• Au #Mali, des terres rendues incultivables par le “fléau chinois”

    Des populations rurales maliennes dénoncent l’#exploitation de #sites_aurifères par des sociétés chinoises qui dégradent leurs terres agricoles. Face au silence des autorités, ces populations s’organisent, rapporte le site “Sahélien”. Ce cas malien illustre un phénomène plus large en Afrique, celui de l’accaparement de #terres_arables par des entreprises internationales.

    Dans le champ de Bourama Konaté, c’est l’inquiétude qui se lit sur son visage. À peine après avoir mis en terre quelques semences de #coton, ce jeune cultivateur voit déjà une saison incertaine. “Nous avons commencé à semer le coton ici, mais cette année, nous ne sommes pas assez rassurés. Chaque année, nous travaillons dans la joie et la quiétude mais, cette fois-ci, c’est tout le contraire. Les Chinois sont venus et nos terres agricoles leur sont octroyées pour qu’ils les exploitent, et cela nous rend triste”, déplore-t-il.

    Dans cette commune située à plus de 80 kilomètres de Bamako, l’agriculture est la principale activité économique des habitants. Comme Bourama, Dramane Keita est au bout du désespoir.

    Même avec les premières pluies, il n’a rien semé dans le bas-fond en passe de devenir un site minier. “Nous les avons suppliés de ne pas creuser ces terres, car s’ils le font, […] nous ne pourrons même plus cultiver du #maïs sur ces parcelles parce que l’#eau va stagner et l’on ne pourra non plus cultiver du #riz ici. Déjà cette année, nous n’avons pas pu cultiver du riz. Jusqu’à présent, je n’ai rien fait dans mon champ, alors qu’on est bien dans l’hivernage. Regardez par ici, ce n’est pas encore labouré”, explique-t-il.

    Et de poursuivre : “C’est notre année qui est fichue comme ça. Que le gouvernement nous vienne en aide. Ça me fait tellement mal, je n’ai nulle part où me plaindre. Ils ont emprisonné mon grand frère et tout est gâché chez moi. […] On est trop fatigués.”

    Terres rendues incultivables

    Remontés contre les autorités communales, des jeunes venus des quatre villages touchés par ce qu’ils appellent le “#fléau_chinois” manifestent pour demander l’arrêt des activités minières sur leurs terres. “Nous, la jeunesse, sommes mobilisés et ne comptons plus nous arrêter. On veut qu’ils partent de notre commune, on n’aime pas leur travail. On ne veut pas de polémique ni rien. On ne souhaite pas faire de violences, mais s’ils poussent le bouchon un peu loin, on va rebondir”, affirme Bakary Keïta, un manifestant.

    Fatoumata Traoré, la représentante des femmes, abonde dans le même sens : “Que ce soit nos bas-fonds ou autres parcelles dédiées aux travaux des femmes, tout a été détruit. On n’a plus où cultiver. Ce qu’ils nous ont causé est invivable. Et nos âmes y resteront s’il le faut. Car le seul endroit qui nous reste est aussi dans leur viseur. Nos champs d’orangers, de manguiers ont tous été confisqués. Si tu veux tuer une famille, il faut lui retirer sa terre agricole.”

    Tout a commencé le 24 juillet 2021 lorsque la société [chinoise] #Yi_Yuan_Mines a signé un projet de convention avec le chef du village de #Naréna demandant l’autorisation d’exploiter certains sites en contrepartie de projets de développement dans la commune. “Je pense que c’est des oppositions gratuites. Les permis ont leur valeur. Ce sont des #permis qui sont en bonne et due forme. Il y a un modus vivendi entre les propriétaires terriens et les Chinois quand ils faisaient de la recherche. Ils étaient d’accord pour ça. […] J’ai les écrits des quatre propriétaires terriens et ceux du chef des conseils de Naréna, où tout le monde dit qu’il est d’accord. Alors, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ?” répond Nambala Daouda Keita, maire de Naréna.

    À la tête de l’association #Sikida_Lakana, Broulaye Coulibaly indique avoir alerté les autorités locales face aux dangers de l’#exploitation_aurifère. “J’ai appris qu’ils ont commencé à creuser sur un site (#Djolibani) et je m’y suis rendu. Par la suite, j’ai informé le chef du village en lui disant d’y faire un tour pour constater les dégâts. Car, s’ils continuent cette activité, ils nous chasseront d’ici. Sans avoir une suite, j’ai entamé la même démarche chez le sous-préfet, à qui j’ai recommandé l’arrêt des activités pour qu’on discute entre nous d’abord. Ce dernier m’a fait savoir qu’il ne peut pas ordonner l’arrêt des travaux et que je pouvais également leur demander de l’argent s’il arrivait qu’ils aient besoin de mon champ.”

    Accords au sommet, désaccords à la base

    Pour la société Yi Yuan Mines, ce bras de fer ne devrait pas avoir lieu. “La réalité, c’est l’État malien qui a donné le permis à travers le #ministère_des_Mines. Il est dit que l’État est propriétaire de la terre. Alors que les villageois pensent tout à fait le contraire, ils estiment être les propriétaires de la terre. Il n’y a pas de paradoxe parce que ce n’est pas le #permis_de_recherche qu’on a mais un #permis_d’exploitation. Et ç’a été diffusé partout. Mais malgré tout, ils s’opposent”, affirme Boubacar Abdoulaye Diarra, représentant de l’entreprise chinoise.

    Pour ce qui concerne les dégâts causés sur la #biodiversité, Boubacar Abdoulaye Diarra répond : “Le plus souvent, les #orpailleurs traditionnels utilisent des ‘cracheurs’ sur le terrain. Ça, c’est pour broyer la matière. En le faisant, ils sont obligés d’apporter sur le terrain les produits qu’il faut, pour essayer de concentrer un peu l’or, et c’est là où il y a dégâts. Lorsqu’ils utilisent ces produits avec de l’eau, il y a toujours ruissellement, et puisque c’est un produit toxique, ça joue sur la nature. […] Mais les produits que nous utilisons ne vont pas dans la nature.”

