• #Australie : les #aborigènes spoliés pourront être indemnisés

    La Haute Cour d’Australie a jugé mercredi que les aborigènes spoliés de leurs terres devaient être indemnisés en particulier pour la « #perte_culturelle » et la « #souffrance_spirituelle » endurées, une décision qui pourrait déclencher une série de procès dans le pays. La Haute Cour a jugé que les peuples #ngaliwurru et #nungali, du #Territoire_du_Nord, avaient le droit d’être indemnisés après avoir été privés de leurs #terres par le gouvernement régional qui y a bâti, notamment, des infrastructures. Elle a également rejeté un appel du gouvernement contre un précédent jugement, qui avait déterminé que les aborigènes devaient être indemnisés non seulement pour la valeur des terres perdues, mais également pour « la perte culturelle ».

    https://www.ledevoir.com/monde/549792/australie-les-aborigenes-spolies-pourront-etre-indemnises
    #indemnisation #justice #spoliation #peuples_autochtones


  • VIDEO. Emmanuel Macron hué et insulté à sa sortie de la préfecture du Puy-en-Velay
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15336-video-emmanuel-macron-hue-et-insulte-a-sa-sortie-de-la-prefecture-d

    Qui sème le vent...

    Emmanuel Macron a été conspué et hué à sa sortie de la préfecture du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, mardi 4 décembre. Le chef de l’État était venu constater les dégâts, alors que le bâtiment a été partiellement incendié samedi lors de la mobilisation des "gilets jaunes".

    Apprenant la venue d’Emmanuel Macron, une vingtaine de manifestants s’étaient réunis devant les grilles de la préfecture. En sortant, le président de la République a voulu ouvrir la vitre pour saluer les gens autour de lui, mais il a été rapidement hué, certains criant "Tous pourris" et "Macron démission". Le cortège présidentiel a été poursuivi, et la garde rapprochée du président a dû sortir d’un véhicule pour protéger le cortège.

    Le chef de l’État est arrivé vers 16 heures (...)

    • ÉNERGIES RENOUVELABLES, LE CASSE DU SIÈCLE - GILLES BALBASTRE (1/2)
      https://www.youtube.com/watch?v=hPy4qWJwUkA

      Co-réalisateur des Nouveaux chiens de garde en 2012 (plus de 200 000 entrées au cinéma), Gilles Balbastre vient de réaliser Main basse sur l’énergie (www.mainbassesurlenergie.com), un documentaire sur le mode narratif de la série télévisée

      Les Incorruptibles. Dans ce film en six épisodes, Balbastre enquête sur les énergies renouvelables et fait le lien avec le démantèlement du service public de l’énergie. Dans ce premier épisode d’un entretien en deux parties, le réalisateur démontre comment l’industrie des éoliennes est devenue une véritable rente pour hommes d’affaires peu scrupuleux à la fois de l’environnement et des conditions de travail des salariés. Il poursuit sa réflexion sur la privatisation des barrages hydroélectriques, reconduite par l’ex-ministre Nicolas Hulot et sur la manière dont elle prive les citoyens d’une énergie peu chère et effectivement renouvelable, au profit de grandes entreprises comme Total, de fonds de pension ou de divers détenteurs de capitaux ravis de ce cadeau inespéré : la cession des barrages.

       #électricité #énergie #nucléaire #privatisation #france #edf #electricité #économie #linky #écologie #eau #climat #environnement #spoliation #profitation #argent #europe #confiscation #Gilles_Balbastre


  • Loi Pacte : le gouvernement privatise jusqu’à l’absurde - Observatoire des multinationales
    http://multinationales.org/Loi-Pacte-le-gouvernement-privatise-jusqu-a-l-absurde

    Toujours selon François Ecalle, il faut d’ailleurs aussi rappeler que rien ne démontre que la privatisation de grands aéroports privés en Europe « ait permis aux États concernés de réaliser une bonne opération financière tout en garantissant des prix bas et une qualité élevée à leurs clients ». On peut aussi se souvenir des nombreux projets de privatisations d’aéroports régionaux lorsqu’Emmanuel Macron n’était encore que ministre de l’Économie, comme à Nice et à Lyon (lire notre article). Mais c’est surtout le cas de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, en 2015, qui a mis en lumière les méthodes peu avouables à la fois du gouvernement lors de la vente, et du repreneur privé chinois une fois la privatisation conclue, révélées par Mediapart. Le journal avait découvert un pacte secret qui donnait le contrôle à plus de 50% aux actionnaires privés, contrairement à ce qu’affirmait le gouvernement. Dès l’automne 2016, les actionnaires chinois n’ont pas hésité à se verser un dividende exceptionnel de 15 millions d’euros en se servant dans les réserves accumulées les années antérieures.

    #privatisation #spoliation #corruption


  • #Dividendes : les actionnaires ont coûté 55 milliards au CAC40 en 2017 - Observatoire des multinationales
    https://multinationales.org/Dividendes-les-actionnaires-ont-coute-55-milliards-au-CAC40-en-2017

    Au final, plus de la moitié (52,6%) des bénéfices déclarés cette année par le CAC40 seront distribués sous forme de dividendes. De ce point de vue au moins, les firmes françaises sont parmi les plus généreuses d’Europe. Ce choix est présenté comme “naturel” mais se caractérise surtout par tout ce qu’il exclut ou relègue au second plan : l’emploi et les salaires, certes, mais aussi les #investissements qui permettraient de créer ou maintenir l’emploi demain, et de transformer l’appareil productif pour répondre aux enjeux environnementaux.

