• On ne naît pas grosse

    « Ce qui gêne tant les gens, c’est mon #poids : 150 kg pour 1,53 m. Après avoir été méprisée pendant des années, j’ai décidé d’écrire pour ne plus m’excuser d’exister. De là est née cette enquête journalistique dans laquelle j’affronte mes #tabous et mon passé, et où je décortique le traitement que la société – professionnels adeptes de la #chirurgie de l’obésité, magazines féminins, employeurs – réservent aujourd’hui aux grosses. »


    https://www.editionsgouttedor.com/single-post/2017/05/16/On-ne-na%C3%AEt-pas-grosse
    #livre #obésité #surpoids

  • Overweight Asian-Americans Are Seen as More ‘American,’ Study Finds - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2017/08/03/science/overweight-skinny-asians-americans.html

    “Asian-Americans but not white, black, or Latino Americans are associated with foreign countries that are not seen as stereotypically overweight, which enables greater weight to signal an American identity,”

    #surpoids #obésité #identité #états-Unis

  • Manger #bio diminue les risques d’#obésité et de #surpoids, conclut une étude scientifique
    https://reporterre.net/Manger-bio-diminue-les-risques-d-obesite-et-de-surpoids-conclut-une-etud


    Ahhhh, enfin ! On se posait la question avec monsieur Monolecte de l’étrange nouvelle silhouette en poire que prennent préférentiellement nos concitoyens et plus particulièrement les jeunes, notamment les jeunes hommes qui sont très peu prédisposés à avoir un stockage des graisses #gynoïdes. Effectivement, que cela soit provoqué par une modification de l’équilibre hormonal est nettement plus logique.

    Pour expliquer cet étrange résultat, les scientifiques avancent dans leur article deux hypothèses. La première tient à la différence de #qualité nutritionnelle entre aliments bios et non bios. « On sait que certains apportent plus d’oméga 3 ou d’antioxydants quand ils sont issus de l’agriculture biologique », détaille Denis Lairon.
    La deuxième repose sur la #contamination des aliments par les #pesticides. « Les gens qui mangent bien sont de forts consommateurs de produits végétaux, tels que les fruits, les légumes, et les céréales, qui sont aussi les aliments les plus contaminés par des résidus de pesticides », rappelle Emmanuelle Kesse-Guyot. Ainsi, les mangeurs vertueux sont aussi ceux qui risquent le plus d’être exposés aux pesticides s’ils ne mangent pas bio.
    Mais quel lien avec l’obésité ? « Une grande partie de ces pesticides sont des perturbateurs endocriniens. Ils modifient un certain nombre de mécanismes de régulation. Ainsi, on commence à avoir pas mal de données scientifiques montrant que certaines de ces molécules stimulent le remplissage des tissus adipeux par les lipides, ou perturbent le métabolisme du glucose. » En clair, les résidus de certains pesticides pourraient encourager le stockage des graisses, ou modifier notre assimilation des sucres. « Des études aux États-Unis on fait le lien entre exposition aux pesticides et augmentation des probabilités d’être obèse et diabétique », complète-t-il.

  • A Lausanne, l’obésité est une question de quartier - Le Temps

    http://www.letemps.ch/sciences/2016/01/05/lausanne-obesite-une-question-quartier

    Une étude révèle une concentration des habitants en surpoids différente selon les quartiers de Lausanne, les plus populaires étant les plus concernés. L’urbanisme et le voisinage sont des causes possibles, selon les auteurs

    L’ouest de la ville en rouge, et l’est en bleu. La carte publiée mardi dans la revue British Medical Journal Open, par des chercheurs lausannois, est sans équivoque et indique une influence de l’habitat sur le poids dans la capitale vaudoise. Elle montre clairement que la concentration d’habitants en surpoids est plus importante dans l’ouest de la commune et au nord, alors que les personnes dont le poids est autour de la moyenne semblent se regrouper à l’est de la ville.

    #santé #obésité #déterminant géographique

  • Obese outnumber undernourished | News | Health | M&G
    http://mg.co.za/article/2015-10-14-obese-outnumber-undernourished

    C’est un peu idiot d’opposer le #surpoids et l’#obésité à la sous-nutrition, les personnes obèses sont victimes d’une #alimentation de mauvaise qualité.

    Overweight or obese people now outnumber those who are undernourished by nearly two and a half times, a discussion paper of the McKinsey Global Institute, the business and economics research arm of global management consulting firm McKinsey and Company, has found.

