• Voight-Kampff test | Off-world: The Blade Runner Wiki | FANDOM powered by Wikia
    https://bladerunner.fandom.com/wiki/Voight-Kampff_test

    The Voight-Kampff test was a test used as of 2019 by the LAPD’s Blade Runners to assist in the testing of an individual to see whether they were a replicant or not. It measured bodily functions such as respiration, heart rate, blushing and eye movement in response to emotionally provocative questions. It typically took twenty to thirty cross-referenced questions to distinguish a Nexus-6 replicant.

    #film #cinéma #sciences_fiction #singularité


  • Désir de Mai

    Tomás Ibáñez

    https://lavoiedujaguar.net/Desir-de-Mai

    Quelle que soit l’intensité de notre désir de voir rejaillir Mai 68 un beau jour, rien ne sert de nourrir la nostalgie de ce qui est à jamais révolu. L’irréductible singularité de cet événement l’a solidement enraciné dans l’histoire, le transformant du coup en un événement qui ne saurait se répéter. Mais soyons prudents, dire que Mai 68 ne peut resurgir ne signifie pas du tout qu’il ait cessé de résonner fortement au sein de notre temps, ou que ses effets se soient éteints avec le passage des ans.

    Incontestablement unique, Mai 68 se réinvente néanmoins dans l’accomplissement de chaque geste de rébellion collective, depuis la jungle Lacandone, jusqu’à la place Taksim, en passant par Notre-Dame-des-Landes ou par les places surpeuplées du 15 M en Espagne, parmi bien d’autres épisodes de révoltes. Mais ne nous précipitons pas, ici non plus, parce que dire que Mai 68 se réinvente de temps en temps ne signifie pas qu’il n’y ait pas des différences notables entre ses diverses réinventions. (...)

    #Mai68 #singularité #Jacques_Baynac #22Mars #libertaires #occupations #barricades #régénérer #institutions #Podemos

    • Si le mouvement réussit à progresser jusqu’à atteindre ses limites, ce fut parce qu’il construisait son projet, sur le terrain, au fur et à mesure, un projet qui ne préexistait pas au début de la mobilisation mais qui se construisait, se corrigeait et se formait au sein même de l’activité quotidienne. Ce fut ce « faire en faisant » qui donna son énergie au mouvement et lui permit de surmonter l’un après l’autre, de façon créative, les obstacles qui surgissaient sur son chemin.

      De fait, Mai 68 mit fin à une certaine façon de comprendre la révolution et en ébaucha une autre, qui résonne dans le dernier livre du Comité invisible, et que l’on peut reformuler approximativement comme suit : le sujet révolutionnaire ne préexiste pas à la révolution, il se constitue au sein du processus révolutionnaire, il résulte de ce processus, car c’est la révolution qui le crée au cours de son propre parcours.

      En ce sens, ce furent les événements de Mai eux-mêmes, c’est-à-dire les pratiques qui s’y développèrent et les formules qui y furent inventées, qui façonnèrent le corps d’un collectif innombrable et multicolore qui n’existait nulle part avant que les événements ne le construisent et ne forgent son identité.



  • Masayoshi Son’s Grand Plan for SoftBank’s $100 Billion Vision Fund - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/10/10/technology/masayoshi-son-softbank-vision-fund.html

    “Masa is in a hurry,” said Vijay Sharma, the chief executive of Indian digital payments start-up Paytm, which SoftBank put $1.4 billion into in May. “He sees this once-in-a-lifetime opportunity where everything we touch can become a market, where we’re at the opening up of a new industrial revolution.”

    #singularité #robotisation #capitalisme


  • #Le_Pistolet_et_la_Pioche S01E05 : Piocher dans l’intelligence artificielle avec #Paul_Jorion
    https://reflets.info/le-pistolet-et-la-pioche-s01e05-piocher-dans-lintelligence-artificielle-av

    L’IA. L’intelligence artificielle. De partout, des invités viennent dire tout le mal ou tout le bien qu’ils en pensent, des possibilités qu’elles va apporter, des dangers, menaces qu’elle représente. Pourquoi Le Pistolet et la Pioche […]

    #deep_learning #IA #intelligence_artificielle #machine_learning #réseaux_de_neurones_artificiels #simulacre #simulation #singularité
    https://reflets.info/wp-content/uploads/LPLPS01E05.mp3


    https://reflets.info/wp-content/uploads/LPLPS01E05.ogg


  • Singularité inversée : quand la stupidité artificielle esclavagise l’homme automate
    https://reflets.info/singularite-inversee-quand-la-stupidite-artificielle-esclavagise-lhomme-au

    Le nombre d’articles, d’émissions, d’essais, de débats, de conférences sur l’intelligence artificielle est en croissance exponentielle. Tout le monde veut donner son avis sur les #IA ou savoir si elles deviendront « conscientes d’elles-mêmes », auront une […]

    #Technos #automates_humains #conscience #deep_learning #Intelligence #Laurent_Alexandre #machine_learning #productivisme #réseaux_de_neurone_artificielles #singularité_technologique


  • De la #dystopie actuelle : par delà les apparences, avec #Stiegler
    https://reflets.info/de-la-dystopie-actuelle-par-dela-les-apparences-avec-stiegler

     Réfléchir sa propre époque est une gageure, puisque l’histoire que nous tentons de comprendre est, par essence, en cours de construction. Pour autant, le présent n’étant que l’accumulation d’instants passés, il est doit être […]

    #Société #capitalisme_hyperindustriel #consommation_de_masse #influence #intégrisme #Marketing #marketing_politique #nationalisme #singularité #société_connectée


  • The Education of a Libertarian | Cato Unbound
    https://www.cato-unbound.org/2009/04/13/peter-thiel/education-libertarian


    Le Credo d’un athée libertaire

    I remain committed to the faith of my teenage years: to authentic human freedom as a precondition for the highest good. I stand against confiscatory taxes, totalitarian collectives, and the ideology of the inevitability of the death of every individual. For all these reasons, I still call myself “libertarian.”

