• Frama, c’est aussi des personnes au #Service des #Services
    https://framablog.org/2021/11/02/frama-cest-aussi-des-personnes-au-service-des-services

    Installer 16 services en ligne sur des #serveurs, c’est une chose. Assurer leur sécurité, leurs mises à jour, leur sauvegarde, en est une autre. Si on ajoute à cela un travail sur l’accueil, les réponses aux questions de chacun·e et … Lire la suite­­

    #Contributopia #Frama_c'est_aussi #Accueil #alternatives #chatons #contact #Deframasoftisons #Degooglisons #forum #infrastructure #soutenir #support

  • Les employés de Facebook ne peuvent pas entrer dans les bureaux – les badges ne fonctionnent pas non plus Sénégal direct - Moussa Gaye
    https://senegaldirect.com/les-employes-de-facebook-ne-peuvent-pas-entrer-dans-les-bureaux-les-b

    Certains des employés qui se sont précipités dans les bureaux pour évaluer personnellement l’étendue des dégâts n’ont pas pu accéder aux bâtiments car leurs badges numériques ont cessé de fonctionner, ce qui les a empêchés d’accéder aux zones de serveurs et d’agir personnellement sur les machines des bâtiments.


    Il n’y a pas que les réseaux sociaux qui ne fonctionnent pas : toute l’entreprise de Mark Zuckerberg est hors ligne. Le pépin qui empêche des millions d’utilisateurs dans le monde d’accéder à Facebook, Instagram et WhatsApp empêche également les travailleurs du géant de Menlo Park de résoudre la situation et même d’entrer dans leurs bureaux. Le New York Times rapporte cela, citant des sources internes de Facebook selon lesquelles l’ampleur de l’accroc technique serait si grande qu’elle impliquait également des systèmes internes. Y compris les lecteurs de badges qui, ne reconnaissant pas les employés, n’ouvrent pas les portes. Ainsi, les premiers ingénieurs qui se sont précipités sur le site n’ont pas pu entrer car les systèmes physiques ne fonctionnaient pas.

    La plupart des systèmes internes ont cessé de fonctionner, y compris les services de messagerie et de partage d’informations. Les calendriers, les outils de liste de tâches et d’autres services utilisés par les employés ont cessé de répondre, tout comme certains appareils liés aux systèmes informatiques de l’entreprise, notamment les lecteurs de badges. Les travailleurs ont expliqué qu’ils avaient des difficultés à passer des appels depuis les téléphones de l’entreprise et à recevoir des courriels de personnes extérieures à l’entreprise. La plateforme de collaboration interne, Workplace, a également cessé de fonctionner. Beaucoup se sont donc tournés vers la concurrence, utilisant LinkedIn, Zoom et Discord pour continuer à travailler.

    Certains des employés qui se sont précipités dans les bureaux pour évaluer personnellement l’étendue des dégâts n’ont pas pu accéder aux bâtiments car leurs badges numériques ont cessé de fonctionner, ce qui les a empêchés d’accéder aux zones de serveurs et d’agir personnellement sur les machines des bâtiments. Selon le responsable des opérations de sécurité de Facebook, le problème actuel est un risque élevé pour les personnes, un risque modéré pour les actifs de l’entreprise et un risque élevé pour la réputation de Facebook. Une petite équipe d’employés a été envoyée au centre de données de Santa Clara pour réinitialiser manuellement les serveurs de l’entreprise.

     #facebook #Messenger #Instagram #WhatsApp #data_centers #algorithme #surveillance #bigdata #publicité #données #instagram #marketing #gafam #sécurité #serveurs

    • Vidéo : voici ce qui a provoqué la panne de Facebook (et Instagram, et WhatsApp) zdnet.fr
      https://www.zdnet.fr/actualites/voici-ce-qui-a-provoque-la-panne-de-facebook-et-instagram-et-whatsapp-39930251

      Technologie : Ne vous attendez pas à une solution immédiatement, ça risque de durer un bon moment. On vous explique, tout ceci est lié à un mystérieux protocole nommé BGP.

