#surmortalité

  • Global #coronavirus death toll could be 60% higher than reported | Free to read | Financial Times
    https://www.ft.com/content/6bd88b7d-3386-4543-b2e9-0d5c6fac846c

    The death toll from coronavirus may be almost 60 per cent higher than reported in official counts, according to an FT analysis of overall fatalities during the pandemic in 14 countries.

    Mortality statistics show 122,000 deaths in excess of normal levels across these locations, considerably higher than the 77,000 official #Covid-19 deaths reported for the same places and time periods.

    If the same level of under-reporting observed in these countries was happening worldwide, the global Covid-19 death toll would rise from the current official total of 201,000 to as high as 318,000.

    #surmortalité

  • How the U.S. Messed Up #Covid-19 So Badly | by Kate Green Tripp | Nov, 2020 | Elemental
    https://elemental.medium.com/how-the-u-s-messed-up-covid-19-so-badly-4005516c8dc6

    Elemental: You report that the United States, which is responsible for 4% of the global population, has seen 22% of the Covid-19 deaths—and of course that only accounts for numbers through September 2020. Apart from being incredibly sobering, what do these numbers tell us?

    Nancy Krieger: I think a very important thing to point out is that with a lot of the Covid-19 data, people have resorted to counting cases and then looking at what percentage of the population they are. So, when you come up with statistics like 4% of the population and 22% of the deaths, it tells you something — but it doesn’t tell you enough. The better data, to really compare countries accurately, that isn’t compromised by variables like how many people have access to testing, how accurate the testing is, how Covid-19 deaths are being defined, etc., is the data around excess deaths.

    We calculated something on the order of 260,000 excess deaths for the United States for the period of January 1 through September 12, 2020. Soon after we published our findings, the Morbidity and Mortality Weekly Report (the main journal of the CDC) came out with its analysis showing upwards of 300,000 excess deaths in the United States.
    So, the disproportion—4% of the population responsible for 22% of the deaths—is one part of understanding what we’re seeing in the United States during this pandemic. Another part is just how many excess deaths we’re seeing.

    [...]

    How do we swallow what we’re seeing in America when it comes to Covid-19 alongside the idea that the United States is a supposed world leader in medicine?

    The United States has phenomenal resources available to some people with regard to biomedical advances, but the U.S. also leads, among industrialized nations, in the number of people who are uninsured. We can say the U.S. leads in terms of biomedical technology and expertise, but in terms of actual access of the population to health care itself, the U.S. does not lead—it falls way, way behind.

    Public health and clinical care should be complementary partners . In the United States, clinical care has gotten a lot more attention in terms of health dollars. Privatization has a lot to do with this. In the U.S., public health has long been underfunded.

    After the 2008 economic debacle, lots of public health was cut and then never recovered. And, of course, the functions of public health departments are very different from the functions of medical entities providing care to patients. The fact that there are some public health agencies across this country that still rely on pen and paper and fax machines is an indicator.

    #états-unis #milliers_de_milliards #santé #surmortalité #privatisation #santé_publique #données #data

  • Les patients schizophrènes ont eu moins accès à la réanimation lors de la 1re vague Covid • HOSPIMEDIA
    https://www.hospimedia.fr/actualite/articles/20201105-psychiatrie-les-patients-schizophrenes-ont-eu-moins-acces

    Une étude récente montre une mortalité augmentée des personnes schizophrènes hospitalisées dans le cadre d’une contamination au Covid par rapport aux patients Covid+ hospitalisés sans pathologie mentale. Elle révèle aussi que ces personnes ont eu moins accès à la réanimation que les patients non schizophrènes, à comorbidités équivalentes.

    Disparities in Intensive Care Unit Admission and Mortality Among Patients With Schizophrenia and COVID-19 : A National Cohort Study
    https://academic.oup.com/schizophreniabulletin/advance-article/doi/10.1093/schbul/sbaa158/5935036

    Abstract
    Patients with schizophrenia (SCZ) represent a vulnerable population who have been understudied in COVID-19 research. We aimed to establish whether health outcomes and care differed between patients with SCZ and patients without a diagnosis of severe mental illness. We conducted a population-based cohort study of all patients with identified COVID-19 and respiratory symptoms who were hospitalized in #France between February and June 2020. Cases were patients who had a diagnosis of SCZ. Controls were patients who did not have a diagnosis of severe mental illness. The outcomes were in-hospital mortality and intensive care unit (ICU) admission. A total of 50 750 patients were included, of whom 823 were SCZ patients (1.6%). The SCZ patients had an increased in-hospital mortality (25.6% vs 21.7%; adjusted OR 1.30 [95% CI, 1.08–1.56], P = .0093) and a decreased ICU admission rate (23.7% vs 28.4%; adjusted OR, 0.75 [95% CI, 0.62–0.91], P = .0062) compared with controls. Significant interactions between SCZ and age for mortality and ICU admission were observed (P = .0006 and P < .0001). SCZ patients between 65 and 80 years had a significantly higher risk of death than controls of the same age (+7.89%). SCZ patients younger than 55 years had more ICU admissions (+13.93%) and SCZ patients between 65 and 80 years and older than 80 years had less ICU admissions than controls of the same age (−15.44% and −5.93%, respectively). Our findings report the existence of disparities in health and health care between SCZ patients and patients without a diagnosis of severe mental illness. These disparities differed according to the age and clinical profile of SCZ patients, suggesting the importance of personalized COVID-19 clinical management and health care strategies before, during, and after hospitalization for reducing health disparities in this vulnerable population.

