• C’est de la video @aude_v et après en avoir écouté plus je suis moins enthousiaste. Roland Gori est ce que j’appel un #phallosophe cad un patriarche qui pontifie au masculin neutre comme si les femmes n’existaient simplement pas et qui de toute façon n’a pas perdu son temps ni à les lire, ni à les cités dans ses conférences.

    • J’ai abandonné au bout de 18 minutes ^^ (j’ai essayé)
      Les tics de langage et le coté trop « universitaire » m’ont calmé.

      J’avais trouvé le thème et l’intro intéressant.
      C’est probablement la dernière fois que je poste un truc pas écouté/lu, désolé.

    • Oui ses tics de langage sont assez fatiguant mais bon ca c’est pas ce qui m’a dérangé le plus. Ce qui est remarquable aussi dans la conférence sur l’imposture c’est le spectacle d’un Roland Gori qui exerce ses privilège de dominant sans aucun complexe et avec une aisance assez typique d’un vieux mâle blanc habitué à n’en faire qu’a sa tête depuis toujours sans que personne ne lui dise rien.
      Son exposé déborde du temps établie par les organisateurices (vraiment beaucoup en plus), et au lieu de demander poliment « est-ce que je peu avoir plus de temps svp ? » ou « est-ce que je peu empiété sur le temps du débat svp ? », il continue son discours peinard sans s’inquiète des consignes et dit toutes les 20 minutes qu’il va déborder encore de 10 minutes et cela de manière péremptoire et répété pendant largement plus de 40 minutes. Il ne demande pas, il prend ce dont il à envie sans se soucié de rien.

      Autre truc qui me fait toujours soupirer avec les phallopsophes et les dominants c’est leur capacité à se déclaré digne de gouverner et s’autoproclamés sages, profonds, vrais... Au début de la conf il cite Camus qui dit que les seuls hommes intègres, libres ou vrai sont les artistes (Camus est un artiste comme par hasard) et Gori dit que c’est valable pour les artisans parce qu’il y a art dans artisans et on apprend que Gori se considère comme artisan (le hasard encore lol). Ce qui le mettrait à l’abri de la vacuité du monde et ferai de lui un être authentique, pas comme les experts et prolétaires qu’il dénonce comme étant dans le mécanisme (tout en étant lui même dans une posture d’expert pendant toute la conf et tout en disposant du temps des autres alors qu’il dit que le temps est la grande valeur du XXI). C’est le même vice qui rend Platon complètement ridicule avec son philosophe roi. Un philosophe qui dit que les philosophes sont les seuls dignes d’avoir le pouvoir, un artiste qui dit que seul les artistes sont dignes, qui peu prendre ces mecs au sérieux après des affirmations pareilles ?
      En tant qu’artiste je ne pense pas que les artistes soient à l’abri de la vacuité du tout (Platon le pensait pas non plus d’ailleurs mais il était pas artiste cqfd). Les artistes sont le reflet de leur époque, ce sont pas des surhommes et si on suis la logique de Gori, les artistes du XXI sont tous obligatoirement des imposteurs (je dit pas imposteuses ni surfemmes vu qu’il y a pas de femmes dans le monde de Gori ni dans celui de Platon et des phallosophes) car la thèse de Gori est que l’imposture serait la caractéristique de notre époque. Un artiste qui ne serait pas vide, faux, menteur, tricheur, escroc ne sera pas reconnu comme artiste par ses contemporain·ne·s.

      Par contre @0gust1 je trouve pas que c’est un problème de poster des choses pas lus ou pas écoutés sur seenthis. Je le fait souvent, ca me sert de mémo pour mes liens. L’intitulé de la conf donnait envie, il fallait écouter pour découvrir que c’etait surtout de la psy pour dominants et de la phallosophie. Et pour avoir écouté en entier il y a quand même des idées intéressantes.


  • A quoi sert le travail ? Introduction de notre dossier du dernier numéro, intitulé « Regards sur le travail ».

    À elle seule, l’obsolescence programmée des objets ou leur mauvaise qualité implique de nombreuses heures de travail inutiles, à la fois pour les fabriquer, les acheter, en faire la publicité et les vendre. Nous travaillons à spéculer, polluer, à détruire ce qu’il reste de nature, à gâcher des matières de plus en plus rares… Dans le même temps, des tâches ou services qui seraient bénéfiques à l’intérêt général ne trouvent pas preneurs, des gens sont surchargés de travail et d’autres n’en ont pas.

    http://www.lutopik.com/article/quel-horizon-pour-travail
    #travail

    • http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/DEC/P3/9782707193469.jpg

      Pas un jour sans que vous entendiez quelqu’un soupirer : je fais un #boulot_de_merde. Pas un jour peut-être sans que vous le pensiez vous-même. Ces boulots-là sont partout, dans nos emplois abrutissants ou dépourvus de sens, dans notre #servitude et notre #isolement, dans nos fiches de paie squelettiques et nos fins de mois embourbées. Ils se propagent à l’ensemble du monde du #travail, nourris par la dégradation des métiers socialement utiles comme par la survalorisation des professions parasitaires ou néfastes.
      Comment définir le boulot de merde à l’heure de la prolifération des contrats précaires, des tâches serviles au service des plus riches et des techniques managériales d’essorage de la main-d’œuvre ? Pourquoi l’expression paraît-elle appropriée pour désigner la corvée de l’agent de nettoyage ou du livreur de nans au fromage, mais pas celle du conseiller fiscal ou du haut fonctionnaire attelé au démantèlement du code du travail ?
      Pour tenter de répondre à ces questions, deux journalistes eux-mêmes #précaires ont mené l’enquête pendant plusieurs années. Du cireur de chaussures au gestionnaire de patrimoine, du distributeur de prospectus au « personal shopper » qui accompagne des clientes dans leurs emplettes de luxe, de l’infirmière asphyxiée par le « Lean management » au journaliste boursier qui récite les cours du CAC 40, les rencontres et les situations qu’ils rapportent de leur exploration dessinent un territoire ravagé, en proie à une #violence_sociale_féroce, qui paraît s’enfoncer chaque jour un peu plus dans sa propre #absurdité. Jusqu’à quand ?

      http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Boulots_de_merde__-9782707193469.html



