• Silicon Valley Is Not Your Friend - The New York Times
    https://www.nytimes.com/interactive/2017/10/13/opinion/sunday/Silicon-Valley-Is-Not-Your-Friend.html
    https://static01.nyt.com/images/2017/10/13/opinion/sunday/Silicon-Valley-Is-Not-Your-Friend-1507876008370/Silicon-Valley-Is-Not-Your-Friend-1507876008370-facebookJumbo.jpg

    These menacing turns of events have been quite bewildering to the public, running counter to everything Silicon Valley had preached about itself. Google, for example, says its purpose is “to organize the world’s information, making it universally accessible and useful,” a quest that could describe your local library as much as a Fortune 500 company. Similarly, Facebook aims to “give people the power to build community and bring the world closer together.” Even Amazon looked outside itself for fulfillment by seeking to become, in the words of its founder, Jeff Bezos, “the most customer-obsessed company to ever occupy planet Earth.”

    Almost from its inception, the World Wide Web produced public anxiety — your computer was joined to a network that was beyond your ken and could send worms, viruses and trackers your way — but we nonetheless were inclined to give these earnest innovators the benefit of the doubt. They were on our side in making the web safe and useful, and thus it became easy to interpret each misstep as an unfortunate accident on the path to digital utopia rather than as subterfuge meant to ensure world domination.

    Now that Google, Facebook, Amazon have become world dominators, the questions of the hour are, can the public be convinced to see Silicon Valley as the wrecking ball that it is? And do we still have the regulatory tools and social cohesion to restrain the monopolists before they smash the foundations of our society?

    Une anecdote intéressante :

    Once Mr. Brin, Mr. Page and Mr. Zuckerberg reversed course on pursuing profits, they reported an odd thing — the public didn’t seem to care. “Do you know the most common feedback, honestly?” Mr. Brin said in 2002 when asked about the reaction to Google’s embrace of advertising. “It’s ‘What ads?’ People either haven’t done searches that bring them up or haven’t noticed them. Or the third possibility is that they brought up the ads and they did notice them and they forgot about them, which I think is the most likely scenario.”

    Et une excellente citation de John MacCarthy

    John McCarthy, the computer-science pioneer who nurtured the first hackers at M.I.T. and later ran Stanford’s artificial intelligence lab, worried that programmers didn’t understand their responsibilities. “Computers will end up with the psychology that is convenient to their designers (and they’ll be fascist bastards if those designers don’t think twice),” he wrote in 1983. “Program designers have a tendency to think of the users as idiots who need to be controlled. They should rather think of their program as a servant, whose master, the user, should be able to control it.”

    Facebook conçu pour attirer 10 mais afin d’avoir assez de matériau pour inciter l’usager à revenir

    As Mr. Weizenbaum feared, the current tech leaders have discovered that people trust computers and have licked their lips at the possibilities. The examples of Silicon Valley manipulation are too legion to list: push notifications, surge pricing, recommended friends, suggested films, people who bought this also bought that. Early on, Facebook realized there was a hurdle to getting people to stay logged on. “We came upon this magic number that you needed to find 10 friends,” Mr. Zuckerberg recalled in 2011. “And once you had 10 friends, you had enough content in your newsfeed that there would just be stuff on a good enough interval where it would be worth coming back to the site.” Facebook would design its site for new arrivals so that it was all about finding people to “friend.”

    The 10 friends rule is an example of a favored manipulation of tech companies, the network effect. People will use your service — as lame as it may be — if others use your service. This was tautological reasoning that nonetheless proved true: If everyone is on Facebook, then everyone is on Facebook. You need to do whatever it takes to keep people logging in, and if rivals emerge, they must be crushed or, if stubbornly resilient, acquired.

    As is becoming obvious, these companies do not deserve the benefit of the doubt. We need greater regulation, even if it impedes the introduction of new services. If we can’t stop their proposals — if we can’t say that driverless cars may not be a worthy goal, to give just one example — then are we in control of our society? We need to break up these online monopolies because if a few people make the decisions about how we communicate, shop, learn the news, again, do we control our own society?

    #Silicon_valley #Cyberlibertariens #Google #Facebook #Economie_attention #Médias_sociaux


  • [Forum] | Trump : A Resister’s Guide | Harper’s Magazine - Part 11
    https://harpers.org/archive/2017/02/trump-a-resisters-guide/11
    http://harpers.org/wp-content/uploads/2017/02/HA037__2VP70-1.png

    y Kate Crawford

    Dear Technologists:

    For the past decade, you’ve told us that your products will change the world, and indeed they have. We carry tiny networked computers with us everywhere, we control “smart” home appliances at a remove, we communicate with our friends and family over online platforms, and now we are all part of the vast Muslim registry known as Facebook. Almost 80 percent of American internet users belong to the social network, and many of them happily offer up their religious affiliation. The faith of those who don’t, too, can be easily deduced with a little data-science magic; in 2013, a Cambridge University study accurately detected Muslims 82 percent of the time, using only their Facebook likes. The industry has only become better at individual targeting since then.

    You’ve created simple, elegant tools that allow us to disseminate news in real time. Twitter, for example, is very good at this. It’s also a prodigious disinformation machine. Trolls, fake news, and hate speech thrived on the platform during the presidential campaign, and they show few signs of disappearing now. Twitter has likewise made it easier to efficiently map the networks of activists and political dissenters. For every proud hashtag — #BlackLivesMatter, #ShoutYourAbortion, the anti-deportation campaign #Not1More — there are data sets that reveal the identities of the “influencers” and “joiners” and offer a means of tracking, harassing, and silencing them.

