• #Covid-19 : pourquoi laboratoires et chercheurs testent des #vaccins pour les #enfants
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/24/covid-19-faudra-t-il-vacciner-les-enfants_6074233_3244.html

    Aux Etats-Unis, on envisage de commencer à vacciner les enfants à la fin de l’été ; au Royaume-Uni, on évoque l’automne. Les deux pays peuvent, il est vrai, espérer avoir alors immunisé une grande partie de leur population adulte. Pour ceux de l’Union européenne, empêtrés dans un début de campagne poussif, les mineurs demeurent une cible lointaine.

    Mais est-elle seulement souhaitable ? Pourquoi viser les enfants, alors même qu’ils ne courent que de très faibles risques de développer une forme grave du Covid-19 et qu’ils semblent moins touchés par le virus ? Le 16 février, la #Société_française_de_pédiatrie a rendu un avis en ce sens : « Le Covid-19 chez l’enfant est le plus souvent asymptomatique, les enfants sont peu contagieux et très peu de formes sévères ont été décrites, même pour ceux atteints de pathologies chroniques. Actuellement, il n’y a que très peu de données d’efficacité et de tolérance de ces vaccins disponibles chez l’enfant. A ce jour, cette vaccination n’apparaît pas comme nécessaire chez l’enfant en population générale. »

    Professeur de pédiatrie à l’université Emory d’Atlanta, Evan Anderson conteste cette analyse. S’il admet le manque de données actuelles, il ne partage pas l’avis de ses confrères français quant aux menaces qui pèsent, mais aussi que font peser les enfants.

    En septembre 2020, déjà, il publiait, avec sept autres médecins, dans la revue médicale Clinical Infectious Diseases, un article invitant les laboratoires à développer rapidement des vaccins pédiatriques. « Les enfants sont infectés par le SARS-CoV-2, ils transmettent le virus et ils souffrent de complications, résumaient-ils. Des vaccins sûrs et efficaces pourraient leur apporter des avantages directs et indirects. »

    Réduire les risques substantiels et indirects

    L’article détaillait les bénéfices attendus, à la mesure d’abord des « risques substantiels » courus par les enfants. Ainsi, aux Etats-Unis, le taux d’hospitalisation des enfants touchés par le Covid-19 est équivalent ou supérieur à ceux causés par la varicelle, la rubéole ou l’hépatite A. Quant à la mortalité, elle est largement supérieure à celle causée par ces pathologies, contre lesquelles les enfants sont systématiquement immunisés.

    De très jeunes enfants peuvent développer un syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (PIMS). D’autres, présentant des comorbidités, développent des formes graves, parfois mortelles, de la maladie. Avec 250 décès enregistrés outre-Atlantique, le tribut payé au Covid-19 par les enfants y dépasse désormais celui lié à la grippe. Un bilan qui touche, à 75 %, des enfants issus de minorités ethniques.

    Le deuxième avantage direct de la vaccination tient au retour possible à une vie quotidienne normale pour les plus jeunes. « Même si les stratégies d’atténuation et les mesures barrières permettent aujourd’hui, selon moi, de faire classe en toute sécurité, la vaccination des enfants nous permettrait de revenir plus rapidement à une scolarité normale », estime Jeffrey Gerber, professeur d’immunologie et de pédiatrie à l’université de Pennsylvanie. Un enjeu là encore crucial pour les enfants issus des milieux défavorisés, qui ne disposent souvent ni du matériel ni du soutien éducatif nécessaire pour suivre dans de bonnes conditions un enseignement à distance. Dans leur article de septembre 2020, les huit médecins ajoutaient les multiples activités extrascolaires (sport, théâtre, musique, activités sociales), « dont l’absence affecte sérieusement le développement émotionnel et psychologique des enfants ».

    Pourtant, aujourd’hui, ce sont les bénéfices « indirects » que la société pourrait tirer d’une vaccination des enfants qui pèsent le plus lourd dans la balance sanitaire. Le premier tient à la quête d’une immunité collective, condition nécessaire au retour à la vie normale. Au début de la pandémie, les épidémiologistes avaient estimé qu’une immunisation de 60 % à 70 % de la population pourrait suffire à empêcher la circulation du virus. Avec l’apparition de variants plus contagieux, la barre est sensiblement remontée. Anthony Fauci, le « M. Covid » américain, la situe à présent entre 80 % et 85 %.

