• Des ordonnances Macron aux « Gilets Jaunes » - Stéphane Sirot - Restriction ou extension du domaine de la lutte syndicale ?

    A l’automne 2017, les ordonnances Macron ont rétréci drastiquement le périmètre d’intervention du syndicalisme dans les entreprises.

    Un an plus tard et dans un tout autre registre, le mouvement social dit des « Gilets jaunes » s’est formé et développé en-dehors des organisations de travailleurs, alors même qu’un grand nombre de leurs revendications et une large part des citoyens en mouvement s’inscrivent dans le cœur de cible du syndicalisme de rapport de force.

    http://www-radio-campus.univ-lille1.fr/ArchivesN/LibrePensee/STGJ190119.mp3

    Ce mouvement est unique et spécifique. Mais on pourrait faire un rapprochement avec la période de 1788-1789, qui précède la convocation des Etats Généraux par Louis XVI. On a vu l’émergence de cahiers de doléances qui mettent sur le papier les revendications des gilets jaunes, une absence de leader et une incapacité du pouvoir à répondre à ce mouvement. A l’inverse, la comparaison avec le poujadisme et les jacqueries me semble erronée : ce n’est pas une révolte contre l’impôt mais contre l’injustice qui est ressentie dans la répartition du produit des richesses.

    On a tendance à l’oublier, mais les violences ont presque toujours accompagné les conflits sociaux. Avant la Première guerre mondiale, le maintien de l’ordre était dévolu à l’armée. Il y avait des morts presque chaque année dans les mouvements sociaux. Il y a eu une tendance à la pacification des mouvements sociaux dans les années 80 et 90, avec des manifestations encadrées et pacifiques. 

    Mais depuis le début des années 2000 (émeutes des banlieues et CPE) on a une résurgence des violences à l’occasion de grandes manifestations. Ces actions violentes, sans être suivies par la masse, ne sont pas forcément rejetées. On a vu samedi des gilets jaunes pacifiques regarder ces affrontements sans les fuir. 

    Habituellement, le soutien de l’opinion s’effrite quand des violences se déclenchent dans les mouvements sociaux. Ce n’est pas ici le cas. Il y a en réalité deux mouvements de gilets jaunes : un mouvement de terrain et un autre de l’opinion publique. Il y a dans les profondeurs de l’opinion une identification aux gilets jaunes. Cela va au-delà du soutien traditionnel aux mouvements sociaux, qui fonctionne généralement plus par sympathie que par identification. 

    L’absence d’interface entre le pouvoir légal (gouvernement) et le pouvoir légitime (les citoyens) nourrissent la violence l’absence de structuration du mouvement.

    Les citoyens s’adressent directement à l’Etat et usent d’un droit à l’insurrection, comme le formalise la Constitution américaine. Ce droit n’était plus exercé car nos sociétés ont construit des contre-pouvoirs et des corps intermédiaires, qui jouaient le rôle tampon entre l’Etat et les citoyens. Ce n’est plus le cas. 

    Un syndicalisme dépolitisé et institutionnalisé, volontiers enserré dans le carcan du « dialogue social » et doutant de ses propres capacités à mobiliser, se trouve aujourd’hui en situation d’être réduit au rang de fait social résiduel.

    Pour autant, rien n’est écrit d’avance. L’histoire syndicale plus que séculaire fournit à ceux qui croient encore à l’importance et à l’utilité des organisations des outils
dont le réinvestissement offre des perspectives de relance.

    Stéphane Sirot https://www.u-cergy.fr/fr/recherche-et-valorisation/experts/droit-sciences-politiques/stephane-sirot.html est historien, spécialiste de l’histoire des grèves et du syndicalisme. Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy-Pontoise et l’histoire des relations sociales à l’Institut d’administration des entreprises de l’Université de Nantes.
    http://www.lemouvementsocial.net/comptes-rendus/stephane-sirot-le-syndicalisme-la-politique-et-la-greve-france-et

    _ Cet exposé a été enregistrée le 19 Janvier 2019, par Radio Campus Lille, lors d’une conférence débat organisée par l’Université Populaire Chti Guevara de Lens. http://chti-guevara.blogspot.com *