    You may intend to resist, but some requests will leave little room for refusal. Last year, the U.S. government forced Yahoo to scan all its customers’ incoming emails, allegedly to find a set of characters that were related to terrorist activity. Tracking emails is just the beginning, of course, and the FBI knows it. The most important encryption case to date hinged on the FBI’s demand that Apple create a bespoke operating system that would allow the government to intentionally undermine user security whenever it impeded an investigation. Apple won the fight, but that was when Obama was in office. Trump’s regime may pressure the technology sector to create back doors in all its products, widen surveillance, and weaken the security of every networked phone, vehicle, and thermostat.

    There is precedent for technology companies assisting authoritarian regimes. In 1880, after watching a train conductor punch tickets, Herman Hollerith, a young employee of the U.S. Census Bureau, was inspired to design a punch-card system to catalogue human traits. The Hollerith Machine was used in the 1890 census to tabulate markers such as race, literacy level, gender, and country of origin. During the 1930s, the Third Reich used the same system, under the direction of a German subsidiary of International Business Machines, to identify Jews and other ethnic groups. Thomas J. Watson, IBM’s first president, received a medal from Hitler for his services. As Edwin Black recounts in IBM and the Holocaust, there was both profit and glory to be had in providing the computational services for rounding up the state’s undesirables. Within the decade, IBM served as the information subcontractor for the U.S. government’s Japanese-internment camps.

    You, the software engineers and leaders of technology companies, face an enormous responsibility. You know better than anyone how best to protect the millions who have entrusted you with their data, and your knowledge gives you real power as civic actors. If you want to transform the world for the better, here is your moment. Inquire about how a platform will be used. Encrypt as much as you can. Oppose the type of data analysis that predicts people’s orientation, religion, and political preferences if they did not willingly offer that information. Reduce the quantity of personal information that is kept. And when the unreasonable demands come, the demands that would put activists, lawyers, journalists, and entire communities at risk, resist wherever you can. History also keeps a file.

    #Silicon_valley #Fichage #Médias_sociaux #Chiffrement #Ethique


  • GOD IS A BOT, AND ANTHONY LEVANDOWSKI IS HIS MESSENGER | WIRED
    https://www.wired.com/story/god-is-a-bot-and-anthony-levandowski-is-his-messenger
    https://media.wired.com/photos/59caa17e1260692c955ae3a4/191:100/pass/levandoswkilead.jpg

    Many people in #Silicon_Valley believe in the Singularity—the day in our near future when computers will surpass humans in intelligence and kick off a feedback loop of unfathomable change.

    When that day comes, Anthony Levandowski will be firmly on the side of the machines. In September 2015, the multi-millionaire engineer at the heart of the patent and trade secrets lawsuit between Uber and Waymo, Google’s self-driving car company, founded a religious organization called Way of the Future. Its purpose, according to previously unreported state filings, is nothing less than to “develop and promote the realization of a Godhead based on Artificial Intelligence.”

    #dieu #robot



  • Uber’s search for a female CEO has been narrowed down to 3 men - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/news/the-switch/wp/2017/08/04/ubers-search-for-a-female-ceo-has-been-narrowed-down-to-3-men

    Workplace experts pointed to a phenomenon known to researchers as “the glass cliff,” in which women are more often called into corporate leadership roles in times of crisis, and are therefore subject to more criticism if companies don’t perform well.

    #titre_parfait #sexisme #uber #silicon_valley


  • Forget #Wall_Street#Silicon_Valley is the new political power in Washington | Technology | The Guardian
    https://www.theguardian.com/technology/2017/sep/03/silicon-valley-politics-lobbying-washington

    The company spent just $80,000 on #lobbying in 2003. Today, its parent company, Alphabet, spends more on lobbying than any other corporation – $9.5m in the first half of 2017 alone and $15.4m the previous year. In 2013, the company signed a lease on a 55,000-square-foot office, roughly the same size as the White House, less than a mile away from the Capitol Building.

    And it’s not just #Google. #Facebook, #Amazon, #Apple and #Microsoft – which was hamstrung by its lacklustre early efforts to court policymakers – have been pouring money into Washington.

    “They are overwhelming Washington with money and lobbyists on both sides of the aisle,” said Robert McChesney, communications professor at the University of Illinois. “The Silicon Valley billionaires and CEOs are libertarian, low-tax deregulation buddies of the Koch brothers when it comes to talking to Republicans, and dope-smoking, gay rights activist hipsters when they mix with the Democrats.”

    #caméléons


  • Why Men Don’t Believe the Data on Gender Bias in Science

    Earlier this summer Google engineer James Damore posted a treatise about gender differences on an internal company message board and was subsequently fired. The memo ignited a firestorm of debate about sex discrimination in #Silicon_Valley; this followed months of reporting on accusations of harassment at #Uber and elsewhere. Sex discrimination and harassment in tech, and in science more broadly, is a major reason why women leave the field. Nationally, there has long been handwringing about why women are underrepresented in STEM (science, technology, engineering, and math), which has led to calls for increased mentoring, better family leave policies, and workshops designed to teach women how to negotiate like men.

    https://media.wired.com/photos/599720891e15a82658c71527/master/w_942,c_limit/WomenScience-TA-466028086.jpg
    https://www.wired.com/story/why-men-dont-believe-the-data-on-gender-bias-in-science
    #genre #biais #science #femmes #hommes #université #inégalités #sciences_dures #sciences_naturelles #discriminations #harcèlement


  • Le parcours d’une combattante contre le #sexisme dans la Silicon Valley
    https://usbeketrica.com/article/ellen-pao-le-parcours-d-une-combattante-contre-le-sexisme-dans-la-silic
    https://static.usbeketrica.com/images/thumb_840xh/599c34a14d977.jpg

    En 2015, Ellen Pao intentait le premier procès retentissant pour harcèlement au sein de la Silicon Valley. Elle livre de larges extraits du livre relatant son expérience au New York Magazine. Une plongée dans un univers concurrentiel et violent, construit par et pour des hommes issus des plus grandes universités américaines.