    Covid-19 : mortalité plus élevée des patients schizophrènes lors de la première vague, selon une étude
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/covid-19-mortalite-plus-elevee-des-patients-schizophrenes-lors-de-la-premie

    La surmortalité des patients schizophrènes est due à plusieurs facteurs, selon M. Fond, qui avance plusieurs hypothèses : « ce sont des patients plus réfractaires aux soins, dans un contexte où les soignants sont débordés » , ajoutant que la schizophrénie « accélère le vieillissement ». « Un patient schizophrène compte comme deux patients en termes de soins infirmiers, surtout s’il a des troubles du comportement, mais cette surcharge de travail n’est pas prise en compte » , assure M. Fond. Selon lui, « même si ce n’est pas politiquement correct, quand on annonce au téléphone un patient d’Ehpad et schizophrène, c’est une perte de chance certaine ».

    La surmortalité a été spécialement forte dans la tranche d’âge 65-80 ans selon le chercheur, où la différence entre le groupe avec une maladie mentale et le groupe « contrôle » est de 8%. Les schizophrènes sont « des patients très isolés qui ont plus tendance à demander à ne pas être réanimés » , ajoute-t-il. Ils ont aussi davantage de facteurs de comorbidité, comme l’hypertension ou le diabète.

    Une des préconisations des chercheurs est « que les personnels de ces unités soient mieux formés à la psychiatrie, et que cette formation soit valorisée par l’hôpital ».

    #covid-19 #folie #psychiatrie #vieillissement #surmortalité #Guillaume_Fond

  • La #surmortalité aux États-Unis dépasse les 300.000 décès durant la #pandémie - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/fr/articles/2020/10/23/euem-o23.html
    https://www.wsws.org/asset/901e321f-8dfa-442a-877d-dfef06377d31?rendition=image1280

    La conclusion la plus importante du CDC, outre le nombre plus important de décès, était la répartition par #âge. Alors que le plus grand nombre de décès est survenu chez les personnes âgées, le pourcentage le plus élevé d’augmentation des décès par rapport aux niveaux attendus, 26,5 pour cent, a été constaté chez les adultes âgés de 25 à 44 ans, ceux qui sont dans la force de l’âge pour l’emploi .

    Alors que toutes les autres catégories d’âge ont connu une réduction significative des taux de mortalité après le pic initial du printemps, le nombre de décès dans la tranche d’âge 25-44 ans est resté soutenu de mars à juin, puis a recommencé à augmenter en juillet en réponse à la campagne de réouverture de l’économie. Les personnes de ce groupe d’âge étaient les plus susceptibles d’être classées comme « travailleurs essentiels », c’est-à-dire tenus de rester au #travail, quelles que soient les conditions de travail.

    Le CDC a noté que les #minorités étaient représentées de manière disproportionnée dans le nombre de décès. La population hispanique a été la plus touchée, avec 53 pour cent de décès de plus que prévu. Le taux de mortalité des Américains d’origine asiatique a augmenté de 37 pour cent. Enfin, celui des Afro-Américains était de 36 pour cent. Le CDC n’a pas présenté de rapport sur le statut socio-économique des personnes décédées. Il dissimule ainsi le véritable impact de la pandémie sur la classe ouvrière, bien que la collecte et la communication de ces données soient tout à fait dans les capacités de l’agence.

  • Excess Deaths Associated with #COVID-19, by #Age and Race and Ethnicity — United States, January 26–October 3, 2020 | MMWR
    https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/69/wr/mm6942e2.htm

    Overall, an estimated 299,028 excess deaths occurred from late January through October 3, 2020, with 198,081 (66%) excess deaths attributed to COVID-19. The largest percentage increases were seen among adults aged 25–44 years and among Hispanic or Latino persons.

    #surmortalité

  • #Covid-19 : « L’hôpital n’a pas les moyens d’affronter la deuxième vague épidémique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/17/covid-19-l-hopital-n-a-pas-les-moyens-d-affronter-la-deuxieme-vague-epidemiq

    Les messages contradictoires sur la situation sanitaire actuelle rendent la réalité de cette crise difficile à appréhender. En tant que Fédération nationale des #infirmiers de #réanimation (FNIR), nous portons la voix de ceux exerçant en réanimation, dans tous types d’hôpitaux sur tout le territoire. Nous sommes des professionnels expérimentés, connaissant précisément le fonctionnement de nos services, leurs capacités comme leurs limites. Le monde de la réanimation éprouve actuellement une grande inquiétude quant à l’évolution de la situation, basée sur plusieurs constats.

    L’hôpital n’a pas les #moyens d’affronter la deuxième vague épidémique telle qu’elle s’annonce. Seule une diminution de la diffusion du virus permettrait de limiter les admissions en réanimation et la #surmortalité.

    Deux facteurs déterminants ont permis à l’hôpital de s’adapter face à la première vague : d’abord, le territoire n’a pas été touché de façon homogène, ce qui a permis l’envoi de renforts massifs de personnels et de matériel des zones moins impactées vers celles en difficulté, et le transfert de patients des zones les plus touchées vers les plus épargnées.