    En août 2021, le procès-verbal de constat réalisé par un huissier ainsi qu’un autre rapport de la Direction nationale de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances (DNACPN) indiquent que ces activités, sans études environnementales au préalable, nuisent à l’écosystème.

    Il a donc été recommandé à la sous-préfecture la suspension des travaux pour permettre à ces sociétés de se conformer aux normes requises à travers l’obtention d’un permis environnemental et social, d’un permis d’exploitation de l’or et le paiement des infractions commises.

    C’est le 7 avril 2022, soit un an après la signature du projet de convention d’exploitation, que la société Yi Yuan a obtenu le permis d’exploitation délivré par le ministère des Mines, de l’’Énergie et de l’Eau pour exploiter une superficie de 100 kilomètres. Un permis qui ravive les tensions et les craintes liées à l’#impact_environnemental.

    Sursaut de la société civile

    Face à la dégradation des terres et pour venir en aide aux habitants, une organisation non gouvernementale procède au remblai des fosses d’anciens sites miniers, au reboisement et au curage des rivières.

    Mais aujourd’hui la nouvelle situation n’arrange pas les choses. “Cela impacte également notre projet de #barrage prévu à Lankalen. Ce projet a été annulé à cause des travaux des Chinois. Car les lieux sont proches l’un de l’autre. Ce qui impacte les activités, précisément les cours d’eau. Lorsqu’on analyse, il était impossible de pêcher cette année dans ces rivières, ni d’entretenir les plantes à cause des eaux de ruissellement issues des sites”, souligne Moustapha Berthé, agent de l’ONG Azhar.

    Sur place, la tension était vive le mardi 14 juin 2022. Ce jour-là, une rencontre entre les autorités régionales, communales et coutumières a eu lieu à la mairie de Naréna pour un retour au calme. “Les autorités locales de Kangaba ne cessent de signaler une agitation sociale au niveau de Naréna, précisément dans le village de #Bayan, où une société chinoise du nom de #Yi_Yuan, en partenariat avec des Maliens, s’installe après l’obtention bien sûr d’un permis d’exploitation. Alors par suite de déficit communicationnel, les populations locales ont tenu à montrer leur mécontentement”, a déclaré le colonel Lamine Kapory Sanogo, gouverneur de la région de Koulikoro, à la fin de la rencontre.

    https://www.courrierinternational.com/article/enquete-au-mali-des-terres-rendues-incultivables-par-le-fleau

    #Chine #Chinafrique #accaparement_des_terres #terres #or #extractivisme #terres_agricoles #résistance #mine #mines #orpaillage

  • Tout peut exploser

    Savez-vous combien d’#accidents_industriels subit la France chaque année ? Plus de 68 000. Environ 187 par jour.
    Vous n’en avez jamais entendu parler ? C’est normal ! La plupart du temps, ils suscitent juste un entrefilet dans la presse régionale. Seuls les accidents les plus meurtriers font la une. #AZF nous a ainsi douloureusement marqués il y a vingt ans. Trente et une personnes ont perdu la vie parce qu’une centaine de tonnes de #nitrate_d’ammonium avait explosé. Ce même matériau a provoqué plus de 200 morts à Beyrouth en 2020.
    Pourtant, des ports comme Marseille ou Saint-Malo continuent à en stocker jusqu’à 60 000 tonnes.
    Vous l’ignoriez ?
    Savez-vous seulement que des milliers de trains remplis de cette même matière dangereuse transitent, chaque matin, par la gare de triage de Drancy, en Seine-Saint-Denis ? À deux pas du RER B que 400 000 Franciliens empruntent quotidiennement ?
    Vous tremblez ? Vous pouvez.
    Et s’il n’y avait que ça. Imaginez, demain, la rupture du #barrage de Vouglans dans le Jura. Plausible, vu l’état de #vétusté de ces #infrastructures. La vague que la rupture provoquerait pourrait atteindre la #centrale_nucléaire du Bugey dans l’Ain, entraînant potentiellement la libération d’un nuage radioactif à 30 kilomètres de Lyon. Cinq millions de personnes seraient menacées dans un rayon de 100 kilomètres.
    Que font nos dirigeants pour nous protéger de ces risques et de tant d’autres présentés dans ce livre ? Trop peu. En dix ans, 10 000 contrôles sur des #sites_dangereux ont été supprimés ; les budgets des pompiers, amputés. Quant aux industriels, pour faire des économies sordides ils remplacent des salariés par des intérimaires ou des sous-traitants : 92 % de ce personnel travaillant sur des sites à #risques d’incendie n’ont pas été formés à l’utilisation d’un extincteur.
    Autant vous dire que… tout peut exploser.

    https://www.fayard.fr/documents-temoignages/tout-peut-exploser-9782213720722
    #livre #sous-traitance #néo-libéralisme #seveso #risques

  • People Are Touting Their Covid Vaccines in Their Tinder Bios | Washingtonian (DC)
    https://www.washingtonian.com/2021/02/09/people-washingtonians-promoting-their-covid-vaccine-on-dating-apps-ti

    Y’a un truc qui m’étonne : les vaccins, même aux US sont réservés aux personnes âgées. N’y aurait-il des lacunes dans l’affaire, et des jeunes gens bien portants, mais aisés, ne pourraient-ils pas profiter de vaccins ? Certes, on parle ici de professions « à risque », comme les pompier. Mais si la mention d’une vaccination se répand sur les sites de rencontre, cela veut certainement dire qu’on est au delà de professions spécifiées...

    Goodbye guy-with-a-fish photos, hello vaccinated first responders!
    Written by Ellen O’Brien
    | Published on February 9, 2021

    In pre-Covid times, dropping an impressive line into your dating app profile required creativity, interesting personal experiences, and humor. But these days, it only requires three words and two doses—”I am vaccinated.”

    Yep, slipped in between jokes about 5-in-1 body wash, commentary on Scrubs, and odes to home cooking, DC people on Tinder, Bumble, and Hinge are promoting their immunization status to potential matches.

    “<COVID Vaccinated>,” reads the bio of a local firefighter.

    A doctor’s bio features a photo of him in PPE and the line, “Resident in Emergency Medicine (vaccinated!)”

