• La Chine renforce les mesures anti-COVID-19 dans les grandes villes face à une résurgence de cas

    Reuters 11/10/2022

    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/la-chine-renforce-les-mesures-anti-covid-19-dans-les-grandes-villes-face

    SHANGHAÏ, 11 octobre (Reuters) - Shanghaï et d’autres grandes villes chinoises, dont Shenzhen et Xian, ont intensifié les tests de dépistage du COVID-19 en raison de l’augmentation des infections après une semaine de vacances, certaines autorités locales ayant déjà fermé des écoles, des lieux de divertissement et des sites touristiques.

    Les infections ont augmenté cette semaine pour atteindre leur niveau le plus élevé depuis le mois d’août, en raison de l’augmentation des voyages à l’intérieur du pays pendant la « semaine d’or » de la fête nationale au début du mois.

    Les autorités ont signalé 2.089 nouvelles infections locales pour le 10 octobre, le chiffre le plus élevé depuis le 20 août.

    Alors que la plupart des cas ont été détectés dans des destinations touristiques, notamment dans des sites pittoresques de la région de la Mongolie intérieure, les mégapoles, qui accueillent souvent des touristes aisés, ont commencé à signaler davantage de cas cette semaine.

    La capitale financière de la Chine, Shanghaï, une ville de 25 millions d’habitants, a signalé 28 nouveaux cas locaux pour le 10 octobre.

    Shanghaï, soucieuse d’éviter une répétition de la fermeture économiquement dévastatrice et mentalement traumatisante d’avril et mai, a déclaré tard lundi que ses 16 districts devaient effectuer des tests de routine au moins deux fois par semaine jusqu’au 10 novembre, contre un seul test hebdomadaire précédemment.

    Au 10 octobre, 36 villes chinoises appliquaient à des degrés divers des mesures de confinement ou de contrôle, avec environ 196,9 millions de personnes concernées, contre 179,7 millions la semaine précédente, selon la société Nomura.

    Les mesures préventives contre le COVID-19 interviennent à quelques jours d’un congrès clé du Parti communiste qui débutera le 16 octobre, au cours duquel le président Xi Jinping devrait probablement être nominé pour un troisième mandat présidentiel de cinq ans.

    #Chine#COVID#Shenzhen#PCC#semaine_d'or#Shanghai#Vacances

  • En Chine, jeunes recherchent emploi désespérément

    Un jeune urbain sur cinq était sans emploi en juillet, selon les chiffres officiels. C’est trois fois plus que la moyenne nationale de la population active et un niveau inédit depuis 2018.

    Elément aggravant, près de 11 millions de nouveaux diplômés ont débarqué sur le marché du travail cet été, alors que l’économie tourne au ralenti : +0,4% de croissance au deuxième trimestre sur un an, au plus bas depuis deux ans.

    Si aucun chiffre officiel n’existe pour le taux de chômage en milieu rural, Zhuang Bo, économiste au cabinet de conseil TS Lombard basé à Londres, estime que le nombre de jeunes demandeurs d’emploi pourrait y être deux fois supérieur aux villes.

    « La réalité est bien plus grave que ce que montrent les chiffres », souligne aussi Ho-fung Hung, spécialiste de l’économie chinoise à l’Université Johns-Hopkins, aux Etats-Unis.
    « Si le problème persiste sans qu’un remède soit trouvé, il pourrait facilement générer de l’instabilité sociale. »

    https://www.arte.tv/fr/afp/actualites/en-chine-jeunes-recherchent-emploi-desesperement

    #Chine#Chômage#Shenzhen

  • Ukraine : La face cachée des choses (Première partie) Vladimir Caller
    https://www.investigaction.net/fr/ukraine-la-face-cachee-des-choses-premiere-partie

    A la rentrée 2017, le président Macron chargeait son ministre de l’Intérieur Gérard Collomb de lancer un programme de collaboration entre les forces policières françaises et ukrainiennes. C’est ainsi que fut signé, fin novembre, un accord de collaboration entre le ministre français et son homologue ukrainien Arsen Avakov, visant le renforcement de la gendarmerie ukrainienne. Emmanuel Macron a participé pendant trois ans aux réunions autour du dossier ukrainien dans le cadre des accords de Minsk et connaissait donc bien la situation de détresse générale du pays, mais il fit néanmoins le curieux choix de privilégier le domaine sécuritaire de ce pays pour témoigner de l’aide française (1).