    Ensuite, la forte déprogrammation des activités de soins non urgents a permis de libérer des lits et du personnel, et d’utiliser les blocs opératoires et salles de réveil pour y faire de la réanimation.

    La situation actuelle est différente. Si les prévisions épidémiologiques se confirment, cette nouvelle vague sera plus haute et plus durable. Nous ne pourrons pas lui faire face, d’abord par manque de places en réanimation : le pays disposait de 5 000 lits de réanimation avant la première vague épidémique et c’est toujours le cas aujourd’hui. L’Etat annonce 12 000 lits de réanimation mobilisables, en ouvrant 7 000 lits supplémentaires… Mais ils ne sont pas équipés du matériel adapté pour ces soins complexes et aucune réserve de professionnels n’existe pour les ouvrir.

    Tous les services de réanimation pourraient être débordés dès la mi-novembre par les seuls patients atteints de Covid-19, si l’épidémie maintenait son rythme actuel. Et de nombreuses personnes, habituellement hospitalisées en réanimation pendant la période hivernale pour d’autres raisons, s’ajoutent à ce chiffre. Les « accidents de la vie » alimentent tous les jours les services de « réa » : accidents graves, comas, complications de pathologies chroniques, infections graves, détresses respiratoires… Le confinement, lors de la première vague, a diminué leur nombre ; ce ne sera pas le cas pour cette nouvelle vague.

    Il vous reste 63.3% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

    #France

    • Il est crucial de maintenir une activité de soins programmée, afin de ne pas faire perdre de chances aux patients hors Covid-19. Mais sans déprogrammation, il est impossible de créer des lits de réanimation dans les blocs opératoires, comme lors de la première vague. Et l’activité chirurgicale programmée nécessite elle aussi des lits spécialisés : chirurgie cardiaque, neurochirurgie, chirurgies lourdes diverses, activité de greffe, etc.

      La prise en charge de patients adultes dans les réanimations pédiatriques, comme au printemps, ne sera pas non plus possible, ces services faisant actuellement face à une activité soutenue liée aux épidémies saisonnières touchant l’enfant. Les transferts de personnels ou de patients entre régions resteront quant à eux anecdotiques, puisque toutes les régions sont plus ou moins touchées.

      Formation insuffisante

      Nous ne pourrons pas faire face, en raison du manque de personnels. L’hôpital fonctionne en sous-effectif chronique depuis des années : avant la première vague, 480 lits de réanimation étaient fermés faute de soignants.

      Des infirmiers ont été formés en quelques heures pour renforcer les effectifs. Nous dénonçons le fait qu’une formation de quatorze heures ait été recommandée par notre ministère de tutelle pour la deuxième vague de Covid-19, car cela est trop rudimentaire pour prendre en charge des patients si fragiles. L’insuffisance de cette #formation entraîne un stress supplémentaire chez ces personnels, conscients qu’un infirmier ne peut offrir une prise en charge adaptée qu’après au moins une année d’expérience en réanimation. En France, malgré un enseignement généraliste, les infirmiers ne sont pas interchangeables ! C’est la formation et l’expérience de chaque professionnel qui déterminent la qualité des soins prodigués.

      Ces renforts ne pourront pas être détachés de leur service d’origine comme en début d’année, en raison du sous-effectif aggravé par l’épidémie. En réanimation comme dans les autres services, la fatigue causée par la première vague est omniprésente. A celle-ci s’ajoute l’amertume suscitée par les mesures insuffisantes accordées à la suite du Ségur de la santé, qui s’est déroulé du 25 mai au 10 juillet. De nombreux professionnels ont quitté l’hôpital depuis la première vague ; les autres risquent de ne pas supporter la nouvelle confrontation. Une enquête de l’ordre national des infirmiers, mise en ligne le 11 octobre, révèle que 57 % des infirmiers interrogés seraient en état d’épuisement professionnel depuis le début de la crise.

      « Evitons un reconfinement »

      L’hôpital se réorganise complètement, mais cela ne suffira pas. L’unique solution pour limiter la gravité de la vague épidémique consiste à respecter scrupuleusement les mesures barrières et à adopter, individuellement et collectivement, des comportements limitant au strict nécessaire les risques de transmission.

      Nous en appelons à la mobilisation immédiate de toutes et tous. Evitons ensemble un reconfinement dramatique pour notre pays. Sans vos efforts, le choc sera dévastateur pour l’hôpital et donc pour la santé de chacun sur de longues années.

      Enfin, nous appelons à une accélération des réformes pour la profession infirmière et à l’intégration réelle des paramédicaux dans la gouvernance de santé. Le lien entre niveau de formation des infirmiers et santé de la population est avéré. Une formation complémentaire pour les infirmiers de réanimation est nécessaire et urgente pour apporter à nos concitoyens un niveau de prise en charge équivalent à celui des pays de même niveau socio-économique.