    A postdoctoral research fellow says he’s bored of the pandemic, “let’s do [something] fun together. #vaccinated.”

    A 20-year-old who we can only assume works in the pharmaceutical industry (other interpretations of “I sell drugs legally” are welcome) drops it in the first line of his bio: “got the vaccine :).”

    This guy decided to brag about the m.o. on Twitter:

    getting the vaccine has made me the most powerful man on DC dating apps

    — jack (@jackinthe202) January 29, 2021

    Since the first Covid-19 vaccine doses were given in December, the number of people across the country mentioning the words “vaccine” or “vaccinated” in their Bumble profiles has steadily increased, a spokesperson for the company told me in an email.

    She didn’t have specific data for the District. But here’s what I can tell you, after swiping through hundreds of profiles of straight men in and around the District. I never spotted a photo of someone actually receiving the vaccine, nor did I see any photos of someone’s personal vaccination cards. But the guys who are crowing about it have jobs that match up with those prioritized for vaccination by the District—doctors, firefighters, and public health workers.

    #Vaccination #Sites_rencontre #Bio_Tinder #Moi_Moi_Moi

  • « La situation est incontrôlable » : au #Soudan, les #sites_antiques à la merci des chercheurs d’#or
    https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/la-situation-est-incontrolable-au-soudan-les-sites-antiques-a-la-merci-

    « Sur le millier de #sites_archéologiques plus ou moins connus au Soudan, au moins une centaine ont été détruits ou endommagés par des #chercheurs_d'or », estime Hatem al-Nour, directeur des #Antiquités et des Musées soudanais.

    #patrimoine #pillage #archéologie

  • Comment Facebook se positionne sur le marché de l’online dating
    https://www.ladn.eu/tech-a-suivre/facebook-app-couples-confinement

    L’application Tuned créée par Facebook encourage les couples à partager divers contenus dans un espace privé. Zucki serait-il touché par les cœurs brisés ? Qu’on se rassure, il ne perd pas le nord : les données pourront être utilisées à des fins de ciblage publicitaire.
    Entre messagerie instantanée et journal intime

    Alors que bon nombre de couples sont séparés à l’heure du confinement, Facebook dévoile sa nouvelle application de messagerie, Tuned, spécialement conçue pour eux. Développée par NPE Team, elle permet de leur offrir un espace de communication privé pour partager musique, photos, notes et messages vocaux. « Un espace privé où vous et votre moitié pouvez être vous-mêmes, être aussi décalé, idiot, ou mielleux que dans la vraie vie », explique la firme dans l’AppStore. La nouvelle application, disponible pour l’instant uniquement aux Etats-Unis, peut être utilisée même sans compte Facebook.
    Utiliser les données à des fins commerciales

    Évidemment, c’est une histoire de data plus que d’amour. Les données des utilisateurs pourront être utilisées pour de la publicité ciblée. Pour Facebook, cette application représente une opportunité : récolter des données personnelles sur un secteur qu’elle connaît mal. En effet, les tentatives de la firme pour investir le terrain amoureux se sont soldées par des échecs. Le service de rencontres Facebook Dating, dont la sortie était initialement prévue début 2020, a été retoqué par la CNIL irlandaise (DPC), faute de garanties.
    Retrouver sa côte de popularité auprès des millennials

    60% des personnes connaissant Facebook Dating ont déclaré qu’elles n’étaient pas intéressées, mais ça n’empêche pas la firme de vouloir se positionner en « match maker » sur un marché qui pèse 12 millions de dollars, rapporte Planet. Facebook cherche désespérément des solutions pour reconquérir les jeunes générations. Sa plateforme ne cesse de perdre des utilisateurs : 15 millions entre 2017 et 2019, en particulier chez les 12-34 ans.
    L’émergence des small social networks

    Un constat qui confirme la tendance des small social networks prônant des espaces sains, engageants et plus faciles à réguler. Comme Tuned, ces espaces privés ne sont pas des endroits destinés à la rencontre d’un partenaire. Face à une perte de confiance dans la protection des données personnelles de nombreux réseaux sociaux, les utilisateurs se tournent vers des espaces plus restreints, dédiés à des proches, amis, couples ou famille souhaitant communiquer au sein d’un groupe fermé. Et deux anciens de Facebook sont aussi sur le coup avec une nouvelle application lancée fin 2019, Cocoon, qui a déjà levé 3 millions de dollars.

    #Facebook #Vie_privée #Sites_rencontre #Espace_privés #Traçage_publicitaire

  • Bond Touch Bracelets and the New Frontiers of Digital Dating | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/culture-desk/bond-touch-bracelets-and-the-new-frontiers-of-digital-dating

    Few things feel as fraught, in the modern age, as the long-distance relationship. The hazards of digital romance have been well chronicled, perhaps most prominently in the documentary and subsequent TV series “Catfish,” which exposed viewers to a new and expansive genre of horror. To “catfish” someone, in common parlance, is to meet a person online through dating apps, social-media sites, or chat rooms, and to seduce them using fake photos and fictional biographical details. On the reality-TV version of “Catfish,” lovesick victims confront those who deceived them, in grim, emotional scenes of revelation and heartbreak. Throw teens into the mix, and the narrative can turn even more ghastly. One thinks of the tabloid story of Michelle Carter and her boyfriend, Conrad Roy III, two teen-agers whose relationship developed mostly over text and Facebook message. In 2017, Carter was convicted of involuntary manslaughter for encouraging Roy to kill himself—even though the pair had met only a handful of times. Messages between the couple revealed the kind of twisted emotional dynamic that can emerge in the absence of physical proximity.

    Despite these stories, digital-first (and digital-only) relationships continue to thrive. With online dating now a fact of life, a new bogeyman, virtual-reality dating, has taken its place, threatening to cut the final cord between romance and the real world. The platform VRLFP—Virtual Reality Looking For Partner—advertises itself as the perfect solution for daters who’d rather not deal with the hassles of Tinder flirting or late-night bar crawls. (“Grab a coffee, visit an amusement park, or go to the moon without leaving your home and without spending a dime,” the VRLFP site reads. “VR makes long-distance relationships work.”) This is to say nothing of the companies designing humanoid sex robots, or the scientists designing phone cases that feel like human flesh.

