absence d’une représentation diplomatique permanente en Algérie, le gouvernement du Libéria a procédé à des entretiens de vérification d’identité à distance et a assuré la délivrance de documents permettant aux migrants de profiter de l’opération de retour.
    Les migrants résidant en dehors d’Alger ont reçu une aide au transport sur le territoire et ont été hébergés dans les centres de transit gérés par l’OIM (DARV), une structure gouvernementale mise à la disposition de l’OIM pour accueillir les migrants en attente de rentrer dans leur pays d’origine. La procédure de circulation sur le territoire et de sortie a été étroitement coordonnée et soutenue par les autorités algériennes compétentes, ce qui a considérablement facilité la préparation et le départ des migrants. Le personnel de l’OIM en Algérie a mis en œuvre des mesures de prévention spécifiques contre la COVID-19, en accord avec les normes internationales, nationales et celles de l’OIM, comprenant des contrôles médicaux préalables ainsi qu’un test PCR obligatoire cinq jours avant le vol, la distribution de kits contre la COVID-19 et la sensibilisation à la prévention de la COVID-19.
    À leur arrivée dans leurs pays respectifs, les migrants seront accueillis par le personnel de l’OIM à l’aéroport et bénéficieront d’une assistance à l’arrivée, notamment une protection et des services médicaux, avant de retourner dans leurs communautés d’origine

    #Covid-19#migrant#migration#algerie#liberia#guinee#cotedivoire##retour#reintegration#OIM#sante#sensibilisation#test

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 3 septembre 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-3-septembre-202

    Start : 3 Septembre 2020 - 17:15End : 3 Septembre 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au (...)

    #Promotion

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 27 août 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-27-aout-2020-a-

    Start : 27 Août 2020 - 17:15End : 27 Août 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • To Fix the US Coronavirus Response, Start with Culture | Global Health NOW
    https://www.globalhealthnow.org/2020-08/fix-us-coronavirus-response-start-culture

    “If you tangle with culture, culture will always win.”

    When it comes to COVID-19, global health leader Bill Foege’s words have never been more apt.

    Culture is critical to understanding Americans’ divided response to COVID-19, but no one is talking about it.

    Culture—a population’s distinct set of values, beliefs, customs, and norms—frames our way of living, thinking, and interacting. It’s also the single most important factor influencing health behaviors.

    Yet the US medical and public health communities are focused more on the virus than on the culture that’s allowing it to thrive.

    There’s one essential truth about US culture: It’s very individualistic, valuing individual interests over group interests, no matter the broader consequences. Collectivist cultures, in contrast, place group interests first.

    Individualism, like all cultural characteristics, is not an inherently bad cultural trait. The protection of personal liberties is a uniquely defining American characteristic. However, confronting a common enemy like COVID-19 requires collective action.

    Acting collectively is not entirely foreign to America. Throughout world wars, the Great Depression, and 9/11, Americans banded together with great success. There was nothing political about wanting to keep our citizens safe from senseless acts of terrorism after 9/11. Similarly, there is nothing political about wanting to keep our citizens safe from COVID.

    So why have Americans remained divided in responding to COVID?

    Collectivism is easy to encourage when the enemy is the visible “other”—a person or group of people perceived as not belonging. It is not uncommon for people to rally around each other to protect against a common, visible outsider. When the enemy is an invisible “insider,” such as a virus, acting collectively becomes more difficult.

    It might be tempting to blame politics and partisanship for the public’s lack of compliance with public health measures—and to be fair, they do play a role. But they don’t tell the whole story. Culturally, Americans tend to mistrust the government; in fact, trust in the government is at an all-time low. There is also growing skepticism of experts; this was evident as many Americans grew weary of the changing messaging surrounding masks. As recently as 2019, a Pew Research Center survey showed that 35% of Americans believed that the scientific method can be used to produce “any result that the researcher wants.”

    Given these American cultural traits, the difficulty in persuading people to comply with public health measures shouldn’t be surprising. But experts assumed people would listen to public health guidance, government leaders thought people would voluntarily comply, and public health professionals focused messages on conveying scientific information. None of these efforts took American culture into consideration. Had culture been considered, the response and messaging could have been more effective.

    It’s why, for example, many states have resorted to mask mandates though many Americans see masks as an intrusion on their personal liberties. So, forced, rather than voluntary, compliance is necessary.

    And trying to convince those who do not believe in science by sharing more science is futile at best. It is also shortsighted to cast blame and write people off as ignorant, as I have seen some public health and scientific professionals do. We wouldn’t hand out written pamphlets to a population that is largely illiterate. In the same way, we shouldn’t deliver blanket public health messages that strictly convey science in a country marked by growing skepticism of science and expert advice. And just as we wouldn’t blame a largely illiterate population in a low-income country for illiteracy, recognizing that there are many nuances that impact this outcome—a broken educational system, poverty, economic realities that force work over schooling, lack of infrastructure, etc.— multiple, synergistic realities shape peoples’ views, knowledge, and outlooks in the US as well.

    Instead of perpetuating these failed approaches, the US public health community needs to adopt an inclusive and targeted messaging strategy that frames public health measures in ways that speak to US culture. For example, rather than continuing to use messaging that assumes science and expertise will invoke compliance, we need to insist, as the Surgeon General has, that wearing masks will help us regain our freedoms—to socialize, travel, send our children to school, and move about without restrictions.