      #santé_publique

    • COVID -19 : Un excès de mortalité de 20% oui mais | santé log
      https://www.santelog.com/actualites/covid-19-un-exces-de-mortalite-de-20-oui-mais

      « Déconfiner » au bon moment est le premier enseignement de l’étude qui suggère que les politiques de déconfinement dès début avril dans certains États sont peut-être responsables des pics constatés en juin et juillet dans ces mêmes états : « Un signal d’alarme qui doit nous inciter à ne pas répéter cette erreur à l’avenir ». Ici, si les auteurs ne peuvent prouver la relation de cause à effet entre les déconfinements précoces et ces « poussées épidémiques estivales ». Mais cela semble tout à fait probable et la plupart des modèles sont en faveur de mesures plus affirmées, écrivent les chercheurs.

      [...]

      « Certaines personnes qui n’ont jamais été infectées sont décédées à cause des dysfonctionnements causés par la pandémie ». Ainsi de nombreuses urgences aiguës, suites de maladies chroniques comme le diabète ou troubles émotionnels ayant conduit à des overdoses ou des suicides n’ont pas pu être normalement pris en charge. L’analyse montre notamment :
      une augmentation significative des décès liés à la démence et aux maladies cardiaques : les décès liés à la maladie d’Alzheimer et à la démence ont ainsi fortement augmenté non seulement en mars et en avril, au début de la pandémie mais à nouveau en juin et en juillet au début de la seconde vague de COVID-19.

      Les données et analyses à plus long terme pourraient révéler un impact plus large de la pandémie sur les taux de mortalité. Les patients cancéreux dont la chimiothérapie a été interrompue, les femmes dont la mammographie a été retardée - les décès évitables et précoces pourraient augmenter dans les années à venir...

      Les décès ne sont qu’une mesure possible de la santé

      Comme récemment leurs collègues de l’Université de Floride du Sud (USF), les chercheurs de Virginie soulignent que le nombre d’années de vie en bonne santé perdues, en raison de la pandémie est une mesure probablement plus légitime des conséquences sanitaires de COVID-19. Car de nombreuses personnes qui survivent à la pandémie, faute de traitement à temps, vont vivre avec des complications à vie. C’est notamment le cas de victimes d’AVC non prises en charge, de patients diabétiques ayant développé des complications durant le confinement, ou encore des personnes souffrant de détresse émotionnelle ou de syndrome de stress post-traumatique….
       
      « Ce n’est donc pas une pandémie impliquant un virus unique », indiquent les chercheurs, mais une crise de santé publique avec des effets systémiques et durables, dont l’équipe va poursuivre la surveillance à long terme.

    • Une difficulté avec ce type d’article, c’est que beaucoup de gens (y compris des journalistes et des politiques) les utilisent pour conclure que beaucoup de gens sont morts à cause du confinement, et pas à cause de Covid.

      Or, le confinement est imposé justement pour limiter (généralement trop tard) l’effondrement du système hospitalier. Avec le confinement on a une désorganisation et une saturation du système de santé. Sans le confinement on aurait un effondrement pur et simple. Dans les deux cas, on aurait donc cet effet « secondaire » de gens qui souffrent ou meurent non pas directement du virus, mais du fait que l’hôpital est inaccessible. Avec cette différence que sans le confinement, on pense que ce serait infiniment pire.

      Le titre de l’article, « Un excès de mortalité de 20% oui mais », d’ailleurs, laisse la porte grande ouverte à ce type de récupération avec son « oui mais ». Parce que « oui mais non », en fait, il n’y a pas grand chose de mystérieux qu’on nous cacherait quand on évoque la « surmortalité » liée à Covid (c’est même pour ça qu’on recourt à cette notion statistique de « surmortalité »).

  • Magnitude, demographics and dynamics of the effect of the first wave of the COVID-19 pandemic on all-cause mortality in 21 industrialized countries | Nature Medicine
    https://www.nature.com/articles/s41591-020-1112-0

    #Covid-19 : les leçons à tirer de la #surmortalité lors de la première vague, pays par pays - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/covid-19-les-lecons-a-tirer-de-la-surmortalite-lors-de-la-premiere-vague-

    Saisissantes, les différences d’un pays à l’autre sont pour les auteurs de l’étude le reflet de « la façon dont chacun a géré l’épidémie ainsi que de la préparation et la résistance du système social et de santé ». Parmi ces facteurs, il y a notamment la mise en place d’un traçage efficace des cas contacts ou le moment auquel le confinement est entré en vigueur.

    « Ceux qui ont pris cette mesure un peu trop tardivement se sont retrouvés avec des taux de mortalité en excès plus forts », souligne Michel Guillot. Trois des quatre pays ayant connu la plus haute surmortalité ont attendu d’avoir plus de 10 000 cas de coronavirus recensés et plusieurs centaines de morts liés au Covid-19 pour prendre une telle mesure.

    Le rôle central des investissements dans la santé

    Le taux de surmortalité semble aussi fortement corrélé aux #investissements dans le système de #santé. A l’exception de la Belgique, les sept pays avec les taux de décès excédentaires les plus élevés disposent de moins de 3,5 lits d’hôpitaux pour 1 000 habitants, contre 6,4 lits pour 100 000 habitants en France et 7,6 lits en Autriche.