    Perhaps the most innocuous entry in the digital-dating marketplace is a new product called Bond Touch, a set of electronic bracelets meant for long-distance daters. (Shawn Mendes and Camila Cabello, one of the most P.D.A.-fluent couples of our time, were recently spotted wearing the bracelets.) Unlike the cold fantasias of VR courtship, Bond Touch bracelets are fundamentally wholesome, and they reduce long-distance relationships to a series of mundane concerns. How can you sustain a healthy amount of communication with a long-distance partner? How can you feel close to someone who’s physically distant? And how do you simulate the wordless gestures of affection that account for so much of personal connection? Created in Silicon Valley by a developer named Christoph Dressel—who is also the C.O.O. of an environmentally minded technology firm called Impossible—the bracelets are slim, chic devices that resemble Fitbits. By wearing one, a person can send a tap that generates a light vibration and a colored blink on the screen of a partner’s bracelet. The bracelets are also linked through an app that provides information about a partner’s weather and time zone, but their primary function is to embody presence. Like Facebook’s early “Poke” feature, they impart the same message as a shoulder squeeze or a gaze across the room at a party: “I’m here, and I’m thinking about you.”

    In theory, the bracelets could service any form of long-distance relationship—military members and their families, partners separated by jobs or school, siblings living in different cities—but they seem to be most popular among teen-agers who’ve forged romantic relationships online. Bond Touch is a hot topic of discussion in certain corners of YouTube and Reddit, where users provide excessively detailed reviews of their bracelet-wearing experience. These users seem less concerned with simulating touch or affection than with communicating when they don’t have access to their phone, namely during class or at part-time jobs. They often develop Morse-code-like systems to lend layers of meaning to their taps. “When I really want his attention, I just send a very long one, and then he’s, like, ‘What do you want?’ . . . Three taps means ‘I love you,’ ” one YouTuber, HeyItsTay, explains, in a video that’s garnered over 1.8 million views. Safety is also a chief concern: almost all of the vloggers explain that Bond Touch is an effective way of letting someone know that you’re O.K., even if you’re not responding to text messages or Instagram DMs.

    Something like a Bond Touch bracelet ostensibly solves a communication problem, but it also creates one—the problem of over-availability, in which no one can be unreachable and no sentiment goes unexpressed. (One can imagine the anxieties that might arise from a set of unanswered taps, and the bracelets have already inspired plenty of off-label uses. “Great way for cheating in class,” one user commented on HeyItsTay’s Bond Touch video.) Not all technology is corrosive, of course, but there is something disheartening about a relationship wherein digital bracelets are meant to replace the rhythms of conversation and the ebbs and flows of emotional connection. The problem has less to do with the bracelets themselves than with the trend that they advance. In lieu of facetime, we seem willing to accept even the most basic forms of emotional stimulus, no matter how paltry a substitute they present.

    Reading about Bond Touch, an episode of the 2019 breakout comedy “PEN15” came to mind. The show is set in the era of the dial-up connection, and at one point its main characters, the awkward middle schoolers Anna and Maya, experiment with AOL Instant Messenger. Maya meets a guy named “Flymiamibro22” in a chat room, and their conversation quickly sparks an infatuation—and, eventually, something resembling love. “I love you more than I love my own DAD!” Maya tells Flymiamibro22 in a violent flurry of messages. Flymiamibro22 is a self-described “gym rat,” but in reality he’s one of Maya’s classmates and friends, Sam, posing online as an older guy. At the peak of her obsession, Maya begs her crush to meet her in person, and they arrange a date at a local bowling alley. FlyMiamiBro never materializes, but Sam reveals his true identity soon after, at a school dance. This admission produces a rush of fury and humiliation. But it also, finally, leads to catharsis, the growth and wisdom that flows from a confrontation with reality. That sort of confrontation seems increasingly avoidable today.

    Carrie Battan began contributing to The New Yorker in 2015 and became a staff writer in 2018.

    #Pratiques_numériques #Sites_rencontre #Dating #Bracelet #Culture_numérique

  • L’incendie de #Lubrizol à Rouen rouvre la faille de l’#urbanisation autour des #sites_industriels
    https://www.banquedesterritoires.fr/lincendie-de-lubrizol-rouen-rouvre-la-faille-de-lurbanisation-a

    Le prisme du #droit de l’#environnement permet de pointer d’autres facteurs de compréhension de l’incendie de l’entrepôt Lubrizol. Un premier coup de canif a ainsi été donné à la procédure d’#évaluation_environnementale des projets, plans et programmes par l’ordonnance du 3 août 2016 et son décret d’application (n° 2016-1110) suivis de près par le décret du 4 juin 2018 (n° 2018-435). Pour les #ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement), le texte modifie en particulier la nomenclature (rubrique n°1), de façon « que ne soient soumises à évaluation environnementale que les créations d’établissements classés #Seveso et les modifications faisant entrer un établissement dans cette catégorie » (c’est-à-dire le premier dépassement du seuil Seveso bas). Ce que la notice n’explique pas, c’est que désormais ce ne sont plus les installations qui sont visées, mais bien les établissements. France nature environnement (FNE) avait alerté dès la mise en consultation du projet de décret sur ce changement de vocable d’apparence anodin. En bref, l’ajout sur un site existant d’installations dépassant individuellement ce seuil, donne dorénavant lieu à un cas par cas comme pour l’ajout de n’importe quelle rubrique ayant un seuil d’autorisation, et non plus à évaluation systématique. Avec la loi Essoc de 2018, c’est au niveau organique que s’est opéré le basculement, pour confier au préfet et non plus à l’#autorité_environnementale le soin de déterminer si la modification ou l’extension d’une installation existante nécessite d’être soumise à évaluation environnementale.
    […] D’autres remparts pourraient tomber, notamment sous couvert de simplification. C’est ce qui apparaît à la lecture du projet de loi énergie-climat qui confie au préfet l’ensemble des décisions de soumettre au cas par cas les projets à évaluation environnementale.