    Les dividendes ne sont d’ailleurs pas la seule forme de gratification des #actionnaires. S’y ajoutent les rachats de leurs propres actions par les entreprises, destinés à soutenir leurs cours en bourse, voire à gonfler artificiellement le patrimoine des actionnaires en procédant à l’annulation des actions qu’elles détiennent. Tous les groupes du CAC40 ont aujourd’hui leur programme de rachat d’actions propres. En 2017, ces rachats représentaient 8,26 milliards d’euros, et 11 entreprises du CAC ont annulé tout ou partie des actions propres ainsi acquises. Ce sont donc en réalité 61,8% des profits de l’année qui ont été directement alloués aux actionnaires. Au point qu’on en vient à se demander - à rebours des discours ressassés sur le coût du travail - si ce ne sont pas en réalité ces derniers qui coûtent trop cher aux #entreprises.

    #spoliation


  • SyrianObserver.com: Assad Confiscates Properties of Absentees Through Legislation
    http://syrianobserver.com/EN/News/34055


    Apr 5th, 2018 by Al-Hal (opposition website)

    Syrian lawyer and rights activist Michel Shammas said that Decree 10 for the year 2018, which was issued by the Syrian regime’s President Bashar al-Assad, “opened the door wide for demographic change and legitimizing the confiscation of the properties of millions of displaced and expelled people.”

    Shammas said on his Facebook page that the decree had a basic aim of preventing displaced and refugees from returning to their homes. He called on all Syrians living in countries of refuge and those in contact with the authorities with whom Syrians have taken refuge to inform them of the decree which deprives refugees of their properties and will therefore prevent them from returning to Syria.

    The lawyer said that the timing of the decree’s issuance will deprive millions of refugees and displaced from establishing their ownership, as most of them are wanted by security forces, adding, “The decree must be stopped from being implemented now, because a safe and calm environment is required after the return of every refugee and displaced person to their homes and areas is ensured and they are able to exercise their rights.”

    Assad issued a decree last Monday which stipulated allowing “for the establishment of one or more organizational zone within the general organizational plans for administrative units by a decree based on the proposal of the minister of local administration and environment and the amendment of some articles of legislative Decree No. 66 for the year 2012.”

    According to experts the new decree will allow for new organizational zones to be established in any province the regime government wants, like the Khalaf al-Razi zone in Damascus, or what is known as the Marotta City project.

    #RECONSTRUCTION #réfugiés #spoliation


  • La CAF persiste à taxer illégalement les allocataires du RSA| MATHILDE GOANEC, Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/090218/la-caf-persiste-taxer-illegalement-les-allocataires-du-rsa?onglet=full

    Alors que le Conseil d’État a confirmé dans un jugement de juin 2017 l’illégalité du procédé, les caisses d’allocations familiales continuent de surtaxer l’épargne des allocataires du revenu de solidarité active, et ne répondent pas à leur devoir d’information des usagers.

    Décidément, les caisses d’allocations familiales (CAF) ont bien du mal à appliquer la loi. En janvier 2017, Mediapart, alerté par des usagers soutenus par l’association Apnée, révélait que contrairement au code de l’action sociale et des familles, les CAF taxaient à tort les livrets A des allocataires des minimas sociaux. Six mois plus tard, le Conseil d’État a confirmé que cette taxation de l’épargne était illégale, à l’occasion d’un jugement délivré par le tribunal administratif de Montpellier.

    Le 17 novembre dernier, la CAF s’est donc, contrainte et forcée, enfin conformée à la jurisprudence et a même édité une circulaire, rappelant à ses agents les règles à appliquer lorsqu’un allocataire possède une épargne. La consigne semble avoir du mal à passer puisque des usagers continuent d’être illégalement « trop taxés », assure l’association Apnée, qui ferraille sur ce sujet depuis des années.

    Les allocataires du RSA n’ont par ailleurs jamais reçu une quelconque information, leur permettant éventuellement de se voir verser rétroactivement des sommes pourtant ponctionnées à tort. Ce faisant, la CAF faillit une deuxième fois à son devoir. Elle est en effet dans l’obligation d’informer les allocataires de leurs droits.

    Sur le fond, l’affaire est relativement simple : peu de gens le savent, mais le RSA (revenu de solidarité active) est loin d’être inconditionnel. Les caisses d’allocations familiales prennent en compte pour le calcul d’un RSA l’ensemble des revenus disponibles, y compris les économies épargnées et placées. Un certain nombre de bénéficiaires des minimas sociaux, pas tous, conservent en effet des bas de laine, ce qui n’a rien d’illégal mais doit être déclaré. La plupart des CAF appliquaient jusqu’ici à cette épargne une taxe forfaitaire de 3 %, qu’elles déduisaient ensuite de l’allocation versée chaque mois.

    Or les textes précisent que, pour ceux qui possèdent des livrets rémunérés (comme le livret A), la taxation ne doit pas être forfaitaire, mais égale au montant des intérêts, soit 0,75 % pour le livret A, par exemple. Cette confusion réglementaire a pu avoir des conséquences dramatiques : « J’ai touché concrètement 322 euros au lieu de 480 pendant trois mois* », expliquait ainsi Pierre (prénom d’emprunt) à Mediapart.

    Cet usager a attaqué son département devant le tribunal administratif et attend toujours réparation. Depuis la décision du Conseil d’État, le montant du RSA qu’il perçoit est passé « comme par magie » à son montant légal en janvier 2018, sans que Pierre ne reçoive aucune information de sa caisse. « Les montants précédemment spoliés restent eux toujours à récupérer », précise l’allocataire, tenace.