    But I must confess that over the last two decades, I have changed radically on the question of how to achieve these goals. Most importantly, I no longer believe that freedom and democracy are compatible. By tracing out the development of my thinking, I hope to frame some of the challenges faced by all classical liberals today.

    As a Stanford undergraduate studying philosophy in the late 1980s, I naturally was drawn to the give-and-take of debate and the desire to bring about freedom through political means. I started a student newspaper to challenge the prevailing campus orthodoxies; we scored some limited victories, most notably in undoing speech codes instituted by the university. But in a broader sense we did not achieve all that much for all the effort expended. Much of it felt like trench warfare on the Western Front in World War I; there was a lot of carnage, but we did not move the center of the debate. In hindsight, we were preaching mainly to the choir — even if this had the important side benefit of convincing the choir’s members to continue singing for the rest of their lives.

    As a young lawyer and trader in Manhattan in the 1990s, I began to understand why so many become disillusioned after college. The world appears too big a place. Rather than fight the relentless indifference of the universe, many of my saner peers retreated to tending their small gardens. The higher one’s IQ, the more pessimistic one became about free-market politics — capitalism simply is not that popular with the crowd. Among the smartest conservatives, this pessimism often manifested in heroic drinking; the smartest libertarians, by contrast, had fewer hang-ups about positive law and escaped not only to alcohol but beyond it.

    As one fast-forwards to 2009, the prospects for a libertarian politics appear grim indeed. Exhibit A is a financial crisis caused by too much debt and leverage, facilitated by a government that insured against all sorts of moral hazards — and we know that the response to this crisis involves way more debt and leverage, and way more government. Those who have argued for free markets have been screaming into a hurricane. The events of recent months shatter any remaining hopes of politically minded libertarians. For those of us who are libertarian in 2009, our education culminates with the knowledge that the broader education of the body politic has become a fool’s errand.

    Indeed, even more pessimistically, the trend has been going the wrong way for a long time. To return to finance, the last economic depression in the United States that did not result in massive government intervention was the collapse of 1920–21. It was sharp but short, and entailed the sort of Schumpeterian “creative destruction” that could lead to a real boom. The decade that followed — the roaring 1920s — was so strong that historians have forgotten the depression that started it. The 1920s were the last decade in American history during which one could be genuinely optimistic about politics. Since 1920, the vast increase in welfare beneficiaries and the extension of the franchise to women — two constituencies that are notoriously tough for libertarians — have rendered the notion of “capitalist democracy” into an oxymoron.

    In the face of these realities, one would despair if one limited one’s horizon to the world of politics. I do not despair because I no longer believe that politics encompasses all possible futures of our world. In our time, the great task for libertarians is to find an escape from politics in all its forms — from the totalitarian and fundamentalist catastrophes to the unthinking demos that guides so-called “social democracy.”

    The critical question then becomes one of means, of how to escape not via politics but beyond it. Because there are no truly free places left in our world, I suspect that the mode for escape must involve some sort of new and hitherto untried process that leads us to some undiscovered country; and for this reason I have focused my efforts on new technologies that may create a new space for freedom. Let me briefly speak to three such technological frontiers:

    (1) Cyberspace. As an entrepreneur and investor, I have focused my efforts on the Internet. In the late 1990s, the founding vision of PayPal centered on the creation of a new world currency, free from all government control and dilution — the end of monetary sovereignty, as it were. In the 2000s, companies like Facebook create the space for new modes of dissent and new ways to form communities not bounded by historical nation-states. By starting a new Internet business, an entrepreneur may create a new world. The hope of the Internet is that these new worlds will impact and force change on the existing social and political order. The limitation of the Internet is that these new worlds are virtual and that any escape may be more imaginary than real. The open question, which will not be resolved for many years, centers on which of these accounts of the Internet proves true.

    (2) Outer space. Because the vast reaches of outer space represent a limitless frontier, they also represent a limitless possibility for escape from world politics. But the final frontier still has a barrier to entry: Rocket technologies have seen only modest advances since the 1960s, so that outer space still remains almost impossibly far away. We must redouble the efforts to commercialize space, but we also must be realistic about the time horizons involved. The libertarian future of classic science fiction, à la Heinlein, will not happen before the second half of the 21st century.

    (3) Seasteading. Between cyberspace and outer space lies the possibility of settling the oceans. To my mind, the questions about whether people will live there (answer: enough will) are secondary to the questions about whether seasteading technology is imminent. From my vantage point, the technology involved is more tentative than the Internet, but much more realistic than space travel. We may have reached the stage at which it is economically feasible, or where it soon will be feasible. It is a realistic risk, and for this reason I eagerly support this initiative.