    #sexisme #discriminations #genre #travail #silicon_valley #ellen_pao


  • The billion-dollar palaces of Apple, Facebook and Google | Art and design | The Guardian
    https://www.theguardian.com/artanddesign/2017/jul/23/inside-billion-dollar-palaces-of-tech-giants-facebook-apple-google-lond
    https://i.guim.co.uk/img/media/f664fadc479821fd203d641bbe4f0d8d0f81f00e/0_167_1616_970/master/1616.jpg?w=1200&h=630&q=55&auto=format&usm=12&fit=crop&crop=faces%2Centropy&bm=normal&ba=bottom%2Cleft&blend64=aHR0cHM6Ly91cGxvYWRzLmd1aW0uY28udWsvMjAxNi8wNS8yNS9vdmVybGF5LWxvZ28tMTIwMC05MF9vcHQucG5n&s=8e4f22172a448fc1a3f74c6e7cb6bae2

    Each campus is a self-contained universe where everything – the species of vegetation, the graphics, the food in the cafe, the programming of events, the architecture, is determined by the management. They make their own weather.

    Under the Google tent or inside the Apple circle there is little but googleness or appleness. There is nature but – despite the meticulous selection of native plants – it is of an abstract, managed kind. There is art, but it is drained of the power to shock and subvert, leaving only diversion and reassurance. There is architecture but, notwithstanding the high degree of invention that goes into materials, it finds it hard to shed the quality of computer renderings, the sense that buildings are made of a kind of digistuff, which could as well be one thing or another.

    #architecture #faux

    It’s also striking that for all its fame #Silicon_Valley makes little impression on the visual consciousness of the world – there’s not a strong sense of what it actually looks like. Until now it has lacked landmarks.


  • Macron’s California Revolution | by Sylvain #Cypel | NYR Daily | The New York Review of Books
    http://www.nybooks.com/daily/2017/07/05/macrons-california-revolution
    http://www.nybooks.com/wp-content/uploads/2017/07/macron-california.jpg

    Among the many ideas put forward by Emmanuel Macron, the new French president, was to institute an annual speech to the French parliament, a sort of State of the Union à la française. It seems that he couldn’t wait more than ten days after the legislative elections to give it a try. On Monday, in a major speech in the French Parliament, Macron compared his election to a “new start” for a country that is “regaining optimism and hope”; he also introduced a raft of bold proposals for streamlining government. But even bolder than his proposals was the speech itself, and the American-style executive it seemed to usher in.

    Along with the speech, there has been Macron’s quasi-official investiture of his wife, Brigitte, as a highly visible First Lady. And then there are the market-driven economic policies he has endorsed. All this has seemed—from the French point of view—emblematic of Macron’s #fascination with the United States. Or to be more exact, with the California version of the United States, where #Silicon_Valley libertarianism mixes with a general progressivism on social issues—access to education and health care, openness to immigration and minorities, support for gay marriage, efforts to control climate change, etc. Didn’t he declare, on June 15, visiting VivaTech, a technological fair, that he intends to transform #France in “a nation of #start-ups” able to “attract foreign talents”?

    #Etats-Unis


  • Philippe Vion-Dury : « Le vrai visage de la Silicon Valley, c’est celui du capitalisme prédateur » – Le Comptoir
    https://comptoir.org/2016/10/28/philippe-vion-dury-le-vrai-visage-de-la-silicon-valley-cest-celui-du-capit
    https://comptoirdotorg.files.wordpress.com/2016/10/silicon.jpg?w=392&h=600

    Le Comptoir : Le numérique est souvent vu comme démocratique et porteur de nouvelles libertés. Pour vous, il est cependant responsable d’une « nouvelle servitude volontaire » en édifiant un modèle sécuritaire, sans surprise, et où les individus sont à la fois normalisés et isolés les uns des autres. Sur quels arguments s’appuient ces critiques ? Les nouvelles technologies sont-elles mauvaises en soi, ou bien est-ce leur utilisation qui est mauvaise ?

    phillipePhilippe Vion-Dury : Peut-être faut-il commencer par expliciter l’expression « nouvelle servitude volontaire » dans ce contexte. Il y a servitude, car de grandes multinationales des nouvelles technologies numériques font tout pour prédire nos désirs, comportements et potentiels afin de mieux les contrôler, les orienter ou les dicter – se rendre maîtres de nous. Cette servitude est volontaire dans la mesure où ce contrôle, ce pouvoir, s’exerce par la médiation d’outils et de plateformes que nous utilisons volontairement et quotidiennement comme Facebook, Netflix, Uber, Spotify ou Google. Ce sont les algorithmes de ces entreprises qui construisent notre monde social (le fil d’actualités), nos recherches (les résultats après requête), définissent le trajet le plus court, le partenaire idéal, la prochaine chanson à écouter ou vidéo à visionner. Enfin, cette servitude volontaire est “nouvelle”, car ce pouvoir qui émerge n’est pas une domination à l’ancienne, où l’on nous dit quoi faire ou ne pas faire avec des ordres et des interdits, – patriarcale et disciplinaire –, mais une domination infiniment plus soft, insidieuse, bienveillante, immanente au champ social, agissant par la multiplication des suggestions, incitations, conseils, recommandations… J’essaie de ramasser cette idée à la fin du livre en opposant la figure très actuelle de Big Mother à celle, selon moi révolue, de Big Brother.