    Monsieur Avakov n’était en rien un novice. Plusieurs fois millionnaire, recherché par Interpol pour de grosses affaires de corruption et de violences, il fut arrêté en Italie et a dû sa libération à son élection au parlement ukrainien, habilement combinée par ses affidés. Bien blanchi par la « révolution » de Maïdan, il fut immédiatement nommé ministre de l’intérieur et, à ce titre, il décida d’attribuer aux mouvement néo-nazis Pravy Sektor et Azov la responsabilité de combattre les « ennemis de l’Ukraine », c’est-à-dire les organisations de gauche, syndicales, antifascistes (2). On peut supposer que les autorités françaises, très au courant de la situation ukrainienne, n’ignoraient pas avec qui ils engageaient la gendarmerie nationale et ce, d’autant plus que le quotidien Le Figaro avait publié, bien avant la signature de l’accord, un article intitulé « Un ancien néonazi est nommé à la tête de la police ukrainienne ». Le « nommé » était Vadim Troyan, un ancien commandant du bataillon Azov, dont nous parlerons plus loin. Nommé bien entendu par monsieur le ministre Avakov (3).

    La notoriété des méfaits de ce ministre était telle que Tranparency International avait soulevé son cas et condamné sa désignation à un poste si important ; condamnation à laquelle s’était joint le grand rabbin d’Ukraine Yaakov Bleick, l’antisémitisme de Pravy Sektor et Azov étant bien connus. Tous ces remous ne suffirent pas à dissuader le président Zelensky de le confirmer comme son ministre de l’Intérieur ; Avakov put ainsi rester en charge de la gouvernance du pays pendant 8 ans, jusqu’à juillet 2021 (4).

    Les mots pour le dire
    Vladimir Poutine ne semble pas familier de la notion de nuance. Il parle sans cesse du génocide des populations du Donbass et de la nazification du pays. Ceux qui disent que l’on ne peut pas réduire Zelensky et son administration au format nazi ont raison. Le problème est que ce n’est pas cette administration qui gère le dossier des républiques rebelles, ni le président du pays, mais bien l’armée nationale. Et là, il n’est aucunement exagéré de dire que l’armée ukrainienne est sous la domination du mouvement Azov, ouvertement néonazi.

    Andriy Biletsky, son fondateur, n’est pas un casseur improvisé ; universitaire, historien de formation, il se veut doctrinaire et combattant pour la préservation de la pureté de la race blanche. Il considère les Juifs et les autres minorités raciales ou ethniques comme des sous-hommes et appelle à une croisade chrétienne pour les repousser. Une enquête sur le terrain du quotidien anglais  The Daily Telegraph  rapportait que ses partisans « sont admirateurs d’Hitler et doutent de la réalité de l’Holocauste » et citait une déclaration de Biletsky : « La mission historique de notre nation dans ce moment critique, consiste à conduire les races blanches du monde entier vers la croisade finale pour survivre. Une croisade contre les sémites et les  untermenschen  ». Le journaliste concluait : « ce mouvement a joué un rôle très important en 2014 contre le président élu Ianoukovitch (5). » Inutile de dire que son rôle est encore plus important dans la répression des populations donbassiennes qui n’ont pas voulu se soumettre aux diktats des nostalgiques du IIIème Reich installés au pouvoir à Kiev.

    Et leurs politiques répressives sont si extrêmes et violentes que la chancelière Merkel elle-même a dû s’adresser aux autorités de Kiev en leur demandant de la retenue lorsqu’en juin 2014, le bataillon Azov appuyé par l’aviation et l’artillerie ukrainiennes, a lancé une offensive à Slaviansk, causant environ trois cents morts en vingt-quatre heures, pour la plupart des civils (6). Pourtant, la population sut résister victorieusement, malgré la férocité de l’attaque. Le journal Le Monde a repris les explications du commandant d’Azov : « (…) la trahison de la police et l’opposition de la population (…) (7). »

    De son côté, la BBC ne put que confirmer le constat, ajoutant que les combattants d’Azov portent des symboles SS nazis de la division Waffen SS comme emblèmes (8). Cela dit, les sympathies nazies et l’antisémitisme d’Azov étaient visiblement moins fortes que l’anticommunisme de son financier, le milliardaire ukraino-israélien Ihor Kolomoïsky qui déboursait « 1.500 dollars pour un fusil d’assaut AK-47 ; 10.000 pour la capture d’un pro-russe ; 200.000 pour la reprise d’un bâtiment occupé par les séparatistes et un million de dollars à celui qui assassinerait le candidat à la présidentielle de 2014, Oleg Tsarev, partisan du rapprochement avec la Russie (9). »