    The report states that more than 2.1-billion people – nearly 30% of the global population – are overweight or obese.

    It also found that if the percentage of overweight and obese people continues to increase at its current rate, almost half of the world’s adult population will be overweight or obese by 2030.

    But South Africa is already past the halfway mark: according to a 2014 study published in the Lancet, seven out of 10 women and four out of 10 men are overweight or obese.

    #santé

  • L’école des soignants : Qui a peur de l’#obésité ? 2e épisode : Le médecin, le patient et les kilos en trop - par Marc Zaffran/Martin WInckler
    http://ecoledessoignants.blogspot.fr/2015/08/qui-peur-de-lobesite-2e-episode-le.html
    Super article sur la #maltraitance médicale des personnes en #surpoids.

    Que pour « manger sainement » (ou, d’ailleurs, faire de l’exercice) et avoir un poids "parfait" il faut avoir un métabolisme particulier ET être informé, ET avoir de l’argent, du soutien, une vie compatible avec les efforts que ça exige. La première cause de morbidité ce n’est pas l’obésité, c’est la génétique. La seconde, c’est le manque de moyens économiques. (Vous avez remarqué que dans les populations défavorisées il y a des gros et des maigres ? Eh bien, ce n’est pas parce que les uns mangent plus que les autres, figurez-vous...)

    #santé #alimentation

    • Car, en France, on n’enseigne pas aux médecins à prendre conscience de leurs privilèges de classe (culturels, sinon économiques) et de leurs préjugés, ni à exclure ces préjugés de leurs « critères diagnostiques ». Lorsque un médecin se considère (intellectuellement ou moralement parlant) comme faisant partie d’une élite, il ne peut être ni tolérant ni humble envers les personnes qui font partie d’une minorité.

    • Les « gros » (pardon d’utiliser un mot fourre-tout qui ne décrit pas du tout la variété des situations mais j’essaie de reproduire ici la pensée globalisante et simpliste de ces maltraitants-là) les foutent mal à l’aise. Pour des raisons esthétiques, le plus souvent, mais pas seulement. Le poids les insécurise psychologiquement et parfois physiquement. Ils ne savent pas par quel bout prendre celle ou celui qui sort de leurs critères. Ils ont des préjugés de gabarit, comme on a des préjugés de genre, religieux, ethniques ou socio-culturels.

      #grossophobie

    • Une couverture d’une revue de course qui utilise une image de femme de grande taille et sans message culpabilisant sur le poids ni de conseil régime. Une couverture qui ne devrait pas être exceptionnelle et qui me semble pourtant toute à fait révolutionnaire.


      Il y a même un titre « 3 reasons your weight dosen’t matter »
      via http://egalitariste.tumblr.com

      @philippe_de_jonckheere chez les hommes la grosseur peut être valorisé. Winckler l’évoque lorsqu’il dit que les hommes ne se prennent pas le tiers des horreurs que les médecins infligent aux femmes en consultation. Et là il ne parle que des médecins. J’ai une amie qui m’a raconté que les employés de la superette près de chez elle font des bruits de camion en marche arrière dans son dos quant elle fait ses courses. Ces personnes ne se cachent pas et n’ont pas peur de s’en prendre à une femme en publique, une de leur cliente régulière et de commenter son apparence de manière aussi irrespectueuse et en plus sur leur lieu de travail où on peu les retrouvé chaque jour. Par contre mon compagnon qui a le physique « seigneur du jeu » ne se fait jamais emmerdé nulle part et bénéficie d’une sorte de respect craintif lié à sa taille (en effet les sept autres lui vouent un respect indiscutable mais je trouve ca plutot horrible qu’autre chose). voire aussi le #virilo-carnisme