  • How Facebook Dating Is Different From Other Dating Apps - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/family/archive/2019/09/how-facebook-dating-different-other-dating-apps/597610

    By all accounts, people still love using Tinder, Bumble, and other apps like them, or at least begrudgingly accept them as the modern way to find dates or partners. Last year, Tinder’s user base worldwide was estimated to be about 50 million. But when shopping through every potential date in your geographic area with little more to go on than a photo and a couple of lines of bio becomes the norm, people can feel burned-out, and long for the days of offline dating.

    Facebook, a gigantic online repository for information about nearly 3 billion people’s hobbies, social circles, family members, job and education history, and relationship history—in other words, a gigantic online repository for people’s context—appears to have been paying attention to these gripes. Facebook’s matchmaking service, called Facebook Dating, launched Thursday in the United States after debuting in 19 other countries earlier this year, and it is explicitly trying to inject some of the more human aspects back into online dating through features that mimic the ways in which people used to meet-cute before the Tinder age.

    Facebook Dating, which lives within the Facebook mobile app in a separate tab (it’s not available on the Facebook desktop site), promises to connect singles who opt into the service by algorithmically matching them according to geography and shared “interests, events, and groups”; users have the option of “unlocking” certain Facebook groups they’re part of and certain Facebook events they’ve RSVPed to in order to match with other group members or attendees. It also gives users the option of pulling biographical data from their Facebook page to populate their Facebook Dating profile: name, age, location, job title, photos.

    Within the app’s privacy settings, users can also opt in or opt out of matching with their Facebook friends’ Facebook friends. The app does not match people with their own Facebook friends, unless explicitly directed to: The “Secret Crush” feature allows users to identify up to nine of their Facebook friends as people they have a crush on, and “no one will know that you’ve entered their name,” according to Facebook’s Newsroom blog, unless your name also appears on their Secret Crush list. In that case, Facebook Dating notifies both parties. (Facebook makes no mention of what happens if two, three, or—God forbid—all nine of a person’s crushes indicate that the secret crush is reciprocated.)

    Fugère also questioned whether Facebook Dating could find success among what one would have to assume is its target market—single people in their 20s and 30s. While Facebook is aiming to re-create virtually the experience of meeting someone in person, it’s not clear whether users will want so much information transmitted online between themselves and someone they still have not actually met

    #Sites_rencontre #Facebook #Tinder

  • Quand les multinationales attaquent les États

    À l’automne 2016, des millions d’Européens descendent dans la rue pour protester contre le Ceta, le traité de libre-échange avec le Canada. Son rejet par la Wallonie, par la voix de son ministre-président Paul Magnette, plonge alors l’UE dans une grave crise et place les tribunaux d’arbitrage sous le feu des projecteurs – et des critiques. Ce dispositif, prévu dans le cadre de nombreux accords commerciaux internationaux, permet à des multinationales d’attaquer les États devant des juges privés – des avocats d’affaires –, afin de réclamer la compensation d’un manque à gagner réel ou potentiel induit par un changement de législation. En 2016, Cosigo Resources Ltd. a ainsi déposé une demande d’arbitrage contre la Colombie : en classant « parc naturel national » un territoire amazonien sacré, Bogotá a annulé la concession minière de la compagnie canadienne, laquelle estime son préjudice à 16 milliards de dollars, soit environ 20 % du budget national colombien...
    « L’arbitrage est un système profondément défaillant. Il n’est pas juste, pas indépendant, et il est loin d’être équilibré », assène le professeur de droit canadien Gus Van Harten. De la Colombie à l’Allemagne en passant par le Pérou, aux prises avec la multinationale Renco, dont la fonderie de plomb de La Oroya (la « Tchernobyl des Andes ») crache des fumées toxiques qui empoisonnent les enfants, Claire Alet et Cécile Ancieu (La Dette, une spirale infernale ?) ont enquêté dans les arcanes de cette justice opaque, au pouvoir démesuré. Créé par les États, dans l’objectif d’attirer des investisseurs, ce système fragilise leur capacité à légiférer sur l’environnement, la santé, les conditions de travail, le tout au détriment des citoyens, qui seront en outre amenés à payer l’addition.


    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/54819_1
    #film #documentaire
    #Etat #Etat-nation #arbitrage_international #multinationales #tribunaux_d'arbitrage_international #dédommagement #procès_en_arbitrage #justice #droits_fondamentaux #CETA #TIPP #Colombie #mines #or #extractivisme #peuples_autochtones #Cosigo_Resources #litiges_en_arbitrage #titres_miniers #traité_de_libre-échange #accord_de_libre-échange #développement #développementalisme #Makuna #réserve_naturelle #résistance #exploitation #sites_sacrés #Tanimuka #exploitation_minière #Tobie_mining_energy #environnement #responsabilité_des_entreprises #investissements_étrangers #ISDS #plainte #gains_potentiels #manque_à_gagner #exploitation_indirecte #globalisation #mondialisation #dissuasion #Gus_Van_Harten #secret #Vattenfall #Allemagne #nucléaire #La_Oroya #Pérou #Doe_Run #Renco

  • #Sites_naturels : l’urgence de réguler le #tourisme_de_masse
    https://reporterre.net/Sites-naturels-l-urgence-de-reguler-le-tourisme-de-masse

    « La différence essentielle réside dans la culture générale des publics et des gestionnaires, dans l’idée qu’ils se font de la place de la #nature, explique Vincent Vlès. Pour les uns, la nature est et doit rester accessible à tous dans toutes les conditions et à tout moment. Pour les autres, elle l’est seulement lorsque l’homme ne la perturbe pas. De là débouchent des moyens de limitation très différents et à l’efficacité très variable. » Si en France, certaines zones, comme dans les #parcs_nationaux, peuvent être interdites d’accès pour permettre à des espèces de se reproduire, le scientifique constate que « cela se fait en catimini, en apposant des panneaux, car, lorsque l’interdiction est présentée en principe de gestion, le public a du mal à l’accepter ».