    Dans la circulaire éditée par la CAF, et que Mediapart a pu consulter, les choses sont pourtant écrites noir sur blanc : « Le taux forfaitaire de 3 % n’est plus applicable à l’ensemble des livrets d’épargne (…). Par conséquent, pour la détermination des droits au RSA, seul le montant réel des intérêts perçus doit être pris en compte. » Plus loin, la CAF précise que ces nouvelles modalités s’appliquent aux nouvelles demandes, aux droits en cours, mais aussi « sur réclamation, à tous les dossiers ayant fait l’objet d’une évaluation à 3 % au titre des produits d’épargne. La régularisation doit être effectuée dans la limite de la prescription biennale ». 

    En langage moins codé, les allocataires dont le RSA a été indument ponctionné peuvent réclamer un “recalcul” sur les deux dernières années. Encore faut-il être informé. Or la déclaration de ressources que doivent remplir chaque trimestre les allocataires n’a jusqu’ici pas été modifiée. De fait, avant que la CAF n’admette publiquement son erreur, les procédures judiciaires étaient rarissimes et les départements peuvent continuer à tabler sur une forme d’inertie des allocataires, perdus face à l’administration. « Je sais que peu de gens se lanceront dans une réclamation de crainte de se retrouver dans le collimateur de la CAF… et de subir un contrôle tatillon », confirme Yves Barraud, le président d’Apnée. Le manque à gagner – ou les économies, selon le point de vue – peut pourtant s’avérer énorme : lors de l’affaire des « recalculés de l’Unédic », qui a concerné environ 800 000 chômeurs en 2004 et 2005, seule une petite quarantaine de demandeurs d’emploi ont engagé des actions qui, au terme d’une bataille juridique remontée pareillement jusqu’au Conseil d’État, se sont soldées par la réintégration dans leurs droits des 800 000 concernés, soit deux milliards d’euros débloqués par l’État.

    L’association s’est fendue le 26 janvier d’une lettre ouverte à Agnès Buzyn, ministre de la santé et des solidarités, ainsi qu’à Vincent Mazauric, directeur général de la CNAF (Caisse nationale des allocations familiales). « Par manque d’information ou renseignements erronés, des allocataires sont encore à ce jour taxés illégalement et n’ont pas connaissance de la possibilité d’obtenir remboursement (partiel) de la taxation abusive subie », relève l’association, qui évalue à plusieurs millions d’euros les économies réalisées par les départements sur le dos des « précarisés », par cette interprétation erronée du droit. L’association n’a toujours pas reçu de réponse. La CNAF, que Mediapart a également sollicitée sur le sujet, semble muette.

    Pour Apnée, d’autres placements (comme les assurances vie ou les plans d’épargne logement…) sont également soumis à une taxation forfaitaire de 3 %, alors même que le rendement de ces placements serait inférieur à ce taux. Enfin, le sujet ne semble pas se borner aux allocataires du RSA. Les retraités qui touchent un minimum vieillesse (l’Aspa, environ 800 euros) voient également leurs allocations retranchées s’ils ont des économies placées, sur la même base forfaitaire de 3 %.

    Les CAF et les départements, qui financent les allocations de solidarité, traînent donc la patte, concentrés qu’ils ont été ces dernières années sur la crainte de passer à côté des revenus « cachés » des bénéficiaires des minimas sociaux. La taxation des revenus de l’épargne a été introduite à la faveur du remplacement du revenu minimum d’insertion (RMI) par le RSA en 2008. La même année, une délégation nationale à la lutte contre la fraude ainsi que des comités départementaux de lutte contre la fraude sociale ont été initiés par décret. « À mesure que ces dispositifs, appuyés sur plusieurs rapports parlementaires, se sont étoffés, les organismes prestataires ont été amenés à durcir leurs modalités de contrôle », souligne un rapport du défenseur des droits, publié fin 2017, qui s’interroge sur le prix que payent les usagers face aux politiques de lutte contre la fraude aux prestations sociales.

    « Au-delà des pratiques, entretenues par une rhétorique de la fraude alimentée par des discours politiques “décomplexés”, ces atteintes [aux droits des usagers – ndlr] s’expliquent aussi, comme l’a montré ce rapport, par la densité, la complexité et le manque de transparence de la réglementation en vigueur ainsi que des procédures qui en découlent », insiste le Défenseur des droits, qui recommande aux organismes de protection sociale de « mettre en œuvre l’obligation d’information à laquelle ils sont tenus ». Le flou entretenu sur la taxation de l’épargne des allocataires est, en l’espèce, un véritable cas d’école.

    #RSA #CAF #épargne #spoliation #revenu


  • Prisons et tribunaux : la Cour des comptes dénonce les abus des « partenariats public privé » du ministère de la Justice - Observatoire des multinationales
    http://multinationales.org/Prisons-et-tribunaux-la-Cour-des-comptes-denonce-les-abus-des-parte

    Une « fuite en avant ». C’est ainsi que la Cour des comptes caractérise les partenariats public privé (PPP) mis en place par le ministère de la Justice pour construire prisons et tribunaux ces dernières années. Des opérations qui s’apparentent à des tours de passe-passe budgétaire, et se révèlent extrêmement coûteuses au final pour les contribuables. Pour le plus grand bénéfice des Bouygues, Vinci, Spie Batignolles et autres Eiffage.