    Les délires de cette organisation sont tels qu’en 2015, ils créent des camps d’entraînement militaire pour enfants, dits « Azovets », à partir de l’âge de six ans de sorte qu’une fois adultes, ils puissent s’habituer à l’insupportable (10). Cette fois, c’est Newsweek qui rapporte que « Les volontaires nationalistes ukrainiens perpétuent des crimes de guerre semblables à ceux de l’État islamique », citant des témoignages de décapitations et d’une mère qui aurait reçu à la maison un colis contenant la tête de son fils, combattant du Donbass. Et ce n’est pas le  Drapeau Rouge  mais  Newsweek qui conclut : « Les pro-Russes disent qu’ils combattent contre des nationalistes et des fascistes ; en ce qui concerne Azov et autres bataillons, ces allégations sont fondamentalement vraies (11). » Et la revue Foreign Policy de fermer le ban ironisant sur « ces fascistes ukrainiens qui se battent pour la liberté (12). »

    Cachez cet Azov que je ne saurais voir
    La chose devenait trop grotesque. Même le Human Rights Watch, plus enclin à s’occuper de la Russie, alerte sur les pratiques azoviennes dans son rapport de 2014 intitulé « Roquettes non guidées tuant des civils », en précisant « qu’elles viennent particulièrement des forces du gouvernement. » En effet, si même dans les médias dominants on arrivait à avoir mauvaise presse, il devenait urgent de résoudre le paradoxe. Azov était devenu à la fois indispensable et imprésentable. Sa dimension et sa (mauvaise) réputation croissaient exponentiellement. Comprenant quelques dizaines d’hommes au départ, il en comptait plusieurs milliers lorsque le ministre Avakov trouva la solution, en septembre 2014 : intégrer officiellement Azov dans l’armée régulière avec, vu sa dimension, le statut de régiment. Ce, avec le double avantage de pouvoir couvrir ses agissements et, surtout, diffuser et instiller l’esprit néofasciste dans l’ensemble de l’armée nationale.


    Pour bien réussir ce camouflage lui donnant une façade de respectabilité, le ministre ne trouve rien de mieux que d’associer la diplomatie étasunienne. C’est ainsi que l’administration d’Obama décide l’envoi de 300 consultants militaires pour assurer la formation du, désormais, régiment Azov (13). Ainsi, ces milices pourraient continuer leur sale boulot, pilonner quotidiennement les populations du Donbass plus discrètement, au sein même de l’armée, tout en ayant assuré une pédagogie efficace en dehors, visant l’agression de toute minorité indigne de côtoyer la race blanche. C’est entre autres le cas avec les roms dont, selon L’Obs, les précaires campements sont fréquemment détruits à la hache (14).

    Cherchant la sortie de l’enfer…
    Lorsque les populations russophones commencent à résister par les armes aux agressions de Pravy Sektor et d’Azov et qu’un début de guerre civile s’installe, la diplomatie russe s’emploie à suggérer aux parties d’ouvrir des négociations de paix. Celles-ci commencent par des réunions informelles engageant uniquement les Ukrainiens et incluront ensuite, comme observateurs, des représentants de l’OSCE (Organisation pour la sécurité en Europe) et les diplomaties françaises, allemande et russe. Ces négociations vont aboutir à la signature de deux documents dont il faut saisir la portée pour comprendre la crise en cours : le protocole de Minsk et sa prolongation, l’accord de Minsk II. Il n’y a pas de différence essentielle entre ces deux documents, le deuxième est plus précis, actualisé et contraignant que le premier.