    One of the best ways that we engage communities globally is by using faith leaders as conduits for messaging. Knowing that more than 70% of Americans identify with a religion, we should work with our faith community leaders to persuade people to follow public health directives.

    Similarly, we need to engage all local community leaders—beyond government—who have won the people’s trust.

    Finally, the US is, culturally, a “melting pot”—sticking to uniform messaging will not ensure progress. Messages need to be tailored to the multiple US sub-cultures and avoid just translating one message into different languages. There is no “one size fits all” solution—we have to be creative in finding other ways to appeal to cultural traits.

    As daily COVID cases rise to unfathomable levels, we simply cannot afford to ignore culture. It’s time to tailor our approach and encourage the collectivism needed to meet the pandemic’s challenge.

    Failure to do so will almost surely result in our continued defeat against COVID-19.

    Sarah McCool, PhD, MPH, is a clinical associate professor in Health Policy & Behavioral Sciences at the Georgia State University School of Public Health in Atlanta, Georgia. Follow her on Twitter or Instagram: @DrSarahMcCool

    #Etats-Unis #COVID-19 #Culture #Sens_anthropologique #Individualisme

  • Dominique Eddé : « Le #Liban, c’est le monde à l’essai »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/08/16/dominique-edde-le-liban-c-est-le-monde-a-l-essai_6049067_3232.html

    Ce qui s’est passé dans le port de la ville, le 4 août, est le produit d’une #faillite générale, monumentale, qui engage certes et avant tout nos gouvernants criminels, mais aussi le monde entier. Pourquoi le monde entier ? Parce que nous vivons le bon à tirer d’un processus de #décomposition engagé il y a plusieurs décennies dans cette partie du monde. Parce que nous tardons tous à comprendre que le mal est partout dans l’air, à l’image du coronavirus. Le désarroi des Libanais découvrant brusquement qu’ils sont en deuil, sans toit, peut-être bien sans pays, est le raccourci foudroyant du mal qui a dévasté l’Irak, la Syrie, la Palestine…

    • Ce qui s’est passé dans le port de la ville, le 4 août, est le produit d’une faillite générale, monumentale, qui engage certes et avant tout nos gouvernants #criminels, mais aussi le monde entier. Pourquoi le monde entier ? Parce que nous vivons le bon à tirer d’un processus de décomposition engagé il y a plusieurs décennies dans cette partie du monde. Parce que nous tardons tous à comprendre que le mal est partout dans l’air, à l’image du coronavirus. Le désarroi des Libanais découvrant brusquement qu’ils sont en deuil, sans toit, peut-être bien sans pays, est le raccourci foudroyant du mal qui a dévasté l’Irak, la Syrie, la Palestine...

      Nous nous obstinons à ignorer qu’il n’est plus une plaie, plus un pays, plus une partie du corps, plus une partie du monde qui puisse se penser isolément. Les dictatures arabes, les armées islamistes, la brutalité et l’#impunité de la politique israélienne, les grandes et moyennes puissances prédatrices, les solidarités morbides – Nord et Sud confondus –, le règne sans bornes de l’argent, les intérêts communs des ennemis déclarés, le #fanatisme religieux, les trafics d’armements, tout cela est en cause dans le port de Beyrouth. Le langage de la #géopolitique peut encore informer, trier, analyser. Mais il ne peut plus voir au-delà de ce dont il traite . Il est prisonnier de la convention selon laquelle on peut fabriquer et vendre des armes d’un côté et fabriquer la paix de l’autre. Le #clivage est si profond, le #mensonge si bien organisé, que nous pouvons encore feindre la #cohérence. Mais jusqu’à quand ?

      Outre l’effondrement économique et social, nous vivons sous la menace d’un grand danger psychiatrique. Les têtes sont elles aussi au bord de la #faillite. Si rien ne change, au rythme où elles sont menées, elles ne tiendront qu’à l’une de ces deux conditions : perdre la raison ou se robotiser. Les autres, celles qui préfèrent la liberté à la fusion, se cognent déjà un peu partout aux barreaux de l’extrême solitude. Et ce constat qui vaut pour le #Liban vaut bien au-delà. La #fusion, c’est le #fascisme, la #dictature, le pouvoir entre les mains d’une poignée d’hommes ou de #machines.

      Bocal explosif

      A force d’avoir tout vu, tout entendu, tout encaissé, durant les cinquante dernières années, les Libanais sont sans doute mieux armés que d’autres pour traiter avec la #folie. Mais à trop tirer sur la corde, elle risque de se rompre d’un moment à l’autre. Les habitants de ce pays peuvent se serrer les coudes comme ils peuvent s’entre-tuer . Ils peuvent remonter la pente comme ils peuvent s’écraser à jamais. Ils n’en peuvent plus d’être si solidaires et si divisés à la fois . Ils ne pourront s’en sortir que par eux-mêmes, certes, mais, comme tous les grands blessés, ils ne pourront s’en sortir par eux-mêmes sans secours. Ils n’y parviendront que si cette partie du monde sort du #piège dans lequel elle est enfermée. Enfermée par elle-même et par les puissances étrangères. Il y a, ici, un #cercle_vicieux qui sabote toutes les énergies positives.