    « Dans les endroits où le nombre de lits d’hôpitaux est limité, la peur d’être débordé peut avoir mené à retarder l’admission des malades atteints du Covid-19 et des autres patients jusqu’à une détérioration de leur état », expliquent les auteurs. « Nous ne pouvons pas démanteler le système de santé pour cause d’#austérité et ensuite s’attendre à ce qu’il prenne soin des gens au moment où le besoin est à son comble, particulièrement au sein des sous-populations #pauvres et marginalisées », abonde dans un communiqué Majid Ezzati, auteur principal de l’étude et chercheur à l’Ecole de #Santé_Publique de l’Imperial College.

  • Minorities much more likely than white people to test positive for Covid – study | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/sep/16/minorities-more-likely-than-white-people-test-positive-covid-study
    https://i.guim.co.uk/img/media/7aa575da8349add76abcef2eb63ada8ce379306f/155_0_3646_2190/master/3646.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    People of colour are significantly more likely than white people to test positive for Covid-19 – and are at higher risk of hospitalisation and death when they are diagnosed – according to a new study that lays bare the racial disparities among millions of coronavirus patients across America.The research, published on Wednesday by Epic Health Research Network Kaiser Family Foundation (KFF), analysed the health record data of about 50 million patients from 53 health systems across 21 states. It reported that Hispanic patients were more than two and a half times more likely than white patients to have a positive result. Black and Asian patients, meanwhile, were nearly twice as likely as white people to get a positive result. Hospitalisation and death rates were dramatically higher for people of colour with coronavirus. Among Hispanic patients, hospitalisations were more than four times higher than for white people, while among Black patients it was more than triple the rate, the report said.And death rates were more than double among Black and Hispanic patients what they were for white patients.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#sante#inegalité#minorite#race#depistage#surmortalité

  • Coronavirus kills far more Hispanic and Black children than White youths, CDC study finds - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/health/2020/09/15/covid-deaths-hispanic-black-children

    The coronavirus is killing Hispanic, Black and American Indian children at much higher numbers than their White peers, according to federal statistics released Tuesday.
    The numbers — the most comprehensive U.S. accounting to date of pediatric infections and fatalities — show there have been 391,814 known cases and 121 deaths among people under the age of 21 from February to July.Of those killed by covid-19, the illness caused by the coronavirus, more than 75 percent have been Hispanic, Black and American Indian children, even though they represent 41 percent of the U.S. population, according to the Centers for Disease Control and Prevention. The federal agency collected data from health departments throughout the country.The disproportionate deaths among youths echo pandemic disparities well-documented among adults. Previous studies have found the virus’s death toll is twice as high among people of color under age 65 as for White Americans. People of color also disproportionately make up “excess deaths” — those killed by the virus without being diagnosed or those killed indirectly by the virus’s wide effects on the health-care system. The racial disparities among children are in some ways even more stark. Of the children and teens killed, 45 percent were Hispanic, 29 Black and 4 percent American Indian. “This is the strongest evidence yet that there are deep racial disparities in children just like there are in adults,” said John Williams, chief of pediatric infectious diseases at UPMC Children’s Hospital of Pittsburgh. “What that should mean for people is steps like wearing a mask are not just about protecting your family and yourself. It is about racial equity.”

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#sante#minorité#inegalite#accessante#race#surmortalite

  • « La pandémie de Covid-19 va renforcer les disparités raciales et ethniques »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/08/19/la-pandemie-de-covid-19-va-renforcer-les-disparites-raciales-et-ethniques_60

    La pandémie de Covid-19 accroît les inégalités face à la mort de façon abyssale. L’Insee montre qu’en France, entre mars-avril 2019 et mars-avril 2020, les décès des personnes nées en Afrique du Nord ont crû de 54 %, et de 91 % pour celles nées en Asie. Pour les personnes nées en Afrique subsaharienne, l’augmentation atteint 114 % ! Dans le même temps, les décès ont augmenté de 22 % pour les personnes nées en France, ce qui est proche de la surmortalité observée pour celles originaires du continent américain, des autres pays européens ou d’Océanie. On pourrait penser que la population issue d’Afrique et d’Asie est plus touchée parce que plus âgée. Ce n’est clairement pas le cas : elle est plus jeune que la moyenne nationale. En réalité, les décès ont augmenté de 96 % pour les personnes de moins de 65 ans nées en Afrique subsaharienne, alors qu’ils ont augmenté de seulement 3 % pour celles nées en France appartenant à la même classe d’âge. Parmi les facteurs qui ont accru la mortalité des personnes originaires d’Afrique ou d’Asie, l’Insee souligne leur concentration dans des zones densément peuplées comme l’Ile-de-France, l’occupation de logements exigus, l’utilisation plus fréquente des transports en commun et l’exercice de professions incompatibles avec le télétravail, comme les métiers d’aide-soignant, de livreur ou d’agent de nettoyage. En tout état de cause, la précarité économique des personnes nées en Afrique et en Asie est la principale raison de cette surmortalité. Elles payent le plus lourd tribut alors qu’elles jouent un rôle-clé dans le maintien à flot de l’économie française en cette période de crise. Il est probable qu’un même phénomène affecte aussi les immigrés de deuxième et troisième générations, issus des mêmes zones géographiques, et plus largement l’ensemble des minorités visibles.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#surmortalite#inegalite#minorite#invisible#economie

  • The True Coronavirus Toll in the U.S. Has Already Surpassed 200,000 - The New York Times
    https://www.nytimes.com/interactive/2020/08/12/us/covid-deaths-us.html

    Calculé à partir de la #surmortalité dans la période du 1/3/2020 au 25/7/2020

    The number of U.S. residents who have died since March is now more than 200,000 higher than it would be in a normal year and about 60,000 higher than the number of deaths that have been directly linked to the #coronavirus.