    The future of technology is not pre-determined, and we must resist the temptation of technological utopianism — the notion that technology has a momentum or will of its own, that it will guarantee a more free future, and therefore that we can ignore the terrible arc of the political in our world.

    A better metaphor is that we are in a deadly race between politics and technology. The future will be much better or much worse, but the question of the future remains very open indeed. We do not know exactly how close this race is, but I suspect that it may be very close, even down to the wire. Unlike the world of politics, in the world of technology the choices of individuals may still be paramount. The fate of our world may depend on the effort of a single person who builds or propagates the machinery of freedom that makes the world safe for capitalism.

    For this reason, all of us must wish Patri Friedman the very best in his extraordinary experiment.

    Editor’s Note: Mr. Thiel has further elaborated on the question of suffrage here. We copy these remarks below as well:

    I had hoped my essay on the limits of politics would provoke reactions, and I was not disappointed. But the most intense response has been aimed not at cyberspace, seasteading, or libertarian politics, but at a commonplace statistical observation about voting patterns that is often called the gender gap.

    It would be absurd to suggest that women’s votes will be taken away or that this would solve the political problems that vex us. While I don’t think any class of people should be disenfranchised, I have little hope that voting will make things better.

    Voting is not under siege in America, but many other rights are. In America, people are imprisoned for using even very mild drugs, tortured by our own government, and forced to bail out reckless financial companies.

    I believe that politics is way too intense. That’s why I’m a libertarian. Politics gets people angry, destroys relationships, and polarizes peoples’ vision: the world is us versus them; good people versus the other. Politics is about interfering with other people’s lives without their consent. That’s probably why, in the past, libertarians have made little progress in the political sphere. Thus, I advocate focusing energy elsewhere, onto peaceful projects that some consider utopian.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Peter_Thiel

    #disruption #religion #singularité #capitalisme #Trump


  • « La Singularité, ça ne tient pas la route ! » par @hubertguillaud @iactu
    http://internetactu.blog.lemonde.fr/2017/06/25/la-singularite-ca-ne-tient-pas-la-route

    les #IA ne savent pas rêver de moutons électriques.

    sniff

    En fait, le catastrophisme des singularitariens assure surtout leur notoriété. L’inéluctabilité de leur prophétisme fait oublier que bien souvent, le vrai danger vient plutôt de l’inconnu. Le vrai problème, insiste Ganascia, c’est que le scénario de la Singularité, en fait, opacifie le futur en concentrant l’attention vers un seul #scénario au détriment de tous les autres.

    repéré par @laurent (#merci)

    #singularité #disruption #intelligence_artificielle #mythes #science-fiction

    • #Critique_techno sans #catastrophisme

      Bref, « l’observation de la loi de #Moore sur les cinquante dernières années ne garantit nullement sa validité dans le futur ». Comme il le souligne encore « l’examen rétrospectif des études prospectives montre que le futur obéit rarement aux prévisions. Le progrès est convulsif ! Il n’existe pas de déterminisme technologique. » Mais surtout, souligne Ganascia, il y a un paradoxe logique à la Singularité : comment une rupture technologique pourrait-elle se déduire d’une loi reposant sur la régularité du cours de la technologie ?

      (…) Pour la philosophe et historienne Bernadette Bensaude-Vincent, les promesses visent non pas à prédire, mais à rendre inéluctable la trajectoire technologique, à installer un #déterminisme, à faciliter l’acceptation sociale des technologies. *Les schémas à l’oeuvre pour la Singularité semblent se répéter dans les promesses des nanotechnologies, de la biologie de synthèse comme dans celles de la convergence #NBIC (Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives). Le possible devient un horizon hors de tout horizon temporel : une simple propagande. « La réalisation des promesses dans un avenir proche ou lointain n’est pas primordiale. » Les promesses n’ont pas pour but de refléter le réel, mais d’élargir les possibles, quand bien même ils ne rencontrent jamais de confirmation. « Même si les réalisations se font attendre les concepts ne sont pas remis en question. » Le futur qu’incarne les promesses fonctionne surtout comme un outil de gouvernance pour la compétition économique. Elles permettent de fédérer et mobiliser les infrastructures de recherche et les inscrire dans la culture sociotechnique ambiante. Pour elle, l’avenir est confisqué par la promesse technoscientifique, et la politique reléguée à un seul espace de régulation.

      Pour le sociologue Olivier Glassey, qui pointe dans l’ouvrage combien le social, plus que la technique est devenu l’horizon des technologies de l’information, l’ensemble des discours performatifs sur l’avènement du web social, contribue surtout à instaurer la croyance dans l’inéluctabilité des changements annoncés, que ce soit ceux promouvant l’empowerment ou l’inclusion de tous, comme ceux qui prédisent pouvoir bientôt « capturer techniquement le social ». « Le social n’est plus uniquement l’horizon de la promesse, il est son carburant » : les big data réalisent leurs propres accomplissements !

      Dans l’avant dernier paragraphe @hubertguillaud y a « or » au lieu de « hors » si je comprends bien. Autrement merci de lire tous ces livres pour nous !