      Avec un million et demi de réfugiés – plus d’un quart de la population – sur leur sol, les Libanais sont entassés dans un bocal explosif. Pris en otage par leurs chefs de communautés respectives, ils sont animés, pour la plupart, par une égale envie d’en finir mais aussi, compte tenu de leurs réflexes ataviques et de l’absence d’Etat, par une égale incapacité à franchir le pas. Ils ne savent plus qui ils sont. Ils n’en peuvent plus de repartir à zéro. Le Liban était pris en tenaille par la Syrie et Israël. Il l’est à présent par Israël et le Hezbollah. Que s’est-il passé le 4 août à 18 heures ? Deux déflagrations successives se sont produites sur le lieu d’un gigantesque dépôt de nitrate d’ammonium à proximité d’un hangar dont on nous dit qu’il abritait des armes. La criminalité des pouvoirs libanais qui ont endossé cet effroyable stockage est flagrante, indiscutable. Sera-t-elle déterminée, jugée, punie ? Pourquoi le récit séquencé de l’horreur ne nous a-t-il pas encore été livré ? Quelle est l’origine de la première explosion ? Qu’y avait-il dans ce dépôt ? Qui protège qui de quoi ?

      « Raisonnements circulaires »

      Lors de sa visite au Liban, le 6 août, le président Emmanuel Macron a rencontré une vingtaine de personnes issues de la « société civile », dont j’étais. Cette brève rencontre se tenait à l’ambassade de France au terme d’une table ronde entre lui et les chefs de guerre qui s’était tenue dans la pièce à côté.

      A l’issue de l’entretien, il nous a dit notamment cette petite phrase qui, depuis, a fait son chemin : « Je suis frappé par vos raisonnements circulaires. Aussi bien dans la pièce à côté (celle des mafieux) que dans celle-ci (celle où nous nous trouvions) ». J’aurais aimé que la comparaison fût évitée, mais c’est vrai me suis-je dit, sur-le-champ, il a raison, nous sommes prisonniers de raisonnements circulaires. Nous n’arrivons pas à nous organiser. L’opposition commence à peine à s’unir. Puis, tel un souvenir que l’on tarde à s’approprier, la phrase m’a révélé son sens à retardement. Le mot « circulaire » qui évoque le cercle vicieux, la quadrature, l’enfermement, m’est apparu comme « un déplacement » au sens freudien du terme, comme une projection. Le cercle n’était pas dans nos raisonnements mais dans le sujet. Je dirais même que nous avons ici une capacité obligée et quasi inhumaine à penser la complexité.

      C’est elle, c’est la réalité qui tourne en rond. C’est la donne. Le pays. La région. Le manège du monde. La règle du jeu. C’est le jeu qui impose le cercle. La rotation, telle qu’elle est, rejette de tous côtés la moindre velléité de solution. Le Liban est dans l’œil du cyclone. Tout œil extérieur est désormais obligé de comprendre que pour rompre cette spirale infernale, c’est au cyclone qu’il faut s’en prendre. Par « s’en prendre » je veux dire décider, de la base au sommet, d’un coin du monde à l’autre, que la paix régionale est préférable à la guerre. Rien que ça ? L’utopie ou la mort ? Oui. A petite et à grande échelle, je ne vois rien d’autre . « Paix régionale » signifiant l’exact contraire du sordide arrangement qui vient de se faire entre Mohammed Ben Zayed [le prince héritier d’Abou Dhabi] et Benyamin Nétanyahou [le premier ministre israélien] sous la houlette de Donald Trump [le président américain].

      Le Liban, c’est le monde à l’essai. S’il se vide de son #sens, de ses #différences, de sa jeunesse, il sera le signe avant-coureur d’une catastrophe bien supérieure à celle qui se vit actuellement sur son sol. Il est trop tard pour défendre souveraineté et territoires à coups de #murs, de #ghettos et de frontières physiques. Il n’est plus d’autre issue que d’activer à l’échelle de la planète un coup de théâtre hissant la pulsion de vie au-dessus de la pulsion de mort . Le sujet du jour – au Liban aujourd’hui et partout ailleurs dans un second temps –, c’est la #santé_mentale, c’est l’avenir de l’être. Livré à la réalité telle qu’elle est, l’inconscient collectif ne sera pas moins inflammable, à terme, qu’un hangar de nitrate d’ammonium. Il suffira, pour mettre le feu, du largage d’un missile, réel ou symbolique, physique ou verbal. Ce ne seront plus des morceaux de villes mais des morceaux de pays qui partiront en fumée.

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 20 août 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-20-aout-2020-a-

    Start : 20 Août 2020 - 17:15End : 20 Août 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 13 août 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-13-aout-2020-a-

    Start : 13 Août 2020 - 17:15End : 13 Août 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 6 août 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-6-aout-2020-a-1

    Start : 6 Août 2020 - 17:15End : 6 Août 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • HCR - Médecin et réfugiée afghane, elle aide par téléphone les réfugiés confinés à se protéger du Covid-19
    https://www.unhcr.org/fr/news/stories/2020/7/5f16b81ea/medecin-refugiee-afghane-aide-telephone-refugies-confines-proteger-covid.html