    #privatisation #marchandisation #spoliation #prison #ppp


  • La #pauvreté et l’#inégalité à la hausse en Espagne à l’approche du vote sur l’indépendance
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/sep2017/rctl-s30.shtml

    En même temps, la redistribution massive de la #richesse et des revenus vers le haut, vers certaines des plus grandes banques et fortunes privées d’Europe, s’intensifie depuis le krach financier de 2008 comme résultat direct de la contre-révolution sociale menée par les deux principaux partis de la bourgeoisie espagnole : le PP et le Parti socialiste (PSOE).

    Une étude basée sur une compilation de déclarations d’#impôt montre que, en seulement quatre ans, entre 2011 et 2015, le nombre de riches – ceux qui possèdent au moins 700.000 € d’actifs – a augmenté de pas moins de 44%, soit de quelque 58.000 personnes. Environ 0,4% de la population possède désormais la moitié de la richesse en Espagne. Ils ont bénéficié du sauvetage bancaire, qui s’élève à 57 milliards d’euros, dont seulement quatre milliards ont été récupérés.

    Le résultat de cette attaque prolongée sur les salaires, les conditions de #travail et les avantages sociaux est que la moitié des ménages en Espagne ont des revenus inférieurs au seuil de pauvreté officiel (8010 € pour les personnes vivant seules et 16.823 € pour ceux qui ont deux adultes et deux enfants) ou sont à risque de sombrer dans la pauvreté ou l’#exclusion sociale. Le nombre de travailleurs et de jeunes dont le revenu est inférieur à 6000 € par an a augmenté de 1,4 million au cours des cinq dernières années pour atteindre 5,4 millions au total.

    Les compressions répétées et le resserrement des conditions d’éligibilité entre 2012 et 2015 pour l’allocation #chômage et la protection sociale ont entraîné une baisse d’au moins 41% des dépenses totales et une réduction de 31% du nombre de chômeurs qui les reçoivent.

    Toujours plus de ménages n’ont presque aucune source de revenus en dehors des retraites des grands-parents. Ces familles dépendent de leurs parents âgés pour les repas, les garderies et autres formes d’aide.

    Le taux de chômage croissant de l’Espagne va de pair avec d’autres politiques de classe dirigeante en cours qui accentuent la misère et les inégalités en Espagne.

    L’une de ces politiques est l’utilisation de contrats temporaires pour maintenir un large bassin de travailleurs dans un état d’existence précaire, comme instruments jetables des employeurs. Par exemple, plus de 92% des contrats signés en août étaient temporaires. Pour un large éventail de la classe ouvrière, en particulier les jeunes, un contrat de travail permanent est devenu une rareté, presque semblable à gagner à la loterie.

    #spoliation #guerre_aux_pauvres


  • Le plan fiscal de Trump : ce que souhaite l’oligarchie américaine
    http://www.wsws.org/fr/articles/2017/oct2017/plan-o11.shtml
    Le fait est que c’est à peu près la même chose en France : le taux d’imposition des plus riches est à présent inférieur à celui qui s’applique sur la première tranche.
    Autrement dit, en France, une femme de ménage est plus imposée que Bernard Arnaud.

    Le 27 septembre, l’administration Trump a présenté une proposition de « réforme » fiscale qui serait l’une des plus grandes redistributions de #richesse vers le haut de l’histoire. Essentiellement, le plan inscrirait dans la loi ce qui est en fait de plus en plus apparent : les États-Unis sont une #oligarchie.

    La proposition réduirait le taux d’imposition maximal sur le revenu individuel de 39,6% à 35%, abaisserait le taux d’imposition des entreprises de 35% à 20%, éliminerait les taxes sur les droits de succession et de donation et permettrait aux personnes fortunées d’établir des « entités intermédiaires » à travers lesquelles leurs revenus personnels, incluant les salaires, ne seraient imposés qu’à 25%.

    La présentation du plan fiscal vient à un moment où des centaines de millions de personnes aux États-Unis sont dans le besoin. Le territoire américain de Porto Rico demeure sans électricité, nourriture, eau, essence ou médicaments. Houston et la Floride sont dévastés à la suite de l’ouragan Harvey et de l’ouragan Irma. Le Midwest industriel fait face à une épidémie d’opiacé qui cause la mort de dizaines de milliers de personnes par année. Partout, des millions de personnes manquent de soins médicaux, d’éducation et d’infrastructures adéquats.

    #spoliation #impôt #guerre_aux_pauvres


  • Avec ses #ordonnances #Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le #CPE pour tous
    https://www.marianne.net/societe/avec-ses-ordonnances-travail-macron-reussi-nous-refourguer-le-cpe-pour-tou

    Qu’en est-il depuis le 24 septembre ? Eh bien l’employeur peut de nouveau prévoir de virer un salarié sans raison puisque, grâce au plafonnement des indemnités prud’homales, il sait désormais exactement quelle somme provisionner si le salarié se retourne contre lui. Et en-dessous de deux ans d’ancienneté, les conditions sont particulièrement favorables. Devinez par exemple combien cela représenterait pour notre smicard viré au bout de 18 mois ? 2.960 euros. Maximum. Soit presque exactement ce que prévoyait l’indemnité du CPE. Et encore, dans le nouveau système, faut-il que l’employé ait la ressource d’attaquer son employeur devant les prud’hommes, que ceux-ci lui donnent raison, et qu’ils lui accordent l’indemnité maximum ! Autant dire que tout le monde ne sera pas concerné… Avec le CPE, au moins, la somme était assurée au salarié, sans démarche judiciaire.