      Maj 05/10/2021 à 06h38  : Les différents services de Facebook touché par la panne sont désormais rétablis, la panne aura duré 6 heures. L’entreprise a commencé à communiquer sur la panne. Il s’agit d’un changement de configuration des routeurs principaux" qui a provoqué un effet en cascade de paralysie des datacenters de l’entreprise.

      Le vieux dicton du dépannage de réseau dit que si quelque chose ne va pas, "c’est le DNS". Et bien cette fois, le serveur de noms de domaine (DNS) semble être un simple symptôme de la cause fondamentale de la panne globale de Facebook. La véritable cause est qu’il n’y a pas de routes Border Gateway Protocol (BGP) fonctionnelles vers les sites de Facebook.
      https://www.youtube.com/watch?v=rnlGuMtGEtQ


      BGP est le protocole de passerelle extérieure standardisé utilisé pour échanger des informations de routage et d’accessibilité entre les systèmes autonomes (SA) de premier niveau d’Internet. La plupart des gens, et même la plupart des administrateurs réseau, n’ont jamais besoin d’utiliser BGP.

      Beaucoup de gens ont remarqué que Facebook n’était plus répertorié dans le DNS. En effet, il y a même eu des messages humoristiques proposant de vous vendre le domaine Facebook.com.

      Le vice-président de Cloudflare, Dane Knecht, a été le premier à signaler le problème BGP qui est sous-jacent à cette panne géante. Cela signifie, comme l’a tweeté Kevin Beaumont, responsable du centre des opérations de sécurité de Microsoft, qu’en l’absence d’annonces BGP pour vos serveurs de noms DNS, le DNS s’effondre. Et donc personne ne peut vous trouver sur Internet. Même chose pour WhatsApp. Facebook s’est en quelque sorte déplateformisé de sa propre plateforme."

      Oups.

      Aussi ennuyeux que cela puisse l’être pour vous, cela peut être encore plus ennuyeux pour les employés de Facebook. Selon certaines informations, les employés de Facebook ne peuvent pas entrer dans leurs bâtiments parce que leurs badges et portes "intelligentes" ( ahah, peut-être est il temps de remplacer enfin intelligent par connecté ) ont également été désactivés par cette panne de réseau. Si cela est vrai, les employés de Facebook ne peuvent littéralement pas entrer dans le bâtiment pour tenter de réparer la ou les pannes.

      Facebook a depuis précisé que ces difficultés techniques ont également affecté ses outils internes, rendant d’autant plus difficile son travail pour résoudre la situation.

      Plus tard dans la nuit, Facebook a communiqué sur les origines de panne. “Nos équipes d’ingénierie ont appris qu’un changement de configuration des routeurs principaux qui coordonnent le trafic entre nos centres de données a entraîné des difficultés techniques aboutissant à l’arrêt de toute communication. Cette interruption des échanges du réseau a eu des effets en cascade sur la façon dont nos centres de données communiquent, provoquant la panne de nos services” expliquait l’entreprise.

      Quelques heures avant, l’utilisateur de Reddit u/ramenporn, qui prétendait être un employé de Facebook travaillant à ramener le réseau social d’entre les morts, avait signalé, avant de supprimer son compte et ses messages, que "le DNS pour les services de FB a été affecté et c’est probablement un symptôme du problème réel, à savoir que l’échange de trafic BGP avec les #routeurs d’échange de trafic de Facebook a été interrompu, très probablement en raison d’un changement de #configuration entré en vigueur peu de temps avant que les pannes ne surviennent)". 


      Un changement de configuration erroné effectué via une interface web
      Il poursuit : "Des personnes essaient maintenant d’accéder aux routeurs d’échange de trafic pour mettre en œuvre des correctifs, mais les personnes ayant un accès physique sont distinctes de celles qui savent comment s’authentifier auprès des systèmes et de celles qui savent ce qu’il faut faire, de sorte qu’il y a maintenant un défi logistique pour unifier toutes ces connaissances. Une partie de cette situation est également due à la diminution des effectifs dans les centres de données en raison des mesures de lutte contre la pandémie."

