• Food Sovereignty

    Food Sovereignty is a term that refers to both a movement and an idea (Wittman et al., 2010) however, as with most political concepts, it is essentially contested. This contested nature stems partly from the conviction of many of its transnational advocates that food sovereignty needs to be defined ‘from the bottom-up’ and as such it evades a precise single definition. While there is merit in such an approach given the diverse political and agro-ecological settings in which food sovereignty has emerged as a rallying cry for change, it also raises the question of whether food sovereignty can be relational without bounds [1].

    Whilst the lack of distinction of the food sovereignty concept continues to form a theoretical problem, which according to some prevents the further development of the debate[2], in practice the issue areas that food sovereignty advocates concern themselves with are very clear. The primary documentation issued by organisations like La Via Campesina and the declarations issued at the two Nyéléni meetings, include calls for the democratisation of the food system and the protection of the rights of small farmers. It also expresses a commitment to address the multiple inequalities reproduced within the current corporate-dominated food system. As such, food sovereignty builds upon a rights-based approach to food, but adds a qualifier to such rights. Human beings do not merely have a right to food, but rather ‘a right to food that is healthy and culturally appropriate, produced through ecologically sound and sustainable methods’, which are defined by people instead of corporations or unaccountable governments [3]. In this manner, food sovereignty represents a radical alternative to the food security paradigm, which holds central the benefits of free food markets and seeks to solve the problem of world hunger through scientific innovation and increased market liberalisation.

    Whilst the precise origins of food sovereignty remain somewhat unclear, Edelman (2014) has put forward a strong case that it was first articulated in Mexico [4]. Additionally, as a result of Latin American peasant farmer organisation La Via Campesina’s use of the term and the fact that some of the movement’s key international meetings were deliberately held in the global South (at Nyéléni in Mali) so as to make a statement, food sovereignty itself is often seen as a ‘southern’ rallying cry. In part this is because it is associated with smallholder farming which is exercised more extensively within the global South. This is not to say that smallholder farmers do not exist within Europe or the United States,[5] or that the aspirations of small holder producers in Latin America, East Asia or elsewhere may not align with the food export-oriented framework that is conventionally understood as driven by ‘northern’ actors [6]. Nor is it to suggest that food sovereignty – where it pertains to democratisation and exercising ownership over a given food system – has no place in American and European societies. The geographic dimensions of food sovereignty, however, do serve to communicate that the negative socio-economic impacts resulting from the proliferation of large-scale industrialised food production elsewhere has been predominantly felt in the global South.

    Reflecting on the structure of the global food economy, it has been suggested that the fundamental interests of geographically differently located actors may be at odds with one another, even if they collectively mobilise behind the banner of food sovereignty [7]. Food sovereignty activists stand accused of taking a ‘big bag fits all’ approach (Patel) and brushing over the contradictions inherent in the movement. As already indicated above, however, whilst the broad geographic delineations may help to explain existing inequalities, the reproduction of binary North-South oppositions is not always conducive to better understanding the mechanisms through which such inequalities are reproduced. For example, factors such as the interaction between local elites and transnational capital or the role of food culture and dietary change are not easily captured through territorial markers such as ‘North’ and ‘South’.

    Essential Reading

    Holt-Gimenez, Eric & Amin, Samir, (2011) Food movements unite!: Strategies to transform our food system (Oakland: Food First Books).

    Alonso-Fradejas, A., Borras Jr, S. M., Holmes, T., Holt-Giménez, E., & Robbins, M. J. (2015). Food sovereignty: convergence and contradictions, conditions and challenges. Third World Quarterly, 36(3), 431-448.

    Patel, Raj. (2009). Food sovereignty. Journal of Peasant Studies, 36:3, 663-706

    Further reading

    Andrée P, Ayres J, Bosia MJ, Mássicotte MJ. (eds.) (2014). Globalization and food sovereignty: global and local change in the new politics of food (Toronto: University of Toronto Press).

    Carolan, Michael. (2014). “Getting to the core of food security and food sovereignty: Relationality with limits?” Dialogues in Human Geography 4, no. 2, pp. 218-220.

    Holt-Giménez, E. (2009). From food crisis to food sovereignty: the challenge of social movements. Monthly Review, 61(3), 142.

    Shiva, Vandana (1997). Biopiracy: The plunder of nature and knowledge (Cambridge: South End Press).

    Wittman, Hannah (ed.) (2011). Food sovereignty: reconnecting food, nature & community (Oxford: Pambazuka Press).

    Zurayk, R. (2016). The Arab Uprisings through an Agrarian Lens. In Kadri. A. (ed). Development Challenges and Solutions after the Arab Spring. Hampshire, England: Palgrave Macmillan. pp. 139-152.

    https://globalsocialtheory.org/concepts/food-sovereignty
    #souveraineté_alimentaire #alimentation #définition

  • UN General Assembly adopts Peasant Rights declaration ! Now focus is on its implementation
    https://www.cetri.be/UN-General-Assembly-adopts-Peasant

    Today, 17 December 2018, the 73 Session of the United Nations General Assembly (UNGA 73) in New York adopted the UN Declaration on the Rights of Peasants and Other People Working in Rural Areas. Now that the declaration is an international legal instrument, La #Via_Campesina (LVC) and its allies will mobilise to support regional and national implementation processes. The final vote of today represents the culmination of a historic process for rural communities. With 121 votes in favour, 8 (...)