    #spoliation #loi_de_la_jungle


  • Nouvelles mesures fiscales : la redistribution à l’envers
    http://www.regards.fr/mauvais-esprit-par-guillaume-liegard/article/nouvelles-mesures-fiscales-la-redistribution-a-l-envers


    #guerre_aux_pauvres #spoliation

    D’abord avec un constat : les #inégalités n’ont jamais été aussi fortes en France. « En 2016, les 10% des Français les plus riches détiennent plus de 56% des richesses quand les 50% les plus pauvres se partagent à peine moins de 5% du gâteau. » Dit de manière crue : « 21 milliardaires français possèdent autant que les 40% les plus pauvres de la population ». Et pour tordre le cou définitivement au fameux "ruissellement", le rapport précise que « la fortune totale des dix plus grandes fortunes françaises a été multipliée par 12 pendant que le nombre de pauvres augmentait de 1,2 millions de personnes ».

    Le fameux attrait du nouveau président pour les milliardaires est donc bien la face agréable d’une machine à fabriquer de la #pauvreté. Mais la #cupidité des plus favorisés n’a pas de limite. Alors même que les chiffres ne traduisent pas, doux euphémisme, une situation des plus déplorables pour leur portefeuille, les ménages les plus aisés sont au summum de la fraude fiscale : les ménages français disposent ainsi de 300 milliards d’euros dans les paradis fiscaux dont, 140 milliards pour 3.520 ménagent soit 0,01% des foyers fiscaux (voir ici, par exemple).

    • Le budget des riches

      Déposé chaque année au début de l’automne par le gouvernement, le « projet de loi de finances » traduit dans le détail ce que sera la politique de l’État dans tous les domaines pour l’année suivante. Le budget qu’a préparé le gouvernement Philippe pour 2018 est plus libéral et austéritaire que tous les budgets des ères Sarkozy et Hollande. Jamais autant de cadeaux fiscaux n’avaient été accordés d’un seul coup aux plus riches, alors même que de nombreux secteurs d’intérêt général (logement, travail et même éducation et sécurité) sont amputés et que les plus pauvres sont sommés de faire de nouveaux sacrifices.

      L’ampleur et la sophistication des mesures en faveur des plus riches contribuables donne le tournis. Les moyens dégagés en faveur des actionnaires et des très hauts salaires dépassent les 15 milliards d’euros : exonération d’impôt sur la fortune pour le capital financier (85% de l’ISF disparaît ainsi !), baisse de l’impôt sur les bénéfices des entreprises, fin de la taxe sur les dividendes distribués aux actionnaires, et, encore plus symptomatique, suppression de la surtaxe qui visait jusqu’ici les plus hauts salaires de la banque et de l’assurance (supérieurs à 152 000 euros annuels !). Officiellement destinée à attirer en France des financiers après le Brexit, cette mesure montre surtout la portée oligarchique de ce budget : d’énormes moyens de la Nation seront mobilisés l’année prochaine pour un tout petit nombre de personnes dont le point commun est leur lien à la finance, sans autre préoccupation pour l’intérêt du pays.

      Pour financer ces mesures, ce budget se traduit à l’inverse par des économies aussi lourdes que mesquines sur le peuple en général et sur les plus pauvres en particulier. La baisse des aides au logement qui seront amputées de 5 euros par mois et même de 20 euros pour certains locataires du parc social. Mais aussi des coups de rabot sur les aides aux personnes en situation de handicap qui vivent en couple. Au nom de l’austérité, ce budget ampute aussi des secteurs fondamentaux pour l’avenir du pays. Les budgets du travail et de l’emploi perdent près de 2 milliards alors que le pays compte 5 millions de chômeurs. Et le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche va même diminuer en valeur réelle alors que les universités vont devoir accueillir 50 000 étudiants supplémentaires dans des conditions toujours plus chaotiques. Ce budget tourne aussi complètement le dos à l’avenir en matière écologique, en allant par exemple jusqu’à supprimer les aides au maintien de l’agriculture biologique ou à détaxer les plus-values sur les terrains constructibles ce qui va accélérer la disparition des terres agricoles. Exempt de tout sens de l’intérêt général, ce budget sera pour 2018 celui d’une République en marche arrière.

      Laurent Maffeïs



  • Les Grecs plongés malgré eux dans la jungle des #salaires (REPORTAGE) - La Libre
    http://www.lalibre.be/actu/international/les-grecs-plonges-malgre-eux-dans-la-jungle-des-salaires-reportage-592af659c


    Ça va filer des idées au #MEDEF : payer ce qu’on veut quand on veut !

    Tous les mois, elle va sur son ordinateur pour découvrir quel va être son salaire de professeur d’histoire. « Toutes les nouvelles augmentations d’impôts, toutes les nouvelles taxes sont rétroactives et retenues sur mon salaire. Idem pour chaque jour de grève. Cela fait six mois que je n’ai pas touché le même montant », nous dit-elle le nez sur son écran. « Comment voulez-vous que je puisse m’organiser ? C’est impossible ! » Ce mois-ci, elle va toucher la totalité de ses 980 euros mensuels, Maria souffle, la colonie de vacances de la petite va pouvoir être payée. Mais la grande inconnue c’est combien va toucher son mari. Pavlos, 44 ans, employé dans le privé, est payé généralement avec deux à trois semaines de retard et encore pas en totalité mais par tranche. « C’est comme les prêts des créanciers au pays. C’est quand ils veulent, comme ils veulent, s’ils veulent et on n’a rien à dire », relève cyniquement Pavlos. Pourtant il s’estime heureux. « Moi, le patron m’aime bien et il est content de mon travail alors j’ai plus de chance que les autres qui sont payés avec jusqu’à trois mois de retard », marmonne-t-il. Pavlos ne rit pas du tout. Il est aigri. Le mois dernier, il s’est retrouvé avec 200 euros en moins sur son salaire de 600 euros.

