• #Ferroviaire. Retards, accidents : le bilan noir du futur PDG de #SNCF #Réseau | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/ferroviaire-retards-accidents-le-bilan-noir-du-futur-pdg-de-sncf-reseau-682
    #train

    Luc Lallemand (53 ans) est depuis 2005 le patron d’Infrabel, gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire belge. Alors qu’il est proposé pour devenir PDG de #SNCF_Réseau, sa nomination doit être confirmée par un conseil d’administration ce mardi 7 janvier.

    Bien que réputé proche du Parti socialiste (il a conseillé divers ministres socialistes), ce technocrate s’est parfaitement adapté au gouvernement de droite dure en place depuis 2014 en Belgique. Et pour cause : il prépare, avec zèle, l’ouverture à la #concurrence pour le transport de passagers, prônée par les partis de droite. C’est d’ailleurs en préparation de cette #libéralisation que les précédents gouvernements avaient décidé de la scission, totale en Belgique, entre le réseau (Infrabel) et les opérateurs tels que la SNCB pour les voyageurs ou les compagnies privées pour les marchandises.

    [...]

    Hasard du calendrier, le jour de l’annonce de son départ, le quotidien la Libre Belgique publiait une enquête sur le recours à la #sous-traitance sur le rail belge, une spécialité d’#Infrabel : « il y a tellement d’entreprises qui utilisent des sous-traitants, lesquelles recourent elles-mêmes à des sous-traitants, qu’on ne sait parfois plus qui travaille sur le rail », dénonçait ainsi un cheminot sous couvert d’anonymat. Conséquences : #accidents_du_travail, mais aussi travail bâclé et #retards en nombre.

  • La #dette de la #SNCF fait peser une lourde menace sur le gouvernement
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090318/la-dette-de-la-sncf-fait-peser-une-lourde-menace-sur-le-gouvernement

    © Reuters L’État a depuis des années imposé la politique hors de prix du tout #TGV, au détriment du reste du #réseau_ferroviaire. Aujourd’hui, #Sncf_réseau, chargé des infrastructures ferroviaires, croule sous près de 50 milliards d’euros de dettes. Il suffirait de presque rien pour que l’État, sous la contrainte des règles européennes, soit obligé de reprendre cette dette. La réforme de la SNCF n’écarte en rien cette menace pour les finances publiques.

    #France #Economie #Partenariat_public_privé #RFF

  • LE RAPORT de RAPOPORT qui fait PEUR !
    En introduction de son discours devant les sénateurs, mercredi 30 mars, Jacques Rapoport (PDG de #SNCF_Réseau) a eu cette phrase peu engageante pour celui qui le remplacera à la tête de SNCF Réseau : "Je dois dire à mon successeur qu’il va avoir tout sauf un travail facile." Démissionnaire un an avant la fin de son mandat, il s’est véritablement lâché sur l’état du réseau ferré en France, réseau dont il a eu la responsabilité ces quatre dernières années. "Ce patrimoine national est en danger." Il ne parle pas des lignes à grande vitesse, mais "de la partie la plus circulé de notre réseau, à peu près 20 000 à 25 000 kilomètres sur les 30 000 kilomètres de lignes qui, pendant trente ans, n’ont pas bénéficié des investissements de renouvellement requis." Des voies, a-t-il rappelé, dont l’âge moyen est "le double de ce qui est en Allemagne".
    "Certaines #caténaires ont plus de 80 ans, j’ai vu des photos de traverses complètement pourries. Quand vous avez des portions aussi vétustes, on peut très bien demain avoir un accident comparable à #Brétigny" , a lâché pour sa part Hervé Maurey, président de la commission et sénateur de l’Eure. Pour rappel, l’accident de Brétigny avait tué sept personnes en 2013. La dégradation du réseau est régulièrement pointée par les élus, les associations d’usagers, la cour des comptes, et par la SNCF elle même. Depuis le début des années 80, les capitaux de la société ferroviaire ont été en grande partie aspirés par le plan #TGV au détriment des lignes inter-cités. Depuis quelques années, une réorientation des investissements vers le réseau existant a été opérée (1 500 chantiers sont programmés en 2016). Mais, à écouter Jacques Rapoport, l’effort n’est peut être pas suffisant. Dans les années à venir, les dépenses de SNCF Réseau "vont augmenter et les recettes vont stagner voire baisser" , a-t-il expliqué. Or, selon lui, il est urgent d’accroître "cette trajectoire de renouvellement" ,
    mais "la priorité, c’est la remise à niveau de la partie la plus circulé du réseau".

    Et c’est signé : Ri.P. (si l’humour n’est pas dans le titre de Libé, il est dans la signature !) Libération du 2/3 avril 2016
    http://www.liberation.fr/france/2016/04/01/le-reseau-ferre-francais-un-patrimoine-en-danger-alerte-un-dirigeant-de-l
    75% du réseau ferré français est vétuste. Un peu comme le parc nucléaire tricolore fatigué pour lequel le compte à rebours ne tardera pas à se déclencher. S’il ne l’est pas déjà ! L’invitation à la valse risque de douiller sévère !
    Terminus radieux, tout le monde descend !