      Ramenporn a également déclaré qu’il ne s’agissait pas d’une attaque, mais d’un changement de configuration erroné effectué via une interface web. Ce qui est vraiment dégoûtant — et pourquoi Facebook est toujours hors service quelques heures plus tard — c’est que, puisque BGP et DNS sont hors service, "la connexion au monde extérieur est hors service, l’accès à distance à ces outils n’existe plus, donc la procédure d’urgence est d’obtenir un accès physique aux routeurs d’échange de trafic et de faire toute la configuration localement". Bien sûr, les techniciens sur place ne savent pas comment faire et les administrateurs réseau principaux ne sont pas sur place. En bref, c’est un grand gâchis.

      Conséquence de cette panne, le cours de Facebook a perdu plus de 6 % à la bourse de New York. Selon l’entreprise, il n’y a aucun signe montrant que les données des utilisateurs aient pu être compromises.
      Pour rappel, le réseau social le plus populaire du monde s’est effondré lundi 4 octobre 2021 vers 8h45, heure californienne (soit 17h45, heure française). Mais il n’y a pas que Facebook : Instagram, WhatsApp et Facebook Messenger ont également été touchés par la panne.

      Les services de statut de sites web comme DownForEveryoneOrJustMe et DownDetector signalaient alors que Facebook était hors service. Le problème touchait l’intégralité des services de l’entreprise dans le monde entier. En France également, les différents sites avaient cessé de fonctionner, tout comme les applications du groupe.

      #BGP #DNS

  • Trafic Internet en France : 50 % provient de Netflix, Google, Akamai et Facebook Julien Lausson
    https://www.numerama.com/tech/724507-trafic-internet-en-france-50-provient-de-netflix-google-akamai-et-f

    Le dernier rapport du régulateur des télécoms confirme la place très importante qu’occupe Netflix sur le réseau Internet français. Il montre aussi la progression de Twitch.

    Netflix reste encore et toujours le service qui génère le plus de trafic Internet en France. Le rapport du régulateur des télécoms sur l’Internet ouvert, dont la dernière version est parue le 7 juillet 2021, confirme la domination du géant américain de la vidéo à la demande par abonnement (SVOD) sur le réseau hexagonal, loin devant ses poursuivants, même s’ils s’appellent Google ou Facebook.

    Que lit-on ? Les données de l’Autorité de régulation des communications électroniques montrent qu’à la fin de l’année 2020, Netflix représentait à lui seul un peu plus de 20 % du trafic Internet en France. Derrière, on retrouve Google, aux alentours de 13 %, puis Akamai, sous les 10 %, tout comme Facebook. La cinquième place revient à Amazon, qui n’atteint pas les 5 % de trafic en métropole.


    Le classement des plus importantes sources de trafic. // Source : Arcep

    Dans son observatoire de juillet 2021, l’Arcep constate que « l’écart se creuse entre le volume de trafic provenant de Netflix et celui des autres fournisseurs de contenu », même si une baisse relative peut être observée comparé au précédent rapport. Le géant de la SVOD occupait alors près de 23 % du trafic hexagonal, d’après des statistiques arrêtées à la fin 2019.

    Le quatuor de tête — Netflix, Google, Akamai et Facebook — reste inchangé et pèse en tout « 50 % du trafic vers les clients des principaux FAI en France », constate le régulateur. Il est toutefois envisageable de présenter le classement différemment : l’Arcep a fait le choix de séparer Amazon et Twitch en en faisant deux services distincts, alors que le second est une filiale du premier depuis 2014.

    Or, le poids de Twitch dans l’Internet français : classé en neuvième position lors du bilan de fin 2019, le site de diffusion de parties de jeux vidéo en direct est passé à la septième place fin 2020. Le succès de la plateforme est indéniable, avec de plus en plus d’internautes qui suivent les péripéties vidéoludiques des vidéastes. En additionnant le poids de Twitch à celui d’Amazon, celui-ci pourrait être au niveau de Facebook.

    Outre les géants du net bien identifiés, plusieurs plateformes moins connues apparaissent assez haut dans le classement : c’est le cas d’entreprises comme Akamai, Level 3 CDN, EdgeCast, LimeLight, CDN77 ou encore Fastly. Ces sociétés sont des spécialistes de la mise en cache, au profit d’autres entreprises, de façon à ce que les contenus, des sites ou des vidéos par exemple, s’affichent plus vite chez les internautes.