  • Quarante-cinq ans avant d’être dépassés par les machines
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/06/13/32001-20170613ARTFIG00073-selon-des-chercheurs-il-ne-reste-que-45-ans-aux-h

    L’étude : https://arxiv.org/pdf/1705.08807.pdf

    Le spectre du remplacement des humains par des machines fait souvent l’objet de déclarations fracassantes. Une récente étude, dirigée par Katja Grace du Future of Humanity Institute à Oxford, n’est pas de nature à rassurer. Près 350 experts de l’intelligence artificielle (IA) ont été interrogés sur le temps qu’il faudrait, selon eux, aux machines pour maîtriser des postes et des tâches actuellement attribués à des humains. Selon leurs estimations, les intelligences artificielles pourront surpasser les humains dans certains domaines dès la prochaine décennie.

    Les traducteurs de langues doivent ainsi se tenir prêts pour 2024, les conducteurs de camion pour 2027. Les journalistes et chercheurs peuvent aussi enclencher le compte à rebours : la pleine capacité artificielle à écrire un essai de qualité est prévue pour 2026. Les vendeurs tiendront pour leur part jusqu’à 2030. Tous domaines confondus, il faudra selon les chercheurs se préparer pour 2061, où les intelligences artificielles ont une chance sur deux de pouvoir surpasser les humains pour à peu près n’importe quelle tâche.

    La discussion autour de « l’automatisation intelligente » (l’utilisation conjointe de machines plus performantes et de l’intelligence artificielle pour remplacer le travail humain) passionne les grands cabinets d’audit comme les instituts de recherche reconnus. Aucun n’est totalement neutre dans ce débat : certains peuvent chercher à obtenir ou maintenir des subventions pour leurs départements de recherche, d’autres à sensibiliser de nouveaux clients à un enjeu présenté tantôt comme une menace, tantôt comme une opportunité. Cette récente étude d’Oxford sélectionne les experts en fonction de leur participation au NIPS et ICML - deux conférences très prisées des experts en « machine learning » qui se déroulent respectivement à Los Angeles et Sydney. Seuls 21% des 1634 scientifiques contactés ont répondu, mais les chercheurs montrent que le groupe de répondants est comparable, en termes de genres et d’origines des participants. L’étude ne précise pas si ces deux conférences, où l’on compte 84% d’hommes contre 10% de femmes, 34% de chercheurs asiatiques contre 6% du Moyen-Orient, sont représentatives de la communauté mondiale de chercheurs en intelligence artificielle.

    D’une étude à l’autre, on peut souvent passer d’un chiffre alarmiste à un phénomène marginal. Le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger avait publié en octobre 2014 que d’ici à 2025, 20% des tâches pourraient être automatisées, menaçant 3 millions de salariés français dans les secteurs de l’agriculture, du bâtiment, des services aux entreprises et aux particuliers… Ce chiffre correspondait à l’hypothèse la plus haute du rapport. Sa méthodologie avait été vivement critiquée, car elle ne tenait pas compte des emplois créés par la robotisation et considérait qu’au sein d’une même profession, chaque emploi était identique. Cette méthodologie était elle-même tirée du travail de deux chercheurs d’Oxford en 2013, selon lesquels l’automatisation menaçait 47% des emplois aux États-Unis. La méthodologie a été par la suite déclinée dans d’autres pays, notamment par l’institut McKinsey. Résultats : 43% d’emplois en péril pour la France, 48% en Allemagne et 56% au Japon, un des pays les plus automatisables selon cette étude.

    En mai 2016, des experts de l’OCDE ont pour leur part tenté d’évaluer les tâches potentiellement automatisables. Cette adaptation a fait reculer les chiffres de la robotisation : seulement 9 % des travailleurs français présenteraient « un risque élevé de substitution », soit tout de même 2,4 millions d’emplois. Début 2017, les conclusions du rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi allaient dans la même direction : « moins de 10% des emplois cumulent des vulnérabilités qui pourraient en menacer l’existence dans un contexte d’automatisation », soit une menace réelle pour 1,49 million de salariés.

    #singularité #selon_une_étude_récente #robots #IA #travail #automatisation

    • On pourrait discuter des avantages et des inconvénients d’une telle #prédiction, si elle s’accompagnait d’une recherche du bonheur pour tou.te.s et pas seulement pour les propriétaires de ces #machines.

      Mais c’est à un autre scénario que ça m’a fait penser. Puisque, par ailleurs, la #fin_du_monde est prévue pour #2030, par conséquence d’une guerre nucléaire généralisée dont les radiations auront eu raison de nos cellules ; et puisque les machines sont dépourvues de cellules... cela veut donc dire qu’après 2030, le monde sera vidé de ses humains, mais peuplé de machines qui se traduiront entre elles, et qui conduiront des camions d’un endroit à un autre, sans aucun but, mais sans aucune raison de s’arrêter puisqu’elles sont programmées pour le faire...

      C’est con, j’aurais aimé être là pour le voir...

    • « sans aucun but », je sens un argument moral là-dessous. est-ce grave ? ne peut-on en dire autant des actions des humains de chair et d’os ? la société robotisée existera pour exister et se développer — elle représente l’avenir et réalisera le rêve d’une expansion de la #vie dans l’espace !