      En Occident et aujourd’hui, la force chez les hommes c’est une forme de beauté, chez les femmes c’est à proscrire. Ce que la masse des gens désigne comme « la beauté féminine » et ce qu’on inflige comme exemple aux femmes dans les pubs et les médias dominants sont des signes évident de faiblesse, de maladie et de #néoténie : maigreur, pâleur, chaussures hautes qui donnent une démarche fragile et empeiche la course, jupe qui entrave les mouvements, pilosité pré-pubert et maquillage qui ramène à l’enfance (grands yeux, joues rose, bouche très dessiné), cheveux éclaircie (les enfants ont les cheveux souvent plus claire que les adultes et les femmes se font souvent éclaircir les cheveux) et dissimulation des cheveux gris et blancs pour avoir l’air plus jeune... La jeunesse peut être associé à la force, mais j’ai l’impression que pour les femmes on est plus dans le « mon bébé » et « ma poupée » ou « ma petite » qui ne traduisent pas du tout la force mais tout le contraire à mon avis.
      J’ai rencontré une femme qui faisait de la natation à un haut niveau de compétition jusqu’à ces 18 ans et qui m’a expliqué avoir tout arrêter non par désintérêt du sport mais parce que son corps faisait peur a tous les garçons et qu’elle désespérait de rester célibataire à vie. Quelle tristesse de devoir se privé de sa passion pour plaire à des sales mecs stupides aux gouts de machos incapable de dépasser les apparences. Et pour le Rugby, ca m’étonnerait que les « seigneuresses du jeu », Les Grosses bénéficient de la même déférence que Les Gros.

    • @philippe_de_jonckheere je tente de trouver les mots justes depuis ton intervention à propos du rugby et des gros·ses.
      Comme je suis une femme, je suis très sensible aux injonctions qui leur sont faites et par concomitance à la différenciation sociale par genre.
      Les gros et grosses sont toutes différentes et bien entendu on peut être bien dans son corps de gros·se et surtout valorisé·e suivant le milieu dans lequel on évolue.

      Le gros est censé être un mot gentil, « mon gros doudou » "mon gros lapin" ou « mon gros » tout court, renvoie au bébé dodu et charmant que l’on a envie d’embrasser. Je ne crois pas que les rugbymen puissent être obèses, il faut réussir à courir, à plaquer etc, et vu que c’est un sport devenu de plus en plus brutal il est fait surtout pour des grands costauds. Quand on est gros·se, on ne devient pas une « force de la nature » pour autant, et on garde la même intelligence. Quand on porte 30 kilos en plus, il faut imaginer marcher ou courir avec 15 kilos dans chaque bras, ça peut être épuisant. Donc le grand costaud baraqué on l’appelle le gros par humour potache sans qu’il y colle une connotation péjorative, parce qu’au final il n’est pas gros mais costaud, viril quoi. A preuve l’inverse ridiculisé du gros au rugby qui sera le gringalet et que personne ne prendra dans son équipe.
      Concernant la valorisation du costaud, j’ai un lointain souvenir d’une paysanne bretonne rencontrée dans sa ferme qui avait accouché de six fils de chacun six kilos, c’était une fierté, je ne la connaissais pas qu’elle me le racontait déjà !

      Pour le corps des femmes, comme l’explique @mad_meg, il se définit sur un cadre d’oppression avec des critères inverses à celui des hommes : il faut en chier de son corps pour être belle et pourtant rester propre comme une image.
      Et pour son expression pleine, ni pet, ni rôt, ni grossièretés (tiens donc !) ne lui sont tolérées. D’ailleurs traditionnellement la femme n’ingère ni ne digère, elle est la nourricière ok, mais doit manger elle-même cachée des hommes. Une activité surement trop répugnante pour être mise en spectacle puisque la femme-image est regardée avant tout.
      Devenir grosse c’est parfois le seul moyen de défense pour ne plus être regardée, quitter un corps ou une sexualité qui n’apporte que des galères, s’accorder enfin avec la mésestime de soi, éloigner la séduction très loin … On peut croire qu’être grosse c’est être une force de la nature mais les grosses sont souvent barricadées dans leur hyper sensibilité pour une question de survie.

      Et les médecins et leurs médocs, accompagnés du sadisme inconscient et historique qui les anime (autre chapitre…) n’aident pas vraiment les femmes, la pilule contraceptive ou abortive peut dérégler tout le système hormonal sans qu’on te le dise, y a-t-il seulement des études sur ce sujet ? À toi de te débrouiller avec tes 30 kilos en six mois ensuite et toute la culpabilité véhiculée avec …

    • @mad_meg Ce n’est pas parce qu’ils sont physiquement impressionnés par les Gros que les sept autres respectent les Gros, mais pour le travail qu’ils font.

      Je connais mal le milieu du rugby féminin, si ce n’est que les jeunes et moins jeunes femmes avec lesquelles j’ai parfois entraîné les enfants m’ont toutes fait une impression de femmes drôlement bien dans leur peau et j’adorais par dessus tout me faire plaquer par elles pour montrer aux gamins que n’importe qui peut foutre parterre n’importe qui. L’une d’elles a longtemps été la baby sitter des enfants et avec elle j’étais tout à fait rassuré de sa bonne compréhension de Nathan et de ses particularités. Connaissant un peu ce sport, je serais très surpris que les huit de devant ne s’appellent pas entre elles les grosses et que cela ne fasse rire personne sur le terrain et dans les tribunes.