    L’Arcep relève que ces quatre acteurs, qui focalisent 50 % du trafic en France, illustrent « une concentration de plus en plus nette du trafic entre un petit nombre d’acteurs dont la position sur le marché des contenus est renforcée ». Ce nombre évolue d’une année à l’autre, et pas toujours à la hausse : il y a deux ans, l’Arcep évaluait la part du top 4 à 53 %. Il y a un an, elle était estimée à 55 %.

    La domination de Netflix en France se justifie par une pluralité de facteurs : d’abord, la vidéo est un type de contenu qui par nature implique un volume important de données. Ensuite, la qualité de ces mêmes vidéos progresse avec l’arrivée de définitions toujours plus importantes — la 4K est ainsi en train de devenir de plus en plus courante, et Netflix a pris ce virage.

    Le succès de Netflix en France a en outre un effet multiplicateur : début 2020, on apprenait que le site de SVOD avait 6,7 millions d’abonnés dans le pays. Un chiffre qui a sans doute évolué à la hausse depuis (dans le monde, Netflix a dépassé en début d’année la barre des 200 millions de clients). Ce chiffre est de toute façon sous-évalué, car un même compte peut être partagé par plusieurs internautes, légalement ou non.

    Pour autant, Netflix s’efforce d’optimiser au maximum ses flux, en déployant des codecs de plus en plus performants — l’un d’eux a même été distingué d’un Emmy Award pour sa qualité dans la compression vidéo — pour pouvoir réduire la quantité de données requises pour une scène. La plateforme avait d’ailleurs joué sur le bitrate pour réduire son poids sur les réseaux pendant le confinement.

    Et Disney+ alors ?
    Le classement de l’Arcep parait oublier un acteur de poids : Disney+. Cet autre géant de la SVOD rencontre pourtant un succès indéniable, y compris en métropole. Cette apparente absence n’est qu’une illusion : « Disney+ apparaît dans ce classement au travers de ses différents CDN », ces fameux spécialistes de la mise en cache. L’entreprise a en effet fait le choix de passer par des tiers, plutôt que d’avoir son propre CDN.

    « L’architecture retenue par Disney ne reposait pas sur son propre CDN mais sur le recours à des CDN tiers », note l’Arcep dans son rapport. Ce choix, qui évite à Disney de se soucier de la partie technique et d’avoir à s’occuper des serveurs et des tuyaux, peut avoir des inconvénients, comme « saturer un lien d’interconnexion partagé avec de multiples autres contenus en cas de pic d’utilisation lié au lancement de la plateforme ».


    Disney+ aussi a une empreinte forte sur les réseaux français, via ses CDN. // Source : Disney+

    C’est pour cela que le lancement de Disney+ avait fait beaucoup parler de lui en France au printemps 2020, car il survenait en période de confinement, à un moment il fallait rester chez soi. Or, une inquiétude existait sur une saturation des réseaux, qui était plus sollicités que d’habitude. « Le redimensionnement de certaines interconnexions a donc pu être nécessaire pour prévenir d’éventuels risques de congestion des réseaux », écrit l’Arcep.

    C’est pour cela que la sortie de Disney+ a été décalée de quelques semaines et que la 4K a été indisponible au début, avant d’être rétablie ultérieurement. Les opérateurs se disaient inquiets de l’impact de l’arrivée d’un tel mastodonte sur les réseaux. « Disney envoie depuis les États-Unis […] Pour nos réseaux, ça fait une sacrée différence », relevait un cadre chez Orange, là où Netflix a, au fil du temps, mis en place une gestion plus fine de ses vidéos.
    #pollution #Netflix #Google #Akamai #Facebook #Disney+ #Akamai #Level_3 #CDN #EdgeCast #LimeLight #CDN77 #Fastly #Arcep #CDN #réseaux #SVOD #serveurs #réseaux

  • Fournisseurs d’emails, arrêtez de faire de la merde ! (#PasMonCaca)
    https://framablog.org/2018/08/09/fournisseurs-demails-arretez-de-faire-de-la-merde-pasmoncaca