    #spoliation #paywall


  • Voici comment ils ont brisé nos grands-mères | TRADFEM
    https://tradfem.wordpress.com/2017/05/16/voici-comment-ils-ont-brise-nos-grands-meres

    Comme l’explique Sylvia Federici dans son livre, Caliban et la sorcière, les autorités laïques ont finalement inventé une stratégie gagnante, celle de donner aux hommes tout ce que les #femmes possédaient, y compris les femmes elles-mêmes. Les fonctionnaires n’ont pas oublié de rendre compte de la valeur économique du travail des femmes ; ils l’ont plutôt explicitement retranchée de leurs comptes économiques, en déclarant à l’ère des enclosures que tout ce travail n’avait aucune valeur. Les artisans masculins ont coordonné des boycotts de leurs concurrentes et de tous les hommes qui collaboraient avec elles. Les femmes qui persistaient à tenter de pratiquer des métiers publics étaient harcelées, qualifiées de « #prostituées » ou « #sorcières », et étaient même agressées en toute immunité.

    #spoliation #appropriation


  • Travail dominical : une fois le principe accepté, on baisse les salaires - Force Ouvrière
    https://www.force-ouvriere.fr/travail-dominical-une-fois-le-principe-accepte-on-baisse-les?var_mode

    « Maintenant que le #travail du #dimanche a été banalisé, prévient Christophe Le Comte, secrétaire fédéral de FO Commerce, les employeurs vont rogner les compensations. Les salariés ne percevront plus que 10 à 20 % de salaire en plus comme c’est le cas dans la sécurité et la propreté, voire plus rien du tout en plus comme dans le milieu hospitalier. »

    #spoliation


  • En Guyane, l’opposition se lève contre un projet de mine destructeur de la forêt
    https://reporterre.net/En-Guyane-l-opposition-se-leve-contre-un-projet-de-mine-destructeur-de-l

    « C’est une #spoliation de la #Guyane, pour ne pas dire un pillage, dénonce-t-il. On dit aux gens que l’on va exploiter l’or et ainsi développer la Guyane, mais ils ne s’imaginent pas les dégâts environnementaux, sociaux et le peu de retombées économiques que cela aura. » Avec une taxe minière à 2 %, les recettes seront maigres. « Sans compter que l’on ne pourra pas développer le tourisme vert avec des mégamines dans la région », ajoute-t-il.

    #extraction #or #environnement #biodiversité #développement


  • CAC 40 : augmentation record des dividendes en 2016 avec 56 milliards d’euros
    http://www.bastamag.net/CAC40-augmentation-record-des-dividendes-en-2016

    Les entreprises du CAC40 ont distribué 56 milliards d’euros en dividendes et rachats d’actions en 2016. Un niveau record depuis la crise financière de 2008. Ce sont 13 milliards de plus qui ont été versés aux actionnaires comparé à 2015 (43 milliards d’euros). En moyenne, les grandes entreprises françaises ont ainsi redistribué 57 % de de leurs bénéfices aux actionnaires, contre 51 % en 2015. Trois entreprises représentent à elles seules les deux tiers de ce montant : Sanofi et Total, les deux (...)

    En bref

    / #Finance, #Multinationales


  • Du but de l’automatisation
    http://www.internetactu.net/a-lire-ailleurs/du-but-de-lautomatisation

    Evoquant le fonctionnement de Facebook M, l’assistant personnel de la messagerie instantanée de Facebook, Sam Lavigne (@sam_lavigne), rappelle sur The New Inquiry (@newinquiry) que les employés de Facebook M, qui permettent au système automatisé de s’améliorer, agissent comme des tuteurs. « Chaque fois que les employés de FB approuvent ou ajustent (...)

    #A_lire_ailleurs #Gouvernance #digital_labor


  • Les Londoniens s’attaquent à la crise du #logement - Equal Times
    http://www.equaltimes.org/les-londoniens-s-attaquent-a-la?lang=fr

    À Londres, la crise du logement est généralisée. Elle est présente sur les sites de construction réservés aux appartements luxueux, comme celui auquel le centre Focus E15 a dû laisser place. Elle est présente dans les rues, où le nombre de sans-abri a plus que doublé en cinq ans. La crise touche aussi directement les locataires londoniens qui consacrent en moyenne deux tiers de leur revenu à leur loyer, comparé à à peine moins de la moitié il y a six ans.

    Le gouvernement conservateur britannique a adopté une nouvelle loi sur le logement et l’urbanisme (Housing and Planning Act) en début d’année. Les défenseurs de cette loi affirment qu’elle facilitera l’accès à la propriété et qu’elle stimulera la construction de logements. À l’inverse, les détracteurs, tels que le premier syndicat du Royaume-Uni et d’Irlande Unite the Union, y voient une atteinte au droit au logement qui pourrait « porter un coup fatal aux logements sociaux ».

    Les logements sociaux proposés par les conseils municipaux constituaient jusqu’à présent la principale forme de logements abordables au Royaume-Uni. Toutefois, en raison de la réduction constante du nombre de logements gérés par les collectivités locales, la plupart des habitations dites « abordables » sont désormais détenues par des coopératives immobilières.
    Le précédent gouvernement a réduit de 60 % le budget alloué aux coopératives immobilières en faveur des logements abordables et les a autorisées à combler cette perte en fixant le montant des « loyers abordables ». Ces loyers sont établis à 80 % de la valeur locative marchande, ce qui à Londres peut atteindre 2400 £ (2680 USD) par mois, et « en aucun cas être considéré comme abordable pour la classe ouvrière », estime Jasmin.