    #covid-19 #sars-cov2 #états-unis

  • #Covid en #France : une hausse des décès deux fois plus forte pour les personnes nées à l’#étranger
    https://www.franceinter.fr/societe/covid-en-france-une-hausse-des-deces-deux-fois-plus-forte-pour-les-perso

    Les personnes nées en #Afrique, suivies des personnes nées en #Asie, sont les plus concernées par cette #surmortalité, révèle une étude publiée par l’Insee ce mardi.

    [...]

    Ainsi, les décès de personnes nées à l’étranger ont augmenté deux fois plus que ceux de personnes nées en France : respectivement 48 %, et 22 %. 

    Ce sont les personnes nées en Afrique qui sont le plus concernées par cette hausse de la mortalité liée au Covid-19 : 54 % pour les personnes nées dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie). Soit 8.300 morts en mars-avril 2020, contre 5 400 en mars-avril 2019. La surmortalité s’élève à 114% pour les personnes nées dans un autre pays d’Afrique.

    [...]

    Ces écarts s’expliquent par les conditions de vie et de travail

    Le fort excédent de décès pour les personnes nées en Afrique ou en Asie s’explique notamment, selon l’Insee, par le fait qu’elles résident plus souvent dans les communes densément peuplées et en Île-de-France, qui est de loin la région la plus touchée par la Covid-19. Une personne sur trois née au Maghreb réside ainsi dans la région, et la moitié des personnes nées dans un autre pays d’Afrique ou en Asie.

    Un écart de mortalité qui est aussi dû, dit l’Insee, aux modes de vie. Les personnes nées en Afrique hors Maghreb, et dans une moindre mesure celles nées au Maghreb, ont ainsi en moyenne des logements plus exiguës que les personnes nées en France, ce qui réduit les possibilités de distanciation physique. Distanciation plus compliquée aussi dans les transports en commun, davantage empruntés pour aller travailler par les personnes nées en Afrique que celles nées en France.

    Des métiers d’ailleurs plus exposés, les personnes nées en Afrique occupant plus souvent des postes décris comme étant « en première ligne » lors de la pandémie, comme aides soignants, ambulanciers, livreurs ou agents de nettoyage.

  • Coronavirus : les immigrés deux fois plus atteints que les personnes nées en France
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/07/coronavirus-les-immigres-deux-fois-plus-atteints-que-les-personnes-nees-en-f

    C’est la première fois que cette inégalité face au virus est mise en lumière en France alors que plusieurs pays ont révélé des situations similaires. Ainsi, en Suède, dès le mois d’avril, l’agence de santé publique du pays avait révélé que les résidents suédois nés en Somalie étaient surreprésentés parmi les personnes nécessitant des soins face au Covid-19 – suivis par ceux nés en Irak, en Syrie, en Finlande ou encore en Turquie.
    Des études similaires ont été publiées au Canada par la ville de Toronto, indiquant que les nouveaux immigrants étaient plus susceptibles d’être atteints par le virus et hospitalisés. De même, il est apparu qu’aux Etats-Unis, selon les données de plusieurs Etats, les Noirs sont trois à quatre fois plus touchés par le virus, et au Royaume-Uni, selon l’Institute of fiscal studies, le nombre de décès dans la population noire et issue de minorités est bien plus élevé que parmi les Blancs.
    En France, l’Insee révèle que « la hausse [de la mortalité] a été plus forte pour les personnes nées en Afrique ou en Asie » : elle a atteint 54 % pour les personnes nées au Maghreb, 91 % pour les personnes originaires d’Asie et 114 % pour les personnes nées en Afrique (hors Maghreb). A l’inverse, la hausse des décès des personnes nées en Europe a été « proche de celle observée pour les personnes nées en France », évoque l’Insee.

    #covid-19#migrant#migration#sante#surmortalite#minorite#diaspora#immigration

    • Une hausse des décès deux fois plus forte pour les personnes nées à l’étranger que pour celles nées en France en mars-avril 2020 - Insee Focus - 198
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/4627049

      Pendant la crise sanitaire liée à la Covid-19, le nombre de décès a fortement augmenté en France, avec des différences marquées selon le pays de naissance des personnes décédées. Toutes causes confondues, les décès en mars et avril 2020 de personnes nées à l’étranger ont augmenté de 48 % par rapport à la même période en 2019, contre + 22 % pour les décès de personnes nées en France. La hausse a été la plus forte pour les personnes nées en Afrique (+ 54 % pour les décès de personnes nées au Maghreb, + 114 % pour celles nées dans un autre pays d’Afrique) ou en Asie (+ 91 %).

      Le pic des décès a été atteint fin mars-début avril, au même moment quel que soit le pays d’origine des personnes décédées.

      Pour toutes les origines, la hausse des décès a été plus forte pour les personnes âgées. Mais les décès ont aussi nettement augmenté avant 65 ans pour les personnes nées à l’étranger. En Île-de-France et dans le Grand Est, régions particulièrement touchées, la hausse des décès a été très marquée, aussi bien pour les personnes nées en France que pour celles nées à l’étranger.