    Tous les deux concernent l’instauration d’un cessez-le-feu, l’échange de prisonniers, la gestion de l’usage des armes lourdes et la protection des populations. L’essentiel se résume à deux clauses : l’intégrité territoriale de l’Ukraine et la reconnaissance et l’attribution d’une large autonomie à la région du Donbass. Cette autonomie devait être garantie par une révision de la Constitution du pays. Les accords furent conclus dans un contexte politique assez troublé en Ukraine, avec un président Porochenko très affaibli suite à des affaires de corruption et la forte dégradation des conditions de vie de la population. C’est ainsi que ni son gouvernement, ni les suivants n’ont jamais respecté ces accords. L’autonomie du Donbass n’a pas été considérée sérieusement, et encore moins la révision de la Constitution. Preuve éclatante de sa mauvaise foi, Porochenko coupa le transfert des pensions aux ayants droit des populations de Lougansk et Donetsk (qui faisaient pourtant explicitement partie de l’accord, au point 8). Il l’avait annoncé, crûment, dans une déclaration remplie de haine et de mépris devant le parlement : «  Nous aurons du travail, eux non ! Nous aurons des retraites, eux non ! Nos enfants iront à l’école, les leurs resteront dans les caves ! C’est comme ça que nous gagnerons cette guerre (15). » Pour conclure en affirmant le lendemain que « l’Ukraine devra rester unie, et rejeter le fédéralisme ». Difficile de ne pas comprendre, qu’avec un gouvernement pareil il ne restait à ces populations que la désobéissance. A noter, détail soigneusement oublié par nos médias, que, dès leur déclaration d’indépendance (avril 2014), les républiques populaires de Lougansk et Donetsk n’ont pas cessé de demander reconnaissance à Poutine et que ce dernier a attendu jusqu’au 21 février de cette année pour accéder à leur demande.

    A noter également que les politiques de non-respect de l’accord de Minsk par Kiev (pourtant validé par le Conseil de sécurité de l’ONU, résolution 2202) ont été soigneusement cautionnées et protégées par ses garants occidentaux, en particulier les Français François Hollande et Emmanuel Macron. Elles furent justifiées à posteriori par le secrétaire général du conseil de la sécurité nationale et de la défense d’Ukraine, Oleksiy Danilov, lorsqu’il a déclaré ce 31 janvier : « L’observance des accords de Minsk II, équivalait à la destruction du pays. Ils furent signés sous un canon de fusil russe (pendant que les Français et les Allemands regardaient) (16). »

    Le procès-verbal du grand piège
    Volodymyr Zelensky, largement élu à la présidence de la République en mai 2019 sur un programme qui était aux antipodes de celui des ultranationalistes héritiers de Maïdan, s’est retrouvé confronté à une responsabilité qui dépassait clairement ses compétences. Oubliant ses promesses, il se lance dans des mesures particulièrement impopulaires, en bénéfice de ses oligarques comme la privatisation des terres agricoles, ce qui se traduit par une chute spectaculaire de sa popularité (élu avec plus de 70 % des voix il se retrouve avec une popularité réduite à 20 %). Plus inquiétant encore, la russophobie déferle aussi, ce qui le conduit à fermer manu militari trois stations de TV. Un peu perdu, il se décide, bien conseillé par les services de renseignement occidentaux, et surprenant tout le monde, à revenir au mantra du nationalisme extrême. Dans cette perspective, l’opération « Sea Breeze », la plus grande opération jamais menée par l’OTAN en mer Noire, avec la participation de trente-deux pays en juillet 2020, ne pouvait pas être plus opportune. Une opération dont la Russie, arguant des raisons de sécurité et de bon voisinage, avait demandé, sans succès l’annulation. Par contre, l’OTAN eut la délicatesse d’annoncer son opération en dénonçant « l’annexion illégale de la Crimée par la Russie en 2014 (17). » Une annonce que le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba rappelle début mars 2021 : « Le signal est clair : nous appelons le monde à nous aider à récupérer la Crimée (18). » Tout le monde, en effet. D’où la convocation d’une initiative « plateforme de Crimée », lancée urbi et orbi, qui reçoit le soutien immédiat de l’Alliance atlantique, de l’UE et de la « communauté internationale ».


    Quelques jours plus tard, a lieu l’acte qui précipite de la crise en cours. C’est un fait qui n’a pratiquement jamais été commenté par les médias  mainstream  : le 24 mars 2021, par décret n°117/2021 du Conseil de la sécurité nationale et de la défense, l’Ukraine s’engage à envisager toutes les options, y compris la guerre, pour reprendre la Crimée (19).

    Entretemps, l’initiative « plateforme de Crimée » a remporté un beau succès à son premier sommet, réuni le 23 août 2021, avec la participation de quarante-six pays et de l’Union européenne et de l’OTAN. Prémonitoire, Zelensky y déclara que : « (…) l’Ukraine ne libérerait pas la Crimée toute seule, sans le soutien international ». Par ailleurs, Mircea Geoana, secrétaire général adjoint de l’OTAN, a rappelé qu’au sommet de juin à Bruxelles les membres de l’organisation ont « (…) réaffirmé la décision du sommet de Bucarest que l’Ukraine et la Géorgie deviendraient membres de l’Alliance (20). »

    On dirait que quelque chose se trame. Le journal  Libération , peu connu pour sa russophilie, commente : « (…) Zelensky l’a voulue, la ‘Plateforme de Crimée’ s’est finalement tenue (…) alors que sous Porochenko, cette question avait été mise à l’arrière-plan et se limitait au registre déclaratif et émotionnel (21). » Logique avec lui-même, le président déclare devant le parlement ukrainien, le 24 novembre 2021, que la « libération » de la Crimée était un « objectif » et une « philosophie » nationale. Un message que Le Figaro, très lucide, considère comme étant une « menace directe pour la Russie (22). »

    Il y a trois mois, le plateau portant le piège en direction de Moscou, était servi.
     