    Fezzeh, une réfugiée afghane de 38 ans, a récemment été nommée à la tête du programme public de sensibilisation sur le coronavirus de la Province d’Ispahan, dans le centre de la République islamique d’Iran. Outre ses fonctions habituelles de médecin-chef du centre de santé Razi à Khomeini-Shahr, un quartier d’Ispahan, elle offre désormais des consultations téléphoniques à des patients iraniens et afghans infectés par le virus ou à risque. Voilà des mois qu’elle reste travailler avec son équipe de cinq médecins bien au-delà des heures réglementaires pour appeler chaque soir au téléphone quelque 200 familles.« Le coronavirus m’a laissée avec un sentiment d’impuissance, comme la plupart des autres médecins du monde », dit-elle. « Ces appels téléphoniques sont devenus pour moi un précieux moyen de venir en aide aux personnes bloquées à domicile qui ont pourtant besoin de conseils et de services médicaux. »Pendant ces appels, Fezzeh et les médecins de son équipe discutent avec des patients qui présentent des symptômes apparentés à ceux du Covid et assurent le suivi des personnes testées positives mais qui ne sont pas suffisamment malades pour justifier une hospitalisation. Avant de clore leur journée de travail, les médecins de l’équipe dispensent aussi à d’autres familles des conseils et de santé et d’hygiène pour limiter la transmission du virus. « En Iran, les gens en ont par-dessus la tête du coronavirus et, malheureusement, ils ne sont pas assez nombreux à maintenir les précautions sanitaires et la distanciation sociale. Toutefois, ceux que nous appelons, et particulièrement la communauté afghane, suivent tous nos conseils parce qu’ils viennent du Dr Hosseini », dit Ameneh, une sage-femme iranienne de 30 ans qui fait partie de l’équipe de Fezzeh.

    #Covid-19#migrant#migration #iran#afghanistan#sante#refugie#sensibilisation#personnelmedical

  • Comment les microagressions instillent en #France un #racisme #inconscient, mais ravageur
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/20/comment-les-micro-agressions-instillent-en-france-un-racisme-inconscient-mai

    Relancé dans le sillage de la mort de George Floyd, aux Etats-Unis, et de l’affaire Adama Traoré, le débat français sur le racisme met en lumière la diversité des registres dans lesquels se manifestent les préjugés. A côté d’un noyau dur (violence, injure, incitation à la haine), réprimé par la loi, existe toute une gamme d’expressions plus diffuses, moins explicites et donc plus difficiles à cerner et à combattre, mais largement plus courantes. Les microagressions en question sont une manifestation de ce racisme implicite, voilé, souvent inconscient mais ravageur.

    Cette réalité n’est pas neuve. Décrite dès la fin des années 1960 aux Etats-Unis, elle a ensuite été largement documentée et analysée. Dénommée « racisme #systémique, #structurel ou #institutionnel, [elle] repose sur des modalités de discrimination qui n’ont pas besoin d’être portées par des individus explicitement racistes », rappelle le sociologue Michel Wieviorka, spécialiste du racisme et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, dans Pour une démocratie de combat.

    • « Vous venez de quel pays ? » « Tu dois aimer quand il fait chaud ! », « Comme vous parlez bien français ! » Ces petites #remarques_anodines se veulent souvent bienveillantes. En réalité, elles pétrifient les français d’origine africaine. Signe d’#ethnocentrisme_blanc, ignorance ou #racisme_euphémisé, ces expressions assénées « sans penser à mal » mais ressenties douloureusement sont partie intégrante d’une #expérience_de_vie que seules connaissent les personnes appartenant aux #minorités_visibles, mais qu’il n’est pas interdit aux autres de chercher à comprendre, voire à combattre.
      « Ce sont des microagressions, si petites que les auteurs ne les perçoivent jamais, mais qui blessent »
      « C’est comme le supplice de la goutte d’eau. Une fois, cela n’a rien de grave, mais un million de fois, c’est insupportable »
      #Paternalisme, #héritage_colonial, #assignation_à_identité… Les explications possibles dépassent le cadre d’un attrait pour la différence ou du simple quiproquo : elles relèvent d’une #essentialisation de la couleur de la peau, du soupçon d’#extranéité. « Etre français, c’est encore être blanc ; être non-blanc, c’est être d’ailleurs », analyse Pap Ndiaye. Ainsi, les microagressions révéleraient notre difficulté à « penser le fait d’être français indépendamment de la #couleur_de_la_peau ».
      Le débat français sur le racisme met en lumière la diversité des registres dans lesquels se manifestent les #préjugés. A côté d’un noyau dur (violence, injure, incitation à la haine), réprimé par la loi, existe toute une gamme d’expressions plus diffuses, moins explicites et donc plus difficiles à cerner et à combattre, mais largement plus courantes. Les microagressions en question sont une manifestation de ce #racisme_implicite, voilé, souvent inconscient mais ravageur.
      (...)
      Les critiques de cette prolifération de microagressions « à l’américaine » pointent non seulement l’aseptisation des rapports sociaux mais aussi la tendance à figer les individus dans des #identités, sans considération pour les multiples strates des personnalités. Est aussi mis en lumière l’imposition d’un schéma opposant des dominants involontaires à d’éternelles victimes. (...)
      La norme sociale rejette le racisme, constate Pap Ndiaye, en référence au sondage annuel de la Commission nationale consultative des droits de l’homme qui reflète un rejet massif des Français à l’égard des manifestations explicites d’hostilité ou de haine raciale. Il reste à sensibiliser l’opinion à l’imperceptible, au latéral, et aussi à l’éduquer : on ne demande pas d’emblée aux gens de quel pays ils viennent. » Mais ce travail de #sensibilisation a un préalable : reconnaître la réalité de #blessures_invisibles."