      @touti la représentation que tu te fais de sport que j’ai longtmeps aimé est uen réprésentation télévisuelle dans laquelle tous les joueurs couent vite et envoient du bois. La pratique amateur est au contraire un vivier remarquable pour toutes sortes de gabarit, y compris pour les petits, qui finissent en 9 ou à l’aile, et sont, finalement le cerveau de la bande. En tout cas c’était jusqu’à récemment un sport dans lequel on apprenait à s’accepter comme on était collectivement. Depuis l’anéne dernière et quelques directives stupides de la FFR, ce sport va désormais prendre la même pente que d’autres avant lui, donc c’est un peu fini et finalement la réprésentation télévisuelle sera la meilleure qui soit, la plus fidèle, j’en pleurerai, en tout cas j’ai raccroché mes crampons d’entraîneur.

      Pour le reste c’est bien possible que ce soit pire pour les femmes d’être grosse que pour les hommes. Je n’ai aucun mal à le comprendre et à l’admettre. Pour moi être gros n’a jamais été, en grande partie avec la pratique du rugby, un vrai problème. Il m’est arrivé cependant quelques situations assez humiliantes, comme, je n’invente rien, une chaise qui tout d’un coup explose sous mon poids (alors que j’étais en très gentille conversation), mais mal an bon an, ça allait. Depuis six mois désormais je suis désormais obligé de me battre contre mon poids pour des raisons médicales, genoux de centenaire (là pour le coup je ne remercie pas le rugby) alors que je n’en ai que 50, et là c’est pas très drôle parce que la pression sociale, c’est quasiment la grande faucheuse qui en est responsable et qui l’imprime.

      Quant à cette affaire de regard, je plains beaucoup les hommes qui sont incapables de voir la beauté des femmes en dehors du prisme des canons actuels, les femmes telles qu’elles sont peintes par Rubens sont tellement plus voluptueuses. Mais alors ce devait être une époque terrible pour les femmes élancées et maigres.

      Et moins terrible pour les petits gringalets de la même époque, j’ai bien compris. J’ai également que je peinais à faire comprendre cette intuition qui est la mienne qu’un peu de renversement du point de vue et du regard permet peut-être de moins souffrir. Et je sais aussi que je peux très facilement dire en public que je pèse 120 kilos et que l’on pensera que oui, mais ça lui va plutôt bien non ? Finalement il n’y a que mes genoux, surtout le droit, qui me font chier.

    • Pour reprendre les mots de @touti, on dit mon gros doudou, mon gros lapin avec affection, par contre ont dit une grosse vache, une grosse pute, une grosse salope...
      En dehors de ma mère qui nous appelait « ma grosse » avec affection (mais sûrement parcequ’on ne l était pas...grosse), je n ai jamais entendu le mot grosse accolée à autre chose qu une insulte.

    • @aude_v C’est surtout que se professionnalisant un sport fait entrer le dopage et avec lui, des performances qui sont quasi en contradiction avec l’esprit du sport en question. Donc au rugby des gros qui continuent de courir, comme au début, du match à la soixante-dix-neuvième minute, du coup on muscle aussi les arrières pour pouvoir arrêter les gros et le sport est mort. Du coup c’est ennuyeux à regarder, il n’y as plus de place pour la ruse et la feinte notamment. C’est surtout le One boring way .

    • ahah @aude_v je connaissait cette histoire mais pas comme une blague.

      @philippe_de_jonckheere je ne dit pas que les hommes gros n’ont pas aussi des problèmes avec les injonctions culpabilisantes de leurs médecins. Et il y a aussi des problèmes liés au poids qui sont commun aux femmes et aux hommes (voire icc par exemple https://coupsdegueuledelau.wordpress.com/2015/07/25/y-a-quelques-temps-jai-pris-lavion-et-javais-peur-pas- ) Simplement le biais du genre est important par rapport à ce sujet (ne serais-ce que par la pression plus forte faites aux femmes sur leur apparence) et ca m’a sauté aux yeux avec ton exemple de rugby vu que le rugby féminin n’a pas la même respectabilité que le masculin. Je ne parle pas de toi car j’imagine bien que tu n’a pas d’apriori défavorable aux joueuses de rugby, mais au niveau de la visibilité médiatique global et de l’image des sports habituellement masculins mais pratiqué par des femmes, il y a une différence importante et qui me semble significative.