    Source : https://www.legrandsoir.info/ukraine-la-face-cachee-des-choses-premiere-partie.html
    Notes :
    1- https://www.ukrinform.fr/rubric-polytics/2348929-la-garde-nationale-ukrainienne-echangera-son-experience-avec-la-ge
    2- https://www.rbc.ua/ukr/dossier/avakov-14092015 Pravy Sektor est un mouvement créé autour de la mémoire du chef de guerre Stépan Bandera qui combattit la résistance au service de l’armée allemande pendant la II Guerre Mondiale ; très actif également dans le massacre des populations juives.
    
3- https://www.lefigaro.fr/international/2016/11/15/01003-20161115 . Il s’agissait de Vadim Troyan, ancien commandant du bataillon Azov, dont nous parlerons plus loin.

    4- « Zelensky, parliament keep Avakov as interior minister, ignore civil society », Kyiv Post (29 August 2019)

    5- https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/ukraine/11025137/Ukraine-crisis-the-neo-Nazi-brigade-fighting-pro-Russian-separatists.ht
    6- https://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/07/11/97001-20140711FILWWW00166-ukraine-merkel-appelle-porochenko-a-la-retenue.ph
    
7- https://www.lemonde.fr/europe/article/2014/05/16/en-ukraine-l-offensive-de-kiev-dans-l-est-s-est-revelee-inefficace_4419700_3
    8- Andriy Biletsky, the Azov and Patriot of Ukraine commander. Ukraine underplays role of far right in conflict ; BBC News, Kiev, 13 December 2014
https://www.bbc.com/news/world-europe-30414955
    
9- https://www.lemonde.fr/europe/article/2014/05/21/les-subtils-equilibres-d-igor-kolomoiski-nouvel-homme-fort-du-sud-est-ukrain

    10- https://www.dailymail.co.uk/news/article-3195711/-Ukraine-s-neo-Nazi-military-camp-recruits-young-six-learn-fire-weapons
    11- Ukrainian Nationalist Volunteers Committing « ISIS-Style » War Crimes
https://www.newsweek.com/evidence-war-crimes-committed-ukrainian-nationalist-volunteers-grows-26960 (09-10-2014)

    12- « (…) neo-Nazis, as Andriy Parubiy first national security chief are at the center of regime’s » https://foreignpolicy.com/2014/08/30/preparing-for-war-with-ukraines-fascist-defenders-of-freedom
    13- https://www.huffingtonpost.com/huffwires/20150331/eu-ukraine-us-troops/?utm-hp-r/world
    14- C’est « (…) la quatrième attaque de ce type en moins de deux mois »
https://www.nouvelobs.com/videos/fp6uin3FAJQ.YTB/ukraine-une-milice-d-extreme-droite-detruit-un-camp-de-roms-a-la-hache.ht
    
15- https://www.youtube.com/watch?v=jc9gUCy3Yds&ab_channel=WerLesh

     A regarder sans tarder car YouTube l’efface systématiquement

    16- Associated Press, 31 January 2022. https://apnews.com/article/russia-ukraine-russia-france-germany-europe-d9a2ed365b58d35274bf0c3c18427e81
    
17- https://www.nato.int/cps/en/natohq/news_177384.htm?selectedLocale=fr
    18- https://www.wsws.org/fr/articles/2021/03/22/kule-m22.html
    19- https://theowp.org/ukraine-declares-all-options-possible-even-war-to-retake-crimea-from-russia
    20- https://uacrisis.org/fr/deoccupation-of-crimea-begins-in-kyiv-overview-of-crimea-platform-s-inaugu
    21- https://www.liberation.fr/international/europe/lukraine-cherche-des-cles-pour-recuperer-la-crimee-20210824_KZ2NZFHTOVBZB
    22- https://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-volonte-ukrainienne-de-recuperer-la-crimee-constitue-une-menace-directe-