    Outre ces conceptions culturelles particulières, le statut des parcs nationaux anglo-saxons est également différent de celui des parcs français. Ils peuvent prendre des mesures coercitives. « Aux États-Unis, les parcs sont totalement compétents », explique Vincent Vlès. Contrairement à la France, où « le mille-feuille territorial pose des problèmes de gestion entre les établissements publics de gestion des espaces (grand site, parc naturel régional, parc national…), qui s’ajoutent aux communes, communautés de communes, départements… et rendent la #gouvernance extrêmement délicate ».

    #liberté

  • 21 Websites to Learn #programming for Free
    https://hackernoon.com/21-websites-to-learn-programming-for-free-5101c1ddf0c?source=rss----3a81

    A curated list of websites to learn to code, Programming, Java, Python, SQL, Git, and Ruby on Rails.Hello there, if you are someone who is learning programming and coding by yourself and looking for some awesome resources then you have come to the right place. In this article, I am going to share 21 websites you can use to learn the code for free from the comfort of your office and home.freecodecamp.orgThis is one of the most awesome community websites which will help you to learn to code for free, build real-world projects and get a job as a developer.It has a massive collection of interactive tutorials and exercises to learn JavaScript, Data Structure and Algorithms, Frontend Development and so on.Founded by Quincy Larson, this is a really awesome place to start your coding journey. (...)

    #learn-programming #learn-programing-free #sites-to-learn-to-code #learn-to-code-for-free

  • Spatialités des mémoires

    Ce numéro de Géographie et cultures consacré aux spatialités des mémoires propose de poursuivre les voies ouvertes par de nombreux chercheurs appartenant à différentes disciplines des sciences sociales, et d’examiner comment la géographie contemporaine se situe dans le champ des #Memory_Studies.
    Si la mémoire, abordée dans ses dimensions individuelles et collectives, exprime d’emblée un rapport au passé, elle articule et produit conjointement de nombreuses interactions, entre soi et les autres, entre le temps et l’espace. La mémoire, plus ou moins visible et lisible, d’un passé réactivé, remodelé, nié ou instrumentalisé n’est pas sans lien avec des stratégies d’acteurs diversifiés. Qu’il s’agisse de mémoires institutionnalisées dans des #sites, #musées ou #mémoriaux, ou d’espaces dans lesquels les mémoires sont échafaudées à partir de traces, la (re)production d’#espaces_mémoriels s’organise autour d’une subtile articulation #identités/#mémoires/#territoires, laquelle rend compte d’une dialectique de l’#ancrage et de la #mobilité, fût-elle éphémère.
    Les articles de ce numéro thématique explorent différentes formes de productions (ou d’empêchement de productions) spatiales mémorielles liées aux diverses recompositions politiques, sociales et économiques qui affectent les sociétés.


    https://journals.openedition.org/gc/6318
    #mémoire #géographie

    Les articles :

    Dominique Chevalier et Anne Hertzog
    Introduction [Texte intégral]

    Laurent Aucher
    Devant le mémorial, derrière le paradoxe [Texte intégral]
    Réflexions sur les pratiques de visite au monument berlinois de la #Shoah
    In front of the memorial, behind the paradox:
    thoughts about practices of visiting the Berliner memorial of Shoah

    Thomas Zanetti
    #Matérialité et spatialité d’une mémoire meurtrie [Texte intégral]
    La reconnaissance mémorielle des #maladies_professionnelles des anciens verriers de #Givors
    Materiality and spatiality of a bruised memory: the memorial recognition of the occupational diseases of the former glassmakers of Givors

    Cécile Tardy
    Les infra-espaces des mémoires du Nord [Texte intégral]
    The infra-spacies of memories of the “Nord” region of #France

    Noémie Beltramo
    Le #territoire_minier [Texte intégral]
    Vecteur ou support de la mémoire de l’#immigration_polonaise ?
    The territory: vector or support of the Polish immigration’s memory?
    #migrants_polonais #extractivisme #mines

    André-Marie Dendievel et Dominique Chevalier
    Topos et mémoires des deux rives de La Loire amont (XVIIIe–XXe siècles) [Texte intégral]
    L’exemple de Chassenard (Allier) et Digoin (Saône-et-Loire)
    Topos and memories on both sides of the upstream section of the Loire River (XVIIIth‑XXth centuries AD): the example of #Chassenard (Allier) and Digoin (Saône-et-Loire)

    Patrick Naef
    L’escombrera de #Medellin [Texte intégral]
    Une #fosse_commune entre #reconnaissance et #oubli

    Sophie Didier
    #Droit_de_mémoire, Droit à la Ville [Texte intégral]
    Essai sur le cas sud-africain
    Right to memory, Right to the City: an essay on the South African case
    #afrique_du_sud

    Florabelle Spielmann
    Combats de bâtons de #Trinidad [Texte intégral]
    Fabrique géographique, sociale et culturelle de la mémoire
    Trinidad stick-fight: shaping memorial places through geographic, social and cultural spaces

    ping @reka @albertocampiphoto

  • À la recherche des situations charnières : en marge des #sites_archéologiques d’Athènes

    Le projet intitulé « À la recherche des situations charnières : en marge des sites archéologiques d’Athènes », se caractérise par le recours à des méthodes ethnographiques (observation participative, entretiens, utilisation de documents d’archives) en même temps qu’à la photographie créative en vue de produire une œuvre artistique. Bien que la photographie créative ne soit pas en elle-même une méthode scientifique, elle peut fournir une contribution unique et irremplaçable sitôt qu’elle s’articule à des méthodes ethnographiques interdisciplinaires, puisqu‘elle aboutit à des résultats chargés d’une expérience vivante, vecteurs de formes impalpables de connaissance. Au cœur de cette démarche se trouvent les « #marges » spatiales situées entre les temporalités différentes de l’archéologique et du contemporain, entre les espaces délimités et exploités par la recherche archéologique et leurs abords peu valorisés, au sein de la ville d’Athènes. A travers un certain nombre d’études de cas et en ayant recours à la photographie et à des méthodes ethnographiques, nous interrogeons la manière dont ces lignes « frontalières », ces champs d’analyse, se définissent et se redéfinissent en permanence. En immortalisant à intervalles déterminés, et sur une période de cinq ans, les traces de leur culture matérielle, et en retranscrivant une série d’entretiens réalisés auprès d’individus ayant par moments « habité » ces espaces, on voit apparaître une géographie humaine fugace propre à une situation « charnière ». Les #micro-paysages que nous avons photographiés, coupés de leur environnement si lourdement chargé en signification, racontent des histoires révélatrices de comportements, de tactiques et par là même d’éléments de la culture contemporaine. Parmi celles-ci, bien des signes annonciateurs de la « crise » à venir. Pour autant, ces témoignages n’ont pas valeur de « documentation » au sens traditionnel du terme. En fait, c’est une troisième dimension faite de nombreuses « visualités construites » et de #représentations mentales de l’#expérience_vécue qui se déploie ici, en lien direct avec son créateur. Un résultat nouveau – combinant la parole et l’image – apparaît, qui n’avait pas été remarqué ou que nous n’avions pas su ressentir jusqu’à présent.