    Cet article fait écho à mon précédent article sur le pouvoir de nuisance des #silos de mail. Dans cet article, je pestais contre le pouvoir ahurissant que confère une grosse base d’utilisateurs à certains fournisseurs de mail (Gmail, Yahoo, etc). … Lire la suite­­

    #Dégooglisons_Internet #G.A.F.A.M. #Internet_et_société #antispam #Facebook #Gmail #ipv6 #laposte #mails #orange #rejet #serveurs #spam #wanadoo

  • Hommage à Nathalie Magnan - aka @volt sur seenthis.

    Cela fait un moment qu’un groupe de personnes dont quelques seenthisiens (@fil, @demeter ...) et amis, préparent une série de rencontres, ateliers, projections, soirées et conférences, inspirées du travail de Nathalie. Des rétrospectives de ses films ont eu lieu, des écoles sont au travail sur ses thématiques de cœur.


    Un temps fort de ces hom/fem/mages s’appelle :
    Trans//border, les enseignements de Nathalie Magnan.
    http://nathaliemagnan.net/transborder
    http://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-fort/trans-border
    Et se tiendra du 14 au 18 mars à Marseille.

    Difficile de synthétiser, ça me prendra plusieurs posts.
    Je vais commencer avec la séquence la plus seenthis, puisque comme seenthis elle est fille d’une période que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître (minirezo, uzine, altern, samizdat, zelig, penelopes, melanine et j’en passe), à savoir la :

    Rencontres Zelig LTS .

    Ces rencontres au sein de trans//border réuniront au cours d’ateliers - programme encore en cours de stabilisation - les 14 et 15 mars à la Friche de la belle de mai et alentours, h/a/g/c/ktivistes en tout genre, de 10h à 19h pour discuter, expérimenter.
    #genre #féminisme #activisme #media #santé #corps #hactivisme #bidouille #genderfucking #genderbender #serveurs #chatons

    puis le Samedi 17 mars de 11h à 19h
    ce sera la
    Zelig RTM – (H)acktivismes : l’information veut toujours être libre

    Au Mucem – Auditorium - Entrée libre
    #media #surveillance #chelsea_manning

    Tables rondes, projections et performance
    http://www.mucem.org/programme/zelig-rtm-hacktivismes-linformation-veut-toujours-etre-libre
    Quelle articulation entre les paroles et pratiques féministes/LGBT et les questions
    technologiques (internet, logiciels, outils techniques)
     ? Depuis l’élection américaine de 2016,
    internet peut être perçu comme une arme de « désinformation massive ». L’opposition binaire des années 1990-2000 entre « mass médias » et « médias alternatifs » est
    aujourd’hui à réévaluer. À l’heure des réseaux sociaux omniscients et des « téléphones espions » (
    smart-phones), une analyse critique d’internet s’avère indispensable.

    Plus d’infos et discussion du programme de la #zelig peuvent s’échanger ici sur #seenthis puisque certains d’entre nous (@aris, @valentin, @manhack, @etraces @constant ...) sont au programme.

    Il y aura pas mal d’autres, choses, on parlera #archivage_militant #ecosexe, #cancer, #internet, #technologie #cartographie #migration... mais j’y reviendrai ou @fil :)

  • Aux #Etats-Unis, derrière la bataille des salaires, transformer le secteur de la #restauration
    http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=5996

    En 2014, les Etats-Unis sont devenu le pays où l’on dépense plus d’argent pour manger dehors que pour cuisiner chez soi[1]. Passé de 8,5 millions d’employés en 1997 à plus […]

    #Abus_patronaux #Luttes_des_classes_aux_USA #bas_salaires #femmes #luttes #Noirs #serveurs #Syndicalisme #syndicats_patronaux

  • Les demandeurs d’emploi prennent la parole, La Nouvelle République Indre-et-Loire
    http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2015/11/06/Les-demandeurs-d-emploi-prennent-la-parole-2523618

    Séance vérité, mercredi après-midi, à l’agence #Pôle_emploi de Tours-Nord. Invités à s’exprimer, des demandeurs d’emploi ont livré leur “ ressenti ”.