    #Southern_Social_Movements_Newswire

    / #Le_Sud_en_mouvement, Via Campesina, #Souveraineté_alimentaire, Agriculture & luttes pour la terre, (...)

    #Agriculture_&_luttes_pour_la_terre #Environnement

  • Democracy not for sale
    The struggle for food sovereignty in the age of austerity in Greece

    19 November 2018
    Report
    Austerity measures led to increased rural poverty and food insecurity in Greece and violated her people’s human right to food. How did this happen and who is responsible?

    This Report examines the impacts of austerity in Greece on the right to food. It concludes that the Greek State and the Eurozone Member States violated the Greek people’s right to food as a result of the austerity measures required by three Memorandums of Understanding (2010, 2012 and 2015). In other words, the austerity packages imposed on Greece contravened international human rights law.

    The share of households with children unable to afford a protein-based meal on a daily basis doubled from 4.7% in 2009 to 8.9% in 2014. EU statistics estimate that 40.5% of children in 2016 faced material and social deprivation.

    Taxes as a proportion of agricultural net value added soared from 4% between 1993 and 2010 to 15.4% in 2016.

    Troika members claim that the sole responsibility for the impacts of the MoUs lies with the Greek State. This argument is false because they, with Greece, were joint signatures of the three MoUs. Therefore, the responsibility for violations of the right to food is a shared one too. Indeed it can be argued that the responsibility of the Eurozone Member States is much bigger, given the evidence of direct interference or even coercion by the Member States of the Troika on Greece to sign the MoUs.

    Eurozone Member States – as States Parties to the International Covenant on Economic, Social, and Cultural Rights and other international human rights instruments – have therefore breached their extraterritorial obligations to respect the human right to food in Greece.

    https://www.tni.org/en/democracy-not-for-sale

    #grèce #austérité #nourriture #UE #EU #souveraineté_alimentaire

  • Cuba’s Urban Farming Revolution: How to Create Self-Sufficient Cities | Thinkpiece | Architectural Review

    https://www.architectural-review.com/essays/cubas-urban-farming-revolution-how-to-create-self-sufficient-cities/8660204.article

    Havanas’s unique agricultural infrastructure emerged from punishing trade sanctions following the fall of the USSR but today provides an exemplary precedent that could be applied worldwide

    When Cuba found itself abruptly cut off from trade with the Soviet bloc in 1989, the country entered into an economic crisis of unprecedented severity. Already sidelined from international trade due to US embargoes, Cuba became, almost overnight, a country detached from the rest of the world. In the years that followed, the tiny island nation struggled to export sugar and citrus fruits for more critical imports: the cereals, corn and meat that had become the staples of the Cuban diet. This was the beginning of Cuba’s food crisis, a period in which residents lost, on average, access to one third of their daily calories, the government instituted a peacetime austerity programme for food rationing, and most Cubans experienced widespread, inescapable hunger.

  • Demain, les Suisse·sses votent pour/contre l’ #initiative appelée "Initiative pour la #souveraineté_alimentaire" .

    Le site de l’initiative :

    En Suisse, 2 à 3 exploitations agricoles ferment leurs portes chaque jour. En 30 ans, le #revenu_paysan a baissé de 30% et plus de 100’000 emplois ont disparu. La #Suisse dépend de plus en plus des #importations en matière d’alimentation, et notre santé se dégrade face à la perte en qualité de notre #nourriture, toujours plus chargée en intrants chimiques. En outre, la nature pâtit d’une exploitation trop agressive des sols. Même les institutions officielles le disent : en 2008, un rapport de 400 experts, mandatés par la Banque Mondiale, se positionne face au modèle agricole productiviste actuel : « business as usual is not anymore possible ». Face à ce constat alarmant, un changement de cap de nos politiques agricole et alimentaire est indispensable.

    L’initiative pour la souveraineté alimentaire soutient une #agriculture qui, dans un espace rural vivant et créateur d’emplois, produit une #alimentation_saine et de proximité permettant des prix, des conditions de travail et des salaires justes ; elle participe par ailleurs à un commerce international équitable et une exploitation durable des ressources.

    Pour une une alimentation saine et de proximité
    Aujourd’hui, quelques grandes entreprises dominent le système alimentaire et mobilisent des terres agricoles, avec pour seul objectif le prix le plus bas, sans tenir compte des aspects sociaux et environnementaux. L’accès aux ressources (terre, eau, semences et biodiversité) est la base d’une agriculture paysanne qui produit une alimentation socialement juste et écologique : naturellement sans OGM !
    Pour une agriculture diversifiée et sans #OGM !
    Le rôle premier de l’agriculture est de nourrir la population avec une alimentation saine tout en préservant les ressources naturelles. La souveraineté alimentaire place les besoins de l’être humain au centre des enjeux alimentaires et agricoles plutôt que de répondre aux seules attentes du marché.
    Pour des #prix, des #salaires et des #conditions_de_travail justes
    Depuis 2000, les prix des produits agricoles ont diminué de 12% pour les paysan·ne·s alors qu’ils ont augmenté de 5% pour les consommateurs·trices. Plus de transparence dans la formation des prix, des marges et dans la gestion des quantités produites, permettra d’obtenir des prix rémunérateurs pour les paysan·ne·s, des conditions de travail justes et harmonisées pour les salarié·e·s agricoles et des prix accessibles à la consommation.