      @touti @corinne2 et @aude_v , j’avais jamais réalisé ce coté systématiquement négatif du féminin de gros dans le langage usuel. Merci pour cette révélation :)

      et puis pour revenir à la question du #racisme_pondéral en contexte médicale, j’ai retrouvé un témoignage qui montre bien la gravité du problème. Je ne l’ai pas relu aujourd’hui car j’en ai un souvenir éprouvant alors je met un avertissement pour les personnes qui voudraient le lire
      Trigger Warning* = Attention il y a beaucoup de souffrances et de désespoir exprimé et des descriptions de violences par des médecins
      http://lechodessorcieres.net/grossophobie-et-sante

      *pour les personnes qui ne connaissent pas ce qu’est le #Trigger_Warning voire ici : http://www.madmoizelle.com/trigger-warnings-171603
      Je trouve que c’est pas mal des #TW et je pense me mettre à les utilisé sur @seenthis

      cc @alvilda @dora_ellen

    • Oui, @aude_v, sans compter l’hérédité et l’âge comme facteurs comptables de l’obésité. Après il y a le mal de vivre qu’on oublie facilement, pire, dans le rapport poids/taille au delà de xx c’est nommé « obésité morbide », tout un programme… Et si on soignait la vie et les personnes plutôt que de les caser dans des espaces étroits ou ils étouffent un peu plus ? Ne serait-ce que pouvoir parler à son médecin en étant écouté, c’est simple à première vue et c’est pourtant rare d’en trouver attentifs à l’Autre.

    • @philippe_de_jonckheere, j’entends bien que tu souhaitais inverser et valoriser le terme ’gros’.
      Juste un exemple sur les vêtements quand tu es une femme avec une taille au-delà de 42 dans les magasins de prêt à porter qui pullulent. Tant qu’on fait en dessous de 40 on n’en s’en préoccupe pas, c’est une insulte continuelle pourtant une fois au-delà. Et quand on trouve, c’est souvent de la chance ou bien très môche ou très cher. Du coup, certaines femmes choisissent leurs fringues au rayon hommes ! Et ensuite on leur reproche leur tenue masculine …
      Pour les hommes maigres ou petits, je suppose que c’est le même désespoir pour trouver à s’habiller.
      @mad_meg merci pour ton lien, j’attends d’être en état pour le lire ;)

  • Les Européens sont foutus, ils mangent trop !
    http://fr.myeurop.info/2015/05/26/les-europeens-mangent-trop-14364

    Renaud de Chazournes

    Le #surpoids et l’obésité menacent la santé et la qualité de vie de millions d’Européens. Un fléau grandissant engendré par la malbouffe et l’inactivité physique.

    Les Européens on longtemps été relativement épargnés comparé aux Etats-Unis, mais aujourd’hui l’OMS tire la sonnette d’alarme. lire la suite

    #EUROFOCUS #Société #Danemark #Espagne #Europe #France #Irlande #Pays-Bas #Portugal #Royaume-Uni #grossir #maigrir #obésité #OMS #poids #régime_minceur #santé #Santé

  • Rapport soumis par le Rapporteur spécial [de l’#ONU] sur le droit à l’#alimentation, #Olivier_De_Schutter
    Rapport final : Le droit à l’#alimentation, facteur de changement
    http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20140310_finalreport_fr.pdf

    « Les modes industriels de production agricole » sont un échec nutritionnel avec de graves répercussions environnementales qui doivent être abandonnés.

    Comme l’a indiqué le Rapporteur spécial (voir A/HRC/19/59), même lorsque l’apport alimentaire est suffisant, des régimes alimentaires inadaptés peuvent entraîner des #carences en micronutriments, par exemple en iode, en vitamine A ou en fer, pour ne citer que les carences les plus courantes dans une grande partie du monde en développement.

    À l’échelle mondiale, plus de 165 millions d’enfants présentent un retard de croissance − leur degré de #malnutrition est tel qu’ils ne se développent pas pleinement sur les plans physique et cognitif − et 2 milliards de personnes présentent des déficiences en vitamines et en minéraux indispensables à une bonne santé.