  • Allez raconter que la maladie sociale la plus dangereuse, c’est la #soumission, quand le thème de la #servitude_volontaire est devenu un pont-aux-ânes si fréquenté que des esprits un peu oisifs peuvent s’amuser à en nier la pertinence ! Ringard, coco ! Et pourtant, parfois, quand vous vous rhabillez avant de lui signer son chèque, le généraliste en profite pour vous glisser, en douce, une info qui vous fera réfléchir. Moi, ce serait celle-ci. Les mécanismes de la servitude volontaire étaient surtout perceptibles, il y a une trentaine d’années, dans des institutions comme les #entreprises qui disposaient de moyens de #contrainte et de moyens de séduction parfaitement identifiables. Aujourd’hui, c’est la #société tout entière qui est touchée et ses moyens de séduction et de contrainte, désormais indissociables et confondus, sont, en outre, totalement intégrés à son fonctionnement. « Ce n’est pas nouveau », glisse le généraliste, comme pour s’excuser de la modicité de ses honoraires. Eh bien ! si, Docteur ! C’est nouveau. C’est même cela qu’ils appellent la modernité : ce qui est partout et qu’on n’a plus le droit de voir.
    [...]
    Ce matin, une fois de plus, avec la voix de celui qui découvre l’Amérique, exactement comme on l’a fait hier et exactement comme on le fera demain, un prophète explique qu’il faut parler aux Français des vrais problèmes : le #travail, le niveau de vie, la #santé, le #chômage, l’#éducation. Dans ce laïus, dans cet urinoir d’indifférence, je n’entends pas qu’il faut s’occuper du travail, du chômage, etc. J’entends qu’il ne faut pas s’occuper d’autre chose. J’entends que travail + chômage + niveau de vie + santé + éducation = #réalité = dossier bouclé. J’entends qu’il ne faut pas s’évader de cette prison de mots. Et je sais que cette équation est fausse, absolument fausse, horriblement fausse, salement fausse. Et je sais qu’au fond de soi il n’est personne qui ne le sache. Mais alors, pourquoi ne pas le crier ? ?

    http://resurgences.net/a-quoi-nous-sert-les-horizons
    #air_du_temps #psychologie_sociale #totalitarisme
    lien avec http://seenthis.net/messages/358405


  • #revue
    #Populations et territoires du #Brésil

    La population brésilienne se trouve actuellement à un stade avancé de la transition démographique, suivant en cela, mais avec un rythme accéléré le processus qu’ont connu les pays développés. La transition démographique au Brésil a commencé dans les années 1930 avec la baisse du taux de mortalité infantile et elle s’est traduite par une multiplication par six de la population entre 1930 et 2010. La baisse de la mortalité a été suivie, au milieu de la décennie 1960, par une réduction rapide des taux de fécondité combinée elle-même à un ralentissement de la croissance du nombre de femmes en âge de procréer, ce qui a eu pour effet une diminution progressive du taux de natalité. Petit à petit, la baisse du taux de natalité a compensé celle du taux de mortalité, amenuisant ainsi le taux de croissance de la population. Avec ce processus la population brésilienne devrait cesser de croître dans les années 2040, elle compterait alors environ 220 millions de personnes. La croissance plus faible du nombre de naissances à chaque nouvelle génération a aussi entrainé des changements dans la structure par âge, d’abord en réduisant la part relative des classes d’âge les plus jeunes et en augmentant celle des adultes, puis plus récemment, en augmentant rapidement les effectifs et la part des classes d’âge avancé. L’allongement de la vie a aussi accentué ces transformations de la structure par âge, les plus de 60 ans devraient ainsi, dès 2030, devenir plus nombreux que les moins de 15 ans. Les conséquences de ces changements démographiques ne se limitent pas à des variations d’effectifs et de poids des classes d’âge. La baisse du taux de fécondité et de mortalité a aussi eu des effets sur les familles et les ménages, avec une réduction du ratio de dépendance des jeunes des ménages (rapport entre le nombre des enfants et celui des adultes), une diminution de la taille moyenne de ces ménages et une augmentation du nombre des familles multigénérationnelles.

    http://eps.revues.org/5724

    Sommaire :
    Hervé Théry
    Les populations du Brésil, disparités et dynamiques [Texte intégral]
    Populations in Brazil, Disparities and Dynamics
    Sébastien Rozeaux
    Les horizons troubles de la politique de « #colonisation » au Brésil : réflexions sur l’#identité de la #nation brésilienne à travers le prisme de la question migratoire (1850-1889) [Texte intégral]
    The cloudy horizons of the colonization policy in Brazil in the nineteenth century – Reflections on the identity of the Brazilian nation through the prism of the migration issue (1850-1889)
    Bernard Bret
    Territoires de #servitude et territoires de #liberté au Brésil [Texte intégral]
    Territories of servitude and territories of freedom in Brazil
    Dominique Vidal
    #Urbanisation, contraintes de l’espace et défi démocratique au Brésil [Texte intégral]
    Urbanization, spatial constraints and democratic challenge in Brazil
    Alan P. Marcus
    Convenient Liaisons : Brazilian Immigration/Emigration and the Spatial-relationships of Religious Networks [Texte intégral]
    Des liaisons opportunes : migrations Brésil-#USA et contacts de #réseaux_religieux
    Jonas Simões das Neves Anderson et Sergio Schneider
    Brazilian Demographic Transition and the Strategic Role of Youth [Texte intégral]
    #Transition_démographique brésilienne et le rôle stratégique de la #jeunesse
    Yannick Sencébé et Ademir A Cazella
    Le paradoxe d’un pays rural qui s’ignore : urbanisation et place de l’#agriculture_familiale au Brésil [Texte intégral]
    The paradox of a rural country which ignores : urbanization and part of the family farming in Brazil
    Stéphanie Nasuti, Isabelle Tritsch et Ludivine Eloy
    #Régularisation_foncière et #mobilités rurales-urbaines en #Amazonie brésilienne [Texte intégral]
    Quels effets sur les dynamiques résidentielles et démographiques des populations forestières ?
    Land tenure regularization and rural-urban mobility in the Brazilian Amazon. What impacts on residential and population dynamics of forest people ?
    Alexandre Magno Alves Diniz et Elisângela Gonçalves Lacerda
    The colonization of Roraima State, Brazil : an analysis of its major migration flows (1970 to 2010) [Texte intégral]
    La colonisation du #Roraima au Brésil : analyse des principaux flux migratoires (de 1970 à 2010)
    Alberto Augusto Eichman Jakob
    International migration and segregation in the Brazilian Legal Amazonia [Texte intégral]
    #Migrations internationales et #ségrégation dans l’Amazonie Légale Brésilienne
    Michaël Chetry et Jean Legroux
    Rio de Janeiro dans le contexte des méga-événements : le rôle des pouvoirs publics dans la #ségrégation_urbaine [Texte intégral]
    Rio de Janeiro in a mega-event hosting context : the role of the public authorities on urban segregation
    Paul Cary, Armelle Giglio-Jacquemot, Tadeu Giglio et Ana Melo
    Vivre avec la pénurie d’#eau à #Recife [Texte intégral]
    Déni public et alternatives privées
    Facing water shortage in Recife. Between public denial and private alternatives
    Pamela Quiroga
    Quelles #mobilités quotidiennes des populations pauvres et vieillissantes à Recife ? [Texte intégral]
    Daily mobilities of poor and aging populations in Recife
    Octavie Paris
    Les populations des cortiços [Texte intégral]
    Le cas de Recife et São Paulo
    Cortiço’s populations : the case of Recife and São Paulo.
    Rivaldo Mauro de Faria et Paula Santana
    Regional inequalities in infant mortality and Primary Health Care in the State of Minas Gerais, Brazil [Texte intégral]
    Les #inégalités régionales de la #mortalité_infantile et des Soins de #Santé Primaires dans l’État du #Minas_Gerais, au Brésil
    François-Michel Le Tourneau
    En #marge ou à la marge ? [Texte intégral]
    Les populations amérindiennes du Brésil
    Marginalized or at the margin ? Indigenous peoples in today’s Brazil
    Luna Gámez
    Les « gardiens de la #forêt » : l’#extractivisme de #ressources_naturelles et la dépendance des politiques publiques en Amazonie brésilienne [Texte intégral]
    “Rain-forest guardians” : natural resources extractivism and dependence on public policies in Brazilian Amazon
    Brunna Crespi, Pauline Laval et Catherine Sabinot
    La communauté de pêcheurs de #Taperebá (Amapá- Brésil) face à la création du Parc national du Cabo Orange [Texte intégral]
    Fishing community of Taperebá (Amapá, Brazil) facing to the creation of the National park of Cabo Orange