    Peut-être une autre “société numérique” est-elle possible, mais disons que le numérique permet un développement du libéralisme en accouchant d’une sorte de « libéralisme algorithmiquement régulé » – une expression absolument affreuse. L’alliance entre Wall Street et la Silicon Valley est facilitée par une résonance entre le capitalisme libéral et la “société numérique” imaginée par les cybernéticiens : tous deux reposent sur une axiomatique des systèmes auto-régulés, tous deux envisagent les hommes de manière non-humaine, tous deux se placent dans une perspective saint-simonienne et envisagent, vous l’avez dit, le bon gouvernement comme une « saine administration des choses » qui se ferait par l’application de lois (économiques, communicationnelles, etc), et tous deux haïssent, en conséquence, le politique, l’humain, l’indétermination, le hasard, l’erreur ou l’affect.

    Mais attention, ce ne sont pas les nouvelles technologies elles-mêmes qui empêchent l’autonomie (ou l’auto-institution politique, qu’il faudrait prendre le temps de définir plus longuement), mais plutôt l’hétéronomie dont elles sont vectrices. Ces mêmes technologies pourraient avoir une place dans une société réellement autonome, même si leur visage serait certainement bien différent. Mais, il est difficile de nier que ces technologies renforcent aujourd’hui l’hétéronomie à deux têtes (la Silicon Valley et Wall Street) au détriment de l’autonomie. Cela doit mener à deux conclusions. La première est que lutter pour une société nouvelle en s’en remettant exclusivement aux nouvelles technologies (éthique des hackers et makers) ou au contraire en rejetant en bloc celles-ci (néo-luddisme et rejet en bloc des technologies modernes) serait une erreur : le recours aux technologies porte le risque de renforcer le pouvoir en place, leur rejet porte celui de passer à côté de leurs bienfaits éventuels dans l’organisation d’une société meilleure. La seconde conclusion est qu’il faut redonner ses lettres de noblesse à la critique de la technologie, longtemps mise de côté par la “critique classique” française.

    #Silicon_Valley #idéologie_californienne #politique_numérique


  • A Backlash Builds Against Sexual Harassment in Silicon Valley - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/07/03/technology/silicon-valley-sexual-harassment.html

    https://static01.nyt.com/images/2017/07/04/business/04HARASS2/04HARASS2-facebookJumbo.jpg

    Several other start-up investors have also issued mea culpas for not doing enough to prevent sexual harassment, with some around the world beginning to strategize over how to avert the episodes in the first place. The New England Venture Capital Association, a trade group, last week invited its members to sign an anti-discrimination and sexual harassment statement. In Australia, start-up entrepreneurs also issued a statement condemning the behavior.

    For years, the start-up and venture capital industry — which is predominantly male — has been immune to criticism about its behavior because the industry has created immense wealth by churning out hit companies, such as Facebook, Snap and Uber. The backlash now suggests that those successes are no longer enough to excuse the anything-goes conduct of some investors and entrepreneurs.

    With more women willing to speak openly about harassment and discrimination, Kate Mitchell, a founder of a Silicon Valley venture firm, Scale Venture Partners, said the industry was facing “a tipping point.”

    “The fact this behavior is pervasive and what we know seems to be the tip of the iceberg has made us understand the difficulty and reality of our challenge,” Ms. Mitchell said. “Actions need to be more aggressive and more all encompassing than what I previously thought.”

    #Silicon_Valley #agressions_sexuelles #idéologie_californienne


    • 500 Startups a récemment lancé une enquête interne sur la question, rapporte Silicon Beat. Dave McClure « a reconnu des conduites inappropriées envers des femmes de la communauté tech », admis « avoir fait des erreurs et se faire maintenant conseiller pour travailler à changer ses conduites autrefois inacceptables ». Il a surtout dû quitter ses fonctions de PDG « il y a quelques mois »...



  • Ses employés ne viennent plus au bureau, Wordpress ferme ses locaux à San Francisco (et il n’est pas le seul)

    http://www.usine-digitale.fr/article/ses-employes-ne-viennent-plus-au-bureau-wordpress-ferme-ses-locaux-a-

    http://www.usine-digitale.fr/mediatheque/8/7/1/000558178_pageListeTypeACropped/locaux-automattic-san-francisco.jpeg

    Dans la Silicon Valley, le « remote » est devenu une norme de travail. Une grande majorité des entreprises autorisent leurs employés à travailler de chez eux une fois par semaine, quand d’autres, comme Automattic, donnent le choix du remote permanent. Une pratique qui a rendu obsolètes les locaux san franciscains de l’entreprise éditrice de Wordpress.