    • @fil : oui, c’est tout à fait cela. La prochaine civilisation, qui ira conquérir l’espace, ce sera celle des machines ! Et juste c’est Darwin qui une fois de plus ne nous contredira pas (il est plus là).

      Dans la BD « Carmen McCallum », le développement des IA est supposé cesser du fait de l’incompréhension des résultats émis par les machines, et aussi du fait que la conquête spatiale est devenue prioritaire. La série commence par la fusion IA/cerveau humain d’ailleurs, pour se terminer par son suicide, en quelque sorte... Avec pleins de thématiques actuelles sur la gestion de l’eau, les transnationales, l’ONU, la déshérence des états, le nucléaire...
      En fait, le scénariste est juste très bon. Même si ce n’est qu’une BD, et qu’il n’est évidemment pas possible d’aller au fond de chaque sujet.

    • L’IA, c’est un peu comme Trump au final, tout ce qu’ille veut c’est qu’on parle d’ellui. En bien, ou en mal, jusqu’à ce que le pour et le contre ne fassent qu’un. Jusqu’à ce que l’opinion populaire n’ait plus d’autre choix que d’y croire, et de s’y conformer.

      Dans l’idée des dystopies qui nous rongent l’imaginaire :
      The Regrettable Decline of Space Utopias, CurrentAffairs, par Brianna Rennix, le 14 juin 2017
      https://www.currentaffairs.org/2017/06/the-regrettable-decline-of-space-utopias

    • j’aime bien ce passage :

      Aspirational fiction seems especially important at this moment in our national history, when a significant number of Americans cast a ballot for a candidate they disliked, or were even disturbed by, simply because they wanted something different. There’s always been a gambling madness in the human spirit, a kind of perverse, instinctive itchiness that suddenly makes us willing to court disaster, simply on the off-chance of altering the mundane or miserable parameters of our daily lives. If we could transform some of that madness into a madness of optimism and creativity, rather than boredom, rage, and despair, that could only be a good thing.

      Sauf qu’il traduit l’apolitisme de ce genre de commentatrices américaines : « madness of optimism and creativity » ? Ca s’appelle la transformation sociale, et il y a des milliers de militants et des dizaines de groupes et de partis qui réfléchissent à ça depuis des centaines d’années, au lieu de regarder Star Trek !

      Et, en revanche, je n’aime pas beaucoup ce passage, parce que je me sens visé :

      I say faux-cynicism because I don’t believe that most people who profess to be pessimists truly believe that humanity is doomed, at least not in their lifetimes, or in their particular geographic purviews: if they did, then watching a film that features the drawn-out annihilation of a familiar American landscape would probably make them crap their pants. But telling yourself that everything is awful, and nothing can be fixed, is a marvelously expedient way to absolve yourself of personal responsibility. There is, happily, nothing about an apocalyptic worldview that obligates you to give up any of the comforts and conveniences that have accrued to you as a consequence of global injustice; and you get to feel superior to all those tender fools who still believe that a kinder world is possible! It’s a very satisfying form of moral escapism. No wonder our corporate tastemakers have been churning this stuff out.

      C’est vrai que le pessimisme pourrait conduire à l’inaction, mais à ce que je vois autour de moi, les moins actifs ne sont pas les plus pessimistes et vice versa...


  • Technologie : peut-on se défaire des #promesses et des mythes ?
    http://www.internetactu.net/2017/06/14/technologie-peut-on-se-defaire-des-promesses-et-des-mythes

    Le dernier livre de Jean-Gabriel Ganascia a de nombreux mérites, le principal est certainement sa très grande clarté. Dans Le mythe de la Singularité, le spécialiste de l’Intelligence artificielle et président du comité d’éthique du CNRS réfute et démonte pas à pas le cadavre de la Singularité et bien des (...)

    #Articles #Futurs #innovation #RD #singularité


  • Robots militaires : pourquoi SoftBank rachète Boston Dynamics à Google
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/robots-militaires-pourquoi-softbank-rachete-boston-dynamics-a-google-alpha

    Masayoshi Son, le patron du géant japonais des télécoms, avait expliqué publiquement, en février, qu’il souhaitait préparer son groupe à l’ère de la « singularité », ce moment où les capacités des machines -et leur intelligence artificielle- surpasseront celles de l’être humain.
    Course mondiale au leadership dans l’intelligence artificielle

    Pour atteindre cet objectif, le bouillonnant patron japonais avait promis qu’il allait devenir « le plus grand investisseur technologique au monde au cours de la prochaine décennie ». Et il tient parole, multipliant depuis quelques mois les investissements dans ce domaine : en mai 2016, il mettait la main sur la pépite française Aldebaran, créatrice des robots semi-androïdes Nao et Pepper, absorbée dans l’entité SoftBank Robotics Europe ; en juillet de la même année, il cassait sa tirelire (32 milliards de dollars) pour acquérir ARM, le concepteur britannique de semi-conducteurs leader de l’Internet des objets ; en mai 2017, il lâchait 4 milliards de dollars pour devenir le 4e actionnaire de Nvidia, géant américain de processeurs graphiques mais aussi d’applications très demandés en intelligence artificielle...

    La startup spécialisée en robotique, dont les créatures impressionnantes sont les vedettes de vidéos sur Internet, était détenue depuis 2013 par Alphabet, maison-mère de Google. Alphabet avait fait part depuis des mois de son intention de la céder.