  • Covid-19 en Seine-Saint-Denis (1/2) : quand l’#épidémie aggrave les #inégalités sociales de #santé - Métropolitiques
    https://www.metropolitiques.eu/Covid-19-en-Seine-Saint-Denis-1-2-quand-l-epidemie-aggrave-les-inega

    Cette morphologie sociale peut éclairer la prévalence du Covid-19 dans le département et la #surmortalité qui en a découlé (Brun et Simon 2020), car les personnes racisées sont surreprésentées dans les emplois de service précaires (chauffeurs, livreurs, caissières, femmes de ménage, aides-soignantes) et nombre d’entre elles sont exposées à des contacts répétés tout au long de la journée, vecteurs possibles de contamination. 52,7 % des salarié·es prennent les transports en commun pour aller travailler, la Seine-Saint-Denis se classant en la matière au deuxième rang des départements, derrière Paris (68,6 %) et devant le Val-de-Marne (48,9 %). En période de confinement, l’impossibilité de télétravailler pour une grande partie des professions manuelles signifie en outre que les salarié·es du département ont davantage qu’ailleurs pris les #transports en commun, facteur qui, avec la pollution, joue dans la diffusion du virus. Dans ce contexte, ces salarié·es figurent au rang des premiers de corvée, aux côtés des soignant·es.

    Ces conditions de #travail s’articulent avec des conditions de vie plus dégradées qu’ailleurs, en matière alimentaire et de #logement. La Seine-Saint-Denis est le département le plus pauvre de France hexagonale : 27,9 % de personnes y vivaient en dessous de seuil de #pauvreté en 2017, contre 15,2 % à Paris. La faiblesse des ressources économiques de la population a des effets sur l’alimentation, et par conséquent sur la santé (diabète, maladies cardiovasculaires). Cette question fait l’objet de campagnes de prévention et d’expérimentations depuis plusieurs années dans les villes du département qui développent une politique de santé publique, telles que Rouvil. En matière de logement, outre les foyers de travailleurs – habitat collectif avec une forte densité – plus nombreux en Seine-Saint-Denis qu’ailleurs, une partie importante des habitant·es du département vit dans des logements en #suroccupation. En 2016, plus d’un quart des logements du département était suroccupé (26,5 %), le plaçant au deuxième rang des départements de France hexagonale en la matière, derrière Paris (32,3 %). Or, le logement a des effets sur l’état de santé : avant l’épidémie déjà, notre enquête à Rouvil a notamment montré les effets sanitaires de l’#insalubrité des logements, en particulier sur les pathologies respiratoires. Suroccupation et insalubrité participent à intensifier la progression de l’épidémie en Seine-Saint-Denis (Gilbert 2020), provoquant ce que des journalistes ont qualifié de « clusters familiaux », en reprenant cette catégorie épidémiologique désignant un foyer de contamination.

    #coronavirus

  • Why are Black and Latin people in the US more affected by Covid-19?
    https://www.coronatimes.net/why-black-latin-us-more-affected-covid-19

    The public conversation on racial inequalities thus far has centred primarily on Black Americans. In contrast, the impact of Covid-19 on Latin people has received less attention. An important question then is if the emerging picture for Black American communities applies to Latin communities – who also face high levels of structural racism and everyday discrimination. A recent analysis by historian José Moya suggests that “Latinos have both the highest infection rates and the lowest mortality rates”. Moya’s numbers are compiled from data updated to 15 May from the Covid Racial Data Tracker. It is too early to provide a substantial analysis of why the mortality rates are lower so far – given the high proportion of undocumented immigrants in this population and the often incomplete death statistics that experience constant lags. If consolidated statistics in the future were to confirm this trend, it could have to do with what is known in the epidemiological literature as the “Hispanic Health Paradox”, which refers to the fact that, despite the discrimination and disadvantage they face, Latinos tend to have better health outcomes and behaviours than their white counterparts.
    It should also be noted that there are also significant differences in terms of demographics of Latino communities across the US, such as whether they are immigrants, and if so, which country they come from. This means that the Covid-19 outcomes, as the data compiled by Moya also shows, can be highly uneven. For instance, the same dataset from New York City we mentioned before shows that Latinos have a higher death rate than Black Americans: 237 deaths per 100,000 people are among Latin communities, while the Black American rate is 222 per 100,000 people.
    While an analysis of mortality rates will need more data and time, it is worth focusing on the convergent trend that sees both Black Americans and Latinos experiencing higher infection rates than the rest of the population. One prominent explanation that might account for the increased exposure to coronavirus of both groups is the higher presence of members of these communities in essential jobs.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#immigrant#communaute#surmortalite#inegalite#sante#demographie