    Bien que les bénéfices à long terme d’une #nutrition adéquate pendant la #grossesse et avant le deuxième anniversaire de l’#enfant aient été prouvés, trop peu de mesures ont été prises pour garantir une nutrition adéquate, tant dans les pays à faible revenu, où la sous-alimentation est le principal sujet de préoccupation5, que dans les pays à revenu moyen et élevé6. En outre, les régimes alimentaires inadaptés sont l’une des principales causes de l’augmentation des #maladies non transmissibles, qui touche aujourd’hui toutes les régions du monde. À l’échelle mondiale, la prévalence de l’#obésité a doublé entre 1980 et 2008. En 2008, 1,4 milliard d’adultes étaient en #surpoids ; 400 millions d’entre eux étaient obèses et étaient donc exposés à un risque accru de diabète de type 2, de troubles cardiaques ou de cancer gastro-intestinal7.

    L’accent mis exclusivement sur l’augmentation de la production agricole a également eu de graves conséquences pour l’environnement. La « révolution verte » du XXe siècle a associé l’utilisation de variétés végétales à haut rendement, l’augmentation de l’irrigation, la mécanisation de la production agricole et le recours à des pesticides et à des engrais azotés. Ces techniques combinées, ainsi que le soutien apporté par l’État sous forme de subventions et de marketing, ont permis une augmentation du volume de production des principales céréales (maïs, blé et riz, notamment) et du soja. Le but de la révolution verte était de relever l’enjeu tel qu’il était compris à l’époque : faire en sorte que l’augmentation de la productivité agricole corresponde à la croissance démographique et à la transition alimentaire facilitée par la hausse des revenus. Elle a cependant conduit à une extension des #monocultures et, partant, à une baisse importante de la #biodiversité agricole et à une #érosion accélérée des #sols. L’utilisation excessive d’engrais chimiques a entraîné la #pollution des #eaux potables et l’augmentation de leur teneur en phosphore et des apports de phosphore dans les #océans, qui s’élèveraient actuellement à quelque 10 millions de tonnes par an. La pollution des eaux par le phosphore et par l’azote est la principale cause de l’#eutrophisation, augmentation d’origine humaine des processus de fertilisation naturelle, qui stimule la croissance des algues, et entraîne une absorption de l’oxygène dissous nécessaire pour maintenir le niveau des stocks de #poissons.

    Les répercussions des modes industriels de production agricole qui peuvent être les plus dévastatrices viennent de la contribution de ces modes de production à l’augmentation des émissions de gaz à #effet_de_serre. Au total, les pratiques agricoles sont à l’origine d’environ 15 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, sous la forme d’hémioxyde d’azote (N2O) provenant de l’utilisation d’#engrais azotés organiques et inorganiques, de #méthane (CH4) dégagé par les terres inondées des rizières et par le #bétail, et de dioxyde de #carbone (CO2) provenant de la perte de carbone organique du sol dans les terres cultivées et, en raison du pâturage intensif, dans les pâtures. De plus, la production d’engrais, d’herbicides et de #pesticides, le labour, l’irrigation et la fertilisation, ainsi que le transport, le conditionnement et la conservation des aliments nécessitent des quantités considérables d’#énergie, qui sont à l’origine de 15 à 17 % de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine imputables aux systèmes alimentaires9. Les #changements_climatiques résultant de ces émissions risquent de limiter fortement la productivité que les méthodes agricoles actuelles permettent d’atteindre. Dans certains pays, il semble que l’évolution des conditions climatiques observée ces trente dernières années ait déjà remis en cause en grande partie l’augmentation des rendements moyens obtenue, entre autres, grâce à la technologie et à la fertilisation par le dioxyde de carbone10. En l’absence de changement notable, on peut s’attendre à une baisse de productivité de 2 % en moyenne tous les dix ans, les variations de rendement dans les pays en développement allant de -27 % à +9 % pour les cultures essentielles11.

    (...)

    L’enseignement que l’on peut tirer de cet échec est que le passage à des politiques agroalimentaires qui soutiennent la réalisation du droit à l’alimentation demande une action #politique d’envergure visant à restructurer le système d’appui, autour de formes d’#agriculture #agroécologique à fort coefficient de #main-d’œuvre qui contribuent à la réduction de la #pauvreté.