    Pour un commerce international équitable !
    Les changements climatiques, l’augmentation du prix du pétrole, la spéculation sur les aliments et les crises politiques affecteront de manière croissante le marché global. La souveraineté alimentaire contribue à la réduction de la dépendance aux marchés internationaux en valorisant l’agriculture locale, au Nord comme au Sud. Les importations doivent respecter les critères sociaux et environnementaux et les exportations ne doivent pas nuire aux marchés agricoles d’autres régions.
    Pour la santé, la nature et le climat !
    Pour garantir une alimentation diversifiée et un système alimentaire durable, il faut des fermes en nombre et de toutes tailles. Elles doivent fournir une large gamme de produits, selon des modes de production variés. L’équilibre doit être conservé tant dans nos champs que dans nos assiettes. Moins de viande mais plus locale, issue d’animaux bien traités et nourris avec de l’herbe et des fourrages locaux. Moins de transports inutiles et de gaspillage alimentaire et plus de produits frais !

    Pour la création d’#emplois dans un espace rural vivant
    #Paysannerie, artisanat de transformation, commerce et consommation de proximité font vivre l’#espace_rural. Les structures locales de production, de transformation, de stockage et de distribution doivent être encouragées, favorisant un tissu social et économique fort. La traçabilité des produits est ainsi garantie tout en créant des places de travail. Un gage d’avenir pour les jeunes générations !


    https://initiative-souverainete-alimentaire.ch

    Curieuse de voir les résultats des urnes demain...

    • Les Suisses balaient les deux initiatives alimentaires, mais plébiscitent le vélo

      - Les deux initiatives agricoles ont été nettement rejetées dimanche dans les urnes. Selon les résultats définitifs, l’initiative pour des aliments équitables est refusée à 61,30% et l’initiative pour la souveraineté alimentaire à 68,37%.

      – Seuls quatre cantons romands ont accepté ces textes, Neuchâtel, Genève, Vaud et le Jura, alors que Fribourg, le Valais, Berne et toute la Suisse alémanique ont dit non.

      https://www.rts.ch/info/suisse/9861213-les-suisses-balaient-les-deux-initiatives-alimentaires-mais-plebiscitent

    • La peur au ventre

      Le verdict est net et sans appel. Avec respectivement 61% et 68% de non, les deux initiatives pour des aliments équitables et pour la souveraineté alimentaire ont été rejetées par le peuple. En clair : ces textes ont fait le plein de voix dans le camp progressiste, mais ont peiné à dépasser le clivage politique gauche-droite. On continuera à avoir sur nos étals des tomates récoltées en Espagne ou en Italie dans des conditions semi-esclavagistes, qui enrichissent des circuits mafieux, et autre céréales qui sentent le glyphosate.

      On relèvera tout d’abord la présence d’un énorme #Röstigraben. Car quatre cantons romands ont accepté ces textes : Genève, Vaud, Jura et Neuchâtel. A des majorités souvent plus que confortables. Ce qui s’explique sans doute par le fait qu’Uniterre, le syndicat paysan alternatif qui avait lancé le second texte, est présent surtout dans la partie francophone de la Suisse. Le discours d’une agriculture plus durable a pu se frayer un chemin porté par ces milieux qui ont su incarner une alliance entre producteurs et consommateurs. Un résultat d’autant plus remarquable que ce sur ce genre de sujets de société, on était habitué à un vote plus progressiste outre-Sarine. En l’occurrence, en Suisse alémanique, les lobbies agroalimentaires dominants ont pesé, seuls, de tout leur poids.

      Deuxième facteur : un électorat urbain plus marqué en terres romandes. Le fameux clivage villes-campagne a sans doute aussi joué : on voit qu’en ville de Zurich, ce sont près de 47% de oui qui sortent des urnes, et même 52% en ville de Berne.

      On regrettera à cet égard que le Parti socialiste ne se soit guère investi dans la campagne, assurant un service que l’on peut qualifier de minimum et ait laissé aux Verts le soin de défendre leur texte maison. Dommage, cela aurait pu contribuer à infléchir le résultat en contrant la propagande populiste distillée par leur conseiller fédéral Alain Berset qui – sans aller jusqu’à brandir la pénurie de foie gras, comme l’a fait le PLR – a tout de même feint de s’inquiéter pour le panier de la ménagère, arguant que les pauvres n’ont pas les moyens de manger bio, alors que le problème est peut être davantage à chercher du côté des revenus trop bas. Bref, à emboucher les trompettes de la peur dans lesquelles soufflaient à pleins poumons des milieux de l’économie soucieux des bénéfices engrangés par les géants de l’agroalimentaire.

      Mais ce n’est que partie remise. Les formations bourgeoises ont assuré la bouche en cœur que la législation actuelle serait suffisante. Reste que l’article constitutionnel largement adopté l’an passé sur la sécurité alimentaire sera sacrifié plus souvent qu’à son tour sur l’autel du dieu Mo-loch libre-échangiste. L’Union suisse des paysans – déjà échaudée par les frasques de l’inénarrable Johann Schneider-Ammann – n’avait d’ailleurs pas donné de mots d’ordre.