    Marc et Nicolas ont ainsi indiqué qu’il était fréquent de se perdre dans les arcanes du site qui leur était dédié cependant que Michel avouait ne pas tenir compte des instructions distillées sur les #serveurs_téléphoniques « afin d’être sûr de tomber au bout du compte sur un conseiller ».
    Sans surprise, ce sont les personnes les plus âgées qui reconnaissent « avoir besoin d’un contact direct ; d’un contact humain et non pas d’une boîte vocale. »
    Une femme d’une quarantaine d’années explique que « faute, sans doute, d’avoir compris la #procédure, j’ai passé un an sans avoir le moindre contact avec un conseiller. »
    « J’ai 28 années d’expérience dans le domaine administratif. Aujourd’hui, je me rends compte que pour avoir un emploi dans ce domaine, il faut au moins être titulaire d’un bac + 2, ce qui n’est pas mon cas. Je me suis donc réorientée vers les carrières d’aide à la personne, mais il aurait été préférable que je puisse le faire dès le début. »
    Plus âgé, Marc parle de son espoir déçu avec une émotion qu’il a beaucoup de mal à contenir. « Je me suis défoncé pendant neuf mois pour faire une #formation de chauffagiste mais il n’y a pas eu de travail au bout. »
    Charles avoue sa réticence pour des entretiens collectifs qui ne lui semblent guère efficaces. Un autre Michel abonde dans son sens. « On entend des généralités qui concernent effectivement 80 % des personnes présentes mais chacun et chacune d’entre nous font partie des 20 % restants. Ils ont leur histoire, leur spécificité. On a donc – individuellement – l’impression d’être tous un peu à la marge. »
    Une jeune femme se montre moins sévère que Marc quant aux formations qui ne débouchent pas forcément sur un emploi. Elle affirme que « ça m’a remise dans une dynamique m’ayant permis d’être plus active dans ma recherche. »
    Une recherche qui passe aussi par ces « marchés cachés » que l’on aborde grâce au bouche à oreille ou en mettant en branle son réseau. « Oui mais pour nous, seniors, c’est quasi impossible. Les gens que nous avons côtoyés pendant notre activité étant souvent aujourd’hui en #retraite. »
    Les seniors, c’est sans doute eux qu’on a le plus entendu au cours de cet échange placé sous le sceau de la sincérité. L’un d’entre eux, âgé de 58 ans, explique : « Je ne mets pas mon âge en avant lorsque je vais à un entretien et en général, ça se passe très bien. »
    Son voisin de table fait exactement le contraire. « Moi, je me vends en évoquant les #baisses_de_charges. Ça débouche souvent sur de petits boulots. J’ai déjà eu treize employeurs… j’en cherche un quatorzième. »

    #demandeurs_d'emploi #chômeurs (mot absent...) #précaires (idem)

  • « Il y a dans le capitalisme dérégulé une dimension criminogène qui n’est ni marginale ni folklorique »
    http://multinationales.org/Il-y-a-dans-le-capitalisme

    Pour Jean-François Gayraud, commissaire de police et criminologue, le capitalisme comporte une dimension criminogène intrinsèque, que la dérégulation néolibérale n’a fait qu’exacerber. Une réalité que les responsables économiques et politiques semblent avoir délibérément choisi d’ignorer. L’absence de mise en cause significative de la responsabilité juridique des responsables financiers suite à la crise de 2008, tout comme la modestie des réformes mises en oeuvre par la suite, illustre l’aveuglement de nos (...)

    #Invités

    / #Finances_et_banques, #Paradis_fiscaux, #financiarisation, #responsabilité_juridique_des_entreprises, #crimes_et_délits_économiques, #spéculation, #normes_et_régulations, (...)