  • L’obésité, une « maladie de civilisation » qui affecte les plus pauvres
    http://www.bastamag.net/Obesite-cette-maladie-de

    Le surpoids tue : plus de deux millions de personnes en meurent chaque année sur terre. Et le nombre de malades croît sans cesse : près de 1,5 milliard de personnes sont en surcharge pondérale à travers le monde. Les populations pauvres des pays riches sont les premières touchées. En France, on compte deux fois plus d’obèses chez les ouvriers que chez les cadres ! En cause : une #Alimentation trop riche, un manque chronique d’activité physique, mais également la nourriture industrielle low cost et les (...)

    #Décrypter

    / Pollutions , #A_la_une, #Classes_populaires, Santé , Menaces sur la #Santé_publique, #Enquêtes, (...)

    #Pollutions_ #Menaces_sur_la_santé_publique

    • On peut établir un parallèle entre la montée de l’obésité morbide et le développement des hard discounters de l’alimentation qui ne sont en fait que le terminal d’une chaîne de production orientée profits à court terme au détriment de la qualité.

    • Comment expliquer ces disparités ? « Les plus diplômés sont ceux qui ont l’alimentation la plus saine (avec plus de fruits et légumes, des apports plus élevés en nutriments, des meilleurs indices alimentaires...) parce que ce sont ceux qui s’intéressent le plus aux liens entre nutrition et santé », relevait une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc). « La fragilité économique ne favorise pas une bonne consommation alimentaire », rappelle de son côté Marie Citrini. « Quand on a 50 euros en poche pour faire les courses, on compense les jouets que l’on ne peut pas acheter par l’achat de boissons sucrées, de frites, de pizzas. Parce que l’on veut faire plaisir à ses enfants et que ces plaisirs là ne coûtent pas très cher. »

      Sinon, pas d’accord, avec toi @sombre. Il se trouve que les hard discounters s’approvisionnent auprès des PME qui fournissent la plupart des grandes enseignes en marque blanche. Et en fait, le même produit change de prix en fonction de la marque collée dessus. Comme le cahier des charges doit satisfaire le client le plus exigent, on a plutôt de bons produits génériques.
      Le truc, c’est plutôt les gens qui surpayent des produits de marques à forte valeur ajoutée, alors que ce qu’il y a dedans est la même chose que chez le discounter du coin.

    • Chez les hard discounters, tu trouves bon nombre de produits avec des excédents en sucre, type desserts lactés ou des excédents en matières grasses, type plats cuisinés. Qu’est-ce qui peut être intéressant à acheter en hard discount ? L’épicerie de base genre pâtes, riz, moutarde, vinaigre, les primeurs moins chers que dans les grandes enseignes, le fromage sans être trop exigeant sur la diversité (quoique je trouvais de l’excellente feta grecque fabriquée là-bas et que je privilégiais à la célèbre marque, plus chère évidemment), quelques produits de charcuterie sans être trop regardant sur les quantités de sels nitrés.
      Maintenant, un autre phénomène qui accentue le développement de l’obésité, c’est la tendance qu’ont les parents à ne plus faire la cuisine ; Il est vrai que ça prend du temps ... Et ça, ça ne touche pas seulement les catégories de populations défavorisées

  • Les dangers de la sédentarité - France Info
    http://www.franceinfo.fr/sciences-sante/info-sante/les-dangers-de-la-sedentarite-1262967-2013-12-30

    Surpoids, diabète, déprime, cancers... Toutes les études scientifiques l’affirment : la sédentarité rend malade. Un médecin part en guerre contre ce fléau dans un livre qui vient de paraître, « Danger sédentarité ».

    http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2013/12/30/1265595/images/ressource/Danger%20Séden%20livre_220.jpg

    « Si nous ne changeons pas notre mode de vie, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous vivrons moins vieux que nos parents ». C’est le cri d’alarme que lance le Pr François Carré dans son livre : « Danger sédentarité », aux éditions du Cherche-Midi. Cardiologue et médecin du sport au CHU de Rennes et cofondateur de l’Observatoire de la sédentarité, il rappelle que notre corps est fait pour bouger :

    "Nous avons des muscles, des tendons, des ligaments, des articulations, un squelette : dans notre corps, tout est conçu pour marcher, courir, nager, même sur de longues distances. Notre histoire nous montre aussi que nous sommes faits pour bouger : notre vieil ancêtre, cet homme préhistorique, ce chasseur- cueilleur, parcourait environ 15 kms par jour. Nous ne marchons plus que 2 kms en moyenne. C’est peu. Et nos gènes eux, n’ont pas changé

    Du coup, cette sédentarité est délétère pour notre organisme : "Comparons avec une maison qui n’est pas nettoyée : la poussière l’encrasse. Idem dans l’organisme. Le niveau d’inflammation augmente. Plus il est élevé, moins le corps peut se défendre, le système immunitaire est plus faible.