    #technologie #start-up #calfornie #silicon_valley


  • Quand la #Silicon_Valley réforme l’#école
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-vie-numerique/quand-la-silicon-valley-reforme-lecole
    https://www.franceculture.fr/s3/cruiser-production/2017/06/8a6c59f7-fe53-497a-9ce6-2bbe9c7b1b1e/600x337_ecole.jpg

    Mais le plus intéressant - et sans doute le plus inquiétant - est ailleurs, dans la logique profonde des principes pédagogiques mis en oeuvre par ces entreprises. On retrouve la même idée chez Facebook et Netflix : personnaliser au maximum l’#enseignement. Le #logiciel financé par #Netflix pour enseigner les #maths fonctionne avec des #algorithmes qui ont des points communs avec ceux de la plateforme : le logiciel garde trace de tous les actes de l’#élève et adapte les exercices aux résultats précédents (pas pour proposer le film que vous allez aimer, mais l’exercice qui vous fera progresser). La logique est la même pour #Zuckerberg, le patron de #Facebook : personnaliser l’apprentissage et faire de l’#enseignant un simple tuteur. C’est une logique compliquée à critiquer car après tout, elle permet de faire ce que rêverait l’école de pouvoir faire : “remettre l’élève au centre de l’école”, s’adapter au rythme de chacun, à ses aptitudes cognitives propres. Sauf que c’est aussi l’accomplissement d’une logique à l’oeuvre dans le web depuis longtemps maintenant, et dont on peut observer les résultats. L’#information qui nous arrive est de plus en plus personnalisée, ce qui fait que ce nous ne voyons pas les mêmes choses, parce que l’algorithme pense savoir ce qui nous intéressera, ce dont nous avons besoin, ce que nous désirons. Un des effets, c’est la “#bulle_informationnelle”. Comment être certain que des apprentissages hyper-individualisés ne produisent pas un effet semblable, mais du point de [vue] #cognitif ? Comment ne pas dissoudre le #collectif de la classe qui certes a ses complexités mais est aussi un espace où on s’attend, où l’on s’entraide (même en trichant) ? Mais est-ce pire qu’une #école qui peine à prendre en considération les #particularités individuelles ? J’avoue que je ne sais pas bien comment répondre à ces questions. Mais une chose est sûre, il vaut mieux se les poser avant que d’autres y répondent pour nous.


  • Inside ProtectWise, the Futuristic Startup That Ran Cybersecurity for the Super Bowl | Inc.com
    https://www.inc.com/kevin-j-ryan/protectwise-futuristic-cybersecurity-startup.html
    https://www.incimages.com/uploaded_files/inlineimage/630x0/Immersive-Grid-cityscape_42721.jpg

    “Most cybersecurity systems have the same interface as the cable modem in your house,” he says. “That needed to change.”

    ProtectWise, which Chasin co-founded in 2014 in Denver with former McAfee exec Gene Stevens, completely reimagines the way cybersecurity software looks. Instead of staring at pie charts and seemingly infinite strings of characters, you’re presented with something much more visual: a three-dimensional cityscape. Your company’s entire network is laid out in front of you, and you can easily detect and observe abnormal behavior in real time—or rewind to see when and how an attack occurred.

    To create the company’s futuristic interface, Chasin recruited Jake Sargeant, a Hollywood designer who has worked on visual effects for CGI-intensive films like Tron: Legacy and Terminator Salvation.

    #interface #visualisation #cybersécurité aussi (mais ça je m’en fous un peu)

    Une passerelle #Hollywood > #Silicon_Valley dans le sens inverse



  • Dans les ateliers de la #modération en continu
    http://www.humanite.fr/de-quoi-cauchemardent-les-nettoyeurs-invisibles-de-la-toile-635868

    Sarah T. Roberts, enseignante et chercheuse aux États-Unis, a rencontré ces travailleurs invisibles, qu’ils soient dans la #Silicon_Valley ou dans des centres d’appels aux #Philippines.

    Certains tentent de trouver un sens à ce qu’ils font et m’ont dit  : «  Je peux le supporter, je fais cela pour protéger les autres, que vous n’ayez pas à voir toutes ces horreurs.  » Mais je n’ai rencontré personne qui se sente bien. Cette #violence rejaillit sur leur #vie_privée, leur sommeil. Certains ont sombré dans l’alcool ou la dépression… On ne connaît pas non plus les effets à long terme de ce travail sur les gens. Et, bien entendu, aucun de ces travailleurs n’est formé, préparé à ce qu’il va devoir regarder au quotidien. Il n’y a aucun suivi, aucune aide. Le pire est qu’ils ne peuvent même pas en parler à leurs proches. Deux d’entre eux ont récemment été déclarés en incapacité totale de travailler à la suite d’une expertise médicale et psychologique. Depuis qu’ils ont dû voir des vidéos de viols de jeunes enfants, ils souffrent de stress post-traumatique et ont demandé plusieurs fois à être changés de service. Juste avant le Nouvel An, ils ont porté plainte contre Microsoft, leur employeur. Ce sont les seuls à voir pu le faire puisque dans toutes les autres plateformes, les modérateurs de contenu sont employés par des sous-traitants, ce qui permet aux géants du Web de ne pas être tenus directement responsables. Là, ils travaillaient de plein droit pour Microsoft. On ne sait pas encore quand le procès aura lieu, mais je reste assez surprise que la multinationale ne leur ait pas versé une belle somme d’argent assortie d’une clause de non-divulgation et choisisse de se risquer en justice…

    #travail #entreprise #digital_labor via @cuisineanxious

    Autre entretien avec la dame dans Usbek & Rica
    https://usbeketrica.com/article/les-eboueurs-du-web-moderateurs-invisibles-des-reseaux-sociaux
    https://s3-eu-west-1.amazonaws.com/usb-prd-upload/images/thumb_700xh/58e498f1d5dd5.png


  • Fraud in #Silicon_Valley : Startups Show Their Unethical Underside
    http://fortune.com/silicon-valley-startups-fraud-venture-capital
    https://fortunedotcom.files.wordpress.com/2016/12/silopener3_web.png?w=820&h=570&crop=1

    Silicon Valley has always seen itself as the virtuous outlier, a place where altruistic nerds tolerate capitalism in order to make the world a better place. Suddenly the Valley looks as crooked and greedy as the rest of the business world. And the growing roster of scandal-tainted startups share a theme. Faking it, from marketing exaggerations to outright fraud, feels more prevalent than ever—so much so that it’s time to ask whether startup culture itself is becoming a problem.