      Rendez-vous est donc pris : la question d’une agriculture durable et moins industrielle reviendra inéluctablement sur le tapis. Le vote de ce week-end a montré que la question du mode de production agricole est une préoccupation centrale des Suisses.

      https://lecourrier.ch/2018/09/23/la-peur-au-ventre

  • Le #Bangladesh, un exemple de #migration climatique - Le Courrier
    https://lecourrier.ch/2018/09/18/le-bangladesh-un-exemple-de-migration-climatique

    Pour faire face aux crises climatique et alimentaire, le gouvernement promeut des entreprises privées du secteur agro-alimentaire, plus d’investissements dans les #semences, des fertilisants et des équipements, en adoptant des semences hybrides et en imposant les #OGM au nom de la #sécurité_alimentaire. Le Bangladesh a déjà lancé la première culture d’OGM Brinjal en 2014. Une pomme de terre OGM est dans les tuyaux et le gouvernement a annoncé en 2018 des plans pour la commercialisation du premier riz génétiquement modifié Golden Rice. Ceci plutôt que protéger les paysans et encourager la petite #agriculture agro-écologique.

    La stratégie de la #Banque_mondiale et d’autres bailleurs de fonds internationaux pour la « sécurité alimentaire » gérée par les entreprises est risquée pour l’agriculture dans le contexte du changement climatique. Leur intérêt véritable, derrière cette politique, est de permettre aux entreprises transnationales de semences et d’#agrochimie d’accéder aux marchés agricoles du Bangladesh. Par conséquent, il est important de promouvoir les droits des paysans à des semences et d’autonomiser les communautés afin qu’elles puissent protéger leur propre mode de subsistance. Promouvoir la #souveraineté_alimentaire est la meilleure alternative pour la #politique_agricole actuelle au Bangladesh.

    #mafia #agrobusiness #climat

  • Seeds in resistance

    “Seeds in resistance” is an animation developed in connection with the documentary “Seeds: commons or corporate property?”, produced in 2017 by a collective of Latin American organisations from all across the continent that are working to defend native seeds as the basis of peoples’ food sovereignty.


    https://www.grain.org/article/entries/5915-seeds-in-resistance
    #propriété_intellectuelle #révolution_verte #propriété_privée #ONG #Syngenta #Dupont #Monsanto #Bayer #brevet #résistance #film_d'animation #vidéo #souveraineté_alimentaire #alimentation #semences

    Vidéo :
    https://vimeo.com/232364093


    cc @odilon

  • La norma sobre semillas criollas que pretende expedir el Ministerio de Agricultura en el marco de los Acuerdos de Paz

    Para los pueblos indígenas, afrocolombianos y campesinos las semillas nativas y criollas son patrimonio colectivo, y son consideradas como bienes fundamentales para la vida, la cultura, la salud, los sistemas tradicionales de agricultura, para garantizar su soberanía y autonomía alimentaria y han sido un seguro para enfrentar las crisis climáticas. En las comunidades locales, las semillas siempre han circulado libremente sin restricciones y sin control para su producción, usos y difusión. Es así que en el artículo 9° del tratado internacional de recursos fitogenéticos se reconocen los derechos del agricultor, tratado que no ha sido firmado por el gobierno colombiano.


    http://semillas.org.co/es/notcias/la-norma-sobre-semillas-criollas-que-pretende-expedir-el-ministerio-de-

    #semences #Colombie #agriculture #peuples_autochtones #souveraineté_alimentaire

  • Pétition : Que cessent toutes sortes d’abus sur les femmes autour de grandes plantations de monoculture d’arbres
    https://www.grain.org/bulletin_board/entries/5806-petition-que-cessent-toutes-sortes-d-abus-sur-les-femmes-autour-de-grand

    À l’occasion du 21 septembre, Journée internationale de lutte contre les #plantations d’arbres, des #femmes de plusieurs pays d’#Afrique centrale et occidentale ont pris l’initiative de publier simultanément la #pétition ci-jointe.

    Cette pétition contient la demande urgente de mettre fin aux #souffrances et aux #violences que l’expansion des plantations industrielles de #palmiers_à_huile a pour effet sur les femmes, dans le continent africain et ailleurs : abus, #sévices_sexuels, #harcèlement, #persécution, destruction de leurs moyens d’existence.

    Les femmes veulent qu’on leur rende les #terres dont les entreprises se sont emparées sans y avoir droit, au moyen de concessions octroyées par les gouvernements. Elles veulent qu’on leur rende leurs terres et leurs forêts pour pouvoir continuer à produire leurs aliments. Elles veulent la #souveraineté_alimentaire.

  • Miracle or Mirage? Manufacturing Hunger and Poverty in Ethiopia
    http://www.oaklandinstitute.org/miracle-mirage-manufacturing-hunger-poverty-ethiopia

    As months of protest and civil unrest hurl Ethiopia into a severe political crisis, a new report from the Oakland Institute debunks the myth that the country is the new “African Lion.” Miracle or Mirage? Manufacturing Hunger and Poverty in Ethiopia exposes how authoritarian development schemes have perpetuated cycles of poverty, food insecurity, and marginalized the country’s most vulnerable citizens.