    « Les enfants représentent environ un quart de la population mondiale, rappelle le professeur Gerber. Faites le compte : ils constituent une cohorte essentielle si l’on veut atteindre l’immunité collective. » D’autant que l’idée de vacciner 100 % de la population adulte apparaît totalement illusoire. « Evidemment, plus nous parviendrons à vacciner d’adultes, moins nous aurons besoin de vacciner les enfants, précise Beate Kampmann, directrice du centre vaccinal de l’école d’hygiène et de médecine tropicale de Londres. Mais, pour diminuer autant que possible la circulation du virus, réduire sa transmission, mais aussi éviter l’apparition de nouveaux variants, je pense que les enfants vont nous être nécessaires. » Tous ? « Peut-être pas en dessous de 5 ans », évalue-t-elle.

    Stratégie vaccinale « bouleversée »

    Satanés variants ! Ils ont déjà assombri ce début d’année 2021, nourri la troisième vague et relevé le seuil probable de l’immunité collective. Surtout, ils menacent les campagnes de vaccination actuelles. Car le principal moteur de leur apparition est la circulation du virus. Plus il se réplique, plus le hasard risque de donner naissance à un méchant mutant. « Cela bouleverse notre stratégie vaccinale, estime Marie-Paule Kieny, présidente du « comité vaccin Covid-19 » en France. On ne peut plus se contenter de protéger les publics à risque, il faut impérativement diminuer la circulation. Les enfants deviennent une cible légitime. »

    Une cible inévitable ? Pédiatre et immunologue, président du conseil d’orientation vaccinal, Alain Fischer demande encore quelques données avant de se prononcer. « D’abord s’assurer que l’on a bien besoin d’eux pour atteindre l’immunité de groupe, précise-t-il. Peut-être suffira-t-il de vacciner les adolescents de plus de 12 ans, l’âge à partir duquel, du reste, ils semblent vraiment contagieux. C’est d’ailleurs la deuxième question : il faudrait vérifier à quel point les enfants propagent le virus, une question encore controversée. Enfin, il faudra vérifier que les vaccins protègent bien contre la transmission. Les dernières données vont dans ce sens, mais j’aimerais en avoir davantage. »

    Restera alors à convaincre les familles. Dans les pays anglo-saxons, où l’on vaccine déjà les enfants contre la grippe, afin de protéger leurs grands-parents, cela ne devrait pas poser trop de problèmes. « En France, où l’on est moins habitué à la protection vaccinale indirecte, obtenir l’adhésion des parents sera peut-être moins évident, imagine le docteur Fischer. Tout dépendra des jeunes adultes, en vérité. Si eux adhèrent, il ne restera qu’une marche à descendre, et on y arrivera. » Du haut de l’escalier, le défi fait presque rêver.

    • Satanés variants ! Ils ont déjà assombri ce début d’année 2021, nourri la troisième vague et relevé le seuil probable de l’immunité collective. Surtout, ils menacent les campagnes de vaccination actuelles. Car le principal moteur de leur apparition est la circulation du virus. Plus il se réplique, plus le hasard risque de donner naissance à un méchant mutant.

      sympa le style enfantin

  • #Covid-19 : le dédoublement des classes au collège pourrait protéger les #parents
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/03/24/covid-19-le-dedoublement-des-classes-au-college-pourrait-proteger-les-parent

    Des épidémiologistes préconisent de tenir compte du risque accru de contamination des adultes dans les foyers abritant des collégiens.

    Tandis que les contaminations par le SARS-CoV-2 augmentent fortement, le rôle des #enfants et des adolescents dans la dynamique de l’épidémie de Covid-19 reste une question essentielle. Les mesures annoncées jeudi 18 mars par le gouvernement de dédoublement des lycées seront-elles suffisantes ? Depuis septembre, la France est parvenue à garder ses établissements ouverts, en imposant le port du masque dès l’école primaire et un mélange de présentiel et de distanciel au lycée.