    #fraude


  • Marissa Mayer , CEO de Yahoo !, sa carrière résumée en une page. (c’est comme ça que je perçois l’article).
    Mon partage n’est pas une ode au capitalisme, plus, un intérêt pour une personne déconsidérée en plein cœur de l’économie de marché. Elle n’est sûrement pas à plaindre.
    En plus, un article du monde, d’habitude, je partage avec des pincettes (sur le nez). Mais la rubrique Pixel semble mieux travaillée.
    http://s2.lemde.fr/image/2017/04/28/534x0/5119597_6_3b62_marissa-mayer-la-pdg-de-yahoo-en-2013_0739ebe78ce5567a44dcff099e7f73ed.jpg
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/04/28/le-lent-declin-de-la-toute-puissante-patronne-de-yahoo_5119598_4408996.html
    Extrait à ma sauce :

    Elle a étudié la psychologie cognitive. Elle arrive chez Google en 1999 comme la vingtième employée de l’entreprise, nommée responsable de la page d’accueil. Marissa Mayer participe à de très nombreux projets-clefs, dont la création d’AdWords, Gmail, Google Maps.
    À partir de 2010, lorsque Larry Page reprend le poste de PDG, Marissa Mayer, perd une partie de son pouvoir et est partiellement écartée des grandes décisions stratégiques.
    En juillet 2012, elle quitte Google pour diriger Yahoo ! dans une situation catastrophique. Elle met en place une vaste réorganisation. Alors que les actionnaires la pressent de licencier des milliers d’employés pour redresser les comptes, elle les convainc de lancer plutôt de nouveaux projets.
    Elle met en place un nouveau système d’évaluation des performances des salariés, censé les rendre plus productifs et pousser vers la sortie les moins impliqués, baptisé « Quarterly Performance Reviews ». Structurellement injuste, le système bloque l’avancement et les augmentations des employés, est critiqué à la fois par les salariés du bas de l’échelle et par les managers.
    Les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage de masse de la NSA révèlent que l’agence américaine espionne les données des utilisateurs de Yahoo !
    Le magazine Fortune, qui l’a placée plusieurs années dans son classement des plus puissants patrons au monde, la fait passer en 2016 dans sa liste des chefs d’entreprise les plus décevants.
    Les départs de personnes clefs se multiplient chez Yahoo !
    Elle part avec un parachute doré de 190 millions de dollars.

    #people #femmes #historicisation #silicon_valley

    • Commentaire trouvé dans la suite de l’article :

      La valeur boursière de Yahoo a été multipliée par 3 depuis son arrivée. Passant de 15 milliards à 45 milliards de dollars. Pas si mal pour quelqu’un qui a échoué .

      Les $190 Millions ne sont pas un cheque fait par Yahoo mais le benefice qu’elle tirera de la vente de ses actions.

      C’est vrai que l’article prend un ton d’échec ? Je ne l’ai pas lu ainsi.

    • J’inclus l’article complet si jamais il venait à cacher derrière un #paywal

      Elle part avec un parachute doré de 190 millions de dollars, mais en quittant Yahoo ! après le rachat de l’entreprise par Verizon, Marissa Mayer a cependant laissé beaucoup de son image. En cinq ans, depuis son arrivée en 2012 à la tête du géant du Web américain, Mme Mayer a multiplié les déceptions.

      Longtemps considérée comme la femme la plus puissante de la Silicon Valley, avec Sheryl Sandberg de Facebook, Marissa Mayer a eu une trajectoire stratosphérique. Née en 1975, elle a étudié la psychologie cognitive et l’informatique à Stanford (Californie), où elle se spécialise dans l’intelligence artificielle avant de rejoindre Google en 1999 comme la vingtième employée de l’entreprise – refusant au passage des offres prestigieuses, dont un poste d’enseignante à Carnegie Mellon (Pennsylvanie).

      Au sein de Google, qui croit à une très grande vitesse au début des années 2000, elle occupe rapidement des postes à responsabilité – elle est notamment nommée responsable de la page d’accueil de Google, à une époque où cette page est non seulement la vitrine mais aussi l’unique produit de ce qui n’est encore qu’un moteur de recherche. Elle a laissé dans l’entreprise l’image d’une travailleuse compulsive, obsessionnelle du détail – elle systématise les « tests A/B », consistant à présenter à deux échantillons de visiteurs des versions légèrement différentes du site pour voir laquelle est la plus efficace. Sous la direction de Marissa Mayer, chaque élément de la spartiate page d’accueil de Google est testé, depuis les nuances de couleur du logo jusqu’à la taille des éléments, au pixel près.

      Chez Google, Marissa Mayer participe à de très nombreux projets-clefs, dont la création d’AdWords, celles de Gmail, Google Maps ou encore Google News, tout en enseignant à temps partiel à Stanford. Nommée vice-présidente à la recherche et à l’expérience utilisateur en 2005, elle fait partie des « poids lourds » de l’entreprise, a l’oreille des deux fondateurs de Google (Larry Page et Sergueï Brin), et tout semble lui réussir.

      Mais à partir de 2010, lorsque Larry Page reprend le poste de PDG détenu par Eric Schmidt, les équilibres politiques se modifient : Marissa Mayer, qui a aussi son lot de critiques en interne, change de titre, perd une partie de son pouvoir, et est partiellement écartée des grandes décisions stratégiques.

      La sauveuse annoncée de Yahoo !