    Source : https://www.campuslille.com/index.php/entry/des-ordonnances-macron-aux-gilets-jaunes-stephane-sirot

    #Audio #Radio # #radios_libres #radio_campus_lille #conflits #grève #Stéphane_Sirot #giletsjaunes #gilets_jaunes #syndicats #CGT #syndicalisme #luttes_sociales #loi_travail #social #syndicat #neutralisation #syndicalisme_rassemblé #CPE #mouvement_social #CSE #dialogue_social #dépolitisation #journée_d_action #histoire #france

  • Samedi 19 janvier à 14h : Stéphane SIROT : Des ordonnances Macron aux « Gilets Jaunes » : Restriction ou extension du domaine de la lutte syndicale ?

    A l’automne 2017, les ordonnances Macron ont rétréci drastiquement le périmètre d’intervention du syndicalisme dans les entreprises. Un an plus tard et dans un tout autre registre, le mouvement social dit des « Gilets jaunes » s’est formé et développé en-dehors des organisations de travailleurs, alors même qu’un grand nombre de leurs revendications et une large part des citoyens en mouvement s’inscrivent dans le cœur de cible du syndicalisme de rapport de force.
    Face à ces défis, une nouvelle fois, les confédérations n’ont pas réussi à imprimer leur marque, après bientôt un quart de siècle d’incapacité quasi- systématique à mettre en échec les pouvoirs politiques successifs.

    Pourtant, les événements récents démontrent la combativité et la détermination dont est capable de faire preuve le corps social, soumis depuis bientôt quarante ans aux injonctions libérales, venues tant de la droite républicaine que de la social-démocratie.

    Un syndicalisme dépolitisé et institutionnalisé, volontiers enserré dans le carcan du « dialogue social » et doutant de ses propres capacités à mobiliser, se trouve aujourd’hui en situation d’être réduit au rang de fait social résiduel.

    Pour autant, rien n’est écrit d’avance. L’histoire syndicale plus que séculaire fournit à ceux qui croient encore à l’importance et à l’utilité des organisations des outils
    dont le réinvestissement offre des perspectives de relance.

    Conférence-débat avec l’historien Stéphane SIROT  : Bibliographie (extraits) : spécialiste des conflits du travail et du syndicalisme, S. Sirot a notamment publié une série d’articles autour des « problématiques sociales et syndicales » :
    n°1 « démocratie sociales » et « dialogue social » en France depuis 1945,
    n°2 L’institutionnalisation du syndicalisme,
    n°3 La grève en France au XXIe siècle,
    n°4 (qui vient de sortir...) Syndicalisme et politique. Des liaisons dangereuses ou des liens qui libèrent ?

    C’est ce Samedi 19 janvier à 14h, salle municipale du « bon accueil » à Lens.
    Accès : sortie 13 / Parking stade Léo Lagrange / n°6 rue du stade à Lens (entrée par le rdc de l’immeuble, porte au fond à gauche).

    #Stéphane_SIROT #Giletsjaunes #Syndicats #Syndicalisme

  • https://www.mixcloud.com/RADIOMONPAIS/le-dialogue-social-une-construction-id%C3%A9ologique-et-le-r%C3%A9sultat-d

    Le dialogue social : une construction idéologique et le résultat d’un projet politique.

    Stéphane Sirot est historien, spécialiste des conflits du travail et du syndicalisme. Il a publié de nombreux articles et il est l’auteur d’un livret qui vient de paraître aux éditions Arbre bleu intitulé « Démocratie Sociale » et « Dialogue social » en France depuis 1945 : Construction idéologique et politique d’une pratique sociale.
    Après avoir donné une définition pour chacune de ces formules, Stéphane Sirot démontre comment le dialogue social s’est imposé comme une arme destinée à tuer le syndicalisme de lutte des classes, le rapport de force et la maximisation des revendications émises par les salariés. Un piège qui bouche l’horizon d’action et de réflexion dans un cadre prédéfini par l’ordre dominant. Une émission avec la participation de Cédric Caubère, secrétaire général de l’union départementale 31.