    #Éthiopie #terres #agro-industrie #eau #souveraineté_alimentaire

  • Accaparement des #terres : quelles conséquences pour les peuples ?
    http://www.cjf.qc.ca/fr/relations/infolettre_gabaritSimple.php?idn=113&cle=xp9g9hvvy9ndt92m454y

    C’est un peu loin, dommage ! Merci Martine

    La revue Relations vous convie à l’atelier intitulé « Accaparement des terres : quelles conséquences pour les peuples ? » qui se tiendra le vendredi 12 août 2016, de 9 h à 11 h 30 à l’UQAM, au Pavillon PK (local R605), situé au 201, avenue du Président-Kennedy, à Montréal. Cette activité, organisée en partenariat avec l’Observatoire sur la souveraineté alimentaire, une unité du REDTAC, vous est proposée dans le cadre du Forum social mondial (FSM), qui se tiendra du 9 au 14 août 2016 à Montréal.

    Cet atelier s’inscrit dans la foulée de la parution du dossier de la revue Relations, intitulé « À qui la #terre ? – #Accaparements, #dépossession et #résistances » (no 785, août 2016). Des collaborateurs de ce dossier et une personne engagée dans les luttes paysannes du Sud situeront ce phénomène qui s’accélère en Afrique, en Amérique latine et en Asie principalement, où des millions d’hectares de terres sont appropriés pour l’#agriculture_industrielle – incluant la production d’agrocarburants –, les industries extractives, le tourisme ou tout simplement la spéculation. La menace que l’accaparement représente pour la sécurité et la #souveraineté_alimentaires des peuples sera au cœur des échanges, qui permettront d’ouvrir la réflexion sur les voies de résistance et sur les façons dont ce phénomène nous concerne aussi directement au Québec.

    Avec :
    Dominique Caouette, coordonnateur de Réseau d’études des dynamiques transnationales et de l’action collective (REDTAC), Université de Montréal
    Dominique Bernier, coordonnatrice de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, ex-responsable du dossier agriculture aux AmiEs de la Terre de Québec ;
    Mamadou Goïta, directeur de l’Institut de recherche et de promotion des alternatives en développement (IRPAD).

    Animation
    Catherine Caron, rédactrice en chef adjointe de la revue Relations

  • Usage des terres et sécurité alimentaire mondiale en 2050 ? Cinq scénarios de « Prospective AgrimondeTerra » (CIRAD, INRA)
    http://institut.inra.fr/Missions/Eclairer-les-decisions/Prospectives/Toutes-les-actualites/Prospective-Agrimonde-Terra

    Deux scénarios tendanciels aux conséquences extrêmes sont proposés : le scénario « Métropolisation », caractérisé par une croissance à tout prix, avec une transition alimentaire vers plus de produits transformés ou d’origine animale. Au contraire, le scénario dit « Communautés » envisage un contexte de crises récurrentes et de fragmentation des blocs régionaux, qui conduit à une perte de croissance et à une stagnation, voire une baisse, des rendements agricoles qui rend incertain l’objectif d’assurer l’alimentation mondiale.
    Entre ces deux extrêmes, trois scénarios alternatifs ont été imaginés avec le Comité d’experts internationaux réuni à cette occasion. Le premier, « Régime alimentaire sain » (Healthy), envisage des diètes saines sur le plan nutritionnel, en quantité suffisante, ce qui repose sur une diversification des productions agricoles. Le scénario « Régionalisation » considère que chaque région du monde développe une stratégie de type « souveraineté alimentaire » en réduisant au minimum ses échanges avec l’extérieur. Le retour aux régimes alimentaires traditionnels sous-jacent à ce scénario nécessite une réadaptation des agricultures régionales à ces régimes. Le dernier scenario, « Ménages » (Households), envisage un rôle majeur des coopératives et de l’agriculture familiale. Il conjugue une forte mobilité entre zones rurales et urbaines avec des régimes alimentaires hybrides entre alimentation traditionnelle et moderne.

    #prospective #sécurité_alimentaire #souveraineté_alimentaire

  • Mundemba declaration and statement of solidarity: women, communities say NO to oil palm expansion
    https://www.grain.org/article/entries/5426-mundemba-declaration-and-statement-of-solidarity-women-communities-say-n

    We share the concerns of local communities regarding the growing interest in community land for corporate oil palm plantations. The experiences shared during the workshop by the different participants—who came from several countries affected by oil palm plantations and from the home countries of companies involved in this expansion—attest to the dangers communities are facing. In Indonesia, communities have had millions of hectares of land fraudulently taken and destroyed by oil palm companies, and many of these companies are now grabbing lands for plantations in Africa. In many African countries, we see companies systematically failing to keep promises they have made to communities whose lands they have taken through corruption, bribery, lies, intimidation and other devious tactics.

    From our field visits to Ndian Town, Fabe, Meangwe II and Ikondo-Kondo resettlement, we witnessed and heard about the tactics and strategies used by oil palm companies. The devastating impacts that plantations have had in other countries are more or less reflected in this part of Cameroon. We witnessed how companies in the area have failed to respect court rulings in favour of the communities or to abide by laws pertaining to the protection of the environment and the acquisition of lands. We are deeply troubled by the intimidation and criminalisation of community leaders and organisers opposed to projects, including the local organiser of this workshop, the Mundemba-based organisation SEFE. We have seen how companies are not providing the basic services and support they promised to communities, such as scholarships, employment, community farms, bridges and roads, royalties, housing, health care, water or utilities. And we have also seen how companies have used divide and conquer tactics to try to break the unity of communities. The companies are not bringing development, but are merely generating poverty, food insecurity, social conflict and environmental destruction.