    • La Chine essaye de calmer le jeu en europe, avec le covid
      https://www.rts.ch/info/monde/12941545-face-a-un-regain-de-cas-covid-la-chine-confine-30-millions-de-personnes
      . . . . .
      Au moins 13 villes en quarantaine
      En l’espace de quelques jours, au moins 13 villes ont été placées en quarantaine. Selon un décompte de l’AFP, près de 30 millions d’habitants sont désormais confinés à domicile, notamment dans la métropole technologique de Shenzhen (sud), aux portes de Hong Kong.
      Ces mesures ont entraîné la fermeture de nombreuses usines, notamment celles du géant taïwanais Foxconn , le principal fournisseur d’Apple, dans la mégapole de 17 millions d’habitants.
      . . . . .


      De nouvelles perturbations pour les chaînes d’approvisionnement
      . . . . .
      Ces perturbations économiques, de nature à affecter encore les chaînes d’approvisionnement mondiales, ont fait chuter de près de 6% la Bourse de Hong Kong. Les valeurs technologiques sont les plus pénalisées.

      « Jusqu’à présent, les ports de #Shenzhen et #Shanghai continuent à fonctionner normalement. Mais une mise en quarantaine de ces ports exacerberait les problèmes d’approvisionnement mondiaux , en plus des perturbations déjà provoquées par la guerre Russie-Ukraine », observe l’économiste Tommy Wu, du cabinet Oxford Economics.


      https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN2LC149/coronavirus-flambee-epidemique-en-chine-la-strategie-zero-covid-mise-a-mal
      . . . . . .
      QUELLES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES ?
      Cette stratégie « zéro COVID », qui s’avère moins efficace face au variant Omicron, génère également un coût croissant pour l’économie chinoise, souligne Yanzhong Huang, analyste spécialiste des politiques de santé du groupe de réflexion américain Council on Foreign Relations (CFR, Conseil des relations internationales).

      « A ce stade deux des plus riches villes chinoises, Shanghaï et Shenzhen, sont confinées : comment cela va-t-il affecter l’économie chinoise ? », s’interroge-t-il.

      Plusieurs entreprises chinoises ont signalé que leur activité était déjà pénalisée par la vague épidémique en cours et s’attendent à des perturbations supplémentaires avec la progression des contaminations, comme par exemple le constructeur automobile BYD ou encore Yum China, opérateur en Chine de la chaîne de restauration rapide KFC.

      A Shanghaï, où on compte seulement 21 cas symptomatiques et 130 asymptomatiques, des immeubles d’habitation sont strictement isolés et leurs habitants testés. Dans le cadre des mesures de prévention, plus d’une centaine de vols internationaux à destination de Shanghaï seront détournés vers d’autres villes entre le 21 mars et le 1er mai.

      A Shenzhen, où le nombre de contaminations s’élève à 39 (avec 21 cas asymptomatiques), les mesures mises en oeuvre pour une semaine pour tenter de contenir la propagation du virus passent notamment par une suspension totale des transports , mais aussi une interdiction des mariages et des funérailles, ou encore une obligation de dépistages quotidiens pour certains habitants.

      La province de Jilin, dans le nord-est du pays, concentre près de 90% des nouveaux cas symptomatiques de contamination. Ses habitants ont interdiction de quitter la province ou de se déplacer dans la région sans avoir prévenu la police.

    • Christine Deviers-Joncour raconte l’obsession de jacques attali : la dépopulation !

      Christine Deviers-Joncour, cette fille d’instituteurs, a côtoyé les grands de ce monde, au point d’en connaître la laideur et toute la haine qu’ils portent contre les petites gens, ces petites fourmis méprisables qu’il faudrait broyer.

      Dans cette interview exclusive accordée à OVALmedia, elle déclare : « Il n’y a absolument aucun respect pour le peuple et je trouve que le dernier président l’a montré. Vous vous rappelez tout ce qu’il a dit sur le peuple français ? Inculte, réfractaires, qu’il n’a rencontré que des ratés sur les halls de gare. Il n’aime pas le peuple. Quand ils arrivent à ces hauteurs de pouvoir, ils méprisent le peuple. La révolution de 1789 a amené ces gens-là en France. »

      Au détour des frégates de Taïwan ou d’Elf Aquitaine, Christine Deviers-Joncour dénonce l’élite et rappelle l’obsession de Jacques Attali de la surpopulation : « D’après les propos d’Attali, il l’annonce clairement et ce que j’entendais parler à l’époque, ça parlait de dépopulation tout le temps. Qu’on était trop nombreux, que le peuple est pollué… je l’ai entendu, j’invente rien. »
      https://www.youtube.com/watch?v=DTFP9ccTXFg