    Actuellement, beaucoup de scientifiques pensent que ce haut niveau d’inflammation fait le lit des maladies chroniques, comme l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, le diabète mais aussi les cancers. Donc la sédentarité pourrait être un facteur de risque de cancer.

    L’OMS affirme que la sédentarité est responsable d’un décès sur dix. Mais le Pr Carré, lui affirme : « il faut avoir une activité physique, pas obligatoirement pratiquer un sport ». "Activité physique veut dire : marcher quand on téléphone, faire le ménage, jardiner... Le sport est plus codifié, avec des règles. Toutes les études montrent que c’est l’activité physique qui diminue les risques de maladie.

    Si l’on est sédentaire, il faut reprendre une activité physique. Est-ce que la reprise est bénéfique à tout âge ? Même chez les seniors ? "Les dernières études montrent que, même en commençant tardivement, il y a un bénéfice, à tout âge, à pratiquer une activité physique : on multiplie par trois ses chances de mener une vieillesse en bonne santé. C’est le résultat d’une étude qui vient d’être publiée dans le British Journal of Sports Medicine. L’OMS recommande aux personnes âgées de pratiquer 150 minutes d’activité physique d’endurance à intensité modérée, ou 75 minutes à intensité soutenue chaque semaine.

    #santé
    #obésité
    #surpoids
    #diabète
    #déprime
    #cancers
    #sédentarité

  • Holy Sh-t ! Without Saying a Word This 6 Minute Short Film Will Make You Speechless

    La surconsommation désigne un niveau de #consommation situé au-dessus de celui des #besoins normaux ou d’une consommation moyenne.

    Image provenant du film #Samsara : Samsara est un mot tibétain qui signifie la roue de la vie, un concept à la fois intime et vaste, qui définit l’âme de chacun.

    vidéo Sur la #surconsommation
    http://www.trueactivist.com/gab_gallery/holy-sh-t-without-saying-a-word-this-6-minute-short-film-will-make-you

    http://envibio.files.wordpress.com/2012/10/samsara.jpeg?w=800

    Mais il y a aussi le film :
    http://envi2bio.com/2012/11/20/samsara

    #viande #industrialisation_de_la_nourriture #surpoids #supermarché #opération_chirurgicale

  • Etats-Unis : premier traitement anti-obésité approuvé depuis 13 ans
    http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/06/27/etats-unis-premier-traitement-anti-obesite-approuve-depuis-13-ans_1725486_16

    Pourtant, ce même comité s’était prononcé en 2010 contre la mise sur le marché du Lorcaserin – dont le nom commercial est Belviq ou Lorqess – en faisant valoir des inquiétudes suscitées par la formation de cancers du sein chez les rats. Le comité avait également jugé que la perte de poids enregistrée était trop marginale.

    En mai, la FDA s’est vu présenter de nouvelles données, s’est laissé convaincre que le risque de cancer restait limité et parle désormais d’un risque de tumeurs « négligeable ». Pour autant, des effets secondaires persistent, notamment des risques de dysfonctionnements cardiaques.

    c’est toi qui vois quelle maladie tu préfères

    #obésité #surpoids

  • Nourrir les Terriens dépend de leur nombre, mais aussi de leur poids
    http://www.lemonde.fr/sante/article/2012/06/18/nourrir-les-terriens-depend-de-leur-nombre-mais-aussi-de-leur-poids_1720794_

    La croissance de la population mondiale - 7 milliards de Terriens en 2011, 9 milliards attendus en 2050 - est considérée par certains comme l’une des menaces majeures pour la planète. Cette étude invite à s’intéresser aussi au poids de chaque individu et à l’impact du #surpoids, de plus en plus répandu, sur la demande alimentaire.

    La demande en énergie, donc en nourriture, d’une espèce dépend du nombre d’individus mais aussi de sa masse globale moyenne, rappelle l’étude parue dans la revue britannique BMC Public Health. Plus un corps est lourd et plus il a besoin d’énergie pour se mouvoir.

    Le Terrien moyen pèserait 62 kilos, avec des différences notables selon les régions du globe : le poids moyen d’un adulte est ainsi de 57,7 kilos en Asie, 60 en Afrique, 70 en Europe, 74 en Océanie et 80 en Amérique du nord, selon l’étude.

    #alimentation