    #Robots #Militarisme #Singularité


  • Le mythe de l’IA surhumaine
    http://www.internetactu.net/2017/05/16/le-mythe-de-lia-surhumaine

    On ne présente plus Kevin Kelly (@kevin2kelly), qui fut le premier rédacteur en chef de Wired et auteur de nombreux ouvrages sur la technologie. Son dernier livre, The Inevitable : Understanding the 12 Technological Forces That Will Shape Our Future cherche à déterminer les technologies qui nous influenceront le plus au (...)

    #Articles #Enjeux #IA #singularité


  • Comment créer une #société_totalitaire [acceptée et acceptable], mais sans que ça se sache ?
    https://reflets.info/comment-creer-une-societe-totalitaire-acceptee-et-acceptable-mais-sans-que

     La vision courante du #totalitarisme — partagée par le plus grand nombre dans les grandes nations industrialisées — est basée le plus souvent sur une expérience historique, celle du nazisme. C’est ainsi que de […]

    #Politique #Technos #algopolitique #fascisme #IA #Morpho #Qosmos #singularité #société_panoptique #techno_totalitarisme


  • A Computer Just Clobbered Four Pros At Poker | FiveThirtyEight
    https://fivethirtyeight.com/features/a-computer-just-clobbered-four-pros-at-poker

    About three weeks ago, I was in a Pittsburgh casino for the beginning of a 20-day man-versus-machine poker battle. Four top human pros were beginning to take on a state-of-the-art artificial intelligence program running on a brand new supercomputer in a game called heads-up no-limit Texas Hold ’em. The humans’ spirits were high as they played during the day and dissected the bot’s strategy over short ribs and glasses of wine late into the evening.

    On Monday evening, however, the match ended and the human pros were in the hole about $1.8 million. For some context, the players (four men and the machine, named Libratus) began each of the 120,000 hands with $20,000 in play money, and posted blinds of $50 and $100.

    ...

    Tuomas Sandholm, a Carnegie Mellon computer scientist who created the program with his Ph.D. student Noam Brown, was giddy last week on the match’s livestream, at one point cheering for his bot as it turned over a full house versus human pro Jason Les’s flush in a huge pot, and proudly comparing Libratus’s triumph to Deep Blue’s monumental win over Garry Kasparov in chess.

    And, indeed, some robot can now etch heads-up no-limit Texas Hold ‘em (2017) alongside checkers (1995), chess (1997), Othello (1997), Scrabble (c. 2006), limit Hold ‘em (2008), Jeopardy! (2011) and Go (2016) into the marble cenotaph of human-dominated intellectual pursuits.

    Brown told me that he was keen to tackle other versions of poker with his A.I. algorithms. What happens when a bot like this sits down at a table with many other players, rather than just a one-on-one foe, for example? Sandholm, on the other hand, is quick to say that this isn’t really about poker at all. “The AI’s algorithms are not for poker: they are game independent,” his daily email updates read. The other “games” the algorithms may be applied to in the future: “negotiation, cybersecurity, military setting, auctions, finance, strategic pricing, as well as steering evolution and biological adaptation.”

    #transhumanisme #singularité #jeux


  • Tout ce qui doit durer est lent a croître
    http://bertrandkeller.info/2016/07/21/ce-qui-doit-durer-lent-croitre

    Graphes à l’appui, on vous présente une description historique de l’humanité à travers 2 prismes soit celui de l‘économie, soit celui de la technique.
    (...)
    On place une vingtaines de points sur un graphique, on trace une courbe et on vous montre que tout cela évolue dans un sens que vous ne pouvez contredire. Un peu à la manière d‘un banquier pour vous faire investir dans les subprimes. Sauf que…

    #singularité #progrès #technique #temps


  • AlphaGo vs. You : Not a Fair Fight - Shelly Palmer
    http://www.shellypalmer.com/2016/03/alphago-vs-not-fair-fight

    I Think for a Living!

    Yes, you do! But so does AlphaGo, and soon a purpose-built version will be able to do almost every low-level, most mid-level and some high-level white-collar jobs. Importantly, this type of AI will always outperform its human competition. Of course AlphaGo can lose, underperform or make a subjectively or objectively “bad” decision. But the future is clear — no white-collar job is safe. Not yours, not mine, not anyone’s.
    ...
    I am thrilled by the success of the AlphaGo team and I am absolutely humbled by the power of what they have created. And it really, really scares me. Not because I don’t understand it, but because I do.
    ...
    here I have to urge caution. Thinking machines will also learn to fight, they will learn to create computer viruses unlike any the world has ever known, they will level the playing field between good guys and bad guys in ways no one can really predict and they will impose symmetry on warfare that is currently asymmetrical – which is what scares me the most.

    Dans cet article SP omet la question centrale : qui posséde et contrôle la machine ? Deep Thought aka AlphaGo suit toujours les ordres de ses maîtres , em conséquence ce sont leurs ordres qui créent tôt ou tard des situations hors contrôle - pensez au marché des finances á la dérive. On verra que l’expansion des forces de productivité par l’intelligence artificielle contribuera aux crises de surproduction des plus en plus aigues . J’ai comme un vague sentiment d’inquiétude sachant que ce sont la déstruction et la guerre qui constituent les méthodes employées d’habitude pour adapter le capitalisme aux crises de surproduction provoquées par l’avènement de nouvelle technologies .