    • Le reconfinement chinois aura plus d’impact sur le conteneur que la guerre lemarin.ouest-france.fr
      https://lemarin.ouest-france.fr/secteurs-activites/shipping/42885-conteneur-le-reconfinement-chinois-aura-plus-dimpact-que-

      La politique zéro covid des autorités chinoises a conduit à un reconfinement de sept jours de plusieurs dizaines de millions de personnes dans onze villes, notamment les grands ports de Shanghai, le premier du monde, et de Shenzhen, le quatrième.

      À ce jour, les terminaux fonctionnent normalement mais tous les acteurs du shipping surveillent les ports chinois comme le lait sur le feu car la congestion aurait bien plus d’effet sur les rotations des navires que la fermeture du marché russe, à l’écart des grandes routes maritimes mondiales. En raison d’un manque de chauffeurs routiers et d’une possible pénurie de travailleurs portuaires, un début de congestion de navires est déjà observable cette mi-mars au large des grands ports chinois, de Shanghai à Qingdao en passant par Ningbo-Zhoushan.

      En juin dernier, la fermeture partielle du grand terminal de Yantian, à Shenzhen, avait désorganisé au moins autant la chaîne logistique mondiale en raison des retards sur les navires que le blocage pendant une semaine du canal de Suez en mars.

  • Non sécurisée, une smartwatch bon marché révèle la position et les données de 5000 enfants
    https://cyberguerre.numerama.com/1965-non-securisee-une-smartwatch-bon-marche-revele-la-positio

    La montre connectée chinoise SMA-WATCH-M2, de son nom, fait l’objet de plusieurs failles de sécurité repérées par les équipes d’AV-Test. Nom, adresse, géolocalisation en direct et messages vocaux font partie des données personnelles vulnérables. Anna, élève d’une école primaire, vit dans le quartier chic de Lücklemberg, à Dortmund. En vacances avec ses grands-parents sur l’île de Norderney, en mer du Nord, dans le quartier de Fischerhafen, Anna aime se promener sur le vieux port après le déjeuner, entre 14 (...)

    #cryptage #montre #géolocalisation #data #enfants #hacking #écoutes #ShenzhenSmartCareTechnology_ #SIM (...)

    ##GPS
    //c0.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com//content/uploads/sites/2/2019/12/apple-watch-828827_1920.jpg

  • Cheap kids smartwatch exposes the location of 5,000+ children
    https://www.zdnet.com/article/cheap-kids-smartwatch-exposes-the-location-of-5000-children

    Insecure web backend and mobile app let attackers access any kids’ details and parent account. A cheap $35 kids’ smartwatch made in China was caught exposing the personal details and location information for more than 5,000 children and their parents. In a report published today by the Internet of Things testing division of AV-TEST, researchers said they found egregious security measures put in place to protect the backend and mobile app of the M2 smartwatch, made by Chinese company SMA. (...)

    #ShenzhenSmartCareTechnology_ #cryptage #montre #géolocalisation #data #écoutes #enfants #hacking #GPS (...)

    ##SIM

  • Product Warning ! Chinese children’s watch reveals thousands of children’s data
    https://www.iot-tests.org/2019/11/product-warning-chinese-childrens-watch-reveals-thousands-of-childrens-da

    The smartwatch SMA-WATCH-M2, which works as a GPS tracker via SIM card, is designed to protect children and give parents a secure feeling. However, the much-sold children’s watch from a manufacturer in Shenzhen reveals potential attackers the exact position data of more than 5,000 children around the globe. It also allows you to listen in and manipulate confidential conversations and other information, proving that masses of cheap Chinese-made IoT devices are failing to meet minimum IT (...)

    #ShenzhenSmartCareTechnology_ #cryptage #WiFi #montre #GPS #SIM #géolocalisation #data #écoutes #enfants #hacking (...)