    #stéphane_sirot #démocratie_sociale #dialogue_social #cgt #cédric_caubère #audio #sémantique #libéralisme #patronat #syndicalisme

  • Uber, Airbnb, Blablacar... : l’économie de l’avenir ? Stéphane Sirot et Matthieu Lietaert Radio Campus Lille - EulBCE - Les Amis du Monde Diplomatique de Lille Janvier 2017 _
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/uber-airbnb-blablacar-l-economie-de-l-avenir-stephane-sirot-matthieu-li

    Le lundi 16 janvier 2017, les Amis du Monde Diplomatique de Lille organisaient une conférence débat à Villeneuve d’Ascq : « Uber, Airbnb, Blablacar... : l’économie de l’avenir ? » avec la participation de Stéphane Sirot et Matthieu Lietaert.


    Enfants, on nous explique quand on sort de table qu’il ne faut jamais partir les mains vides... Ce serait dommage d’effectuer un trajet entre la salle à manger et

    la cuisine à vide, alors qu’il reste tant de vaisselle sale à ranger et qu’on est muni de bras pour la porter. Avec la Silicon Valley, dont certains ont remarqué récemment que ses entrepreneurs étaient obnubilés par les services qui pouvaient remplacer leur maman, c’est un peu pareil. On nous encourage à combler le moindre espace inoccupé et la moindre parcelle de temps mort en participant par là-même à la bonne marche de l’économie.

    Pourquoi rentrer chez soi à pied sans prendre sur son chemin un colis qu’on livrerait à un voisin ? nous demande Amazon, qui envisagerait selon le Wall Street Journal de lancer aux États-Unis le service « On my way », dans lequel les particuliers remplaceraient les entreprises de livraison pour le dernier kilomètre. Cette solution lui permettrait de réduire des frais de logistiques qui s’envolent. Pourquoi, alors qu’on roule seul dans sa voiture, ne pas accepter de prendre un collègue ou un passant qui se rend au même endroit ? nous propose Uber.

    Quoi de commun entre Uber, Airbnb, Blablacar ou Drivy ?
    Ces plateformes sont les fleurons de ce qu’on appelle l’« économie du partage » ou « collaborative ».


    Ces pratiques économiques en vogue ont été rendues possibles par les nouvelles technologies : Internet et les réseaux sociaux. Est-ce qu’elles ne représentent pas l’avenir à la fois souhaitable et inévitable, de telle façon qu’il faudrait simplement les réguler ? D’ailleurs, est-ce qu’elles ne vont pas dans le sens de l’intérêt des consommateurs : souplesse, réactivité, « convivialité », et même caractère écologique ?

    Pourtant, des problèmes importants se posent, de deux types, au moins : d’abord, quelles sont les conditions de travail et les droits de ceux qui travaillent, sans statut, pour certaines plateformes ? Il semble qu’elles font plutôt penser au passé qu’à l’avenir...

    Ensuite, une société fonctionne aussi grâce aux impôts qui permettent l’existence de services publics, qui eux-mêmes rendent possible l’activité économique. Or, qu’en est-il de ces nouvelles formes d’activité économique au regard de l’impôt ? Bref, avant de se précipiter vers tout ce qui est « moderne », « nouveau », « numérique », il faut sans doute réfléchir, examiner, faire le tri pour voir quel est le meilleur parti que l’on peut tirer des progrès techniques, des opportunités qu’ils offrent, et éviter les régressions qu’ils peuvent favoriser.

    STÉPHANE SIROT , https://fr.wikipedia.org/wiki/Stéphane_Sirot historien français, enseignant l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy-Pontoise et l’histoire et la sociologie http://www.cevipof.com/fr/l-equipe/les-chercheurs/chercheurs-associes/bdd/equipe/211 du syndicalisme et des relations sociales https://www.franceculture.fr/personne/stephane-sirot à l’Institut d’administration des entreprises de l’Université de Nantes

    et
    MATTHIEU LIETAERT http://leblogdocumentaire.fr/webdoc-matthieu-lietaert-ou-lart-du-rebond , docteur en sciences politiques, coréalisateur du film The Brussels Business, co-fondateur de l’habitat groupé L’Echappée et co-fondateur du supermarché participatif BEES Coop , http://bees-coop.be/actualites auteur de Homo Coopérans 2.0 http://www.homo-cooperans.net – Changeons de cap vers l’économie collaborative.