    #démographie #peuples_autochtones #pêche #énergie #foncier

    via @ville_en
    cc @odilon


  • le jour où les oiseaux ont attaqué les banques | ou la vie sauvage
    https://oulaviesauvage.wordpress.com/2015/04/06/le-jour-ou-les-oiseaux-ont-attaque-les-banques
    https://oulaviesauvage.files.wordpress.com/2015/04/17032015-christina_maxouri_matoula_zamani_at_ket-8.jpg?w=1200

    C’est bien parce que la #dette touche à tous les aspects de nos vies que des revendications qui auraient eu leur place dans un programme social-démocrate classique apparaissent aujourd’hui comme des #revendications radicales (ou « unilatérales », pour reprendre les termes de l’accord du 20 février) : le maintien d’un régime de #retraites et d’une forme ou une autre de #droit du #travail est devenu une « revendication radicale » (une revendication susceptible de faire voler le système en éclats), l’accès aux #soins est devenu une « revendication radicale », produire, se nourrir, avoir un toit, cultiver un sol qui ne soit pas contaminé par des rejets toxiques ou étudier sont devenus des « revendications radicales » — « radicales », puisque nul ne saurait ignorer la dette et que les décisions sont soumises sans appel aux revirements des #marchés et au verdict des agences de notation.

    On peut ainsi interpréter la #violence des mémorandums et le blocus financier auquel le pays est soumis depuis les "élections comme une démonstration, une leçon cruelle d’#économie par l’exemple : sans dette, pas de médicaments, pas de soins, pas de système éducatif, pas de chauffage, pas de manuels scolaires ; pas de droits sociaux, de société ni d’État sans accès aux marchés financiers ; « sans dette, vous n’êtes rien ».

    #dictature #finance #servitude


  • L’illusion lyrique

    par Jacques-Alain Miller

    Paris, ce 11 janvier 2015, matin

    Qui l’eût cru ? Qui l’eût dit ? La France debout comme un seul homme, ou une seule femme. La France devenue ou redevenue une. La République, courageuse, intrépide, ayant choisi la résistance. Finis les auto-reproches ! Les Français soudain sortis de leur dépression, de leurs divisions, et même, à en croire un académicien, redevenus « les soldats de l’An II ». Les Français faisant à nouveau l’admiration du monde. Et, dodelinant de la tête, le président Hollande accueillant avec son air de premier communiant le peu d’hommes tenant dans leurs mains les destinées de la planète. Pourquoi se précipiter ainsi à Paris ? On croirait qu’ils viennent s’y ressourcer, y raviver leur pouvoir, le légitimer, le lustrer. Une planète elle-même presque unie, unanime, parcourue d’un même frisson, comme formant une seule foule, en proie à une pandémie émotionnelle sans précédent, sinon peut-être le Jour de la Victoire qui mit fin à la Première Guerre mondiale, la Libération de Paris, le 8 mai 1945.

    La France, l’humanité, semblent n’être plus des abstractions, semblent prendre chair, s’incarner sous nos yeux, dans nos cœurs, dans nos corps. Nous aurons donc connu cela, « l’illusion lyrique. » Impossible de s’y retrouver sans Freud et sa Massenpsychologie , ou même sa doctrine de la cure. L’événement fait coupure ; il reconfigure le sujet, ou plutôt le fait émerger sous une forme inédite. Cependant, les Bourses, jusqu’à présent, n’ont pas bougé, à la différence du 11 septembre. Or, c’est là ce qui fait office aujourd’hui d’épreuve du réel. Tant qu’elles n’auront pas enregistré la secousse, on reste dans l’imaginaire.

    Tout a été mis en mouvement par trois hommes, pas un de plus, ayant donné leur vie pour le nom du Prophète. Toutefois, pour coiffer cet enthousiasme universel, ce n’est pas son nom, mais celui de Charlie qui surgit à la place. Charlie ! Une feuille hebdomadaire qui, dès avant que sa rédaction ne soit exterminée, était déjà, faute de lecteurs, à l’agonie. Le résidu, le déchet, d’une époque de l’esprit dès longtemps surmontée. C’est là que l’on vérifie ce qu’enseigne la psychanalyse, de la puissance que recèle la fonction du reste. Charlie meurt assassiné le mercredi ; le dimanche, c’est sa résurrection. Sa transformation, sa sublimation, son Aufhebung , en symbole universel. Le nouveau Christ. Ou, pour garder la mesure, le Here Comes Everybody de James Joyce.

    On doit cet effet à nos trois djihadistes, ces chevaliers de l’Apocalypse, ces soldats de l’Absolu. Ils auront réussi ceci : effrayer, paniquer, une bonne partie de la planète. Comme l’écrivait hier dans un tweet cette vieille canaille de Murdoch, « Big jihadist danger looming everywhere from Philippines to Africa to Europe to US. » C’est dans le nombre que chacun va abriter sa peur et la sublimer en ardeur. Le nombre est la réponse démocratique à l’Absolu. Fait-il le poids ?

    Aucune religion n’a magnifié la transcendance de l’Un, sa séparation, comme l’a fait le discours de Mahomet. Face à l’Absolu, ni le judaïsme, ni le christianisme, ne laissent seule la débilité humaine. Ils offrent au croyant la médiation, le secours, d’un peuple, d’une Eglise, tandis que l’Absolu islamique n’est pas mitigé, reste effréné. C’est le principe de sa splendeur. La certitude est de son côté, alors qu’on dispute de la définition du Juif, que les Eglises protestantes se chamaillent, que le Vatican même est atteint, aux dires du pape d’un « Alzheimer spirituel ». Un autre académicien prescrit à l’Islam de se soumettre à « l’épreuve de la critique » pour gagner sa vraie grandeur. En effet, tout est là. Quand les poules auront des dents…

    Lorsque l’on manifeste, comme nous allons faire dans quelques heures, on s’adresse à une puissance qu’il s’agit de fléchir. Les cortèges qui, tout à l’heure, convergeront sur la place de la Nation, ne le savent pas, mais ils se préparent à célébrer le maître de demain. Quel est-il ? « Mais voyons, me dira-t-on, nous venons encenser la République, les Lumières, les Droits de l’Homme, la liberté d’expression » etc, etc. Croyez-vous vraiment, répondrai-je, solidaires de ces « valeurs » M. Poutine, M. Viktor Orban, les Grands de ce monde ? C’est beaucoup plus simple. De valeurs ils n’en ont qu’une : l’ordre public, le maintien de l’ordre. Et là-dessus les peuples s’accordent avec eux. Le lien social, voilà le Souverain Bien. Il n’y en a pas d’autre. On honore les victimes, sans doute. Mais d’abord, et partout, on compte sur la police.