    #éthique
    "http://www.virtu.com"
    "http://en.wikipedia.org/wiki/2010_Flash_Crash"
    "http://www.bastamag.net/Face-a-la-dimension-criminelle-de"
    "https://www.flickr.com/photos/truthout/4150828177/in/photostream

    Flickr
    "
    "http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424052702304886904579473874181722310"
    "http://www.bloomberg.com/news/2014-04-01/fbi-seeks-help-from-high-frequency-traders-to-find-abuses.html"

    • Le #THF est intrinsèquement un délit d’initié systémique, notamment avec le front running technologique (lorsque les traders utilisent l’information de leurs clients pour s’enrichir, ndlr). Mais tellement visible que nous ne le voyons pas. Nous sommes aveuglé par son omniprésence, telle la Lettre volée dans la nouvelle d’Edgar Poe. Ce délit consiste à disposer d’une information privilégiée avec un temps d’avance : 24 heures du temps des pigeons voyageurs qu’utilisaient les Rothschild au début du 19ème siècle, quelques nanosecondes aujourd’hui ! Les enquêtes ouvertes aux États-Unis [4] concernent certaines pratiques spécifiques, et aussi semble-t-il, l’architecture même du système, avec un questionnement sur le principe de la « colocation » des ordinateurs, c’est-à-dire la capacité à se situer physiquement au plus près des #serveurs.

      [...]

      Pour transmettre les informations, nous sommes aussi passés de la fibre optique aux ondes courtes [1]. Et le phénomène de colocation, de proximité aux serveurs des #bourses, s’est développé. Un paradoxe : dans le monde du cyber et du digital, l’immatérialité devait rendre illusoire les questions de placement géographique, et on redécouvre qu’un trader haute fréquence a les mêmes problématiques qu’un camelot au Moyen Âge !

      [1] réseau hertzien

      #datacenter

  • Sans Serveur | Long-term laziness
    http://longtermlaziness.wordpress.com/2013/12/16/sans-serveur

    Je me suis trompé sur le #Web. J’aime HTTP, mais ça reste un protocole #client-serveur, donc fondamentalement #centralisateur. Toute solution impliquant d’installer un serveur est réservée à une élite, donc ne peut être émancipatrice. Il nous faut remettre l’intelligence à la marge, dans les mains des gens, dans leurs ordiphones plutôt que sur des #serveurs, fussent-ils Web.

    [XXX] est une application PHP qu’on installe sur un serveur. Je ne veux plus installer d’applications PHP sur mes serveurs. Ni Ruby ou Python d’ailleurs.

    (...) Le coût imposé à chaque personne pour être #autonome sur le web est trop élevé, donc des #silos se sont créés en réponse à cette difficulté pour apporter les bénéfices sociaux du web (#partage, collaboration instantanés, etc.) en abaissant les coûts.
    Nous aurions perdu le web #décentralisé à ne pas reconnaître la barrière à l’entrée qu’imposait de gérer son propre serveur. L’enjeu pour récupérer le web serait d’abaisser cette barrière.

    et #merci à @0gust1 qui a repéré cette excellente réponse à l’excellent article de @clochix http://esquisses.clochix.net/2013/12/15/gloubiboulga

    #unhosted #cccp

  • Internet par la #racine | Andréa Fradin
    http://owni.fr/2012/07/05/internet-par-la-racine

    Racine d’Internet par-ci, racine d’Internet par-là : mais c’est quoi ce bulbe magique générateur de réseau ?! Et pourquoi la Chine s’agite pour le contrôler ? OWNI est allé bêcher Internet, avec ses jardiniers de choc : Louis Pouzin, Stéphane Bortzmeyer, Peter Sunde ou encore Milton Mueller.

    #Analyse #Cultures_numériques #Vive_Internet ! #botanique #états-unis #gouvernance #icann #louis_pouzin #megaupload #Milton_Mueller #peer-to-peer #Peter_Sunde #serveurs #Stéphane_Bortzmeyer #Verisign

  • Centres de données : Facebook partage sa technologie
    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2011/04/08/centres-de-donnees-facebook-partage-sa-technologie_1504682_651865.html

    Le réseau social Facebook a lancé, jeudi 7 avril, un programme baptisé « open compute », destiné à partager les spécifications techniques de ses serveurs et de ses centres de données. « Nous avons décidé de collaborer avec l’ensemble de l’industrie, pour partager ces technologies, alors qu’elles évoluent », précise le groupe.

    #Internet #Facebool #communs #serveurs