    ##Simurgh

  • Low wages are passé - #Shenzhen is about know-how. Key manufacturing knowledge may currently exist only there: http://joi.ito.com/weblog/2014/09/01/shenzhen-trip-r.html #China #manufacturing

    "While intellectual property seems to be mostly ignored, tradecraft and trade secrets seem to be shared selectively in a complex network of family, friends and trusted colleagues. This feels a lot like open source, but it’s not. The pivot from piracy to staking out intellectual property rights isn’t a new thing. The United States blatantly stole book copyright until it developed it’s own publishing very early in US history. The Japanese copied US auto companies until it found itself in a leadership position. It feels like Shenzhen is also at this critical point where a country/ecosystem goes from follower to leader"

    • article vraiment fascinant sur les #marchés_de_gros (#électronique mais pas seulement) en #Chine, la #contrefaçon, la #douane

      These shops have a lot of great stories as to how they came across these goods and you would be forgiven for believing one of them to be honest, they can tell a good story.

      When this container of incredibly priced shoes arrives at customs and you are getting them inspected before they clear through and can be delivered to your warehouse what will happen when they ask to see your documentation allowing you to import a trademarked brand? You guessed it. Best case scenario you lose the goods, worst case you lose a lot more. In fact so many shipping companies are sick of this headache they may ask to see your trademark rights documentation before shipping the goods.

      Les produits refurbished :

      These are “genuine products” which did actually start life as a factory original item. They are then stripped down with the internals removed and replaced with Chinese copy parts. Hard drives, screen, processors, camera lenses, and casings are all stripped off and sold for a profit then replaced with inferior, but working replacements.

      avec un effet contre-intuitif sur la destination géographique de ces produits :

      These places are becoming more and more popular now as countless foreign markets emerge where branded originals are extremely expensive. Not for instance in the UK and USA where branded originals are actually quite good value. I am talking about African, Middle East and South American countries where high demand and low supply for genuine branded goods means that these lower quality refurbished models have a good market.

      I have met a lot of interesting people from African countries who are opening hotels or bars there and come here to buy the products that just aren’t available back home.

      Like this guy below who has travelled here to buy two hundred 32” lcd tv’s his boss needs for the hotel bed rooms in his latest development because there is no place where they come from to buy such things. Many times I have shown them the price in the UK on my ipad and they have been close to jumping on a plane to make a call into an Argos store.

      #commerce #afrique #import-export

    • Déjà en 2009 j’avais vu au Ghana des hotels intégralement équipés en matériel Chinois - de la plomberie au papier toilettes en passant par les télévisions... Probablement sans compter les matériaux de constructions - comme le mentionne cet article: http://www.scmp.com/magazines/post-magazine/article/1521076/afro-chinese-marriages-boom-guangzhou-will-it-be-til-death - “Today, he owns a five million yuan (HK$6.3 million) flat in Zhujiang New Town, Guangzhou’s smartest district, drives a car worth US$64,000 and speaks Putonghua. Issa ships 50 to 200 containers home per year - full of construction materials, because ’they’re the most lucrative’ - and makes an average US$2,000 on each container”.

    • Oui... Bizarre cette vague Chinoise chez moi ces derniers temps... Ca doit probablement avoir quelque chose à voir avec l’intérêt croissant de ma femme à trouver des fournisseurs de mèches Africaines directement là-bas... Je suis contaminé par la curiosité !

  • Les ouvriers chinois d’ #IBM vent debout contre #Lenovo

    Depuis le début de la semaine, plus de mille #ouvriers d’une #usine IBM de #Shenzhen qui doit bientôt être reprise par le groupe #chinois Lenovo sont en #grève.

    A lire également : la douche froide à Hong Kong suite aux velléités démocratiques

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0203358864890-cette-nuit-en-asie-les-ouvriers-chinois-d-ibm-vent-debout-con

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 03/03/2014

  • A #Shenzhen, les #fabricants #chinois de #high-tech veulent voler de leurs propres ailes

    Shenzhen est un peu la Silicon Valley chinoise. C’est là que se trouvent de grandes marques de high-tech qui préparent l’avenir et s’apprêtent à passer à l’attaque.

    Excellent podcast par @JeromeColombain (twitter)

    http://www.franceinfo.fr/high-tech/nouveau-monde/a-shenzhen-les-fabricants-chinois-de-high-tech-veulent-voler-de-leurs-pro

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 11/11/2013

  • Revue de presse sur la #Chine semaine du 11.03.13

    Chine : bientôt des #fermes #verticales #urbaines qui produiront leur propre nourriture

    Avec ce projet, la ville de #Shenzhen entend bien répondre en partie à l’augmentation exponentielle de sa population tout en limitant au maximum les émission de #CO2 et de gaz à effet de serre.

    Hallucinant !

    http://www.atlantico.fr/pepites/chine-bientot-fermes-verticales-urbaines-qui-produiront-propre-nourriture-