    Pauvre Snowden ! Oui, nous voulons être surveillés, écoutés, fliqués, si la vie est à ce prix. Grande ruée vers la servitude volontaire. Que dis-je, volontaire ? Désirée, revendiquée, exigée. A l’horizon, le Léviathan, « Pax et Princeps. » Un moment vint à Rome, notait jadis Ronald Syme, où même les Républicains considérèrent comme un moindre mal « submission to absolute rule. » Houellebecq sur ce point n’a pas tort : la tendance aujourd’hui, contrairement aux apparences, n’est pas à la résistance, mais à la soumission.

    ( A paraître online sur lepoint.fr)

    je relis ce texte ce matin et je me trouve n’avoir pas grand chose à y redire, si ce n’est que je ne suis pas française, que le concept de France me passe un peu par-dessus la tête et que je crains que cette remarque sur le Un de l’islam ainsi que cette mention des 3 chevaliers de l’apocalypse (bien plus français que moi), ne participent du discours qui cherche à stigmatiser des populations musulmanes qui le sont déjà suffisamment, quand c’est à elles, que moi je pense aujourd’hui (chacun son histoire, son nom, son trauma).

    j’ai cru de mon côté, bien plus bien plus qu’à la peur des "soldats de l’Absolu", à l’appel du tweet ou du statut facebook, à sa diffusion rhizomatique instantanée, à son effet hypnotique qui laisse chacun qui l’envoie d’abord dans la jouissance de ce qui n’en n’a plus aucune et la perte de tous les inconforts de la conscience, puis dans la retrouvaille d’une communauté (bien plus que d’une unité nationale) enfin possible et sous les feux des projecteurs. (les réseaux sociaux connaissent dorénavant leur pouvoir, celui de capter l’attention des médias et de connaître, le temps d’un rassemblement, éclair de préférence, leur instant-de-gloire.)

    et puis, j’étais sur les dents. je lis le Sade d’Annie Lebrun ( Soudain un bloc d’abîme, Sade ) en ce moment et je venais de voir le film Night Call (avec Jake Gyllenhaal génial) sur la saloperie des journalistes et de la télévision. il me semblait que mon émotion, au moment où mon compagnon est venu m’annoncer l’attentat de charlie hebdo, la mort de tous ces dessinateurs, m’avait été ravie dès lors que j’avais allumé la radio pour écouter les news. je me suis sentie complètement brainwashée, je ne savais plus du tout quoi penser, j’étais complètement hérissée contre tout ce que j’entendais.... pareil sur twitter. pure récupération par les politiques et les médias, récupération révoltante, effrayante. et les gens heureux de se trouver des brins d’idées sur quoi se branler ensemble, de la même façon, heureux de faire masse, foule.

    j’ai donc soupçonné les Charlie des places publiques de n’être pas vraiment tristes. leur chagrin né seulement de l’émulation des réseaux sociaux, d’un désir de visibilité médiatique, assorti d’un désir de "communauté", d’unité, de rassemblement. (Et je me demandais qui j’étais pour me permettre de penser des choses pareilles et si ce n’était pas moi qui étais sans cœur, complètement insensible). ils étaient tous là, ensemble, si bons, si « innocents », et la télé et le monde les voyaient. voyaient si bien que les politiques ont tôt fait de les rejoindre dans la rue.

    mon propre chagrin, ma blessure, m’avaient été ôtés, pris en otage par les discours des médias venus l’oblitérer et auxquels je n’étais pas parvenue à résister.

    #charlie #twitter #media #foule #servitude_volontaire #foule_sentimentale #psychanalyse #jacques-alain_miller


  • « La Troisième Révolution » de Rifkin n’aura pas lieu - Libération
    http://www.liberation.fr/terre/2014/10/21/la-troisieme-revolution-de-rifkin-n-aura-pas-lieu_1126521

    L’idée de Troisième Révolution industrielle part d’un constat apparemment juste : ce sont les lois de l’#énergie qui gouvernent l’activité économique, or la crise actuelle marque l’essoufflement des trajectoires énergétiques du passé. L’#énergie_fossile et les terres rares qui ont fait le succès économique de notre civilisation s’épuisent. La dette entropique, issue de l’activité économique passée, s’accumule beaucoup plus rapidement que la #biosphère n’est capable de l’absorber. « Cette situation grave nous force à réévaluer fondamentalement les postulats qui ont guidé notre conception de la productivité. Désormais, il faudra mesurer celle-ci d’une façon qui prendra en compte à la fois l’efficacité thermodynamique et les conséquences entropiques », souligne Rifkin. Ce constat est connu et accepté, c’est lorsqu’il livre ses solutions que le prospectiviste états-unien devient un habile prestidigitateur, voire un dangereux prophète de l’abîme.

    Comme la Première Révolution industrielle, qui serait née au XIXe siècle de la machine à vapeur et de l’imprimerie, ou la Deuxième, qui aurait vu au XXe siècle la convergence du moteur à combustion avec la communication électrique, la Troisième Révolution industrielle devrait surgir naturellement de la « jonction de la communication par Internet et des #énergies_renouvelables », nous explique Rifkin. Elle sera arrimée sur une série de technologies plus ou moins futuristes comme l’hydrogène et les imprimantes 3 D qui doivent permettre de transformer chaque immeuble en usine et en microcentrale, mais aussi sur l’utilisation optimale des énergies renouvelables grâce à des « réseaux intelligents ».

    Pourtant, cette prospective, qui réjouit les gouvernements et les dirigeants des grandes entreprises, n’est qu’une fable, pire elle nous enferme dans des impasses en continuant de croire que les solutions du passé résoudront les problèmes du présent. La « révolution industrielle » fonctionne, d’abord, comme un mythe, elle est un élément de la #propagande ordinaire qui cherche à adapter les vieilles lunes industrialistes à l’heure de l’#écologie. A l’inverse, nous annonçons que la Troisième Révolution industrielle n’aura pas lieu ! D’ailleurs, les deux premières, qui sont censées l’avoir précédée, n’ont pas eu lieu, non plus. L’expression révolution industrielle a été forgée vers 1830 par des économistes marqués par le souvenir de la Révolution de 1789 pour décrire les mutations de l’économie anglaise, mais c’est d’emblée un mythe qui insiste sur le rôle déterminant des techniques (la vapeur), le « génie » de quelques inventeurs (James Watt) et la rapidité du processus. Tous les travaux historiques ont montré depuis qu’il ne s’agissait pas d’une révolution, que le processus fut au contraire lent et graduel, très variable, que la machine à vapeur n’occupa pendant longtemps qu’un rôle très secondaire et marginal.