    #industrie_palmiste #insécurité_alimentaire #colonialisme #terres contre #paysannerie #souveraineté_alimentaire

  • Hilal Elver : « Protéger l’agrobusiness ne garantit en rien la sécurité alimentaire des peuples » | L’Humanité
    http://www.humanite.fr/hilal-elver-proteger-lagrobusiness-ne-garantit-en-rien-la-securite-alimenta

    La notion de sécurité alimentaire est la capacité des populations à accéder à la nourriture, rappelle Hilal Elver, rapporteuse spéciale 
des Nations unies pour le droit à l’alimentation. Un concept que beaucoup de pays voudraient voir évacuer de l’accord sur le climat de Paris.

    Le principe de sécurité alimentaire reste précaire dans le projet d’accord de la COP21. Pourquoi est-ce si important de l’y intégrer ?

    Hilal Elver Parce qu’il ne l’est pas dans la convention mère ! Aujourd’hui, seul le devoir de garantir la production alimentaire est inscrit dans la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique, la CCNUCC, laquelle chapeaute tous les accords sur le climat. Mais le devoir de garantir la sécurité alimentaire, lui, n’y figure pas. Or ce sont deux choses différentes.

    #agrobusiness #sécurité_alimentaire

    • Mieux que la sécurité alimentaire, la #souveraineté_alimentaire

      Sécurité et souveraineté alimentaires
      http://www.equiterre.org/fiche/securite-et-souverainete-alimentaires

      La sécurité alimentaire fait référence à la disponibilité et à l’accessibilité des aliments de qualité et en quantité suffisante pour une population donnée. Ces aliments doivent être sains, nutritifs et variés, et doivent refléter la diversité culturelle et sociale des citoyens. La sécurité alimentaire implique aussi que les collectivités doivent non seulement développer les aptitudes requises pour bien s’alimenter, mais également être en mesure d’obtenir l’information leur permettant de faire des choix éclairés.

      L’insécurité alimentaire n’est pas le lot des seuls pays en développement. Plus de 2 millions de Canadiens en sont victimes et, fait encore plus troublant, 2,3% de la population du pays souffre de la faim, dont une proportion importante d’enfants (1).

      Pour sa part, la souveraineté alimentaire est un concept qui s’adresse aux États et vise à privilégier l’alimentation de la population nationale. Elle permet à chaque État d’être responsable de son alimentation et de définir sa politique alimentaire en tenant compte de ses propres spécificités sociales et culturelles. Elle protège aussi l’agriculture intérieure contre les importations à des prix inférieurs aux coûts de la production locale. La souveraineté alimentaire est un moyen d’assurer la sécurité alimentaire des peuples.

  • Les #OGM : Une chance ou un piège pour le #Burkina_Faso ?

    Le Burkina Faso est l’un des seuls pays d’Afrique à cultiver des organismes génétiquement modifiés. Depuis 2007, le coton Bt Bollgard II de l’entreprise américaine Monsanto a été introduit dans les cultures burkinabè et représente aujourd’hui près de 70% de la production cotonnière du pays. Qu’est-ce que cette technologie a apporté aux petits paysans ? Quels sont les bénéfices et les dangers de la culture des OGM pour le Burkina Faso, premier producteur de coton d’Afrique ? Que cherche Monsanto en investissant sa technologie de pointe dans les champs d’un pays qui figure parmi les plus pauvres du monde ?

    Cette série de reportages a été réalisée dans le cadre de l’opération « En quête d’ailleurs » : Mondialisation, les petits paysans en péril.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7059890-les-ogm-une-chance-ou-un-piege-pour-le-burkina-faso-20-09-2015.html
    #agriculture #coton

    Audio en 5 épisodes :

    La ruée vers l’or blanc

    Boho Kari est un village à quelques dizaines de kilomètres de Bobo Dioulasso, au cœur de la principale région cotonnière du Burkina Faso. Là-bas, des agriculteurs viennent de recevoir le prix du meilleur groupement de producteurs de coton, décerné par la #Sofitex. Ils cultivent des semences OGM depuis 5 ans et vantent les mérites de cette technologie qui leur évite de nombreux traitements insecticides. Seul le prix du sac, trente fois plus cher que celui des #semences conventionnelles, les fait grimacer. « Nous avons besoin des OGM, soutient François Traoré, ancien président de l’Union des producteurs de coton du Burkina, ce sont eux qui nous aideront à atteindre notre #souveraineté_alimentaire ».

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7042200-vacarme-du-14-09-2015.html

    Les déçus du miracle

    Le Burkina compte 350’000 chefs d’exploitations cotonnières. Selon Karim Traoré, président de l’Union des producteurs de coton, ce sont 5 à 6 millions de personnes qui vivent directement ou indirectement du coton dans le pays. Le tiers de la population. L’introduction en 2008 du « #Bollgard_II », le coton transgénique de #Monsanto, a boosté la production et fait grimper la quantité de surfaces ensemencées. Mais certains agriculteurs regrettent aujourd’hui d’avoir choisi les OGM et renoncent à la culture du coton. D’autant que la fibre obtenue est plus courte qu’avant et a perdu de sa valeur sur le marché mondial.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7045320-vacarme-du-15-09-2015.html