    Une guerre causée par la surproduction intellectuelle aura quelle tronche ? Brulera-t-on les intellectuels et les ouvriers manuels sur le même bûcher pour ériger le reigne de la première dynastie de l’empire de mille ans ? Seront-ils simplement condamnés à mourir de faim à cause de l’absence de demande pour leur travail ? Une société qui aura transformé la quasi totalité de ses membres en bouches inutile connaîtra-t-elle une existence stable ? Que de questions inutiles ! Les contradictions du monde présent n’auront pas de mal à écarter tout projet dystopique plannifié et prévisible.

    Qu’en pensez-vous ?

    #intelligence_artificielle



  • L’Université de la Singularité s’installe en France
    http://www.webcontentspinning.com/luniversite-de-la-singularite-sinstalle-en-france-nous-sommes-sa

    Le représentant français de l’Université de la Singularité (US), Zak Allal, a fait savoir qu’elle ouvrirait prochainement une antenne en France. L’annonce n’est pas neutre, quelques semaines après avoir organisé à Paris, via son représentant suédois, la première « implant party » lors du festival Futur en Seine.

    Cette organisation est donc passée à l’offensive sur le territoire européen. Issue de la tradition cybernéticienne (von Neumann et von Foerster entre autre), le prédicat de la Singularité américaine repose sur la croyance théologique en un progrès exponentiel des techniques. Ce dernier, dans la tradition des futurologues, conduirait l’humanité à un stade de surhumanité, « super intelligence », imposant une rupture non seulement anthropologique (d’ordre mondial) mais une véritable évolution de l’espèce. Un stade de « post-humanité » en somme.

    [...]

    Ray Kurzweil est plus connu que Peter Diamondis, l’autre co-fondateur de l’US. Pour avoir un aperçu rhétorique, il suffit de le chercher sur TED. Ces conférences sont à la mode et sont utilisées outre-atlantique comme des organes de propagande technologiste. Tous les nano-prophètes et les techno-messies y défilent pour façonner une opinion crédule en mal d’émotions technologiques (Sergei Brin, Larry Page, Nicolas Negroponte, Ray Kurzweil, Kevin Kelly, Stewart Brand, Jeff Bezos, Peter Thiel, Patri Friedman, etc.).

    #Californie #Cybernétique #France #Humanité #Numérique #Singularity_University #Singularité_technologique #Technologie #Zak_Allal #États-Unis


    • Avez-vous remarqué que Google, partisan du #transhumanisme et très engagé en robotique, s’investit aussi de plus en plus dans des services d’ordre régalien, c’est-à-dire du ressort de l’#État ? » L’ogre américain s’emploie en effet déjà au cadastre avec Google Maps, à la monnaie avec le porte-monnaie électronique Google Wallet, et à la santé en y investissant 35 %4 de son fond d’investissement Google Ventures, qui pèse 2 milliards de dollars d’actifs. Et ce n’est que le début. « Il me semble que leurs prétendues alertes sur la prise de pouvoir par des machines intelligentes ne sont qu’un écran de fumée pour détourner notre attention de tout cela… », suggère le chercheur.

      #ia #singularité #silicon_army


  • Automates et créatures artificielles d’Héphaïstos : entre science et fiction
    http://tc.revues.org/1164

    Héphaïstos forgeant la foudre de Zeus par Rubens, musée du Prado

    Les Modernes ont peu écrit sur les créatures mécaniques dans l’Antiquité. Tellement peu qu’il faut se reporter à des ouvrages généraux sur l’intelligence artificielle pour en retracer l’histoire5. Ces ouvrages restent néanmoins trop descriptifs, souvent évasifs et lacunaires. Il nous paraît donc judicieux de rouvrir un dossier peu exploité par les hellénistes afin de nous interroger sur les raisons et les modalités de la fabrication de ces automates et autres créatures artificielles. Il s’agit ainsi de questionner les relations entre technique et magie dans la culture grecque, et de reprendre l’analyse des rapports entre divinités et êtres vivants, en nous attachant précisément aux œuvres merveilleuses d’Héphaïstos.

    ... lorsque Aristote, dans un passage célèbre de la Politique, mentionne les créations d’Héphaïstos27, il fait tout autant référence à ce passé qu’il imagine un monde où l’esclavage serait inutile :

    « Si chaque instrument était capable, sur une simple injonction, ou même pressentant ce qu’on va lui demander, d’accomplir le travail qui lui est propre, comme on le raconte des statues de Dédale ou des trépieds d’Héphaïstos, lesquels dit le poète : “Se rendaient d’eux-mêmes à l’assemblée des dieux”, si, de la même manière, les navettes tissaient d’elles-mêmes, et les plectres pinçaient tout seuls la cithare, alors, ni les chefs d’artisans n’auraient besoin d’ouvriers, ni les maîtres d’esclaves. »
    ...
    Héphaïstos ne crée pas d’êtres fabuleux ; il s’inspire pour ses créations du monde tel qu’il est, et ses productions peuvent être considérées comme des re-productions perfectionnées. Mais ces automates, malgré leurs qualités, ne menacent pas le monde des hommes ; ils ne sont pas en effet posthumains, comme le seraient les cyborgs et autres clones imaginés aujourd’hui, mais pré-humains, à l’instar de Pandore. S’ils se perpétuent, c’est en respectant désormais le processus de génération, et c’est donc la nature qui se charge de reproduire les êtres artificiels. Selon notre interprétation, lesautomates d’Héphaïstos sont vivants non pas tant parce qu’ils imitent la vie par magie, mais parce que technique et monde vivant obéissent aux mêmes principes tout en divergeant dans leurs réalisations.