    La thèse de la Troisième Révolution industrielle et tous ceux qui vantent le capitalisme numérique restent enfermés dans une vision simpliste des technologies et de leurs effets. Ils oublient de penser les rapports de pouvoir, les #inégalités sociales, les modes de fonctionnement de ces « macrosystèmes » comme les enjeux de l’autonomie des techniques et des techno-sciences, sans parler de la finitude des ressources et de l’ampleur des ravages écologiques réels de ce #capitalisme soi-disant immatériel. Malgré la fausseté et le simplisme de son analyse, il n’est pas surprenant que tout le monde célèbre Rifkin et ses prophéties. Grâce à son rêve technologique, il n’est plus nécessaire de penser aux impasses de notre trajectoire, à nos vrais besoins, il suffit de s’en remettre aux grandes entreprises, aux experts et aux entrepreneurs high-tech de toutes sortes qui vont nous offrir les solutions techniques pour sortir de l’impasse.

    Outre que ce projet intellectuel est largement illusoire, il est aussi antidémocratique car il s’appuie sur les experts et les seuls décideurs en laissant de côté les populations invitées à se soumettre, à accepter avec reconnaissance le monde ainsi vanté dans les médias. C’est un des paradoxes de cette Troisième Révolution industrielle : censée promouvoir un pouvoir « latéral », décentralisé et coopératif, elle fait appel à des forces hautement capitalistiques. Censée réduire les consommations d’énergie, elle repose sur des systèmes numériques hautement sophistiqués, virtuellement centralisés et dévorateurs de métaux rares, via des serveurs géants actionnés par une poignée d’entreprises mondiales qui récoltent au passage des données personnelles sur les heureux utilisateurs. Censée reposer sur la généralisation des énergies renouvelables, elle ne calcule ni la matière ni l’énergie nécessaires pour édifier ces machines. Cette nouvelle utopie technicienne est #hors-sol et invente un nouveau mythe qui rejoint celui de la #transition énergétique, conciliant l’inconciliable : croissance verte autoproclamée et pénurie de matière, entropie et expansion miraculeuse des énergies, liberté individuelle et société de #contrôle.

    Mais peut-être est-ce le secret de l’annonce répétée de la Troisième Révolution industrielle : éviter les remises en cause, résorber les contestations qui s’élèvent en renouvelant l’utopie des technologies salvatrices qui résoudront naturellement tous les problèmes. Le succès du rêve de Rifkin vient, en définitive, de son aspect rassurant, de ce qu’il nous berce d’illusions, il est le visage intellectuel de la technocratie écologique en gestation. Il correspond au désarroi d’une immense majorité de nos contemporains qui attendent des techniciens qu’ils façonnent le nouveau monde, clés en main, en les dotant toujours plus en smartphones et en écrans plats. Cette nouvelle #servitude volontaire vient peut-être de ce que nous sommes toujours plus avides de confort et aussi toujours davantage privés du goût de la vraie liberté : celle dont il est possible de jouir sans la moindre prothèse et sans le moindre risque d’addiction.

    Dominique BOURG Université de Lausanne,
    Alain GRAS Socio-anthropologue des techniques, Paris-I,
    Hervé KEMPF Rédacteur en chef de Reporterre,
    Noël MAMÈRE Député de Gironde,
    Joël DECARSIN Membre fondateur de Technologos ,
    Agnès SINAÏ Fondatrice de l’Institut Momentum sur l’anthropocène,
    François JARRIGE Historien,
    Frédérick LEMARCHAND Socio-anthropologue,
    Jean-François HÉROUARD Maire-adjoint à l’aménagement durable de Cognac Hélène TORDJMAN Maître de conférence en économie

    #fausses_solutions #système_technicien #administration_du_désastre #effet_rebond #contre-productivité


  • Les Zindigné(e)s n °17
    http://bernard-gensane.over-blog.com/2014/09/les-zindigne-e-s-n-17.html
    http://www.conflitssansviolence.fr/images/2012/zindignes.jpg

    Jérémie Cravatte brosse l’historique de la #dette du Sud. « Depuis les années 1970 et leur prétendue indépendance, les pays du tiers-monde ont remboursé près de 100 fois le stock initial de leur dette extérieure publique. » Depuis, cette dette est passée de 45 milliards de dollars à 1 532 milliards de dollars.

    #domination #servitude


  • #politique et internet : mais que s’est-il donc passé ?
    http://www.internetactu.net/2014/04/10/politique-et-internet-mais-que-sest-il-donc-passe

    C’est pour témoigner que Pierre Mounier (@piotrr70) était invité au séminaire de l’Institut rhône-alpin des systèmes complexes (Ixxi) sur la gouvernance politique à l’heure du numérique. Témoigner de son expérience, non pas en tant que directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte, ni comme animateur du blog Homo-numericus, mais en tant que militant politique et candidat aux élections législatives…

    #Participation


  • L’Indonésie renonce à interdire l’exportation de minerais bruts
    http://lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/01/12/l-indonesie-renonce-a-interdire-l-exportation-de-minerais-bruts_4346612_3216

    Face à la pression des compagnies minières, l’Indonésie a largement assoupli l’interdiction d’exporter des minerais bruts, une heure avant l’entrée en vigueur de la loi, dimanche 12 janvier. Le président Susilo Bambang Yudhoyono a signé peu avant minuit samedi une nouvelle réglementation qui vide largement de sa substance le moratoire que Jakarta comptait imposer.

    Dès 2009, le gouvernement avait adopté une loi qui obligeait les compagnies minières à se préparer à une interdiction totale d’exporter tout minerai brut. Cette réglementation était née dans le contexte d’une montée du « nationalisme des ressources », l’immense archipel souhaitant tirer un plus grand profit de sa grande richesse en #ressources_naturelles.