    L’Afrique selon #Monsanto

    Thierry Bernes-Lasserre, directeur général de Monsanto au Burkina Faso, a installé ses quartiers à Bobo Dioulasso, au cœur de la région cotonnière. Depuis 7 ans, depuis que le coton OGM a fait son apparition dans les cultures du pays, les surfaces plantées en
    « Bollgard II » n’ont cessé d’augmenter. Mais cette année, les sociétés cotonnières ont modéré leur enthousiasme. « La fibre de ce coton est trop courte, nous perdons de l’argent sur le marché mondial », explique Ali Compaoré, secrétaire à l’information de l’Association interprofessionnelle du coton. Dans l’attente d’une solution technique, les sociétés ont donc décidé de diminuer progressivement les surfaces plantées en OGM et de demander des indemnités à Monsanto.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7049074-vacarme-du-16-09-2015.html

    OGM, dégage !

    Le 23 mai 2015, une marche mondiale contre Monsanto était organisée dans quelque 400 villes d’une quarantaine de pays. Ouagadougou y participait pour la première fois. Depuis que Blaise Compaoré, le président tout-puissant du Burkina Faso pendant plus de 20 ans et grand défenseur des OGM, a été chassé par son peuple en octobre 2014, les langues se délient timidement dans la société civile. Autour de la #COPAGEN, Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain, des citoyens s’engagent pour remettre en question la politique d’encouragement du coton OGM.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7051979-vacarme-du-17-09-2015.html

    Made in Burkina

    Le docteur Edgar Traoré est chercheur en génétique et amélioration des plantes. Son doctorat, il l’a obtenu grâce à la fondation Bill et Melinda Gates qui a financé ses études à l’université d’Accra, au Ghana. Aujourd’hui, il contribue au développement du prochain organisme génétiquement modifié promis au Burkina Faso : le niébé Bt. Ce haricot traditionnel est la principale source de protéines de l’alimentation locale. Les Burkinabè sont-ils prêts à voir des OGM dans leur assiette ?

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7055109-vacarme-du-18-09-2015.html
    #mondialisation #ressources_pédagogiques
    cc @odilon

  • Là où convergent les combats des paysans et ceux des communautés forestières
    https://www.grain.org/article/entries/5353-la-ou-convergent-les-combats-des-paysans-et-ceux-des-communautes-foresti

    GRAIN est heureux d’annoncer la parution du dernier numéro du bulletin mensuel du World Rainforest Movement qui a été, pour la première fois, produit en collaboration avec GRAIN. Le bulletin rend compte des luttes contre le changement climatique qui sont les mêmes pour les communautés paysannes et les communautés tributaires des forêts. Il contient plusieurs articles montrant comment les grandes entreprises réalisent leurs propres objectifs grâce à de fausses solutions — comme #REDD+ ou l’#agriculture et l’exploitation forestière “intelligentes face au climat” — et à travers les accords de libre-échange et les programmes de certification comme la Table ronde sur l’#huile_de_palme durable. Le bulletin comprend une série de ressources et d’études de cas illustrant les efforts des communautés et des mouvements sociaux pour trouver de vraies solutions au changement climatique et parvenir à la #souveraineté_alimentaire.

    http://wrm.org.uy/fr/bulletins/bulletin-numero-219-octobre-2015

  • #Accaparement des #terres : une convergence d’actions pour eradiquer le mal !
    http://farmlandgrab.org/post/view/25323-accaparement-des-terres-une-convergence-d-actions-pour-eradiquer

    Convaincues que la réalisation de plusieurs #droits_humains et l’acquisition de la #souveraineté_alimentaire passent obligatoirement par une distribution juste et équitable de la terre et de l’#eau, les organisations et associations de lutte contre les accaparements de terre des pays de l’#Afrique de l’Ouest ont décidé de faire lutte commune contre la mainmise des entreprises et des gouvernements sur ces ressources naturelles.

    Pour ce faire, les organisations et associations œuvrant dans le secteur regroupées au sein d’un organisme dénommé « Convergence des luttes pour la terre et l’eau » ont tenu en fin juin 2015 à Sélingué au Mali, un atelier de partage d’expériences.

    https://www.youtube.com/watch?t=391&v=yVWfBar9v-o

    #multinationales #agro-industrie #paysannerie #militer

  • Souveraineté alimentaire en Afrique de l’Ouest : la résistance des peuples contre les agression
    afrique-europe-interact
    http://afrique-europe-interact.net/320-2-goita---franzsisch.html
    Un texte de 2010 pas mal du tout

    Les explications apportées à la crise alimentaire que l’Afrique connaît survolent les véritables causes du problème. Elles les ignorent même souvent. Pour Mamadou Goïta, le phénomène n’est pas conjoncturel. C’est le point d’orgue d’un processus de déstructuration du secteur agricole africain et de son arrimage au marché international dans un contexte de libéralisme sauvage. Par-delà la description des choix politiques qui ont conduit à une telle situation, notamment avec les Politiques d’ajustement structurel engagées dans les années 1980, Goïta explore les pistes de solution et les décisions à prendre pour aller vers une souveraineté alimentaire en Afrique

    En Afrique et particulièrement en Afrique de l’Ouest et du centre, l’#agriculture (1) occupe la grande majorité des populations. Elle est essentiellement une agriculture familiale et rurale développée autour des exploitations agricoles familiales. Celles-ci sont des entités ou entreprises socio-économiques dont le lien entre les membres est un lien familial. Les membres mettent ensemble leurs moyens en termes de savoirs, savoir-faire et savoir-devenir, mais aussi en termes de ressources financières et matérielles pour produire de la richesse avec la commercialisation du surplus. La production est, dès lors, en priorité, orientée vers l’alimentation de la famille même si elle n’exclue pas les ventes du surplus pour satisfaire d’autres besoins des membres. Elle est différente de l’entreprise agricole de type prive dont le lien entre les membres est le capital (les ressources financières sous forme e contributions de chaque actionnaire ou du seul promoteur individuel).