      En juillet 2012, elle quitte Google pour diriger Yahoo !, qui est à l’époque au creux de la vague ; l’entreprise, longtemps leader, est dans une situation catastrophique. Marissa Mayer est chargée de la redresser, et pour ce faire, elle lance un grand plan ambitieux, qui commence par la revente d’une partie de la participation de Yahoo ! dans le groupe de vente en ligne chinois Alibaba, en plein essor. L’argent dégagé lui permet de lancer une série d’acquisitions spectaculaires, dont Tumblr en 2013, la plate-forme de microblogs qui connaît alors un succès spectaculaire – mais que Yahoo ! a dû payer au prix fort, 1,1 milliard de dollars, et dont la valorisation est aujourd’hui estimée à 700 millions de dollars.

      En parallèle, elle met en place une vaste réorganisation de Yahoo !. Alors que les actionnaires la pressent de licencier des milliers d’employés pour redresser les comptes, elle les convainc de lancer plutôt de nouveaux projets, et s’engage à trouver d’autres sources d’économies. Elle instaure un système de vote interne, qui permet aux employés de soumettre des questions à la direction, organise de rencontres régulières sur le campus de l’entreprise… Surtout, elle met en place un nouveau système d’évaluation des performances des salariés, censé les rendre plus productifs et pousser vers la sortie les moins impliqués.

      Baptisé « Quarterly Performance Reviews », le système, inspiré de celui en vigueur à Google, est particulièrement byzantin : tous les managers doivent noter, chaque trimestre, tous leurs subordonnés, mais ils doivent le faire en respectant des pourcentages de notes. En pratique, seuls 10 % des employés d’une équipe peuvent obtenir la meilleure note, et 5 % de chaque équipe doit recevoir la pire notation. Structurellement injuste, notamment dans les plus petites équipes, le système bloque l’avancement et les augmentations des employés, est critiqué à la fois par les salariés du bas de l’échelle et par les managers, et provoque en 2013 une vaste fronde au moment où l’entreprise a pourtant réussi à redevenir « cool » depuis l’extérieur.

      S’y ajoutent de vives critiques contre l’interdiction, instaurée par Marissa Mayer, du télétravail, qui pénalise principalement les femmes ; le recrutement de plusieurs anciens « googlers », perçu comme du favoritisme ; et des procès pour licenciements abusifs intentés par d’ex-employés mis à la porte par la nouvelle direction.
      Piratages, problèmes juridiques…

      En un an, Marissa Mayer, accueillie en sauveuse par Yahoo !, est confrontée à des difficultés importantes en interne, tandis que Yahoo ! ne parvient pas à redresser la barre sur le plan financier. Les problèmes s’enchaînent aussi pour l’entreprise sur le plan de la vie privée des utilisateurs : les révélations d’Edward Snowden sur l’espionnage de masse de la NSA révèlent que l’agence américaine espionne les données des utilisateurs de Yahoo !, qui dément toute coopération.

      Plusieurs autres scandales se succèdent. En 2014, l’entreprise est victime d’un piratage de masse, concernant les données personnelles de près d’un milliard d’utilisateurs : c’est le plus important vol de données de l’histoire, qui ne sera rendu public que deux ans plus tard – et dont l’annonce viendra plomber les négociations de rachat par Verizon, qui obtiendra un rabais substantiel dans les discussions. Un autre revers majeur pour Marissa Mayer intervient en 2015, lorsque des incertitudes juridiques conduisent à l’abandon du projet de scission de la participation dans Alibaba, un projet majeur ardemment défendu par la PDG de Yahoo !.

      Marissa Mayer a finalement suivi la longue descente aux enfers de Yahoo !, alors que l’entreprise continue de perdre des parts de marché. Le magazine Fortune, qui l’a placée plusieurs années dans son classement des plus puissants patrons au monde, la fait passer en 2016 dans sa liste des chefs d’entreprise les plus décevants – au dernier trimestre 2015, son entreprise a perdu la somme astronomique de 4,4 milliards de dollars.

      Les départs de personnes clefs se multiplient chez Yahoo ! – dont celui du responsable de la sécurité du groupe, le très respecté Alex Stamos, à qui Marissa Mayer avait caché un accord secret avec le gouvernement américain pour détecter en temps réel des mots-clefs dans les e-mails des utilisateurs de Yahoo !.

      Malgré ces multiples échecs, avant que son départ de Yahoo ! ne soit officialisé, Marissa Mayer avait laissé entendre à plusieurs reprises qu’elle souhaitait continuer à diriger l’entreprise après son rapprochement avec AOL, décidé par Verizon. Mais cette option était jugée très peu crédible par tous les observateurs.

      L’article dit aussi de lire :
      http://siliconvalley.blog.lemonde.fr/2017/04/28/marissa-mayer-va-quitter-yahoo-avec-190-millions-de-dolla
      http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/03/15/yahoo-quatre-inculpations-prevues-dans-le-cadre-de-la-cyberattaque-de-2014_5
      http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/02/16/de-faux-cookies-ont-ete-utilises-pour-pirater-des-comptes-e-mail-yahoo_50805

    • Elle n’hérite que d’une seul livre et un brûlot
      Olivier Wurlod, « La patronne de Yahoo ! déçoit de plus en plus » , 24 heures,‎ 24 avril 2015, p. 13 (ISSN 1661-2256)
      Moi qui pensait trouver une autobiographie ou un bouquin de techniques cognitives.
      En fait, il y en a plein en anglais. Bizarre qu’ils n’apparaissent pas sur Wikipédia Fr.