      #microagressions #racisme_ordinaire #racisme_inconscient

      #racisme_systémique #racisme_structurel #racisme_institutionnel #bienveillance

      ping @isskein @karine4

    • Et le résultat : #minority_fatigue.

      Le coût mental du racisme – Binge Audio
      https://www.binge.audio/le-cout-mental-du-racisme

      Stress, anxiété, dépression… Les propos et actes racistes éprouvés au quotidien ont des conséquences sur la qualité de vie et la santé mentale. En quoi le racisme peut-il être un facteur aggravant des problèmes psychologiques ? Quelles sont les barrières culturelles et de classe qui limitent l’accès aux divans pour les personnes racisé·e·s ? En quoi un stéréotype, même s’il est positif, est toujours violent ?

      Grace Ly et Rokhaya Diallo reçoivent Racky Ka, psychologue et docteure en psychologie sociale, qui a pour patientèle des femmes noires entre 20 et 50 ans, majoritairement en situation de burn-out lié à du racisme sur leur lieu de travail.

  • Un jour à tenir le #Paysage debout
    http://liminaire.fr/palimpseste/article/un-jour-a-tenir-le-paysage-debout

    Promenade photographique entre le tronçon de la Petite Ceinture au niveau de La Gare (salle de concerts jazz située au n°1 de l’Avenue Corentin Cariou, #Paris 19ème) et le Parc de la Villette (Les jardins Passagers, jardin partagé, exposition photographique d’Adeline Care dans Le Jardin des miroirs (création de Bernard Tschumi), dans le cadre de Plaine d’Artistes) L’herbe fraîchement coupée et l’heure de la sieste qui arrive. Il fait un jour à tenir le paysage debout. S’effacer dans le mouvement de (...) #Palimpseste / #Architecture, #Art, #Poésie, #Photographie, #Ville, Paris, Paysage, #Regard, #Dérive, #Ciel, (...)

    #Sensation
    https://www.facebook.com/LaGareJazz
    http://jardinons-ensemble.org/spip.php?article220
    https://www.adelinecare.net
    http://publicartmuseum.net/wiki/Le_Jardin_des_miroirs_(Bernard_Tschumi)
    http://www.tschumi.com
    https://lavillette.com/programmation/plaine-d-artistes_e912

  • Aus Papier und mit Bleistift gezeichnet: Mess-Sensoren für die Haut
    https://diasp.eu/p/11349041

    Aus Papier und mit Bleistift gezeichnet: Mess-Sensoren für die Haut

    Ein paar Striche auf Papier gemalt und (fast) fertig ist ein preisgünstiger Mess-Sensor, der auf die Haut geklebt werden kann, haben US-Forscher herausgefunden. Aus Papier und mit Bleistift gezeichnet: Mess-Sensoren für die Haut #Bleistift #Haut #Papier #Sensortechnik #UniversityofMissouri

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 30 juillet 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-30-juillet-2020

    Start : 30 Juillet 2020 - 17:15End : 30 Juillet 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement. La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas). Quand et quoi ? Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours (...)

    #Promotion

  • La moniale et l’agricultrice : une recherche de #sens

    Située à une vingtaine de kilomètres d’#Auch, dans un paysage coloré et verdoyant où les champs de tournesols côtoient les champs de blé en cours de moisson, se trouve la petite commune de #Boulaur (~180 habitants).

    Une #abbaye dans les champs

    Après avoir quitté la route départementale, en prenant la direction du centre ville, une immense croix de plusieurs mètres annonce à ma gauche l’entrée du village tout proche. A ma droite, quelques bâtiments mélangent matériels agricoles et présence religieuse. Ce domaine est celui de l’#abbaye_Sainte_Marie_de_Boulaur ( « Bon lieu » ), fondée au XIIe siècle par Pétronille de Chemillé (abbesse de Fontevraud), Guillaume II d’Andozile (archevêque d’Auch) et Sanche Ier (comte d’Astarac, dont sa veuve Longuebrune fut première abbesse de l’abbaye de Boulaur). La plupart des bâtiments sont inscrits au titre des monuments historiques. L’abbaye dépend du diocèse d’Auch, dont Mgr Maurice Gardès est l’archevêque.

    En 1949 quelques #moniales_cisterciennes s’installent définitivement dans l’abbaye. Elles sont aujourd’hui au nombre de vingt-neuf, âgées de 25 ans à 94 ans.

    A mon arrivée dans la cours de l’abbaye, l’espace est envahi par un retentissant « Joyeux anniversaire » . Des rires et une animation bonne enfant se déplacent de l’autre côté d’un mur mitoyen en direction d’un chemin tout proche. Séparé d’eux par une grille en fer forgé, les moniales, accompagnées de quelques laïcs, se figent sur le chemin visible aux yeux de tous. Placé au milieu, un cadeaux emballé dans un grand drap blanc attend son futur propriétaire. La petite foule commence à entourer le présent puis, une immense clameur, des rires et… un bruit de moteur. La foule s’écarte. La communauté vient de recevoir en cadeau d’anniversaire un quad qu’une moniale s’empresse de conduire à travers champs ! Son retour est accueilli par un chant a cappella improvisé Et Cantique Magnificat.