    #extraction_minière #servitude


  • IF ça va ? THEN oui et toi. Les algorithmes de la routine
    http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2013/12/if-ca-va-then-oui-et-toi-les-algorithmes-de-la-routine.html

    C’est de la survie de ces chemins dont il est aujourd’hui question. Plus que jamais il faut choisir le web que nous voulons. Avant que nous n’en ayons tout simplement plus le loisir. Sans attendre que le marketing ne l’invente à notre place. Car la routine, est, aussi, un marché. (...) Source : affordance.info


  • Alain Damasio dissèque la société de contrôle : « C’est pas Big Brother, c’est Big Mother ! »
    http://www.lesinrocks.com/2013/11/25/medias/lauteur-sf-alain-damasio-disseque-societe-controle-cest-pas-big-brother-

    j’ai vraiment l’impression qu’il y a eu un basculement. La sécurité est devenue un affect plus enviable que la liberté. C’est pas Big Brother, c’est Big Mother ! C’est plus un pouvoir disciplinaire, c’est la mère couvante qui nous enveloppe ! Des gens sont rassurés par une caméra de surveillance ! Par des flics ! Moi les flics, ça m’a jamais rassuré. Mais y en a que ça rassure. Et peut-être que la NSA, ça les rassure. Et je pense que c’est beaucoup plus répandu que ce qu’on croit. (...) Source : Les Inrocks


  • Le travail : servitude moderne - Agoravox TV
    http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/le-travail-servitude-moderne-41100

    Le travail : servitude moderne

    Étymologie du mot TRAVAIL : tripalium (latin populaire).
    Le mot latin populaire « tripalium » désignait un instrument d’immobilisation (et éventuellement de torture) à trois pieux. On appelle encore « travail » un appareil servant à immobiliser les chevaux rétifs pour les ferrer ou les soigner. Le mot « travail » désignait autrefois l’état d’une personne qui souffre (ce sens est toujours utilisé en obstétrique). Il a été étendu ensuite aux occupations nécessitant des efforts pénibles, celles des « hommes de peine », puis à toutes les activités de production.
    L’humanité n’a pas toujours été laborieuse. C’est la révolution industrielle, au 19ème siècle, qui l’a fait entrer dans l’ère du productivisme, qui a débouché, à partir de la seconde moitié du 20ème siècle, sur un consumérisme outrancier. Or, la consommation outrancière et nombre d’activités mettent en péril la survie de l’humanité, puisque les ressources de notre planète sont bien sûr limitées, ce qui rend irrationnel le dogme néolibéral de la croissance infinie. Cette vidéo documentaire met également en évidence que la société de consommation aliène les individus en les forçant à exercer des activités inutiles et corruptrices, en les transformant en victimes de la publicité et de la stratification sociale, en faisant d’eux des gaspilleurs de précieuses ressources naturelles, des oppresseurs des habitants des pays pauvres et en les asservissant à la dette.

    http://www.youtube.com/watch?v=qdiMCswuc8g

    http://www.youtube.com/watch?v=3-Dz-CkRSEw

    #travail
    #servitude

    • Pour ma part j’aime bien l’idée du mot travail dans sa définition « physique » donnée par Coriolis qui caractérise la quantité d’énergie fournie pour passer d’un état physique à un autre.
      Je ne suis donc pas contre ce concept là de travail, car même au temps de la cueillette, l’humain a toujours dû consacrer de l’énergie pour assouvir ses besoins, j’ai du mal à accepter l’idée que l’humanité n’a pas toujours été « laborieuse »..
      Ensuite c’est la finalité du travail, ses modalités, sa pertinence, sa valorisation qui est discutable. Mais je vois pas comment on pourrait décider de se passer de cette notion..

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Gaspard-Gustave_Coriolis

      Dans son livre Du calcul de l’effet des machines (1829) il nomme « travail » la quantité, usuellement appelée à cette époque puissance mécanique, quantité d’action ou effet dynamique en précisant l’ambiguïté qu’apportent ces expressions : il les considère inappropriées. Avec lui et Jean-Victor Poncelet (1788-1867), le théorème de l’énergie cinétique prend sa forme quasi-définitive et l’enseignement de la mécanique sera « dépoussiéré ».

      #valeur


  • L’avenir des programmes de fidélité
    Le succès actuel des cartes de fidélité est indéniable : en France par exemple, les femmes ont dans leur portefeuille 3,7 cartes en moyenne.
    Une étude de Harris Interactive commandée par AIMA en 2011 conforte dans l’idée que les programmes de fidélité ont encore de beaux jours devant eux, et peut-être même plus que jamais. En effet, il semblerait que la génération Y (nom donné à la jeune génération actuelle) soit particulièrement intéressée et habituée aux programmes de fidélisation. Ainsi, 75% des jeunes nord-américains font déjà partie d’au moins un programme de fidélité et récompense.

    Avec la popularisation de l’utilisation des smartphones, l’avenir de la fidélisation est déjà tout tracé : les marques sont de plus en plus nombreuses à coupler leur carte de fidélité à une application mobile, pour croiser encore plus les données, et offrir toujours plus de services et cadeaux à leurs clients (offres promotionnelles par géolocalisation, mobile-couponing (« m-couponing »), offres adaptées en temps réel…).

    Ce site qui fait l’éloge des diverses cartes de #fichage dont est extraite cette diatribe résume bien l’état d’#abrutissement_technologique mis en place et relayé par ce type de promoteurs. Le vocabulaire marketing qui l’accompagne est définitivement inquiétant sur la capacité de réflexion de nos contemporains.
    htpp&htmami:cartes-moins-cheres.com/cartes-fidelite/

    #collaboration #données_personnelles #carte_fidélité #pavlov #conditionnement #consommation #habitude #one_by_one #abonnement #servitude_volontaire


  • Pour en finir avec l’espèce humaine - Pierre DRACHLINE - Documents - Editions le Cherche Midi
    http://www.cherche-midi.com/theme/detail-Pour_en_finir_avec_l_espece_humaine-9782749110486.html

    http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/CHM/P3/9782749110486.JPG

    « On ne peut rien pour un peuple épris de sa servitude », écrivait Georges Darien dans La Belle France au début du siècle dernier, quelques années avant que les peuples européens jouissent de la grande boucherie patriotique de 14-18.

    L’homme est le seul animal avide d’être dressé, d’où une sourde nostalgie de l’esclavage. Aujourd’hui, l’économie cannibale prospère sur les crises qu’elle crée et entretient. Les hommes, et singulièrement les Français, ne se révoltent pas. Au contraire, ils réclament à cor et à cri toujours plus de servitudes, d’État, de règlementations. Chaque nouvelle interdiction limitant le libre arbitre de l’individu suscite un orgasme citoyen. Le troupeau, nourri au principe de précaution, a le goût de l’abattoir. Chacun, barricadé derrière son nombril, réduit l’Histoire à sa misérable personne. Dans les villes, le « bobo », sorte de termite, incarne le triomphe de l’abjecte idéologie de la dérision et son racisme anti-pauvres.

    L’époque est celle des impostures médiatiques. Les « indignés », ravis de la crèche découvrant la nocivité du capitalisme, les organisations caritatives enseignant aux défavorisés la passivité, les insoumis certifiés conformes de toutes les fausses révolutions, les écologistes vendant des peurs collectives après les religions, les ouvriers se battant pour préserver les outils de l’oppression au lieu de les détruire, etc.

    L’auteur prône le retour à la primauté de l’individu, au choix de la vie contre la marchandise. Un rappel au désordre.