    « Les écoles ne semblent pas constituer des amplificateurs de transmission : la circulation du virus en milieu scolaire reflète plutôt celle qui est observée au sein de la collectivité » , a indiqué le conseil scientifique dans son avis du 11 mars. Il s’appuie un éditorial publié dans le British Medical Journal , signé par plusieurs épidémiologistes dont le professeur Arnaud Fontanet (Institut Pasteur), membre du conseil scientifique. « Les enfants continuent de faire des formes plus légères de la maladie, et très peu d’études suggèrent que les enseignants seraient plus à risque que d’autres professions », résume Arnaud Fontanet.

    Mais concernant la transmission du virus, les choses varient selon l’âge, comme l’a montré Comcor, une étude que le professeur a conduite avec ses collègues de l’Institut Pasteur, à l’état de prépublication et régulièrement mise à jour. Le risque majeur est en effet que les enfants ramènent le virus au domicile, où il n’y a pas de mesures barrières, et qu’ils le transmettent à leurs parents et grands-parents, davantage sujets aux formes graves de la maladie – sans compter l’impact psychologique que cela peut avoir. Ainsi le fait d’avoir un collégien ou un lycéen ou un enfant gardé par une assistante maternelle accroît le risque pour les adultes du foyer d’être infectés de respectivement 27 %, 29 % et 39 %, souligne ce travail. Quand l’enfant est en maternelle, ce surrisque est de 15 %. Mais avoir un enfant en école primaire n’est pas, jusqu’alors, associé à un surrisque d’infection. « Il reste généralement admis que les enfants de moins de 10 ans sont 30 % à 50 % moins susceptibles d’être infectés, constate le professeur Fontanet. En revanche, les avis sont partagés sur la contagiosité. »

    L’arrivée du variant anglais, environ 60 % plus contagieux, qui devrait représenter 90 % des cas fin mars, pourrait changer la donne. La prochaine analyse, prévue courant avril, devrait éclairer les choses.

    Contagiosité accrue du variant anglais

    En attendant, les derniers chiffres inquiètent. Le nombre de contaminations augmente parmi les 12,4 millions d’élèves français : 15 484 ont été contaminés dans la semaine du 11 au 18 mars, contre 9 221 la semaine précédente, et 1 809 personnels (1 106 une semaine auparavant), selon https://www.education.gouv.fr/covid19-point-de-situation-du-vendredi-19-mars-2021-322762" target="blank" rel="noopener" title="Nouvelle fenêtre" >le dernier point de situation du ministère de l’éducation nationale. De même, le nombre de classes fermées a augmenté de 833 à 2018 en une semaine. Cette hausse est en partie imputable à la multiplication des tests salivaires (250 000 tests réalisés au soir du vendredi 20 mars) mais sans doute aussi à la contagiosité accrue du variant anglais. La situation est particulièrement tendue en Ile-de-France et Hauts-de-France.

    Au regard de la forte poussée épidémique, faut-il aller plus loin ? « Le dédoublement des classes, un jour sur deux ou une semaine sur deux, devrait également être discuté pour les collèges », préconise Arnaud Fontanet. Il propose aussi que les mesures mises en place en Ile-de-France et en Hauts-de-France le soient dans d’autres départements connaissant une poussée épidémique forte, et un taux d’occupation déjà élevé des lits de réanimation, « afin de tester leur efficacité qui repose sur l’adhésion des Français, le principal objectif étant d’éviter les réunions en lieu privé, à son domicile ou ailleurs, là où beaucoup d’infections ont lieu », rappelle-t-il. Quitte à y être moins strict sur la fermeture des commerces.

    Pour Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, « si on veut limiter drastiquement la circulation du virus, il n’y a pas d’autre solution qu’un confinement strict et la fermeture des écoles ». « L’école joue un rôle, c’est indéniable, la durée des contacts, leur nature, leur fréquence, constituent autant d’ingrédients pour la transmission du virus »_, explique le professeur Zureik.