    Femme, religieuse et agricultrice

    Les moniales cisterciennes de Boulaur ne sont pas uniquement des #religieuses occupées à suivre la #Règle_de_St_Benoît ou leurs sept prières quotidiennes. Ce sont aussi des agricultrices dont le travail manuel est « porté par une recherche de sens » selon les mots d’une moniale, « un projet de vie » où la pratique de l’agriculture est, pour une autre moniale, en lien direct avec « la promotion de la vie » .

    Posant la question de savoir si la publication de l’encyclique « Laudato si‘ » du pape François, en 2015, a eu une influence dans leur démarche, une moniale me confirma que ce texte fut reçu par la communauté comme « un encouragement de leur démarche » . Un autre moniale parla de « joindre le soin des hommes au soins de la terre » , mais sans faire référence au care.

    Sur les 45 hectares de leur terre agricole gersoise, ces moniales cisterciennes sèment, récoltent, transforment et conduisent aussi bien un tracteur qu’un troupeau de vaches.

    Comment ont-elles appris le métier d’agricultrice ? Certaines moniales viennent du milieu agricoles, d’autres ont fait des études en agronomie, d’autres enfin ne disposaient pas de bagages particuliers. Mais toutes ont au moins appris un certain savoir-faire en suivant les conseils des agriculteurs et agricultrices proches de l’abbaye. Quelques-unes ont fait la démarche d’aller visiter plusieurs exploitations agricoles modernes afin de « voir ce qui se fait de mieux » au niveau des machines, des technologies, des pratiques… Et si le machinisme « permet de soulager les sœurs des efforts physiques liés à l’agriculture » , ce machinisme ne doit pas retirer le sens qu’elles donnent au travail.

    La pratique du travail agricole a fait l’objet de nombreuses réflexions. Les modèles agricoles dominants ne répondaient pas à leurs attentes. Quid des divers types de pollution et des multiples formes de gaspillage dans le monde agricole ? Réflexions aussi autour des questions d’économies d’énergie. Le tout dans une démarche de développement durable, sensible à l’écologie. Mais il ne me sera fait aucune référence à l’écologie intégrale pourtant liée à « Laudato si‘ » .

    Ces moniales ont développé depuis plusieurs années une activité agricole, « en agriculture biologique et en permaculture » , qui associe la production de fruits et de légumes à l’élevage de vaches laitières, de veaux et de cochons. Ceci en vue de fabriquer elles-mêmes sur place des produits alimentaires, comme des confitures, de la farine, du fromage et des pâtés qui sont vendus directement à l’abbaye (dans un espace spécialement dédié) ainsi que sur le marché de Samatan situé à une dizaine de kilomètres de l’abbaye ( « on privilégie les circuits courts » ). Enfin, elles ont développé une activité annexe de visites guidées et d’accueil en hôtellerie pour une capacité d’environ 40 personnes.

    L’organisation des tâches et du temps

    Au cours des échanges, je me rends compte qu’elles partagent leur emploi du temps en au moins quatre phases : une phase domestique (cuisine, ménage,…), une phase spirituelle (prière, étude…), une phase agricole (semis, récolte, transformation…) et une phase administrative-commerciale (budget, projets…).

    Abbaye non mixte, féminine, la répartition des tâches et des rôles sont définis en interne, en fonction de leur place hiérarchique dans l’ordre (abbesse, moniale, novice) et de leurs compétences propres en liens avec les besoins de la communauté.

    Cette grande diversité de tâches pour un nombre restreint d’actrices (29), même en faisant appel occasionnellement à de l’aide extérieure, demande à ce qu’une organisation relativement rigoureuse soit imposée et acceptée. Ceci afin de ne pas perdre du temps précieux ou que des tâches en attentes soient supportées par d’autres moniales en surplus de leurs tâches attribuées. Cette question du temps reviendra régulièrement au cours de mes échanges avec les moniales.

    Les tâches et le temps qui sont alloués à chacune semblent devoir être respectés le plus scrupuleusement possible afin d’éviter une possible désorganisation de la communauté.

    Start-up nation

    Ces moniales se sont engagées dans un vaste projet qu’elles ont nommé « Grange cistercienne pour le XXIe siècle » . Cette nouvelle exploitation agricole devrait accueillir, outre un coin pédagogique, vingt-cinq vaches (contre neuf actuellement, de races Brune des Alpes et Jersiaise) et une douzaine de cochons (contre cinq aujourd’hui), « ce qui devrait multiplier par quatre ou cinq la production totale par rapport à aujourd’hui » .

    Ce que les moniales nomment « un entreprenariat féminin » ou « une start-up du XIIe siècle façon XXIe siècle » , doit permettre à cette communauté cistercienne de « vivre de son travail » , à côté et en même temps que leur vie religieuse, c’est-à-dire joindre Ora et labora, ou plus précisément Ora, Lectio divina et labora .

    J’avais remarqué que ces moniales avaient un sens particulièrement marqué pour la communication, avec deux sites internet, une page Facebook, un compte Instagram et une chaine Youtube. Mais curieusement, elles sont absentes de Twitter. Une prochaine étape ?

    Cet ensemble de démarches, d’entreprenariat et de communication, s’inscrit dans « une logique territoriale » de (sur) visibilité, voire « une logique missionnaire » selon les mot d’une moniale.