    http://fr.m.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9pha%C3%AFstos

    #singularité #robots #philosohie



  • Philosopher avec l’histoire de la philosophie : Gilles Deleuze vu par Manola Antonioli
    http://blogs.mediapart.fr/edition/gilles-deleuze-aujourdhui/article/240215/philosopher-avec-l-histoire-de-la-philosophie-gilles-deleuze-vu-par-

    Deleuze transforme ainsi l’histoire de la philosophie en une série de rencontres qui permettent de penser avec et non sur, selon une logique créatrice qui subvertit la pensée autant que l’histoire.
    Ce sont des recherches sur la réception française de la pensée nietzschéenne qui m’ont amenée à m’intéresser à la #philosophie de Deleuze, dont j’ai lu dans un premier temps les ouvrages consacrés à Nietzsche. Selon la « méthode de dramatisation » de l’histoire de la philosophie que le jeune Deleuze avait théorisée dans le texte d’une conférence qui n’a été publiée qu’après sa mort[1], la philosophie nietzschéenne y est présentée à travers ses personnages, animaux, humains ou divins, mais surtout à partir des « forces » qui s’y expriment (forces actives et réactives, volonté de puissance, éternel retour, forces tragiques de La Naissance de la tragédie, forces insoupçonnées du corps dont l’importance rapproche Nietzsche de Spinoza, « grande » et « petite » santé, puissances ascétiques dans La Généalogie de la morale, forces du nihilisme passif ou actif, forces destructrices et forces de création). Ainsi, l’histoire de la philosophie se transforme de simple succession chronologique des étapes du développement d’une #pensée « canonique » (conçu souvent comme linéaire, prévisible depuis ses commencements, fait de phases en cohérence les unes avec les autres) en l’analyse des événements, imprévisibles, discontinus, dont l’irruption produit une pensée originale et singulière, qui constituera à son tour un événement philosophique, un seuil de discontinuité à partir duquel il nous sera impossible de penser comme avant.

    J’ai découvert chez #Deleuze une pratique de l’histoire de la philosophie qui consiste à penser au présent les philosophies du passé, en ayant recours à une sorte de « discours indirect libre » qui brouille les frontières entre la pensée du philosophe-historien (dans ce cas, Deleuze lui-même) et celles des auteurs qu’il étudie. La pensée se produit dans ces pages à partir des rencontres avec d’autres pensées, dans la dissipation des #identités, comme ce qui fait parler des « #singularités_impersonnelles », dynamique comparable à celle introduite par Maurice Blanchot dans le domaine de la critique littéraire.


  • Pourquoi une pomme des années 1950 équivaut à 100 pommes d’aujourd’hui - Terra eco
    http://www.terraeco.net/Pourquoi-une-pomme-d-aujourd-hui,58246.html

    Vitamine A : une orange hier = 21 oranges aujourd’hui

    Précieuse pour notre vue et nos défenses immunitaires, la vitamine A est en chute libre dans 17 des 25 fruits et légumes scrutés par des chercheurs canadiens dans une étude synthétisée pour CTV News. Le déclin est total pour la pomme de terre et l’oignon qui, aujourd’hui, n’en contiennent plus le moindre gramme. Il y a un demi-siècle, une seule orange couvrait la quasi-totalité de nos besoins quotidiens – les fameux AJR (apports journaliers recommandés) – en vitamine A. Aujourd’hui, il faudrait en manger 21 pour ingurgiter la même quantité de la précieuse vitamine. De même, une pêche des années 1950 équivaut à 26 pêches aujourd’hui.

    Cette carence en vitamine A est le support de la campagne des OGMistes pour le « golden rice »... organiser la pénurie et trouver un techno-fix qui rapporte, c’est l’évolution de la production agricole depuis un siècle.

    #alimentation


  • Can AI save us from #AI?
    http://singularityhub.com/2014/12/09/can-ai-save-us-from-ai

    Bostrom suggests we program a superintelligent AI to figure out what we would have asked it to do if we had millennia to ponder the question, knew more than we do now, and were smarter.

    “The idea is to leverage the superintelligence’s intelligence, to rely on its estimates of what we would have instructed it to do,” Bostrom suggests. (Check out this IEEE Spectrum podcast for a good synopsis of Bostrom’s argument.)

    Why think about all this in such detail now? According to Bostrom, while the risk is huge, so is the payoff.

    “All the technologies you can imagine humans developing in the fullness of time, if we had had 10,000 years to work on it, could happen very soon after superintelligence is developed because the research would then be done by the superintelligence, which would be operating at digital rather than biological timescales.”

    #singularité (»intelligence explosion«) #intelligence_artificielle via @fil