    • Pour ta question d’il y a 3 mois : « C’est vrai que l’article prend un ton d’échec ? Je ne l’ai pas lu ainsi. »
      Le titre de l’article que tu linkais est quant même très dépréciatifs :

      Le lent déclin de la toute-puissante patronne de Yahoo !

      Marissa Mayer, intellectuelle brillante, passée par les plus hautes responsabilités à Google, a enchaîné échecs et mauvaises décisions à la tête de Yahoo !.

      Même si le contenu n’est pas conforme au titre (et le contenu détail pas mal de problèmes) et que le titre et l’accroche n’est pas fait par les mêmes personnes que le contenu de l’article, le résultat est que l’impression général qui se dégage est à base de « déclin, échecs et mauvaises décisions »

      Après ce qui est bon ou pas change selon les point de vue, pour les actionnaires ca semble de bonnes décisions, si comme le dit le commentaire que tu relève il y a un triplement de la valeur boursière.
      Si on parle de bonnes décisions du point de vue sociale, ca m’étonnerais qu’on puisse tripler la valeur en bourse de Yahoo dans faire des choses nuisibles aux populations du style évasion fiscale et ce genre de choses.


  • ARTE+7 | Silicon Valley - La révolution des hackers
    http://www.arte.tv/guide/fr/062910-000-A/silicon-valley

    Dans les années 1970, une poignée de « geeks » avant-gardistes propulse cette région de Californie sur le devant de la scène internationale. L’aube d’un bouleversement technologique majeur.

    Si la Silicon Valley abrite aujourd’hui des entreprises informatiques pesant des milliards d’euros en Bourse, le pôle californien des industries de pointe présentait dans les années 1970 un visage hétéroclite, chaotique et rebelle. Lequel allait donner naissance à l’une des plus grandes révolutions du XXe siècle : l’avènement du micro-ordinateur et d’Internet. À l’époque, de jeunes précurseurs rêvent de changer le monde et personne n’aurait imaginé combien leur action allait transformer la société. Aujourd’hui, smartphones, réseaux sociaux et postes de travail informatisés permettent d’être en permanence connecté, et les grands groupes informatiques voient leur capitalisation boursière s’accroître de manière exponentielle. Mais les visionnaires d’alors aspiraient-ils vraiment à ce monde-là ? Retour sur les origines d’une révolution planétaire.


    • « L’enjeu de rentrer en France est ailleurs. Il s’agit de ne plus penser qu’à moi mais à mon pays. Il s’agit de participer aux débats publics de la constituante pour la 6ème République, de reconstruire la souveraineté politique de la France, de participer à la transition écologique, de voir se mettre en place petit à petit le partage des richesses, de penser le bien commun avant la propriété privée, de voir les services publics se refonder, la sécurité sociale s’universaliser et de commencer les jours heureux. Car si seul on va plus vite comme j’ai pu le faire par le passé, mais ensemble on va plus loin. Cela passe nécessairement au dessus d’un destin personnel, pour partager un destin commun avec mes compatriotes. N’est-ce pas d’ailleurs la définition de la Nation ? Un peuple partageant un même destin commun ? Je pense que l’on ne se sentira jamais autant Français qu’avec Jean-Luc Mélenchon et ses équipes au pouvoir. Cet amoureux de la France et de sa Grande Révolution a ancré en lui les valeurs républicaines Liberté, Egalité, Fraternité et saura les appliquer face aux tournants de l’Histoire et sa grande hache.

      Mes procurations sont faites, je voterai Mélenchon au 1er et au 2ème tour. »

      Mehdi Medjaoui


  • Silicon Valley’s Cult of Nothing
    https://thebaffler.com/latest/cult-of-nothing

    Like so much #Silicon_Valley newspeak, the myth of the immaterial is actually a cult of the very, very material. Small consumer tech now matches expensive watches and jewelry as commodity fetishism, and #Apple is the undisputed champion, creating a powerful mythology around their pricey products. Apple stores are like brightly-lit secular churches in our air-conditioned malls, attended to by an army of blue-shirted guides offering advice to the laity. In these sanctuaries, the sweatshop horrors of Shenzhen feel a long, long way away.

    This is a dangerous contradiction. The more magically accessible the technology becomes, the easier it is for us to thoughtlessly overuse it. And our overuse has appalling effects on both people and our environment. #Google does the work of an entire old-fashioned research team in milliseconds, and brings the results silently to our screen: it just feels so clean, so efficient, that we can’t see a problem. In fact, a single Google search (among the billions executed every day) releases half the carbon of a boiling kettle; the company as a whole produces as much #CO2 as Laos. Beware the calming ease of the click.

    #novlangue #matériel #immatériel


  • Trump’s new H1-B rules will end era of cheap Indian engineers on US outsourcing gigs — Quartz
    https://qz.com/950090/trumps-new-h1-b-rules-will-end-era-of-cheap-indian-engineers-on-us-outsourcing-g
    https://qzprod.files.wordpress.com/2017/04/techies.jpg?quality=80&strip=all&w=1600

    The Donald Trump administration may have hammered the final nail in the coffin for low-paid Indian information technology (IT) workers out on outsourcing gigs in the US.

    (…) these [H-1B] visas are heavily utilised by India’s $150-billion IT sector to fly relatively inexpensive engineers to the US.
    The memo emphasised that “an entry-level computer programmer position would not generally qualify as a position in a specialty occupation.” So, in order to secure an H-1B visa, companies must now prove that their employees possess specialised knowledge required for highly-skilled positions. Alongside, on April 03, the USCIS announced multiple measures to check H-1B visa fraud and abuse, including targeted visits to workplaces.

    #programmeurs #inde #visa #silicon_valley