    The Brussels Business de Matthieu Liétard
    https://www.youtube.com/watch?v=55U-ia9wYVk

    Le fil du débat 
- Présentation
    – 4mn30 Matthieu Lietaert
    – Une autre économie

    Historique

    Les acteurs de la mondialisation

    Les nouveaux réseaux
    
Le Libéralisme

    13 mn l’économie collaborative.
    Sur le plan politique aucun débat.

    – 23 mn Stéphane Sirot - L’économie collaborative et les sociétés salariales
    
La contre offensive contre les salariés
    
Economie collaborative et lutte des classes
1936-1946 L’évolution du salariat

    33 mn Uber, la fin du compromis fordien

    36 mn Dé-construction du salariat
    
39 mn Syndicalisme

    42 mn Prolétariat - Robotariat. Le retour au 19 ieme

    45 mn De la suppression des emplois

    48 mn Réaction du corps social
    – 51 mn Le futur, 3 solutions
    
Survie et adaptation

    Réformisme

    Retour au droit à la paresse

    – 53 mn Matthieu Lietaert - Rappel sur l’économie du partage

    – 57 mn QUESTIONS 1
    
63 mn Robotisation

    70 mn Réponses de Stéphane Sirot
    
Que peut faire le Syndicalisme ?

    Les révoltés d’UBER

    Pouvoirs politiques
    
Réaction d’UBER
    
Démembrement des droits sociaux
    
80 mn Revenu universel

    – 83 mn QUESTIONS 2

    Revenu universel

    Réponse de Matthieu Lietaert
    – Organisons la contre hégémonie
    – 91 mn Réponse de Stéphane Sirot
    
L’obsession de la notation

    De la sacralisation du travail

    – 94 mn QUESTIONS 3
    
De l’union contre UBER

    Capitalisme numérique et économie

    Economie collaborative


    99 mn Réponses

    – 101 mn QUESTIONS 4
    
Le nouvel ordre économique mondial
    
Résistance Belge aux changements des droits sociaux

    106 mn Se ré-approprier la 4 iéme révolution industrielle

    Economie collaborative et financement des services publics
    
Obsolescence programmée

    – 109 mn Réponse de Matthieu Lietaert
    
Régularisation
    – Biens communs
    – 116 mn Réponse de Stéphane Sirot
    
Utopisme, confrontation au système social dominant.

    #uber #airbnb #blablacar #Economie #Avenir #Stéphane_Sirot #Matthieu_Lietaert #Amis_du_Monde_Diplomatique #Radio #Radio_libre #Radio_Campus_Lille #Audio

  • L’avenir des économistes / C’est l’heure de l’mettre Radio Campus Lille - MERCREDI 15 FEVRIER 2017 à 18H30
    http://www.campuslille.com/index.php/entry/l-avenir-des-economistes

    Des siècles qu’ils expliquent et nous appliquent leurs méthodes. Doctes et solennels, ils ont prévu le retour de la croissance et un taux de chômage juste comme il faut, des entreprises responsables et des « collaborateurs » ad hoc. A condition...

    A condition de réformer. Mais ce n’était jamais assez fort, ça n’allait jamais assez vite, et le petit personnel politique n’avait jamais assez de volonté pour aller « au bout des réformes ».

    Maintenant, et alors que toutes leurs prédictions et toutes leurs expertises finissent d’agoniser, les voici découvrant « l’économie de l’avenir ». C’est toujours la fuite en avant, mais en plus rapide, et les yeux fermés. C’est la seule voie. Pour l’avenir des économistes déjà...