    https://www.athenssocialatlas.gr/fr/article/a-la-recherche-des-situations-charnieres
    #archéologie #urban_matter #Athènes #villes #photographie

  • Blind date: ‘I left my knickers at a house party we crashed’ | Life and style | The Guardian

    https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2019/jan/12/blind-date-joanne-morgan

    First impressions?
    Cute, chatty and early.

    What did you talk about?
    I can’t really remember much after four negronis and wine but: books, scumbag Tories, coming out.

    Any awkward moments?
    Probably when we got kicked out of the house party we crashed. And leaving my knickers behind. I think I also fell over at some point.

    #dating #sites_de_rencontre

  • Supprimer les services politiques des rédactions nationales
    https://dansmonlabo.com/2018/05/06/supprimer-les-services-politiques-et-4-autres-idees-pour-changer-le-jou

    L’idée vient de l’écrivain néerlandais Joris Luyendijk, qui tenait le Banking Blog sur le site du Guardian. Il l’a exposée lors d’une conférence à la tonalité désabusée.
    https://www.journalismfestival.com/programme/2018/taking-the-red-pill-has-journalism-become-part-of-the-problem

    « Il faut supprimer les services politiques des rédactions nationales, les jeter par la fenêtre. Et remplacer leurs reporters par des “fixers”, dont le job est d’aider leurs collègues des autres services à faire leur travail.

    Si je travaille pour les pages économie et que je tombe sur une affaire de corruption à Westminster, je devrais pouvoir me tourner vers un spécialiste du Parlement britannique pour qu’il m’aide dans mon enquête.

    Mais en pratique, ça n’arrive jamais : les #journalistes_politiques ont leur propres priorités et ne partagent pas leurs contacts. Ils se contentent de la politique politicienne : les sondages, les postes, les ambitions… en résumé, ils en font un « show business for ugly people”.  »

    via @camillepolloni

    Il y a aussi d’autres choses intéressantes dans ce billet, concernant notamment les #paywall des #sites_de_presse.

  • core/plugins/sites (Historie) – SPIP-ZONE
    https://zone.spip.org/trac/spip-zone/log/_core_/plugins/sites

    Cedric nous fait savoir dans spip-dev qu’il vient d’agrandir la fonctionnalité du plugin #sites. Chouette, en intégrant ce plugin dans #Seenthis il sera enfin possible d’abonner autre chose que du RSS, pas vrai ?

    Hello,

    j’ai mis en chantier sur le plugin-dist/sites de la version dev de SPIP (3.3) une extension du domaine de la syndication :
    https://zone.spip.org/trac/spip-zone/log/_core_/plugins/sites

    L’idée c’est qu’on peut syndiquer d’autres choses que des flux RSS, et notamment des flux de réseaux sociaux qui souvent nécessitent de passer par une API car le RSS n’est pas une option.

    Avec ces modifications on peut donc prefixer les urls de syndication par un nom de méthode qui précise comment le flux doit être récupéré
    (par defaut c’est la methode atomrss, native du plugin donc, qui sait traiter le Atom et le RSS).

    Première application de cette extension : le plugin mastodon
    https://github.com/Cerdic/mastodon

    qui, une fois configuré et connecté à un compte mastodon, permet de récuperer des flux de la forme

    mastodon:https://mamot.fr/@LaurentChemla (pour avoir plein de pouets de cuisine et de chats)
    mastodon:https://mamot.fr/@LaurentChemla/media (pour avoir que des images de cuisine et de chats)
    mastodon:https://mamot.fr/tags/pouetradio (pour avoir des sons)

    Ici le plugin mastodon renseigne toutes les informations habituelles d’un article syndiqués + 3 nouveaux champs raw_data, raw_methode et raw_format, qui permettent ensuite, dans une boucle (SYNDIC_ARTICLES) d’accéder aux données JSON renvoyées par l’API via par exemple #RAW_DATA{account/display_name}

    Bien entendu, les champs #TITRE, #DESCRIPTIF, #DATE etc habituels restent utilisables.

    On peut décliner cette utilisation à toute plateforme fournissant des flux via API (plus ou moins fermés, plus ou moins propriétaires)

    Le chantier est déjà fonctionnel, mais il reste à compléter la fonction d’auto-detection :
    quand on renseigne une URL dans le formulaire de création d’un nouveau site, seuls les flux RSS sont actuellement détectés, il faut encore que chaque methode soit capable de détecter les flux qu’elle peut syndiquer à partir de l’URL de la page web et les propose en résultat de la détection.

    Ça sera pour plus tard, je m’en vais marcher sur d’autres chemins.
    A bientôt.