    Une agriculture féminine cistercienne qui se veut ouverte au monde

    Loin de vouloir vivre en autarcie, ces moniales recherchent à multiplier les contacts et les interactions avec les différents acteurs locaux du monde agricoles, économiques ou touristiques… comme avec des institutions départementales, régionales, nationales et européennes afin de les aider, entre autre, à recueillir des financements. Fonds propres, crédits, subventions et dons divers constituent l’ensemble de leur capital économique.

    Ces moniales ont impulsé plusieurs projets d’envergure et porté les plans de nouveaux ateliers de production de leur future exploitation. Elles ont sélectionné puis choisi des équipements agricoles les moins contraignant physiquement pour des femmes tout en étant performant mais sans courir après une agriculture trop high tech. Mélange de tradition et de modernité.

    Le temps passant, peut-être plus vite que prévu dans cet espace particulier, je n’ai pas pu échanger plus en détail sur certains points évoqués ni en aborder de nouveaux. Ce sera peut-être pour une autre fois.

    Je suis reparti sans rencontrer âme qui vive dans le village, jusqu’à ce que surgisse une moissonneuse qui rentrait de sa journée de travail, puis, à sa suite, un tracteur transportant une botte de foin. L’heure des entretiens et du travail agricole prenait fin en même temps.

    https://agrigenre.hypotheses.org/458
    #agriculture #femmes #agricultrices

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 9 juillet 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-9-juillet-2020-

    Start : 9 Juillet 2020 - 17:15End : 9 Juillet 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement. La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas). Quand et quoi ? Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • L’#écologie_municipale, ou la ville face à son histoire

    Les verts élus dans les grandes #villes doivent faire un #choix : se focaliser sur la qualité de vie de leurs administrés au risque de renforcer la #fracture entre #centres urbains et #périphéries, ou au contraire renouer avec les #territoires_fantômes que les #métropoles consomment et consument.

    Après le succès des candidatures et alliances écologistes dans certaines des plus grandes villes de France dimanche, une chose a très peu retenu l’attention des commentateurs politiques. C’est le paradoxe, au moins en apparence, d’une #métropolisation de l’écologie politique – le fait que les valeurs vertes semblent trouver dans les grands centres urbains leur principal lieu d’élection. Au lieu de s’interroger sur les motivations et les idéaux des personnes qui peuplent ces villes pour essayer d’y lire l’avenir, peut-être faut-il alors renverser la perspective et regarder l’objet même que constitue la #ville, sa réalité indissociablement écologique et politique.

    Au regard de l’#histoire, cette #urbanisation des #valeurs_vertes ne va pas du tout de soi. La ville a souvent été définie, en Europe au moins, par l’enveloppe protectrice des remparts qui tenait à distance les ennemis humains et non humains (animaux, maladies), et qui matérialisait la différence entre l’espace de la cité et son pourtour agraire et sauvage. En rassemblant les fonctions politiques, symboliques, sacerdotales, les villes engendrent des formes de socialité qui ont fasciné les grands penseurs de la modernisation. Saint-Simon, par exemple, voyait dans la commune médiévale italienne l’origine du développement matériel et moral propre à la #modernité. Durkheim, plus tard, faisait de la ville le prototype du milieu fait par et pour l’humain, le seul espace où pouvait se concrétiser le projet d’#autonomie.

    Aspirations urbaines

    Mais les villes sont également devenues, avec le processus d’#industrialisation, de gigantesques métabolismes matériels. L’explosion démographique des métropoles industrielles au XIXe siècle va de pair avec la concentration du travail, de l’énergie, et plus largement des flux de matière qui irriguent l’économie globale. Au cœur des transformations de la vie sociale, la ville est aussi au cœur de ses transformations matérielles : elle aspire d’immenses quantités de ressources, pour les relancer ensuite dans le commerce sous forme de marchandises. En laissant au passage les corps épuisés des travailleurs et des travailleuses, ainsi que des montagnes de déchets visibles ou invisibles, résidus non valorisés du processus productif.

    Ainsi la ville irradie le monde moderne de son prestige symbolique et culturel, mais elle tend aussi à déchirer le tissu des circularités écologiques. L’un ne va pas sans l’autre. Chaque ville, par définition, est tributaire de circuits d’approvisionnement qui alimentent ses fonctions productives, ou simplement qui la nourrissent et la débarrassent des contraintes spatiales. Chaque ville est entourée d’une périphérie fantôme qui l’accompagne comme son ombre, et qui est faite des #banlieues où vivent les exclus du #rêve_métropolitain, des champs cultivés et des sous-sols exploités. Chaque urbain mobilise malgré lui un espace où il ne vit pas, mais dont il vit.

    L’une des sources de la #sensibilité_écologique contemporaine se trouve justement dans la critique de l’avant-garde urbaine. Dans l’Angleterre victorienne, William Morris ou John Ruskin retournent à la #campagne pour démontrer qu’une relation organique au #sol est susceptible de régénérer la civilisation, sans pour autant compromettre les idéaux d’émancipation. Mais ils luttaient contre une tendance historique dont l’extraordinaire inertie a rapidement provoqué la disqualification de ces expériences. Surtout pour le #mouvement_ouvrier, qui avait en quelque sorte besoin des formes spécifiquement urbaines d’#aliénation pour construire la #solidarité_sociale en réponse.