    « Ne fermer les écoles primaires qu’en dernier recours »

    La France fait figure de quasi-exception en la matière. Car de nombreuses études mettent en évidence l’impact délétère de la fermeture des écoles sur la santé mentale des enfants et sur leur apprentissage, particulièrement pour les enfants du primaire de milieux défavorisés. « La balance bénéfices-risques penche clairement en faveur de l’ouverture des établissements scolaires », rappelait dans nos colonnes, le 17 mars, la pédiatre Christèle Gras-Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie (SFP). « Les situations de stress, d’anxiété, de syndrome dépressif, sévices sur enfants, sont en forte augmentation, d’où l’intérêt majeur à laisser les écoles ouvertes », renchérit le professeur Alexandre Belot, rhumato-pédiatre à l’hôpital Femme-Mère-Enfant de Lyon, également membre de la SFP.

    Dans son dernier avis, le conseil scientifique préconise « de ne fermer les écoles primaires qu’en dernier recours » mais les laisser ouvertes doit s’accompagner « de mesures efficaces de réduction du risque ». Tous les observateurs demandent plus de dépistages ciblés. « Il faudrait s’inspirer d’autres pays comme le Royaume-Uni ou l’Autriche qui diffusent largement les #autotests : deux tests par semaine dans les écoles primaires, un par semaine dans le secondaire », préconise Arnaud Fontanet. Pour ralentir, voire casser les chaînes de transmission.

    Les syndicats déplorent un protocole sanitaire insuffisant [eh ben, depuis le temps...ndc]. « Le déni du ministre de l’éducation nationale [Jean-Michel Blanquer martèle que le virus circule peu à l’école] a retardé de plusieurs mois des mesures de protection nécessaires pour faire baisser la circulation du virus », regrette Mahmoud Zureik. Ce sont, par exemple, l’#aération, les #extracteurs_d’air, penser autrement les #cantines, etc. Un constat partagé par le collectif Du côté de la science, dont il fait partie. « L’objectif de laisser les écoles est noble, mais il faut s’en donner les moyens », tranche l’épidémiologiste.

    #Société_française_de_pédiatrie #conseil_scientifique #du_coté_de_la_science

  • Défendre les droits vestimentaires des femmes, quels qu’ils soient, pour défendre toutes les femmes - Crêpe Georgette
    http://www.crepegeorgette.com/2016/08/24/defendre-femmes

    Le féminisme occidental a grandi avec l’idée que les femmes avaient le droit de montrer leur corps sans risquer pour cela des agressions sexuelles, des réflexions, des interdictions diverses et variées. Cet exemple a longtemps été présenté comme un modèle seul et unique de féminisme. Il convient de préciser que le féminisme occidental des années 70 ne peut se réduire, comme certains tendent de le dire, au fait d’avoir voulu porter un bikini. La défense d’avoir le droit de porter ce qu’on veut (du pantalon au travail au bikini à la plage) était en fait la défense de porter ce qu’on veut sans brimades, punitions, licenciements et violences. On ne saurait donc dire et lire comme on l’entend dernièrement que le bikini est un combat féministe. C’est le fait de ne pas être agressée et violentée qui l’est et (...)

    #feminisme

  • La #société_française est-elle un grand parc d’attraction ?
    https://reflets.info/la-societe-francaise-est-elle-un-grand-parc-dattraction

    Une forme de dérive médiatico-politique faite de polémiques absconses, de petites phrases, de scandales de personnes, de lynchages ou de mise en avant de personnalités et d’opinions souvent binaires est devenue prégnante en cette rentrée 2015. Des affirmations délirantes de Nadine Morano aux #Tribunes dichotomiques de Michel Onfray — en passant par les commentaires sur […]

    #Bienvenue_dans_la_com #Politique #Canal+ #cerveau_disponible #distraction_des_foules #infotainement #populisme #Propagande #Réfugiés #société_du_spectacle

  • Le citoyen #Français est-il un produit à code-barre ?
    http://reflets.info/le-citoyen-francais-est-il-un-produit-a-code-barre

    Le moral de la population du pays inventeur des droits de l’homme n’est pas au plus haut. Ce constat, déjà un peu ancien, n’est pas sans conséquences : la #France est en tête du nombre de suicides comme de la consommation d’anxiolytiques et autres antidépresseurs. L’économie est morose, les problèmes sociaux croissants, l’ambiance générale plutôt […]

    #A_la_Une #Tribunes #Economie #état_des_lieux #point_de_vue #Politique #société_française