  • ’People were abandoned’: injustices of pandemic laid bare in Brent | UK news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/uk-news/2020/jun/27/people-were-abandoned-injustices-of-pandemic-laid-bare-in-brent
    https://i.guim.co.uk/img/media/8fee5a5189317c3a8c42482558c41ee5fef7bf6d/0_384_5760_3456/master/5760.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    At least 36 residents have died in Church End, a small, deprived estate in north Brent with a large British-Somali population. Locals believe the cluster, which is the second worst in England and Wales, according to the latest data from the Office for National Statistics, does not account for the true scale of the devastation, as it does not factor in people who work in Church End but live nearby. Overall, Brent has the highest age-standardised coronavirus death rate in England and Wales. Excess deaths in the borough are three times the national average. Ibrahim has not had time to process, let alone grieve, the coronavirus deaths in Church End. They include people such as Abdiqaadir Mohamed Farah, who ran a business in Hammersmith and helped get young people into sports. He died on 24 March. Aweys Ahmed Imaan, known locally as Sheikh Aweys, was said to sell the best halwa, a popular Somali sweet, in his shop on Church Road, where there are a string of Somali cafes and stores. He died on 29 March. Musami Mursal Abdi, a tailor who migrated to the UK in the 90s and was a pioneering figure in the community, also died. Many of those who died were men aged in their late 4os to early 60s.

    #Covid-19#migration#migrant#minorite#BAME#grandebretagne#sante#surmortalite#somali#vulnerabilite

  • Solène Brun : « Les immigrés et leurs descendants sont en moins bonne position pour affronter le Covid-19 »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/06/09/solene-brun-les-immigres-et-leurs-descendants-sont-en-moins-bonne-position-p

    la Seine-Saint-Denis n’est pas seulement le département le plus pauvre de France métropolitaine, c’est aussi celui qui compte aussi la plus grande proportion d’immigrés et de descendants d’immigrés. Les immigrés forment 30 % des résidents du « 93 », contre 9 % ailleurs en France. De plus, 50 % des moins de 18 ans de Seine-Saint-Denis sont des descendants d’immigrés, d’après l’Institut Paris Région. La surmortalité dans un département où se concentrent les minorités laisse donc à penser que les immigrés et leurs descendants sont particulièrement exposés à la pandémie. (...). Aux Etats-Unis, par exemple, une étude a démontré que les patients noirs qui se présentent à l’hôpital avec des symptômes du Covid-19 ont moins de chances que les patients blancs à symptômes équivalents d’être testés et d’être pris en charge.

    #Covid-19#migrant#migration#france#minorité#santé#inégalité#surmortalité

  • Local officials lost precious time to protect black residents from coronavirus - Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/graphics/2020/politics/coronavirus-race-african-americans

    Shreveport Mayor Adrian Perkins had a hunch. He had used data compiled for emergency responders in late March to create a computerized map showing cases of the novel coronavirus by address. A cluster of red pins curved around downtown and extended into black neighborhoods toward the city’s western edge. At the time, policymakers and public health experts studying the still mysterious disease had been focusing on risk factors such as international travel, age and chronic health conditions including diabetes and heart disease — not race. Most states — including Louisiana — weren’t even publicly tracking race-related data about the virus’s impact. But Perkins’s map was showing him that ignoring race could be a catastrophic mistake.“People in these areas need to know their neighborhoods are being affected disproportionately,” he said.It was a rare, early action aimed at halting the spread of the coronavirus among African Americans, who bore the brunt of the disease across the country as attention and resources flowed elsewhere.
    Interviews with nearly 60 public health experts, lawmakers and community leaders show that many of the first coronavirus testing sites went up in areas that happened to be whiter and more affluent, despite the requests of black leaders. Local governments — sometimes ignoring the pleas of community activists — targeted few of their education campaigns about prevention and social distancing specifically to African Americans, even as conspiracy theories spread that black people were immune to the disease. Poor reporting of data, which initially masked the fact that the disease was disproportionately affecting black communities, remains a problem even as states move to reopen their economie

    #Covid-19#migration#migrant#diaspora#minorités#santé#surmortalité#statistiques-ethniques#santé-publique

  • How coronavirus tore through Britain’s ethnic minorities - BBC News
    https://www.bbc.com/news/uk-52894225

    The PHE report reveals that people living in the most deprived areas of the country are twice as likely as those living in the least deprived areas to be diagnosed with and to die of Covid-19. People of Black, Asian and mixed ethnicities are all significantly more likely to live in the most deprived 10% of neighbourhoods, according to government statistics.
    Overcrowded households are linked to this deprivation, too. Overcrowding is significantly more prevalent in lower-income households than in wealthier ones - according to one study, it affects 7% of the poorest fifth of households, as opposed to 0.5% of those in the richest fifth. This poses additional challenges for Ursala Khan, who provides counselling specifically to Bame youths through her work at The What Centre in Dudley. Since the coronavirus outbreak began, privacy has become a huge issue, she says. Many of the teens she works with live with large families in small spaces, meaning they don’t have enough privacy to talk on the phone or video-call about mental health.
    “Although we do offer alternatives like online counselling or phone counselling, there are still concerns for people trying to access those,” Ursala says. "If someone lives in an over-crowded house, it’s quite difficult for them to know if they’ll have the privacy to speak to us about their mental health. According to the English Housing Survey, carried out between 2014 and 2017, 30% of Bangladeshi households, 16% of Pakistani households and 12% of Black households experienced overcrowding. This was compared with just 2% of white British households.South Asian families in the UK are also more likely than white families to live in multi-generational households, with up to three generations of the same family living together.t

    #Covid-19#migrant#migration#GrandeBretagne#Minorités#BAME#surmortalité#santé#santé-mentale#logement#revenu#surpopulation