    Si l’on replace dans cette séquence d’événements le phénomène d’urbanisation des attentes écologiques actuelles alors il y a de quoi s’interroger sur l’avenir. Deux trajectoires possibles peuvent s’esquisser, qui ont cela d’intéressant qu’elles sont à la fois absolument irréconciliables sur un plan idéologique et matériel, et quasiment impossibles à distinguer l’une de l’autre dans le discours des nouveaux édiles de la cité verte.

    Faire atterrir le #métabolisme_urbain

    D’un côté, on trouve le scénario d’une consolidation des #inégalités_sociales et spatiales à partir des valeurs vertes. Pour le dire de façon schématique, les grands pôles urbains poussent la #désindustrialisation jusqu’à son terme en éliminant les dernières nuisances et toxicités propres à la #ville_productive : elles se dotent de parcs, limitent les transports internes et créent des #aménités_paysagères (comme la réouverture de la Bièvre à Paris). C’est ce que la sociologie appelle la #gentrification_verte, dont #San_Francisco est le prototype parfois mis en avant par les prétendants écologistes aux grandes mairies. Au nom d’une amélioration difficilement critiquable de la qualité de vie, la ville des #parcs et #jardins, des boutiques bio, des #mobilités_douces et des loyers élevés court le risque d’accroître le #fossé qui la sépare des périphéries proches et lointaines, condamnées à supporter le #coût_écologique et social de ce mode de développement. #Paris est de ce point de vue caractéristique, puisque l’artifice administratif qui tient la commune à l’écart de sa banlieue est matérialisé par la plus spectaculaire infrastructure inégalitaire du pays, à savoir le #boulevard_périphérique.

    Mais si le vert peut conduire à consolider la #frontière entre l’intérieur et l’extérieur, et donc à faire de la qualité de vie un bien symbolique inégalement distribué, il peut aussi proposer de l’abolir – ou du moins de l’adoucir. Une réflexion s’est en effet engagée dans certaines municipalités sur le pacte qui lie les centres-villes aux espaces fantômes qu’elles consomment et consument. La #renégociation de la #complémentarité entre #ville et #campagne par la construction de #circuits_courts et de qualité, l’investissement dans des infrastructures de #transport_collectif sobres et égalitaires, le blocage de l’#artificialisation_des_sols et des grands projets immobiliers, tout cela peut contribuer à faire atterrir le #métabolisme_urbain. L’équation est évidemment très difficile à résoudre, car l’autorité municipale ne dispose pas entre ses mains de tous les leviers de décision. Mais il s’agit là d’un mouvement tout à fait singulier au regard de l’histoire, dans la mesure où il ne contribue plus à accroître la concentration du capital matériel et symbolique à l’intérieur de la cité par des dispositifs de #clôture et de #distinction, mais au contraire à alléger son emprise sur les #flux_écologiques.

    Le défi auquel font face les nouvelles villes vertes, ou qui prétendent l’être, peut donc se résumer assez simplement. Sont-elles en train de se confiner dans un espace déconnecté de son milieu au bénéfice d’une population qui fermera les yeux sur le sort de ses voisins, ou ont-elles engagé un processus de #décloisonnement_social et écologique ? L’enjeu est important pour notre avenir politique, car dans un cas on risque le divorce entre les aspirations vertes des centres-villes et la voix des différentes périphéries, des #ronds-points, des lointains extractifs, alors que dans l’autre, une fenêtre s’ouvre pour que convergent les intérêts de différents groupes sociaux dans leur recherche d’un #milieu_commun.

    https://www.liberation.fr/debats/2020/06/30/l-ecologie-municipale-ou-la-ville-face-a-son-histoire_1792880

    #verts #élections_municipales #France #inégalités_spatiales #mobilité_douce #coût_social ##décloisonnement_écologique

    via @isskein
    ping @reka @karine4

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 2 juillet 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-2-juillet-2020-

    Start : 2 Juillet 2020 - 17:15End : 2 Juillet 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation

    L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement.

    La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas).

    Quand et quoi ?

    Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • Réunion du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 25 juin 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15) à distance
    https://www.april.org/reunion-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-25-juin-2020-a-

    Start : 25 Juin 2020 - 17:15End : 25 Juin 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement. La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas). Quand et quoi ? Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion

  • Réunion à distance du groupe de travail #Sensibilisation de l’April jeudi 25 juin 2020 à 17 h 30 (accueil à 17 h 15)
    https://www.april.org/reunion-a-distance-du-groupe-de-travail-sensibilisation-de-l-april-jeudi-25-j

    Start : 25 Juin 2020 - 17:15End : 25 Juin 2020 - 19:30

    Le groupe de travail Sensibilisation ? L’objectif du groupe de travail Sensibilisation de l’April est la production d’outils de communication pour sensibiliser un plus large public aux enjeux du logiciel libre et des formats ouverts. Toutes nos ressources sont publiées sous licence libre, ainsi toute personne ou structure souhaitant sensibiliser au logiciel libre autour de soi peut les utiliser, les modifier et les partager librement. La participation aux actions du groupe de travail Sensibilisation est ouverte à tout le monde (membre de l’April ou pas). Quand et quoi ? Le groupe de travail Sensibilisation de l’April se réunit chaque 3ème jeudi du mois. D’autres réunions ponctuelles peuvent être organisées au cours de (...)

    #Promotion