    Et ça y est : ils ont leur candidat. Chimiquement pur, à la tête d’une start-up politique, ni de gauche ni de gauche, il est l’incarnation du marché, vu à la télé, en tête de gondole comme des sondages. Ça y est : il n’y a plus de politique, il n’y a plus d’histoire, il n’y a plus d’obstacles, il n’y a que de l’avenir. Plein.
    Les recettes sont modernes : la saignée toujours, et la purgation. Mais cette fois, jusqu’à ce qu’avenir s’ensuive.
    _ (Stéphane Sirot, https://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Sirot historien du syndicalisme, intervenait le 18 janvier dernier à Villeneuve d’Ascq, sur la question suivante : Uber, Airbnb, Blablacar... l’économie de l’avenir ? Nos micros et leurs enregistreurs numériques étaient présents. Au-delà des odes béates psalmodiées par des économistes sans avenir ni passé, Stéphane Sirot inscrit les nouvelles formes de travail dans l’histoire des luttes sociales, dans l’histoire de la lutte des classes. Aussi enthousiasmant qu’un meeting de Macron, mais avec du contenu en plus... L’absence de pensée et de contenu étant également un signe des temps, nous poserons de fait la question de l’avenir des économistes. C’est l’heure de l’mettre !)
    L’heure de l’mettre

    Le fil de l’émission *

    – Le fabuleux générique

    – 3mn05s Ephéméride : Sainte B.A.C.

    – 11mn L’actualité du grand cirque économiste, Théo
    
- 33mn : Stéphane Sirot : Uber, Airbnb, Blablacar... l’économie de l’avenir ?

    – 78 mn Rubrique cassette, 13 Octobre 1999 Jean Marie Honoré avant son procès pour Occupation des ANPE (Pole emploi).

    #Uber #Airbnb #Blablacar #économie #avenir #Stéphane_Sirot #Syndicalisme #macron #Audio #Radio #Ephéméride #Radio #Radios_Libres #Radio_Campus_Lille

  • Le mouvement social actuel, le point sur la CGT et le Syndicalisme français, les nuits debout, , , , Stéphane Sirot, analyse

    Stéphane Sirot, historien spécialiste du syndicalisme et du mouvement ouvrier fait le point sur la situation actuelle, Syndicats, CGT, Conflits syndicaux, Nuit debout . . . .
    Sur wikipédia :
    Stéphane Sirot est un historien français. Il est spécialiste de l’histoire et de la sociologie des grèves, du syndicalisme et des relations sociales. Il enseigne l’histoire politique et sociale du XXe siècle à l’Université de Cergy-Pontoise et l’histoire et la sociologie du syndicalisme et des relations sociales à l’Institut d’administration des entreprises de l’Université de Nantes.
    • 1884. Des syndicats pour la République, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « 3e culture », 2014, 114 p., ISBN 9782356873040
    • Le syndicalisme, la politique et la grève. France et Europe : XIXe-XXIe siècles, Nancy, Arbre bleu éditions, coll. « Le corps social », 2011, 360 p., ISBN 979-10-90129-00-9
    • Les syndicats sont-ils conservateurs ?, Paris, Éditions Larousse, coll. « À dire vrai », 2008, 126 p., ISBN 978-2035839718
    • La grève en France. Une histoire sociale, XIXe-XXe siècle, Paris, Éditions Odile Jacob, coll. « Histoire », 2002, 306 p., ISBN 978-2738111722
    • Maurice Thorez, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Facettes », 2000, 301 p., ISBN 978-2724607963
    • Histoire sociale de l’Europe : industrialisation et société en Europe occidentale, 1880-1970 (codirection avec François Guedj), Paris, Éditions Seli Arslan, coll. « Histoire, cultures et sociétés », 1998, 411 p., ISBN 978-2842760144

    C’est un extrait de l’émission : C’est l’heure de l’mettre *, sur Radio Campus Lille.

    Le lien vers l’intégrale de l’émission : http://www.campuslille.com/index.php/entry/utopie-capitaliste
    Stéphane prend la parole à la 11 iéme minute.

    #audio #radio #Radios_libres #Radio_Campus_Lille #CGT #CFDT #Nuit_debout #Syndicalisme #Histoire #Code_du_travail #Stéphane_Sirot