    #servitude_volontaire
    #économie_canibale
    #libéralisme
    #esclavage
    #troupeau
    #crise
    #idéologie

    • extrait :
      « Cette fin de parcours m’autorise toutes les libertés. Je n’ai plus aucune précaution à prendre avec qui que ce soit. Léger et Libre comme je ne l’ai jamais été auparavant. J’en ai fini enfin avec la lâcheté et l’hypocrisie. Béquilles de tout homme se mouvant dans la vase sociale. Désormais le ressentiment me tient chaud au coeur. Je l’entends battre ce vieux muscle inutile. La rage exalte par tous les pores de ma peau. N’importe qui devient la cible livrée à mon plaisir. Détruire d’abord, réfléchir ensuite. J’en aurais mis du temps à devenir un sauvage !
      La parole doit être terroriste. Entre le cri et le silence, il n’y a rien. Juste des haleines fétides qui, à force de rots et de pets, établissent la dictature de la normalité. Du nombre. Comment définir une telle oppression ? Les mots perdent leur innocence sous les bottes de la massification. Ils sont condamnés à s’effacer dans la poussière.
      Le vocabulaire se réduit comme une peau de chagrin. Il ne peut en être autrement. Pour les grenouillages marchands ou sexuels des humains, un gazouillis onomatopéique paraît presque de trop.
      Observez-les ! Ils ne se parlent plus, ils communiquent entre eux à l’aide de leurs prothèses informatisées . Ils affichent alors une béatitude quasi mystique. Le sentiment d’exister les submerge. Pour un peu, ils en deviendraient guerriers. Ils marchent au pas de l’oie dans leurs têtes........ »

      la suite : http://www.cherche-midi.com/theme/detail-Pour_en_finir_avec_l_espece_humaine-9782749110486.html


  • On peut dire sans hésitation que le vrai fascisme, c’est le pouvoir de cette société de consommation

    Pier Paolo Pasolini

    http://www.dailymotion.com/video/xt5e47_pasolini-fascisme-et-societe-de-consommation_webcam


    Une excellente analyse par Max Leroy
    http://ragemag.fr/pasolini-et-le-fascisme-de-la-consommation-25786

    Le régime instauré par le Parti national fasciste était, à l’image de son Guide, bouffon, grotesque et obscène : quincailleries antiques, aigles en feuilles d’or, parades de carnaval et gestuelle pathétique d’un chef d’orchestre sans génie. Et #Pasolini d’estimer que les deux décennies de tyrannie n’eurent au final qu’un impact réduit sur le peuple italien : l’âme du pays n’en fut pas transformée dans ses profondeurs. « Les différentes #cultures particulières (#paysannes, #sous_prolétariennes, #ouvrières) continuaient imperturbablement à s’identifier à leurs modèles, car la répression se limitait à obtenir leur adhésion en paroles. » Le #consumérisme, qu’il identifiait donc à une nouvelle forme de #fascisme (en ce qu’il pénètre les cœurs du plus grand nombre et ravage durablement, sinon irrémédiablement, les #sociétés qui lui ouvrent les bras), se montra en réalité bien plus destructeur : « Aucun #centralisme_fasciste n’est parvenu à faire ce qu’a fait le centralisme de #la_société_de_consommation. Le fascisme proposait un #modèle #réactionnaire et monumental mais qui restait lettre morte. De nos jours, au contraire, l’adhésion aux modèles imposés par le centre est totale et inconditionnée. On renie les véritables modèles culturels. L’abjuration est accomplie. On peut donc affirmer que « la tolérance » de l’#idéologie_hédoniste voulue par le nouveau #pouvoir est la pire des #répressions de l’histoire humaine. »

    Sous couleur de #démocratie, de #pluralité, de tolérance et de bien-être, les #autorités #politiques, #inféodées aux #pouvoirs #marchands, ont édifié un système #totalitaire sans nul autre pareil. L’Histoire est facétieuse lorsqu’elle se rit des paradoxes : Mammon réalisa le rêve de Mussolini. En #uniformisant tout un peuple, le premier mena à bien les desseins les plus fous du second, qui ne sut ni ne put aplanir l’Italie sous les bottes d’un Empire. « Le fascisme, je tiens à le répéter, n’a pas même, au fond, été capable d’égratigner l’âme du peuple italien, tandis que le nouveau fascisme, grâce aux nouveaux moyens de #communication et d’#information (surtout, justement, la #télévision), l’a non seulement égratignée, mais encore lacérée, violée, souillée à jamais. »

    (...)

    L’ouvrage #Divertir pour #dominer (2010) a justement mis en relief « l’ampleur et la sophistication des procédés mis en œuvre par les #industries dites #culturelles pour forger les consciences aux valeurs de l’#hypercapitalisme » : #massification_des_désirs (via l’#endoctrinement_publicitaire), grégarisation sous couvert d’#individualisme, appauvrissement du #lien #social, #mimétisme collectif, #aliénation des #consciences… Ce #dressage généralisé est notamment rendu possible par la #télévision, que Pasolini percevait comme un instrument « #autoritaire et répressi[f] comme jamais aucun moyen d’information au monde ne l’a été » (à l’évidence, le téléviseur n’asservit pas en soi et il serait sans doute possible d’en faire un usage émancipateur s’il ne se trouvait pas « au service du Pouvoir et de l’#Argent »).

    (...)

    Le succès du #régime_consumériste tient en ce qu’il n’a pas recours aux matraques, chères aux gouvernements autocratiques (des monarchies à l’URSS), pour #dresser ses #domestiques. La mise au pas est assurée sans que le sang ne soit versé. #Servitude_volontaire, ou presque : le #capitalisme à la papa, #bourgeois et bedonnant, cigare d’une main et fouet de l’autre, sent la naphtaline ; le voici lifté et relooké, hype et in, cherchant à susciter partout le #désir de ses #sujets. « La fièvre de la #consommation est une fièvre d’obéissance à un ordre non énoncé », énonçait Pasolini en 1974. Un ordre qui, pour reprendre la formulation de Dufour, « réduit l’humanité à une collection d’individus calculateurs mus par leurs seuls intérêts rationnels et en concurrence sauvage les uns avec les autres » (Le Divin Marché) : les églises se sont vidées au profit des centres commerciaux, le salut individuel passe par les biens matériels et les peuples cèdent la place aux troupeaux…

    (...)

    Pasolini s’étonnait, dans ses Lettres luthériennes (sous-titrées Petit traité pédagogique), de l’absence de réactions des #communistes et des #antifascistes, au cours des années 60 et 70, face à l’#hégémonie_marchande et à la #standardisation de l’espèce humaine – #mutation_anthropologique à ses yeux historiquement unique. Cette évolution, que l’on prenait soin de nommer « développement », le répugnait tant qu’il alla jusqu’à utiliser, de façon polémique et nécessairement ambiguë, le terme de « génocide » afin de mettre en évidence le caractère criminel d’un tel #système #économique. Le torrent #ultralibéral et #productiviste charrie l’#éradication des #cultures, des modes de vie, des #particularismes et des #valeurs #millénaires, transformant ainsi les #humains en « #automates laids et stupides, adorateurs de fétiches ». Il signe la mise à mort du petit #peuple cher à l’#écrivain – ce peuple des faubourgs et des champs, des nippes reprisées et des mains râpées, ce peuple qu’il conviait à sa table, autour d’une rime ou d’un tournage.