    #spéculation #villes #spoliation #inégalité #guerre_aux_pauvres


  • La France du #logement trop cher | Fondation Abbé Pierre
    http://www.fondation-abbe-pierre.fr/nos-actions/comprendre-et-interpeller/la-france-du-logement-trop-cher

    Une famille monoparentale avec deux enfants et un salaire au SMIC ne peut louer un logement adapté et à un taux d’effort correct de 25 % dans aucune des 12 #villes testées ici (voir document ci-dessous), même avec les APL.

    Ces exemples, tirés de la vie quotidienne de millions de personnes, illustrent à quel point les marchés de l’#immobilier sont devenus décalés par rapport aux revenus de ménages des classes moyennes inférieures, sans même parler des couches populaires.

    #spoliation


  • L’étonnant train de vie du patron de la #FNSEA
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/011216/l-etonnant-train-de-vie-du-patron-de-la-fnsea

    En 2015, l’année des sifflets pour lui, Xavier Beulin soutiendra lors d’une interview qu’il « vit comme les #paysans » qu’il « défend » : « les mêmes difficultés », « les mêmes contraintes », prétend-il. En réalité, Xavier Beulin n’est plus paysan depuis longtemps. Bien rares sont les images de lui dans sa ferme... parce qu’il n’en a plus. Contrairement à la plupart des #syndicalistes qui rejoignent leur exploitation après leurs journées de militantisme à Paris, Xavier Beulin, lui, se rend au 11, rue de Monceau, dans le VIII e arrondissement de Paris, siège du groupe Avril-Sofiprotéol, un fonds coopératif qu’il préside depuis 2000. Le siège de la FNSEA n’est qu’à quatre pâtés de maisons de là, au 11, rue de la Baume, dans le même arrondissement parisien.
    Et lorsqu’il rentre chez lui, c’est pour retrouver un appartement loué rue Bois-le-Vert, en plein XVI e arrondissement. Selon les informations obtenues par Mediapart, il peut aussi rejoindre Orléans, sa région d’origine où il a acheté une résidence principale, en 2003, puis un immeuble dans le centre historique, en 2005. Pour ses vacances, c’est à Gammarth, en Tunisie, qu’il a investi en achetant un terrain, en 2007, pour y construire une villa. Dans cette zone résidentielle où plusieurs membres du clan de l’ancien dictateur Ben Ali – son beau-frère Imed Trabelsi, ou l’homme d’affaires Aziz Miled... – ont multiplié les opérations immobilières destinées à la jet-set avant la chute du régime.
    À la question de savoir si ces investissements dans la pierre l’avaient conduit à acquitter l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) – le plancher était alors de 790 000 euros de patrimoine –, Xavier Beulin n’a pas répondu à Mediapart. Il a en tout cas opéré, en 2012, une donation à son fils de sa part de sa résidence principale à Orléans, en en conservant l’usufruit. Il possède en outre une part symbolique dans une SCI qui loue des locaux à l’enseigne Carrefour, à Ingré, au nord d’Orléans.
    Un comble, vu du syndicat qui prend si souvent pour cible la grande distribution.

    #capitalisme #richesse #industrialisation #agriculture #spoliation


  • Les illusions vertes : brûler des #forêts & replanter des #monocultures d’#arbres pour produire de l’#électricité – Le Partage
    http://partage-le.com/2016/11/les-illusions-vertes-bruler-des-forets-replanter-des-monocultures-darbre

    La plupart des gens associent la production d’énergie soi-disant « renouvelable » (ou « verte ») à des panneaux solaires et à des éoliennes. Parfois aux barrages et à la production hydroélectrique. Mais ce que l’on sait moins — au-delà du fait que la fabrication et la maintenance des panneaux solaires, des éoliennes et des barrages n’a rien de soutenable ou d’écologique, en raison des extractions minières (et des pollutions et destructions environnementales associées) de matières premières non-renouvelables qu’elles requièrent, du caractère tout aussi destructeur et insoutenable du stockage et de l’acheminement de l’énergie, et d’autres perturbations écologiques spécifiques à ces trois modes de production d’électricité — c’est que la principale source de production d’énergie dite « renouvelable » en Union Européenne correspond à l’incinération de #biomasse.

    • Gaspillage de la forêt québécoise au chantier de la Romaine Publié le jeudi 24 novembre 2016 - Anne Panasuk

      Pour faire place aux futurs réservoirs du projet hydroélectrique de la Romaine, du bois coupé à grands frais par Hydro-Québec s’accumule près des chantiers. Des milliers de mètres cubes de bois se dégradent depuis trois ans. Comment expliquer ce gaspillage de la forêt québécoise ?

      À plus de 100 km de l’embouchure de la rivière Romaine, qui est en voie d’être aménagée pour produire de l’hydroélectricité sur la Côte-Nord, des montagnes de bois s’accumulent. De quoi remplir 1500 camions-remorques.

      Le projet hydroélectrique de la Romaine est le plus gros chantier au pays. Dans une forêt intouchée, quatre réservoirs seront créés à la suite de la dérivation de la rivière. Le deuxième réservoir à partir de la côte, appelé Romaine-2, est le plus gros des chantiers : une superficie de 86 kilomètres carrés sera inondée.