    #alimentation #souveraineté_alimentaire #paysannerie #agro-industrie #merci

  • Réformes structurelles, accords de libre-échange et guerre contre la subsistance
    http://www.grain.org/fr/article/entries/5131-reformes-structurelles-accords-de-libre-echange-et-guerre-contre-la-subs

    En 3 ans, la société civile mexicaine a documenté sept processus qui résument la situation insoutenable : la violence généralisée (des dizaines de milliers de disparus, répression, militarisation, emprisonnement et plus de 100 000 assassinats) ; la dévastation environnementale ; la précarisation du travail et la répression du syndicalisme indépendant ; la violence contre les #femmes et les crimes haineux ; les expulsions/migrations inexorables ; l’absence de liberté dans les médias et la violence contre les communicateurs ; et l’attaque frontale contre la vie paysanne, la #souveraineté_alimentaire et la propriété collective des terres. Le présent document s’intéresse à ce dernier processus.3

    http://www.grain.org/media/BAhbB1sHOgZmSSJQMjAxNS8wMS8yMi8wNl8yNF8wMl8xMTRfMDRDYXJ0ZWxfYXVkaWVuY2lhX2Rld
    #foncier #agriculture #réformes_structurelles #libre_échange #Mexique

  • Le « #production_grabbing » et la transnationalisation de l’#agriculture (sud-) africaine

    Au lendemain de l’apartheid, le secteur agricole sud-africain a connu un processus de dérégulation sans précédent, rompant ainsi avec le paternalisme étatique du régime précédent. Cette #libéralisation_agricole va se traduire par la montée en puissance de « macro-acteurs », entre autres des grandes banques commerciales sud-africaines, sociétés d’ingénierie agricole et fonds d’investissement, comme acteurs moteurs du secteur. Celles-ci vont progressivement renforcer leur participation au sein des filières, et particulièrement dans le segment de la production primaire agricole. De nouveaux modèles de production et de financement (ex. : « pre-crop contract ») apparaissent dans lesquels ces acteurs contrôlent la totalité des filières où ils sont engagés. Il apparaît ainsi une mainmise par quelques macro-acteurs (souvent non-agricoles, à structures capitalistes) sur la #production_agricole, considérée comme une denrée de #spéculation sur les marchés financiers (Safex à Johannesbourg, marché à termes de Chicago). Si d’une part cela pose des questions sur le statut des producteurs (qui deviennent des rentiers voire des salariés des établissements, ne possédant plus leur récolte, et ne sont pas impliqués dans le processus de prise de décision, constituant ainsi un nouveau « #prolétariat_agricole »), d’autre part ces nouvelles pratiques remettent en avant les questions de #souveraineté_alimentaire et de #régulation_agricole. Ces questions sont primordiales vu qu’en l’absence d’un modèle alternatif, cette conception du #développement_agricole devient à présent le paradigme de référence, en Afrique du Sud mais également en Afrique. Il est en effet adopté par les agences publiques de développement (Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique : NEPAD, Banque africaine de développement : AfDB) et est exporté par ces « macro-acteurs » dans le cadre de leur expansion économique sur le continent.

    http://transcontinentales.revues.org/1080
    #Afrique_du_Sud
    cc @odilon

    • Commençons joyeusement l’année en grommelant :
      1 - je vais donc jeter un coup d’œil sur le site. Beaucoup de belles paroles, peu d’infos précises (qu’est-ce que grainesdevie ? Une association ? Une entreprise ? Qui va encaisser effectivement les financements ?).
      2 - Je remarque l’absence de mention ou référence à certains acteurs historiques de la préservation des graines (je suis pas spécialiste, mais ça fait longtemps que j’entends parler de kokopelli, qui au moins affiche son statut associatif).
      3 - whois grainesdevie.net, déposé par Sikana (tiens, un des partenaires ...). Allons voir qui sont ces gens là.
      4 - https://www.sikana.tv :Sikana est une organisation à but non-lucratif. Mais ... pas de détails ... donc en cherchant un peu : Forme juridique société par actions simplifiée ...
      5 - Vous en voulez encore : https://www.sikana.tv/fr/terms-conditions :

      By using this website, you grant Sikana a global, irrevocable, non-exclusive, royalty-free license to use, reproduce, adapt, publish, translate and distribute your user content in any existing or future media. You also grant to Sikana the right to sublicense these rights, and the right to bring an action for infringement of these rights.

      Un peu plus loin :

      Is Sikana content copyrighted?

      Sikana’s video tutorials are protected by copyright law under the Creative Commons (CC) license.

      Là, je perds un peu le fil ...
      Bon, je veux pas préjuger, hein, mais ça me motive très moyennement tout ça.