    Bibliographie :

    –Les écrits corsaires (lecture indispensable) collection Champs-Flammarion

    –Les lettres luthériennes collection Points

    #Capitalisme #Libéralisme #Fascisme #Pier_Paolo_Pasolini #Livres #Vidéo #Italie

    • Je pense pas qu’on puisse dire que le consummérisme est une nouveau fascisme. Le pouvoir des industries culturelle est grand, et il peu être au service de différentes idéologies. Point. Il n’en reste pas moins que ce n’est pas l’hédonisme le coupable, ou le fait que les gens consomme (car ils ont des besoins, ou qu’on leu fait croire), mais bien, qu’il y a des gens qui empêche d’accéder a ce qu’on a besoin par d’autres moyens que la consommation (comme le partage du travail et de la production) et que des gens organise des besoins a partir d’une « bonne capacité » à gérer notre environnement en faveur de leurs intérêts.
      Je crains qu’il y est en fait bcp d’aspect réactionnaire dans ces confusions sur le « consummérisme ».


  • De notre servitude involontaire d’Alain Accardo : « Vive la révolution ! Tout le reste est verbiage de petit bourgeois… »
    http://toutelaculture.com/livres/essais/de-notre-servitude-involontaire-dalain-accardo-vive-la-revolution-to

    De notre #servitude #involontaire est un ouvrage qui a la vertu de vous sortir la tête de l’eau. Lu comme on prend un coup de pied au cul, ce #livre enragé et engagé ne doit pas être pris que pour un coup de gueule. Il doit être perçu comme une #analyse #critique de notre #société, de nos maux, et de notre rôle évident dans le maintien d’un système qui nous broie. Il est devenu évident qu’aujourd’hui il y a urgence, et qu’il est vital que nous apportions le changement sans attendre que ce changement vienne de la politique d’un gouvernement. Regardons du côté du Brésil, de la Turquie… A quand la mondialisation de la contestation… ? Qu’attendons nous pour changer ? Qu’attendons nous pour agir ? Qu’attendons pour redevenir enfin humain ?


  • Le grand philosophe #Etienne_Balibar revient longuement sur son « Mai 68 » pensé comme un processus d’émancipation notamment à travers les guerres de #décolonisation ou de la transformation des rapports de production tant matériels qu’intellectuels(renversement de la valeur hiérarchique) et transmission d’un savoir émancipateur.
    http://www.dailymotion.com/video/xb54ak_l-ebranlement-68-etienne-balibar_news

    #Marxisme #Capitalisme #Communisme #Philosophie #Critique #Foucault #Althusser #Transformation #Société #Révolution #68 #Anti_autoritarisme #individualisme #Prolétariat #Servitude #Consommation #Vidéo


  • Mais dans quel monde on vit !

    http://www.politis.fr/Mais-dans-quel-monde-vit-on,21328.html

    À force de flipper sur le fric, sur l’insécurité distillée à longueur de « jité », à force de s’angoisser à l’idée de perdre ce travail qu’ils détestent-mais-comment-tu-veux-faire-autrement, de penser à leur petite boutique, à leur petite retraite, à leur petite famille qu’ils aiment, mais mal, à leurs enfants qui grandissent et qu’ils ne connaissent même pas, à force de privilégier le moi-moi-je-moi-même, les habitants de cette planète, en grande majorité, omettent de voir le monde dans lequel ils vivent. Un monde où règnent en maîtres les brutes épaisses, les prédateurs/trices sans vergogne, les tortionnaires de peuple sanguinaires, les « zéluEs » égotiques, vénaux et stupides à en pleurer, les hauts fonctionnaires corrompuEs, les cadres arrivistes et incompétentEs, les chefaillonNEs de services mesquinEs et sadiques et les conNEs-à-tous-les-étages. Tous savent que ce n’est pas le monde qu’ils voulaient et ils s’en plaignent d’ailleurs abondamment. Mais que font-ils ? Ils regardent ailleurs, ils mettent la tête dans le sable. Ils ne mouftent pas – la politique de l’autruche, de la majorité silencieuse qui ne dit mot et qui consent, est tellement plus confortable. Ils se contentent de battre des bras en répétant à quiconque évoque le changement qui pourrait venir, bien trop anxiogène : « Mais qu’est-ce que tu veux faire, on ne peut rien faire ! »....

    #marre-de-se-faire-marcher_sur_la_gueule #La_boétie #Henri_Jeanson #Louis-Émile-Cottin #Malatesta #servitude_volontaire #merdrrrrrre !


  • L’anarchie, pas facile. Vue les facilités de l’influence de chacun-e. Jean-Léon Beauvois nous explique en vidéos.
    http://www.dailymotion.com/video/xojq13_jean-leon-beauvois-1-2_creation


    http://www.dailymotion.com/video/xoy8kn_jean-leon-beauvois-2-2_creation

    Son dernier livre est « Les influences sournoises », Précis des manipulations ordinaires. Mais il a aussi écrit d’autres livre du même tonneau.
    #manipulation #scepticisme #beauvois




  • La France découvre, horrifiée, ses 3 millions de chômeurs, par Sophie Hancart (Actuchomage)
    http://www.actuchomage.org/2012092722532/Social-economie-et-politique/la-france-decouvre-horrifiee-ses-3-millions-de-chomeurs.html

    Nombre de nos concitoyens, abreuvés de mensonges mille fois répétés qui deviennent une vérité, comme disait feu Joseph Goebbels, tombent dans le panneau. Il suffit de lire les commentaires d’articles insultants à l’encontre des chômeurs postés un peu partout sur internet au cours de cette « journée spéciale ». L’épouvantail du #chômage agité auprès d’individus aussi ignorants que peureux fonctionne à merveille. Ignorants, ils gobent ce qu’on leur dit et s’imprègnent de fantasmes qui nourrissent leur hantise. Peureux, parce qu’ils n’osent plus tenir tête à leur patron — d’ailleurs, ils ne l’ont certainement jamais fait… — et préfèrent justifier leur #servitude en la faisant passer pour du courage (ça s’appelle le masochisme des esclaves), puis déverser leur stress et leur angoisse sur ceux qui personnifient une réalité effrayante : le chômeur et le SDF, c’est "cachez-moi cet avenir que je ne saurais voir" !

    Aussi lâche que cela paraisse, se défouler sur le plus faible et cracher sur celui qui incarne ses pires frayeurs est banalement humain. L’égoïsme, aussi, est banalement humain. C’est, d’ailleurs, sur ces pulsions primales qu’a toujours prospéré le #capitalisme. Et c’est pourquoi nos oligarques — patronat, financiers et rentiers, politiques complices et médias aux ordres — se frottent les mains : tandis que la majorité du petit peuple passe son temps à se taper dessus, la minorité qui a l’intelligence de regarder en haut ne leur inspire aucune crainte.


  • En ce début du XXI° siècle, si le mensonge domine l’ensemble de la société, les mensonges particuliers et concurrents n’ont plus d’objectifs définis, mais un objectif général : celui d’entretenir la confusion.

    Jordi Vidal : Servitude & Simulacre Editions Allia, Paris (6,10 euros)