      Depuis la fermeture de la scierie de Rivière-Saint-Jean, le bois coupé, au lieu d’être transformé, s’accumule et se détériore. Hydro-Québec refuse de le rendre disponible aux résidents comme bois de chauffage, malgré les demandes du préfet de la MRC de la Minganie.

      Seuls les résineux (sapins, épinettes et mélèzes) ont été récupérés lors du déboisement de Romaine-2. Les feuillus, le bouleau et le tremble, par exemple, ne sont pas coupés, car il n’y a pas de marché sur la Côte-Nord pour ces arbres.

      Il n’y a pas d’usine pour les scier. Ils sont laissés dans le réservoir de Romaine-2 et tout simplement ennoyés.
      . . . . . .
      Là où Hydro-Québec doit faire un déboisement intégral, comme sous les lignes électriques, les feuillus ont été brûlés sur place.
      . . . . . .

      _ Tout ça pour spolier la nation innue à Natashquan , lire la suite de l’article : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1001805/gaspillage-de-la-foret-quebecoise-au-chantier-de-la-romaine
      #Canada #Quebec #Innus #Spoliation


  • La DGSE au tribunal
    Le Point - Romain Gubert - Publié le 07/06/2012
    http://www.lepoint.fr/la-dgse-au-tribunal-07-06-2012-1696848_19.php
    Les services secrets ont perdu une bataille... d’argent. Le 29 mai, le tribunal de commerce de Paris a débouté la Financière Médicis, qui souhaitait se voir confier le contrôle de la liquidation de la société France Immobilier (groupe Duménil). En fait, la Financière Médicis, basée au Luxembourg, est un paravent de la DGSE conçu pour abriter une partie de ses fonds secrets. Un conflit l’oppose à l’homme d’affaires Alain Duménil, auprès de qui elle a investi d’importantes sommes.

    + Médiapart - LAURENT MAUDUIT - 22/01/12 _
    http://www.thebigjump.com/news/Etranges_affaires/affaires/Entrees/2012/1/22_Caisse_des_depots__le_financement_qui_fait_scandale.html
    Le 21 novembre 2002, un protocole est signé au terme duquel le groupe Sozan et les actionnaires minoritaires de FLG cèdent la totalité de FLG au groupe Duménil. L’opération se fait sous la forme d’échanges d’actions, étant entendu que le nouveau pôle constitué sera introduit en Bourse, que les petits actionnaires seront payés en cash, et que François Barthes bénéficiera d’un contrat de travail dans la nouvelle structure et d’une clause de rachat de ses nouvelles actions à un prix global de plus de 2,4 millions d’euros.

    Las ! Alain Duménil ne tient ensuite presque aucun de ses engagements : l’entrée en Bourse n’a pas lieu ; les petits actionnaires ne touchent pas leur dû, à l’exception d’un seul ; et François Barthes ne profite pas d’un contrat de travail.
Pour les vendeurs, le manque à gagner est même plus grave que cela. Par une cascade d’opérations financières complexes (augmentation de capital, avec dilution progressive des minoritaires ; transformation du pôle luxe en société immobilière ; glissement de certains actifs vers d’autres structures ; versement de considérables dividendes avec Alain Duménil pour principal bénéficiaire…), les minoritaires ont pour beaucoup perdu la quasi-totalité de leur fortune. Et depuis, une très longue et complexe bataille judiciaire s’est engagée, qui n’est toujours pas achevée.

    Conseil d’Alain Duménil, Me Lantourne donne de cette histoire une version différente. Il fait valoir que « le groupe Duménil a repris ce pôle de luxe et de prêt-à-porter et l’a développé ». Et il ajoute : « La situation était très obérée. Le groupe Duménil a injecté des fonds et des actifs. Les deux anciens actionnaires ont contesté leur dilution. L’opération de fusion a été annulée. Les deux actionnaires voudraient ajouter aujourd’hui une quote-part des actifs apportés sans être dilués. Ce sont eux qui ont provoqué la chute de la holding, la FIG. Ils multiplient les pressions. Une expertise est en cours et nous sommes sereins sur son issue. »

    #escroquerie #spoliation #DGSE #fric


  • CADTM - « Que ferait Sitting Bull ? » Les Sioux de Standing Rock mènent le combat contre un nouveau projet d’oléoduc géant
    http://www.cadtm.org/Que-ferait-Sitting-Bull-Les-Sioux

    Depuis plusieurs semaines, les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, organisent la résistance contre un projet d’oléoduc géant, le Dakota Access Pipeline, qui menace leurs terres et leurs sources d’eau. L’affaire est en train de prendre une envergure nationale aux États-Unis. Les grandes banques françaises - BNP Paribas, Crédit agricole, Natixis, Société générale - sont toutes impliquées dans le financement de l’oléoduc.

    #spoliation #peuples_premiers


  • Vingt ans après la « réforme » de l’aide sociale de Clinton
    http://www.wsws.org/fr/articles/2016/aou2016/tysc-a25.shtml

    En annonçant qu’il mettait « fin à l’aide sociale comme nous la connaissons », Clinton affirmait cyniquement que son projet de loi allait aider les bénéficiaires de l’aide sociale à se trouver du travail et à devenir autonomes économiquement. Pur mensonge : la mesure n’a fait que libérer des milliards de dollars qui ont permis de réduire les impôts des sociétés et augmenter les programmes de dépenses militaires, en plus de forcer des millions de travailleurs à accepter des emplois à bas salaires et à temps partiel. Cet afflux de travailleurs désespérément pauvres sur le marché du travail a contribué à la baisse des salaires qui se poursuit à ce jour.

    #aide_sociale #précarité #spoliation #transferts