    –-
    Cédric

    @fil @arno

  • Défendons la sociologie menacée !
    https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/d%C3%A9fendons-la-sociologie-

    Un « sociologue » portant une vision antifeministe

    Quelques mots sur le « sociologue ». Vous ne le connaissez sans doute pas, car il n’a jamais eu aucun échange avec la communauté académique, il s’appelle Stéphane Édouard. Pour sa défense, il proclame très fort qu’il a un DEA de sociologie, ce qui est exact. Son diplôme en poche, ne cessant de mettre en avant sa qualité de sociologue, il a monté une série de sites internet (notamment Hommes d’Influence) proposant du coaching en séduction, qui s’adressent principalement à de jeunes hommes un peu désemparés dans leurs rapports avec les femmes. Il prône notamment la réaffirmation d’une identité plus masculine, ce qui lui a permis de constituer un réservoir de fans, admiratifs de son assurance et du vernis culturel qu’il répand à tout propos. C’est sur cette base d’une identité masculine retrouvée et antiféministe qu’il participe par ailleurs à des sites radicaux d’extrême droite, tenant un blog sur Égalité et Réconciliation d’Alain Soral et un autre sur Fdesouche. En parallèle, il organise des séminaires rémunérés de coaching en séduction.

    Interrogé par le journal 20 minutes, j’ai déclaré ceci, qui a été publié : « Un coach ayant fait des études de sociologie c’est très bien, mais quand il parle de ses thèses scientifiques c’est de l’arnaque ». À mon modeste niveau, et même si je n’étais sans doute pas le meilleur représentant possible, je me suis donc retrouvé dans une situation comparable à celle d’un lanceur d’alerte, dénonçant l’usurpation du mot « science » et l’image que l’on voulait donner de la sociologie. Stéphane Edouard a déposé une plainte en diffamation contre moi. J’ai été convoqué devant un juge d’instruction, qui m’a mis en examen. Le dossier n’a pas été classé sans suite, la diffamation a été retenue, je suis donc mis en examen et en attente d’un procès au Tribunal de Grande Instance de Paris, où je risque 12 000 € d’amende, des dommages et intérêt, sans compter les honoraires d’avocat.

    #Sociologie #Extrême_droite #Sites_rencontre

  • BBC - Culture - The rise of the post-industrial art gallery
    http://www.bbc.com/culture/story/20171121-the-rise-of-the-post-industrial-art-gallery

    Here in Berlin, Germany’s Bauhaus Archiv is throwing a farewell party. Next year this museum will close for renovation, and until then it’s presenting a display of ‘greatest hits’ from the world’s biggest Bauhaus collection. From furniture and posters to crockery and cutlery, these exquisite objects show how the Bauhaus school shaped our idea of good design.

    For most of us, the word Bauhaus conjures up a certain type of modern architecture – that stark aesthetic that spawned a million tower blocks. But the Bauhaus was much more than an architectural style – it was a new way of thinking, and a century since it was born, at the end of World War One, its ideas still set the pattern for the way we live today.

    #art #galeries #sites_industriels #musées

  • Playing the Online Dating Game, in a Wheelchair - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/09/27/opinion/online-dating-disability.html

    Not one to be deterred, I persevered, downloading every possible dating app and creating accounts on various dating sites. But I became skittish about revealing my disability, because in an already shallow dating culture, I believed my wheelchair would cause most men to write me off without a second thought. So I decided to hide my disability completely. I cropped my wheelchair out of my photos. I eliminated any mention of it in my profiles. In this virtual world, I could pretend my disability didn’t exist.

    I kept up with this facade for a while, messaging matches who were none the wiser. Once I thought I’d spoken with a guy long enough to establish his interest, I’d choose a moment to strike, telling him about my disability. I’d send a long-winded explanation divulging my wheelchair use, reminding him that it didn’t make me any less of person and ending with reassurance that he could ask me questions, should he have any.

    After dropping the “wheelchair bomb,” I’d have to brace myself for their reactions, which were always a mixed bag, often ranging from indifference to ghosting. Occasionally, I’d receive an accepting response.

    Prominently in my profile, I wrote: “I’d like to be very upfront about the fact that I use a wheelchair. My disability is part of my identity and I’m a loud, proud disability rights activist, but there is so much more that defines me (you know, like the stuff I’ve got in my profile). I realize some people are hesitant to date a human who experiences the world sitting down. But I’d like to think you’ll keep reading and dive a little deeper. And you’re welcome to ask questions, should you have any.”

    Once I added that paragraph, I felt liberated, relieved that anyone I spoke to would have a clearer picture of me. There have been plenty of matches that haven’t worked out, and whether that’s actually because of my disability, I’ll never know. But I had a nearly yearlong relationship with a man I met through OKCupid, so I know it’s possible for lightning to strike again. My dating life remains a comedy of errors, and I still struggle every day with the feeling that my disability means I won’t find love, but at least I’m being true to myself. I’m putting myself out there — my whole self — and it feels good to be proud of who I am.

    #Sites_rencontre #handicap

  • First Evidence That Online Dating Is Changing the Nature of Society - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/s/609091/first-evidence-that-online-dating-is-changing-the-nature-of-societ

    Indeed, this has long been reflected in surveys of the way people meet their partners: through mutual friends, in bars, at work, in educational institutions, at church, through their families, and so on.

    Online dating has changed that. Today, online dating is the second most common way for heterosexual couples to meet. For homosexual couples, it is far and away the most popular.

    That has significant implications. “People who meet online tend to be complete strangers,” say Ortega and Hergovich. And when people meet in this way, it sets up social links that were previously nonexistent.

    The question that Ortega and Hergovich investigate is how this changes the racial diversity of society. “Understanding the evolution of interracial marriage is an important problem, for intermarriage is widely considered a measure of social distance in our societies,” they say.

    Next, the researchers compare the results of their models to the observed rates of interracial marriage in the U.S. This has been on the increase for some time, but the rates are still low, not least because interracial marriage was banned in some parts of the country until 1967.

    But the rate of increase changed at about the time that online dating become popular. “It is intriguing that shortly after the introduction of the first dating websites in 1995, like Match.com, the percentage of new marriages created by interracial couples increased rapidly,” say the researchers.

    The increase became steeper in the 2000s, when online dating became even more popular. Then, in 2014, the proportion of interracial marriages jumped again. “It is interesting that this increase occurs shortly after the creation of Tinder, considered the most popular online dating app,” they say.

    Tinder has some 50 million users and produces more than 12 million matches a day.

    Of course, this data doesn’t prove that online dating caused the rise in interracial marriages. But it is consistent with the hypothesis that it does.

    #Sites_rencontre #Marriage